Navigation – Plan du site

AccueilÉclectiquesSources2023Sur les traces des savants d’Agad...

2023

Sur les traces des savants d’Agadez au tournant du XXe siècle. Traduction d’un manuscrit de Bukhārī Tānūdé (écrit vers 1967-1969)

In the footsteps of the scholars of Agadez at the turn of the 20th century. Translation of a manuscript of Bukhārī Tānūdé (written around 1967-1969)
Salao Alassane

Résumés

Cet article nous propose la traduction d’un manuscrit, Miṣbāḥ al- Ẓalām fī wafayāt Aʿyān al-qarn al- ṯāliṯ ʿašar ilā al-rābiʿ ʿašar, rédigé entre 1967 et 1969 par Tānūdé b. al-Bukhārī b. Ilāǧāl al-Tinbuktī al-Agadazī. Conservé au Département des Manuscrits Arabes et Ajami (MARA) de l’Institut de Recherches en Sciences Humaines de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, ce texte nous éclaire, sous forme de courtes notices biographiques, sur la formation et le parcours de plusieurs savants musulmans de la ville d’Agadez ayant principalement vécu entre le début du xixe siècle et les années 1920 (vers 1214-1344 de l’Hégire).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les documents conservés au MARA peuvent être identifiées dans le catalogue publié : Ḥasan Mawlāy, (...)
  • 2 C. Lefebvre, 2021, p. 64 note 60.
  • 3 MARA, manuscrits 37, 58, 63, 64 et 65.

1Ce manuscrit est conservé au Département des Manuscrits Arabes et Ajami (MARA) de l’Institut de Recherches en Sciences Humaines de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Il y est enregistré sous la cote numéro 581. L’auteur du texte est Tānūdé b. al-Bukhārī b. Ilāǧāl al-Tinbuktī al-Agadazī. Les caractéristiques matérielles du manuscrit sont les suivantes : il s’agit d’un original, rédigé à l’encre noire, dans une graphie sūdānī, composé sur un papier moderne de 22 sur 13,5 cm et composé de 41 folios d’environ 13 lignes. Il n’est pas daté, mais il a certainement été rédigé par Bukhārī Tānūdé entre 1967 et 1969, à l’époque où il travaillait pour Boubou Hama, un homme de lettres nigérien qui était alors président de l’Assemblée nationale et qui lui avait demandé de composer une série de textes sur l’histoire de l’Aïr et du Damagaram à partir de sa connaissance de la tradition orale2. Cinq manuscrits rédigés dans ce contexte par cet auteur sont aujourd’hui conservés au MARA3.

  • 4 Aïr, Ayar ou Ähir (Āhīr) : massif saharien de l’Aïr formé par plusieurs monts, culminant à plus de (...)
  • 5 I. Yahaya, 2014, p. 127-146.

2Il est indiqué dans le catalogue comme provenant d’Agadez au Niger, un lieu de savoir et d’enseignement islamique réputé, où résident au xixe siècle plusieurs grands lettrés recevant des étudiants venus de toute la région. Selon le manuscrit, au xixe siècle, l’activité religieuse d’Usman Dan-Fodio et son jihad étaient déjà très largement connus des Touaregs de la région. Certains Kel Geres, parmi les Ineslemen, l’avaient rejoint dans son village familial à Degel jusqu’en 1803. Son mouvement devait être connu dans l’Ayar4 également, et en particulier à Agadez, non seulement à cause des échanges épistolaires et du va-et-vient permanent entre l’Abzin et le Haoussa, mais aussi en raison de son séjour dans la région d’Agadez, cœur politique du sultanat de l’Aïr5, qui est attesté depuis le xve siècle.

  • 6 A. Adamou, 1979, p. 86 ; J.-L. Triaud, 1999, p. 156-157 ; C. Lefebvre, 2021, p. 251.
  • 7 J.-L. Triaud, 1976, p. 96-101 ; A. Adamou, 1979, p. 98-99.

3Le titre traduit du manuscrit est Éclairage sur la nécrologie des savants et hommes illustres d’Agadez des xiiie-xive siècles de l’Hégire, sous le règne de ‘Abd al-Raḥmān, connu sous le nom de Tégama. Le sultan d’Agadez ‘Abd al-Raḥmān dit Tégama, ou Tagama, est le fils de Muḥammad al-Bāqri ibn sulṭān ʿAbd al-Qādir, dit Tsofo (en haoussa « le Vieux »). Il est né en 1876 à Walelewa dans le Damergou ; après des études coraniques à Ikinewan il pratiqua le commerce, avant d’être choisi par l’administration coloniale pour succéder au sultan Ibraḥim al-Dasūqī et il régna de 1908 à 19176. Membre de la Sanūsiyya, il participa à la révolte de Kaocen en 1916-1917. Après la défaite il prit la fuite et fut capturé par les Français dans le Djado en mai 1919. Emprisonné à Agadez pour être jugé, il fut finalement exécuté par le commandant de cercle le 30 avril 19207.

  • 8 J.-L. Triaud, 1993, p. 96 ; A. Adamou, 1979, p. 100.

4Le sujet de ce texte est la formation et le parcours de plusieurs savants musulmans de la ville d’Agadez. Au moment de la répression, à la suite de la défaite de Kaocen et de ses alliés, tous les savants, les lettrés et les hommes de religions de la ville d’Agadez furent exécutés par les militaires français dans la Grande Mosquée de la ville, où ils s’étaient réfugiés, et leurs manuscrits furent brulés8. Ce manuscrit est donc d’autant plus important qu’il permet d’observer un paysage intellectuel qui a disparu en raison de la violence de la domination coloniale. Malheureusement, tous les manuscrits mentionnés dans le texte ne nous sont pas accessibles aujourd’hui pour différentes raisons, certains ont été détruits, d’autres seraient toujours conservés dans les familles.

5Le style du texte arabe est sobre et teinté d’une oralité marquée par la langue haoussa, la transcription des noms de personnes et des toponymes est approximative. Le plan du manuscrit ne semble pas être construit autour d’une chronologie stricte, cependant certaines notices fournissent des informations de datation plus précises que d’autres. À l’instar des notices biographiques classiques, ici l’accent est mis sur les dates de mort plutôt que sur celles des naissances, l’arbre généalogique des personnalités décrites est à quelques exceptions près limité aux prénoms et aux noms.

6Afin de collecter des informations en lien avec ce manuscrit, en vue de sa traduction en français, l’auteur de cet article, Salao Allassane, et Wazirou Brah Ousmane, appelé du Service Civique National au MARA, avons mené une mission d’enquête d’une semaine en 2014, à Agadez. Nous avons ainsi réalisé quatre entretiens avec Tānūdé dans son cercle d’enseignement dans l’ancien quartier d’Agadez Funéimi, en présence de Mohamed Amma Djibril, chef de base de l’IRSH (Institut de Recherche en Sciences Humaines de l’Université Abdou Moumouni) d’Agadez.

Biographie de l’auteur

7Né en 1346 de l’Hégire/1927 à Agadez, il avait 82 ans en 2014, lors de notre enquête. Son nom est Bukhārī Tānūdé, dit Abbaha, de parents touaregs. Son père était originaire de l’Aȉr, sa mère prénommée Addaula était une métisse touarègue du Mali et du Niger ; son arrière-grand-père maternel était un touareg malien (Ilāǧal) et son arrière-grand-mère était une Toubou de Bilma.

8Il étudia à l’école coranique traditionnelle et mémorisa deux fois le Coran. Pendant ses études, un copiste, du quartier d’Amaréwat, du nom d’Abba Kassada, le prit sous son aile et lui apprit le métier de copiste du Coran, ce qui lui permit d’en établir deux.

9Son grand frère Boukhari Ekadé était cordonnier et Tānūdé l’assistait dans son travail, mais son attention était alors beaucoup plus tournée vers les études et rapidement il décida de poursuivre dans cette voie, en allant suivre la lecture de l’après-midi (al-Ẓuhr). Son grand frère, sans l’en empêcher, lui aurait dit en plaisantant : « Deviendrais-tu cadi ou imam ? »

10À l’école coranique d’Amarewatt où il étudiait, il acquit rapidement une réputation dans la lecture du Coran. La tradition rapporte qu’un jour, la mère d’un de ses amis qui s’appelait Zara lui aurait dit : « si quelqu’un travaille et étudie le Coran en même temps et qu’il constate qu’il est plus intéressé par le Coran que par le travail, il doit alors opérer un choix clair : le Coran ». Cette remarque eut beaucoup d’effet sur lui.

  • 9 Deuxième entretien avec Tānūdé en 2014, dans son cercle d’enseignement à Agadez, en présence de Waz (...)

11Pourtant une tradition rapportée par l’un des plus grands cordonniers de la ville, appelé Namoda, indique que Tānūdé était aussi doué dans son travail : Namoda envoya une paire de chaussures à coudre. Quand Bukhārī Tānūdé eut fini le travail, il regarda la chaussure et dit : « si Bukhārī Tānūdé continue sur ce chemin, il deviendra plus célèbre que moi9 ».

12Bukhārī Tānūdé était l’une des personnalités religieuses les plus écoutées au Palais du sultan d’Agadez et fut président de l’Association Islamique du Niger au titre d’Agadez.

Traduction du manuscrit

13Éclairage sur la nécrologie des savants et hommes illustres d’Agadez des xiiie-xive siècles de l’Hégire / xixe-xxe siècles

14Miṣbāḥ al- Ẓalām fī wafayāt Aʿyān al-qarn al- ṯāliṯ ʿašar ilā al-rābiʿ ʿašar

15Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

  • 10 Tābiʿūn (sing. ṭābiʿ), désigne la génération qui suit les compagnons du Prophète, les ṣaḥāba.
  • 11 Muqallidūn (sing. muqallid), ceux qui suivent la tradition islamique. En droit musulman, il s’appli (...)

16Que la paix et le salut de Dieu soient sur notre Maître Muhammad, sa famille et ses compagnons. Le pauvre en Dieu, dans le besoin vital de la miséricorde de son Seigneur, Tānūdé b. al-Buḫārī, petit-fils d’al-Ilāǧāl al-Tinbuktī hôte d’Agadez, que Dieu lui fasse miséricorde, a dit : « Louange à Dieu, Seigneur des mondes, que Son sublime salut et Sa Paix totale soient sur notre maître Muḥammad, sur sa famille et sur tous ses compagnons. Et que Dieu, Le Très Haut, soit satisfait de la génération qui a succédé aux compagnons (al-tābiʿūn10), des savants qui ont mis en pratique leur savoir, des quatre imams fondateurs des écoles de droit sunnite, et des savants qui ont suivi l’exemple des fondateurs (al-muqallidūn11) jusqu’au Jour de la Résurrection. [1]

  • 12 Tégama : de son prénom ʿAbd al-Raḥmān, sultan d’Agadez, qui régna de 1908 à 1919.

17Ce traité est une biographie des savants d’Agadez du quatorzième siècle de l’Hégire, sous le règne de ʿAbd al-Raḥmān, connu sous le nom de Tégama12, que Dieu Le Très Haut lui accorde Sa miséricorde.

18Au moment où la biographie des savants les plus éminents de la Umma des siècles passés est l’une des préoccupations des esprits raffinés, il m’est agréable de narrer ce qui s’est passé de fondamental, en le désignant sous le titre : Misbāḥ al-Ẓalām fī tārīḫ ʿulamāʾ wa-aʿyān Agadez fi al-qarn al-āli wa al-rābiʿ ʿašar (littéralement, « La lanterne de l’obscurité concernant l’histoire des savants et des hommes illustres d’Agadez des xiiie-xive s. H.)

19Que Dieu face en sorte que mes dires soient conformes à Sa sublime directive, et que tout le monde en bénéficie, āmīn.

  • 13 Il s’agit d’un personnage mythique qui est une figure fondatrice de l’islam savant dans la région. (...)
  • 14 Hārūn al-Rašīd Abū Ǧaʿfar, cinquième calife abbasside qui régna à Bagdad de 170/786 à 193/808.

201 – Aḥmad al-Baġdādī13 : On m’a raconté qu’à l’époque abbasside, au temps de Hārūn al-Rašīd14 il y avait un gouverneur en Perse (fāris) avec qui al-Rašīd eut des démêlés. Ce dernier donna l’ordre de l’exécuter, ce qui fut fait.

21Un certain Aḥmad avait été nommé à sa place comme gouverneur de la Perse. Le nouveau gouverneur épousa une persane qui lui donna dix garçons. Au moment où Hārūn al-Rašīd chargea les ministres, les gouverneurs et les princes d’envoyer leurs enfants à l’école pour y recevoir une instruction, exécutant cet ordre, Aḥmad inscrit tous ses enfants [3] avec ceux des princes, des ministres et des gouverneurs. Ils sortirent diplômés après plusieurs années d’études : certains devinrent des juristes, des lettrés ou des théologiens, d’autres des savants versés dans les traditions prophétiques. Aḥmad al-Baġdādī Ibn Aḥmad se trouvait parmi eux. Le commandeur des croyants Hārūn al-Rašīd a alors recommandé à tous ses savants de s’installer dans les différentes contrées de l’Empire afin de diffuser et de promouvoir l’islam.

  • 15 Talnouzid, village se trouvant au nord de la région d’Agadez dans le Niger actuel.
  • 16 « Abnāʾ al-Šayḫ al-Kabīr » pourrait être ici une allusion au Kunta, descendant du cheikh al-Muḫtār (...)
  • 17 Ichikha : prononciation adaptée des Kel-Tamashek du pluriel de šayḫ (šuyūḫ).

22C’est dans ce cadre que Aḥmad al-Baġdādī se dirigea vers l’Égypte où il vécut deux ans. Durant son séjour beaucoup d’Égyptiens bénéficièrent de ses enseignements en sciences religieuses. Ce fut une période faste pendant laquelle il en profita pour se marier à une Égyptienne, avec laquelle il eut un certain nombre d’enfants. Continuant sa route [4]il se dirigea vers la Tunisie où il resta quelques années et se maria à une Tunisienne qui lui donna plusieurs enfants. En Tunisie, il forma un grand nombre de disciples. Puis, il se dirigea vers Marrakech, où il aida et orienta les gens vers une bonne compréhension de l’islam. Puis il se rendit à Talnouzid15 où il appela les gens à embrasser l’islam, ce qui fut fait. Arrivé à Tombouctou, il y trouva le grand cheikh16 célèbre parmi les croyants dont les enfants peuplent le Mali et leurs descendants résidant au Niger sont connus sous le nom de Ichikha17. Parmi ses arrière-petits-fils on citait Ahmad al-Walī et son frère Aḥmad al-Ṣādiq.

23Al-Baġdādī quitta Tombouctou pour atteindre le désert du Sahara [5], qui est la terre des Touaregs, où il fut injustement assassiné.

  • 18 Tadaba, nom d’un lieu à côté d’El Mekki dans la région d’Agadez.

24Certaines sources rapportent qu’il a séjourné dans les régions de Tadaba18, Tanoussaraka et Tiguidit. On rapporte que lorsqu’il atteignit Tadaba, lui et ses compagnons avaient soif et avaient besoin d’effectuer leurs ablutions, il implora alors Dieu et l’eau jaillit de tous les côtés d’une roche située non loin d’eux. De nos jours, cette eau continue de couler.

25Puis il se dirigea vers Tanoussaraka où l’eau était rare, il frappa une autre roche avec sa canne, l’eau jaillit par la grâce de Dieu et tout le monde en profita. De nos jours l’eau continue encore de couler.

  • 19 Le texte est avare en information sur cette personnalité religieuse.
  • 20 Imghad groupes roturiers ou tributaires. La société touarègue était organisée et structurée par des (...)

26De Tanoussaraka, il continua à Awdaras/Aoudéras [6] où il trouva un leader du nom de Rizkail19, il appela les gens à rejoindre la religion et ils furent nombreux à répondre à son appel. Lorsque Rizkail constata la nouvelle orientation de la population et leur intérêt pour le nouveau venu, sa jalousie fut manifeste. Il organisa alors un complot avec les imghads20 pour assassiner Aḥmad al-Baġdādī, un plan qui fut exécuté au moment où ce dernier dormait après la prière du vendredi. Ainsi par cet acte ignoble les imghads devenaient des boiteux, maudits et voleurs.

27Je me suis informé auprès de ʿUṯmān sur l’arrivée de Aḥmad al-Baġdādī à Tombouctou en posant la question suivante : Y avait-il un souverain à l’époque ?

28Il répondit que oui et que lorsque [Aḥmad al- Baġdādī] arriva à Tombouctou [7] il y trouva deux rois frères noirs : l’un s’appelait Djarma Ghanda, il administrait la partie nord et le second s’appelait Djarma Haoussa lequel administrait la partie sud, c'est-à-dire celle située du côté haoussa.

  • 21 Le cheikh Aḥmad al-Zarūq : grand savant et maître d’école coranique, appartenant à la tariqa Shādhi (...)
  • 22 La Shādhiliyya a eu une grande importance dans les pratiques soufies d’Afrique de l’Ouest avant que (...)

29On m’a rapporté aussi que lorsque Aḥmad al-Baġdādī quitta Baġdād, son aura ou sa lumière parvenait déjà à Agadez à l’époque où le cheikh Aḥmad al-Zarūq21 régnait sur cette cité. Il avait pressenti l’arrivée d’al-Baġdādī par cette aura et a dit à son fils : « Oh fils, ce jour j’ai vu en songe l’arrivée dans cette contrée, de l’un des Saints de Dieu (walī min awliyāʾ Allāh) en provenance de Baġdād. S’il te trouve et que tu le rencontres, obéis-lui et transmets-lui mes salutations d’autant plus qu’il ne me trouvera pas [vivant] ». Aḥmad al-Zarūq mourut quelque temps après. [8]Ainsi son fils se mit à attendre la concrétisation de l’annonce de son père. Lorsque Aḥmad al-Baġdādī parvint à Agadez, le prince héritier lui transmit ces messages que le nouveau venu s’empressa d’accepter. Nombreuses sont les élites agadéziennes qui ont été formées par lui, en particulier parmi les tribus touarègues qui ont reçu de lui le wird šāilī22.

  • 23 Cercle : il s’agit ici de l’enseignement de niveau supérieur, qui succède à la lecture et à la rele (...)

30Il m’a été impossible de dénombrer les saints issus de son cercle d’enseignement23. Cependant, on m’a rapporté que le Prophète, que la paix et le salut de Dieu soient sur lui, a informé ʿAlī « qu’un des siens quittera Baġdād pour l’extrême Maghreb et sera injustement assassiné ». C’est cet homme à propos duquel le Prophète, que la paix et le salut de Dieu soient sur lui, a informé ʿAlī.

  • 24 Muḥammad Shankô, père de Malam Haido, selon notre troisième entretien avec Tānūdé dans son cercle d (...)

312 – L’un des grands hommes de culture d’Agadez était le gnostique (al-ʿārif bi-llāh) Muḥammad Shankô24 , que Dieu l’ait en Sa miséricorde. Il naquit à Agadez et y mourut en 1249 de l’Hégire/1833. Il appartient à la classe des lettrés et des hommes de sciences de l’Aïr (Āhīr) et fut l’un des plus illustres savants touaregs de la dernière époque ; il était spécialiste de littérature, de jurisprudence, [10] de philosophie, de science médicale, de philologie, de grammaire et d’histoire.

32Jeune, il évolua au milieu des savants, apprit de chacune des sciences une parcelle et s’illustra dans plusieurs de celles-ci. Ainsi, il composa de nombreux épîtres et ouvrages. Il fut un savant, un jurisconsulte, un poète et un littéraire d’une grande sagesse. Il visita le Nord du Nigeria, y rencontra certains des savants et étudia auprès d’eux. Il se distingua dans le domaine du savoir au point de devenir le savant le plus connu de son époque.

33Il revint à Agadez et laissa un long répertoire de poésie. Qui fera l’effort de le chercher le trouvera.

  • 25 Le qādī, juge ou cadi, rendait non seulement la justice mais pouvait aussi jouer le rôle d’arbitre (...)

343al-Imām Aḥmad Ġak, le malikite, que Dieu lui accorde Sa grâce. Il naquit et grandit à Agadez et étudia auprès des grands savants de son époque, notamment auprès de son père qui fut l’imam de la grande mosquée d’Agadez, une partie de la grammaire arabe et la littérature. [11] Puis il se rendit très jeune à Kano pour approfondir ses connaissances dans l’art de la rédaction (kitāba) et cela vers la fin de la période de la domination touarègue sur l’Aïr. Ensuite il se rendit à Katsina où il étudia auprès du juge (qādī25) de cette ville.

  • 26 Selon notre quatrième entretien avec Tānūdé en 2014, il fut le premier imam parmi les Agadéziens qu (...)
  • 27 C’est-à-dire en 1908.

35Lorsqu’il eut approfondi ses connaissances dans le domaine de l’écriture et de la production de livres et que sa supériorité dans cet art fut connue, il retourna à Kano où sa renommée se répandit de telle façon que l’émir de Kano voulu le nommer vizir (wazīr), une offre qu’il refusa. Il retourna à Agadez où il occupa le poste de son père26. Le Sultan ʿAbd al-Raḥmān [Tégama] le nomma vizir dans son gouvernement lors de son installation aux commandes des affaires de la cité27. Il composa un recueil de poésies. [12]Il fut assassiné lors du soulèvement de Kaocen.

  • 28 L’origine tombouctienne de beaucoup d’Agadéziens s’explique par les émigrations successives des pop (...)

364 – Parmi les savants les plus connus, il y avait le gnostique en Dieu ʿAbd Allāh al-Agadazī, le malikite. Ses aïeux sont originaires de Tombouctou28. Son grand père avait émigré à Agadez où il est né en 1228 de l’Hégire/1813. Dès sa jeunesse, il étudia les sciences religieuses, comme le hadith ou le droit, au point où il devint l’un des grands érudits de son époque. Il composa dans les domaines de la science de la tradition prophétique, du fiqh, de la théorie légale (uṣūl) et d’autres catégories des sciences. Il rédigea des recherches originales (mabāḥi) sur les fondements des religions et ce qui relevait de l’altération et du changement chez elles. Il écrivit des traités de médecine et de littérature. C’était un savant, un homme de lettres, un jurisconsulte et un poète maîtrisant et pratiquant toutes les sciences [13] à tel point qu’on disait de lui qu’il était pour tous les gens d’Agadez le pôle des sciences de l’islam, que sa connaissance était plus vaste qu’eux grâce à l’étendue de sa maîtrise de la science de la langue arabe et l’abondance de son capital en rhétorique, en poésie et son érudition en biographies du Prophète et en histoire.

37Il y eut entre lui et les savants de son époque de nombreuses polémiques et controverses [14] qui ont poussé ses adversaires à le haïr en braquant les cœurs contre lui et à monter contre lui tous les juristes de son temps. Il m’a été rapporté que les adeptes des doctrines spirituelles (rūhāniyya) assistaient quotidiennement à ses cours jusqu’à ce qu’il fût tué pendant le soulèvement de Kaocen. Que Dieu l’ait en Sa miséricorde.

  • 29 Hanikini : nos recherches ne nous ont pas permis d’avoir des informations fiables sur cet illustre (...)

385 – Parmi eux, le gnostique en Dieu Abū Bakr b. Hamma, plus connu sous le nom de Hanikini al-Agadazī29. Il naquit à Agadez qui est un des districts administratifs du Niger dans une famille connue pour son intégrité et sa noblesse. [15]Lorsqu’il termina l’apprentissage des bases du Coran, de son écriture et de sa mémorisation, il se rendit à Kano pour y étudier et obtint de grandes connaissances. Il avait soif de connaissance concernant les belles lettres et pour ce faire il se consacra à étudier, à mémoriser et à réciter les ouvrages des rhéteurs, les recueils des poètes et les chroniques. Dès sa tendre jeunesse, il fréquenta la crème des hommes de lettres et des savants. C’était chez lui un talent naturel, une disposition. Il versifiait abondamment et avec facilité d’une rime inébranlable, et prosaïsait des traités savoureux [16] finement tissés. Cette activité se faisait à mesure égale de son assiduité à s’attarder avec les livres des bibliothèques et de son zèle dans ses études en fréquentant continuellement les séances du cheikh Sīdī de Kano jusqu’à leur terme. Il était à Kano lorsqu’on lui envoya un message lui annonçant le décès de son père, il retourna aussitôt dans sa cité natale.

39Hanikini, que Dieu l’ait en sa miséricorde, était un personnage disponible, d’un bon cœur, sensible à tout ce qui peut se produire comme difficulté et souffrance. C’était ainsi que tu vois sa plume s’attarder sur la description des conditions de vie difficiles des orphelins, des victimes innocentes [17] et de tout ce qui peut ressembler à des souffrances sur cette terre.

40À côté de cette sensibilité, il était doué d’un style, facile, clair et concis. Il avait besoin d’être stimulé, par exemple par la perplexité, pour mieux écrire. Il avait une passion pour la rhétorique arabe, les phrases courtes et les formes simples. Il réunit une immense quantité de ses séances dans un livre de langue qui avait aussi de merveilleuses pièces de poésies et chapitres choisis chez ceux qui étaient venus avant lui. Cette anthologie témoigne de l’excellence de son goût et de sa finesse de sélection. Il perfectionna le style arabe en y introduisant le raffinement des tournures en les détaillant. [18] Il mourut peu de temps après le soulèvement de Kaocen.

416 – Le gnostique, le cheikh Bāsu b. ʿAbd al-Yās, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Iféourane (Ifurwan) en 1226 de l’Hégire/ 1811. Il a à son actif un recueil de poésies rassemblé par l’un de ses petits-fils qui se nommait Issa, qui consigna sous sa direction une partie de la vie de son grand père.

42Il se distinguait physiquement par sa taille moyenne, son teint clair qui tirait vers le brun et par le fait qu’il était dans des états de dévotion ascétique qui affligeaient son corps de crises d’évanouissement au point qu’il s’oubliait au sol.

  • 30 Montagne sacrée pour les habitants d’Iférouane située à quelques kilomètres de la cité, où apparait (...)
  • 31 Signifiant cimetière, petite vallée à côté de l’actuel commissariat de police.

43En ville, les gens s’attroupaient autour de lui pour lui embrasser la main, mais celui-ci n’acceptait que les salutations ordinaires, par la main. On a retenu de lui que, pendant les premières années de son renoncement au monde, il demanda l’autorisation à son père de se retrancher dans un coin des pentes d’al-Azr, qui est une montagne d’Iféourane30, son lieu de dévotion. Il y restait, loin des gens pendant plusieurs jours et nuits, avant de retourner en ville [19] auprès de son père pour un temps. Ce dernier se réjouissait du retour de son fils à chaque fois qu’il le voyait. Mais aussitôt qu’ils s’étaient vus, Bāsu songeait déjà à retourner [20] dans la solitude et la retraite spirituelle (ḫalwa). Ainsi, bien des fois, il continua à faire cela et s’adonna alors totalement à l’adoration en faisant sa retraite à la mosquée. C’est ainsi qu’il aurait mené ses pratiques religieuses, en réclusion entre le pied de la montagne et la mosquée. Après la mort de son père, Bāsu se réfugia entièrement dans l’ascétisme, la réclusion et l’adoration. Un jour, alors qu’il était dans la mosquée d’Iférouane, il rencontra un soufi qui lui conseilla de partir à Agadez. Alors il y voyagea, s’y installa, s’y maria et y eut un enfant. 21 Il avait un statut insigne pour les gens qui lui rendaient des honneurs en le vénérant et se disputaient pour l’approcher, car il comptait parmi les saints de Dieu. À Agadez, il a rencontré le cheik Aw’ar et l’imam Aḥmad Ġak et d’autres parmi les savants. Il mourut peu de temps avant le soulèvement de Kaocen, en 1310 de l’Hégire/1892 et fut inhumé à ʿAzmadiran31 ; l’un des cimetières d’Aġawas.

  • 32 De la même famille que l’auteur.

447Parmi les grandes figures de cette époque, le cheikh et le gnostique en Dieu, Cheikh Tānūdé b. llāǧal al-Agadazī32, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Agadez et y apprit les bases de la lecture, de l’écriture et mémorisa le Saint Coran dans l’école coranique du village (kuttāb al-qarya). [22] Il se rendit à Kano en quête de science dans ses bibliothèques puis à Katsina, mais ne s’y attarda pas longtemps et même fuit. Plus tard, il retourna à Kano et appris auprès de ses plus grands cheikhs.

  • 33 Walī Dan Marina, Muḥammad al-Ṣabbāġ al-Kašinawī : l’un des plus grands savants de Katsina à son épo (...)

45Lorsque le cheikh et saint Dan Marina33 fut connu, cheikh Tānūdé était parmi les premiers à fréquenter son cercle, il étudia auprès de lui et répondit à son appel à partir de 1294 de l’Hégire/1877 ce qui lui offrit de grandes opportunités d’acquérir du savoir.

  • 34 Muḫtaṣar : précis ou condensé d’un livre. Ici, il s’agit d’un traité de droit composé par Ḫalīl b. (...)
  • 35 Muftī : celui qui émet des fatwās, c’est-à-dire celui qui donne des consultations sur un point de d (...)

46Ensuite, il retourna dans sa ville et dispensa son enseignement dans l’école coranique [23] du village. Lorsque la révolution (awra) touarègue fut déclenchée, il y participa activement et après l’échec du soulèvement, il fut exilé d’Agadez vers l’Aïr où il séjourna longtemps et en profita pour composer un commentaire du Muḫtaṣar34. Puis il fut choisi comme muftī35 à Agadez, poste qu’il occupa jusqu’au jour où il répondit à la clémence de Dieu.

  • 36 Ḥāfiẓ : de sa formulation « ḥāfiẓ al-Qurʾān » qualificatif de celui qui a mémorisé l’intégralité du (...)

478 – L’un des grands savants de cette l’époque, l’imam, le gnostique, le ḥāfiẓ36 Amma al-Agadazī, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Agadez, y grandit et y apprit les bases de la lecture, [24] de l’écriture et de la mémorisation du saint Coran à l’école coranique du village. Il se rendit dans les écoles de Kano en quête de science, devint sérieux dans ses études et y fréquenta les plus grands cheikhs. Il y trouva l’enseignement dispensé conforme à ses goûts et à ses aspirations. Dès son jeune âge, il était armé de courage et de détermination dans la recherche du savoir, il aimait aussi les débats et la polémique, ce qui lui a valu une importante renommée auprès de ses collègues. [25]

48Lorsque le cheikh ʿUmar arriva à Agadez, Amma fut de ceux qui apprirent de lui et s’attachèrent à son cercle. Et lorsque la révolte des Touaregs éclata à Agadez, il fut parmi les savants tués, il laissa un grand répertoire (diwān).

  • 37 L’Institut islamique est situé dans le quartier d’Amaréwatt qui abritait les Kel Away/Ewey.

499 – Le gnostique, le cheikh Mūlāy al-Ḥāǧǧ Ḥaṭīṭ, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Agadez. Dès son plus jeune âge, il étudia les bases de la lecture, de l’écriture et de la mémorisation du Coran, puis il s’inscrivit à l’Institut islamique d’Agadez (école formelle) du cheikh al-Ḥāǧǧ Abū Bakr37, où il approfondit [26] ses connaissances des sciences religieuses, linguistiques, rationnelles et même littéraires. Il mémorisa, récita, versifia, prosaïsa et il ne se passa pas longtemps avant que ne se répandisse sa renommée. Les savants aussi bien que les hommes de lettres lui écrivaient. Sa rhétorique indiquait le chemin excellent à suivre. Cependant les exigences de la vie l’empêchèrent de continuer ses travaux à cette époque.

50Il apprit aussi la science du calcul, mais cela ne l’empêcha pas de réviser la science et de consulter sa compagnie savante pour ses questions sur des points de droit (masāʾil) pendant son temps libre. Plus tard, il se professionnalisa dans le commerce dans la ville d’Agadez [27]. Mais sa grande générosité fit qu’il quitta cette ville sans avoir accumulé de richesses.

51Al-Ḥāǧǧ Ḥaṭīṭ n’a pas laissé une moisson importante en matière de sciences ; cependant il possédait de grandes connaissances dans le domaine littéraire. Il était doté d’une grande intelligence, d’une belle présence d’esprit dans l’improvisation et la vitesse de répartie. Il était éloquent, perspicace et connaissait les moindres détails des us et des coutumes de la cité d’Agadez et des biographies de ses hommes illustres (ṭabaqātihim). [28] Quand il écrivait, il émerveillait, quand il discourait, il captivait et quand il débattait, il était fort et dominait. Une singularité enduisait son style rhétorique, et beaucoup de ce qu’il produisait avec enchantait en raison de la curiosité de son langage. Le gnostique Abū Bakr disait de lui : « De ma vie, je n’ai jamais vu une intelligence incandescente comme celle de Ḥaṭīṭ ; une telle disposition innée, une présence de cette intensité et une telle clarté dans la démonstration. Quand il discourt ou écrit, il utilise parfaitement les mots selon leurs sens exacts. En résumé, le sayyid Ḥaṭīṭ compte assurément parmi [29]les meneurs de foules les plus influents ». Il aurait composé une grande chronique qui ne nous est pas parvenue.

  • 38 Il serait auteur de poèmes sous forme d’éloge aux saints et de satire contre les souverains tyranni (...)
  • 39 Il s’agit du fils du grand théologien agadézien, bâtisseur de la Mosquée qui porte encore son nom e (...)

5210 – al-Ḥāǧǧ Abū Bakr al-Agadazī, naquit en 1226 de l’Hégire/1811 à Agadez38. Il perdit son père alors qu’il était encore en bas âge. Sa mère l’orienta vers l’imam, le gnostique en Dieu al-Šanbakī39, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il étudia la science dans l’école coranique du village plusieurs années. Ensuite il se rendit à Tombouctou où il étudia auprès de grands cheiks et à son retour à Agadez, il prit contact avec le roi Qādir et devint célèbre pendant son règne. [30]

53Il était, que Dieu l’ait en sa miséricorde, un élégant débatteur, avait des traits d’esprit et des bons mots merveilleux. Il accompagnait le souverain Qādir dans certains de ses voyages. Il a des histoires (qiṣaṣ) et des récits nombreux.

  • 40 Amanji : grand cadi et érudit d’Agadez, il dispose d’une mosquée qui porte encore son nom dans le q (...)

5411 – Le cheikh, le gnostique, notre maître al-sayyid Amanǧī al-Agadazī. Il est le savant très docte, l’argument des sciences de la raison et de la transmission, le pieux, le dévot, le cheikh Amanǧī b. ʿAbd Allāh al-Aqadazī al-Mālikī. Il étudia la science à Agadez, dans l’Aïr et au Nigeria auprès des cheikhs les plus illustres en science à tel point qu’il la trouva comme un plaisir délicieux et qu’il surpassa tous les étudiants de sa génération40. [31]. Ensuite, il tint un cercle d’enseignement dans la mosquée d’Amaréwatt, un des quartiers d’Agadez. Il reçut un grand nombre de disciples venus de tous les horizons. Il était, que Dieu lui fasse miséricorde, malgré la grandeur de sa distinction et de son rang social élevé, au comble de la modestie et de la contrition (inkisār). Il ôtait le péché qui accablait les gens pour les apaiser.

55Quand il avait terminé ses actes de dévotion et son enseignement, il relevait les pans de son habit, allait balayer la mosquée de ses mains et allumait les lampes par amour de Dieu. On connaît de lui de nombreux miracles (karāmāt) et cela parce qu’il comptait parmi les saints de Dieu. [32]

5612 – Le cheikh Akaïna b. ʿAbd al-Qādir al-Agadazī, que Dieu Très Haut l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Agadez en 1270/1853 et y mourut. Il se rendit dans de nombreux pays en quête de science. Il effectua des études dans plusieurs centres savants de son époque : Agadez, Kano, Katsina, Damagaram, Iferouane, Tikrīz. Il était connu pour son intelligence rare et la puissante capacité de sa mémoire performative. Par sa science, il devint unique en son temps et personne ne l’égalait pour sa littérature, sa rédaction d’épitres et sa composition. Il était le plus savant des deux régions concernant l’histoire des rois de l’Aïr, des savants et des hommes de lettres. [33]. Il fut l’un des plus célèbres chercheurs en littérature, en histoire, en géographie (taqwīm al-buldān), en histoire naturelle et d’autres domaines. Il a laissé plusieurs œuvres.

5713 – al-Ḥāfiz al-Ḫab al-Qāsim b. ʿŪmar, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Agadez d’où il tire son nom al-Agadazī. Il apprit la science auprès de son père et d’autres savants parmi les cheikhs de son époque. Il devint célèbre parmi les étudiants de sa génération pour le tranchant de son intelligence et sa vitesse de compréhension. Il acquit une connaissance encyclopédique dans de nombreuses sciences de l’adab en son temps et brilla dans le domaine du fiqh, dans l’art de la rédaction, dans l’histoire du règne des Touaregs et de leurs lignages. Il dirigea la chancellerie (dīwān al-inšāʾ) à l’époque de la dynastie des Banū Qādir [34]. Il composa des œuvres dont la plus connue est le Tārīḫ Āhīr ; il s’agit d’un ouvrage énorme, au profit abondant, dont tirent de nombreux bénéfices tous ceux qui veulent étudier l’histoire de l’Aïr à cette époque. Parmi ses œuvres on trouve aussi un Kitāb fī maʿrifat qabāʾil al-Tawariq wa-l-Ǧarāmant et d’autres encore [35].

5814 – Le cheikh Abū Tāl b. ʿAbd al-Raḥmān, naquit à Iférouane en 1250/1834. Il vint à Agadez avec son père et sa famille dès son jeune âge dans le but d’échapper aux Touaregs d’Iférouane. Ils cheminèrent de nuit, portant leurs livres et leurs effets et allant à pied en raison de l’absence de bêtes de somme. C’est ainsi qu’ils arrivèrent à Agadez en 1270/1853. Abū Tāl y grandit dans une enfance vertueuse dans une famille connue pour ses pratiques religieuses. Son père était un grand savant en jurisprudence, aux qualités illustres, et il hérita de lui ses nombreux dons innés et personnels. Abū Tāl effectua ses études auprès d’un grand nombre de savants, [36] s’illustra dans les sciences arabes et le droit malikite. Par la suite, il se consacra entièrement à l’exégèse coranique, dans laquelle il excella, et devint expert en théorie légale (uṣūl al-fiqh) et d’autres domaines des sciences de la loi coranique (šarīʿa) alors qu’il n’avait pas vingt ans. Il se distinguait des autres savants de son époque par l’acuité de son intelligence, le tranchant de son intellect, sa puissance de mémorisation et sa compréhension rapide. [37]

  • 41 Mubtadiʿūn (sing. mubtadiʿ) : innovateur, qualificatif de celui qui pratique l’innovation blâmable (...)
  • 42 Ahl al-ahwāʾ : gens qui en islam sont désignés comme suivant des conceptions arbitraires de la doct (...)
  • 43 Le manuscrit porte l’expression « muḥyī al-sunna » au lieu de celle plus classique de « muḥyī al-dī (...)

59Il grandit dans le soufisme, la chasteté, le renoncement et la modestie dans son habillement et dans son alimentation, épris de science et d’étude. Il n’était jamais émoussé par la fatigue, était insatiable de science, n’était désaltéré que par l’examen profond d’une chose, et ne se lassait pas de la recherche. Quand il étudiait un chapitre, il l’assimilait aussi rapidement qu’il faisait ressortir ce qui échappait à beaucoup de savants. Il commença le métier d’enseignant à l’âge de 21 ans et devint célèbre dans ce domaine. Il en était venu à avoir la précellence dans la science, l’ascèse, la dévotion, la bravoure, la générosité, la modestie et la pitié. Il était très dur avec les innovateurs (mubtadi’ūn41), et les gens aux tendances hérétiques (ahl al-ahwāʾ42). Il ne craignait pas de blâmer pour défendre la vérité, même au prix de sa vie, à tel point qu’il était surnommé, à l’époque, « le révivificateur de la sunna43 », et le « dernier des muǧtahidūn »  [38]alors qu’il n’avait pas encore trente ans. Ces qualités exceptionnelles avaient attiré sur lui l’animosité de beaucoup de ses contemporains.

  • 44 Manqūl : désigne les sciences de la transmission (sciences religieuses) en opposition à maʿqūl, les (...)

60La plupart de ses thèmes de recherches œuvraient à réconcilier les sciences de la transmission (manqūl44). Il composa dans ce domaine plusieurs ouvrages. Il était de tradition qu’un savant ne maîtrise qu’une ou deux sciences, mais Abū Tāl avait atteint le terme de nombreuses sciences. Un homme le connaissant disait qu’il n’y avait pas d’autre spécialiste comme lui, tandis qu’un autre considérait qu’il n’avait pas mérité cette réputation, étant de ceux qui nourrissaient en eux-mêmes de la jalousie envers lui[39] . Ses opposants lui reprochaient d’avoir introduit une innovation blâmable dans la religion à cause d’un propos qu’il avait tenu dans un de ses cours. Après de rudes affrontements d’idées avec ses adversaires, il fut convoqué à la cour du sultan à plusieurs reprises, et après un dernier jugement, il fut détenu dans le palais du sultan suite à un édit (marsūm) émanant des chefs (zuʿamāʾ) des groupes touaregs en 1240/1824. On lui réserva une belle chambre dans la citadelle (qalʿa) d’Agadez où il s’adonna à l’adoration, à la récitation du Coran et à la composition d’œuvres ; il écrivit beaucoup sur les opinions de jurisprudence (masā’il) qui avaient été à l’origine de sa détention. [40] Lorsqu’on découvrit tout cela, on l’empêcha non seulement d’écrire, mais aussi de lire en lui retirant ses livres, ne lui laissant ni encrier, feuille de papier, ou calame. Après cela, il écrivit en utilisant du charbon de bois sur les murs de sa prison. Il dit à ce propos : « Le fait de m’avoir arraché mes livres, est la plus immense des punitions ». Après cela, il ne vécut plus très longtemps : il mourut en 1292/1875. Une foule immense d’hommes et de femmes lui rendit les derniers honneurs lors de ses funérailles ; les grands savants racontaient que le nombre de ceux et celles qui ont participé à ses funérailles dépassa trente mille personnes. Les gens se mirent à se disputer ses reliques (āār) qui portaient la bénédiction de Dieu (al-tabarruk). [41]

  • 45 Du nom du grand lecteur du Coran al-Qāsim b. Fayrrūn al-Šāttibī, né à Šātib en Andalousie et mort a (...)
  • 46 Zakariyāʾ : le bâtisseur de l’actuelle Grande Mosquée d’Agadez. Sur l’histoire de sa construction, (...)

6115 – L’imam, al-faqīh Arkanī Ibn ʿAbd Allāh, que Dieu Très Haut l’ait en sa miséricorde. Il comptait parmi les traditionnistes et les historiens les plus célèbres. Il naquit à Agadez et fréquenta l’école coranique du village. Il mémorisa plusieurs livres dont al-Šāṭibiyya45. Il étudia la science auprès d’une assemblée composée des plus grands savants comme le cheikh Ḫātim Zakariyāʾ46 et le cheikh al-Qaš. Il s’illustra dans les sciences religieuses et notamment dans le hadith et la biographie du prophète. On lui connaît des miracles et des attributs spéciaux dont je n’ai pas pu prendre connaissance. [42]

  • 47 Écrit aussi Cheikh Addān : la réputation du personnage était telle qu’il était entouré de nombreux (...)

6216 – Le cheikh al-Dān, du nom de Šams al-Dīn Abū ʿAbd Allāh al-Dān b. ʿAbd Yūsuf al-Agadazī, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit en 1220/1805 à Agadez47 et y grandit. Il était issu d’une famille noble appartenant aux Berbères. Il reçut les bases de son savoir dans la Grande Mosquée d’Agadez où son père était enseignant. Il se rendit par la suite à Zinder et à Kano en quête de science. En 1230/1814, le roi (al-malik) lui confia la fonction de juge (qādī) d’Agadez, puis le destitua peu de temps après. Il entreprit un voyage à Tombouctou où il poursuivit ses études auprès de ses cheikhs. Puis, quelques années après l’avoir perdu, il retrouva son poste à Agadez. [43] Les savants vinrent à lui en délégation pour le féliciter. On lui connaît de nombreux miracles.

  • 48 Bagzan : la plus célèbre des montagnes de l’Aïr, largement connue à l’extérieur du Niger. Le Bagzan (...)

6317 – Le cheikh, le gnostique Mūlāy, l’imam Ado al-Agadazī, que Dieu l’ait en sa miséricorde. L’origine de ses ancêtres est dans le Baġzan, en pays touareg48. Sa famille s’installa à Agadez plusieurs années avant la naissance de l’imam Ado. Son père était l’un des plus grands négociants de vêtements et sa famille était connue pour son opulence et sa richesse. Alors qu’il finissait ses études primaires, son père voulut l’orienter vers le métier de commerçant, mais son désir était pour la science et sa passion pour l’adab. [44] Il le tança en raison de sa demande d’être libéré du commerce au profit de la compulsion des livres et des recueils de poésie. Il fut le premier de ceux qui offrirent une contribution à cette renaissance (nahḍa) de la littérature ancienne. Il fut le compagnon des grands savants et des hommes de lettres d’Agadez auprès desquels il apprit et auxquels il donna beaucoup de choses. Il perfectionna l’histoire ancienne et moderne. Il lut, autant que Dieu lui permit, beaucoup d’ouvrages concernant différentes sciences et disciplines. Il ne cessa d’écrire au point ou, peu à peu, il se libera de tous les carcans du classicisme de l’époque sous l’influence du cheikh Šanko et d’autres [45]grands écrivains tout en prenant en compte les réalités de son temps et leurs causes, ce qui lui permit d’atteindre le stade ultime de l’art de la plume. Il mourut en 1280/1863.

6418 – Le cheikh al-Muḫtār Muḥammad al-Agadazī, d’origine touarègue, mais qui naquit à Inġal et y grandit. Après avoir appris les bases de la lecture et de l’écriture, il mémorisa le Sage Coran et étudia la science dans la bibliothèque de la cité. Plus tard, il se rendit à Agadez et y étudia la science auprès de ses grands cheikhs. Ensuite, il entra dans la grande bibliothèque [de la mosquée] où il se rendit célèbre parmi ses contemporains pour son assiduité dans l’étude, son sérieux en parole et en acte, son attachement aux principes de la religion [46] et sa générosité envers tous. Quant à la fermeté de ses prises de position face à ce qui lui paraissait juste, il fut un modèle qui devint proverbial pour tous. Lorsqu’il eut fini d’accumuler la science, il fut chargé de l’enseignement dans la bibliothèque de la cité (al-qariya).

65Ensuite, il se rendit au nord du Nigeria. Lorsqu’il eut atteint la maturité intellectuelle, il mena des recherches en histoire. Il entreprit ensuite des voyages de part et d’autre dans les régions, mais il passait la plupart de son temps dans l’Aïr. Il fit l’expérience de deux choses : la pauvreté et le sentiment d’exil (ġurba) dans ces conditions difficiles et l’éloignement de ses amis et parents. [47] Tout cela était pour lui un examen éprouvant mais qu’il considérait comme faisant partie du destin dicté par Dieu, qu’il devrait affronter avec patience. Après quoi on lui confia la fonction de juge et il, Dieu lui fasse miséricorde, travailla dur et mit tous ses efforts pour affronter les difficultés et rendre aisé ce qui était ardu. Il ne se passa pas longtemps, à peine quelques années, avant qu’une maladie cardiaque ne l’atteigne. Il ne fut pas affaibli dans son travail ni se languit dans son effort jusqu’à ce que le terme décrété par Dieu ne l’emporte. Le cheikh Muḫtār b. Muḥammad al-Agadazī, Dieu lui fasse miséricorde, avait, hormis les riches qualités citées précédemment au début de cette notice, [48] une âme paisible, un art de la parole inimitable, une dignité et une timidité intensément vertueuse au point qu’elle l’empêchait même de lever les yeux pour fixer son interlocuteur. Il a des miracles et de nombreuses qualités. Il a été rappelé par Dieu à Agadez en 1260/1844.

  • 49 Le cheikh Iddar al-Agadazī était le petit fils du cheikh Zakariyāʾ et son grand frère occupa le pos (...)
  • 50 Assodé, vieille ville historique de l’Aïr, résidence des Kel Away/Ewey.

6619 – Le gnostique, le cheikh Iddar al-Agadazī, que Dieu Très Haut lui fasse miséricorde49. Il naquit dans le village d’Āsūwadī50, d’une famille noble et illustre, bien qu’elle connût avec le temps un certain déclin. Après avoir étudié à l’école coranique du village [49] les bases de la lecture et de l’écriture et avoir mémorisé le Sage Coran, il choisit Agadez, pôle du Niger, comme lieu pour poursuivre ses études, désormais auprès des savants les plus distingués. Lorsqu’il acquit un peu de science, il apparut comme digne d’éloges. Il se présenta à la grande bibliothèque et fut incorporé à ses étudiants. Il se mit à apprendre auprès de ses plus grands cheikhs. Toutefois, son désir penchait pour l’adab. Il vouait à la lecture des livres d’adab un soin particulier et puisait dans différents genres des rhétoriques arabes.

  • 51 Troisième mois du calendrier hégirien.

67Il récitait sa propre poésie panégyrique [50]. Il a une qaṣīda qui est récitée à Agadez chaque année dans la mosquée d’Agadez durant le mois de rabīʿ al-awwal51. Son premier vers est : « Je jure au Nom d’Allah, qui n’a pas été porté et accouché par une femme ».

68À cette même époque, on s’attroupait pour cet étudiant de la grande bibliothèque. L’éloquence du cheikh n’a pas cessé de progresser et de s’élever jusqu’à atteindre, selon la volonté de Dieu, ce qu’elle a atteint avec ce style d’écriture que les gens n’avaient jamais rencontré avant lui ni après lui jusqu’à aujourd’hui. [51]

6920 – Le cheikh ʿAbd Allāh b. Nānā al-Agadazī, descendant d’une origine touarègue, naquit à Agadez, apprit à la bibliothèque du village et étudia les sciences légales. Ensuite il se rendit à Kano pour parachever ses études. Après son retour à Agadez, il travailla dans le domaine judiciaire (al-silk al-qaḍāʾī) où il ne cessa de monter les échelons jusqu’à occuper le poste de conseiller du tribunal de première instance (maḥkamat al istiʾnāf al-ahliyya). Il resta à ce poste jusqu’à ce qu’il soit retourné dans la clémence de Dieu. Le cheikh ʿAbd Allāh b. Nānā était très intelligent, à l’intellect supérieur, calme dans sa manière d’entreprendre, avait l’âme paisible, [52] plein de timidité : il ne côtoyait pas beaucoup les assemblées de gens, ne se mêlait pas de la vie d’autrui, se limitait uniquement à ses proches compagnons qu’il côtoyait avec simplicité. Et lorsqu’il s’adressait aux gens, il le faisait avec amabilité. Il était sensible et d’un goût exquis, il n’arrêtait pas de travailler ses figures de style avant qu’elles ne soient de toute beauté. Il composa des histoires nombreuses. [53]

  • 52 Le cheikh al-Qādīl Silīlī al-Agadazī, ascendant de l’actuel cadi d’Agadez, Malam Sidi. Il fait part (...)

7021 – Le cheikh, le gnostique, le juge Ṣilīlī al-Agadazī descendant de Ḥusayn b. ʿAlī, que Dieu soit satisfait des deux52. Il naquit à Agadez, dans l’un des plus grands et plus nobles clans d’Agadez. À l’âge de huit ans déjà, son père l’amena à Kano où il apprit la science : les bases des sciences arabes, des sciences de la šarīʿa et des sciences rationnelles. Il étudia aussi l’histoire, les sciences mathématiques, l’administration, etc. [54]Il disposait d’une puissante intelligence et capacité d’analyse, et absorba tout cela dans un délais assez court. Il regagna ensuite Agadez pour occuper la fonction de juge, occupée par le passé par son père, jusqu’à ce qu’il retournât à la miséricorde de Dieu. Il laissa dernière lui un recueil d’histoire de ses ancêtres.

  • 53 Akne et Akine : le manuscrit présente un nom identique pour les deux jumeaux connus pour leur saint (...)

7122 – Les deux cheikhs vénérables Akna et Akna, étaient deux jumeaux qui naquirent ensemble à Agadez et y grandirent53. Ils mémorisèrent le Saint Coran et apprirent les bases des sciences dans une bibliothèque du village à Agadez. Ils faisaient partie des hommes de science et d’adab de l’Aïr [55]. Vers la fin de l’époque des Touaregs, ils devinrent connus pour leur savoir en littérature, en jurisprudence, en philosophie et en sciences linguistiques. Ils brillèrent dans plusieurs de ces domaines dans lesquels ils composèrent des ouvrages. Ils étaient tous deux des savants, des juristes, des hommes de lettres et écrivains et travaillèrent comme enseignants de la lecture du Coran pour les enfants. Ils furent tués lors du soulèvement de Kaocen. Que Dieu Très Haut les reçoive en Sa grâce. [56]

  • 54 Le premier mot porte un qāf au lieu d’un ʿayn (il s’agit bien de « al- ʿabqariyya » en lieu et plac (...)

7223 – Le cheikh Wayo al-Agadazī, né à Agadez en l’an 1320/1902 et mort à ʿAnqawān très jeune en 1345/1926. Son nom était Zakariyāʾ b. ʿAbd Allāh à cette époque et sa science montra des signes de facultés exceptionnelles reçues en héritage. Il mémorisa le Coran à l’âge de quinze ans. Il présenta tous les signes du jurisconsulte accompli et excellent, l’esprit rapide. Ses préambules dans sa science étaient d’une clarté cristalline, il exhalait les dons du génie (ʿabqariyya54) touareg. Il avait une appétence pour la partie de la rhétorique traitant des ornements (al-badīʿ) comme le reste des savants [57] de son époque et ne produisait que ce qui allégeait les cœurs et affranchissait des défauts. Sa poésie était délicate et subtile, elle pouvait presque être bue. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait fait danser les branches, et fait danser et chanter les pigeons. Il suivait une voie dans laquelle l’on entrait sans demander permission, il entrait dans les cœurs, mais ne frappait jamais à la porte sans autorisation.

73Il était, pour les hommes de son époque, celui qui était attendu pour les succéder en raison de la polyvalence de sa science, particulièrement les gens d’Agadez, car il faisait paraître les nuages pour leurs bassins à [58] foison, donnait aux calices des fleurs de leurs jardins leurs graines, sa rivière était même secondée par Dieu et sa fleur était déjà à maturité. Il a une œuvre abondante mais je n’ai pas pu prendre connaissance ne serait-ce que d’une de ses compositions, que Dieu Très Haut lui fasse miséricorde. [59]

  • 55 Écrit aussi Muḥammad al-Bākir ou al-Bakri selon la prononciation : il régna en 1798 et 1799 et eut (...)

7424 – Le cheikh, le gnostique en Dieu, al-Naǧīb at-Tinbuktī, que Dieu lui fasse miséricorde. À ses débuts, afin de gagner sa vie, il se déplaçait dans le pays pour enseigner aux enfants jusqu’à ce que les décrets divins lui fassent prendre connaissance de la splendeur d’al-Bāqir55, le sultan d’Agadez, avant qu’il n’accède au sultanat. Il entra à son service comme secrétaire, servit personnellement Muḥammad al-Bāqir et mit son talent au service de l’administration du sultanat. Il connut le rhéteur de son temps, le cheikh Muḥammad ʿĀqib, chef des secrétaires de l’administration en ce temps-là et devint le gendre de ce dernier. Il dépassa tous les écrivains touaregs en raison des qualités particulières réunies en lui : l’intelligence, la mémorisation du Coran, la maîtrise de langue, du récit et du discours oratoire, [60] le savoir en général, une fidélité immense aux saints, et sa bénédiction par Dieu. Il a fait beaucoup de miracles dont je n’ai pas connaissance, les trouvera qui les cherchera. Il mourut à Agadez en 1220/1805.

7525 – Le cheikh Marzūq al-Agadazī, Abū ʿAbd Allāh. Il naquit à Agadez en 1230 de l’Hégire, il y grandit et devint par la suite un grand savant, jurisconsulte, littéraire et poète prolixe. Il a composé plusieurs longs poèmes d’éloge du Prophète, à la rhétorique merveilleuse, pleins d’originalité, donnant naissance à de sublimes descriptions et comparaisons. Il mourut à Agadez. [61]

  • 56 Malheureusement ce précieux manuscrit est perdu et introuvable à Agadez.

7626 – Le cheikh, le gnostique en Dieu, al-Llo al-Agadazī Abū Bā. Il naquit à Agadez en 1290/1873 et y grandit. Il étudia la grammaire arabe auprès des Agadéziens et des Touaregs. Il étudia la littérature et autres sciences élémentaires auprès de son maître Tamaddī et devint un homme de lettres éloquent et un auteur classé parmi les grands savants de la langue, de la littérature et de l’histoire. Il écrivit sur ce qu’il restait des Agadéziens après le soulèvement de Kaocen56. [62]

  • 57 D’après Tānūdé, sa tombe se trouve non loin de ce qui est aujourd’hui le commissariat de police d’A (...)

7727 – Le faqīh Madḥ Taġalḫar, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Il naquit à Agadez en 1290/1873. Il fut l’un de grands savants de langue arabe et forma beaucoup de gens dans cette discipline. Il devint célèbre pour son travail critique sur les textes (taḥqīq), l’ampleur de sa capacité d’examen, sa clarté d’exposé et sa capacité à fixer les règles. Il fut un homme de lettre très savant des secrets de la langue arabe et il eut une grande renommée dans le monde islamique. Muḥammad b. Ibrāhīm al-Kanuwī a dit : « Nous n’arrêtions pas, alors que nous étions à Kano, d’entendre qu’était apparu à Agadez un savant en langue arabe du nom de Madḥ Taġalḫar ». Il a aussi écrit des œuvres d’histoire57. [63]

  • 58 Ouillimidan, Oulliminden ou ‘Ulumidan : fractions touarègues vivant dans l’Azawad entre le Niger, l (...)

7828 – Ilā Ǧal b. ʿAbd al-Karīm al-Tinbuktī, un des savants de cette époque qui se distinguaient par la diversité des disciplines [qu’ils maitrisaient]. Il naquit à Tombouctou et émigra à Agadez en 1228/1813. Son lignage est d’origine est arabe du côté de son père et se mélange à du sang turc en raison de sa mère. Il s’est marié à une Agadézienne d’origine Ouillimidan58 qui lui donna des garçons et des filles. Sa descendance réside au quartier Founéimi. Il avait achevé la mémorisation du Coran alors qu’il n’avait pas encore neuf ans. Puis il s’engagea dans les études auprès des meilleurs savants de Tombouctou, en se spécialisant dans différents domaines. [64]Il devient un enseignant [dont les enseignements étaient] fréquenté par de nombreux étudiants avant de revenir à Agadez pour y mourir, que Dieu l’ait en Sa miséricorde. Il composa un ouvrage autobiographique qui a disparu où il nota : « J’ai été gratifié d’une immensité de science en exégèse, en tradition prophétique, en jurisprudence, en grammaire et dans les trois domaines de la rhétorique (idée, al-maʿānī, exposition, al-bayān, et ornements, al-badīʿ) sur le modèle des Arabes et des rhétoriciens éloquents ».

7929 – L’imam, le traditionniste, Atakarway al-Agadazī. Il naquit près d’Agadez en 1240/1824. Il jouissait d’une grande capacité de mémorisation, connaissait parfaitement la langue arabe, le hadith, la jurisprudence et l’interprétation du Coran. Le nombre de ses écrits atteignait vingt ou plus, dont le titre le plus connu est Tārīḫ al-Tawāriq, qui est le condensé d’un livre qu’il avait écrit. On m’a appris que ces livres avaient été enterrés avant ou peu après le soulèvent de Kaocen.

  • 59 Mawlā signifie en principe qu’il avait certainement été un esclave affranchi après sa conversion à (...)
  • 60 Ou Aḥmad Nislān Inakan Tiġī : selon la version de ʿAbbās Yaḥyā transmise par son père, après une gu (...)
  • 61 L’auteur a ajouté une glose dans la marge du manuscrit sur ce passage en touareg en donnant le sens (...)
  • 62 De son vrai nom, Ousmane Mikitan, sultan qui a régné à Agadez de 1903 à 1907. D’après la liste recu (...)

8030 – Le cheikh, le gnostique en Dieu, ʿŪmar serviteur (mawlā59) d’Aḥmad Salātiġī, que Dieu l’ait en sa miséricorde. Originaire du Bornou, il chemina sur la voie de ses prédécesseurs et des jeunes de son époque qui jouissaient de dons particuliers. Il se rendit dans l’Aïr et visita beaucoup de ses villes. Il passa un long moment dans la steppe (bādiya) de l’Aïr [65], afin d’étudier auprès des Touaregs. C’était peut-être là le secret de sa bonne maîtrise de la langue et sa connaissance encyclopédique de ses secrets. Il revint à Agadez et y resta jusqu’à la mort de son maître Aḥmad Nislān Ina Kan Tiġī60; expression signifiant en tamasheq « Ce que tu as fait m’est parvenu61 ». Il fut appointé à l’office de son maître jusqu’à parvenir au même statut social que son maître Aḥmad. Il vint à compter parmi les saints de Dieu. L’enseignant ʿŪmar connut la prison. Ce qu’on dit à ce propos est que le sultan Makitān le fit appréhender avec son fils et les emprisonna62. Plus tard, on les libéra, cela a une longue histoire. [66]

8131 – Le cheikh, le gnostique en Dieu, Amurzuq Abū Ḥammi. Sa famille appartenait à un des groupes mawla des Ikazkazan, une des tribus des Touaregs qui vendaient des sacs en cuir à Tikrīz. Amurzuq grandit parmi eux et pratiqua un temps leur métier avant de l’abandonner pour se consacrer à la quête de science et à l’adab. Il était fait pour la littérature. Il composait de l’adab dans une rhétorique spécialisée comme généraliste avec des mots simples et un style clair et compréhensible par toutes les couches de la société, à tel point qu’on s’imaginait à tort en le lisant et en constatant ces facilités qu’il écrivait dans une prose simple, bien qu’elle respectât les règles de la prosodie. [67]

82Plus tard, il se rendit à Agadez où il se maria et eut des enfants. Il laissa une descendance à Agadez et y mourut en 1260/1844.

8332 – Le cheikh, le gnostique en Dieu, Bāšā b. Muḥammad Aḥmad. Touareg par sa mère, il grandit à Agadez et assista en compagnie de son père à de nombreux événements. On rapporte à propos de lui qu’il mémorisa le Coran intégralement. Il était courageux et fut présent lors de nombreuses expéditions guerrières des Touaregs.

84Après la mort de son père, son frère refusa de lui prêter le serment d’allégeance, [68] et réclama le pouvoir pour lui-même. Plusieurs pays (bilād) des Touaregs se rallièrent à sa cause et son frère s’installa comme chef d’Ingal. Alors ʿAbd al-Qādir sortit pour l’affronter et le tua, puis dirigea une expédition contre Bāšā, alors qu’il était à Iferouane. Il mena plusieurs combats contre ʿAbd al-Qādir, qui prirent fin lorsque que ce dernier l’encercla et réussit à rallier à lui ses compagnons en raison de son avarice. Il sortit pour lui faire face avec le petit nombre qui lui restait et fut tué en 1108/1696. Il fut un adorateur de Dieu avare et peu avisé en politique, mais compétent et éloquent en matière de prêche. Il laissa derrière lui des histoires merveilleuses. [69]

Haut de page

Bibliographie

Adamou, A., 1979, Agadez et sa région : contribution à l’étude du Sahel et du Sahara nigériens, Niamey, IRSH, Études nigériennes, n 44.

Fuglestad, F., 1976, « Révolte et mort de Tegama, sultan d'Agadès (1920) », Notes Africaines, n°152.

Hamani, D., 2006, Au carrefour du soudan et de la Berbérie : le sultanat touareg de l’Ayar, Paris, L’Harmattan.

Hamani, D., 2007, L’islam au Soudan central, Histoire de l’islam au Niger du viie au xxe siècle, Paris, L’Harmattan.

Hamès, C., 2005, « La Shādhiliyya dans l’Ouest saharien et africain : nouvelles perspectives », in É. Geoffroy (dir.), Une voie soufie dans le monde, la Shādhiliyya, Paris, Maisonneuve et Larose.

Lefebvre, C., Des pays au crépuscule. Histoire de l’occupation coloniale Sahara-Sahel, Paris, Fayard, 2021.

Mawlāy, Ḥ., Sayyid, A.F., 2004-2005, Fihris al-maẖṭūṭāt al-islāmiyya al-mawǧūda bi-Maʿhad al-abḥāṯ fī ʿUlūm al-insaniyyat, al-Nīǧir, 4 vol., Lundun, Muʾssasat al-Furqān li-l-turāṯ al-islāmī.

Nicolaisen, J., 1963, Ecology and Culture of the Pastoral Tuareg, with Particular Reference to the Tuareg of Ahaggar and Ayr, Copenhague, The National Museum of Copenhagen.

Norris, H.T., 1982-1983, « Sidi Mahmud al- Baghdādī. His Life and Teaching », Bulletin d’information, Fontes historiae africanae, 7/8.

Tyan, E., Walsh, J.R., 2010, « Fatwā », in Encyclopédie de l’Islam. En ligne : http://dx.doi.org/10.1163/9789004206106_eifo_COM_0219

Triaud, J.-L., 1993, « Un mauvais départ : 1920, l’Aïr en ruines », in E. Bernus, P. Boilley, J. Clauzel, J-L. Triaud (dir.), Nomades et commandants : administration et sociétés nomades dans l’ancienne AOF, Paris, Karthala.

Triaud, J.-L., 1999, « Kawsan : analyse d'un discours politique (1916-17) », in Y. Poncet (ed.), Les temps du Sahel : en hommage à Edmond Bernus, Paris, IRD.

Yahaya, I., 2014, « L’Aïr, un espace anciennement ouvert aux érudits musulmans et au savoir islamique », Mu Kara Sani, vol. 20.

Haut de page

Notes

1 Les documents conservés au MARA peuvent être identifiées dans le catalogue publié : Ḥasan Mawlāy, Ayman Fuʾād Sayyid, Fihris al-maẖṭūṭāt al-islāmiyya al-mawǧūda bi-Maʿhad al-abḥāṯ fī ʿUlūm al-insaniyyat, al-Nīǧir, Lundun, Muʾssasat al-Furqān li-l-turāṯ al-islāmī, 2004-2005,  4 vol., 508, 525, 538, 544  p. Voir volume 1, p. 63-64 pour ce manuscrit et, pour une partie des autres manuscrits, le site de la West African Arabic Manuscript Database : https://waamd.lib.berkeley.edu/home réalisé par Bruce S. Hall et Charles C. Stewart.

2 C. Lefebvre, 2021, p. 64 note 60.

3 MARA, manuscrits 37, 58, 63, 64 et 65.

4 Aïr, Ayar ou Ähir (Āhīr) : massif saharien de l’Aïr formé par plusieurs monts, culminant à plus de 2 000 mètres, appartenant aujourd’hui à la région d’Agadez.

5 I. Yahaya, 2014, p. 127-146.

6 A. Adamou, 1979, p. 86 ; J.-L. Triaud, 1999, p. 156-157 ; C. Lefebvre, 2021, p. 251.

7 J.-L. Triaud, 1976, p. 96-101 ; A. Adamou, 1979, p. 98-99.

8 J.-L. Triaud, 1993, p. 96 ; A. Adamou, 1979, p. 100.

9 Deuxième entretien avec Tānūdé en 2014, dans son cercle d’enseignement à Agadez, en présence de Wazirou Brah Ousmane, et Mohamed Amma Djibril.

10 Tābiʿūn (sing. ṭābiʿ), désigne la génération qui suit les compagnons du Prophète, les ṣaḥāba.

11 Muqallidūn (sing. muqallid), ceux qui suivent la tradition islamique. En droit musulman, il s’applique aux jurisconsultes musulmans qui suivent et mettent en œuvre les principes établis par les muǧtahidūn, les fondateurs des écoles de droit ou les grands maîtres qui se sont livrés à l’exégèse du Coran et de la sunna.

12 Tégama : de son prénom ʿAbd al-Raḥmān, sultan d’Agadez, qui régna de 1908 à 1919.

13 Il s’agit d’un personnage mythique qui est une figure fondatrice de l’islam savant dans la région. Sa vie dans la biographie se déroule entre des événements qui courent du ixe au xviiie siècle : adepte de la confrérie Šāḏilī, il reposerait à Agalanga, lieu réputé où sont enterrés plusieurs saints et qui reçoit des visites, situé non loin de Tchirozérine. Il serait décédé lors d’une guerre menée par le sultan Abdourahamane contre lui. Sīdī Maḥmūd al-Baġdādī est un personnage fort considéré à Agadès et dans l’ensemble de l’Aïr. Il a été considéré comme le Mahdi attendu, réminiscence d’une tradition shiite. C'est un personnage auquel les hagiographes reconnaissent de multiples mérites et compétences. En effet, ce héros mythique de la tradition islamique est une figure énigmatique dont l'authenticité de l’origine et les dates de la vie demeurent incertaines. I. Yahaya, 2014, p. 138 ; H.T. Norris, 1982-1983, p. 59-62.

14 Hārūn al-Rašīd Abū Ǧaʿfar, cinquième calife abbasside qui régna à Bagdad de 170/786 à 193/808.

15 Talnouzid, village se trouvant au nord de la région d’Agadez dans le Niger actuel.

16 « Abnāʾ al-Šayḫ al-Kabīr » pourrait être ici une allusion au Kunta, descendant du cheikh al-Muḫtār al-Kabīr.

17 Ichikha : prononciation adaptée des Kel-Tamashek du pluriel de šayḫ (šuyūḫ).

18 Tadaba, nom d’un lieu à côté d’El Mekki dans la région d’Agadez.

19 Le texte est avare en information sur cette personnalité religieuse.

20 Imghad groupes roturiers ou tributaires. La société touarègue était organisée et structurée par des statuts sociaux déterminés à la naissance et répartis entre les élites guerrières, détenant leur pouvoir de leur généalogie, appelées en tamasheq imajeghen, les lettrés ineslimen, les groupes roturiers ou tributaires imghad, les artisans castés enaden et enfin la variété des statuts de condition servile, allant de dépendants à esclaves iklan. J. Nicolaisen, 1963, p. 10‑12 ; A. Adamou, 1979, p. 39‑40 ; D. Hamani, 2006, p. 302.

21 Le cheikh Aḥmad al-Zarūq : grand savant et maître d’école coranique, appartenant à la tariqa Shādhiliyya, il vécut avant le règne de Tegama. À chacune des grandes fêtes musulmanes, le sultan s’arrêtait devant sa maison pour souhaiter son intercession. D’après les sources orales, son cercle d’enseignement comptait plus de cent disciples en moyenne.

22 La Shādhiliyya a eu une grande importance dans les pratiques soufies d’Afrique de l’Ouest avant que la Qādiriyya ne devienne prédominante. C. Hamès, 2005, p. 355-378.

23 Cercle : il s’agit ici de l’enseignement de niveau supérieur, qui succède à la lecture et à la relecture du Coran. C’est à ce niveau que l’on acquière la science (al-ʿilm).

24 Muḥammad Shankô, père de Malam Haido, selon notre troisième entretien avec Tānūdé dans son cercle d’enseignement, est compté parmi les grands savants d’Agadez.

25 Le qādī, juge ou cadi, rendait non seulement la justice mais pouvait aussi jouer le rôle d’arbitre pour faire de l’intermédiation afin de mettre fin aux différents au sein de la communauté et garantir la stabilité. Le vocable est prononcé en zarma et en haoussa al-kāli, qui devient dans certaines contrés un nom de famille.

26 Selon notre quatrième entretien avec Tānūdé en 2014, il fut le premier imam parmi les Agadéziens qui n’était pas issu des chérifs qui occupaient cette place bien avant.

27 C’est-à-dire en 1908.

28 L’origine tombouctienne de beaucoup d’Agadéziens s’explique par les émigrations successives des populations à travers les grandes voies qui relient le nord-ouest et le sud-est à l’intérieur du Soudan central.

29 Hanikini : nos recherches ne nous ont pas permis d’avoir des informations fiables sur cet illustre savant. D’aucuns pensent qu’il serait du lignage de la famille Tānūdé.

30 Montagne sacrée pour les habitants d’Iférouane située à quelques kilomètres de la cité, où apparait chaque vendredi un homme vêtu de vert. Lorsque les chameaux sont conduits au pied du mont pour le pâturage, ils reviennent d’eux-mêmes sans qu’on parte les chercher.

31 Signifiant cimetière, petite vallée à côté de l’actuel commissariat de police.

32 De la même famille que l’auteur.

33 Walī Dan Marina, Muḥammad al-Ṣabbāġ al-Kašinawī : l’un des plus grands savants de Katsina à son époque, commentateur connu du fameux panégyrique d’al-Fazāzī (m. 1230) sur le Prophète : al-ʿIšrīniyyāt. Voir : al-Khadāra al-islamiyya fi al-Nayǧar, Rabat, ISESCO, 1415/1994, p. 147.

34 Muḫtaṣar : précis ou condensé d’un livre. Ici, il s’agit d’un traité de droit composé par Ḫalīl b. Isḥāq al-Ǧundī (m. 776/1374), ouvrage très utilisé dans les programmes de formation en jurisprudence malikite, plus particulièrement en Afrique.

35 Muftī : celui qui émet des fatwās, c’est-à-dire celui qui donne des consultations sur un point de droit (fiḳh), ce terme s’appliquant, en Islam, à toutes matières civiles ou religieuses, voir E. Tyan, J.R. Walsh, 2010.

36 Ḥāfiẓ : de sa formulation « ḥāfiẓ al-Qurʾān » qualificatif de celui qui a mémorisé l’intégralité du Coran.

37 L’Institut islamique est situé dans le quartier d’Amaréwatt qui abritait les Kel Away/Ewey.

38 Il serait auteur de poèmes sous forme d’éloge aux saints et de satire contre les souverains tyranniques. Le manuscrit porte la date de 126 en chiffres indiens, l’auteur a donc oublié un 2. A. Adamou, 1979, p. 66.

39 Il s’agit du fils du grand théologien agadézien, bâtisseur de la Mosquée qui porte encore son nom et qui existe encore de nos jours. Figure bien connue de la cité d'Agadez, le poète Shambaki est connu pour ses eulogies en souvenir des saints personnages. I. Yahaya, 2014, p. 127-146.

40 Amanji : grand cadi et érudit d’Agadez, il dispose d’une mosquée qui porte encore son nom dans le quartier d’Amaréwatt et son tombeau est aussi dans le même quartier. Entretien à l’IRSH avec Mounkaila Abdou, doctorant au département d’histoire, Université Abdou Moumouni de Niamey en présence du Pr. Ayouba Laouali Madougou, Doyen de la Faculté d’Études Islamiques, de Langue Arabe et de Pédagogie de l’Université Franco-Arabe Attadamoun de Niamey, 17 septembre 2022.

41 Mubtadiʿūn (sing. mubtadiʿ) : innovateur, qualificatif de celui qui pratique l’innovation blâmable en matière de théologie islamique (bidʿa). Notons qu’il existe un débat millénaire et toujours d’actualité au sujet de ce concept au sens où il existe en deux types : une bidʿa dite mauvaise (al-bidʿa al-sayiʾa) et une dite bonne (al-bidʿa al-asana), la polémique portant sur les critères d’appréciation qui distingueraient une bonne d’une mauvaise innovation.

42 Ahl al-ahwāʾ : gens qui en islam sont désignés comme suivant des conceptions arbitraires de la doctrine basées sur leurs opinions personnelles et à ce titre considérés comme manifestant des tendances hérétiques.

43 Le manuscrit porte l’expression « muḥyī al-sunna » au lieu de celle plus classique de « muḥyī al-dīn », qualificatif élogieux marquant une contribution exceptionnelle à la science religieuse. La formule est néanmoins moins prestigieuse que celle de « muǧaddid » (rénovateur de la foi), d’après un hadith célèbre du Prophète annonçant l’apparition à chaque siècle d’un savant d’exception donnant un nouvel élan à l’islam.

44 Manqūl : désigne les sciences de la transmission (sciences religieuses) en opposition à maʿqūl, les sciences spéculatives comme la philosophie par exemple.

45 Du nom du grand lecteur du Coran al-Qāsim b. Fayrrūn al-Šāttibī, né à Šātib en Andalousie et mort au Caire en 590/1194. Il s’agit ici de sa composition poétique la plus connue sur les différentes lectures canoniques du Coran (al-qirāʾāt).

46 Zakariyāʾ : le bâtisseur de l’actuelle Grande Mosquée d’Agadez. Sur l’histoire de sa construction, voir manuscrit n°57 MARA/IRSH/UAM. Voir aussi D. Hamani, 2007, p. 134, 136.

47 Écrit aussi Cheikh Addān : la réputation du personnage était telle qu’il était entouré de nombreux récits miraculeux. En voici un aussi surprenant qu’édifiant : on rapporte que le sultan Aḥmad avait l’habitude de faire des commandes pour les préparatifs de fêtes. Mais, à chaque fois la commande accusait du retard, ce qui inquiétait le sultan. Un jour, il eut recours à Addān, qui utilisa son pouvoir basé sur les esprits invisibles (rawḥāniyūn) afin de se faire livrer ses commandes à temps et le résultat ne se fit pas attendre. Cependant, les fournisseurs en charge de la commande furent pris de panique, pensant qu’ils avaient été volés. C’est après coup qu’Addān joignit une lettre pour leur expliquer ce qui s’était passé et qu’ils n’avaient nullement été volés.

48 Bagzan : la plus célèbre des montagnes de l’Aïr, largement connue à l’extérieur du Niger. Le Bagzan est situé au centre-sud du système montagneux, à environ une centaine de kilomètres au N-NE d’Agadez. C’est un massif volcanique « présentant au Sud, à l’Est et au Nord des parois presque verticales entaillées, comme au couteau, de profondes gorges, d’ailleurs peu nombreuses. Le sommet est un vaste plateau situé à 1500 mètres d’altitude, hérissé de collines, de pitons et de cônes volcaniques. À l’Ouest au contraire, le plateau s’incline et, par une vallée dont l’altitude moyenne semble être 900 mètres, se trouve séparé du Mont Todera ». D. Hamani, 2006, p. 35.

49 Le cheikh Iddar al-Agadazī était le petit fils du cheikh Zakariyāʾ et son grand frère occupa le poste de muezzin à l’époque de Zakariyāʾ.

50 Assodé, vieille ville historique de l’Aïr, résidence des Kel Away/Ewey.

51 Troisième mois du calendrier hégirien.

52 Le cheikh al-Qādīl Silīlī al-Agadazī, ascendant de l’actuel cadi d’Agadez, Malam Sidi. Il fait partie des notables du sultan. Sa famille est détentrice d’une importante collection des manuscrits. Ce cadi habite dans les environs du sultanat, quartier Gao.

53 Akne et Akine : le manuscrit présente un nom identique pour les deux jumeaux connus pour leur sainteté et spécialistes de la lecture du Coran. Selon Tānūdé, ils ont été tués au palais du sultan. Entretien avec Tānūdé, le 23 octobre 2017, dans son cercle d’enseignement au quartier Funéimi en présence d’Abdourahmane, petit-fils de l’imam Ahmad Ġak.

54 Le premier mot porte un qāf au lieu d’un ʿayn (il s’agit bien de « al- ʿabqariyya » en lieu et place de « al-qabqariyya »).

55 Écrit aussi Muḥammad al-Bākir ou al-Bakri selon la prononciation : il régna en 1798 et 1799 et eut des contacts politiques avec Cheikh Ousmane Dan-Fodio. Il est le père du sultan Tagama qui prit part à la révolte dirigée par Kaocen. D. Hamani, 2007, p. 240-241 et 2006, p. 325.

56 Malheureusement ce précieux manuscrit est perdu et introuvable à Agadez.

57 D’après Tānūdé, sa tombe se trouve non loin de ce qui est aujourd’hui le commissariat de police d’Agadez.

58 Ouillimidan, Oulliminden ou ‘Ulumidan : fractions touarègues vivant dans l’Azawad entre le Niger, le Mali et l’Algérie.

59 Mawlā signifie en principe qu’il avait certainement été un esclave affranchi après sa conversion à l’islam et qu’il était resté, au moins symboliquement, dans la clientèle de son ancien maître Aḥmad Salātighī. En général, le mawlā, en tant qu’ancien esclave arraché à son environnement, restait proche de son ancien maître dont la maison constituait en quelque sorte une famille de substitution. Dans le cas présent, sa quête de science semble l’avoir émancipé de ce statut.

60 Ou Aḥmad Nislān Inakan Tiġī : selon la version de ʿAbbās Yaḥyā transmise par son père, après une guerre que les Touaregs menèrent contre lui, celui-ci invoqua Dieu et la colère de Dieu s’abattit sur eux. Les dirigeants touaregs prononcèrent cette expression comme menace.

61 L’auteur a ajouté une glose dans la marge du manuscrit sur ce passage en touareg en donnant le sens en arabe.

62 De son vrai nom, Ousmane Mikitan, sultan qui a régné à Agadez de 1903 à 1907. D’après la liste recueillie par Ibrahim Alanga en 2014 auprès du chef de village d’Ingall - copie conforme à la liste officielle de 2001. D. Hamani, 2006 ; A. Adamou, 1979 ; C. Lefebvre, 2021, p. 217, 243-249.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salao Alassane, « Sur les traces des savants d’Agadez au tournant du XXe siècle. Traduction d’un manuscrit de Bukhārī Tānūdé (écrit vers 1967-1969) »Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 10 février 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/afriques/3724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afriques.3724

Haut de page

Auteur

Salao Alassane

Département des manuscrits arabes et ajami (MARA), Institut de recherches en sciences humaines de l’Université Abdou Moumouni de Niamey

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search