Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1MélangesComptes rendusLunn Joe, 2015, L’Odyssée des com...

Mélanges
Comptes rendus

Lunn Joe, 2015, L’Odyssée des combattants sénégalais (1914-1918)

Paris, L’Harmattan, 320 p.
Catherine Vaudour
p. 223-226

Texte intégral

1Voilà un livre qui prend en compte l’expérience et le ressenti des combattants africains pendant la Première Guerre mondiale. Les regards que portent ces Africains sur la France et sur eux-mêmes contribuent à élargir un point de vue encore trop unilatéral sur ce temps fort de notre histoire.

  • 1 Le terme originaire est « initialement réservé aux habitants des quatre communes, [puis] ce terme e (...)

2La version française des recherches de l’historien Joe Lunn a été éditée pour l’année de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, à laquelle ont participé 140 000 Ouest-Africains mobilisés par l’armée française entre 1914-1918. Lunn a effectué des recherches au Sénégal et en France sur une période de quinze ans. Il a recueilli au Sénégal, entre septembre 1982 et juillet 1983, les récits oraux de 85 témoins sénégalais de cette guerre. Les souvenirs de ces hommes sont ici mis en parallèle avec les sources écrites conventionnelles pour « une interprétation interculturelle ». Les témoignages concernent les combattants sénégalais ayant le statut d’originaire ou de tirailleur1. Si l’auteur s’est particulièrement focalisé sur « l’expérience sénégalaise » des combattants, c’est qu’elle est révélatrice de celle des Africains de l’Ouest à la même époque. Lunn pallie également un manque de l’histoire française en prenant en compte la « mise en application de la théorie des races par les militaires français » (p. 2).

3Dans le premier chapitre, l’auteur revient sur le régime colonial d’avant-guerre et son impact sur la vie des Africains. L’autorité française s’exerce alors par l’entremise des chefs africains supervisés par un commandant de cercle (administrateur européen de district). Les Français imposent un impôt de capitation, la réquisition de la main-d’œuvre locale, le travail forcé et la « séquestration » de femmes pour assouvir les besoins de leurs administrateurs. Ils font également régner l’ordre en instaurant des couvre-feux et l’interdiction de rassemblements publics sans autorisation officielle. Les Européens ont un statut privilégié et bénéficient d’une impunité pour leurs actes. Les colonisés sont considérés comme les esclaves des colons. Concernant les relations entre la population locale rurale et les dirigeants français, l’auteur souligne que l’« interaction entre les deux groupes était pratiquement inexistante » (p. 19). C’est différent dans les villes coloniales de l’intérieur. À Dakar, Rufisque, Saint- Louis et Gorée, il y a un régime de citoyenneté distinct.

4Les Sénégalais ont pourtant essayé de s’opposer à la conquête coloniale, mais ils n’avaient pas les moyens de l’arrêter. La résistance s’incarne à travers le maintien des valeurs collectives de la tradition orale. Ahmadou Bamba, fondateur et dirigeant de la fraternité mouride, défend l’égalité des croyants. L’image des toubabs n’est cependant pas uniforme pour les Sénégalais et elle varie selon les lieux et les époques. En 1914, au déclenchement des hostilités, les « Français, prétextant l’amitié, offrirent des carabines aux Sénégalais [...] mais, comble d’ironie, les Sénégalais devraient traverser l’océan avec leurs cadeaux, puis les employer contre d’autres Européens » (p. 36).

5Le chapitre ii traite du recrutement militaire : « la levée de soldats par les Français aura représenté la plus forte ponction de la main-d’œuvre à servir les intérêts coloniaux outre-mer dans l’histoire de la Sénégambie » (p. 37 et tableau 3.1 : « Intensité du recrutement au Sénégal : 1914-1918 », p. 101). Le recrutement militaire comprend trois phases distinctes et des examens d’aptitude physique. L’armée française confie aux chefs et aux « entremetteurs » africains le recrutement des hommes. Sous prétexte d’une non-ingérence, cette méthode est une façon de « fermer les yeux sur les formes de violence les plus flagrantes » (p. 44). Les exactions, nombreuses, ne sont pas mentionnées dans les rapports officiels. Les marabouts jouent un rôle semblable aux chefs de canton en pratiquant l’enrôlement tel que « l’enlèvement » ou la méthode dissuasive par la destruction des récoltes, du bétail et des maisons ou en tuant des villageois. « Malgré la grande diversité des méthodes employées pour lever des soldats au Sénégal, l’analogie avec la traite des esclaves est bien loin d’être exagérée : en fait le recrutement était même pire à certains égards » (p. 59). Dans les régions moins peuplées du fleuve et du Sénégal, les hommes fuient vers d’autres pays. D’autres résistent en s’armant, se soulevant ou en désertant et certains se suicident.

6Dans le troisième chapitre, l’auteur présente le statut particulier et d’exception pour les originaires à Saint-Louis, Dakar, Gorée et Rufisque : ils ont le droit de vote aux élections locales et sont justiciables devant les tribunaux français. Les originaires ne sont pas assujettis au code de l’indigénat mais le pouvoir reste aux mains des « métis » et des Français. L’administration française qui s’évertue à saper le statut des originaires provoque la fondation du Parti jeunes Sénégalais en 1912. Ce parti veut présenter un candidat africain au poste de député. Il s’agit de Blaise Diagne (né en 1872, d’ascendance sérère par son père et lébou par sa mère) qui milite pour le droit de vote des originaires et leur citoyenneté. Il souhaite l’abolition de l’impôt de capitation. Malgré les tentatives de l’opposition, Diagne est élu député du Sénégal. La loi Diagne du 19 octobre 1915 déclare les « originaires assujettis à trois ans de service militaire » (p. 77). Pour Diagne, le service militaire constitue un moyen d’accéder à la citoyenneté. Il cherche ainsi à « redéfinir le service militaire en Afrique de l’Ouest, élevant “l’absurde sacrifice” au rang d’une “lutte pour la reconnaissance de droits” » (p. 87). Il y a donc beaucoup plus de volontaires qui s’engagent. En 1918, Clemenceau s’appuie sur Diagne pour recruter des soldats en échange de réformes pour améliorer leurs conditions. « La mission de recrutement de Diagne » débarque à Dakar le 12 février 1918. La mobilisation des soldats révèle des inégalités et des disparités dans les communes.

7Le chapitre iv est une « introduction à la société militaire française ». Dans les camps d’instruction du Sénégal, les nouvelles recrues sont divisées entre tirailleurs et originaires. Les mauvaises conditions sanitaires de ces camps provoquent des maladies et des morts. À cela s’ajoute une carence de l’équipement militaire. Pour les soldats, l’apprentissage de la vie militaire est une « expérience extrasociale intense » (p. 105). Les aristocrates et les esclaves domestiques se côtoient dans les camps. Cette mixité sociale a un impact sur les coutumes et l’auteur note que les rivalités ethniques s’estompent. Mais « les rapports avec les supérieurs européens [sont] la plupart du temps exécrables : les recrues [sont] insultées, humiliées, parfois traitées d’esclaves ou de nègres » (p. 112). Le long voyage vers la France, « la terre des toubabs », est un voyage vers l’inconnu et la découverte d’un nouvel environnement. Deux types de camps français reçoivent les hommes pour une instruction militaire : ceux pour les tirailleurs et ceux pour les originaires, avec des différences de traitement. Les tirailleurs apprennent un français rudimentaire, un pidgin appelé « français petit nègre » (p. 129) alors que les originaires ont des leçons de français pour bien maîtriser la langue. Les Français interdisent au début l’envoi de lettres au pays et exercent une censure de la correspondance. Le député Diagne veille au bon traitement des tirailleurs et des originaires dans les camps français. Les témoignages recueillis par l’auteur indiquent qu’ils sont traités assez équitablement avec les Français : « On était tous dans la même armée… alors on était tous égaux » (tirailleur Doudou Ndao, p. 137). Dans ces camps naît une identité sénégalaise.

8Le cinquième chapitre aborde la vie et les souvenirs des combattants dans les tranchées. L’auteur souligne que les Africains sont qualifiés de « candidats idéaux pour les opérations de choc » (p. 145) et au sein de « troupes d’assaut ». Le régiment de bataillons sénégalais comporte un pourcentage de soldats dits de « races guerrières » du Sénégal : Wolofs, Sérères, Toucouleurs et Bambaras (présentés p. 146). Dans la « Notice sur les Sénégalais et leur emploi au combat », remise aux officiers français, il est spécifié qu’« une unité française devait se trouver derrière des bataillons “noirs” afin de [les] soutenir » et afin de « freiner leur recul si nécessaire » (p. 150). On les encourage avec de la musique militaire pour aller et être en première ligne au combat. Les soldats africains ignorent les raisons de cette guerre. Ils souffrent de la rudesse du climat européen et beaucoup se retrouvent amputés des mains et des pieds. Face au danger et à la peur de mourir, « la volonté des belligérants était fortifiée par les incantations de leurs camarades, dont certaines évoquaient la fierté de leur héritage ethnique » (p. 160). D’autres trouvent un réconfort et une protection dans leur croyance comme celle du port d’une amulette.

9Le chapitre vi, intitulé « “Bons soldats” et “Sales nègres” », aborde les rapports entre les Sénégalais et la population française. Dans l’imaginaire collectif de la population française, le Noir est alors représenté comme un « sauvage » de « race inférieure », « cannibale » (cf. témoignage p. 185). Pour « apaiser » la population, les dirigeants français font de la « propagande pro-sénégalaise » pour mettre en avant « certains attributs positifs des Africains » (p. 185) tels que la bravoure et la loyauté. De fait, ce sont ces mêmes dirigeants qui ont mobilisé ces soldats africains pour combattre et défendre la France. Les autorités françaises prennent néanmoins des mesures pour limiter les contacts « interraciaux ». Les camps africains dans le sud de la France sont volontairement « isolés » des civils français. Il faut également éviter toute relation avec les femmes françaises. Malgré ces restrictions, des échanges avec les civils s’établissent dans certaines circonstances (hôpital, espaces et lieux publics, travail dans les usines pendant les périodes d’hivernage). La maîtrise de la langue française est également un facteur d’échanges.

10Le dernier chapitre évoque le rapatriement et la réinsertion des soldats dans le contexte d’une société coloniale. À leur arrivée à Dakar, les hommes sont envoyés dans des camps de transit avant de rejoindre leur famille. La guerre a transformé ces hommes qui n’acceptent plus d’être discriminés. Les vétérans prennent les « habitudes de toubabs » et certains s’habillent « à l’européenne ». Des associations d’anciens combattants se créent. Le député Blaise Diagne, qui a été réélu, s’allie en 1923 avec « l’etablishment colonial ». Une alliance qui provoque « une intense controverse chez les Africains, et le débat sur cette question perdure encore aujourd’hui » (p. 241).

  • 2 Voir le film Camp de Thiaroye de Sembene Ousmane (1988) et lire la bande dessinée Morts par la Fran (...)

11Les travaux de Lunn sont essentiels pour la mémoire de tous ces hommes combattants africains. En leur donnant la parole, l’auteur montre à quel point leur service dans l’armée française a bouleversé et transformé leur vie et celle de leur pays. Il nous permet également de ne pas oublier que « nombre d’officiers français sacrifièrent sans hésiter des soldats africains dans le but de préserver les vies de leurs compatriotes » (p. 167). Les registres français sont toujours inexacts sur le nombre de morts des combattants sénégalais2.

Haut de page

Notes

1 Le terme originaire est « initialement réservé aux habitants des quatre communes, [puis] ce terme en vint à désigner tout Sénégalais ayant la citoyenneté française » (p. 280). Quant au terme tirailleur, il désigne un « [f]usilier. On appelait “tirailleur sénégalais” tout fantassin de l’AOF quelle que soit son origine » (p. 281).

2 Voir le film Camp de Thiaroye de Sembene Ousmane (1988) et lire la bande dessinée Morts par la France. Thiaroye 1944 de Patrice Perna et de Nicolas Otero aux éditions Les Arènes (2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vaudour, « Lunn Joe, 2015, L’Odyssée des combattants sénégalais (1914-1918) », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 223-226.

Référence électronique

Catherine Vaudour, « Lunn Joe, 2015, L’Odyssée des combattants sénégalais (1914-1918) », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9672

Haut de page

Auteur

Catherine Vaudour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search