Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1MélangesComptes rendusSaint-Lary Maud, 2019, Réislamisa...

Mélanges
Comptes rendus

Saint-Lary Maud, 2019, Réislamisations au Burkina Faso. Questions de genre et enjeux sociaux

Paris, Karthala, « Religions contemporaines », 296 p.
Alice Degorce
p. 227-230

Texte intégral

1L’ouvrage de Maud Saint-Lary est publié alors que le Burkina Faso traverse une période difficile de son histoire, période qui nécessite sans doute encore plus le partage de connaissances, en particulier autour d’un sujet suscitant autant le débat que celui des dynamiques récentes de l’islam dans les pays de la bande saharo-sahélienne et des questions de genre en islam. Avec ce livre, l’auteure vient présenter le fruit de longues années d’enquêtes dans ce pays, qui lui permettent de décrire avec finesse la pluralité des pratiques et des courants islamiques burkinabè.

2Le plan se divise en six chapitres, dont chaque titre est composé d’un mot marquant. « Mutations » nous parle tout d’abord de l’histoire de l’islam au Burkina Faso, notamment de son évolution postcoloniale. À partir des années 1980 en effet, l’islam se complexifie, de nombreuses associations voient le jour et configurent le paysage islamique tel qu’il se présente aujourd’hui, tout en préfigurant le processus de renouveau islamique engagé à partir des années 2000. Ces « Réislamisations » font l’objet du chapitre suivant, dans lequel sont décrits les mouvements de recherche d’un « vrai » islam, les processus de réappropriation de la religion musulmane par les fidèles et sa nouvelle visibilité sur la place publique. « Médiations » décrit les pratiques de conciliation dans lesquelles les responsables religieux sont impliqués au quotidien et qui constituent un lieu d’observation privilégié des mutations contemporaines de l’islam, ainsi que de son articulation entre les espaces privés et publics. Comme Saint-Lary l’explique dès son introduction, cependant, ces religieux auxquels elle s’intéresse ne sont pas les figures de proues de l’islam habituellement connues des médias et des débats publics. Il s’agit au contraire des « figures locales qui agissent au quotidien dans leur quartier, dans leur mosquée sous la bannière de l’islam » (p. 16). « Mutations » concerne les problématiques quotidiennes pour lesquelles les fidèles ont besoin de s’informer concernant la position de l’islam, notamment à propos de sujets tels que le mariage, les rapports de couple, la sexualité. Dans « Implications », l’engagement, dans l’élaboration des politiques du genre, des élites islamiques francophones est analysé et met en lumière les articulations entre leurs parcours scolaires et professionnels (qui s’effectue souvent dans la fonction publique burkinabè) et leurs connaissances islamiques, depuis la mise en place des premières actions visant l’égalité entre les sexes à partir de la fin des années 1990. Le dernier chapitre enfin, « Émancipation », traite de l’émergence d’un féminisme islamique au Burkina Faso qui, bien qu’il ne soit ni institutionnalisé ni généralisé, montre de nombreux points communs avec le féminisme islamique international, notamment dans la démarche d’exégèse du Coran visant à rétablir une égalité entre hommes et femmes.

3Avant d’entrer dans l’analyse du contenu de l’ouvrage, il convient de s’attarder un peu sur le travail de terrain. Comme Saint-Lary le dit en introduction, l’ouvrage synthétise des recherches qu’elle mène au Burkina Faso depuis 2001, dans différentes régions du pays : la région de Ouahigouya, où elle a séjourné et enquêté dans plusieurs localités pour sa thèse de doctorat, Bobo-Dioulasso, et enfin Ouagadougou, où elle a vécu. Ces terrains l’ont conduite à enquêter auprès de différentes populations, par exemple peules ou moose, tant en milieu rural qu’urbain. En plus de cette inscription sur un temps long, elle mobilise des acteurs aux parcours diversifiés pour mener des entretiens, ponctuant l’ouvrage de portraits de militants islamiques, et elle s’appuie sur différentes sources, en faisant par exemple des comptages à l’état-civil pour questionner l’arabisation des prénoms musulmans. Elle s’implique également en multipliant les mises en situation d’observation : en assistant à des consultations de conciliation islamique, en suivant des cours du soir d’apprentissage du Coran, en allant balayer avec les femmes la grande mosquée du Mouvement sunnite (nom de l’association du courant wahhabite au Burkina Faso). Mais surtout, elle revient régulièrement sur sa posture de façon réflexive en rappelant que, dans certaines situations, sa position ou son propre parcours peuvent rendre difficile la relation d’enquête. Si cette démarche est désormais courante en anthropologie, elle paraît essentielle à rappeler ici, sur un terrain qui peut parfois devenir sensible, et elle explique bien, tout au long de l’ouvrage, les stratégies déployées et son propre cheminement. Cette préoccupation et cette démarche permanentes dans le livre permettent de rendre le terrain visible tout au long du texte mais aussi de mieux comprendre à la fois les positionnements de l’anthropologue et des acteurs. De plus, elles permettent à Saint-Lary d’avoir une analyse fine des phénomènes sociaux qu’elle observe et de proposer une étude reflétant les nombreuses nuances et subtilités de son objet de recherche.

4La notion de réislamisation est au cœur de l’ouvrage. Bien que, comme l’explique l’auteure, il ne s’agit pas d’un terme ou d’un concept employé sur le terrain, « réislamisations » (qui est employé très justement au pluriel) permet de décrire une réalité marquée par le renouveau islamique. Au Burkina Faso, la réislamisation engage une pluralité d’acteurs mais elle se fait surtout de manière dépolitisée, « par le bas ». Dans ce processus, les idées de perte et de retour à ce qui serait un « vrai islam » sont centrales. Différents moyens sont mis en œuvre et décryptés dans le livre, notamment la formation (souvent autodidacte), les lectures, les nouvelles technologies mais aussi d’autres plus anciennes comme la radio.

  • 1 Maud Saint-Lary, 2012, « Du wahhabisme aux réformismes génériques », Cahiers d’études africaines 20 (...)

5Par ailleurs, de nombreux acteurs détournent et reproduisent des caractéristiques qui sont habituellement celles de mouvements rigoristes comme le wahhabisme (en particulier une conception littéraliste de l’islam, le marquage des corps – barbe, port du voile, robe noire, prière les bras croisés –, le refus des cérémonies ostentatoires, la critique des pratiques soufies). Dans un article publié en 2012, Saint-Lary avait déjà parlé de « réformisme générique » à propos de ces réappropriations des codes des mouvements plus rigoristes1. Cette analyse apparaît essentielle pour comprendre les dynamiques actuelles de l’islam au Burkina Faso. Comme elle le dit : « la réislamisation brouille les identités ». Ce brouillage des identités permet aussi de garder un équilibre entre la pluralité des différents courant de l’islam en présence et une communauté musulmane qui se veut unifiée, cette unité étant nécessaire à un consensus social plus global.

  • 2 Thomas Bierschenk, Jean-Pierre Chauveau, Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), 2000, Courtiers en d (...)

6Dans ce contexte de renouveau islamique, les élites islamiques francophones occupent une place très importante mais aussi particulière, qui est analysée de façon approfondie tout au long du livre. Formées à l’école publique puis à l’université, ces élites articulent à la fois leur connaissance de l’islam et les outils (par exemple : connaissances, techniques d’argumentation, de construction de la pensée) acquis au cours de leurs parcours scolaires et universitaires. Le genre est ainsi une porte d’entrée particulièrement intéressante pour analyser leur place au sein de la société et de l’islam burkinabè, du fait de leur implication dans la mise en place des politiques de genre mais aussi de leur double formation, qui les place en position d’interlocuteurs privilégiés des instances étatiques et internationales. Comme le dit très bien Saint-Lary en conclusion, en les comparant aux « courtiers en développement » de Thomas Bierschenk, Jean-Pierre Chauveau et Jean-Pierre Olivier de Sardan (p. 273)2, ces élites fournissent à la fois la « caution islamique » attendue par les organisations internationales, qui cherchent à impliquer les religieux, mais en même temps, elles sont porteuses d’un discours qui islamisent les valeurs d’égalité des sexes, dans la logique de conformité à l’islam motrice de la réislamisation.

7Dans ce contexte, les femmes qui sont actives dans les cellules féminines des principales associations des élites islamiques francophones ont su occuper une place centrale, tout en impliquant les hommes. En effet, si l’émergence de ce discours islamique sur le genre a pu permettre celle d’un discours féministe islamique, les remises en cause des modèles patriarcaux portées par ce féminisme s’opèrent avec les hommes, en impliquant et en sensibilisant ces derniers.

8Avant d’en arriver aux questions des politiques publiques de genre et à celle de l’émergence de discours féministes islamiques, Saint-Lary s’intéresse à la manière dont les rapports entre hommes et femmes s’agencent dans différentes situations sociales dans lesquelles les responsables religieux sont souvent sollicités pour donner leur avis, quel que soit leur courant de l’islam. Le mariage, la sexualité, les rapports au sein du couple sont autant de sujets pour lesquels une lecture islamique du social est sollicitée, souvent au cours de consultations formelles ou informelles auprès des responsables religieux. Les points de vue divergent évidemment, notamment entre les milieux wahhabites ou les francophones réformistes, mais de manière générale, ce besoin de connaître la position de l’islam, de s’informer, d’interpréter et d’apprendre concourent à la fois au double processus de réislamisation et d’élaboration d’une pensée du genre en islam. Et finalement, les thèmes abordés permettent aux fidèles de penser des sujets qui, au-delà de l’islam, traversent la société burkinabè, comme l’importance du pardon et de l’entente collective, la sexualité et la crainte des grossesses hors mariage, l’excision, les mariages forcés. La démarche de réislamisation permet aussi de penser des questions plus nouvellement posées comme la répartition équitable des tâches domestiques entre les sexes ou la gestion du budget familial. Toutes ces interrogations permettent de repenser les rapports hommes-femmes au quotidien, « par le bas », et aussi de montrer la pluralité des acteurs et des points de vue au sein de l’islam. Dans sa conclusion, Maud Saint-Lary fait ainsi un parallèle très intéressant entre cette démarche de recherche de conformité à l’islam « vrai » avec les logiques de conversion et de nouveaux convertis. Comme elle le dit aussi très bien en conclusion de l’ouvrage, ces consultations des autorités islamiques pour des questions qui concernent la sphère familiale et privée leur met parallèlement dans les mains un pouvoir « énorme et discret » (p. 276).

Haut de page

Notes

1 Maud Saint-Lary, 2012, « Du wahhabisme aux réformismes génériques », Cahiers d’études africaines 206-207 : 449-470.

2 Thomas Bierschenk, Jean-Pierre Chauveau, Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), 2000, Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Mayence/ Paris, APAD-Institut für Ethnologie, J. Gutemberg Universität/ Karthala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Degorce, « Saint-Lary Maud, 2019, Réislamisations au Burkina Faso. Questions de genre et enjeux sociaux », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 227-230.

Référence électronique

Alice Degorce, « Saint-Lary Maud, 2019, Réislamisations au Burkina Faso. Questions de genre et enjeux sociaux », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9647 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9647

Haut de page

Auteur

Alice Degorce

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search