Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-1Le commandant s’en va t’en guerre...

Le commandant s’en va t’en guerre. Maurice Delafosse face à la révolte baoulé (Côte d’Ivoire, 1899-1900)

The Commandant goes off to war. Maurice Delafosse confronts the Baoulé revolt (Côte d’Ivoire, 1899-1900)
Fabio Viti
p. 114-167

Résumés

En septembre 1899, Kouadio Okou fit incendier le poste colonial de Toumodi, en riposte à celui de son village de Lomo, que Maurice Delafosse avait commandité en punition des nombreux pillages de caravanes dont le chef baoulé s’était rendu coupable. Cet épisode déclencha une révolte localisée mais d’une certaine ampleur, qui vit l’administrateur Delafosse participer directement aux opérations militaires de répression. S’appuyant sur des sources écrites coloniales, officielles et officieuses, et sur les témoignages oraux baoulé, ce texte analyse le rôle de Delafosse, ses ambiguïtés, ainsi que la politique coloniale poursuivie, fondée sur les divisions internes au monde baoulé. Ce retour à l’archive permet d’aborder de près le double visage d’un administrateur-savant et ses contradictions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Schmitt 2003 : 131. J’ai légèrement modifié et adapté la traduction, car rendre l’allemand Beute pa (...)

Ne peut conquérir que celui qui connaît mieux sa proie [Beute] que celle-ci ne se connaît elle-même
Carl Schmitt, Ex captivitate salus1

  • 2 Je ne partage pas le choix que fait Camille Lefebvre (2017 : 950) de récuser le terme de « conquête (...)
  • 3 Sur l’ensemble de la résistance baoulé, voir O’Sullivan 1978 ; Weiskel 1980 ; Loucou 2007. Sur ses (...)

1L’objet de cette étude est un épisode mineur dans la longue résistance que certains groupes baoulé ont opposée à la conquête coloniale2, de 1891 à 1911, vingt ans pendant lesquels des actions violentes ont été menées par intermittence et rarement de manière concertée3. Il s’agit, au début, d’un incident circonscrit, qui finit par déclencher une révolte de plus grande ampleur, passée à l’histoire comme la « révolte du Lomo », du nom du village (aujourd’hui Lomo Sud) du chef rebelle Kouadio Okou. Ces faits sont à plus d’un titre représentatifs des conduites guerrières de part et d’autre, des enjeux qui y sont liés et des issues possibles à ce genre de situations.

  • 4 Ce texte se situe ainsi au croisement de deux recherches distinctes menées en parallèle, l’une sur (...)

2Autre motif d’intérêt, cet épisode voit la participation directe et active, aux opérations militaires de répression, d’un administrateur civil appelé à une renommée future de savant dans les champs de l’ethnographie, de la linguistique, de l’histoire ; je veux parler de Maurice Delafosse (1870-1926), alors âgé de 29 ans, commandant par intérim (ci-après : p. i.) du Cercle du Baoulé, à Toumodi4.

  • 5 Dans sa fiction Les États d’âme d’un colonial, ces expressions étaient utilisées par Delafosse pour (...)
  • 6 Selon ses propres termes, dans une lettre à ses parents du 11 janvier 1899 (citée par L. Delafosse (...)
  • 7 C’est pendant cette période qu’il pourra entreprendre la rédaction de son œuvre majeure, Haut-Sénég (...)
  • 8 Pour l’ensemble de la carrière de l’administrateur et savant, je renvoie à la riche biographie rédi (...)

3Pour un administrateur adjoint de 3e classe, cette fonction intérimaire, conséquence du congé en France d’Albert Nebout, représentait une lourde tâche et témoignait aussi bien de la sous-administration de la colonie que de la confiance dont jouissait le jeune administrateur. Celui-ci avait déjà servi au Baoulé entre octobre 1894 et mars 1897 et y était revenu en avril 1899, après une période de congé en métropole, suivie d’une affectation, entre novembre 1897 et mars 1899, comme agent consulaire à Monrovia. De là, il avait regagné directement Grand Bassam et « son poste » ou « son fief » à Toumodi5. L’expérience au Liberia n’avait certainement pas satisfait celui qui refusait de jouer le « rôle imbécile de diplomate en carton6 » ; il avait aussi refusé une charge d’enseignement de langues soudanaises à l’École des langues orientales pour répondre à sa vocation de « broussard » (Delafosse 1909, 1923), vocation qui allait l’emporter sur d’autres carrières possibles, du moins pour encore une dizaine d’années. Delafosse prit en effet congé de la carrière coloniale en janvier 1919, mais il occupa son dernier poste de brousse dans le Nord ivoirien, à Korhogo (région de Kong), de 1904 à 1907 et plus brièvement en 1908. Il fut par la suite destiné à un travail de cabinet, d’abord à Bamako (de février à mai 1909), aux côtés du lieutenant-gouverneur François-Joseph Clozel7 ; puis, après un long congé en France, à Dakar, auprès du même Clozel en décembre 1915 et jusqu’en 1918, lorsque ses relations avec le nouveau gouverneur de l’AOF, Gabriel Angoulvant, se dégradèrent, ultérieurement compliquées par le contraste avec le député du Sénégal Blaise Diagne. L’ensemble de ces difficultés le poussa finalement à une retraite anticipée. En dehors des périodes passées « au bureau », sa carrière de « broussard » se déroula donc entièrement en Côte d’Ivoire8.

  • 9 Sa liberté d’esprit lui sera reprochée de manière très sèche par le gouverneur général de l’AOF, Wi (...)

4Les relations de Delafosse ont très tôt été ambivalentes avec sa hiérarchie : si ses notes ainsi que les commentaires dont il faisait l’objet soulignaient sa finesse d’esprit et ses qualités intellectuelles – ce qui lui valut aussi inimitiés et jalousies –, ses aspirations de savant précocement manifestées ne s’accordaient pas toujours avec les exigences plus terre à terre de l’administration. Ses qualités d’observateur attentif des mœurs locales, son talent pour les langues africaines, son intérêt pour l’histoire et l’ethnographie des populations administrées faisaient de lui un élément précieux, mais pouvaient être considérés comme susceptibles de le distraire des tâches quotidiennes du « commandant9 ».

  • 10 Plus de cent vingt pièces ont été répertoriées concernant cette « affaire » (voir la liste en annex (...)
  • 11 L. Delafosse 1976. Ces documents sont, depuis, perdus.
  • 12 Il s’agit d’un récit, établi par Nebout à l’âge de 72 ans, donc vers 1934, sur la base de sa corres (...)
  • 13 Voir la liste complète en annexe.
  • 14 Sur la révolte de Lomo, voir aussi L. Delafosse 1976 (162-185) ; Weiskel 1980 (112-122).

5L’incident dont il est question ici présente donc plusieurs motifs d’intérêt, d’autant plus que nous disposons à son sujet de nombreux documents officiels10, d’extraits de carnets de notes et de lettres de Delafosse à ses parents11, de la correspondance d’Albert Nebout12 et de sources orales collectées sur place13. Cette pluralité de sources permet d’appréhender les faits dans leur complexité, les unes comme les autres présentant des écarts susceptibles d’atténuer leur unilatéralité présumée14.

L’incendie du poste de Toumodi

  • 15 Tous ces éléments figurent dans le premier compte rendu détaillé de la situation fait par Delafosse (...)

6Dans la nuit du 8 au 9 septembre 1899, des hommes issus du village warebo de Lomo (Sud), envoyés par leur chef Kouadio Okou, incendiaient l’habitation de Delafosse au poste colonial de Toumodi, important carrefour de pistes situé vingt kilomètres plus au nord. Delafosse était personnellement visé par cette attaque, au cours de laquelle « la maison des Européens » avait été entièrement détruite, ainsi que « toutes les cartes et les archives du Cercle et du poste, sauf la correspondance de l’année courante ». En attendant les renforts, Delafosse, qui s’en était tiré sans blessures, avait été pris en charge par d’autres Baoulé, notamment le chef du village aïtou d’Abli, Aoussou, et celui du village warebo de Toumodikro, Niango Kouadio – ce dernier passant même les nuits suivantes au poste, en gage de fidélité. Les Djimini et les Apolloniens présents sur place se portèrent également au secours du commandant. Les autres Baoulé de la région – Aïtou, Nzikpri, Saafoué et Faafoué – étaient restés fidèles aux autorités coloniales ou, du moins, neutres. Seul Kouadio Okou était en « révolte ouverte », avec l’appui probable du chef des N’gban, Akafou15.

  • 16 Sur la forme politique du Baoulé, je renvoie à Viti 1998a, 1999b, 2005.
  • 17 Encore aujourd’hui, une querelle de succession à la charge de chef de canton oppose le village de T (...)

7Warebo, Aïtou, N’gban, etc., sont les dénominations des formations politiques autonomes (les nvle) composant l’échiquier baoulé, souvent en lutte entre elles et rarement alliées dans la résistance contre la pénétration coloniale, qui accentua leur désunion16. Une rivalité antérieure à l’intrusion coloniale opposait les Aïtou et les N’gban aux Warebo (Viti 1998a, 2004), ces derniers étant en outre divisés quant à l’attitude à tenir face à la colonisation. Le chef de Toumodikro, allié des Français comme l’étaient les Aïtou, était opposé aux « rebelles » de Lomo, qui appartenaient pourtant au même nvle ; en sorte que l’attaque de Kouadio Okou peut aussi bien avoir été dirigée contre Delafosse que contre le chef de Toumodikro17 (voir infra).

  • 18 [1]. Voir aussi [14].
  • 19 [71].
  • 20 [70] [71].
  • 21 [2]. La colonne de Kong, dirigée par le colonel Monteil, avait échoué, entre 1894 et 1895, à interv (...)

8Cet épisode, grave mais circonscrit, arrivait à un moment apparemment calme, et rien, du moins dans les analyses de Delafosse, ne le laissait prévoir. Sa deuxième affectation au Baoulé avait même commencé sous de bons auspices et son activisme l’avait amené à accomplir une série de tournées, en vue notamment de rédiger des rapports économiques, dont la qualité est attestée par leur publication immédiate et quasiment intégrale dans le Journal officiel de la Côte d’Ivoire (Delafosse 1899a, 1899b). Son rapport mensuel de juin 1899 décrit la situation politique du Baoulé comme « toujours la même, c’est-à-dire satisfaisante18 ». Ce jugement, quelque peu sommaire et hâtif, témoigne cependant d’une certaine « distraction » de sa part. En effet, six mois plus tôt, le gouverneur p. i. de la Côte d’Ivoire, Penel, avait jugé qu’au sud-Baoulé « l’autorité [de la France était] partout contestée, ou même ouvertement méconnue19 ». De surcroît, l’année avait été inaugurée – quelques mois avant le retour de Delafosse au Baoulé – par les opérations de répression faisant suite à une attaque contre le poste de Bouaké (23 décembre 1898). L’administrateur Nebout, cité par Penel, jugeait alors « [ne plus pouvoir] employer la conciliation » et prévoyait qu’« il faudrait occuper très fortement le Baoulé20 ». Malgré ces alertes, Delafosse qualifiait encore, le 1er septembre, « la situation politique proprement dite [de] toujours satisfaisante », tout en signalant des troubles sur la route, du fait d’« arrêts de caravanes » qui, selon lui, « ne constitu[ai]ent pas un ordre de faits bien graves, [même s’ils] montr[ai]ent combien les populations du Baoulé, surtout celles qui [avaie]nt eu affaire à la colonne Monteil, [étaie]nt peu soumises en réalité21 ». À cette date, Kouadio Okou s’était déjà dérobé à une demande de rencontre de la part de Delafosse, qui semblait là sous-évaluer le danger.

  • 22 [68].
  • 23 [69]. Voir aussi L. Delafosse 1976 : 111 ; Weiskel 1980 : 64.

9Par ailleurs, les antécédents de Kouadio Okou n’étaient pas particulièrement rassurants pour les Français. Il avait essayé d’empêcher le passage du capitaine Marchand lors de sa toute première mission à l’intérieur du Baoulé, en septembre 189322 ; il s’était surtout opposé à la colonne Monteil, en faisant tuer et décapiter deux miliciens, en décembre 189423. Restés impunis, ces actes d’hostilité pouvaient avoir contribué à alimenter chez lui un sentiment d’impunité.

  • 24 Déjà à l’époque de la colonne de Kong, le chef de ce village avait joué un rôle actif aux côtés des (...)
  • 25 [44]. Voir aussi L. Delafosse 1976 : 173-174.
  • 26 « Appelé le 10 au soir par lettre du 8, parti de Koffikro le 11 au matin, arrivé le 12 à Toumodi (d (...)

10Tandis que des renforts étaient appelés pour faire face à l’incendie de Toumodi, Delafosse faisait état d’un épisode au sujet duquel il avait jusqu’alors gardé le silence. Il avait en effet ordonné à un sergent des troupes coloniales, accompagné de six miliciens et de quelques hommes fidèles du village warebo d’Assounvoué24, de mettre le feu à l’habitation du chef de Lomo, Kouadio Okou, pour le punir d’avoir pillé de façon répétée les caravanes transitant par son village, une pratique, celle du pillage, largement répandue dans la région, avant – et pendant – l’établissement de l’ordre colonial (Viti 2004 : 132-138). Après un essai vain de négociation en vue de la restitution des marchandises volées et trois sommations, le sergent avait mis le feu aux habitations de Kouadio Okou, vidées de leurs habitants, dans la journée du 6 septembre. Or, Delafosse ne révélait ce premier incendie que le 15 septembre, dans une lettre adressée au lieutenant-gouverneur Capest25 ; ce retard, je dirais même cette réticence, témoigne d’un évident embarras de sa part. En outre, Delafosse, en dépit de ses rapports rassurants, avait fait appel à Seigland, commis des affaires indigènes et chef de poste à Kodiokoffi, au nord de Toumodi, dès avant l’incendie26, suite aux menaces de vengeance proférées par Kouadio Okou à l’encontre des chefs de Toumodikro et d’Assounvoué, envoyés encore le 8 septembre négocier sa soumission. Cet appel préventif à Seigland était formulé en des termes très explicites, préconisant une solution radicale et définitive :

  • 27 [65].

J’ai décidé [...] qu’une opération de police était nécessaire pour en finir avec Kouadio Okou. [...] [Il] est un obstacle à la paix et à la prospérité du Baoulé, [...] il a été d’ailleurs renié par les autres Ouarébos et [...] sa suppression sera un soulagement pour tout le monde27.

11Dans le télégramme envoyé simultanément au lieutenant-gouverneur, Delafosse se montrait plus vague et prudent :

  • 28 [66].

J’ai appelé d’urgence Seigland à Toumodi avec quatre miliciens [...]. Il s’agirait de s’emparer de la personne même de Kouadio-Okou, s’il est possible, sans coup férir28.

  • 29 Son corps sera retrouvé au cours des opérations de répression, le 19 septembre [45]. Kouadio Okou r (...)
  • 30 [16] [44].

12Un autre courrier envoyé au poste d’Ouossou (au sud de Toumodi) la veille de l’incendie, porté par un milicien et un caporal, avait été intercepté par les rebelles le matin même du 9 septembre : le milicien avait été tué et mutilé29, le caporal s’en tirant avec des blessures, aidé, encore une fois, par les gens d’Assounvué30. Le rôle actif, dès le début, de certains villages warebo aux côtés des autorités coloniales confirme qu’il revenait aux chefs locaux de rétablir l’ordre dans leurs rangs, manière informelle mais efficace de pratiquer une sorte d’administration indirecte sans le dire. Ce point témoigne aussi de l’influence personnelle de Delafosse sur une partie des chefs baoulé.

  • 31 Il s’agit des réfugiés qui avaient suivi la colonne de Kong dans son repli vers le sud au printemps (...)
  • 32 [44].
  • 33 [45] [19].
  • 34 Lettre de Delafosse à ses parents, 14 octobre 1899, citée par L. Delafosse 1976 : 169-170.

13Au lendemain de l’incendie, Delafosse se trouvait donc à Toumodi sans toit, coupé de toute communication avec le Sud et n’ayant plus à ses ordres qu’un sergent noir et sept hommes valides. Il fit alors rassembler « tous les réfugiés djimini31 pour leur faire construire une palanque et deux bastions » pour défendre les restes du poste. Dès le 12, il reçut toutefois des renforts de la part de son adjoint Seigland, arrivé finalement de Kodiokoffi avec quatre hommes, suivis le lendemain de quatre hommes supplémentaires32 ; le 17, le capitaine Le Magnen arrivait à marche forcée de Bouaké, avec 48 tirailleurs et gardes-frontières33. La révolte était tout de même circonscrite à la région de Lomo, puisque, écrivait Delafosse à ses parents le 14 octobre, « tous les chefs de la région de Toumodi étaient venus [lui] jurer fidélité et [lui] avaient fourni cent cinquante auxiliaires armés de fusils à pierre. La situation s’améliorait34 ».

14Toutefois, à la nouvelle de la « sanction » infligée au village de Kouadio Okou, les supérieurs hiérarchiques de Delafosse l’accusèrent ouvertement d’« imprudence », voire de « légèreté ». Un commentaire apposé à la marge de la lettre déjà citée du 15 septembre est explicite :

  • 35 [44].

M. Delafosse n’avait pas parlé de l’incendie. C’est là une grave imprudence et il y a lieu de blâmer sévèrement son auteur [...]. Sa légèreté est [...] inexplicable [...]. Il faut déplacer M. Delafosse dès que sera possible de lui donner un successeur35.

  • 36 [47]. Voir aussi L. Delafosse, 1976 : 173 ; 175-176.

15Le lieutenant-gouverneur Capest parlera même de « représailles » de la part de Kouadio Okou, mot qui blessera profondément Delafosse36. Ce dernier avait réintégré, en avril 1899, « son » poste au Baoulé, qu’il avait quitté deux ans auparavant. Pendant ce temps, la situation ne s’était certes pas améliorée et des tensions existaient entre les autorités coloniales et la population, qui refusait toute imposition sans être inquiétée outre mesure. Delafosse aurait donc mal apprécié la situation, se fiant à ses évaluations précédentes, vieilles de deux ans (Weiskel 1980 : 112).

  • 37 Il aurait « tant attendu ce retour à “son” poste, dans ce Baoulé qui est devenu son pays » et où il (...)
  • 38 Delafosse avait trouvé sur place « une grande case où l’on est très bien », comme il l’écrivait à s (...)

16À partir de son retour comme commandant p. i. du Cercle du Baoulé qu’il avait l’air de considérer comme son domaine personnel37, voire son terrain d’étude, son laboratoire de recherche, Delafosse, absorbé par ses projets « scientifiques », n’aurait pas pris la mesure d’une situation politique plus tendue qu’à son départ en mars 1897. C’est du moins ce qui transparaît de certains documents rédigés par ses supérieurs hiérarchiques, parmi lesquels Albert Nebout, qui l’avait accueilli à l’occasion de sa première nomination au Baoulé en novembre 1894, et qui l’avait introduit à la réalité locale, en « “professeur de brousse” et de vie coloniale » (Delafosse 1909 : 35). Il faut ajouter que Nebout considérait que c’était sa propre maison, qu’il avait lui-même fait construire avec le plus grand soin (1995 : 204-205) lors de sa précédente affectation à Toumodi, qui avait été détruite par l’incendie38. Un motif supplémentaire pour blâmer Delafosse, accusé sans détour d’avoir tenu une conduite imprudente, voire dangereuse.

17Le témoignage de Nebout est particulièrement intéressant : revenu en Côte d’Ivoire le 3 décembre 1899, il apprenait de Clozel, nouvellement nommé secrétaire général en charge des affaires indigènes auprès du lieutenant-gouverneur Roberdeau, « les événements du Baoulé : la révolte du Chef N’gban [en fait Warebo] Kouadio Okou, près de Ouossou ; l’incendie de [sa] maison ; la route centrale, entre Toumodi et Tiassalé, coupée ».

18L’analyse de Nebout était ponctuelle et son jugement sévère :

Un assez mince incident fut à l’origine de ces troubles : des colporteurs furent dévalisés par le chef N’Gban Kouadio Okou et se plaignirent à Delafosse. Ce dernier convoqua Kouadio Okou, qui ne se rendit pas à cet appel, ni à ceux qui suivirent. Delafosse, que je croyais plus calme et plus prudent [c’est moi qui souligne] rendu irritable peut-être par des plaies aux jambes qui l’immobilisaient, envoya son sergent au village du chef, avec l’ordre de retirer de sa case tout ce qui pouvait s’y trouver et d’y mettre le feu. Ce qui fut fait exactement. C’était absurde et imprudent [c’est moi qui souligne] ; le soir même, en effet [en réalité deux jours plus tard], Kouadio Okou envoyait un de ses captifs mettre le feu à ma belle maison. Tout fut brûlé et Delafosse ne put sauver qu’une de mes cantines ; je perdis là des cantines et des objets de campement.
[...] Clozel, devenu mon chef, me demanda de blâmer doucement Delafosse, tout en lui affirmant qu’on ne lui tiendrait pas rigueur.
[...] Je rapportai à Delafosse les paroles de Clozel ; il les prit fort mal et je ne pus le convaincre de ses torts, qui eussent pu briser la carrière d’[un] autre agent. Une fois de plus il montra son entêtement qui, par moments, chez lui obscurcit toute intelligence (Nebout 1995 : 238).

19C’était une charge très sévère, émanant de ses proches, Nebout et Clozel. Ce dernier, en particulier, sera toujours son mentor et son défenseur lors des adversités futures.

  • 39 Selon les termes rapportés par sa fille (L. Delafosse 1976 : 163).
  • 40 Dans la branche ivoirienne de sa famille, l’incendie est attribué à une question de jalousie pour u (...)

20Rétabli dans la juste séquence, l’épisode de l’incendie de Toumodi changeait de signification. Ce n’était plus l’attaque à froid d’un chef insoumis, mais la réaction à une punition, considérée au moins disproportionnée, non seulement par Kouadio Okou, mais aussi par les supérieurs hiérarchiques de Delafosse. Ne restait apparemment que ce dernier pour considérer l’incendie de Lomo comme un « prétexte adroitement saisi39 » afin de s’en prendre directement à lui40.

  • 41 [44]. Les mêmes termes, « action immédiate, énergique et définitive » seront employés à nouveau un (...)
  • 42 [43] [59] [63] [64] [81]. Voir aussi Weiskel 1980 : 122 sq.

21Après l’incendie du poste, Kouadio Okou était donc en « révolte ouverte » ; avec ses hommes et ceux du village de Gbohua, il disposait d’une force évaluée à 150 guerriers. Akafou, le chef des N’gban, était soupçonné de le soutenir discrètement, tandis que toutes les autres populations du cercle étaient restées fidèles ou dans une attitude de neutralité, dans l’attente des développements à venir. Delafosse jugeait alors nécessaire une intervention en force, avant que les rebelles ne gagnent d’autres adhésions chez les N’gban et les Assabou. Il sollicitait, de la part de l’autorité militaire, « une action immédiate, énergique et définitive », après laquelle il prévoyait qu’« il sera[it] nécessaire encore d’occuper militairement le Baoulé » pendant une durée indéterminée41, ce qui advint, en effet, de 1900 à 190242.

L’engagement personnel de Delafosse

  • 43 Delafosse aurait perdu dans l’incendie « tous ses papiers personnels, notes de travail, manuscrits, (...)
  • 44 Delafosse 1900, 1901a, 1901b, 1901c, 1904. Au vu de leur contenu, ces travaux avaient été élaborés (...)
  • 45 « Le chef de poste n’est pas placé dans une région, il n’est pas payé pour observer seulement la na (...)

22Écrivant à ses parents le 14 octobre, Delafosse faisait état de la destruction quasi complète de ses biens personnels, ses vêtements, ses armes, ses instruments et surtout de « tous [ses] travaux de linguistique et autres » – « tout mon travail de six ans est perdu43 » –, ce qui est peut-être exagéré, si l’on considère le nombre de ses publications au cours des années suivantes44. Il est cependant à remarquer que, dans ses communications officielles, Delafosse ne faisait aucune mention de ces pertes, sans rapport strict avec ses charges administratives, comme s’il avait prévu que ses intérêts « scientifiques » pussent le faire accuser d’avoir négligé ses fonctions, ce que ne manquera pas de faire plus tard – de manière à peine voilée – le lieutenant-gouverneur Gabriel Angoulvant45. Après un compte rendu détaillé des opérations qui avaient suivi l’attaque du poste, Delafosse concluait, amer :

  • 46 Lettre de Delafosse à ses parents, 14 octobre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 171).

Il est probable que je vais hâter mon retour et que je demanderai à partir aussitôt les opérations terminées, c’est-à-dire à la fin de décembre. Je me porte bien mais les Baoulé ont baissé fortement dans mon estime, et je trouve que j’ai assez reconstruit de cases comme cela46.

23Delafosse semblait vouloir cacher la peur certainement ressentie mais pas sa déception : c’était aux Baoulé de lui montrer leur amitié et de mériter son estime. Revenu au Baoulé après une parenthèse qu’il avait jugée trop longue, il s’attendait à pouvoir administrer le pays paisiblement, tout en se consacrant à ses études de « terrain ». Sa fille parle d’« amour-propre blessé », de « confiance trahie », d’« amertume » (L. Delafosse 1976 : 171). Certes, il s’attendait à être mieux accueilli par les Baoulé dont il se sentait proche, mais il savait aussi qu’il devrait affronter les critiques de sa hiérarchie à propos de son imprudence, dans un moment où la colonie, du fait notamment de l’épidémie de fièvre jaune alors en cours dans la capitale Grand Bassam, était sous-administrée ; même le personnel européen du cercle ne comptait plus que Seigland et lui-même (idem : 166-168), ce qui, en soi, interdisait toute initiative ou action de force. Ses propos semblaient donc anticiper une possible sanction, qui ne viendra pas, même si son départ fut effectivement précipité : il quittera d’abord Toumodi pour Kodiokoffi et s’embarquera à Grand Bassam pour un retour en France le 25 mars 1900, moins d’un an après son arrivée. Sa poursuite de Kouadio Okou se soldera par un échec, et il venait involontairement d’allumer un incendie qui n’était que le prélude à la révolte généralisée du sud-Baoulé, entre 1900 et 1902 (Weiskel 1980 : 122-141).

  • 47 Lettre de Delafosse à ses parents, 13 septembre 1894, citée par L. Delafosse (1976 : 97).
  • 48 Lettre de Delafosse à ses parents, 20 octobre 1894, citée par L. Delafosse (1976 : 101).
  • 49 Note de carnet de Delafosse, 3 novembre 1894, citée par L. Delafosse (1976 : 105).

24Non seulement Delafosse était déçu de ceux qu’il considérait comme « ses » Baoulé, mais il devait aussi faire appel aux militaires qu’il avait par ailleurs souvent critiqués et même s’engager personnellement dans la répression des « rebelles », où il jouera un rôle actif qui dépassait ses attributions strictes (voir infra). Dès son arrivée en Côte d’Ivoire en septembre 1894, alors que commençait la première opération militaire d’envergure (la colonne de Kong, 1894-1895), Delafosse partageait, avec les autres administrateurs civils en poste au Baoulé, Albert Nebout, Henri Pobéguin et Charles Monteil, une certaine réserve, voire une franche hostilité à l’égard des agissements et des méthodes des militaires. Dans sa première lettre adressée à ses parents depuis Grand Bassam, le 13 septembre 1894, il manifestait déjà clairement sa prise de distance : « on m’a proposé de me faire partir avec l’expédition Monteil mais je n’ai pas accepté, ne voulant pas me trouver seul civil au milieu des militaires47 ». Il finira tout de même par remonter vers le Baoulé en compagnie du lieutenant Baratier (Baratier 1912 : 45-46). Un mois plus tard, depuis son premier poste d’affectation, à Kodiokoffi, dans le Baoulé Nord, Delafosse exprimait sa sympathie envers la population locale soumise aux réquisitions du portage, écrivant que « malheureusement la colonne Monteil [allait] gâter le pays48 », ce en quoi il se montrait bon prophète. Et plus tard, il ajoutait : « Je ne veux pas être rendu responsable des injustices et des bêtises du militarisme49. »

25Ce conflit fut exacerbé lors du repli de la colonne de Kong, dissoute après son échec. À Kodiokoffi, en mars 1895, une violente altercation eut lieu entre le colonel Monteil et l’administrateur Nebout, traité de « mauvais Français » (Nebout 1995 : 188 ; Person 1975 : 1662, 1680n). Dans un document rédigé en décembre 1895 et classé « confidentiel », le commandant Pineau, chef d’état-major de la colonne, relatait cet incident en précisant :

  • 50 [83]. La date de rédaction de ce document (23 décembre 1895) le met en relation avec les travaux de (...)

J’ai dû mettre en garde le Capitaine Ct le poste de Toumodi [Desperles] contre l’espionnage dont il était l’objet de la part du Commis des affaires indigènes faisant fonction d’administrateur50.

26Sans le nommer, Delafosse était visé. La méfiance était alors totale entre civils et militaires.

27L’antimilitarisme du jeune administrateur novice n’a rien d’exceptionnel, et son importance ne doit pas être exagérée. Un conflit latent, une compétition sourde ou une concurrence de caractère corporatif ont toujours existé entre militaires et administrateurs civils. De plus, Delafosse était, du moins en théorie, tenant de la « manière douce » et de la « conquête pacifique » prônées par le futur lieutenant-gouverneur Clozel (1906), qui aura des ennemis au sein même de l’administration civile, jusqu’à son remplacement par Gabriel Angoulvant, théoricien, à l’opposé, de la « manière forte » (Angoulvant 1916).

  • 51 L’effectif comptait alors 45 tirailleurs, 12 miliciens, 15 auxiliaires djimini et 150 auxiliaires b (...)

28Quel a été le rôle de Delafosse dans la répression des rebelles ? Avec les troupes réunies par Seigland et Le Magnen et les volontaires fournis par les chefs baoulé restés fidèles51, les opérations pouvaient commencer, sans attendre des ordres plus précis de la part du lieutenant-gouverneur.

  • 52 [20] [45].

29Le premier choc eut lieu le 19 septembre à Lomo : huit rebelles furent tués, d’autres blessés, et le reste prit la fuite. Quatre tirailleurs et trois auxiliaires furent également blessés. Un deuxième combat eut lieu, toujours à Lomo, deux jours plus tard. Le 26 septembre, cinq rebelles furent tués à Assakra, sur le versant nord de la colline Orumbo, à l’est de Lomo, que l’on croyait être le refuge de Kouadio Okou. Cette première phase – pendant laquelle Delafosse, souffrant d’une plaie aux jambes, était resté à Toumodi – avait coûté un mort et dix-sept blessés aux coloniaux, contre au moins treize morts chez les Baoulé. Bien que déséquilibré, ce bilan était lourd, au regard des opérations entreprises. Toutefois, Kouadio Okou demeurait imprenable, caché plus probablement dans la forêt dense à proximité du fleuve Bandama, à l’opposé de là où il venait d’être recherché52.

30En communiquant ces premiers résultats au lieutenant-gouverneur, Delafosse insistait sur l’attitude « fort douteuse » d’Akafou et relayait, les approuvant, les propos du capitaine Le Magnen sur la nécessité d’« une grande tournée de destruction [et d’]une attaque de nuit qui nous livrerait peut-être le fourbe Akafou et nous permettra[it] de nous en débarrasser ». En conclusion de sa lettre, Delafosse renouvelait sa demande d’occupation militaire du Baoulé :

  • 53 [45].

J’ai l’honneur de vous demander à ce que deux compagnies de tirailleurs soudanais, avec munitions et vivres, soient envoyées d’urgence du Soudan. Une fois les opérations terminées il sera nécessaire qu’une compagnie au moins reste dans le pays53.

  • 54 [8].

31Pour autant, les instructions de fin septembre du lieutenant-gouverneur recommandaient « de ne pas engager d’opérations de grande portée et de se limiter à assurer la sécurité des postes et de la route54 ».

  • 55 [25].
  • 56 [27] [28] [29] [30] [31]. Trente tirailleurs et 78 miliciens, d’après L. Delafosse (1976 : 178).

32Le 1er octobre, Delafosse se rendait finalement sur le terrain, à Lomo55, devenu le camp retranché des troupes coloniales et de leurs auxiliaires. Le 5, 40 miliciens venaient en renfort, tandis que, le 8, le capitaine Le Magnen était rappelé au Soudan (en fait à Bouaké) avec ses hommes. D’autres renforts, le sous-lieutenant Landeroin avec 3 sergents européens et 50 tirailleurs, arrivaient sur place le 12 octobre. Peu après, le lieutenant Laforgue arrivait de l’Indénié proche avec 40 hommes supplémentaires56.

  • 57 [48].
  • 58 [45] [36].
  • 59 Lettre de Delafosse à ses parents, 14 octobre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 170).
  • 60 [10] C’est moi qui souligne.

33Au moment où Delafosse s’engageait directement sur le terrain, les hommes aux ordres du lieutenant Laforgue étaient environ 150, disposant chacun de 240 cartouches57, plus un nombre à peu près égal de volontaires baoulé. Tout ce monde vivait dans les ruines du village de Lomo « sur les plantations des rebelles », ce qui constituait déjà une punition considérable58. Tout était prêt pour « attaquer les rebelles réfugiés à l’ouest près du Bandama59 », mais les instructions du lieutenant-gouverneur Capest du 4 octobre invitaient encore à la plus grande prudence. Il s’agissait seulement de « [r]amener le calme dans la région troublée. Je vous rappelle à cet effet que les instructions du ministre sont formelles et qu’il interdit toute opération de grande portée ». Et encore : « J’espère que mes instructions seront suivies avec ponctualité et que je n’aurai pas à vous reprocher une nouvelle imprudence 60 ».

  • 61 [11].
  • 62 [12] Voir aussi [13] [73].

34Le 21 octobre, le nouveau lieutenant-gouverneur Roberdeau confirmait ces instructions : « Le mouvement doit rester limité à ce chef [Kouadio Okou]61 ». Le même jour, le concept était renforcé : « Vous prie, sauf cas d’urgence absolue, de ne rien entreprendre [avant les instructions à venir] 62 ». En effet, au beau milieu de cette crise, le lieutenant-gouverneur Capest quittait la colonie le 10 octobre, remplacé par Roberdeau, arrivé le 15.

  • 63 [32].
  • 64 [33] [34] [35].
  • 65 Lettre de Delafosse à ses parents, 3 novembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 178).

35Le 25 octobre, Delafosse rapportait au lieutenant-gouverneur qu’« aucun engagement » n’avait eu lieu depuis le 9 et que, conformément aux instructions reçues, des négociations avaient été ouvertes avec Akafou afin d’obtenir de Kouadio Okou sa reddition dans les deux jours63. Face à l’échec de cette tentative, Delafosse, qui rongeait son frein, insistait à plusieurs reprises, entre le 26 octobre et le 6 novembre, pour avoir l’autorisation de se lancer à la poursuite de Kouadio Okou, en assurant le lieutenant-gouverneur qu’il disposait de forces suffisantes64. Dans l’attente vaine d’une réponse rapide, il espérait encore « pouvoir partir dès l’arrivée de Nebout », qui devait reprendre le commandement du Baoulé, mais, comme il l’écrivait à ses parents le 3 novembre, il ne voulait pas non plus « quitter le Baoulé avant que les rebelles aient été mis à la raison65 ». La même position était exprimée, un mois plus tard, dans un courrier officiel adressé au lieutenant-gouverneur :

  • 66 [52].

J’ai l’intention de rester dans le Baoulé jusqu’au mois de mars de l’année prochaine et de continuer, sous les ordres de M. Nebout lorsqu’il sera arrivé, à me donner tout entier au rétablissement de l’ordre dans ce Cercle auquel je suis attaché et que je ne voudrais pas quitter avant d’y avoir vu renaître complètement la paix et la sécurité66.

36Il semblait donc en faire une question personnelle et avoir basculé d’un certain « pacifisme » teinté d’antimilitarisme vers une position nettement plus interventionniste.

Fig. 1 : Carte historique de Baoulé.

Fig. 1 : Carte historique de Baoulé.
  • 67 Lettre de Delafosse à ses parents, 20 novembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 179-180).
  • 68 [38] [51] [52]. Seigland avait été blessé par un projectile « qui sembl[ait] être une pierre [et qu (...)
  • 69 Lettre de Delafosse à ses parents, 20 novembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 179). En commen (...)
  • 70 Connaissant les Baoulé comme je le connais », écrivait-il au lieutenant-gouverneur [47].

37Le 20 novembre, il était encore à Lomo, d’où il informait ses parents qu’un combat avait finalement eu lieu le 16, à mi-chemin entre les villages de Guiékro et Gbohua, ayant causé la mort de vingt rebelles67 ; Delafosse taisait toutefois la blessure subie par Seigland, administrateur civil ayant participé à ce combat, et qui en mourra le 3 décembre68. Mais il annonçait surtout qu’il partirait le surlendemain pour Toumodi « afin de lancer contre les rebelles tous les guerriers des villages alliés, au nombre de 5 à 60069 ». C’était là son affaire : lui seul, et non les militaires venus de loin, pouvait recruter une troupe si considérable chez les Baoulé demeurés fidèles. Seules ses compétences administratives et ses connaissances ethnographiques revendiquées70 – devenues des armes de guerre – lui permettaient de mobiliser des centaines d’« auxiliaires » baoulé et d’obtenir des renseignements sur l’ennemi, comme le reconnaissait respectueusement le lieutenant Laforgue :

  • 71 [53].

La profonde connaissance qu’a Monsieur Delafosse du pays, des indigènes, et l’ascendant considérable qu’il a acquis sur les populations soumises à notre influence lui ont permis d’obtenir de nos auxiliaires des renseignements précis et nombreux qui ont le plus grand poids dans nos décisions71.

  • 72 Il respectait ainsi le protocole baoulé, qui prévoit de s’adresser aux chefs toujours par l’intermé (...)
  • 73 Ces volontaires venaient de trois nvle baoulé : Aïtou (17 villages), Warebo (6 villages), Nzikpri ( (...)
  • 74 [38] [41].
  • 75 [40].
  • 76 [51] [54].

38Delafosse convoqua les villages fidèles par « porte-canne72 ». Les 24, 25 et 26 novembre, les chefs ou notables d’une trentaine de villages se rendirent à Toumodi et promirent tous des « auxiliaires ». Avec l’avant-garde de ces hommes, Delafosse se rendit, dès le 27, dans le village aïtou de Sienzenou (Bringakro), dont le chef avait accepté qu’il devienne la base avancée des opérations contre le refuge présumé de Kouadio Okou ; il avait fourni aussi « des indications sur le territoire où étaient cachés les rebelles et les chemins y conduisant ». Avec l’ensemble des forces disponibles – cinquante tirailleurs et miliciens et trois cents auxiliaires baoulé73, accompagnés de leurs chefs et de « porteurs fournis par les Djimini et les Apolloniens de Toumodi » –, le 30 novembre, Delafosse et les deux officiers Landeroin et Laforgue pouvaient lancer une nouvelle offensive vers le Bandama, contre plusieurs villages et campements rebelles : Ndakabo et les deux Gbohua, vieux et nouveau, furent pris « de vive force » et détruits, causant de fortes pertes à l’ennemi (dix-huit tués et trente à quarante blessés)74. Les troupes coloniales, divisées en trois détachements, auront dix-huit blessés dont trois mortellement75, auxquels il faudra ajouter Seigland. Dans ces opérations, Delafosse s’était réservé « plus spécialement la direction des auxiliaires baoulé », en véritable chef guerrier, cible de plusieurs tirs ennemis76.

39Les « opérations » de la mi-novembre, et spécialement celle du 30, ont fait l’objet de descriptions détaillées. Le rapport du lieutenant Laforgue décrit des salves nourries et des fusillades à bout portant essuyées sur une « ligne de tir de feu pouvant avoir 60 mètres de longueur environ », sans que l’ennemi ne se montre jamais, au point que ses pertes ne pouvaient être constatées :

  • 77 [50]. Voir aussi [54] [55] [56].

À chaque coude du sentier, c’est-à-dire pendant toute la traversée du bois, nous avons reçu des coups de fusil, soit isolés soit par groupes [...]. Les cris d’appel ou de douleur assez nombreux qui se faisaient entendre, nous ont prouvé que notre feu n’était pas inefficace. Les renseignements fournis depuis par les Faafoués aux indigènes de Toumodi, accusent 20 tués ou blessés grièvement, restés sur place77.

  • 78 [55].

40À l’entrée de la forêt, selon le récit du lieutenant Landeroin, « les rebelles pouvaient être deux cents et résistaient en se dissimulant derrière des gros arbres et des levées de terre ». En vue de Gbohua, ils « étaient disséminés tout le long du sentier et cachés derrière des arbres tombés en travers du chemin78 ».

41Delafosse, parfaitement installé dans son rôle de soldat, n’était pas en reste pour décrire les combats :

  • 79 [51].

Une nouvelle fusillade éclata à droite et à gauche du chemin et sur toute la longueur de la colonne. Il nous était impossible d’apercevoir l’ennemi, complètement caché derrière les broussailles et les pieds de fromager. Six balles furent tirées sur moi en même temps mais vinrent s’enfoncer dans le sol sur le bord même du sentier [...].
Le feu de l’ennemi continua jusqu’à l’arrivée à Gbohua. Lorsque l’avant-garde sortant de la forêt arriva à l’entrée de ce village, les rebelles y étaient en assez grand nombre et, s’abritant derrière les cases qu’ils avaient incendiées, dirigeaient sur nous un feu nourri. Une charge à la baïonnette commandée par le lieutenant Laforgue les mit tous en fuite79.

42Dans son récit à la troisième personne publié à titre posthume en 1931, Delafosse apparaît même comme le protagoniste absolu de cette opération, restée finalement sans conséquences :

M. Delafosse reprit l’opération quelque temps après avec des forces plus considérables, dont 300 partisans recrutés parmi les Baoulé fidèles des tribus Ouaribo et Atoutou ; les ayant divisés en trois colonnes distinctes pour amener l’ennemi à disperser ses éléments, il attaqua Gbohua sur deux points différents. Après un combat rendu pénible par la densité de la végétation, deux des colonnes réunies n’ayant que trois blessés débouchèrent vers midi sur l’emplacement de Gbohua, que Kouadio Okou venait d’évacuer. Épuisé par ce grand effort, M. Delafosse dut renoncer à poursuivre l’ennemi et revint à Lomo (Delafosse 1931 : 284-285).

  • 80 [51] [52] [53]. Lettre de Delafosse à ses parents, 19 décembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : (...)
  • 81 [52]. Mettre à l’abri les femmes était une pratique courante dans l’imminence d’un combat. Ici Dela (...)

43Malgré les efforts déployés, Kouadio Okou demeurait introuvable, probablement caché chez les N’gban, où les Français ne pouvaient le poursuivre, sous peine d’élargir le conflit ; sa tête était donc mise à prix mille francs, dans l’espoir de susciter une trahison, comptant sur la désunion des Baoulé80 ; de surcroît, pour lui mettre encore davantage de pression, Delafosse proposait de négocier avec les nvle restés neutres des Faafoué et des Souamelé, en vue de se « faire livrer une partie au moins des femmes des rebelles » qu’ils avaient accueillies81.

44Ces initiatives se conformaient difficilement aux instructions du lieutenant-gouverneur Roberdeau, qui venait de remplacer Capest. L’un sortant, l’autre entrant, aucun n’avait voulu trop s’exposer dans cette affaire, que l’on espérait circonscrite mais qui avait fini par causer des pertes importantes.

  • 82 [82].

45Les nouvelles instructions tant attendues arrivèrent à la mi-novembre. Adressées personnellement à Delafosse, elles faisaient appel « à [son] jugement et à [sa] connaissance des Baoulé », ce qui revenait, pour Roberdeau, à ne pas endosser une trop grande part de responsabilités ; le lieutenant-gouverneur autorisait « les poursuites contre Kouadio Okou tout en [...] recommandant dans leur exécution la plus extrême prudence » ; ces instructions s’achevaient par cette mise en garde à peine voilée : « Les qualités dont vous avez fait preuve depuis que vous servez dans la Colonie me font espérer que vous justifierez la confiance que je place en vous82. »

46Pour mieux comprendre la portée de cette invitation à « la plus extrême prudence », il faut rappeler que ces instructions tardives venaient en réponse à la demande explicite et réitérée de l’élimination physique des chefs rebelles nommément cités. En effet, Delafosse avait écrit une première fois, le 13 septembre, quatre jours seulement après l’incendie :

  • 83 [16].

J’estime absolument indispensable pour la sécurité à venir du pays que les chefs Kouadio Okou, Akafou, Assébrou et Tototi [...] soient pris et fusillés et qu’une répression énergique soit opérée contre leurs hommes83.

  • 84 [29].

47Cette mesure extrême était demandée encore le mois suivant84, suivie d’une autre demande pressante :

  • 85 [47].

Il importe [...] de tirer parti de l’occasion qui se présente de donner aux Baoulé une leçon dont ils ont grand besoin et de leur faire comprendre que nous sommes les maîtres du pays, ce dont ils n’ont eu aucune idée jusqu’à présent. Plus la leçon sera différée, plus il serait difficile de la donner85.

48Les opérations pouvaient en fait s’arrêter là, les nouvelles instructions étant arrivées sur le terrain après plusieurs tentatives infructueuses de capturer Kouadio Okou, et n’autorisant pas des opérations plus étendues.

  • 86 [57].

49La traque de Kouadio Okou avait entraîné au moins cinquante morts et plusieurs dizaines de blessés (dont une partie devait certainement succomber plus tard) chez les rebelles ; les troupes coloniales s’en tiraient, pour leur part, avec quatre morts et plusieurs blessés. Pour une crise circonscrite, le bilan était important. Si les pertes chez les coloniaux et leurs alliés étaient précisément constatées, celles subies par les rebelles furent, par la suite, revues à la baisse par l’administrateur Nebout, avec un bilan de « vingt tués, peut-être beaucoup moins », au lieu des cinquante et un décès déclarés par les alliés des Français, et des quatre reconnus par les révoltés86. Le décompte des pertes changeait en fonction des versions des parties en conflit, et participait des tactiques de guerre. Ce cas précis montre aussi que des écarts existaient au sein du dispositif colonial, le bilan revu à la baisse par Nebout sonnant comme une critique de Delafosse et de l’inefficacité de son action répressive.

  • 87 [42].
  • 88 Lettre de Delafosse à ses parents, 19 décembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 182). L’estime (...)

50À la mi-décembre, Nebout reprenait son poste à Toumodi – porteur des reproches de Clozel que l’on sait –, et Delafosse était envoyé à Kodiokoffi87 en remplacement de Seigland, en attendant de prendre le bateau pour Marseille à la fin du mois de mars 1900. En gagnant son nouveau poste, il comptait retrouver le capitaine Le Magnen, qu’il décrivait dans une lettre à ses parents comme « un officier de haute valeur en même temps qu’un bien charmant homme88 ». Son opinion des militaires avait radicalement changé, au point que ce même officier – devenu son « excellent ami » – fut le correcteur des dernières épreuves de son Vocabulaire comparatif (1904 : IV). Pas tout à fait découragé, dans sa nouvelle affectation temporaire – et quelque peu punitive –, Delafosse trouvera encore l’occasion de parfaire ses études de la langue mandé auprès des réfugiés du Djimini. C’est ainsi qu’il recueillit un important récit sur Samori, de la voix d’Amadou Kouroubari, première source africaine transcrite sur le conquérant dioula (Delafosse 1901b : 145-210).

  • 89 En fait, Delafosse ne sera pas toujours adepte de la vie de brousse et de la tournée, ni réfractair (...)
  • 90 Lettre de Delafosse à ses parents, 16 février 1900, citée par L. Delafosse (1976 : 182-183).
  • 91 La communication, datée du 24 septembre, dans laquelle le lieutenant-gouverneur Capest évoquait une (...)

51Dans l’attente de son nouveau départ, dans sa dernière lettre adressée à ses parents, datée du 16 février 1900, Delafosse faisait le constat de la « faiblesse de caractère » des autorités : « on laisse Kouadio Okou bien tranquille, la mort de mon pauvre ami Seigland n’est pas vengée et les Baoulé sont plus orgueilleux que jamais ». Il s’en prenait aussi à Capest et à « ses ordres de bureaucrate qui veut tout savoir de son bureau et tout ordonner ». S’il semble s’être réconcilié avec les militaires, on retrouve dans ses paroles la polémique tout aussi ancienne et convenue du « broussard », homme de terrain, contre les hommes de cabinet89, mais aussi des idées très proches de celles qui seront exprimées et mises en pratique par le futur lieutenant-gouverneur Angoulvant : avoir tergiversé par prudence coûtera à l’avenir plus d’efforts encore. « Dans quelques années – écrit Delafosse à ses parents – on s’apercevra qu’il faut une colonne là où une compagnie aurait suffi il y a trois mois90. » Ce ton désabusé nous rappelle que dans tous les échanges intervenus entre Delafosse et les deux lieutenants-gouverneurs qui s’étaient relayés pendant la crise, on retrouve une différence de vues très nette au sujet de la portée des opérations de répression à entreprendre, les ardeurs du premier étant systématiquement refroidies par les seconds91.

  • 92 L’attention de Delafosse se focalisait progressivement sur Akafou, au point de s’ériger en obsessio (...)

52À ce sujet, il faut remarquer que Delafosse était – politiquement et, peut-être, psychologiquement – amené à minimiser les faits, leur étendue, leur gravité. Mais, en même temps, il demandait d’en finir avec Kouadio Okou (et Akafou)92. Cette incohérence ne pouvait pas être assumée par ses supérieurs, qui se limitaient, assez logiquement, à demander la plus grande prudence, finalement réconfortés dans ce choix par les communications venant du terrain.

Le dénouement de l’« affaire Kouadio Okou »

53Pour Delafosse, l’« affaire Kouadio Okou » aurait pu s’arrêter là, terminée dans un échec que l’on imagine frustrant, compte tenu de sa grande implication. Son départ anticipé pour la France à la fin du mois de mars 1900 se faisait dans des conditions incertaines ; finalement, aucune sanction ne sera prise à son encontre, et il sera même promu administrateur adjoint de 2e classe en décembre. Son bulletin individuel de notes de 1900, est, comme les précédents, très élogieux, y compris au sujet de l’épisode de l’incendie et de ses suites :

  • 93 [84].

Doux, patient et ferme à la fois avec l’indigène, ayant beaucoup de sang-froid et de courage il a su maintenir le Baoulé dans ce calme relatif qui était un maximum à obtenir en attendant des renforts de troupe et y a rendu de grands services93.

54De la plume du lieutenant-gouverneur Roberdeau, cette appréciation absout Delafosse de toute responsabilité dans l’incident. Il est à croire que le jugement de son prédécesseur Capest aurait été plus sévère, mais Roberdeau pouvait se contenter d’avoir atteint son objectif principal, qui était de contenir la révolte.

  • 94 Voir les références à la note 44.

55Une parenthèse « savante » pouvait s’ouvrir pour Delafosse, qu’il sut mettre à profit par de nombreuses publications94. Son retour en Côte d’Ivoire se fera en novembre 1901, loin du Baoulé, chargé de délimiter les frontières avec la Gold Coast. Cette mission, qui prendra fin en avril 1903, sera l’occasion pour lui de retrouver le lieutenant Laforgue (Delafosse 1908). Il sera à nouveau en Côte d’Ivoire en décembre 1903, pour diriger le cercle de Korhogo. Il regagnera ce poste à la faveur d’une tournée de Clozel à travers le Baoulé, dont il ne sera désormais plus en charge.

  • 95 « Kouadio Okou m’a fait sa soumission ce matin [13 juillet 1901] » [67]. « Kadio Okou, chef de la r (...)
  • 96 Sienzenou, devenu Bringakro, est un village aïtou et non pas souamele comme l’écrit Weiskel sur la (...)

56Après le retour au calme, Kouadio Okou se cachait toujours : ce ne fut qu’après la prise par les troupes coloniales de l’important centre d’orpaillage de Kokumbo, en juin 1901, que sa cavale prit fin, après qu’il fut remis au capitaine Bastard95 par les habitants du village de Sienzenou, près duquel il s’était réfugié96. Frappé d’une forte amende, il fut retenu au poste d’Ouossou pendant quelques mois (Weiskel 1980 : 131-132). L’amende de cinquante ta d’or (environ deux kilos et demi) semblait avoir plié toute velléité de révolte : « Kadio-Okou s’est roulé à mes pieds à plusieurs reprises jurant de servir fidèlement », écrivait le chef de bataillon Colonna d’Istria, qui rendait compte aussi de la façon dont, à cette occasion, les anciennes inimitiés et divisions entre Baoulé s’étaient manifestées à nouveau :

Les chefs de Tiassalé m’avaient demandé de faire déporter Kadio-Okou ; mais je connaissais l’histoire de leurs différends qui remontent à une dizaine d’années, et je leur ai déclaré que je rechercherais le passé seulement pour venger les injures à l’autorité française et prendre des garanties pour l’avenir.

  • 97 [3].

57L’officier, magnanime, lui « accordait la vie sauve et la liberté relative, mais en [le] frappant [d’]une forte amende97 ».

58En avril 1902, l’administrateur Georges Thomann avait rencontré Kouadio Okou « bien changé, bien amaigri », libéré après avoir « failli mourir dans le poste », probablement « empoisonné par son neveu et successeur éventuel » (1999 : 272). Kouadio Okou pouvait se réjouir de son sort : la même année, plusieurs chefs importants, parmi lesquels Akafou et Kouamé Djé de Sakassou, furent éliminés physiquement par des officiers français (Weiskel 1980 : 136-139).

59Quant à Delafosse, il retrouvera son ennemi, redevenu fréquentable, en février 1904, lors d’un « palabre » à Toumodi. À cette occasion, il refusa de « tendre la main au chef Kouadio Okou [...]. Son geste [...] accompagné de reproches virulents en langue baoulé, scandalisera l’assistance européenne, entourant le gouverneur Clozel, reçu en grand apparat par les notables, dont ce chef » (L. Delafosse 1976 : 95). À Delafosse ne restait que cet ultime geste de refus pour exprimer sa contrariété. Kouadio Okou, pour sa part, avait été « pardonné » par le lieutenant-gouverneur Clozel lors de cette tournée de 1904 (BCAF 1904 : 122). En 1910, il rendra même service aux Français en intervenant en tant que médiateur avec les derniers insurgés n’gban (Weiskel 1980 : 221). Sauvé, il s’était définitivement « rangé ».

Ambiguïté de Delafosse

60L’attitude de Delafosse à l’égard des Baoulé était pour le moins ambivalente, souvent ambiguë. Sincèrement intéressé par leur culture, il éprouvait une réelle attraction intellectuelle, assortie toutefois d’une tendance très prononcée à la normalisation de leur existence afin de la rendre compatible avec la « mission civilisatrice » de la colonisation, sans qu’elle perde de son « authenticité ». Ainsi, il faisait montre d’une forme d’autoritarisme intellectuel, voulant à tout prix que les « indigènes » dont il avait la « charge » ressemblent à l’idée qu’il s’en était faite : celle d’une population authentiquement africaine, non corrompue par des mœurs mal assimilées, importées autant de la civilisation musulmane que de l’européenne ; une population attachée à ses coutumes, amendées dans leurs aspects « arriérés » (guerres endémiques, sacrifices humains, traite des esclaves) par les « bienfaits » de la colonisation ; bref, une population pacifique et prête à la rencontre harmonieuse avec une civilisation supérieure, mais en même temps capable de garder ses valeurs et sa dignité propres. L’hostilité de certains chefs et éléments « récalcitrants », qu’il s’agissait d’isoler du reste de la population, de tempérament pacifique et laborieux, ne devait pas venir troubler l’harmonie que l’administrateur croyait avoir établie avec tact, prudence et sympathie. Ainsi, Delafosse a pu éprouver des colères violentes, devenir impitoyable, lorsqu’il se sentait « trahi », amoureux éconduit par la faute de quelques éléments perturbateurs, foncièrement étrangers à l’idylle qu’il se sentait capable d’établir avec « ses » indigènes. Un an à peine après ces faits, Delafosse, visiblement réconcilié, pourra écrire avec une certaine fierté à propos des Baoulé : « J’ai même eu l’occasion de faire le coup de feu à la fois contre eux et avec eux, ayant trouvé parmi les tribus amies des alliés qui m’ont prêté leur concours contre une tribu révoltée » (Delafosse 1901a : 15). « Contre eux et avec eux » : cette phrase résume la politique coloniale – à laquelle Delafosse contribua tout spécialement – de division des populations locales, partagées non seulement en « soumises » et « rebelles », mais comptant également des « collaborateurs » actifs de la colonisation, les « partisans » (voire infra). On aperçoit aussi un certain esprit – propre aux militaires – visant à établir une sorte de complicité virile avec les ennemis d’hier ; quelque chose comme : « Nous nous sommes battus mais, finalement, nous nous sommes compris. »

61La phrase de Delafosse est d’autant plus intéressante qu’elle provient d’un texte dans lequel il compare les « nègres dits civilisés », les Libériens, aux « nègres dits sauvages », les Baoulé. La comparaison tourne nettement à l’avantage des seconds qui, tout en ayant pu lui donner quelques soucis et procurer quelques déceptions par rapport à ses attentes, lui apparaissaient de loin plus « authentiquement » liés à leurs valeurs ancestrales et à leurs coutumes que les Libériens, dont il jugeait les mœurs « abâtardies et corrompues ».

62Dans ce texte, rédigé tout de suite après les faits de l’automne 1899, Delafosse omet toutefois de se référer plus explicitement à ces derniers. À peine plus explicite est la note accompagnant un chant de guerre collecté vraisemblablement lors de la crise de 1899 : « Cette chanson m’a été chantée par Kouadio Zegbé, chef d’Agba-gnyan-sou [village warebo] près Toumodi et ses guerriers, lorsqu’ils sont venus m’offrir leur concours contre un chef révolté » (Delafosse 1900 : 181 n.). Delafosse reproduit aussi quelques couplets chantés par les femmes (baoulé) des tirailleurs, synthèse extrême de la situation du moment : « Akafou est l’ennemi, Okou est l’ennemi » (ibid.). On ne pouvait pas mieux dire.

63Revenant sur les états d’âme du « broussard » désabusé, Delafosse faisait encore une référence indirecte à son expérience de combat :

Il a fait la guerre, il a essuyé les coups de feu des ennemis barbouillés de suie qui attendaient le Blanc au passage d’un cours d’eau difficile, embusqués derrière les contreforts d’un fromager. Il a pacifié des pays troublés, est allé en parlementaire au milieu d’une horde de guerriers ivres de vin de palme ou de dolo, et, par la persuasion d’arguments appropriés, par un trait d’esprit à la portée de ses sauvages auditeurs, les a amenés à déposer les armes (Delafosse 1909 : 71).

  • 98 Interdite au regard des hommes – il n’est pas vraisemblable que Delafosse l’ait réellement observée (...)

64Une forme d’autocensure revenait enfin dans un court article paru dans une revue scientifique en 1913 et consacré à l’adya, danse féminine, qu’il avait pu observer à Lomo98, « lors d’une guerre entre un nommé Okou et un groupe de chefs dont les principaux se nommaient Kouadio [le chef de Toumodikro] et Aoussou [le chef d’Abli] » (Delafosse 1913 : 266).

65Le conflit ramené à une guerre interne entre chefs baoulé, sans référence aucune à son rôle ni à celui des troupes coloniales, la posture de Delafosse devenait celle d’un observateur extérieur :

Les quelques observations dont suit le résumé ont été faites à la Côte d’Ivoire, dans des villages agni du groupe Baoulé où j’ai eu l’occasion de me trouver alors que la population était en guerre avec ses voisins (ibid.).

  • 99 Plus tard, deux générations d’anthropologues professionnels se trouveront confrontés à une forme an (...)
  • 100 Le même terme était employé dans son écrit de 1901 précédemment cité.

66La fiction ethnographique exigeait ici l’occultation du contexte colonial et administratif perçu comme un élément extrêmement dérangeant dans son travail d’observateur scientifique99. Delafosse réduisait son rôle actif dans la poursuite de Kouadio Okou à une « occasion100 » fortuite qui l’avait amené, en simple observateur, dans un village en guerre. Sa note ethnographique décalée entre donc dans le genre des « textes lisses, sans autres apprêts en apparence qu’une scrupuleuse objectivité » (Sibeud 2003 : 16).

67En revanche, beaucoup plus tard, il consacrera à ce qu’il appelle « la révolte de la région de Toumodi » presque deux pages sur les seize que compte son histoire de « La formation de la colonie de la Côte d’Ivoire. 1875-1904 », parue après sa mort (Delafosse 1931). Ici, Delafosse endossait à nouveau les habits coloniaux, qu’il avait pourtant quittés en 1919, cherchant à justifier l’usage de la force lorsque « la paix à tout prix » risquait « de n’avoir d’autres résultats que de retarder la pacification du pays », ce qui sonne comme une reconnaissance a posteriori du bienfait de la « manière forte » du lieutenant-gouverneur Angoulvant, contre la volonté de « conquête pacifique » (au demeurant pas si pacifique que cela) de son prédécesseur Clozel.

68Cette position « pragmatique », selon laquelle la résistance a provoqué et prolongé inutilement la guerre, correspond non seulement à l’une des analyses les plus percutantes de Carl von Clausewitz, mais à la position la plus fréquemment assumée par les Baoulé aujourd’hui. Selon Clausewitz, en effet, la guerre dépend davantage du défenseur que de l’envahisseur ; c’est le premier, s’obstinant à se défendre, qui provoque et prolonge les violences et les destructions :

  • 101 Voir également ce commentaire d’Emmanuel Terray : « En apparence c’est l’assaillant qui prend l’ini (...)

La guerre a plutôt une raison d’être pour le défenseur que pour le conquérant, car la guerre ne commence pas avant que l’invasion ait suscité la défense. Un conquérant est toujours ami de la paix (comme Bonaparte le disait constamment de lui-même) ; il voudrait bien faire son entrée dans notre État sans opposition. Pour l’en empêcher, nous devons choisir la guerre, et par conséquent faire à l’avance nos préparatifs. En d’autres termes, c’est justement le camp le plus faible, celui qui doit se défendre, qui doit toujours être armé pour ne pas être surpris. Ainsi le veut l’art de la guerre (Clausewitz 1955 : 416)101.

  • 102 Ces témoignages proviennent des enquêtes menées à Toumodi et à Abli, par Jean-Louis Triaud, en 1974

69Un récit, devenu quasiment officiel aujourd’hui chez les Baoulé comme en Côte d’Ivoire, tend à condamner toute résistance, soit en la passant sous silence, soit en la décrivant comme le fruit de l’« incompréhension » de certains chefs, entêtés dans une opposition sans issue autre qu’une augmentation du nombre de victimes et de destructions. C’est également ce qui ressort de mes enquêtes orales (voir infra), de certains témoignages cités par Louise Delafosse (1976 : 184-185)102, tout comme d’un ouvrage d’histoire locale publié en 1983 par le premier maire adjoint de Toumodi, le Dr Gabriel K. Tiacoh, descendant du chef warebo qui avait le premier secouru Delafosse. Tiacoh écrit, au sujet de la « méthode pacifique [qu’elle] avait des inconvénients dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle retardait l’arrivée de la civilisation, ralentissait le progrès et la mise en valeur de la colonie » (1983 : 45), des propos qui font directement écho à ceux de Delafosse (1931). Ce type de récit lénifiant réduit des années d’accrochages meurtriers à un malentendu finalement conclu de la meilleure des manières – la victoire de la « civilisation » – et dénonce toute résistance, parachevant par là l’œuvre de la colonisation.

Les « partisans »

70Au-delà des faits que j’ai essayé de présenter en détail, deux leçons de caractère plus général peuvent être tirées de cet épisode singulier : l’une concerne les conditions de l’enquête, l’autre le rôle des auxiliaires ou « partisans ».

  • 103 À l’exception de sa synthèse posthume, où le terme « partisan » est utilisé (1931 : 284).
  • 104 [88].
  • 105 Cette généralisation sera effective à partir de 1901-1902, dans les opérations menées contre les Fa (...)
  • 106 On retrouve ces volontaires, tour à tour nommés auxiliaires, partisans, supplétifs, dans la conquêt (...)

71Même si Delafosse utilise plutôt le terme d’« auxiliaires » pour désigner les Baoulé engagés contre les « rebelles103 », l’emploi de celui de « partisans » allait se généraliser dans le langage colonial, et pas seulement militaire. On peut en trouver de nombreuses occurrences dans les documents officiels. Dans les journaux de marche de la colonne de Kong (1894-1895), par exemple, ce terme sert encore à désigner, au sens propre, étymologiquement correct, un « parti ennemi », c’est-à-dire des hommes en armes, réunis en bande, pour s’opposer aux troupes coloniales104. À peine quelques années plus tard, dans le même contexte, le recours à ce terme se généralisera pour désigner les soutiens armés de la colonisation105. Il est intéressant de remarquer par ailleurs que chez le général Mangin, le terme « partisan » est employé au sens de résistant contre une armée étrangère lorsqu’il évoque la conquête du royaume de Naples par Joseph Bonaparte (1806), et au sens d’auxiliaire de la colonisation lorsqu’il se réfère aux opérations de pacification conduites par le colonel Gouraud dans l’Adrar mauritanien, en 1908 (Mangin 1910 : 175, 220). Il y a là une série d’indices qui montrent que cette inversion de sens était propre à la colonisation106.

72Dans le contexte de la conquête coloniale, les « partisans » n’étaient donc pas les résistants en armes, comme on serait tenté de le penser, mais les « collaborateurs » locaux des Français. Nous avons là un renversement du sens du terme « partisan », établi d’autorité par la novlangue coloniale des rapports officiels. On pourrait voir dans cet emploi inversé du terme un signe certain de la domination conceptuelle, sémantique, que la colonisation parvenait à imposer. Les « partisans » de la bonne cause étaient ceux qui s’engageaient aux côtés des civilisateurs, contre la régression et la sauvagerie des groupes hostiles, qualifiés, eux, de rebelles ou révoltés.

  • 107 Pour quelques exemples disparates, voir Weiskel 1980 ; Abbink, de Bruijn et Van Walraven (eds.) 200 (...)

73Le recours à cette terminologie est, dès lors, problématique. « Partisans » est employé le plus souvent selon l’usage dévoyé et antiphrastique de la colonisation, ce qui en dit long sur ses contre-vérités ; l’emploi du terme « pacification » pour désigner l’ensemble des opérations de répression, de « châtiment » et de rétablissement de l’ordre, bref, la guerre coloniale, est exemplaire en ce sens. En revanche, il est plus difficile de qualifier les ennemis de la colonisation : « rebelles » et « révoltés » sont les expressions coloniales les plus courantes (plus rare, « insoumis »), tandis que « résistants » et « résistance » (ou, à l’inverse, « collaboration ») sont les termes préférés par l’historiographie contemporaine, malgré leur connotation euro-centrique107. En effet, dès 1974, Henri Brunschwig écrivait : « Le terme de “résistance” est ambigu à cause de l’écho qu’il éveille dans l’esprit des Européens qui ont vécu la Deuxième Guerre mondiale. » Et encore : « “Collaboration” aussi est un terme ambigu depuis que la Deuxième Guerre mondiale l’a rendu péjoratif » (1974 : 47, 59). Dans la même veine, le terme « occupation » renvoie aussi à cette période. C’est avec précaution que ces termes, validés par l’usage courant, sont donc employés ici.

74Les officiers coloniaux ne devaient pas ignorer la « petite guerre » ou « guérilla » espagnole menée contre les troupes napoléoniennes d’occupation entre 1808 et 1813 et l’ordre conséquent donné par Napoléon au général Lefèvre : « il faut opérer en partisan partout où il y a des partisans » (Schmitt 1972 : 222, 284). Le recours ponctuel aux troupes irrégulières semble donc l’écho lointain de cette « guérilla » et de la relative « contre-guérilla », ce qui rendrait tout à fait délibérée l’inversion de sens opérée, assumant le point de vue napoléonien de la nécessité de s’adapter aux tactiques de guerre des partisans ennemis. Et quoi de mieux que d’avoir recours à des « indigènes » fidèles, les seuls réellement capables d’« opérer en partisans partout où il y a des partisans », avec l’avantage supplémentaire – déjà largement obtenu par l’emploi des troupes régulières africaines – de ne pas trop exposer les forces vives nationales. Cet aspect était d’ailleurs ouvertement mis en avant par le lieutenant-gouverneur Roberdeau :

  • 108 [80]. Voir aussi [62].

Delafosse me fait connaître que Koudio Okou ayant essayé d’inquiéter le village ami de Sinzenou, il va profiter des sentiments hostiles des indigènes contre ce chef pour faire battre par leurs guerriers la forêt où se sont réfugiés les rebelles afin de réduire encore les pertes de nos détachements réguliers108.

  • 109 [76].

75Sans compter que, dans ce cas spécifique, il s’agissait, du moins en partie, de Baoulé « retournés », les Aïtou ayant auparavant participé à des actions antifrançaises avant de rallier la cause coloniale ; on aperçoit ici toute l’importance du travail « politique » mené par l’administrateur Delafosse auprès des chefs locaux, aïtou et warebo notamment. En congé en France, Albert Nebout conseillait lui aussi, dès la fin du mois de septembre 1899, d’« employer comme auxiliaires les Warebo de Tiassalé et les Atoutous, qui détestent les N’gbans depuis longtemps. L’espoir du pillage suffira pour obtenir leur concours109 ».

  • 110 La dimension du « renseignement » est particulièrement mise en évidence dans les rapports concernan (...)
  • 111 Cet aspect n’échappait pas aux autorités coloniales : « Très vite je dus interdire l’emploi des par (...)

76Qui étaient donc ces « partisans » ? Il s’agissait de troupes par définition irrégulières, des Baoulé engagés contre d’autres Baoulé, d’autres partisans donc, et dont on appréciait particulièrement la connaissance du terrain, l’endurance et la détermination. Des quatre critères de définition du partisan avancés par Carl Schmitt (1972 : 223-229) – l’irrégularité, la mobilité, l’engagement politique, le caractère tellurique –, je retiendrai spécialement le premier et le dernier, en y ajoutant un surplus d’affect. Leurs qualités en faisaient des alliés précieux, les seuls, dans de nombreuses circonstances, capables de dénicher les refuges des rebelles, d’anticiper leur mouvement, de déjouer leurs tactiques, de porter des coups décisifs, d’identifier précisément les « meneurs », morts ou vivants, de fournir des éclaireurs, des guides et des renseignements sur les forces, les déplacements et les intentions des ennemis110. Ces « partisans » amenaient en outre un surplus de violence, de détermination, de passion111 ; cette caractéristique est propre à tous ceux qui choisissent de combattre un proche, faisant de l’adversaire l’ennemi, de l’inimicus, personnel et privé, l’hostis, impersonnel et public, politique, pour le dire encore avec Schmitt (1972 : 65-77). Au passage, la guerre coloniale asymétrique, de conquête territoriale et de domination politique, se transformait en guerre civile ou guerre intestine entre Baoulé appartenant souvent à des nvle différents, mais aussi parfois à un même nvle, comme dans le cas des Warebo (voir infra).

77Delafosse l’admettait lui-même, le but politique poursuivi était de compromettre ces auxiliaires :

  • 112 Les rapports des militaires engagés dans les mêmes opérations donnent davantage de poids à la contr (...)
  • 113 [52].

Les tribus nombreuses des Ouarébo, des Atoutou et des Zipouri ont pris nettement parti contre les rebelles et ont donné la meilleure preuve de leur loyauté en entrant en guerre contre eux ; maintenant que ces tribus ont tiré sur les hommes de Kouadio Okou et ont eu des guerriers blessés par ceux-ci, elles ne peuvent plus revenir en arrière et sont forcées de nous rester fidèles ; c’est même là ce que je considère comme le résultat principal que j’aie obtenu en entraînant avec moi 300 auxiliaires Baoulé contre les rebelles ; au point de vue militaire, leur concours a été peu efficace112, mais au point de vue politique il n’en est pas de même : je voulais les forcer à se déclarer contre Kouadio Okou par des actes et j’y ai réussi113.

  • 114 Delafosse s’était aussi efforcé d’établir des rapports personnels étroits, y compris par un « maria (...)

78C’était la raison pour laquelle Delafosse avait voulu conduire personnellement ces guerriers, dont il parlait la langue et dont les chefs s’étaient engagés auprès de lui. Le « Commandant » aimait se conduire comme un chef baoulé, pratiquant le serment, demandant de « boire le fétiche » et adoptant certaines coutumes locales114. Ainsi, il écrivait à ses parents :

  • 115 Lettre de Delafosse à ses parents, 19 décembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 181).

Je vous envoie, selon la coutume des Baoulé, un peu de paille que j’ai arrachée à la toiture de la case qu’occupait Kouadio Okou à Gbohua. Cette case, comme tous les villages des rebelles, est naturellement brûlée à l’heure actuelle115.

  • 116 « Statue zoomorphe », musée du Quai Branly – Jacques-Chirac, http://collections.quaibranly. fr/pod1 (...)

79En matière de trophées de guerre, Delafosse n’en restait pas là. Parmi les objets donnés par lui et qui figurent aujourd’hui – non exposés – dans les collections du musée du quai Branly – Jacques Chirac (anciennement au musée de l’Homme) se trouvent en effet un « masque heaume zoomorphe » et un « tambour cylindrique à deux peaux ». Leur provenance du village de Lomo, « avant 1900 », indique clairement qu’il s’agit de prises de guerre116.

  • 117 [46]. Ces « dépenses de guerre » ne seront soldées par Nebout qu’au mois de mai 1900 [58].
  • 118 [9] [26] [29] [57] [61].
  • 119 [58].

80L’armement de ces « partisans » était partiellement assuré ou amélioré par les coloniaux, ce qui pouvait constituer déjà une récompense pour leur engagement. Dès le 27 septembre, Delafosse demandait un « crédit de 1 000 fr. pour parer aux frais des opérations contre les rebelles », précisant que « le concours de nos alliés ne nous sera assuré qu’autant que leurs services seront payés régulièrement » (armes, munitions et indemnisations pour les blessés)117. Ce paiement des « services » était encore plus important lorsque les autorités coloniales procédaient au désarmement des groupes insoumis ou à l’interdiction de la vente des armes et de la poudre. En effet, la vente des armes était interdite au début du mois d’octobre118, au moment même où les « partisans » recevaient des fusils en remplacement de ceux qui avaient été endommagés au cours des différentes opérations menées119.

81La motivation de ces volontaires résidait surtout dans le butin qu’ils escomptaient : des biens, des vivres, des animaux, tout ce que l’on pouvait prendre à l’ennemi ou emporter des villages abandonnés par leurs habitants et pillés avant d’être incendiés, une tactique courante dans les conflits « internes » entre Baoulé. Les combattants pouvaient aussi être motivés par des rivalités anciennes remontant à l’établissement dans la région ou au contrôle des voies de communication vers le littoral et aux pillages de caravanes.

82L’enjeu était considérable, car les « partisans » prenaient des risques importants : non seulement ceux inhérents à toute entreprise guerrière, mais aussi celui d’attirer la vengeance d’un ennemi proche et qui les connaissait. Parier sur les avantages immédiats ou sur la victoire finale des Français pouvait sembler raisonnable, mais la possibilité de représailles était réelle. Il ne s’agissait donc pas d’auxiliaires indigènes, tels que les interprètes ou les gardes de cercle, souvent recrutés parmi les captifs libérés, les anciens tirailleurs démobilisés ou chez les populations côtières acculturées. Les « partisans » étaient engagés ponctuellement dans des opérations limitées, conduites contre des populations très proches.

83Partisans, sans guillemets, l’étaient aussi ceux qui s’opposaient à l’intrusion coloniale les armes à la main, pratiquant cette résistance du faible au fort contre l’occupation étrangère qui est l’essence de la « guerre partisane ». Leur guerre était en effet foncièrement défensive, même lorsqu’ils attaquaient les troupes coloniales ou s’en prenaient à des objectifs « civils » (les commerçants dyoula et leurs familles, les auxiliaires, les administrateurs) ; défensive car leur caractère tellurique (Schmitt 1972 : 229) – lié à la terre, à leur terre – prévalait sur toute autre qualité et motivation, ce qui explique aussi leur rayon d’action limité, dépassant rarement les frontières des nvle, chaque groupe baoulé ayant toujours conduit ses « petites guerres » de manière isolée et autonome.

Ce que les sources disent ou taisent

84Une autre leçon peut être tirée de ces faits. Elle concerne, bien évidemment, les sources et leur traitement. Des sources réellement alternatives et autonomes (notamment orales), qui viendraient des descendants des protagonistes baoulé, manquent pour que l’on puisse esquisser une « autre histoire » de ces événements, une sorte de « vision des vaincus » (Wachtel 1971), et cela d’autant plus que le camp des perdants reste très divisé, aujourd’hui comme alors (voir infra). Reste alors à explorer les incohérences du discours colonial, les doutes et différences d’appréciation qui affleurent « au cœur de l’archive » (Stoler 2019), fût-ce de manière implicite ou voilée par-delà l’assurance de façade.

85Concernant l’histoire de la conquête, les écrits émanant des différents niveaux hiérarchiques de l’autorité coloniale sont aussi détaillés que riches, y compris en silences et manipulations (Viti, 2012, 2016b, 2017, 2019). Ces sources, conservées dans les archives ou publiées, appartiennent à plusieurs genres, dont les écarts nous renseignent sur les failles du discours colonial : il y a d’abord les communications au jour le jour, télégrammes, dépêches, lettres ; il y a ensuite les rapports de synthèse, rédigés après coup ; il y a enfin les témoignages et les mémoires plus tardifs, qui ont fait l’objet de publications. Delafosse reviendra lui-même sur cet épisode (1931), comme le fera plus tard et plus en détail sa fille et biographe, soucieuse de rétablir l’image quelque peu dégradée de son père (L. Delafosse 1976).

  • 120 [17] [21] [22] [23] [24].
  • 121 [5] [6] [7] [8].
  • 122 [72] [74] [75]. Le Bulletin du Comité de l’Afrique française relayait promptement un communiqué du (...)
  • 123 [77] [78] [79].
  • 124 [21]. Il doit s’agir d’une erreur de transcription d’un télégramme, mais le chiffre de 1 000 serait (...)

86Le premier type de documents, rédigés dans l’urgence, laisse apparaître l’incertitude, l’hésitation, parfois une certaine réticence ou, au contraire, l’exagération, l’affolement, lorsque la portée des faits n’était pas encore précisément établie. C’est le cas de ceux rédigés par Delafosse, qui ne distillait qu’avec parcimonie le récit des événements fâcheux. À l’opposé, les premières communications échangées entre les chefs des postes proches de Toumodi120 et le lieutenant-gouverneur Capest121, comme entre ce dernier et le ministre des Colonies122, exagéraient sensiblement la gravité des faits, quitte à devenir plus rassurantes un mois plus tard123. Globalement, ces échanges dressaient un tableau bien plus sombre que ne l’était sans doute la situation réelle, évaluant à dix mille les fusils dont disposaient les rebelles124, soit qu’il se fût agi de se préparer au pire, soit pour grossir les mérites des vainqueurs en cas de dénouement heureux. Une autre différence peut être perçue dans la surabondance répétitive des échanges administratifs, un « excès documentaire » (Stoler 2019 : 32) qui révèle un souci de prudence « pour mémoire », tandis que les récits des combats sont généralement moins nombreux et plus mesurés.

87Dans les rapports rédigés après coup, les faits sont au contraire présentés de manière plus aplanie, rassurante, moins conflictuelle. Enfin, dans les textes publiés des années ou des décennies plus tard, toute action est pleinement justifiée, sans que ne soit plus laissée la moindre place au doute ou aux récriminations. En somme, le « pouls de l’archive » (Stoler 2019 : 66) s’accélère dans les moments de crise aiguë, pour retomber à un rythme routinier une fois le danger passé.

88Cette stratification interne à la documentation coloniale, officielle ou officieuse, est pour l’essentiel liée à la chronologie des événements, aux différents moments de la rédaction et aux divers lieux de production : le poste, le théâtre des opérations, le commandement militaire, le gouvernement de la colonie à Grand Bassam, le cabinet des savants – autrement dit, le terrain, le bureau ou la bibliothèque, ce qui renvoie, bien évidemment, aux différents acteurs et auteurs desdits documents.

89La confrontation de ces différentes sources peut faire apparaître des manipulations délibérées des faits : par exemple, la demande très explicite de mise à mort des chefs rebelles formulée par Delafosse (voir supra) est réduite par sa fille à leur seule capture, dans un passage de son livre où elle se réfère au document – tronqué – dans lequel son père en appelait pourtant à la mesure la plus radicale (L. Delafosse 1976 : 180).

90Les sources orales baoulé, que j’ai pu collecter sur le terrain un siècle plus tard, auprès des descendants des protagonistes, sont, dans l’ensemble, peu précises sur la séquence temporelle des événements, confuses en matière de chronologie, peu nourries de manière générale. Le fait est que cette histoire-là, celle d’une défaite, voire d’une guerre intestine entre Baoulé, n’est pas mémorable.

91À défaut d’ouvrir ici une parenthèse sur la guerre au Baoulé, sa conduite, sa signification et sa logique propres (Viti 2004), je me contenterai de rappeler que pour les Baoulé, l’issue d’une guerre a une valeur d’ordalie : la défaite est le signe évident que la guerre ne devait pas avoir lieu, que ceux qui ont combattu ont eu tort de le faire, que les chefs se sont trompés, qu’il ne fallait pas accepter l’affrontement avec un ennemi qui s’est révélé être le plus fort. Le verdict de la défaite est sans appel : les perdants ont tort, ils méritent par conséquent l’oubli, la damnatio memoriae.

  • 125 « Considérant les importants services rendus à notre cause et la fidélité témoignée par le nommé Qu (...)

92On pourrait ajouter à cela une consigne politique plus générale, liée à l’engagement du futur président Félix Houphouët (non encore Boigny), lui-même baoulé, qui, dès 1945, dans sa profession de foi pour les premières élections législatives, qu’il remportera, se réclamait explicitement de la descendance de son oncle maternel Kouassi N’go, nommé chef des Akouès par l’administration coloniale125 et « mort bravement au service de la France » (Baulin 1980 : 11), autrement dit éliminé en décembre 1910 par des combattants baoulé qui voulaient le punir de son rôle aux côtés des Français (Weiskel 1980 : 207). Cet épisode aura une suite en 1912, tout à fait emblématique de la désunion que la colonisation avait alimentée chez les Baoulé :

  • 126 « Exécution d’Aako Alangba », Journal officiel de la Côte d’Ivoire, 18e année, no 23, 15 décembre 1 (...)

Le 15 octobre 1912, le nommé Aako Alangba, meurtrier du chef Akoué Kouassi N’Go, était exécuté à Yamoussoukro, en présence de tous les chefs de la région et d’un grand concours de population. Cette exécution revêtit un caractère particulier de solennité en raison de la qualité de la victime et des circonstances qui entourèrent le meurtre, advenu la nuit du 19 au 20 décembre 1910, chez la victime à Yamoussoukro126.

  • 127 Le bilan de l’historiographie ivoirienne sur la conquête coloniale est bien maigre. Outre quelques (...)

93Dans un souci d’unité nationale, toute référence à l’histoire de la conquête coloniale était à éviter. Ces références auraient probablement ravivé les divisions internes au lieu de susciter un sentiment patriotique. Par ailleurs, l’historiographie ivoirienne ne s’est guère intéressée à cette période de l’histoire (proto)nationale127. En Côte d’Ivoire, la « fabrique des héros » (Bertho 2019) peut s’arrêter au seul Père de la Nation.

94La combinaison de ces deux facteurs – un souvenir dérangeant s’accompagne d’une sorte de censure préventive – se répercute inévitablement sur la mémoire de faits qui, ayant opposé les Baoulé entre eux, semblent devoir être voués à l’oubli. Cela donne lieu non pas à une mémoire divisée mais plutôt à une alternative entre silences et récits « domestiqués », c’est-à-dire conformes au discours (néo)colonial. Les habitants de Lomo Sud livrent ainsi un récit de cet épisode qui, sans se détacher de la version française, replace l’incident dans le contexte d’un conflit remontant aux opérations de la colonne de Kong et aux pillages des caravanes :

Après leur arrivée, les Blancs voulaient traverser notre territoire pour aller vers le Nord ; ils ont dû insister au moins trois fois, mais le roi n’a pas voulu, et c’est après plusieurs tentatives que le roi Kouadio Okou a accepté que les Blancs traversent son territoire.
Parce que, à l’époque, sous le règne de Kouadio Okou, toute personne inconnue qui traversait son territoire était capturée, prise en otage.
C’est ainsi qu’ils ont pris en otage un monsieur que les Blancs avaient envoyé en mission.
Quand les Blancs ont appris qu’ils ont capturé l’homme qu’ils ont envoyé en mission, ils se sont fâchés et ils sont venus brûler la maison du roi Kouadio Okou.
Kouadio Okou, à son tour, est parti brûler la maison des Blancs.
Voilà l’origine de la guerre entre Kouadio Okou et les Blancs.
[...] Après la guerre, notre ancêtre Kouadio Okou a été frappé d’une forte amende par les Blancs, il a même été pillé.
Parce que, selon eux, il leur a manqué de respect, il a essayé d’empêcher aux Blancs ce qu’ils voulaient faire.
Les Blancs ont pris tout l’or qu’il avait, parce qu’ils étaient très en colère contre lui.
[...] Les Blancs ont arraché tous les fusils qu’ils avaient.

95Ils tiennent toutefois à préciser :

Pendant la guerre, Kouadio Okou n’a pas été capturé ni tué par les Blancs. C’est après la guerre qu’il s’est lui-même volontairement présenté aux Blancs.
Les Blancs lui ont donc demandé : « Alors, c’est toi qui ne veux pas nous laisser passer ? C’est toi qui nous faisais la guerre ? »
Il a répondu aux Blancs que c’est effectivement lui qui leur faisait la guerre [Dibi Okou, Lomo Sud, 23 août 2002].

  • 128 Sienzenou est plus précisément le nom d’un akpaswa composé de six villages, une fraction du nvle de (...)

96Plus convenu encore est le récit provenant de Sienzenou (devenu depuis Bringakro)128, village aïtou allié des Français :

C’est Bringa que les Blancs ont connu, c’est pour ça qu’ils l’ont mis comme chef et aussi [parce qu’]il a aidé les Blancs à combattre dans une guerre [...].
Les Blancs ont trouvé qu’il était courageux et l’ont nommé comme chef.
Ils ont fait la guerre à un homme qui s’appelait Kouadio Okou, c’était au pays Warebo. [Notables, Bringakro, 22 janvier 1988]

97Plus articulé, mais également aplati sur la vulgate courante, le récit collecté à Aloumenankro, un autre village aïtou ayant joué un rôle important dans la traque de Kouadio Okou :

Quand ils sont venus s’installer à Ngouedjobo, c’est là que les Blancs sont arrivés, c’est là qu’est arrivé Delafosse, le Blanc qui s’appelait Delafosse. C’était le premier Blanc qui était venu dans la région, il s’appelait Delafosse. Quand il venait tout le village dormait, donc lui quand il venait il était de passage, il allait à Lomo Sud.
[...] Delafosse, le Blanc. Quand le Blanc, le Blanc Delafosse passait, il allait dans le but d’aller faire la guerre à Lomo.
[...] Il allait pour une guerre ; quand il est arrivé ici il a vu le chef ici d’Aloumenankro et il lui a demandé s’il était pour le chef qui est à Lomo Sud, la personne à qui il allait faire la guerre ; à ça le chef a répondu qu’il était un descendant... qu’ils sont voisins avec les gens de Lomo Sud ; alors le Blanc a demandé plus de précisions pour savoir s’ils sont... s’ils descendent de la même famille avec les gens de Lomo Sud.
[...] Quand il passait et il a vu le chef d’ici il a demandé si les gens de Lomo Sud étaient ses voisins, qui étaient pour lui. Il a demandé s’ils étaient ses voisins, il a dit au chef qu’il allait à Lomo Sud pour la guerre, donc il a demandé l’aide au fondateur de ce village, Aloumenan, et le fondateur lui a donné quatre hommes qui sont partis l’accompagner pour combattre contre les gens de Lomo Sud.
[...] Quand ils sont partis combattre à Lomo Sud ils ont blessé deux des hommes qui étaient partis avec eux, mais ils n’étaient pas morts, donc, une fois la guerre finie, ils sont revenus ici même à Aloumenankro et avant que le Blanc ne parte il leur a donné un drapeau et puis des papiers pour prouver qu’il est passé et il leur a dit de garder ces papiers en souvenir, que n’importe quel Blanc qui fera halte, qui passera encore dans ce village de lui montrer ces papiers, pour prouver qu’il est passé ici. C’est le papier même qu’il a laissé... nous avons toujours le papier, c’est ce papier-là que nous voulions vous montrer [Notables, Aloumenankro, 29 janvier 1988].

98Cet entretien fait référence à deux éléments matériels qui le complètent et, en partie, l’orientent : un drapeau et un papier. Ce dernier, une feuille dactylographiée dont l’auteur nous reste inconnu (certainement un cadre « lettré » du village), se présente comme l’histoire authentique (« indigène ») du village et remonte à l’immédiat deuxième après-guerre. On peut y lire :

Histoire indigène de l’ancien temps
Le vieux Aloumenan [...] était lui l’Empereur [sic]. Quand l’Européen qui se nomme monsieur Lafont [Laforgue] avait fait la guerre avec Kouadio Okou, il est venu trouver l’Empereur et lui dit de lui donner des hommes pour qu’ils l’accompagnent. Quand ils partirent faire la guerre Kouadio Kouassi Kakpra reçut une balle dans la jambe. Au retour encore il demanda une autre personne pour l’accompagner. L’Empereur lui donna le nommé Kouadio Ango, il reçut une balle dans l’avant-bras, après l’Empereur en nommant tous les villageois voisins pour aller faire la guerre à Kouadio Okou, accompagné par monsieur Lafont (sic). Après ils attrapèrent Kouadio Okou. Au retour de la guerre monsieur Lafont félicita l’Empereur et lui offrit un pavillon et lui dit « Tiens ce pavillon, tout Européen que tu verras ici montre-lui cela. » Alors il lui donna l’ordre de gouverner tout le pays indigène.

Marque qu’on retrouve sur le pavillon : « À Aloumenan, autorisé [à] faire la guerre aux rebelles », signature illisible. [...] Aloumenankro, le 22.03.1947.

  • 129 Une trace de l’envoi de deux pavillons se trouve in [25]. La remise du drapeau français aux village (...)

99L’autre pièce, un drapeau français, porte l’inscription citée : « Alumana est autorisé à faire la guerre aux rebelles [par] Lt Laforgue 1er T.eurs129 » (voir fig. 2). Ce drapeau, signe tangible du ralliement de ce village, non seulement a été soigneusement conservé, mais il était montré – quatre-vingt-dix ans plus tard ! – au « Blanc » de passage pour ses enquêtes ethnographiques, héritier présumé d’autres « Blancs », conformément aux instructions reçues.

Fig. 2 : Drapeau français remis au chef Aloumenan en 1899.

Fig. 2 : Drapeau français remis au chef Aloumenan en 1899.

(cl. F. Viti, 1988)

  • 130 Réserver la notion de « petite guerre » à la guerre coloniale, comme le fait Vincent Joly (2009) en (...)

100Pour ce village aïtou, ce drapeau a été, à l’époque des faits, la caution politique et militaire nécessaire pour mener, contre un chef rival mais proche, des combats dont l’intérêt était essentiellement le règlement de comptes anciens et l’espoir d’un butin. Mais surtout, leur guerre était « autorisée » par l’autorité coloniale. Il faut s’arrêter sur ce terme tout à fait révélateur : la colonisation se voulait « pacificatrice » ; pour cela, il fallait empêcher les « petites guerres » de proximité que les Baoulé et leurs voisins pratiquaient régulièrement130. Le contrôle du commerce des armes à feu, l’interdiction – du moins momentanée – de la vente de la poudre, voire le désarmement, étaient périodiquement pratiqués ou demandés par les autorités coloniales, ce qui suscitait d’ailleurs les plaintes des milieux du « commerce ». Ici, au contraire, comme dans de nombreux autres cas, la guerre des « partisans » était autorisée, ce qui laisse supposer aussi une certaine liberté d’action sur le terrain. Cette guerre autorisée était donc légitime, juste, et elle permettait de continuer les pratiques guerrières anciennes, sans encourir de sanctions. Aujourd’hui, avec peut-être un zeste de mauvaise conscience de la part de ses détenteurs, ce drapeau continue de remplir sa fonction de caution morale et politique, encore active, d’un ralliement à des vainqueurs censés être toujours en place, ce qui constitue un enseignement ultérieur de cet entretien.

101Ce pavillon, qui fait partie des « sources matérielles », en dit davantage que le récit oral de cet épisode présenté dans les mêmes circonstances. Il « parle » et nous dit à quel point la division entre Baoulé a joué à l’avantage de la colonisation et, surtout, à quel point l’aliénation coloniale continue d’agir dans les esprits, un siècle après les faits. En conservant cet « objet-témoin », en lui-même symbole de puissance et, qui plus est, surchargé d’une écriture, les habitants d’Aloumenankro renouvellent leur ralliement non pas tant au pouvoir colonial au sens strict, qu’au « pouvoir blanc », dont ils reconnaissent par là l’hégémonie permanente en même temps que leur subalternité.

102Cet état de choses ne favorise certainement pas une mémoire diffuse et partagée des événements liés à la conquête coloniale, qui ont vu les Baoulé s’opposer les uns aux autres de manière très violente. Le point de vue baoulé sur ces événements – qui ne serait évidemment pas consensuel – reste donc obscurci non seulement dans les sources coloniales – ce qui paraît logique – mais aussi dans les témoignages oraux. La prise en charge de la défaite est totale. Le tort est assumé pleinement, mais de manière tacite, et l’envie de tourner la page est compréhensible. Assumant le legs de la défaite inévitable, fruit d’un mauvais calcul des rapports de force, les Baoulé d’aujourd’hui préfèrent ne pas y revenir, choisissant le plus souvent ne pas en parler ou ne s’y référant que de la manière la plus convenue.

103De ce point de vue, les silences embarrassés qui entourent la figure d’Akafou Blalè, l’« homme de fer », chef des N’gban du Sud, sont particulièrement criants (Viti 2020). Plus chanceux, Kouadio Okou reçoit au moins l’hommage de son village, sous la forme d’une épitaphe :

Kouadio Okou était vif, il avait un gros cœur, il n’avait peur de personne.
Il n’aimait pas les palabres, mais si tu lui cherches palabre, vous aller faire [palabre].
Il était né à Lomo ici. Il est mort ici.
Il n’est pas mort au cours d’une guerre. Il est mort de lui-même [de mort naturelle]. [Koffi Pokou, Lomo Sud, 13 janvier 2016.]

Diviser pour mieux régner

  • 131 La position de Nebout, redevenu administrateur du Baoulé à l’issue de la crise de 1899, était, à ce (...)

104Cet épisode singulier permet de saisir, à une moindre échelle, certains traits de la guerre de conquête coloniale, en Côte d’Ivoire et ailleurs. Avec le recours aux auxiliaires, Delafosse alimentait délibérément – non sans cynisme – la « guerre civile » entre Baoulé131. Il le faisait en mobilisant ses connaissances à la fois administratives et ethnographiques acquises sur le terrain et alimentées par une proximité personnelle avec les chefs fidèles à la France, ce qui constituait son autre apport spécifique à la cause coloniale, une qualité que les militaires de passage ne pouvaient exercer qu’avec leurs troupes. Si l’arme principale des rebelles était la connaissance du terrain – qui permit finalement à Kouadio Okou d’échapper à la capture, mais pas d’éviter la destruction de ses villages et cultures –, l’arme spécifique dont disposait Delafosse était la connaissance – anthropologique – des hommes, de leurs points de force et de leurs faiblesses : en d’autres termes, la connaissance de ses proies.

  • 132 Voir, à ce sujet, les remarques de Schmitt (1972 : 46) sur l’ennemi public (hostis), doté d’un stat (...)

105Dans leur action répressive, à aucun moment les autorités coloniales ne reconnaissaient aux Baoulé insoumis le statut d’ennemi légitime132 ; au contraire, il ne s’agissait pour elles que de bandits, de hors-la-loi, également hors statut. Refuser le statut d’ennemi (hostis), de cobelligérant, revenait à réduire la guerre coloniale à une action de police mais aussi à transformer une « lutte armée entre unités politiques organisées » (polemos) (Schmitt 1972 : 72) en guerre civile (stasis) entre groupes ou factions différemment situés par rapport à la colonisation, ce qui ne pouvait que conduire à l’autodestruction et au délitement de l’organisation politique baoulé, déjà largement fragmentée (Viti 1998a).

106Peut-on parler de « guerre » et de « guerre civile » au sujet de ce genre de situations ? L’épisode en question est limité mais il s’inscrit dans un cycle long d’actions violentes et de réactions, qui se prolongea, au Baoulé, de 1891 à 1911. Globalement, il s’agit donc d’une guerre de conquête impériale menée par des troupes régulières dont le nombre s’accrut jusqu’à atteindre les 2 100 unités entre 1910 et 1914 (Angoulvant 1916 : 115) et qui trouveront toujours l’appui de groupes de « partisans ». En face, l’opposition armée d’une partie au moins des populations visées n’arriva jamais à mettre réellement en danger le projet de domination coloniale. Quant à l’« acte de guerre » au sens strict, il « n’est pas toujours un acte d’État », puisque « les affrontements se font en général entre acteurs hétérogènes et inégaux » (Joxe 1991 : 52), définition qui recouvre parfaitement le sens de la guerre coloniale, asymétrique par définition.

107En revanche, la qualification de « guerre civile » n’est jamais aisée à appliquer. On pourrait s’en tenir ici aux propos synthétiques de l’historien David Armitage, d’après qui « définir “civile” une guerre signifie reconnaître les liens familiaux existant entre les ennemis, en tant que membres de la même communauté » (2017 : 13). Cette formulation fait écho aux définitions que Schmitt donne de la Bürgerkrieg comme « guerre fratricide, parce qu’elle est conduite à l’intérieur d’une unité politique commune qui inclut aussi l’ennemi » (2003 : 152), ou encore « lutte armée au sein d’une unité politique (remise en question de ce fait) » (1972 : 70), ce qui correspond bien à la situation de conflit interne au monde baoulé, délibérément accentué par l’action coloniale.

  • 133 La situation de « centralisation périphérique » qui caractérise la forme politique de l’échiquier b (...)

108Cette guerre qui ne disait pas son nom devenait alors le lieu majeur d’unification entre le Delafosse savant et théoricien de la forme politique « anarchique » du Baoulé (Delafosse 1900 ; Viti 2005) et le Delafosse cadre pragmatique de l’administration coloniale, qui contribua activement à la dissolution de cette même structure politique, probablement déjà minée par la résurgence d’un esprit segmentaire « contre l’État133 ». En paraphrasant Schmitt, on pourrait alors affirmer que lorsque son unité volait en éclat, chaque nvle autonome et souverain cessait d’exister politiquement car il n’avait plus « la capacité ou la volonté [d’]opérer lui-même la distinction entre amis et ennemis [...] en décidant de son propre chef, à ses risques et périls » (Schmitt 1972 : 93) ; cette détermination de l’ennemi était désormais la prérogative des autorités coloniales.

  • 134 « Nous n’avons pas à diviser pour régner, à la Côte d’Ivoire. Nous n’avons qu’à tirer un sage parti (...)

109Le nœud central de cette histoire demeure la division des Baoulé face à la colonisation, ce qui les culpabilise aujourd’hui encore davantage et rend la mémoire de cette époque encombrante et difficile. Les autorités coloniales, et tout particulièrement Delafosse, sont parvenues à subvertir – voire à pervertir – le système d’alliances qui caractérisait l’échiquier fragmenté mais fonctionnel des nvle baoulé. Avant la colonisation, les Aïtou, alliés des N’gban, étaient les ennemis anciens des Warebo. Lors de la conquête, on retrouve les Aïtou dans une attitude de prudente neutralité, voire de soutien actif aux autorités coloniales, tout comme la plupart des Warebo (mis à part, précisément, Kouadio Okou et ses quelques acolytes locaux), laissant les anciens alliés N’gban seuls aux prises avec les troupes coloniales, dans une opposition qui se prolongea jusqu’à la défaite définitive de 1910. En même temps, un chef warebo tel que Kouadio Okou pouvait se lier au chef n’gban Akafou, rompant l’unité de son nvle, de même que quelques villages aïtou avaient participé isolément aux premiers actes de résistance antifrançaise aux côtés des N’gban insurgés, en décembre 1894. D’autres exemples pourraient faire état de la désunion, du manque de cohésion et de coordination, et, surtout, de l’instrumentalisation coloniale des rivalités entre Baoulé134.

110Cette redistribution des alliances peut s’expliquer par le désordre introduit par l’intervention coloniale, qui attribuait des rôles nouveaux, sur le plan économique, social et politique. La nouvelle donne de la présence européenne pouvait avantager certains groupes, voire certains individus, notamment ceux qui pouvaient tirer quelques profits immédiats de la proximité avec les Français, louant des porteurs, vendant des vivres, offrant toutes sortes de services aux postes ou le long des pistes. Sans revêtir de valeur absolue, l’existence de tels calculs peut expliquer que les chefs de Toumodikro aient accueilli le poste colonial, en tirant quelques avantages matériels de cette présence ; ou bien pourquoi les rebelles, comme Akafou et Kouadio Okou, se trouvaient surtout le long de la piste vers le littoral, pourvoyeuse de ressources par le pillage des caravanes.

111Les coloniaux se sont appuyés aussi sur les commerçants dyoula, dont ils ont favorisé l’activité et l’installation sur place, tout comme sur les captifs libérés ou sur les réfugiés des guerres samoriennes, un ensemble hétérogène que les Baoulé appelaient et appellent encore les kanga, esclaves et étrangers (Viti 1999a, 2016a).

  • 135 Sources orales : Akouekouadiokro, 30 déc. 1987 ; Kétékré-Bonikro, 7 janv. 1988. Sous-préfecture de (...)

112Ce système complexe d’alliances et de mésalliances, comprenant les Français, les différents groupes baoulé, les étrangers et les anciens esclaves, a produit une situation de conflit qui s’est prolongée dans la région pendant les années 1950 avec une coloration politique nouvelle, opposant, par exemple, les Nanafoué « progressistes » (c’est-à-dire adhérents du Parti progressiste philo-colonial) et les Aïtou adhérant plutôt au PDCI-RDA pro-indépendance, mais naguère partenaires d’un pacte d’alliance à plaisanterie, ou alliance de sang, le tukpè135.

113À terme, cet esprit que l’on pourrait qualifier de « segmentaire » a conduit au délitement de la structure politique baoulé qui, déjà fragmentée lors des migrations vers le sud (le Ngonda, la région de Toumodi), ne survivra que partiellement à la mise en ordre coloniale, sous la forme dominée des « cantons » administratifs. « L’État – a écrit Jean Bazin en référence à Ségou – n’est jamais aussi parfaitement conforme à sa nature [...] que dans une situation de guerre » (Bazin 1982 : 358). Mais quand le principe de l’État est faible ou inaccompli, comme cela apparaît dans l’histoire baoulé, la guerre est une épreuve mortelle d’où il ne peut que ressortir anéanti. Le résultat de l’action coloniale a conduit à cette « anarchie » que Delafosse avait décrite dès 1900 et qu’il avait finalement largement contribué à produire, par ses écrits, comme par son action sur le terrain (Viti 2005).

114En conclusion, comment qualifier l’attitude de Kouadio Okou ? Plus que d’une révolte antifrançaise, le soulèvement dont il est question ici relevait d’une réponse contingente et limitée à une action coloniale elle-même encore faible et incertaine sur le plan administratif (l’impôt était perçu très irrégulièrement et le recrutement des porteurs concernait principalement les populations étrangères établies dans les postes), qu’intéressait surtout le rétablissement de l’ordre sur les voies de communication, et qui, par là, menaçait les activités de pillage. Kouadio Okou agissait en outre dans le cadre d’une rivalité intestine avec le chef de Toumodikro, qui espérait prendre la tête des Warebo en s’appuyant sur le nouveau rôle de chef-lieu colonial pris par son village. Les chefs baoulé pensaient encore pouvoir plier la présence coloniale à leurs intérêts divergents, ce qui transformait leur défaite en une « crise politique et sociale interne » (Lefebvre, 2017 : 979).

  • 136 [37]. Etoumo (ou Atoumo), d’origine apollonienne (nzema), avait déjà été renvoyé par Nebout en déce (...)

115Quant aux Français, maîtrisaient-ils vraiment les relations avec les différents nvle baoulé, et les rapports qu’entretenaient ces nvle entre eux ? Plus que d’autres, Delafosse consacrait ses efforts à la connaissance des mœurs locales ; pour autant, saisissait-il toujours correctement le jeu très politique des alliances et des rivalités entre les nvle baoulé ? Ramener le moindre fait à la présence française produisait probablement une distorsion d’analyse, les Baoulé pouvant encore considérer, en 1899, l’intrusion coloniale comme passagère, quand leurs propres conflits s’inscrivaient dans une temporalité déjà longue. Par ailleurs, les coloniaux restaient très dépendants de leurs alliés et intermédiaires dyoula, apolloniens et baoulé, à qui ils ne pouvaient que se fier, sans toujours avoir la possibilité de vérifier leur fiabilité, comme le montre l’incertitude au sujet des pertes enregistrées chez l’ennemi. C’est ainsi qu’en pleine crise, Delafosse donnait l’ordre de faire rechercher et arrêter Etoumo, l’ancien interprète « très intelligent » qu’il avait rencontré dès le mois d’octobre 1894, à son arrivée au Baoulé (L. Delafosse 1976 : 101) et qui était accusé d’avoir vendu des armes aux N’gban et conseillé Akafou sur la conduite à tenir136.

116Les tentatives de manipulation n’étaient pas à exclure de part et d’autre ; alliés et ennemis de la colonisation, chaque faction avait son intérêt propre et son rôle à jouer dans un conflit qui ne se réduisait pas à une opposition entre Français et rebelles. L’affrontement entre Baoulé impliquait aussi des efforts pour instrumentaliser la présence coloniale, ce qui pouvait encore sembler être un bon calcul, en ces débuts difficiles de l’occupation française. En 1899, celle-ci, récente et mal assurée, pouvait être perçue comme passagère. L’échec de la colonne de Kong avait été retentissant et son repli à travers le Baoulé n’était pas passé inaperçu. L’ouverture aux colporteurs dyoula qui s’était tout de même ensuivie avait, paradoxalement, multiplié les occasions de pillage et, du point de vue colonial, de désordres à réprimer. Français et Baoulé partageaient, certes, un espace devenu étroit, mais leur « expérience du temps » (Hartog 2012) respective les séparait, le temps court de la colonisation s’accordant mal au temps plus long d’une présence baoulé résultat d’un processus de peuplement qui pouvait, à sa manière, s’apparenter à une forme de colonisation (Viti 2000a). Delafosse se sentait investi d’une « mission civilisatrice » nouvelle mais qui se voulait intemporelle et définitive ; par là, il entendait élargir son monde, tandis que Kouadio Okou espérait seulement sauver le sien.

Haut de page

Bibliographie

Sources orales

Akouekouadiokro, 30 déc. 1987 ; Kétékré-Bonikro, 7 janv. 1988 ; Bringakro, 22 janv. 1988 ; Aloumenankro, 29 janv. 1988 ; Diby Okou, Lomo Sud, 23 août 2000 ; Toumodikro, 31 août 2000 ; Tiacoh Adjo, Toumodikro, 12 janv. 2016 ; Koffi Pokou, Lomo Sud, 13 janv. 2016.

Sources d’archives
ANCI : Archives nationales de Côte d’Ivoire, Abidjan.
ANOM : Archives nationales d’Outre-Mer, Aix-en-Provence.
ANS : Archives nationales du Sénégal, Dakar.
AN : Archives nationales, Paris – Pierrefitte-sur-Seine.

ANCI, 1 EE 29 (4/1)
[1] L’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire, rapport mensuel, Toumodi, 1er juillet 1899.
[2] L’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire, rapport mensuel, Toumodi, 1er septembre 1899.

ANCI, 1 EE 29 (4/3)
[3] Cercle du Baoulé-Nord, région du Baoulé, rapports politiques et militaires, le chef de bataillon Colonna d’Istria, Toumodi, 17 août 1901.

ANCI, 1 EE 31 (1)
Colonie de la Côte d’Ivoire, cabinet du gouverneur à Bassam, minutes des lettres, télégrammes, de notes envoyées aux administrateurs et aux chefs de poste au sujet de la révolte du Lomo dans le Baoulé, 1899-1900.
[4] Télégramme no 639, 21 septembre 1899, gouverneur à chef de poste Thiassalé.
[5] Télégramme no 640, Grand Bassam 21 septembre 1899, gouverneur à chef de poste Bettié.
[6] Télégramme no 652, 24 septembre 1899, gouverneur à chef de poste Bettié.
[7] Télégramme no 653, 24 septembre 1899, gouverneur à chef de poste Thiassalé.
[8] Télégramme no 663, 27 septembre 1899, gouverneur à chef de poste de Thiassalé.
[9] Télégramme no 674, Grand Bassam le 2 octobre 1899, gouverneur à administrateur Lahou.
[10] Télégramme no 679, 4 octobre 1899, gouverneur à administrateur Baoulé.
[11] Télégramme no 722, Grand Bassam, le 21 octobre 1899, gouverneur à administrateur Baoulé.
[12] Télégramme no 723, 21 octobre 1899, adm. Baoulé.
[13] Télégramme no [...], Grand Bassam, le [...], gouverneur à administrateur Baoulé.

ANCI, 1 EE 31 (2)
Colonie de la Côte d’Ivoire, cabinet du gouverneur à Bassam, télégrammes reçus des administrateurs du cercle et des chefs du poste relatifs à la révolte du Lomo, 1899-1900.
[14] Télégramme, 18 avril 1899, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam.
[15] Télégramme urgent no 151, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, 9 septembre 1899.
[16] Télégramme no 136, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, 13 septembre 1899.
[17] Télégramme, chef de poste Thiassalé à gouverneur, 14 septembre 1899.
[18] Télégramme [reçu à Grand Bassam le 16 septembre 1899].
[19] Télégramme no 142, administrateur Baoulé à gouv. Bassam, Toumodi le 18 août [septembre] 1899.
[20] Télégramme no 143, adjoint affaires indigènes Seigland à gouverneur Grand Bassam, Ouossou le 19 septembre 1899.
[21] Télégramme, chef de poste Tiassalé [Lhomme] à gouverneur, 20 septembre 1899.
[22] Télégramme très urgent, confidentiel, commandant milice Tiassalé [Carrère] à gouverneur, 20 septembre 1899.
[23] Télégramme no 128, administrateur p.i. Dabou à gouverneur, 22 septembre 1899.
[24] Télégramme, chef de poste Tiassalé [Lhomme] à gouverneur, 29 septembre 1899.
[25] Télégramme, no 150, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, Delafosse, Lomo le 2 octobre 1899.
[26] Télégramme, chef de poste Tiassalé à gouverneur Grand Bassam, Lhomme, 4 octobre 1899.
[27] Télégramme urgent, administrateur Baoulé [Delafosse] à gouverneur, poste de Lomo, 6 octobre 1899.
[28] Télégramme, chef de poste Tiassalé à gouverneur, 9 octobre 1899.
[29] Télégramme urgent, no 159, administrateur Baoulé [Delafosse] à gouverneur, Bassam, Lomo 10 octobre 1899.
[30] Télégramme, no 162, administrateur Baoulé [Delafosse] à gouverneur, Lomo, 15 octobre 1899.
[31] Télégramme, no 164, administrateur Baoulé [Delafosse] à gouverneur, Lomo, 17 octobre 1899.
[32] Télégramme urgent, no 171, administrateur Baoulé [Delafosse]à gouverneur, Lomo, 25 octobre 1899.
[33] Télégramme urgent, no 172, administrateur Baoulé à gouverneur, Bassam, Lomo 26 octobre, Lomo le 26 octobre 1899, Delafosse.
[34] Télégramme, no 177, administrateur Baoulé à gouverneur, Bassam, 8 novembre 1899.
[35] Télégramme urgent, no 178, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, Lomo 6 novembre 1899, Delafosse.
[36] Télégramme urgent, no 181, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, Lomo le 11 novembre 1899, Delafosse.
[37] Télégramme no 185, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, Lomo, le 14 novembre 1899, Delafosse.
[38] Télégramme, administrateur Baoulé à gouverneur, Bassam, Lomo le 2 décembre 1899, Delafosse.
[39] Télégramme, no 200, administrateur Baoulé à gouverneur, Bassam, Lomo le 4 décembre 1899, Delafosse.
[40] Télégramme no 211, administrateur Baoulé à gouverneur, Bassam, Lomo le 11 décembre 1899, Delafosse.
[41] Télégramme urgent, administrateur Baoulé à gouverneur, Bassam, Ouossou 14 décembre 1899, Delafosse.
[42] Télégramme no 1, Lomo, 17 décembre 1899, administrateur Baoulé à gouverneur Bassam, Nebout.
[43] Télégramme, Toumodi le 3 août 1900, administrateur Nebout à gouverneur, Bassam.

ANCI, 1 EE 31 (3)
Colonie de la Côte d’Ivoire, cabinet du gouverneur à Bassam, lettres, rapports reçus du cercle du Baoulé relatif à la révolte du Lomo, 1899-1900.
[44] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, poste de Toumodi, Toumodi le 15 septembre 1899, l’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire, Grand Bassam.
[45] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Toumodi le 27 septembre 1899, l’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire.
[46] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Toumodi le 27 septembre 1899, l’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire.
[47] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Lomo le 18 octobre 1899, l’administrateur du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire.
[48] Côte d’Ivoire, tirailleurs sénégalais, détachement du Bahoulé, Loumo 18 octobre 1899, le lieutenant Laforgue, commandant les détachements du Bahoulé à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire, Grand Bassam.
[49] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Lomo le 20 novembre 1899, l’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire.
[50] Côte d’Ivoire, tirailleurs sénégalais, détachements du Baoulé, Lomo le 18 novembre 1899, rapport sur la reconnaissance exécutée les 15 et 16 novembre vers Guiékrou et G’Bohua [Laforgue].
[51] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Lomo le 5 décembre 1899, l’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire.
[52] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Lomo le 5 décembre 1899, l’administrateur du cercle du Baoulé [Delafosse] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire.
[53] Côte d’Ivoire, tirailleurs sénégalais, détachements du Baoulé, Lomo 9 décembre 1899, rapport sur les opérations des 27, 28, 29, 30 novembre et 1er décembre 1899 [Laforgue].
[54] Côte d’Ivoire, tirailleurs sénégalais, détachements du Baoulé, Lomo 9 décembre 1899, rapport sur la marche du groupe B commandé par le lieutenant Laforgue.
[55] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, rapport du sous-lieutenant Landeroin, commandant le 1er peloton de la 2e compagnie de tirailleurs sénégalais, sur la reconnaissance exécutée par son détachement le 30 novembre 1899 sur le village de G’Bohua, Lomo, 7 décembre 1899.
[56] Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, rapport du sergent Grehaigne à M. le lieutenant Laforgue sur la reconnaissance du 30 novembre 1899 et l’engagement du même jour à N’Dagabo, Lomo, 5 décembre 1899.
[57] Colonie de la Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Toumodi le 19 janvier 1900, l’administrateur [Nebout] à M. le secrétaire général de la Côte d’Ivoire à Bassam.
[58] Colonie de la Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé, Toumodi le 3 mai 1900, l’administrateur [Nebout] à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire à Bassam.
[59] Gouverneur à adm. Dabou, 27 juillet 1900.
[60] Télégramme no 730, administrateur Baoulé à Lomo. Très urgent [gouverneur], s.d. [novembre 1899].
[61] J.C. Reichenbach, administrateur p. i. du cercle de Dabou à M. le gouverneur de la Côte d’Ivoire à Grand Bassam, Dabou le 5 octobre 1899.

ANCI, 1 EE 31 (4)
Colonie de la Côte d’Ivoire, cabinet du gouverneur à Bassam, correspondance échangée avec le cabinet du gouverneur général de l’AOF à Dakar au sujet de la révolte du Lomo (cercle du Baoulé), 1899-1900.
[62] no 608, 25 novembre 99, ministre des Colonies, 1ère direction 1er bureau.
[63] 1ère direction, 1er bureau, situation du Baoulé [H. Roberdeau, le gouverneur de la C.I., à M. le ministre des Colonies à Paris], Grand-Bassam, le 24.4.1900.
[64] Arrangement entre M. l’administrateur Nebout commandant le cercle du Baoulé et le chef de bataillon Donnat, commandant provisoirement les troupes du Baoulé, Toumodi le 6 avril 1900.

ANCI, 4 EE 11 (1)
Côte d’Ivoire, cercle du Baoulé Nord, Toumodi, registre d’enregistrement de copie de correspondance départ, 1er registre : 17 août 1899/18 octobre 1899 ; 2e registre : 5 décembre 1899/3 février 1900.
[65] no 133, Au sujet d’une opération de police à exécuter contre Kouadio-Okou, Delafosse au chef de poste de Kofikro [Seigland], Toumodi, le 8 septembre 1899.
[66] no 134, Opération de police contre Kouadio-Okou, télégramme chiffré, administrateur Baoulé [Delafosse] à gouverneur, Bassam [Toumodi, le 8 septembre 1899].

ANCI, 1 NN 18 (3)
Colonie de la Côte d’Ivoire, région militaire du Baoulé, poste de Sinzénou, occupation d’Avoundo et soumission du chef des rebelles Kouadio-Okou. 1901.
[67] Baoulé militaire, objet : soumission de Koadio-Okou, arrivée à Avoundo, Avoundo, le 13 juillet 1901, le capitaine Bastard, commandant la 2ème compagnie de tirailleurs sénégalais, à M. le capitaine commandant le poste de Kokoumbo.

ANOM, MISSIONS
[68] Mission, 8, le cap. Marchand de l’infanterie de marine, chargé de mission en Afrique, à M. le ministre des Colonies à Paris, Thiassalé, le 20 décembre 1894.

ANOM, AFRIQUE, III, 23C N
[69] Marchand à Monteil, Kouadiokofi, 22 janvier 1895.
ANOM, Côte d’Ivoire, I, 15e
[70] Le gouverneur de la Côte d’Ivoire p. i. à M. le ministre des Colonies à Paris, « Rapport politique », Grand Bassam, 25.1.1899.
[71] Le gouverneur de la Côte d’Ivoire [Penel] à M. le ministre des Colonies à Paris, « Rapport politique », Grand Bassam, 25.2.1899.
[72] Dépêche télégraphique, Grand-Bassam, 21.9.1899 à Colonies, Paris.
[73] Le gouverneur de la Côte d’Ivoire à M. le ministre des Colonies à Paris, « Rapport politique », Grand Bassam, 25.10.1899.
[74] Dépêche télégraphique, Grand-Bassam, 24.9.1899, Capest à Colonies, Paris.

ANOM, CÔTE D’IVOIRE IV, 4 C
[75] Capest à Colonies, dépêche télégraphique, Grand-Bassam, 16.9.1899.
[76] Nebout à M. le ministre des Colonies, Paris, 28.9.1899.
[77] Dépêche télégraphique, gouverneur Côte d’Ivoire à ministre Colonies, G. Bassam, 3 octobre 1899.
[78] Gouverneur p. i. Côte d’Ivoire [Capest] à ministre Colonies, 4 octobre 1899.
[79] Gouverneur p. i. Côte d’Ivoire [Capest] à ministre Colonies, dépêche télégraphique, 7 octobre 1899.
[80] Gouverneur Côte d’Ivoire [Roberdeau] à M. le ministre des Colonies, Grand-Bassam [nov. 1899].
[81] Roberdeau, le gouverneur de la Côte d’Ivoire, à M. le ministre des Colonies à Paris, Grand-Bassam, 24.4.1900 [25].
[82] Le gouverneur de la Côte d’Ivoire [Roberdeau] à M. l’administrateur du Cercle du Baoulé [Delafosse] à Lomo, Grand Bassam, 10.11.1899.

ANOM, CÔTE D’IVOIRE IV, 5 C
[83] Notes sur la Côte d’Ivoire, Pineau, Malry-le-Roy, 23.12.1895.

ANOM, FONDS MINISTÉRIELS, EE II 886 (5)
[84] Dossier personnel de Delafosse Ernest François Maurice. Bulletin individuel de notes, 1900, le gouverneur Roberdeau, 28 avril 1900.
[85] Dossier personnel de Delafosse Ernest François Maurice, Bulletin individuel de notes, 1913, Dakar, 1er décembre 1913.

ANS, 1 G 250, PREMIÈRE PÉRIODE 1818-1901
[86] Notes sur le Baoulé, par le capitaine Lemagnen, Poste de Bouaké, mars 1900.

AN, 231 MI/8, PAPIERS DU COMMANDANT MARCHAND, DOSSIER 6, CORRESPONDANCE 1893-1894
[87] Manet à Marchand, Tiassalé, 01.08.1893.

AN, 66 AP/6, FONDS COLONEL MONTEIL (1885-1940)
[88] Dossier 2, Extraits des journaux de marche de la colonne de Kong, 1894-1895 (28 décembre ; 8 janvier).

AN, 66 AP/10, FONDS COLONEL MONTEIL (1885-1940)
[89] Correspondance avec les postes du Baoulé, Dossikrou [janvier 1895].

Sources imprimées

Angoulvant Gabriel, 1916, La Pacification de la Côte d’Ivoire. 1908-1915. Méthodes et résultats, Paris, Larose.

Augagneur Victor, 1937, Erreurs et brutalités coloniales, Paris, Montaigne.

Baratier Lt.-Col., 1912, Épopées africaines, Paris, Fayard.

Bcaf 1899, Côte d’Ivoire, Bulletin du Comité de l’Afrique française 9 (10) : 343.

1902, La soumission du Baoulé, Bulletin du Comité de l’Afrique française 12 (4) : 148-149.

1904, Côte d’Ivoire. La tournée de M. Clozel, Bulletin du Comité de l’Afrique française 14 (4) : 121-122.

Clozel François-Joseph (dir.), Dix ans à la Côte d’Ivoire, Paris Challamel, 1906.

Delafosse Maurice, 1899a, Renseignements économiques, Journal Officiel de la Côte d’Ivoire, 1er juillet : 6-7.

1899b, Renseignements économiques. Extraits d’un rapport de M. Delafosse, administrateur du Baoulé, Toumodi, 1er juillet 1899, Journal officiel de la Côte d’Ivoire, 1er août : 3-5.

1900, Essai de manuel de la langue agni, parlée dans la moitié orientale de la Côte d’Ivoire, Paris, J. André.

1901a, Les Libériens et les Baoulés. Nègres dits civilisés et nègres dits sauvages, Les Milieux et les Races [tiré à part] : 1-37.

1901b, Essai de manuel pratique de la langue mandé ou mandingue. Étude grammaticale du dialecte dyoula, vocabulaire français-dyoula, histoire de Samori en Mandé, étude comparée des principaux dialectes mandé, Paris, Leroux.

1901c, Manuel de langue haoussa ou chrestomathie haoussa, précédé d’un Abrégé de grammaire et suivi d’un vocabulaire, Paris, Maisonneuve.

1904, Vocabulaires comparatifs de plus de 60 langues ou dialectes parlés à la Côte d’Ivoire et dans les régions limitrophes (avec des notes linguistiques et ethnologiques, une bibliographie et une carte, Paris, Leroux.

1908, Les Frontières de la Côte d’Ivoire, de la Côte d’Or, et du Soudan, Paris, Masson.

1909, Les États d’âme d’un colonial, Paris, Comité de l’Afrique française.

1912, Haut-Sénégal-Niger : le pays, les peuples, les langues, l’histoire, les civilisations, Paris, Larose, 3 vol. 

1913, Coutumes observées par les femmes en temps de guerre chez les Agni de la Côte d’Ivoire, Revue d’ethnographie et de sociologie 4 : 266-268.

1922, Broussard ou les États d’âme d’un colonial, suivis de ses propos et opinions, Paris, Larose.

1931, La formation de la Colonie de la Côte d’Ivoire. 1875-1904, in Gabriel Hanotaux, Alfred Martineau, Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde, t. IV, Afrique occidentale française, Paris, Plon : 272-287.

Joci, 1910, Arrêté nommant Quassy N’Go, chef des Akoués (Cercle du Baoulé-Sud), Journal officiel de la Côte d’Ivoire 16 (1), 15 janvier : 9.

Mangin Lt.-Col., 1910, La Force noire, Paris, Hachette.

Monteil Lt.-Col., 1902, Une page d’histoire militaire coloniale. La colonne de Kong, Paris, Charles-Lavauzelle.

Nebout Albert, 1995, Passions africaines. Récits, présenté par François Boiraud et Claudine Dauba, Paris, Editions Eboris.

Rcd, 1910, La pacification de la Côte d’Ivoire. Méthodes et résultats, Renseignements coloniaux et documents, supplément au Bulletin du Comité de l’Afrique française 10 : 293-331.

Rtc, 1903a, Le pays des Baoulé et sa pacification. D’après un rapport de l’État-Major des troupes de l’Afrique Occidentale française, Revue des troupes coloniales 2 (13) : 56-80.

1903b, Le pays des Baoulé et sa pacification. D’après un rapport de l’état-major des troupes de l’Afrique Occidentale française, Revue des troupes coloniales 2 (14) : 159-190.

1910, Quelques opérations militaires à la Côte d’Ivoire. En 1909, Revue des troupes coloniales 9 (10) : 159-190.

Simon Marc, 1965, Souvenirs de brousse. 1905-1918. Dahomey/Côte d’Ivoire, Paris, Nouvelles Éditions latines.

Thomann Georges, 1999, Carnets de route en Côte d’Ivoire (1893-1902), Paris, Sépia.

Villamur Roger, 1901, Les habitants de la Côte d’Ivoire, Renseignements coloniaux et Documents 11 (4) : 65-71.

Références bibliographiques

Abbink Jon, de Bruijn Mirjam, van Walraven Klaas (eds.), 2003, Rethinking Resistance : Revolt and Violence in African history, Leiden-Boston, Brill.

Amselle Jean-Loup, Sibeud Emmanuelle (dir.), 1998, Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Abidjan, Maisonneuve et Larose, Ceda.

Armitage David, 2017, Civil Wars. A History in Ideas, New Haven-London, Yale University Press.

Audoin-Rouzeau Stéphane, 2008, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (xixe-xxie siècle), Paris, Seuil.

Baulin Jacques, 1980, La Politique africaine d’Houphouët-Boigny, Paris, Eurafor-Press.

Bazin Jean, 1982, État guerrier et guerres d’État, in Jean Bazin, Emmanuel Terray (dir.), Guerres de lignages et guerres d’États, Paris, Éditions des archives contemporaines : 319-374.

Bertho Elara, 2019, Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales de résistants africains, Paris, Honoré Champion.

Brunschwig Henri, 1974, De la résistance africaine à l’impérialisme européen, The Journal of African History 15 (1): 47-64.

Chauveau Jean-Pierre, 1987, La colonisation « appropriée ». Essai sur les transformations économiques et sociales en pays Baule (Côte d’Ivoire) de 1891 au début des années 1920, in Marc-Henri Piault (dir.), La Colonisation : rupture ou parenthèse ?, Paris, L’Harmattan : 57-122.

Clausewitz Carl von, 1955 [1832], De la guerre, traduit de l’allemand par Denise Naville, Paris, Les Éditions de Minuit.

Delafosse Louise, 1976, Maurice Delafosse, le Berrichon conquis par l’Afrique, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer.

Evans-Pritchard Edward E., 1965 [1963], The Zande State, in Edward E. Evans-Pritchard, The Position of Women in Primitive Societies and Other Essays in Social Anthropology, London, Faber and Faber: 102-132.

Hartog François, 2012 [2003], Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Gallimard.

Joly Vincent, 2009, Guerres d’Afrique. 130 ans de guerres coloniales. L’expérience française, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Kipré Pierre (dir.), 1987, La Côte d’Ivoire coloniale, Mémorial de la Côte d’Ivoire, t. II, Abidjan, AMI.

Lefebvre Camille, 2017, Zinder 1906, histoire d’un complot. Penser le moment de l’occupation coloniale, Annales HSS 72 (4) : 945-981.

Loucou Jean-Noël, 2007, Côte d’Ivoire. Les Résistances à la conquête coloniale, Abidjan, Éditions du Cerap.

Michel Marc, 2010, Essai sur la colonisation positive, Paris, Perrin.

O’Sullivan John M., 1978, The Franco-Baoulé War, 1891-1911: The Struggle against the French Conquest of Central Ivory Coast, Journal of African Studies 5 (3): 329-356.

Person Yves, 1975, Samori. Une révolution dyula, Dakar, Ifan, t. III.

Schmitt Carl, 1950, Ex captivitate salus. Erfahrungen der Zeit 1945/1947, Köln, Greven Verlag.

1972 [1932, 1963], La Notion de politique, suivie de Théorie du partisan, traduit de l’allemand par Marie-Louise Steinhauser, Paris, Calmann-Levy.

2003 [1950], Ex captivitate salus. Expériences des années 1945-1947, textes présentés, traduits et annotés par A. Doremus, Paris, Vrin.

Sibeud Emmanuelle, 2003, Une science impériale pour l’Afrique ? La Construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS.

Southall Aidan W., 1956, Alur society. A Study in Processus and Types of Domination, Cambridge, Heffer & Sons.

Stoler Ann Laura, 2019 [2009], Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, traduit de l’anglais par Christophe Jacquet et Joséphine Gross, avec une préface d’Arlette Farge, Paris, Éditions de l’EHESS.

Terray Emmanuel, 1999, Clausewitz, Paris, Fayard.

Tiacoh Gabriel K., 1983, Dans le pays baoulé : monographie de la commune de Tomidi : origines et histoire, Abidjan, Imprimerie Nationale.

Vezzadini Elena, 2015, Lost Nationalism. Revolution, Memory and Anti-colonial Resistance in Sudan, Woodbridge, James Currey.

Viti Fabio, 1998a, Il potere debole. Antropologia politica dell’Aitu nvle (Baule, Costa d’Avorio), Milano, Franco Angeli.

1998b, Dans un « chaos de races ». Note sur Maurice Delafosse administrateur des Anno-Mango (Côte d’Ivoire, 1904-1906), in Jean-Loup Amselle, Emmanuelle Sibeud (dir.), Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Abidjan, Maisonneuve et Larose, Ceda : 49-64 ; 277-279.

1999a, L’esclavage au Baoulé précolonial, L’Homme 152 : 53-88.

1999b, Un pouvoir contre l’État. Anthropologie politique du Baule (Côte d’Ivoire), in Pierluigi Valsecchi, Fabio Viti (dir.), Mondes Akan/Akan Worlds. Identité et pouvoir en Afrique occidentale/Identity and Power in West Africa, Paris-Montréal, L’Harmattan : 289-314.

2000a, La construction de l’espace politique baulé. Le cas de l’Aïtu nvle (Côte d’Ivoire), in Claude-Hélène Perrot (dir.), Lignages et territoires en Afrique aux xviiie et xixe siècles. Stratégies, compétition, intégration, Paris, Karthala : 113-151.

2000b, Etnie e classificazioni etniche tra natura e storia. Qualche esempio in AOF (Afrique Occidentale Française), in Michel Izard, Fabio Viti (dir.), Antropologia delle tradizioni intellettuali : Francia e Italia, Roma, CISU : 85-117.

— 2004, Guerra e violenza nel Baule fino alla conquista coloniale, in Fabio Viti (dir.), Guerra e violenza in Africa occidentale, Milano, Angeli : 117-182.

2005, Entre l’État et l’anarchie : un siècle d’historiographie et d’anthropologie politiques du Baoulé, Journal des africanistes 75 (1) : 117-138.

2009, Les ruses de l’oral, la force de l’écrit. Le mythe baule d’Aura Poku, Cahiers d’études africaines 49 (4), 196 : 869-892.

2012, À la guerre comme à la guerre. De la cruauté dans l’art du combat (Baoulé, Côte d’Ivoire, 1891-1911), in Dominique Casajus, Fabio Viti (dir.), La Terre et le Pouvoir. À la mémoire de Michel Izard, Paris, CNRS Éditions : 249-270.

2016a, Aofue, l’hôte et l’étranger dans l’histoire et la culture baoulé, in Fabio Viti (dir.), La Côte d’Ivoire et ses étrangers, Paris, L’Harmattan : 173-213.

2016b, Les quatre morts du colon Rubino (Côte d’Ivoire, janvier 1910), Journal des africanistes 86 (1) : 329-339.

2017, Les massacres de Diapé et de Makoundié (Côte d’Ivoire, juin 1910), entre répression coloniale et violences interafricaines, Cahiers d’études africaines 57 (1), 225 : 59-88.

2018a, Sur quelques images de chefs baoulé. La photographie en guerre (Côte d’Ivoire, 1893-1910), Cahiers d’études africaines 58 (2), 230 : 349-371.

2018b, Le « Mémoire sur le régime domanial et foncier » de Maurice Delafosse (1908) : une proposition « réformiste » ignorée, Outre Mers 400-401 : 297-324.

— 2019, Un terrain d’archive. Pour une ethnographie historique de la société Baoulé (Côte d’Ivoire), in Alessandro Bausi, Andrea Camplani, Stephen Emmel (eds), Time and History in Africa / Tempo e storia in Africa, Milano, Biblioteca Ambrosiana : 211-236.

2020, Appiah Akafou, dit Blalè, l’homme de fer, entre mémoire et oubli, Fabula. La recherche en littérature [en ligne] [à paraître].

2021, Vie minuscule d’Appiah Akafou, dit Blalè, l’homme de fer (18 ? ?-1902) (Baoulé, Côte d’Ivoire), Cahiers d’études africaines 61 (1), 241 [à paraître].

Wachtel Nathan, 1971, La Vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole (1530-1570), Paris, Gallimard.

Weiskel Timothy C., 1980, French Colonial Rule and the Baule Peoples: Resistance and Collaboration, 1889-1911, Oxford, Clarendon Press, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Schmitt 2003 : 131. J’ai légèrement modifié et adapté la traduction, car rendre l’allemand Beute par « butin » au lieu que par « proie » rend la phrase inefficace sinon incompréhensible (voir la version originale, Schmitt 1950 : 18 ; 39).

2 Je ne partage pas le choix que fait Camille Lefebvre (2017 : 950) de récuser le terme de « conquête » au profit de celui d’« occupation », en référence à l’entreprise coloniale. Une occupation ne peut avoir lieu qu’après une conquête armée capable de plier avec la force toute forme de résistance, à moins d’avoir à l’esprit les suites d’une « étrange défaite » qui laisserait l’ennemi libre d’occuper un pays sans combats. Effacer la conquête sous prétexte que ce terme « charrie des connotations positives », rendant ainsi un hommage implicite aux gestes de la colonisation, reviendrait plutôt à effacer la guerre coloniale, ses massacres et ses destructions. Au contraire, nommer la guerre est précisément ce à quoi je me suis engagé, ici comme ailleurs (voir bibliographie).

3 Sur l’ensemble de la résistance baoulé, voir O’Sullivan 1978 ; Weiskel 1980 ; Loucou 2007. Sur ses conséquences économiques voir Chauveau 1987.

4 Ce texte se situe ainsi au croisement de deux recherches distinctes menées en parallèle, l’une sur l’action administrative et l’œuvre théorique de Maurice Delafosse (Viti 1998b, 1999, 2000b, 2005, 2018b), l’autre concernant la guerre (précoloniale et coloniale) au Baoulé, par une approche « au ras du sol » et au plus près des sources (orales et écrites) (Viti 2004, 2012, 2016b, 2017, 2018a, 2020, 2021). Une première version a fait l’objet d’une présentation orale au séminaire de l’Imaf (Institut des mondes africains) à Aix-en-Provence, le 7 décembre 2017. Je remercie les participants pour les échanges qui ont suivi. Un remerciement chaleureux va aussi à Éric Jolly, Marianne Lemaire et Simon Imbert-Vier qui ont lu et commenté une version précédente, ainsi qu’aux évaluateurs anonymes de la revue. Comme il se doit, je garde entière la responsabilité du produit final.

5 Dans sa fiction Les États d’âme d’un colonial, ces expressions étaient utilisées par Delafosse pour décrire le « retour à la colonie » après le premier congé en métropole (1909 : 65-66).

6 Selon ses propres termes, dans une lettre à ses parents du 11 janvier 1899 (citée par L. Delafosse 1976 : 155).

7 C’est pendant cette période qu’il pourra entreprendre la rédaction de son œuvre majeure, Haut-Sénégal-Niger (1912), à la demande de Clozel.

8 Pour l’ensemble de la carrière de l’administrateur et savant, je renvoie à la riche biographie rédigée par sa fille (L. Delafosse 1976). Pour une analyse critique de son œuvre, voir Amselle et Sibeud (dir.) 1998 ; Sibeud 2003.

9 Sa liberté d’esprit lui sera reprochée de manière très sèche par le gouverneur général de l’AOF, William Ponty, qui écrivait, en 1913 : « M. Delafosse est chargé de cours à l’École Coloniale et à l’École des Langues Orientales. Je regrette souvent qu’il s’y croi[e] trop indépendant en produisant tant dans ses cours que dans des articles de journaux et de revues des opinions personnelles qui sont souvent contraires aux thèses que nous affirmons et que nous croyons de devoir servir en AOF. Aura besoin de revenir prendre contact avec les Colonies. Ponty, Dakar, le 1er décembre 1913 » [85]. Par économie, les références aux documents d’archives sont données en abrégé, le chiffre entre crochets renvoyant à la liste détaillée des sources.

10 Plus de cent vingt pièces ont été répertoriées concernant cette « affaire » (voir la liste en annexe), véritable « événement archivistique » (Stoler 2019 : 192).

11 L. Delafosse 1976. Ces documents sont, depuis, perdus.

12 Il s’agit d’un récit, établi par Nebout à l’âge de 72 ans, donc vers 1934, sur la base de sa correspondance de l’époque des faits, et édité soixante ans plus tard par ses descendants (Nebout 1995 : 11-12).

13 Voir la liste complète en annexe.

14 Sur la révolte de Lomo, voir aussi L. Delafosse 1976 (162-185) ; Weiskel 1980 (112-122).

15 Tous ces éléments figurent dans le premier compte rendu détaillé de la situation fait par Delafosse une semaine après l’incendie [44] ; voir aussi [15].

16 Sur la forme politique du Baoulé, je renvoie à Viti 1998a, 1999b, 2005.

17 Encore aujourd’hui, une querelle de succession à la charge de chef de canton oppose le village de Toumodikro (le noyau baoulé ancien de la ville moderne de Toumodi) à Lomo Sud (sources orales : Tiacoh Adjo, Toumodikro, 12 janv. 2016 ; Koffi Pokou, Lomo Sud, 13 janv. 2016).

18 [1]. Voir aussi [14].

19 [71].

20 [70] [71].

21 [2]. La colonne de Kong, dirigée par le colonel Monteil, avait échoué, entre 1894 et 1895, à intervenir en défense de la cité dyoula, menacée par les hommes de Samori Touré ; dès décembre 1894, elle avait rencontré la résistance active d’une partie des villages baoulé situés le long de la piste principale du Nord (Monteil 1902 ; Weiskel 1980).

22 [68].

23 [69]. Voir aussi L. Delafosse 1976 : 111 ; Weiskel 1980 : 64.

24 Déjà à l’époque de la colonne de Kong, le chef de ce village avait joué un rôle actif aux côtés des Français, en les prévenant des menaces qui pesaient sur eux et en promettant des porteurs et des auxiliaires en cas d’attaque [89].

25 [44]. Voir aussi L. Delafosse 1976 : 173-174.

26 « Appelé le 10 au soir par lettre du 8, parti de Koffikro le 11 au matin, arrivé le 12 à Toumodi (deuxième lettre le prévenant de l’incendie reçue en route) » [49].

27 [65].

28 [66].

29 Son corps sera retrouvé au cours des opérations de répression, le 19 septembre [45]. Kouadio Okou renouvelait ainsi la pratique de la décapitation des ennemis capturés (voir la note 23).

30 [16] [44].

31 Il s’agit des réfugiés qui avaient suivi la colonne de Kong dans son repli vers le sud au printemps 1895, et qui avaient été distribués dans plusieurs postes du Baoulé (Person 1975 : 1661, 1664, 1680 n.).

32 [44].

33 [45] [19].

34 Lettre de Delafosse à ses parents, 14 octobre 1899, citée par L. Delafosse 1976 : 169-170.

35 [44].

36 [47]. Voir aussi L. Delafosse, 1976 : 173 ; 175-176.

37 Il aurait « tant attendu ce retour à “son” poste, dans ce Baoulé qui est devenu son pays » et où il aurait instauré une « ambiance détendue et patriarcale » (L. Delafosse 1976 : 157).

38 Delafosse avait trouvé sur place « une grande case où l’on est très bien », comme il l’écrivait à ses parents, dès son arrivée à Toumodi, le 18 avril 1899 (cit. par L. Delafosse 1976 : 163).

39 Selon les termes rapportés par sa fille (L. Delafosse 1976 : 163).

40 Dans la branche ivoirienne de sa famille, l’incendie est attribué à une question de jalousie pour une femme, comme témoigne son petit-fils, Jean-Claude Delafosse (Abidjan, 6 août 2019).

41 [44]. Les mêmes termes, « action immédiate, énergique et définitive » seront employés à nouveau un mois plus tard, le 10 octobre [29].

42 [43] [59] [63] [64] [81]. Voir aussi Weiskel 1980 : 122 sq.

43 Delafosse aurait perdu dans l’incendie « tous ses papiers personnels, notes de travail, manuscrits, photographies, collections, etc. » (L. Delafosse 1976 : 170, 172). Plus tard, il précisera avoir « perdu, lors d’un incident malheureux survenu en 1899, une partie assez notable » de notes linguistiques et ethnographiques, concernant notamment sept langues du Libéria et un vocabulaire gouro (Delafosse 1904 : I).

44 Delafosse 1900, 1901a, 1901b, 1901c, 1904. Au vu de leur contenu, ces travaux avaient été élaborés lors du séjour de Delafosse au Baoulé, où il avait pu travailler non seulement avec des informateurs locaux, mais aussi avec les réfugiés dyoula et les tirailleurs haoussa.

45 « Le chef de poste n’est pas placé dans une région, il n’est pas payé pour observer seulement la nature et procéder à des études ethnographiques, botaniques, géologiques ou linguistiques. Il a pour mission d’administrer » (Angoulvant 1916 : 22). Voir aussi RCD 1910 : 315.

46 Lettre de Delafosse à ses parents, 14 octobre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 171).

47 Lettre de Delafosse à ses parents, 13 septembre 1894, citée par L. Delafosse (1976 : 97).

48 Lettre de Delafosse à ses parents, 20 octobre 1894, citée par L. Delafosse (1976 : 101).

49 Note de carnet de Delafosse, 3 novembre 1894, citée par L. Delafosse (1976 : 105).

50 [83]. La date de rédaction de ce document (23 décembre 1895) le met en relation avec les travaux de la Commission d’enquête sur les opérations de la colonne de Kong.

51 L’effectif comptait alors 45 tirailleurs, 12 miliciens, 15 auxiliaires djimini et 150 auxiliaires baoulé de Toumodikro, Blé, Assounvué, Guiekekro et Abli [45].

52 [20] [45].

53 [45].

54 [8].

55 [25].

56 [27] [28] [29] [30] [31]. Trente tirailleurs et 78 miliciens, d’après L. Delafosse (1976 : 178).

57 [48].

58 [45] [36].

59 Lettre de Delafosse à ses parents, 14 octobre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 170).

60 [10] C’est moi qui souligne.

61 [11].

62 [12] Voir aussi [13] [73].

63 [32].

64 [33] [34] [35].

65 Lettre de Delafosse à ses parents, 3 novembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 178).

66 [52].

67 Lettre de Delafosse à ses parents, 20 novembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 179-180).

68 [38] [51] [52]. Seigland avait été blessé par un projectile « qui sembl[ait] être une pierre [et qui] a[vait] pénétré à une profondeur de plusieurs centimètres au dessous de l’omoplate et n’a[vait] pu [ensuite] être retrouvée » [49].

69 Lettre de Delafosse à ses parents, 20 novembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 179). En commentant cette lettre, sa propre fille parle d’« irritation », d’« agressivité », d’« agacement », causés, à son avis, par la blessure de Seigland et le silence du lieutenant-gouverneur.

70 Connaissant les Baoulé comme je le connais », écrivait-il au lieutenant-gouverneur [47].

71 [53].

72 Il respectait ainsi le protocole baoulé, qui prévoit de s’adresser aux chefs toujours par l’intermédiaire de figures spécialement désignées, les « porte-cannes ».

73 Ces volontaires venaient de trois nvle baoulé : Aïtou (17 villages), Warebo (6 villages), Nzikpri (2 villages). Ils étaient accompagnés de porteurs djimini et apolloniens. Les guides étaient des hommes de Sienzenou (Aïtou) et d’Assouikro (Warebo) [51] [52] [53].

74 [38] [41].

75 [40].

76 [51] [54].

77 [50]. Voir aussi [54] [55] [56].

78 [55].

79 [51].

80 [51] [52] [53]. Lettre de Delafosse à ses parents, 19 décembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 181).

81 [52]. Mettre à l’abri les femmes était une pratique courante dans l’imminence d’un combat. Ici Delafosse n’hésite pas à proposer une prise d’otage peu orthodoxe, mais somme toute conforme aux pratiques guerrières des Baoulé. On notera le rôle d’intermédiaires joué par les Faafoué qui, tout en ne participant pas à la révolte, ne fournissaient pas non plus d’auxiliaires, ce qui leur permettait de négocier avec chacune des parties et, le cas échéant, de conduire un jeu politique autonome.

82 [82].

83 [16].

84 [29].

85 [47].

86 [57].

87 [42].

88 Lettre de Delafosse à ses parents, 19 décembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 182). L’estime était réciproque, le capitaine Le Magnen rédigeant notamment des « Notes sur le Baoulé » (Bouaké, mars 1900), largement inspirées de l’œuvre encore inédite de Delafosse [86].

89 En fait, Delafosse ne sera pas toujours adepte de la vie de brousse et de la tournée, ni réfractaire aux aspects les plus bureaucratiques de sa fonction, comme l’atteste le zèle dont il fera preuve pour rédiger, pendant ses congés de 1908, deux mémoires (sur l’organisation financière et sur le régime domanial et foncier en AOF) en vue de sa candidature – finalement malheureuse – au poste de secrétaire général de 2e classe en Côte d’Ivoire (Viti 2018b).

90 Lettre de Delafosse à ses parents, 16 février 1900, citée par L. Delafosse (1976 : 182-183).

91 La communication, datée du 24 septembre, dans laquelle le lieutenant-gouverneur Capest évoquait une « répression exemplaire et immédiate [et le] châtiment [des] chefs rebelles » [74], fait figure d’exception.

92 L’attention de Delafosse se focalisait progressivement sur Akafou, au point de s’ériger en obsession, susceptible de reléguer Kouadio Okou au second plan. Sur les rapports très tendus entre Delafosse et le chef n’gban, je renvoie à Viti (2021).

93 [84].

94 Voir les références à la note 44.

95 « Kouadio Okou m’a fait sa soumission ce matin [13 juillet 1901] » [67]. « Kadio Okou, chef de la rébellion [...] s’est rendu, le 14 juillet [1901], au capitaine Bastard », écrivait le Bulletin du Comité de l’Afrique française (BCAF 1902 : 148), avec un déplacement « patriotique » de date.

96 Sienzenou, devenu Bringakro, est un village aïtou et non pas souamele comme l’écrit Weiskel sur la base des sources coloniales. Avec l’autre village aïtou d’Aloumenankro (voir infra), il avait joué un rôle fondamental aux côtés des Français.

97 [3].

98 Interdite au regard des hommes – il n’est pas vraisemblable que Delafosse l’ait réellement observée –, l’adya (ou adyanou) est une danse accompagnée de chants d’encouragement et de défi que les femmes exécutent lorsque les hommes sont en guerre. J’ai pu moi-même en recueillir des textes chantés sans pour autant y avoir assisté (Viti 2004 : 143-145 ; 171-173).

99 Plus tard, deux générations d’anthropologues professionnels se trouveront confrontés à une forme analogue d’impossibilité à rendre compte scientifiquement de leur expérience vécue de la guerre (Audoin-Rouzeau 2008).

100 Le même terme était employé dans son écrit de 1901 précédemment cité.

101 Voir également ce commentaire d’Emmanuel Terray : « En apparence c’est l’assaillant qui prend l’initiative et la responsabilité des hostilités ; en réalité, c’est le défenseur qui décide de ne pas subir et de prendre les armes pour résister à l’agression ; c’est donc lui qui commence la guerre » (Terray 1999 : 202), ce qui s’applique parfaitement aux guerres coloniales.

102 Ces témoignages proviennent des enquêtes menées à Toumodi et à Abli, par Jean-Louis Triaud, en 1974.

103 À l’exception de sa synthèse posthume, où le terme « partisan » est utilisé (1931 : 284).

104 [88].

105 Cette généralisation sera effective à partir de 1901-1902, dans les opérations menées contre les Faafoué, les Agba, les Nanafoué, les Kodè, les Warebo, les Akouè (en 1909). Voir, par exemple, RTC 1903a, 1903b, 1910 ; Angoulvant 1916.

106 On retrouve ces volontaires, tour à tour nommés auxiliaires, partisans, supplétifs, dans la conquête de l’Algérie, dans celle du Soudan, un demi-siècle plus tard, tout comme à Madagascar (Joly 2010 : 50 ; 109 ; 117-118 ; Michel 2010 : 235 ; 245 ; 248 ; Augagneur 1927).

107 Pour quelques exemples disparates, voir Weiskel 1980 ; Abbink, de Bruijn et Van Walraven (eds.) 2003 ; Vezzadini 2015 ; Bertho 2019.

108 [80]. Voir aussi [62].

109 [76].

110 La dimension du « renseignement » est particulièrement mise en évidence dans les rapports concernant les opérations sur le terrain [50] [51] [52].

111 Cet aspect n’échappait pas aux autorités coloniales : « Très vite je dus interdire l’emploi des partisans qui, en raison des haines de races [...] commettaient les pires abus : tuant pour piller, tuant par vengeance, emmenant des prisonniers pour en faire leurs captifs » (Angoulvant 1916 : 134).

112 Les rapports des militaires engagés dans les mêmes opérations donnent davantage de poids à la contribution de ces auxiliaires [53] [55] [56].

113 [52].

114 Delafosse s’était aussi efforcé d’établir des rapports personnels étroits, y compris par un « mariage à la mode du pays » conclu avec Amoué, une nièce du chef du village aïtou d’Abli, qui comptait parmi ceux qui l’avaient secouru après l’incendie (L. Delafosse 1976 : 163-164).

115 Lettre de Delafosse à ses parents, 19 décembre 1899, citée par L. Delafosse (1976 : 181).

116 « Statue zoomorphe », musée du Quai Branly – Jacques-Chirac, http://collections.quaibranly. fr/pod16/?query=objectnumber=%5b71.1900.29.4.1-2%5d&showtype=record#dfdc805e-47fe-4f46-82db-ad64af67ee8e

117 [46]. Ces « dépenses de guerre » ne seront soldées par Nebout qu’au mois de mai 1900 [58].

118 [9] [26] [29] [57] [61].

119 [58].

120 [17] [21] [22] [23] [24].

121 [5] [6] [7] [8].

122 [72] [74] [75]. Le Bulletin du Comité de l’Afrique française relayait promptement un communiqué du ministre des Colonies faisant état de « troubles assez graves dans le Baoulé » (BCAF 1899 : 343).

123 [77] [78] [79].

124 [21]. Il doit s’agir d’une erreur de transcription d’un télégramme, mais le chiffre de 1 000 serait déjà largement surévalué.

125 « Considérant les importants services rendus à notre cause et la fidélité témoignée par le nommé Quassy N’Go, chef du village de Yamoussoukrou (cercle du Baoulé sud), lors des incidents de Bonzi, en juin 1909 [...], Quassy N’Go est nommé chef de la tribu des Akoués » (JOCI 1909 : 9). « Kouassi N’Go, que nous avons nommé chef des Akoués en raison de son loyalisme [et qui] sera assassiné en représailles de son dévouement à notre égard » (Simon 1965 : 96 ; 102).

126 « Exécution d’Aako Alangba », Journal officiel de la Côte d’Ivoire, 18e année, no 23, 15 décembre 1912, partie non officielle, p. 763.

127 Le bilan de l’historiographie ivoirienne sur la conquête coloniale est bien maigre. Outre quelques articles épars et de peu d’influence, on compte un ouvrage de divulgation (Loucou 2007) et un chapitre d’une collection encyclopédique (Kipré 1987).

128 Sienzenou est plus précisément le nom d’un akpaswa composé de six villages, une fraction du nvle des Aïtou qui avait été précédemment la plus encline à l’affrontement avec les Français (Viti 1998a : 107-108 ; 185-188).

129 Une trace de l’envoi de deux pavillons se trouve in [25]. La remise du drapeau français aux villages « sûrs » était une pratique courante dès la mission Marchand de 1893-1894.

130 Réserver la notion de « petite guerre » à la guerre coloniale, comme le fait Vincent Joly (2009) en suivant le major-général britannique Charles Edward Callwell, est un contresens dérivé d’une vision très partielle qui adhère entièrement au point de vue des armées des États impérialistes, ignorant les pratiques guerrières limitées (dans le temps, dans l’espace, dans les effectifs, dans les objectifs et dans les conséquences) des populations telles que les Baoulé (Viti 2004). Au contraire, pour ceux-ci, c’était la guerre menée par les troupes coloniales qui prenait non seulement des proportions jamais atteintes auparavant de « grande guerre », mais aussi une allure d’affrontement final tout à fait inédit, dont les conséquences définitives allaient se manifester ni plus ni moins que par la fin d’un monde.

131 La position de Nebout, redevenu administrateur du Baoulé à l’issue de la crise de 1899, était, à ce sujet, très explicite : « Je tacherai de soulever contre [les N’gban] toutes les peuplades qui les entourent » [57].

132 Voir, à ce sujet, les remarques de Schmitt (1972 : 46) sur l’ennemi public (hostis), doté d’un statut « clair ».

133 La situation de « centralisation périphérique » qui caractérise la forme politique de l’échiquier baoulé des nvle (Viti 1998a, 1999b) n’est pas sans rappeler la notion d’« État segmentaire » (Southall 1956) ou de « structure segmentaire complexe (Evans-Pritchard 1963).

134 « Nous n’avons pas à diviser pour régner, à la Côte d’Ivoire. Nous n’avons qu’à tirer un sage parti des divisions qu’on y trouve », écrivait avec une pointe de cynisme Roger Villamur, délégué du gouverneur, en 1901 (Villamur 1901 : 69).

135 Sources orales : Akouekouadiokro, 30 déc. 1987 ; Kétékré-Bonikro, 7 janv. 1988. Sous-préfecture de Toumodi, archives non classées : rapports politiques effectués par la mission Ruffel dans la subdivision de Toumodi, 1949-1951.

136 [37]. Etoumo (ou Atoumo), d’origine apollonienne (nzema), avait déjà été renvoyé par Nebout en décembre 1895, à cause des malversations dont il était accusé (1995 : 193). Avant de tomber en disgrâce, il avait été une importante source de renseignements, concernant notamment les meurtres de plusieurs Européens, Lelache, Poulle, Voituret et Papillon, Manet (Thomann 1999 : 40-42 ; 54-56 ; 67-68 ; 105-106) – une omniscience dont la fiabilité reste aujourd’hui sujette à caution. Des soupçons pesaient sur lui déjà lors de la toute première expédition dans le Baoulé d’août 1893 [87].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte historique de Baoulé.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9757/img-1.png
Fichier image/png, 397k
Titre Fig. 2 : Drapeau français remis au chef Aloumenan en 1899.
Crédits (cl. F. Viti, 1988)
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Le commandant s’en va t’en guerre. Maurice Delafosse face à la révolte baoulé (Côte d’Ivoire, 1899-1900) », Journal des africanistes, 90-1 | 2020, 114-167.

Référence électronique

Fabio Viti, « Le commandant s’en va t’en guerre. Maurice Delafosse face à la révolte baoulé (Côte d’Ivoire, 1899-1900) », Journal des africanistes [En ligne], 90-1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9757

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Aix-Marseille université, Institut des mondes africains

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search