Navigation – Plan du site

AccueilThématiques11L’eau à Siğilmāsa (Maroc) : témoi...

L’eau à Siğilmāsa (Maroc) : témoins écrits et matériels pour une hydro-histoire du Tāfīlālt (VIIIe-XVe siècles)

Water at Sijilmāsa (Morocco): Written and material witnesses for a hydro-history of Tāfīlālt (8th-15th centuries)
Thomas Soubira

Résumés

Toute société humaine est marquée par l’omniprésence quotidienne de l’eau, que ce soit pour la consommation humaine et animale, les tâches domestiques, l’agriculture, l’industrie ou encore la religion, dont la gestion implique nécessairement de fortes interactions sociales. Les sources écrites attestent notamment que, dans le paysage urbain, les grands travaux hydrauliques participent, pour asseoir leur légitimité et attirer les bonnes grâces des habitants, à la stratégie des pouvoirs politiques, qui jouissent bien souvent de la primeur de ces aménagements. Même lorsque le choix d’implantation d’une ville dépend d’une position stratégique, l’accès à l’eau, en tant que ressource naturelle élémentaire à la vie, demeure essentiel et représente même, dans certains milieux défavorables comme les zones oasiennes, un défi quotidien. Située dans les marges présahariennes du Maroc actuel, l’ancienne cité de Siğilmāsa était considérée comme une plaque tournante du commerce transsaharien entre le viiie et le xve siècle, et une ville entourée par les eaux dans sa représentation symbolique médiévale. Par le biais d’une analyse croisée des sources écrites et des données archéologiques récentes, il s’agira de déceler quelconques manifestations des pouvoirs notamment, dans les investissements matériels alloués aux structures hydrauliques urbaines, pour poser les jalons d’une hydro-histoire de l’oasis du Tāfīlālt.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir par exemple A. Bazzana et al., 2009.
  • 2 Voir par exemple P. Berthier, 1966 ; T. Madani, 2003.
  • 3 Voir par exemple M. Solignac, 1953.
  • 4 C. Mazzoli-Guintard, 2014, p. 152.
  • 5 T. Madani, 2003.

1Dès la décennie 1980, les travaux pluridisciplinaires sur les structures hydrauliques en milieu urbain et rural du monde musulman médiéval occidental ont véritablement commencé à irriguer le débat scientifique1 même si, dès le milieu du xxe siècle, certains chercheurs s’étaient déjà penchés sur ces questions dans le cadre d’études locales2 ou régionales3. Les manifestations de l’eau dans les villes médiévales du Maghreb et de la péninsule Ibérique restent essentiellement perceptibles à travers des études monumentales en contexte religieux (mosquées, madrasa) ou palatial (bains, jardins d’agrément) portant sur d’anciennes capitales impériales et sièges de pouvoirs régionaux, mais aussi sur l’analyse des sources écrites. Avec l’exemple andalou de Cordoue, Christine Mazzoli-Guintard souligne la logique des interventions des pouvoirs politiques successifs dans la mise en place de travaux hydrauliques, tout d’abord à leur profit afin d’assurer l’approvisionnement de leurs lieux de résidence, puis dans un second temps au service du peuple par l’installation de fontaines publiques et le ravitaillement en eau des bâtiments cultuels4. À côté de cela, les initiatives populaires sont grandement privilégiées lorsqu’il est question de l’approvisionnement en eau à des fins individuelles et collectives (puits, bassins, citernes). Malgré tout, Tariq Madani montre qu’à Fès, le pouvoir étatique almohade puis mérinide accorde une certaine méfiance à l’égard de ce genre d’entreprise locale, dans le sens où « les réalisations hydrauliques étaient, quelquefois, des signes urbains utilisés pour exprimer ou reproduire le poids de tel ou tel pouvoir5 ». En d’autres termes, les sources écrites, qu’elles soient d’ordre historiques ou juridiques, indiquent que les investissements hydrauliques font partie intégrante de l’apparat des pouvoirs islamiques, principalement en contexte urbain.

  • 6 C. Mazzoli-Guintard, 2014, p. 147.
  • 7 Voir J. Navarro Palazón, P. Jiménez Castillo, 2010.
  • 8 Voir par exemple B. Vázquez Navajas, 2016.
  • 9 Cette thèse, réalisée sous la direction de François-Xavier Fauvelle au sein du laboratoire TRACES ( (...)
  • 10 Nous tenons à remercier chaleureusement les co-directeurs Elarbi Erbati et François-Xavier Fauvelle (...)

2Grâce à l’archéologie de terrain, nous disposons à l’heure actuelle d’une connaissance relativement étoffée des modalités de captage, d’adduction, de stockage et d’utilisation connexes des eaux « propres », ainsi que de gestion des eaux usées dans les centres urbains du Maghreb et de la péninsule Ibérique à l’époque médiévale, résultant néanmoins d’une archéologie à « deux vitesses ». En effet, la recherche sur les aménagements urbains en al-Andalus, pourtant longtemps délaissée au profit de travaux en contexte rural et agraire6, s’appuie sur l’action des services municipaux d’archéologie préventive présents dans la plupart des principales villes médiévales comme Murcie7 ou Cordoue8. Au contraire, la recherche dans les villes du Maghreb est davantage axée sur la pérennité des réseaux et des installations par l’analyse architecturale des vestiges encore ancrés dans le tissu urbain, malgré quelques rares exemples de fouilles de sauvetage. L’archéologie programmée couvre, quant à elle, un champ plus large mais essentiellement cantonné à la périphérie des gros centres urbains, aux vallées des principaux fleuves ou encore aux plaines côtières. À ce jour, nous ne pouvons que constater un manque cruel de connaissances des villes sises en milieu désertique et oasien, où la survie des populations dépend essentiellement de la quête perpétuelle de l’eau, nécessitant donc un effort hydraulique particulier et plus important. C’est en cela que cet article, qui s’appuie sur une recherche doctorale9 menée sur le site marocain de Siğilmāsa (figure 1) dans le cadre d’une reprise des opérations archéologiques en 2012 par une mission maroco-française10 co-dirigée par Elarbi Erbati et François-Xavier Fauvelle, tend à pallier cette documentation lacunaire.

Figure 1 : Carte de localisation du site de Siğilmāsa

Figure 1 : Carte de localisation du site de Siğilmāsa

Crédit : Romain Mensan.

  • 11 D. Lightfoot, J. Miller, 1996, p. 95.

3Fondée d’après l’historien andalou al-Bakrī au milieu du viiie siècle de n. è. par la tribu berbère des Banū Midrār, qui en fait un émirat kharidjite indépendant en marge du royaume idrisside, Siğilmāsa devient rapidement un site majeur du commerce transsaharien médiéval. Suite à de brèves incursions fatimides durant le xe siècle et une période de domination de la fraction berbère zénète des Maġrāwa, la conquête almoravide au milieu du xie siècle accélère indubitablement le développement de Siğilmāsa grâce notamment au commerce transsaharien de l’or et à son rôle de principal atelier monétaire du Maghreb. Par la suite, la ville passe tour à tour aux mains des dynasties berbères almohades et mérinides qui en font un point d’appui économique pour la conquête du Maroc et un refuge en temps de crise. Lors de son passage au Tāfīlālt au début du xvie siècle, Léon l’Africain constate une ville ruinée, peut-être détruite à la fin du xive siècle11. Postérieurement, les témoignages archéologiques corrélés aux sources textuelles font état d’une réoccupation partielle de la zone par plusieurs institutions telles que des mosquées et des écoles coraniques. Aux xvie et xviie siècles, Siğilmāsa devient le foyer de développement de lignées chérifiennes dont est issu le fondateur de la dynastie alaouite régnant actuellement au Maroc. Dans la première moitié du xixe siècle, plus précisément autour de l’année 1818, la confédération berbère des Ayt ʿAṭṭa, venue des massifs montagneux à l’ouest du Tāfīlālt, détruit les bâtiments bâtis sur l’emplacement de l’ancienne cité, plus communément appelés ḳaṣba de Siğilmāsa.

  • 12 L. Berriau, 1904 ; L. Mercier, 1905 ; L. Gaulis, 1928 ; L. Clariond, 1937.

4Cette problématique de l’eau est importante pour deux raisons essentielles. La première correspond à la représentation même de cette ville telle qu’elle a pu nous être rapportée par les auteurs médiévaux. Dès le xie siècle, l’andalou al-Bakrī dépeint l’image d’une ville bordée par les eaux, reprise trois siècles plus tard dans le célèbre Atlas Catalan où l’on voit un cours d’eau unique se partageant en deux branches entourant Siğilmāsa. De plus, les sources médiévales font état d’une agriculture florissante basée sur l’irrigation par les crues de la rivière, à la différence des journaux de la première moitié du xxe siècle qui dressent un tableau déplorable des ressources hydriques de l’oasis et des conditions agraires12.

  • 13 Voir à ce sujet les recommandations de l’auteur d’un récit de voyage de la seconde moitié du xviie  (...)

5La seconde raison découle directement de sa situation géographique et de son rôle dans le grand commerce transsaharien. Du fait de conditions environnementales extrêmes et ingrates ainsi que de son éloignement vis-à-vis des grands centres urbains et de pouvoir, la nécessité de fixer puis de développer un noyau de peuplement dans le Tāfīlālt, au-delà de toutes considérations économiques, était d’assurer aux habitants un accès à l’eau et des ressources alimentaires suffisantes pour subvenir aux besoins quotidiens, ce qui a dû entraîner très tôt la mise en place d’importants travaux hydrauliques. En effet, même si les itinéraires empruntés par les marchands à travers le Sahara étaient jalonnés de points d’eau, l’importance pour les caravaniers de se ravitailler en eau de boisson devait sembler vitale avant d’entreprendre la longue traversée jusqu’au « pays des Noirs » (Bilād al-Sūdān). De la même façon, dans le cheminement inverse, Siğilmāsa apparaissait sans doute comme une délivrance au bout du voyage, les premières traces d’une urbanité quittée depuis plusieurs semaines13. Il était question d’assurer le ravitaillement en eau mais aussi de proposer aux marchands une halte confortable le temps des transactions commerciales et avant de reprendre la route, matérialisée par toute une série d’infrastructures comme des marchés ou des lieux de culte, disposant de leurs propres installations hydrauliques.

  • 14 Voir Joseph Reinaud dans sa traduction de la Géographie d’Abū’l-Fidā’ : « Sedjelmassé a joué jadis (...)
  • 15 Elisabeth Jean Hyacinthe Dominique Dastugue est né le 8 juillet 1827 à Maubourguet (Hautes-Pyrénées (...)
  • 16 H. Dastugue, 1867, p. 338.
  • 17 Ibid., p. 368-372.
  • 18 E. Erbati et al., 2016, p. 240.

6Bien avant les premières interventions archéologiques des années 1970, l’oasis du Tāfīlālt et le site de Siğilmāsa ont suscité l’intérêt de plusieurs orientalistes français. Jusqu’au milieu du xixe siècle, la localisation de l’ancienne cité caravanière demeure imprécise14. Il faut attendre la publication en 1867 d’un mémoire du lieutenant-colonel de l’armée française Hyacinthe Dastugue15 pour identifier définitivement la ville16. De plus, en s’appuyant sur un entretien avec le petit-fils du sultan Mawlāy Slīmān, il témoigne de la réoccupation partielle17 de Siğilmāsa ou Medinet-el-Aamera, jusqu’à sa destruction totale par la tribu des Ayt ʿAṭṭa dans les années 1818-181918. Son mémoire publié dans le Bulletin de la Société de Géographie s’accompagne surtout de la première cartographie extrêmement complète du « Tafilala proprement dit », dressée en 1859-1861, figurant notamment la complexité du réseau hydrographique, le découpage administratif ou encore les lieux remarquables, correspondant à la concentration de palmeraie sur une bande d’une vingtaine de kilomètres de long pour autant de large de la ville d’Erfoud jusqu’au sud de Rissani (figure 2).

Figure 2 : Carte du « Tafilala proprement dit »

Figure 2 : Carte du « Tafilala proprement dit »

À gauche : document original, d’après H. Dastugue, 1867 ; à droite : vectorisation reprenant les principales informations (DAO : Thomas Soubira).

Crédit : Thomas Soubira.

  • 19 Dans son article, Terrasse signale également des restes mérinides dans le ḳṣar de Rissani, inscrits (...)
  • 20 H. Terrasse, 1936, p. 582.
  • 21 V. Monteil, 1968, p. 82-84. Ce dernier fut également impressionné par la grande crue cumulée du Wād (...)
  • 22 « On les appelle, sur place, lemdîna l’âmra, (La ville peuplée), par antiphrase euphémistique, pour (...)
  • 23 Elle publia notamment une étude architecturale du ḳṣar d’Abbar situé dans la zone urbaine de Rissan (...)
  • 24 D. Jacques-Meunié, 1962.

7En 1936, Henri Terrasse publia une note sur les ruines de Siğilmāsa19, en particulier la zone appelée Médinat el Hamra, apparaissant nettement sur les photographies aériennes comme « un espace vide de cultures qui fait comme une plaie, ou une énorme cicatrice, au cœur de l’oasis20 », c’est-à-dire ce que l’on considère de nos jours comme la zone archéologique. Dans sa traduction du manuscrit d’al-Bakrī, Vincent Monteil renseigna différentes observations du Tāfīlālt à la suite de son séjour d’août à octobre 194021. Il s’accorda avec Terrasse pour dire que les ruines visibles ne constituent qu’une faible partie de l’ancienne cité22. De même, l’ethnologue Djinn Jacques-Meunié spécialiste du Maroc saharien, qui s’intéressa aux décors et à l’architecture du Tāfīlālt23, déclara que Siğilmāsa n’est plus qu’un amas de ruines d’une ville anciennement ravagée par les crues du Wādī Zīz24.

  • 25 « L’hydro-histoire se fonde sur une tradition ancienne d’histoire des techniques hydrauliques, cons (...)

8L’ouverture de nouveaux secteurs de fouilles depuis 2012 a révélé d’importants vestiges de nature hydraulique, témoignant de l’investissement manifeste pour la gestion d’une eau, dont nous proposons un premier état des lieux archéologique. Une première analyse de ces aménagements laisse entrevoir notamment, en s’appuyant sur un cadrage chronostratigraphique précis, une évolution des pratiques hydrauliques durant tout le Moyen Âge. Mais il nous faut, avant de les examiner, nous livrer à un examen des sources à une échelle plus large que le site archéologique, l’oasis du Tāfīlālt, qui offre la possibilité, au-delà du site urbain médiéval de Siğilmāsa, d’étudier le rapport à l’eau d’une société oasienne, perceptible à travers des bouleversements sociaux et des mutations urbaines entraînant des changements dans les pratiques hydrauliques jusqu’à nos jours pour en dresser une « hydro-histoire25 ».

Siğilmāsa et le Tāfīlālt. Cadre géologique et historique

  • 26 A. Navas et al., 2013, p. 11.
  • 27 Selon l’hydrogéologue français Jean Margat, qui réalisa une étude géologique approfondie du Tāfīlāl (...)

9Le site de Siğilmāsa est situé dans l’oasis du Tāfīlālt qui fait partie intégrante de la région de Darʿa-Tāfīlālt dans les marges présahariennes du Maroc actuel. Soumis à un climat présaharien semi-désertique caractérisé notamment par une faible pluviométrie annuelle, le Tāfīlālt correspond à la réunion des bassins versants endoréiques26 des Wādī Ġaris et Wādī Zīz, venus du Haut Atlas, dont la proximité varie de trois à un peu plus de huit kilomètres, faisant théoriquement du Tāfīlālt un lieu riche en eaux superficielles, un argument de poids pour une implantation humaine dans une zone relativement inhospitalière. Ainsi, la plaine du Tāfīlālt apparaît sur les images satellitaires sous la forme d’un triangle bordé à l’ouest par le Wādī Ġaris et à l’est par le Wādī Amerbouh27, et traversé au centre du nord au sud par le Wādī Zīz. Son centre de gravité correspondant à la ville moderne de Rissani à la périphérie de laquelle se situe la zone archéologique de Siğilmāsa, qui occupe un vaste terrain vague extrêmement plat de près de deux kilomètres de long sur environ six cents mètres de large, bordé à l’ouest par le Wādī Zīz à l’ouest et par un canal dérivé de ce dernier, la seguia Šurfāʾ, à l’est.

  • 28 R. Mensan et al., 2017, p. 189.
  • 29 Cette observation, faite par Margat et confirmée par les travaux de la mission maroco-française, co (...)

10Le substrat général de la plaine est constitué de schistes carbonifères dont la profondeur d’apparition est variable de quelques mètres jusqu’à plus de vingt mètres à partir de la surface actuelle28. Sur ce socle primaire, repose un conglomérat amirien de galets très compacts appelé par l’hydrogéologue Jean Margat « conglomérat de Sigilmassa », correspondant à une haute terrasse du Wādī Zīz29 (figure 3).

Figure 3 : Coupe géomorphologique du site de Siğilmāsa

Figure 3 : Coupe géomorphologique du site de Siğilmāsa

Crédit : D’après R. Mensan et al., 2017, p. 191.

  • 30 L. Mezzine, 1984, p. 24.
  • 31 R. Mensan et al., 2017, p. 203.

11Un second conglomérat, de même nature que le précédent, mais de formation plus récente (tensiftien) et beaucoup plus profond, a été identifié entre les lits du Ġaris et du Zīz, et correspond à une moyenne terrasse selon Margat. Ce dernier conglomérat est recouvert d’un niveau d’alluvions déposés par les oueds au Quaternaire. Enfin, le sol entre ce niveau et la surface actuelle est majoritairement constitué, comme pour l’ensemble de la plaine, d’épandages de limons plus récents résultant des crues conjointes du Wādī Zīz et du Wādī Ġaris. La puissance de ces dépôts a été estimée par Margat de l’ordre de 0,5 à 1 m par siècle, donc entre 6 et 12 m depuis la fondation de Siğilmāsa au viiie siècle. Tout laisse donc à penser qu’à l’origine la ville de Siğilmāsa était implantée sur une hauteur qui dominait le Wādī Zīz et la plaine de plusieurs mètres, ce qui donne tout son sens à l’étude étymologique de Larbi Mezzine qui traduisit le toponyme Sijilmasa par « lieu dominant les eaux30 ». Les résultats géoarchéologiques issus des travaux récents de la mission maroco-française sur le site de Siğilmāsa renforcent les observations de Margat et les prolongent. En effet, l’analyse technologique des constructions en terre a permis de mettre en place une classification typologique des pisés qui traduit des changements liés à une évolution de l’environnement et de la topographie du site au cours du temps. De ce fait, les premières occupations établies sur le substrat sont constituées d’un pisé orangé employant des limons et galets prélevés dans cette même terrasse conglomératique en position primaire. Il se distingue parfaitement du pisé gris, et son armature hétérogène, attribué à la période post-médiévale de réoccupation du site de Siğilmāsa et issu du démantèlement des occupations antérieures31.

L’hydraulique de Siğilmāsa à travers les sources écrites

12Plusieurs auteurs de la période médiévale et du début de l’époque moderne ont laissé des notices plus ou moins détaillées de la ville de Siğilmāsa, nous renseignant notamment sur les ressources hydriques de cet environnement oasien, les aménagements hydrauliques urbains et les pratiques agricoles. Bien que les sources écrites apportent, comme nous le verrons, un certain nombre de renseignements sur la question de l’eau à Siğilmāsa, ce ne sont que des données de « seconde-main », les auteurs n’ayant jamais visité la ville elle-même. Par conséquent, elles doivent être considérées avec des réserves.

De la fondation de la ville à la conquête almoravide (viiie-xie siècles)

  • 32 V. Monteil, 1968, p. 43.
  • 33 « Sidjilmāsa est une ville située sur le fleuve Ziz. On n’y trouve ni source ni puits. Elle est sép (...)
  • 34 « Sédjelmessa, ville très-peuplée et possédant un superbe canton, est placée dans une belle positio (...)
  • 35 F. Hartmann, 1923 ; T. Ruf, 1995.
  • 36 B. Coque-Delhuille, P. Gentelle, 1995, 1997.
  • 37 P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 334-335.
  • 38 Tous les auteurs médiévaux emploient le terme nahr pour désigner le Wādī Zīz, ce qui suggère un rég (...)
  • 39 Á ce propos, pour reprendre la formule d’al-Yaˁqūbī « sans pluies, pas de récoltes », ces auteurs l (...)
  • 40 Bien que publiées en 1068, les données compilées par al-Bakrī, recueillies pour l’essentiel dans le (...)
  • 41 P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 341.

13La ville de Siğilmāsa fut fondée, selon al-Bakrī, au milieu du viiie siècle32 (757-758) par la dynastie des Midrarides qui en fait un émirat kharidjite indépendant. Á la suite de plusieurs raids fatimides tout au long du xe siècle, elle fut occupée par les Maġrāwa entre la deuxième moitié du xe siècle et le milieu du xie siècle. Al-Yaˁqūbī, à qui l’on doit probablement l’une des plus anciennes notices aux premières heures de Siğilmāsa, évoque la difficulté pour ses habitants de trouver de l’eau ainsi qu’une production céréalière issue d’une irrigation dépositaire des pluies33. Au contraire, Ibn Ḥawḳal suggère, un siècle plus tard, la pratique d’une irrigation par inondation des eaux de crues34, à l’instar de l’Égypte35 ou du Yémen36 dès la période antique. Selon Patrice Cressier et Mohamed Méouak, qui ont travaillé sur les mutations dans l’hydraulique agraire du haut Moyen Âge maghrébin à partir des informations textuelles, al-Yaˁqūbī peut avoir voulu attirer l’attention sur la vulnérabilité des terroirs de Siğilmāsa en dressant un constat très négatif37, tout en suggérant implicitement la pratique d’une irrigation dès son époque à partir de l’eau d’une rivière au régime saharien38, c’est-à-dire dépendant des pluies39. Dans sa notice très détaillée de Siğilmāsa40, le géographe et historien andalou al-Bakrī précise davantage la continuité du système d’irrigation depuis al-Yaˁqūbī en intégrant la mise en place de bassins pour compenser l’irrégularité de la distribution, sinon de l’approvisionnement41.

  • 42 « La ville de Sijilmâsa s’élève au confluent de deux rivières qui prennent naissance toutes deux au (...)
  • 43 « La grande mosquée d’Al-Yasa’ est solide et bien construite. En revanche, les bains maures sont ma (...)
  • 44 Al-Muḳaddasī décrit Siğilmāsa comme « une importante capitale, à quelque distance d’un cours d’eau (...)
  • 45 « L’eau de la ville est saumâtre, comme toutes celles des puits de Sijilmâsa. Les cultures sont irr (...)

14Les données de l’historien andalou concernant les ressources en eau sont par la suite très intéressantes, dans le sens où il est le premier à évoquer une division du fleuve en deux branches cernant Siğilmāsa à l’ouest et à l’est42. De plus, il décrit Siğilmāsa avec toutes les caractéristiques d’une ville islamique, à savoir un rempart, une grande mosquée et des bains43 au même titre qu’al-Muḳaddasī, autre grand géographe arabe du xe siècle, qui fait état d’un complexe élitaire et centre du pouvoir ceint d’une muraille en terre44. Al-Bakrī signale également, pour la première fois, la bonne ou mauvaise qualité de l’eau45, ce qui renvoie à la question de la consommation humaine. Sur ce point, il semble opérer une distinction entre une eau saumâtre consommée en ville par l’intermédiaire de puits, sans que l’on ait davantage d’informations sur les dispositifs de puisage et les technologies de construction, et les eaux de la rivière employée pour l’irrigation. Dans le même temps, bien qu’il note la présence de points d’eau pour les habitants, al-Muḳaddasī ne fait aucune mention claire de structures hydrauliques et son témoignage est bien trop succinct pour déterminer la nature de ces points, puits ou sources. Les informations textuelles suggèrent là une réelle évolution entre les témoignages d’al-Yaˁqūbī et al-Bakrī, le premier notant l’absence de puits à Siğilmāsa au ixe siècle. Cela pourrait signifier qu’au moment de la fondation de la ville, l’eau de consommation était également dépendante de la rivière et des pluies, ce qui aurait conduit les premiers habitants de Siğilmāsa à construire des réservoirs pour le stockage de ce précieux liquide.

« L’âge d’or » de Siğilmāsa (xiie-xive siècles)

  • 46 H. Bresc, A. Nief, 1999, p. 27-28.
  • 47 « On n’y trouve point de bourg fortifié, mais des châteaux (quṣûr), des demeures et des cultures co (...)
  • 48 P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 349.
  • 49 « La ville est traversée par un fleuve important, sur les bords duquel on a disposé des jardins et (...)
  • 50 « Il y coule deux rivières, l’une venant de l’ouest et l’autre de l’est, mais toutes les deux ayant (...)
  • 51 « Elle est arrosée par une rivière qui, venant du sud-est, se partage en deux branches, et coule à (...)
  • 52 « Sedjelmassé a huit portes ; par quelque porte que tu sortes, tu apercevras de l’eau, des palmiers (...)

15Entre le xiie au xive siècle, Siğilmāsa s’impose véritablement comme un carrefour incontournable du commerce transsaharien, successivement dominé par les grandes dynasties berbères des Almoravides, des Almohades et des Mérinides. L’ensemble des auteurs des xiie-xiiie siècles apportent le témoignage d’une agriculture toujours florissante et diversifiée à Siğilmāsa, marquée par la culture du palmier-dattier et son omniprésence dans le paysage oasien au cœur de parcelles murées. Seul al-Idrīsī, dont l’atlas commenté du monde connu est largement inspiré d’Ibn Ḥawḳal ou d’al-Bakrī46, évoque ouvertement une irrigation de crue saisonnière47, ce qui sous-entend une pérennité de cette pratique évoquée par les auteurs antérieurs, sans toutefois évoquer les bassins signalés par al-Bakrī. Comme nous l’avons vu, les écrits du xie siècle ne permettent pas de déterminer la typologie de ces structures, de dire s’il s’agit de bassins de stockage pouvant être combinés à un système de puisage ou de bassins de répartition plus complexes pour une distribution volumique ou horaire48. Pour aller plus loin, nous pouvons émettre une autre hypothèse d’interprétation. Il faut garder à l’esprit qu’al-Bakrī s’appuie sur des indications rapportées, qu’il n’a jamais observé ces pratiques sur le terrain et qu’il est donc tributaire de ses informateurs. Ces derniers, en les désignant comme « bassins », renvoient peut-être tout simplement aux parcelles et champs soumis à l’irrigation de crue, matérialisés dans le paysage par de grandes cuvettes bordées de levées de terre ; l’eau de la rivière se déverse donc bien dans chaque « bassin » au moment de la crue. Tandis qu’al-Idrīsī, puis Yāqūt al-Rūmī49 dans la première moitié du xiiie siècle, parlent d’une ville traversée par une rivière ou implantée au bord de celle-ci, al-Kutubī50 et surtout Abū’l-Fidā’51 s’accordent sur la vision de Siğilmāsa entourée par les eaux, rejoignant ainsi la description d’al-Bakrī. Enfin, à la différence de ce dernier, aucun auteur de cette période n’évoque la question de la consommation humaine ou tout autre aménagement hydraulique urbain. Ces textes sont également assez discordants du point de vue de la morphologie urbaine puisqu’al-Idrīsī fait état d’un semi de noyaux d’habitat tandis qu’Abū’l-Fidā’ semble suggérer un centre plus important doté de huit accès52.

  • 53 F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003.
  • 54 P. Charles-Dominique, 1995, p. 1023.
  • 55 M. Pelletier, 1994, p. 23.
  • 56 La représentation de la ville de Fès est également fidèle aux sources écrites, comme composée de de (...)

16Les chroniques et les descriptions de Siğilmāsa au xive siècle sont beaucoup plus rares et surtout très lacunaires. Dans ses récits des voyages controversés53 aux quatre coins des pays de l’islam, Ibn Baṭṭūṭa dit faire une halte de quelques mois, en 1352, à Siğilmāsa avant d’entreprendre une traversée du Sahara pour rejoindre la capitale du Mali puis Tombouctou54. Les quelques lignes témoignant de son séjour à Siğilmāsa ne contiennent aucune description de la ville et s’avèrent plutôt décevantes. Les documents les plus éloquents de cette époque, selon nous, proviennent de la cartographie. Les deux exemples les plus fameux, conservés à la Bibliothèque nationale de France à Paris et issus de l’école majorquine de cartographie, sont le Portulan de 1339 d’Angelino Dulcert55 et l’Atlas Catalan de 1375 d’Abraham Cresques. Sur ces deux documents56, Siğilmāsa est figurée au sud d’une longue chaîne de montagnes (l’Atlas) d’où provient un cours d’eau encerclant la ville et dont la division des eaux au sud se manifeste par quatre lignes distinctes. Cette représentation renvoie à l’image véhiculée par les sources écrites tout au long de la période médiévale, d’al-Muḳaddasī qui parle d’un cours d’eau qui se perd au sud de la ville et d’al-Bakrī qui évoque ce même cours d’eau entourant Siğilmāsa.

La fin de Siğilmāsa (xve-xvie siècles)

  • 57 B. Rosenberger, 2009, p. 41.
  • 58 « Il me reste néanmoins à dire que le territoire propre de Segelmesse, qui s’étend sur une distance (...)
  • 59 F. Rodríguez Mediano, 2009, p. 239-240.
  • 60 N. Perrot, 1667, p. 17-20.

17Dans son magnum opus publié en 1550 à Venise et intitulé Descrittione dell’Africa, Hassan al-Wazzān, dit Léon l’Africain, déclare avoir séjourné au cours de l’un de ses nombreux voyages sept mois durant au Tāfīlālt, probablement en 151257. Ce dernier peint tout d’abord un tableau extrêmement détaillé de l’oasis, suivi de courtes descriptions de plusieurs noyaux de peuplement, et constate surtout une ville de Siğilmāsa en ruines58. Dans la seconde moitié du xvie siècle, Luis del Mármol y Carvajal, captif au Maroc pendant plusieurs années, publie entre 1573 et 1599 sa Descripción general de África en trois volumes, que l’on confronte souvent au manuscrit de Léon l’Africain, mais qui diffèrent cependant par la présentation et l’utilisation des sources59. Elle comprend également une notice relative à Siğilmāsa60.

  • 61 « Il existe en effet entre ces gens force discordes et division. Ils sont toujours en lutte les uns (...)
  • 62 « L’été, la chaleur est excessive et la poussière est telle que c’est, je crois, la raison pour laq (...)
  • 63 « De grandes roues prenaient cette eau dans le Ziz et la lançaient dans des conduites qui l’amenaie (...)
  • 64 « Elle estoit embellie de plusieurs temples, palais & collèges, & avoit plusieurs fontaines, qu’on (...)
  • 65 A. Bazzana et al., 2009.
  • 66 M. Al Dbiyat, 2009.
  • 67 A. Bazzana, Y. Montmessin, 2004.

18Á travers leurs témoignages, ces deux auteurs suggèrent une transformation profonde de Siğilmāsa et son territoire à la fin du Moyen Âge où émergent de nouveaux noyaux de peuplement. Bien que, contrairement aux chroniqueurs médiévaux, ni Léon l’Africain ni Luis del Mármol y Carvajal ne traitent explicitement de la question agraire, ils évoquent le cas de canaux d’irrigation détériorés au cours des conflits entre ḳṣūr voisins, ce qui renvoie à l’importance de l’eau dans la survie de ces populations61. Cela peut également traduire de profonds bouleversements dans le paysage oasien où la multiplication de ces habitats communautaires a entraîné une densification générale des réseaux d’irrigation et leur hiérarchisation à partir de barrages de dérivation érigés sur la rivière, ainsi que la création de nombreux terroirs nécessitant des ententes entre communautés pour l’exploitation et le partage des eaux, et à des luttes lors de désaccords. Léon l’Africain souligne également l’irrégularité du régime de la rivière, à sec durant la période estivale, ainsi que la qualité saumâtre de l’eau des puits62 à l’instar d’al-Bakrī. La nouveauté dans les deux récits du xvie siècle concerne l’approvisionnement en eau de l’espace urbain avec l’emploi de grandes roues élévatrice associées, pour l’adduction vers la ville, à des conduites pour Léon l’Africain63, et à des réservoirs chez Luis del Mármol y Carvajal64. Nous voyons là une référence à la technique de la nā’ūra (noria en français), une grande roue élévatrice actionnée par la force motrice du courant, caractéristique de nombreuses villes islamiques65. Malgré le régime annuel irrégulier du Wādī Zīz, l’emploi de cette technique reste tout à fait applicable à Siğilmāsa, à l’image des spécimens installés sur l’Oronte à Hama66 ou sur le Wādī Sabū67 dans la région de Fès.

19En résumé, l’analyse des sources écrites apporte une double vision de la question de l’eau à Siğilmāsa à l’époque médiévale, où la question agraire occupe une place importante dans les notices de la majorité des chroniqueurs. En revanche, les informations concernant l’approvisionnement en eau de consommation et les diverses pratiques en milieu urbain apparaissent absentes ou très lacunaires, en dehors du signalement de puits fournissant une eau saumâtre, de la mauvaise facture des bains chez al-Bakrī, ou du probable emploi de roues élévatrices rapporté postérieurement par les auteurs modernes. De ce fait, seule l’archéologie est capable de corroborer ou non ces informations.

Archéologie de l’eau à Siğilmāsa

Historiographie des recherches

  • 68 F.-X. Fauvelle et al., 2014, p. 8.
  • 69 J. Hassar-Benslimane, 1986, p. 30.
  • 70 Une nouvelle campagne fut prévue pour 1973 mais rien n’indique elle eut bien lieu. De même, qu’en 1 (...)
  • 71 B. de Rachewiltz, 1972.
  • 72 « Mouley-Ismaïl restaura la Kasba de Sidjilmassa, et par ce nom il faut comprendre toute la partie (...)

20Les premiers véritables travaux archéologiques sur le site de Siğilmāsa ont été pratiqués dans les années 1970 par le Service des antiquités et ont consisté en une série de longues et profondes tranchées, encore nettement visibles sur le terrain à l’heure actuelle68. Malheureusement, aucun rapport de ces travaux archéologiques n’a été produit ou conservé69. En 1971 et 1972, l’égyptologue italien Boris de Rachewiltz effectua, pour le compte de la Fondazione Keimer, en plus d’enquêtes ethnographiques, plusieurs interventions géophysiques et archéologiques à la fois sur le site de Siğilmāsa mais surtout à un kilomètre au nord de la seguia Šurfāʾ, au cœur de la zone marquée « Ben-ez-Zirek » sur la carte de Dastugue de 1860. Les résultats de ces deux missions70 sont compilés dans un article publié dans la revue de l’Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente en 1972. Parmi les vestiges essentiellement de nature hydraulique, l’équipe de Rachewiltz observa par exemple un système de vases communicants ravitaillant en eau quatre petits puits quadrangulaires, une canalisation à ciel ouvert destinée à la récolte des eaux usées ou de pluie, liée à une canalisation souterraine (figure 4), un système qui se retrouve encore à notre époque dans le noyau urbain de Rissani et qui conduit Rachewiltz à attribuer à ce secteur une fonction d’habitat71. Bien que cette publication mette en lumière le fort potentiel archéologique de cette zone, l’absence de données métriques et stratigraphiques ou d’études du mobilier n’offre aucun élément de datation. Pour l’heure, les données disponibles renvoient ces structures à une période indistincte pouvant aller de l’époque médiévale au début du xxe siècle. La seule indication concernant cette zone provient, comme nous l’avons vu, de Dastugue qui mentionne un « lieu de campement du Makhzen » et y signale les ruines d’un ḳṣar72. Replacées en contexte chronologique, ces données permettraient de mieux cerner l’évolution des systèmes hydrauliques filaliens et de l’histoire de la plaine.

Figure 4 : Exemples de structures hydrauliques découvertes au nord de la zone archéologique de Siğilmāsa par la mission italienne de 1971-72

Figure 4 : Exemples de structures hydrauliques découvertes au nord de la zone archéologique de Siğilmāsa par la mission italienne de 1971-72

Du haut à gauche dans le sens des aiguilles d’une montre : un grand bassin ; une canalisation en céramique ; une fontaine ; une vasque de récolte de l’eau.

Crédit : D’après B. de Rachewiltz, 1972, p. 548.

  • 73 T. Soubira, 2018, p. 239-241.

21Grâce au plan et aux renseignements de Rachewiltz, nous avons retrouvé en prospection pédestre73 une partie des structures dégagées dans les années 1970 (figure 5). Certains vestiges sont apparents mais très arasés. La construction d’une route depuis Rissani en direction du nord a tronqué ce qui semble correspondre à la paroi sud du grand bassin. L’angle sud-est de celui-ci est, quant à lui, bien visible et plutôt bien conservé. Nous pouvons également suivre le tracé de la paroi est sur quelques mètres avant de la perdre. De même, les parois nord et ouest, ainsi que le reste de la paroi sud située de l’autre côté de la route, n’ont pas été retrouvés. La zone où les vestiges sont les plus visibles correspond à la partie centrale du plan de Rachewiltz. Sur le terrain, elle est délimitée à l’ouest par un ancien canal d’irrigation et à l’est par la route. Des segments du long mur orienté nord-sud perpendiculaire au tracé de l’alimentation en eau ont été localisés. Cette alimentation est matérialisée par des bribes de murs orientés est-ouest, correspondant peut-être au support de la canalisation qui alimentait le grand bassin depuis le Wādī Zīz. L’ensemble des murs mis au jour est constitué d’un pisé très compact emballant de nombreux galets, d’environ 50 cm de large, et visible en arase en surface du sol sur une épaisseur moyenne d’une vingtaine de centimètres. Seules deux structures carrées, pouvant correspondre à des regards sur la canalisation ou aux puits cités par Rachewiltz, sont composées de blocs de schiste équarris liaisonnés au mortier de chaux et gros galets.

Figure 5 : Exemples de structures hydrauliques dégagées dans les années 1970, redécouvertes par la mission maroco-française lors de prospections

Figure 5 : Exemples de structures hydrauliques dégagées dans les années 1970, redécouvertes par la mission maroco-française lors de prospections

À gauche : aménagement quadrangulaire en blocs de schiste et mortier de chaux ; à droite : angle sud-est du grand bassin.

Crédit : Elarbi Erbati et Thomas Soubira.

  • 74 R. Messier, 1997 ; R. Messier, J. Miller, 2015.
  • 75 R. Messier, 1997, p. 68-71.
  • 76 Ibid., p. 75-77 ; R. Messier, J. Miller, 2015, p. 145-146.
  • 77 Une datation entre le milieu du xve et le milieu du xviie siècle a été obtenue sur un échantillon p (...)
  • 78 Il s’agit d’un terminus post quem, basé sur une analyse 14C livrant la date médiane de AD 1020 avec (...)

22Á partir de 1988, une équipe maroco-américaine dirigée par Ronald Messier, sous l’égide de la Middle Tennessee State University, effectua plusieurs campagnes (1988, 1992, 1993, 1994, 1996 et 1998) sur le site de Siğilmāsa74. Une cinquantaine de sondages archéologiques d’emprises relativement limitées (entre 6 et 15 m2) a été réalisée sur l’ensemble de la zone archéologique, la jonction de plusieurs sondages a amené à l’ouverture de secteurs fouillés plus vastes, principalement dans la zone du tell. Les différentes publications font état de la découverte de vestiges hydrauliques à caractère urbain, essentiellement de drains souterrains bordés de pierres et de fosses d’aisance75 datés aux xie-xive siècles. Un secteur en particulier, fouillé au cours des campagnes 1994 et 1996 et publié très succinctement76, fournit plusieurs structures de nature hydraulique dont un dispositif composé de deux petits bassins maçonnés77 en briques cuites alimentés par une canalisation et dotés d’une fosse de récupération ou citerne (figure 6), ainsi qu’un grand réservoir en béton de la première moitié du xie siècle sur la base du mobilier prélevé dans sa tranchée de fondation78, dans le remplissage duquel se trouve une petite citerne alimentée par un canal d’époque plus récente. Deux hypothèses fonctionnelles ont été avancées pour ce secteur, soit un complexe industriel, soit des bains, où dans ce second cas le dispositif de bassins et la canalisation connectée aurait fonctionné comme un système d’hypocauste.

Figure 6 : Bassins en briques cuites du secteur T25

Figure 6 : Bassins en briques cuites du secteur T25

À gauche : structures en cours de fouille au milieu des années 1990 par la mission maroco-américaine, d’après R. Messier, 1997, p. 76 ; à droite : vue de ces bassins au moment de la reprise des opérations sur ce secteur en 2013 par la mission maroco-française.

Crédit : Thomas Soubira.

  • 79 R. Messier, J. Miller, 2015, p. 142.
  • 80 R. Messier, A. Fili, 2011, p. 135.
  • 81 R. Messier, 1997, p. 71.
  • 82 Ibid.
  • 83 G. Argoud, 1986, p. 86-91.
  • 84 S. Baron et al., 2017, p. 151-155.

23En marge des secteurs d’habitat, sur la rive gauche du Wādī Zīz, un sondage pratiqué par l’équipe de Ronald Messier a mis au jour, sous une occupation des xviiie-xixe siècles, une série de pièces d’époque indéfinie dont l’une aurait accueilli une « noria », car plusieurs fragments de godets y ont été retrouvés79. Cette découverte pourrait ainsi corroborer le témoignage de Léon l’Africain. Cependant, le manque de description technique et technologique de l’aménagement ainsi que l’illustration présentée dans la publication ne suffisent pas pour discuter de cette attribution fonctionnelle. Á quelques centaines de mètres au sud de ce secteur, les fouilles ont révélé une possible station de lavage de minerai80. Malgré deux sondages profonds infructueux réalisés au cœur de cet ensemble, il n’a pas été possible pour ces chercheurs de dater précisément ces aménagements81. Même si cette attribution fonctionnelle peut se justifier par la localisation de ces structures à proximité d’une ressource en eau nécessaire pour cette étape de la chaîne opératoire du traitement du minerai, l’absence dans les publications de précisions quant à la nature des matériaux employés ou encore la notification de traces de minerai limitent selon nous l’interprétation. De plus, le plan général de cet ensemble ne correspond pas vraiment à la comparaison proposée82 d’époque hellénistique ou romaine à Laurion83 en Grèce ou bien à Carthagène84 dans le sud de l’Espagne.

  • 85 La monographie Sijilmâsa, cité islamique du Maroc médiéval, reprenant l’intégralité des travaux eff (...)
  • 86 Ch. Darles et al., 2016.
  • 87 J. Milot et al., 2018.
  • 88 R. Messier , 1997, p. 95.
  • 89 E. Erbati et al., 2016.
  • 90 R. Mensan et al., 2017.

24Depuis 2012, la mission maroco-française a effectué six campagnes de terrain sur le site de Siğilmāsa85, incluant les fouilles au sein de la zone archéologique ainsi que divers travaux d’analyse architecturale du patrimoine bâti des alentours86 afin de repérer les dynamiques urbaines qui ont été à l’œuvre depuis le Moyen Âge, et d’étude de l’arrière-pays minier en lien avec la transformation métallurgique sur le site par le biais d’analyses minéralogiques et géochimiques87. L’un des principaux acquis de la mission est qu’il faut repenser l’image bien trop souvent véhiculée dans la littérature scientifique d’une ville de Siğilmāsa enfermée dans une grande enceinte88, mais l’envisager plutôt comme une ville polynucléaire se développant, entre le viiie et le xve siècle, autour d’un tell central situé au sein d’une vaste zone de près de 4 km2 (figure 7). En effet, la datation des différentes murailles89, corrélée à notre phasage archéologique, indique clairement qu’il a existé successivement plusieurs ensembles urbains qui ont occupé diverses parties du site, ce qui explique la puissance stratigraphique assez faible (de l’ordre de 3 m en moyenne) dans les secteurs fouillés et la constatation de l’alternance de phases d’occupation et d’abandon complet. En dehors des sondages géoarchéologiques pratiqués en 2012 afin d’approfondir la connaissance géomorphologique du site et évaluer son potentiel90, les fouilles se sont concentrées dans le secteur A, à l’ouest de ce qui est considéré dans la littérature scientifique comme la mosquée et la madrasa de Siğilmāsa.

Figure 7 : Carte archéologique du site de Siğilmāsa

Figure 7 : Carte archéologique du site de Siğilmāsa

Crédit : D’après A.  Daussy et al., 2015.

Approche urbaine : le secteur A4 (mission maroco-française)

  • 91 T. Soubira, 2018, p. 267-298.
  • 92 T. Soubira et al., 2015, p. 8-9.

25Le secteur A491 (figure 8) correspondait à l’origine à un sondage de reconnaissance du site opéré en 2012. La découverte d’une structure d’adduction d’eau, décrite et enregistrée au cours de cette campagne, a motivé notre équipe à reconvertir ce sondage en secteur de fouille. Une première extension a été réalisée en 2013 et a notamment montré la relation de cette adduction avec un ensemble plus important de structures92. L’ouverture maximale de ce secteur, d’une superficie d’environ 250 m2, a été l’un des objectifs de la campagne 2014, permettant à la fois la découverte de nouvelles structures et l’établissement d’une stratigraphie complète. En 2015, des sondages ponctuels ont mis au jour d’autres aménagements et ont contribué à établir des relations fonctionnelles entre les divers vestiges (figures 9 et 10). Enfin, durant la campagne 2016, l’équipe de fouille a procédé à un dégagement de la partie sud-est du secteur (figure 11) apportant ainsi des confirmations chronologiques et surtout des précisions sur la connexion entre les différents aménagements.

Figure 8 : Relevé photogrammétrique du secteur A4 (à gauche) et vue générale de la partie sud-est du secteur fouillée en 2016 (à droite)

Figure 8 : Relevé photogrammétrique du secteur A4 (à gauche) et vue générale de la partie sud-est du secteur fouillée en 2016 (à droite)

Crédits : Axel Daussy, Romain Mensan et Thomas Soubira.

Figure 9 : Plan de répartition des vestiges du secteur A4

Figure 9 : Plan de répartition des vestiges du secteur A4

Crédit : Romain Mensan et Thomas Soubira.

Figure 10 : Ensemble de profils du secteur A4

Figure 10 : Ensemble de profils du secteur A4

Crédit : Romain Mensan et Thomas Soubira.

Figure 11 : Plan de répartition des vestiges de la zone sud-est du secteur A4 fouillée en 2016 et profils

Figure 11 : Plan de répartition des vestiges de la zone sud-est du secteur A4 fouillée en 2016 et profils

Crédit : Thomas Soubira.

  • 93 Les parois de la structure n’ont pas été entièrement dégagées, seule la partie sud n’est pas complè (...)

26L’élément central de ce secteur est une puissante structure quadrangulaire (UA 401), d’une dizaine de mètres de long93 pour un peu plus d’un mètre d’épaisseur et une profondeur estimée d’environ 1,50 m, que nous avons interprété comme un réservoir. Le matériau employé est la chaux à la fois pour les murs sous la forme d’un béton blanc extrêmement dur et compact qui semble coulé (car il n’y a aucune trace de banchages), puis pour l’enduit qui recouvre les parois internes, une technologie de construction qui indique clairement un usage lié à l’eau. On peut également noter la présence d’un mur de doublage (UA 424) de 55 cm d’épaisseur, dans le même matériau, accolé au côté extérieur du bassin, visible uniquement sur les côtés nord et ouest. La surface de la structure n’est pas arasée, mais on relève localement des vestiges ou des négatifs de briques cuites alignées le long de la bordure de la structure, ayant pu former une élévation. Un surcreusement en cuvette dans sa paroi pourrait correspondre à la relique de son système d’alimentation en eau, mais cette attribution demeure pour l’heure très fragile. Nous pouvons également envisager, le cas échéant, un remplissage manuel ou la mise en place d’un système de récupération des eaux de pluies par le biais des toitures des établissements limitrophes.

  • 94 Pour désigner ces structures de stockage, nous préférons parler de réservoir plutôt que de citerne, (...)

27Ce réservoir constitue l’état primitif d’un complexe hydraulique dans ce secteur car, dans une phase postérieure et sans réelle phase d’abandon (du moins sans comblement différencié à la fouille), la structure a été partitionnée en trois caissons de plan allongé nord-sud par la construction de murs en blocs de schiste et galets liés au mortier de terre et chaux (UA 402 et UA 410). Deux exemples analogues de murs, dont la fonction reste incertaine, ont été dégagés à l’intérieur du réservoir au contact direct du fond de la structure en partie nord (UA 413) et sud (UA 436), orientés est-ouest et venant s’adosser contre l’enduit de l’UA 401. D’une vingtaine de centimètres d’épaisseur et conservés sur une élévation de 60 à 80 cm, ils sont tous deux constitués de blocs de schiste grossièrement taillés liés au mortier de terre. Le caisson central est de loin le plus intéressant, les murs en schiste sont ici intérieurement enduits de mortier de chaux, et un épais bourrelet destiné à l’étanchéité repose sur le sol de la structure également en mortier de chaux extrêmement compact (figure 12). Un escalier (UA 403) dont subsistent quelques marches, chaîné à l’UA 402 et enduit sur sa partie saillante, appartient à la même phase et permettait de descendre dans la structure. Par ces aménagements, ce caisson apparaît typologiquement assez proche d’un bassin ou réservoir94, davantage que les deux caissons mitoyens, dépourvus de tout ce soin.

Figure 12 : Détails du second état du réservoir du secteur A4 suite au partitionnement

Figure 12 : Détails du second état du réservoir du secteur A4 suite au partitionnement

À gauche : enduit mural et bourrelet d’étanchéité ; à droite : escalier en partie est.

Crédit : Thomas Soubira.

28L’approvisionnement en eau était opéré par le moyen d’une canalisation (UA 411) située au nord et orienté est-ouest, constituée d’un tuyau de céramique de maximum 12 cm de diamètre pris dans un coffrage de blocs de schiste et galets liés au mortier de chaux (figure 13). Ce système d’adduction a été mis au jour sur environ 4 m et est interrompu en partie centrale par une fosse (UA 415) parementée sur son pourtour intérieur et profonde d’environ 50 cm résultant d’une troncature postérieure. Le terminus ouest de la canalisation est marqué par un coude en céramique scellé dans la maçonnerie faisant office de siphon. Un second spécimen de canalisation (UA 421) est situé au bas de l’angle sud-ouest du réservoir. Orientée est-ouest, elle a pu être suivie sur 1 m en direction de l’ouest et 3,50 m vers l’est, se développant sous l’UA 401 (figure 14). De la même façon, elle est composée d’un important coffrage de blocs de schistes équarris, de quelques galets et de briques cuites liés au mortier de chaux transgressant le mur de doublage extérieur du réservoir UA 424. Ce coffrage protège un tuyau constitué de l’assemblage de divers éléments céramiques tronconiques de 9 à 12 cm de diamètre, emboîtés les uns dans les autres et joints aux extrémités par une préparation à la chaux. Un sondage effectué dans l’angle intérieur sud-ouest de l’UA 401 a permis de suivre le tuyau en céramique en arase sur 58 cm de long environ et de constater son prolongement à l’est hors de l’emprise de fouille. Le point de rencontre avec le mur de partitionnement ouest du petit réservoir n’a pu être observé puisqu’il devrait se situer sous une partie non fouillée à ce jour. Toutefois, du fait de ses grandes similitudes de confection avec l’exemple précédent, il est fort probable que ces deux spécimens soient contemporains et, de par sa position altitudinale basse, l’UA 421 aurait pu jouer un rôle de distribution vers les secteurs à l’ouest.

Figure 13 : Vue générale de la canalisation UA 411

Figure 13 : Vue générale de la canalisation UA 411

On peut entrevoir le coude en céramique marquant son terminus ouest ainsi qu’une fosse résultant d’une troncature postérieure.

Crédit : Thomas Soubira.

Figure 14 : Vues multiples de la canalisation UA 421 dans l’angle sud-ouest du secteur A4

Figure 14 : Vues multiples de la canalisation UA 421 dans l’angle sud-ouest du secteur A4

À gauche : coffrage maçonné extérieur au réservoir en béton ; à droite : tuyau en céramique observé à l’intérieur du réservoir UA 401 et traversant la paroi ouest de ce dernier.

Crédit : Romain Mensan et Thomas Soubira.

29La fouille de l’intérieur de l’angle sud-est de l’UA 401, réalisée durant la campagne 2016, a permis le dégagement d’un sol (UA 431) observable sur l’ensemble de l’emprise interne de cette partie du réservoir, situé à 50 cm de l’arase de l’UA 401 et compris entre un niveau de démolition d’adobe (US 426) en partie supérieure et un niveau de remplissage de 70 cm d’épaisseur (US 433) en partie inférieure le séparant du fond du réservoir UA 401. Ce sol est constitué de dalles de schiste liées au mortier de terre et chaux de 2 à 3 cm d’épaisseur reposant sur une préparation en mortier de chaux et terre d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. Plusieurs structures semblent associées au dallage UA 431 et contemporaines de ce dernier. L’UA 433 correspond à un drain, orienté est-ouest et présentant un pendage dans le même sens, constitué d’une tranchée parementée de petits blocs de schiste et galets liés au mortier de chaux, creusée dans l’US 433 (figure 15).

Figure 15 : Vue de la couverture du drain UA 433 avant démontage

Figure 15 : Vue de la couverture du drain UA 433 avant démontage

Crédit : Thomas Soubira.

  • 95 Le fond de cette structure n’a pas pu être atteint à la fouille pour des questions d’accessibilité (...)

30Cette tranchée est couverte de gros blocs de schiste et galets. Son remplissage (US 435) de 30 cm d’épaisseur avant d’atteindre le fond de la structure n’a pratiquement pas livré de mobilier. Le terminus ouest apparaît à 40 cm de l’arase d’une structure en plan de forme circulaire puis quadrangulaire en profondeur (UA 438) parementée de galets et blocs de schiste liés au mortier de terre et chaux. Lors du démontage de cette structure95, est apparu le terminus d’un drain (UA 439) dans la berme ouest de ce secteur de fouille 2016. Le pendage semble indiquer un écoulement vers l’est en forme de gouttière. Observé sur environ 20 cm, sa couverture est située à 15 cm sous le dallage UA 431, son remplissage (US 437) est de l’ordre de 40 cm. Il semble matérialisé par une tranchée creusée dans US 433 et parementée de petits blocs de schiste et galets liés au mortier de terre et chaux, de même que UA 433, sur une largeur de 20 cm. Le fond de UA 439 apparaît à 60 cm de l’arase de l’UA 438. La nature même de l’UA 438 est, en l’état de nos connaissances, difficilement perceptible. La partie supérieure de son remplissage (US 436) était scellée par une plaque en schiste circulaire trouée en son centre, que l'on pourrait assimiler à une plaque d'égout ou un système d'évacuation de l'eau employée au nettoyage du dallage UA 431. Compte tenu du caractère intrusif des deux drains, la structure UA 438 semblerait correspondre à la partie supérieure d’un collecteur d’eaux usées. Ces aménagements renvoient à la découverte dans l’angle sud-ouest du secteur A4 d’une structure quadrangulaire (UA 417) venant s’appuyer contre l’UA 401, parementée à l’intérieur sur les parois ouest, sud et est. L’UA 401 a été ici surcreusée en sape sur une profondeur de 30 cm afin d’y installer un canal de drainage des eaux usées (UA 420), couvert de grosses dalles de schiste et gros galets. On peut donc aisément interpréter cette structure comme un regard destiné à curer le drain (figure 16). Ce canal se retrouve également au nord du mur sud du réservoir. Il est constitué d’une tranchée de 15 cm de large, creusée et parementée de blocs de schiste et galets. Le parement est continu jusqu’au fond, matérialisé par des dalles plates. Un léger pendage observé à la fouille indique un écoulement du nord vers le sud. Ce drain fait ensuite un virage vers l’est pour se poursuivre hors de l’emprise de fouille.

Figure 16 : Vue générale du regard UA 417 et du drain UA 420 dans l’angle sud-ouest du grand réservoir

Figure 16 : Vue générale du regard UA 417 et du drain UA 420 dans l’angle sud-ouest du grand réservoir

Crédit : Thomas Soubira.

  • 96 Échantillon SIJ 2015-E201 (Beta 431099), 1440+/-30 BP, soit Cal AD 570-655.
  • 97 Échantillon SIJ 2015 E-100 (Beta 431106), 880+/-30 BP, soit Cal AD 1045-1095 et Cal AD 1120-1220.
  • 98 La datation d’un charbon prélevé dans le mortier de préparation de ce dallage permet de le dater co (...)
  • 99 Un fragment de bois de traverse encore en place sur l’un de ses murs a livré une fourchette de data (...)

31Un premier phasage de ce secteur peut être proposé. La phase la plus ancienne est représentée par un niveau de sol en mortier de chaux très compact (UA 425) installé sur le substrat et daté du viie siècle96. Cette datation est cependant à prendre avec beaucoup de prudence car elle interviendrait un siècle avant la fondation historique de Siğilmāsa. La seconde phase est marquée par l’installation du grand réservoir UA 401 et son mur de doublage UA 424. Un micro-charbon prélevé dans le mortier scellant des briques cuites97 sur l’arase de UA 401 renvoie à une datation de cette phase vraisemblablement aux xie-xiie siècles. Sans véritablement de phase d’abandon ou remblaiement observée à la fouille, la troisième phase est celle du partitionnement interne du réservoir UA 401 et à la mise en place du dispositif du petit bassin comprenant les deux canalisations. Malgré l’absence de datations absolues, nous proposons une attribution chronologique de cette phase aux xiie-xiiie siècles sur la base des relations stratigraphiques. La quatrième phase, dissociée de la précédente par un éventuel remblaiement, voit l’installation du dallage UA 431 et les structures associées dont les drains UA 433 et 439, et le collecteur UA 438. Elle peut quant à elle être confortablement datée du xiiie siècle par un charbon prélevé dans le mortier de préparation de ce dallage98. Enfin, suite à une phase d’abandon et remblaiement, ce secteur est réinvesti dans une cinquième phase à l’époque moderne (post-xvie siècle) marquée par l’installation des murs en pisé gris99 venant sceller la partie supérieure de la séquence stratigraphique et détériorer en partie les structures sous-jacentes. C’est également à cette phase que nous pourrions rattacher le sol UA 437, constitué d’une fine couche de mortier de chaux de 2 à 3 cm d’épaisseur reposant sur une préparation de mortier de chaux compact armé de petits galets, qui recouvre localement la partie sommitale de l’UA 401 et le comblement de ce dernier.

Approche urbaine : les secteurs A1-A9 (mission maroco-française)

  • 100 T. Soubira, 2018, p. 256-260.

32Les structures hydrauliques suivantes appartiennent à la grande fenêtre de fouille A1-A9. Dans la partie occidentale du secteur A6 et en limite de fouille, il s’agit tout d’abord d’un aménagement de plan ovalaire100 (UA 601) dont l’ouverture présente un diamètre interne irrégulier de 72 à 80 cm (figure 17). Son parement intérieur est maçonné en partie supérieure et dotée d’une margelle. La maçonnerie est majoritairement composée de blocs de schiste équarris de dimensions diverses (jusqu’à 30 cm pour les plus gros modules) ainsi que de rares galets (moyens à gros modules) disposés à plat ou de champ afin de combler les espaces entre les blocs et consolider les assises, le tout lié au mortier de terre. La largeur en surface du parement est relativement régulière, de 26 à 28 cm. La structure est creusée dans le substrat conglomératique jusqu’à 2 m de profondeur. Son remplissage (US 602) a fait l’objet d’une fouille minutieuse et a livré d’importants restes céramiques et fauniques (dont des fragments de coquilles d’œufs) ainsi que de nombreux charbons, suggérant dans un second temps un réemploi comme dépotoir. Par sa forme en plan et la présence d’une margelle, cette structure pourrait s’apparenter à un puits mais, en l’absence de relation entre le fond de la structure et la nappe, la désignation comme « puits » reste sujette à caution. Il pourrait s’agir plutôt d’une citerne, remplie manuellement, puisqu’aucun système d’adduction ou d’écoulement n’a été observé.

Figure 17 : Vue de la fosse UA 601 en fin de fouille

Figure 17 : Vue de la fosse UA 601 en fin de fouille

Crédit : Thomas Soubira.

  • 101 Ibid., p. 260-262.
  • 102 Environ 60 cm sur l’axe nord-sud et 70 cm sur l’axe est-ouest.

33Á une dizaine de mètres au nord de l’UA 601 dans le secteur A7, l’UA 706101 désigne une fosse de plan ovalaire au diamètre irrégulier102, au parement intérieur maçonné majoritairement en blocs de schiste équarris (modules de 20 à 25 cm de long) ; des galets de diverses dimensions (modules de 10 à 25 cm de long) sont employés dans la construction soit pour colmater les espaces entre les blocs (petits modules) soit pour solidifier les assises (plus gros modules). Cet appareillage est lié au mortier de terre et chaux où s’observent localement des micro-charbons. La structure apparaît décaissée, sans parement extérieur soigné. Son comblement a été fouillé sur un peu plus d’un mètre de profondeur supplémentaire, sa fouille a dû être interrompue pour des raisons d’accessibilité. Cette structure est pourvue d’un aménagement constitué d’une dalle de schiste de 60 × 52 cm, intrusive dans la paroi nord de la fosse et présentant un fort pendage nord-sud. Un dispositif parfaitement analogue (UA 906) a été reconnu par sondage dans le secteur A9 en partie orientale de la grande fenêtre de fouille. Il présente de la même manière que le précédent une dalle de schiste scellée dans un mortier de chaux avec un fort pendage, formant une évacuation dans une fosse conservant en partie sa margelle (figure 18). Dans l’état actuel de nos connaissances, ces deux structures ont été interprétées comme des fosses de vidange ou d’évacuation d’eaux impropres. L’installation de l’UA 706 et ses relations avec les vestiges de murs périphériques (UA 704 et UA 715) tendent à la placer dans un espace clos, probablement un lieu d’aisance et de toilette, ce qui en ferait une fosse de latrines.

Figure 18 : Vue de la fosse de latrines UA 706 et de son dispositif d’écoulement en fin de fouille

Figure 18 : Vue de la fosse de latrines UA 706 et de son dispositif d’écoulement en fin de fouille

Crédit : Thomas Soubira.

  • 103 M.-O. Rousset, 2016, p. 124.
  • 104 I. Reklaityte, 2016, p. 67-72.
  • 105 A. Bazzana, N. Trauth, 1997, p. 60.
  • 106 Y. Bokbot et al., 2013, p. 292.
  • 107 J.-P. van Staëvel et al., 2016, p. 195-196.
  • 108 Ibid., p. 197.

34D’un point de vue fonctionnel, ce type de structure, pourtant bien documenté par les données archéologiques, apparaît peu connu dans les villes oasiennes médiévales du Maghreb. Généralement, les latrines médiévales sont matérialisées par une plate-forme percée d’une ouverture le plus souvent rectiligne, surmontant un drain103. Ce canal d’évacuation des eaux usées peut conduire soit vers un puits perdu situé dans la rue ou dans un autre espace de la maison. Bien souvent, par exemple en al-Andalus, les latrines étaient situées dans un coin du patio, dans le vestibule ou dans les étables, parfois même aménagées de façon à être employées par plusieurs voisins104. Dans la S̲h̲alṭīs̲h̲ almohade, la pièce des latrines est localisée dans l’angle de l’habitation, un canal d’écoulement des eaux usées de confection soignée communiquant avec un puits perdu en-dehors de la maison105. Sur le site marocain de Dār al-Sulṭān, la latrine se situe dans un angle du patio contre le mur attenant à la rue106. Les latrines découvertes sur le site almohade d’Igīlīz présentent des diversités tant technologiques que morphologiques. Dans certains cas, la plate-forme est directement située sur la fosse d’aisance d’où devait s’effectuer le curage107. L’absence de plate-forme en pierre pourrait renvoyer, comme à Igīlīz ou Calasparra108, à l’idée d’un aménagement supérieur en bois, un modèle que nous pourrions éventuellement appliquer à Siğilmāsa.

35Pour finir, l’attribution chronologique des structures UA 601, UA 706 et UA 909 est sans le moindre doute médiévale car, à l’instar du secteur A4, des murs en pisé gris d’époque moderne scellent la partie haute de la séquence stratigraphique. Même si le phasage reste pour l’heure assez complexe, nous pourrions néanmoins les inscrire dans un intervalle de temps assez large entre le xe et le xiiie siècle.

Approche oasienne : quelques éléments de réflexion

  • 109 J. Margat, 1962, p. 196.
  • 110 T. Soubira, 2018, p. 396-405.
  • 111 E. Erbati et al., 2016, p. 229-231.

36Á propos du Wādī Zīz, al-Bakrī précise qu’il se partage en deux branches non loin de Siğilmāsa, bordant la ville à l’ouest et à l’est. Concernant la question de la localisation de cette diffluence, deux secteurs peuvent être isolés. Le premier, situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Rissani et au sud de la ville d’Erfoud, représente la zone de diffluence du Wādī Zīz et de l’Amerbouh, qui a subi de nombreux remaniements dans les années 1950109 ; le second se situe quant à lui immédiatement au nord de la zone archéologique, marqué par la dérivation des eaux du Wādī Zīz dans la seguia Šurfāʾ. Dans ce cas, cela ne concernerait que le site urbain de Siğilmāsa tandis que dans le premier exemple, cela encadre toute l’oasis du Tāfīlālt qui aurait pu correspondre au territoire de Siğilmāsa au sens large, englobant notamment son environnement agraire. Sur le second secteur, il existait au niveau de la diffluence un barrage nommé sed-Oulad-Chorfa sur la carte de Dastugue du milieu du xixe siècle, permettant de dériver les eaux du Wādī Zīz dans la seguia Šurfāʾ et coulant jusqu’au ḳṣar de Grinfoud au sud. Bien que nous n’ayons aucune information textuelle concernant la date de construction de cette seguia, son existence nous paraît en revanche compatible avec les données archéologiques relatives à la ville110. Pour cela, il convient de tenir compte d’une part du tracé de la muraille située à l’extrémité nord de la zone archéologique, datée des xiie-xiiie siècles111. Á cet endroit, la muraille épouse parfaitement le tracé de la seguia Šurfāʾ (figure 19), ce qui pourrait signifier l’antériorité de l’une par rapport à l’autre. D’autre part, de nouveaux indices peuvent être apportés sur la question de l’alimentation en eau des deux états des réservoirs du secteur A4. Comme nous l’avons vu, l’approvisionnement de la structure primitive (UA 401) pourrait être matérialisé par un surcreusement de sa paroi orientale. En revanche, il apparaît très clairement que l’alimentation du second état ait été assurée par une canalisation orientée est-ouest. Selon un modèle que nous pourrions établir avec toutefois beaucoup de prudence, on pourrait tendre alors, en se référant à la topographie de la zone, vers un système gravitaire général composé d’un aqueduc unique ou de réseaux de réservoirs, de bassins et de canalisations intermédiaires pour apporter l’eau à ce point haut situé sur le tell et un captage situé en un point dans la partie orientale de la zone archéologique. En tenant compte de ces considérations, nous pourrions faire remonter l’ancienneté de la seguia Šurfāʾ au minimum aux xie-xiie siècles et donc la construction de la muraille dépendante de son tracé. L’image véhiculée par les textes d’une ville entourée par les eaux, circonscrite entre le Wādī Zīz et la seguia Šurfāʾ, pourrait parfaitement fonctionner avec les données archéologiques sur une bonne partie de l’occupation urbaine historique de Siğilmāsa.

Figure 19 : Vue de la muraille des xiie-xiiie siècles au nord de la zone archéologique et de la seguia Šurfāʾ en contrebas

Figure 19 : Vue de la muraille des xiie-xiiie siècles au nord de la zone archéologique et de la seguia Šurfāʾ en contrebas

Crédit : Thomas Soubira.

Conclusion

  • 112 P. Cressier, 2004, p. 281-282 ; R. González Villaescusa, P. Cressier, 2011.
  • 113 C. Aillet et al., 2017, p. 204-205.

37Le manque de sources écrites précises ne permet pas toujours de saisir l’impact des pouvoirs politiques dans la mise en œuvre des infrastructures hydrauliques à Siğilmāsa. Les sources historiques et les données archéologiques se conjuguent ici utilement, les premières apportant des informations sur le fonctionnement hydraulique de l’oasis et les pratiques agraires tandis que les secondes renseignent exclusivement sur les aménagements hydrauliques urbains. L’urbanisation moderne de cette partie du Tāfīlālt rend difficile une étude des anciens terroirs irrigués probablement exploités en continu depuis l’époque médiévale, à la différence par exemple des sites islamiques maghrébins de Tamdult112 ou Sedrata113 qui apparaissent comme fossilisés sous les sables et protégés de cet essor urbain moderne. Le travail accompli depuis 2012 par la mission maroco-française qui découle de la pratique d’une fouille extensive, a livré un premier corpus typologique de structures hydrauliques de Siğilmāsa, associées à une bonne séquence chronostratigraphique sur les différents secteurs.

38Nous n’avons à ce jour aucune trace reconnaissable d’aménagements hydrauliques pour les occupations anciennes des viiie-ixe siècles correspondant à l’émergence historique de la ville, notamment car ces niveaux n’ont pas encore fait l’objet de fouilles extensives. Dès lors, l’essentiel des structures médiévales liées à l’eau sont postérieures, entre le xie et le xiiie siècle, voire à partir du xe siècle, et se révèlent de deux natures : d’une part le stockage et la distribution gravitaire avec les deux états des grands et petits réservoirs du secteur A4 et la fosse UA 601, d’autre part la gestion des eaux usées et l’hygiène avec les deux fosses d’aisance UA 706 et UA 906 ainsi que le réseau souterrain de A4. Sur ce point, tandis qu’aux xie-xiie siècles, les habitants de la ville ont surtout privilégié une évacuation directe dans des fosses ou puits perdus, la mise en place d’un système d’égout et de collecteurs associé au dallage du xiiie siècle du secteur A4 témoigne d’une reconsidération des conditions d’hygiène.

  • 114 E. Erbati et al., 2016, p. 222-223.

39Il faut également souligner l’investissement considérable alloué aux installations hydrauliques, particulièrement par l’emploi préférentiel de certains matériaux, qui a participé à leur bonne conservation. La pierre d’une part, plus spécifiquement des galets et du schiste sous la forme de blocs plus ou moins taillés, destinée aux parements des fosses et aux coffrages des canalisations et qui est exclusivement employée dans le reste de l’architecture de Siğilmāsa en fondation des murs en pisé ou pour les bases des piliers. La chaux d’autre part, utilisée tant dans la confection des sols que comme liant. Coulée dans le cas du grand réservoir de A4, on la retrouve sous la forme d’enduit pour le parement interne des réservoirs et l’élaboration des bourrelets d’étanchéité. Investissement technique, investissement en termes de matériau, mais aussi investissement certain en termes de main-d’œuvre à la fois pour la mise en place de ces installations, puis leur gestion et leur entretien. La réalité du terrain montre que les structures hydrauliques sont, sur ce site qui a souffert de nombreux remaniements et d’un pillage intensif dès le xiiie siècle114, celles qui sont de loin les mieux conservées. Pour toutes ces raisons, il semblerait donc que l’hydraulique à Siğilmāsa ait constitué un marqueur social des différents pouvoirs.

  • 115 « Les réseaux techniques sont aujourd’hui considérés comme des objets de recherche à part entière p (...)

40Les investigations archéologiques à Siğilmāsa ne représentent à ce jour qu’une part infime du potentiel général de la zone. Il n’est donc pas permis de généraliser ce fonctionnement hydraulique à l’ensemble de cette ville médiévale, constituée selon les travaux récents de plusieurs noyaux de peuplement édifiés à des périodes distinctes et gravitant autour d’un noyau principal, ce dernier occupé de façon discontinue entre le viiie et le xvie siècle, et plus largement jusqu’au xixe siècle. Les secteurs fouillés par la mission maroco-française au sein de cette zone, désignés faute de mieux comme « élitaire », pourraient appartenir au siège du pouvoir de Siğilmāsa, renvoyant ainsi à l’image de la citadelle des villes islamiques. Toutefois, il est trop tôt pour tirer de telles conclusions ; la poursuite d’une fouille délocalisée pourrait permettre, par exemple, de préciser si ce soin technique et technologique accordé aux installations hydrauliques se retrouve dans d’autres secteurs de même nature ou non sur le site, ou s’il est exclusivement réservé aux classes dominantes ou les plus aisées. Il s’agirait par la même occasion, en reprenant une formulation du spécialiste de l’hydro-histoire Vincent Lemire, de changer de paradigme115 et d’aborder différemment le site, par le biais d’une approche hydraulique qui ne serait plus une plus-value à la fouille urbaine mais plutôt un axe de recherche qui permettrait d’aller plus loin dans l’interprétation de Siğilmāsa.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Al-Fidā’, trad. de Reinaud, J., 1848, Géographie d’Aboulféda, Paris, Imprimerie nationale.

Al-Bakrī, trad. de Monteil, V., 1968, « Al-Bakri (Cordoue, 1068), routier de l’Afrique blanche et noire du Nord-Ouest », Bulletin de l’Institut français d’Afrique Noire, 30 (1), p. 39-116.

Al-Idrīsī, trad. de Bresc, H, Nief, A., 1999, Idrîsî. La première géographie de l’Occident, Paris, Flammarion.

Al-Mukaddasī, trad. de Pellat, C., 1950, Description de l’Occident musulman au ive-xe siècle : texte arabe et trad. française avec une introd., des notes et quatre index, Paris, Carbonel.

Al-Yaˁqūbī, trad. de Wiet, G., 1937, Les Pays, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Ibn Battūtta, trad. de Charles-Dominique, P., 1995, Voyageurs arabes : Ibn Faḍlân, Ibn Jubayr, Ibn Baṭṭûṭa et un auteur anonyme, Paris, Gallimard.

Ibn Ḥawḳal, trad. de De Slane, W. M. G., 1842, « Description de l’Afrique par Ibn Haucal », Journal asiatique, 13(3), p. 209-258.

Léon l’Africain, trad. d’Épaulard, A., 1981, Description de l’Afrique, Paris, Maisonneuve et Larose.

Luis del Mármol y Carjaval, trad. de Perrot N., 1667, L’Afrique de Marmol, Paris, Louis Billaine.

Yāqūt al-Rūmī, trad. de Cuoq, J., 1985, Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Études

Aillet, C., Cressier, P., Gilotte, S. (dir.), 2017, Sedrata. Histoire et archéologie d’un carrefour du Sahara médiéval à la lumière des archives inédites de Marguerite van Berchem, Madrid, Casa de Velázquez.

Al Dbiyat, M., 2009, « Les Norias de Hama sur l’Oronte, un système traditionnel original de l’utilisation de l’eau fluviale », in Gestion durable et équitable de l’eau douce en Méditerranée : mémoires et traditions, avenir et solutions, Monaco, Rencontres internationales Monaco et la Méditerranée, p. 191-210.

Allain, Ch., 1951, « Les Citernes et les margelles de Sidi-Bou-Othman », Hespéris, 38, p. 423-440.

Argoud, G., 1986, « Le lavage du minerai en Grèce », in L’Homme et l’Eau en Méditerranée et au Proche-Orient. III. L’eau dans les techniques. Séminaire de recherche 1981-1982, Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient, 11, p. 85-92.

Baron, S., Rico, C., Antolinos Marín, J. A., 2017, « Le complexe d’ateliers du Cabezo del Pino (Sierra Minera de Cartagena-La Unión, Murcia) et l’organisation de l’activité minière à Carthago Noua à la fin de la République romaine. Apports croisés de l’archéologie et de la géochimie », Archivo Español de Arqueología, 90, p. 147-169.

Bazzana, A., De Meulemeester, J., Montmessin, Y., 2009, La Noria, l’aubergine et le fellah, Gand, Academia Press.

Bazzana, A., Montmessin, Y., 2004, « Les Norias fluviales de Fès  : approche ethnoarchéologique d’une technique médiévale », in Du Nord au Sud du Sahara  : 50 ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb  : bilan et perspectives, Actes du colloque sur l’archéologie en Afrique de l’Ouest et au Maghreb, Paris, 13 et 14 mai 2002, Paris, Sepia, p. 331-347.

Bazzana, A., Trauth, N., 1997, « L’île de Saltés (Huelva) : la ville islamique, centre d’une métallurgie de concentration au Moyen Âge », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 141 (1), p. 47-74.

Berriau, Lieutenant, 1904, « Notes sur l’Oued Ziz », Renseignements coloniaux et documents, 4, p. 125-131.

Berthier, P., 1966, Les anciennes sucreries du Maroc et leurs réseaux hydrauliques : étude archéologique et d’histoire économique : un épisode de l’histoire de la canne à sucre, Rabat, Imprimeries françaises et marocaines.

Bokbot, Y., Gutiérrez, Y. C., Cressier, P., Ares, J. D. J., Marrero, M. D. C. G., Herrera, M. Á. H., Pintado, J. O., 2013, « Viviendas medievales al sur del Anti-Atlas (Marruecos). Problemas de estudio y especificidades », in De la estractura doméstica al espacio social. Lecturas arqueológicas del uso social del espacio,Alicante, Universidad de Alicante, p. 279-298.

Box Amorós, M., 1995, « Un aprovisionamiento tradicional de agua en el sureste ibérico: los aljibes », Investigaciones Geográficas, 13, p. 91-106.

Clariond, L., 1937, « Le problème de l’eau au Tizimi et au Tafilalet », Bulletin économique du Maroc, 4 (7), p. 237-240.

Coque-Delhuille, B., Gentelle, P., 1995, « Le Yémen aride : l’environnement du Quaternaire à l’actuel », Science et changements planétaires/Sécheresse, 6 (1), p. 67-75.

Coque-Delhuille, B., Gentelle P., 1997, « Crues et sédimentation contrôlée au Yémen Antique », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3 (2), p. 99-109.

Cressier, P., 2004, « Du Sud au Nord du Sahara : la question de Tâmdult (Maroc) », in Du Nord au Sud du Sahara  : 50 ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb  : bilan et perspectives, Actes du Colloque sur l’archéologie en Afrique de l’Ouest et au Maghreb, Paris, 13 et 14 mai 2002, Paris, Sepia, p. 275-284.

Cressier, P., Méouak, M., 1990, « L’apport des géographes arabes (ixe-xie s.) à la connaissance de l’irrigation et de l’hydraulique agraire dans le Maroc du haut Moyen Âge », Ciencias de la naturaleza en Al-Andalus : textos y estudios, V, p. 321-362.

Darles, Ch., Malet, E., Mathieu, C., Nicol, A., Erbati, E., Fauvelle, F.-X., 2016, « La porte ‟Bāb al-Manṣūriyyaˮ, au nord de Rissani (Maroc). Description, comparaisons et proposition de séquence historique d’un vestige architectural », Bulletin d’archéologie marocaine, 23, p. 243-263.

Dastugue, H., 1867, « Quelques mots au sujet de Tafilet et de Sidjilmassa », Bulletin de la Société de géographie, 13, p. 337-380.

Daussy, A., Fauvelle, F.-X., Erbati, E., Bruxelles, L., Mensan, R., 2015, Carte archéologique de Sijilmâsa : proposition de mesures de protection du site, https://www.academia.edu/16759755/Carte_arch%C3%A9ologique_de_Sijilm%C3%A2sa_Maroc_proposition_de_mesures_de_protection_du_site_avril_2015.

Erbati, E., Fauvelle, F.-X., Mensan, R., Daussy, A., Soubira, T., 2016, « Où est Sidjilmassa ? Proposition de typologie et de séquence des élévations, du xe au xixe siècle », Bulletin d’archéologie marocaine, 23, p. 221-242.

Fauvelle-Aymar, F.-X., Hirsch, B., 2003, « Voyage aux frontières du monde : Topologie, narration et jeux de miroir dans la Rihla de Ibn Battûta », Afrique & Histoire, 1 (1), p. 75-122. 

Fauvelle, F.-X., Erbati, E., Mensan, R., 2014, « Sijilmâsa : cité idéale, site insaisissable ? Ou comment une ville échappe à ses fouilleurs », Études et Essais du Centre Jacques-Berque, 20, p. 4-17.

Fournier, P., 2015, « Les leçons d’une hydro-histoire : quelques pistes de réflexion », Siècles, 42, p. 1-13.

Gaulis, Lieutenant, 1928, « Le Tafilalet », Renseignements coloniaux et documents, 3, p. 180-189.

González Villaescusa, R., Cressier, P., 2011, « Un espace agraire fossile dans le désert marocain. Une étude au croisement de l’archéologie et de l’archéogéographie », Nouvelles de l’archéologie, 125, p. 24-31.

Gutiérrez Ayuso, A. G., 2000, « Contribución al conocimiento de los aljibes hispanomusulmanes extremeños: Tipología de un ejemplo de arquitectura del agua », Norba-Arte, 20, p. 7-27.

Gutron, C., Fauvelle, F.-X., 2018, « Comment naissent les ruines ? Souvenirs de ville, désir d’archéologie à Sijilmâsa (Maroc), Genèses, 110, p. 32-54.

Hartmann, F., 1923, L’agriculture dans l’ancienne Égypte, Paris, Faculté des Lettres.

Hassar-Benslimane, J., 1986, « Sijilmâsa, du mythe à la réalité archéologique », in Centre international de recherches sahariennes et sahéliennes (dir.), L’histoire du Sahara et des relations transsahariennes entre le Maghreb et l’Ouest africain du Moyen Âge à la fin de l’époque coloniale, Bergame, Gruppo Walk Over, p. 26-31.

Jacques-Meunié, D., Meunié, J., 1959, « Abbar, cité royale du Tafilalt », Hespéris, 46, p. 772.

Jacques-Meunié, D., 1962, « Sur l’architecture du Tafilalt et de Sijilmassa (Maroc saharien) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 106, p. 132-147.

Jarir, M., 1987, « Exemple d’aménagement hydro-agricole de l’État dans le Présahara marocain : le périmètre du Tafilalt », Travaux de la Maison de l’Orient, 14 (1), p. 191-208.

Jouannet, Commandant P., 1939, « Notes sur les conditions annuelles de la vie au Tafilalet », Bulletin économique du Maroc, 6 (23), p. 3-13.

Lemire, V., 2011, La soif de Jérusalem. Essai d’hydrohistoire (1840-1948), Paris, Éditions de la Sorbonne.

Lightfoot, D., Miller, J., 1996, « Sijilmassa: The rise and fall of a walled oasis in medieval Morocco », Annals of the Association of American Geographers, 86, p. 78-101.

Madani, T., 2003, L’eau dans le monde musulman médiéval : l’exemple de Fès (Maroc) et de sa région, thèse de doctorat, Université Lyon 2.

Margat, J., 1962, Mémoire explicatif de la carte hydrogéologique au 1/50 000 de la plaine du Tafilalet, Rabat, Service géologique du Maroc.

Mazzoli-Guintard, C., 2014, « Entre public et privé, l’alimentation en eau de Cordoue (viiie-xiie siècles) », in E. Malamut, M. Ouerfelli (dir.), Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, p. 147‑162.

Mensan, R., Fauvelle, F.-X., Erbati, E., Bruxelles, L., 2017, « Siǧilmāsa : approche typo-technologique du bâti, processus de formation du site et gestion des matières premières », Mélanges de la Casa de Velázquez, 47 (2), p. 185-206.

Mercier, Lieutenant, 1905, « Notice économique sur le Tafilalet », Bulletin du Comité de l’Afrique française, 6, p. 210-221.

Messier, R., 1997, « Sijilmasa. Five seasons of archaeological inquiry by a joint moroccan-american mission », Archéologie islamique, 7, p. 61-92.

Messier, R., Fili, A., 2011, « The earliest ceramics of Siḡjlmāsa », Collection de l’École française de Rome, 446, p. 129-146.

Messier, R., Miller, J., 2015, The Last Civilized Place: Sijilmasa and Its Saharan Destiny, Austin, University of Texas Press.

Meunié, J., Terrasse, H., Deverdun, G., 1957, Nouvelles recherches archéologiques à Marrakech, Paris, Arts et Métiers Graphiques.

Mezzine, L., 1984, « Sur l’étymologie du toponyme « Sijilmasa » », Hespéris Tamuda, 22 (1), p. 19-26.

Mezzine, L., 1996, « Relation d’un voyage de Taġāzā et Siğilmāsa en 1096 H./1685 J.-C. », Arabica, 43(1), p. 211-233.

Milot, J., Baron, S., Poitrasson, F., 2018, « Potential use of Fe isotopes for ancient non-ferrous metals tracing through the example of a lead-silver production site (Imiter mine, Anti-Atlas, Morocco) », Journal of Archaeological Science, 98, p. 22-33.

Navarro Palazón, J., Jiménez Castillo, P., 2010, « El agua en la ciudad andalusí », in J. Sobrino Simal, L. Cervera Pozo, Actas del II Coloquio Internacional Irrigación, Energía y Abastecimiento de Agua: La cultura del agua en el arco mediterráneo (Alcalá de Guadaira, 3-9 de noviembre de 2008), Alcalá de Guadaira, Ayuntamiento de Alcalá de Guadaira, p. 147-254.

Navas, A., Machin, J., Gaspar, L., Sadiki, A., Kabiri, L., Faleh, A., 2013, Les sols dans le pays du Ziz (sud-est marocain). Caractéristiques et aspects de dégradation, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores y de Cooperación.

Pelletier, M., 1994, « Le portulan d’Angelo Dulcert, 1339 », Cartographica Helvetica, 9, p. 23-31.

Rachewiltz, B. de, 1972, « Missione ethno-archeologica nel Sahara maghrebino. Rapporti preliminary: prima campagna (29 maggio-3 luglio 1971); seconda campagna (28 marzo – 7 maggio 1972), Africa : Rivista trimestriale di studi e documentazione dell’Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente, 27, p. 519-568.

Redman, Ch. L., Wattenmaker, P., Pollock, S., 1984, « Survey and test excavation of six medieval Islamic sites in Northern Morocco », Bulletin d’archéologie marocaine, 15, p. 311-360.

Reklaityte, I., 2016, « Les latrines en al-Andalus : leurs principales caractéristiques et les conditions sanitaires urbaines », Médiévales, 70, p. 59-75.

Rousset, M.-O., 2016, « Latrines et espaces d’ablution dans les mosquées du Proche-Orient médiéval : l’enseignement des fouilles de Tyr », Médiévales, 70, p. 105-127.

Ruf, T., 1995, « Histoire hydraulique et agricole et lutte contre la salinisation dans le delta du Nil », Sècheresse, 6, p. 307-317.

Rodríguez Mediano, F., 2009, « Luis del Mármol lecteur de Léon », in F. Pouillon (dir.), Léon l’Africain, Paris, Karthala, p. 239-268.

Rosenberger, B., 2009, « Une carrière politique au service du sultan de Fès », in F. Pouillon (dir.), Léon l’Africain, Paris, Karthala, p. 31-68.

Solignac, M., 1953, Recherches sur les installations hydrauliques de Kairouan et des steppes tunisiennes du viie au xie siècle JC, Alger, Imprimeries « La Typo-Litho » et J. Carbonel.

Soubira, T., 2018, Hydraulique urbaine, hydraulique oasienne : archéologie d’une ville médiévale des marges sahariennes du Maroc. Hydrohistoire de Sid̲j̲ilmāsa et de la plaine du Tāfīlālt, thèse de doctorat, Université Toulouse-Jean Jaurès.

Soubira T., Fauvelle F.-X., Erbati E., Mensan R., 2015, « Sijilmāsa (Morocco): The urbanism of a medieval Islamic site as seen through its hydraulic system (8th-13th centuries AD) », Nyame Akuma, 84, p. 3-12.

Terrasse, H., 1936, « Note sur les ruines de Sijilmassa », Revue africaine, 368-369, p. 581-589.

Van Staëvel, J.-P., Ruas, M.-P., Ettahiri, A. S., Fili, A., 2016, « Lieux d’aisance et de toilette en milieu rural dans le Maroc médiéval. L’exemple des latrines du site d’Igīlīz et les déchets des plantes consommées », Médiévales, 70, p. 189-213.

Vázquez navajas, B., 2016, « Las condiciones higiénicas y el saneamiento en Madīnat Qurṭuba durante el siglo X », Anales de Arqueología Cordobesa, 27, p. 293-324.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple A. Bazzana et al., 2009.

2 Voir par exemple P. Berthier, 1966 ; T. Madani, 2003.

3 Voir par exemple M. Solignac, 1953.

4 C. Mazzoli-Guintard, 2014, p. 152.

5 T. Madani, 2003.

6 C. Mazzoli-Guintard, 2014, p. 147.

7 Voir J. Navarro Palazón, P. Jiménez Castillo, 2010.

8 Voir par exemple B. Vázquez Navajas, 2016.

9 Cette thèse, réalisée sous la direction de François-Xavier Fauvelle au sein du laboratoire TRACES (UMR 5608), a été soutenue le 12 février 2018 à l’université de Toulouse-Jean Jaurès. Le jury, présidé par Julien Loiseau, était composé d’Elarbi Erbati et Stéphane Pradines (rapporteurs), Claire-Anne de Chazelles, Isabelle Hairy et Caroline Robion-Brunner (examinatrices).

10 Nous tenons à remercier chaleureusement les co-directeurs Elarbi Erbati et François-Xavier Fauvelle, ainsi que les membres de la mission maroco-française Christian Darles, Clémentine Gutron, Romain Mensan et Mustapha Souhassou pour leur aide et leur soutien sur le terrain et en dehors.

11 D. Lightfoot, J. Miller, 1996, p. 95.

12 L. Berriau, 1904 ; L. Mercier, 1905 ; L. Gaulis, 1928 ; L. Clariond, 1937.

13 Voir à ce sujet les recommandations de l’auteur d’un récit de voyage de la seconde moitié du xviie siècle entre Taġāzā et Siğilmāsa, dans L. Mezzine, 1996.

14 Voir Joseph Reinaud dans sa traduction de la Géographie d’Abū’l-Fidā’ : « Sedjelmassé a joué jadis un grand rôle, et aujourd’hui l’on est incertain sur sa véritable situation. M. Walkenaer a le premier émis l’opinion que Sedjelmassé était la ville actuelle de Tefillelt ou Tefilé. Cette opinion a été développée par M. d’Avezac et adoptée par M. Cooley. Quant à M. Graberg de Hemso, il distingue l’emplacement de ces deux villes. Ce qui est bien certain, c’est que Tefilelt et Sedjelmassé se trouvaient dans la même vallée, et que la première de ces deux villes a succédé à l’autre, comme chef-lieu de la contrée. », dans J. Reinaud, 1848, p. 189.

15 Elisabeth Jean Hyacinthe Dominique Dastugue est né le 8 juillet 1827 à Maubourguet (Hautes-Pyrénées) et décédé le 15 janvier 1880 à Bastia (Corse). Il est nommé chef du bureau arabe de Tlemcen en 1859, puis promu lieutenant-colonel en 1865 (source : base Léonore).

16 H. Dastugue, 1867, p. 338.

17 Ibid., p. 368-372.

18 E. Erbati et al., 2016, p. 240.

19 Dans son article, Terrasse signale également des restes mérinides dans le ḳṣar de Rissani, inscrits dans des constructions du xviie siècle.

20 H. Terrasse, 1936, p. 582.

21 V. Monteil, 1968, p. 82-84. Ce dernier fut également impressionné par la grande crue cumulée du Wādī Zīz et Wādī Ġaris de septembre 1940 et son action dévastatrice.

22 « On les appelle, sur place, lemdîna l’âmra, (La ville peuplée), par antiphrase euphémistique, pour éviter de dire la cité vide et non la ville rouge (lemdîna lḥamra), comme on le lit trop souvent. », dans V. Monteil, 1968, p. 83.

23 Elle publia notamment une étude architecturale du ḳṣar d’Abbar situé dans la zone urbaine de Rissani, voir D. Jacques-Meunié, J. Meunié, 1959.

24 D. Jacques-Meunié, 1962.

25 « L’hydro-histoire se fonde sur une tradition ancienne d’histoire des techniques hydrauliques, construite par le croisement d’archives textuelles et d’inventaires monumentaux et archéologiques […]. Cependant, ce type d’approche n’est jamais strictement technique. Les questions posées concernent non seulement les savoirs mais aussi la façon dont ils sont mis en œuvre dans un contexte donné et dont ils répondent à des demandes de nature politique, économique, sociale et/ou culturelle. », dans P. Fournier, 2015, p. 2.

26 A. Navas et al., 2013, p. 11.

27 Selon l’hydrogéologue français Jean Margat, qui réalisa une étude géologique approfondie du Tāfīlālt dans les années 1950, le Zīz actuel correspondrait à un canal artificiel dérivé de son cours naturel, l’actuel Wādī Amerbouh dans la partie orientale de l’oasis, voir J. Margat, 1962, p. 191. Il n’est d’ailleurs pas le premier à envisager cette hypothèse. En 1939, Jouannet écrit qu’à cet endroit « le Ziz est une création de l’homme lequel, barrant le lit naturel de l’oued primitif, l’Amerbouh, dériva les eaux au milieu des masses d’alluvions déposées par les deux oueds, dans une énorme seguia devenue au cours des temps le véritable lit de l’oued pendant 50 kilomètres. », dans P. Jouannet, 1939, p. 3. Voir également M. Jarir, 1987, p. 193.

28 R. Mensan et al., 2017, p. 189.

29 Cette observation, faite par Margat et confirmée par les travaux de la mission maroco-française, contredit clairement l’hypothèse selon laquelle le Wādī Zīz serait un canal de dérivation, voir R. Mensan et al. 2017, p. 191.

30 L. Mezzine, 1984, p. 24.

31 R. Mensan et al., 2017, p. 203.

32 V. Monteil, 1968, p. 43.

33 « Sidjilmāsa est une ville située sur le fleuve Ziz. On n’y trouve ni source ni puits. Elle est séparée de la mer d’un certain nombre de journées de marche. La population, très mélangée, est en majeure partie berbère et comprend surtout des Sanhadja. Ils cultivent du millet et du maïs [sic] : leur récolte dépend des pluies, puisqu’ils ont peu d’eau ; donc, sans pluies, pas de récolte. », dans G. Wiet, 1937, p. 225. Notons une grossière erreur de traduction dans le passage concernant les productions agricoles, le maïs n’a évidemment pas pu être cultivé à Siğilmāsa. Il s’agit ici plutôt du sorgho (ḏura), voir P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 325.

34 « Sédjelmessa, ville très-peuplée et possédant un superbe canton, est placée dans une belle position, sur une rivière qui, semblable au Nil, répand en été ses eaux sur le pays. Les terrains inondés s’y cultivent de la même manière que ceux de l’Égypte. On y sème quelquefois une espèce de grain qui fournit des récoltes pendant sept années successives, et dont l’épi diffère de ceux du blé et de l’orge ; le grain en est difficile à casser, d’un goût agréable et d’une grosseur qui tient le milieu entre celles du froment et de l’orge. On y possède des dattiers et de beaux jardins. », dans W.M.G. De Slane, 1842, p. 237.

35 F. Hartmann, 1923 ; T. Ruf, 1995.

36 B. Coque-Delhuille, P. Gentelle, 1995, 1997.

37 P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 334-335.

38 Tous les auteurs médiévaux emploient le terme nahr pour désigner le Wādī Zīz, ce qui suggère un régime pérenne et non saisonnier comme celui d’un oued.

39 Á ce propos, pour reprendre la formule d’al-Yaˁqūbī « sans pluies, pas de récoltes », ces auteurs l’adaptent habilement avec l’expression « pas de pluie, pas d’oued » pour caractériser ce régime saisonnier.

40 Bien que publiées en 1068, les données compilées par al-Bakrī, recueillies pour l’essentiel dans les archives califales cordouanes, se rapporteraient principalement au xe siècle. Il n’est donc pas possible d’affirmer avec certitude si les informations concernant Siğilmāsa appartiennent à un temps d’avant la prise de la ville par les Almoravides (que l’on date de 1053-1054) ou si elles se rapportent aux premières années de la domination de cette dynastie sur la ville et son territoire.

41 P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 341.

42 « La ville de Sijilmâsa s’élève au confluent de deux rivières qui prennent naissance toutes deux aux sources d’Ajlef. Non loin de Sijilmâsa, ce fleuve (unique) se partage en deux branches, dont l’une passe à l’Est et l’autre à l’Ouest de la ville. », dans V. Monteil, 1968, p. 42.

43 « La grande mosquée d’Al-Yasa’ est solide et bien construite. En revanche, les bains maures sont mal faits et médiocrement bâtis. », ibid.

44 Al-Muḳaddasī décrit Siğilmāsa comme « une importante capitale, à quelque distance d’un cours d’eau qui s’épuise au sud de la ville ; elle s’étend en longueur vers le sud, est dotée d’une enceinte en pisé et renferme en son centre une forteresse appelée al-‘Askar qui comprend la mosquée-cathédrale et le palais de l’émir ; il y fait à la fois très chaud et très froid et le climat est sain. Cette ville est riche en dattes, en raisin frais et sec, en fruits, en céréales, en grenades et en produits agricoles divers ; […] Sijilmâsa est au milieu des sables ; ses habitants disposent de points d’eau. », dans Ch. Pellat, 1950, p. 39.

45 « L’eau de la ville est saumâtre, comme toutes celles des puits de Sijilmâsa. Les cultures sont irriguées par l’eau de la rivière qui se déverse dans des bassins comme ailleurs. », dans V. Monteil, 1968, p. 42.

46 H. Bresc, A. Nief, 1999, p. 27-28.

47 « On n’y trouve point de bourg fortifié, mais des châteaux (quṣûr), des demeures et des cultures contigües sur une rivière dont le débit est important et qui vient du côté oriental du désert. Son débit augmente pendant l’été, exactement comme la crue du Nil, et ses eaux servent à l’irrigation des cultures de même que chez les paysans égyptiens. », ibid., p. 133-134.

48 P. Cressier, M. Méouak, 1990, p. 349.

49 « La ville est traversée par un fleuve important, sur les bords duquel on a disposé des jardins et planté des palmiers à perte de vue. », dans J. Cuoq, 1985, p. 186.

50 « Il y coule deux rivières, l’une venant de l’ouest et l’autre de l’est, mais toutes les deux ayant une source unique grossie par l’eau de plusieurs fontaines. Au-delà, dans les directions sud et ouest, nul lieu habité n’est connu. », ibid., p. 225.

51 « Elle est arrosée par une rivière qui, venant du sud-est, se partage en deux branches, et coule à la fois à l’orient et à l’occident. Ses bords sont couverts de jardins. », dans J. Reinaud, 1848, p. 189.

52 « Sedjelmassé a huit portes ; par quelque porte que tu sortes, tu apercevras de l’eau, des palmiers et d’autres arbres. Les jardins et les champs de palmiers sont entourés d’un mur qui les défend contre les entreprises des Arabes. », ibid.

53 F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003.

54 P. Charles-Dominique, 1995, p. 1023.

55 M. Pelletier, 1994, p. 23.

56 La représentation de la ville de Fès est également fidèle aux sources écrites, comme composée de deux noyaux distincts séparés par la rivière.

57 B. Rosenberger, 2009, p. 41.

58 « Il me reste néanmoins à dire que le territoire propre de Segelmesse, qui s’étend sur une distance de 20 milles le long du Ziz, du nord au sud, contient environ trois cent cinquante châteaux, tant grands que petits, en dehors des villages. […] La ville a été construite dans une plaine, sur le Ziz, et a été entourée d’une haute muraille dont on voit encore quelques parties. […] Segelmesse était une ville bien policée et avait de belles maisons. Ses habitants étaient riches à cause du commerce qu’ils pratiquaient avec le Pays des Noirs. Elle possédait de beaux temples et des collèges pourvus de nombreuses fontaines dont l’eau venait de la rivière. [...] Á présent Segelmesse est complètement ruinée et, comme nous l’avons dit, ses habitants se sont regroupés dans des châteaux disséminés un peu partout dans tout le territoire. », dans A. Épaulard, 1981, p. 428, 430.

59 F. Rodríguez Mediano, 2009, p. 239-240.

60 N. Perrot, 1667, p. 17-20.

61 « Il existe en effet entre ces gens force discordes et division. Ils sont toujours en lutte les uns contre les autres, et se font le plus de mal qu’ils peuvent, c’est-à-dire détériorent les canaux d’irrigation qui viennent de la rivière. », dans A. Épaulard, 1981, p. 428-429.

62 « L’été, la chaleur est excessive et la poussière est telle que c’est, je crois, la raison pour laquelle tous les gens ont les yeux tuméfiés. En cette saison aussi la rivière est le plus souvent à sec et la pénurie d’eau est grande : on ne dispose que de l’eau salée des puits creusés à la main. », ibid., p. 429.

63 « De grandes roues prenaient cette eau dans le Ziz et la lançaient dans des conduites qui l’amenaient en ville. », ibid., p. 430.

64 « Elle estoit embellie de plusieurs temples, palais & collèges, & avoit plusieurs fontaines, qu’on élevoit de la rivière par des rouës, qui se deschargeoient dans des reservoirs forts hauts, d’où elles se répondoient par toute la ville. », dans N. Perrot, 1667, p. 19.

65 A. Bazzana et al., 2009.

66 M. Al Dbiyat, 2009.

67 A. Bazzana, Y. Montmessin, 2004.

68 F.-X. Fauvelle et al., 2014, p. 8.

69 J. Hassar-Benslimane, 1986, p. 30.

70 Une nouvelle campagne fut prévue pour 1973 mais rien n’indique elle eut bien lieu. De même, qu’en 1974, où l’inspecteur des Monuments historiques de Meknès, Mohamed Ben Chemsi, a ouvert plusieurs secteurs de fouille dans la zone archéologique, plus précisément dans le secteur dit de la « mosquée » selon la tradition orale.

71 B. de Rachewiltz, 1972.

72 « Mouley-Ismaïl restaura la Kasba de Sidjilmassa, et par ce nom il faut comprendre toute la partie nord de la ville ancienne, que les habitants du pays appellent souvent Medinet-el-Aamera, la ville peuplée, par opposition à la partie sud qui, au dire, des Eulêma du pays, fut détruite à l’époque où un sultan des Beni-Merin […] construisit Ben-Zirek qui est aussi aujourd’hui en ruines. », dans H. Dastugue, 1867, p. 369.

73 T. Soubira, 2018, p. 239-241.

74 R. Messier, 1997 ; R. Messier, J. Miller, 2015.

75 R. Messier, 1997, p. 68-71.

76 Ibid., p. 75-77 ; R. Messier, J. Miller, 2015, p. 145-146.

77 Une datation entre le milieu du xve et le milieu du xviie siècle a été obtenue sur un échantillon provenant d’un remplissage postérieur à la construction de l’un des bassins, remplissage lui-même scellé par un pavement en briques cuites.

78 Il s’agit d’un terminus post quem, basé sur une analyse 14C livrant la date médiane de AD 1020 avec une fourchette de AD 885 à 1220. Á noter que rien n’est fourni sur la nature de l’échantillon daté et le code laboratoire.

79 R. Messier, J. Miller, 2015, p. 142.

80 R. Messier, A. Fili, 2011, p. 135.

81 R. Messier, 1997, p. 71.

82 Ibid.

83 G. Argoud, 1986, p. 86-91.

84 S. Baron et al., 2017, p. 151-155.

85 La monographie Sijilmâsa, cité islamique du Maroc médiéval, reprenant l’intégralité des travaux effectués par l’équipe maroco-française sur le site et à sa périphérie, sera publiée prochainement.

86 Ch. Darles et al., 2016.

87 J. Milot et al., 2018.

88 R. Messier , 1997, p. 95.

89 E. Erbati et al., 2016.

90 R. Mensan et al., 2017.

91 T. Soubira, 2018, p. 267-298.

92 T. Soubira et al., 2015, p. 8-9.

93 Les parois de la structure n’ont pas été entièrement dégagées, seule la partie sud n’est pas complètement visible.

94 Pour désigner ces structures de stockage, nous préférons parler de réservoir plutôt que de citerne, voir T. Soubira, 2018, p. 332-339. En effet, les citernes apparaissent traditionnellement sous la forme de structures souterraines inscrites dans un quadrilatère comprenant une seule ou diverses chambres voûtées et compartimentées sur un ou plusieurs niveaux, marquées par l’emploi généralisé de la chaux pour l’étanchéité dans les sols et enduits de protection, ainsi que de la brique cuite pour la confection des murs, des piliers et le soutènement des voûtes. Pour al-Andalus, voir M. Box Amorós, 1995 ; A.G. Gutiérrezayuso, 2000. Pour le Maroc, voir par exemple Ch. Allain, 1951 ; J. Meunié et al., 1952 ; Ch.L. Redman et al., 1984.

95 Le fond de cette structure n’a pas pu être atteint à la fouille pour des questions d’accessibilité et de sécurité (160 cm dégagés).

96 Échantillon SIJ 2015-E201 (Beta 431099), 1440+/-30 BP, soit Cal AD 570-655.

97 Échantillon SIJ 2015 E-100 (Beta 431106), 880+/-30 BP, soit Cal AD 1045-1095 et Cal AD 1120-1220.

98 La datation d’un charbon prélevé dans le mortier de préparation de ce dallage permet de le dater confortablement du xiiie siècle. Échantillon 2016-E13 (Beta 451468), 800+/-30 BP, soit Cal AD 1190-1275.

99 Un fragment de bois de traverse encore en place sur l’un de ses murs a livré une fourchette de datations modernes. Échantillon 2014-E6 (Beta 383610), 250+/-30 BP, soit Cal AD 1530-1550, 1635-1670, 1780-1800, 1945+.

100 T. Soubira, 2018, p. 256-260.

101 Ibid., p. 260-262.

102 Environ 60 cm sur l’axe nord-sud et 70 cm sur l’axe est-ouest.

103 M.-O. Rousset, 2016, p. 124.

104 I. Reklaityte, 2016, p. 67-72.

105 A. Bazzana, N. Trauth, 1997, p. 60.

106 Y. Bokbot et al., 2013, p. 292.

107 J.-P. van Staëvel et al., 2016, p. 195-196.

108 Ibid., p. 197.

109 J. Margat, 1962, p. 196.

110 T. Soubira, 2018, p. 396-405.

111 E. Erbati et al., 2016, p. 229-231.

112 P. Cressier, 2004, p. 281-282 ; R. González Villaescusa, P. Cressier, 2011.

113 C. Aillet et al., 2017, p. 204-205.

114 E. Erbati et al., 2016, p. 222-223.

115 « Les réseaux techniques sont aujourd’hui considérés comme des objets de recherche à part entière par les historiens de la ville. Dans une certaine mesure, ils sont en passe de constituer un nouvel horizon paradigmatique pur l’histoire urbaine, toujours en quête d’un outillage conceptuel spécifique, capable de souligner son identité au sein du paysage historiographique. […] Témoins et indices de la modernisation urbaine, les processus et les procédures qui accompagnent la mise en place de ces réseaux apparaissent incontestablement comme des enjeux de souveraineté. », dans V. Lemire, 2010, p. 26. 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation du site de Siğilmāsa
Crédits Crédit : Romain Mensan.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 2 : Carte du « Tafilala proprement dit »
Légende À gauche : document original, d’après H. Dastugue, 1867 ; à droite : vectorisation reprenant les principales informations (DAO : Thomas Soubira).
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 3 : Coupe géomorphologique du site de Siğilmāsa
Crédits Crédit : D’après R. Mensan et al., 2017, p. 191.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4 : Exemples de structures hydrauliques découvertes au nord de la zone archéologique de Siğilmāsa par la mission italienne de 1971-72
Légende Du haut à gauche dans le sens des aiguilles d’une montre : un grand bassin ; une canalisation en céramique ; une fontaine ; une vasque de récolte de l’eau.
Crédits Crédit : D’après B. de Rachewiltz, 1972, p. 548.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 5 : Exemples de structures hydrauliques dégagées dans les années 1970, redécouvertes par la mission maroco-française lors de prospections
Légende À gauche : aménagement quadrangulaire en blocs de schiste et mortier de chaux ; à droite : angle sud-est du grand bassin.
Crédits Crédit : Elarbi Erbati et Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 6 : Bassins en briques cuites du secteur T25
Légende À gauche : structures en cours de fouille au milieu des années 1990 par la mission maroco-américaine, d’après R. Messier, 1997, p. 76 ; à droite : vue de ces bassins au moment de la reprise des opérations sur ce secteur en 2013 par la mission maroco-française.
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 7 : Carte archéologique du site de Siğilmāsa
Crédits Crédit : D’après A.  Daussy et al., 2015.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure 8 : Relevé photogrammétrique du secteur A4 (à gauche) et vue générale de la partie sud-est du secteur fouillée en 2016 (à droite)
Crédits Crédits : Axel Daussy, Romain Mensan et Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 9 : Plan de répartition des vestiges du secteur A4
Crédits Crédit : Romain Mensan et Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 10 : Ensemble de profils du secteur A4
Crédits Crédit : Romain Mensan et Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 11 : Plan de répartition des vestiges de la zone sud-est du secteur A4 fouillée en 2016 et profils
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 12 : Détails du second état du réservoir du secteur A4 suite au partitionnement
Légende À gauche : enduit mural et bourrelet d’étanchéité ; à droite : escalier en partie est.
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 13 : Vue générale de la canalisation UA 411
Légende On peut entrevoir le coude en céramique marquant son terminus ouest ainsi qu’une fosse résultant d’une troncature postérieure.
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 14 : Vues multiples de la canalisation UA 421 dans l’angle sud-ouest du secteur A4
Légende À gauche : coffrage maçonné extérieur au réservoir en béton ; à droite : tuyau en céramique observé à l’intérieur du réservoir UA 401 et traversant la paroi ouest de ce dernier.
Crédits Crédit : Romain Mensan et Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 15 : Vue de la couverture du drain UA 433 avant démontage
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 16 : Vue générale du regard UA 417 et du drain UA 420 dans l’angle sud-ouest du grand réservoir
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 17 : Vue de la fosse UA 601 en fin de fouille
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Figure 18 : Vue de la fosse de latrines UA 706 et de son dispositif d’écoulement en fin de fouille
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 19 : Vue de la muraille des xiie-xiiie siècles au nord de la zone archéologique et de la seguia Šurfāʾ en contrebas
Crédits Crédit : Thomas Soubira.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2937/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Soubira, « L’eau à Siğilmāsa (Maroc) : témoins écrits et matériels pour une hydro-histoire du Tāfīlālt (VIIIe-XVe siècles) »Afriques [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/afriques/2937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afriques.2937

Haut de page

Auteur

Thomas Soubira

Post-doctorant, Centre Jacques-Berque (USR 3136), Laboratoire TRACES (UMR 5608)

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search