Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1MélangesComptes rendusSalvaing Bernard (dir.), 2015, Po...

Mélanges
Comptes rendus

Salvaing Bernard (dir.), 2015, Pouvoirs anciens, pouvoirs modernes dans l’Afrique d’aujourd’hui [avec la participation de François Gaulme et Claude-Hélène Perrot]

Rennes, PUR, « CRHIA Enquêtes et Documents » 52, 242 p.
Serge Dewel
p. 220-223

Texte intégral

1Si la collection « Enquêtes et Documents », bien qu’ouverte sur le monde, est rarement centrée sur l’Afrique, le numéro 52 lui est exclusivement dédié par la publication des actes d’un colloque tenu à l’université de Nantes, sous la direction de Bernard Salvaing, qui fut par ailleurs l’organisateur du colloque. Partant du constat de l’échec des États issus de la décolonisation et prenant acte des unités nationales en faillite depuis la fin de la guerre froide et la chute du monde bipolaire, la réflexion s’est progressivement portée sur la relation entre État et nation. Il en résulte « un renouveau de la réflexion sur l’État » et une approche nouvelle des politiques d’aide aux États. Partant de ce constat, les organisateurs du colloque – Salvaing (Nantes), Claude-Hélène Perrot (Paris 1) et François Gaulme (AFD et ICP) – ont orienté leur réflexion sur l’influence des pratiques anciennes du pouvoir traditionnel sur l’État contemporain en Afrique, ce que le titre exprime clairement.

2Ce qui transparaît moins bien, dans le titre, c’est la restriction de la réflexion à l’Afrique francophone, que le directeur de l’ouvrage justifie par « l’immensité du territoire concerné » (p. 11). Il me semble au contraire que la réflexion aurait pu s’enrichir dans la comparaison avec la situation prévalant en Afrique anglophone, où l’indirect rule fut le modèle colonial prédominant. L’espace francophone aurait aussi pu être étendu au Congo ex-belge, et ainsi alimenter la comparaison entre deux traditions colonisatrices francophones différentes. Et que dire de l’absence de l’Éthiopie, africaine et sans passé colonial (l’occupation militaire italienne de 1936 à 1941 pouvant difficilement être considérée comme une colonisation) ? Si l’on peut regretter l’absence de cette dimension comparatiste, limitant la réflexion au cadre français plus que francophone, cela n’enlève rien à l’intérêt des quinze analyses qui sont ici rassemblées.

3Après une courte introduction, l’ouvrage se divise en quatre parties plus ou moins chronologiquement organisées et rassemblant chacune plusieurs communications. La ligne de partage, tracée aux alentours de la fin de la guerre froide, isole les systèmes postcoloniaux à parti unique des expériences de démocratisation post-1989, cependant caractérisées par des résistances quand les tentatives multipartistes restent insuffisantes à garantir à elles seules une expérience démocratique. Ce cadre politique évolutif ne pourrait trouver son explication, selon les organisateurs du colloque, que dans une réflexion portant sur « l’influence des modèles anciens de pouvoir sur les pratiques actuelles » (p. 12). Le cheminement suivi, des indépendances aux conférences nationales, pourrait laisser entrevoir un parti pris évolutionniste implicite, selon lequel l’idéal politique à atteindre serait la démocratie à l’européenne. Ainsi, les États africains reçoivent une place sur une ligne du temps courant depuis leur avènement et mesurant le chemin parcouru dans cette direction.

  • 1 Michel Foucher, 1991, « Frontières à retracer : un point de vue du géopoliticien », Frontières et l (...)

4D’un point de vue strictement épistémologique, nous réfutons l’argument selon lequel nation et État se seraient développés simultanément en métropole, alors qu’en Afrique l’État y aurait précédé la nation (p. 9-10). Ce serait oublier à quel point les institutions de la iiie République française se sont attachées à construire la nation française, à commencer par lui imposer une langue commune. Était-il aussi nécessaire de rappeler l’argument des « frontières souvent arbitraires » (p. 9) : comment pourrait-il en être autrement d’une frontière ? Rappelons, comme l’a fort bien démontré Michel Foucher, qu’une frontière « naturelle » n’existe pas1.

5La première partie, consacrée à « Quelques aspects des nouveaux pouvoirs issus des indépendances », rappelle – par l’exploration parallèle du Sénégal (Tony Chafer), d’une part, et du Mali et de la Côte d’Ivoire (Aurélie Baxa, Salvaing et Thibault Simonet), d’autre part – le poids de l’héritage politique laissé par le colonisateur. Qu’il s’agisse du rôle surdimensionné des armées (Guy de Haynin de Bry), façonnées par celui-ci, dans les jeunes États, ou des partis uniques, la stratégie de décolonisation visait à maintenir un contrôle de l’ancienne métropole à moindre coût, comme l’exprime très bien le titre de la première contribution, « Partir pour mieux rester : le cas du Sénégal » (Chafer). La Côte d’Ivoire pro-occidentale ou le Mali socialiste n’ont adopté une idéologie extérieure qu’en apparence, afin d’attirer l’aide extérieure. Cependant, le modèle politique demeure commun, « proprement ouest-africain et postcolonial » (Axa et al.).

  • 2 Jean-François Bayart, 1989, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

6Le thème central du colloque se trouve développé dans la deuxième partie, la plus fournie, sous le titre de « Pouvoirs anciens dans l’Afrique d’autrefois, pouvoirs nouveaux dans l’Afrique d’aujourd’hui » et totalisant six contributions. Le politologue Jean-François Bayart a brillamment établi l’historicité des sociétés africaines2. À n’en pas douter, l’État n’est pas une invention exogène inoculée à l’Afrique lors de la colonisation, et les cas d’étude mobilisés par les contributions de cette partie illustrent ce principe. Les systèmes anciens n’étaient pas le despotisme que l’on s’est longtemps plu à affirmer, et des instruments de limitation des pouvoirs et de contrôle de l’État avaient été mis en place par les différentes sociétés : les Akan de Côte d’Ivoire (Perrot), les Peuls du Fouta-Djalon (Salvaing), les Peuls du Nord-Cameroun (Théodore Takou), l’État né de la décolonisation de Madagascar, qui s’est vu investi de pratiques anciennes resurgies des temps précoloniaux (Jean Frémigacci) ou encore le pan-nationalisme au royaume du Maroc (Michel Catala). De son côté, Gaulme offre une comparaison entre les « régimes hybrides » (combinant institutions modernes et coutumières) d’Afrique et d’Océanie, régions comparables en matière de décolonisations, mais dont les spécialistes de l’une ignorent souvent l’autre.

7Les deux dernières parties s’interrogent sur l’État contemporain, issu de l’introduction du multipartisme. La troisième partie se penche plus particulièrement sur l’effet des conférences nationales, en s’appuyant sur l’exemple du Niger (Élodie Apart) et de la Côte d’Ivoire (Kouamé N’Guessan), mais aussi sur la postérité de ces conférences à l’échelle continentale (Jean du Bois de Gaudusson). La quatrième et dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux reconstructions de l’État en Afrique. Ces processus se trouvent particulièrement éclairés par le « rôle du juge dans la refondation de l’État de droit », en s’interrogeant sur les modalités que la coopération française pourrait adopter afin « d’accompagner la réforme » (Luc Briard), ou par « les pratiques de répression ordinaire au Gabon (Axel Augé). Celles-ci ont largement entaché la réputation de l’armée et des forces de défense, lesquelles nécessitent le déploiement d’une stratégie de revalorisation des forces de sécurité auprès de la population, dans le cadre d’une démocratisation.

8Ainsi, plusieurs contributions ont fait ressortir le recours à des pratiques anciennes – précoloniales – du pouvoir réactivées dans les États actuels. Apparaissant au premier chef d’entre elles, l’image monolithique du pouvoir, unanimiste et consensuelle, n’existe bien sûr qu’en apparence. La problématique est particulièrement intéressante et l’analyse d’autant plus utile que les politiques commencent à percevoir l’État africain sous un regard renouvelé au xxie siècle. Il est désormais acquis de chercher à comprendre l’État africain en se défaisant des poncifs habituels (immaturité politique, despotisme ancestral, etc.), d’autant qu’il y a urgence, alors que les États entrent en pleine mutation. La création de régions continentales et de zones à projets internationaux (Lapsset Corridor, Grande Corne de l’Afrique, etc.) aura aussi un rôle à jouer dans la définition des États et des pouvoirs comme des nations qu’ils représentent. Il nous faut maintenant caresser l’espoir que cette réflexion, une première fondation de qualité, sortira du cadre des ex-colonies françaises.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucher, 1991, « Frontières à retracer : un point de vue du géopoliticien », Frontières et limites, Paris, Centre Georges Pompidou, et, du même, 2007, L’Obsession des frontières, Paris, Perrin.

2 Jean-François Bayart, 1989, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Dewel, « Salvaing Bernard (dir.), 2015, Pouvoirs anciens, pouvoirs modernes dans l’Afrique d’aujourd’hui [avec la participation de François Gaulme et Claude-Hélène Perrot] », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 220-223.

Référence électronique

Serge Dewel, « Salvaing Bernard (dir.), 2015, Pouvoirs anciens, pouvoirs modernes dans l’Afrique d’aujourd’hui [avec la participation de François Gaulme et Claude-Hélène Perrot] », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9636

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search