Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90-2Le plastique, c’est magique ? Cir...

Le plastique, c’est magique ? Circulation et technique de fabrication des perles magico-religieuses à Madagascar

Is plastic magic? Circulation and manufacturing technique of magico-religious beads in Madagascar
Olivia Legrip-Randriambelo et Marie Perrier
p. 122-150

Résumés

Cet article explore la matérialité des perles utilisées dans la conception de « charmes » à Madagascar d’une manière continue sur plus d’une centaine d’années. Il se base sur la comparaison de données et d’objets rassemblés vers 1915 par Charles Renel avec ceux obtenus lors d’une enquête ethnographique et d’une collecte de perles contemporaines menée par le musée des Confluences en 2018. Ce travail interroge l’usage des perles – en tant qu’élément, parmi d’autres, constitutif des charmes (ody) – à travers le temps, l’histoire des matériaux qui composent ces perles (du verre au plastique recyclé), les modalités de leur circulation (importation puis artisanat de proximité), les techniques de fabrication et les espaces de vente contemporains. En plaçant en regard les collections du xixe siècle et celles du xxie siècle, il met en évidence la permanence des noms donnés aux perles, des symboles qui leur sont attachés et du design qui perdure au-delà du changement de matériau. Enfin, ce travail examine les mécanismes qui conduisent à donner de l’efficacité aux perles, dans un usage magico-religieux qui s’adapte sans cesse au changement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son ouvrage Les Amulettes malgaches. Ody et Sampy, écrit avant 1915 et publié en 1919, Renel c (...)
  • 2 Le vintana désigne les règles de l’astrologie qui permettent aux devins de déterminer le destin pro (...)

1Entre 1906 et 1925, Charles Renel, alors directeur de l’Enseignement à Madagascar, a entrepris la constitution d’une collection d’études qui a été donnée dans les années 1930 par son épouse au musée colonial de la Ville de Lyon, dont le musée des Confluences est aujourd’hui l’héritier. Sur les 300 objets et les centaines de photographies qui composent cet ensemble, les perles forment un lot particulièrement bien documenté, par Renel lui-même1. Les perles collectées ne sont ni des objets archéologiques, ni des monnaies, ni des éléments utilisés dans un but esthétique. Elles entrent dans la catégorie des substances et matières utilisées par assemblage, pour devenir des charmes (ody), ou talismans, constitués par les devins-guérisseurs malgaches. Nous faisons le choix, à la suite de son usage courant dans la littérature concernant Madagascar (Rakotomalala et al. 2001 ; Blanchy et al. 2006), d’utiliser le terme « charme » pour traduire le mot malgache ody. À travers ce terme, nous désignons les remèdes et les objets auxquels sont attribuées des capacités de protection ou d’action sur certains aspects du destin (vintana)2.

2Cent ans après la constitution de cette collection, le musée des Confluences a souhaité interroger les pratiques magico-religieuses malgaches contemporaines et la place que les perles y occupent. Les perles sont-elles toujours des éléments fondamentaux dans la constitution des charmes ? Les matières qui les composent ont-elles changé ? Les noms et les fonctions propres à chacune des perles ont-ils perduré ? Quels sont les réseaux d’approvisionnement et de distribution contemporains ?

  • 3 La collection de perles de Renel comprend environ 250 perles (dont plusieurs exemplaires similaires (...)

3Cet article repose sur l’analyse de la collecte de perles contemporaines et des données ethnographiques recueillies lors d’une enquête menée à Madagascar en août 2018 par les autrices de cet article, éclairées par les écrits et les collections rassemblées par Renel (1919) et Solange Bernard-Thierry (1959)3. Ce travail propose une remise en contexte des perles dans le système magico-religieux contemporain, ainsi qu’une recherche sur la matérialité des perles (histoire des matériaux utilisés, techniques de fabrication et réseaux de distribution). Nous nous inscrivons à la suite des travaux menés par Thierry Bonnot, en considérant « la biographie d’un artéfact, en traitant des archives, des indices matériels, des hypothèses techniques, sans négliger pour autant les discours sur l’objet en question qui donnent accès aux représentations sociales et symboliques, en considérant les pratiques liées aux objets eux-mêmes, et en s’attachant à mieux saisir les liens existant entre les artéfacts matériels, les individus et les collectifs » (2004 : 140).

Usages magiques des perles

Des perles-remèdes

  • 4 Le terme vakana s’applique aux perles de verre, de corail et de coquillages mais semble exclure les (...)
  • 5 L’arbre connu comme manjakabenitany est souvent en réalité, dans la région sud-ouest de Madagascar, (...)

4À Madagascar, les perles, définies ici comme des pièces percées destinées à être enfilées, sont désignées sous le terme générique de vakana4. Ce terme s’applique à la fois aux perles utilisées en ornementation et à celles mobilisées dans le système magico-religieux malgache. Comme le souligne Bernard-Thierry, les noms des perles utilisées comme charmes semblent empruntés à la magie végétale et animale, quand ils ne désignent pas le rôle qu’on leur confère (1959 : 84) (Fig. 1). Ce nom peut faire référence à une plante (par exemple mpanjakabenitany5 « qui-règne-sur-beaucoup-de-terres » à une action (tsileondoza, « qui-n’est-pas-vaincu-par-le-malheur »), à une matière animale (voahangy, corail) ou à une forme particulière (felana : ce terme renvoie à un coquillage en forme de corolle ou de pétale, mais prend aussi le sens d’un coquillage servant historiquement de parure frontale et de protection magique aux guerriers et aux devins-guérisseurs ; voir le dictionnaire malgache-français de Joseph Webber, 1853, ou encore Raymond Decary, 1966).

Fig. 1 : André, masseur et vendeur de bois médicinaux et de perles sur le marché Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo, montre la concordance de la perle et du bois mananjara « qui-porte-chance ».

Fig. 1 : André, masseur et vendeur de bois médicinaux et de perles sur le marché Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo, montre la concordance de la perle et du bois mananjara « qui-porte-chance ».
  • 6 Voir aussi Mampionona (2006 et 2015) et Legrip-Randriambelo (2018 : 21).

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 007).

5Les associations d’idées qu’évoquent les devineresses-guérisseuses et devins-guérisseurs correspondent au nom vernaculaire des perles6. Ce principe d’analogie est à rapprocher de celui décrit par Jeanne Ravaosolo (2009) concernant les plantes, connu sous le nom de kitahatahake. C’est également un procédé d’analogie symbolique à valeur performative qui amène Gabriel Lefèvre à analyser la pharmacopée en termes de « mots-plantes ». Les mots-plantes, par leur appellation et une « manipulation des faits de langue de l’ordre du calembour », induisent leur utilisation (2013 : 10).

  • 7 Les termes vernaculaires sont aussi variés : ombiasa (devin et guérisseur), mpisikidy (devin utilis (...)
  • 8 Les graines utilisées sont généralement celles du fano, une sorte d’acacia. Lars Vig note le rempla (...)
  • 9 De nombreuses reninjaza cumulent leurs activités d’accoucheuse avec des activités de divination, de (...)
  • 10 Tromba désigne à la fois les esprits qui possèdent, le possédé et le rituel.

6Sur sollicitation du patient, des remèdes sont proposés par les devins-guérisseurs, dont les spécialisations sont variées (Blanchy et al. 2006 ; Rakotomalala et al. 2001) : devin-guérisseur7 (spécialiste des techniques divinatoires – divination par les graines8, cartomancie, oniromancie – et des plantes médicinales), accoucheuse9 (reninjaza, connaisseuse des plantes qu’elle utilise pour les femmes enceintes, les parturientes et les soins post-partum) ou guérisseurs possédés (tromba10, lié à la possession par des esprits royaux qui se manifestent lors de la transe de possession et énoncent les causes des maux et les soins). Ces spécialistes sont tous considérés comme relevant de la catégorie de devins-guérisseurs de la « médecine traditionnelle » ou des soins malgaches (fitsaboana gasy). Leur diversité et leurs compétences variées font qu’un malade peut consulter plusieurs devins-guérisseurs, en complémentarité ou suite à l’échec d’un traitement. À l’intérieur d’un vaste panel de remèdes d’origine végétale, animale, minérale ou de fabrication humaine à leur disposition, les devins-guérisseurs prescrivent l’usage de perles assemblées en bracelets ou colliers sur fils de raphia ou élastiques pour trois raisons : protection, équilibre et voeux (Bernard-Thierry 1959 : 85).

Des perles ostentatoires

7Outre ces fonctions thérapeutiques ou prophylactiques, les perles sont aussi un appareillage rituel des devins-guérisseurs, sans être un invariant de leurs outils rituels. Certains praticiens portent ostensiblement d’imposants colliers de perles lors des rituels, d’autres les conservent dans des paniers de raphia tressés couverts avec les outils divinatoires, d’autres ne les portent qu’occasionnellement, lors de rituels majeurs du culte aux ancêtres (par exemple pour le bain des reliques royales fitampoha ; voir Ballarin 1998 ou Chazan-Gillig 2006), et enfin certains n’en font pas usage.

  • 11 Tous les prénoms des interlocuteurs de cet article ont été modifiés. Julie est décédée il y a quelq (...)

8Julie11, devineresse-guérisseuse de Fianarantsoa, portait un collier de perles lors des temps rituels à son domicile (une alternance de perles noires et blanches pour moitié, intercalées avec des perles allongées tsileondoza d’un orange vif, puis une série de grosses perles de couleurs variées et perles de fer). Ce collier et son bracelet de perles représentaient sa fonction de guérisseuse. Lors de rituels organisés à l’extérieur de la salle dédiée aux soins de son domicile, à proximité d’une source et d’un lieu de culte public, la guérisseuse avait besoin d’objets rituels, dont son collier de perles (mais aussi une pièce et un bracelet en argent volafotsy, une bague en or volamena, du parfum ranomanitra, du kaolin tany ravo et deux sortes de végétaux hazomanga et fanazava).

  • 12 Torine pratique le sikidy karatra, la divination par les cartes.

9Torine, médium12 centenaire à Antananarivo rencontrée en août 2018, a hérité d’un collier de perles de verre de sa grand-mère dans les années 1940 (Fig. 2). À l’instar du collier de Julie, celui de Torine n’est pas utilisé à des fins rituelles (divination ou sacralisation) mais il lui permet de mettre en évidence sa profession de devineresse-guérisseuse. Il l’inscrit dans une lignée de devins-guérisseurs, matérialisée par ce collier de perles anciennes, transmis de génération en génération. David Graeber, dans le contexte malgache des xviie et xixe siècles, parle de bijoux d’héritage (heirloom jewelry, 1996 : 20). Les perles, dont Torine prend grand soin, constituent son charme de protection lors de ses voyages. Décédée en juillet 2019, elle a souhaité les transmettre à sa petite-fille, une de nos interlocutrices, guérisseuse en formation et vendeuse de perles et de plantes médicinales à Petite Vitesse-Isotry. Ce collier comporte 315 pièces, dont certaines sont similaires à celles étudiées par Renel (1919) et Bernard-Thierry (1959).

Fig. 2 : Collier constitué de 315 perles de verre appartenant à Torine, devineresse-guérisseuse centenaire d’Antananarivo.

Fig. 2 : Collier constitué de 315 perles de verre appartenant à Torine, devineresse-guérisseuse centenaire d’Antananarivo.

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 018).

De l’art d’accommoder

Changement de matière

  • 13 Jacques Lombard et Jean-François Rabedimy mentionnent, pour le Menabe (ouest de l’île), un récit co (...)
  • 14 Charmes en corne de zébu ou en bois sculpté en forme de corne.

10Les matières entrant dans la composition des ody (charmes protecteurs ou dévolus à changer partiellement le destin astrologique vintana – chance, santé, amour, fertilité, rentrée d’argent, etc.) sont variées et ont changé au cours du temps13. Ainsi, les ody mohara14 sont réalisés avec de la terre, des matières animales (mâchoire, corne, cuir, poil, griffe, coquillage, miel, graisse animale), végétales (racine, écorce, liane, graine, tronçon de bois), minérales (perle de verre, pierre, cendre), et des réalisations humaines (alliage de fer, étain) (Athenor et Trannoy 2006 : 6). Les perles et pendeloques de la collection de Renel sont en corail (perle voahangy), en coquillage de type Conus betulinus, C. litteratus ou C. virgo (felana), en cornaline (perle tsilaiby), en verre (verre de bouteille recyclé, verre ordinaire ou pâte de verre), en métal (alliage d’argent et alliage cuivreux) en bois ou en terre cuite. Ces matériaux ont en commun d’être faits pour durer car les assemblages de perles sont conservés (à la maison, dans un sac, dans une poche) et pour certains, portés à même le corps ou dans les cheveux.

  • 15 Architecte de formation, Christian Georges Mantaux fut secrétaire général de l’Association malgache (...)
  • 16 Office de la recherche scientifique et technique outre-mer.

11Selon Christine Athenor et Marion Trannoy (2006 : 6), de nombreux récits insistent sur la composition végétale des charmes. De même, un de nos interlocuteurs, propriétaire d’un étal au marché de Petite Vitesse-Isotry, nous a indiqué que les perles de verre ont succédé aux graines. Il est à noter qu’un assemblage de la collection de Renel, réalisé avant 1925, montre une utilisation conjointe des perles de verre et de quelques rares graines (la présence végétale est davantage représentée par l’usage des tronçons de bois). Marcelle Urbain-Faublée et Jacques Faublée signalent, dans les années 1960, que « des magiciens gardaient souvenir des temps anciens durant lesquels des graines complétaient les udi [ody], avant l’importation de perles de verre » (1969 : 148). En 1970, Christian G. Mantaux15 décrit les perles tsiambandrafy présentes à l’étal des marchés à la fois dans une version en verre et dans une version en « graines peintes imitant celles en verre » (1970 : 195). Decary ajoute les perles d’ambre (1962 : 464). Dans son étude sur les collections du musée de l’Orstom16 à Antananarivo, Dominique Evrard précise que les perles les plus anciennes sont « en os, en cornaline, en achatine [escargot] (avant le xviiie siècle) » (1970 : 88).

  • 17 My et ses sœurs ont fait l’objet d’un film ethnographique réalisé lors de l’enquête.

12Deux de nos interlocuteurs, vendeurs à Petite Vitesse-Isotry sur des étals voisins mais distincts, mentionnent trois temps dans les changements de matières pour les perles, sans pouvoir précisément les dater. Pour André, les perles étaient en argile, puis en verre et enfin en plastique ; My17 parle de porcelaine (également mentionnée par Graeber 2007 : 283), puis de verre et de plastique.

13Il est difficile de dater la période d’intégration des perles de verre d’importation européennes dans le système magico-religieux malgache mais nous pouvons supposer que ce mouvement s’est accéléré au xviiie et plus encore au xixe siècle, alors que le commerce s’intensifiait avec l’Afrique de l’Est et que les échanges commerciaux, dans lesquels les perles jouaient un rôle important, devenaient plus nombreux (Pallaver 2009 : 23). Decary mentionne, au début du xxe siècle, des felana forgés à partir de pièces de cinq francs démonétisées et fondues, réduites par des forgerons en disques fins de sept à huit centimètres de diamètre symbolisant le coquillage utilisé initialement. Il ajoute, en se référant aux écrits de Jules Buhrer, que des commerçants indiens vendaient, dès 1905, des felana en porcelaine ou en celluloïd (1966).

14En marge de cette filière d’importation, des perles de fabrication locale ont également étoffé le marché. Respectivement au début et au milieu du xxe siècle, Renel (1919 : 87) et Bernard-Thierry (1959 : 43) font référence à des perles de verre de fabrication locale, fondues à partir de verre ordinaire ou de verre de bouteille. Renel prend pour exemple la perle masonomby, en verre clair nuancé de diverses teintes, fabriquée « par un Malgache de Tananarive » (Renel 1919 : 87). Il cite également les perles malaimisaraka et velomody, perles en verre de « fabrication indigène » (ibid. : 90-95), ainsi que la perle vakamiarina, « fabriquée à Tananarive par un vieux Malgache qui porte le sobriquet de “Tsitiamitambatra”, “qui-n’aime-pas-ce-qui-tient-ensemble” : il ramasse en effet tous les morceaux de verre » (1919 : 94). Il évoque enfin les perles appelées « vakantany (perles du pays) – on désigne ainsi les perles fabriquées à Madagascar » et précise qu’elles ont peu de valeur (ibid. : 95). Torine, devineresse-guérisseuse centenaire, possédant des perles de verre, et sa petite-fille, vendeuse de perles de plastique, âgée d’une quarantaine d’années, s’attachent à distinguer les perles de verre en deux catégories : vakana vera (perles de verre) et vakana tavoangy (perles de bouteille).

  • 18 Respectivement inv. 71.1958.76.5.1-9 ; inv. 71.1958.76.48. Dans ses notes de mission, Solange Berna (...)

15Dès 1957, Bernard-Thierry relève l’apparition du plastique, notamment pour la perle tsileondoza, très répandue, qui « donne lieu au plus grand nombre d’imitations modernes, puisque certains spécimens actuels sont fabriqués en matière plastique » (1959 : 48). La collection qu’elle a rassemblée pour le musée de l’Homme, lors d’une collecte inventoriée en 1958, intègre deux exemplaires de perles en plastique (perles tsileondoza et voahangindrano)18. Elle remarque également l’arrivée de bracelets et de perles en plastique, produits en Inde et dont l’usage n’est pas magico-religieux (1959 : 43). À la même période, Decary observe des perles felana en matière plastique sur les étals des marchés d’Antananarivo (1966).

16En 2018, à Antananarivo comme à Fianarantsoa, les perles à l’unité, les enfilages de perles sur brins de raphia, les colliers proposés en plusieurs tailles et les différents perliers, qui servent à la fois d’enseignes et d’aide-mémoire pour les vendeurs (voir Fig. 3), sont exclusivement en matière plastique et en métal.

Fig. 3 : Un perlier (vakana feno carton) utilisé comme enseigne et aide-mémoire sur un stand de cosmétiques, de pharmacopée et de remèdes magiques au marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.

Fig. 3 : Un perlier (vakana feno carton) utilisé comme enseigne et aide-mémoire sur un stand de cosmétiques, de pharmacopée et de remèdes magiques au marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 009).

17La faible attention portée à la matière plastique dans l’étude de Bernard-Thierry (1959) et les informations fournies par nos interlocuteurs nous invitent à penser que l’intégration des perles de plastique dans le système magico-religieux s’est progressivement mise en place dans les années 1960 et 1970. Ce changement a pu s’accélérer lors de la révolution malgache de mai 1972 durant laquelle l’approvisionnement de biens manufacturés était rendu difficile. Moins chères, les perles de plastique se sont peu à peu substituées aux perles de verre, devenues difficiles à trouver, car elles ne sont plus ni fabriquées localement ni importées.

  • 19 Elie Vernier (1964 : 31) parle de perles en plomb, firaka, et Mantaux (1970 : 198-199) évoque des p (...)

18À l’image des perles de verre, devenues perles de plastique, les pendeloques en argent ou alliage d’argent de l’époque de Renel sont aujourd’hui fabriquées avec du métal de récupération (principalement de l’aluminium et du cuivre)19.

Un design signifiant

19Les utilisateurs des perles et des pendeloques attribuent à ces objets un sens magique fondé sur la manipulation rituelle effectuée par des devins-guérisseurs. Probablement par nécessité et dans un souci d’adaptabilité, le recours à la matière plastique et au métal de récupération s’est imposé dans les usages rituels, au détriment du verre. Il semble donc que la matière importe peu pour caractériser les perles. À l’inverse, la couleur, la forme générale et le motif constituent des invariants. Ces trois éléments vont permettre de singulariser chaque perle, à laquelle sont attribuées une signification symbolique et une efficacité particulière. Dans ses travaux, Bernard-Thierry avait souligné la persistance des couleurs, malgré des matériaux différents. Elle relève les « perles actuelles importées d’Italie imitant d’anciens modèles de Venise » et « des imitations de perles de corail et de cornaline », autant de « répliques modernes de leurs aïeules authentiques » (1959 : 33).

  • 20 L’étude du contrôleur des marchés P. Pagès consacrée aux perles de Madagascar a été publiée en 1971 (...)
  • 21 Propos recueillis à Fianarantsoa, le 5 août 2018.

20Les devins-guérisseurs, comme les clients des étals de marché, utilisent des perles de plastique dont les formes, motifs et couleurs suggèrent – sans les imiter totalement – les perles de verre du siècle passé. C’est le cas pour la perle appelée fiherenana, fierenana ou fieremana « action-de-demander-toujours-plus », que l’on retrouve dans les dessins de P. Pagès (1971 : 28)20, dans la collecte de Bernard-Thierry (musée du quai Branly – Jacques-Chirac, inv. 71.1963.72.523) et sur les perliers contemporains collectés en 2018 à Antananarivo (musée des Confluences, inv. 2018.17.1). Chez Pagès, bien que n’ayant pas la même couleur, le décor est sensiblement le même que celui présent sur les perles collectées par Bernard-Thierry. Il s’agit d’un large motif de palme qui se déploie sur toute la perle. Les couleurs, un fond noir sur lequel le motif couleur blanc, brique et moutarde prend place, sont conservées dans les perles fieremana contemporaines, bien que le motif de palme soit moins reconnaissable. Pour Jean, un devin-guérisseur de Fianarantsoa, peu importe la matière de fabrication et l’exactitude du motif, tant qu’ils sont proches de la symbolique de la perle – portée par sa forme, sa couleur, et une évocation du motif – et donc reconnaissables21.

  • 22 Information de la base de données du musée du quai Branly – Jacques-Chirac pour les deux plus petit (...)
  • 23 Il est à noter que les perles, destinées à l’ornementation et à l’artisanat, vendues au marché tour (...)
  • 24 Deux exemplaires de la perle mananjara achetées par Bernard-Thierry sont aujourd’hui conservés au m (...)

21Si le motif et les couleurs sont aujourd’hui intégrés dans la masse de plastique, comme pour les anciennes perles de verre, deux de nos interlocuteurs nous ont rapporté l’existence d’une période durant laquelle des perles de mauvaise facture (malaky simba) étaient proposées sur les marchés. L’un d’eux, André, se souvient de la présence de perles peintes proposées sur l’étal familial lorsqu’il était enfant (né en 1953, il assiste sa mère à l’étal dès 1963). Ces perles, importées ou produites localement, étaient choisies en fonction de leur forme et de leur couleur, puis couvertes d’un motif peint suggérant les motifs des perles de verre. Cette information est à mettre en regard avec certaines perles de la collection Bernard-Thierry, dites « perles de blocus ». Il s’agit de perles « faites sur place pendant la guerre 1939-1945 en ajoutant un décor sur des perles très ordinaires encore en magasin22 ». Elle précise qu’à cette époque, « Madagascar ne recevant alors rien de l’extérieur, on prit n’importe quelle perle ordinaire pour la transformer en un type connu » (Bernard-Thierry 1959 : 70). En 1970, Mantaux mentionne la permanence de cette pratique en décrivant la perle de verre fenomanana, dont un des types de couleur jaune, et opaque, est agrémenté de bandes peintes (1970 : 197). On constate que la technique d’un décor appliqué à la peinture sur des perles de verre puis de plastique n’a pas perduré au-delà des années 1970 car le motif finissait par s’effacer, rendant la lecture symbolique difficile. Ces perles, jugées de mauvaise qualité, ont été remplacées par des modèles plastique produits localement dont la couleur est intégrée dans la masse23. Il est à noter qu’une comparaison fine des perles de verre étudiées par Renel, Pagès et Bernard-Thierry laisse apparaître que certaines perles, dont le nom, le lien à une plante et l’action sont similaires, possèdent cependant une matière, une forme et un motif qui diffèrent au cours du temps. Ainsi, la perle mananjara (« qui-porte-chance ») n’a pas été décrite par Pagès mais fait l’objet d’une illustration dans son ouvrage (1971 : 28). On peut la décrire comme une perle ronde, de couleur foncée, possédant un motif constitué de lignes droites et de lignes sinueuses allant d’un orifice à l’autre. Cette même perle est présentée par Bernard-Thierry comme une perle « ronde régulière à émail brillant. L’une, à fond noir, est décorée d’une bande en spirale enroulée tout autour, blanche et bleue ; l’autre, à fond bleu pâle, est décorée d’une spirale bleu outremer24 » (1959 : 77). Les perles mananjara en plastique collectées en 2018 sont rouges et portent un motif constitué de lignes jaunes allant d’un orifice à l’autre et de points blancs.

Techniques actuelles de production des perles

22Lors de l’enquête menée à Antananarivo, nous avons pu accéder à une fabrique de perles locales. Initialement, les échanges avec des chercheurs en sciences humaines et sociales, et probablement des idées préconçues, nous avaient amenées à penser que les perles en plastique aujourd’hui utilisées à Madagascar étaient de fabrication industrielle et importées d’Inde ou de Chine, comme de nombreux produits réalisés à partir de matière plastique. Découvrir qu’elles sont en réalité exclusivement produites sur la Grande Île fut donc une information importante. Des mentions relatives à la fabrication de perles en plastique locales apparaissent toutefois dans des ouvrages anthropologiques et historiques récents (Mampionona 2015, Burguet 2014 et Rasoarifetra 2011) mais ces travaux ne mentionnent pas les techniques de fabrication utilisées, et très peu l’origine des matières plastiques mobilisées. Lefèvre note ainsi que les perles autrefois importées sont désormais « fabriquées en matière plastique par des habitants de Tananarive » (2007 : 102). La thèse de doctorat en anthropologie réalisée récemment par Miora Mampionona à l’université d’Antananarivo, consacrée au langage des perles magico-religieuses malgaches, évoque rapidement des perles en plastique confectionnées dans la banlieue de la capitale à partir de plastique de récupération. L’auteure précise qu’il s’agit d’une technique de fabrication locale qui reste secrète (Mampionona 2015 : 94). Il s’agit en fait d’un secret industriel : le processus de fabrication demande peu de matériel (des réchauds, du plastique usagé, des tiges en métal et des moules de différentes formes, ces derniers étant les seuls outils spécifiques des fabricants de perles). Un imitateur pourrait donc rapidement se mettre à produire des perles. Dans le cas de la manufacture de perles que nous avons étudiée, la production se déroule dans une maison d’habitation d’un quartier résidentiel de la banlieue sud d’Antananarivo.

23Selon Augusto Panini (2007 : 11), les perles diffusées en Afrique par l’Italie pouvaient être classées en trois catégories, qui correspondent à des techniques de fabrication différentes :
• Les lamp beads ou « perles de verre à la flamme » que le perlier réalise en entourant le verre en fusion, devenu pâteux, autour d’une tige en métal (le mandrin). Par rotation, la perle prend naturellement une forme ronde et un décor peut alors être ajouté, souvent en appliquant de minces tiges de verre colorées et chauffées sur le noyau de verre préformé ;
• Les mosaic cane beads, perles réalisées par assemblage de sections cannes de verre multicolores dites « murrines » ou murrina (terme vénitien pour cette technique). La murrine est conçue en assemblant différentes couleurs de verre autour d’un noyau, puis chauffée et étirée sous forme de canne. Elle est ensuite sectionnée puis les tronçons polychromes sont disposés les uns à côté des autres, avant d’être fondus ensemble de manière à devenir solidaires.
• Les perles drawn cane sont des perles fabriquées à partir de cannes constituées de plusieurs verres colorés qui vont former des couches successives, de forme circulaire, en étoile ou en fleur. Une fois le diamètre souhaité atteint, la canne est sectionnée, le trou central dégagé et les angles adoucis.

24Les artisans perliers malgaches contemporains (mpanao vakana) n’utilisent que du plastique et n’ont recours qu’à la technique des lamp beads. Chez Alain, qui nous a ouvert les portes de son atelier, les artisans perliers sont au nombre de sept. Alors que lui-même travaille seul, notamment pour réaliser les pièces de grandes dimensions fabriquées uniquement sur commande, les autres artisans, ses enfants et leurs conjoints sont assis en binôme au-dessus des brûleurs. Chaque binôme réalise le même modèle et dispose de trois seaux à ses pieds. Le premier seau contient des masses de plastique en forme de berlingot, de couleurs variées. Ces matières colorées ont été obtenues en fondant préalablement des objets en plastique usagé (Fig. 4). Notons, par ailleurs, la similarité de technique de recyclage avec le recours à la fonte de pièces démonétisées pour confectionner les felana, au début du xxe siècle, déjà évoqué plus haut à l’appui des travaux de Decary. La fonte doit être douce pour ne pas brûler le plastique, ce qui aurait pour conséquence de le noircir irrémédiablement. La matière transparente et celle de couleur noire sont obtenues en fondant des boîtiers de CD, les autres couleurs sont obtenues avec des seaux, des cuvettes, des gaines de fils électriques, etc. Un second seau, rempli d’eau, sert à refroidir les perles moulées afin de figer leur forme. Le dernier seau sert à stocker les pièces finies. Les techniques de moulage des perles ont été transmises par un héritage familial, à l’instar des connaissances sur leurs usages. Comme le font les artisans perliers qui travaillent le verre, ceux qui utilisent le plastique sont positionnés au-dessus d’une flamme produite par un réchaud à gaz. Ils chauffent le « berlingot » en fonction de la couleur de la perle qu’ils veulent obtenir, puis prélèvent, sur cette zone chauffée, une certaine quantité de plastique en l’enroulant autour d’une tige en métal. L’opération est répétée sept fois, de manière à couvrir toute la tige.

Fig. 4 : Les matériaux de récupération – gaines de fils électriques, boîtiers de Compact Disc, cuvettes – sont fondus pour obtenir la matière première utilisée pour la création des perles. Fabrique familiale de perles, banlieue sud d’Antananarivo.

Fig. 4 : Les matériaux de récupération – gaines de fils électriques, boîtiers de Compact Disc, cuvettes – sont fondus pour obtenir la matière première utilisée pour la création des perles. Fabrique familiale de perles, banlieue sud d’Antananarivo.

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 014).

25Les boules de plastique, rondes et régulières grâce à la rotation du mandrin opérée par le perlier, peuvent être pressées dans un moule en métal de manière à obtenir une forme différente (oblongue par exemple). Le décor coloré (point, flammèche, ligne) est ensuite appliqué, de manière successive, à l’aide d’une mince tige de plastique fondu, tenue à la manière d’un pinceau (Fig. 5). Une fois toutes les couleurs appliquées, les huit perles sont à nouveau chauffées puis façonnées à l’aide des moules en fer, de manière à rendre solidaire le décor sur la perle. Les perles terminées sont refroidies puis glissées dans le seau de stockage. L’atelier de production dirigé par Alain produit environ deux mille perles par jour, qui alimentent les marchés d’Antananarivo et des grandes villes de province.

Fig. 5 : Réalisation de la perle soamanambara par deux artisans : rotation du mandrin pour prélever la matière et application du décor. Fabrique familiale de perles, banlieue sud d’Antananarivo.

Fig. 5 : Réalisation de la perle soamanambara par deux artisans : rotation du mandrin pour prélever la matière et application du décor. Fabrique familiale de perles, banlieue sud d’Antananarivo.

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (006 MDC 014).

  • 25 Données recueillies en août 2019.

26Le recyclage mis au jour dans les ateliers des artisans perliers a également été relevé chez les artisans confectionnant les pendeloques en métal, elles aussi modelées à partir de matériaux de récupération. Les anneaux, les pendeloques en forme de zébu, les hameçons ou les haches percées sont façonnés à partir de fils électriques dénudés, aplatis et mis en forme à l’aide de ciseaux25.

  • 26 Cette information nous a été donnée par l’épouse d’Alain.
  • 27 Plus rarement, des interdits alimentaires pouvaient être aussi imposés aux porteurs de certaines pe (...)

27Bien que présentée comme une activité exclusivement commerciale, la fabrication de perles impose aux artisans de perles magico-religieuses des interdits alimentaires dénommés fady qui concernent la viande de zébu henan’omby, le poulet « de chair » et les brèdes anamamy26. Ces interdits contribuent à entretenir la confusion qui règne entre artisans perliers et devins-guérisseurs. En effet, les guérisseurs, du fait de leurs liens avec des esprits, sont tenus de respecter de nombreux interdits, alimentaires et vestimentaires notamment. Si les artisans perliers ne sont pas en communication privilégiée avec des esprits, la fabrication d’objets destinés à une utilisation rituelle les contraint également à respecter certains interdits. Ceux-ci sont mineurs (essentiellement alimentaires)27. Les artisans-perliers ne les évoquent pas aisément, afin de bien distinguer leur profession de vendeurs de l’activité des devins-guérisseurs. En effet, s’ils fabriquent des objets destinés à être utilisés rituellement, dont l’aspect doit permettre de les identifier comme des perles magiques, ce sont bien les devins-guérisseurs qui les consacrent lors d’un rituel. À cette occasion, ce sont eux qui attribuent aux perles leur efficacité symbolique selon le problème à résoudre et l’assemblage réalisé. Les perles assemblées deviennent un objet doté de la puissance conférée par les devins-guérisseurs.

Du commerce maritime aux étals de marchés

Circuits d’approvisionnement et de distribution des perles

  • 28 Les sources et ouvrages consultés sur les réseaux de distribution des perles mentionnent uniquement (...)
  • 29 Les Antalaotra, groupe islamisé venus d’Afrique de l’Est, se sont installés dans la région nord-oue (...)

28L’histoire des réseaux de distribution de perles à Madagascar28 s’inscrit dans le temps long et se superpose au vaste réseau d’échanges entretenu entre la Grande Île et de nombreux pays fabriquant des perles (France, Inde, Italie, République tchèque, Pays-Bas, etc.). Selon Bernard-Thierry, « il semble bien qu’il n’y ait eu aucune interruption dans cette présence des perles, depuis les trouvailles de fouilles jusqu’aux modèles actuels » (1959 : 37). Les fouilles des sépultures de Vohemar mettent en évidence que les perles sont des produits d’importation véhiculés par un réseau commercial de l’océan Indien depuis au moins le xixe siècle, ce trafic étant dominé par les Arabes29 et plus tard, les Européens (Rasoarifetra 2011). Le Portugais Duarte Barbosa indique, en 1514, que, dans la ville de Sofala (à proximité de l’actuelle Beira, au Mozambique, face à Madagascar), on payait en or les tissus de coton et les perles de verre qui provenaient d’Inde par le commerce maritime ou de Perse par les caravanes (Teruzzi 2017 : 79). À Madagascar, le voyageur anglais Richard Boothby a fait une observation similaire en 1644, décrivant des perles de cornaline rouge venues de l’Inde (Grandidier et al. 1905 : 89) alors que Leguével de Lacombe, sur la Grande Île avant 1830, indique que les perles de verre sont utilisées dans un cadre magico-religieux et décrivent les protections magiques d’un guerrier constituées de plusieurs colliers de corail et de « grains de Venise » (1840 : 222). À la fin du xviiie siècle, les perles (et l’argent) ont connu un changement de statut : d’une monnaie (les perles sont échangées), à des bijoux (les perles sont montrées) puis à des charmes (les perles sont dissimulées). Les perles, entrées à Madagascar sous forme de monnaie, ont ainsi été converties en objets de parure puis, en dernier lieu, et jusqu’à aujourd’hui, en objets dotés de pouvoir que l’on tient cachés (Graeber 1996 : 14).

  • 30 Voir les échantillons de perles proposés par les grandes maisons vénitiennes dont certaines réponda (...)
  • 31 Voir la perle brune de forme allongée au bas de la carte 1971.15.190 présentée sur le site du Pitt (...)
  • 32 Un test au Raman a été réalisé en juillet 2019 pour les deux perles tsilaiby de la collection Renel (...)

29À l’aube du xve siècle, la production islamique de perles qui alimentait l’Afrique décline, au profit de l’industrie européenne, qui s’ouvre vers l’Afrique sub-saharienne puis vers l’Afrique australe et orientale, où elle concurrence la production indienne de Cambay. Les perles proviennent alors de plusieurs centres de production : Venise, qui a la suprématie de cette activité pendant des siècles, mais aussi la Hollande, à partir du xviiie siècle, l’Allemagne, la France et surtout la Bohême (République tchèque), principal concurrent de Venise au xixe siècle. La production de perles atteint son paroxysme à l’époque coloniale jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, pour ensuite décliner progressivement. Les cartes d’échantillons des grandes maisons de fabrication de perles, tant françaises qu’italiennes, montrent que certaines productions étaient destinées à des pays ou des zones spécifiques30 alors que d’autres étaient diffusées très largement, à une échelle mondiale. Durant cette longue période de commerce et de contacts, les maisons de vente ont su comprendre les goûts des clients extra-occidentaux et une partie de la production en pâte de verre imite des perles plus anciennes, initialement réalisées dans un autre matériau. C’est ainsi que la longue perle, rouge sombre en forme de fuseau légèrement facetté, imite en fait une production en cornaline, obtenue par le commerce avec l’Inde, particulièrement développé avec l’Afrique de l’Est grâce aux vents de la mousson qui rendent la navigation rapide entre les deux aires géographiques pourtant éloignées. Le Pitt Rivers Museum conserve ce type de perles, produites en République tchèque et destinées, en l’occurrence, au Soudan 31où elle était très appréciée. Elle était connue à Madagascar sous le nom de tsilaiby32.

30Lorsque Bernard-Thierry collecte des perles au milieu du xxe siècle, elle précise que « certaines sont de fabrication très locale, très grossièrement fondues en verre ordinaire ou verre de bouteille, mais la plupart sont importées d’Europe : de Tchécoslovaquie et d’Allemagne, où se fabriquent notamment les fausses cornalines ; de France et d’Italie où la verroterie actuelle perpétue les anciens modèles de Venise » (1959 : 43). Elle indique également que le marché des importations de perles est détenu par « des Indiens, originaires de la région de Bombay, établis à Madagascar depuis deux générations au moins. De Majunga, Diego-Suarez et Tananarive les perles sont revendues par eux aux petits marchands malgaches » (1959 : 43). Quelques années seulement après l’enquête de Bernard-Thierry, Decary attribue historiquement la propagation des perles sur les marchés malgaches aux commerçants arabes puis, à la fin des années 1950, aux importateurs indiens qui les achèteraient principalement en Italie et en Tchécoslovaquie (1962 : 464).

  • 33 Voir Panini : planche II numéro 11950 ou planche IV numéro 10549 (2008 : 207).
  • 34 « Qui n’est pas vaincu par plusieurs ennemis assemblés ».

31La collection de perles de Renel comprend plusieurs perles de type Murano (Società Veneziana per l’Industria delle Conterie)33 sans que l’on puisse affirmer une origine italienne, tant les copies sont nombreuses à cette époque. Certaines font partie de la catégorie des perles bon marché, comme la perle rouge avec des points blancs (tsileomparimbona ou tsy leo parimbona34) que l’on retrouve dans les inventaires de Renel, de Pagès, puis de Bernard-Thierry et, sous sa forme plastique, dans les perliers contemporains malgaches. Initialement, elle faisait partie des perles produites par Venise en grand nombre et destinées au marché africain. Selon Panini, « les perles à pois étaient rapides à produire, et donc économiques, et se prêtaient facilement à la reproduction dans toutes les couleurs désirées par les différents groupes ethniques d’Afrique » (2007 : 153). Citons également la perle dite Nueva Càdiz, du nom d’une colonie espagnole fondée en 1515 sur l’île de Cubagua au large du Venezuela et détruite en 1541 par un tremblement de terre. Cette perle tubulaire de couleur bleue faisait partie des biens de troc utilisés lors des premiers contacts entre les Espagnols et les natifs américains. Sa production semble s’étirer sur plusieurs siècles, avec de subtiles variantes. Elle est particulièrement bien représentée dans la collection de Renel qui l’appelle tahomanganala (i.e. « tige-bleue-de-la-forêt ») ou vonolanitra (Fig. 6), et qui précise qu’elle entrait dans la composition des ody au temps de Radama Ier (1793-1828) (1919 : 92).

Fig. 6 : Au centre d’une composition, la perle tahomanganala, tige-bleue-de-la-forêt, de la collection de Charles Renel (inv. MC287), avant 1925.

Fig. 6 : Au centre d’une composition, la perle tahomanganala, tige-bleue-de-la-forêt, de la collection de Charles Renel (inv. MC287), avant 1925.

© Olivier Garcin, musée des Confluences.

32Bernard-Thierry indique qu’« on ne découvre la tahomanganala qu’aux étalages des marchands de gros, le vendredi, jour du grand Zoma. Encore n’est-elle pas parmi les modernes importations d’Italie, d’Allemagne et de Tchécoslovaquie. Elle est mêlée au fond d’un vieux chapeau ou d’une boîte en carton, à des perles locales ou anciennes, ou andafy, c’est-à-dire non-malgaches » (1959 : 65). Peu de temps après Bernard-Thierry, Mantaux note l’absence des tahomanganala bleues, et relate que l’on nomme identiquement des perles rouge vif, mais aussi de couleur claire (1970 : 202-203). Aucune de ces perles tahomanganala n’a été observée lors de notre enquête, tant au marché que chez les devins-guérisseurs ou les artisans perliers.

  • 35 Soit environ 6 euros.

33En 2018, si les perles de verre ne sont plus visibles sur les étals des vendeurs, elles n’ont cependant pas totalement disparu du circuit marchand. Rares et précieuses, elles ne sont disponibles qu’à la demande, conservées à l’abri du vol dans un sac, dissimulées sous l’étal, ou entreposées au domicile du vendeur. Elles sont vendues en moyenne 25 000 ariary35 l’unité, ce qui correspond au prix d’un collier complet de perles en plastique (dit de « petit modèle »). Une vendeuse de Petite Vitesse-Isotry assure en vendre en moyenne cinq par an. Le discours des vendeurs confère au verre une efficacité symbolique supérieure à celle du plastique, ce que ne corroborent pas nécessairement les devins-guérisseurs interrogés.

  • 36 Ces perles n’ont pas été observées en région betsileo à Fianarantsoa pour la présente enquête, ni d (...)

34Le déclin de la perle de verre, l’apparition progressive du plastique et une fabrication devenue locale des perles ont modifié profondément et durablement le réseau d’approvisionnement et de distribution des perles. Les vendeurs rencontrés à Petite Vitesse-Isotry identifient deux ou trois familles de fabricants de perles, tous issus de la banlieue d’Antananarivo. Il nous a également été rapporté qu’il existait d’autres centres de production dans la proche banlieue d’Antananarivo. Lors de nos observations sur l’un des lieux de production de la capitale, nous avons pu constater que le réseau de distribution est en circuit court. Les grossistes se rendent chez leurs clients une fois par mois ou tous les deux mois, selon les calendriers rituels du culte aux esprits et les besoins des officiants et des pratiquants du culte en perles. Ils proposent un réapprovisionnement du stock : des colliers complets, des perles en lots de dix pièces sur raphia, ou des perles à l’unité. Les colliers complets sont davantage présents à Antananarivo où ils apparaissent en trois tailles différentes. Ces « enfilés » de perles (Blanchy, 2006 : 286) sont présents presque exclusivement à la capitale et dans l’ouest de l’île36. Dans cette région occidentale se trouve un grand nombre de devins-guérisseurs (souvent les possédés tromba), qui portent ces grosses perles en ornement lors des rituels. Les grossistes ou les artisans peuvent également être contactés par téléphone pour des réapprovisionnements ou pour des commandes spécifiques, certains modèles n’étant fabriqués qu’à la demande, tel le modèle dit « 6 kilos ». Les vendeurs possèdent en général un numéro de téléphone portable et un prénom, mais peu d’informations supplémentaires sur les artisans perliers.

35Dans le cas de la fabrique familiale que nous avons visitée, Alain, fabricant de perles, est l’époux d’Aline, vendeuse de pharmacopée traditionnelle à Petite Vitesse-Isotry. Elle fait office d’intermédiaire entre son mari et d’autres vendeuses du marché. Certains de nos interlocuteurs, propriétaires d’étals au marché, ont refusé de nous préciser leur méthode et leur lieu d’approvisionnement, souhaitant probablement garder secrètes les ficelles du commerce.

Des points de vente protéiformes et esthétisés

36Le marché est le principal lieu d’approvisionnement en perles magico-religieuses. Les marchés des régions de l’Imerina et du Betsileo apparaissent dans les textes des premières monographies de Flacourt (xviie siècle), Mayeur (xviiie siècle) ou Grandidier (xixe-xxe siècle) (Hébert, 1989-1990). Au début du xxe siècle, pour Henri Dubois, les marchés « datent de loin au Betsileo », il note également la présence de feuilles, bois, perles et amulettes (dont des amulettes perlées) à l’étal (1938 : 607).

37Les herboristes des marchés urbains proposent bien sûr des plantes et des échantillons de bois mais aussi d’autres éléments entrant dans la confection de charmes dont les perles magico-religieuses, des pièces en argent ou des éléments marins (étoiles de mer ou coquillages) (Fig. 7).

Fig. 7 : Un stand de cosmétiques, de pharmacopée et de remèdes magiques du marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.

Fig. 7 : Un stand de cosmétiques, de pharmacopée et de remèdes magiques du marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 005).

  • 37 Cette appellation désigne les petites constructions qui abritent les commerces des marchés du Zoma, (...)

38Les perles se trouvent immanquablement sur les étals de produits magico-religieux mais également aux stands de mercerie des pavillons37 de Fianarantsoa (Anjoma), ce qui n’a pas été relevé par l’ethnographie faite à Antananarivo (pavillons d’Analakely et Petite Vitesse-Isotry). Seul un pavillon de cordonnerie et de laisses canines propose des lots de perles enfilées sur du raphia pour la vente à l’unité.

39Les perles sont très visibles à l’étal. En vrac, elles sont placées dans des bocaux ou des paniers avec les pendeloques de fer et d’autres éléments de petites dimensions (cauris, graines), tandis que les colliers et les enfilages sur fibre de raphia sont disposés en hauteur, de manière harmonieuse, participant à l’attractivité visuelle du stand (Fig. 8).

Fig. 8 : Les enfilés de perles participent à l’attractivité des stands. Marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.

Fig. 8 : Les enfilés de perles participent à l’attractivité des stands. Marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.

© Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 005).

  • 38 Voir aussi, dans les années 1960, dans la région betsileo, sur les perles blanches vakampotsy desti (...)

40La présentation sur fil de raphia avait été soulignée par Renel cent ans plus tôt pour les perles tainjaza que l’on « vend d’ordinaire enfilées sur de longues fibres de rafia » (1919 : 92). Prises dans les années 1950, les photographies de terrain de Bernard-Thierry (1959 : planche I-2. Enfilages sur brins de raphia et perles en vrac) révèlent également des bottes de plusieurs brins de raphia38 sur lesquels sont enfilées des perles. On aperçoit en outre des perles en vrac, dans des boîtes. Il s’agit cependant d’étals de marchands de perles en gros, séparés des étals d’herbes médicinales et des étals de bois. Sur certains étals, les perles côtoient les bois, les coquilles et les minéraux (1959 : planche II-4).

41Dans la majorité des cas – 70 % des marchands (Andriamihamina 2007) –, le commerce est un héritage familial, le fonds de commerce en objets magico-religieux assurant une activité pérenne. La connaissance des perles (noms, usages, fonctions) et des plantes médicinales, les liens commerciaux établis par les vendeurs avec les grossistes des éléments magico-religieux et les contacts avec des devins-guérisseurs sont la partie essentielle de la transmission du métier. Ces transmissions familiales sont récurrentes dans l’intégralité des entretiens réalisés à Fianarantsoa et à Antananarivo.

  • 39 La transmission familiale s’opère de parents à enfants, sans distinction de genre ou de place dans (...)

42Les entretiens menés auprès des vendeuses de phyto-cosmétiques et de produits magico-religieux de Petit Vitesse-Isotry ont tous mis en évidence une transmission de génération en génération39 de la patente et du savoir. C’est le cas de My, vendeuse de plantes et perles à Petite Vitesse-Isotry, âgée d’une cinquantaine d’années. Issue d’une lignée d’herboristes, elle s’occupe de la patente la plus ancienne de sa famille. Au fil des années, ses sœurs, cousins et beaux-frères ont acquis d’autres étals similaires dans la même zone corporative. Sa fille en apprentissage a la charge d’un pan de l’étal de My. Cette zone ne propose pas d’éléments bruts mais des remèdes déjà élaborés et conditionnés en sachets thermocollés. Une fois formée, la fille de My aura également son propre étal.

43L’étude des perles intégrées dans les charmes contemporains, à l’appui de l’analyse des fonds de Renel et Bernard-Thierry, a révélé la pérennité de leur usage ainsi qu’une transmission de marqueurs symboliques du langage des perles : le nom, le sens, la représentation des plantes et l’efficacité supposée dans un domaine donné. L’adoption d’un matériau nouveau semble pragmatique : face à la raréfaction des perles de verre, une production locale, avec le matériau plastique recyclé, s’est peu à peu mise en place, sans pour autant entamer l’efficacité symbolique du charme. De même, les devins-guérisseurs ont su proposer des réponses aux demandes nouvelles, en lien avec le contexte contemporain, formulées par les utilisateurs (telles l’obtention d’un visa administratif ou l’acquisition d’un smartphone, etc.) et qui nécessitent un recours aux assemblages de perles pour se protéger ou pour influencer le cours de son existence de manière favorable. C’est probablement cette souplesse, tant dans le domaine des matériaux que dans les champs de solutions proposés, qui a permis à cette pratique magique de perdurer en étant constamment réinventée et actualisée, tant que ses marqueurs sont reconnaissables pour les spécialistes du magico-religieux.

44L’intérêt de cette étude porte également sur la façon dont, à l’appui des codes magico-religieux (forme, modèle, couleur, appellation), l’objet-perle devient magique après avoir été préalablement un objet d’usage quotidien. Le recyclage d’un objet « utilitaire » ou d’un objet « déchet » passe par un processus de transformation. Le plastique ordinaire (voire issu d’un objet destiné à être souillé, tel que les seaux et les cuvettes) se transforme en perle puissante par la parole prononcée dans le cadre rituel par un devin-guérisseur ; comme une bouteille de cidre commune, découverte par des archéologues, devient un objet de patrimoine (Bonnot 2004). La lecture et les valeurs attribuées à un artéfact dépendent de sa fabrication et des discours qui lui sont rattachés.

Haut de page

Bibliographie

Andriamihamina Rija, 2007, L’éclatement du Zoma d’Antananarivo, in Faranirina Rajaonah, Dominique Bois, Les Marchés urbains de Madagascar. xixe-xxe siècles. Antananarivo, Antsirabe, Antsiranana, Paris, L’Harmatan : 67-92.

Athenor Christine, Trannoy Marion, 2006, Ody, talismans malgaches, liens de mémoire, Cahiers scientifiques 11, Lyon, musée des Confluences : 5-69.

Ballarin, Marie-Pierre, 1998, L’objet dans le rite : l’exemple des reliques des rois sakalava (côte ouest de Madagascar), Hypothèses 1 (1) : 41-49.

Bernard-Thierry Solange, 1959, Perles magiques à Madagascar, Journal de la Société des africanistes 29 (1) : 33-90.

Bonnot Thierry, 2004, Itinéraire biographique d’une bouteille de cidre, L’Homme 170 : 139-163, URL : http://journals.openedition.org/lhomme/24809; DOI : 10.4000/lhomme.24809.

Burguet Delphine, 2014, Figures des maîtres rituels. Les devins-guérisseurs dans l’histoire et aujourd’hui : savoir, action et pouvoir à Madagascar, thèse d’anthropologie, Paris, EHESS.

Chazan-Gillig Suzanne et Haidaraly Dera, 2006, Le fitampoha de 2004 dans la région nord du Menabe, à l’ouest de Madagascar, Journal des anthropologues 104-105 : 129-163.

Decary Raymond, 1962, Madagascar (1956-1960), Revue française d’histoire d’outre-mer 49 (176-177) : 438-472.

— 1966, Coutumes guerrières et organisation militaire chez les anciens malgaches. 1. Les anciennes pratiques de guerre, Paris, Édition maritimes et d’outre-mer.

Dubois Henri, 1938, Monographie des Betsileo, Paris, Institut d’ethnologie.

Evrard Dominique, 1970, Étude culturelle des collections du musée de l’ORSOM Tananarive, Travaux et documents 4, Antananarivo, musée d’Art et d’Archéologie de l’université de Madagascar.

Graeber David, 1996, Beads and Money: Notes toward a Theory of Wealth and Power, American Ethnologist 23 (1): 4-24.

— 2007, Lost People. Magic and the Legacy of Slavery in Madagascar, Bloomington / Indianapolis, Indiana University Press.

Grandidier Alfred, Grandidier Guillaume, Froidevaux Henri, Charles-Roux Jules (dir.), 1905, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar, tome 3, Comité de Madagascar / Paris.

Lombard Jacques, 2006, « Droit à la parole et résistance des peuples face à la globalisation », Études rurales 178 : 23-38.

Lefèvre Gabriel, 2007, Médecines hybrides dans le sud et le sud-ouest de Madagascar. Les mots-plantes à Toliara, thèse d’anthropologie, Paris, INALCO.

— 2013, Médecine traditionnelle à Madagascar, les mots-plantes, Paris, L’Harmattan.

Legrip-Randriambelo Olivia, 2017, Les humeurs des plantes et des maux. Penser et traiter la maladie à Madagascar, Ethnopharmacologia 58 : 11-22.

Leguével de Lacombe B.-F., 1840, Voyage à Madagascar et aux îles Comores (1823 à 1830), t. I et II, Paris, Louis Desessart édition.

Mampionona Miora, 2006, Le Système symbolique des assemblages de perles dans la tradition sihanaka, mémoire de DEA, Toliara, université de Toliara.

— 2015, La Symbolique des assemblages de perles dans la tradition sihanaka, thèse de doctorat en anthropologie, Antananarivo, université d’Antananarivo.

Mantaux, Christian Georges, 1970, Perles malgaches du XIXe et du XXe siècle, Taloha. Revue du Musée d’Art et d’Archéologie 3 : 193-208.

Pagès P., 1971, Vakana malagasy (Perles malgaches), Travaux et documents 6, Antananarivo, musée d’Art et d’Archéologie de l’université de Madagascar.

Pallaver Karin, 2009, A Recognized Currency in Beads. Glass Beads as Money in Nineteenth-century East Africa: The Central Caravan Road, in Catherine Eagleton, Harcourt Fuller, John Perkins, Money in Africa, Londres, British Museum Edition: 20-29.

Panini Augusto, 2008, Middle Eastern and Venetians Glass Beads. Eighth to Twentieth Century, Paris, Skira.

Rabedimy Jean-François, 1980, Vintana-Andro Le destin et les jours. Un mode de représentation du Monde dans l’ancienne société salakava du Menabe à Madagascar, thèse de doctorat, EHESS, URL : https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers11-04/02056.pdf.

Rasoarifetra Bako, 2011, Les perles de Vohémar. Origine et marqueurs culturels, Études océan Indien 46-47 : 178-193.

Renel Charles, 1919, Les amulettes malgaches. Ody et sampy, Bulletin de l’Académie malgache, nouvelle série, t. II, Antananarivo.

Ravaosolo Jeanne, 2009, Les plantes dans la fabrication de talismans utilisés en phytothérapie dans le Sud-Ouest malgache, Études océan Indien 42-43 : 339-348.

Sanchez Samuel, 2013, Le Long xixe siècle de Nosy-Be et de la baie d’Ampasindava (nord-ouest de Madagascar). Dynamiques malgaches et mondialisations dans un comptoir du sud-ouest de l’océan Indien, thèse d’histoire, université Paris Diderot.

Teruzzi Giorgio, 2017, Les perles, in Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), L’Afrique des routes. Histoire de la circulation des hommes, des richesses et des idées à travers le continent africain, Paris, Actes Sud / musée du quai Branly – Jacques-Chirac : 78-82.

Urbain-Faublée Marcelle, Faublée Jacques, 1969, Charmes magiques malgaches, Journal de la Société des africanistes 39 (1) : 139-149.

Vernier Elie, 1964, Étude sur la fabrication des Lambamena, Journal de la Société des africanistes 34 (1) : 7-34.

Webber Joseph, 1853. Dictionnaire malgache-français, Bourbon, La Ressource.

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage Les Amulettes malgaches. Ody et Sampy, écrit avant 1915 et publié en 1919, Renel consacre plus d’une vingtaine de pages aux perles et ornements d’argent.

2 Le vintana désigne les règles de l’astrologie qui permettent aux devins de déterminer le destin propre et la prédestination astrologique de chacun : « Le vintana consigne l’ensemble des oscillations du cosmos, passées, présentes et à venir. Il concerne, par le repérage précis de leur position astrale grâce à la lecture de leur signe zodiacal, tout ce qui existe sur Terre – hommes, animaux, plantes, pierres et paysages – et représente le mouvement inépuisable de tous les éléments du monde qui en constituent le sens. Le cosmos est l’image de Dieu Créateur, lequel épuise ainsi les enseignements de l’astrologie dans une transparence définitive » (Lombard 2006 : 28).

3 La collection de perles de Renel comprend environ 250 perles (dont plusieurs exemplaires similaires), sans compter les enfilages de petites perles et les charmes constitués. La collecte de Solange Bernard-Thierry s’élève à 195 exemplaires de perles et 659 petites perles jijikely. Elle est aujourd’hui conservée au musée du quai Branly – Jacques-Chirac sous le numéro d’inventaire 71.1958.76.

4 Le terme vakana s’applique aux perles de verre, de corail et de coquillages mais semble exclure les graines, les tronçons de bois, les perles en os que nous n’aborderons donc pas dans le cadre de cette étude. Nous avons décidé d’inclure dans notre corpus les pendeloques en métal (qui ne sont pas des vakana) car elles sont présentes sur les perliers contemporains et sont documentées dans l’étude de Renel (1919 : 70-73).

5 L’arbre connu comme manjakabenitany est souvent en réalité, dans la région sud-ouest de Madagascar, une autre proche espèce : B. rouxevillei H. Perrier (Fabaceae).

6 Voir aussi Mampionona (2006 et 2015) et Legrip-Randriambelo (2018 : 21).

7 Les termes vernaculaires sont aussi variés : ombiasa (devin et guérisseur), mpisikidy (devin utilisateur du sikidy, l’appareil divinatoire), mpitaiza (celui-qui-prend-soin), entre autres.

8 Les graines utilisées sont généralement celles du fano, une sorte d’acacia. Lars Vig note le remplacement, dans la pratique du sikidy, des graines par des perles de verre (Urbain-Faublée et Faublée 1969).

9 De nombreuses reninjaza cumulent leurs activités d’accoucheuse avec des activités de divination, de guérison et de confection de charmes, de remèdes ou de philtres d’amour. Leur statut est ambivalent car elles insèrent leurs savoirs et pratiques dans le système de prise en charge biomédical de la santé maternelle.

10 Tromba désigne à la fois les esprits qui possèdent, le possédé et le rituel.

11 Tous les prénoms des interlocuteurs de cet article ont été modifiés. Julie est décédée il y a quelques années et a été une interlocutrice privilégiée des travaux d’Olivia Legrip-Randriambelo.

12 Torine pratique le sikidy karatra, la divination par les cartes.

13 Jacques Lombard et Jean-François Rabedimy mentionnent, pour le Menabe (ouest de l’île), un récit concernant le supposé premier devin, Babamino, qui aurait utilisé, comme premier ody, l’arbre Tabovahatse (Rabedimy 1980 : 64-65).

14 Charmes en corne de zébu ou en bois sculpté en forme de corne.

15 Architecte de formation, Christian Georges Mantaux fut secrétaire général de l’Association malgache d’archéologie et membre de l’Académie malgache. Il a participé à de nombreux chantiers de rénovation du patrimoine bâti de la Grande Île et a publié plusieurs articles sur divers sujets relatifs à l’histoire de Madagascar.

16 Office de la recherche scientifique et technique outre-mer.

17 My et ses sœurs ont fait l’objet d’un film ethnographique réalisé lors de l’enquête.

18 Respectivement inv. 71.1958.76.5.1-9 ; inv. 71.1958.76.48. Dans ses notes de mission, Solange Bernard-Thierry fait mention, pour la perle voahangindrano, d’une perle en verre qui imite une perle en corail (archives du musée du quai Branly – Jacques-Chirac, dossier de la collection 71.58.76, D000774, documents 34342 à 34360). Pourtant, selon l’inventaire du musée, cette perle est en plastique.

19 Elie Vernier (1964 : 31) parle de perles en plomb, firaka, et Mantaux (1970 : 198-199) évoque des pendeloques en plomb et aluminium.

20 L’étude du contrôleur des marchés P. Pagès consacrée aux perles de Madagascar a été publiée en 1971 mais a été rédigée en 1918.

21 Propos recueillis à Fianarantsoa, le 5 août 2018.

22 Information de la base de données du musée du quai Branly – Jacques-Chirac pour les deux plus petites perles du lot 71.1958.76.29.1-4.

23 Il est à noter que les perles, destinées à l’ornementation et à l’artisanat, vendues au marché touristique de Route-Digue à Antananarivo, sont en plastique et rehaussées d’un motif peint (perles collectées en 2018, musée des Confluences, inv. 2018.17.39). Cette technique continue d’exister, mais les perles ainsi produites sont exclues de l’usage magico-religieux.

24 Deux exemplaires de la perle mananjara achetées par Bernard-Thierry sont aujourd’hui conservés au musée du quai Branly – Jacques-Chirac sous le numéro d’inventaire 71.1958.76.41.1-2.

25 Données recueillies en août 2019.

26 Cette information nous a été donnée par l’épouse d’Alain.

27 Plus rarement, des interdits alimentaires pouvaient être aussi imposés aux porteurs de certaines perles. La samalama, par exemple, interdisait de consommer du mouton cuit à l’eau, du manioc cru et du gingembre (Pagès, 1971 : 6-7).

28 Les sources et ouvrages consultés sur les réseaux de distribution des perles mentionnent uniquement les perles de verre. À notre connaissance, les perles d’argile évoquées par nos interlocuteurs n’ont pas fait l’objet de publications scientifiques.

29 Les Antalaotra, groupe islamisé venus d’Afrique de l’Est, se sont installés dans la région nord-ouest de Madagascar (Majunga) ; « historiquement [ils] contrôlent le commerce de la côte ouest, sont en relation avec les populations productrices consommatrices de biens » (Sanchez 2007 : 120). Ils auraient initié la vente des perles sur les marchés au xviiie siècle (Burguet 2014 : 185).

30 Voir les échantillons de perles proposés par les grandes maisons vénitiennes dont certaines répondaient à des commandes ou étaient spécifiquement destinées à des pays ou à des villes actives dans le commerce telles Bamako, Mombasa, Dar-es-Salam ou Mogadiscio (Panini 2007 : 206-221).

31 Voir la perle brune de forme allongée au bas de la carte 1971.15.190 présentée sur le site du Pitt Rivers Museum, à l’adresse : http://objects.prm.ox.ac.uk/pages/PRMUID147611.html.

32 Un test au Raman a été réalisé en juillet 2019 pour les deux perles tsilaiby de la collection Renel (inv. 2007.0.96 et 2007.0.97), il révéla que les deux perles étaient en verre.

33 Voir Panini : planche II numéro 11950 ou planche IV numéro 10549 (2008 : 207).

34 « Qui n’est pas vaincu par plusieurs ennemis assemblés ».

35 Soit environ 6 euros.

36 Ces perles n’ont pas été observées en région betsileo à Fianarantsoa pour la présente enquête, ni dans le sud de l’île, selon les travaux de Lefèvre (2007 : 102).

37 Cette appellation désigne les petites constructions qui abritent les commerces des marchés du Zoma, à Antananarivo, et d’Anjoma à Fianarantsoa.

38 Voir aussi, dans les années 1960, dans la région betsileo, sur les perles blanches vakampotsy destinées aux suaires en soie lambamena, vendues au marché enfilées par cinquante sur brins de raphia, (Vernier 1964 : 31).

39 La transmission familiale s’opère de parents à enfants, sans distinction de genre ou de place dans la fratrie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : André, masseur et vendeur de bois médicinaux et de perles sur le marché Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo, montre la concordance de la perle et du bois mananjara « qui-porte-chance ».
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 007).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Collier constitué de 315 perles de verre appartenant à Torine, devineresse-guérisseuse centenaire d’Antananarivo.
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 018).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 : Un perlier (vakana feno carton) utilisé comme enseigne et aide-mémoire sur un stand de cosmétiques, de pharmacopée et de remèdes magiques au marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 009).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 4 : Les matériaux de récupération – gaines de fils électriques, boîtiers de Compact Disc, cuvettes – sont fondus pour obtenir la matière première utilisée pour la création des perles. Fabrique familiale de perles, banlieue sud d’Antananarivo.
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 014).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 5 : Réalisation de la perle soamanambara par deux artisans : rotation du mandrin pour prélever la matière et application du décor. Fabrique familiale de perles, banlieue sud d’Antananarivo.
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (006 MDC 014).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : Au centre d’une composition, la perle tahomanganala, tige-bleue-de-la-forêt, de la collection de Charles Renel (inv. MC287), avant 1925.
Crédits © Olivier Garcin, musée des Confluences.
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-6.png
Fichier image/png, 8,5M
Titre Fig. 7 : Un stand de cosmétiques, de pharmacopée et de remèdes magiques du marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 005).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 8 : Les enfilés de perles participent à l’attractivité des stands. Marché de Petite Vitesse-Isotry, à Antananarivo.
Crédits © Marie Perrier, août 2018, archives du musée des Confluences (cote 006 MDC 005).
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/9955/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivia Legrip-Randriambelo et Marie Perrier, « Le plastique, c’est magique ? Circulation et technique de fabrication des perles magico-religieuses à Madagascar », Journal des africanistes, 90-2 | 2020, 122-150.

Référence électronique

Olivia Legrip-Randriambelo et Marie Perrier, « Le plastique, c’est magique ? Circulation et technique de fabrication des perles magico-religieuses à Madagascar », Journal des africanistes [En ligne], 90-2 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/9955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/africanistes.9955

Haut de page

Auteurs

Olivia Legrip-Randriambelo

Chercheuse Post-Doctorante en Anthropologie Labex COMOD / Université de Lyon

Marie Perrier

Chargée des collections Afrique et Océanie, Musée des Confluences

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search