Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2Migrations forcées des africains ...

Migrations forcées des africains subsahariens : Maghreb, Al-Andalus, péninsule Ibérique. Une synthèse

Forced Migration of Sub-Saharan Africans: Maghreb, Al-Andalus, Iberian Peninsula. A Recension
Roger Botte
p. 6-86

Résumés

L’institution servile, jamais abolie dans l’Antiquité grecque et romaine, a survécu sans interruption sur les deux rives de la Méditerranée jusqu’à la fin du xixe siècle. Les esclaves y étaient de différentes couleurs, origines, religions ; mais on s’intéresse principalement ici aux Africains subsahariens dans Al-Andalus et en Europe méridionale. On détaille les différentes traites associées aux diasporas forcées. On examine les cultes confrériques noirs tant au Maghreb que dans la péninsule Ibérique. L’accent est mis sur quelques figures emblématiques, esclaves ou affranchis, qui se sont imposées comme sujets autonomes. Les différences avec le paradigme atlantique sont soulignées : ampleur du phénomène méditerranéen et transsaharien, pas d’esclavage de plantation, absence de révoltes serviles, disparition des Afro-descendants malgré la déportation de centaines de milliers d’esclaves au Portugal, en Espagne et en Italie.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Olivier Grenouilleau, Mohamed Meouak et Bernard Vincent pour leurs remarques suggestives sur une première version de ce texte.

  • 1 Ou à tout le moins l’esclavage, puisqu’il y avait encore des esclaves en Espagne, notamment à Cadix (...)

1L’institution esclavagiste, d’une longévité exceptionnelle, s’inscrit dans un continuum : la traite d’esclaves africains vers les régions méditerranéennes fut pratiquée, par la vallée du Nil et la mer Rouge, lors des périodes pharaonique et gréco-romaine. Elle se poursuivit, en prenant une ampleur considérable, avec l’expansion du monde musulman vers l’Égypte, la Libye, le Maghreb et al-Andalus. Elle fut, dès le viie siècle, substantiellement grossie par la traite transsaharienne ; elle s’accentua et se diversifia de nouveau à l’époque moderne, lors de l’ouverture de la traite transatlantique portugaise vers la péninsule Ibérique et l’Occident chrétien. Ces traites vers les deux rives de la Méditerranée et l’Atlantique ibérique se prolongèrent sans interruption jusqu’au xixe siècle en Europe méridionale1 et dans l’Empire ottoman et, au Maroc, jusqu’aux premières décennies du xxe siècle. Elles entraînèrent plus de déportations d’Africains noirs que le trafic transatlantique (Grenouilleau 2004 : 144-162).

  • 2 « À partir de 1128 au plus tard des Barcelonais vont pratiquer le trafic d’esclaves sur le marché d (...)
  • 3 Charles Verlinden (1955, 1977) a été l’un des premiers (avec Antonio Domíngo Ortiz et Salvatore Bon (...)
  • 4 Paiement par l’esclave à son propriétaire d’une certaine somme d’argent pouvant atteindre le double (...)

2Quant à l’institution servile, jamais abolie durant l’Antiquité grecque et romaine, elle perdura après la chute de l’Empire romain d’Occident : l’Espagne wisigothique conserva, jusqu’à la conquête musulmane de la Péninsule (viiie siècle), une importante population assujettie. Il en fut de même en Sicile. Ailleurs en Europe, l’esclavage, loin de disparaître pour être « remplacé » par le servage, se développa fortement à l’époque des royaumes barbares (ve-viiie siècle) et de l’Empire carolingien (viiie-xe siècle). C’est seulement vers l’an mil qu’il commença à régresser dans quelques régions, tout en demeurant très présent dans les pays du pourtour méditerranéen. Il y fut progressivement ranimé à partir de la seconde moitié du xiie siècle2, s’étendit au xiiie siècle et, surtout, se mit à croître au milieu du xive siècle – après la Peste noire et la crise démographique – à la faveur d’un apport massif d’esclaves orientaux par des marchands italiens et catalans3. Il ne s’agissait pas tant, comme à Barcelone, d’une substitution de population pour combler le vide démographique laissé par l’épidémie que d’un moyen de contrecarrer les exigences salariales, jugées excessives, de la main-d’œuvre libre survivante, une main-d’œuvre incapable a fortiori de satisfaire la demande engendrée par le tissu productif. Ces esclaves représentaient aussi un investissement économique rentable. Leur cession à des tiers comme employés à la journée, ainsi que la possibilité de leur rédemption à travers le système très avantageux de la talla4 permettaient d’amortir à court terme l’achat de cette force de travail (Salicrú i Lluch 2006, 2010 ; Armenteros 2015 : 323-347, 412).

  • 5 Sans parler, dans le monde chrétien, des Grecs considérés comme schismatiques et vendus par les Gén (...)

3Bref, l’institution, non sans diverses adaptations, revêtant une hétérogénéité de formes, survécut sans interruption jusqu’aux abolitions du xixe siècle. Incessamment nourrie par des guerres et d’innombrables razzias terrestres pour capturer des ennemis et les revendre, par la course sur mer, par des traites drainant un extraordinaire panel humain, elle fut le reflet fidèle des mondes qui pourvoyaient en main-d’œuvre captive les deux rives de la Méditerranée. En outre, dans un espace méditerranéen clos, la guerre « entre voisins » – si proches mais se considérant réciproquement comme « infidèles » – sarrasins, puis maures, barbaresques, turcs d’un côté, chrétiens de l’autre, favorisa la réduction en esclavage de chacun5.

  • 6 Sur l’émergence dans les arts visuels de l’esclave et de l’affranchi comme sujet : Devisse 1979 ; D (...)
  • 7 Dans l’Antiquité gréco-romaine, les esclaves étaient massivement des blancs. Ils venaient de toutes (...)

4Il sera surtout question, dans cet article, de l’immigration forcée et de l’esclavage des Africains subsahariens (Heers 1981 ; Hunwick 1992 ; Blondy 2002 ; Fontenay 2006 ; Guilléen et Trabelsi 2012 ; Armenteros et Ouerfelli 2016) parmi lesquels on distinguera quelques figures emblématiques d’hommes et de femmes, esclaves ou affranchis, sujets autonomes et personnages de l’Histoire6. Cependant, il est impossible d’ignorer la face blanche de la servitude. L’identification absolue qui exista aux Amériques entre les noirs et l’esclavage ne se produisit jamais sur les rives de la Méditerranée et dans l’Atlantique ibérique, où il y eut toujours des esclaves blancs et des esclaves noirs. Cette face blanche de l’assujettissement7, plus ancienne, plus constante, permet d’évaluer l’apport spécifique des traites subsaharienne et atlantique.

  • 8 Sur le fait que la croissance économique commerciale carolingienne des viiie-ixe siècles a été fina (...)
  • 9 Constable (1994 : 203-206 ; 1996). Ce commerce des Slaves d’Europe centrale, balkanique ou russe s’ (...)

5Sous Charlemagne et ses successeurs, les païens d’au-delà de l’Elbe, les Slaves réduits en esclavage composaient les gros contingents des traites intra-européennes8. Ces esclaves slaves formaient l’article d’exportation le plus important de l’Occident vers al-Andalus. Depuis l’Europe centrale, ils étaient conduits à travers les réseaux du grand commerce international jusqu’au califat umayyade de Cordoue où ils constituaient, avec des esclaves noirs nettement moins nombreux, une des bases du fonctionnement des structures politico-administratives de l’État. De l’Espagne, où une partie d’entre eux étaient castrés, ils étaient réexpédiés vers le Maghreb et, principalement, vers l’Égypte9.

  • 10 En général, on cherchait plutôt la rédemption (paiement d’une rançon) du captif que son utilisation (...)

6Dans les pays de la couronne d’Aragon, les captifs musulmans étaient innombrables, des dizaines de milliers au Moyen Âge : domestiques, travailleurs agricoles, artisans, taverniers, ouvriers dans les arsenaux, pêcheurs. Au-delà de la Méditerranée, les esclaves catalano-aragonais l’étaient tout autant et représentaient, dans les divers sultanats, un élément indispensable du corps social. Dans le seul État tlemcénien d’Abū Tachfīn, vers 1320, ils se comptaient par milliers : charpentiers, serruriers, peintres, travailleurs de tous métiers et si importants pour l’économie que le souverain refusa leur rachat à Jacques II d’Aragon (Dufourcq 1966 : 71, 74) : leur valeur travail comptait bien plus que leur valeur marchande10.

  • 11 Sing. jillīqī, terme que Ribera y Tarragó (1912 : 11-16) traduit par le générique « galicien » ; vo (...)
  • 12 Al-Marrākushī (1893 : 31) : « Les pères faisaient alors assaut de luxe en fait de vêtements, de par (...)
  • 13 Pérez de Tudela y Velasco (1998 : 24-25). Voir, également, Escribano López 2017. Sur les chrétiens (...)

7Dans l’Al-Andalus califienne, tous les textes notent la surabondance d’esclaves européens originaires des régions chrétiennes du Nord-Ouest appelés jalāliqa11. Selon les traités notariaux, ces esclaves « galiciens » étaient largement préférés aux autres car, souvent employés aux tâches domestiques, ils permettaient à leurs maîtres, notamment les femmes, de communiquer facilement avec eux en langue romane. Ils venaient en tête d’une échelle de qualité qui s’établissait ainsi : « Galiciens », Catalans, Berbères et Soudanais, les esclaves berbères et soudanais étant surtout appréciés comme militaires (Ribera y Tarragó 1928 : 20-21). Selon ‘Abd al-Wāhid al-Marrākushī, la surabondance des esclaves galiciennes était telle à l’époque des campagnes militaires d’al-Mansūr, entre 977 et 1002, que les filles arabes libres parvenaient difficilement à se marier12. De fait, les sources arabes indiquent pour sept des cinquante-six campagnes menées par al-Mansūr13 le nombre de femmes capturées, soit un butin de 99 000 femmes : 2 000 à Baños de Ledesma (977), 3 000 en Catalogne (978), 13 000 à Zamora (979), 1 000 à Léon y Toro (982), 17 000 à Simanca (983), 40 000 à Zamora (988), etc. Ces chiffres sont sans aucun doute exagérés à des fins de propagande. Il n’en reste pas moins que des dizaines de milliers de femmes et d’enfants ont été déportés, tandis que les hommes étaient tués sur place. Il en allait de même en terres portugaises, comme à Coimbra, en 987.

8Inversement, la reconquête féodale d’Al-Andalus par les royaumes chrétiens ibériques a engendré un considérable réservoir d’esclaves blancs musulmans pour les marchés européens. C’est le cas de l’île de Majorque, dont la prise, en 1229, a consisté à réduire en captivité presque toute la population, et celui de l’île de Minorque dont la conquête, en 1287, selon un chroniqueur contemporain, a produit un butin de 40 000 captifs, dispersés et vendus dans les grands ports de Catalogne, de Sicile et d’Occitanie (Furió 2006 : 252 ; Soto i Company 2012). Durant la phase finale de la conquête du royaume de Grenade, ce sont des populations entières de musulmans qui furent réduites en esclavage : entre 11 000 et 15 000 personnes à la prise de Malaga en 1487, dont la plupart d’ailleurs payèrent leur propre rançon, les autres étant vendues à Séville, Cordoue et Valence ou gracieusement offerts au pape (Ladero Quesada 1967).

  • 14 Sur l’approvisionnement en esclaves dans l’Empire ottoman en fonction des conquêtes militaires : vo (...)
  • 15 Özkoray 2016 : 112-113. L’Égypte et la Syrie furent politiquement dominées, entre 1250 et 1517, par (...)
  • 16 Pour le xviiie siècle, le total des esclaves trafiqués se situe aux environs de 150 000. Ils étaien (...)

9L’Empire ottoman, lors de sa phase d’expansion militaire en Europe14, transforma en esclaves des Grecs et des Bulgares au xive siècle, des Serbes, des Albanais, des Bosniaques et des Valaques au xve siècle, puis des Hongrois, des Allemands, des Italiens entre autres au xvie siècle. L’essoufflement des conquêtes ottomanes provoqua un retour aux importations : des Polonais, des Russes et des Ukrainiens, victimes des raids des Tatars de Crimée. Des sources traditionnelles d’approvisionnement reprirent de l’importance : Tcherkesses, Géorgiens, Abkhazes, des femmes surtout et de jeunes hommes destinés à devenir des mamlūks15. Enfin, l’arrivée d’esclaves noirs, y compris beaucoup d’eunuques, se densifia aux xviiie et xixe siècles via le Soudan et l’Égypte depuis Alexandrie, et via la Libye depuis Tripoli16.

  • 17 Fontenay (2006 : 823-826). Davis (2006) : une évaluation maximaliste à partir d’extrapolations souv (...)
  • 18 Parmi ces corsaires barbaresques, il y avait beaucoup de « renégats chrétiens ». Sur les trente-cin (...)

10Dans les localités barbaresques du Maghreb, entre 1530 et 1780, époque à laquelle l’esclavage européen devint moins fréquent, 1 000 000 à 1 250 000 Européens auraient été asservis17 en raison de l’activité corsaire de Salé, d’Alger, de Tunis et de Tripoli18. À Alger, sur 100 000 habitants dans le premier tiers du xviie siècle, les captifs européens formaient le quart de la population. Bien que leur condition fût difficile, ils pouvaient espérer se libérer en payant une rançon, à l’exemple de Miguel de Cervantès, capturé en mer en 1575 et détenu à Alger pendant cinq ans. De l’autre côté de la Méditerranée, nombreux étaient les captifs maghrébins, notamment dans les chiourmes : les seules galères des chevaliers de Saint-Étienne, à Livourne, en comptèrent 14 000 entre 1563 et 1642 (Stella 2000a : 68).

  • 19 Sur les acteurs, les pratiques et les normes d’une économie de la rançon, voir Kaiser 2006, 2008 ; (...)

11Néanmoins, que ce soit d’une rive à l’autre de la Méditerranée ou de l’Atlantique ibérique, nulle rançon ne permettait aux esclaves noirs, irrémédiablement déracinés et coupés de leur société d’origine, d’espérer une rédemption19.

Les esclaves noirs dans l’espace musulman

  • 20 Zabīd, sur la côte occidentale, était alors un des grands marchés d’esclaves pour la péninsule Arab (...)

12Aux temps pré-islamiques, on trouvait déjà en Arabie, notamment à La Mecque, des esclaves africains. Un trafic assez fourni s’était établi entre l’Abyssinie, le Yémen20 et le Ḥijāz pour en faire des mercenaires ou des concubines. Ainsi, le héros Antar, haute figure des romans de chevalerie arabes lors des guerres contre les Perses, descendait-il d’un Bédouin et d’une esclave éthiopienne. Le plus célèbre de ces esclaves africains, Bilāl ibn Rabāḥ dit al-Ḥabashī (l’Abyssin), fut affranchi par Abū Bakr, le beau-père du Prophète, et devint le premier muezzin officiel de l’islam.

  • 21 Verlinden (1955 : 226). L’origine des esclaves n’est pas indiquée dans les sources arabes, sauf cas (...)

13Selon Ibn ‘Abd al-Ḥakam, lors de la conquête de l’Égypte, figurait parmi les combattants un chef militaire noir du nom d’Ubāda b. Assāmit. Il commandait une troupe d’un millier de noirs et « par sa préséance, son intelligence et sa sagesse », eut le privilège de présider l’ambassade envoyée au gouverneur byzantin de l’Égypte, Ibn al-Muqawqas. Durant la conquête de l’Hispania, en 711, Ishaq b. al-Husayn relève la présence de noirs parmi les guerriers de Ṭāriq b. Ziyād, et qualifie leur participation de formidable : « à la vue de leur forme terrifiante, les Goths furent pris de panique » (Tangi 1998 : 80-81). Pour sa part, ‘Abd al-Raḥmān Ier, le fondateur de l’émirat umayyade de Cordoue (756), possédait une esclave noire, originaire de Médine, chargée de la direction de son harem21. Ces quelques exemples indiquent qu’à l’époque musulmane, les premiers contingents de noirs, esclaves ou affranchis, arrivés sur le pourtour méditerranéen ou dans Al-Andalus, venaient d’Arabie.

  • 22 Le terme arabe baqt serait une arabisation du latin pactum dérivé du grec pakton : les Arabes aurai (...)

14L’expansion musulmane ouvrit de nouvelles sources d’approvisionnement. La traite des noirs par la vallée du Nil remonterait au traité conclu par le conquérant arabe ‘Abdallāh b. Sayd avec les Nubiens en 652, imposant à ceux-ci un tribut annuel de 360 esclaves (al-Maqrīzī). Le témoignage d’un juriste du viiie siècle, Yazīd ibn Abī Ḥabīb, met en doute l’authenticité de cette clause : lui-même, d’origine nubienne, descendait d’un père acheté à Dongola, emmené comme esclave en Égypte, puis affranchi par son maître (Renault 1989 : 19). En réalité, le traité (baqt) formalisait des échanges commerciaux beaucoup plus larges comme la vallée du Nil en connaissait depuis la plus haute Antiquité, et garantissait la libre circulation des biens et des personnes de part et d’autre de la frontière22. De fait, l’entente avec les Nubiens ouvrit chronologiquement aux marchands arabes une première source de recrutement d’une population servile dont avait tellement besoin l’empire musulman en plein développement.

15En Égypte même, cette main-d’œuvre servile pouvait être utilisée aux travaux agricoles, comme le constata Ibn Ḥawqal (988) à Shabur, une agglomération située au centre du Delta. Mais c’est dans l’armée égyptienne qu’étaient massivement incorporés des esclaves-soldats venus d’Afrique subsaharienne. Ils y étaient majoritaires aux côtés des Arabes, des Turcs et des Berbères. Ahmad ibn Tūlūn (868-905), descendant d’un esclave turc, envoyé en Égypte par le calife abbasside pour gouverner le pays, y conquit son indépendance en organisant sa propre armée quasi exclusivement formée de Nubiens. D’une force initiale de 12 000 hommes, celle-ci serait passée à 40 000 hommes et un chroniqueur porte même leur nombre à 45 000. Lorsqu’en 880 le fils d’Ibn Tūlūn, ʽAbbās, s’empara de Barca en Cyrénaïque, il était, selon Ibn ‘Idhārī, « à la tête de huit cents cavaliers et de dix mille noirs de son père, fantassins portés par cinq mille chameaux » (Renault 1989 : 51).

16Au xe siècle, Abū al-Misk Kāfūr, un eunuque originaire de Nubie, devenu le véritable maître de l’Égypte (946-968), premier affranchi à la tête d’un État de cette importance, augmenta sensiblement le contingent de Nubiens incorporés dans l’armée. Après l’invasion de l’Égypte par les Fāṭimides (Brett 2001), le nombre d’esclaves-soldats noirs fléchit provisoirement. Mais al-Ḥākim (996-1021) fit de nouveau appel à eux et finit par commander un corps de 30 000 hommes. Puis, sous la régence de la mère d’al-Mustanṣīr (1036-1094), une esclave d’origine nubienne, le recrutement massif d’esclaves noirs suscita le ressentiment des contingents turcs et berbères, et des luttes violentes les opposèrent. Enfin, lorsque Saladin (Ṣalāh ad-Dīn) dirigea l’Égypte (1169-1193), les soldats noirs, dont les effectifs s’élevaient à 50 000 hommes, se révoltèrent ; ils furent écrasés et éliminés, la répression mettant fin à une période de recrutement de trois siècles (Lev 1987).

  • 23 Renault (1989 : 59), qui s’appuie sur une analyse critique des sources arabes.

17La traite par la vallée du Nil connut donc, aux ixe et xe siècles, un trafic considérable vers l’Égypte, la Syrie, et au-delà. Plusieurs centaines de milliers d’hommes et de femmes esclaves empruntèrent cet itinéraire. Les déportations cumulées atteignirent, pour cette seule période, un chiffre proche du million23. Un tel volume suppose nombre d’infrastructures dédiées : routes commerciales, intermédiaires, marchés de redistribution, métiers liés à la vente et à l’achat de la marchandise servile, avec l’apparition des figures familières du jallāb, l’importateur, et du nakhkhās, le maquignon. Ce réseau de traite s’étendait au-delà de la seule Nubie et affectait jusqu’aux populations du haut Nil, tandis que d’autres esclaves provenaient du Darfour. Il faut attendre la seconde moitié du xviiie siècle et surtout le xixe siècle pour retrouver des effectifs aussi imposants. Ils résultaient alors de la formation d’États musulmans dans le Soudan oriental et de la pratique de razzias systématiques au sud du Darfour, dans le Baḥr al-Ghazāl et au Kordofan (Walz 1972, 1985).

18Du côté du commerce transsaharien, ce sont les Berbères, dissidents religieux qui, à partir du viiie siècle (en relation avec les communautés juives installées du Maghreb septentrional aux rivages du Sahara), mirent en place les trois grands faisceaux de routes méridiennes reliant le Maghreb à l’Afrique subsaharienne : les voies translibyennes vers le lac Tchad, par les salines de Bilma ; la route centrale, par Wārgla, vers Gao et le fleuve Niger ; la piste occidentale, par les mines d’argent et de cuivre de Tāmdult et la saline d’Awlīl, vers l’empire de Ghāna et le fleuve Sénégal (Brett 1969, 1983 ; Savage 1992a ; Thiry 1995 ; Prevost 2008 ; Botte 2011 ; Dewière 2017 ; Valérian 2019 : 98-105).

  • 24 Ainsi à Gênes, au xiiie siècle, recensait-on 23 hommes et 17 femmes noirs (tous dits Sarrasins, don (...)
  • 25 Sur les réseaux d’échanges maritimes et l’intégration du Maghreb à une économie-monde élargie à la (...)

19Cette traite transsaharienne avec le bilād al-Sūdān – le « pays des Noirs » – des géographes et historiens musulmans alimenta régulièrement tous les pays riverains de la Méditerranée, y compris l’Occident chrétien24. À partir du milieu du viiie siècle, voie nilotique et réseaux transsahariens composèrent, progressivement, un système de traite de la marchandise humaine sans précédent qui se transforma en une activité économique pérenne, soumise aux exigences des marchés égyptien et maghrébin. Dès la fin du xie siècle, avec la formation des Empires almoravide (1053-1147) et almohade (1147-1269), l’Afrique intérieure se trouva intégrée aux réseaux d’échange et à l’économie méditerranéenne et européenne : une voie transcontinentale directe reliait les rives du Sénégal et du Niger à celles du Guadalquivir et de l’Ebre au cœur de l’Espagne musulmane. De Ceuta à Tunis, dans tous les ports, les bases des marchands européens (génois, catalans, aragonais, majorcains, pisans, florentins, vénitiens, napolitains, siciliens, marseillais, narbonnais) se multiplièrent pour répondre à une nouvelle phase du commerce circumméditerranéen, dont celui des esclaves25.

  • 26 Principalement, pour le xixe siècle, à partir des archives locales en arabe, voir Abu Alkhir 2016.

20À cette époque, en raison de la diversité des sources d’approvisionnement servile, les esclaves noirs – quoique déjà nombreux – ne formaient pas encore l’essentiel des effectifs mis sur le marché européen. Il reste que l’axe de l’Est par le lac Tchad, le Kawār et Zawīla avait été surnommé la « route des esclaves », car ceux-ci représentaient le principal article de commerce entre le Kānem et la Méditerranée (Lange 1977 ; Thiry 1995). Au Fezzān, les commerçants revendaient leur marchandise à Zawīla qui, pendant des siècles, fonctionna comme l’un des principaux entrepôts d’esclaves du monde musulman et le plus grand marché de leur redistribution vers l’Empire ottoman, le Maghreb et la Méditerranée. Le Fezzān ne se contentait d’ailleurs pas d’acheter et de revendre des esclaves : à la fin du xviiie siècle, il menait ses propres expéditions au Kānem, au Borku, au Baḥr al-Ghazāl (Zeltner 1980 : 211). Au total, jusqu’au milieu du xixe siècle, ce sont au moins 2 800 000 esclaves qui auraient transité par cette route du Fezzān central26.

  • 27 Par « munt de Barques », les Barcelonais entendaient « le littoral entre le cap Misrata et Tobrouk  (...)
  • 28 En 1399, Martin le Jeune, roi de Sicile, offre à sa mère Maria de Luna deux esclaves noires, la mèr (...)
  • 29 Manuscrit du médecin Girard (1685), qui a passé huit ans à Tripoli comme captif (Dewière 2013). Sur (...)

21Sur cet axe, la demande en esclaves s’était d’ailleurs à ce point accrue au xve siècle qu’une route caravanière transsaharienne avait été spécialement créée, à l’initiative des marchands africains, du Soudan à la péninsule d’al-Barca, en Cyrénaïque27. Là, elle était contrôlée par une colonie de Catalans installés à Syracuse (Del Treppo 1972 : 178-180 ; Bresc 1986, I : 439-473 ; Valérian 2019 : 175-176, 263) qui, sous l’autorité du roi d’Aragon, échangeaient du blé sicilien contre des esclaves et les transportaient dans tout l’espace méditerranéen – après les avoir baptisés, conformément aux prescriptions de l’Église28. En 1512, après l’occupation de Tripoli par les Espagnols, le roi du Bornū leur envoya un messager pour savoir s’ils consentiraient à lui fournir (comme auparavant) les marchandises européennes dont il avait besoin. Le gouverneur s’y engagea et deux marchands « assurent que les Espagnols de la garnison de Tripoly faisaient un grand trafic d’esclaves nègres en Sicile, qu’ils recevaient sans doute du Fizzan ; ainsi qu’on en use encore aujourdhuy29 ».

  • 30 À Barcelone, on en documente 296 entre 1295 et 1400 : voir Hernando i Delgado 2003 : 53. En 1295, l (...)

22En fait, il y eut des esclaves noirs dans les pays de la couronne d’Aragon bien plus tôt, au moins dès le xiiie siècle30. Ils pouvaient provenir d’Ifrīqiya – les Catalans y avaient un fondouk à Tunis –, mais le commerce transméditerranéen s’était surtout développé entre la couronne d’Aragon (Barcelone, Valence, Majorque, Perpignan) et le sultanat de Tlemcen au Maghreb central : l’or et les esclaves y constituaient les moteurs de l’économie. Cette ville se présentait en effet, pour le réseau caravanier de l’Ouest comme le « vestibule de la Méditerranée », tandis que Sijilmāsa était le grand port saharien d’entrée vers le bilād al-Sūdān, notamment en direction des grands empires de Ghāna puis de Mali.

23Ces esclaves pouvaient également être le produit des razzias perpétrées par les chrétiens dans les marches frontières d’Al-Andalus pour approvisionner la couronne d’Aragon en prisonniers musulmans. La première mention connue d’esclaves noirs apparaît dans un texte de 1068 faisant état d’un don de dix d’entre eux (decem captivos negros) au pape Alexandre II par le vicomte Arnau Mir de Tost pour la protection de l’église Saint-Pierre d’Ager (Verlinden 1935 : 397 ; Sénac et Laliena Corbera 2018 : 79) et, subsidiairement, pour la rémission de ses péchés. Sans doute ces esclaves faisaient-ils partie du butin qu’Arnau Mir avait accumulé lors des combats contre les Sarrasins, sur les confins des taifas de Lérida et de Saragosse.

  • 31 Dufourcq (1966 : 138, 351, 464, 551). Il y avait aussi à Fès une colonie catalane et des représenta (...)

24J’ai fait ailleurs (Botte 2011 : 37-38) l’hypothèse d’un commerce d’esclaves noirs par l’Atlantique, anticipant de plusieurs siècles les voyages des caravelles portugaises et reliant les économies ibériques d’Al-Andalus au Sud marocain (Sūs al-Aqṣā). L’Andalou al-Bakrī signale, dès le milieu du ixe siècle, l’implication marchande de ses compatriotes à Arzīla. Az-Zuhrī (mort entre 1154-1161), géographe arabe également originaire de l’Espagne musulmane, évoque l’activité des marins de Cadix dans les mêmes conditions, jusqu’aux rivages du Sahara, où ils embarquaient des esclaves. Enfin, al-Idrīsī confirme, pour le xie et le début du xiie siècle, le caractère de plus en plus répétitif des voyages effectués par des Andalous entre les ports atlantiques du sud de la péninsule Ibérique et le Sūs al-Aqṣā (Picard 1998 : 476-477, 479). Quant aux Catalans, leur trafic ne se limita pas aux ports marocains de la Méditerranée : aux xiiie et xive siècles, les navires de Majorque passaient dans l’Atlantique vers les villes marocaines où ils pouvaient acquérir des esclaves31.

  • 32 Cristina de la Puente en fait le constat pour Al-Andalus, la polysémie des termes arabes ne permet (...)
  • 33 Lévi-Provençal (1947 : 54 et note 70, 55 et 90). Chez ‘Abdūn le terme « noir » est associé au mot « (...)
  • 34 Une voie commerciale reliait directement les commerçants ibādites du Djerid au Kawar, à Gao et à Ta (...)

25Les sources arabes fournissent peu d’éléments sur l’utilisation des esclaves à l’époque médiévale32. À Séville, Ibn ‘Abdūn évoquait des miliciens noirs esclaves (‘abīd) et recommandait aux passeurs sur le Guadalquivir « de ne pas prendre à leur bord de nègre ou de domestique berbère connus pour leurs rapines, qui s’approchent des propriétés privées aux heures de canicule et y mangent des fruits33 ». En Ifrīqiya, notamment dans le Jarīd (Tunisie), on trouvait sur les grands domaines agricoles, dès le début du ixe siècle, une main-d’œuvre servile noire, parfois dirigée, en l’absence du maître, par un esclave qualifié34.

  • 35 Ce modèle (Palerme fut une ville musulmane de 831 à 1071) se transmettra en héritage dans la Sicile (...)
  • 36 Appartenant à l’origine au Zīrīd Manṣūr (984-995), les ‘abīd formèrent progressivement un corps hom (...)

26Dans la société arabo-musulmane médiévale, les hommes assujettis occupaient toutes les carrières de la bureaucratie d’État, depuis les charges les plus humbles jusqu’aux fonctions les plus prestigieuses. Ils excellaient surtout dans l’esclavage de cour, l’esclavage bureaucratique et l’esclavage militaire, conformément au modèle social dominant35 en Ifrīqiya36, comme chez les Umayyades d’Al-Andalus. Ces esclaves peuplaient les enceintes palatines, monopolisaient les postes de haut niveau de l’administration centrale et formaient des corps d’armée spéciaux. Ainsi, le travail servile de ces « commis de l’État » représentait un élément essentiel « du maintien et du fonctionnement des structures politico-administratives de l’État umayyade de Cordoue » (Meouak 2004 : 10, 82, 159-179). Avec cependant une différence de taille : les fonctionnaires esclaves noirs étaient moins nombreux dans l’Al-Andalus umayyade que dans les structures gouvernementales de l’Ifrīqiya fāṭimide. À Grenade, sous le gouvernement de Bādīs (1038-1073), pour ne citer que cet exemple, deux noirs exerçaient des fonctions éminentes : l’eunuque Muwaffaq était responsable du maintien de l’ordre de nuit (en charge des affaires judiciaires et de police ou ṣāḥib al-madīna), et Mu’ammal (m. en 1099) servait de principal conseiller à l’émir (Handler 1988 : 235).

  • 37 Lévi-Provençal (1950, I : 164, III : 74). Cette milice palatine était composée d’éléments divers (f (...)

27Dans al-Andalus, c’est vers la fin du viiie siècle que des milices formées d’esclaves noirs (‘abīd) apparurent au sein de l’appareil militaire hispano-umayyade, à côté des corps de mercenaires européens (mamālik ou ṣaqāliba). Al-Hakam Ier (796-822), le premier à se doter d’une armée permanente et rémunérée, « acheta hors d’Espagne, partout où il put s’en procurer, de nouveaux esclaves pour sa milice personnelle : il se constitua ainsi une solide garde du corps et il en confia le commandement au chef de la communauté chrétienne de Cordoue [...] Rabī‘, fils de Teodulfo37 ». En ce temps, des esclaves noirs devaient transiter par les ports de Ténès, lié aux réseaux transsahariens, et de Tortosa, en raison des étroites relations commerciales entre l’émirat rustamide au Maghreb central et l’émirat umayyade de Cordoue (Picard 2007 : 432 ; Botte 2011 ; Gaiser 2013 : 58-70).

28Le rôle de ces troupes mercenaires, stationnées à Cordoue, consistait à « mettre fin aux émeutes mineures et à réprimer les grandes révoltes » comme, en 797, sous al-Hakam Ier, celle des rebelles chrétiens de Tolède (« Journée de la fosse ») ou en 818, à Cordoue même (« révolte du Faubourg » ; Handler 1988 : 230). ‘Abd al-Raḥmān al-Nāṣir (912-961) poursuivit le recrutement des ‘abīd. À cette époque, les Umayyades qui avaient conquis Melilla (927), Ceuta (931) et Tanger (951) contrôlèrent indirectement, grâce à leurs alliés berbères zénètes, la grande route transsaharienne occidentale de l’or et des esclaves (Devisse 1970 : 146-149).

29Cette garde noire nombreuse et richement équipée formait, à la cérémonie d’investiture (le 15 octobre 961) du fils d’al-Nāsir, al-Hakam II (961-976), plusieurs corps de troupe : « les al-‘abīd al-fuḥūl, armés de pied en cap ; les raǧǧālat al-‘abīd revêtus de cuirasses et de mantelets blancs, coiffés de casques étincelants et ayant en main des boucliers et des armes brillantes ; et les fursān al-‘abīd » (Lévi-Provençal 1932 : 58 ; Pérès 1953 : 261).

  • 38 Voir également les représentations suivantes : 1) l’assaut de Madīna Mayūrqa (Palma de Majorque) pa (...)
  • 39 Également appelés d’un terme plus restreint jināwī, notamment par al-Zuhrī (Vidal-Castro 2008 : 392 (...)
  • 40 Lévi-Provençal (1950, III : 177). Selon l’Andalou Ibn al-Khaṭīb (1956 : 99-102), historien du xive (...)
  • 41 La victoire de l’Almoravide Yūsuf b. Tāshfīn sur le roi de Castille qui freina pour un temps la rec (...)

30Al-Manṣūr (978-1002), l’un de ses successeurs, en augmenta encore les effectifs – voir la représentation de ces guerriers Fig. 1 et 238 – en recrutant des sūdān39 réputés pour leur endurance de marcheurs, afin de former un corps de courriers qui le suivaient dans toutes ses expéditions40. Enfin, en 1086, lors du fameux « Vendredi de Zallāqa [Sagrajas]41 », la garde noire – près de quatre mille hommes selon Ibn Khallikān – décida du succès musulman sur les chrétiens : c’est justement un jeune fantassin noir (ġulām aswad) qui, blessant Alphonse VI à la cuisse, l’obligea à quitter le champ de bataille (Pérès 1953 : 262 ; Lagardère 1990 : 212, 222).

Fig. 1 : Miniature. Les troupes musulmanes (dont deux guerriers noirs) dirigées par al-Mansūr attaquent San Esteban de Gormaz (Castille-et-León) en 989.

Fig. 1 : Miniature. Les troupes musulmanes (dont deux guerriers noirs) dirigées par al-Mansūr attaquent San Esteban de Gormaz (Castille-et-León) en 989.

Cantigas de Santa María, vers 1260-1270, écrits sous le règne d’Alphonse X dit Le Sage, roi de Castille et León. Monastère de l’Escurial, bibliothèque : T-I-I. Cantiga LXIII, f 92r, viñeta 4.

Fig. 2 : Miniature (détail). Galères maures (scène de jihād maritime). Enlèvement d’un comte allemand, ermite au Portugal, par des Maures venus d’Afrique.

Fig. 2 : Miniature (détail). Galères maures (scène de jihād maritime). Enlèvement d’un comte allemand, ermite au Portugal, par des Maures venus d’Afrique.

Cantigas de Santa María, Monastère de l’Escurial, bibliothèque : Cantiga xcv, fo 139 ro, viñeta 4.

  • 42 Selon Chalmeta (1988 : 39), qui se réfère à Ibn Ḥayyān (al-Muqtabis, VI), les esclaves noirs (‘abīd(...)

31Deux documents permettent d’entrevoir les filières d’enrôlement de cette troupe servile et suggèrent un recrutement constant42. En 1071-1072, Yūsuf b. Tāshfīn acheta un grand nombre d’esclaves noirs. Il en envoya une partie dans Al-Andalus et fit de quelque deux mille autres des cavaliers pour renforcer sa garde personnelle (Huici Miranda 1951 : 37-38). En 1125-1126, son fils, ‘Alī b. Yūsuf b. Tāshfīn, imposa à Fès la levée de trois cents jeunes noirs, « nourris, armés et payés par la ville », destinés à renforcer l’armée almoravide confrontée à l’offensive d’Alphonse Ier d’Aragon (Huici Miranda 1955 : 133-134, note 1 ; Ibn al-Qaṭṭān 1990 : 152). Conduite par ‘Alī b. Maggūz, cette armée imposante, comprenant des corps d’esclaves noirs recrutés au Maroc ainsi que des contingents réguliers, subit pourtant une défaite complète au sud de la huerta de Valence, non loin d’Alcira, à l’été 1129 (Guichard 1990 : 91). Selon le Naẓm al-ǧumān d’Ibn al-Qaṭṭān, les pertes, morts et prisonniers compris, s’élevèrent à près de deux mille combattants (Huici Miranda 1962, II : 608).

  • 43 Guichard (1990 : 294). La raison de cet assassinat reste inconnue.
  • 44 Dozy (1932 : 225) ; Maíllo Salgado (2010 : 43-44). En 1021, ces esclaves s’étaient déjà levés contr (...)

32Cette levée de trois cents jeunes noirs dans la ville de Fès est l’une des rares indications chiffrées dont nous disposons, mises à part celles rapportées par Ibn Khallikān et Ibn Ḥayyān. Ce dernier précise qu’à la bataille d’Alpuente (al-Būnt) opposant Bādis b. Ḥabbūs de Grenade à Zuhayr al-Ṣaqlābī d’Almería, en août 1038, Zuhayr fut tué après la défection de son détachement comptant quelque cinq cents noirs (Tibi 1986 : 209, note 134). À vrai dire, les textes ne traitent des soldats noirs qu’à l’occasion d’événements exceptionnels, comme l’assassinat par les ‘abīd d’un savant religieux, Ibn al-Faras, vers 1014, ainsi que le rapporte al-‘Udhrī43, lors des troubles qui affectèrent la ville d’Almería. Ou comme la révolte des ‘abīd ‘āmirides de Játiva, en février 1042, contre le souverain de Valence, al-Manṣūr b. Abī ‘Āmir. D’abord défait, ce dernier, témoigne un chroniqueur anonyme, « réunit les débris de son armée, et attaqua les ‘abīd. Il les vainquit, en fit un grand carnage, et entra dans Játiva, où demeuraient les survivants des ‘abīd 44 ».

  • 45 Handler (1988 : 233-237). Ils se rangèrent le plus souvent aux côtés des Berbères (Ben Abdesselem 2 (...)
  • 46 Il « mit la main sur une femme pour s’en emparer », Ibn al-Athīr (1898 : 525 ; 1965, X : 392).

33Les ‘abīd jouèrent un rôle mémorable lors des luttes internes qui suivirent la désagrégation du califat de Cordoue45. Les relations de ces éléments allogènes avec les populations locales s’établissaient le plus souvent de manière conflictuelle. Ainsi, en mars 1121, à la suite de l’agression d’une Cordouane par un soldat de la garde noire46, une émeute se produisit : le palais fut pris d’assaut par la population et le gouverneur, Abū Bakr Yaḥyā b. Rawwād, chassé pour un temps de la ville.

  • 47 Zuhayr d’Almería, Muqātil de Tortose, Mubārak et Muẓaffar de Valence, Muǧāhid de Denia, Sābūr de Ba (...)

34Si les ‘abīd pouvaient faire basculer le rapport de force en faisant défection, ils restèrent toujours des subalternes au sein de l’appareil d’État. Cette marginalité les différencie grandement des esclaves d’origine européenne qui accédèrent au pouvoir à l’époque des royaumes de taifas et se rendirent indépendants ou semi-indépendants47. À Valence, Ibn Ḥayyān, fervent partisan du centralisme umayyade, déplorait l’éviction des élites politiques aristocratiques traditionnelles et le renversement de la situation sociale et la perte des valeurs quand arrivaient au pouvoir de « vils esclaves affranchis » (Prémare et Guichard 1981 : 20) tels les eunuques et esclavons Mubārak et Muẓaffar.

35Dans ce contexte de délitement, les ‘abīd attachés à des chefs politiques antagonistes se combattaient entre eux. Ils ne manifestaient aucune cohésion d’ensemble et n’obéissaient à aucun chef issu de leurs rangs. De surcroît, sans filiation et donc sans racines dans le pays, ils ne réussirent jamais à vaincre les discriminations raciales, à changer l’image négative que la population nourrissait à leur égard et à gagner son soutien. En conséquence, toute intention de constituer un pouvoir provincial, pour autant qu’ils l’aient eue, était vouée à l’échec (Handler 1988 : 234).

36L’emploi systématique d’esclaves – noirs ou blancs – comme soldats fut une institution qui se développa exclusivement à l’intérieur du monde islamique. Le Maroc renouera avec ce système militaire (aux xviie et xviiie siècles) en organisant l’armée dite des ‘Abīd al-Bukhārī et, en Égypte, Muḥammad ‘Alī fit de même au début du xixe siècle (Botte 2012, 2016 : 13-17).

  • 48 La Chanson de Roland, dont l’écriture est probablement contemporaine de la défaite des croisés à Sa (...)

37En ce qui concerne Al-Andalus, les chroniqueurs mentionnent l’engagement de contingents noirs dans toutes les guerres qui opposèrent musulmans et chrétiens. L’image récurrente du « Maure noir » ou « Sarrazin noir48 » vouée à l’exécration, si présente dans l’imaginaire occidental dès la fin du xie siècle, n’a pas d’autre origine que ces combats à travers al-Andalus. Cette représentation belliqueuse fut remplacée dans l’iconographie et les mentalités chrétiennes, au commencement du xive siècle, par celle beaucoup plus pacifique du roi mage noir. Cet indice d’un changement de regard significatif introduisait cependant dans le corpus évangélique « la figure la plus caractéristique de Noir aliéné » (Devisse et Mollat 1979 : 255). De fait, sous l’apparence de l’universalité de la foi, cette image enchantée du roi mage contrastait cruellement avec les inégalités, les discriminations et les violences dont étaient victimes dans le système esclavagiste tous ceux dont il était censé être le représentant (Devisse 1979 : 82, 86, 138).

38Toutefois, en Espagne et au Portugal, sa première apparition, tardive, ne date que de la fin du xve siècle (Devisse, ibid. : 150-152 ; Vincent 2008 : 244-245). Il s’agissait alors pour l’Église de faciliter l’intégration des Africains dans la foi chrétienne en actualisant le martyrologue romain tout en effectuant une sorte de « colonisation de l’imaginaire ». À cette fin, en 1584, le Martyrologium romanum de Cesare Baronio, une compilation des saints reconnus par l’Église, introduisit plusieurs saints noirs dont un Éthiopien, saint Elesbon, et une Nubienne, sainte Iphigénie, convertie par l’apôtre Matthieu en Éthiopie (ier siècle) (Lahon 2009). En réalité, la première incarnation en Occident de la sainteté d’un noir fut celle, au xiiie siècle, de Maurice, un saint militaire à l’historicité douteuse (Devisse 1979 : 35, 149-160). En définitive, seuls saint Benoît de Palerme et Antonio di Noto, comme nous le verrons, renvoyaient au monde esclavagiste de l’époque moderne.

  • 49 Sur l’intégration à la fin du xixe siècle du Dar al-Kuti (aujourd’hui en République centrafricaine) (...)
  • 50 Le calife Muʽāwiya (661-680), fondateur du califat umayyade, est le premier dirigeant à adopter la (...)
  • 51 La culture en fut abandonnée en raison de la concurrence du système esclavagiste antillais plus « p (...)
  • 52 Miège (1981 : 100). Pour une réévaluation décade par décade du nombre d’esclaves transportés, voir (...)
  • 53 Toutefois, les réseaux musulmans de l’Afrique intérieure pouvaient réduire volontairement, selon de (...)

39Dans le monde islamique, la demande permanente en main-d’œuvre servile fluctuait d’une période à l’autre, mais on ne peut qu’en constater l’importance et la persistance jusqu’au début du xxe siècle49. Ce commerce, sauf en Égypte, ralentit sensiblement du xiie au xive siècle. Une croissance nouvelle se manifesta aux xve et xvie siècles par la voie transsaharienne, l’expansion de l’Empire ottoman allant de pair avec une demande soutenue en domestiques, en concubines et en eunuques50, à laquelle répondait une offre abondante des empires soudanais (Mali, Empire songhay, Bornou, cités haoussas...). Puis, une réorientation des traites s’opéra au cours des xviie et xviiie siècles : le Maroc devint le principal importateur pour ses plantations de canne à sucre51 et son armée, soit entre 7 000 et 8 000 arrivées par an, cependant que le royaume réexportait une partie des esclaves vers l’Algérie ottomane. En Tripolitaine, les flux restaient constants, avec 3 000 esclaves par an en moyenne. Au xixe siècle, les passages annuels par la plaque tournante de Murzūq oscillaient entre 5 000 et 6 000 esclaves dans le second tiers du siècle, et entre 2 000 et 3 000 dans le dernier tiers52. Benghāzī s’était progressivement substitué à Tripoli comme principal lieu d’arrivée (Wright 1992). Sur cet itinéraire, le commerce transsaharien était non seulement un producteur d’esclaves, mais encore un producteur d’esclaves musulmans en raison du jihād, principalement dans le califat de Sokoto (Lefebvre 2015), où des musulmans asservissaient d’autres musulmans. Ces flux attestent, en outre, de la capacité des fournisseurs africains à satisfaire à la fois la demande atlantique – importante à partir du xviie siècle, considérable par la suite53 – et les courants séculaires à travers le Sahara.

40En Égypte, selon une enquête de 1838, ce sont 10 000 à 12 000 esclaves qui étaient importés annuellement sous Muḥammad ‘Alī : des hommes pour l’armée, des fillettes et des jeunes filles pour leur exploitation sexuelle. Dans ce pays, le renouveau de l’asservissement à grande échelle se poursuivit avec la création de grandes plantations (sorgho, tabac) reposant sur le travail servile ; puis, dans les années 1860, la guerre de Sécession américaine faisant flamber les prix du coton stimula une forte demande d’esclaves pour cette culture. En basse Égypte où n’existait quasiment aucun esclave africain dans les villages lors du recensement de 1848, ils comptaient pour 3 à 6 % de la population en 1868, après le boom du coton (Walz et Cuno 2011 : 7).

  • 54 Concernant le rôle des femmes sous tous les aspects sociaux, économiques, culturels, voir Marín 200 (...)
  • 55 Di Giacomo (1949 : 74). Sur Ḥafṣa al-Rakūniyya, et plus généralement sur le statut social des femme (...)

41Dans le monde musulman, des femmes esclaves pouvaient être formées au divertissement, comme les célèbres chanteuses et musiciennes de l’époque médiévale. Loin d’être anecdotique, cette fonction représentait un des traits caractéristiques de la vie culturelle d’al-Andalus. Leurs talents intellectuels et artistiques, l’engouement des élites sociopolitiques à leur égard, les passions amoureuses qu’elles suscitaient : tout concourait à rehausser le statut des femmes en général54. La poétesse andalouse Ḥafṣa al-Rakūniyya en est un exemple fameux : elle fut amante, à la fois, du poète Abū Ja‘far et du gouverneur de Grenade Abū Sa‘īd (fils du calife almohade ‘Abd al-Mu’min et d’une concubine noire). Dans ce triangle amoureux conflictuel, Abū Ja‘far, jaloux, objecta à Ḥafṣa : « Comment as-tu pu t’amouracher de ce noir ? Je pourrais t’acheter au marché aux esclaves, si tu le voulais, dix nègres plus beaux que lui55. »

  • 56 Ibn Ḥabīb, Kitāb al-Wādiḥa, 104/107 (Meouak 2004 : 142).
  • 57 Ibn al-Khaṭīb, al-Iḥāṭa, I, 217 (Meouak 2004 : 143).

42Incidemment, alors qu’il en existait partout, ces propos constituent une des très rares références à un marché aux esclaves (xiie siècle). Quelques siècles plus tôt, Ibn Ḥabīb (m. 852) avait traité le sujet sous l’angle de la responsabilité des maquignons d’esclaves. Ceux-ci, selon lui, étaient responsables de l’état physique et, le cas échéant, des vices cachés de l’esclave vendu56. De son côté, l’Andalou Muḥammad Saqatī al-Mālaqī évoqua longuement la vente des esclaves pour dévoiler, dans la Malaga du xiie siècle, les fraudes coutumières pratiquées par les marchands afin de maquiller les imperfections des esclaves et les vendre plus cher (Colin et Lévi-Provençal 1931 ; Rosenberger 1987). Ce fut également durant l’époque almohade que le polygraphe grenadin Ibn al-Khaṭīb décrivit un espace public (al-ma‘riḍ) d’exposition, probablement dans la province de Jaén, où se déroulait une vente aux enchères : « Moi, je peux t’acheter à la foire un esclave noir mieux que lui pour vingt dīnār57. » Dans un autre registre, un auteur du xiiie siècle, Abū l-Baqā’ de Ronda livrait une vision poétique et sublimée de l’esclave blanche mise en vente au marché, dont il s’éprend (Granja Santamaría 1999 : 56-58).

  • 58 L’émir d’Albarracín, Hudhayl b. Razīn (m. 1044-1045), régnant sur quelques centaines de kilomètres (...)
  • 59 Sur leur formation et les différentes écoles dans Al-Andalus, voir Cortés García 2018 : 169-181.

43Quant aux esclaves chanteuses, blanches ou noires, elles étaient nombreuses au sein des cours émirales qui se les disputaient et dont elles faisaient la renommée, à l’instar de celle de Saragosse sous Mundhīr Ier (m. en 1023). L’acquisition à des prix astronomiques58 des musiciennes les plus réputées doit être pensée comme une accumulation de « capital culturel » par des souverains mécènes et lettrés concurrents, visant à légitimer leur pouvoir et à immortaliser leurs mérites. Il existait d’ailleurs une école de musique à Cordoue où ces esclaves étaient également initiées à la littérature, à la poésie et à la grammaire (Clément 2009 : 37 ; Reynolds 2017). Elles étaient toujours vendues avec un certificat attestant des connaissances acquises (iyaza ou certificat d’aptitudes) et avec un registre dans lequel figurait le répertoire qu’elles avaient mémorisé59.

  • 60 Avec les apports, selon le Tunisien al-Tīfāshī (1184-1253), du philosophe de Saragosse, Ibn Bājjah (...)
  • 61 Ce dernier tomba amoureux de l’esclave préférée de Ziryāb, Mu’ta, noire également, éduquée dans les (...)
  • 62 Guichard (2010 : 56). Sur la persistance de l’héritage préislamique dans al-Andalus, voir Sanchez-A (...)

44Le conservatoire de Cordoue avait été créé en 822 par Abū al-Ḥasan ‘Alī ibn Nāfiʽ, un esclave noir affranchi, mieux connu sous le nom de Ziryāb (« Petit Oiseau noir »), une personnalité marquante de l’histoire de la musique arabo-andalouse60 : compositeur, chanteur, musicien, mais aussi astronome, arbitre des élégances et de l’art culinaire, très influent auprès d’‘Abd al-Raḥmān II61, il contribua à l’évolution des coutumes sociales, au passage d’un modèle romano-wisigothique à des modes de vie empruntés à la civilisation ‘abbāside62.

  • 63 Lombard (1971 : 194). Al-Maqqarī (1968, IV : 205-211) fournit des indications biographiques sur vin (...)

45D’autres femmes suivaient l’enseignement dispensé par leur propriétaire. C’est le cas d’Isrāq al-Suwaydā’ al-‘Arūḍiyya (m. vers 1058), une esclave noire de Valence, appartenant à Abū al-Muṭarrif. Elle apprit si bien l’arabe, la grammaire et la littérature que son érudition surpassa celle du maître dans de nombreux domaines, notamment en philologie, et qu’elle devint célèbre dans l’Espagne musulmane du xie siècle pour ses connaissances et son enseignement de la prosodie63.

  • 64 Ávila (1989 : 150). Dans cet article, Ávila dresse la liste, tant dans le domaine profane que relig (...)
  • 65 Goldziher (1971, II : 366). Marín (2000 : 126-128) considère que l’insistance sur le prestige relig (...)
  • 66 En arabe : wa l-ḥayawān mithl al-raqīq, cité par Rāġib (2002, XI : note 6).
  • 67 Abdeljaouad 2015, Ibn al-Yāsamīn et son poème algébrique, http://images.math.cnrs.fr/Ibn-al-Yāsamīn (...)

46‘Ābida al-Madaniyya (viiie-ixe siècle), une Africaine esclave (jāriya) de Muḥammad ibn Yazīd, connut elle aussi une renommée exceptionnelle. Originaire de Médine, comme son nom l’indique, elle excellait à mémoriser les traditions prophétiques apprises auprès des juristes de la ville. En raison de son savoir, Muḥammad ibn Yazīd l’offrit à un parent, un éminent spécialiste andalou de ḥadīths, Ḥabīb b. al-Walīd al-Marwānī dit Daḥḥūn (m. 815), venu en pèlerinage aux lieux saints. Daḥḥūn fut si impressionné par la culture et l’intelligence d’‘Ābida qu’il la prit comme concubine, puis comme épouse, avant de retourner vivre avec elle à Cordoue. Selon al-Maqqarī, ‘Ābida al-Madaniyya aurait retenu pas moins de dix mille ḥadīths64. Elle devint ainsi l’un des vecteurs majeurs de la transmission de la pensée juridique de Mālik ibn Anas dans Al-Andalus et du développement de l’école juridico-religieuse malékite65. Quel ironique retournement du sort lorsqu’on sait que ledit Mālik ibn Anas assimilait l’esclave à l’animal66 et considérait l’un et l’autre comme des marchandises. Parmi les sommités métisses d’Al-Andalus, Ibn al-Yāsamīn (m. en 1204 à Marrakech) fut remarquable. Il polémiquait souvent avec ses compagnons au sujet de la couleur de sa peau qui était, selon Ibn al-Sa‘īd al-‘Andalusī, « noire comme sa mère ». Il bénéficia d’une formation scientifique supérieure à Séville, capitale occidentale de l’Empire almohade. Apprécié des califes, il fut reconnu par ses contemporains en tant que poète et mathématicien. Sa notoriété tenait à l’extraordinaire diffusion de son poème didactique sur l’algèbre (al-Urjūza fi’l-jabr wa’l-muqābala), enseigné et commenté jusqu’au xixe siècle67.

47Les analyses dominantes à propos du travail servile dans le monde musulman défendent l’idée qu’il n’aurait nullement servi, contrairement au monde atlantique, à maximiser la production pour le marché. Il n’aurait fait que rendre plus confortable la vie des propriétaires d’esclaves, possesseurs de serviteurs et de concubines. En réalité, rien ne justifie l’exclusion de l’esclavage domestique de la sphère économique (Grenouilleau 2010).

  • 68 Maxime Rodinson (1966 : 70-73) remarque, reprenant une idée de Shelomo Dov Goitein, que la « domina (...)
  • 69 Elle-même devenait libre à la mort du maître, s’il ne l’avait pas affranchie auparavant. Dans le ca (...)
  • 70 Le fait de trouver aujourd’hui dans les sociétés post-esclavagistes, notamment du Maghreb, des comm (...)

48Certes, l’esclavage en pays musulman n’avait pas pour finalité essentielle d’organiser le travail forcé. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles, à l’inverse de l’Europe lors de son expansion coloniale, l’institution esclavagiste ne contribua pas dans le monde arabo-musulman au développement d’un capitalisme endogène, en dépit de l’existence d’un secteur précapitaliste68. Qui plus est, les sociétés coloniales atlantiques et le monde arabo-musulman poursuivaient des desseins totalement opposés : si l’assimilation faisait horreur aux premières, le second, à travers une demande soutenue en esclaves, visait non seulement à compenser la diminution continuelle de la population servile sous l’effet d’un fort taux de mortalité, mais encore à contrebalancer les incitations religieuses à la manumission, la naissance d’enfants de statut libre (ceux de la concubine69) et l’intégration progressive des femmes par intermariage70. Cette forme d’émancipation de l’élément servile féminin, radicalement différente du paradigme atlantique, entraînait une forte mobilité sociale. Nous pouvons même faire l’hypothèse qu’elle instaurait, du fait de sa fréquence, une dimension structurelle de la famille et un trait fondamental des sociétés ayant l’islam en partage.

  • 71 Sur les raisons de ce silence et du déficit d’études sur l’esclavage des Africains subsahariens dan (...)
  • 72 Durugönül (2003). Sur la manière pour le chercheur de récupérer les voix des assujettis dans le mon (...)

49Dans les sociétés musulmanes post-esclavagistes, post-ottomanes ou postcoloniales du pourtour méditerranéen, la mémoire de l’esclavage occupe une place subalterne, en raison d’une culture du silence et d’une amnésie sociale71. Les populations autrefois subordonnées, souvent marginalisées, rendues ainsi invisibles, furent « oubliées » dans la construction des récits nationaux, leur histoire même déniée, comme en Turquie. Pendant la période ottomane comme après, les Africains et leurs descendants furent tenus pour des Turcs musulmans : en conséquence, ils tendent à être effacés de l’histoire du pays72.

50Cependant, les esclaves ou affranchis d’origine subsaharienne demeuraient attachés à l’élément le plus caractéristique de leur identité africaine, un culte confrérique noir. Partout répandu, il se pratiquait avec d’importantes variations locales : stambali ou bori en Tunisie, diwan en Algérie, derdeba au Maroc, zār en Libye, en Turquie, en Égypte, en Palestine... (Khoury 1980 ; Montigny 2002 ; Hunwick 2004 ; Montana 2004 ; Sebiane 2014 ; El Hamel 2013 : 270-296). Pour ces populations déportées, le culte confrérique, animé par des musiciens thérapeutes, conservateurs d’une identité propre, constitua une réponse, sur le plan culturel, à l’assujettissement. La musique permit de préserver des formes sociales ritualisées, de panser des blessures et de maintenir un lien avec la terre natale. La marginalisation progressive du culte sous l’effet d’un discours religieux de plus en plus réprobateur, associée à l’occultation de la traite et donc à l’effacement des raisons mêmes de la présence africaine, provoqua la déliquescence puis la folklorisation d’une musique expurgée de ses traits africains. Simultanément, l’hégémonie culturelle de la société d’accueil et les efforts des Afro-descendants pour se conformer à la culture dominante (appropriation de la langue arabe, berbère ou turque, de la morale et des codes tribaux) ont conduit à une assimilation progressive.

51Pourtant, la rémanence du stigmate demeure (Khiat 2012). Une idéologie de l’inégalité raciale fondée sur la couleur de la peau, conjuguée à la dérive sémantique du mot arabe ‘abd, esclave, perdure à l’encontre de toutes les diasporas. L’usage toujours courant du terme ‘abd ravive les plaies du passé, réitère des marqueurs sociaux négatifs, justifie l’exclusion économique, contrecarre les évolutions sociales, et entrave l’intégration dans les sociétés d’accueil.

  • 73 Meouak (2012 : 53). La Tunisie, premier pays musulman à avoir aboli l’esclavage en 1846 (Botte 2010 (...)

52Au Maghreb, avec l’arrivée de nombreux migrants subsahariens, l’emploi nouveau du mot nīgrū, arabisation du français « négro », n’a pas fait pour autant disparaître la vieille injure raciste de kaḥlūsh (même sens)73.

Les esclaves noirs dans l’espace chrétien

  • 74 Par exemple, en 1425, les Portugais s’emparèrent, en vue de Larache, d’une embarcation où se trouva (...)
  • 75 La même nécessité s’était imposée aux États de la couronne d’Aragon, à la fin du xiiie siècle. Sans (...)
  • 76 Luttrell (1965 : 64 ; Soyer 2010 : 495, 497, 501, 505). Parmi les produits vendus aux foires de Gui (...)

53Au Portugal, où la reconquête s’acheva dès 1249 (prise de Faro), l’esclavage blanc était devenu plus rare et, par conséquent, plus urgente la nécessité d’y substituer d’autres sources que celles, insuffisantes, de la guerre de course74 et de l’implantation au Maroc (conquête de Ceuta en 1415)75. Il ne faut toutefois pas ignorer qu’un nombre substantiel d’esclaves musulmans vivait au Portugal entre le xiie et le xve siècle (Soyer 2007, 2010). Certains, venus d’au-delà de la mer (d’allem maar) étaient dits « musulmans noirs de Guinée » (moros negros de gujne). Dès le xiiie siècle d’ailleurs, des Maures vinrent vendre des esclaves subsahariens aux foires de Guimarães, les échanges commerciaux avec le Maroc se maintenant grâce à des réseaux marchands liés à la diaspora andalouse76. Ces esclaves étaient non seulement possédés par des Portugais chrétiens mais aussi par des musulmans libres (mouros forros) restés sur place.

54L’arrivée à Lagos, en Algarve, le vendredi 8 août 1444, des premiers esclaves africains préfigurait une traite atlantique exercée à grande échelle, concentrée entre les mains de la Couronne et de négociants spécialisés qui bénéficiaient de privilèges et de concessions. Elle se superposait aux traites méditerranéennes médiévales et aux traites transsahariennes séculaires, sans pour autant les remplacer. De fait, les Portugais développèrent la traite, en modifièrent la pratique, en réorientèrent les routes en allant chercher les esclaves directement en Afrique et en les introduisant en Europe par la voie maritime, sans les intermédiaires musulmans du transport caravanier. Ce déplacement progressif des circuits d’échange, de la Méditerranée à l’Atlantique, fonda historiquement les rapports Nord-Sud et fit entrer l’Afrique dans un nouveau processus de mondialisation (Botte 2001).

55Cet essor de la traite atlantique est à mettre en relation avec l’avancée des Turcs en Europe orientale. La prise de Constantinople (1453) fermait aux colonies génoises et vénitiennes de la mer Noire les marchés d’esclaves blancs et asiatiques ; tandis que l’achèvement de la reconquête dans la péninsule Ibérique (chute de Grenade en 1492) mettait fin à la prise de captifs musulmans sur le sol européen.

  • 77 Mota (1979) avance cette date comme étant celle du basculement d’une traite à l’autre, soit le remp (...)
  • 78 Lettre royale de D. Afonso V du 3 juin (Oliveira 1885, I : 327).
  • 79 Aux Canaries, jusqu’au premier tiers du xvie siècle, la majorité des esclaves noirs provenaient enc (...)

56L’inversion des flux d’arrivées d’Africains entre routes transsahariennes et routes maritimes intervint probablement vers 1460. À Valence, pour la première fois, le nombre des esclaves africains mis en vente surpassa alors celui des esclaves blancs77. À Lisbonne, la même année, un décret municipal établit une distinction entre esclaves noirs (negros) et esclaves blancs (mouros)78. De fait, le changement des routes de la traite affectait la composition de la population servile dans toute l’Europe méridionale : l’esclavage allait devenir majoritairement subsaharien79.

  • 80 Après cette date, la traite se dirigea massivement vers le Brésil où se développait une économie su (...)
  • 81 Le Cap-Vert et São Tomé essentiellement. Les Canaries, Madère et les Açores étant surtout des colon (...)
  • 82 À partir de la seconde décennie du xvie siècle, l’Amérique devint le meilleur client du marché d’es (...)
  • 83 Sur les différents sens du décret de 1761 et sur la construction du mythe selon lequel l’esclavage (...)

57Jusqu’aux environs de 1550, l’Europe fut la principale destination de la traite atlantique80. Celle-ci ne se dirigea pas d’emblée vers les Amériques, selon l’idée communément admise, mais vers la péninsule Ibérique et gagna, à partir de là, l’Italie méridionale puis, enfin, les îles intertropicales atlantiques81. Elle atteignit rapidement un volume important que les exportations vers l’Amérique ne dépassèrent pas avant la fin du xvie siècle, voire le début du xviie siècle. Une partie de ces exportations était d’ailleurs prélevée sur les stocks andalous et embarquée à Séville82. Cette traite atlantique vers l’Europe se poursuivit jusqu’à son abolition officielle au Portugal en 1761 (mais l’esclavage, lui, continua83).

  • 84 Ballong-Wen-Mewuda (1988 : 122-123, 137) ; Wilks (1982). Dès 1510, les Portugais déploraient la con (...)

58En parallèle, jusqu’au milieu du xvie siècle, les flux se dirigèrent aussi vers l’Afrique, précisément de São Tomé à São Jorge da Mina (Shama), dans l’actuel Ghana. Il y existait une demande locale antérieure à l’arrivée des Portugais, que ceux-ci satisfirent en vendant des esclaves aux producteurs d’or akan. Entre 1482 et 1550, plus de 30 000 esclaves virent ainsi leur force de travail exploitée dans l’économie régionale africaine, des esclaves de « premier choix » pour répondre aux critères extrêmement exigeants des acheteurs africains. Parfois, la demande était telle que les Portugais ne parvenaient pas à la contenter84. Ils devaient acquérir des esclaves à Arguin, ayant transité par la voie transsaharienne, et les réexpédier par bateau à São Jorge da Mina.

  • 85 Stella (2000a : 64-65, 79). Selon les calculs de Godinho (1991 : 161), de 1441 à 1505, entre 136 00 (...)
  • 86 Un chiffre sans doute au-dessous de la réalité, à cause d’un flux parallèle d’approvisionnement du (...)

59Confronté à l’impossibilité d’en chiffrer précisément le volume, Alessandro Stella propose une estimation du nombre d’Africains noirs déportés vers la péninsule Ibérique, de 1450 à 1750, comprise entre 700 000 et 800 00085 – dont 350 00 à 400 000 au Portugal, selon Didier Lahon86. Un ordre de grandeur imposant, qu’il convient de comparer avec les 360 000 esclaves de même origine envoyés aux Amériques espagnoles entre le début du xvie siècle et le milieu du xviie et dont l’ampleur se mesure également au regard des 600 000 à 650 000 esclaves introduits dans les États esclavagistes du Sud des États-Unis entre 1621 et 1808.

  • 87 Oran sous domination espagnole (1509-1708, 1732-1792), et les autres villes de la côte maghrébine p (...)
  • 88 Un capitaine de galère au service du souverain pontife comparant les qualités de rameurs des Maures (...)

60Pour autant, la population servile ne se composait pas uniquement d’esclaves achetés et acheminés depuis les littoraux africains atlantiques par les Portugais. Au cours de cette période, le « modèle » méditerranéen, reposant sur la prise de captifs et la saisie de butins, continua de pourvoir la péninsule Ibérique en esclaves de toutes provenances. Les captures de Barbaresques, de Maures ou de Turcs lors de la guerre de course s’ajoutaient aux produits des razzias terrestres effectuées depuis les présides espagnols en Afrique du Nord87 ou pendant des opérations guerrières telles que l’expédition à Tunis en 1535, la répression en Andalousie des morisques des Alpujarras en 1568-1571 (25 000 à 30 000 esclaves), ou encore la bataille de Lépante, en 1571. Pour donner un ordre d’idée, les prises d’Oran (1509) et de Tripoli (1510) fournirent respectivement 8 000 et 10 000 prisonniers. Aussi faut-il adjoindre aux esclaves déportés d’Afrique subsaharienne quelque 300 000 à 400 000 esclaves musulmans, dont près de la moitié fut employée sur les galères, un sort dramatique auquel échappaient la plupart des esclaves subsahariens, l’expérience ayant montré qu’ils ne pouvaient y être utilisés efficacement en raison d’un taux trop élevé de mortalité88.

  • 89 La conversion idéologique par le baptême ne supprimait pas la condition servile et, donc, ne faisai (...)

61Ces cohortes s’accroissaient des centaines de milliers d’enfants, noirs ou mulâtres, nés sur le sol ibérique de mère esclave. Dans les paroisses andalouses et portugaises de l’époque moderne, ces enfants représentaient 5 à 10 %, voire parfois le quart des baptêmes89. Au Portugal, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les esclaves dits de première génération, toutes origines confondues (y compris ceux expédiés depuis les côtes orientales de l’Afrique), n’atteignaient sans doute plus que 25 à 30 % de l’ensemble de la population africaine. Les autres, esclaves, affranchis, libres, noirs ou mulâtres, nés sur place, étaient dits « naturels du royaume ». C’est pourquoi le chiffre de deux millions de personnes ayant été propriété d’autrui, ayant vécu, trimé et fini leur vie dans la péninsule Ibérique et les îles de l’Atlantique apparaît vraisemblable pour l’époque moderne (Stella 2000a : 79).

62Les côtes africaines, successivement ou de manière concomitante, étaient jalonnées de différents entrepôts de stockage des esclaves à destination du Portugal : Arguin (Mauritanie, ca. 1448), Santiago du Cap-Vert (1458) – qui se rattachait à la région côtière de Sénégambie et Sierra Leone –, São Jorge da Mina (Ghana, 1481), et l’île de São Tomé dans le golfe de Guinée (1486).

63La diversité ethnique des esclaves africains mis sur le marché par les Portugais était donc considérable. À Lisbonne, en 1587, alors que la majeure partie d’entre eux provenait seulement de la région Sénégambie-Sierra Leone, le jésuite Inácio Martins dénombra vingt « nations » africaines auxquelles il devait transmettre dans leurs langues la doctrine chrétienne, ces nations ayant elles-mêmes des difficultés à se comprendre entre elles. Il fit alors appel aux maiores (« principaux ») de ces nations, représentés dans la capitale, pour délibérer de son enseignement : un millier de noirs sous douze bannières différentes se présentèrent à lui accompagnés de leurs porte-parole (Lahon 2001a : 141-142, 2001b : 585 ; Lowe 2015). Tout ici impressionne : la foule immense rassemblée, l’organisation structurée en groupes ethniques ou linguistiques que l’on devine et, par-dessus tout, ce qui s’apparente à une forme de co-gestion du fait religieux.

  • 90 À Séville, lors du recensement de 1565 réalisé par des ecclésiastiques, les esclaves (6 327), major (...)
  • 91 López García (2016). Au xviie siècle (entre 1650-1700), toujours à Madrid, ils représentaient 22,33 (...)

64L’essor de l’esclavage aux xvie-xviie siècles et sa pénétration croissante dans le tissu social furent suivis d’un progressif déclin au xviiie siècle, avant l’épuisement caractéristique de la première moitié du xixe siècle. Mais, entre la fin du xve siècle et la fin du xviie siècle, le phénomène était si répandu dans la moitié méridionale de la péninsule Ibérique90 que les esclaves noirs se rencontraient en dehors du cadre des villes côtières, dans les plus petits villages. Au Portugal, loin de montrer un affaissement numérique, la population servile noire se maintint jusqu’à l’interdiction de la traite, en 1761 (Lahon 2001b : 105). Et en Espagne, contrairement à l’idée répandue d’un déclin à partir du xvie siècle, l’esclavage culmina à Cadix dans la seconde moitié du xviie siècle, au point que son impact socioéconomique perdura au xviiie siècle (Stella 2012 : 301 ; Morgado García 2013a : 111-151 ; 2013b). Toutefois, à Madrid, au début du xviiie siècle, la majorité des esclaves vendus provenaient non de la voie transatlantique mais toujours du Maghreb, 20,83 % d’entre eux uniquement étant des subsahariens91. La première confrérie de noirs y fut d’ailleurs fondée tardivement, en 1747, à l’invocation de saint Benoît (Vincent 2008 : 249, 257).

  • 92 Aux Canaries, les esclaves n’étaient pas seulement présents dans l’industrie sucrière, mais égaleme (...)

65L’utilisation des esclaves en nombre significatif dans les villes de l’intérieur, comme Valence, Cordoue, Valladolid et Madrid (sièges successifs de la Cour), englobait tout le registre des tâches domestiques. Leur présence était réelle bien que plus rare en Galice, au pays Basque, en Aragon et en Catalogne (Fig. 3 et 4) (Graullera Sanz 1978 ; Cortes Lopez 1989 ; Azpiazu Elorza 1997 ; Larquié 1996 : 179-180 ; Martín Casares et García Barranco 2011 ; Fonseca 2002 ; Henriques 2011, Gómez de Valenzuela 2014 ; Zapater Oliva 2018...). Dans les villes du sud telle Séville, les esclaves formaient un véritable sous-prolétariat (Franco Silva 1992 : 5-97). À Malaga comme à Almeria, la population dépendait largement du travail servile92 et, à Cadix, au moins durant le xviie siècle, ce travail était indispensable à beaucoup de propriétaires d’esclaves, qui les louaient à la journée et prélevaient une partie de leur salaire (Vincent 2010 : 60). À Madrid, siège de la Cour, où les esclaves étaient massivement utilisés par les nobles (89 %) puis par les bourgeois les plus riches (9,41 %) et les religieux (1,76 %), les emplois peu qualifiés (porteurs d’eau, rémouleurs, colporteurs, manœuvres) étaient occupés par des étrangers libres, en particulier des Français (Larquié 1996 : 192).

66Fig. 3 : Esclave transportant une outre de vin en Castille, 1529.

La légende précise : « S’ils fuient leur maître, ils doivent ensuite travailler et porter des chaînes ». Christoph Weiditz, Das Trachtenbuch, Hs. 22474, f o22. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.

Fig. 4 : Deux esclaves avec un fer au pied droit.

Fig. 4 : Deux esclaves avec un fer au pied droit.

Légende : « manière de puiser de l’eau douce pour les navires sur le port de Barcelone, 1529. » Christoph Weiditz, Das Trachtenbuch, Hs. 22474, f o73-74. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.

  • 93 Essomba (1981 : 111). Mais à Valence, la culture de la canne à sucre qui commence au début du xve s (...)

67L’abondance des esclaves africains créa une rupture avec les paramètres antérieurs et en fit spectaculairement chuter les prix, de moitié, voire des deux tiers, à partir de la fin du xve siècle (Furió 2006 : 261). La possession d’esclaves gagna ainsi tous les secteurs et concernait tous les groupes sociaux. Le système esclavagiste se déploya dans le cadre d’une organisation sociale seigneuriale et encore féodale quasiment jusqu’au xviiie siècle, époque à laquelle se mit en place une société de classes de type moderne. Il se développa au sein des structures sociales métropolitaines et non pas selon un modèle colonial, à l’exception des îles atlantiques, Canaries (Lobo Cabrera 1982) et Madère, où la culture de la canne à sucre coïncidait avec une économie de plantation93. Dans ces espaces, toutefois, les esclaves travaillaient conjointement avec des affranchis et des immigrés portugais et espagnols libres, salariés ou sous contrat de colonat (Lobo Cabrera 1982 : 231 ; Stella 2000a : 37 ; Phillips 2014 : 114).

  • 94 Les salines, exploitées jusqu’au milieu du xxe siècle, sont le seul endroit où vivaient encore des (...)
  • 95 C’était très peu le cas en Espagne où la main-d’œuvre agricole libre était « moins chère, plus nomb (...)
  • 96 À Séville, au xviie siècle, les ordres religieux vendaient plus d’esclaves qu’ils n’en achetaient, (...)
  • 97 Il existait aussi de nombreux esclaves servant comme marins, interprètes, médiateurs entre les capi (...)
  • 98 En Espagne, pour Cordoue, entre 1600 et 1621, Ndamba Kabongo (1975 : 142) dénombre les acheteurs d’ (...)

68Au Portugal, les esclaves étaient exploités dans les vastes domaines céréaliers royaux et les grands moulins à grain du Vale de Zebro, ainsi que dans les salines et les rizières de la région du Sado94. En Espagne, au xvie siècle, on les employait de surcroît dans les mines : de mercure (Almadén) (Benítez Sánchez-Blanco 2011), d’argent (Guadalcanal), d’alun (Mazarrón) et également dans les salines (Ibiza, Cadix). Globalement, ils appartenaient à une multitude de petits propriétaires et travaillaient dans des entreprises agricoles ou artisanales familiales, dans les jardins et les vignes possédés par des citadins95. L’essentiel de l’activité agraire s’effectuait alors dans le cadre d’une modeste production paysanne de proximité. Par ailleurs, des couvents96, des monastères et des religieux, évêques, chanoines et même de modestes curés possédaient à titre individuel des esclaves, souvent octroyés par la Couronne. Des marins97, voire des ouvriers en disposaient parfois98.

69Il existait partout, sauf à Valence (Graullera Sanz 1978 : 127) une proportion quasi équivalente d’esclaves hommes et femmes, avec une légère prédominance de la composante féminine. Seuls les morisques comptaient un contingent de femmes très supérieur. Un schéma contrastant avec celui de l’Atlantique. L’historiographie, notamment en Espagne, négligea longtemps le caractère productif du travail servile féminin parce que ces esclaves étaient en général exclues des tâches salariées et extradomiciliaires. Elles trimaient, invisibles, y compris dans le secteur artisanal et le petit commerce alimentaire (Lobo Cabrera 1993 : 303-306 ; Periáñez Gómez 2010 : 298-302 ; Martín Casares 2000, 2014).

70Au Portugal, au xvie siècle, la pénétration de la main-d’œuvre servile dans tous les corps de la société atteignait une telle ampleur qu’elle se concevait comme « un des modes de vie des Portugais » (Godinho 1991 : 199-200). Le théologien-philologue Nicolas Clénard (Roersch 1940 : 32), dans une lettre d’Évora du 26 mars 1535, le constatait :

Tout est ici plein d’esclaves. Ce sont des nègres et des maures captifs qui font tout. Le Portugal est si peuplé d’esclaves que je croirais bien qu’à Lisbonne, il y a plus d’esclaves des deux sexes que de libres Portugais. À peine trouvera-t-on une maison qui n’ait, au moins, une servante esclave. Celle-ci achète au dehors tout ce qui est nécessaire, lave les vêtements, nettoie le carreau, enlève, au moment voulu, les ordures de toute espèce. Bref, elle est esclave et, à part le visage, ne diffère en rien des bêtes de somme.

  • 99 Pour 200 000 réis par an, de 1468 à 1475, à un riche marchand de Lisbonne, Fernão Gomes.
  • 100 Šašek (1577), compagnon de Leo Rožmitál, cité par Saunders (1982 : 28). Finalement, le roi détermin (...)

71Les contraintes économiques qui conduisaient le Portugal à importer des esclaves africains étaient si fortes que dès 1472-1473, lors des Cortes de Coimbra (Costa Lobo 1903 : 588-589), l’assemblée, d’une part, reprochait au roi Afonso V d’avoir affermé à un prix dérisoire le monopole du commerce de Guinée99 et, d’autre part, s’opposait à l’exportation d’« esclaves guinéens » hors du royaume – vers l’Espagne, en l’occurrence – afin de les réserver au marché national, « car ils [étaie]nt d’une grande utilité pour le défrichement des terres et des marécages ». Le point de vue agrarien de l’assemblée se heurtait au point de vue lucratif adopté par le roi. En 1466 déjà, le voyageur tchèque Václav Šašek avait constaté que le roi Alfonso V se refusait à restreindre l’exportation des esclaves dont il tirait, en les vendant à l’étranger, un profit supérieur « à tous les impôts levés dans son royaume100 ».

  • 101 Costa Lobo (1903 : 48) a calculé qu’entre 1497 et 1527, 80 000 hommes ont ainsi été retirés du marc (...)
  • 102 En réalité, le fait que les provinces du nord qui fournissaient le plus d’émigrants comptaient le m (...)

72De fait, les esclaves redessinèrent profondément le marché du travail, en comblant le dépeuplement notoire du pays dû à l’émigration massive des Portugais, partis chercher fortune outre-mer (Inde, Brésil, îles atlantiques101). Si les esclaves furent d’abord importés pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre et accomplir les travaux auxquels les émigrés souhaitaient échapper102, le modèle socioéconomique changea radicalement en un siècle. Devenu massif, l’emploi d’esclaves provoqua une augmentation du chômage des libres, en particulier parmi les ouvriers non qualifiés. Cette dégradation sociale donna lieu, en 1562, à une pétition adressée aux Cortes de Lisbonne par un groupe de citoyens « dévoués pour le bien commun » contre l’importation d’esclaves africains qui, de plus, « gaspill[ai]ent les vivres disponibles » et menaient une vie de « paresse, de vagabondage, de vol pour les mâles (machos) ou de prostitution, pour les femelles (fêmeas) (Saunders 1982 : 48, 88 ; Pereira Bayaõ 1737 : livr. I, chap. VIII : 43).

  • 103 Mendes (2008a : 52). À Séville, au xvie siècle, la situation des travailleurs vieux chrétiens était (...)
  • 104 C’est-à-dire qui abolit l’hérédité de l’esclavage. La loi de 1773 libère également tous les esclave (...)

73Leur abondance sur le marché du travail, notamment dans le secteur de la domesticité, fut source de disputes, les servantes blanches libres ne trouvant plus que difficilement un emploi103. C’est au cours de la première moitié du xviiie siècle que cette main-d’œuvre servile se diffusa profondément dans le tissu social et économique. L’interdiction d’importer de nouveaux esclaves noirs au Portugal par la loi du 19 septembre 1761 – tout en maintenant l’esclavage dans le royaume –, et la « Loi du ventre libre » du 16 janvier 1773, qui révoquait la transmission de l’esclavage par le ventre de la mère104 (les enfants d’esclaves nés après cette date étaient donc considérés comme libres), avaient comme motivation explicite la concurrence subie par la main-d’œuvre libre et poursuivaient l’objectif de réorienter la traite des esclaves de la métropole vers le Brésil. Néanmoins, la disparation graduelle de l’esclavage, après la loi de 1773, précipita certains secteurs, notamment les secteurs ruraux de l’Alentejo, dans de profondes difficultés économiques.

  • 105 12 % pour Lagos dans l’Algarve, 10 % pour Evora, entre 2 et 10 % pour les petites villes rurales du (...)
  • 106 Denucé (1937 : 30, 48) : Anvers où l’on trouvait après Lisbonne, « le plus grand nombre d’habitants (...)

74Si les noirs esclaves ou affranchis se trouvaient partout minoritaires au milieu du xvie siècle (2,5 à 3 % de la population totale), ils formaient une population omniprésente en ville105. Le premier recensement connu de la population lisboète mené par Cristóvão Rodrigues de Oliveira, en 1551, dénombra cent mille habitants, dont 9 950 esclaves, la plupart noirs ou mulâtres, faisant de Lisbonne la plus importante ville noire du monde luso-hispanique de l’époque. Selon Denucé (qui se trompe sur ce point) elle aurait été suivie par Anvers106, premier marché international de denrées africaines, où vivait une importante colonie de marchands portugais. Les minutes notariales y répertoriaient des esclaves noirs employés comme matelots, « libérés parfois en grande pompe, après avoir reçu le baptême ». Les femmes, pour leur part, étaient domestiques chez les marchands : « les capitaines de navire s’en f[aisaie]nt cadeau quand ils se rencontr[ai]ent en cours de route » (Goris 1925 : 31-32). Domestique, telle est la condition de Catherine (Fig. 5), vingt ans, la « négresse » de Rodrigo Fernandez d’Almada (secrétaire de João Brandão, facteur du roi de Portugal), dont Dürer exécuta le beau portrait en 1521, un visage plein d’humanité et de tristesse (Dürer 1993 : 18, 49).

Fig. 5 : Albrecht Dürer, Portrait de Catherine, 20 ans, 1521.

Fig. 5 : Albrecht Dürer, Portrait de Catherine, 20 ans, 1521.

Dessin à la pointe d’argent sur papier, 20 × 14 cm. Cabinet des dessins et estampes de la galerie des Offices, Florence.

  • 107 Vers 1550, chacune d’entre elles gagnait 40 réis par jour. Elle donnait 20 à 25 réis à son maître, (...)
  • 108 Soit 50 000 personnes, si l’on accepte son estimation de la population de la ville (250 000 habitan (...)

75À Lisbonne, les femmes étaient particulièrement nombreuses (Fig. 6 et 7) : « On en comptait mille cinq cents qui lavaient le linge ; mille autres, un panier sur la tête nettoyaient les rues où les habitants déversaient les ordures ménagères ; mille autres, les “négresses au pot” (negras do pote), fournissaient les habitations en eau107 ; quatre cents autres circulaient en vendant des fruits de mer, du riz cuit et des friandises », sans oublier celles qui étaient employées comme servantes (Oliveira 1987 [1551] : 101). Près de vingt-cinq ans après Cristóvão Rodrigues de Oliveira, en 1578, le marchand florentin Filippo Sassetti évaluait la population noire de Lisbonne à un cinquième des habitants108. Or, l’esclavage ne se limita pas aux xve et xvie siècles, comme pourrait le laisser entendre l’abondance de la littérature consacrée à cette période. En 1620, selon Verlinden (1955 : 837), la ville renfermait davantage d’esclaves encore qu’au siècle précédent. En ce qui concerne le xviiie siècle, quasiment délaissé par la recherche, Sweet (2013 : 236-237) estime, à partir des nombreux récits de voyageurs, à un cinquième de la population les esclaves ou descendants d’esclaves vivant à Lisbonne. Quant à Lahon (2004b : 73), il a calculé que le nombre de noirs lisboètes, entre la fin du xviie siècle et 1761, pouvait représenter jusqu’à 15 % de la population, soit 22 500 personnes sur un total de 150 000 habitants. Plus encore, à certaines périodes, les registres de sépulture de la paroisse Santa Casa de Misericórdia attestent que les défunts de couleur correspondaient à 17,8 % des personnes enterrées (Lahon 1999 : 50-51).

Fig. 6 : Hommes et femme noirs pêchant (apparemment, une tortue), probablement dans le Tage.

Fig. 6 : Hommes et femme noirs pêchant (apparemment, une tortue), probablement dans le Tage.

Panneau d’azulejos, xviie siècle. Palácio Fronteira, Fundação das Casas de Fronteira e Alorna, Lisbonne. Photographie Júlio Marques.

Fig. 7 : Femme, probablement une esclave, nettoyant le poisson [Mulher amanhando peixe].

Fig. 7 : Femme, probablement une esclave, nettoyant le poisson [Mulher amanhando peixe].

Décor de cuisine, panneau d’azulejos, xviiie siècle, 56 × 57,5 cm. ML.AZU.1152. Colecção do Museu de Lisboa/Câmara Municipal de Lisboa - EGEAC. Sur la représentation des noirs au Portugal sur les carreaux de faïence décorés (azulejos), voir Borges 2019.

76Le tableau de la Chafariz del Rey (Fig. 8), à Lisbonne, œuvre d’un anonyme flamand, met en scène les porteurs et vendeurs d’eau et les esclaves domestiques qui s’y approvisionnaient. On décompte 135 personnages de toutes les classes sociales, dont une trentaine figurent une origine subsaharienne (esclaves, affranchis ou libres). Au premier plan, un Africain à cheval, portant l’habit du prestigieux ordre de Santiago, fut longtemps considéré comme une affabulation du peintre. Il pourrait pourtant s’agir du portrait de João de Sá Panasco, un ancien esclave appartenant à la maison du roi D. João III. Membre de l’ordre pour service rendu à la Couronne, lors de la prise de Tunis par Charles Quint, il fut rendu célèbre par son humour (Saunders 1981 ; Jordan 2005 : 159-161 ; Fonseca 2010 : 432-433). Jeux de mots, métaphores, ironie mordante, maniement subtil de la langue portugaise et autodérision faisaient de ce « noir plein d’esprit » un intellectuel brillant provoquant l’étonnement de la société, car en totale contradiction avec les stéréotypes raciaux du xvie siècle (Saunders 1981 : 180, 185, 188).

Fig. 8 : Tableau dit « Chafariz d’el Rey »

Fig. 8 : Tableau dit « Chafariz d’el Rey »

ca.1560 et 1580, huile sur toile 93 × 163 cm, Museu Colecção Berardo, Lisbonne. Pour une datation révisée de cette œuvre ca 1530-1540, voir Jordan 2005 : 159 ; voir également Neto 2019.

  • 109 Dutra (2010). Sur la légitimation, entre 1560 et 1577, d’enfants métis nés des relations illégitime (...)

77Quant au port de l’habit de Santiago, s’agit-il d’un destin exceptionnel ? Pas vraiment, puisque sept noirs furent faits chevaliers : trois dans l’ordre de Santiago (au xvie siècle) parmi lesquels João de Sá Panasco, un dans l’ordre d’Avis (en 1580) et trois dans l’ordre du Christ (tous en 1609). De plus, vingt-sept hommes décrits comme mulâtres ou descendants d’esclaves africains devinrent chevaliers entre 1608 et 1731109. Au Portugal, où ces ordres militaires étaient les gardiens de la pureté de sang, la couleur de peau était discriminante et il fallait par conséquent obtenir une dispense pour les intégrer. Toutefois, la pureza de sangue ne prévalait pas sur le critère de qualité pour accorder la dispense.

  • 110 Il exista aussi en Sicile, à Messine, à partir de 1584, une confrérie des esclaves noirs implantée (...)

78Dans la péninsule Ibérique, les noirs christianisés, esclaves ou affranchis, avaient la possibilité de former une confrérie de dévotion110 – ou confrérie de pénitence – disposant d’une organisation autonome et d’une personnalité juridique. Certes, les confrères, libres ou assujettis, représentaient une minorité de la population noire, mais l’existence même de la confrérie, ses manifestations dans l’espace public et le soutien qu’elle apportait aux personnes lors de procès entraînaient la visibilité de l’ensemble de la communauté noire et la reconnaissance d’une certaine identité collective (Moreno 1997 : 62, 477 ; Blumenthal 2005).

  • 111 Dès 1247, une enluminure (fol. 242 v°), dans une compilation juridique aragonaise, les Fueros del R (...)
  • 112 On pense ici au retable du maître-autel de la cathédrale de Tarragone (entre 1426 et 1434). Le scul (...)
  • 113 Officiellement créée le 20 mars 1455 en l’église paroissiale de Sant Jaume. Les membres sont présen (...)

79La genèse de ces confréries constitue un bon indicateur des courants de traite comme de l’ancienneté d’une diaspora africaine involontaire. Ainsi, les esclaves transportés par mer depuis al-Barca en Cyrénaïque devaient être particulièrement nombreux en pays catalano-aragonais puisque, vers le milieu du xve siècle, on trouvait à Barcelone une confrérie des chrétiens noirs111, « ouverte à tous les nègres libres, ainsi qu’à leurs femmes et enfants112 et à toutes autres personnes libres [affranchies]. Les non-libres [étaie]nt également admis à condition qu’ils aient l’autorisation de leurs maîtres113. »

80Sur la présence des noirs en Catalogne, Iván Armenteros a analysé les mutations structurelles démographiques, économiques et sociales intervenues sur le marché d’esclaves de Barcelone. Ce marché traditionnel, ancré dans l’expérience médiévale chrétienne méditerranéenne, s’était adapté au nouveau contexte de la traite atlantique. À un esclavage majoritairement subsaharien et masculin jusqu’au milieu du xve siècle – avec, pour les femmes blanches, une prédominance eurasienne et balkanique – allait en peu de temps se substituer, au cours du premier impact atlantique, une population servile abondante en provenance d’Afrique occidentale. Pour la période 1479-1516, sous le règne de Ferdinand II d’Aragon dit le Catholique, les esclaves noirs atteignaient 50,3 % de la population assujettie (dont 55,9 % d’hommes et 44,1 % de femmes). L’origine géographique de 41,6 % d’entre eux était inconnue. Celle des autres manifestait le changement de tendance engendré par l’essor du premier trafic atlantique dans le marché méditerranéen : désormais, 21,5 % seulement provenaient de Barca (Armenteros 2015 : 97-98, 133).

  • 114 Formée le 3 novembre 1472 et dévouée à Nostra Senyora de Gràcia, sous la supervision du couvent des (...)
  • 115 Irmandade de Nossa Senhora do Rosário dos Homens Pretos : Manuscrito iluminado 151, Biblioteca Naci (...)

81De son côté, la confrérie de Valence, comprenant une quarantaine de « Negros libertos », naquit essentiellement des flux atlantiques114. Il en fut de même pour la confrérie du Rosaire (Nossa Senhora do Rosário) de Lisbonne, fondée en 1460115 à l’initiative des dominicains, avec l’appui des autorités ecclésiastiques et du pouvoir royal, la première à apparaître au Portugal.

  • 116 La Hermandad de los Negritos, placée sous l’invocation de Nuestra Señora de los Ángeles. Pour une d (...)

82La plus ancienne de ces confréries, celle de Séville, commença à regrouper des noirs vers la fin du xive siècle116, soit plusieurs décennies avant la traite portugaise par l’Atlantique. La démarche s’inscrivait dans le cadre d’une société multiethnique – castillans, juifs, morisques, africains, mulâtres, gitans –, et dans un contexte politique visant à se préoccuper, au sein des classes populaires, des marginaux, des indigents et des plus vulnérables (invalides, vieillards, malades) selon un esprit de commisération chrétienne. C’est ainsi qu’à l’époque d’Henri III de Castille (1393-1406) et de l’archevêque de Séville Don Gonzalo de Mena y Roelas (1394-1401), fut fondée une maison-hôpital pour l’assistance aux noirs, associée à une confrérie comme il en existait d’autres dans les hôpitaux de la ville. Ortiz de Zúñiga (1796 : 40) releva l’importance d’un lieu capable de réduire l’altérité tout en construisant, sur le plan social, une identité ethnique : « Les Noirs de Séville ont été traités avec beaucoup de bonté depuis l’époque d’Henri III, leur permettant de se réunir pour leurs danses et fêtes les jours fériés [ce qui leur faisait] trouver le travail plaisant et mieux tolérer la captivité. »

  • 117 Ladero Quesada (1979 : 31) souligne pour Grenade, entre 1276 et 1325, l’importation courante d’escl (...)
  • 118 Pike (1967 : 345). Tunis était également une des voies d’approvisionnement. Ainsi, en 1403, des esc (...)

83Les Noirs, esclaves ou libres, étaient omniprésents, on l’a vu, dans Al-Andalus avant la reconquête de Séville (1248). Après la reconquête, la diaspora andalouse musulmane, très active dans les ports maghrébins, en particulier à Ceuta, associait marchands émigrés et coreligionnaires restés sous domination chrétienne (Valérian 2014). Ce réseau devait alimenter en esclaves le marché sévillan. Simultanément, des prises pouvaient provenir de Grenade au détriment du royaume nasride117, ou bien encore d’actes de piraterie en mer ou de pillages sur la côte nord-africaine. Ce fut précisément le cas de deux esclaves maures, un blanc et un noir, achetés sur le marché de Séville, en 1294, par le couvent portugais de Santa Maria de Almoster (Barbosa 1991 : 128, note 90). En 1332, ce même couvent vendit, peut-être s’agit-il des mêmes hommes, un esclave blanc (moro branco de color) et un esclave noir (moro negro de color e capel crespo ; Horta 1991 : 66, note 24). Par la suite, les chroniques chrétiennes attestèrent de la présence d’esclaves noirs au moins dès la fin du xive siècle. Des marchands engagés dans la traite transsaharienne en achetèrent en quantité118. Un auteur constatait dans ce contexte que « le trafic d’esclaves noirs était commun dans cette ville, cela multipliait infiniment cette classe d’habitants, ils se retrouvaient pour danser les jours de fête avec la permission de leurs maîtres » (González de León 1852 : 142). Enfin, plus curieusement, de jeunes esclaves noirs, surtout des femmes, provenaient des monts de Barca. De la fin de 1439 à 1452, Carrère (1967 : 555) releva chez un unique notaire la trace de 44 de ces esclaves, 36 femmes et 8 hommes, vendus par des Barcelonais à des Sévillans. Il précisait que ces achats ressortissaient « d’un goût bien précis : les Andalous n’emmènent pas un seul esclave de race blanche ».

  • 119 Cette navigation était en fait celle d’interlopes castillans en violation du monopole portugais. Dè (...)
  • 120 (Souligné par moi.) Cédule des rois catholiques du 8 novembre 1474, citée par Moreno (1997 : 43-44) (...)
  • 121 Ortiz de Zúñiga (1796 : 78) ; Méndez Rodríguez (2011 : 29, 47). En 1556, le jésuite Juan Suarez rel (...)

84Par la suite, un ordre royal établit pour Séville et son archevêché un juge spécial « pour les noirs et mulâtres (loros), tant esclaves que libres », avec cette indication majeure : « Il y a des années que depuis les ports d’Andalousie la navigation a fréquenté les côtes d’Afrique et de Guinée d’où on a rapporté des esclaves noirs119, lesquels abondaient déjà dans cette ville120. » Ce magistrat ou mayoral, Juan de Valladolid, était lui-même un noir dont on ne sait rien sinon qu’il était attaché à la Cour et communément appelé « El Conde Negro » en raison de l’estime qu’on lui portait. La population noire était devenue si nombreuse que les rois catholiques avaient décidé de la placer sous leur contrôle. Trente ans plus tard, la charge fut exercée par Juan de Castilla, prenant officiellement le titre de « rey de los negros121 ».

85Rares jusqu’à la seconde moitié du xvie siècle, les confréries se multiplièrent par la suite. Au xviie siècle, elles étaient omniprésentes : toutes les villes, quelle que fût leur taille, en comptaient, et même plusieurs, pour certaines d’entre elles (Vincent 2000b : 21 ; Periáñez Gómez 2010 : 350-361 ; Fonseca 2016 ; Rowe 2019 : 46-86). Pareille diffusion témoigne de la capacité de la traite atlantique à approvisionner massivement les marchés péninsulaires en esclaves subsahariens, de la vitalité des diasporas noires et, surtout, de leur reconnaissance juridique par les autorités politiques et ecclésiastiques. On peut conjecturer que leurs membres visaient tout simplement à se soustraire au contrôle direct des maîtres, à se rencontrer en groupe librement et à manifester de la sorte une forme d’émancipation et d’autonomie (Moreno 1997 : 62). D’ailleurs, dans le document instaurant la confrérie des noirs de Valence, ceux-ci demandaient de « pouvoir se réunir quand c’est nécessaire sans permis spécial ». Ils voulaient aussi pouvoir acheter une maison pour y tenir leurs réunions (Gual Camarena 1952 : 464, 465). Celle-ci, une fois acquise, devint un lieu d’appui et de solidarité pour l’ensemble de la communauté noire (Blumenthal 2005).

86Et à Lisbonne, très habilement, esclaves et affranchis, sous prétexte de dévotion à la Vierge du Rosaire, se rassemblaient devant l’église de São Domingos pour traiter des intérêts de la communauté. Ils avaient obtenu d’y dresser une table sur le parvis, délimitant ainsi dans l’espace public une sorte de territoire désaliéné. Ils cherchaient, en outre, à obtenir des ressources (par des moyens que les autorités considéraient comme illicites) pour augmenter les fonds de la confrérie destinés aux manumissions (Tinhorão 1988 : 143-144).

87Dans une société rigide soumise aux ordres militaires et religieux, Nossa Senhora do Rosário se singularisait comme une des rares institutions de Lisbonne à ne pas pratiquer de discrimination sociale. Le dominicain Frai Nicolau Dias nota que tout individu, noir ou blanc, sans distinction de statut, de fortune ou de sexe pouvait en devenir membre (Dias 1573 : 45 ; Lahon 2000 : 284). Elle acceptait explicitement les esclaves – en vertu de l’universalisme chrétien initial dont la Vierge du Rosaire est le symbole – et, au moins au xvie siècle, n’excluait personne au prétexte de la « pureté de sang (limpeza de sangue) ».

88Vers 1520, cependant, un long conflit éclata au sein de la confrérie du Rosaire, opposant les blancs et les noirs, notamment sur les privilèges relatifs à la liberté des esclaves. La querelle aboutit, en 1565, à une scission entre une aile noire et une aile blanche qui coexistèrent jusqu’à l’exclusion des membres noirs au début du xviie siècle. La dégradation de l’attitude de la société à l’égard de l’intégration des esclaves, des affranchis et de leurs descendants débordait de beaucoup du cadre des confréries : la question du métissage se posait alors en termes raciaux (Lahon 2001a : 171-172).

89À Séville, au xviie siècle, il existait une animosité générale à l’encontre des noirs, des mulâtres et de leurs confréries (Rodríguez Mateos 1995 ; Moreno 1997 : 83-85). Lors des cérémonies religieuses auxquelles participaient les confréries, comme celle du Corpus Christi, les membres noirs, surtout les femmes qui défilaient tête découverte, devaient subir toutes sortes de vexations verbales d’une partie du public blanc (Mira Caballos 2014 : 73-74 ; Rowe 2019 : 105-116).

  • 122 À Séville, où la concurrence pour l’emploi, y compris les emplois non qualifiés, affectait les rela (...)

90Il en allait de même au Portugal, où les sujets blancs ridiculisaient les confrères noirs par des éternuements simulés122 au passage de leur procession. Dans ce pays, cependant, la famille royale encourageait publiquement ces manifestations cultuelles. Ainsi, en avril 1744, le roi (João V) et la reine honorèrent de leur illustre présence la confrérie des noirs de Nossa Senhora de Guadalupe qui célébrait saint Benoît. En retour, la confrérie conféra au roi le titre honorifique de Juiz perpetuo, chacun dans cette affaire utilisant l’Église catholique pour atteindre des objectifs bien éloignés de la dévotion ou de la spiritualité apparente affichée (Sweet 2013 : 245).

91À Cadix, au xviiie siècle un long conflit (1734-1784) opposa la confrérie des noirs et les autorités ecclésiastiques et civiles de la ville. Les confrères noirs soulignaient la discrimination raciste qui pesait sur eux « en raison de la disgrâce de leur couleur » (Stella 2000a : 124-126 ; 2012 : 300-301). Des prohibitions intervenaient également afin d’empêcher l’entrée des noirs dans les confréries de blancs, mais ce système souffrait des exceptions : ainsi de la confrérie de Vera Cruz de Llerena où un esclave noir fut admis, en 1570, pour... y jouer de la trompette pendant les processions (Periáñez Gómez 2010 : 352).

92En 1579, à Barcelone, un conflit éclata au sein de la confrérie de Sant Jaume entre les noirs et les blancs, ces derniers ne tolérant plus que les confrères noirs, libres et esclaves, eussent le privilège du maître-autel dans leur propre paroisse en raison de l’antériorité de leur association (Armenteros 2015 : 401-402).

93La récitation du rosaire par mémorisation (quinze dizaines de grains) rendit la dévotion mariale très populaire parmi les esclaves et les affranchis noirs, venus de sociétés à tradition orale. Pour Saunders (1982 : 152), le rosaire aurait été perçu par les Africains comme une sorte de substitution aux objets fétiches auxquels ils étaient habitués. Il remarque que les indulgences spirituelles et les privilèges pouvant être obtenus en appartenant à la confrérie et en récitant le chapelet étaient considérables, y compris l’indulgence plénière accordée aux confrères une fois au cours de la vie et de nouveau in articulo mortis. Cet aspect magique se rapprochait singulièrement de l’organisation des sociétés secrètes caractéristiques de l’Afrique de l’Ouest.

  • 123 Dans une Carta régia du 13 novembre 1515 adressée à la Chambre de Lisbonne, le roi Manuel Ier const (...)

94Quoi qu’il en fût, le prosélytisme des dominicains visait à engager un processus d’acculturation et d’assimilation et les confréries religieuses furent, de fait, un vecteur majeur de l’intégration sociale des Africains dans les sociétés chrétiennes ibériques. La confrérie était le lieu par excellence de la sociabilité dans la mesure où s’ajoutait aux pratiques dévotionnelles un esprit de fraternité et d’entraide mutuelle, favorisé par l’autonomie financière de l’organisation : faire la charité aux confrères pauvres, secourir les malades, inhumer chrétiennement les morts123 (voir Fig. 9), réunir les sommes nécessaires au rachat de confrères esclaves relevaient de ses missions.

Fig. 9 : Cimetière d’esclaves, Lagos, Portugal.

Fig. 9 : Cimetière d’esclaves, Lagos, Portugal.

Lors de fouilles archéologiques à Lagos, en 2009, furent découverts 155 squelettes d’hommes, de femmes et d’enfants africains, datant du milieu du xve siècle pour les plus anciens et du xviie siècle pour les plus récents. Tous les corps avaient été comme « déversés », sans respect aucun des règles religieuses d’inhumation de l’époque. Le squelette photographié (individu 114) ici avait eu les mains liées derrière le dos. Museudigitalafroportugues, O cemitéro de escravos de Lagos et Neves. Voir Almeida et Ferreira (2009) ; Sweet (2013 : 233-35). Photo : Dryas Arqueologia.

  • 124 Ou cortados. Certains exerçaient un métier fort apprécié qui exigeait une qualification : organiste (...)
  • 125 Au xviiie siècle, il existait à Lisbonne sept confréries qui se chargeaient de la défense de leurs (...)

95Au fur et à mesure que se diversifiait l’institution esclavagiste, des formes de servitude difficiles à définir en termes juridiques se multipliaient : affranchis sous condition – rester au service du maître ou de ses héritiers pendant un certain nombre d’années ; liberté révoquée en cas d’« ingratitude » du vivant de l’ancien maître ; refus des héritiers de libérer l’esclave selon la volonté du défunt maître –, esclaves loués à la journée124, acquisitions illicites, dés-affranchissement de libres de couleur, sans parler des maîtres qui faisaient aux esclaves des promesses d’émancipation qu’ils ne tenaient pas. Or, rien n’était prévu, dans la législation, pour encadrer ces statuts sociaux intermédiaires qui, instables, oscillaient entre condition extrême de dépendance et grande autonomie, entre servitude et liberté. Cette indétermination dans la jouissance de la liberté se révélait particulièrement marquée pour les affranchis sous condition. Les innombrables contraintes qui bridaient leur marche vers l’indépendance composaient une sorte de « liberté en viager » (Lahon 2001a : 166) ou d’« esclavage à temps » (Stella 2000a : 158). Dans ce vide juridique, les confréries et leurs avocats jouaient un rôle essentiel pour faire valider la légitimité de la liberté contre la résistance des maîtres au cours de nombreux procès devant la Casa da Suplicação, ou tribunal suprême du royaume portugais125.

96En réalité, très tôt, dès la fin du xve siècle à Valence, les confrères s’étaient familiarisés avec les lois et les coutumes de leurs maîtres. En assimilant les codes juridiques comme celui du royaume de Valence (Furs de València), ils devenaient à même de négocier les termes de leurs contrats de manumission et de traduire leurs propriétaires en justice lorsqu’ils considéraient que leur revendication légitime de liberté avait été violée selon les préceptes du droit. Debra Blumenthal (2005 : 233-241) détaille magistralement l’intervention de la confrérie de Valence, durant deux procès intentés par des femmes noires, Ursola et Johana, l’une pour faire reconnaître sa manumission, l’autre pour la faire accepter.

  • 126 Moreno (1997 : 54), qui signale l’existence de vingt et un groupes de danses à Séville ; voir aussi (...)
  • 127 Tinhorão (1988 : 172-184). Il en allait de même en Espagne (Méndez Rodríguez 2011 : 55-61). Sur la (...)

97Reconnaissance suprême, les confréries noires défilaient aux côtés des corporations de métier et des ordres militaires ou religieux pendant les grandes cérémonies du calendrier liturgique. Leurs chants et leurs danses (zarabanda, chacona, guineo, paracumbé), affirmation fondamentale d’une identité propre en terre d’exil126, étaient particulièrement prisés, comme lors des fêtes du Corpus Christi127 (Fig. 10). La traite atlantique était à peine engagée que déjà, dans les cours royales, des musiciens noirs participaient aux cérémonies marquantes (Fig. 11). Des danses exotiques rythmaient même les festivités : ces premières manifestations de blackfaces sont attestées en 1451, lors du mariage d’Éléonore de Portugal avec Frédéric III de Habsbourg et, en 1455, de celui de Jeanne de Portugal avec Henri IV de Castille. C’étaient des danses de blancs travestis en Africains comme ces centaines d’hommes, aux noces de Jeanne de Portugal, dirigés par un « roi de Guinée » stéréotypé. Une danse populaire, la morisca, avec des danseurs grimés en noirs, s’était même diffusée dans toutes les cours d’Europe aux xve et xvie siècles (Russell 1978 : 383 ; Santos Morillo 2003 : 235 ; Bejarano Pellicer 2014-2015 : 216).

Fig. 10 : Mapa del Orden con que se haze la Solemne Procesión del Corpus Christi en la Santa Metropolitana y Patriarcal Yglesia de Sevilla en 1747, dessin de Nicolás de León Gordillo, fragment.

Fig. 10 : Mapa del Orden con que se haze la Solemne Procesión del Corpus Christi en la Santa Metropolitana y Patriarcal Yglesia de Sevilla en 1747, dessin de Nicolás de León Gordillo, fragment.

Sont représentés ici les Géants [Gigantes] : quatre blancs et deux noirs, trois femmes et trois hommes.

Fig. 11 : Orchestre de six musiciens noirs attribué à Cristóvão de Figueiredo et Garcia Fernandes. Détail des noces mystiques de sainte Ursule et du prince Conan.

Fig. 11 : Orchestre de six musiciens noirs attribué à Cristóvão de Figueiredo et Garcia Fernandes. Détail des noces mystiques de sainte Ursule et du prince Conan.

Le mariage de sainte Ursule est figuré comme un événement de la vie réelle ; c’est donc une scène de mariage princier qui est donnée à voir. La peinture est si réaliste que l’on peut identifier les instruments : deux trompettes, une trompette bâtarde, une sacqueboute et une bombarde. Panneau de retable dit de Santa Auta. Provenance : couvent de Madre de Deus, Lisbonne, ca. 1517. Huile sur bois, 66,8 × 71,2 cm, Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbonne, Inv. 900.01.01/TC. Voir Devisse et Mollat 1979 : 193, 195 ; Saunders 1982 : 106 ; Jordan 2005 : 158-159.
Il était fréquent, dans les maisons des grands lignages aristocratiques, en Espagne comme au Portugal, de voir des orchestres d’esclaves musiciens (musique religieuse et profane). En 1554, Antonio Alfonso Pimentel, comte de Benavente, achète à Iñigo Rodríguez de Alvarenga, contre 1 200 ducats d’or, six esclaves noirs ménestrels pour sa troupe de chanteurs et de musiciens. L’acte de vente précise le registre de la voix ou l’instrument joué : Pedro de Sequera, soprano, 23/24 ans ; Pedro de Magallanes, contralto, 22/23 ans ; Pedro Remon, sacqueboute, 23/24 ans ; Francisco, cornemuse (xeremía), 16/17 ans ; Gaspar, sacqueboute, 22 ans environ ; Luis, ténor, 24/25 ans. En 1588, le comte de Oropesa acquiert, auprès du monastère de San Lorenzo El Real, onze esclaves noirs musiciens, dont l’âge varie entre 14 et 22 ans, pour le prix de 3 300 ducats, avec leurs soixante-sept instruments (bassons, tournebouts, chalumeaux, hautbois, flûtes, sacqueboutes, trompettes). L’acte de vente certifie, comme il est habituel, le « bon comportement et la bonne santé » des esclaves qui ne sont « ni voleurs, ni ivrognes, ni tentés de fuir [et n’ont] ni vices ni maladies cachés » (Schwartz 2001 : 469-473, 634-638).
Au Portugal, en 1564, dans l’inventaire après décès des biens de Don Teodósio Ier, duc de Bragance, on dénombre quarante-huit esclaves dont onze musiciens (appelés « charamelas »), tous noirs excepté un mulâtre. Leur valeur, qui tient compte de leur savoir, de leur expérience et du registre de la voix, est parfois considérable (notamment pour les sopranos), et toujours bien au-dessus du prix moyen de l’esclave : António Caiola, 28 ans, sacqueboute, 40 000 rs ; Cristóvão da Silva, 28 ans, soprano, 100 000 rs ; Dom Domingos, 18 ans, apprend le hautbois, 30 000 rs. ; Francisco Galante, 60 ans, sacqueboute, 30 000 rs ; Francisco Lopes, 70 ans, ténor, 16 000 rs ; Jacinto Fernandes, 50 ans, ténor, 45 000 rs ; Jerónimo da Silva, 70 ans, contralto, 50 000 rs ; João de Bragança, 30 ans, sacqueboute, 40 000 rs ; João Primeiro, 30 ans, soprano, 60 000 rs ; João Segundo, 25 ans, soprano, 40 000 rs ; Martim da Fonseca, 60 ans, soprano et cornemuse (doçaina), 50 000 rs. Six d’entre eux sont mariés, dont deux avec une femme blanche (Fonseca 2010 : 261-266 ; 2019 : 182-183).
Des esclaves indiens peuvent également faire partie d’un orchestre, comme les cinq ménestrels acquis à Lisbonne, en 1542, par Don Alonso de Guzmán, cinquième duc de Medina Sidonia, pour la somme extraordinaire de 500 000 maravédis (Moreno Ollero 2017 : 12).

98Au Portugal, dès le début du xvie siècle, les confréries noires obtinrent du pouvoir royal une série de privilèges relatifs aux libertés, à la manumission. Leurs membres pouvaient notamment porter plainte en justice contre un maître violent ou injuste. Par leurs contenus, et malgré les restrictions qui les encadraient, ces droits mettaient en péril le pouvoir absolu des maîtres. Le privilège favorisant la liberté des confrères esclaves sans le consentement des maîtres fut source de conflits et de ruptures entre confrères blancs et confrères noirs. Ces conflits internes traduisaient la montée des préjugés à partir de la première moitié du xviie siècle, entre un courant « civilisateur » minoritaire mais puissant (quelques hautes autorités ecclésiastiques), et un courant opposé « esclavagiste » (la masse des propriétaires et la noblesse ; Lahon 2003 : 132). Les pressions du courant « esclavagiste » conduisirent la Couronne à restreindre ledit privilège en limitant l’action des confréries.

  • 128 Lahon (2003 : 137) : « C’est en vain que les confréries noires brésiliennes tentèrent à plusieurs r (...)

99Il reste que ces relations esclavagistes si spécifiques, entre le xvie et le xviiie siècle, ne trouvent pas d’équivalent (sauf en Islam) dans d’autres systèmes esclavagistes de l’époque moderne128. Une patente du 18 avril 1518 manifestait l’attitude bienveillante du pouvoir royal qui disposait que toute caravelle en provenance de São Jorge da Mina devait donner 500 réis d’aumône à la confrérie du Rosário dos Pretos de S. Domingos de Lisbonne (Rema 1966 : 154, note 27). Plus surprenant, le pouvoir royal pouvait se raviser à la suite des protestations de la confrérie : en 1515, Manuel Ier, après avoir réduit la liberté de circulation des marchandes noires de rue (regateiras), en exempta les noires libres, mariées ou veuves (Saunders 1982 : 78).

  • 129 À Jaén, Cristobál de Porras, un franciscain noir, fut envoyé en 1627 par l’Ordre pour régénérer la (...)
  • 130 Morabito (2000) ; Fiume (2002) ; Vincent (2008 : 256-257). Plus précoce, mais beaucoup moins réputé (...)
  • 131 Dès son décès, en effet, il est vénéré par la population blanche de Palerme.

100Au début du xviie siècle, la dévotion des confréries se porta sur le personnage de Benoît de Palerme (1526-1589)129. Connu sous diverses appellations – san Benito da San Fratello, Benoît le More, Benoît le Noir –, il incarnait pour la première fois la sainteté d’un noir. Né en 1526 de parents esclaves dans une grande ferme aux environs de Messine, l’homme travailla d’abord comme berger avant de se faire ermite. On l’admit ensuite comme frère lai au couvent franciscain de Sainte-Marie-de-Jésus, près de Palerme, en qualité de cuisinier. Bien que ne sachant ni lire ni écrire, mais comprenant le latin, Benoît aurait été nommé supérieur des novices en raison de ses capacités de thaumaturge. Il mourut en odeur de sainteté en 1589130. Le sénat de Palerme le choisit comme patron de la ville en 1602131. Des reliques de Benoît, alors sujet du roi catholique, furent envoyées en Espagne en 1606. Béatifié en 1743, il fut canonisé finalement en 1807.

101La figure du saint fut donc propagée dans ce xviie siècle naissant et son culte se diffusa à travers les nombreuses communautés noires d’esclaves et de libres de la péninsule Ibérique. Cette promotion fut orchestrée par une coalition d’intérêts politiques et religieux autour de la maison des Habsbourg d’Espagne (Philippe III) à laquelle la puissante congrégation franciscaine participa activement (Vincent 2004 : 41). Il s’agissait non seulement d’imposer l’idée d’une monarchie championne du catholicisme, mais encore de redéfinir la place du noir dans l’ordre divin en écartant la malédiction de Cham. La notoriété de Benoît était d’autant mieux utilisée à ces fins que ce saint indiquait la voie de la soumission et celle de la fraternité entre noirs. Aujourd’hui, son culte a quasiment disparu dans la péninsule Ibérique, alors qu’il reste si vivace au Brésil que les adeptes des cultes vaudou l’ont intégré à leur panthéon.

  • 132 Sauf en Italie du Sud, en Sicile et à Majorque, où l’esclavage de préférence masculin était associé (...)
  • 133 Le vocabulaire rend bien compte de ce métissage, soit à travers une échelle de couleurs comme en po (...)
  • 134 De 1550 à 1773. À l’origine, la notion de « souillure » sur laquelle s’était développée la clause d (...)

102Partout, dans la péninsule Ibérique, les traits de l’esclavage méditerranéen dominaient, radicalement différents du modèle esclavagiste de plantation transatlantique. Ancien, multiethnique et de toutes les couleurs, tel était cet esclavage. Le système de production reposait sur des esclaves polyvalents qui accomplissaient des tâches très diverses dans le cadre d’une économie domestique précapitaliste, urbaine et rurale. Des rapports sociaux de domination ambivalents régissaient les relations entre maîtres et esclaves. L’appartenance à une confrérie religieuse faisait des confrères des membres à part entière de l’Église catholique. La composante féminine et domestique132 provoquait un « entremêlement des sangs133 » en dépit des préjugés raciaux et de l’institutionnalisation, au début du xviie siècle, de la prétendue pureté de sang134. Toutes ces caractéristiques concouraient, malgré maints obstacles, à une intégration progressive de milliers d’esclaves et d’affranchis noirs – parfois dès la première génération – dans les sociétés métropolitaines.

103Juan Latino, le grand humaniste de la Renaissance espagnole, poète et grammairien, peut être considéré comme un modèle de transgression des frontières sociales et raciales. Fils d’esclaves africains, affranchi par son maître, il étudia le latin et le grec et occupa la chaire de grammaire et de latin au Colegio catedralicio de Grenade pendant vingt ans. Il épousa sa jeune élève, Ana de Carvajal, une femme blanche de la haute société grenadine, un mariage mixte rare en ce temps (Fra-Molinero 2005 ; Wright 2016 ; Martín Casares 2016).

104À la même époque, trois autres personnalités retenaient l’attention à Grenade. Celle du prêtre dominicain Cristóbal de Meneses, dont la mère était noire et le père noble, un familier de don Juan d’Autriche. Celle de Leonardo Ortiz, célèbre avocat à la chancellerie, né d’une mère noire et d’un père chevalier « portant l’habit de Santiago ». Celle, enfin, de Catalina de Soto dont on ignore tout aujourd’hui sinon qu’elle avait deux servantes blanches et était tenue pour « la première aiguille d’Espagne » pour ses travaux de broderie (Bermúdez de Pedraza 1608 : 138 ; Martín Casares 2005).

  • 135 Dans son testament du 10 avril 1703, peu de temps avant de mourir, sa maîtresse, la marquise de Man (...)
  • 136 À Cordoue, Ndamba Kabongo (1975 : 152, 162) relève l’achat, le 22 mars 1609, d’une esclave noire de (...)
  • 137 Malgré ce labeur dévalorisant, elle entretenait une intense correspondance avec Fray Félix Álvarez (...)
  • 138 Avant d’entrer chez les dominicaines de Salamanque en octobre 1703, Chikaba avait été rejetée par p (...)
  • 139 Dans le cloître de son couvent à Salamanque, sa sépulture porte l’inscription suivante : « Sor Tere (...)

105Retenons encore le nom de Chikaba (ca 1676-1748), ou sœur Teresa Juliana de Santo Domingo, une ancienne esclave135, considérée comme la première nonne d’origine africaine admise dans un couvent (Santa Maria Magdalena des dominicaines, à Salamanque), admirée comme la première écrivaine afro-hispanique en castillan et portant actuellement le titre de vénérable dans l’attente d’une béatification. S’il était courant dans les couvents de femmes d’employer des esclaves noires136, y rencontrer une Africaine, même affranchie, comme membre de la communauté des moniales était jusque-là inconcevable. En fait, les autres nonnes traitaient Chikaba comme une subalterne, y compris les sœurs converses. Transgressant les normes sociales en vigueur, marginalisée de son vivant, elle était reléguée aux tâches domestiques : cuisiner, laver, balayer, curer137. Selon son confesseur et biographe (Juan Carlos Paniagua, 1752), ces humiliations et discriminations auraient été autant d’épreuves envoyées par Dieu sur la voie de la sainteté. En réalité, la communauté religieuse, imprégnée du racisme ambiant138, était perturbée par la présence subversive de cette noire se revendiquant d’un sang royal africain139, par sa maîtrise du castillan et par son mysticisme exacerbé (Melián 2012 ; Houchins et Fra-Molinero 2018).

106Trajectoires hors du commun et destins exceptionnels, assurément. Le petit nombre de cas dont nous avons connaissance tient aussi sans doute au peu de géniteurs ayant dérogé à l’anonymat et reconnu leurs enfants bâtards. Il est possible que d’autres parcours singuliers, connus à leur époque, se dérobent ainsi à la mémoire historique.

  • 140 Méndez Rodríguez (2011 : 135-136). Toutefois, à l’instar de Juan de Pareja avec Velásquez, Juan de (...)

107De toute évidence, le statut des maîtres – majoritairement des nobles, des ecclésiastiques, des lettrés et des artisans spécialisés – influença le parcours d’un certain nombre d’esclaves, favorisant leur formation intellectuelle et, au bout du compte, facilitant les processus d’insertion sociale. À Séville au Siècle d’or, orfèvres, peintres et libraires entretenaient d’étroites relations professionnelles avec les esclaves qui étaient leurs collaborateurs dans l’atelier ou la boutique (Méndez Rodríguez 2011 : 64, 72-75, 103-153), même s’ils refusaient de les admettre comme membres des corporations. Voici notamment Juan de Güéjar, esclave noir, assistant du peintre Alejo Fernández. Ce dernier, plus généreux que Velásquez (Fig. 12), ne se contenta pas d’affranchir par testament (1523) son assistant : il lui légua, de surcroît, une somme importante et tout le matériel pour peindre, lui offrant, avec la liberté, l’indépendance économique140.

Fig. 12 : Diego Vélasquez, Portrait de Juan de Pareja, 1650.

Fig. 12 : Diego Vélasquez, Portrait de Juan de Pareja, 1650.

Huile sur toile 81,3 × 69,9 cm. New York, Metropolitan Museum of Art. Juan de Pareja était l’esclave et le collaborateur du peintre.

  • 141 Dans la polémique qui l’opposa au dramaturge António Ribeiro Chiado, ce dernier revendiqua sa supér (...)
  • 142 On connaît le talent épistolaire des nombreux étudiants congolais nobles, libres et chrétiens qui f (...)
  • 143 Comme cette femme métisse à la stratégie d’ascension sociale remarquable, D. Simoa Godinho (Caldeir (...)
  • 144 Roersch (1940 : 44-45) : lettre d’Évora du 26 mars 1535 ; Fonseca (2005 : 112-121).
  • 145 Le devenir des esclaves affranchis reste un domaine peu exploré par l’historiographie (Lobo Cabrera (...)

108Au Portugal, certains mulâtres ou noirs réussirent également à s’extraire du cadre servile et à s’insérer dans la société (Henriques 2011 : 59). Parmi eux, le dramaturge métis Afonso Álvares141, d’abord domestique de l’évêque humaniste d’Évora, don Afonso de Portugal, auprès de qui il acquit la maîtrise du portugais et de l’espagnol, puis maître d’école à Lisbonne et, enfin, premier écrivain d’origine africaine à composer dans une langue européenne142. Pourtant, dans l’ombre de ces cas particuliers désormais bien visibles143, combien de figures plus modestes ignorées, combien de vies singulières oubliées ? Que devinrent, par exemple, ces trois esclaves africains auxquels Clénard apprend le latin pour qu’« ils puissent un jour [lui] servir de lecteurs et de secrétaires144 » ? Quel fut le parcours de ce moine, le premier Africain à recevoir la tonsure dans la cathédrale d’Évora en 1480 (Saunders 1982 : 157, n. 37) ? Bref, combien d’histoires silencieuses encore à découvrir145 ?

  • 146 La promesse d’affranchissement pouvait être assortie d’une clause conditionnelle qui en restreignai (...)
  • 147 Bref, en dehors de cas individuels rapidement réprimés par l’Inquisition, nous constatons l’absence (...)
  • 148 La fuite pour échapper à la domination du maître était considérée comme une des plus graves actions (...)

109La variété des emplois serviles et la grande disparité des sorts subis, la cohabitation sous le toit du maître ou la promiscuité dans le travail, le taux non négligeable des affranchissements146 et, par conséquent, la réduction de l’altérité, les compromis et les accommodements pour survivre dans le système esclavagiste, l’espoir d’une manumission, enfin, ne favorisaient pas l’émergence d’un esprit commun d’identité et de lutte. De fait, l’Europe méridionale, contrairement aux Amériques, ne connut aucun mouvement de révolte collective en quatre siècles d’esclavage. Il ne fait aucun doute que l’idéologie religieuse, en particulier la promotion des confréries par la Couronne et l’Église dans le but d’extirper des pratiques culturelles et religieuses tenues pour dangereuses, contribua à l’assimilation de la culture dominante par les esclaves noirs, les affranchis, les libres et les mulâtres. En Europe, pas d’hétérodoxie, pas de syncrétisme, pas de subversion de l’ordre social : ni candomblé comme au Brésil, ni santería comme à Cuba, ni vaudou comme à Saint-Domingue147. Dans des sociétés aussi hiérarchisées que l’étaient le Portugal et l’Espagne, cette idéologie facilita le maintien de l’ordre social et empêcha toute violence organisée. Ne restait alors pour les plus insoumis que les voies multiples de la résistance passive et des formes dérisoires de rébellion (le chapardage, le mensonge, l’alcool) ou un choix désespéré : la tentative de fuite148.

  • 149 À travers sa construction de l’hérésie, l’Inquisition établissait une équation entre mandinga et fe (...)
  • 150 Selon la combinaison des substances glissées dans la « poche », les bolsas de mandinga pouvaient pr (...)
  • 151 Sweet (2016). Pour une synthèse et une analyse des objets et des pratiques apotropaïques, voir Rare (...)

110Toutefois, la prolifération, au xviiie siècle, des bolsas de mandinga ou talismans associés à la déviance et au « diable » par l’Inquisition149 indique comment des Africains assujettis réussirent non seulement à résister à la déculturation, mais encore à imprégner culturellement tout le monde atlantique portugais. La subversion de l’ordre social prenait alors des voies souterraines et inattendues et s’imposait comme un idiome commun, aux blancs comme aux noirs. Les bolsas servaient, au sens large, à « porter chance150 ». Les Portugais blancs y recouraient par exemple pour prévenir une grossesse non désirée, gagner aux jeux d’argent ou de hasard, attirer les membres du sexe opposé. Les Africains utilisaient également les bolsas à ces fins, même si la « chance » devait surtout les aider à contrecarrer, par toutes sortes de manières, l’asservissement subi : protéger des coups du maître, assurer le succès d’une tentative de fuite, hâter un affranchissement... Dans les années 1750, les bolsas étaient complètement « naturalisés » en métropole et la « purge » entreprise par l’Inquisition pour les éradiquer se transforma en vaine tentative du catholicisme orthodoxe portugais151.

  • 152 Rowe 2019. Sur l’émergence, au tournant du xvie siècle, d’une vision chrétienne du monde spécifique (...)

111Plus fondamentalement, le culte des saints noirs contribua à refaçonner des croyances, des rituels et des pratiques normatives et spirituelles qui modifièrent en profondeur la culture dévotionnelle de l’Église catholique en Europe et aux Amériques152. Les Afro-catholiques s’emparèrent du culte des saints noirs, promu à l’origine par des religieux blancs, pour porter et légitimer, suivant une dévotion cultuelle visible (statuaire, processions publiques lors des fêtes liturgiques), l’idée d’une sainteté noire. Ils revendiquaient, simultanément, leur négritude non seulement au sein de leurs propres communautés mais, au-delà, parmi les laïcs blancs. Ainsi, le foisonnement dévotionnel confrérique au moment même où la traite transatlantique atteignait son apogée concourut-il à réduire l’altérité du corps social noir et, peut-être, à atténuer les horreurs et la déshumanisation inhérentes au système esclavagiste.

  • 153 Au Portugal, l’existence de libres de quatrième génération au moment de l’abolition de 1773 atteste (...)
  • 154 Sur les voies de rencontre charnelle entre un homme et une femme en dehors des prescriptions de la (...)
  • 155 Au Portugal, après des lois poursuivant la disparition progressive des esclaves (1761, 1773, 1854), (...)

112Enfin l’autre différence radicale, à la fois avec l’Atlantique américain et avec le monde musulman méditerranéen, est l’absence de diasporas noires issues de l’esclavage sur le sol européen. Les descendants d’Africains demeurent invisibles du point de vue phénotypique. Ni le faible taux de reproduction biologique153, ni la surmortalité due à des causes multiples, ni la diminution drastique des apports de nouveaux esclaves en Europe à partir du milieu du xviiie siècle ne suffisent à expliquer cet effacement total. Cette disparition complète et déconcertante des Afro-descendants après le passage de centaines de milliers de déportés au Portugal, en Espagne et en Italie, suppose forcément, malgré tous les préjugés sociaux et raciaux, une dynamique complexe de métissage154, d’assimilation et d’absorption progressive dans le corps social155.

  • 156 Zaide, le palefrenier, est désigné tour à tour (chap. ier) comme moreno et negro. La première appar (...)

113La vida de Lazarillo de Tormes, y de sus fortunas y adversidades (Anonyme 1554), regardé comme le premier roman picaresque, offre un exemple parfait de cet entremêlement des sangs dans les couches populaires de l’époque. On y voit la mère du personnage, veuve, blanche et libre, cuisinière et lavandière à Salamanque, se mettre en ménage avec un palefrenier noir156 du voisinage. Ils donnent naissance au petit frère de Lazarillo, un « negrito muy bonito ».

Haut de page

Bibliographie

Abdeljaouad Mahdi, 2015, Ibn Al-Yāsamīn et son poème algébrique. Le xiiie siècle en Occident musulman, Images des mathématiques. La recherche mathématique en mots et en images, http://images.math.cnrs.fr/Ibn-al-Yāsamīn-et-son-poeme.html.

Abu Alkhir Saleh, 2016, La Traite des esclaves noirs en Libye dans les temps modernes, thèse de doctorat en histoire, Lyon, université Lumière – Lyon 2.

Albacete i Gascón Antoni, 2010, Les confraries de lliberts negres a la Corona Catalanoaragonesa, Acta historica et archaeologica mediaevalia, 30 : 307-331.

Al-Maqqarī, 1968, Nafḥ al-ṭīb min ghuṣn Al-Andalus al ratīb wa-dikr wazīrihā Lisān al-Dīn Ibn al-Khatīb, 8 vol. , Beyrouth, I. ‘Abbās.

Al-Marrākushī ‘Abd al-Wāhid, 1893, Histoire des Almohades, trad. par E. Fagnan, Alger, Adolphe Jourdan.

Almeida Manuel Costa Gaio Tavares de, 1954, Mulatos no Concelho de Alcácer do Sal. Subsídios para a definição étnica das gentes do Vale do Sado, Boletim da Junta de Província de Estramadura, II : 35-37.

Anonyme, 1554, La vida de Lazarillo de Tormes, y de sus fortunas y adversidades, Burgos, Juan de Junta ; trad. française : La Vie de Lazarillo de Tormès / La vida de Lazarillo de Tormes, édition bilingue, introduction de Marcel Bataillon, trad. Bernard Sesé, Paris, Garnier-Flammarion, 1993.

Ares Queija Berta, Stella Alessandro (coord.), 2000, Negros, Mulatos, Zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, Consejo Superior de Investigaciones Científicas.

Arias de Saavedra Alías Inmaculada, López-Guadalupe Muñoz Miguel Luis, 2017, Las cofradías españolas en la Edad Moderna desde una óptica social. Tres décadas de avance historiográfico, CESXVIII 27 : 11-50.

Arié Rachel, 1991, Le Maroc vu par l’Andalou al-Zuhrī, in collectif, Homenaje al Prof. Jacinto Bosch Vilá, Grenade, Universitad de Granada, Departemento de Estudios Semíticos, II : 653-663.

Armenteros Martínez Iván, 2011, De hermandades y procesiones. La cofradía de esclavos y libertos negros de Sant Jaume de Barcelona y la asimilación de la negritud en la Europa premoderna (siglos xv-xvi), Clio-Revista de Pesquisa Histórica 29 (2) : 1-23.

— 2015, L’esclavitud a la Barcelona del Renaixement (1479-1516). Un port mediterrani sota la influència del primer tràfic negrer, Barcelone, Fundació Noguera, Lérida, Pagès Editors.

Armenteros Martínez Iván, Ouerfelli Mohamed (dir.), 2016, Réévaluer l’économie de l’esclavage en Méditerranée au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, Rives méditerranéennes 53 : 7-17.

Ávila María Luisa, 1989, Las mujeres « sabias » en al-Andalus, in María Jesús Viguera (ed.), La mujer en al-Andalus : refletos históricos de su actividad y categorías sociales, Madrid, Séville, Universidad Autónoma de Madrid, Editoriales Andaluzas Unidas : 139-184.

Azpiazu Elorza José Antonio, 1997, Esclavos y traficantes. Historias ocultas del País Vasco, Saint-Sébastien (Donostia), Ttarttalo.

Balard Michel, 1968, Remarques sur les esclaves à Gênes dans la seconde moitié du xiiie siècle, Mélanges d’archéologie et d’histoire 80 (2) : 627-680.

Ballong-Wen-Mewuda Joseph Bato’ora, 1988, Le commerce portugais des esclaves entre la côte de l’actuel Nigeria et celle du Ghana moderne aux xve et xvie siècles, in Serge Daget (dir.), De la traite à l’esclavage, vol. I, ve-xviiie siècle, Nantes, Centre de recherche sur l’histoire du monde atlantique, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer : 121-145.

— 1993, São Jorge da Mina, 1482-1637, Lisbonne, Paris, EHESS / Fondation Calouste Gulbenkian / Commission nationale pour les commémorations des découvertes portugaises.

Barbosa Pedro Gomes, 1991, Documentos, lugares e homens : estudos de história medieval, Lisbonne, Cosmos.

Barker Hannah, 2019, That Most Precious Merchandise. The Mediterranean Trade in Black Sea Slaves, 1260-1500, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Bejarano Pellicer Clara, 2014-2015, Las danzas en la representación cultural española de América y África : mestizaje musical en Sevilla en los siglos xvi y xvii, Baetica. Estudios de Arte, Geografía e Historia 36-37 : 205-234.

Ben Abdesselem Afif, 2001, La Vie littéraire dans l’Espagne musulmane sous les Mulūk al-Tawā’if. ve/xie siècle, Damas, Presses de l’Institut français du Proche-Orient.

Benítez Sánchez-Blanco Rafael, 2011, Esclavo del Rey en las minas de Almadén : el fatal destino de Juan Bautista, alias Hazman (1667-1711), Estudis 37 : 179-198.

Benoist Valérie, 2014, « El blanqueamiento » de dos escogidas negras de Dios : Sor Esperanza la negra, de Puebla y Sor Teresa la negrita, de Salamanca, Afro-Hispanic Review 33 (2) : 23-40.

Bermúdez de Pedraza Francisco, 1608, Antiguëdad y excellencias de Granada, Madrid, Luis Sanchez [rééd. 1981, Grenade, Alhacaba].

— 1638, Historia eclesíastica. Principios y progressos de la ciudad y religion católica de Granada, Grenade [rééd. 2006, A. Coruña, Órbigo].

Blondy Alain, 2002, Le discours sur l’esclavage en Méditerranée : une réalité occultée. L’esclavage des noirs et la régence de Tripoli, Cahiers de la Méditerranée 65 : 169-185.

Blumenthal Debra, 2005, “La Casa dels Negres”: Black African Solitarity in Late Medieval Valencia, in Thomas F. Earle, Kate J. P. Lowe (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press: 225-246.

— 2009, Enemies and Familiars: Slavery and Mastery in Fifteenth-century Valencia, Ithaca / Londres, Cornell University Press.

Boloix Gallardo Bárbara, 2013, Las sultanas de la Alhambra. Las grandes desconocidas del Reino Nazarí de Granada (siglos XIII-XV), Grenade, Comares, Patronato de la Alhambra y el Generalife.

Bonazza Giulia, 2019, Abolitionism and the Persistence of Slavery in Italian States, 1750-1850, Cham, Springer International Publishing / Palgrave Macmillan.

Bonnassie Pierre, 1976, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, 2 vol. , Toulouse, université de Toulouse-Le Mirail.

Bono Salvatore, 1966, Due santi negri : Benedetto da San Fratello e Antonio da Noto, Africa 21 (1) : 76-79.

— 2016, Schiavi. Una storia mediterranea (xvi-xix secolo), Bologne, Il Mulino.

Borges Augusto Moutinho, 2019, Negros na azulejaria : figurações duma minoria através da arte (séculos XVII-XIX), in Maria do Rosário Pimentel, Maria do Rosário Monteiro (coord.), Senhores e Escravos nas Sociedades Ibero-Atlânticas, Lisbonne, Cham / Húmus : 339-350.

Botte Roger, 2001, Le Portugal, les marchés africains et les rapports Nord-Sud (1448-ca 1550), Cahiers des Anneaux de la mémoire 3 : 85-107.

— 2010, Esclavages et abolitions en terres d’islam. Tunisie, Arabie saoudite, Maroc, Mauritanie, Soudan, Bruxelles, André Versaille.

— 2011, Les réseaux transsahariens de la traite de l’or et des esclaves au haut Moyen Âge : viiie-xie siècle, L’Année du Maghreb VII : 27-59.

— 2012, « Bouc noir » contre « Bélier blanc ». L’armée des ‘Abīd al-Bukhārī du sultan Mawlāy Ismā’īl (1672-1727), in Roger Botte, Alessandro Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala : 231-262.

— 2016, Des Européens au marché aux esclaves : stade suprême de l’exotisme ? Égypte, première moitié du xixe siècle, Journal des africanistes 86 (2) : 6-51.

Botte Roger, Stella Alessandro (dir.), 2012, Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala.

Boubaker Sadok, 2008, Réseaux et techniques de rachat des captifs de la course à Tunis au xviie siècle, in Wolfgang Kaiser (dir.), Le Commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, xve-xviiie siècle, Rome, École française de Rome : 135-164.

Brandão João [de Buarcos], 1916, Magestade e Grandeza de Lisboa em 1552, ed. Anselmo Braamcamp Freire et J. J.Gomes de Brito, Archivo Histórico Português XI : 8-241 [rééd. 1990, Lisbonne, Livros Horizonte, Grandeza e Abastança de Lisboa em 1552].

Brásio António, 1944, Os pretos em Portugal, Lisbonne, Agência geral das Colónias.

Braunstein Philippe, 2012, Être esclave à Venise à la fin du Moyen Âge », in Roger Botte, Alessandro Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala : 85-103.

Bresc Henri, 1986, Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile. 1300-1450, 2 vol. , Rome / Palerme, École française de Rome / Accademia di Scienze, Lettere e Arti di Palermo.

— 1996, Esclavages auliques et main-d’œuvre servile agricole dans la Sicile des xiie et xiiie siècle, in Henri Bresc (dir.), Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, L’Harmattan : 97-114.

— 2012, Esclaves noirs et esclaves blancs en Sicile (vers 1300-vers 1450). Entre déshumanisation et socialisation, in Roger Botte, Alessandro Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala : 55-84.

Bresc Henri, Nef Annliese, 1999, Idrīsī, Paris, GF Flammarion.

Brett Michael, 1969, Ifrīqiya as a Market for Saharan Trade from the Tenth to the Twelfth Century A.D., Journal of African History 10 (3): 347-364.

— 1983, Islam and Trade in the Bilād Al-Sūdān, Tenth-Eleventh Century A. D., Journal of African History 24 (4): 431-440.

— 2001, The Rise of the Fatimids. The World of the Mediterranean and the Middle East in the Fourth Century of the Hijra, Tenth Century CE, Leide, E. J. Brill.

Brogini Anne, Ghazali Maria, 2005, Un enjeu espagnol en Méditerranée : les présides de Tripoli et de La Goulette au xvie siècle, Cahiers de la Méditerranée 70 (1) : 9-43.

Bruce Travis, 2013, La taifa de Denia et la Méditerranée au xie siècle, Toulouse, CNRS / université de Toulouse-Le Mirail.

Caiozzo Anna, 2009, Image des Noirs dans les manuscrits enluminés de l’Orient médiéval, in Pilar González-Bernaldo, Manuela Martini, Marie-Louise Pelus-Kaplan (dir.), Étrangers et sociétés. Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Presses universitaires de Rennes : 197-210.

Calainho Daniela Buono, 2008, Metrópole das mandingas : religiosidade negra e Inquisição portuguesa no Antigo Regime, Rio de Janeiro, Garamond / FAPERJ.

Caldeira Arlindo Manuel, 2007-2008, Mestiçagem, estratégias de casamento e propriedade feminina no arquipélago de São Tomé e Príncipe nos séculos xvi, xvii e xviii, Arquipélago-História XI-XII : 49-72.

— 2017, Escravos em Portugal. Das origens ao século XIX, Lisbonne, A Esfera dos Livros.

Candido Mariana P., 2010, Different Slave Journeys: Enslaved African Seamen on Board of Portuguese Ships, c. 1760-1820s, Slavery and Abolition 31 (3): 395-409.

Carrère Claude, 1967, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, 1380-1462, 2 vol. , Paris – La Haye, Mouton.

Chalmeta Pedro, 1988, Las campañas califales en al-Andalus, in André Bazzana (textes recueillis et présentés par) Castrum 3. Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, actes du colloque organisé par la Casa de Velázquez et l’École française de Rome, Madrid, 24-27 novembre 1985, Madrid, Casa de Velázquez, fasc. XII, « Collection de l’École française de Rome » 105 : 33-42.

Clément François, 2009, La vie de plaisirs ou une esthétique d’art total dans l’Espagne musulmane du xie siècle, in Jackie Pigeaud (dir.), Les arts quand ils se rencontrent, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 77-89.

Colin Georges S. et Lévi-Provençal Évariste (texte arabe publié par), 1931, Un manuel hispanique de Ḥisba, traité d’Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Abī Muḥammad as-Ṡaqatī de Malaga sur la surveillance des corporations et la répression des fraudes en Espagne musulmane, Paris, Ernest Leroux.

Constable Olivia Remie, 1994, Trade and Traders in Muslim Spain: The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula, 900-1500, Cambridge, Cambridge University Press.

— 1996, Muslim Spain and Mediterranean Slavery: The Medieval Slave Trade as an Aspect of Muslim-Christian Relations, in Scott L. Waugh, Peter D. Diehl (eds), Christendom and its Discontents: Exclusion, Persecution, and Rebellion, 1000-1500, Cambridge, Cambridge University Press: 264-284.

Cordell Dennis D., 1985, Dar al-Kuti and the Last Years of the Trans-Saharan Slave Trade, Madison, The University of Wisconsin Press.

Cortés Alonso Vicenta, 1972, Procedencia de los esclavos negros en Valencia (1482-1516), Revista española de antropologia americana 7 (1) : 123-152.

Cortés García Manuela, 2018 [2011], Estatus de la mujer en la cultura islámica : las esclavas-cantoras (ss. XI-XIX), in Rosa Iniesta Masmano (ed.), Mujer versus Música. Itinerancias, incertidumbres y lunas, Valence, Rivera Mota : 139-198.

Cortés López José Luis, 1986, Los orígenes de la esclavitud negra en España, Madrid, Mundo Negro.

— 1989, La esclavitud negra en la España peninsular del siglo xvi, Salamanque, Ediciones Universitad de Salamanca.

Costa Lobo, António de Sousa Silva, 1903, História da Sociedade em Portugal no Século XV, Lisbonne, Imprensa Nacional.

Daddi Addoun Yacine, 2010, L’Abolition de l’esclavage en Algérie. 1816-1871, Ph. D., Toronto, York University.

Davis Robert C., 2006 [2003], Esclaves chrétiens, maîtres musulmans. L’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800), trad. de l’anglais (US) par Manuel Tricoteaux, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon.

Del Treppo Mario, 1972, I mercanti catalani e l’espansion della corona d’Aragona nel socolo xv, Naples, L’Arte Tipografica.

De Lucia Lori, 2020, The Space between Borno and Palermo: Slavery and Its Boundaries in the Late Medieval Saharan-Mediterranean Region, in Ann E. Zimo, Tiffany D. Vann Sprecher, Kathryn Reyerson, Debra Blumenthal (eds), Rethinking Medieval Margins and Marginality, New York, Routledge: 1-16.

Denucé Jean, 1937, L’Afrique au xvie siècle et le commerce anversois, Anvers, De Sikkel.

Devisse Jean, 1970, La question d’Audaġust, in Denise et Serge Robert, Jean Devisse (eds), Tegdaoust I. Recherches sur Aoudaghost, Paris, Arts et métiers graphiques : 109-156.

— 1979, Le Noir et sa couleur. Des symboles aux réalités, in Jean Devisse, L’Image du Noir dans l’art occidental, t. I, Fribourg, Office du Livre : 81-148.

Devisse Jean, Mollat Michel, 1979, L’Image du Noir dans l’art occidental, t. II, Fribourg, Office du livre.

Dewière Rémi, 2013, Le Discours historique de l’estat du royaume de Borno, genèse et construction d’une histoire du Borno par un captif de Tripoli au xviie siècle, Afriques 4, https://journals.openedition.org/afriques/1170.

— 2017, Du lac Tchad à La Mecque. Le sultanat du Borno et son monde (xvie-xviie siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne.

Dias Nicolau (Fr.), 1573, Livro do Rosário de Nossa Senhora, Lisbonne, Biblioteca Nacional [éd. fac similé, 1982, Lisbonne, Alvalade].

Díez de Games Gutierre, 1782, El Victorial o Crónica de don Pedro Niño, conde de Buelna, Madrid, Antonio de Sancha.

Di Giacomo Louis, 1949, Une poétesse grenadine du temps des Almohades : Hafsa Bint Al-Hājj, Paris, Larose.

Djebbar Ahmed, 2008, Ibn al-Yāsamīn, in Helaine Selin (ed.), Encyclopaedia of the History of Science, Technology, and Medicine in Non-Western Cultures, New York, Berlin, Springer I: 1099-1100.

Domínguez Ortiz Antonio, 2003 [1952], La esclavitud en Castilla en la Edad Moderna y otros estudios de marginados, Grenade, Ed. Comares.

Dozy Reinhart, 1932, Histoire des musulmans d’Espagne, t. III, nouvelle éd. par Évariste Lévi-Provençal, Leide, E. J. Brill.

Dufourcq Charles-Emmanuel, 1966, L’Espagne catalane et le Maghreb aux xiiie et xive siècles, Paris, Presses universitaires de France.

Dürer Albrecht, [1993], Journal de voyage aux Pays-Bas pendant les années 1520 et 1521, introduction de Muriel Hewak ; trad. et notes de Stan Hugue, Paris, Maisonneuve et Larose, « Dédale ».

Durugönül Esma, 2003, The Invisibility of Turks of African Origin and the Construction of Turkish Cultural Identity: The Need for a New Historiography, Journal of Black Studies 33 (3): 281-294.

Dutra Francis A., 2010, Ser mulato em Portugal nos primórdios da época moderna, Tempo 16-30 : 101-114.

Earle Thomas Foster, Lowe Kate J. P., 2005 (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

El Hamel Chouki, 2013, Black Morocco. A History of Slavery, Race, and Islam, Cambridge, Cambridge University Press.

Ennaji Mohamed, 1997 [1994], Soldats, domestiques et concubines. L’esclavage au Maroc au xixe siècle, Casablanca, EDDIF.

Epstein Steven A., 2001, Speaking of Slavery: Color, Ethnicity, and Human Bondage in Italy, Ithaca, Cornell University Press.

Escribano López Ana, 2017, El cautiverio femenino cristiano en Al-Ándalus (711-1492), De Medio Aevo 11 : 147-180.

Essomba Blaise, 1981, Sucre méditerranéen, sucre atlantique et le commerce du Nord européen aux xve et xvie siècles, thèse de doctorat (histoire), Paris, université de Paris 1.

Ferrer i Mallol Maria Teresa, Mutgé i Vives Josefina (eds), 2000, De l’esclavitud a la llibertat. Esclaus i lliberts a l’edat mitjana : actes del colloqui internacional celebrat a Barcelona, del 27 al 29 de maig de 1999, Barcelone, Consell Superior d’Investigacions Científiques, Intitució Milà i Fontanais, Departament d’Estudis Medievals.

Fiume, Giovanna, 2002, Il Santo Moro. I processi di canonizzazione di Benedetto da Palermo (1594-1807), Milan, Franco Angeli.

Fontenay Michel, 2006, Routes et modalités du commerce des esclaves dans la Méditerranée des temps modernes (xvie, xviie et xviiie siècles), Revue historique 40 (4) : 813-830.

— 2008, Esclave et/ou captif. Préciser les concepts, in Wolfgang Kaiser (dir.), Le Commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, xve-xviiie siècle, Rome, École française de Rome : 14-24.

Fonseca Jorge, 1997, Os escravos em Évora no século xvi, Évora, Câmara Municipal.

— 2002, Escravos no Sul de Portugal, Séculos xvi-xvii, Lisbonne, Editora Vulgate.

— 2005, Black Africans in Portugal during Cleynaert’s Visit (1533-1538), in Thomas F. Earle, Kate P. J. Lowe (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press: 112-121.

— 2010, Escravos e Senhores na Lisboa Quinhentista, Lisbonne, Edições Colibri.

— 2014, A histografia sobre os escravos em Portugal, Cultura 33 : 191-218.

— 2016, Religião e liberdade. Os negros nas irmandades e confrarias portuguesas (séculos xv a xix), V.N. Famalicão, Edições Húmus.

— 2019, Músicos escravos em Portugal e no Império português, in Maria do Rosário Pimentel, Maria do Rosário Monteiro (coord.), Senhores e Escravos nas Sociedades Ibero-Atlânticas, Lisbonne, Cham / Húmus : 179-188.

Fracchia Carmen, 2019, “Black but Human”. Slavery and Visual Art in Hapsburg Spain, 1480-1700, Oxford, Oxford University Press.

Fracchia Carmen, Macartney Hilary, 2012, The Fall into Oblivion of the Works of the Slave Painter Juan de Pareja, Art in Translation 4 (2): 163-183.

Fra-Molinero Baltasar, 2005, Juan Latino and His Racial Difference, in Thomas F. Earle, Kate J. P. Lowe (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press: 326-344.

— 2014, Los negros como figura de negación y diferencia en el teatro barroco, Hipogrifo 2 (2) : 7-29.

Franco Silva Alfonso, 1979, La esclavitud en Sevilla y su tierra a fines de la Edad Media, Séville, Diputación Provincial de Sevilla.

— 1992, Esclavitud en Andalucía 1450-1550, Grenade, Universidad de Granada.

— 2000, Los negros libertos en las sociedades andaluzas entre los siglos xv al xvi, in Maria Teresa Ferrer i Mallol, Josefina Mutgé i Vives (eds), De l’esclavitud a la llibertat. Esclaus i lliberts a l’edat mitjana : actes del colloqui internacional celebrat a Barcelona, del 27 al 29 de maig de 1999, Barcelone, Consell Superior d’Investigacions Científiques, Intitució Milà i Fontanais, Departament d’Estudis Medievals : 573-592.

Fromont Cécile, 2018 [2014], L’Art de la conversion. Culture visuelle chrétienne dans le royaume de Kongo, Dijon, Les presses du réel.

Furio Antoni, 2006, Esclaves et salariés. La fonction économique de l’esclavage dans la péninsule Ibérique au bas Moyen Âge, in Myriam Cottias, Alessandro Stella, Bernard Vincent (dir.), Esclavage et dépendances servile. Histoire comparée, Paris, L’Harmattan: 249-263.

Gaiser Adam, 2013, Slaves and Silver across the Strait of Gilbratar: Politics and Trade between Umayyad Iberia and Khārijite North Africa, Medieval Encounters 19 (1-2): 41-70.

Garofalo Leo J., 2012, The Shape of a Diaspora: The Movement of Afro-Iberians to Colonial Spanish America, in Sherwin K. Bryant, Rachel Sarah O’Toole, Ben Vinson III (eds), Africans to Spanish America: Expanding the Diaspora, Urbana, Chicago et Springfield, University of Illinois Press: 27-49.

Garulo Teresa, 1998 [1985], Dīwān de las poetisas andaluzas de al-Andalus, Madrid, Hisperión.

Gaudioso Matteo, 1926, La schiavitù domestica in Sicilia dopo i Normanni : legislazione, dottrina, formule, Catane, Crescenzio Galàtola [rééd. 1992, Catane, Giuseppe Maimone].

Girard, 1685, Histoire chronologique du royaume de Tripoly en Barbarie, Paris, BNF, ms. 12219-12220, URL : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark :/12148/cc43407b.

Ghazali Maria, Sadok Boubaker, Leila Maziane, 2013 (dir.), Captifs et captivités en Méditerranée à l’époque moderne, Cahiers de la Méditerranée 87.

Godinho Vitorino Magalhães, 1991, Os descobrimentos e a economia mundial, 4 vol. , Lisbonne, Presença (2e éd.).

Goldziher Ignaz, 1971, Women in the Hadīth Literature, in Samuel M. Stern (ed.), Muslim Studies, II, Londres, Allen and Unwin.

Gómez de Valenzuela Manuel, 2014, Esclavos en Aragón (siglos XV a XVII), Saragosse, Institución « Fernando El Católico » (CSIC), Excma. Diputación de Zaragoza, Fuentes Históricas Aragonesas 71.

González Arévalo Raúl, 2006, La esclavitud en Málaga a fines de la Edad Media, Jaén, Universidad de Jaén.

González de León D. Felix, 1852, Historia crítica y descriptiva de las cofradías de penitencia, sangre y luz, fundadas en la ciudad de Sevilla : con noticias del origen, progresos y estado actual de cada una, y otros sucesos y curiosidades notables, Séville, D. Antonio Alvarez [éd. fac similé, 2010, Valladolid, Maxtor].

Gordon Matthew S., Hain Kathryn A., 2017 (eds), Concubines and Courtesans. Women and Slavery in Islamic History, New York, Oxford University Press.

Goris Jan Albert, 1925, Étude sur les colonies marchandes méridionales (portugaises, espagnoles, italiennes) à Anvers de 1488 à 1567. Contribution à l’histoire des débuts du capitalisme moderne, Louvain, Librairie universitaire.

Granja Santamaría Fernando de la, 1999, La venta de la esclava en el mercado en la obra de Abū l-Baqā’ de Ronda, Estudios de historia de al-Ándalus, Madrid, Real Academia de la Historia : 40-64.

Graullera Sanz Vicente, 1978, La esclavitud en Valencia en los siglos xvi y xvii, Valence, Instituto Valenciano de Estudios Históricos.

— 2013, L’esclavage à Valence. Les affranchis et leur intégration sociale, Cahiers de la Méditerranée 87 : 301-318.

Grenouilleau Olivier, 2004, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard.

— 2010, Esclavage domestique, in Olivier Grenouilleau (dir.), Dictionnaire des esclavages, Paris, Larousse : 187-192.

Gual Camarena Miguel, 1952, Una cofradía de Negros libertos en el siglo xv, Estudios de Edad Media de la corona de Aragón XIII (5) : 457-466.

Guichard Pierre, 1990, Les Musulmans de Valence et la Reconquête (xie-xiiie siècles), 2 vol. , Damas, Institut français de Damas.

— 2010, Al-Andalus, 711-1492. Une histoire de l’Espagne musulmane, Paris, Pluriel.

Guillén Fabienne P., 2000, Trayectorias sociales de los libertos musulmanes y negroafricanos en la Barcelona tardomedieval, in Maria Teresa Ferrer i Mallol, Josefina Mutgé i Vives (eds), De l’esclavitud a la llibertat. Esclaus i lliberts a l’edat mitjana : actes del colloqui internacional celebrat a Barcelona, del 27 al 29 de maig de 1999, Barcelone, Consell Superior d’Investigacions Científiques, Intitució Milà i Fontanais, Departament d’Estudis Medievals : 615-643.

— 2010, Esclavage et métissages à Barcelone entre 1389 et 1445 : une ouverture phénotypique contrôlée, in Myriam Cottias, Elisabeth Cunin, António de Almeida Mendes (dir.), Les Traites et les Esclavages. Perspectives historiques et contemporaines, Paris, Karthala : 153-177.

Guillén Fabienne P., Trabelsi Salah, 2012 (dir.), Les Esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velázquez.

Hair Paul E. H., 1980, Black African Slaves at Valencia, 1482-1516 : An Onomastic Inquiry, History in Africa 7 : 119-131.

Hanan Melanie, 2006, Exotic, Demonic, or Economic: Using Black Africans for Political Gain in Western European Medieval Art, 1000-1400, Enarratio 13: 24-45.

Handler Andrew, 1988, The ‘abīd under the Umayyads of Cordova and the mulūk al-tawā’if, in Robert Dán (ed.), Occident and Orient. A Tribute to the Memory of Alexander Scheiber, Budapest / Leiden, Akadémiai Kiadó / E. J. Brill: 229-240.

Heers Jacques, 1981, Esclaves et domestiques au Moyen Âge dans le monde méditerranéen, Paris, Fayard.

Henriques Isabel Castro, 2011, Os Africanos em Portugal. História e memória. Séculos XV-XXI / Les Africains au Portugal. Histoire et mémoire, xve-xxie siècle, Lisbonne, Comité Português do Projecto Unesco « A Rota do Escravo » / Comité portugais du projet UNESCO « La Route de l’Esclave ».

Hernández Franco Juan, 2011, Sangre limpia, sangre española : la limpieza de sangre, Madrid, Cátedra.

Hershenzon Daniel, 2018, The Captive Sea. Slavery, Communication, and Commerce in Early Modern Spain and the Mediterranean, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Hernando i Delgado Josep, 2003, Els esclaus islàmics a Barcelona : blancs, negres, llors i turcs : de l’esclavitud a la llibertat (s. xiv), Barcelone, Consell Superior d’Investigacions Científiques, Intitució Milà i Fontanais, Departament d’Estudis Medievals.

HitzelFrédéric, 2012, L’esclavage en territoire ottoman à l’époque moderne, in Roger Botte, Alessandro Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala : 263-281.

Honeck Mischa, Klimke Martin, Kuhlmann Anne (eds), 2016 [2013], Germany and the Black Diaspora. Points of Contact, 1250-1914, New York / Oxford, Berghahn.

Horta José da Silva, 1991, A imagem do Africano pelos Portugueses antes dos contactos, in Luís de Albuquerque et al., O Confronto do Olhar : O encontro dos povos na época das Navegações portuguesas, séculos XVe XVIes : Portugal, Africa, Asia, América, Lisbonne, Ed. Caminho: 41-70.

Houchins, Sue E., Fra-Molinero Baltasar, 2018 (eds), Black Bride of Christ: Chicaba, an African Nun in Eighteenth-Century Spain, Nashville, Vanderbilt University Press.

Huici Miranda Ambrósio, 1951, « Al-Hulal al-Mawsiyya ». Crónica árabe de las dinastías Almorávide, Almohade y Benimerín, Tétouan, Editora Marroquí.

— 1955, Kitāb al mu‘yīb fī taljīs ajbār al-Magrib [...], Tétouan, Editora Marroquí.

— 1962, Contribucion al estudio de la dinastia almoravide. El gobierno de Tasfīn ben ‘Alī ben Yūsuf, en el Andalus, in Marcel Bataillon, Jacques Berque, Louis Massignon, Gaston Wiet, Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris, Maisonneuve et Larose, II : 605-621.

Hunwick John O., 1992, Black Slaves in the Mediterranean World: Introduction to a Negleted Aspect of the African Diaspora, in Elizabeth Savage (ed.), The Human Commodity. Perspectives on the Trans-Saharan Slave Trade, Londres, Frank Cass: 5-38.

— 2004, The Religious Practices of Black Slaves in the Mediterranean Islamic World, in Paul E. Lovejoy (ed.), Slavery on the Frontiers of Islam, Princeton, Markus Wiener Publishers: 149-171.

— 2007, The Same but Different: Africans in Slavery in the Mediterranean Muslim World, in John O. Hunwick, Eve Troutt Powell (eds), The African Diaspora in the Mediterranean Lands of Islam, Princeton, Markus Wiener Publishers: IX-XXIV.

Ibn Al-Athīr, 1898, Annales du Maghreb et de l’Espagne, trad. E. Fagnan, Alger, Adolphe Jourdan.

— 1965 Kitāb al-Kāmil fī l-tā’rīkh, Beyrouth, Dār sādir, vol. X.

Ibn Al-Khaṭib, 1956, Kitāb a‘māl al-a‘lām fī man būyi‘ a qabla l-iḥtilām min mulūk al-Islām, éd. Évariste Lévi-Provençal, Beyrouth, Dār al-Makshūf.

Ibn Al-Qaṭṭān, 1990, Nazm al-ŷumān, éd. Maḥmūd ‘Alī Makkī, Beyrouth, Dār al-Garb al-Islāmī.

Izquierdo Labrado Julio, 2004, La esclavitud en la Baja Andalucía. II. El difícil camino hacia la libertad, Huelva, Diputacíon Provincial de Huelva.

Jordan Annemarie, 2005, Images of Empire : Slaves in the Lisbon Household and Court of Catherine of Austria, in Thomas F. Earle, Kate J. P. Lowe (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press : 155-180.

Juan Manuel Don [infant de Castille], 1331-1335, El conde Lucanor o Libro de los enxiemplos, www.biblioteca.org.ar/libros/130633.pdf.

Kabo Raymond, 1984, Les Esclaves africains face à l’Inquisition espagnole. Les procès de sorcellerie et de magie, thèse de troisième cycle, études ibériques, Montpellier, université Montpellier 3.

Kaiser Wolfgang, 2006, Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (xvie-xviie siècles), in Simonetta Cavaciocchi (dir.), Ricchezza del mare. Ricchezza dal mare, secc. xiii-xviii, atti della Trentasettesima settimana di studi, 11-15 aprile 2005, Florence, Le Monnier, vol. II : 689-701.

Kaiser Wolfgang (dir.), 2008, Le Commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, xve-xviiie siècle, Rome, École française de Rome.

Kaplan Paul H. D., 1987, Black Africans in Hohenstaufen Iconography, Gesta 26 (1) : 29-36.

— 2016 [2013], The Calenberg Altarpiece : Black African Christians in Renaissance Germany, in Mischa Honeck, Martin Klimke, Anne Kuhlmann (eds), Germany and the Black Diaspora. Points of Contact, 1250-1914, New York / Oxford, Berghahn : 21-37.

Khiat Salim, 2012, De la négrophobie en Algérie. Autopsie des mots qui disent le Mal en couleurs, in Stéphanie Pouessel (dir.), Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires, Tunis / Paris, IRMC / Karthala : 63-74.

Khoury René, 1980, Contribution à une bibliographie du zār [avec 2 planches], Annales islamologiques 16 : 359-374.

Ladero Quesada Miguel Ángel, 1967, La esclavitud por guerra a fines del siglo xv : el caso de Málaga, Hispania 27 (105) : 63-88.

— 1979, Granada : Historia de un país islámico (1232-1571), Madrid, Gredos.

Lafont Anne, 2019, L’Art et la race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières, Dijon, Les presses du réel.

Lagardère, Vincent, 1990, Le Vendredi de Zallāqa. 23 octobre 1086, Paris, L’Harmattan.

Lahon Didier, 1999, O Negro no coração de Império : uma memória a resgatar, Séculos xv-xix, Lisbonne, SCPEM – Ministério de Educação / Casa do Brasil de Lisboa.

— 2000, Exclusion, intégration et métissage dans les confréries noires au Portugal (xvie-xixe siècle), in Berta Ares Queija, Alessandro Stella (coord.), Negros, Mulatos, Zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, Consejo Superior de Investigaciones Científicas : 275-311.

— 2001a, L’esclavage au Portugal. Utopie et réalité, Cahiers des Anneaux de la mémoire 3 : 147-175.

— 2001b, Esclavage et confréries noires au Portugal durant l’Ancien Régime (1441-1830), thèse de doctorat en anthropologie sociale et culturelle, 2 vol. , Paris, EHESS.

— 2003, Esclavage, confréries noires, sainteté noire et pureté du sang au Portugal (xvie-xviiie siècles), Lusitania Sacra 15 : 119-162.

— 2004a, Inquisição, pacto com o demônio e “magia” africana em Lisboa no século XVIII, Topoi 5 (8) : 9-70.

— 2004b, O escravo africano na vida económica e social portuguesa do Antigo Regime, Africana Studia 7 : 73-100.

— 2009, Saints noirs et iconographie durant l’époque de l’esclavage dans la péninsule Ibérique et au Brésil, xviie-xixe siècles, Cahiers des Anneaux de la mémoire 12 : 22-45

Lahon Didier, Neto Maria Cristina, 1999 [commissaires scientifiques], Os Negros em Portugal, sécs. xv a xix, Mosteiro dos Jerónimos, 23 de Setembro de 1999 a 24 de Janeiro de 2000 (catálogo de exposição), Lisbonne, Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses.

Lange Dierk, 1977, Chronologie et histoire d’un royaume africain, Wiesbaden, Franz Steiner.

— 1979, Un document de la fin du xviie siècle sur le commerce transsaharien, Revue française d’histoire d’outre-mer 242-243 (66) : 211-222.

Lapiedra Eva, 2006, ‘Ulūǧ, rūm, muzarabes y mozárabes : imágenes encontradas de los cristianos de al-Andalus, Collectanea Christiana Orientalis 3 : 105-142.

Larquié Claude, 1996, L’esclavage dans une capitale : Madrid au xviie siècle, in Henri Bresc (dir.), Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, L’Harmattan : 177-200.

Lazreg Mohamed, 1995, Le Rôle économique du Djerid à partir du iie siècle de l’Hégire / ixe siècle après J.-C., thèse de doctorat en histoire, Paris, université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Lefebvre Camille, 2015, Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, xixe-xxe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne.

Lehoux Françoise, 1966, Jean de France, duc de Berry. Sa vie. Son action politique (1340-1416), vol. I, Paris, Éditions A. et J. Picard.

Lev Yaacov, 1987, Army, Regime and Society in Fatimid Egypt, 358-487 / 968-1094, International Journal of Middle East Study 19 (3) : 337-365.

Lévi-Provençal Évariste, 1932, L’Espagne musulmane au xe siècle. Institutions et vie sociale, Paris, Maisonneuve et Larose [rééd. 1996].

— 1947, Séville musulmane au début du xiie siècle. Le traité d’Ibn ‘Abdūn sur la vie urbaine et les corps de métiers, Paris, Maisonneuve et Larose [rééd. 2001].

— 1950 Histoire de l’Espagne musulmane, 3 vol. , Paris, Maisonneuve et Larose [rééd. 1999].

Lobo Cabrera Manuel, 1982, La esclavitud en las Canarias Orientales en el siglo xvi (Negros, Moros i Moriscos), Las Palmas, Ediciones del Excmo, Cabildo Insular de Gran Canaria.

— 1983, Los libertos en la sociedad canaria del siglo XVI, Madrid-Ténérife, Instituto de Estudios Canarios, Consejo Superior de Investigaciones Científicas.

— 1993, La mujer esclava en España en los comienzos de la Edad Moderna, Baetica 15 : 295-315.

Lofkrantz Jennifer, Lovejoy Paul E., 2015, Maintaining Network Boundaries : Islamic Law and Commerce from Sahara to Guinea Shores, Slavery and Abolition 36 (2) : 211-232.

Lombard Maurice, 1971, L’Islam dans sa première grandeur. viiie-xie siècle, Paris, Flammarion.

López García José Miguel, 2016, El mercado de esclavos en Madrid a finales del Antiguo Régimen, 1701-1830, Historia Social 85 : 45-62.

López Pérez María Dolores, 1995, La Corona de Aragón y el Maghreb en el Siglo xiv (1331-1410), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institución Mila y Fontanals.

Lovejoy Paul E., 1984, Commercial Sectors in the Economy of the Nineteenth-century Central Sudan : The Trans-Saharan Trade and the Desert-Side Salt Trade, African Economic History 13 : 85-116.

Lowe Kate, 2013, Visible Lives : Black Gondoliers and Other Black Africans in Renaissance Venice, Renaissance Quarterly 66 (2) : 412-452.

— 2015, The Global Population of Renaissance Lisbon : Diversity and its Entanglements, in Annemarie Jordan Gschwend, Kate P. J. Lowe (eds), The Global City. On the Streets of Renaissance Lisbon, Londres, Paul Holberton Publishing : 56-75.

— 2016 [2013], The Black Diaspora in Europe in the Fifteenth and Sixteenth Centuries, with Special Reference to German-Speaking Areas, in Mischa Honeck, Martin Klimke, Anne Kuhlmann (eds), Germany and the Black Diaspora. Points of Contact, 1250-1914, New York / Oxford, Berghahn : 38-56.

Luttrell Anthony, 1965, Slavery and Slaving in the Portuguese Atlantic (to about 1500), in Christopher Fyfe (ed.), The Transatlantic Slave Trade from West Africa, Centre of African Studies, University of Edinburg : 60-80.

McCormick Michael, 2002, New Light on the “Dark Ages” : How the Slave Trade Fuelled the Carolingian Economy, Past and Present 177 : 17-54.

Madrid Cruz María Dolores, 2010, La Libertad y su Criada, la Esclavitud. Algunas Cartas de Compraventa y Libertad de Esclavos en el Madrid del Antiguo Régimen, Cuadernos de Historia del Derecho, vol. extraordinario : 277-302.

Maíllo Salgado Felipe (trad. et commentaires par), 2010 [1991], Crónica anónima de los reyes de taifas, Madrid, Edicíones Akal.

Marín Manuela, 2000, Mujeres en al-Ándalus (Estudios onomástico-biográficos de al-Ándalus, XI), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas.

Martín Casares Aurelia, 2000, La esclavitud en la Granada del siglo XVI : género, raza y religión, Grenade, Universidad de Granada.

— 2005, Free and Freed Black Africans in Granada in the Time of the Spanish Renaissance, in Thomas F. Earle, Kate J. P. Lowe (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press : 247-260.

— 2014, Productivas y silenciadas : el mundo laboral de las esclavas en España, in Aurelia Martín Casares, Rocío Periáñez Gómez (eds), Mujeres esclavas y abolicionistas en la España de los siglos XVI al XIX, Madrid / Francfort, Iberoamericana / Vervuert : 57-94.

— 2016, Juan Latino. Talento y destino. On afroespañol en tiempos de Carlos V y Felipe II, Grenade, Universitad de Granada, Editorial Universitad de Granada.

Martín Casares Aurelia, Margarita García Barranco, 2011 (coord.), La esclavitud negroafricana en la España, siglos xvi y xvii, Grenade, Edit. Comares.

Martín Casares Aurelia, Periáñez Gómez Rocío, 2014 (eds), Mujeres esclavas y abolicionistas en la España de los siglos XVI al XIX, Madrid / Francfort, Iberoamericana / Vervuert.

Marzal Palacios Francisco Javier, 2006, La esclavitud en Valencia durante la Baja Edad Media (1375-1425), thèse de doctorat (« Història. Ciències auxiliars de la història. Història local »), Valence, Universitat de Valencia, Departemento de historia medieval. URL : https://www.tdx.cat/handle/10803/9996 ;jsessionid =C0822162DFF4FF235E3B80D9D495D5A6#page =1

Melián Elvira M., 2012, Chikaba, la primera monja negra en el sistema esclavista finisecular español del siglo XVII, Hispania Sacra LXIV : 565-581.

Mendes António de Almeida, 2008a, Africaines esclaves au Portugal : dynamiques d’exclusion, d’intégration et d’assimilation à l’époque moderne (xve-xvie siècles), Renaissance and Reformation, Renaissance et Réforme 31 (2) : 45-65.

— 2008b, Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord (1440-1640), Annales H.S.S. 4 : 739-768.

Méndez Rodríguez Luis, 2011, Esclavos en la pintura sevillana de los Siglos de Oro, Seville, Universidad de Sevilla-Ateneo de Sevilla.

Meouak Mohamed, 2004, Ṣaqāliba, eunuques et esclaves à la conquête du pouvoir. Géographie et histoire des élites politiques « marginales » dans l’Espagne umayyade, Saarijärvi, Gummerus Kirjapaino Oy.

— 2006, Slaves, Noirs et affranchis dans les armées fāṭimides d’Ifrīqiya : histoires et trajectoires « marginales », in Carmen Bernand, Alessandro Stella (coord.), D’esclaves à soldats. Miliciens et soldats d’origine servile, xiiie-xxie siècles, Paris, L’Harmattan : 15-37.

— 2007, Bukm et ǧināwa, peuples « muets » de l’Afrique subsaharienne médiévale. Remarques linguistiques et historiques, Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hung 60 (3) : 313-329.

— 2012, Esclaves noirs et esclaves blancs en Al-Andalus umayyade et en Ifrīqiya fāṭimide. Couleurs, origines et statuts des élites sūdān et ṣaqāliba, in Roger Botte, Alessandro Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala : 25-53.

Michel Aurélia, 2020, Un monde en nègre et blanc. Enquête historique sur l’ordre racial, Paris, Seuil.

Miège Jean-Louis, 1981, Le commerce transsaharien au xixe siècle, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 32 : 93-119.

Minnich Nelson H., 2005, The Catholic Church and the Pastoral Care of Black Africans in Renaissance Italy, in Thomas F. Earle, Kate J. P. Lowe (eds), Black Africans in Renaissance Europe, Cambridge, Cambridge University Press : 280-300.

Mira Caballos Esteban, 2014, Cofradías étnicas en la España moderna : una aproximación al estado de la cuestión, Hispania Sacra LXVI : 57-88.

Miret y Sans Joaquín, 1917, La esclavitud en Cataluña en los últimos tiempos de la Edad Media, Revue hispanique LXI : 13-119.

Montana Ismael Musah, 2004, Aḥmad ibn al-Qādī al-Timbuktāwī on the Bori Ceremonies of Tunis, in Paul E. Lovejoy (ed.), Slavery on the Frontiers of Islam, Princeton, Markus Wiener Publishers : 173-198.

— 2013, The Abolition of Slavery in Ottoman Tunisia, Gainesville, University Press of Florida.

Montigny Annie, 2002, L’Afrique oubliée des noirs du Qatar, Journal des africanistes 72 (2) : 213-225.

Morabito Vittorio, 2000, San Benedetto il Moro, da Palermo, protettore degli africani di Siviglia, della penisola iberica e d’America latina, in Berta Ares Queija, Alessandro Stella (coord.), Negros, Mulatos, Zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, Consejo Superior de Investigaciones Científicas : 223-273.

— 2011, Du Portugal à l’Inde : l’esclavage des Noirs selon le Florentin Filippo Sassetti (1578-1588), Cahiers des Anneaux de la mémoire 14 : 299-359.

Moreno Isidoro, 1997, La antigua hermandad de los negros de Sevilla : etnicitad, poder y sociedad en 600 años de Historia, Séville, Universitad de Sevilla, Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía.

Moreno Ollero Antonio, 2017, Los esclavos del duque de Medina Sidonia en la primera mitad del siglo XVI, e-Spania [en ligne] 26.

Morgado García Arturo, 2010, Los libertos en el Cádiz de la Edad Moderna, Studia historica. Historia moderna 32 : 399-436.

— 2013a, Una metrópoli esclavista. El Cádiz de la modernidad, Grenade, Editorial Universitad de Granada.

— 2013b, The Presence of Black African Women in the Slave System of Cadiz (1650-1750), Slavery and Abolition 34 (1) : 61-76.

Mota Avelino Teixeira da, 1979, Entrée d’esclaves noirs à Valence (1445-1482) : le remplacement de la voie saharienne par la voie atlantique, Revue française d’histoire d’outre-mer 242-243 : 195-210.

Mrad Dali Inès, 2009, Identités multiples et multitudes d’histoires : les « Noirs tunisiens » de 1846 à aujourd’hui, thèse de troisième cycle en histoire, Paris, EHESS.

— 2015, Les mobilisations des « Noirs tunisiens » au lendemain de la révolte de 2011 : entre affirmation d’une identité historique et défense d’une « cause noire », Politique africaine 4 : 61-81.

Ndamba Kabongo Albert, 1970, Les Esclaves à Séville au début du xviie siècle. Approche de leurs origines et de leur condition à partir des baptêmes, mariages et enterrements enregistrés de 1600 à 1621 dans les paroisses sévillanes de Sainte-Marie et Saint-Ildefonse, mémoire de maîtrise, Toulouse, université de Toulouse – Le Mirail.

— 1975, Les Esclaves à Cordoue au début du xviie siècle (1600-1621). Provenance et conditions sociales, thèse d’histoire, Toulouse, université de Toulouse – Le Mirail.

Nef Annliese, 2011, Conquérir et gouverner. La Sicile islamique aux xie et xiie siècles, Rome, Publications de l’École française de Rome.

Neto Maria Cristina, 2019, Negros de Lisboa vistos por un anónimo quinhentista, in Maria do Rosário Pimentel, Maria do Rosário Monteiro (coord.), Senhores e Escravos nas Sociedades Ibero-Atlânticas, Lisbonne, Cham / Húmus : 141-153.

Neves Maria João, Almeida Miguel, Ferreira Maria Teresa, 2009, Separados na vida e na morte : retrato do tratamento mortuário dado aos escravos africanos na cidade moderna de Lagos, actas do 7o Encontro de Arqueologia do Algarve, Silves, 22, 23 e 24 Outubro, XELB 10 : 547-560.

Nogueira da Silva Cristina, Grinberg Keila, 2011, Soil Free from Slaves : Slave Law in Late Eighteenth-Century Portugal, Slavery and Abolition 32 (3) : 431-446.

Oliveira Cristóvão Rodrigues de, 1987 [1551], Lisboa em 1551. Sumário : em que brevemente se contêm algumas coisas assim eclesiásticas como seculares que há na cidade de Lisboa, Lisbonne, Livros Horizonte.

Oliveira Eduardo Freire de, 1885, Elementos para a historía do municipio de Lisboa, Lisbonne, Typographia Universal.

Orsoni-Avila Françoise, 1997, Les Esclaves de Lucena (1539-1700), Paris, Publications de la Sorbonne.

Ortega Sagrista Rafael, 1957, La Cofradía de los Negros en el Jaén del Siglo XVII, Boletín del Instituto de estudios jiennenses IV (1-2) : 125-133.

Ortiz de Zúñiga Don Diego, 1796, Anales eclesiásticos y seculares de la muy noble y muy real ciudad de Sevilla, metrópoli de la Andalucia : que contienen sus mas principales memorias desde el año de 1246 hasta el de 1671, Madrid, Imprenta Real.

Otele Olivette, 2020, African Europeans : An Untold History, Londres, C. Hurst.

Oualdi M’Hamed, 2011, Esclaves et maîtres. Les mamelouks des beys de Tunis du xviie siècle aux années 1880, Paris, Publications de la Sorbonne.

— 2020, A Slave Between Empires : A Transimperial History of North Africa, Columbia, Columbia University Press.

Özkoray Hayri Gökşin, 2016, La géographie du commerce des esclaves dans l’Empire ottoman et l’implication des marchands d’Europe occidentale, Rives méditerranéennes 53 : 103-121.

— 2017, L’Esclavage dans l’Empire ottoman (xvie-xviie siècle) : fondements juridiques, réalités socio-économiques, représentations, thèse d’histoire, Paris, EHESS.

Pantera Pantero, 1614, L’Armata navale, Rome, Egidio Spada.

Pereira Bayaõ José, 1737, Portugal cuidadoso, e lastimado com a vida e perda do Senhor Rey Dom Sebastião, o desejado de saudosa memoria, Lisbonne, chez Antonio de Sousa da Sylva.

Pérès Henri, 1953, La Poésie andalouse en arabe classique au xie siècle, Paris, Adrien Maisonneuve.

Pérez de Tudela y Velasco María Isabel, 1998, Guerra, violencia y terror. La destrucción de Santiago de Compostela por Almanzor hace mil años, En la España Medieval 21 : 9-28.

Pérez García Rafael M, Fernández Chaves Manuel F., 2015, La cuantificación de la población esclava en la Andalucía moderna, Varia Historia 31 (57) : 711-740.

Periáñez Gómez Rocío, 2010, Negros, mulatos y blancos : los esclavos en Extramadura durante la edad moderna, Badajoz, Diputación de Badajoz.

— 2019, La liberación de los esclavos en la Extremadura de la Edad Moderna, in Maria do Rosário Pimentel, Maria do Rosário Monteiro (coord.), Senhores e Escravos nas Sociedades Ibero-Atlânticas, Lisbonne, Cham / Húmus : 291-307.

Petit Carlos, 2014, Negros y Mulatos. Españoles de ambos hemisferios, Historia constitucional 15 : 155-204.

Phillips William D. Jr., 2014, Slavery in Medieval and Early Modern Iberia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Picard Christophe, 1998, La présence des gens d’Al-Andalus dans l’Occident maghrébin aux xe et xie siècles. Les raisons économiques, in Michel Balard, Alain Ducellier (dir.), Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Paris, Publications de la Sorbonne : 475-483.

— 2007, Bahriyyūn, émirs et califes : l’origine des équipages des flottes musulmanes en Méditerranée occidentale (viiie-xe siècle), Medieval Encounters 13 (3) : 413-451.

Pike Ruth, 1967, Sevillian Society in the Sixteenth Century : Slaves and Freedmen, The Hispanic American Historical Review 47 (3) : 344-359.

— 1972, Aristocrats and Traders : Sevillian Society in the Sixteenth Century, Ithaca, Cornell University.

Pimentel Maria do Rosário, Monteiro Maria do Rosário (coord.), 2019, Senhores e Escravos nas Sociedades Ibero-Atlânticas, Lisbonne, Cham / Húmus, https://research.unl.pt/ws/portalfiles/portal/17564426/Senhores_e_Escravos_DIGITAL.pdf

Pinheiro Fernanda Aparecida Domingos, 2013, Em defesa da liberdade : libertos e livres de cor nos tribunais do Antigo Regime português (Mariana e Lisboa, 1720-1819), tese doutorado, Universidade Estadual de Campinas, Instituto de filosophia e ciências humanas, Campinas, http://www.repositorio.unicamp.br/handle/REPOSIP/280058

Poché Christian, 1993, Un nouveau regard sur la musique d’Al-Andalus : le manuscrit d’al-Tīfāshī, Revista de musicología 16 (1) : 367-379.

Prémare Alfred-Louis de, Pierre Guichard, 1981, Croissance urbaine et société rurale à Valence au début de l’époque des royaumes de Taifas (xie siècle), Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 31 : 15-30.

Prevost Virginie, 2008, L’Aventure ibāḍite dans le Sud tunisien (viiie-xiiie siècle). Effervescence d’une région méconnue, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica.

Puente Cristina de la, 2010, Mano de obra esclava en Al-Andalus, Espacio, Tiempo y Forma, Serie III, H.a Medieval 23 : 135-147.

— 2017, The Ethnic Origins of Females Slaves in al-Andalus, in Matthew S. Gordon, Kathryn A. Hain (eds), Concubines and Courtesans. Women and Slavery in Islamic History, New York, Oxford University Press : 114-141.

Rāġib Yūsuf, 2002, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale, 1, Cahier des Annales islamologiques, Le Caire, IFAO, 23.

Rarey Matthew Francis, 2018, Assemblage, Occlusion, and the Art of Survival in Black Atlantic, African Arts 51 (4) : 20-33.

Rau Virgínia, 1943, Subsídios para o estudo das feiras medievais portugueses, Lisbonne, Bertrand (Irmâos).

Reina Manuel Francisco, 2007 (ed.), Antología de la poesía andalusí, Madrid, Edaf.

Rema Henrique Pinto, 1966, A primeira evangelizacão da Guiné (1434-1533), Boletim cultural da Guiné portuguesa XXI (83) : 307-351.

Renault François, 1982, La traite des esclaves noirs en Libye au xviiie siècle, Journal of African History 23 (2) : 163-181.

— 1989, La Traite des Noirs au Proche-Orient médiéval, viie-xive siècles, Paris, Geuthner.

Restifo Giuseppe, 2013, Même les esclaves peuvent avoir une confrérie, Cahiers de la Méditerranée 87 : 291-300.

Reynolds Dwight F., 2017, The Qiyan of al-Andalus, in Matthew S. Gordon, Kathryn A. Hain (eds), Concubines and Courtesans. Women and Slavery in Islamic History, New York, Oxford University Press : 100-123.

Ribeiro Victor, 1902, A Santa Casa da Misericôrdia de Lisboa (subsídios para a sua história) : 1498-1898, Lisbonne, Academia Real das Sciencias.

Ribera y Tarragó Julián, 1912, Discursos leídos ante la Real Academia Española, Madrid, Estanislao Maestre.

—, 1928, Dissertaciones y opúsculos, Madrid, Estanislao Maestre.

Rodinson Maxime, 1966, Islam et capitalisme, Paris, Seuil.

Rodríguez Mateos José, 1995, De los esclavos y marginados : Dios de blancos y piedad de negros. La cofradía de los Morenos de Sevilla, Acta del II Congresso de Historia de Andalucía. Historia Moderna, t. I, Cordoue, Casajur : 569-582.

Roersch Alphonse, 1940, Correspondance de Nicolas Clénard publiée par Alphonse Roersch, t. II, Notes et commentaire, Bruxelles, Académie royale de Belgique, Palais des Académies.

Rosenberger Bernard, 1987, Maquiller l’esclave (Al-Andalus xiie-xiiie siècle), in Denis Menjot (dir.), Les Soins de beauté. Moyen âge, début des temps modernes, actes du IIIe colloque international, Grasse (26-28 avril 1985), Nice, Université de Nice, Centre d’études médiévales : 319-346.

Rowe Erin Kathleen, 2019, Black Saints in Early Modern Global Catholicism, Cambridge, Cambridge University Press.

Russell Peter Edward, 1978, La « poesia negra » de Rodrigo de Reinosa, Temas de La Celestina y otros estudios, Barcelone, Ariel.

Salicrú i Lluch Roser, 2006, L’esclau com a inversió ? Aprofitament, assalariament i rendibilitat del treball esclau en l’entorn catalá tardomedieval, Recerques 52-53 : 49-85.

— 2010, La explotación de la mano de obra esclava en el Mediterráneo cristiano bajomedieval desde el observatorio catalano-aragonés, Espacio, Tiempo y Forma, Serie III, H.a Medieval 23 : 167-183.

— 2017, De quan els esclaus no eren (només) negres africans : a l’entorn de l’esclavitud i del tràfic d’esclaus a la Mediterrània tardomedieval des de l’observatori barceloní, Drassana : revista del Museu Marítim 25 : 52-65.

— 2018, Fronteras que no son fronteras : musulmanes a norte y sur del estrecho de Gibraltar en el siglo XV, Vegueta. Anuario de la Facultad de Geografía e Historia 18 : 257-277.

Sanchez-Albornoz Claudio, 1967, Espagne préislamique et Espagne musulmane, Revue historique 237 (2) : 295-338.

Santos Maria Emília Madeira, 1994, Mulatos, sua legitimação pela chanceleria Régia no século xvi, Studia 53 : 237-246.

Santos Cabotá María del Rosario, 1997, El mercado de esclavos en la Sevilla de la primera mitad del siglo XVII, in Isidoro Moreno (ed.), La antigua hermandad de los negros de Sevilla : Etnicitad, Poder y Sociedad en 600 años de Historia, Séville, Universitad de Sevilla, Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía : 501-509.

Santos Morillo Antonio, 2003, Primeras manifestationes de la lengua de negro en la literatura ibérica : cominezo de un estereotipo, Philologia hispalensis 17 : 233-255.

Sanz María Jesús, 2007, La procesión del Corpus en Sevilla. Influencias sociales y políticas en la evolución del cortejo, Ars Longa 16 : 55-72.

Šašek Vaclav, 1951 [1577], Commentarius brevis et iucundus itineris..., Olomouc, fac-similé éd. Karolus Hrdina, Prague, Orbis.

Saunders A. C De C. M., 1981, The Life and Humour of João de Sá Panasco, o Negro, Former Slave, Court Jester and Gentleman of the Portuguese Royal Household (fl. 1524-1567), in Frederick William Hodcroft, David G. Pattison, R. D. F. Pring-Mill, R. W. Truman (eds), Mediaeval and Renaissance Studies on Spain and Portugal in Honour of P. E. Russell, Oxford, The Society for the Study of Mediaeval Languages and Literature : 180-191.

— 1982, A Social History of Black Slaves and Freedom in Portugal, 1441-1555, Cambridge, Cambridge University Press.

Savage Elizabeth, 1992a, Berbers and Blacks : Ibāḍī Slave Traffic in Eighth-Century North Africa, Journal of African History 33 (3) : 351-368.

Savage Elizabeth, 1992b (ed.), The Human Commodity. Perspectives on the Trans-Saharan Slave Trade, Londres, Frank Cass.

Schwartz, Roberta Freund, 2001, En busca de liberalidad : Music and Musicians in the Courts of the Spanish Nobility, 1470-1640, Ph. D., University of Illinois at Urbana-Champaign.

Sebiane Maho, 2014, Entre l’Afrique et l’Arabie : les esprits de possession sawahili et leurs frontières, Journal des africanistes 84 (2) : 48-79.

Seignobos Robin, 2010, La frontière entre le bilād al-islām et le bilād al-Nūba : enjeux et ambiguïté d’une frontière immobile (viie-xiie siècle), Afriques 2, https://journals.openedition.org/afriques/800.

Sénac Philippe, Laliena Corbera Carlos, 2018, 1064, Barbastro. Guerre sainte et djihâd en Espagne, Paris, Gallimard.

Silleras-Fernández Núria, 2007, Nigra sum sed formosa : Black Slaves and Exotica in the Court of a Fourteenth-Century Aragonese Queen, Medieval Encounters 13 (3) : 546-565.

Sosa Antonio de, 1990 [1612], Diálogo de los Mártires de Argel, Madrid, Hiperión.

Soto i Company Ricardo, 1994, La situació dels andalusins (Musulmans i Batejats) a Mallorca després de la Conquesta Catalana de 1230, Mélanges de la Casa de Velázquez 30 (1) : 167-206.

— 2012, La conquista de Mallorca y la creación de un mercado de esclavos, in Fabienne Guillén, Salah Trabelsi (dir.), Les Esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velázquez : 63-100.

Soyer François, 2007, Muslim Slaves and Freedmen in Medieval Portugal, Al-Qantara XXVIII (2) : 489-516.

— 2010, El comercio de los esclavos musulmanes en el Portugal medieval : rutas, precios y papel económico, Espacio, tiempo y forma. Serie III, H.a Medieval 23 : 265-275.

Spicer Joaneath, 2012 (ed.), Revealing the African Presence in Renaissance Europe, Baltimore, The Walters Art Museum.

Stella Alessandro, 1992, L’esclavage en Andalousie à l’époque moderne, Annales ESC 47 (1) : 35-63.

— 1996, « Herrado en el rostro con una S y un clavo » : l’homme-animal dans l’Espagne des xve-xviiie siècles, in Henri Bresc (dir.), Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, L’Harmattan : 147-163.

— 2000a, Histoires d’esclaves dans la péninsule Ibérique, Paris, Éditions de l’EHESS.

— 2000b, « Mezclándose carnalmente ». Relaciones sociales, relaciones sexuales y mestizaje en Andalucía Occidental, in Berta Ares Queija, Alessandro Stella (coord.), Negros, Mulatos, Zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, Consejo Superior de Investigaciones Científicas : 175-188.

— 2012, Destins d’affranchis noirs et blancs en Andalousie à l’époque moderne, in Roger Botte, Alessandro Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – xxe siècle), Paris, Karthala : 297-313.

Sweet James H., 2013, The Hidden Histories of African Lisbon, in Jorge Cañizares-Esguerra, Matt D. Childs, James Sidbury (eds), The Black Urban Atlantic in the Age of the Slave Trade, Philadelphie, University of Pennsylvania Press : 233-247.

— 2016 [2009], Slaves, Convicts, and Exiles : African Travellers in the Portuguese Atlantic World, 1720-1750, in Caroline A. Williams (ed.), Bridging the Early Modern Atlantic World. People, Products, and Practices on the Move, Farnham, Ashgate : 193-202.

Talbi Mohamed, 1982, Droit et économie en Ifrīqiya au iiie / ixe siècle. Le paysage agricole et le rôle des esclaves dans l’économie du pays, Études d’histoire ifriqiyienne et de civilisation musulmane médiévale, Tunis, Publication de l’université de Tunis : 185-229.

Tangi Madja, 1998, Contribution à l’étude de l’histoire des « Sudan » au Maroc du début de l’islamisation jusqu’au début du xviiie siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (thèse d’histoire).

Tibi Amin T., 1986, The Tibyān. Memoirs of ‘Abd Allāh b. Buluggīn last Zīrid of Granada, Leide, E. J. Brill.

Thiry Jacques, 1995, Le Sahara libyen dans l’Afrique du Nord médiévale, Louvain, Uitgeverij Peeters en Departement Oosterse Studies.

Thornton John K., 2001, Les débuts des relations luso-congolaises : une nouvelle interprétation, Cahiers des Anneaux de la mémoire 3 : 39-63.

Tinhorão José Ramos, 1988, Os Negros em Portugal. Uma presença silenciosa, Lisbonne, Caminho (2e éd.).

Toledano Ehud R., 1998, Slavery and Abolition in the Ottoman Middle East, Seattle, University of Washington Press.

— 2009, Bringing the Slaves Back In, in Behnaz A. Mirzai, Ismael Musah Montana, Paul E. Lovejoy (eds), Slavery, Islam and Diaspora, Trenton, Africa World Press : 7-20.

Valérian Dominique, 2014, La diaspora andalouse et le commerce des ports maghrébins (xie-xve siècle), Les Cahiers de Framesp 16, https://journals.openedition.org/framespa/2939.

— 2019, Ports et réseaux d’échanges dans le Maghreb médiéval, Madrid, Casa de Velázquez.

Veinstein Gilles, 2020, Les Esclaves du sultan chez les Ottomans. Des mamelouks aux janissaires (xive-xviie siècles). Deux ans de cours au Collège de France, édité par Elisabetta Borromeo, Paris, Les Belles Lettres.

Venco Clément, 2018, Par-delà la frontière : marchands et commerce d’esclaves entre la Gaule carolingienne et Al-Andalus (viiie-xe siècle), in Sébastien Gasc, Philippe Sénac, Clément Venco, Carlos Laliena Corbera (eds), Las Fronteras pirenaicas en la Edad Media (siglos vi-xv) / Les Frontières pyrénéennes au Moyen Âge (vie-xve siècle), Saragosse, Prensas de la Universidad de Zaragoza : 125-167.

Verlinden Charles, 1935, L’esclavage dans le monde ibérique médiéval, Anuario de historia del derecho español XII : 361-424.

— 1955, L’Esclavage dans l’Europe médiévale. I. Péninsule ibérique, France, Bruges, De Tempel.

— 1966, Esclavage noir en France méridionale et courants de traite en Afrique, Annales du Midi 77-78 : 335-343.

— 1977, L’Esclavage dans l’Europe médiévale. II. Italie. Colonies italiennes du Levant. Levant latin. Empire byzantin, Gand, Rijksuniversiteit.

Ver-Ndoye Naïl, Fauconnier Grégoire, 2018, Noir. Entre peinture et histoire, Mouans-Sartoux, Omniscience.

Vidal Castro Francisco, 2008, Los cautivos en Al-Andalus durante el Califato Omeya de Córdoba. Aspectos jurídicos, sociales y económicos, Miscelánea de estudios árabes y hebraicos. Sección Árabe-Islam 57 : 359-398.

Vincent Bernard, 1996, L’esclavage en milieu rural espagnol au xviie siècle : l’exemple de la région d’Alméria, in Henri Bresc (dir.), Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, L’Harmattan : 165-176.

— 2000a, Les Noirs à Oran aux xvie et xviie siècle, in Berta Ares Queija, Alessandro Stella (coord.), Negros, Mulatos, Zambaigos. Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, Consejo Superior de Investigaciones Científicas : 59-66.

— 2000b, Les confréries de Noirs dans la péninsule Ibérique (xve-xviiie siècles), in David González Cruz (ed.), Religiosidad y costumbres populares en Iberoamérica, Huelva, Universitad de Huelva : 17-28.

— 2004, Représentations du noir dans la péninsule Ibérique xve-xviie siècles, in Jacques Soubeyroux (dir.), Rencontres et construction des identités. Espagne et Amérique latine, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne : 33-42.

— 2008, Pour une histoire des confréries noires, in Bernard Dompnier, Paola Vismara (études réunies par), Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (mi-xve – début xixe siècle), Rome, École française de Rome : 243-260.

— 2010, L’esclavage en Méditerranée occidentale (xvie-xviiie siècle), Cahiers des Anneaux de la mémoire 13 : 47-71.

Walker Timothy, 2004, Sorcerers and Folkhealers : Africans and Inquisition in Portugal (1680-1800), Revista Lusófona de Ciência das Religiões III (5-6) : 83-98.

Walz Terence, 1972, Notes on the Organization of the African Trade in Cairo, 1800-1850, Annales islamologiques XI : 263-286.

— 1985, Black Slavery in Egypt During the Nineteenth Century as Reflected in the Mahkama Archives of Cairo, in John Ralph Willis (ed.), Slaves and Slavery in Muslim Africa II, Londres, Frank Cass : 137-160.

Walz Terence, Cuno Kenneth M., 2011 (eds), Race and Slavery in the Middle East. Histories of Trans-Saharan Africans in Nineteenth-Centuty Egypt, Sudan, and the Ottoman Mediterranean, Le Caire, The American University in Cairo Press.

Weiditz Christoph, 1927, Das Trachtenbuch des Christoph Weiditz von seinen Reisen nach Spanien (1529) und den Niederlanden (1531/32), texte édité par Theodor Hampe, Berlin / Leipzig, Walter De Gruyter [réimpr. 1994, New York, Dover Publications].

Weiss Gillian, 2014 [2011], Captifs et corsaires. L’identité française et l’esclavage en Méditerranée, Toulouse, Anacharsis.

Williams Thomas Chatterton, 2021, Autoportrait en noir et blanc. Désapprendre l’idée de race, Paris, Grasset.

Wilks Ivor, 1982, Wangara, Akan and Portuguese in the Fifteenth and Sixteenth Centuries, Journal of African History 23 (3) : 333-349 ; 23 (4) : 463-472.

Wright Elizabeth R., 2016, The Epic of Juan Latino : Dilemmas of Race and Religion in Renaissance Spain, Toronto, University of Toronto Press.

Wright John, 1992, The Wadai-Benghazi Slave Route, in Elizabeth Savage (ed.), The Human Commodity. Perspectives on the Trans-Saharan Slave Trade, Londres, Frank Cass : 174-184.

Zapater Oliva Pablo, 2018, La esclavitud en la España de la Edad Moderna. Una historia de marginación y olvido, thèse d’histoire, Madrid, Universidad Complutense Madrid.

Zeltner Jean-Claude, 1980, Pages d’histoire du Kanem. Pays tchadien, Paris, L’Harmattan.

Zurara Gomes Eanes de, 1994, Chronique de Guinée (1453), Paris, Éditions Chandeigne.

— 2015 [1792], Crónica do Conde D. Pedro de Menezes, Collecção de livros inéditos da História Portugueza Lisbonne, Academia Real das Sciências de Lisboa / Imprensa Nacional Casa da Moeda.

Haut de page

Notes

1 Ou à tout le moins l’esclavage, puisqu’il y avait encore des esclaves en Espagne, notamment à Cadix, pourtant considéré comme le berceau du libéralisme après la promulgation de la Constitution de 1812. On en décompte vingt-deux dans le recensement de 1830 (Morgado García 2013a : 322-324). Sur la Constitution de 1812 et la survivance de l’esclavage en Espagne métropolitaine, voir Petit 2014. En Sicile, il y en avait encore en 1812 (Gaudioso 1926 : 31) ; Bono (2016 : 73-75), estime à 2 525 000 le nombre d’esclaves de toutes origines ayant vécu en Europe entre 1500 et 1799. Sur l’Italie de la seconde moitié du xviiie siècle et de la première moitié du xixe siècle, voir Bonazza 2019 ; sur Venise, voir Braunstein 2012, Lowe 2013.

2 « À partir de 1128 au plus tard des Barcelonais vont pratiquer le trafic d’esclaves sur le marché de Gênes » (Bonnassie 1976, II : 858). Sur la fonction de l’esclavage bas-médiéval et ses différences avec l’esclavage colonial de l’époque moderne, voir Furió 2006 : 249-263.

3 Charles Verlinden (1955, 1977) a été l’un des premiers (avec Antonio Domíngo Ortiz et Salvatore Bono) à mettre en évidence la persistance de l’institution servile en Europe du Sud.

4 Paiement par l’esclave à son propriétaire d’une certaine somme d’argent pouvant atteindre le double voire le triple ou le quatruple du prix d’achat initial. Le contrat réunissant maître et esclave précisait le montant total à acquitter et les mensualités prévues pour réunir cette somme.

5 Sans parler, dans le monde chrétien, des Grecs considérés comme schismatiques et vendus par les Génois à Chypre ; des Sardes, pourtant bons chrétiens, mais malencontreusement ennemis des Catalans ; des morisques également chrétiens mais rebelles, accusés par la Couronne du délit de « lèse-majesté divine et humaine ».

6 Sur l’émergence dans les arts visuels de l’esclave et de l’affranchi comme sujet : Devisse 1979 ; Devisse et Mollat 1979 ; Kaplan 1987, 2016 ; Hanan 2006 ; Spicer 2012 ; Lowe 2016 ; Fromont 2018 ; Ver-Ndoye et Fauconnier, 2018 ; Fracchia 2019 : 154-194 ; Lafont 2019 ; Rowe 2019 : 127-169. Et, dans le corpus littéraire musulman illustré : Caiozzo 2009.

7 Dans l’Antiquité gréco-romaine, les esclaves étaient massivement des blancs. Ils venaient de toutes les régions du monde connues des Anciens. En Grèce, dans l’Athènes classique (ve et ive siècles avant notre ère), la quasi-totalité des esclaves étaient d’origine « barbare » : d’Asie Mineure, de Thrace, d’Illyrie, de la mer Noire, de Syrie et d’Égypte. Sans oublier les Grecs bien sûr. Dans l’Empire romain, la grande majorité des esclaves provenait de l’assujettissement des peuples conquis et, pour la plupart, d’Europe, à l’exception des Numides et des captifs de la Guerre juive (66-70 de notre ère) : 150 000 captifs épirotes (grecs et albanais), 150 000 captifs celtes (cimbres et teutons), tandis que l’on attribue à César la vente de plus de 400 000 Gaulois à la suite de la guerre des Gaules, respectivement en 167, 104 et 58-51 avant notre ère. Sans compter les esclaves acquis par le biais de la traite.

8 Sur le fait que la croissance économique commerciale carolingienne des viiie-ixe siècles a été financée en vendant des Européens comme esclaves au monde arabe, voir McCormick 2002. Pour une réévaluation du modèle historiographique classique, notamment du rôle des marchands juifs, voir Venco 2018.

9 Constable (1994 : 203-206 ; 1996). Ce commerce des Slaves d’Europe centrale, balkanique ou russe s’éteint vers le milieu du xie siècle corrélativement à leur progressive conversion au christianisme. Dans l’État fātimide, ils seront remplacés par des Turcs et des Arméniens.

10 En général, on cherchait plutôt la rédemption (paiement d’une rançon) du captif que son utilisation définitive comme esclave : dans ce contexte sa valeur marchande comptait plus que sa valeur travail (Soto i Company 1994 : 181). Kaiser (2006 : 690) en souligne la distinction analytique : « Le captif est un butin vivant destiné à être revendu et rendu à un prix nettement supérieur au prix d’un esclave ; si le rachat échoue, le captif peut être vendu comme esclave, ce qui n’est que le second best choice pour son maître. »

11 Sing. jillīqī, terme que Ribera y Tarragó (1912 : 11-16) traduit par le générique « galicien » ; voir également Vidal Castro 2008.

12 Al-Marrākushī (1893 : 31) : « Les pères faisaient alors assaut de luxe en fait de vêtements, de parures et d’immeubles quand il s’agissait de doter leurs filles que, sans cela, ils n’auraient pas trouvé à marier, tant les filles chrétiennes coûtaient peu ; personne, à défaut d’une grosse dot, n’aurait voulu épouser une femme libre. »

13 Pérez de Tudela y Velasco (1998 : 24-25). Voir, également, Escribano López 2017. Sur les chrétiens vivant en Andalousie (« mozarabes ») caractérisés comme des chrétiens arabisés d’origine servile dans les sources médiévales (arabes et latines), voir Lapiedra 2006.

14 Sur l’approvisionnement en esclaves dans l’Empire ottoman en fonction des conquêtes militaires : voir Özkoray 2016 ; Veinstein 2020 : 271-386.

15 Özkoray 2016 : 112-113. L’Égypte et la Syrie furent politiquement dominées, entre 1250 et 1517, par des militaires caucasiens d’origine servile, les mamlūks (Barker 2019 : 186-208). Pour la Tunisie ottomane, voir Oualdi 2011, 2020.

16 Pour le xviiie siècle, le total des esclaves trafiqués se situe aux environs de 150 000. Ils étaient exportés vers toutes les régions de l’Empire ottoman (Renault 1982 : 164, 172). Toledano (1998 : 8) estime que pendant les soixante-dix premières années du xixe siècle, 16 000 à 18 000 esclaves subsahariens entraient chaque année dans l’Empire ottoman (soit au total entre 1 120 000 et 1 260 000). Voir également, Hitzel 2012 ; Özkoray 2017 ; Veinstein 2020.

17 Fontenay (2006 : 823-826). Davis (2006) : une évaluation maximaliste à partir d’extrapolations souvent acrobatiques et sans aucune référence aux sources ottomanes. Sur l’importance idéologique de la question de l’esclavage des Européens et de la perception par la France du monde musulman, voir Weiss 2014.

18 Parmi ces corsaires barbaresques, il y avait beaucoup de « renégats chrétiens ». Sur les trente-cinq rā’is ou capitaines répertoriés par Antonio de Sosa (1990 [1612]), captif à Alger (1577-1581) au même moment que Cervantès, vingt-cinq étaient des convertis à l’islam. Les esclaves affranchis, notamment les convertis, étaient « intégrés à la structure politico-militaire ottomane et devenaient pour ainsi dire Ottomans ; d’où l’expression “se faire Turc” qu’on trouve dans les sources européennes » (Daddi Addoun 2010 : 86).

19 Sur les acteurs, les pratiques et les normes d’une économie de la rançon, voir Kaiser 2006, 2008 ; Fontenay 2008 : 24 ; Boubaker 2008 ; Ghazali, Boubaker et Maziane 2013 ; Hershenzon 2018.

20 Zabīd, sur la côte occidentale, était alors un des grands marchés d’esclaves pour la péninsule Arabique.

21 Verlinden (1955 : 226). L’origine des esclaves n’est pas indiquée dans les sources arabes, sauf cas exceptionnel, comme cette Nubienne achetée pour l’énorme somme de deux cent cinquante dinars almoravides par al-Musāfī, vizir du calife al-Hakam II (Bresc et Nef 1999 : 82-83).

22 Le terme arabe baqt serait une arabisation du latin pactum dérivé du grec pakton : les Arabes auraient ainsi pris la suite d’un accord qui existait depuis longtemps (Hunwick 1992 : 11 ; Seignobos 2010 : 5-8, 42-43).

23 Renault (1989 : 59), qui s’appuie sur une analyse critique des sources arabes.

24 Ainsi à Gênes, au xiiie siècle, recensait-on 23 hommes et 17 femmes noirs (tous dits Sarrasins, dont certains d’ailleurs venus de Minorque), soit 10 % de la population servile de la ville (Balard 1968 : 646-647). Verlinden (1966 : 338, 340) pense que les premières ventes connues d’esclaves noirs dits des monts de Barca à Gênes (1213) et en Sicile (1304), seraient celles de « noirs musulmans [...] résidant en Cyrénaïque [...] la traite transafricaine n’ayant rien à voir ici ». Je pense, au contraire, qu’ils provenaient très précisément de la route transsaharienne depuis le lac Tchad, vieille déjà de plusieurs siècles. Pour les xive et xve siècles, Verlinden souligne justement le rôle de la Cyrénaïque comme point d’aboutissement des routes transsahariennes (id. : 338-343). Au milieu du xve siècle, Zurara signale une traite par les Maures qui vont vendre les noirs à « Mondebarque, qui est au-delà du royaume de Tunis, aux marchands chrétiens qui vont là-bas » (1994 [1453] : 225). Il s’agit, dans ce cas, non de la voie translibyenne, mais bien plus étonnamment de la route transsaharienne de l’ouest, via Wādān.

25 Sur les réseaux d’échanges maritimes et l’intégration du Maghreb à une économie-monde élargie à la Méditerranée latine (fin xie-fin xve siècle), voir Valérian 2019 : 133-217.

26 Principalement, pour le xixe siècle, à partir des archives locales en arabe, voir Abu Alkhir 2016.

27 Par « munt de Barques », les Barcelonais entendaient « le littoral entre le cap Misrata et Tobrouk » (Carrère, 1967, II : 630). Les esclaves noirs des monts de Barca commencent à apparaître en Sicile entre 1310-1359. La traite devient plus massive à partir de 1440 et, entre 1440 et 1460, on y dénombre 101 hommes et 48 femmes (Bresc 2012 : 57-58, 83).

28 En 1399, Martin le Jeune, roi de Sicile, offre à sa mère Maria de Luna deux esclaves noires, la mère et la fille, Rosa et Dominica, qui seront attachées à la cour d’Aragon (Silleras-Fernández 2007 : 551). Dès 1354 et en 1382 les rois d’Aragon envoient comme cadeau des domestiques noirs à la cour de France (Lehoux 1966 : 39-40).

29 Manuscrit du médecin Girard (1685), qui a passé huit ans à Tripoli comme captif (Dewière 2013). Sur la redistribution des esclaves vers les marchés de la Méditerranée occidentale après la prise ottomane de Constantinople, voir De Lucia 2020. Sur les différentes voies caravanières au xviie siècle d’après un manuscrit de Pétis de la Croix, voir Lange 1979. Sur la vente des esclaves en Sicile, voir Brogini et Ghazali 2005.

30 À Barcelone, on en documente 296 entre 1295 et 1400 : voir Hernando i Delgado 2003 : 53. En 1295, le gentilhomme Dalmau de Crexell vend à Berenguer Oromir, citadin barcelonais, quendam sarracenum meum nigrum nomine Fferiç (Miret y Sans 1917 : 11). Et, quelques années auparavant, le 30 janvier 1287, Pedro Dalayet acquiert à Ciudadela de Menorca (Minorque) « un nègre et une négresse » (Verlinden 1955 : 255).

31 Dufourcq (1966 : 138, 351, 464, 551). Il y avait aussi à Fès une colonie catalane et des représentants de sociétés commerciales barcelonaises (id. : 464) ; sans parler d’une très ancienne milice chrétienne à Tlemcen (id. : 150-154). Sur les transactions commerciales entre la couronne d’Aragon et le Maghreb (surtout des Majorquins et des Valenciens), entre 1331 et 1410, et sur le glissement vers l’est des activités d’échange probablement imputable au déplacement des routes transsahariennes, voir López Pérez 1995 : 169-267.

32 Cristina de la Puente en fait le constat pour Al-Andalus, la polysémie des termes arabes ne permet pas de distinguer la plupart du temps entre esclaves et libres, notamment pour les travaux champêtres (2010). Mêmes lacunes quant aux origines ethniques (id., 2017).

33 Lévi-Provençal (1947 : 54 et note 70, 55 et 90). Chez ‘Abdūn le terme « noir » est associé au mot « berbère » : sūdān barābir et ‘abīd al-barābir.

34 Une voie commerciale reliait directement les commerçants ibādites du Djerid au Kawar, à Gao et à Tadmekka (Lazreg 1995 : 151, 217, 228, 229 ; Talbi 1982 : 185-229 ; Puente 2010 : 141).

35 Ce modèle (Palerme fut une ville musulmane de 831 à 1071) se transmettra en héritage dans la Sicile normande et dans celle des Hohenstaufen (Kaplan 1987 ; Bresc 1996 : 103). Sur la garde formée d’esclaves noirs musulmans (jumlat al-‘abīd al-sūd al-muslimīn) des souverains normands mentionnée en 1185 par Ibn Jubayr, voir Bresc 1996 : 104 ; Nef 2011 : 344.

36 Appartenant à l’origine au Zīrīd Manṣūr (984-995), les ‘abīd formèrent progressivement un corps homogène de soldats, ils furent les artisans des succès militaires constants des Zīrīds jusqu’à la défaite de Ḥaydarān (près de Gabès) en 1052 (Brett 1969 : 354-355). Sur les modalités de passage du statut d’esclave à la condition de soldat, voir Meouak 2006.

37 Lévi-Provençal (1950, I : 164, III : 74). Cette milice palatine était composée d’éléments divers (francs, galiciens...) et il existait d’autres unités militaires (Meouak 2004 : 114-115, 223-224).

38 Voir également les représentations suivantes : 1) l’assaut de Madīna Mayūrqa (Palma de Majorque) par Jacques Ier d’Aragon en 1229, un chevalier catalan transperce de son épée un combattant noir, Pinturas murales de la conquista de Mallorca, entre 1285 et 1290 (Museo nacional de Arte de Cataluña, Barcelone), https://commons.wikimedia.org/wiki/File :Croada-Mayurqa-1229.jpg. ; 2) de Bernat Martorell, un retable du milieu du xve siècle : l’archange saint Michel combattant les Sarrasins où figurent deux noirs « ennemis de la foi », l’un se défend avec un cimeterre, l’autre gît au sol, mort (Tarragone, Musée diocésain).

39 Également appelés d’un terme plus restreint jināwī, notamment par al-Zuhrī (Vidal-Castro 2008 : 392-394). En fait, le terme ǧināwa contient un discriminant d’ordre linguistique renvoyant à un préjugé défavorable des Arabes vis-à-vis des peuples noirs (Meouak 2007).

40 Lévi-Provençal (1950, III : 177). Selon l’Andalou Ibn al-Khaṭīb (1956 : 99-102), historien du xive siècle, ils auraient été 2 000 dans le système de la poste (barīd).

41 La victoire de l’Almoravide Yūsuf b. Tāshfīn sur le roi de Castille qui freina pour un temps la reconquête. Selon Ibn Abī Zar‘, les sūdān étaient également présents à Santarem (1184-1185), à Alarcos (1194-1195), à Las Navas (1212), formant un cercle autour de la tente rouge de l’émir (Tangi 1998 : 322).

42 Selon Chalmeta (1988 : 39), qui se réfère à Ibn Ḥayyān (al-Muqtabis, VI), les esclaves noirs (‘abīd) devaient former sous le califat une compagnie liée de quelque manière au corps d’armée des Tangérois (ṭanjiyyīn).

43 Guichard (1990 : 294). La raison de cet assassinat reste inconnue.

44 Dozy (1932 : 225) ; Maíllo Salgado (2010 : 43-44). En 1021, ces esclaves s’étaient déjà levés contre Mujāhid al-‘Āmirī (un esclave ṣaqlabī) de la taifa de Denia, l’avaient déposé et avaient reconnu pour chef al-Manṣūr, (ibid. : 43). Sur l’histoire politique de la taifa de Denia, le rôle de son port et ses réseaux commerciaux dans la Méditerranée, voir Bruce 2013.

45 Handler (1988 : 233-237). Ils se rangèrent le plus souvent aux côtés des Berbères (Ben Abdesselem 2001, Ire partie, chap. ii, 28).

46 Il « mit la main sur une femme pour s’en emparer », Ibn al-Athīr (1898 : 525 ; 1965, X : 392).

47 Zuhayr d’Almería, Muqātil de Tortose, Mubārak et Muẓaffar de Valence, Muǧāhid de Denia, Sābūr de Badajoz, etc. (Meouak 2004 : 196-207).

48 La Chanson de Roland, dont l’écriture est probablement contemporaine de la défaite des croisés à Sagrajas, en souligne toute l’altérité : « la gent maudite, qui est plus noire que l’encre et qui n’a rien de blanc que les dents » (laisse CXLIV, vers 1932-1934). Parmi les nations païennes qui forment les corps d’armées de l’émir Baligant, le huitième est celui des « nigres » (laisse CCXXXII, vers 3229).

49 Sur l’intégration à la fin du xixe siècle du Dar al-Kuti (aujourd’hui en République centrafricaine) dans l’économie esclavagiste du bassin méditerranéen, voir Cordell 1985.

50 Le calife Muʽāwiya (661-680), fondateur du califat umayyade, est le premier dirigeant à adopter la coutume byzantine de faire garder ses femmes par des eunuques. Sur la pérennité du phénomène en Tunisie où le dernier eunuque, Baba Assad, décède en 1962, voir Mrad Dali 2009 : 131-162 ; Montana 2013.

51 La culture en fut abandonnée en raison de la concurrence du système esclavagiste antillais plus « performant » (Ennaji 1997 ; Botte 2010 : 145-187). Au xiie siècle, le géographe grenadin, al-Zuhrī, révélait déjà des exportations de sucre vers l’Ifrīqiya, Al-Andalus et chez les chrétiens (Arié 1991 : 660).

52 Miège (1981 : 100). Pour une réévaluation décade par décade du nombre d’esclaves transportés, voir Lovejoy 1984 : 88-96.

53 Toutefois, les réseaux musulmans de l’Afrique intérieure pouvaient réduire volontairement, selon des facteurs non économiques, le nombre d’esclaves destiné au commerce transatlantique. Voir Lofkrantz et Lovejoy 2015.

54 Concernant le rôle des femmes sous tous les aspects sociaux, économiques, culturels, voir Marín 2000. Il faut établir une périodisation historique : la demande en esclaves-chanteuses était beaucoup plus forte à l’époque des taifas que lors du califat, en raison de la multiplication des centres de pouvoir (id. : 636-641).

55 Di Giacomo (1949 : 74). Sur Ḥafṣa al-Rakūniyya, et plus généralement sur le statut social des femmes de la dynastie nazarí et leur influence sur la politique grenadine, voir Boloix Gallardo 2013.

56 Ibn Ḥabīb, Kitāb al-Wādiḥa, 104/107 (Meouak 2004 : 142).

57 Ibn al-Khaṭīb, al-Iḥāṭa, I, 217 (Meouak 2004 : 143).

58 L’émir d’Albarracín, Hudhayl b. Razīn (m. 1044-1045), régnant sur quelques centaines de kilomètres carrés, investit pourtant, comme le rapporte Ibn Bassam de Badajoz, des sommes considérables dans l’achat d’instruments de musiques et d’esclaves chanteuses (Lévi-Provençal 1950, III : 317 ; Ben Abdesselem 2001 : chap. xviii, 7, 8 ; Guichard 2010 : 118).

59 Sur leur formation et les différentes écoles dans Al-Andalus, voir Cortés García 2018 : 169-181.

60 Avec les apports, selon le Tunisien al-Tīfāshī (1184-1253), du philosophe de Saragosse, Ibn Bājjah (m. en 1139), qui s’enferma « pendant plusieurs années avec d’habiles esclaves [chanteuses] » pour rechercher la fusion entre musique wisigothique et musique arabe ; et à Murcie, d’Ibn al-Hāsib (m. ca 1200). Sur la déconstruction de l’image apologétique de Ziryāb renvoyée par al-Maqqarī, voir Poché 1993 : 374.

61 Ce dernier tomba amoureux de l’esclave préférée de Ziryāb, Mu’ta, noire également, éduquée dans les arts, le chant et la poésie (Reina 2007 : 121).

62 Guichard (2010 : 56). Sur la persistance de l’héritage préislamique dans al-Andalus, voir Sanchez-Albornoz 1967.

63 Lombard (1971 : 194). Al-Maqqarī (1968, IV : 205-211) fournit des indications biographiques sur vingt-cinq poétesses andalouses entre le ixe et le xie siècle, notamment Ishrāq al-Suwaydā’ (Pérès 1953 : 262). Sur les esclaves poétesses, voir Garulo 1998 : 27-29.

64 Ávila (1989 : 150). Dans cet article, Ávila dresse la liste, tant dans le domaine profane que religieux, de cent seize andalouses érudites entre le viiie et le xive siècle dont plus d’une vingtaine d’esclaves (blanches et noires).

65 Goldziher (1971, II : 366). Marín (2000 : 126-128) considère que l’insistance sur le prestige religieux d’‘Ābida al-Madaniyya aurait pu servir à justifier l’écart d’origine sociale entre elle et son mari, et le fait qu’elle était une femme noire.

66 En arabe : wa l-ḥayawān mithl al-raqīq, cité par Rāġib (2002, XI : note 6).

67 Abdeljaouad 2015, Ibn al-Yāsamīn et son poème algébrique, http://images.math.cnrs.fr/Ibn-al-Yāsamīn-et-son-poeme.html; Djebbar 2008. Ibn al-Yāsamīn a été égorgé sur le seuil de sa maison de Marrakech par un fanatique de l’époque, probablement parce qu’il était homosexuel.

68 Maxime Rodinson (1966 : 70-73) remarque, reprenant une idée de Shelomo Dov Goitein, que la « domination des classes d’esclaves-soldats » à partir des alentours du xie siècle empêcha sans doute la naissance d’une bourgeoisie forte (détentrice « en tant que classe du pouvoir politique ») et gêna donc un éventuel développement du « secteur capitalistique ».

69 Elle-même devenait libre à la mort du maître, s’il ne l’avait pas affranchie auparavant. Dans le cas de l’enfant, la mobilité sociale ascendante de celui-ci suivait le statut du père. Sur le plan dynastique, cette disposition permettait l’accès à la succession des enfants de concubines. Ainsi, dans la dynastie umayyade d’al-Andalus, tous les souverains descendaient de mères esclaves ou d’affranchies.

70 Le fait de trouver aujourd’hui dans les sociétés post-esclavagistes, notamment du Maghreb, des communautés diasporiques distinctes et séparées (surtout dans les oasis), et quasi endogamiques, n’invalide pas cette tendance.

71 Sur les raisons de ce silence et du déficit d’études sur l’esclavage des Africains subsahariens dans le monde musulman méditerranéen, voir Hunwick 2007.

72 Durugönül (2003). Sur la manière pour le chercheur de récupérer les voix des assujettis dans le monde ottoman pour les réintégrer dans l’histoire, voir Toledano 2009.

73 Meouak (2012 : 53). La Tunisie, premier pays musulman à avoir aboli l’esclavage en 1846 (Botte 2010 : 59-92), adopta, le 9 octobre 2018, une loi pénalisant toutes les formes de discrimination raciale, et notamment le racisme anti-noirs. Une première dans le monde arabe. Sur le contexte, voir Mrad Dali 2015. En Italie, les manières de parler et de penser l’esclavage, la propriété, l’ethnicité, le travail et la race sont toujours profondément affectées par les mots utilisés à l’époque médiévale dans un contexte esclavagiste (voir Epstein 2001). Sur le poids de l’esclavage dans nos sociétés et l’ordre racial qui régit le monde contemporain, voir Michel 2020, Williams 2021.

74 Par exemple, en 1425, les Portugais s’emparèrent, en vue de Larache, d’une embarcation où se trouvaient « cinquante-trois Maures et trois Maures noires » (forom alli filhados cincoenta e tres Mouros, e tres Mouras negras ; voir Zurara 2015 [1792] : 537). Autre exemple, du côté de la couronne d’Aragon, la prise, en 1424, dans le détroit de Gibraltar d’une embarcation musulmane allant de la côte nazarie (Malaga) à Tanger donne cinq captives noires et deux bords (bastardos) negros (Salicrú i Lluch 2018 : 281, non numérotée).

75 La même nécessité s’était imposée aux États de la couronne d’Aragon, à la fin du xiiie siècle. Sans possibilité de guerre avec les États musulmans dans la Péninsule (après le rattachement à la Castille du royaume de Murcie), Catalans et Valenciens se tournèrent vers les prises en mer et, surtout, vers les marchés du bassin méditerranéen, y compris maghrébins, pour se procurer des esclaves. Sur les trois phases de l’esclavage médiéval méditerranéen, voir Salicrú i Lluch 2017.

76 Luttrell (1965 : 64 ; Soyer 2010 : 495, 497, 501, 505). Parmi les produits vendus aux foires de Guimarães en 1258, je trouve l’indication escravos mouros (Rau 1943 : 49).

77 Mota (1979) avance cette date comme étant celle du basculement d’une traite à l’autre, soit le remplacement de la voie saharienne par la voie atlantique ; sur la période avant 1425, voir Marzal Palacios 2006 ; et, pour l’époque des rois catholiques, voir Cortés Alonso 1972. Sur la provenance de ces esclaves, voir Hair 1980.

78 Lettre royale de D. Afonso V du 3 juin (Oliveira 1885, I : 327).

79 Aux Canaries, jusqu’au premier tiers du xvie siècle, la majorité des esclaves noirs provenaient encore de la voie transsaharienne, à travers le rescate en Berbérie (Lobo Cabrera 1982 : 137).

80 Après cette date, la traite se dirigea massivement vers le Brésil où se développait une économie sucrière fondée sur le travail servile (Saunders 1982 : 7). L’année 1550 fut aussi celle de la controverse de Valladolid entre Bartolomé de Las Casas et Juan Ginés de Sepúlveda sur la légitimité ou l’illégitimité de l’esclavage des Amérindiens.

81 Le Cap-Vert et São Tomé essentiellement. Les Canaries, Madère et les Açores étant surtout des colonies de peuplement européen.

82 À partir de la seconde décennie du xvie siècle, l’Amérique devint le meilleur client du marché d’esclaves sévillan (Franco Silva 1979 : 95-103). Sur le rôle des Afro-Ibériques (marins, soldats, domestiques, concubines), libres ou esclaves, dans le système atlantique ibérique, voir Garofalo 2012.

83 Sur les différents sens du décret de 1761 et sur la construction du mythe selon lequel l’esclavage aurait été aboli à l’époque du marquis de Pombal, voir Nogueira Da Silva et Grinberg 2011.

84 Ballong-Wen-Mewuda (1988 : 122-123, 137) ; Wilks (1982). Dès 1510, les Portugais déploraient la concurrence du réseau mandingue, c’est-à-dire du commerce caravanier transsaharien de l’or auquel ils ne réussirent jamais à se substituer en le détournant vers l’Atlantique ; l’or, et non les esclaves, étant l’unique mobile de la fondation de São Jorge da Mina (Ballong-Wen-Mewuda 1993 : 484-485).

85 Stella (2000a : 64-65, 79). Selon les calculs de Godinho (1991 : 161), de 1441 à 1505, entre 136 000 et 151 000 esclaves seraient entrés au Portugal. Et, entre 1515 et 1520, selon Mendes (2008b : 743) : « 1 000 à 1 500 esclaves quittent annuellement le seul entrepôt d’Arguin à destination de Lisbonne. Autant, sinon davantage, quittent l’entrepôt de Santiago du Cap-Vert à destination de Séville et de Valence ». Pour une analyse de l’« anarchie méthodologique » (alors qu’il existe désormais une historiographie considérable) concernant les données sur la population esclave à l’époque moderne en Andalousie, voir Pérez García et Fernández Chaves 2015.

86 Un chiffre sans doute au-dessous de la réalité, à cause d’un flux parallèle d’approvisionnement du marché aux esclaves peu étudié : le grand nombre d’entrées à titre individuel par des particuliers exonérés des taxes (et donc de tout enregistrement), notamment des religieux (Lahon 2004b : 73-76).

87 Oran sous domination espagnole (1509-1708, 1732-1792), et les autres villes de la côte maghrébine placées sous tutelle, alimentaient un marché d’esclaves noirs vers l’Espagne méridionale (Vincent 2000a).

88 Un capitaine de galère au service du souverain pontife comparant les qualités de rameurs des Maures, des Turcs et des Africains conclut : « Les Noirs sont les pis, et pour la plupart ils meurent de dépression aiguë » (I Negri sono peggiori di tutti, et muoiono la maggior parte di pura malinconia) (Pantera 1614 : 131).

89 La conversion idéologique par le baptême ne supprimait pas la condition servile et, donc, ne faisait pas des esclaves des membres de l’Église en tous points égaux aux autres.

90 À Séville, lors du recensement de 1565 réalisé par des ecclésiastiques, les esclaves (6 327), majoritairement des noirs (75 à 80 %), représentaient 7,2 % de la population totale sévillane (Santos Cabotá 1997 : 501-502).

91 López García (2016). Au xviie siècle (entre 1650-1700), toujours à Madrid, ils représentaient 22,33 % de la population servile (Larquié 1996 : 186).

92 Aux Canaries, les esclaves n’étaient pas seulement présents dans l’industrie sucrière, mais également dans l’agriculture traditionnelle, dans le pastoralisme, auprès des gens de métier, des marchands, des ecclésiastiques, des hommes de pouvoir... Lobo Cabrera (1982 : 183) détaille la grande variété de leurs emplois.

93 Essomba (1981 : 111). Mais à Valence, la culture de la canne à sucre qui commence au début du xve siècle, celle du mûrier et celle du riz, étaient pratiquées par des paysans libres, chrétiens ou musulmans, et non par des esclaves (Furió 2006 : 261).

94 Les salines, exploitées jusqu’au milieu du xxe siècle, sont le seul endroit où vivaient encore des Afro-descendants (Almeida 1954). À l’origine, les esclaves auraient été utilisés en raison de l’énorme mortalité provoquée par le paludisme dont on pensait qu’ils étaient immuns (Brásio 1944 : 20-25). Il existait à Alcácer do Sal, outre la confrérie du village, trois autres confréries de noirs dans les campagnes alentours. Cet exemple, unique dans tout le Portugal, signe la présence d’une forte population d’origine africaine (Fonseca 2016 : 57).

95 C’était très peu le cas en Espagne où la main-d’œuvre agricole libre était « moins chère, plus nombreuse et plus expérimentée que la main-d’œuvre servile » (Domínguez Ortiz 2003 : 387). Franco Silva (1979 : 199), pour l’Andalousie, parle d’« embryon d’esclavage agricole ». À Valence, au moins au xve siècle, les esclaves subsahariens étaient principalement employés dans les champs (Blumenthal 2009 : 96). En réalité, l’historiographie a fait de l’esclavage un phénomène essentiellement urbain, et rares sont les travaux sur l’esclavage rural. Il existe toutefois des exceptions (Vincent 1996) où des esclaves participent à l’économie de la communauté villageoise (travailleurs de la vigne, du lin, moissonneurs, forgerons, selliers, fileurs de soie) ; voir Orsoni-Avila (1997) sur une agro-ville.

96 À Séville, au xviie siècle, les ordres religieux vendaient plus d’esclaves qu’ils n’en achetaient, les esclaves vendus provenant de donations faites aux couvents (Santos Cabotá 1997 : 507-508).

97 Il existait aussi de nombreux esclaves servant comme marins, interprètes, médiateurs entre les capitaines négriers et les marchands africains, voire comme médecins (Candido 2010).

98 En Espagne, pour Cordoue, entre 1600 et 1621, Ndamba Kabongo (1975 : 142) dénombre les acheteurs d’esclaves parmi les trois ordres de la société : 19,8 % de nobles, 16 % d’ecclésiastiques et 46,6 % de roturiers (17,6 % des acheteurs étant inconnus). Quant aux vendeurs, ils se répartissaient ainsi : 12 % de nobles, 12,7 % d’ecclésiastiques et 54,3 % de roturiers (21 % des vendeurs étant inconnus) (ibid. : 57). Les esclaves noirs représentaient un tiers du marché cordouan, la moitié avec les mulâtres (ibid. : 109). Le prix moyen de l’esclave équivalait à la valeur de trois chevaux (ibid. : 100).

99 Pour 200 000 réis par an, de 1468 à 1475, à un riche marchand de Lisbonne, Fernão Gomes.

100 Šašek (1577), compagnon de Leo Rožmitál, cité par Saunders (1982 : 28). Finalement, le roi détermina que quiconque amènerait des esclaves de la Guinée devait les transporter d’abord au Portugal afin d’y obtenir une licence d’exportation. À Braga, Leo de Rožmitál (Šašek 1577 : 70) demanda en cadeau au roi deux « Éthiopiens ». Protestant de la modestie du don, on lui donna un singe en supplément. Rožmitál conduisit les deux esclaves (probablement deux jeunes filles noires) en Bohême (Kaplan 2016 : 30).

101 Costa Lobo (1903 : 48) a calculé qu’entre 1497 et 1527, 80 000 hommes ont ainsi été retirés du marché du travail national. Sur les multiples fonctions économiques des esclaves dans l’agriculture, la pêche, l’industrie, le commerce de rue, le transport de marchandises, les services, voir Fonseca 2010 : 241-278.

102 En réalité, le fait que les provinces du nord qui fournissaient le plus d’émigrants comptaient le moins d’esclaves montre qu’il ne s’agissait pas d’une simple substitution de main-d’œuvre par une autre, mais que les esclaves étaient employés là où l’offre locale de main-d’œuvre libre ne pouvait répondre à la demande (Saunders 1982 : 2, 47-48.).

103 Mendes (2008a : 52). À Séville, au xvie siècle, la situation des travailleurs vieux chrétiens était particulièrement difficile en raison de la présence des esclaves, des affranchis et des morisques qui monopolisaient presque tous les emplois non qualifiés (Pike 1972 : 150).

104 C’est-à-dire qui abolit l’hérédité de l’esclavage. La loi de 1773 libère également tous les esclaves de 4e génération.

105 12 % pour Lagos dans l’Algarve, 10 % pour Evora, entre 2 et 10 % pour les petites villes rurales du nord de l’Alentejo (Saunders 1982 : 50-61 ; Fonseca 1997, 2002, 2010 : 69-101) ; Neto 2019.

106 Denucé (1937 : 30, 48) : Anvers où l’on trouvait après Lisbonne, « le plus grand nombre d’habitants de couleur » et où les registres paroissiaux mentionnaient « beaucoup de baptêmes d’enfants noirs [tandis que] les archives de la ville et les actes des notaires signalent plusieurs libérations d’esclaves nègres ». À la vérité, Séville était le deuxième centre négrier en Europe après Lisbonne et avant Valence.

107 Vers 1550, chacune d’entre elles gagnait 40 réis par jour. Elle donnait 20 à 25 réis à son maître, le reste servait pour sa nourriture pendant le travail. Le soir, elle était nourrie chez son maître (Saunders 1982 : 77 ; voir aussi Brandão 1916 : 59-60, 76, 231, 232 ; Tinhorão 1988 : 112-116).

108 Soit 50 000 personnes, si l’on accepte son estimation de la population de la ville (250 000 habitants) (Morabito 2011 : 312-313).

109 Dutra (2010). Sur la légitimation, entre 1560 et 1577, d’enfants métis nés des relations illégitimes entre un maître et son esclave et la relative indétermination des préjugés à l’égard de cette catégorie, voir Santos 1994.

110 Il exista aussi en Sicile, à Messine, à partir de 1584, une confrérie des esclaves noirs implantée en l’église Saint-Marc. Elle fut en butte, pendant la Contre-Réforme, à la vindicte des trinitaires espagnols qui obtinrent sa dissolution, en 1606, pour pratiques non orthodoxes (Minnich 2005 : 296 ; Restifo 2013). Pour une revue de l’historiographie sur le phénomène confrérique, voir Arias de Saavedra Alías et López-Guadalupe Muñoz 2017.

111 Dès 1247, une enluminure (fol. 242 v°), dans une compilation juridique aragonaise, les Fueros del Reino de Aragon de Vidal de Canellas, représente un homme noir dans la cuve baptismale : De iudeis et de sarracenis baptizandis. C’est l’époque, en cette deuxième moitié du xiiie siècle, où se développent, en Castille et en Aragon, le thème du baptême du Maure noir et un changement des mentalités (Devisse 1979 : 94 ; Silleras-Fernández 2007 : 554). À la fin du xive siècle, on note la présence de prostituées noires dans les lupanars publics de Barcelone (Guillén 2010 : 163). Le 7 octobre 1458, on voit apparaître l’un des premiers noirs d’Afrique de l’Ouest, un Guinéen de 30 ans, pas encore baptisé, mais déjà nommé Ferrando, acheté à deux marchands valenciens par le sparter barcelonais Jacme Sicard (Carrère 1967, II : 550, note 1).

112 On pense ici au retable du maître-autel de la cathédrale de Tarragone (entre 1426 et 1434). Le sculpteur, Pere Johan, y a figuré, parmi les auditeurs de la prédication de saint Paul à la ville d’Iconium, un homme noir tenant entre ses bras un jeune enfant. L’empathie de la scène suggère une observation du réel. Or, on sait que Pere Johan était le fils de Jordi de Déu, un esclave grec acheté à Barcelone par le sculpteur Jaume Cascalis. Voir également le visage d’un homme noir sculpté sur la façade orientale (rue Bisbe) du palais de la Generalitat de Catalunya, à Barcelone, considéré comme la première représentation d’un subsaharien (1418), œuvre également de Pere Johan.

113 Officiellement créée le 20 mars 1455 en l’église paroissiale de Sant Jaume. Les membres sont présentés comme de « grands dévots en Dieu » (Verlinden 1955 : 362, 529-530 ; Armenteros 2011).

114 Formée le 3 novembre 1472 et dévouée à Nostra Senyora de Gràcia, sous la supervision du couvent des Augustins, voir Gual Camarena (1952). Pour une comparaison entre la confrérie de Barcelone et celle de Valence à partir de leurs textes fondateurs, voir Albacete i Gascón 2010.

115 Irmandade de Nossa Senhora do Rosário dos Homens Pretos : Manuscrito iluminado 151, Biblioteca Nacional de Lisboa, em diário Novidades, 6-11-1967, cité par Rema (1966 : 329 ; Saunders 1982 : 151).

116 La Hermandad de los Negritos, placée sous l’invocation de Nuestra Señora de los Ángeles. Pour une discussion sur sa date de fondation, voir Moreno (1997 : 20-36, 473-474).

117 Ladero Quesada (1979 : 31) souligne pour Grenade, entre 1276 et 1325, l’importation courante d’esclaves africains par la voie transsaharienne, leur présence expliquant la formation d’un « tipo racial muy oscuro ».

118 Pike (1967 : 345). Tunis était également une des voies d’approvisionnement. Ainsi, en 1403, des esclaves noires (Moras negras, é otros esclavos) furent transportées de Tunis à Séville (Diez de Games 1782 : 83). En 1438, Marie de Castille, reine d’Aragon, demanda au sultan hafside de Tunis, ‘Uthmān, d’autoriser Luis Bertran, un marchand chrétien résidant à Tunis, à « faire sortir sans droits cinq à six esclaves noires chrétiennes destinées à la cour royale » (Verlinden 1955 : 360). Ce qui laisse supposer l’existence d’un commerce plus large et l’imposition de droits sur les autres esclaves exportés. À Barcelone, Johan, 25 ans, acheté le 27 octobre 1445, était un « esclave sarrasin noir » de Djerba (Carrère 1967, II : 631, note 1).

119 Cette navigation était en fait celle d’interlopes castillans en violation du monopole portugais. Dès 1452, un bateau portugais revenant de Guinée était capturé par des pêcheurs de Palos et Moguer, butin : 76 esclaves noirs (Franco Silva 1979 : 70).

120 (Souligné par moi.) Cédule des rois catholiques du 8 novembre 1474, citée par Moreno (1997 : 43-44). Sur la population servile de Séville entre 1453 et 1525, voir Franco Silva (1979 : 131-153). En 1450, les esclaves noirs dépassaient le nombre d’esclaves maures et, bien entendu, celui des Canariens (ibid. : 150). Beaucoup étaient employés par des artisans dans la sparterie ou comme cordonniers, maçons, potiers, menuisiers, peintres ou encore tailleurs (ibid. : 194).

121 Ortiz de Zúñiga (1796 : 78) ; Méndez Rodríguez (2011 : 29, 47). En 1556, le jésuite Juan Suarez relata les difficultés rencontrées dans cette ville pour catéchiser les « captifs aethiopes [Africains], qui sont [...] plus de dix mille, baptisés oui, mais ignorant les plus élémentaires rudiments de la doctrine chrétienne qui dansent de manière obscène et qui ont l’habitude de manquer la messe du dimanche et des jours fériés » (cité par Stella 1992 : 50-51).

122 À Séville, où la concurrence pour l’emploi, y compris les emplois non qualifiés, affectait les relations entre travailleurs noirs affranchis et Sévillans blancs, cette raillerie insultante et méprisante ou estornudo (litt. éternuement) était habituelle de la part des blancs (Pike 1972 : 187-188).

123 Dans une Carta régia du 13 novembre 1515 adressée à la Chambre de Lisbonne, le roi Manuel Ier constatait que les esclaves n’étaient pas enterrés aussi bien qu’ils auraient dû l’être par des marchands d’esclaves (contratadores) et des maîtres insensibles. Certains, jetés au sol, étaient découverts et mangés par les chiens ; le plus grand nombre était laissé à pourrir sur les fumiers qui se trouvaient à côté de Cruz de Pau, et d’autres encore étaient abandonnés dans les champs autour des fermes. De peur que les corps en décomposition ne corrompent l’atmosphère, le roi ordonna qu’une fosse soit creusée et remplie de chaux vive afin de servir de tombe commune aux esclaves morts. Cette fosse a donné son nom à l’actuelle rue Poço dos Negros (Oliveira 1885 : 509-510 ; Ribeiro 1902 : 183 ; Saunders 1982 : 110 ; Caldeira 2017 : 379-380).

124 Ou cortados. Certains exerçaient un métier fort apprécié qui exigeait une qualification : organiste, cardeur de draps, fabricant de cottes de mailles (jubetero), barbier (Ndamba Kabongo 1975 : 205-208).

125 Au xviiie siècle, il existait à Lisbonne sept confréries qui se chargeaient de la défense de leurs membres devant les tribunaux lisboètes, lors de centaines de poursuites judiciaires contre les maîtres (Pinheiro 2013 ; Lahon 2001a : 170-171).

126 Moreno (1997 : 54), qui signale l’existence de vingt et un groupes de danses à Séville ; voir aussi Vincent 2008 : 251.

127 Tinhorão (1988 : 172-184). Il en allait de même en Espagne (Méndez Rodríguez 2011 : 55-61). Sur la composition du cortège, voir Sanz 2007.

128 Lahon (2003 : 137) : « C’est en vain que les confréries noires brésiliennes tentèrent à plusieurs reprises d’obtenir les mêmes privilèges. »

129 À Jaén, Cristobál de Porras, un franciscain noir, fut envoyé en 1627 par l’Ordre pour régénérer la confrérie de Nuestra Señora de los Reyes (il s’agit bien sûr des rois mages), fondée en 1600 par l’esclave noir Juan Cobo. Cristobál de Porras fit ajouter, dans le nom initial de la confrérie : « y San Benedicto de Palermo » (Ortega Sagrista 1957 : 130-133).

130 Morabito (2000) ; Fiume (2002) ; Vincent (2008 : 256-257). Plus précoce, mais beaucoup moins réputé, est Antonio da Noto ou Antonio Negro, mort en odeur de sainteté, voir le travail pionnier de Salvatore Bono 1966 : 78-79 ; voir aussi Rowe 2019 : 35-38.

131 Dès son décès, en effet, il est vénéré par la population blanche de Palerme.

132 Sauf en Italie du Sud, en Sicile et à Majorque, où l’esclavage de préférence masculin était associé au travail agricole (Bresc 2012 : 57, 59-61).

133 Le vocabulaire rend bien compte de ce métissage, soit à travers une échelle de couleurs comme en portugais : negro claro ou branco escuro (« noir clair » ou « blanc sombre ») ; soit par une expression désignant les enfants nés de liens sexuels entre le maître et l’esclave : bords de casa (« bâtards de maison »), en espagnol.

134 De 1550 à 1773. À l’origine, la notion de « souillure » sur laquelle s’était développée la clause de la « pureté de sang » visait les Maures, les Juifs convertis au christianisme et leurs descendants, tandis que le mouvement d’exclusion à l’égard des noirs et des métis fut long à se mettre en place et se heurta à des visées contradictoires, comme le montre la promotion de Benoît le Noir. Sur cette exclusion de l’autre, voir Hernández Franco 2011.

135 Dans son testament du 10 avril 1703, peu de temps avant de mourir, sa maîtresse, la marquise de Mancera (Juliana Teresa Portocarrero y Meneses), avait affranchi Chikaba parce qu’elle souhaitait devenir religieuse.

136 À Cordoue, Ndamba Kabongo (1975 : 152, 162) relève l’achat, le 22 mars 1609, d’une esclave noire de 16 ans, Catalina, par trois professes du couvent des dominicaines de Jesús Crucificado (Doña Maria de Córdoba y Figueroa, Doña Geronima de Ribera et Doña Clara de Ribera). Les religieuses faisaient don de l’esclave à leur couvent, mais en restaient usufruitières jusqu’à leur mort. De son côté, Andrea Gutierrez, professe au monastère de Regina Coeli, achetait une noire de 23 ans, Maria, le 31 décembre 1617 (ibid. : 143).

137 Malgré ce labeur dévalorisant, elle entretenait une intense correspondance avec Fray Félix Álvarez de Córdova, un moine bénédictin.

138 Avant d’entrer chez les dominicaines de Salamanque en octobre 1703, Chikaba avait été rejetée par plusieurs couvents en raison de sa couleur de peau. Chez les dominicaines, elle eut à subir les injures racistes d’une des nonnes (Benoist 2014 : 28-29). Benoît fut de même victime d’injures et de propos racistes dans son couvent (Lahon 2009 : 38).

139 Dans le cloître de son couvent à Salamanque, sa sépulture porte l’inscription suivante : « Sor Teresa Chikaba, hija del Rey de la Mina Baxa del Oro de Guinea. 1676-1748 ». Elle était probablement ewe.

140 Méndez Rodríguez (2011 : 135-136). Toutefois, à l’instar de Juan de Pareja avec Velásquez, Juan de Güéjar dut servir comme esclave pendant quatre ans supplémentaires le fils du peintre, Sebastián de Alejos.

141 Dans la polémique qui l’opposa au dramaturge António Ribeiro Chiado, ce dernier revendiqua sa supériorité raciale face « au mulâtre » (Saunders 1982 : 146 ; Lahon et Neto 1999 : 219-220).

142 On connaît le talent épistolaire des nombreux étudiants congolais nobles, libres et chrétiens qui fréquentèrent Lisbonne au xvie siècle. L’un d’eux, António Vereira, épousa une femme de la famille royale portugaise (Thornton 2001 : 52). En 1518, Henrique (Kinu a Mvemba), fils d’Alphonse Ier du Kongo, fut nommé évêque in partibus infidelium d’Utica, avec résidence dans le diocèse de Funchal incluant à l’époque le royaume de Kongo (Saunders 1982 : 157). Le Kongo, État vendeur d’esclaves, avait de gros intérêts financiers dans la traite et entretenait, par exemple, des agents maritimes à São Tomé.

143 Comme cette femme métisse à la stratégie d’ascension sociale remarquable, D. Simoa Godinho (Caldeira 2007-2008 : 58-59).

144 Roersch (1940 : 44-45) : lettre d’Évora du 26 mars 1535 ; Fonseca (2005 : 112-121).

145 Le devenir des esclaves affranchis reste un domaine peu exploré par l’historiographie (Lobo Cabrera 1983 ; Franco Silva 2000 ; Guillén 2000 ; Stella 2000a : 149-165, 2012 ; Izquierdo Labrado 2004 ; González Arévalo 2006 : 383-441 ; Morgado García 2010 ; Madrid Cruz 2010 ; Graullera Sanz 2013).

146 La promesse d’affranchissement pouvait être assortie d’une clause conditionnelle qui en restreignait l’autonomie. Ainsi, le peintre Diego de Velásquez affranchit-il, en 1649, son esclave, Juan de Pareja, peintre également, un Afro-Andalou né à Antequera, à condition que ce dernier restât près de lui pendant quatre ans (Méndez Rodríguez 2011 : 137-140, 149 ; Fracchia et Macartney 2012).

147 Bref, en dehors de cas individuels rapidement réprimés par l’Inquisition, nous constatons l’absence de tout culte organisé fondé sur des religions africaines. Sur l’Inquisition et les Africains libres ou esclaves accusés d’être des sorciers ou des guérisseurs, voir Kabo 1984 ; Walker 2004 ; Lahon 2004a ; Calainho 2008 ; Caldeira 2017 : 313-339.

148 La fuite pour échapper à la domination du maître était considérée comme une des plus graves actions qu’un esclave pouvait commettre. Elle était généralement vouée à l’échec (Periáñez Gómez 2010 : 434-450 ; Fonseca 1997 : 96-99 : 2010 : 322-341). Dans les contrats de vente et d’achat, à l’instar des pratiques dans al-Andalus, le propriétaire décrivait de façon racialisée l’esclave vendu, facilitant ainsi sa recherche en cas de fuite (Stella 1996). Le châtiment le plus redoutable pour les esclaves voleurs, ivrognes, fugitifs, paresseux ou simplement désobéissants était le supplice dit du pringamiento (Ndama Kabongo 1975 : 165) ; punition également appelée pringar ou lardear, consistant à verser des gouttes de graisse de porc fondue avec un cierge, ou la cire de la bougie elle-même sur la peau nue ; c’était, selon Cervantès, la punition habituelle des esclaves fugitifs (Pike 1972 : 180). Il en était de même au Portugal (Fonseca 2010 : 313).

149 À travers sa construction de l’hérésie, l’Inquisition établissait une équation entre mandinga et feitiçaria (fétichisme) ou bruxaria (sorcellerie) ou magia (magie), par opposition à la doctrine catholique consacrée.

150 Selon la combinaison des substances glissées dans la « poche », les bolsas de mandinga pouvaient protéger contre les blessures causées par des armes blanches ou des armes à feu ; c’était d’ailleurs leur vocation première.

151 Sweet (2016). Pour une synthèse et une analyse des objets et des pratiques apotropaïques, voir Rarey 2018.

152 Rowe 2019. Sur l’émergence, au tournant du xvie siècle, d’une vision chrétienne du monde spécifiquement kongo et d’échanges interculturels entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique latine, voir Fromont 2018.

153 Au Portugal, l’existence de libres de quatrième génération au moment de l’abolition de 1773 atteste pourtant d’une belle profondeur généalogique et, incidemment, de la transmission d’un état civil.

154 Sur les voies de rencontre charnelle entre un homme et une femme en dehors des prescriptions de la loi et des codes sociaux dominants, et donc sur l’importance du métissage, voir Stella 2000b. Sur la tendance au Portugal, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, à dénier ou à minimiser l’impact génétique de l’élément africain au sein de la population globale, voire à rendre « le métissage avec les noirs et les juifs responsable de la décadence du pays », voir Lahon 2001b : 730-731 ; Fonseca 2014. Cependant, pour le Portugal, Lahon (2001a : 74) émet l’hypothèse d’un transfert massif des esclaves vers le Brésil par leurs propriétaires après les lois de 1761 et 1773, ce qui expliquerait leur moindre visibilité dans la métropole.

155 Au Portugal, après des lois poursuivant la disparition progressive des esclaves (1761, 1773, 1854), l’institution fut officiellement abolie en 1869 en métropole et dans les colonies, mais les esclaves furent obligés de rester au service de leurs anciens maîtres jusqu’en avril 1878. En Espagne, à la suite de mesures d’émancipation graduelles, un décret du 7 octobre 1886 consacra l’abolition définitive de l’esclavage. Ce fut le dernier pays européen à décréter l’abolition. En Italie, l’esclavage s’éteint sans avoir jamais été officiellement aboli.

156 Zaide, le palefrenier, est désigné tour à tour (chap. ier) comme moreno et negro. La première apparition dans la littérature de fiction de la figure du palefrenier noir remonte à El conde Lucanor de Don Juan Manuel (exemple XXXII), un texte rédigé entre 1331 et 1335 (Cortés López 1986 : 25).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Miniature. Les troupes musulmanes (dont deux guerriers noirs) dirigées par al-Mansūr attaquent San Esteban de Gormaz (Castille-et-León) en 989.
Légende Cantigas de Santa María, vers 1260-1270, écrits sous le règne d’Alphonse X dit Le Sage, roi de Castille et León. Monastère de l’Escurial, bibliothèque : T-I-I. Cantiga LXIII, f 92r, viñeta 4.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 2 : Miniature (détail). Galères maures (scène de jihād maritime). Enlèvement d’un comte allemand, ermite au Portugal, par des Maures venus d’Afrique.
Légende Cantigas de Santa María, Monastère de l’Escurial, bibliothèque : Cantiga xcv, fo 139 ro, viñeta 4.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende La légende précise : « S’ils fuient leur maître, ils doivent ensuite travailler et porter des chaînes ». Christoph Weiditz, Das Trachtenbuch, Hs. 22474, f o22. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 4 : Deux esclaves avec un fer au pied droit.
Légende Légende : « manière de puiser de l’eau douce pour les navires sur le port de Barcelone, 1529. » Christoph Weiditz, Das Trachtenbuch, Hs. 22474, f o73-74. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 5 : Albrecht Dürer, Portrait de Catherine, 20 ans, 1521.
Légende Dessin à la pointe d’argent sur papier, 20 × 14 cm. Cabinet des dessins et estampes de la galerie des Offices, Florence.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 6 : Hommes et femme noirs pêchant (apparemment, une tortue), probablement dans le Tage.
Légende Panneau d’azulejos, xviie siècle. Palácio Fronteira, Fundação das Casas de Fronteira e Alorna, Lisbonne. Photographie Júlio Marques.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 7 : Femme, probablement une esclave, nettoyant le poisson [Mulher amanhando peixe].
Légende Décor de cuisine, panneau d’azulejos, xviiie siècle, 56 × 57,5 cm. ML.AZU.1152. Colecção do Museu de Lisboa/Câmara Municipal de Lisboa - EGEAC. Sur la représentation des noirs au Portugal sur les carreaux de faïence décorés (azulejos), voir Borges 2019.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 8 : Tableau dit « Chafariz d’el Rey »
Légende ca.1560 et 1580, huile sur toile 93 × 163 cm, Museu Colecção Berardo, Lisbonne. Pour une datation révisée de cette œuvre ca 1530-1540, voir Jordan 2005 : 159 ; voir également Neto 2019.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 9 : Cimetière d’esclaves, Lagos, Portugal.
Légende Lors de fouilles archéologiques à Lagos, en 2009, furent découverts 155 squelettes d’hommes, de femmes et d’enfants africains, datant du milieu du xve siècle pour les plus anciens et du xviie siècle pour les plus récents. Tous les corps avaient été comme « déversés », sans respect aucun des règles religieuses d’inhumation de l’époque. Le squelette photographié (individu 114) ici avait eu les mains liées derrière le dos. Museudigitalafroportugues, O cemitéro de escravos de Lagos et Neves. Voir Almeida et Ferreira (2009) ; Sweet (2013 : 233-35). Photo : Dryas Arqueologia.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 10 : Mapa del Orden con que se haze la Solemne Procesión del Corpus Christi en la Santa Metropolitana y Patriarcal Yglesia de Sevilla en 1747, dessin de Nicolás de León Gordillo, fragment.
Légende Sont représentés ici les Géants [Gigantes] : quatre blancs et deux noirs, trois femmes et trois hommes.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 11 : Orchestre de six musiciens noirs attribué à Cristóvão de Figueiredo et Garcia Fernandes. Détail des noces mystiques de sainte Ursule et du prince Conan.
Légende Le mariage de sainte Ursule est figuré comme un événement de la vie réelle ; c’est donc une scène de mariage princier qui est donnée à voir. La peinture est si réaliste que l’on peut identifier les instruments : deux trompettes, une trompette bâtarde, une sacqueboute et une bombarde. Panneau de retable dit de Santa Auta. Provenance : couvent de Madre de Deus, Lisbonne, ca. 1517. Huile sur bois, 66,8 × 71,2 cm, Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbonne, Inv. 900.01.01/TC. Voir Devisse et Mollat 1979 : 193, 195 ; Saunders 1982 : 106 ; Jordan 2005 : 158-159.Il était fréquent, dans les maisons des grands lignages aristocratiques, en Espagne comme au Portugal, de voir des orchestres d’esclaves musiciens (musique religieuse et profane). En 1554, Antonio Alfonso Pimentel, comte de Benavente, achète à Iñigo Rodríguez de Alvarenga, contre 1 200 ducats d’or, six esclaves noirs ménestrels pour sa troupe de chanteurs et de musiciens. L’acte de vente précise le registre de la voix ou l’instrument joué : Pedro de Sequera, soprano, 23/24 ans ; Pedro de Magallanes, contralto, 22/23 ans ; Pedro Remon, sacqueboute, 23/24 ans ; Francisco, cornemuse (xeremía), 16/17 ans ; Gaspar, sacqueboute, 22 ans environ ; Luis, ténor, 24/25 ans. En 1588, le comte de Oropesa acquiert, auprès du monastère de San Lorenzo El Real, onze esclaves noirs musiciens, dont l’âge varie entre 14 et 22 ans, pour le prix de 3 300 ducats, avec leurs soixante-sept instruments (bassons, tournebouts, chalumeaux, hautbois, flûtes, sacqueboutes, trompettes). L’acte de vente certifie, comme il est habituel, le « bon comportement et la bonne santé » des esclaves qui ne sont « ni voleurs, ni ivrognes, ni tentés de fuir [et n’ont] ni vices ni maladies cachés » (Schwartz 2001 : 469-473, 634-638).Au Portugal, en 1564, dans l’inventaire après décès des biens de Don Teodósio Ier, duc de Bragance, on dénombre quarante-huit esclaves dont onze musiciens (appelés « charamelas »), tous noirs excepté un mulâtre. Leur valeur, qui tient compte de leur savoir, de leur expérience et du registre de la voix, est parfois considérable (notamment pour les sopranos), et toujours bien au-dessus du prix moyen de l’esclave : António Caiola, 28 ans, sacqueboute, 40 000 rs ; Cristóvão da Silva, 28 ans, soprano, 100 000 rs ; Dom Domingos, 18 ans, apprend le hautbois, 30 000 rs. ; Francisco Galante, 60 ans, sacqueboute, 30 000 rs ; Francisco Lopes, 70 ans, ténor, 16 000 rs ; Jacinto Fernandes, 50 ans, ténor, 45 000 rs ; Jerónimo da Silva, 70 ans, contralto, 50 000 rs ; João de Bragança, 30 ans, sacqueboute, 40 000 rs ; João Primeiro, 30 ans, soprano, 60 000 rs ; João Segundo, 25 ans, soprano, 40 000 rs ; Martim da Fonseca, 60 ans, soprano et cornemuse (doçaina), 50 000 rs. Six d’entre eux sont mariés, dont deux avec une femme blanche (Fonseca 2010 : 261-266 ; 2019 : 182-183).Des esclaves indiens peuvent également faire partie d’un orchestre, comme les cinq ménestrels acquis à Lisbonne, en 1542, par Don Alonso de Guzmán, cinquième duc de Medina Sidonia, pour la somme extraordinaire de 500 000 maravédis (Moreno Ollero 2017 : 12).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 12 : Diego Vélasquez, Portrait de Juan de Pareja, 1650.
Légende Huile sur toile 81,3 × 69,9 cm. New York, Metropolitan Museum of Art. Juan de Pareja était l’esclave et le collaborateur du peintre.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9820/img-12.png
Fichier image/png, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Botte, « Migrations forcées des africains subsahariens : Maghreb, Al-Andalus, péninsule Ibérique. Une synthèse », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 6-86.

Référence électronique

Roger Botte, « Migrations forcées des africains subsahariens : Maghreb, Al-Andalus, péninsule Ibérique. Une synthèse », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9820 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9820

Haut de page

Auteur

Roger Botte

Anthropologue, CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search