Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Claude-Hélène Perrot (1928-2019)

Jean-Louis Triaud
p. 193-195

Texte intégral

1Cela fait plus d’un demi-siècle que je connaissais Claude Perrot (devenue Claude-Hélène, pour éviter la confusion avec Claude Pairault, l’anthropologue, qui était aussi présent à Abidjan et qui en avait fait la demande auprès d’elle). J’étais au début de ma carrière et je partageais avec elle le même bureau, dans les locaux de ce qui était alors l’École des lettres d’Abidjan, à Cocody. Le département d’Histoire se composait de deux bureaux : le bureau des historiens et historiennes classiques, adeptes des « quatre périodes » de l’histoire de France et de l’Europe, et le bureau mitoyen de l’historienne et de l’historien de l’Afrique que nous étions. Quand elle était absente pour aller sur son terrain Agni (Anyi), les collègues d’à côté m’emmenaient dans leur bureau et ouvraient devant moi une armoire métallique, alors vide, en me disant : voici l’armoire des traditions orales. Humour douteux qui reflétait les combats de cette époque autour des traditions orales, et de leur légitimité comme source d’histoire de l’Afrique. Claude Perrot fut une de celles qui menèrent ce combat avec conviction et efficacité. Aujourd’hui, la cause est entendue. Elle ne l’était pas, en cette fin des années 1960. Elle avait pourtant fait ses premières gammes, plus « conventionnelles », mais non moins originales à son époque, dans les archives des missions protestantes de Paris sur le royaume sotho d’Afrique du Sud et la rencontre entre le roi Moeshoeshoe Ier (mort en 1870) et les missionnaires. Ce fut sa première thèse de doctorat en 1963. Elle ne l’oublia pas et la revisita dans certains de ses travaux, mais elle avait tourné cette page.

2Bien que nous n’ayons pas eu les mêmes centres d’intérêt, j’ai beaucoup appris auprès de Claude Perrot sur les sociétés africaines de cette région, leur culture et leur histoire. Je suis resté un historien de l’écrit, mais j’avais compris auprès d’elle le bon usage de l’oralité, et j’en tirai profit dans mes propres recherches, en croisant, autant qu’il était possible, récits oraux et sources écrites. Nos chemins s’éloignèrent ensuite. Il n’y a pas si longtemps, elle m’avait dit qu’elle n’avait jamais compris que j’eusse pu quitter la Côte d’Ivoire et m’ouvrir à d’autres horizons, en l’occurrence celui de la République du Niger et d’une histoire saharo-sahélienne contemporaine. Elle était ivoirienne, à part entière, qui plus est agni, qui plus est agni du royaume du Ndenye, comme les émouvantes funérailles organisées par les représentants de la cour royale à l’hôpital de La Pitié, à Paris, en juillet 2019, l’ont montré. Cet attachement était d’autant plus inconditionnel qu’elle avait totalement réussi à s’intégrer dans la société du Ndenye. À la fois historienne, anthropologue et agni, et même « princesse agni », d’adoption, elle avait réussi à agir et à penser en combinant ces différents niveaux de connaissance et de sociabilité.

3Claude Perrot était une femme de conviction. Quand je la retrouvais, et qu’il m’arrivait de faire escale chez elle, notamment quand j’étais en poste à Aix-en-Provence, nous avions parfois des discussions homériques. Elle avait ses partis pris, ses sujets privilégiés et ses détestations, que je ne partageais pas toujours. C’est aussi cela, l’amitié. Elle se flattait d’être restée une paysanne dans l’âme. Je soupçonne qu’il y avait là, chez elle, une touche de coquetterie, mais elle en avait assurément gardé à la fois la fierté, la modestie (elle doutait très fort d’elle-même), la simplicité et l’opiniâtreté. Elle aimait répéter une devise de sa Franche-Comté d’origine : « Comtois, rends-toi ! — Nenni, ma foi ! »

4Comme on aurait dit dans un autre siècle, mais sans l’apparat mondain, elle « tenait salon » rue Damesme, invitant à sa table les collègues de tous continents, de passage à Paris, facilitant des rencontres imprévues, autour d’un gin tonic, de ses plats roboratifs et de ses tartes. Ces « tables rondes » informelles ont beaucoup fait pour que se nouent, grâce à elle, des collaborations scientifiques et des échanges d’idées et d’informations.

  • 1 Charles Becker, Roland Colin, Liliane Daronian, Claude-Hélène Perrot (dir.), Yves Person, un histor (...)
  • 2 Claude-Hélène Perrot : Les Anyi-Ndényé et le pouvoir aux xviiie et xixe siècles, Paris, Publication (...)

5Claude Perrot avait été l’élève de Georges Balandier, auquel elle était restée attachée par une vive reconnaissance. Dans la dernière partie de sa vie, comme elle avait succédé à Yves Person à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, lequel avait aussi été un des membres de son jury de thèse d’État (1978), elle s’en était faite l’admiratrice militante, organisant un colloque international autour de son nom en 2013, puis publiant les actes de ce colloque avec Charles Becker, Roland Colin et Liliane Daronian. Un autre livre suivit, édité par les mêmes, auquel s’était joint Georges Balandier, et où se trouvaient rassemblés divers écrits politiques de Person1. En réalité, quelle que soit la richesse des travaux de Person, dont on peut admirer les connaissances encyclopédiques accumulées sur les sociétés mandé, ses méthodes et celles de Claude Perrot n’étaient pas les mêmes. Sans ignorer l’oralité, pratiquant plutôt la rencontre avec des témoins, utilisant systématiquement les archives des postes, Person n’était pas un spécialiste de la tradition orale au sens propre du terme, comme le fut Claude Perrot. On retrouve là, chez elle, une part de cette modestie qui la poussait à s’effacer à l’ombre du « grand homme » auquel elle se sentait redevable. Qu’il nous soit cependant permis de considérer que, par son immersion profonde dans la société agni, sa capacité éminente à nouer des relations confiantes avec ses interlocuteurs, ses « sources vivantes », et cette puissance intellectuelle qui lui a permis de fonder une œuvre majeure, elle était devenue une autorité scientifique en matière d’histoire par transmission orale, ce dont porte aussi témoignage le nombre de thèses qu’elle avait dirigées dans ce domaine. Ses deux magnifiques livres2, dont l’iconographie doit aussi beaucoup à son complice photographe, Marc Garanger, illustrent son parcours et sa méthode, autant que sa tendresse sans réserve pour ces sociétés du sud-est de la Côte d’Ivoire, agni et éotilé, dont elle avait fait sa seconde patrie.

  • 3 Elle se fit accompagner par un documentariste, Jacques Merlaud, lorsqu’elle revint en Côte d’Ivoire (...)

6Il convient aussi de rappeler son rôle pédagogique. Son enthousiasme pour l’histoire africaine, qu’elle savait si bien transmettre dans ses cours, a séduit nombre de ses étudiantes et étudiants. Elle y expliquait sa vision de l’histoire, notamment l’importance qu’elle accordait aux objets comme révélateurs du passé, ainsi qu’aux images et au filmage des cérémonies3. Elle aimait citer les proverbes, leçons de vie, réponses indirectes aux situations de l’existence, qui ponctuent souvent des échanges légers ou plus graves, et qui rappellent également un moment particulier dans la mémoire des personnes qui les prononcent.

  • 4 Claude-Hélène Perrot (dir.), Lignages et territoires en Afrique aux xviiie-xixe siècles. Stratégies (...)

7Ce fut un crève-cœur pour elle, quand fut venu le moment de sa retraite (1993), de ne plus pouvoir transmettre son savoir, certes centré, sans être exclusif, sur cette partie de la Côte d’Ivoire qui lui était chère, mais dont la portée et la méthodologie introduisaient à l’histoire et à la compréhension des sociétés de l’Afrique subsaharienne, et plus particulièrement des sociétés lignagères rassemblées autour de leurs autorités traditionnelles4, de leurs cultes du terroir et de leurs rites. Elle eut ce privilège d’enseigner, le plus souvent, les matières qui étaient dans sa spécialité propre, comme si elle était titulaire d’une chaire. Elle savait très bien écarter de son chemin tout ce qui n’allait pas dans le sens de ses préoccupations de recherche et, à l’inverse, faire triompher ses objectifs avec persévérance et obstination. « Ce que femme veut, Dieu le veut. » Jamais ce proverbe, devenu peut-être aujourd’hui un peu discutable, ne m’avait paru s’appliquer mieux qu’à elle. C’est aussi une manière de rappeler qu’elle était une femme et qu’elle eut à s’imposer, rejoignant ainsi la cohorte des nombreuses femmes qui se sont engagées dans les disciplines de l’anthropologie et de l’histoire africaines.

Haut de page

Notes

1 Charles Becker, Roland Colin, Liliane Daronian, Claude-Hélène Perrot (dir.), Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps, Paris, IMAF-Karthala, 2015. Charles Becker, Roland Colin, Liliane Daronian, Claude-Hélène Perrot (textes réunis par), Relire Yves Person. L’État-nation face à la libération des peuples africains, préface de Georges Balandier, Paris, IMAF-Présence africaine, 2015.

2 Claude-Hélène Perrot : Les Anyi-Ndényé et le pouvoir aux xviiie et xixe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, qui est la publication de sa thèse d’État sous le même titre. Les Éotilé de Côte d’Ivoire aux xviiie et xixe siècles. Pouvoir lignager et religion, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008.

3 Elle se fit accompagner par un documentariste, Jacques Merlaud, lorsqu’elle revint en Côte d’Ivoire présenter son ouvrage sur les Éotilé : Akwaba. Les Éotilé à livre ouvert, un film d’Anice Clément et Jacques Merlaud, DVD, 2009, 53 minutes, et Paris, L’Harmattan, 2009.

4 Claude-Hélène Perrot (dir.), Lignages et territoires en Afrique aux xviiie-xixe siècles. Stratégies, compétition, intégration, Paris, Karthala, 2000. Claude Perrot, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Le Retour des rois. Les Autorités traditionnelles et l’État en Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Triaud, « Claude-Hélène Perrot (1928-2019) », Journal des africanistes, 89-2 | 2019, 193-195.

Référence électronique

Jean-Louis Triaud, « Claude-Hélène Perrot (1928-2019) », Journal des africanistes [En ligne], 89-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/8816

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Triaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals