Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1MélangesComptes rendusKulesza Patrick, Robillard Marine...

Mélanges
Comptes rendus

Kulesza Patrick, Robillard Marine (dir.), 2019, Quel avenir pour les Pygmées à l’orée du xxie siècle ? Qui sont-ils, que subissent-ils, comment font-ils face ?

Paris, GITPA / L’Harmattan, « Questions autochtones », 482 p.
Étienne Bourel
p. 217-220

Texte intégral

1Difficile de commencer à parler de l’ouvrage édité sous la direction de Patrick Kulesza et Marine Robillard sans reprendre avec toute leur intensité les qualificatifs utilisés par Serge Bahuchet dans sa préface et à son endroit : « très important » (p. 11), « exceptionnel » (p. 13). Après le long soupir qui vient ponctuer la lecture des dernières pages, de telles expressions paraissent effectivement appropriées tant les traits convergents de la mosaïque des situations détaillées au long des chapitres établissent une problématique sociale aussi criante que, en somme, discrète. Et l’on divague presque, un instant, à l’idée qu’une telle publication, sortant des cercles académiques ou d’initié·e·s, puisse avoir quelque influence sur le cours du monde et l’esprit du temps.

  • 1 Groupe international de travail pour les peuples autochtones, URL : https://gitpa.org.
  • 2 Journal des africanistes 82 (1-2), 2012, « Identités “pygmées” dans un monde qui change : questions (...)

2Onzième volume de la collection « Questions autochtones » chez L’Harmattan, Quel avenir pour les Pygmées à l’orée du xxie siècle ? est une production du GITPA1, branche francophone et membre institutionnel de l’International Work Group for Indigenous Affairs (IWGIA). Il dresse un panorama assez large et à visée potentiellement opérationnelle des conditions d’existence concrètes des populations qualifiées de « Pygmées » en Afrique centrale, constituant ainsi un contrepoint pertinent à l’état des lieux des recherches sur la question publiée dans le Journal des africanistes en 20122. Le livre est composé de trente et un textes qui, après la préface de Bahuchet et l’introduction des éditeurs, sont divisés en trois parties principales : « Qui sont les Pygmées ? », « Que subissent-ils ? » et « Comment font-ils face ? » Dans une optique didactique, chacune de ces parties se termine par un récapitulatif des principaux points abordés. Certains textes sont des traductions ou des republications. Comme plusieurs d’entre eux ont été rédigés collectivement, la liste des contributeur·trice·s est longue. Elle présente une variété de profils (principalement africains) allant des premier·ère·s concerné·e·s (un chapitre propose les « témoignages de trois leaders pygmées ») à des activistes, des expert·e·s, des membres d’ONG, des ingénieur·e·s et des chercheur·euse·s. De ce fait, les contributions sont très variées dans leur forme : une richesse. Cela dit, c’est sur le plan formel également que se situe la principale limite de l’ouvrage : le travail d’édition n’est pas abouti et, au fur et à mesure que passent les pages, la lecture et la compréhension s’en trouvent perturbées. Les éditeurs ont fait le choix de rassembler la bibliographie à la fin de l’ouvrage mais il manque de nombreuses références citées. Pour certains chapitres, les références sont uniquement en notes, parfois, elles sont en note et à la fin de l’ouvrage, parfois, elles sont juste absentes. Les notes elles-mêmes commencent parfois par des numérotations fantaisistes ou ne renvoient à rien. On peut également regretter la qualité généralement médiocre de la reproduction des illustrations. Si cela ne gêne pas trop pour les schémas, plus d’une carte est quasiment illisible. Il est enfin possible de relever quelques approximations lexicales. On l’aura compris, toutefois, la question n’est pas de s’arrêter sur de telles remarques.

3Grand témoin de l’entreprise, Bahuchet préface le livre en synthétisant ses enjeux (politiques) et en reprenant l’une des lignes qui avait déjà caractérisé le volume de 2012 du Journal des africanistes, déconstruire mythes et clichés (« on ne le dira jamais assez : les “Pygmées” n’existent pas ; ceux qui existent portent des noms, Baka, Aka, Twa, Bongo, Efe, Sua, parmi d’autres », p. 13) et sortir des oppositions binaires entre « Pygmées » et « Bantous », sédentaires et nomades, « Pygmées traditionnels » et « Pygmées acculturés ». La simple idée que les coordinateurs aient fait le choix (politique) de reprendre le terme « Pygmées » dans le titre de l’ouvrage suffit à donner une métrique de l’ampleur de la tâche… Dans leur introduction, Kulesza et Robillard évoquent la représentation d’organisations pygmées aux Nations unies et brossent le portrait des pays d’Afrique centrale qui seront abordés au cours des contributions, à l’aide d’indications quantitatives et de précisions générales sur la situation des forêts du bassin du Congo (couverture forestière, déforestation, aires protégées). Après avoir rappelé les principaux conflits armés dans la région depuis les indépendances, ils retracent l’émergence de la question des droits des Pygmées.

  • 3 Complétant, en cela, l’ouvrage de Cécile Ott-Duclaux-Monteil, 2013, Exploitation forestières et dro (...)
  • 4 Sille Stidsen et Marianne Wiben Jensen (dir.), 2007, Exploitations forestières et peuples autochton (...)

4La première partie (« Qui sont les Pygmées ? ») est composée des contributions de Robillard et Bahuchet, Susanne Fürniss, Glory Manambowoh Lueong, Zoé Quétu, Kiyoshi Takeuchi et Paul Verdu. Elle permet de brosser un premier portrait des différentes populations communément rassemblées sous le qualificatif « Pygmées », des rives de l’Atlantique aux Grands Lacs, en mettant l’accent sur les déconstructions intellectuelles à mener pour les comprendre et sur leurs diversités : diversité des groupes ethniques, des langues, des pratiques musicales et rituelles, des relations hiérarchiques internes et avec les groupes voisins, des profils génétiques. Bien longue est la liste des clichés dont il est ainsi donné l’occasion de sortir. La deuxième partie (« Que subissent-ils ? ») est divisée en plusieurs sous-parties (racisme et discrimination, expulsion des aires protégées et des sites de patrimoine mondial, conflits fonciers, déclin de la faune, conflits armés et régression du rôle des femmes). On y trouve les contributions de Jérémie Misilikare, Fernando Ramirez Rozzi, Victor Amougou-Amougou et Olivia Woodburne, Buhereko Roger Muchuba, Judy Knight, Patrick Saidi Hemedi, Romain Duda et Sandrine Gallois, Victor Amougou-Amougou une nouvelle fois, Zoé Quétu et Jean Nke Ndih. Ces pages sont régulièrement saisissantes par la variété et l’ampleur des violences décrites : marginalisation des Twa au Rwanda, des Baka au Cameroun ; migrations forcées, restrictions de droits d’usage, absence de consultation effective dans le cadre de la création de parcs nationaux et de l’inscription de ceux-ci au patrimoine mondial de l’Unesco ; difficulté de reconnaissance des droits fonciers ; stigmatisation des pratiques cynégétiques ; absence d’aide aux réfugié·e·s ; conflits armés passés sous silence ; changements sociaux entraînant l’infériorisation des femmes. La troisième partie (« Comment font-ils face ? ») est la plus longue et se veut un peu plus nuancée. À travers les articles de François-Philippe Gallois, Abel Koulaninga, René-Faustin Bobo Bobo, Jérémie Gilbert, Jean-Magloire Yebega Ayissi, Joseph Armathé Amougou, Patrice Bigombe Logo et Noëlle Nadège Abomo, Jean-Pierre Nguede Ngono, Diel Mochire Mwenge, Liberate Nicayenzi et Messe Venant, Esimola Willy Loyombo, Francesca Thornberry, Bernard-Aristide Bitouga, Emmanuel Bayeni, Jean-Jacques Urbain Mathamale, Olivier-Dismas Ndayambaje et Catherine Odimba Kombe et Kuditshini Jacques Tshibwabwa, sont abordées les questions d’accès à l’éducation, d’accès à la citoyenneté, d’accès à la justice, d’adaptation et de résilience, d’émergence de leaders, de préservation de savoirs, de reconnaissance des droits fonciers, du rôle des femmes dans l’agriculture et de recours aux droits. Si les obstacles ne manquent pas, certaines solutions ou avancées sociales sont discutées en matière de scolarisation, de participation politique, de mobilisation auprès des institutions internationales, de réponse aux effets du changement climatique, de modifications législatives et réglementaires3. Les thématiques abordées par l’ouvrage sont donc particulièrement nombreuses, ce qui en fait d’emblée une référence. La lectrice ou le lecteur cherchant des compléments d’analyse ou des nuances plus fines face à certaines positions parfois très tranchées pourra se reporter au volume du Journal des africanistes de 2012, même si, mises en regard, les argumentations qu’on y trouve semblent facilement compassées. Par ailleurs, on peut regretter qu’il ne soit presque rien dit sur la Guinée équatoriale. Également, ce sont surtout les interactions entre « Pygmées » et « Bantous » qui sont discutées et, si la présence des entreprises et industries opérant en zones forestières sont abordées à différents paragraphes, des contributions voire un chapitre complet aurait pu leur être consacré, ce qui aurait actualisé les réflexions proposées dans un précédent volume de la collection « Questions autochtones4 » et aurait complété opportunément la documentation sur les populations européennes et asiatiques en Afrique centrale.

Haut de page

Notes

1 Groupe international de travail pour les peuples autochtones, URL : https://gitpa.org.

2 Journal des africanistes 82 (1-2), 2012, « Identités “pygmées” dans un monde qui change : questions et recherches actuelles ».

3 Complétant, en cela, l’ouvrage de Cécile Ott-Duclaux-Monteil, 2013, Exploitation forestières et droits des peuples autochtones en Afrique centrale, Paris, L’Harmattan.

4 Sille Stidsen et Marianne Wiben Jensen (dir.), 2007, Exploitations forestières et peuples autochtones, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourel, « Kulesza Patrick, Robillard Marine (dir.), 2019, Quel avenir pour les Pygmées à l’orée du xxie siècle ? Qui sont-ils, que subissent-ils, comment font-ils face ? », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 217-220.

Référence électronique

Étienne Bourel, « Kulesza Patrick, Robillard Marine (dir.), 2019, Quel avenir pour les Pygmées à l’orée du xxie siècle ? Qui sont-ils, que subissent-ils, comment font-ils face ? », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9631

Haut de page

Auteur

Étienne Bourel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search