Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1MélangesComptes rendusVan den Avenne Cécile, 2017, De l...

Mélanges
Comptes rendus

Van den Avenne Cécile, 2017, De la bouche même des indigènes. Échanges linguistiques en Afrique coloniale

Paris, Vendémiaire, 272 p.
Clélia Coret
p. 230-233

Texte intégral

1Sur la couverture de l’ouvrage, un officier français échange avec trois tirailleurs sénégalais. Le premier se tait, les yeux rivés au sol, le deuxième n’est pas visible, caché par le corps du Français, le dernier semble répondre à son supérieur ; mais en quelle langue ? Cette carte postale de 1914 illustre bien les enjeux du livre de Cécile Van den Avenne. L’étude porte sur les pratiques de communication entre Africains et Européens à travers ce que les langues disent de la « rencontre coloniale » (p. 7), ce dont l’historiographie s’est peu préoccupée, et ce que la rencontre fait aux langues changeant leurs formes et leurs usages. Ces langues sont le mandingue (notamment le bambara, qui en est une variante dialectale), le français dans sa diversité (du « petit nègre » ou « français tirailleurs » au français « aofien ») et, dans une moindre mesure, l’arabe (en particulier le cas du bilinguisme officieux au début de la période coloniale) ; notons que le peul et le wolof sont évoqués. La recherche s’intéresse ainsi à l’Afrique coloniale française, du Sénégal au Soudan (Mali), jusqu’à la Côte d’Ivoire, et s’étend de la fin du xviiie siècle, pour évoquer la traite négrière, jusqu’à l’État colonial tardif, dans les années 1950.

2Si Van den Avenne aborde son sujet en sociolinguiste, sa sensibilité historienne donne sa richesse à l’ouvrage, tout en le rendant accessible à des non-spécialistes des langues. L’auteure croise avec succès des historiographies diverses et mobilise les travaux les plus récents sur l’histoire de l’exploration, des tirailleurs sénégalais, des missions et du fait colonial pour remettre dans leur contexte les sources mobilisées. L’étude repose sur une variété de documents imprimés, en particulier des récits de voyage, des descriptions linguistiques (manuels, grammaires, dictionnaires), des romans coloniaux, des correspondances, ainsi que quelques films. Cette documentation a principalement été produite par des Européens, notamment des Français, et des auteurs africains issus du contact colonial, mais l’auteure ne prétend pas « produire une histoire à parts égales » (p. 14). Consciente des limites de ce corpus, elle propose d’en faire ressortir les voix africaines et ce pari est, nous semble-t-il, plutôt réussi car la question de la réception des usages des langues, écrits ou oraux, par les Africains est posée tout au long du livre.

3Fruit d’une habilitation à diriger des recherches, cet ouvrage comporte neuf chapitres thématiques et chronologiques. Les cinq premiers se focalisent sur les interactions linguistiques à travers les descriptions faites par les Européens à mesure qu’ils pénètrent dans l’intérieur du continent. Pendant la traite esclavagiste, le mandingue est la langue véhiculaire et des strates historiques plus anciennes des contacts linguistiques, liés au commerce, sont perceptibles dans les listes de vocabulaire établies par des voyageurs européens. Cette langue continue de jouer un rôle de premier plan au moment des explorations, dans la mesure où il existe un continuum dialectal permettant aux différents groupes voisins de se comprendre. L’Écossais Mungo Park (1771-1806) en fait l’expérience en utilisant le mandingue comme langue de truchement. Le parcours de Louis-Gustave Binger (1856-1936), de langue maternelle alsacienne, permet de montrer le passage des voyages d’exploration aux expéditions. Au cours de ses déplacements, Binger échange notamment en bambara et les descriptions linguistiques qu’il a publiées révèlent sa pratique linguistique faite de bricolages « on the road » (p. 30). L’un des intérêts majeurs de l’ouvrage de Van den Avenne est la place qu’elle donne à ceux qui ont permis aux Européens d’acquérir leurs compétences linguistiques. Diawé Fofana est l’interprète de Binger, mais aussi son homme de confiance et son « informateur » au sens ethnologique du terme. Le parcours biographique de cet homme mériterait une place plus importante encore, comme ceux de ces captifs achetés et libérés par Binger, des hommes et des femmes ayant beaucoup voyagé et appris les langues, qui lui fournissent aussi des ressources linguistiques.

4La conquête coloniale s’est donc faite à travers les mots. La généalogie du terme « palabre » l’illustre bien, depuis ses origines espagnoles jusqu’à devenir une modalité politique de l’administration coloniale au début de la colonisation (p. 42). Les traités entre militaires français et souverains africains permettent également de voir à l’œuvre les interactions linguistiques, le rôle central des interprètes dans le choix des termes (de la « protection » au « protectorat ») et la marge de manœuvre des représentants africains quand, par exemple, l’almamy de Lanfiéra se lance lui-même dans la traduction en arabe d’un traité avec les Français, omettant délibérément certains points qui touchent à la souveraineté de son entité politique (p. 68).

5L’armée coloniale devient une zone de contact où se forme une communauté sociale plurilingue créant ses propres bricolages (p. 73). Dans des formes simplifiées, le bambara et le français sont utilisés comme langues véhiculaires. Si le « français tirailleur » connaît d’abord une certaine formalisation, cette pratique est ensuite abandonnée. S’intéressant aux effets que produit l’usage du « petit nègre » par les tirailleurs, Van den Avenne note qu’ils avaient conscience de parler une forme de français qui leur était préjudiciable. L’auteure montre également que l’utilisation de cette langue par les militaires français (les « Soudanais »), dans leurs écrits, leur a permis de se construire une identité commune en se prévalant d’une connaissance et d’une expérience « intime » de l’Afrique (p. 85). Si les voyageurs européens, puis les militaires ont commencé à décrire les langues, les premiers maillons des savoirs linguistiques ont été le fait des missionnaires. Van den Avenne compare les travaux des Spiritains et des Pères Blancs, dont l’apprentissage des langues et les traductions visent à évangéliser les populations africaines. En raison de leur rivalité et de leur absence de communication à propos des langues, les choix de transcription faits par ces deux missions diffèrent et sont parfois à l’opposé. Bien qu’instruits, les missionnaires se sont heurtés à leur méconnaissance des constructions internes des langues, qui ne correspondaient pas à leurs modèles basés sur des grammaires latines et françaises. Ils rencontrent aussi des difficultés majeures pour traduire des termes et des concepts clés et doivent alors recourir à des créations et des emprunts aux langues africaines pour se faire comprendre. De plus, la « réduction à l’écriture » (p. 113) de ces langues va de pair avec l’institutionnalisation de la linguistique. Or, leur fixation et leur distinction pour les faire correspondre à différents groupes (une langue = une « ethnie ») ont rarement été étudiées conjointement. La construction des ethnies à partir de critères linguistiques est abordée avec l’exemple bien connu du travail de Maurice Delafosse.

6Les quatre derniers chapitres se concentrent davantage sur les réappropriations de ces langues et leurs usages par les Africains dans différents contextes. Après avoir rappelé le parcours et l’œuvre linguistique du célèbre Samuel Crowther en Sierra Leone, Van den Avenne se penche sur des auteurs ayant décrit leurs propres langues, en français, en Afrique occidentale française. Moussa Travélé est l’un d’eux : interprète de Delafosse et auteur d’un manuel de bambara, sa position est parfois compliquée. Il préfère ainsi se mettre en retrait à propos de certains points linguistiques, plutôt que de contester ouvertement les conclusions de son supérieur. Par ailleurs, la diversité des usages du français dans les colonies transparaît à travers une brève histoire du « petit nègre ». Ce français de contact colonial est présent dans les romans et la correspondance publiée de tirailleurs sénégalais (p. 156). Son utilisation comportait généralement une portée idéologique ayant pour effet de cristalliser les représentations sur les Africains et de maintenir la hiérarchie sociale et culturelle de la situation coloniale. D’autre part, le français « aofien », pratiqué à l’écrit, a pris ses racines dans l’instruction publique où, n’en déplaise aux directives officielles qui prônaient l’usage unique du français, le recours aux langues africaines a souvent été de mise, comme le montrent certains manuels scolaires. Les écrivains africains passés par ces écoles développent ensuite une langue aux spécificités lexicales uniques. Dans une de ses fictions, Aïssatou Gueye s’amuse à parsemer son texte d’expressions tirées du français colonial et offre une véritable parodie de la littérature coloniale (p. 180). La figure d’Ousmane Sembene est également évoquée pour rappeler ses prises de position militantes à propos des langues (p. 182). Enfin, les enjeux de la maîtrise du français par les colonisés sont traités dans le dernier chapitre, à travers la question de l’accès à la citoyenneté dans un régime qui fabrique de l’inégalité. La figure du député Blaise Diagne, à travers son éloquence, sa rhétorique efficace et sa connaissance de la langue française et de la France, illustre le malaise provoqué par une maîtrise entière de la langue du colonisateur, dérangeant l’ordre établi (p. 200).

7L’ouvrage de Cécile Van den Avenne montre la constance du multilinguisme à travers les époques, ainsi que son évolution par des inventions et des emprunts entre des langues qui se côtoient et se construisent en situation coloniale. Outils de communication, les langues ont aussi maints aspects symboliques : elles forgent des groupes ou des communautés (militaire, scolaire, coloniale), tout en érigeant des barrières à travers le contrôle autour de leur accès. Si l’ouvrage fait entendre les voix africaines dans cette histoire des contacts linguistiques, un pas de plus aurait pu être franchi en consultant les archives des acteurs ou des institutions étudiées – c’est là un appel aux historiens auxquels revient ce travail. Enfin, si des comparaisons apparaissent ici et là avec les « pidgins » d’autres colonies en Afrique (Kenya p. 80 ; Angola et Namibie p. 144), une approche comparative plus systématique permettra de faire résonner cette étude sur les langues d’Afrique occidentale à une échelle plus vaste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clélia Coret, « Van den Avenne Cécile, 2017, De la bouche même des indigènes. Échanges linguistiques en Afrique coloniale », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 230-233.

Référence électronique

Clélia Coret, « Van den Avenne Cécile, 2017, De la bouche même des indigènes. Échanges linguistiques en Afrique coloniale », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9667 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9667

Haut de page

Auteur

Clélia Coret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search