Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1Les détentrices de hangars de tra...

Les détentrices de hangars de traitement de l’or face à la technique de cyanuration (sud-ouest du Burkina Faso)

Female gold-processing shed owners confront cyanidation in south-west Burkina Faso
Alizèta Ouédraogo
p. 168-187

Résumés

Depuis les années 1980, on assiste à un essor important de l’exploitation artisanale de l’or dans de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest. Dans la région sud-ouest du Burkina Faso, l’exploitation a longtemps été exclusivement féminine et elle ne concernait que les gisements alluvionnaires et éluvionnaires (bordures et lits des fleuves). Les années 2000 se caractérisent par l’arrivée massive d’orpailleurs migrants venus des pays voisins (Côte d’Ivoire, Mali, Ghana, Niger, Togo et Bénin) et d’autres régions du Burkina Faso. L’orpaillage alluvionnaire et éluvionnaire doit alors faire face à l’exploitation filonienne, qui nécessite la mise en place de hangars et de procédés spécifiques pour le traitement du minerai d’or. Nombre de ces hangars sont détenus par des femmes. Elles collectent les résidus (ou boues) issus du traitement de l’or de leurs clients pour les revendre aux orpailleurs, lesquels retraitent l’or par une technique de cyanuration. De nos jours, les détentrices de hangars doivent faire face à la fois à la modification de l’appropriation des « boues » et à l’intérêt croissant des hommes pour ces hangars. De ce fait, les femmes voient leur activité baisser, et leur situation économique se dégrader en conséquence.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte a bénéficié des conseils de l’atelier d’écriture du Journal des africanistes organisé lors des 4e rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) en 2018.

Texte intégral

  • 1 Code minier 2015 du Burkina Faso : 6.

1Depuis deux mille ans, l’exploitation artisanale de l’or est au cœur des dynamiques des sociétés africaines (Cuvelier 2014). Il a fallu attendre les années 1980 pour assister à l’émergence d’une exploitation artisanale hors des cadres traditionnels dans de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest, dont le Burkina Faso. Selon le Code minier de ce pays, établi en 2003 et révisé en 2015 par le Conseil national de la transition (CNT), ce type de production renvoie à « l’ensemble des opérations qui consistent à extraire et concentrer des substances minérales comme l’or, le diamant et les autres gemmes, provenant des gîtes primaires et secondaires affleurant ou sub-affleurant ; et en récupérer les produits marchands en utilisant des méthodes et procédés manuels et traditionnels. Elle n’utilise pas d’équipements, ni d’énergies mécaniques et n’est pas fondée sur la mise en évidence d’un gîte ou d’un gisement1 ». Pour Werthmann (2007), le boom de l’exploitation artisanale de l’or des années 1980 tire son origine d’un épisode de famine et de flambée du prix de l’or au niveau mondial, à un moment où de grandes sécheresses et de mauvaises productions agricoles avaient provoqué l’appauvrissement des agriculteurs (Hatcher 2005 ; Carbonnel 1991). Selon Thune (2011), deux autres facteurs favoriseraient cette pratique d’orpaillage artisanal : la baisse des nappes phréatiques, liée à la sécheresse, permet d’accéder à des gisements aurifères autrefois inaccessibles ; l’augmentation spectaculaire du prix de l’or fait de l’orpaillage une activité potentiellement très rentable. Ainsi, « l’orpaillage artisanal, grâce aux revenus qu’il procure, est un facteur majeur de résilience pour de nombreux ménages ruraux » (Sangaré et al. 2016 : 54).

  • 2 Ces données sont à prendre avec réserve car la méthodologie utilisée pour le décompte des sites aur (...)

2Au Burkina Faso, le développement de l’orpaillage est remarquable sur l’ensemble du territoire (OCDE 2018). Des 10 sites d’orpaillage qu’il comptait en 2003, le pays est passé à 129 sites en 2008, 270 en 2010 (dont 159 reconnus par le ministère des Mines, des Carrières et de l’Énergie), et presque 700 sites en 2018, répartis sur tout le territoire (OCDE 2018)2. Cette augmentation importante du nombre de sites d’exploitation aurifère entraîne une augmentation proportionnelle du nombre de travailleurs, évalués entre 20 000 et 30 000 en 2003, 600 000 et 700 000 en 2010, et de 1 à 1,2 million en 2018.

3Le sud-ouest du Burkina Faso comptait très peu de sites d’exploitation jusqu’au début des années 2000, selon le témoignage de notables et représentants de la population locale que nous avons pu recueillir (ethnie Lobi). En 2017, le nombre de ces sites a augmenté, en même temps que se développait l’extraction artisanale de l’or. Cette ruée vers le précieux métal offre de nouvelles opportunités de revenus pour une population fortement touchée par le chômage. Elle s’accompagne également de transformations sociales majeures à l’échelle du pays.

  • 3 C’est bien le nom de l’un des sites du pays lobi, à Kampti, que nous avons explorés. Le minerai iss (...)

4L’orpaillage étant généralement pratiqué dans des zones cultivées, favorables aux activités de prospection, il devient source de conflits entre chercheurs d’or et agriculteurs, ces derniers s’opposant à l’expropriation de leurs terres. La résistance des agriculteurs ne suffit généralement pas à empêcher l’exploitation de sols riches en or. L’occupation des zones agricoles par les orpailleurs aggrave une situation agricole déjà difficile (rendements assez faibles ou incertains), et dégrade les conditions de vie des paysans, alors souvent contraints de se tourner à leur tour vers l’exploitation des sites aurifères. La plupart des agriculteurs restent impuissants face à l’invasion de leurs terres par les orpailleurs migrants, une fois un filon d’or découvert dans un champ. Cette impuissance est d’autant plus grande lorsque c’est une société d’achat et de vente d’or qui se présente avec une autorisation d’exploitation. La solution qui s’impose aux notables coutumiers locaux est alors de chercher un accord avec la société afin de faire respecter à cette dernière l’autorité administrative (Arnaldi di Balme et Lanzano 2013). C’est ainsi que ce sont établis les trois sites du pays lobi sur lesquels notre travail d’enquête a été réalisé : Hong-Kong3, Fofora, et Bantara (voir Carte 1). Pour éviter de se retrouver en situation de précarité, certains agriculteurs se lancent dans l’activité d’orpaillage ; quant à la gouvernance locale des Lobi, elle se rallie à celle des prédateurs miniers et fonciers que sont les orpailleurs venus de divers horizons, pour leur seul profit et sans se préoccuper des conséquences sociales et environnementales de l’exploitation (Leclerc-Olive 2017).

Carte 1. La région du sud-ouest du Burkina Faso.

Carte 1. La région du sud-ouest du Burkina Faso.
  • 4 Forme d’entretien de groupe, le focus group (groupe de discussion) permet les échanges et la réflex (...)

5Cette étude s’appuie sur des données ethnographiques exploratoires de terrain relatives à l’évolution du rôle des femmes sur les sites d’orpaillage entre 2013 et 2019, dans le cadre d’un « master option Recherche » (2014) et d’une thèse en anthropologie en cours de réalisation. Des entretiens individuels (20 femmes et 15 hommes) et des focus groups4 de femmes sélectionnées en fonction de leur statut matrimonial (mariées, divorcées, veuves ou célibataires), de leur origine ethnique et de leurs activités ont été réalisés sur les aspects suivants : leur itinéraire et leur parcours, leurs conditions de vie et les difficultés qu’elles rencontrent sur les sites aurifères. Des observations complètent ces entretiens et focus groups.

  • 5 La technique de cyanuration consiste à extraire les fines particules d’or contenues dans les yênko, (...)

6Dans un premier temps, nous rendons compte de manière historique et analytique des modes de fonctionnement et de contractualisation liés aux hangars devenus de véritables entreprises économiques, et qui ont à leur tête des femmes influentes. Dans un second temps, nous nous concentrons sur les limites de cette autonomisation au féminin, limites dues à l’introduction et à la massification des techniques de cyanuration5 venues complexifier le traitement de l’or au sein des hangars.

Fig. 1. Hangars de traitement de l’or, site de Bantara, 2014

Fig. 1. Hangars de traitement de l’or, site de Bantara, 2014

© Alizèta Ouédraogo

Traitement de l’or : des calebasses aux sluice boxes

  • 6 Les Ivoiriens ont migré vers le Burkina Faso à la recherche d’emplois suite à la crise sociopolitiq (...)

7L’exploitation artisanale de l’or dans les années 1980 concerne les gisements alluvionnaires proches de la surface et faciles à exploiter. Avant l’arrivée massive, dans les années 2000, des orpailleurs migrants venus des pays voisins (Côte d’Ivoire6, Mali, Ghana, Niger, Togo et Bénin) et des autres régions du Burkina Faso, ce type d’exploitation n’est pratiqué que par les femmes. Les gisements alluvionnaires constituent l’or que l’on trouve dans les sols meubles (sable et gravier) et sur les pentes des collines. Le sable est ramassé à l’aide de récipients rudimentaires (calebasses et balai), puis lavé. « La manipulation des calebasses qu’exige l’orpaillage est une activité purement féminine qu’aucun homme ne tente sans risquer de se couvrir de ridicule » (Schneider 1993 : 191). La calebasse, ustensile de cuisine et de ménage, symbolise toujours la féminité.

8En pays Lobi, les hommes s’abstiennent de cette « vannerie de l’or et ne cèdent que lorsque l’or se présente sous forme “vivante”, impliquant l’intervention des thildara (devins) pour un traitement religieux qui peut prendre plusieurs formes et significations ». (Mégret 2013 : 84). Le métal se présente sous deux formes majeures distinctes : en « or vivant » (dèyiri) et en « or mort » (dèkri). Les femmes lobi n’ont pas besoin d’un quelconque rituel pour l’exploitation du dèkri, parce qu’il serait sans danger pour elles. Compact et corpulent, l’« or vivant » se trouve dans le papupar (littéralement, « endroit mauvais »). Il se dérobe et dispose d’une puissance (foudre et éclair) destructrice qui inspire la crainte. Viennent s’y greffer de nombreuses relations entretenues avec l’eau qui constitue notamment un vecteur de déplacement du métal. L’or est mobile (Mégret 2008).

Ce sont les « déchets » ou « peaux mortes » laissés par l’or vivant qui constituent le bénéfice des femmes. Exceptionnellement, une pépite de taille conséquente, l’équivalent d’une pièce de monnaie ou d’un gravier, encore « vivante » (dèyiri) peut être découverte. Dans ces conditions, des rituels permettent de « tuer » l’or en minimisant les risques « d’être avalé », en négociant la prise au moyen de sacrifices. L’or recueilli qui se présente sous cette forme est mis à mort. Il s’agit en fait de neutraliser la force inhérente émanant de la matière (Mégret 2008 :19).

9Avant toute transaction d’or, ces rituels doivent être respectés. Dans le cas contraire, toutes les personnes impliquées dans ces transactions affronteraient la folie ou la mort. En effet, en pays lobi, l’or tient sa puissance des ancêtres, de la divinité Terre et des génies de brousse (Rouville 1987 ; Mégret 2008, 2013). Ainsi, dans la société lobi traditionnelle, l’activité d’orpaillage revient aux femmes, par ailleurs reléguées au second plan (Mégret 2008) dans l’agriculture, dont elles ne tirent aucun revenu. Seuls les hommes s’occupent des travaux agricoles (Père 1988). Cela laisse aux femmes du temps pour exercer des activités lucratives telles que l’orpaillage et le commerce de la bière de mil (Rouville 1987). « En pays Lobi, l’héritage revient aux frères et aux neveux. [...]. Les femmes n’ont pas droit à la terre » (homme, Lobi, 5 juillet 2017, Kampti).

10À partir de la première décennie des années 2000, avec le développement rapide de l’orpaillage dans la région, la monétarisation de l’activité et son inscription dans des réseaux nationaux et internationaux, les femmes lobi perdent peu à peu le contrôle de leur activité au profit des orpailleurs migrants venus avec de nouvelles techniques leur permettant d’exploiter des gisements filoniens. L’orpaillage filonien devient plus visible que l’alluvionnaire et l’éluvionnaire. Pour les gisements alluvionnaires, les femmes Lobi utilisent des instruments rudimentaires tels que les calebasses et les balais. Quant à l’orpaillage filonien, le traitement du minerai se fait au niveau des hangars à l’aide de matériels mécanisés tels que les rampes de lavage, ou sluice boxes, des bassines, des barriques d’eau et d’autres ustensiles. Les hangars centralisent à la fois le traitement du minerai, sa commercialisation et la définition des rôles des acteurs de l’orpaillage (voir Fig. 2 à 4).

Outils pour le traitement alluvionnaire de l’or

Outils pour le traitement filonien de l’or

Fig. 2 : Calebasse

Fig. 2 : Calebasse

© Alizèta Ouédraogo.

Fig. 3 : Balai

Fig. 3 : Balai

© Alizèta Ouédraogo.

Fig. 4 : Sluice box ou rampe

Fig. 4 : Sluice box ou rampe

© Alizèta Ouédraogo.

11Le traitement « traditionnel » du minerai, usant de calebasses pour ramasser les cailloux, le sable, la boue et les débris déposés par les cours d’eau puis lavés par la suite, s’est vu remplacé par d’autres méthodes. L’orpaillage filonien « moderne » consiste en l’extraction du minerai du filon à dos d’homme, avant son concassage et son broyage au moulin, sur l’aire de traitement, afin d’obtenir de la « farine minerai » (Fig. 5).

  • 7 Les premiers migrants à prendre d’assaut les sites d’orpaillage du Sud-Ouest dans les années 2000 s (...)

12Les opérations de « lavage », ou yilgré (en mooré, langue des Moose7), de la farine de minerai d’or se déroulent au sein des hangars. Ce procédé nécessite des rampes, ou rapeko (bois, en mooré) ou sluice box (Ross 1978), revêtues de tapis spéciaux. Les gérantes de hangars y font couler le mélange de minerai et d’eau. Les fines particules d’or retenues par les tapis sont amalgamées avec du mercure. Cette « amalgamation avec du mercure », tẽgba nẽ mẽẽdo en mooré, s’effectue à main nue. L’homme ou la femme à qui incombe cette tâche doit récupérer le mercure auprès de la personne chargée de l’achat de son or. La plupart des hangars sont installés de manière très ordonnée, un espace vide au milieu des bâtiments servant à recueillir les « boues » (résidus issus du traitement du minerai d’or).

Fig. 5. Processus de traitement du minerai filonien et alluvionnaire/éluvionnaire

Fig. 5. Processus de traitement du minerai filonien et alluvionnaire/éluvionnaire

13Depuis les années 2000, la plupart des hangars de traitement de l’or sont détenus par des femmes migrantes venues des pays voisins et des autres régions du Burkina Faso. Plus récemment, quelques femmes lobi sont devenues à leur tour détentrices de hangars. Ces hangars sont devenus de véritables entreprises économiques. Cette dynamique atteste d’une certaine émancipation économique au féminin sur les sites aurifères du pays lobi. Ces femmes arrivent à s’imposer économiquement sur les sites d’orpaillage. Elles sont dénommées tãngpogsé, en mooré, littéralement « femmes de la colline » (de tãng, la colline et pogsé, femmes ; au sing. tãngpoaka), dénomination créée par les orpailleurs et qui désigne les femmes exerçant une activité liée au processus de traitement de l’or. Mais les communautés locales ont étendu l’appellation à toutes les femmes vivant sur les sites. Ces opératrices économiques ont mis en place leurs hangars selon des conditions qu’elles ont négociées avec les responsables des sites aurifères.

Contractualisation et modes de fonctionnement des hangars

14Un système de gouvernance existe au niveau des hangars. Ce système est organisé par des sociétés privées d’achat et de vente d’or (comptoirs), en accord avec les autorités coutumières et administratives locales. Toute personne désireuse d’installer un hangar de traitement de minerai s’adresse à la société « comptoir » détentrice d’une autorisation d’exploitation délivrée par le ministère de l’Énergie, des Mines et des Carrières du Burkina Faso. La mise en place d’un « comptoir » précède l’implantation physique d’un organe détenant le monopole de la commercialisation (achat et vente) de l’or ainsi que de l’organisation de l’espace de transformation, et qui régule les usages des unités de service et de vie (traitement du minerai : moulins et hangars, marché, habitations des orpailleurs, restauration, mécanique). Les hangars sont contrôlés par les sociétés d’achat et de vente de l’or, détentrices d’une autorisation d’exploitation artisanale des sites aurifères délivrée par le ministère des Mines. Les représentants de ces sociétés et responsables des sites ont mis en place une « économie morale » (Capitant 2017), devant permettre à toute personne qui le souhaite de se porter acquéreur d’un hangar. Cela pour établir un équilibre et un arrangement de fait. Plusieurs motifs poussent les femmes à venir investir les sites aurifères, notamment le veuvage, le divorce, la fuite pour échapper au lévirat, et la pauvreté. La société détentrice de l’autorisation d’exploitation doit s’acquitter de certaines obligations coutumières (sacrifices) demandées par les autorités des villages concernés pour la bonne marche des activités, pour la paix sociale et pour la construction des hangars. Pour devenir propriétaire d’un hangar sur les sites aurifères du Sud-Ouest, plusieurs obligations sont à remplir par les futurs acquéreurs.

Devenir propriétaire de hangar

  • 8 Le CVD est un représentant de l’État qui, par rapport à la gestion du foncier, tend à se substituer (...)

15L’installation des hangars requiert plusieurs dispositions : financières, matérielles, sociales et rituelles. Les représentants de la société (d’achat et de vente) négocient avec les communautés locales et leurs autorités coutumières pour leur faire accepter la présence d’orpailleurs. Selon les us et coutumes lobi, l’or appartient à la divinité Terre et aux génies de la brousse, raison pour laquelle des sacrifices sont faits pour le bon déroulement de toutes les activités du site, de l’extraction de l’or à la gestion des hangars et petits commerces. Ces sacrifices servent à demander pardon pour la « blessure » infligée à la terre du fait du creusage des galeries (puits), pour les constructions des hangars, et pour la vie quotidienne qui sera menée, génératrice de souillures. Les propos suivants du conseiller villageois de développement (CVD)8 local de Sangoulantira, l’un des villages du pays Lobi impacté par les sites explorés, rencontré en 2014, mettent en évidence l’importance de la réalisation des rituels :

Comme y a l’or, ils ont demandé comment il faut faire pour que l’exploitation se passe bien. [...]. On leur a dit qu’il faut un bœuf, un mouton, une chèvre et dix poules. Ce n’est pas Ladji [détenteur de l’autorisation d’exploitation] qui a donné l’argent pour acheter tout cela. C’est nous-mêmes. On a fait les sacrifices avant que l’exploitation de l’or ne commence. [...]. Le chef de terre a sacrifié le bœuf sur le site ; le mouton au marigot ; la chèvre sur la colline, comme les gens veulent monter sur la colline. On a ajouté quatre poules au bœuf pour faire le sacrifice ; deux poules au mouton et deux poules à la chèvre. Tous ces sacrifices ont été faits par le chef de terre. Quand le chef de terre a fait ça, ça n’a pas fait un mois et puis il est décédé. Ce sont les conséquences (conseiller villageois de développement local des sites explorés, village de Sangoulantira, 2014).

16Compte tenu du rôle que joue la société détentrice de l’autorisation d’exploitation du site aurifère auprès des coutumiers, toute personne qui veut installer un hangar doit se rapprocher des responsables du site, seuls autorisés à diriger les travaux permettant au nouveau venu de s’établir. Selon Arnaldi di Balme et Lanzano (2014), cet encadrement administratif permet le contrôle de l’expansion du site. Cette démarche assure un plan d’aménagement du site qui tient compte du trafic (la circulation des personnes et des biens) et des espaces entre les différentes activités et les différents hangars. Quatre possibilités s’offrent aux candidats à cette opération.

17La première possibilité consiste à mener une négociation à l’amiable avec les responsables des sites. C’est ce que font les femmes qui arrivent dans des situations désespérées et qui n’ont aucun moyen financier pour l’achat d’une place de hangar. Les responsables et représentants des sociétés d’achat et de vente de l’or des sites de Fofora et de Bantara m’ont confié qu’il leur arrivait de faire des faveurs à certaines femmes très démunies. Mais force est de constater que généralement, derrière ces « faveurs » qu’offrent les sociétés se cachent des intérêts économiques inavoués. Pour les sociétés, l’essentiel est que les gérant.e.s des hangars orientent leurs clients vers elles, et leur cèdent hebdomadairement un gramme de leur or pour la pérennité de leur activité. Par ailleurs, la gestion des hangars est différente dans le cas de sites clandestins ou « sauvages », non reconnus par l’État. Dans de telles situations, ce sont les maîtres de la terre, et non les CVD, qui mettent en place les conditions d’acquisition des hangars.

  • 9 Cette rentabilité est estimée en fonction des périodes de fermetures / ouvertures des sites, des pa (...)

18La seconde possibilité revient au paiement, auprès du conseiller villageois de développement local représentant et notable du défunt maître de la terre, de la somme de 50 000 francs CFA (76,50 euros) pour acquérir une place où installer son hangar. Cette somme varie suivant la rentabilité en or du site9. En plus de cette somme à acquitter, les femmes qui disposent de moyens financiers pour la construction d’un hangar doivent acheter leur matériel de traitement de l’or (rampe, bassines et barriques) et des matériaux de constructions du hangar (bois, paille ou secco, câbles).

Pour installer un hangar, si tu as l’argent tu pars voir les responsables (du site). Ils te diront le prix en ce moment. Si tu pourras installer, c’est 50 000. Tu installes et tu mets ton matériel pour travailler (gérante de hangar, site de Bantara, 5 mars 2014).

19Un des responsables des sites confirme :

Il faut payer la place pour construire. C’est 50 000 francs (environ 75 euros) en cette période, comme il n’y a pas assez de gens, ni de nouvelles lignes (filons) qui sont déclarées. Mais le prix changera lorsqu’une nouvelle ligne sera déclarée. En plus du prix de la place ou de l’installation en un lieu, plus le prix parfois de location du lieu, chaque propriétaire de hangar devait donner un gramme d’or chaque semaine. Mais vu la période, on ne fait plus ça. L’activité de l’orpaillage change en fonction du temps : les méthodes, et les pratiques (responsable de site, 4 mars 2014).

20Par ailleurs, quelle que soit l’alternative choisie, les personnes ouvrant des hangars sont toutes soumises aux mêmes conditions d’exercice. Elles doivent négocier avec leurs clients pour qu’ils vendent leur or au patron du site (et coordonnateur de la société d’achat et de vente d’or) :

X ne nous a pas posé de conditions comme ça. Il suffit seulement de venir le voir et lui demander de t’aider avec la place. X négocie à son tour avec le chef de terre pour l’acquisition gratuite de la place. Les conditions que X nous a posées c’était que si tu avais les moyens pour acheter ton matériel, tu pouvais t’installer. Maintenant, ce qu’il attendait de nous, c’était que lorsque quelqu’un viendrait chez nous pour laver son minerai, nous on doit négocier avec la personne pour que la personne lui vende en retour un peu de son or (femme propriétaire de hangar, site de Bantara, 29 mars 2012).

21La troisième possibilité consiste à négocier avec un·e ancien·ne propriétaire de hangar qui part vers de nouveaux horizons. Il arrive parfois qu’il ou elle vende son hangar avec tout le matériel.

22La dernière possibilité (la quatrième) est le versement de la somme de 10 000 francs CFA (15,24 euros) aux agents des Eaux et Forêts pour le bois utilisé pour la construction des hangars.

À notre installation, aussi, les agents des Eaux et Forêt nous ont fait payer 10 000 francs pour chaque hangar, à cause du bois utilisé (femme propriétaire de hangar, site de Fofora, 30 mars 2012).

23Indépendamment des 10 000 francs CFA à payer lors de l’installation, chaque année, le propriétaire doit payer 5 000 francs CFA aux agents des eaux et forêts pour couvrir une taxe forfaitaire sur la coupe de bois pour le renouvellement de la construction du hangar. « Chaque année ils viennent prendre 5 000 francs CFA » (tãngpoaka, propriétaire de hangar, site de Bantara, 5 mars 2014). Mais lorsque l’année coïncide avec une période de grande rareté de l’or, le patron du site peut décider d’endosser toutes les taxes des propriétaires de hangars. « Cette année, c’est X qui a payé les agents des eaux et forêts au nom de nous tous. » (tãngpoaka, propriétaire de hangar, site de Bantara, 19 mars 2014). Après l’installation des hangars, les détenteur·trice·s mettent en place des conditions d’exercice et des types de contrats pour permettre le bon fonctionnement de l’activité.

Organisation du travail au sein du hangar

  • 10 Le 29 mars 2012, sur le site de Bantara, une gérante de hangar se confie en ces termes : « Il faut (...)
  • 11 Dès l’aube, les femmes se rendent sur les sites d’extraction pour ramasser la terre, avec l’accord (...)

24Pour permettre un développement socialement et économiquement viable, des clauses sont établies par les patrons des sites ; elles visent à faciliter les relations qui les lient aux gérant·e·s des hangars. Ces derniers sont tenus de verser au patron du site un gramme d’or par semaine ; ils doivent en outre convaincre leurs clients de revendre leur or à ce même patron10. Les client·e·s des gérant·e·s des hangars sont les orpailleur·euse·s, les femmes ramasseuses11 de minerais, les acheteurs de minerais auprès des creuseur·euse·s, les propriétaires des hangars eux-mêmes et toute personne ayant bénéficié d’un minerai. L’organisation du travail dépend des moyens et possibilités de chaque propriétaire. Certaines femmes travaillent en étroite collaboration avec leur mari, leurs parents utérins (parents maternels) ou agnatiques (parents paternels) qui traitent leurs minerais chez elles. Par ailleurs, certaines femmes recrutent et formalisent des contrats avec des femmes lobi.

Y a des femmes fortes qui ont le hangar, là. Elles ont du matériel, par exemple, pour utiliser trois à quatre personnes. Est-ce que tu vois ? Elles mettent les sœurs, ses filles… (agent de sécurité, Kampti, 3 mars 2014).

25L’étude de cas présentée dans l’encadré ci-après, qui décrit le mode d’organisation du travail dans un hangar, met en évidence le développement social et économique de l’activité d’une femme gérante de hangar. Cet exemple éclaire différemment les différents modes de fonctionnement et de contractualisation liés à ce type d’entreprise.

Étude de cas : Adja (nom fictif), gérante de hangar

Rencontrée pour la première fois en mars 2012 dans le comptoir de Bantara, Adja, d’ethnie moaga, est originaire du plateau central du Burkina Faso. Elle est la doyenne des femmes propriétaires de hangars du site de Bantara depuis 2008 (date de son arrivée sur le site). Veuve depuis 1994, elle se lance dans l’orpaillage pour échapper au lévirat et subvenir aux besoins de ses enfants. Entrepreneuse économique dans la gestion des hangars, elle migre de site en site. Son hangar et sa chambre d’habitation, tous deux construits en secco, étaient jumelés. Le hangar abritait le matériel de traitement de l’or : une rampe, de grandes bassines, une barrique (250 litres) et un bidon de 20 litres servant de réserve d’eau. Très souriante, elle m’offre une place où m’asseoir et de l’eau pour me rafraîchir. Au cours de nos échanges, elle reçoit un appel téléphonique, l’informant de la découverte d’un nouveau filon, ce qui lui fait dire : « Nous sommes comme des pigeons. Si on entend seulement qu’il y a eu une apparition de l’or sur telle colline, on part seulement ! »
Pour l’installation de son hangar sur le « comptoir » de Bantara, Adja a dû remplir « les quatre conditions ». Premièrement, elle a dû négocier avec le patron du comptoir. Deuxièmement, elle a dû négocier avec ses clients (patrons de galeries, creuseurs, propriétaires terriens, acheteurs de minerais) pour qu’ils revendent leur or au patron du comptoir. Troisièmement, elle a apporté son matériel de traitement du minerai. Enfin, elle a payé 10 000 francs CFA (environ 15 euros) aux agents des eaux et forêts pour compenser le bois qu’elle avait utilisé pour la construction de son hangar et de son habitation. Outre ces conditions, elle paie 5 000 francs aux agents des Eaux et Forêts, chaque année. Adja a employé une femme lobi dont le rôle est d’aller puiser l’eau, de veiller sur le matériel lorsque les clients (creuseurs, chef de trous, acheteur de minerais, propriétaire terriers) sont nombreux, de concasser le minerai et de l’aider pour le lavage. Cette femme perçoit une rémunération mensuelle fixée à 10 000 francs CFA (15,24 euros), ce montant pouvant être revu à la hausse en période de fort rendement. Un jeune Lobi ravitaille le hangar en eau au moyen d’une barrique de 250 litres, à raison de 750 francs la barrique. Le contrat entre Adja et ses clients se schématise ainsi : soit elle met son matériel de lavage à la disposition de ses clients ; soit elle lave le minerai elle-même, auquel cas, elle peut se rémunérer sur la boue issue des lavages ; elle peut alors choisir de relaver ses boues, ou bien les revendre aux utilisateurs de cyanure pour traitement.
Adja estime que l’argent qu’elle gagne lui permet d’entretenir ses enfants, sa famille et celle de son défunt mari. Ses enfants sont au nombre de quatre, deux garçons et deux filles. Les deux garçons sont scolarisés : l’aîné, étudiant, vit en cité universitaire ; l’autre, en classe de CM2, vit avec sa grand-mère paternelle. Quant aux deux filles, elles sont mariées. Selon Adja, son activité de femme orpailleuse lui permet de s’en sortir, et elle ne pense pas pouvoir exercer une autre activité plus rentable : « L’activité m’aide beaucoup : je m’occupe de mes enfants, ma maman (la belle-mère) qui se trouve au village. [...]. Je ne pense pas que je pourrai exercer encore une autre activité. »
En mars 2014, lorsque je retourne sur le site de Bantara, une femme me confirme qu’Adja a migré sur un autre site d’orpaillage.

Cyanuration et autonomisation économique des femmes

26Dans les années 2012, les femmes travaillant sur les sites aurifères étaient en minorité et la plupart d’entre elles étaient gérantes de hangars. À partir de 2014, leur situation a évolué, et elles seraient désormais majoritaires sur un certain nombre de sites : c’est en tout cas ce dont témoignent les responsables des sites de Bantara et de Fofora. Certaines de ces femmes habitent sur les sites mêmes avec leurs maris, d’autres y vivent avec des compagnons. C’est le cas des veuves, des divorcées et des célibataires. La majorité des femmes propriétaires de hangars rencontrées s’enrichissent de la vente des yẽnko aux utilisateurs de la technique de cyanuration (Fig. 6).

Fig. 6 : Bassin de cyanuration, Diébougou, dans le Sud-Ouest, 20 avril 2015

Fig. 6 : Bassin de cyanuration, Diébougou, dans le Sud-Ouest, 20 avril 2015

© Alizèta Ouédraogo.

Fig. 7. Boues issues de la cyanuration, Diébougou, dans le Sud-Ouest, 20 avril 2015

Fig. 7. Boues issues de la cyanuration, Diébougou, dans le Sud-Ouest, 20 avril 2015

© Alizèta Ouédraogo

  • 12 Cet alinéa stipule que « [s]auf dérogation accordée par le directeur général des Mines, de la Géolo (...)

27L’utilisation du cyanure au sein de l’extraction artisanale est condamnée par l’État burkinabè dans l’alinéa 4 de l’article 166 du décret no 2005-047/PRESS/PM/MCE portant gestion des autorisations et titres miniers au Burkina Faso12 : « C’est interdit ! » (agent de sécurité, 3 mars 2014). Mais, comme le souligne Mégret, la mise en application de cet alinéa se révèle problématique par bien des aspects :

[T]outefois, l’application de ces mesures, ainsi qu’on le voit, qu’il s’agisse de produits chimiques (mercure, cyanure, acide sulfurique ou nitrique) ou de substances explosives est inexistante. En effet, l’État ne peut officiellement reconnaître et encore moins encourager l’usage de tels produits. En pratique, ceux-ci sont plus que tolérés. D’une part, les orpailleurs ne disposent pas d’autres moyens pour amalgamer l’or filonien. D’autre part, l’État burkinabè ne dispose pas des moyens nécessaires pour appliquer une telle mesure. Enfin, l’engagement d’un tel rapport de forces avec les orpailleurs risquerait d’entraîner de graves conséquences en termes de « paix sociale » (Mégret 2013 : 228).

28Les utilisateurs du cyanure achètent les « boues » (Fig. 7) à des coûts suffisamment élevés pour permettre à des gérantes de hangar de s’assurer un chiffre d’affaires considérable grâce aux yẽnko, comme en témoigne cette gérante rencontrée le site de Fofora, en 2012 :

Les utilisateurs du cyanure achètent bien les tas de boues. L’année passée, j’ai vendu mon yẽnko à 500 000 francs CFA (762 euros). [...]. La boue que tu vois entassée là, c’est de l’argent !

29Au fil du temps, les femmes lobi ont accumulé une indéniable expérience et appris à maîtriser les techniques de traitement du minerai. En 2014, nous avons constaté, sur les différents sites explorés, qu’une concurrence rude s’instaurait entre hommes et femmes pour la monopolisation des hangars. Cette situation a été favorisée par la mise en place de clauses contractuelles formelles (non écrites) par les orpailleurs eux-mêmes en vertu desquelles les résidus et boues issus du lavage – contenant des particules si fines que seule la cyanuration permet de les extraire – reviennent au propriétaire du hangar.

30Notre passage, en avril 2015, sur des sites aurifères du sud-ouest du Burkina, nous a permis de constater que la situation économique des tãngpogsé (enrichies par la vente de ces boues) semble se dégrader suite à la mise en place du nouveau mode de gestion de ces résidus. Certaines sociétés d’achat et de vente d’or, ainsi que les détenteurs d’autorisation d’exploitation, entendent s’approprier les boues issues de leurs sites d’exploitation en imposant leur prix aux orpailleuses et en s’assurant un contrôle de l’ensemble de la chaîne, du traitement du minerai à sa commercialisation. Certaines entreprises font de cette mainmise l’une des conditions d’installation des hangars de traitement de l’or, privant ainsi leurs client·e·s ainsi que les propriétaires de hangar des bénéfices que leur assurait la vente de ces boues. Cette confiscation des yẽnko par les sociétés d’achat et de vente d’or et par les détenteurs d’autorisation d’exploitation plonge ces femmes dans la pauvreté. Le procédé de cyanuration semble avoir fait de ces boues un élément stratégique, que tous les acteurs de la chaîne d’orpaillage tentent de s’approprier.

31D’autres facteurs rendent la situation des détentrices de hangars difficile : une pression démographique accrue, du fait de la compétition de ce type d’orpaillage avec celui que pratiquent les exploitations industrielles ; la raréfaction des sites d’orpaillage ; un taux de chômage par ailleurs élevé, entraînant une forte migration vers les sites.

32Fruit de ces stratagèmes pour s’accaparer les boues, de la rivalité entre orpailleurs et sociétés minières, et de la migration massive des orpailleurs, la vulnérabilité économique des tãngpogsé n’a fait que s’aggraver, depuis les années 2000 qui marquent le début de l’orpaillage dans le Sud-Ouest (Arnaldi di Balme et Lanzano 2014). Des gérantes de hangars, rencontrées en 2017, témoignent de l’augmentation du nombre de transactions sexuées entre gérantes (célibataires ou veuves, lobi comme migrantes) et clients (orpailleurs, ou tout détenteur de minerai), et de la mise en place de cette autre forme de commerce par des gérantes de hangar en quête de solutions pour leur activité : « les tãngpogsé qui sont célibataires et qui gèrent des hangars se prostituent toutes pour avoir des clients », nous confiait ainsi une commerçante vivant sur le site de Bantara, le 5 juillet 2017.

33Avant l’arrivée des migrants, dans les années 2000, les femmes lobi pratiquaient l’orpaillage alluvionnaire ou éluvionnaire tandis que les hommes lobi se méfiaient de l’or, considéré comme sacré. Puis, l’arrivée d’orpailleurs migrants confronte l’orpaillage alluvionnaire à la concurrence d’une activité d’un autre type, l’orpaillage filonien. Cette situation entraîne la mise en place de hangars équipés de rampes ou sluice boxes, bassines, plats, dont les règles de fonctionnement sont établies par les différents responsables des sites. Selon les responsables de sites rencontrés, en 2012, le pourcentage des hommes propriétaires de hangars dépassait celui des femmes, ce qui n’est plus le cas à partir de 2014. Cependant, les nouvelles technologies dans le domaine du traitement du minerai sont à l’origine d’un nouveau cycle de mises à l’écart et de marginalisations. Les femmes (lobi et migrantes) qui tiraient profit de la vente des boues issues du traitement de l’or se voient de nouveau mises à l’écart par les hommes qui cherchent, à leur tour, à devenir propriétaires de hangars. Cette concurrence galopante est liée à l’augmentation de la valeur des boues et résidus depuis l’introduction du processus de cyanuration, qui permet d’extraire les fines particules échappant au lavage du minerai sur les sluice boxes. De cette nouvelle vulnérabilité socioéconomique des tãngpogsé naissent de nouvelles alliances circonstancielles et de multiples formes de transactions sexuelles. Cette situation soulève un certain nombre d’interrogations quant au sujet de la maternité sur des territoires où les femmes se trouvent, en plus de tout le reste, confrontées à la prise en charge de leur grossesse.

Haut de page

Bibliographie

Arnaldi Di Balme Luigi, Lanzano Cristiano, 2013, Entrepreneurs de la frontière : le rôle des comptoirs privés dans les sites d’extraction artisanale de l’or au Burkina Faso, Politique africaine 131 : 27-49.

— 2014, Gouverner l’éphémère. Étude sur l’organisation technique et politique de deux sites d’orpaillage (Bantara et Gombélèdougou, Burkina Faso), Burkina Faso, Étude Récit 37, Laboratoire Citoyenneté, [en ligne] : www.academia.edu/6761635/Gouverner_l%C3%A9ph%C3%A9m%C3%A8re._Etude_sur_lorganisation_technique_et_politique_de_deux_sites_dorpaillage_Bantara_et_Gomb%C3%A9l%C3%A8dougou_Burkina_Faso_with_L._Arnaldi_di_Balme_?auto=download.

Capitant Sylvie, 2017, Les « populations » à l’assaut des mines : économie morale de la contestation minière au Burkina Faso, in Michèle Leclerc-Olive (dir), Anthropologie des prédations foncières. Entreprises minières et pouvoirs locaux, Paris, Éditions des archives contemporaines : 29-46.

Carbonnel Jean-Pierre, 1991, L’orpaillage au Burkina Faso et au Mali, in Émile Le Bris, Étienne Le Roy, Paul Mathieu (dir.), L’Appropriation de la terre en Afrique noire. Manuel d’analyse, de décision et de gestion foncière, Paris, Karthala : 122-130.

Cuvelier Jeroen, 2014, Work and Masculinity in Katanga’s Artisanal Mines, Africa Spectrum 49/2: 3-26, GIGA (German Institute of Global and Area Studies), [en ligne]: http://nbn-resolving.org/urn/resolver.pl?urn:nbn:de:gbv:18-4-7521.

Djiga Ahmed Habib, 2009, La gouvernance locale à l’épreuve des migrations dues aux changements climatiques. Cas des rapports entre conseils villageois de développement et chefs traditionnels au Burkina Faso dans la gestion des conflits sociaux, VertigO 6, Hors série, [en ligne] : www.legiburkina.bf.

Gohier Christiane, Desautels Luc, Jutras France, 2010, Les préoccupations éthiques chez des enseignants de l’ordre collégial : caractéristiques, points de repère et stratégies de résolution, Revue des sciences de l’éducation 36 (1) : 213-231. [En ligne] : https://doi.org/10.7202/043993ar

Hatcher Pascale, 2005, Les enjeux politico-économiques de l’activité artisanale : le cas de la nouvelle législation minière au Burkina Faso, note de recherche, Groupe de recherche sur les activités minières législation en Afrique (GRAMA), université du Québec à Montréal (UQAM).

Leclerc-Olive Michèle (dir.), 2017, Anthropologie des prédations foncières. Entreprises minières et pouvoirs locaux, France, Éditions des archives contemporaines.

Mégret Quentin, 2008, L’or « mort ou vif ». L’orpaillage en pays lobi burkinabé », in Michèle Cros, Julien Bonhomme (dir.), Déjouer la mort en Afrique. Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches, Paris, L’Harmattan : 15-41.

— 2013, L’Argent de l’or. Exploration anthropologique d’un « boom » aurifère dans la région sud-ouest du Burkina Faso, thèse sous la direction de Michèle Cros, sociologie et anthropologie, université Lumière Lyon 2.

Nikiéma Norbert, Kinda Jules, 1997, Dictionnaire orthographique du mooré, Burkina Faso, sous-commission nationale du mooré.

OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), 2018, L’or à la croisée des chemins. Étude d’évaluation des chaînes d’approvisionnement en or produit au Burkina Faso, au Mali et au Niger, [en ligne] : http://mneguidelines.oecd.org/Evaluation-des-chaines-approvisionnement-en-or-produit-au-Burkina-Faso-Mali-Niger.pdf.

Ouédraogo Alizèta, 2014, « Tãngpogsé » : les femmes de la colline. Anthropologie de l’orpaillage au féminin (Burkina Faso), Mémoire de Master 2 Recherche, sous la direction de Michèle Cros, Université Lumière Lyon 2, Lyon.

— 2020, Gold Panning and the Covid-19 Pandemic in South-Western Burkina Faso, Gold Matters, [en ligne]: http://gold-matters.org/?p=911.

Père Madeleine, 1988, Les Lobi. Tradition et changement, 2 tomes, Laval, Éditions Siloë.

Ross Lorne, 1978, Placer mining sluice box apparatus and method, U.S. Patent Documents, Canada, [en ligne] : https://patents.google.com/patent/US4199441A/en.

Rouville Cécile de, 1987, Organisation sociale des Lobi. Une société bilinéaire du Burkina Faso, Paris, L’Harmattan.

Sangaré Oumar, Mundler Patrick, Ouédraogo Lala Safiatou, 2016, Institutions informelles et gouvernance de proximité dans l’orpaillage artisanal. Un cas d’étude au Burkina Faso, Revue Gouvernance 13 (2) : 53-73. [En ligne] : https://doi.org/10.7202/1039240ar.

Schneider Klaus, 1993, « Extraction et traitement rituel de l’or », in M. Fieloux, J. Lombard, J-M Bambou-Ferrand (éd.), Images d’Afrique et Sciences sociales : Les Pays Lobi, Biritor et Dagara, Paris, Karthala/Orstom : 191-197. Thune Matthieu, 2011, L’industrialisation de l’exploitation de l’or à Kalsaka, Burkina Faso : une chance pour une population rurale pauvre ?, EchoGéo 17, [en ligne] : http://echogeo.revues.org/12535.

Werthmann Katja, 2007, Dans un monde masculin : le travail de femmes dans un camp de chercheurs d’or au Burkina Faso, in Élisabeth Boesen, Laurence Marfaing (dir.), Les Nouveaux Urbains dans l’espace Sahara-Sahel. Un cosmopolitisme par le bas, Paris, Karthala : 297-324.

Décrets et textes de loi

Code minier du Burkina Faso, 2015, loi no 036-2015/CNT, [en ligne] : www.eisourcebook.org/cms/February%202016/Burkina%20Faso%20Mining%20Code%20(in %20French %20).pdf.

Décret no 2005-047/PRES/PM/MCE du 3 février 2005 portant gestion des autorisations et titres miniers au Burkina Faso.

Décret n° 2007-032/PRES/PM/MATD portant organisation, composition et fonctionnement des conseils villageois de développement (CVD) au Burkina Faso.

Loi no 0131-2003/AN portant code minier au Burkina Faso.

Haut de page

Notes

1 Code minier 2015 du Burkina Faso : 6.

2 Ces données sont à prendre avec réserve car la méthodologie utilisée pour le décompte des sites aurifères au Burkina Faso n’est pas connue.

3 C’est bien le nom de l’un des sites du pays lobi, à Kampti, que nous avons explorés. Le minerai issu de ses galeries alimente le site de Bantara.

4 Forme d’entretien de groupe, le focus group (groupe de discussion) permet les échanges et la réflexion avec des personnes sur des thématiques précises, ce que ne permettent pas des entrevues sur une base individuelle. (Gohier et al., 2010).

5 La technique de cyanuration consiste à extraire les fines particules d’or contenues dans les yênko, ou « boues » issues du « lavage » du minerai, à l’aide d’une solution de cyanures et de zinc.

6 Les Ivoiriens ont migré vers le Burkina Faso à la recherche d’emplois suite à la crise sociopolitique de 2002 qui perdurait en Côte d’Ivoire.

7 Les premiers migrants à prendre d’assaut les sites d’orpaillage du Sud-Ouest dans les années 2000 sont des Moose, ethnie majoritaire du Burkina Faso. La plupart d’entre eux viennent du plateau central. Ils ont imposé leur langue et leurs pratiques de l’orpaillage sur les sites, où les concepts en mooré sont nombreux.

8 Le CVD est un représentant de l’État qui, par rapport à la gestion du foncier, tend à se substituer au « maître de la terre », dont c’est traditionnellement l’une des prérogatives. Selon Djiga (2009 : 3), les CDV sont notamment chargés de « participer à la recherche des solutions aux problèmes fonciers et de gestion de l’espace villageois [et de] créer toutes les conditions nécessaires à la gestion, l’entretien et la valorisation des infrastructures et des ressources naturelles [...]. Ainsi naît une compétition, voire une rivalité entre chefs traditionnels et CVD en matière environnementale car l’autorité effective du chef traditionnel dépend de son pouvoir de décision dans le domaine de la gestion des ressources naturelles ; or la loi confère cette prérogative aux CVD ». Djiga s’est inspiré de l’article 10 du décret 2007-032/PRES/PM/MATD portant organisation, composition et fonctionnement des conseils villageois de développement (CVD) au Burkina Faso.

9 Cette rentabilité est estimée en fonction des périodes de fermetures / ouvertures des sites, des pandémies ou épidémies (Covid 19, Ébola, choléra), et des catastrophes naturelles (pluies diluviennes notamment ; Ouédraogo, 2020).

10 Le 29 mars 2012, sur le site de Bantara, une gérante de hangar se confie en ces termes : « Il faut négocier avec les clients pour qu’ils revendent leur or au patron du site. Chaque semaine il faut donner 1 gramme d’or au patron ».

11 Dès l’aube, les femmes se rendent sur les sites d’extraction pour ramasser la terre, avec l’accord des creuseurs, et ne rentrent que le soir. C’est la partie qui précède la roche. Pour atteindre le filon, les orpailleurs creusent et enlèvent ces particules qui contiennent des petits cailloux. Ces pierres sont ensuite séchées, concassées, passées au moulin et traitées au niveau des hangars.

12 Cet alinéa stipule que « [s]auf dérogation accordée par le directeur général des Mines, de la Géologie et des Carrières, l’utilisation des substances explosives pour l’abattage et celle des produits chimiques pour le traitement des minerais sont interdites ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La région du sud-ouest du Burkina Faso.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-1.png
Fichier image/png, 750k
Titre Fig. 1. Hangars de traitement de l’or, site de Bantara, 2014
Crédits © Alizèta Ouédraogo
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-2.png
Fichier image/png, 371k
Titre Fig. 2 : Calebasse
Crédits © Alizèta Ouédraogo.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-3.png
Fichier image/png, 300k
Titre Fig. 3 : Balai
Crédits © Alizèta Ouédraogo.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-4.png
Fichier image/png, 318k
Titre Fig. 4 : Sluice box ou rampe
Crédits © Alizèta Ouédraogo.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-5.png
Fichier image/png, 278k
Titre Fig. 5. Processus de traitement du minerai filonien et alluvionnaire/éluvionnaire
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-6.png
Fichier image/png, 121k
Titre Fig. 6 : Bassin de cyanuration, Diébougou, dans le Sud-Ouest, 20 avril 2015
Crédits © Alizèta Ouédraogo.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-7.png
Fichier image/png, 690k
Titre Fig. 7. Boues issues de la cyanuration, Diébougou, dans le Sud-Ouest, 20 avril 2015
Crédits © Alizèta Ouédraogo
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alizèta Ouédraogo, « Les détentrices de hangars de traitement de l’or face à la technique de cyanuration (sud-ouest du Burkina Faso) », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 168-187.

Référence électronique

Alizèta Ouédraogo, « Les détentrices de hangars de traitement de l’or face à la technique de cyanuration (sud-ouest du Burkina Faso) », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9528

Haut de page

Auteur

Alizèta Ouédraogo

Assistante de recherche/Doctorante en anthropologie

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search