Navigation – Plan du site

Calebasses anthropophages et dévoreurs africains

Anthropophagous calabashes and other African devouring monsters
Jean-Loïc Le Quellec

Résumés

Le corpus des mythes de la « Calebasse dévorante » est ici enrichi et complété, de même que celui des mythes diluviens, non rares en Afrique contrairement à une opinion répandue. Les méthodes phylomémétiques montrent que la répartition des mythes africains du Dévoreur s’explique au mieux en supposant l’existence de deux groupes. Leur aréologie suggère qu’une version eurasiatique aurait été introduite en Afrique de l’Est et qu’elle s’y serait alors propagée en s’enrichissant du développement strictement africain selon lequel un Dévoreur anthropomorphe, une fois tué, est brûlé, mais renaît sous la forme d’une calebasse monstrueuse poussant sur ses cendres ; alors ce fruit se met lui aussi à dévorer tout le monde, et il faut donc vaincre une seconde fois le Dévoreur ainsi « réincarné ». Cette nouvelle variante se serait diffusée vers l’ouest et le sud en donnant naissance aux récits dans lesquels ne figure plus que la calebasse, et ces nouvelles versions se seraient plus particulièrement implantées à l’ouest du continent en s’enrichissant d’un nouveau motif : celui selon lequel le vainqueur de ce Dévoreur végétal n’est plus un humain, mais un animal, et plus particulièrement un bélier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans sa monographie sur « la mère dévorante ou le mythe de la calebasse et du bélier en Afrique subsaharienne », Denise Paulme a résumé ce mythe en ces termes :

  • 1 D. Paulme, 1976, p. 277.

Une courge énorme et qui répond par un défi à qui veut la cueillir, parvenue à maturité, avale son interlocuteur ; puis, détachée de sa tige, elle roule sur elle-même, engloutissant sur son passage hommes, animaux domestiques et jusqu’aux maisons, toute trace de l’humanité. Mais un bélier paraît, qui affronte le monstre tête baissée, l’ouvre en deux d’un coup de cornes : ‟Alors les hommes innombrables sortirent de la calebasse, et c’est pourquoi on trouve des hommes partout.” Ainsi du moins se termine une version, alors que d’autres y voient expliquée l’origine de la séparation des eaux et de la terre, ou celle des différentes races1.

2La présence en Afrique de ce mythe de destruction et de renaissance de l’humanité a paru aller de pair avec l’extrême rareté des récits diluviens sur ce continent :

  • 2 D. Paulme, 1976, p. 277.

Presque universellement répandus, ils demeurent néanmoins très rares en Afrique : Frazer, constatant le fait, marque sa surprise. Est-ce un hasard si cette absence coïncide avec la présence d’un autre mythe, celui de la ‟calebasse dévorante” (ou la ‟calebasse et le bélier”)2 ?

  • 3 Z. Ligers, 1969.
  • 4 A.G.M. Lima, 1972.

3Bien qu’elle signale un mythe diluvien noté chez les Sorko par Zacharie Ligers3, et huit autres recueillis en Angola par Augusto Guilherme Mesquitela Lima4, Denise Paulme suit ici l’avis souvent cité de James G. Frazer qui, après avoir énuméré les très nombreux récits de déluge du monde entier parvenus à sa connaissance, concluait :

  • 5 J.G. Frazer, 1919, p. 333.

In Africa, including Egypt, native legends of a great flood is conspicuously absent; indeed no single clear case of one has yet been reported5

  • 6 M. Merker, 1904, p. 266-267.
  • 7 H. Beiderbecke, 1880, p. 95.
  • 8 P.A. Talbot, 1926, p. 961-963.
  • 9 J.H. Weeks, 1914, p. 286.
  • 10 E. Dayrell, 1910, p. 64-65.
  • 11 P.A. Talbot, 1912, p. 368-369.
  • 12 H.R. Palmer, 1926.
  • 13 A.B. Ellis, 1894, p. 64.
  • 14 L. Frobenius, 1983, p. 72-74, 95, 130.
  • 15 H. Baumann, 1936, p. 312, 313.
  • 16 C.W. Hobley, 1903, p. 349-350, 359.
  • 17 E. Perregaux, 1906, p. 197-200 ; E. Kähler-Meyer, 1971.
  • 18 A. Hamberger, 1909, p. 304.
  • 19 J. Halkin, E. Viaene, 1910, p. 368.
  • 20 R.E. Dennett, 1898, p. 122-123 ; J.H. Weeks, 1914, p. 286.
  • 21 J. Sieber, 1925, p. 90-93.
  • 22 G. Tessmann, 1923, p. 218-219.
  • 23 M. Delafosse, 1900, p. 158-159.
  • 24 L. Tauxier, 1917, p. 498-499.
  • 25 J. Czekanowski, 1917, p. 302.
  • 26 J. Chambliss, 1875, p. 158.
  • 27 A. Werner, 1906, p. 75-76.
  • 28 A.M. Gochet, 1890, p. 104.
  • 29 H. Scheub, 2000, p. 51, 178, 210, 241.
  • 30 A. Merensky, 1875, p. 124.
  • 31 R. Moffat, 1842, p. 125-127.
  • 32 B. Lembezat, 1950, p. 56.
  • 33 E. Kähler-Meyer, 1971.
  • 34 J.L. Wilson, 1856, p. 229-230.
  • 35 J.M. Orpen, 1919, p. 145-146.

4Or cette affirmation n’est plus tenable. Aux neuf récits mentionnés par Denise Paulme, je puis actuellement ajouter quarante-trois autres versions, attestées chez les Maasai6, Herero7, Edo8, Kongo9, Efik10, Ekoi11, Jukun12, Yoruba13, Songe, Luba et Lulua14, Chagga, Dorobo15, Kavirondo, Nandi16, Ashanti17, Kuluwe18, Boa19, Vili20, Vute21, Bubi22, Baule23, Mossi24, Tutsi25, Lubale26, Yao27, Jiji28, Bambara, Wolof, Fali29, Pedi30, Nama31, Giziga32, Ewe, Kaka, Kwaya33, ainsi que dans le nord de la Guinée34 et chez les San du Maluti35.

  • 36 K.W. Clarke, 1958 ; E.O. Arewa, 1980 ; M.A. Klipple, 1992.
  • 37 S. Schmidt, 1989.
  • 38 F. Johnson, 1931, p. 194.
  • 39 К. Igorevitch, 1990, p. 218-223.
  • 40 G.G. Anpetkova-Sharova, 1966, p. 13-16.
  • 41 I.E. Tououi Bi, 2014, p. 97-100.
  • 42 L. Kohl-Larsen, 1937, p. 44-47, 53-54.
  • 43 C.K. Meek, 1931, p. 90-96.
  • 44 P.F. Wolf, 1909, p. 654-657.
  • 45 B. Millroth, 1965, p. 192-193.
  • 46 A. Seidel, 1896, p. 173-174 ; A. Werner, 1933, p. 174 ; M.J. Wright, 1960, p. 297.
  • 47 G.M. Theal, 1886, p. 147.
  • 48 A. Werner, 1933, p. 180-182.
  • 49 L. Kohl-Larsen, 1963, p. 65-68.
  • 50 P. Bouche, 1885, p. 131-132.
  • 51 L. Kohl-Larsen, 1963, p. 16-29.
  • 52 M.-P. Ferry, 1983, p. 226-234.

5Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité, mais dans sa probable imperfection, elle montre qu’il convient d’être très prudent en matière de mythologie comparée, particulièrement pour l’Afrique où la documentation de base est souvent mal connue et où les index demeurent encore très incomplets36, sauf en ce qui concerne les traditions khoisan d’Afrique australe37. Néanmoins, en l’état présent de la documentation, on ne saurait lier l’importance du mythe de la calebasse dévorante en Afrique à une absence ou une extrême rareté des mythes diluviens sur ce continent, et la question de son origine est entièrement ouverte. Pour tenter de l’élucider, j’ai constitué une base de données de toutes les variantes de ce mythe parvenues à ma connaissance. Il y en a maintenant trente-et-une, au lieu des onze que mentionnait Denise Paulme chez les Baule, Bete, Hawsa, Mbai, Mossi, Neyau, Samo, Sotho, Wobe. Les histoires de calebasse dévorante qu’elle n’avait pas repérées ont été notées chez les Nilamba38, Ewe39, Dagbamba40, Guro41, Isanzu42, Jukun43, Akposso44, Sukuma45, Shambala46, Xhosa47, Yao48, Sotho49, Nago50, Iraqw51, Tenda52 et Tupuri (inédit, transmis par Suzanne Ruelland).

  • 53 Je remercie vivement Suzanne Ruelland d’avoir bien voulu me transmettre ce texte, dont elle a revu (...)

6Voici à titre d’exemple de ce type de mythe, le récit recueilli par Suzanne Ruelland en 1977 auprès de Gongtuwain (Gonsia Nestor), dans un village tupuri situé au bord du Mayo Kebbi53 :

La calebasse de Manhouli

Manhouli a planté une calebasse. La tige de la calebasse rampe au loin, jusqu’à arriver chez Pélican. Elle ne donne pas plusieurs fruits, mais finit par donner une seule calebasse très grosse. Manhouli dit : « Pélican, puisque la plante a donné une calebasse au seuil de ton enclos, tu n’as qu’à la surveiller pour moi. » Pélican répond : « Oui. C’est entendu, enfant de mon père. Je la surveillerai. » Le lendemain de bon matin, Pélican envoie un enfant (Pélican avait eu douze enfants) et lui dit d’aller surveiller la calebasse. L’enfant y va, la calebasse l’avale. Pélican envoie encore un enfant le lendemain, la calebasse l’avale encore.

Pélican : « Mes enfants là... Qu’est-ce qui les attrape ? Est-ce mon dieu au ciel qui les prend ? Est-ce la calebasse ou alors quoi ? »

La calebasse s’empara des enfants de Pélican, tous les douze. Puis, un jour, Pélican se décida à sortir en se disant qu’il allait voir ce qu’elle devenait. La calebasse l’avala. Son épouse dit qu’elle allait voir ce qu’était devenu Pélican. La calebasse l’avala. La calebasse se détacha de sa tige et parcourut alors le village. Quand elle avance en roulant à vive allure et rencontre une personne, elle l’avale aussitôt. Qui que ce soit qu’elle rencontre, elle l’avale sur le champ ; tombe sur du bétail, l’avale aussitôt ; avale tous les gens du village, sans exception. Quant à Manhouli, elle éclate de rire, tout en se disant que cette calebasse si pleine de vie va lui rapporter des enfants.

La calebasse finit par avaler un certain type dont la femme était enceinte. Et précisément le lendemain, l’enfant se décida soudain à naître. Comme la femme était sur le point d’accoucher, l’enfant lui dit : « Par où vais-je sortir, Maman ? » Sa mère répondit : « Est-ce que tu ne vas pas sortir par là où les gens sortent depuis toujours ? » L’enfant dit qu’il refuse de sortir par là. Le vagin sent mauvais. Sa mère lui dit :

— Sors par la bouche.

— Oh ! les dents vont me couper.

— Sors par un œil.

— Tes yeux sont sales.

— Bon, dit la mère, peut-être sais-tu par où tu veux sortir ? »

Le bébé répond qu’il le savait et il se met à fendre la cuisse. On lui donna le nom de « Fend la cuisse ». Dès qu’il fut sorti, il demanda où se trouvait son père. Sa mère lui dit : « Mon chéri, est-ce que tu ne vas pas d’abord t’asseoir ? » Il s’assit vite et demanda où était son père. Sa mère dit : « Mon chéri, tu vas garder les chèvres, tu vas surveiller les bœufs, tu vas forger une lance d’abord comme tout le monde ; ce n’est qu’après que tu demanderas des nouvelles de ton père. » Il fit tout cela, puis se remit à demander où était son père. Sa mère dit : « Il y a une certaine calebasse ici au village ; si tu sors te promener, elle va aussitôt t’attraper. » Il partit alors chez le forgeron.

Une fois sur place, le forgeron lui forgea sa lance, lui forgea aussi des couteaux de jet ; lui forgea trois instruments. L’enfant se dit qu’il va supprimer cette calebasse si encombrante. Il est parti et tombe sur la calebasse comme on pouvait s’y attendre. La calebasse arrive en vue tout en roulant. L’enfant lui lance un couteau de jet. Le couteau de jet rate son but. Il en lance encore un. Ça rate encore. Il lui reste un seul couteau de jet en main. La calebasse est sur le point de l’attraper. Il la vise comme ça. Le couteau de jet coupe la calebasse en deux tout net. La tête de son père est coupée en deux parties égales. Tous les gens en sont sortis en masse. Parmi les gens qui étaient dans la calebasse, ce n’est que la tête de son père qui fut transpercée. Son père en est mort. Tous les gens ont été sauvés.

7Il est à noter que, chez les Tupuri, s’il arrive exceptionnellement que des hommes plantent des calebasses, ce sont très généralement les femmes qui le font, ce qui implique que le personnage de Manhouli est vraisemblablement féminin. Or en tupuri, mȁn-húu.lí signifie « mère-mort » et désigne la « Mère de la Mort », c’est-à-dire un être mythique auquel on attribue le décès des enfants en bas âge.

8Comme l’avait fait Denise Paulme avec le sien, j’ai élargi mon corpus à l’ensemble des mythes du Dévoreur, selon lesquels un monstre se met à dévorer tout le monde – et ce monstre peut être végétal (calebasse), mais aussi zoomorphe ou anthropomorphe, ou encore un objet (tel que tambour, œuf ou montagne) : les versions « à calebasse » ne sont en effet qu’un cas particulier du type.

Méthodologie

9Pour tenter d’élucider la distribution du mythe et son histoire, la base de données a été utilisée pour procéder à deux approches entièrement différentes : phylomémétique, et aréologique.

Constitution de la base de données

  • 54 A. Dundes, 1962.

10Chacun des mythes de Dévoreur a tout d’abord été décomposé en motifs, tels que « La calebasse chante », « La calebasse est cueillie », « La calebasse se détache spontanément » etc., qui sont des unités minimales de récit. Celles-ci sont repérables en utilisant les concepts de « motifèmes » et d’« allomotifs » introduits par Alan Dundes pour identifier des unités structurales émiques54. L’allomotif est la réalisation particulière d’un motifème. Par exemple, « il y a au moins un survivant » est un motifème susceptible de s’actualiser en plusieurs allomotifs, puisque ce survivant peut-être un animal ou un humain, et alors un homme ou une femme. De même, « la survivante accouche » est un motifème dont les allomotifs peuvent être : « la survivante accouche d’un enfant », « de deux enfants », « de jumeaux », etc. « La survivante accouche de jumeaux » est alors identifiable comme motif. Pour l’ensemble des mythes africains inventoriés, 218 motifs ont été ainsi définis, puis codés en notant leur présence par « 1 » et leur absence par « 0 », les cas douteux étant signalés par « 9 », de manière à construire une matrice exploitable par des outils informatiques.

  • 55 S. Thompson, 1958.
  • 56 H.-J. Uther, 2004.

11Le masque de saisie ainsi élaboré a ensuite été nourri en premier lieu grâce à la consultation du Motif-index de Stith Thompson, où l’histoire de la calebasse dévorante est répertoriée sous les motifs D965.2 (Magic calabash (gourd)), D1610.3.1 (Speaking gourd), F911.6 (All-swallowing monster), F913 (Victims rescued from swallower’s belly)55. L’élargissement de la documentation à d’autres mythes de dévoration s’est limité aux récits dans lesquels un être se met à engloutir tout ce qu’il rencontre : humains, animaux, villages… avant d’être occis par un héros, ce qui libère les engloutis. Les innombrables histoires d’ogres et d’ogresses (par exemple des types ATU 302, 451, 461, 467, 545D) n’ont donc pas été prises en compte56.

  • 57 J.-L. Le Quellec, B. Sergent, 2017.
  • 58 Y.E. Berezkin, 2006, 2015 ; M. Thuillard et al., 2018.
  • 59 J. d’Huy et al., 2017.

12Les indications du Motif-Index, assez pauvres pour l’Afrique, ont été complétées par la documentation de base du Dictionnaire critique de mythologie, basée sur les traditions mythologiques de plus de 1 600 peuples du monde57 ; puis par la consultation de la base de données de Yuri Evgenievich Berezkin et Evgeniy Nikolaevich Duvakin, analysant 2 399 motifs identifiés dans plus de 55 000 textes mythologiques provenant d’un millier de peuples également répartis sur le globe et publiés en anglais, français, allemand, italien, espagnol, portugais, néerlandais, croate, roumain, tchèque, hongrois, russe, polonais, lituanien, estonien, finnois. Cette base est consultable en ligne à l’adresse http://www.ruthenia.ru/​folklore/​berezkin, et notre récit y est répertorié sous le code L10958. Le tout a été complété par d’innombrables lectures personnelles, et s’il est impossible d’être exhaustif en telle matière, la documentation ainsi réunie échappe aux biais géographiques qui ne manquent généralement pas d’entacher les études se basant uniquement sur les répertoires de types et de motifs usuellement utilisés par les folkloristes59. Au total, ce sont quelque 121 récits africains du Dévoreur qui ont été ainsi inventoriés.

  • 60 J.-L. Amselle, E. M’Bokolo, 2005.

13Outre la décomposition en motifs, la base livre, pour chaque mythe : le texte tel qu’il a été noté dans la langue de sa publication, la famille linguistique de la langue du narrateur, l’ethnie telle que mentionnée dans la publication, et les coordonnées géographiques du lieu de collecte. La question de la validité des ethniques, souvent complexe en Afrique60, n’entre pas ici en compte, puisqu’il s’agit de localiser plus ou moins grossièrement des versions de mythes, de manière acceptable à l’échelle continentale.

Approche phylomémétique

  • 61 C.J. Howe, H.F. Windram, 2011 ; J.-L. Le Quellec, 2017a.

14Le terme de « phylomémétique » regroupe tous les travaux appliquant les outils statistiques de la phylogénétique à d’autres domaines que la biologie, qu’il s’agisse de linguistique et de philologie, d’archéologie, d’histoire de l’art, de stylistique ou de mythologie61.

  • 62 A. Aarne, 1910 ; S. Thompson, 1958.
  • 63 C. Lévi-Strauss, 1955.
  • 64 J.L. Fischer, 1959.
  • 65 B.N. Colby, G.A. Collier, S.K. Postal, 1963.
  • 66 J. Oda, 1984.
  • 67 T.S. Abler, 1987.
  • 68 J. Petitot, 2001.
  • 69 P. Maranda, 1971, 2001.

15L’idée d’étudier les mythes en utilisant des procédés mathématiques est une conséquence de leur formalisation suivant les méthodes de l’école scandinave62, puis selon les analyses structurales de Claude Lévi-Strauss63. John L. Fischer semble être le premier à avoir tenté de calculer la distance entre des types de contes et leurs versions64, et des approches comparables furent ensuite développées par Benjamin Colby65, Jun’ichi Oda66, Thomas Abler67, J. Petitot68 et Pierre Maranda69.

  • 70 A. van Gennep, 1924 ; F. Ranke, 1926 ; V. Hafstein, 2001.
  • 71 E.A. Armstrong, 1959, p. 519-520.
  • 72 J. Oda, 1997, J. Oda, 2001.
  • 73 J. d’Huy, 2012b, 2013a.
  • 74 J. Stubbersfield, J.J. Tehrani, 2012.
  • 75 J. d’Huy, 2013b, 2013c, 2013d ; J.-L. Le Quellec, 2013a ; R.M. Ross, S.J. Greenhill, Q.D. Atkinson, (...)
  • 76 J. d’Huy, 2013e, p. 3 ; 2018, p. 24.

16La démarche consistant à considérer les mythes à la façon d’êtres vivants est encore plus ancienne, puisque dès 1924, Arnold van Gennep proposait d’étudier le folklore à l’aide de méthodes propres à la biologie, et qu’en 1926 Friedrich Ranke parlait de « biologie des contes70 ». L’idée que les traditions orales évolueraient en suivant un principe darwinien de « descendance modifiée » a d’abord été soutenue par Edward Armstrong, qui notait, dès la fin des années 1950, que « le principe de la sélection naturelle s’applique aux mythes aussi bien qu’aux microbes, et des principes comparables à ceux qu’utilise le biologiste peuvent s’appliquer au folklore71 ». La possibilité de modéliser ce processus a conduit Jun’ichi Oda à utiliser des programmes bio-informatiques pour étudier des contes72. Des méthodes directement empruntées à la phylogénétique ont ensuite été appliquées au mythe de la Chasse cosmique par Julien d’Huy73, et à la légende contemporaine de « Bloody Mary » par Joseph Stubbersfield et Jamie Tehrani74. Par la suite, les études de ce type se sont multipliées75, et leurs développements récents sont dus à l’informatique et à la puissance croissante d’ordinateurs à prix accessible. Elles tirent parti de l’étroit parallélisme constaté entre l’évolution biologique et le devenir des mythes, que résume ce tableau inspiré de Julien d’Huy76 :

Biologie

Mythologie

Unités discrètes transmissibles :

nucléotides, gènes, codons, phénotypes

Unités discrètes transmissibles :

motifs, mythèmes, types

Transmission :

générationnelle, parfois clonale

Transmission : générationnelle

Mécanismes de réplication : transcription, reproduction

Mécanismes de réplication : copie, apprentissage

Mutations : substitution, insertion, délétion, inversion…

Innovations : modification, insertion, oubli, inversion…

Possibilités de transferts non verticaux : hybridation, microchimérisme, transposons, virus, rétrovirus…

Possibilités de transferts non verticaux : combinaisons, influences, emprunts, impositions, réversions…

Sélection naturelle des traits : aptitude à la survie

Sélection culturelle des traits : pression sociale, conformité aux valeurs

Spéciation : allopatrique ou sympatrique

Écotypification : géographique ou sociale

Cline géographique

Transformations lévi-straussiennes

Extinction

Disparition

Fossilisation

Anciens mythes figés par l’écriture

  • 77 J. Bouveresse, 1999.
  • 78 C. Darwin, 1859, p. 116-117.
  • 79 A.L. Kroeber, 1948, p. 260 et fig. 18.
  • 80 M. Collard, S. Shennan, 2000.
  • 81 M. Collard, S. Shennan, J.J. Tehrani, 2006 ; S.J. Greenhill, T.E. Currie, R.D. Gray, 2009 ; T.E. Cu (...)
  • 82 M.J. O’Brien et al., 2008, p. 48.
  • 83 R.W. Boyd, R. Richerson, 1988 ; R.D. Gray, S.J. Greenhill, R.M. Ross, 2007 ; M. Collard et al., 200 (...)
  • 84 R. Foley, 1987 ; J.W. Eerkens, R.L. Bettinger, R. McElreath, 2006 ; B. Buchanan, M. Collard, 2007 ; (...)
  • 85 A. Tripp, 2016.
  • 86 D.G. Rivero, M.J. O’Brien, 2014.
  • 87 M. Collard, S. Shennan, 2000 ; S. Shennan, M. Collard, 2000 ; M.J. Harmon et al., 2006 ; E.E. Cochr (...)
  • 88 J.J. Tehrani, M. Collard, 2002 ; J.J. Tehrani, M. Collard, S.J. Shennan, 2010 ; L.J. Matthews et al (...)
  • 89 R.L. Lymann, M.J. O’Brien, 2000.
  • 90 A.C. Barbrook et al., 1998 ; A.R. Lee, 1989 ; M. Spencer et al., 2004 ; C.J. Howe, H.F. Windram, 20 (...)
  • 91 B. Marwick, 2012.
  • 92 I. Tëmkin, 2004.
  • 93 R. Mace, C.J. Holden, 2005 ; M. Borgerhoff Mulder, C.L. Nunn, M.C. Towner, 2006.
  • 94 T. Russell, F. Silva, J. Steele, 2014.
  • 95 T.S. Abler, 1987 ; J. Oda, 2001 ; J. d’Huy, 2012a, 2012b ; 2013b, 2013e.
  • 96 J. Stubbersfield, J.J. Tehrani, 2012.
  • 97 C.H. Bennett, M. Li, B. Ma, 2003.
  • 98 J.J. Tehrani, 2013 ; S.G. Silva, J.J. Tehrani, 2016 ; M. Pagel, 2016.
  • 99 R.D. Gray, F. Jordan, 2000 ; D. Ringe, T. Warnow, A. Taylor, 2002 ; M. Ben Hamed, P. Darlu, 2003 ; (...)
  • 100 R.D. Gray, Q.J. Atkinson, 2003.
  • 101 I. Tëmkin, N. Eldredge, 2007 ; A.M. Prentiss et al., 2011 ; B. Marwick, 2012 ; A.M. Prentiss et al.(...)

17Certains anthropologues se sont très tôt élevés contre les approches de ce type, refusant qu’elles soient appliquées à des faits culturels en lieu et place d’êtres vivants. Appliquer les mêmes procédures à ces deux ensembles reviendrait à faire un usage abusif de l’analogie77. Ce reproche remonte à Alfred Louis Kroeber, qui tenait pour acquise l’opposition entre l’évolution naturelle, prenant la forme de « l’arbre de la vie » cher à Darwin78 où chaque branche est bien individualisée, et l’évolution culturelle où les branches s’entrecroisent, se mêlent et s’anastomosent sans cesse79. Or une abondante littérature a fait litière de cet argument80. Il a été démontré que les méthodes ainsi critiquées sont grandement imperméables aux effets de la transmission culturelle horizontale, du moins quand les caractères transmis le sont séparément, et qu’alors ce phénomène n’affecte pas la reconstruction des états ancestraux81. Du reste, l’opposition entre transmissions culturelle et biologique n’a plus lieu d’être depuis que l’importance du transfert horizontal de gènes est de plus en plus reconnue, et que, par exemple, les taux d’hybridation peuvent être très élevés en botanique sans que cela entrave les analyses phylogénétiques82. Les procédés utilisés par les phylogénéticiens ont fait l’objet de réflexions épistémologiques qu’il est impossible d’aborder en détail ni même de résumer ici ; il suffira de souligner que les critiques encore aujourd’hui soulevées à leur encontre par des auteurs peu au fait du domaine, et qui portent notamment sur le choix des caractères, les emprunts, voire une éventuelle circularité des raisonnements, ont fait, depuis plusieurs décennies, l’objet de nombreux débats ayant permis de résoudre ces difficultés83. Dès lors, la méthode a pu être appliquée à de nombreux objets culturels : industries lithiques84, figurines du Gravettien85, plaquettes gravées ibériques86, traditions céramiques87, décors de tapis88 ou de pierres tombales89, manuscrits90, sculptures de Buddha91, instruments de musique92, données anthropologiques93, modes de subsistance94, mythes95, légendes contemporaines96, chaînes de lettres97, contes populaires98 et surtout données linguistiques99. Il existe bien un cas d’application linguistique100 ayant livré un résultat contraire au consensus actuel sur l’origine des langues indo-européennes, mais ce résultat fautif provenait d’une erreur initiale de codage, d’où l’importance de publier le détail des démarches suivies. Enfin, il importe de souligner que la validité de ce type d’approche a été testée sur des objets culturels dont l’histoire est parfaitement connue par ailleurs101.

18En résumé, la démarche phylomémétique organise les taxons par hiérarchie emboîtée en répondant à la question « qui partage quoi avec qui », de sorte que l’arbre ainsi construit permet d’expliquer certaines ressemblances par une ascendance commune, alors que d’autres similitudes sont élucidées par des homoplasies (convergences, réversion…). Il est ensuite possible de calculer des indices de cohérence et de rétention mesurant la verticalité de la transmission, et nous informant donc sur le niveau de cohérence du schéma généalogique.

Aréologie

  • 102 K.L. Krohn, 1891, 1910, 1926.
  • 103 F. Rückert, 1857.
  • 104 F. Ratzel, 1912 ; M.-C. Robic, 2014.
  • 105 F. Graebner, 1905, 1911, 1924.
  • 106 L. Frobenius, 1921.
  • 107 O. Menghin, 1931, 1934, 1935.
  • 108 H. Baumann, 1940.
  • 109 G.A. Montandon, 1934, p. 36.

19L’aréologie est l’étude des aires de répartition. Du fait d’un poids historique particulièrement important en Afrique, à cause de son usage dévoyé durant la colonisation et par des anthropologues, géographes et ethnologues nazis, quelques mots d’explications paraissent nécessaires pour justifier le renouveau de cette approche, relevant initialement, pour ce qui est de l’étude des traditions orales, de l’école historico-géographique finlandaise102. Dès l’origine, elle fut utilisée à des fins nationalistes, mais son dévoiement majeur est venu de la Kulturkreislehre (étude des orbes ou cercles culturels) initiée par Friedrich Rückert103 − auteur dont s’inspira Friedrich Ratzel, fondateur de l’école historico-culturelle allemande, qui distinguait Kulturvölker (« peuples civilisés ») et Naturvölker (« peuples naturels »), dont le nom est associé à la Geopolitik et à la notion de Lebensraum, et qui ambitionnait d’écrire une histoire mondiale des migrations humaines104. La notion de Kulturkreis fut plus particulièrement développée par Fritz Graebner, qui la définissait comme une aire que caractérise un « type culturel » (Kulturtypus) ou des « familles culturelles » (Kulturfamilien), et qui fonda, avec ses disciples, « l’école de Cologne », bientôt soutenue par le père Wilhelm Schmidt, chef de file de « l’école de Vienne » et antisémite notoire, mais qui s’opposera aux nazis105. Dans la même perspective diffusionniste, Leo Frobenius s’inspira de cette démarche pour publier son Atlas Africanus en huit volumes106, puis la Kulturkreislehre trouva son point culminant avec les travaux d’Oswald Menghin107 et, pour l’Afrique, Hermann Baumann108, qui seront tous deux des nazis convaincus. La théorie des cercles culturels fut principalement défendue en France par Georges Montandon, sinistre collaborateur pratiquant des « visites raciales » pour le Commissariat aux questions juives, traducteur en français du manuel d’eugénique du nazi Otmar von Verschuer, et qui considérait que « le cycle culturel est, en ethnologie culturelle, ce qu’est la race en ethnologie somatique109 ».

  • 110 H. Baumann, D. Westermann, 1948, p. 56.
  • 111 C. Goldberg, 1984.
  • 112 E. Frog, 2013.
  • 113 E.-H. Seljamaa, 2008.
  • 114 Par exemple : A.B. Rooth, 1957, 1962 ; A.V. Korotayev et al., 2006 ; V. Napolskikh, 2012; Y.E. Bere (...)
  • 115 U. Wolf-Knuts, 2000.

20Avec un tel passé, il n’est pas étonnant qu’après la guerre, les historiens de l’Afrique aient rejeté ce domaine en bloc, et que Leo Frobenius, peut-être parce que plus connu que les autres protagonistes qui viennent d’être cités, fut regardé par eux comme une sorte de repoussoir, bien qu’il ait lui-même très vite abandonné les procédés de la Kulturkreislehre. Or il ne faut pas confondre ce qui fut alors une théorie des cercles culturels avec la méthode qui servit à la construire. Il suffit de consulter les illustrations publiées par Hermann Baumann pour comprendre que les « cercles culturels » qu’elles sont supposées illustrer sont basées sur une cartographie incohérente, opposant par exemple une « civilisation de la forêt vierge » à une « civilisation des Bantous à matriarcat110 ». Les critiques adressées à la Kulturkreislehre sont légitimes et elles doivent être rappelées, mais elles ne doivent pas servir à voiler les réussites de l’aréologie, ensuite pratiquée en Scandinavie et en Amérique par des auteurs nullement suspects de dérives racistes, et dont on ne peut ranger les travaux dans le placard des vieilles curiosités anthropologiques, aux côtés de l’hyperdiffusionnisme et de la mythologie solaire111. Condamner l’aréologie est devenue un cliché112, parfois même une stratégie d’autolégitimation113, alors même que, loin d’être obsolète et surannée, elle continue d’être régulièrement utilisée en mythologie comparée jusqu’à nos jours114. Par ailleurs, l’emploi de cette méthode n’est pas exclusif d’autres voies d’approche, s’intéressant davantage, par exemple, aux processus de transmission ou aux circonstances d’énonciation115, dans une perspective différente de celle − complémentaire − qui est adoptée ici.

21Dans les développements qui suivent, il s’agit d’utiliser la base de données pour générer les cartes de répartition de chaque motif, pouvant répondre à deux types de présentation : soit par points, soit par noyaux de plus haute densité (NHD). Le second type de symbolisation des données est souvent préférable, car il est plus fidèle à la réalité, notamment du fait que plusieurs attestations géographiquement très proches les unes des autres sur le terrain risquent d’apparaître comme un seul point sur une carte réalisée à l’échelle du continent (voir par exemple fig. 10).

Approche phylomémétique des mythes du Dévoreur

22Dans la base de données construite comme expliqué ci-dessus, le nombre de motifs attestés pour chaque mythe africain du Dévoreur varie de 8 à 42. Cette grande disparité est due au fait que certains auteurs ont publié des versions notées de façon très précise, parfois avec le texte en langue originale et une traduction juxtalinéaire, alors que d’autres n’ont malheureusement laissé que des mentions cursives et lapidaires. Le nombre moyen de motifs par mythe est de 19 (médiane : 17, premier quartile : 13, troisième : 23). Afin d’obtenir un résultat robuste, il semble alors opportun de supprimer le premier quartile pour ne tenir compte que des 84 mythes comportant au moins quatorze motifs.

  • 116 D.H. Huson, 1998 ; A.W.M. Dress, D.H. Huson, 2004 ; D.H. Huson, D. Bryant, 2006.
  • 117 S. Wichmann et al., 2011.

23Si l’on considère que chaque motif est, pour un mythe, l’équivalent d’un gène pour un taxon, l’utilisation de l’algorithme NeighborNet inclus dans le logiciel SplitsTree 5116 produit un réseau non enraciné permettant de visualiser les possibles relations de parenté entre chaque mythe (« taxon ») (fig. 1). Ce graphe montre que l’ensemble des récits considérés tend à s’organiser en deux grands ensembles. Il indique aussi une tendance au regroupement plus importante pour les mythes en provenance d’Afrique de l’Ouest, mais il met également en évidence la part importante jouée par les échanges et emprunts, matérialisés graphiquement par des losanges donnant au graphe un aspect réticulé. Pour obtenir davantage de précisions, il faut alors mobiliser le « score δ », qui est un outil classiquement utilisé pour évaluer l’existence d’un message phylogénétique, c’est-à-dire la probabilité d’une transmission verticale, par héritage, et non par homoplasie (emprunts, échanges, convergences, réversions ou simples hasards) ; pour cela, ce score doit être au plus proche de zéro. À titre indicatif, il est de 0,31 pour l’ensemble des familles linguistiques du monde117. Pour nos mythes de Dévoreurs en Afrique, il est de 0,36. Cette valeur indique bien la présence d’un signal phylogénétique, mais il n’en demeure pas moins que la visibilité de ce dernier est en grande partie brouillée par les emprunts.

Figure 1 : Réseau planaire à 1 311 nœuds basé sur le corpus des 84 mythes africains du Dévoreur comportant au moins 14 motifs, et construit avec l’algorithme NeighborNet et la méthode de Jaccard

Figure 1 : Réseau planaire à 1 311 nœuds basé sur le corpus des 84 mythes africains du Dévoreur comportant au moins 14 motifs, et construit avec l’algorithme NeighborNet et la méthode de Jaccard

Ce type de réseau construit par méthode agglomérante se base sur le degré de similarité entre les différents taxa. La longueur des branches est proportionnelle au nombre de traits permettant de les établir. La réticulation, indiquant la présence de signaux conflictuels, permet de visualiser la part prise par l’homoplasie (emprunts, influences, convergences, réversions…). Ici, l’arbre non enraciné obtenu par cette méthode présente un fort taux d’emprunt, ce qui n’empêche pas la détection d’un message phylogénétique, et l’on note une forte tendance au regroupement des versions provenant d’Afrique de l’Ouest. Les couleurs correspondent aux grandes régions. AfrO : Afrique de l’Ouest, AfrC : Afrique centrale, AfrE : Afrique de l’Est, AfrGL : Région des Grands Lacs, AfrS : Afrique australe. Les groupes linguistiques sont AFR : afrasien, NC : niger-congo, NS : nilo-saharien, KHS : khoisan.

Jean-Loïc Le Quellec

24Il est possible d’affiner ces résultats en calculant la moyenne du score δ de chaque grande zone. Il apparaît alors que cette valeur est nettement plus faible en Afrique de l’Ouest, ce qui suggère la possibilité d’un processus de diffusion plus marqué à l’est et au sud, et d’une part héritée plus importante à l’ouest. Le mythe aurait ainsi pu connaître une diffusion principalement aréale dans la partie orientale et centrale du continent, mais plus verticale vers l’ouest.

Région

Score δ

Nombre de mythes

Afrique centrale

0,376

10

Grands Lacs

0,374

11

Afrique australe

0,365

20

Afrique de l’Est

0,365

21

Afrique de l’Ouest

0,348

22

  • 118 J. Pritchard, M. Stephens, P. Donnelly, 2000 ; D. Falush, M. Stephens, J.K. Pritchard, 2003 ; M.J. (...)
  • 119 G. Reesink, R. Singer, M. Dunn, 2009.
  • 120 J. d’Huy, 2015.
  • 121 G. Evanno, S. Regnaut, J. Goudet, 2005.

25Compte tenu des indications livrées par cette première approche, chaque mythe a ensuite été doté d’un code indiquant sa provenance, de manière à pouvoir poursuivre l’analyse avec le logiciel Structure 2.3.4118 qui permet d’inférer la structure d’un corpus, de calculer le nombre idéal de K groupes originels expliquant au mieux cette structure, et d’assigner chaque individu auxdits groupes, tout en tenant compte de son origine géographique. Outre l’étude du génome humain, ce logiciel a déjà été employé pour classer des familles de langues119 et de mythes120. Le calcul du DeltaK121 montre que la structure optimale du corpus des mythes africains du Dévoreur se divise idéalement en deux groupes (fig. 2).

Figure 2 : Probabilité de classement en K ensembles pour le corpus des mythes africains du Dévoreur

Figure 2 : Probabilité de classement en K ensembles pour le corpus des mythes africains du Dévoreur

La position de la ligne rouge indique que celui-ci se divise idéalement en deux groupes.

Jean-Loïc Le Quellec

  • 122 Ibid.

26Ce résultat rejoint celui obtenu précédemment, et le renforce. En effet, NeighborNet ne permet de visualiser que des distances entre individus, et le fait que ce type de graphe se déploie forcément en deux dimensions oblige toutes ses composantes à adopter une organisation plus ou moins radiaire pouvant être trompeuse, tandis que l’algorithme de Structure modélise un processus évolutif en se basant sur l’étude des caractères. On a pu démontrer sa capacité à déterminer le nombre idéal de groupes (K) même lorsqu’interviennent des processus complexes de migration122.

  • 123 A.V. Bell, P.J. Richerson, R. McElreath, 2009, p. 17672.

27Les calculs ont été réitérés avec les mêmes réglages, mais en introduisant dans le logiciel l’information obtenue précédemment, à savoir que la structure de l’ensemble s’explique au mieux en supposant l’existence de deux groupes. Cela permet de constater que le premier d’entre eux rassemble l’essentiel (99 %) des récits d’Afrique centrale, australe (87 %) et de l’Est (80 %), de même qu’une grosse majorité de ceux de la région des Grands Lacs (73 %), alors que plus de 60 % des mythes de l’Afrique de l’Ouest se trouvent dans le second groupe (fig. 3). L’indice de stabilité (Fst) est très élevé (0,60) pour le premier ensemble, et de 0,10 pour le second, la valeur moyenne de cet indice étant de 0,08 pour les données culturelles en général123. Cela confirme que l’ensemble des mythes africains du Dévoreur tend à se répartir en deux grands ensembles, le premier, à l’est, étant aussi le plus homogène et le plus stable. Une explication simple à cette situation serait que le second groupe pourrait résulter d’un développement du premier (et non l’inverse, à cause des valeurs d’indice qui viennent d’être citées).

Figure 3 : Noyaux de plus haute densité des deux groupes de mythes africains du Dévoreur identifiés par le logiciel Structure

Figure 3 : Noyaux de plus haute densité des deux groupes de mythes africains du Dévoreur identifiés par le logiciel Structure

Selon les résultats présentés dans l’annexe III.A : groupe 1 (points jaunes), B : groupe 2 (points rouges).

Jean-Loïc Le Quellec. Carte réalisée avec Cartographica©1.4.9.

28Pour tenter d’obtenir des résultats plus robustes, le corpus a été restreint aux quarante mythes africains du Dévoreur comprenant un nombre de motifs supérieur à la moyenne de ceux attestés dans l’ensemble des données (donc > 19).

  • 124 L.J. Revell, 2012.
  • 125 R. Sokal, C. Michener, 1958.

29Grâce à la fonction phylo.to.map du paquet phytools utilisable dans R124, il est possible de projeter un arbre sur une carte, procédé qui révèle ici une très bonne concordance entre les principales branches de l’arbre et les zones géographiques d’où proviennent les différentes versions (fig. 4). Par défaut, phylo.to.map, qui ne fonctionne qu’avec des arbres ultramétriques, utilise l’arbre que livre la méthode dite UPGMA ou Unweighted Pair Group Method with Arithmetic Mean125. L’algorithme utilisé pour construire ce type d’arbre, procédant par itération, regroupe les séquences les plus similaires, indépendamment de leur vitesse d’évolution ou de leur phylogénie. Cette méthode a été critiquée, car elle suppose une vitesse d’évolution constante, et peut conduire à des erreurs dans le cas où certaines branches auraient évolué beaucoup plus rapidement que d’autres. La topologie de cette figure ne reflète donc pas une phylogénie fiable, mais, dans notre cas, elle est utile en première approche pour explorer les données, et plus particulièrement visualiser les similitudes entre récits. La concordance entre branches et localisations permet de rejeter l’hypothèse de versions inventées indépendamment, apparues par hasard ou par convergences, car alors leur répartition serait aléatoire.

Figure 4 : Projection, sur la carte du continent, de l’arbre UPGMA à enracinement médian du mythe africain du Dévoreur à au moins 20 motifs

Figure 4 : Projection, sur la carte du continent, de l’arbre UPGMA à enracinement médian du mythe africain du Dévoreur à au moins 20 motifs

La concordance est généralement excellente, et ne peut s’expliquer par le hasard ou d’hypothétiques convergences, qui produiraient une répartition aléatoire.

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec la fonction phylo.to.map du paquet phytools pour R.

La rédaction à calebasse

  • 126 J’adapte ici la typologie de Stith Thompson (S. Thompson, 1953).

30Un moyen de contourner l’impossibilité d’améliorer la qualité du corpus est de restreindre maintenant l’étude aux mythes africains du Dévoreur dans lesquels celui-ci est un fruit qui devient énorme et se met à tout avaler. La projection sur la carte du continent africain d’un arbre UPGMA obtenu à partir de ces seules « rédactions à calebasse126 » montre de nouveau une bonne adéquation avec les zones de provenance (fig. 5).

Figure 5 : Projection, sur la carte de l’Afrique, de l’arbre UPGMA à enracinement médian construit avec les « rédactions à calebasse »

Figure 5 : Projection, sur la carte de l’Afrique, de l’arbre UPGMA à enracinement médian construit avec les « rédactions à calebasse »

La concordance avec les provenances est généralement très bonne.

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec la fonction phylo.to.map du paquet phytools pour R.

  • 127 R. Desper, O. Gascuel, 2002 ; V. Lefort, R. Desper, G. Olivier, 2015.

31L’arbre d’évolution minimale127 construit sur ces données peut laisser supposer que la grosse majorité des versions ouest-africaines correspondrait à un développement secondaire (fig. 6), ce qui irait dans le sens de l’hypothèse déjà suggérée plus haut.

Figure 6 : Arbre d’évolution minimale des « rédactions à calebasse »

Figure 6 : Arbre d’évolution minimale des « rédactions à calebasse »

Phénogramme construit grâce à fastBM qui simule l’évolution sur la phylogénie sans modifier l’arbre. Les versions ouest-africaines se regroupent sur une branche terminale.

Jean-Loïc Le Quellec

  • 128 T.H. Jukes, C.R. Cantor, 1969.
  • 129 D.M. Hillis, J.J. Bull, 1993.

32Quand le nombre de caractères (motifs) analysés est supérieur à la moitié du nombre de taxons pris en compte, ce qui est le cas ici, l’algorithme de vraisemblance maximale (Maximum Likehood) constitue une méthode probabiliste idéale pour construire une phylogénie. Un Bootstrapping a donc été réalisé sur l’arbre de vraisemblance maximale obtenu avec le modèle d’évolution dit « JC128 », et seules les valeurs supérieures à 70, généralement considérées comme significatives129, y ont été portées. Le terme bootstrapping est emprunté aux contes du baron Münchausen, qui disait s’être sorti d’un marais en se tirant lui-même vers le haut par ses lacets de chaussures… ce qui est bien sûr impossible. Ce nom a donc été facétieusement donné à une méthode statistique qui réalise un exploit en apparence irréalisable. En effet, l’évolution des séquences ne s’est produite qu’une seule fois dans le monde réel, et l’on ne peut ni la réitérer ni la modifier. Néanmoins, en utilisant une technique de rééchantillonnage, il est possible de générer des pseudo-échantillons dont la variation ressemble à celle qu’on obtiendrait en échantillonnant réellement des milliers de mondes parallèles au sein desquels l’évolution se répéterait encore et encore. Ainsi, il devient possible d’effectuer une analyse statistique en n’utilisant qu’un seul échantillon.

33On constate alors (fig. 7) que treize des versions ouest-africaines sur quinze se trouvent sur une même branche, alors que l’index de rétention est assez faible : 0,42 − ce qui souligne l’importance relative de la transmission par influences et emprunts. Il est probable que nous soyons là face aux limites des méthodes utilisées. Pour optimiser ces résultats, il conviendrait sans doute d’augmenter le corpus et d’améliorer sa qualité, mais c’est chose impossible en l’état actuel de notre documentation.

Figure 7 : Cladogramme des « rédactions à calebasse »

Figure 7 : Cladogramme des « rédactions à calebasse »

Réalisé par la méthode du maximum de vraisemblance avec le modèle d’évolution de Jukes et Cantor, en utilisant la fonction bootstrap.pml du paquet phangorn de R, et en pratiquant un enracinement médian. Les valeurs de bootstrapping ont été obtenues avec 5 000 itérations, et celles inférieures à 70 % ont été omises. Les provenances ouest-africaines sont encadrées en rouge.

Jean-Loïc Le Quellec

  • 130 Terme utilisé ici pour désigner la version reconstituable la plus ancienne. Il s’agit d’une reconst (...)
  • 131 S. Thompson, 1953.
  • 132 C. Lévi-Strauss, 1968, p. 187.

34Une méthode parfois utilisée en folklore consiste à comptabiliser les motifs d’un ensemble de variantes pour en inférer un « archétype130 » basé sur les plus hautes fréquences de chacun d’eux. C’est ainsi qu’a procédé Stith Thompson pour étudier le cycle du Mari-Étoile en Amérique du Nord131 et Claude Lévi-Strauss a considéré que, tout comme en anthropologie physique, de tels procédés de comptage ne pouvaient produire qu’un « simulacre qui ressemble fort peu aux individus réels et dont rien n’autorise à supposer qu’il reflète avec une quelconque exactitude l’aspect de leurs ancêtres132 ». Aujourd’hui, la phylomémétique permet d’échapper à cette critique en calculant la probabilité de présence des caractères ancestraux (likelihood ancestral states) aux stades accessibles les plus anciens, et en établissant l’historique le plus probable de chaque caractère.

  • 133 Construit avec la méthode SPR (Subtree-Pruning-Regrafting, « élagage et regreffage des branches »). (...)

35Ce type de calcul a été fait sur l’arbre de consensus133 obtenu à partir des « rédactions à calebasse » à l’aide de Mesquite 3.6, qui permet de déterminer, pour chaque caractère, la probabilité d’être présent à tel ou tel nœud d’un arbre. En enracinant celui-ci sur le mythe maya-Itzá cité plus bas et utilisé ici comme groupe externe, on peut observer quels motifs sont présents à la base de l’arbre, et lesquels apparaissent plus haut dans la phylogénie. À la première catégorie appartient le caractère : « le monstre est tué par un humain » (fig. 8). Parmi les motifs apparus secondairement, les suivants n’apparaissent que dans les versions d’Afrique de l’Ouest : « le monstre dévoreur est tué par un animal ou des animaux » (fig. 9). Les motifs « du secours est cherché près d’un animal », « un bélier provoque la calebasse » et « la calebasse est tuée (brisée) par un bélier » semblent être plus tardifs, car ils n’apparaissent que sur des branches encore plus éloignées de la base. C’est également en Afrique de l’Ouest que le mythe prend le plus souvent un caractère ethnogonique ou étiologique.

Figure 8 : Exemple de calcul (avec Mesquite 3.6) des probabilités de présence, à chaque nœud de l’arbre de consensus des « rédactions à calebasse » (enraciné sur le groupe externe américain), du motif « le monstre est tué par un humain »

Figure 8 : Exemple de calcul (avec Mesquite 3.6) des probabilités de présence, à chaque nœud de l’arbre de consensus des « rédactions à calebasse » (enraciné sur le groupe externe américain), du motif « le monstre est tué par un humain »

Il apparaît dès la base de l’arbre, avec une probabilité de présence atteignant 99,9 %. En rouge, les versions provenant d’Afrique de l’Ouest.

Jean-Loïc Le Quellec

Figure 9 : Même calcul pour le motif « le monstre est tué par un animal »

Figure 9 : Même calcul pour le motif « le monstre est tué par un animal »

Comparaison avec la figure précédente : telle que la phylogénie est reconstituée, ce caractère compte au nombre de ceux qui apparaissent secondairement, et uniquement en Afrique de l’Ouest (en rouge).

Jean-Loïc Le Quellec

36Il est donc possible de supposer que les versions les plus anciennes de la rédaction à calebasse auraient exposé l’histoire d’un de ces fruits qui devint carnivore et se mit à engloutir les humains, à l’exception d’un survivant qui finit par vaincre ce monstre dévoreur en le fendant ou le perçant de son arme. Si la phylogénie reconstituée est correcte, ce n’est que plus tard, et en Afrique de l’Ouest, qu’on se serait mis à raconter que le Dévoreur fut vaincu par un animal, et plus particulièrement un bélier.

37Dans une douzaine de récits, il y a deux générations de monstres. Il est parfois dit que le premier Dévoreur fut vaincu, mais qu’il parvint à survivre sous une autre forme (Sotho, Isanzu, Iraqw, Jukun, Kikuyu, Sukuma, Xhosa, Yao). Presque une fois sur deux (14 fois sur 31), la calebasse pousse spontanément sur les cendres d’un cadavre, qui peut être soit féminin, soit masculin − à parts égales. Pour rendre compte de tous ces faits, l’hypothèse la plus parcimonieuse consiste à supposer que les plus anciennes versions de la rédaction à calebasse auraient été construites à partir d’un mythe encore plus ancien, où le monstre était un ogre ou une ogresse. Néanmoins, l’insuffisance des données, la faiblesse de l’indice de rétention, et donc la fréquence des emprunts, ne permettent pas un usage optimal des outils des phylogénéticiens : ils nous livrent ici des résultats entachés d’une certaine incertitude, et qu’il faudrait pouvoir tester par des moyens indépendants. C’est pourquoi il convient de se tourner maintenant vers l’aréologie.

Approche aréologique

En Afrique

  • 134 E. Frog, 2013.

38En examinant les localisations de chaque caractère dont l’historique est visualisé grâce à Mesquite, il est possible de préciser les zones dans lesquelles apparurent certaines innovations, et d’en faire l’aréologie134.

39En Afrique de l’Ouest, on note ainsi plusieurs développements secondaires, outre ceux déjà notés plus haut. Le premier concerne le monstre lui-même, dont il est parfois dit qu’il reste petit (alors qu’en général, la calebasse devient énorme avant de tout engloutir), ou bien qu’il est multiple (dans ce cas, il y a donc plusieurs calebasses). Certains mythes précisent que le fruit monstrueux est cueilli, alors qu’à l’origine, il se détachait de sa tige et s’animait spontanément. Des variantes ajoutent aussi que le vainqueur du dévoreur bénéficie d’une aide (fournie par une vieille, un bûcheron, ou une guêpe), et l’origine du combat peut s’inverser : c’est alors la calebasse qui provoque son adversaire, non le contraire. L’intervention de jumeaux, dont l’un flèche le Dévoreur et l’autre le fend, paraît également résulter d’un développement second. Enfin, le mythe peut prendre une valeur étiologique en expliquant l’origine des mouches, de la taille fine des guêpes, des cauris, des calebasses actuelles ou de la sorcellerie, quand il ne se termine pas sur l’apparition de richesses (or, bijoux). Il arrive également que les fragments de la calebasse forment les diverses parties du monde, et le mythe devient alors cosmogonique, ainsi que l’avait remarqué Denise Paulme.

  • 135 J.-L. Le Quellec, 2017b.

40Nombre de motifs ne se trouvent jamais en Afrique de l’Ouest, mais sont diversement répartis en Afrique australe (S), Centrale (C), de l’Est (E) et dans la région des Grands Lacs (GL). Ainsi, dans ces zones, quand le Dévoreur est une calebasse, elle peut naître spontanément de la métamorphose d’un porc-épic (GL) ou du sel (C). Quand elle s’anime, il arrive qu’elle se dirige vers l’eau (E, GL). Plusieurs suspects sont interrogés ou tués avant qu’on retrouve ou reconnaisse le Dévoreur (GL, S). L’enfant survivant demande où est son père (E, GL, C) [ou bien il cherche à savoir où sont les gens disparus (E, GL, S)]. Il devient chasseur et rapporte des gibiers de plus en plus gros (E, GL, S), avant de retrouver le Dévoreur (E, GL, C, S). Celui-ci est fléché ou poignardé du haut d’un arbre (E, GL, C, S), ou bien il est pilé (C, S). Une personne avalée est blessée ou risque de l’être quand on découpe le Dévoreur (E, GL, C, S). Il faut donc en extraire les gens d’une certaine façon (GL, S) et le Dévoreur peut avoir l’amabilité d’expliquer à son vainqueur comment il faut l’ouvrir pour que les gens restent intacts (GL). Les rescapés qui sortent du Dévoreur sont parfois devenus chauves (C) − ce qui rapproche les variantes concernées des mythes initiatiques du type Jonas135. Il arrive enfin que les gens soient dévorés définitivement (GL) — ce qui confère au récit une conclusion fort éloignée du mythe ethnogonique qui prévaut à l’ouest.

41L’aréologie met en évidence que les versions africaines du Dévoreur se trouvent, par ordre de densité décroissante, d’abord en Afrique de l’Est, puis en Afrique australe, puis du centre et de l’Ouest − ce qui n’est pas immédiatement visible sur une simple carte des attestations, et modifie fortement la perception de la distribution du mythe tel qu’il était connu de Denise Paulme : il ne s’agit nullement d’un récit spécifiquement ouest-africain, car son aire de plus haute densité se trouve au contraire en Afrique de l’Est (fig. 10).

Figure 10 : Distribution des versions africaines du Dévoreur

Figure 10 : Distribution des versions africaines du Dévoreur

A : carte où les attestations sont indiquées par des points. En jaune : provenances connues de Denise Paulme ; en bleu : versions du nouvel inventaire utilisé dans cette étude. B : NHD des versions connues de Denise Paulme. C : NHD des versions actuellement connues.

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica©1.4.8.

42Particulièrement intéressantes seront les distributions de motifs radicalement différentes de celle du total des mythes. C’est par exemple le cas du noyau de densité des versions dans lesquelles la seule survivante ayant échappé au monstre est une femme qui accouche de jumeaux, ou bien des versions ethnogoniques exposant que les différents peuples sont sortis du Dévoreur à sa mort, ou encore de celles dans lesquelles le monstre est un être unijambiste (fig. 11).

Figure 11 : Noyaux de densité de trois motifs

Figure 11 : Noyaux de densité de trois motifs

A : versions dans lesquelles la survivante ayant échappé au Dévoreur accouche de jumeaux. B : variantes ethnogoniques dans lesquelles les différents peuples sortent du monstre à sa mort. C : le monstre dévoreur est un être unijambiste. Ces trois cartes peuvent être utilement comparées à la précédente : elles diffèrent tellement de celle du mythe du Dévoreur en général (fig. 11-C) qu’elles ne peuvent être que significatives.

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica©1.4.8.

  • 136 C.W.V. Sydow, 1932, 1934.
  • 137 J. Roper, 2003, p. 44, n. 56.
  • 138 L. Honko, 1986, p. 116.
  • 139 H. Jason, 1970 ; T. Cochrane, 1987.
  • 140 G. Hasan-Rokem, 2002.
  • 141 D. Hopkin, 2010.

43Ces différences prouvent que la répartition des différentes versions n’est pas stochastique, tout en permettant d’identifier des variantes régionales des mythes. Carl von Sydow a en effet démontré que l’adaptation des faits de folklore narratif à des cultures particulières s’accompagne de modifications de style, de structure ou de contenu. Les conteurs ou récitants qui enrichissent leur répertoire avec des récits entendus au cours d’un voyage, ou bien les conteurs itinérants qui introduisent de nouvelles histoires dans le groupe où ils séjournent, les modifient en fonction des réactions de leur public, et donc en s’adaptant aux attentes culturelles des lieux dans lesquels ils opèrent, produisant ainsi des variantes régionales de mythes ou de contes, appelées « écotypes », par analogie avec le vocabulaire des botanistes. Si le récit ainsi ajusté est accepté et adopté par le nouveau groupe, il est alors définitivement modifié lors de ses transmissions ultérieures136. Un écotype serait donc, selon la définition de Jonathan Roper, « la version particulière d’un type de n’importe quel genre folklorique, limitée à une aire culturelle précise où elle s’est développée différemment des exemples du même type mais d’autres zones, à cause des conditions nationales, politiques, géographiques, historiques137 ». Afin d’éviter toute référence au « caractère national » que Carl van Sydow associait à cette notion, il est préférable de dire que c’est la forme spéciale prise par un type dans une aire particulière, ou au sein d’un groupe donné, pour s’adapter au contexte local138. Après avoir été critiquée139, cette notion est de nouveau utilisée, avec profit, tant en folklore140 qu’en histoire141.

44Dans l’ensemble des récits africains du Dévoreur, lorsque celui-ci est décrit avec assez de précision, il peut prendre trois formes. Quand il ne s’agit pas d’un être anthropomorphe, c’est soit un zoomorphe, soit un être normalement inerte : montagne, rocher, vallée, tambour, œuf ou calebasse qui, soudain, s’anime. La variété de ces objets est peut-être moins grande qu’il y paraît au premier abord : le rocher est une montagne en réduction, l’œuf et la calebasse sont proches par la forme, et le dernier objet cité peut être utilisé pour confectionner des tambours. Le vainqueur du monstre ne connaît quant à lui que deux modalités : anthropomorphe, ou zoomorphe − la première étant sept fois plus représentée (une centaine d’occurrences) que la seconde (quatorze occurrences). Parmi les six combinaisons possibles entre ces éléments essentiels du récit, celle qui ferait qu’un Dévoreur anthropomorphe serait finalement vaincu par un zoomorphe n’a jamais été utilisée. La répartition des autres variantes n’est pas indifférente, et l’on note en particulier que la combinaison « Anthropomorphe vaincu par un anthropomorphe » domine en Afrique de l’Est, qu’il en est de même pour « Objet vaincu par un anthropomorphe », qui présente cependant une distribution plus large vers l’ouest, le centre et le sud, alors que « Zoomorphe tué par un zoomorphe » ne se trouve qu’à l’ouest et au sud, et que la série des « Objets vaincus par un zoomorphe » n’existe qu’à l’ouest (fig. 12).

Figure 12 : De gauche à droite, NHD des versions dans lesquelles A : le monstre est un anthropomorphe vaincu par un autre anthropomorphe ; B : c’est objet vaincu par un anthropomorphe ; C : c’est un zoomorphe tué par un autre zoomorphe ; D : c’est un objet vaincu par un zoomorphe (cas de la calebasse tuée par le bélier).

Figure 12 : De gauche à droite, NHD des versions dans lesquelles A : le monstre est un anthropomorphe vaincu par un autre anthropomorphe ; B : c’est objet vaincu par un anthropomorphe ; C : c’est un zoomorphe tué par un autre zoomorphe ; D : c’est un objet vaincu par un zoomorphe (cas de la calebasse tuée par le bélier).

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica©1.4.8.

45De telles distributions interrogent, particulièrement du fait que les vainqueurs anthropomorphes dominent nettement à l’est, tandis que leurs homologues zoomorphes sont installés à l’ouest. La première et la dernière carte montrent des distributions en nette opposition, les deux autres paraissant présenter des situations intermédiaires. Nous retrouvons donc la répartition en deux grands types pressentie par l’analyse phylomémétique du début, doublée d’une opposition géographique. La question se pose alors à nouveau de savoir si ces données spatiales ne seraient pas liées à un facteur temporel. Cette répartition ne témoignerait-elle pas d’un processus évolutif ?

Dans le monde

  • 142 A. Aarne, S. Thompson, 1928.
  • 143 H.-J. Uther, 2004.
  • 144 Voir les références bibliographiques dans J.-L. Le Quellec, B. Sergent, 2017, p. 1261-1262.

46L’ample répartition des mythes de Dévoreurs en général conduit à considérer la place et la spécificité des données africaines dans le monde. Ce type de récit a déjà été très largement étudié et recensé, ce qui facilite le travail de cartographie. Les folkloristes distinguent généralement trois grands types, conventionnellement désignés dans le catalogue international des contes d’Antti Aarne et Stith Thompson142, complété par Hans-Jörg Uther, comme ATU 123, ATU 333, ATU 2027 et ATU 2028143. Le premier type est celui du loup et des chevreaux, le second regroupe tous les récits apparentés au « Petit Chaperon rouge », et les deux derniers désignent très généralement toutes les histoires où un être (soit anthropomorphe, soit zoomorphe) se met à tout dévorer, jusqu’à ce qu’il soit tué, et qu’on l’ouvre pour permettre aux êtres engloutis d’en sortir. On peut y ajouter les mythes américains de la tête coupée qui se met à rouler en dévorant tout sur son passage, jusqu’à ce qu’elle soit mise hors d’état de nuire144.

47Lorsque l’ensemble de tous ces mythes de monstre dévoreur est pris en compte, quatre noyaux de densité inégale se dessinent − en Afrique de l’Est, sur la côte nord-ouest de l’Amérique, en Europe et en Océanie (fig. 13). Les moins importants de ces noyaux correspondent aux deux variantes des types ATU 2027 et ATU 2028 non prises en compte dans le catalogue international : il s’agit, en Amérique du Nord, des récits dans lesquels c’est le cadet d’une fratrie, souvent né miraculeusement, qui va finir par vaincre le monstre et venger ses frères dévorés (ou sa famille), et, en Océanie, des variantes dans lesquelles la population part en bateau pour fuir le Dévoreur, mais laisse sur le rivage une femme qui se retrouve seule et se cache sous terre, pour y accoucher miraculeusement d’un fils qui finira par retrouver le monstre et le défaire. Les deux autres noyaux correspondent aux plus fortes densités mondiales des types ATU 123 − Le loup et les chevreaux et ATU 333 − Le Petit Chaperon rouge, localisés en Europe pour l’essentiel, et ensuite en Afrique de l’Est.

Figure 13 . Répartition générale des contes-types du Dévoreur ATU 123, 333, 2027 et 2028 dans le monde

Figure 13 . Répartition générale des contes-types du Dévoreur ATU 123, 333, 2027 et 2028 dans le monde
  • 145 C.S. Peirce, 1879.

Les carrés orange indiquent la localisation du mythe de la tête roulante et dévorante (d’après les données de H.-J. Uther, 2004, complétées). La projection utilisée est celle de Pierce145.

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

  • 146 J.-M. Carrière, 1937, p. 117 ; C. Lindahl, M. Owens, C.R. Harvison, 1997, p. 124-126.

48Ces derniers types se rencontrent très majoritairement en Europe et au Proche-Orient avec une faible diffusion dans le reste de l’Eurasie (fig. 14) ; on les retrouve un peu en Afrique, alors que du côté américain, on ne les connaît − très rarement − qu’aux Caraïbes et dans le sud des États-Unis, où ils ont été transmis par diverses communautés francophones, comme les Cajuns en Louisiane ou les colons de La Vieille Mine au Missouri146. Sur le continent africain, une augmentation de densité se remarque en Afrique de l’Est, région fortement exposée aux influences proche-orientales et européennes par suite de contacts maritimes avec les marchands arabo-persans, puis portugais. On peut dès lors envisager l’hypothèse selon laquelle les contes de cette famille auraient été introduits en Afrique par cette voie. S’agissant des attestations d’Afrique de l’Ouest, on ne peut exclure a priori une introduction dans cette zone par les Portugais, bien implantés sur la façade atlantique du continent depuis le xve siècle. L’absence d’attestations dans la moitié nord de l’Afrique ne facilite pas le raisonnement, mais il est impossible de la réduire : il s’agit d’une de ces zones désertiques du globe pour lesquelles la documentation en ces matières est généralement très pauvre.

  • 147 J.J. Tehrani, 2013, p. 6.
  • 148 N.W. Thomas, 1913, p. 84.

49S’il y a eu diffusion par contact, pourrait-on objecter, alors celle-ci aurait pu s’opérer dans n’importe quel sens. Certes, c’est exact d’un point de vue théorique, mais concrètement, l’hypothèse d’une diffusion à partir de l’Afrique est très improbable, car Jamie Tehrani a naguère démontré que les variantes africaines de ces contes se sont développées à partir de récits européens et proche-orientaux147, confirmant ainsi l’opinion ancienne de Northcote Whitridge Thomas, qui considérait déjà, sur la base de détails linguistiques, que la version ibo de l’ATU 123 collectée par lui au Nigeria était une adaptation du conte européen148.

Figure 14 : Détail de la répartition générale des contes-types ATU 123 (Le Loup et les chevreaux) et ATU 333 (Le Petit Chaperon rouge) dans le monde

Figure 14 : Détail de la répartition générale des contes-types ATU 123 (Le Loup et les chevreaux) et ATU 333 (Le Petit Chaperon rouge) dans le monde

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

50Nous avons vu que dans les versions où il est décrit avec suffisamment de précision, le Dévoreur prend tantôt une forme animale ou humaine (notamment celle, monstrueuse, d’un ogre ou d’une ogresse), tantôt celle d’un objet qui, tout à coup, s’anime et se met à tout avaler, à l’instar de la calebasse dévorante mentionnée plus haut. Quant au vainqueur de ce monstre, il a forme humaine ou animale, sans jamais prendre celle d’un objet. Les différentes configurations possibles de la lutte entre ces divers protagonistes sont inégalement réparties dans le monde. Quand le Dévoreur est un zoomorphe, la répartition est trop diffuse et clairsemée pour donner lieu à une interprétation fiable, mais le plus souvent, ce zoomorphe finit par être tué par un anthropomorphe, très rarement par un zoomorphe (fig. 15).

Figure 15 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un zoomorphe tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)

Figure 15 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un zoomorphe tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

51La répartition des mythes où le monstre est un anthropomorphe est plus significative, car elle présente deux zones de plus haute densité, à nouveau en Europe et en Afrique de l’Est, ce qui renforce les remarques précédentes. En outre, ce n’est qu’en Europe et sur la côte ouest de l’Amérique du Nord qu’un Dévoreur anthropomorphe est tué par un zoomorphe (fig. 16).

Figure 16 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un anthropomorphe tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)

Figure 16 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un anthropomorphe tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

Figure 17 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un objet (calebasse ou autre) tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)

Figure 17 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un objet (calebasse ou autre) tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)

Le premier cas s’atteste surtout dans l’est du continent, tandis que le second n’est connu qu’en Afrique de l’Ouest.

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

52Par contre, les mythes où le Dévoreur est un objet (calebasse, œuf, tambour…) ont une distribution strictement limitée à l’Afrique, à l’exception d’un récit méso-américain (fig. 17). Cette attestation américaine interroge, puisqu’il s’agit de la seule version non-africaine connue. Voici la traduction de ce récit maya-itzá recueilli au Guatemala :

  • 149 O. Schumann, 1964.

Il y avait une fois un garçon désobéissant ; sa mère lui dit : ‟Ne va pas t’asseoir sur l’ayote [Cucurbita argyrosperma], ou courge mexicaine] !” Un jour pourtant, il s’assoit dessus. La courge commence à courir derrière le garçon ; le garçon s’enfuit ; il court, il court. Il rencontre un jaguar. Le jaguar demande au garçon : ‟Pourquoi cours-tu ? — Ce n’est rien qu’une courge qui court derrière moi. — On va l’attendre ici.” Après un certain temps, ils ont entendu le bruit de la courge qui courait derrière eux ; le jaguar demanda au garçon quel était ce bruit qui approchait. Le garçon a répondu : ‟C’est la courge qui arrive. — Mon beau-frère, répondit le jaguar, cela n’est pas pour nous.” Ils recommencèrent à courir, puis ils rencontrèrent un homme qui coupait du bois de chauffage ; l’homme demanda au jaguar et au garçon pourquoi ils couraient. ‟Pour rien. Ce n’est qu’une courge qui court derrière nous.” De peur, l’homme a laissé son bois et s’est mis à courir. Ils arrivèrent près d’une vieille femme. La vielle leur demanda : ‟Pourquoi courez-vous ? — Pour rien. Ce n’est qu’une courge qui court derrière nous. — Entrez dans ma maison, n’ayez pas peur de la courge qui court.” Elle prit sa machette et se posta à la porte de sa maison. Quand la courge passa la porte, la vielle la frappa de sa machette et la coupa en deux. Alors la vieille vit que c’était l’ensemble du monde où nous sommes149.

  • 150 L.-V. Thomas, R. Luneau, 1992, p. 190.
  • 151 D. Liberski-Bagnoud, 2002, p. 132.
  • 152 D. Paulme, 1976, p. 280-281.

53Compte tenu de l’énorme quantité des mythes américains consultés, et en l’état actuel des dépouillements, il apparaît très probable que ce récit soit un unicum. Il ne ressemble à aucun autre récit cosmogonique connu dans le Nouveau Monde, et seules deux explications sont possibles pour sa présence : soit il s’agit d’une création ex nihilo, soit il fut importé sur ce continent. La première hypothèse est difficilement envisageable, dans la mesure où il s’agirait du seul cas documenté (aucun en Eurasie, Océanie, Asie…) sur plus de 55 000 documents consultés. La seconde paraît plus vraisemblable, qui suppose une introduction à l’occasion de la déportation d’esclaves africains en Amérique. En effet, le motif cosmogonique de la calebasse sectionnée en deux moitiés dont l’une devient le ciel et l’autre est la terre se trouve − rarement − dans d’autres récits ouest-africains que ceux de la calebasse dévorante, notamment chez les Yoruba150 et les Kasena du sud du Burkina Faso151. C’est aussi en Afrique de l’Ouest que se trouve la variante cosmogonique du mythe de la calebasse dévorante intégrant le mythème selon lequel ce sont les deux moitiés du fruit qui forment le monde152. Il est donc hautement probable que l’attestation américaine provienne d’Afrique de l’Ouest.

  • 153 G. Lindblom, 1935, p. 125-128.
  • 154 Y.E. Berezkin, 2013, p. 160.
  • 155 V. Elwin, 1954, p. 292 ; S. Thompson, J. Balys, 1958, p. 272.

54L’un des motifs les plus intéressants a été remarqué par Gerhard Lindblom153 et Yuri Berezkin154 : il s’agit de celui dans lequel il faut trancher un doigt du Dévoreur. Le plus souvent, ce dernier, sur le point de mourir, révèle que si on lui tranche un doigt, généralement l’auriculaire, les êtres qu’il avait avalés pourront sortir vivants par cette coupure (fig. 18). Dans les contes, les doigts coupés pour diverses raisons sont innombrables, mais les récits accordant une importance si particulière au motif du doigt sectionné sont essentiellement eurasiatiques. Par exemple, le motif d’un animal naissant du doigt coupé d’une femme (A1724.1.1) n’a été repéré qu’en Inde155.

  • 156 H.-J. Uther, 2004, p. 267-268.
  • 157 R. Basset, 1897, p. 101.
  • 158 H.M. El-Shamy, 2004, p. 228.
  • 159 T.L. Hansen, 1957, p. 57-58 ; S.L. Robe, 1973 ; G. Delarue, M.-L. Tenèze, 1977, p. 139 ; H.L. Flowe (...)

55La répartition du motif de l’être dévoré, mais sortant vivant par un doigt coupé, est d’autant plus significative que les cartes montrent bien qu’il ne s’agit pas d’une banalité susceptible d’être retrouvée un peu partout dans le monde. Parmi tous les récits évoquant un doigt tranché, le motif du héros dévoré qui s’échappe par l’auriculaire coupé d’un ogre est un cas bien spécifique, régulièrement associé au conte-type ATU 451 « The Maiden Who Seeks Her Brothers »156, dont une version berbère comprenant justement ce motif a été recueillie à Ouargla en Algérie157. Ce conte n’est connu en Afrique subsaharienne que par une version recueillie au Soudan, chez les Rubātāb, qui sont des musulmans arabophones vivant dans la région de la quatrième cataracte du Nil158. Les cartes mettent en évidence sa présence massive en Europe (fig. 19) et une absence totale en Océanie, toutes les versions américaines résultant d’introductions françaises ou espagnoles159.

  • 160 C. Lecouteux, 1982, p. 109-158.
  • 161 G. Delarue, M.-L. Tenèze, 1977, p. 140.
  • 162 U. Marzolph, 1984, n° 451.
  • 163 U. Nowak, 1969, n° 139.
  • 164 R. Basset, 1897, p. 101.
  • 165 M. Kossmann, 2000, p. 110-115.
  • 166 H.M. El-Shamy, 2004, p. 224-228.

56Très improbable serait donc l’hypothèse d’une origine africaine de ce motif très largement associé à un conte essentiellement eurasiatique, basé sur un fond mythologique celtique et germanique160, dont des traces sont connues en Lorraine au xiie siècle161 et qui est pratiquement absent d’Afrique. Une diffusion en sens inverse est bien plus probable, qui se serait effectuée grâce aux circonstances historiques évoquées plus haut (commerçants arabo-persans en Afrique de l’Est). À l’appui de cette hypothèse, on peut signaler que le conte ATU 451 est très bien attesté en Iran162, au Proche-Orient et en Afrique du Nord : Libye163, Algérie164 Maroc165, Égypte, Tunisie, Palestine, Syrie, Jordanie, Iraq, Qatar, Yemen166.

Figure 18 : Répartition générale des récits de Dévoreur dans lesquelles où il faut couper un doigt du monstre à sa mort, ce qui permet aux dévorés d’en sortir vivants

Figure 18 : Répartition générale des récits de Dévoreur dans lesquelles où il faut couper un doigt du monstre à sa mort, ce qui permet aux dévorés d’en sortir vivants

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

Figure 19 : Répartition générale du conte type ATU 451

Figure 19 : Répartition générale du conte type ATU 451

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

57Examinons enfin le cas des mythes où il est fait état de deux générations de monstres. Typiquement, on tue un ogre ou une sorcière dévoreuse et son corps est brûlé, mais sur ses cendres pousse une calebasse qui, à son tour, va se mettre à tout avaler, alors il faudra la combattre elle aussi. Il est possible de penser que ce type d’histoire ferait allusion aux réincarnations successives d’un même ogre, mais on peut également envisager que ce conte serait né de la fusion de deux récits différents : l’un où le monstre était anthropomorphe, et l’autre où il s’agissait d’une calebasse. Or la distribution des rédactions « à deux générations » (fig. 20) est strictement africaine, avec – encore ! − une densité nettement plus haute en Afrique de l’Est. Il ne peut s’agir d’un artefact de documentation, puisque nous avons observé précédemment que d’autres motifs voient leur densité majoritaire à l’ouest.

Figure 20 : Répartition générale des cas où il y a deux générations de Dévoreurs

Figure 20 : Répartition générale des cas où il y a deux générations de Dévoreurs

Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.

Conclusion

58Appliquée à un corpus de 121 mythes de Dévoreurs africains, puis à leurs trente-et-une « rédactions à calebasse », l’approche phylomémétique a d’abord montré que la structure de l’ensemble de ces mythes s’expliquerait au mieux en supposant l’existence de deux groupes, et en suggérant la possibilité d’un processus de diffusion couvrant l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Le mythe aurait pu connaître d’abord une transmission essentiellement aréale, en Afrique de l’Est, puis une diffusion essentiellement verticale à l’ouest. L’aréologie d’une série de motifs significatifs semble confirmer cette hypothèse, car certains sont prépondérants à l’est et au sud, alors que d’autres le sont à l’ouest, et c’est parmi ces derniers que figurent les histoires de calebasses dévorantes vaincues par un bélier.

59Le scénario susceptible de rendre le mieux compte de l’ensemble des données observées est alors le suivant : parmi tous les mythes de Dévoreur attestés dans le monde, l’un d’eux, eurasiatique à l’origine, met en scène un monstre anthropomorphe dont le vainqueur, également anthropomorphe, doit lui couper un doigt après l’avoir tué, afin de permettre aux gens dévorés d’en sortir sans dommage. Ce récit aurait été introduit en Afrique de l’Est à une époque indéterminée, et il s’y serait alors propagé en s’enrichissant du développement strictement africain selon lequel le monstre, une fois tué, est brûlé, mais renaît sous la forme d’une calebasse monstrueuse poussant sur ses cendres ; ce fruit se met lui aussi à dévorer tout le monde, et il faut donc vaincre une seconde fois le Dévoreur ainsi « réincarné ». Ensuite, cette nouvelle variante se serait diffusée vers l’ouest et le sud en donnant naissance aux récits dans lesquels ne figure plus qu’un seul et unique monstre, à savoir la calebasse, et ces nouvelles versions se seraient plus particulièrement implantées à l’ouest en s’enrichissant d’un nouveau motif : celui selon lequel le vainqueur de ce Dévoreur végétal n’est plus un humain, mais un animal, et plus particulièrement un bélier. Ce sont ces dernières versions qu’avait étudiées Denise Paulme − à laquelle, par ce texte, je souhaite rendre hommage.

Haut de page

Bibliographie

Aarne, A., 1910, Verzeichnis der Märchentypen, mit Hülfe von Fachgenossen ausgearbeitet, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemian toimituksia.

Aarne, A., Thompson, S., 1928, The types of the folk-tale, a classification and bibliography, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, Academia scientiarum fennica.

Abler, T.S., 1987, « Dendrogram and celestial tree: Numerical taxonomy and variants of the Iroquoian creation myth », The Canadian Journal of Native Studies, 7 (2), p. 195-221.

Amselle, J.-L., M’Bokolo, E., 2005, Au cœur de l’ethnie. Ethnies, Tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte.

Anpetkova-Sharova, G.G.hпetкoвaaрова, Г.Г.], 1966, Сказки мампруси. Собрала и записала Г. Анпеткова-Шарова (Contes Mamprusi. Collectés et enregistrés par G.-G. Anpetkova-Sharova). [cité d’après Berezkin], Москва, Главная редакция восточной литературы.

Arewa, E.O., 1980, A Classification of the Folktales of the Northern East African Cattle Area by Types, New York, Arno Press.

Armstrong, E.A., 1959, « A Technique for Ascertaining the Age of Folklore », Folklore, 70 (4), p. 519-532.

Barbrook, A.C., Howe, C.J., Blake, N., Robinson, P., 1998, « The Phylogeny of The Canterbury Tales », Nature, 394, p. 839.

Basset, R., 1897, Nouveaux Contes berbères, Paris, E. Leroux.

Baumann, H., 1936, Schöpfung und Urzeit des Menschen im Mythus der Afrikanischer Völker, Berlin, Dietrich Reimer / Andrews Steiner.

Baumann, H., 1940, « Völker und Kulturen Afrikas », in H. Baumann, R. Thurnwald, D. Westermann (dir.), Völkerkunde von Afrika: mit besonderer berücksichtigung der kolonialen aufgabe, Essen, Essener Verlagsanstalt, p. 1-371.

Baumann, H., Westermann, D., 1948, Les Peuples et les civilisations de l’Afrique, suivi de Les Langues et l’Éducation, Paris, Payot.

Beiderbecke, H., 1880, « Some religious ideas and customs of the Ovaherero. Part I », Folk-Lore Journal, 2, p. 88-97.

Bell, A.V., Richerson, P.J., McElreath, R., 2009, « Culture rather than genes provides greater scope for the evolution of large-scale human prosociality », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 106 (42), p. 17671-17674.

Ben Hamed, M., 2005, « Neighbour-nets portray the Chinese dialect continuum and the linguistic legacy of China’s demic history », Proceedings of the Royal Society B, 272, p. 1015-1022.

Ben Hamed, M., 2015, « Phylo-linguistics: Enacting Darwin’s Linguistic Image », in T. Heams, P. Huneman, G. Lecointre, M. Silberstein (dir.), Handbook of Evolutionary Thinking in the Sciences, Sordrecht / Heidelberg / New York / London, Springer, p. 825-852.

Ben Hamed, M., Darlu, P., 2003, « Origine et expansion de l’Afro-Asiatique : méthodologie pour une approche pluridisciplinaire », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 15 (1-2), mis en ligne le 5 janvier 2006.

Ben Hamed, M., Darlu, P., 2007, « Gènes et Langues : une longue histoire commune ? », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 19 (3-4), mis en ligne le 03 février 2011.

Ben Hamed, M., Darlu, P., Vallée, N., 2005, « On cladistic reconstruction of linguistic trees through vowel data », Journal of Quantitative Linguistics, 1 (12), p. 79-109.

Bennett, C.H., Li, M., Ma, B., 2003, « Chain Letters and Evolutionary Histories », Scientific American, 288 (6), p. 76-81.

Berezkin, Y.E. [Ю.Е. Березкин], 2006, Ареальное распределение фольклорно-мифологических мотивов: глобальная база данных и ее статистический анализ как метод глубокой реконструкции эволюции мифологии [Aréologie des motifs folkloriques et mythologiques : une base de données globale et son analyse statistique pour une reconstruction de l’évolution des mythes sur la longue durée], Москва, Ленанд.

Berezkin, Y.E. [Ю.Е. Березкин], 2013, АФРИКА, МИГРАЦИИ, МИФОЛОГИЯ. Ареалы распространения фольклорных мотивов в исторической перспективе [Afrique, migration, mythologie. Répartition des zones de motifs folkloriques dans une perspective historique], Санкт-Петербург, Наука.

Berezkin, Y.E. [Ю.Е. Березкин], 2015, « Folklore and mythology catalogue: its lay-out and potential for research », The Retrospect Methods Network Newsletter, 10, p. 56-70.

Berezkin, Y.E., 2015, « Spread of folklore motifs as a proxy for information exchange: contact zones and borderlines in Eurasia », Trames, 19 (1), p. 3-13.

Borgerhoff Mulder, M., Nunn, C.L., Towner, M.C., 2006, « Cultural macroevolution and the transmission of traits », Evolutionary Anthropology: Issues, News, and Reviews, 15 (2), p. 52-64.

Bouche, P., 1885, « Contes nagos (suite) », Mélusine, 2, p. 121-132.

Bouveresse, J., 1999, Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des belles-lettres dans la pensée, Paris, Raison d’agir.

Boyd, R.W., Richerson, R., 1988, Culture and the Evolutionary Process, Chicago / London, The University of Chicago Press.

Buchanan, B., Collard, M., 2007, « Investigating the peopling of North America through cladistic analyses of Early Paleoindian projectile points », Journal of Anthropological Archaeology, 26 (3), p. 366-393.

Buchanan, B., Collard, M., 2008, « Phenetics, cladistics, and the search for the Alaskan ancestors of the Paleoindians: a reassessment of relationships among the Clovis, Nenana, and Denali archaeological complexes », Journal of Archaeological Science, 35, p. 1683-1694.

Buckley, C.D., 2012, « Investigation cultural evolution using phylogenetic analysis: the origin and descent of the Southeast Asian tradition of Warp Ikat Weaving », PlosONE, 7 (12), p. e52064.

Carrière, J.M., 1937, Tales from the French Folk-Lore of Missouri, Chicago, Northwestern University Press.

Chambliss, J., 1875, The life and labors of David Livingstone, LL. D., D.C.L., covering his entire career in Southern and Central Africa. Carefully prepared from the most authentic sources. The whole rendered clear and plain by a most accurate map of the whole region explored and the routes clearly indicated, Philadelphia, Hubbard Bros.

Clarke, K.W., 1958, A motif-index of the folktales of Culture-Area V, West Africa, Bloomington, Indiana University Press.

Cochrane, E.E., Lipo, C.P., 2010, « Phylogenetic analyses of Lapita decoration do not support branching evolution or regional population structure during colonization of Remote Oceania », Philosophical Transaction of the Royal Society, 365 p. 3889-3902.

Cochrane, T., 1987, « The Concept of Ecotypes in American Folklore », Journal of Folklore Research, 24 (1), p. 33-55.

Colby, B.N., Collier, G.A., Postal, S.K., 1963, « Comparison of themes in folktales by the General Inquirer System », The Journal of American Folklore, 76 (302), p. 318-323.

Collard, M., Shennan, S.J., 2000, « Processes of Culture Change in Prehistory: A Case Study from the European Neolithic », in C. Renfrew, K. Boyle (dir.), Archaeogenetics: DNA and the Population Prehistory of Europe, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research, p. 89-97.

Collard M., Shennan, S.J., Tehrani, J.J., 2006, « Branching versus Blending in Macroscale Cultural Evolution: A Comparative Study », in C.P. Lipo, M.J. O’Brien, M. Collard, S. Shennan (dir.), Mapping Our Ancestors: Phylogenetic Methods in Anthropology and Prehistory, New Brunswick: Aldine Transaction, p. 53-63.

Collard, M., Shennan, S., Buchanan, B., Bentley, R.A., 2008, « Evolutionary Biological Methods and Cultural Data », in R.A. Bentley, H. Maschner, C. Chippindale (dir.), Handbook of archaeological theories, Lanham [MD], AltaMira Press, p. 203-223.

Currie, T.E., Greenhill, S.J., Mace, R., 2010, « Is horizontal transmission really a problem for phylogenetic comparative methods? A simulation study using continuous cultural traits », Philosophical Transactions of the Royal Society B, 365, p. 3903-3912.

Czekanowski, J., 1917, Forschungen im Nil-Kongo-Zwischengebiet. 1. Ethnographie, Zwischengebiet Mpororo- Ruanda. Mit einem musikalischen Anhang von E.M. v. Hornbostel, Leipzig, Klinkhardt Biermann.

D’Huy, J., 2012a, « Le conte-type de Polyphème : essai de reconstitution phylogénétique », Bulletin de la Société de Mythologie Française, 248, p. 47-59.

D’Huy, J., 2012b, « Un ours dans les étoiles : recherche phylogénétique sur un mythe préhistorique », Bulletin Préhistoire du Sud-Ouest, 20 (1), p. 91-106.

D’Huy, J., 2013a, « A Cosmic Hunt in the Berber sky: a phylogenetic reconstruction of a Palaeolithic mythology », Les Cahiers de l’AARS, 16, p. 93-106.

D’Huy, J., 2013b, « A phylogenetic approach of mythology and its archaeological consequences », Rock Art Research, 30 (1), p. 115-118.

D’Huy, J., 2013c, « Il y a plus de 2 000 ans, le mythe de Pygmalion existait en Afrique du Nord », Préhistoires Méditerranéennes, 4, https://pm.revues.org/814/

D’Huy, J., 2013d, « La phylogénie mythologique est-elle compatible avec l’analyse structurale ? », Sahara, 24, p. 255-256.

D’Huy, J., 2013e, « Polyphemus (Aa. Th. 1137). A phylogenetic reconstruction of a prehistoric tale », Nouvelle Mythologie Comparée, 1, http://nouvellemythologiecomparee.hautetfort.com/archive/2013/01/20/julien-d-huy-polyphemus-aa-th-1137.html

D’Huy, J., 2015, « Une nouvelle méthode, rapide et efficace, pour reconstruire les premières migrations de l’humanité », Bulletin de la Société de Mythologie Française, 259, p. 66-82.

D’Huy, J., 2016, « Peut-on tester scientifiquement la phylogénétique des mythes ? », Bulletin de la Société de Mythologie Française, 263, p. 20-24.

D’Huy, J., 2018, Nouvelles perspectives sur l’histoire de l’Afrique : mythologies, arts rupestres et génétique, thèse de doctorat, Paris, Université Paris I Panthéon Sorbonne.

D’Huy, J., Le Quellec, J.-L., Berezkin, Y.E., Lajoye, P., Uther, H.-J., 2017, « Studying folktale diffusion needs unbiased dataset », PNAS, 114 (41) E8555, https://doi.org/10.1073/pnas.1714884114.

Darwin, C., 1859, On the origins of species by means of natural selection, or the preservation of favoured races in the struggle for life [rééd. ElecBook, London, 1997], London, Murray.

Dayrell, E., 1910, Folk Stories from Southern Nigeria, West Africa. With an introduction by Andrew Lang, London / New York, Longmans, Green and Co.

Dediu, D., 2011, « A Bayesian phylogenetic approach to estimating the stability of linguistic features and the genetic biasing of tone », Proceedings of the Royal Society B, 278, p. 474-479.

Delafosse, M., 1900, Essai de manuel de la langue agni : parlée dans la moitié orientale de la Côte d’Ivoire. Ouvrage accompagné d’un recueil de légendes, contes et chansons en langue agni, d’une étude des origines et des migrations des tribus Agni-Achanti, de vocabulaires comparatifs des différentes langues Agni-Achanti, d’une bibliographie et d’une carte, Paris, J. André.

Delarue, G., Tenèze, M.-L., 1977, Le Conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d'outre-mer, t. 2, Paris, Maisonneuve et Larose.

Deleporte, P., Lecointre, G., 2005, « La philosophie de la systématique », Biosystema, 24, p. 9-16.

Dennett, R.E., 1898, Notes on the folklore of the Fjort (French Congo), London, Publications of The Folk-Lore Society.

Desper, R., Gascuel, O., 2002, « Fast and accurate phylogeny reconstruction algorithms based on the minimum-evolution principle », Journal of Computational Biology, 9 (5), p. 687-705.

Dress, A.W.M., Huson, D.H., 2004, « Constructing splits graphs », IEEE/ACM Transactions on Computational Biology and Bioinformatics, 1 (3), p. 109-115.

Dundes, A., 1962, « From Etic to Emic Units in the Structural Study of Folktales », The Journal of American Folklore, 75 (296), p. 95-105.

Dunn, M., Terrill, A., Reesink, G., Foley, R.A., Levinson, S.C., 2005, « Structural phylogenetics and the reconstruction of ancient language history », Science, 309 (5743), p. 2072-2075.

Eerkens, J.W., Bettinger, R.L., McElreath, R., 2006, « Cultural transmission, phylogenetics, and the archaeological record », (dir.), Cultural transmission, phylogenetics, and the archaeological record, p. 169-183.

El-Shamy, H.M., 2004, Types of the Folktale in the Arab World: A Demographically Oriented Tale-Type Index, Bloomington, Indiana University Press.

Ellis, A.B., 1894, The Yoruba-speaking Peoples of the Slave Coast of West Africa: Their Religion, Manners, Customs, Laws, Language, etc., London, Chipman and Hall, Ltd.

Elwin, V., 1954, Tribal Myths of Orissa, Bombay, Oxford University Press.

Evanno, G., Regnaut, S., Goudet, J., 2005, « Detecting the number of clusters of individuals using the software structure: a simulation study », Molecular Ecology, 14 (8), p. 2611-2620.

Falush, D., Stephens, M., Pritchard, J.K., 2003, « Inference of Population Structure Using Multilocus Genotype Data: Linked Loci and Correlated Allele Frequencies », Genetics, 164, p. 1567-1587.

Ferry, M.-P., 1983, Les Dits de la Nuit. Contes tenda (Sénégal Oriental). Textes transcrits et traduits par M.-P. Ferry, Paris, Karthala.

Fischer, J.L., 1959, « Sequence and Structure in Folktales », in A.F.C. Wallace (dir.), Men and Culture, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, p. 442-446.

Fisler, M., Crémière, C., Lecointre, G., 2014, « Qu’est-ce qu’un arbre des idées ? Explicitation des notions d’arbre et de phylogénie et histoire des représentations de l’arbre », in M. Ben Hamed, P. Charbonnnat, G. Lecointre (dir.), Apparenter la pensée ? Vers une phylogénie des concepts savants, Paris, Éditions Matériologiques, p. 103-144.

Flowers, H.L., 1980, A Classification of the Folktales of the West Indies by Types and Motifs, New York, Arno Press.

Foley, R., 1987, « Hominid species and stone-tool assemblages: how are they related? », Antiquity, 61 (233), p. 380-392.

Frazer, J.G., 1919, Folk-Lore in the Old Testament. Studies in comparative religion, legend and law, vol. 1, London, Macmillan and Co, Ltd.

Frobenius, L., 1921, Atlas Africanus; Belege zur Morphologie der afrikanischen Kulturen, München, C.H. Beck.

Frobenius, L., 1983, Mythes et contes populaires des riverains du Kasaï, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag GmbH.

Frog, E., 2013, « Revisiting the Historical-Geographic Method(s) », RMN Newsletter, n°7, p. 18-34.

Gochet, A.M., 1890, Stanley l’Africain : sa jeunesse, ses quatre grandes expéditions dans le continent noir, Liège, H. Dessain.

Goldberg, C., 1984, « The Historic-Geographic Method: Past and Future », Journal of Folklore Research, 21 (1), p. 1-18.

Graebner, F., 1905, « Kulturkreise und Kulturgeschichten in Ozeanien », Zeitschrif für Etnologie, 37, p. 28-53.

Graebner, F., 1911, Methode der Ethnologie. Mit einem Vorwort des Herausgebers, Heidelberg, C. Winter (Kulturgeschichtliche Bibliothek, 1. Reihe: Ethnologische Bibliothek, 1).

Graebner, F., 1924, Das Weltbild der Primitiven: Eine Untersuchung der Urformen weltanschaulichen Denkens bei Naturvölkern, München, E. Reinhardt.

Gray, R.D., Atkinson, Q.J., 2003, « Language-Tree Divergence Times Support the Anatolian Theory of Indo-European Origin », Nature, 426, p. 435-439.

Gray, R.D., Bryant, D., Greenhill, S.J., 2010, « On the shape and fabric of human history », Philosophical Transactions of the Royal Society B, 365, p. 3923-3933.

Gray, R.D., Drummond, A.J., Greenhill, S.J., 2009, « Language Phylogenies Reveal Expansion Pulses and Pauses in Pacific Settlement », Science, 323, p. 479-483.

Gray, R.D., Greenhill, S.J., Ross, R., 2007, « The Pleasures and Perils of Darwinizing Culture (with phylogenies) », Biological Theory, 2 (4), p. 360-375.

Gray, R.D., Jordan, F., 2000, « Language trees support the express-train sequence of Austronesian expansion », Nature, 405, p. 1052-1055.

Greenhill, S.J., Currie, T.E., Gray, R.D., 2009, « Does horizontal transmission invalidate cultural phylogenies? », Proceedings of the Royal Society B, 276, p. 2299-2306.

Hafstein, V., 2001, « Biological metaphors in folklore theory: an essay in the history of ideas », Arv, 57, p. 7-32.

Halkin, J., Viaene, E., 1910, Les Ababua, Bruxelles, A. Dewit.

Hamberger, A., 1909, « Religiöse Überlieferungen und Gebräuche der Landschaft Mkulwe (Deutsch-Ostafrika) », Anthropos, 4 (5), p. 295-317.

Hansen, T.L., 1957, The Types of the Folktales in Cuba, Puerto Rico, the Dominican Republic, and Spanish South America, Berkeley / Los Angeles, University of California Press.

Harmon, M.J., Van Pool, T.L., Leonard, R.D., Van Pool, C.S., Salter, L.A., 2006, « Reconstructing the flow of information across time and space: A phylogenetic analysis of ceramic traditions from prehispanic western and northern Mexico and the American southwest », in C.P. Lipo, M.J. O’Brien, M. Collard, S.J. Shennan (dir.), Mapping our ancestors: Phylogenetic approaches in anthropology and prehistory, New Brunswick / London, Aldine Transaction, p. 209-229.

Hasan-Rokem, G., 2002, « Aurora boreal: transformaciones de las teorias clásicas del folclore nórdico », Revista de investigaciones folclóricas, 17, p. 33-46.

Hillis, D.M., Bull, J.J., 1993, « An Empirical Test of Bootstrapping as a Method for Assessing Confidence in Phylogenetic Analysis », Systematic Biology, 42 (1), p. 182-192.

Hobley, C.W., 1903, « Anthropological Studies in Kavirondo and Nandi », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 33, p. 325-359.

Holden, C.J., Shennan, S., 2016, « How Tree-like is Cultural Evolution? », in R. Mace, C.J. Holden, S. Shennan (dir.), The Evolution of Cultural Diversity: A Phylogenetic Approach, London / New York., Routledge, p. 13-29.

Honko, L., 1986, « Types of Comparison and Forms of Variation », Journal of Folklore Research, 23 (2-3 Special Double Issue: The Comparative Method in Folklore), p. 105-124.

Hopkin, D., 2010, « The Ecotype, Or a Modest Proposal to Reconnect Cultural and Social History », in J.P. Rubiés, M. Calanesu, F. de Vivo (dir.), Exploring Cultural History: essays in honour of Peter Burke, Farnham [England] / Burlington [VT], Ashgate Publishing, Ltd., p. 31-54.

Howe, C.J., Windram, H.F., 2011, « Phylomemetics − Evolutionary Analysis beyond the Gene », PLoS Biol, 9 (5), p. e1001069.

Hubisz, M.J., Falush, D., Stephens, M., Pritchard, J.K., 2009, « Inferring weak population structure with the assistance of sample group information », Molecular Ecology Resources, 9, p. 1322-1332.

Huson, D.H., 1998, « SplitsTree: analyzing and visualizing evolutionary data », Bioinformatics, 14 (1), p. 68-73.

Huson, D.H., Bryant, D., 2006, « Application of Phylogenetic Networks in Evolutionary Studies », Molecular Biology and Evolution, 23 (2), p. 254-267.

Igorevitch, K. [Игоревич, К.], 1990, Сказки народов Африки (Contes des peuples de l’Afrique) [cité d’après Berezkin], Москва, Детская литература.

Jason, H., 1970, « The Russian Criticism of the “Finnish Schoolˮ in Folktale Scholarship », Norveg, 14, p. 285-294.

Johnson, F., 1931, « Kiniramba Folk-Tales », Bantu Studies, 5, p. 327-356.

Jukes, T.H., Cantor, C.R., 1969, « Evolution of protein molecules », in H.N. Munro (dir.), Mammalian Protein Metabolism, New York, Academic Press, p. 21-131.

Kähler-Meyer, E., 1971, « Mythenmotive in Flutsagen aus dem Grasland von Kamerun », in V. Six (dir.), Mythenmotive in Flutsagen aus dem Grasland von Kamerun, Hamburg, Deutsches Institut für Afrika-Forschung (trad. angl. in A. Dundes (dir.), 1988, The Flood Myth, Berkeley / Los Angeles, University of California Press, p. 249-259), p. 279-287.

Kitchen, A., Ehret, C., Assefa, S., Mulligan, C.J., 2009, « Bayesian phylogenetic analysis of Semitic languages identifies an Early Bronze Age origin of Semitic in the Near East », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, p. rspb-2009.

Klipple, M.A., 1992, African Folk Tales with Foreign Analogues, New York, Garland Publishing.

Kohl-Larsen, L., 1937, « Issansu-Märchen », Baessler Archiv. Beiträge zur Völkerkunde Herausgegeben aus den Mitteln des Baessler-Institut, 30 (1-2), p. 1-71.

Kohl-Larsen, L., 1963, Das Kürbisungeheuer und die Ama’irmi. Ostafrikanische Riesengeschichten, Kassel, Erich Röth.

Korotayev, A.V., Berezkin, Y.E., Kozmin, A., Arkhipova, A., 2006, « Return of the White Raven: Postdiluvial Reconnaissance Motif A2234. 1.1 Reconsidered », Journal of American Folklore, 119 (472), p. 203-235.

Kossmann, M., 2000, A Study of Eastern Moroccan Fairy Tales, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia.

Kroeber, A.L., 1948, Anthropology: race, language, culture, psychology, prehistory, New York, Harcourt, Brace and Company.

Krohn, K.L., 1891, « La méthode de M. Jules Krohn », in Congrès international des traditions populaires, Paris 1889, Paris, Société d’éditions scientifiques, p. 64-68.

Krohn, K.L., 1910, « Über die Finnische Folkloristische Methode», Finnisch-ugrisch For-schungen, 10, p. 33-43.

Krohn, K.L., 1926, Die Folkloristische Arbeitsmethode begründet von Julius Krohn und Weitergefährt von nordischen Forschern. Erläutert von Kaarle Krohn, Oslo, Aschenhoug Co. / Instituttet for sammenlignende kulturforskning.

Le Quellec, J.-L., 2013a, « Aréologie, phénétique et art rupestre : l’exemple des théranthropes du Sahara central », Les Cahiers de l’AARS, 16, p. 155-176.

Le Quellec, J.-L., 2013b, Jung et les archétypes. Un mythe contemporain, Paris, Éditions Sciences Humaines.

Le Quellec, J.-L., 2015a, « En Afrique, pourquoi meurt-on ? Essai sur l’histoire d’un mythe africain », Afriques : débats, méthodes et terrains d’histoire, Varia, mis en ligne le 28 juillet 2015, consulté le 29 juillet 2015. URL : http://afriques.revues.org/1717

Le Quellec, J.-L., 2015b, « Peut-on retrouver les mythes préhistoriques ? L’exemple des récits anthropogoniques », Bulletin de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1, p. 235-260.

Le Quellec, J.-L., 2017a, « Phylomémétique et archéologie », Les Nouvelles de l’Archéologie, 149, p. 5-14.

Le Quellec, J.-L., 2017b, « The Long Tale of a Whale », in S.-m. Lee (dir.), The Long Tale of a Whale, Ulsan, Ulsan Petroglyph Museum, p. 9-43.

Le Quellec, J.-L., Sergent, B., 2017, Dictionnaire critique de mythologie, Paris, Éditions du CNRS.

Lecouteux, C., 1982, Mélusine et le Chevalier au Cygne, Paris, Imago.

Lee, A.R., 1989, « Numerical taxonomy revisited: John Griffith, cladistic analysis and St. Augustine’s Quaestiones in Heptateuchem », Studia Patristica, 20, p. 24-32.

Lee, S., Hasegawa, T., 2011, « Bayesian phylogenetic analysis supports an agricultural origin of Japonic languages », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, p. rspb20110518.

Lefort, V., Desper, R., Olivier, G., 2015, « FastME 2.0: a comprehensive, accurate, and fast distance-based phylogeny inference program », Molecular biology and evolution, 32 (10), p. 2798-2800.

Lembezat, B., 1950, Kirdi, les Populations Païennes du Nord-Cameroun, Dakar, Mémoires de l’Institut français d’Afrique noire.

Lévi-Strauss, C., 1955, « The structural study of myth », The Journal of American Folklore, 68 (270), p. 428-444.

Lévi-Strauss, C., 1968, Mythologiques, t. 3, L’Origine des manières de table, Paris, Plon.

Liberski-Bagnoud, D., 2002, Les Dieux du territoire, Paris, Éditions du CNRS / Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Ligers, Z., 1969, Les Sorko (Bozo) : Maîtres du Niger : Étude ethnographique, t. 4, La Navigation et ses techniques. L’Enfant Sorko, Paris, CNRS / Librairie des Cinq Continents.

Lima, A.G.M., 1972, O dilúvio africano, Luanda, Instituto de Investigação Científica de Angola.

Lindahl, C., Owens, M., Harvison, C.R., 1997, Swapping Stories: Folktales from Louisiana, Jackson, University Press of Mississippi.

Lindblom, G., 1935, Kamba Tales of supernatural beings and adventures, Leipzig, Otto Harrassowitz.

List, J.-M., 2013, « Improving Phylogeny-Based Network Approaches to Investigate the History of the Chinese Dialects », LFK Society Young Scholars Symposium, Aug 2013, Seattle, p. hal-00861815.

List, J.-M., Nelson-Sathi, S., Martin, W., Geisler, H., 2014, « Using Phylogenetic Networks to Model Chinese Dialect History », Language Dynamics and Change, 4 (2), p. 222–252.

Lycett, S.J., 2010, « Cultural transmission, genetic models, and lithic variability: Integrative analytical approaches », in S.J. Lycett, P. Chauhan (dir.), New Perspectives on Old Stones: Analytical Approaches to Palaeolithic Technologies, New York., Springer, p. 207-234.

Lymann, R.L., O’Brien, M.J., 2000, « Measuring and Explaining Change in Artifact Variation with Clade-Diversity Diagrams », Journal of Anthropological Archaeology, 19, p. 39-74.

Mace, R., Holden, C.J., 2005, « A phylogenetic approach to cultural evolution », Trends in ecology & evolution, 20 (3), p. 116-121.

Maranda, P., 1971, « Computer and Analysis of Myths », International Social Science Journal, 23 (2), p. 228-235.

Maranda, P., 2001, The double twist: from ethnography to morphodynamics, Buffalo, Toronto University Press.

Marwick, B., 2012, « A Cladistic Evaluation of Ancient Thai Bronze Buddha Images: Six Tests for a Phylogenetic Signal in the Griswold Collection », in D. Bonatz, A. Reinecke, M.L. Tjoa-Bonatz (dir.), Connecting Empires and States: Selected Papers from the 13th International Conference of the European Association of Southeast Asian Archaeologists, Singapore, National University of Singapore Press, p. 161-178.

Marzolph, U., 1984, Typologie des persischen Volksmärchens, Beirut / Wiesbaden, Orientinstitut der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft / F. Steiner.

Matthews, L.J., Tehrani, J.J., Jordan, F.M., Collard, M., Nunn, C.L., 2011, « Testing for Divergent Transmission Histories among Cultural Characters: A Study Using Bayesian Phylogenetic Methods and Iranian Tribal Textile Data », PLoS One, 6 (4), p. e14810.

McMahon, A., McMahon, R., 2005, Language Classification by Numbers, Oxford, Oxford University Press.

Meek, C.K., 1931, A Sudanese Kingdom. An Ethnographical Study of the Jukun-speaking Peoples of Nigeria, London, Trench, Trubner & Co.

Mendoza Straffon, L., 2016, « The Applications and Challenges of Cultural Phylogenetics in Archaeology: An Introduction », in L. Mendoza Straffon (dir.), Cultural Phylogenetics. Concepts and Applications in Archaeology, Cham, Springer Verlag, p. 43-72.

Menghin, O., 1931, Weltgeschichte der Steinzeit, Wien, Anton Schroll.

Menghin, O., 1934, Geist und Blut. Grundsätzliche Rasse, Sprache, Kultur und Volkstum, Wien, A. Schroll.

Menghin, O., 1935, « Die Ergebnisse der Urgeschichtlichen Kulturkreislehre », Neue Jahrbücher für Wissenschaft und Jugenbildung, 11, p. 71-81.

Merensky, A., 1875, Beiträge sur Kenntniss Sud-Afrikas, geographischen, ethnographischen und historischen Inhalts, Berlin, Wiegandt u. Grieben.

Merker, M., 1904, Die Masai. Ethnographische Monographie eines ostafrikanischen Semitenvolkes, Berlin, Dietrich Reimer (Ernst Vohsen).

Millroth, B., 1965, Lyuba: traditional religion of the Sukuma, Uppsala, Almquist & Wiksells.

Moffat, R., 1842, Missionary labours and scenes in southern Africa, London, John Snow.

Montandon, G.A., 1934, Traité d’ethnologie cyclo-culturelle et d’ergologie systématique : l’ologénèse culturelle, Paris, Payot.

Napolskikh, V., 2012, « The Earth-Diver Myth (A812) in Northern Eurasia and North America. Twenty Years Later », in Frog, A.-L. Siikala, E. Stepanova (dir.), Mythic discourses: studies in Uralic traditions, Helsinki, Finnish Literature Society, p. 120-140.

Nowak, U., 1969, Beiträge zur Typologie des arabischen Volksmärchens, Freiburg, Phil. Diss.

O’Brien, M.J., Lyman, R.L., Collard, M., Holden, C.J., Gray, R.D., Shennan, S.J., 2008, « Transmission, Phylogenetics, and the Evolution of Cultural Diversity », in M.J. O’Brien (dir.), Cultural Transmission and Archaeology: Issues and Case Studies, Washington [DC], Society for American Archaeology, p. 39-58.

Oda, J., [ジュンイチ], 1984, « Structure de narration du fabliau : essai d’un reclassement des pièces par Cluster-Analysis », Mathematical Linguistics, 14 (7), p. 281-303.

Oda, J., [ジュンイチ], 1997, « Description de la structure du conte I : de la bioinformatique à la théorie du texte [en japonais] », in J. Oda (dir.), Genesis of Narrative [en japonais], Tokyo, Institute for the Study of Languages and Cultures of Asia and Africa, Tokyo University of Foreign Studies, p. 67-92.

Oda, J., [ジュンイチ], 2001, « Description of Structure of the Folktale: Using a Bioinformatics Multiple Alignment Program », Senri Ethnological Studies, 55, p. 153-174.

Orpen, J.M., 1919, « A glimpse into the mythology of the Maluti Bushmen », Folklore, 30 (2), p. 139-156.

Pagel, M., 2016, « Anthropology: The Long Lives of Fairy Tales », Current Biology, 26, p. 279-280.

Palmer, H.R., 1926, « Folk-Lore in the Old Testament », Sudan Notes and Records, 9, p. 137-138.

Paulme, D., 1976, « La Mère dévorante, ou le mythe de la calebasse et du bélier en Afrique sub-saharienne », in D. Paulme, La Mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains, Paris, Gallimard, p. 277-313.

Peirce, C.S., 1879, « A Quincuncial Projection of the Sphere », American Journal of Mathematics, 2 (4), p. 394-396.

Perregaux, E., 1906, « Chez les Ashanti », Bulletin de la Société Neuchâtelloise de Géographie, 17, p. 7-312.

Petitot, J., 2001, « A morphodynamical schematization of the canonical formula for myth », in P. Maranda (dir.), The Double Twist. From Ethnography to Morphodynamics, Buffalo, Toronto University Press, p. 267-311.

Prentiss, A.M., Skelton, R.R., Eldredge, N., Quinn, C., 2011, « Get Rad! The Evolution of the Skateboard Deck », Evolution: Education and Research, 4, p. 379-389.

Prentiss, A.M., Walsh, M.J., Skelton, R.R., Mattes, M., 2016, « Mosaic Evolution in Cultural Frameworks: Skateboard Decks and Projectile Points », in L. Mendoza Straffon (dir.), Cultural Phylogenetics. Concepts and Applications in Archaeology, Cham, Springer Verlag, p. 113-130.

Pritchard, J., Stephens, M., Donnelly, P., 2000, « Inference of Population Structure Using Multilocus Genotype Data », Genetics, 155, p. 945-959.

Ranke, F., 1926, « Grundsätzlisches zur Wiedergabe deutscher Volkssagen », Niederdeutsche Zeitschrift für Volkskunde, 4, p. 44-47.

Ratzel, F., 1912, Anthropogeographie. Die geographische Verbreitung des Menschen. Bd. 1. Grundzüge der Anwendung der Erdkunde. Bd. 2. Die geographische Verbreitung des Menschen, Stuttgart, Verlag von J. Engelhorns Nachf.

Reesink, G., Singer, R., Dunn, M., 2009, « Explaining the linguistic diversity of Sahul using population models », PLoS biology, 7 (11), p. e1000241.

Revell, L.J., 2012, « Phytools: An R package for phylogenetic comparative biology (and other things) », Methods in Ecology and Evolution, 3, p. 217-223.

Ringe, D., Warnow, T., Taylor, A., 2002, « Indo-European and computational cladistics », Transactions of the Philological Society, 100 (1), p. 59-129.

Rivero, D.G., 2016, « Darwinian Archaeology and Cultural Phylogenetics », in L. Mendoza Straffon (dir.), Cultural Phylogenetics. Concepts and Applications in Archaeology, Cham, Springer Verlag, p. 43-72.

Rivero, D.G., O’Brien, M.J., 2014, « Phylogenetic Analysis Shows That Neolithic Slate Plaques from the Soutwestern Iberian Peninsula Are Not Genealogical Recording Systems », PLoS One, 9 (2), p. e88296.

Robe, S.L., 1973, Index of Mexican Folktales, including narrative texts from Mexico, Central America, and the Hispanic United States, Berkeley, University of California Press.

Robic, M.-C., 2014, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) », Revue germanique internationale, 20, p. 13-39.

Robinson, L.C., Holton, G., 2012, « Internal Classification of the Alor-Pantar Language Family Using Computational Methods Applied to the Lexicon », Language Dynamics and Change, 2, p. 123-149.

Rooth, A.B., 1957, « The creation myths of the North American Indians », Anthropos, 52 (3/4), p. 497-508.

Rooth, A.B., 1962, The Raven and the Carcass, An Investigation of a Motif in the deluge myth in Europe Asia and North America, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia.

Roper, J., 2003, « Towards a Poetics, Rhetorics and Proxemics of Verbal Charms », Electronic Journal of Folklore, 24, p. 7-49.

Ross, R.M., Greenhill, S.J., Atkinson, Q.D., 2013, « Population structure and cultural geography of a folktale in Europe », Proceedings of the Royal Society B 280, p. 1-9.

Rückert, F., 1857, Lehrbuch der Weltgeschichte in organischer Darstellung, Leipzig, Weigel.

Russell, T., Silva, F., Steele, J., 2014, « Modelling the Spread of Farming in the Bantu-Speaking Regions of Africa: An Archaeology-Based Phylogeography », PLoS One, 9 (1), p. e87854.

Scheub, H., 2000, A dictionary of African mythology: the mythmaker as storyteller, Oxford / New York, Oxford University Press.

Schmidt, S., 1989, Katalog der Khoisan-Volkserzählingen des südlichen Afrikas. 1 - Quellen und Register, Hamburg, Helmut Buske Verlag.

Schumann, O., 1964, « El orígen del mundo : un cuento Maya-Itzá », Tlalocán, 4 (4), p. 351-352.

Seidelub, A., 1896, Geschichten und Lieder der Afrikaner, ausgewählt und verdeutscht von A. Seidel, Berlin, Schall und Grund.

Seljamaa, E.-H., 2008, « Remarks on the historic-geographic method and structuralism in folklore studies: the puzzle of chain letters », Journal of Ethnology and Folkloristics, 1 (2), p. 83-98.

Shennan, S., Collard, M., 2000, « The evolutionary analysis of cultural behavior », Archaeology International, 4, p. 21-23.

Sieber, J., 1925, Die Wute: Lebenshaltung, Kultur und religiöse Weltanschauung eines afrikanischen Volksstammes, Berlin, Dietrich Reimer.

Silva, S.G., Tehrani, J.J., 2016, « Comparative phylogenetic analyses uncover the ancient roots of Indo-European folktales », Royal Society Open Science, 3, p. 150645.

Sokal, R., Michener, C., 1958, « A statistical method for evaluating systematic relationships », University of Kansas Science Bulletin, 38, p. 1409-1438.

Spencer, M., Davidson, E.A., Barbrook, A.C., Howe, C.J., 2004, « Phylogenetics of artificial manuscripts », Journal of Theoretical Biology, 227, p. 503-511.

Stubbersfied, J., Tehrani, J.J., 2012, « Expect the Unexpected? Testing for Minimally Counterintuitive (MCI) Bias in the Transmission of Contemporary Legends: A Computational Phylogenetic Approach », Social Science Computer Review, 30 (1), p. 90-102.

Sydow, C.W.V., 1932, « Om traditionsspridning », Scandia: Tidskrift för historik forskning, 5 (2), p. 322-344.

Sydow, C.W.V., 1934, « Geography and Folk-Tales Ecotypes », Béaloideas, 8, p. 344-356.

Talbot, P.A., 1912, In the Shadow of the Bush, New York / London, George Doran Company / William Heinemann.

Talbot, P.A., 1926, The Peoples of Southern Nigeria: A Sketch of Their History, Ethnology and Languages, with an Abstract of the 1921, vol. 3, Ethnology, London, Oxford University Press, H. Milford.

Tauxier, L., 1917, Le Noir du Yatenga : Mossis, Nioniossés, Samos, Yarsés, Silmi-Mossis, Peuls, Paris, Larose.

Tehrani, J.J., 2013, « The Phylogeny of Little Red Riding Hood », PloS one, 8 (11), p. e78871.

Tehrani, J.J., Collard, M., 2002, « Investigating cultural evolution through biological phylogenetic analyses of Turkmen textiles », Journal of Anthropological Archaeology, 21, p. 443-463.

Tehrani, J.J., Collard, M., Shennan, S.J., 2010, « The cophylogeny of populations and cultures: reconstructing the evolution of Iranian tribal craft traditions using trees and jungles », Philosophical Transactions of the Royal Society, 365 (1559), p. 3865-3874.

Tëmkin, I., 2004, « The Evolution of the Baltic Psaltery: A Case for Phyloorganology », The Galpin Society Journal, 57, p. 219-230.

Tëmkin, I., Eldredge, N., 2007, « Phylogenetics and material cultural evolution », Current Anthropology, 48 (1), p. 146-154.

Tessmann, G., 1923, Die Bubi auf Fernando Poo Völkerkundliche Einzelbeschreibung eines westafrikanischen Negerstammes, Hagen i.W., Folkwang-Verlag.

Theal, G.M., 1886, Kaffir Folk-Lore: A Selection from the Traditional Tales current among the People living on the Eastern Border of the Cape Colony, with copious explanatory Notes, London, Swan Sonnenschein, Le Bas & Lowrey.

Thomas, L.-V., Luneau, R., 1992, La Terre africaine et ses religions, Paris, L’Harmattan.

Thomas, N.W., 1913, Anthropological report on the Ibo-speaking peoples of Nigeria, Part III, Proverbs, Narratives, Vocabularies and Grammar, London, Harrison and sons.

Thompson, S., 1953, « The star-husband tale », Studia Septentrionalia, 4, p. 93-163.

Thompson, S., 1958, Motif-index of folk-literature; a classification of narrative elements in folktales, ballads, myths, fables, mediaeval romances, exempla, fabliaux, jest-books, and local legends (Revised and enlarged), Bloomington, Indiana University Press.

Thompson, S., Balys, J., 1958, The Oral Tales of India, Bloomington, Indiana University Press.

Thuillard, M., Le Quellec, J.-L., d’Huy, J., Berezkin, Y.E., 2018, « A Large-Scale Study of World Myths », Trames, 22 (4), p. 407-424.

Tououi Bi, I.E., 2014, Les Entrailles de la Terre. Contes gouro du centre-ouest de la Côte d’Ivoire, Paris, L’Harmattan.

Tripp, A., 2016, « A Cladistics Analysis Exploring Regional Patterning of the Anthropomorphic Figurines from the Gravettian », in L.M. Sraffon (dir.), Cultural Phylogenetics. Interdisciplinary Evolution Research, vol. 4., Springer, Cham, p. 179-202.

Uther, H.-J., 2004, The types of international folktales: a classification and bibliography, based on the system of Antti Aarne and Stith Thompson, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, Academia Scientiarum Fennica.

Van Gennep, A., 1924, Le Folklore. Croyances et coutumes populaires françaises, Paris, Librairie Stock.

Walker, R.S., Wichmann, S., Mailund, T., Atkisson, C.J., 2012, « Cultural Phylogenetics of the Tupi Language Family in Lowland South America », PLOSone, 7 (4), p. e35025.

Weeks, J.H., 1914, Among the primitive Bakongo: a record of thirty years close intercourse with the Bakongo and other tribes of equatorial Africa, with a description of their habits, customs & religious beliefs, London, Seeley, Service & Co.

Werner, A., 1906, The Natives of British-Central-Africa, London, Archibald Constable and Company, Ltd.

Werner, A., 1933, Myths and Legends of the Bantu, London, G.G. Harrap and Co.

Wichmann, S., Holman, E.H., Rama, T., Walker, R.S., 2011, « Correlates of Reticulation in Linguistic Phylogenies », Language Dynamics and Change, 1, p. 205-240.

Wilson, J.L., 1856, Western Africa: its History, Condition and Prospects, London, Sampson Low, Son, & Co.

Wolf-Knuts, U., 2000, « On the history of comparison in folklore studies », L. Honko (dir.), Thick Corpus, Organic Variation and Textuality in Oral Tradition, Helsinki, Studia Fennica Folkloristica, 7, p. 255-283.

Wolf, P.F., 1909, « Grammatik der Kposo-Sprache (Nord-Togo, West-Afrika). (Schluß) », Anthropos, 4 (3), p. 630-659.

Wright, M.J., 1960, « Lango folk-tales – an analysis », The Uganda Journal, 24 (1), p. 99-113.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 D. Paulme, 1976, p. 277.

2 D. Paulme, 1976, p. 277.

3 Z. Ligers, 1969.

4 A.G.M. Lima, 1972.

5 J.G. Frazer, 1919, p. 333.

6 M. Merker, 1904, p. 266-267.

7 H. Beiderbecke, 1880, p. 95.

8 P.A. Talbot, 1926, p. 961-963.

9 J.H. Weeks, 1914, p. 286.

10 E. Dayrell, 1910, p. 64-65.

11 P.A. Talbot, 1912, p. 368-369.

12 H.R. Palmer, 1926.

13 A.B. Ellis, 1894, p. 64.

14 L. Frobenius, 1983, p. 72-74, 95, 130.

15 H. Baumann, 1936, p. 312, 313.

16 C.W. Hobley, 1903, p. 349-350, 359.

17 E. Perregaux, 1906, p. 197-200 ; E. Kähler-Meyer, 1971.

18 A. Hamberger, 1909, p. 304.

19 J. Halkin, E. Viaene, 1910, p. 368.

20 R.E. Dennett, 1898, p. 122-123 ; J.H. Weeks, 1914, p. 286.

21 J. Sieber, 1925, p. 90-93.

22 G. Tessmann, 1923, p. 218-219.

23 M. Delafosse, 1900, p. 158-159.

24 L. Tauxier, 1917, p. 498-499.

25 J. Czekanowski, 1917, p. 302.

26 J. Chambliss, 1875, p. 158.

27 A. Werner, 1906, p. 75-76.

28 A.M. Gochet, 1890, p. 104.

29 H. Scheub, 2000, p. 51, 178, 210, 241.

30 A. Merensky, 1875, p. 124.

31 R. Moffat, 1842, p. 125-127.

32 B. Lembezat, 1950, p. 56.

33 E. Kähler-Meyer, 1971.

34 J.L. Wilson, 1856, p. 229-230.

35 J.M. Orpen, 1919, p. 145-146.

36 K.W. Clarke, 1958 ; E.O. Arewa, 1980 ; M.A. Klipple, 1992.

37 S. Schmidt, 1989.

38 F. Johnson, 1931, p. 194.

39 К. Igorevitch, 1990, p. 218-223.

40 G.G. Anpetkova-Sharova, 1966, p. 13-16.

41 I.E. Tououi Bi, 2014, p. 97-100.

42 L. Kohl-Larsen, 1937, p. 44-47, 53-54.

43 C.K. Meek, 1931, p. 90-96.

44 P.F. Wolf, 1909, p. 654-657.

45 B. Millroth, 1965, p. 192-193.

46 A. Seidel, 1896, p. 173-174 ; A. Werner, 1933, p. 174 ; M.J. Wright, 1960, p. 297.

47 G.M. Theal, 1886, p. 147.

48 A. Werner, 1933, p. 180-182.

49 L. Kohl-Larsen, 1963, p. 65-68.

50 P. Bouche, 1885, p. 131-132.

51 L. Kohl-Larsen, 1963, p. 16-29.

52 M.-P. Ferry, 1983, p. 226-234.

53 Je remercie vivement Suzanne Ruelland d’avoir bien voulu me transmettre ce texte, dont elle a revu la traduction avec Djongyang Ouankreo Albert, en décembre 2001.

54 A. Dundes, 1962.

55 S. Thompson, 1958.

56 H.-J. Uther, 2004.

57 J.-L. Le Quellec, B. Sergent, 2017.

58 Y.E. Berezkin, 2006, 2015 ; M. Thuillard et al., 2018.

59 J. d’Huy et al., 2017.

60 J.-L. Amselle, E. M’Bokolo, 2005.

61 C.J. Howe, H.F. Windram, 2011 ; J.-L. Le Quellec, 2017a.

62 A. Aarne, 1910 ; S. Thompson, 1958.

63 C. Lévi-Strauss, 1955.

64 J.L. Fischer, 1959.

65 B.N. Colby, G.A. Collier, S.K. Postal, 1963.

66 J. Oda, 1984.

67 T.S. Abler, 1987.

68 J. Petitot, 2001.

69 P. Maranda, 1971, 2001.

70 A. van Gennep, 1924 ; F. Ranke, 1926 ; V. Hafstein, 2001.

71 E.A. Armstrong, 1959, p. 519-520.

72 J. Oda, 1997, J. Oda, 2001.

73 J. d’Huy, 2012b, 2013a.

74 J. Stubbersfield, J.J. Tehrani, 2012.

75 J. d’Huy, 2013b, 2013c, 2013d ; J.-L. Le Quellec, 2013a ; R.M. Ross, S.J. Greenhill, Q.D. Atkinson, 2013 ; J.J. Tehrani, 2013 ; J.-L. Le Quellec, 2015a, 2015b ; J. d’Huy, 2016.

76 J. d’Huy, 2013e, p. 3 ; 2018, p. 24.

77 J. Bouveresse, 1999.

78 C. Darwin, 1859, p. 116-117.

79 A.L. Kroeber, 1948, p. 260 et fig. 18.

80 M. Collard, S. Shennan, 2000.

81 M. Collard, S. Shennan, J.J. Tehrani, 2006 ; S.J. Greenhill, T.E. Currie, R.D. Gray, 2009 ; T.E. Currie, S.J. Greenhill, R. Mace, 2010.

82 M.J. O’Brien et al., 2008, p. 48.

83 R.W. Boyd, R. Richerson, 1988 ; R.D. Gray, S.J. Greenhill, R.M. Ross, 2007 ; M. Collard et al., 2008 ; M.J. O’Brien et al., 2008 ; P. Deleporte, G. Lecointre, 2005 ; M. Fisler, C. Crémière, G. Lecointre, 2014 ; L. Mendoza Straffon, 2016 ; C.J. Holden, S. Shennan, 2016 ; D.G. Rivero, 2016.

84 R. Foley, 1987 ; J.W. Eerkens, R.L. Bettinger, R. McElreath, 2006 ; B. Buchanan, M. Collard, 2007 ; B. Buchanan, M. Collard, 2008 ; S.J. Lycett, 2010.

85 A. Tripp, 2016.

86 D.G. Rivero, M.J. O’Brien, 2014.

87 M. Collard, S. Shennan, 2000 ; S. Shennan, M. Collard, 2000 ; M.J. Harmon et al., 2006 ; E.E. Cochrane, C.P. Lipo, 2010.

88 J.J. Tehrani, M. Collard, 2002 ; J.J. Tehrani, M. Collard, S.J. Shennan, 2010 ; L.J. Matthews et al., 2011 ; C.D. Buckley, 2012.

89 R.L. Lymann, M.J. O’Brien, 2000.

90 A.C. Barbrook et al., 1998 ; A.R. Lee, 1989 ; M. Spencer et al., 2004 ; C.J. Howe, H.F. Windram, 2011.

91 B. Marwick, 2012.

92 I. Tëmkin, 2004.

93 R. Mace, C.J. Holden, 2005 ; M. Borgerhoff Mulder, C.L. Nunn, M.C. Towner, 2006.

94 T. Russell, F. Silva, J. Steele, 2014.

95 T.S. Abler, 1987 ; J. Oda, 2001 ; J. d’Huy, 2012a, 2012b ; 2013b, 2013e.

96 J. Stubbersfield, J.J. Tehrani, 2012.

97 C.H. Bennett, M. Li, B. Ma, 2003.

98 J.J. Tehrani, 2013 ; S.G. Silva, J.J. Tehrani, 2016 ; M. Pagel, 2016.

99 R.D. Gray, F. Jordan, 2000 ; D. Ringe, T. Warnow, A. Taylor, 2002 ; M. Ben Hamed, P. Darlu, 2003 ; M. Ben Hamed, 2005 ; M. Ben Hamed, P. Darlu, N. Vallée, 2005 ; M. Dunn et al., 2005 ; A. McMahon, R. McMahon, 2005 ; M. Ben Hamed, P. Darlu, 2007 ; R.D. Gray, A.J. Drummond, S.J. Greenhill, 2009 ; A. Kitchen et al., 2009 ; R.D. Gray, D. Bryant, S.J. Greenhill, 2010 ; S. Lee, T. Hasegawa, 2011 ; D. Dediu, 2011 ; L.C. Robinson, G. Holton, 2012 ; R.S. Walker et al., 2012 ; J.-M. List, 2013 ; J.-M. List et al., 2014 ; M. Ben Hamed, 2015.

100 R.D. Gray, Q.J. Atkinson, 2003.

101 I. Tëmkin, N. Eldredge, 2007 ; A.M. Prentiss et al., 2011 ; B. Marwick, 2012 ; A.M. Prentiss et al., 2016.

102 K.L. Krohn, 1891, 1910, 1926.

103 F. Rückert, 1857.

104 F. Ratzel, 1912 ; M.-C. Robic, 2014.

105 F. Graebner, 1905, 1911, 1924.

106 L. Frobenius, 1921.

107 O. Menghin, 1931, 1934, 1935.

108 H. Baumann, 1940.

109 G.A. Montandon, 1934, p. 36.

110 H. Baumann, D. Westermann, 1948, p. 56.

111 C. Goldberg, 1984.

112 E. Frog, 2013.

113 E.-H. Seljamaa, 2008.

114 Par exemple : A.B. Rooth, 1957, 1962 ; A.V. Korotayev et al., 2006 ; V. Napolskikh, 2012; Y.E. Berezkin, 2013, 2015; J. d’Huy, 2018.

115 U. Wolf-Knuts, 2000.

116 D.H. Huson, 1998 ; A.W.M. Dress, D.H. Huson, 2004 ; D.H. Huson, D. Bryant, 2006.

117 S. Wichmann et al., 2011.

118 J. Pritchard, M. Stephens, P. Donnelly, 2000 ; D. Falush, M. Stephens, J.K. Pritchard, 2003 ; M.J. Hubisz et al., 2009. Réglages utilisés : 84 individus, 158 caractères, maximum de 15 populations supposées, période de rodage (« Burn-in period ») : 10 000, et 100 000 réplications. Chaque calcul a été refait dix fois.

119 G. Reesink, R. Singer, M. Dunn, 2009.

120 J. d’Huy, 2015.

121 G. Evanno, S. Regnaut, J. Goudet, 2005.

122 Ibid.

123 A.V. Bell, P.J. Richerson, R. McElreath, 2009, p. 17672.

124 L.J. Revell, 2012.

125 R. Sokal, C. Michener, 1958.

126 J’adapte ici la typologie de Stith Thompson (S. Thompson, 1953).

127 R. Desper, O. Gascuel, 2002 ; V. Lefort, R. Desper, G. Olivier, 2015.

128 T.H. Jukes, C.R. Cantor, 1969.

129 D.M. Hillis, J.J. Bull, 1993.

130 Terme utilisé ici pour désigner la version reconstituable la plus ancienne. Il s’agit d’une reconstitution probabiliste, et pas du tout d’un Urtypus ou d’un archétype jungien, ce dernier concept ne correspondant à aucune réalité anthropologique vérifiable (J.-L. Le Quellec, 2013b).

131 S. Thompson, 1953.

132 C. Lévi-Strauss, 1968, p. 187.

133 Construit avec la méthode SPR (Subtree-Pruning-Regrafting, « élagage et regreffage des branches »). L’indice de rétention est de 0,44.

134 E. Frog, 2013.

135 J.-L. Le Quellec, 2017b.

136 C.W.V. Sydow, 1932, 1934.

137 J. Roper, 2003, p. 44, n. 56.

138 L. Honko, 1986, p. 116.

139 H. Jason, 1970 ; T. Cochrane, 1987.

140 G. Hasan-Rokem, 2002.

141 D. Hopkin, 2010.

142 A. Aarne, S. Thompson, 1928.

143 H.-J. Uther, 2004.

144 Voir les références bibliographiques dans J.-L. Le Quellec, B. Sergent, 2017, p. 1261-1262.

145 C.S. Peirce, 1879.

146 J.-M. Carrière, 1937, p. 117 ; C. Lindahl, M. Owens, C.R. Harvison, 1997, p. 124-126.

147 J.J. Tehrani, 2013, p. 6.

148 N.W. Thomas, 1913, p. 84.

149 O. Schumann, 1964.

150 L.-V. Thomas, R. Luneau, 1992, p. 190.

151 D. Liberski-Bagnoud, 2002, p. 132.

152 D. Paulme, 1976, p. 280-281.

153 G. Lindblom, 1935, p. 125-128.

154 Y.E. Berezkin, 2013, p. 160.

155 V. Elwin, 1954, p. 292 ; S. Thompson, J. Balys, 1958, p. 272.

156 H.-J. Uther, 2004, p. 267-268.

157 R. Basset, 1897, p. 101.

158 H.M. El-Shamy, 2004, p. 228.

159 T.L. Hansen, 1957, p. 57-58 ; S.L. Robe, 1973 ; G. Delarue, M.-L. Tenèze, 1977, p. 139 ; H.L. Flowers, 1980.

160 C. Lecouteux, 1982, p. 109-158.

161 G. Delarue, M.-L. Tenèze, 1977, p. 140.

162 U. Marzolph, 1984, n° 451.

163 U. Nowak, 1969, n° 139.

164 R. Basset, 1897, p. 101.

165 M. Kossmann, 2000, p. 110-115.

166 H.M. El-Shamy, 2004, p. 224-228.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Réseau planaire à 1 311 nœuds basé sur le corpus des 84 mythes africains du Dévoreur comportant au moins 14 motifs, et construit avec l’algorithme NeighborNet et la méthode de Jaccard
Légende Ce type de réseau construit par méthode agglomérante se base sur le degré de similarité entre les différents taxa. La longueur des branches est proportionnelle au nombre de traits permettant de les établir. La réticulation, indiquant la présence de signaux conflictuels, permet de visualiser la part prise par l’homoplasie (emprunts, influences, convergences, réversions…). Ici, l’arbre non enraciné obtenu par cette méthode présente un fort taux d’emprunt, ce qui n’empêche pas la détection d’un message phylogénétique, et l’on note une forte tendance au regroupement des versions provenant d’Afrique de l’Ouest. Les couleurs correspondent aux grandes régions. AfrO : Afrique de l’Ouest, AfrC : Afrique centrale, AfrE : Afrique de l’Est, AfrGL : Région des Grands Lacs, AfrS : Afrique australe. Les groupes linguistiques sont AFR : afrasien, NC : niger-congo, NS : nilo-saharien, KHS : khoisan.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 2 : Probabilité de classement en K ensembles pour le corpus des mythes africains du Dévoreur
Légende La position de la ligne rouge indique que celui-ci se divise idéalement en deux groupes.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3 : Noyaux de plus haute densité des deux groupes de mythes africains du Dévoreur identifiés par le logiciel Structure
Légende Selon les résultats présentés dans l’annexe III.A : groupe 1 (points jaunes), B : groupe 2 (points rouges).
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Carte réalisée avec Cartographica©1.4.9.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 4 : Projection, sur la carte du continent, de l’arbre UPGMA à enracinement médian du mythe africain du Dévoreur à au moins 20 motifs
Légende La concordance est généralement excellente, et ne peut s’expliquer par le hasard ou d’hypothétiques convergences, qui produiraient une répartition aléatoire.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec la fonction phylo.to.map du paquet phytools pour R.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 5 : Projection, sur la carte de l’Afrique, de l’arbre UPGMA à enracinement médian construit avec les « rédactions à calebasse »
Légende La concordance avec les provenances est généralement très bonne.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec la fonction phylo.to.map du paquet phytools pour R.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 6 : Arbre d’évolution minimale des « rédactions à calebasse »
Légende Phénogramme construit grâce à fastBM qui simule l’évolution sur la phylogénie sans modifier l’arbre. Les versions ouest-africaines se regroupent sur une branche terminale.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 7 : Cladogramme des « rédactions à calebasse »
Légende Réalisé par la méthode du maximum de vraisemblance avec le modèle d’évolution de Jukes et Cantor, en utilisant la fonction bootstrap.pml du paquet phangorn de R, et en pratiquant un enracinement médian. Les valeurs de bootstrapping ont été obtenues avec 5 000 itérations, et celles inférieures à 70 % ont été omises. Les provenances ouest-africaines sont encadrées en rouge.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 8 : Exemple de calcul (avec Mesquite 3.6) des probabilités de présence, à chaque nœud de l’arbre de consensus des « rédactions à calebasse » (enraciné sur le groupe externe américain), du motif « le monstre est tué par un humain »
Légende Il apparaît dès la base de l’arbre, avec une probabilité de présence atteignant 99,9 %. En rouge, les versions provenant d’Afrique de l’Ouest.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 9 : Même calcul pour le motif « le monstre est tué par un animal »
Légende Comparaison avec la figure précédente : telle que la phylogénie est reconstituée, ce caractère compte au nombre de ceux qui apparaissent secondairement, et uniquement en Afrique de l’Ouest (en rouge).
Crédits Jean-Loïc Le Quellec
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 10 : Distribution des versions africaines du Dévoreur
Légende A : carte où les attestations sont indiquées par des points. En jaune : provenances connues de Denise Paulme ; en bleu : versions du nouvel inventaire utilisé dans cette étude. B : NHD des versions connues de Denise Paulme. C : NHD des versions actuellement connues.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica©1.4.8.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 11 : Noyaux de densité de trois motifs
Légende A : versions dans lesquelles la survivante ayant échappé au Dévoreur accouche de jumeaux. B : variantes ethnogoniques dans lesquelles les différents peuples sortent du monstre à sa mort. C : le monstre dévoreur est un être unijambiste. Ces trois cartes peuvent être utilement comparées à la précédente : elles diffèrent tellement de celle du mythe du Dévoreur en général (fig. 11-C) qu’elles ne peuvent être que significatives.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica©1.4.8.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 12 : De gauche à droite, NHD des versions dans lesquelles A : le monstre est un anthropomorphe vaincu par un autre anthropomorphe ; B : c’est objet vaincu par un anthropomorphe ; C : c’est un zoomorphe tué par un autre zoomorphe ; D : c’est un objet vaincu par un zoomorphe (cas de la calebasse tuée par le bélier).
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica©1.4.8.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 13 . Répartition générale des contes-types du Dévoreur ATU 123, 333, 2027 et 2028 dans le monde
Légende Les carrés orange indiquent la localisation du mythe de la tête roulante et dévorante (d’après les données de H.-J. Uther, 2004, complétées). La projection utilisée est celle de Pierce145.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 14 : Détail de la répartition générale des contes-types ATU 123 (Le Loup et les chevreaux) et ATU 333 (Le Petit Chaperon rouge) dans le monde
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 15 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un zoomorphe tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 16 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un anthropomorphe tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 17 : Répartition générale des cas où le Dévoreur est un objet (calebasse ou autre) tué par un anthropomorphe (points rouges) ou par un zoomorphe (carrés orange)
Légende Le premier cas s’atteste surtout dans l’est du continent, tandis que le second n’est connu qu’en Afrique de l’Ouest.
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 18 : Répartition générale des récits de Dévoreur dans lesquelles où il faut couper un doigt du monstre à sa mort, ce qui permet aux dévorés d’en sortir vivants
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 19 : Répartition générale du conte type ATU 451
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 20 : Répartition générale des cas où il y a deux générations de Dévoreurs
Crédits Jean-Loïc Le Quellec. Réalisé avec Cartographica© 1.4.9 et Geocart© 3.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2288/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « Calebasses anthropophages et dévoreurs africains », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 23 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/afriques/2288

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

Directeur de recherche émérite au CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals