Navigation – Plan du site

AccueilÉclectiquesVaria2024Réexamen du mobilier venant de l’...

2024

Réexamen du mobilier venant de l’épave d’un navire coulé par les pirates au XVIIIe siècle dans la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar

Re-examination of artifacts wreck of a ship sunk by pirates in the 18th century in the bay Ambodifotatra Bay, Sainte-Marie Island, Madagascar
Jean Soulat, Yann von Arnim, Alexandre Audard, John de Bry et Alexandre Coulaud

Résumés

Faisant suite aux investigations archéologiques sous-marines menées entre 2000 et 2015 dans la baie d’Ambodifotatra sur l’île Sainte-Marie (Madagascar), une nouvelle mission ayant pour but de mettre en évidence les vestiges terrestres d’une occupation pirate a également eu l’occasion de réexaminer en mai 2022 l’ensemble du mobilier issu d’une épave, un navire coulé par les pirates dont l’identification reste à déterminer. Identifiée dans un premier temps comme le supposé Fiery Dragon coulé en 1721, cette épave a fait l’objet d’un relevé photogrammétrique ainsi que de deux sondages. Ces derniers ont livré une quantité importante de mobilier, dont plus de 2 800 fragments de porcelaine chinoise, de la céramique d’Asie du Sud-Est, des objets métalliques, de la verrerie ainsi que de la faune. Conditionnée, parfois désalinisée, cette collection est déposée au Musée de la Reine Betia sur l’îlot Madame. Néanmoins, aucun inventaire fiable et aucun rapport d’étude n’a jamais été remis aux autorités malgaches. Cet article, issu du rapport rédigé en 2023 par l’équipe de la mission, vise à dévoiler à la communauté scientifique l’intérêt de réexaminer ce mobilier exceptionnel venant d’un contexte pirate du xviiie siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’île Sainte-Marie (Nosy Boraha en malgache) est située au nord-est de Madagascar. S’étendant sur 49 km de long, mais seulement 5 km de large, elle est séparée, à son maximum, par un chenal de 30 km de la Grande Île. Elle dépend de la province administrative de Toamasina (Tamatave), la grande ville portuaire de la côte est. La baie d’Ambodifotatra se situe à 10 km du sud de l’île. À l’ouest, l’entrée de la baie est fermée par l’îlot Madame (anciennement nommé Isle aux Cayes), relié de nos jours par deux digues au reste de l’île. En son centre, la baie abrite un autre îlot nommé île aux Forbans depuis le xviiie siècle (fig. 1).

Figure 1 : Vue de la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar

Figure 1 : Vue de la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar

Crédit OSTM

  • 1 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, 2016 ; J. de Bry, 2019.
  • 2 M. L’Hour, 2015 ; J. de Bry, 2019.

2Entre 2000 et 2015, les eaux au nord-est de l’îlot Madame ont fait l’objet de plusieurs investigations archéologiques sous-marines menées par une équipe américaine1. Les missions ont révélé la présence de plusieurs épaves datées du début du xviiie siècle et une grande quantité d’objets archéologiques remarquablement préservés. Dans la foulée de ces découvertes, l’équipe a publiquement annoncé l’identification d’une de ces épaves comme étant le Fiery Dragon du capitaine Christopher Condent sabordé en 1721. Alertée par ces découvertes, l’Unesco a remis en doute en 2015 ces identifications sans avoir le temps de mener de nouvelles recherches sur la zone2. Les autorités malgaches, soucieuses de protéger le site, notamment des pillages, interdisent depuis toute plongée. Aucune nouvelle investigation n’a donc été menée depuis, et ce, malgré le grand intérêt des vestiges découverts. Le mobilier récolté lors de ces premières recherches, qui n’a donc jamais fait l’objet d’un inventaire détaillé et d’une étude exhaustive, a été déposé dans sa grande majorité au Musée de la Reine Betia situé sur l’îlot Madame.

3En 2022, une mission archéologique franco-malgache dirigée par Jean Soulat, Chantal Radimilahy et Alexandre Coulaud a eu pour but d’essayer d’identifier les vestiges d’une occupation terrestre pirate dans la baie. Dans ce cadre, le mobilier de l’épave du supposé Fiery Dragon, désormais appelée « épave Sainte-Marie 2 », a pu être réexaminé afin de le replacer dans le contexte historique de la baie au début du xviiie siècle.

Bref contexte historique de la baie d’Ambodifotatra (années 1680-1730)

  • 3 E. de Flacourt, 2007, p. 336.

4L’île Sainte-Marie, nommée comme telle par les premiers navigateurs portugais, est utilisée par les marins européens comme point de ravitaillement dès le début du xvie siècle. Son climat tropical humide est propice aux cultures et l’île est à l’écart des principales souverainetés locales. Elle est jusqu’alors surtout fréquentée par des Malgaches de la Grande Île qui s’y rendent pour chasser la baleine durant l’hiver austral. Des navires portugais, hollandais, français et anglais y séjournent donc épisodiquement. Au milieu du xviie siècle, une dizaine de colons français tentent même de s’y installer afin de participer au ravitaillement du comptoir de Fort-Dauphin (1643-1674), situé dans le sud-est de Madagascar. Toutefois, les « huit Français [survivants qui] y avaient chacun leurs maisons et leur jardin3 » se retirent en raison de l’insalubrité de l’île dès 1651.

  • 4 J.-P. Moreau, 2007 ; M. Lincoln, 2014 ; M. G. Hanna, 2015 ; G. Buti, P. Hrodej, 2016 ; J. Soulat, 2 (...)
  • 5 P. Beaujard, 2007 ; P. Beaujard, 2012. Concernant l’archéologie de Madagascar, se référer notamment (...)

5Des années 1680 aux années 1730, plusieurs centaines de pirates européens sillonnent l’océan Indien occidental4. Tandis que la guerre de course était jusqu’alors favorisée dans la Caraïbe contre les nations ibériques, des trêves limitent progressivement la délivrance de commissions pour permettre le développement de l’économie de plantation. D’anciens corsaires ou des marins mutins, refusant de s’insérer dans cette nouvelle économie, convergent alors vers l’océan Indien, espace séculaire de commerce, pour en faire le nouveau lieu de leurs prédations5. Si les routes maritimes des Indes sont en plein essor, les Européens n’exercent en effet qu’une relative influence dans l’océan Indien et n’ont donc pas la capacité de surveiller d’éventuels actes de piraterie. Des prises spectaculaires, telles que celle du navire moghol Ganj-i-Sawai, réalisée par le capitaine pirate anglais Henry Avery au large de la péninsule arabique en 1695, attisent rapidement les convoitises. Les années qui suivent la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697) et la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714), conflits européens d’ampleur multipliant moyens maritimes et délivrance de commissions, sont ainsi à l’origine des deux principales vagues de piraterie dans l’océan Indien.

  • 6 F. Aubaille-Sallenave, 2014.

6Dans ce cadre, l’île de Madagascar, où n’est implantée aucune puissance européenne, est utilisée comme lieu de ravitaillement, de carénage et de calfatage (entretien de la coque du navire), et d’attente puisque le régime des moussons détermine périodiquement la navigation dans l’océan Indien6 (fig. 2). En raison de sa situation à l’écart de la Grande Île, de son mouillage protégé et de sa disposition propice à la défense, la baie d’Ambodifotatra devient dès lors l’un des principaux points de ralliement des pirates (fig. 3).

Figure 2 : Carte de situation : sud-ouest de l’océan Indien

Figure 2 : Carte de situation : sud-ouest de l’océan Indien

J. Soulat et A. Audard.

Figure 3 : Détail de la carte de Madagascar établie par le sieur Robert (1727)

Figure 3 : Détail de la carte de Madagascar établie par le sieur Robert (1727)

Abbé Rochon, Voyage à Madagascar et aux Indes orientales, Paris, 1791.

  • 7 Par exemple, des ouvrages ou articles problématiques tels que R. Decary, 1936 mais surtout H. Desch (...)
  • 8 Ajoutons d’ailleurs que les investigations américaines à Sainte-Marie dirigées par Barry Clifford e (...)
  • 9 R. Cabanes, 1982 ; G. M. Berg, 1985 ; A. Bialuschewski, 2005 ; J. Hooper, 2011 ; J. Hooper, 2017.
  • 10 S. Ellis, 2007.

7L’histoire de la piraterie européenne à Madagascar souffre largement de ses fantasmes, y compris de ceux de ses contemporains, ainsi que de l’importante historiographie coloniale qui a considéré les pirates comme des pionniers de la colonisation7. Le récit fictif de Libertalia, une république pirate abolitionniste et égalitaire qui s’y serait établie au tournant du xviiie siècle, continue par exemple de faire l’objet de nombreux débats malgré les preuves de son inexistence. Le mythe, à l’instar de certains noms tutélaires de la piraterie (William Kidd, Olivier Le Vasseur dit « La Buse », etc.), éclipse alors ce que fut la rencontre entre des sociétés littorales malgaches et des mondes pirates européens durant ces années8. Ce moment est pourtant déterminant dans l’histoire de Madagascar puisque l’irruption de ces intermédiaires, l’apport de leurs réseaux et l’introduction d’armes à feu coïncident avec la formation ou la consolidation de puissantes entités politiques insulaires, notamment le royaume sakalava au Nord-Ouest9. Durant les années 1710 et 1720 apparaissent même des mpanjaka (souverains) malata (« mûlatres »), tels que le fameux Ratsimilaho, à l’origine de la confédération betsimisaraka sur la côte nord-est10.

  • 11 R. Thiebaut, 2017.
  • 12 Archives nationales d’outre-mer (désormais ANOM), FM C/3/4 91v°-92r°, « Lettre adressée au comte de (...)

8Les archives soulignent que les pirates s’impliquent pleinement dans l’économie de traite qui structure la région11. Néanmoins, leur installation à Madagascar n’est toujours que provisoire, y compris dans la baie d’Ambodifotatra. Pour ces marins européens, le statut véritablement infâmant de « pirate » n’est en effet que transitoire. Ils collaborent avec les sociétés rencontrées dont ils dépendent au quotidien à terre, mais conservent pour seul objectif de réaliser des prises entre la péninsule arabique et les côtes indiennes. Une fois acquises, les cargaisons et marchandises volées ont pour seule vocation d’être échangées et vendues en Europe ou dans les colonies américaines afin de profiter pleinement de leur valeur. La plupart des pirates, n’ayant plus les moyens de faire un tel voyage, acceptent d’ailleurs dès que possible les amnisties offertes par le gouverneur français de l’île Bourbon (actuelle île de La Réunion) en échange d’une partie de leurs butins et de la fin de leurs actes de piraterie. Ce dernier indique par exemple en 1724 au secrétaire d’État de la Marine que les pirates désirent quitter Madagascar, où leur situation est délicate, « quoiqu’ils aient quantité de diamants bruts qui ne leurs servent à rien pour se procurer le nécessaire à la vie, n’ayant pas d’ailleurs une obole de comptant12. »

  • 13 Cet établissement a fait l’objet de nombreuses études et ses sources, dont quelques-unes sont citée (...)

9Contrairement aux principaux ports de l’île, il semble que la baie d’Ambodifotatra ne soit insérée dans aucun commerce régional, hormis, comme partout, celui de l’esclavage. Devenue l’un des principaux points de ralliement des pirates, elle se transforme, de fait, en lieu de transit de leurs marchandises à l’écart des principaux mpanjaka. Entre 1690 et 1691, le pirate Adam Baldridge y installe en effet un comptoir sous la direction du marchand et armateur new-yorkais Frederick Phillips13. Jusqu’en 1697, ce comptoir ravitaille plusieurs navires pirates de passage avant que la grande partie des pirates sur place ne soit massacrée après la mise en esclavage d’une partie de la population locale par Baldridge. D’autres pirates, tels qu’Edward Welch, prennent épisodiquement la suite, sans que l’établissement ne retrouve pour autant la même ampleur.

  • 14 A. Molet-Sauvaget, 1991, p. 29-30.
  • 15 A. Molet-Sauvaget, 1991, p. 57-58.

10Durant ces années, plusieurs témoins décrivent la présence de fortifications, visiblement détruites en 1697, puis d’habitations protégées : une « sorte de fortification de sept ou huit canons à Sainte-Marie » (1696) ; « leurs fortifications à terre montent 7 à 8 canons » (1696) ; « un fort palissadé [stockado fort] disposant de 12 canons à l’intérieur, capable de contenir 150 hommes, distant d’une portée de tir de la rive, à la seule fin de se protéger des indigènes [Natives]14. Dans ce fort, ils avaient [NDLR : le fort vient alors d’être détruit] des entrepôts où ils conservaient leurs marchandises » (1698) ; « une grande maison qui, par sa position au sommet d’une grande colline, est aussi bonne qu’un fort. Il a plusieurs canons à l’intérieur » (1698) ; « il n’y a pas [NDLR : il faudrait comprendre « plus »] de fort sur l’île, mais 45 à 50 canons gisent éparpillés sur le sol [...] [il y a] à côté de sa maison [NDLR : celle de Welch] sur un tertre distant d’un mile du port, un fort ceint de palissades et monté de 18 canons15 » (1699). Étant donné ces descriptions et la configuration des lieux, il est fort probable que ce fortin puis cette habitation étaient situés au niveau de l’actuel fort de l’île.

  • 16 A. Audard, 2020, p. 101-157.
  • 17 Service historique de la Défense (désormais SHD), Vincennes, Ms. SH 196, « Description en général e (...)
  • 18 Ibid., p. 110-111.
  • 19 R. Thiebaut, 2017 ; A. Audard, 2020, p. 86-91.

11À côté de ces rares mais authentiques témoignages, le comptoir d’Adam Baldridge fait rapidement l’objet de nombreux fantasmes en Europe et dans les colonies américaines16. On imagine que les pirates de Sainte-Marie sont des milliers et qu’ils habitent une forteresse imprenable (fig. 4). Cette littérature foisonnante est à l’origine d’une grande confusion sur la réalité de la vie des pirates et rend difficile l’analyse des sources à notre disposition. Pour autant, même après la disparition de Welch, il est fort probable que des installations défensives aient existé sur l’île au gré de la présence d’équipages forbans. Du fait de l’implication des pirates dans la traite des esclaves, les relations avec les sociétés locales demeurent souvent hostiles. Le traitant français Robert, prisonnier des pirates au début des années 1720, indique que ces derniers habitent donc généralement des maisons surélevées dont la cour « est entourée d’une forte palissade faite de gros pieux, dans lesquelles palissades plusieurs y ont ménagé des manières de meurtrières où quelques-uns ont placé de petites pièces de canon17 ». Retenu à Sainte-Marie en 1721, il témoigne que les hommes des capitaines Taylor et La Buse « firent tous chacun une case à terre pour se loger18 ». Comme le mentionnent les archives, la plupart de ces capitaines disposent de nombreux esclaves, qu’il faut également surveiller19.

Figure 4 : Le capitaine Every à Madagascar

Figure 4 : Le capitaine Every à Madagascar

Gravure illustrant la première page de l’édition de 1725 du premier tome de la General History of the Pyrates.

Library of Congress, consultable sur https://www.loc.gov/​item/​10031667/​.

  • 20 C. Downing, 1737, p. 62-63, p. 65.
  • 21 The National Archives, Kew, ADM 52/436, « Master’s log of the HMS Lion (1722 April 21) ».
  • 22 ANOM, FM C/3/4 f°120v°, « Lettre adressée au comte de Maurepas, secrétaire d’État français de l (...)

12En avril 1722, Clement Downing, membre d’une escadre britannique s’étant rendue à Sainte-Marie pour en chasser les pirates, décrit la présence de plusieurs canons abandonnés sur l’îlot Madame20. Ces derniers sont d’ailleurs récupérés par son navire. Il note également la présence de nombreuses habitations malgaches sur l’îlot Madame et l’île aux Forbans21. Puis, en 1725, le gouverneur de l’île Bourbon apprend enfin que, probablement en parlant de l’îlot Madame, c’est sur l’« un des îlots qui le ferme [la baie], [qu’]un mulâtre [...] s’y est retranché22 ».

  • 23 Dans le vocabulaire nautique, une aiguade est un lieu où les navires peuvent faire provision d’eau (...)
  • 24 Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), département Cartes et plans, GE SU 18 PF 217 DIV (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 BnF, département Cartes et plans, GE SU 18 PF 217 DIV 8 P 3 D, « Plan du Port Sainte Marie », anony (...)

13La présence dans la baie de plusieurs centaines de pirates, selon une chronologie variable, induit nécessairement un certain aménagement de cette dernière. Certains sites sont clairement identifiés dans les archives. Dès 1733, date du plan le plus ancien que nous conservons de la baie, on indique par exemple toujours au même endroit « la rivière où l’on fait l’eau », c’est-à-dire l’aiguade23, par ailleurs bien distinguée du « ruisseau où les Noirs vont chercher l’eau », situé au pied de l’actuel fort24. Notons que dans la toponymie locale, on nomme encore aujourd’hui le lieu de l’aiguade marorano, signifiant « beaucoup d’eau ». L’îlot Madame, près duquel était situé le cimetière pirate de bateaux, est sans ambiguïté indiqué en 1733 comme l’endroit « où les [forbans] [carénaient] leurs vaisseaux25 ». Le carénage, longue opération terrestre de nettoyage de la coque, nécessitait alors de la chaux, qu’une carte du milieu du xviiie siècle précise comme « se trouv[ant] sur les lieux26 ».

14De fait, bien que les relations semblent avoir été largement conflictuelles entre les pirates et les sociétés malgaches rencontrées, des liens ont indispensablement été tissés. L’existence même des forbans dépendait en effet de la volonté des souverains locaux (mpanjaka) et du ravitaillement qu’ils proposaient. Les cartes indiquent justement l’existence de villages autour de la baie (fig. 5).

Figure 5 : Deux plans anonymes datant du milieu du xviiie siècle indiquant le village de Zahabe (actuelle ville d’Ambodifotatra) et un village nommé Batouroute au pied de l’actuel fort

Figure 5 : Deux plans anonymes datant du milieu du xviiie siècle indiquant le village de Zahabe (actuelle ville d’Ambodifotatra) et un village nommé Batouroute au pied de l’actuel fort

Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 217 DIV 8 P 3 D et 6 D.

  • 27 A. Molet-Sauvaget, 1991, p. 29-30.
  • 28 SHD (Vincennes), Ms. SH 196, « Description en général et en détail de l’île de Madagascar… par le S (...)
  • 29 J. Valette, 1967 ; D. Bois, 1997 ; G. A. Rantoandro, 2003 ; A. Audard, 2020, p. 60-68.
  • 30 C. Downing, 1737, p. 92-93.

15Un certain nombre de documents témoignent de ces indispensables relations. En 1696, Henry Watson, marin anglais fait prisonnier par les pirates, apprend ainsi qu’Adam Baldridge et Lawrence Johnston sont « mariés à des femmes du pays » et que « beaucoup des autres sont mariés à Madagascar27 ». Selon lui, « leur but en se mariant avec des femmes du pays est de s’intégrer parmi les habitants, avec lesquels ils vont à la guerre contre d’autres roitelets ». Ainsi, « un Anglais [qui] va à la guerre aux côtés du prince avec lequel il vit, […] a pour sa peine la moitié des esclaves qui sont capturés ». Le sieur Robert indique quant à lui que l’autorité des pirates ne leur vient « que parce qu’ils ont pris pour femmes les principales négresses et les plus en dignité du pays28 ». Cette institution de concubinage, nommée à Madagascar vadinebazaha, se retrouve souvent sur les côtes africaines ou asiatiques – pensons par exemple aux femmes signares de Gorée ou Saint-Louis du Sénégal – afin de faciliter le commerce29. Les pirates s’intègrent également aux sociétés rencontrées comme intermédiaires militaires, en se mettant au service de mpanjaka. La création d’une relation de confiance permet dès lors de faciliter le commerce, par essence violent puisque reposant en partie sur la traite des esclaves. Clement Downing atteste ainsi de l’existence d’un rituel issu du passage des forbans consistant « à boire un verre d’eau salée mélangée à de la poudre à canon en signe d’amitié30 ».

  • 31 ANOM, FM, C/3/4 fo120vo-121ro, « Lettre adressée au comte de Maurepas, secrétaire d’État français d (...)
  • 32 Archives nationales, Paris, MAR/4JJ/76 pièce 22, « Journal de bord de Guillaume Liout, 2e pilote du (...)
  • 33 En raison de ses origines, le fondateur de cette confédération, le malata Ratsimilaho, fait l’objet (...)

16Indubitablement, ces unions donnent naissance à des enfants, nommés malata (« mulâtres »). En 1725, le gouverneur de l’île Bourbon apprend que ces enfants bénéficient d’une certaine autorité dans ces environs : « Ils […] estiment beaucoup les enfants mulâtres venus de l’alliance de ces forbans avec les femmes du pays. Plusieurs sont maîtres de pareils établissements et ont beaucoup d’autorité parmi les Noirs, qui les mettent volontiers à leur tête lorsqu’ils vont à la guerre. Presque tous ces mulâtres, lorsqu’ils ont trouvé occasion, ont suivi les traces de leur père et ont fait la course31. » En 1738, soit quarante ans après le départ d’Adam Baldridge, l’équipage du navire de traite français le Duc d’Anjou échange ainsi avec un souverain malata nommé Baldriche, « habillé à la française, assez richement ayant des boutons d’or massif, mais mal ajusté32 » probablement petit-fils dudit pirate. Les cartes de cette période indiquent d’ailleurs une « Pointe à Ballrich » à l’entrée de la baie d’Antongil (fig. 6). Ces malata et leurs descendants, les zanamalata, sont à l’origine de la création de la confédération betsimisaraka durant la première moitié du xviiie siècle, dont l’influence s’étendra sur toute la côte nord-est de Madagascar33.

Figure 6 : Détail de la carte de la baie d’Antongil établie par Jacques-Nicolas Bellin en 1764

Figure 6 : Détail de la carte de la baie d’Antongil établie par Jacques-Nicolas Bellin en 1764

Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE DD-2987 (8395))

  • 34 J. de Bry, 2016.

17En outre, au-delà de cette implantation terrestre, les archives permettent d’affirmer que plusieurs navires pirates, et probablement certains autres navires capturés, sont coulés dans la baie d’Ambodifotatra entre la fin des années 1690 et les années 1720. Les explications sont diverses : l’Adventure Galley y est par exemple sabordé en 1698 en raison de son mauvais état, tandis que deux navires pouvant être identifiés comme étant le Mocha et le New Soldado y sont coulés en 1699 lors de l’arrivée de navires de guerre anglais, ou que le Fiery Dragon y est sabordé en 1721 puisqu’il s’agit de la condition exigée par le gouverneur de l’île Bourbon pour que l’équipage du navire soit amnistié34. Si chacune de ces situations diffère, il faut toutefois noter que ces sabordages se déroulent toujours dans des contextes de vives tensions entre pirates (mutineries, différends violents relatifs aux propositions d’amnistie, etc.).

  • 35 ANOM, FM C/3/4 f°120, « Lettre adressée au comte de Maurepas… par Desforges-Boucher… », île Bourbon (...)
  • 36 H. C. V. Leibbrandt, 1896, p. 229.
  • 37 C. Downing, 1737, p. 62-63.

18De nombreux observateurs constatent donc la présence d’une sorte de cimetière de « navires coulés avec leur entière cargaison35 » au nord-est de l’îlot Madame, à l’entrée de la baie. Le capitaine hollandais Jan Coin, parti à la recherche d’un navire disparu à Madagascar, y découvre à l’été 1699 « diverses épaves de navires pirates et de prises maures capturées36 ». L’une de ces épaves gît même « toujours avec ses mâts et ses vergues en l’air ». En avril 1722, Clement Downing décrit de son côté y avoir « trouvé les épaves de plusieurs navires que les pirates avaient démolis, avec leurs cargaisons de porcelaine de Chine […] et de toutes sortes d’épices, gisant en grands tas sur la plage de ladite île37 ». Comme il le raconte, la présence de cette porcelaine, en grande partie détériorée selon lui, est si abondante que les marins qui l’accompagnent en ramassent une partie pour la revendre ultérieurement. Le journal de bord de son navire conserve la trace d’observations similaires (fig. 7). Par la suite, différents plans de la baie d’Ambodifotatra levés autour des années 1730 indiquent toujours la présence de vaisseaux coulés (fig. 8).

Figure 7 : Extrait du journal de bord du HMS Lion (21 avril 1722) décrivant la présence à Sainte-Marie de plusieurs épaves

Figure 7 : Extrait du journal de bord du HMS Lion (21 avril 1722) décrivant la présence à Sainte-Marie de plusieurs épaves

The National Archives, ADM 52/436.

Figure 8 : Détail du Plan du Port Ste. Marie, levé par le sieur Sornay à l’île Bourbon le 8 décembre 1733

Figure 8 : Détail du Plan du Port Ste. Marie, levé par le sieur Sornay à l’île Bourbon le 8 décembre 1733

L’actuel îlot Madame (A) est légendé comme suit : D « endroit ou les fourbans carennoit leur vaisseaux » et Z « les vaisseaux coulez ».

Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 217 DIV 8 P 2.

  • 38 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, M. Roling, 2016 ; B. C. Brooks, 2018, p. 187-216.

19La présence massive de cette cargaison de porcelaine de Chine, au moins formellement attestée par les archives en avril 1722, correspond très probablement à un abandon ou un dépôt effectué par les pirates entre 1718 et 1721. Durant cette période, plusieurs navires pirates font escale sur l’île et, a minima, le Fiery Dragon y est sabordé. Ce Fiery Dragon est un navire d’origine hollandaise, le Compagnies Welvaren, une frégate néerlandaise de la West India Company (WIC) que les pirates de Christopher Condent capturent en 1719 au large de Luengo Bay sur la côte du sud-ouest du continent africain. Après avoir été réarmé, le navire prend la direction de l’océan Indien avec 320 hommes à bord et une soixantaine de canons. Réalisant plusieurs prises dont le Maison d’Autriche, un vaisseau hollandais de 400 tonneaux, Condent prend ensuite la direction de l’île Sainte-Marie en 1720. La série et la diversité des captures opérées par l’équipage du Fiery Dragon avant cette arrivée, d’après les archives, laissent à penser que cette cargaison de porcelaine de Chine serait directement liée à leur passage sur l’île38. Abîmée, comme celle déposée à terre, cette porcelaine aurait alors pu servir de fond de cale, d’où sa présence dans l’épave.

20La fin de l’« âge d’or de la piraterie » européenne durant les années 1720 entraîne la disparition des pirates de Madagascar. En négociant avec les Betsimisaraka, les Français prennent possession de Sainte-Marie en 1750. Ils investissent notamment l’îlot Madame et bâtissent un petit ouvrage défensif au niveau de l’actuel fort. À la suite d’un massacre et de l’échec rapide de leur établissement, les Français ne réinvestissent les lieux définitivement qu’en 1818 pour ne les quitter qu’à l’indépendance de Madagascar. Ils débutent, entre autres, les travaux du fort actuel en 1864.

Les investigations controversées menées sur les épaves de la baie (2000-2015)

  • 39 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, M. Roling, 2011 ; J. de Bry, M. Roling, 2016 ; J. de Bry, 2019.

21Des recherches archéologiques controversées ont été menées par une équipe américaine dans la baie d’Ambodifotatra en 2000, 2010 et 201539. Ces investigations se sont focalisées sur la recherche d’épaves pirates.

22En 2000, l’équipe a développé un programme de prospections géophysiques à l’aide d’un magnétomètre. Deux zones de ballast ont été découvertes près du quai principal à une profondeur allant de 6 à 7,6 m (fig. 9). Un examen approfondi du plus grand monticule a permis de constater la présence de nombreux fragments de porcelaine chinoise. Leur identification a montré que ces tessons dataient de la période Kangxi (1662-1722). Un modèle photogrammétrique du site a également été réalisé. À la suite de ces recherches, une campagne d’imagerie radar à pénétration et une tomographie radar assistée par ordinateur ont permis de distinguer des restes d’une coque. Un sondage de 2 × 2 m a été ouvert, lors de la troisième campagne, dans l’angle sud-est de l’empierrement. De nombreux objets ont alors été découverts, dont 11 pièces d’or, d’origines diverses, datées entre 1649 et 1718. En complément de ces monnaies, des éléments d’une coque ont en effet été mis au jour. D’après l’équipe, les premières observations ont permis d’identifier une structure en chêne, sans pour autant que des analyses en laboratoire aient été menées.

23Après ces premières recherches, la campagne de 2010 s’est focalisée sur les restes de l’épave découverte, dont l’identité reste à déterminer, ainsi que sur les restes d’une seconde épave, provisoirement nommée « l’épave du chenal ». Il a tout d’abord été décidé d’étudier le ballast de manière approfondie, puis d’enregistrer et de récupérer des objets permettant une identification et une datation fiable. Des points GPS ont été pris et enregistrés. 18 sections ou zones de travail ont dès lors été établies (fig. 10). De nombreux autres objets, complémentaires à ceux retrouvés en 2000, ont également pu être découverts et inventoriés. Située à 12 m au sud de la première épave, « l’épave du chenal » a fait l’objet d’une fouille de 3 m². Un canon en fonte de 2,4 m de long et d’un diamètre de 30 cm a été découvert, ainsi que des restes de la coque et du mobilier. Ce canon a été déplacé vers la berge sans avoir pu néanmoins être remonté. Selon l’équipe, cette nouvelle épave pourrait être celle du Mocha ou du Great Mahomet, deux navires ayant été sabordés dans la baie en 1699.

24Enfin, en 2015, la troisième mission a combiné la mise en place d’un sonar à balayage latéral et d’un magnétomètre dans le but de dresser le profil sous-marin d’une partie de la baie, près de l’îlot Madame, afin d’inventorier la présence d’autres potentielles épaves. Trois à quatre épaves, dont les identifications demeurent incertaines, auraient ainsi été repérées. Un nouveau sondage a été opéré sur la première épave et a de nouveau livré un mobilier abondant.

  • 40 J. de Bry, M. Roling, 2011.

25Le positionnement de l’« épave du chenal » étant pratiquement parallèle à la rive de l’îlot Madame, il est peu probable que le navire ait coulé en direction du fond de carénage40. L’hypothèse privilégiée est que le navire a probablement été remorqué de l’endroit de carénage et par la suite coulé sous le chenal. Selon John de Bry, archéologue ayant participé aux missions américaines, cette épave pourrait ainsi bien être celle du Fiery Dragon, navire du pirate Christopher Condent, alias Edward Congdon, coulé en 1721.

Figure 9 : Photogrammétrie de l’épave qui se trouve sous les zones de ballast

Figure 9 : Photogrammétrie de l’épave qui se trouve sous les zones de ballast

M. Roling, C. Burnham.

Figure 10 : Répartition des vestiges sur l’épave

Figure 10 : Répartition des vestiges sur l’épave

M. Roling, C. Burnham.

  • 41 J. de Bry, M. Roling, 2011.
  • 42 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, M. Roling, 2016.

26Pour ces trois campagnes menées entre 2000 et 2015, l’équipe américaine n’a rédigé qu’un seul rapport d’une trentaine de pages concernant les missions de 2000 et 201041 et aucun rapport pour la campagne de 2015. Présentant de manière synthétique ces opérations, deux articles ont été publiés en 2006 et 201642. Hormis quelques photos et plans, la grande majorité des données n’a ainsi pas pu être récupérée. Les informations évoquées ici sont donc très lacunaires et ne permettent pas d’aborder toutes les problématiques archéologiques souhaitées.

  • 43 M. L’Hour, 2015.

27Quelques mois après la mission de 2015, l’Unesco, alerté par le gouvernement malgache sur les problèmes éthiques de ces découvertes, a mandaté pour ces raisons une équipe à Sainte-Marie dans le but de réexaminer les résultats des recherches américaines43.

  • 44 Les analyses ont été réalisées en juin 2015 par l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écolo (...)

28L’identification de la plupart des épaves a alors été contredite et l’Unesco a dénoncé les problèmes de gestion et d’inventaire du mobilier déposé au musée. En outre, des analyses chimiques ont été pratiquées sur des prélèvements de bois de l’une des épaves (pièce de bordé externe, pièce de bordé interne, élément de vaigrage, membrure et carlingue), à savoir le supposé Fiery Dragon, renommé à l’occasion « épave Sainte-Marie 2 » par l’Unesco44. Les résultats ont révélé la présence de teck et non de chêne comme le pensait l’équipe américaine. Le teck étant un arbre tropical que l’on trouve principalement en Inde, en Birmanie, au Laos, aux Philippines, l’origine européenne, voire hollandaise, de cette épave n’a donc pas pu être prouvée. Selon l’Unesco, il s’agirait plutôt d’une épave d’origine asiatique, ce qui correspondrait bien à l’abondance du mobilier qui lui est associé. Enfin, l’organisme a constaté l’absence d’un inventaire ordonné et le mélange d’objets venant de contextes divers dans les mêmes sacs, ne permettant pas de rattacher ce mobilier à une épave en particulier.

29Dès lors, d’après les indices récoltés, l’équipe de l’Unesco date l’épave de gros tonnage après 1718, et comme étant de construction non européenne. Il pourrait ainsi s’agir d’un navire pèlerin moghol revenant de La Mecque ou d’un navire de commerce asiatique qui aurait été abandonné, voire coulé de manière intentionnelle, dans la baie par les pirates autour de 1720 comme en attestent les sources. Comme le préconise l’Unesco, il faudra pour autant attendre de nouvelles investigations sous-marines avant de réussir à percer le mystère de cette épave.

Mission 2022 : inventaire et étude du mobilier récolté

  • 45 M. L’Hour, 2015.

30Durant 10 jours, un inventaire exhaustif des objets a été mené en mai 2022 suivant les recommandations du rapport de l’Unesco de juin 201545.

31Un constat a d’abord été établi sur l’état de la collection. À l’exception de 22 objets présentés dans l’une des vitrines du musée, le reste du mobilier était toujours stocké dans les sacs d’origine qui reposaient sur les étagères des réserves au rez-de-chaussée. À l’issue du dépôt de ce mobilier en 2010 et 2015, ces sacs n’avaient en fait jamais été réouverts. Certains objets n’avaient d’ailleurs pas été traités, c’est-à-dire désalinisés, ce qui les menaçaient sur le long terme.

  • 46 Certaines étiquettes indiquaient la section (secteur de l’épave) « FD.S001 » et le numéro d’inventa (...)

32Hormis quelques éléments isolés, la plupart du mobilier étudié semble venir du même site d’après les étiquettes retrouvées dans les sacs comportant la mention « FD », pour la supposée épave du supposé Fiery Dragon. Il faut néanmoins noter que des mélanges ont été constatés et qu’aucun tri par matériau n’avait été fait46. Enfin, l’année de la campagne était généralement présente, 2010 ou 2015, mais jamais 2000. En définitive, les informations liées au contexte de découverte restent donc assez lacunaires. En complément, d’après des documents certifiés et signés, nous avons noté que 233 objets de la collection ont été emportés en 2010 par l’équipe américaine. Une petite sélection de ces objets a été photographiée, permettant son identification.

  • 47 « CER » pour la céramique et la porcelaine, « VER » pour le verre, « MET » pour le métal, « FAU » p (...)

33L’objectif de la mission de 2022 était d’inventorier l’ensemble de la collection. Dans ce cadre, un tri a été effectué pour chacun des sacs, en séparant les différents matériaux : porcelaine, céramique, verre, métal, faune et éléments restants (bois, silex, jade, coquillage) (fig. 11). Une fois séparés, les objets ont été inventoriés par catégorie, avec la mise en place d’une nouvelle codification par matériau47, des prises de mesure et de poids, la description détaillée et la datation (fig. 12).

Figure 11 : Tri en cours des céramiques de l’épave

Figure 11 : Tri en cours des céramiques de l’épave

J. Soulat.

Figure 12 : Inventaire des porcelaines de l’épave

Figure 12 : Inventaire des porcelaines de l’épave

J. Soulat.

Présentation et datation de la collection

  • 48 Les NR (nombre de restes) sont les fragments appartenant à un ou plusieurs récipients alors que le (...)

34Au total, 3 728 restes pour 2 352 objets ont été étudiés. Parmi ce mobilier, on note la présence de près de 3 374 tessons de céramique pour 2 043 individus. Huit groupes différents peuvent être définis (fig. 13-14) : 2 821 fragments de porcelaine majoritairement à décor dit bleu et blanc et à décor polychrome de style Imari produite à Jingdezhen en Chine (1686 NMI48), 118 fragments de céramique grise granuleuse souvent à décor au peigne de production culinaire d’Asie du Sud-Est (67 NMI), 41 fragments de grès à couverte de Chine du Sud (26 NMI), 13 fragments de céramique à glaçure verte islamique (2 NMI), 45 fragments de céramique à pâte noire d’Asie du Sud-Est (22 NMI), 248 fragments de céramique à pâte brune d’Asie du Sud-Est (187 NMI), 50 fragments de céramique à pâte rougeâtre d’Asie du Sud-Est (30 NMI), 30 fragments de céramique à pâte beige rosé d’Asie du Sud-Est (19 NMI) et huit fragments de faïence de type creamware probablement britannique (4 NMI).

Figure 13 : Quantification des céramiques venant de l’épave

Catégorie

Groupe

NR

NMI

%

Porcelaine chinoise

Groupe 1

2821

1686

83,6

Céramique fine grise granuleuse asiatique

Groupe 2

118

67

3,4

Grès chinois

Groupe 3a

41

26

1,6

Céramique à glaçure verte islamique

Groupe 3b

13

2

0,4

Céramique noire asiatique

Groupe 4

45

22

1,3

Céramique brune asiatique

Groupe 5

248

187

7,3

Céramique rouge asiatique

Groupe 6

50

30

1,4

Céramique beige asiatique

Groupe 7

30

19

0,8

Faïence type creamware

Groupe 8

8

4

0,2

Total

 

3374

2043

Figure 14 : Représentativité des céramiques venant de l’épave (nombre de restes)

Figure 14 : Représentativité des céramiques venant de l’épave (nombre de restes)

3512 figurines et appliques en divers matériaux ont en plus été découvertes, dont quatre en porcelaine dite « blanc de Déhua » (un Shoulao, dieu de la longévité, un sifflet représentant un Hollandais, un moine priant et un fragment de pied non identifiable), deux en biscuit à glaçure de Chine (cheval et chien Fô), une en terre cuite rouge de Chine (chien Fô), un fragment en terre cuite à pâte grise (tête de Saint-Antoine de Padoue), une en ivoire (Christ) et trois en bois dont l’essence reste à déterminer (une Guanyin, déesse marine de la Miséricorde, une figurine applique de religieuse et une applique à visage). Enfin, deux poulies en bois, deux pipes en terre cuite, deux pierres à fusil en silex, un probable pommeau de dague en jade, puis 131 objets métalliques, dont 13 monnaies en or, 100 restes en verre et 101 ossements de faune ont pu être comptabilisés.

36Cet assemblage hétérogène associe une grande partie d’objets provenant de Chine et d’Asie du Sud-Est, avec une minorité d’objets européens. Ce mobilier peut être daté entre les années 1700 et 1720. En effet, la porcelaine chinoise à décor dit bleu et blanc et la porcelaine chinoise à décor polychrome de style Imari ont été produites dans les ateliers de Jingdezhen au cours de la période Kangxi (1662-1722) tandis que les 13 monnaies en or ont été frappées entre 1649 et 1718. Le reste du mobilier est cohérent avec cette datation.

Porcelaine bleu et blanc et porcelaine à décor polychrome de style Imari

  • 49 Pour recontextualiser cette porcelaine au style particulier, se référer à L. Mézin, 2002 ; G. Le Ga (...)

3783 % de la collection étudiée est représentée par de la porcelaine produite dans les ateliers de Jingdezhen en Chine (2 821 fragments) dont la grande majorité est ornée d’un décor peint en polychrome au cours de la période Kangxi (1662-1722), plus particulièrement entre les années 1700-172049.

38Cinq sous-groupes peuvent être déterminés : la porcelaine à décor polychrome de style principalement rouge, or et bleu ou la porcelaine à décor dit bleu et blanc (2 780 fragments, sous-groupe 1a), la porcelaine de commande à décor armorié de Luis de Meneses (26 fragments, sous-groupe 1b), la porcelaine à décor dite « Arlequin » mêlant des teintes rouge, verte et aubergine (10 fragments, sous-groupe 1c), la porcelaine dite de « Batavia » (4 fragments, sous-groupe 1d) et un fragment de porcelaine céladon (sous-groupe 1e) (fig. 15).

Figure 15 : Différents sous-groupes de porcelaine chinoise sur l’épave (nombre de restes)

Porcelaine chinoise

Sous-groupe

2821

Décor polychrome de style Imari

1a

2780

Décor polychrome de style Imari à décor armorié

1b

26

Type « Arlequin »

1c

10

Type « Batavia »

1d

4

Céladon

1e

1

Un vaisselier en porcelaine de commande à destination du marché portugais

39La porcelaine à décor bleu et blanc et la porcelaine polychrome de style Imari sont les plus conséquentes retrouvées sur le site de l’épave. Parmi les 2 780 fragments (sous-groupe 1a), l’inventaire a permis de distinguer une grande quantité de bols, de gobelets, de soucoupes ou encore d’assiettes fabriqués dans les ateliers de Jingdezhen sous l’ère de l’empereur Kangxi (1662-1722). L’examen attentif de la porcelaine démontre qu’il y a deux décors majoritaires : le bleu et blanc et les polychromes de style Imari. Les polychromes de style Imari, d’origine japonaise, associent un décor en bleu peint en cobalt sous couverte, un décor en rouge de fer sur couverte ; le tout est rehaussé par de l’or. Ce style est caractéristique de la fin de la période Kangxi, vers les années 1700-1720. Précisons par ailleurs que le long séjour sous-marin a fait disparaître les couleurs rouge et or, qui sont ajoutées après la pose de la couverte. Seul l’encrage bleu, incrusté sous la couverte, a résisté (fig. 16-17).

Figure 16 : Porcelaines de style Imari

Figure 16 : Porcelaines de style Imari

J. Soulat.

  • 50 N. de Castro, 2007, p. 354.
  • 51 C. Krahé, 2014, p. 14-15 ; T. Canepa, 2016, p. 272-273.

40Il s’agit ici d’un assemblage particulier, dit de commande, à destination du marché portugais comme le démontrent 40 fragments affichant la représentation d’un aigle bicéphale de style Imari chinois (fig. 17). Cet aigle n’est autre que celui de la famille des Habsbourg, utilisé par l’ordre de Saint-Augustin qui règne sur le royaume d’Espagne depuis 151650. L’aigle est d’ailleurs un motif peu commun dans le traitement ornemental de la porcelaine chinoise. À ce titre, on remarque que les têtes de ces aigles bicéphales sont plus proches de celles du canard que de l’aigle. La présence de cet aigle bicéphale sur les porcelaines de Jingdezhen peut être interprétée comme une commande stylistique spécifique pour l’exportation chinoise vers le marché ibérique. Cette représentation apparaît dès le courant du xvie siècle sur des porcelaines chinoises envoyées dans les colonies espagnoles, notamment au Mexique51.

Figure 17 : Aigles bicéphales sur gobelets, soucoupes et couvercles

Figure 17 : Aigles bicéphales sur gobelets, soucoupes et couvercles

C. Bioul.

41Le vaisselier se compose de 2 780 tessons de porcelaine. Une grande partie de ces fragments a pu être rattachée à des formes. Ainsi, il est possible de caractériser 321 gobelets, 308 petits bols (ou sorbets), 29 couvercles pouvant fonctionner avec les gobelets et les petits bols, 281 soucoupes pouvant être associées aux gobelets et petits bols, 3 tasses, 212 assiettes et 14 plats (fig. 18). Faute de temps, seule une petite partie de ces formes a pu être dessinée sur place, ce qui permet néanmoins déjà d’apprécier que les formes sont régulières (fig. 19-21). Les gobelets mesurent entre 74 et 80 mm de haut pour un diamètre externe du col compris entre 74 et 84 mm. Les petits bols mesurent entre 42 et 52 mm de haut pour un diamètre externe du col compris entre 69 et 80 mm. Certaines variantes apparaissent parfois, comme des bords droits ou festonnés, mais les dimensions, et surtout les diamètres, restent cohérents.

Figure 18 : Forme de vaisselle en porcelaine chinoise du groupe 1a sur l’épave (nombre d’individus)

Figure 18 : Forme de vaisselle en porcelaine chinoise du groupe 1a sur l’épave (nombre d’individus)

Figure 19 : Petits bols et gobelets en porcelaine chinoise du groupe 1a

Figure 19 : Petits bols et gobelets en porcelaine chinoise du groupe 1a

C. Bioul, J. Soulat.

Figure 20 : Gobelets et petit bol en porcelaine chinoise du groupe 1a

Figure 20 : Gobelets et petit bol en porcelaine chinoise du groupe 1a

C. Bioul, J. Soulat.

Figure 21 : Soucoupe et assiette en porcelaine chinoise du groupe 1a

Figure 21 : Soucoupe et assiette en porcelaine chinoise du groupe 1a

C. Bioul, J. Soulat.

42Outre les formes qui sont relativement répétitives, ce sont les décors apposés, lacunaires en raison de l’absence de conservation des motifs rouge et or, qui sont visibles à la fois sur les gobelets, petits bols, couvercles et soucoupes, rendant ainsi les services homogènes (fig. 22). 32 décors différents ont été identifiés sur l’ensemble des 2 780 tessons. On retrouve ainsi des gobelets avec 20 décors différents, des couvercles de gobelets avec 5 décors différents, des petits bols (ou sorbets) avec 15 décors différents, des assiettes avec 9 décors différents et des tasses avec un seul décor.

Figure 22 : Inventaire des décors et des correspondances entre les formes

Décor

Descriptif décor blanc-bleu ou Imari chinois

Gob.

Couv.

Bols

Souc.

Ass.

Tas.

01

Fleurs de lotus stylisées

X

X

X

02

Vase avec branches fleuries

X

X

X

X

03

Aigle bicéphale

X

X

X

04

Jardinière avec branchages fleuris / Branches de cerisiers fleuris

X

X

05

Plantes fleuries / Plantes fleuries stylisées

X

X

X

X

06

Hibiscus stylisés

X

X

07

Panneaux aux branchages fleuris

X

X

08

Rocher de lettrés fleuris

X

09

Paysage lacustre et pêches

X

X

X

X

X

10

Nœuds foliaires

X

X

11

Branchages fleuris avec panneaux

X

12

Fleurs de lotus avec panneaux de tiges fleuries

X

X

13

Plantes fleuries

X

X

X

14

Lotus fleuri

X

X

X

15

Plantes fleuries stylisées

X

16

Fleurs sur un rocher percé / Chrysanthèmes

X

X

X

X

17

Fleurs stylisées et médaillons / Chrysanthèmes

X

X

18

Bandes bleues et fleurs stylisées

X

X

19

Fleurs sur rochers

X

20

Plantes fleuries sur terrasse

X

21

Fleurs d’asters chinois

X

X

22

Paysage lacustre

X

X

23

Paysage lacustre et médaillons

X

24

Branches fleuries et médaillons

X

25

Jardinière et faucon

X

26

Grenades

X

X

27

Café-au-Lait

X

28

Fleurs de cerisier

X

29

Fleurs et pêcheurs ou Fleurs et pagodes

X

30

Paysage lacustre cannelée

X

31

Panier avec plantes fleuries

32

Paysage lacustre et sapèques

X

43La majorité de la porcelaine découverte est donc composée de gobelets et de petits bols (ou sorbets), et ces derniers présentent les décors les plus variables. Dans la plupart des cas, les couvercles appartiennent aux gobelets. Les soucoupes, qui fonctionnent avec les gobelets et les petits bols, selon le diamètre du pied, sont également très décorées. Les assiettes, pourtant bien représentées avec 212 exemplaires, ne sont pourvues que de neuf décors identifiables. Enfin, les trois tasses découvertes ont toutes livré le même décor, celui « des fleurs sur un rocher percé / Chrysanthèmes ». À ce stade de l’étude, il n’a pas été possible de connaître quel type de décor était le plus représenté sur les différentes formes.

  • 52 C. Delery, H. C. Tsao, 2021, p. 68-73, 366-395, 414-419.

44La quantité de gobelets, de petits bols avec ou sans couvercles, de soucoupes et d’assiettes, retrouvée sur uniquement deux sondages entrepris sur l’épave pose évidemment la question de l’interprétation de cette cargaison. À ce titre, il s’agit d’une marchandise de commande destinée à être revendue, d’après son aspect, sur le marché portugais, très probablement au Portugal même, voire dans les colonies ibériques d’Amérique52.

  • 53 Catalogue Sotheby’s, 2006 ; G. Fajcsák et al., 2009.

45Pour appuyer ce raisonnement, il faudrait se tourner vers la comparaison de cargaisons déjà étudiées. Malgré de nombreuses recherches, peu d’épaves fouillées ont néanmoins livré des porcelaines similaires et la cargaison de Sainte-Marie se révèle être unique en genre et en nombre. Pour trouver des parallèles, il faudrait s’intéresser à un navire coulé dans les années 1700-1720, contenant à son bord une cargaison de porcelaines de commande produites sous le règne Kangxi (1662-1722) et comportant un décor polychrome de style Imari. À ce jour, seuls quelques types de décor bleu et blanc et de style Imari ont pourtant été retrouvés sur quatre épaves, en particulier des gobelets et des petits bols. Même l’épave du Ca Mau, jonque chinoise coulée en 1725 dans le sud du Vietnam et comportant plus de 130 000 pièces de porcelaine de la période Kangxi, dont de nombreux petit bols, n’a pas livré d’exemplaires au décor polychrome de style Imari53. Quelques décors bleu et blanc du Ca Mau se retrouvent toutefois sur certains gobelets, petits bols et soucoupes de Sainte-Marie (décor n° 4, 10, 12, 17 et 25).

46Concernant Sainte-Marie, ces porcelaines sont donc des productions faites en série dans les ateliers de Jingdenzhen, avec un soin relativement modeste. Il s’agit en effet d’une production de qualité variable lorsque l’on s’attarde sur la précision de certains décors encore visibles. Les meilleurs parallèles à faire se rencontrent peut-être sur la route des colonies d’Amérique puisque ces porcelaines pouvaient être destinées au marché colonial ibérique. Dans cette optique, trois navires coulés dans les eaux caribéennes ont en effet apporté des éléments de comparaison : le San José et l’Almiranta (1715), appartenant à la flotte de Manille et coulés avec neuf autres navires au large des îles Keys en Floride sur le retour de Cuba, ainsi que le San José (1708) coulé au large des côtes colombiennes lors de la bataille de Baru54. Deux types de décor blanc-bleu à « panneaux aux branchages fleuris » (n° 7) et à « branchages fleuris avec panneaux » (n° 11) visibles sur des gobelets et des petits bols ont été localisés en 2022 sur le San José (1715)55. Un type de petit bol à décor polychrome de style Imari à « fleurs d’asters chinois » a également été retrouvé sur la même épave56. Là encore, le mobilier retrouvé à Sainte-Marie s’avère être exceptionnel par la diversité et la masse.

Un service armorié de Luis de Meneses, vice-roi des Indes portugaises

47Au sein de la porcelaine étudiée, 26 tessons, majoritairement des fragments d’assiettes, ont livré un décor polychrome de style Imari uniquement rouge et or, non visible, qui pourrait être associé à un service armorié. Parmi ces éléments, on note la découverte d’un tesson d’assiette avec un blason singulier, seulement perceptible selon la lumière (fig. 23).

  • 57 Nous tenons à remercier Tiago Henriques, représentant de la famille de Meneses, pour l’identificati (...)
  • 58 N. de Castro, 2007, p. 118.

48Ce blason armorié est séparé en quatre champs, comprenant deux petits blasons à décor cruciforme interne pointé et deux séries de trois fleurs de lys. Il est surmonté d’une couronne sertie de joyaux, la couronne portugaise, tandis que la partie inférieure est marquée par un masque et la devise « NIMGUEM PRIMEIRO ». À gauche du blason, on retrouve un griffon, traité comme un dragon, tête à gauche crachant du feu. À droite du blason, un personnage aux traits asiatiques se tient debout en robe. Il s’agit en réalité de la représentation maladroite d’une femme portugaise en lien avec la légende ancestrale de la famille de Meneses57. Ce blason s’avère donc être celui de Luís Carlos Inácio Xavier de Meneses (1689-1742), 5e comte d’Ericeira et 1er marquis de Louriçal (Portugal)58. Luis de Meneses a été vice-roi des Indes portugaises de 1717 à 1721 puis de 1740 à 1742.

Figure 23 : Tesson avec blason armorié et comparaison avec les armoiries de Luis de Meneses

Figure 23 : Tesson avec blason armorié et comparaison avec les armoiries de Luis de Meneses

J. Soulat, De Castro, 2007.

  • 59 Sur cette célèbre prise comme sur ces célèbres capitaines, la littérature est abondante quoique lar (...)
  • 60 Service historique de la Défense (Vincennes), Ms. SH 196, « Description en général et en détail de (...)

49Or, ce comte de la noblesse portugaise est notamment connu pour avoir été victime des pirates de l’océan Indien. En effet, le 26 avril 1721, tandis que son navire, le Nossa Senhora do Cabo (La Vierge du Cap), un vaisseau de 800 tonneaux, est à quai à Saint-Denis sur l’île Bourbon pour réparation en raison d’avaries conséquentes à une tempête subie lors de son retour au Portugal, le comte est attaqué par les célèbres pirates John Taylor et Olivier Levasseur, dit « La Buse59 ». À bord du navire se trouvent Luis de Meneses et Dom Sebastião de Andrade, archevêque de Goa, mais aussi une importante cargaison d’or, de tissus et d’objets liés à la couronne portugaise. Les pirates capturent le navire, ainsi que les marchandises, et puis se dirigent dans un premier temps vers le port de Saint-Paul, toujours à l’île Bourbon. Ils séjournent ensuite plusieurs mois sur l’île Sainte-Marie en 1721 pour effectuer des réparations et se délester d’un certain nombre de marchandises, comme le narre l’un de leurs prisonniers60.

50Ce tesson au blason armorié de Luis de Meneses faisait-il partie d’un service de porcelaine ayant été à bord du Nossa Senhora do Cabo ? Peut-on faire un lien entre ce fragment et la prise des deux capitaines pirates ? Cette hypothèse est hautement probable puisque ce tesson est issu d’une assiette provenant d’une épave formellement datée d’après 1718 d’après la monnaie en or la plus récente découverte. De plus, durant cette période, Sainte-Marie est encore occupée par de nombreux pirates, tels que Christopher Condent et ses hommes. Des porcelaines chinoises ont donc pu faire l’objet d’échanges, de dépôt, voire d’abandon sur l’île avant d’être intégrées à la cargaison de l’épave.

Céramique du sud-est de l’Asie

51À côté de la porcelaine, 553 tessons de céramique pour 357 individus ont été inventoriés. Cette céramique se distingue par une production asiatique venant de différentes régions et se scindant en sept groupes de pâte, à l’exception d’une production très minoritaire qui paraît être de tradition islamique (sous-groupe 3b) et d’une autre faiblement représentée, de la faïence de type creamware (sous-groupe 8) (fig. 24).

  • 61 Nous tenons à remercier Martial Pauly et Monique Crick, spécialistes de la céramique de l’océan Ind (...)
  • 62 D. Arriola, 2006, p. 14-16.
  • 63 D. Carré et al., 1994, p. 252-255.

52Le groupe 2 rassemble 118 tessons de céramique fine grise granulaire à décor incisé fait au peigne (67 NMI). Il s’agit d’une production difficile à caractériser, mais qui proviendrait d’Asie du Sud-Est, d’une zone située entre la Thaïlande, la Malaisie et la Birmanie61. Avec ces formes globulaires, carénées et en bouteille, de décors gravés faits de lignes parallèles et de flammules associées à des gouttières (fig. 25), ces exemplaires rappellent les productions culinaires que l’on rencontre sur l’épave du San Diego, galion espagnol coulé au large des Philippines en 160062, de type palayok, productions de Calatagan ou de Batangas, aux Philippines63.

  • 64 Ibid., p. 240-241, in D. Carré et al., 1994.
  • 65 M. L’Hour et al., 1989, p. 178-180.

53Le groupe 3 rassemble des productions glaçurées qui se divisent en deux sous-types pour deux sphères géographiques : le sous-groupe 3a pour le grès à glaçure chinois avec 41 tessons pour 26 individus, et le sous-groupe 3b pour la céramique à glaçure verte probablement de type islamique avec 13 tessons pour deux individus. Le grès à glaçure chinois se distingue majoritairement par des jarres de stockage à glaçure jaune ou brune de tradition dite de « Martaban » (Birmanie) mais bien fabriquées dans le sud de la Chine. Parmi ces éléments, on remarque au moins cinq tessons appartenant à une jarre aux dragons (fig. 26), production bien connue dans le sud-est de l’Asie, qui se rencontre régulièrement dans les contextes d’épave dès le début du xviie siècle comme c’est le cas sur le San Diego (1600)64, ou sur le Mauritius, un vaisseau de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Nederlandsche Geoctroyeerde Oostindische Compagnie ou V.O.C) ayant fait naufrage en 1609 au large de l’actuel Gabon65.

Figure 24 : Inventaire de la céramique de l’épave, hors porcelaine

Catégorie

Groupe

NR

NMI

%

Céramique fine grise granuleuse asiatique

Groupe 2

118

67

3,4

Grès chinois

Groupe 3a

41

26

1,6

Céramique glaçure verte islamique

Groupe 3b

13

2

0,4

Céramique noire asiatique

Groupe 4

45

22

1,3

Céramique brune asiatique

Groupe 5

248

187

7,3

Céramique rouge asiatique

Groupe 6

50

30

1,4

Céramique beige asiatique

Groupe 7

30

19

0,8

Faïence type creamware

Groupe 8

8

4

0,2

Total

 

553

357

16,4

Figure 25 : Exemples de tessons à pâte grise originaires d’Asie du Sud-Est

Figure 25 : Exemples de tessons à pâte grise originaires d’Asie du Sud-Est

J. Soulat, A. Coulaud.

Figure 26 : Tessons de jarres aux dragons en grès à glaçure

Figure 26 : Tessons de jarres aux dragons en grès à glaçure

J. Soulat.

54Parmi ces éléments en grès à glaçure, il faut noter la présence d’une anse zoomorphe en forme de rongeur, présentant une glaçure verte-brune (fig. 27). Ce type de modèle se rencontre sur l’épaule des vases de stockage de tradition de Martaban entre la fin du xviie et le début du xviiie siècle.

Figure 27 : Fragment d’anse zoomorphe de jarre en grès à glaçure

Figure 27 : Fragment d’anse zoomorphe de jarre en grès à glaçure

J. Soulat.

  • 66 Nous remercions et nous nous basons à nouveau sur les orientations de Martial Pauly et Monique Cric (...)
  • 67 D. F. Rooney, 2003, p. 5-8.
  • 68 Ibid.

55Un autre type de production rassemble 343 tessons pour 239 individus. Trois types de pâtes caractérisent cette production : le groupe 4 avec une pâte noire (45 NR – 22 NMI), le groupe 5 avec une pâte brune (248 NR – 187 NMI) et le groupe 6 avec une pâte rougeâtre (50 NR – 30 NMI). Il s’agit de pâte commune, plus ou moins fine à dégraissant, avec des formes ouvertes et fermées comme des vases globulaires, carénés et des bouteilles. Des décors sont présents avec des motifs de quadrillage exécutés à la molette, notamment le col à bourrelet de bouteilles, ou plutôt de kendi et kundika, ou des motifs floraux estampés sur la panse ou l’épaule (fig. 28-29). Ces productions sont une nouvelle fois à caractériser précisément, bien qu’elles proviennent sans aucun doute d’Asie du Sud-Est, probablement de Birmanie, de Thaïlande ou de Malaisie66. La piste des productions de Sukhotaï pourrait également être une piste avec des pâtes brunes et noires approchantes, que l’on retrouve chez les vases verseurs de type kendi et kundika avec col et bec à bourrelets, hérités des formes médiévales67.Un dernier groupe à pâte beige lisse et épaisse (groupe 7) est représenté par 30 tessons pour 19 individus. Il est visible à travers des tessons de panses, d’un long col à surface godronné appartenant peut-être à une bouteille, d’un bec de vase verseur de type kendi et d’un couvercle circulaire pour une probable cruche de production asiatique68 (fig. 30).

Figure 28 : Tessons à pâte noire, brune et rougeâtre de production asiatique

Figure 28 : Tessons à pâte noire, brune et rougeâtre de production asiatique

J. Soulat.

Figure 29 : Col de bouteilles à pâte brune et noire de production asiatique

Figure 29 : Col de bouteilles à pâte brune et noire de production asiatique

C. Bioul, J. Soulat.

Figure 30 : Tessons de céramique à pâte beige de production asiatique

Figure 30 : Tessons de céramique à pâte beige de production asiatique

J. Soulat.

  • 69 J. de Bry, 2006, p. 124-125.

56À cela, il faut également ajouter une gourde presque complète, découverte en 2000 (SMS-046)69 (fig. 31). Désormais non conservée au Musée de la Reine Betia, il s’agirait d’une gourde de pèlerin, de production originaire de l’Asie du Sud-Est de type « moon flask » en grès, pouvant être datée du début du xviiie siècle.

57Enfin, en complément des fragments de jarres de stockage chinois, 13 tessons en céramique à pâte beige et glaçure verte pourraient être de production islamique d’après la facture grossière et la teinte vert-canard. Il s’agirait des seuls éléments de tradition islamique présents sur le site en lien avec les trois monnaies en or frappées dans l’Empire ottoman.

Figure 31 : Gourde en grès de production asiatique

Figure 31 : Gourde en grès de production asiatique

J. de Bry.

Figurines asiatiques

58Au total, 12 figurines et appliques en divers matériaux ont été découvertes sur l’épave. Comme la porcelaine chinoise, elles témoignent de l’attrait des Européens aux xviie-xviiie siècles pour ces petites statuettes orientales fabriquées en série dans les ateliers du sud de la Chine. Sept de ces 12 pièces ne sont malheureusement plus conservées au musée.

  • 70 J. de Bry, M. Roling, 2011, p. 20.
  • 71 P. Valfre, 1996, p. 31.

59Quatre figurines en porcelaine dite « blanc de Déhua » peuvent être mentionnées70 (fig. 32). La première est un Shoulao, divinité de la longévité représentée ici par un moine bouddhiste de 80 mm de haut, au crâne chauve et allongé (SMS-174). Mesurant 53 mm de haut, la seconde est un sifflet évoquant une scène de la vie quotidienne avec un personnage européen aux traits asiatiques qui se tient debout, tenant dans ses mains un animal sur socle (SMS-172). Cette production reprend les codes des « Dutchmen whistles » (sifflet avec un personnage hollandais), typique de la période Kangxi et des commandes hollandaises des xviie-xviiie siècles. Enfin, une dernière figurine avec sifflet dans le dos mesure environ 50 mm de haut (SMS-049). Elle met en scène un moine priant en toge. Le façonnage frustre des socles à contour festonné de ces figurines est une des caractéristiques de productions de la période Kangxi. Les lions gardiens ou lions gardiens impériaux chinois, traditionnellement appelés en chinois simplement shi, mais souvent appelés « lions de Fô » ou « chiens de Fô » en Occident, sont une représentation commune du lion dans la Chine impériale. Sur l’épave, deux exemplaires ont été retrouvés (fig. 33). Le premier est en biscuit à glaçure sancai dite « au plomb », associant trois couleurs (SMS-162). Mesurant environ 80 mm de haut, il représente un chien de Fô assis sur ses pattes arrière, qui n’a pas conservé la partie supérieure de la tête, ni sa base avec le socle probablement sur piédestal. Le second animal sur quatre pattes est plus petit, faisant environ 50 mm de long (SMS-018). Il est fabriqué en grès rouge de Yixing. Il s’agit en réalité d’un bouton de préhension de couvercle de théière en forme de chien de la période Kangxi71.

Figure 32 : Figurines en porcelaine retrouvées sur l’épave

Figure 32 : Figurines en porcelaine retrouvées sur l’épave

J. de Bry.

Figure 33 : Chien Fô et reste de théière retrouvés sur l’épave avec comparaison

Figure 33 : Chien Fô et reste de théière retrouvés sur l’épave avec comparaison

J. de Bry, J. Soulat.

  • 72 J. de Bry, M. Roling, 2011, p. 22.

60Une figurine de cheval de Tan en glaçure sancai plombifère, très lacunaire, peut également être mentionnée. Conservée sur 90 mm de long, elle dispose uniquement de l’arrière-train, de la selle et de son étrier. Cette figurine d’environ 80 mm de haut a été fabriquée en bois tourné (SMS-119)72. Elle pourrait représenter la déesse marine de la Miséricorde, Guanyin, forme chinoise de la divinité bouddhiste Avalokitesvara (fig. 34).

61Notons également la présence de deux appliques ornementales en bois, la première représentant un visage d’ange de type chérubin mesurant 40 mm de long (BOI-001), et l’autre évoquant un possible personnage religieux en robe de 60 mm de haut (SMS-110) (fig. 34). Ces deux éléments sont perforés au revers, avec un dos plat pour le premier et un concave pour le second. La facture européenne de la première applique ne semble faire aucun doute.

  • 73 J. de Bry, 2006, p. 125-126.
  • 74 J. de Bry, M. Roling, 2011, p. 22.

62Enfin, deux personnages de la religion catholique ont été retrouvés sur l’épave. Le premier est un Christ en ivoire (SMS-001) dont les bras n’ont pas été conservés73 (fig. 35). Il était très probablement en position crucifiée sur une croix. Une plaquette en ivoire de 44 mm de long, marquée de la mention incomplète « INRI », a également été découverte sur l’épave et pourrait tout à fait être associée à ce Christ74. Le second personnage est un fragment de grande statuette à l’effigie de Saint-Antoine de Padoue dont il ne reste que la tête (SMS-156) (fig. 36). La partie arrière de la chevelure, en partie coupée, laisse entrevoir un matériau proche de l’ivoire, suggérant une fabrication en matériau composite, majoritairement en terre cuite à pâte grise. La facture de ces deux statuettes semble envisager une production européenne voire portugaise.

Figure 34 : Figurines et appliques en bois retrouvées sur l’épave

Figure 34 : Figurines et appliques en bois retrouvées sur l’épave

J. de Bry, J. Soulat.

Figure 35 : Christ en ivoire venant de l’épave

Figure 35 : Christ en ivoire venant de l’épave

J. de Bry.

Figure 36 : Tête de Saint-Antoine de Padoue venant de l’épave

Figure 36 : Tête de Saint-Antoine de Padoue venant de l’épave

A. Coulaud.

Monnaies

63Outre la céramique et les figurines, de nombreux autres objets ont pu être découverts sur le site, notamment 13 monnaies en or, 118 objets métalliques divers, 100 tessons en verre (61 NMI), 101 restes archéozoologiques, 2 poulies en bois, 2 pierres à fusil en silex, 2 fragments de pipes en terre cuite et un objet en jade. Seules les 13 monnaies en or seront ici abordées.

  • 75 J. de Bry, 2006, p. 117-119 ; J. de Bry, M. Roling, 2016, p. 73-74.
  • 76 J. Jambu, 2019, p. 375-376, fig. 13.
  • 77 Les ducats des différentes Provinces-Unies, des États du Saint-Empire et des grandes villes d’Allem (...)

64Au total, 13 monnaies en or ont été découvertes75 (fig. 37-38). Elles ont fait l’objet d’un réexamen d’après photographies, puisqu’une seule de ces monnaies est aujourd’hui toujours conservée au Musée de la Reine Betia76. Parmi elles, on compte deux petites pièces en or de l’Empire ottoman frappées entre 1695 et 1703 sous le règne de Moustapha II. Une autre pièce, un ducat en or a été frappé en 1718 à Utrecht. Enfin, dix pièces en or ont pu être datées entre les années 1649 et 1718, frappées en Hollande, en Allemagne, en Autriche, en Italie et dans l’Empire ottoman. La particularité de ce dépôt est d’être uniquement composé de pièces d’or qui, malgré leurs origines disparates, constituent un ensemble très homogène. Ces monnaies proviennent majoritairement de l’aire européenne septentrionale (huit pièces), puis de la cité vénitienne (deux pièces) et de la Méditerranée musulmane (trois pièces). Qu’il s’agisse de ducats, de sequins, d’ashrafis ou de dinars, toutes ces monnaies sont sensiblement de même titre (± 22 K), de même module (± 21 mm), de même poids (± 3,5 g) et donc de même valeur77. Elles circulaient concurremment dans l’espace méditerranéen et, au-delà, étaient utilisées pour les échanges internationaux effectués d’un axe allant des Pays-Bas à la péninsule indienne, en passant par les mondes turc, arabe et perse. Il y a donc eu, dans la constitution de cet ensemble, une logique commerciale à destination de régions orientales friandes de numéraire en or. On relève par ailleurs que cinq des pièces, de toutes origines, ont été percées aléatoirement, révélant qu’on les a récupérées après avoir été utilisées comme élément de parure, comme cela se pratiquait dans le Maghreb ou au Proche-Orient. La probabilité est donc grande pour que ce « trésor » ait été pris sur un navire effectuant du commerce entre l’Occident et l’Orient, potentiellement un bâtiment d’une compagnie européenne des Indes.

Figure 37 : 13 monnaies en or venant de l’épave

Figure 37 : 13 monnaies en or venant de l’épave

J. de Bry.

Figure 38 : Inventaire des 13 pièces d’or trouvées sur l’épave

Provinces-Unies :

Frise occidentale, ducat, 1649, Enkhuisen (SMS-010). Percée.
Frise occidentale, ducat, 1650, Enkhuisen (SMS-107).
Utrecht, 1704, Utrecht (SMS-056).
Utrecht, 1704, Utrecht (SMS-081).
Utrecht, 1718, Utrecht (SMS-039).

Saint-Empire :

Léopold Ier, ducat, 1689, Kremnica (SMS-103).
Léopold Ier, ducat, 1695, Kremnica (SMS-040). Percée.

Ville libre de Francfort :

Ducat, 1655, Francfort (SMS-004).

République de Venise :

Bertuccio Valiero, ducat ou sequin, (1656-1658), Venise (SMS-034). Percée.
Giovanni II Cornaro, ducat ou sequin, (1709-1722), Venise (SMS-073).

Empire ottoman :

Moustapha II, ashrafi, (1695-1703), Misr (SMS-008).
Moustapha II, ashrafi, (1695-1703), Misr (SMS-019).
Percée.

Empire chérifien :

Anonyme, dinar « bunduqi » (fin XVIIe-début XVIIIe), Fès (SMS-003). Percée deux fois.

Avec la collaboration de J. de Bry.

Conclusion

65L’identification de l’« épave Sainte-Marie 2 », reconnue jusqu’à présent comme étant le supposé Fiery Dragon, navire d’origine hollandaise capturé par les pirates en 1719 puis coulé dans la baie d’Ambodifotatra en 1721, reste à ce jour largement incertaine. Comme le note à juste titre l’Unesco, les nombreuses négligences conséquentes aux différentes campagnes archéologiques dirigées par Barry Clifford associées aux problèmes d’enregistrement du mobilier archéologique invitent à la prudence quant à l’identification formelle de ce navire. Pour autant, les objets récoltés dans la zone constituent un assemblage à bien des égards exceptionnel d’une cargaison de bord datée des années 1720. De fait, le mobilier découvert, dont l’hétéroclicité est propre aux navires pirates compilant diverses cargaisons, méritait un complet réexamen. Bien que le contexte même de découverte soit difficilement appréhendable en raison des conditions d’investigations et de leur traitement post-fouille, la datation précise du mobilier découvert comme les archives permettent d’établir un contexte général, celui du séjour des pirates européens à Madagascar entre les années 1680 et 1730, et donc des hypothèses plus que convaincantes.

66Chaque fragment est un indice non négligeable permettant l’identification potentielle de l’« épave Sainte-Marie 2 », mais aussi de ce qui fut un important cimetière de navires pirates. Le petit tesson de porcelaine à décor armorié dit « fantôme » en est le témoin. Provenant très probablement de la cargaison du Nossa Senhora do Cabo, il a peut-être été acheté, échangé ou récupéré à Sainte-Marie même par l’équipage de l’épave étudiée. Outre la porcelaine chinoise relativement bien caractérisée, l’étude des 500 tessons à pâte commune, venant probablement d’Asie du Sud-Est, reste à comparer à des contextes chrono-culturels similaires. La présence très minoritaire de quelques objets d’origine européenne (monnaies, statuettes, pipes en terre cuite, objets en verre et en métal) mêlés à un lot important de mobilier chinois et asiatique, daté entre les années 1700 et 1720, demeure également à mieux appréhender.

  • 78 R. T. Duarte, 2012.

67En somme, le réexamen de ce mobilier témoigne une fois de plus de la nécessité de développer les recherches archéologiques sous-marines sur les côtes de l’océan Indien occidental, trop souvent victimes de pillages ou d’intérêts privés excluant le monde universitaire, voire les États78. Au-delà de la simple étude de navires européens, l’analyse de ces objets pallie souvent le manque de sources documentaires et témoigne, une fois de plus, de l’intensité des échanges et circulations dans la région à l’époque moderne. Sans nouvelle plongée sur le site, il est évident que diverses hypothèses, aussi solides soient-elles dans notre cas grâce aux recherches en archives, resteront à éclaircir. Le réexamen de ce mobilier et la mission archéologique de 2022 soulignent encore une fois que l’archéologie des pirates souffre de ses mythes, de ses chasses au trésor et de ses raisonnements biaisés sans fondements scientifiques. Cette mythologie néfaste ne doit pour autant pas écarter l’analyse de l’histoire de la piraterie européenne dans son contexte indianocéanique et malgache. Ce mobilier est la preuve que l’île Sainte-Marie, un temps repaire de forbans, était à la croisée de plusieurs mondes et de plusieurs mondialisations. Il appuie enfin de nombreux documents attestant que le passage des pirates à Madagascar fut l’objet d’importantes transformations sociales et politiques sur les côtes de l’île.

Haut de page

Bibliographie

Arriola, D., 2006, « The Old World and New World Connections to the Porcelain-Inlaid Earthenware Found in the Philippines », Hukay: Journal of the University of the Philippines Archaeological Studies Program, 9, p. 14-48.

Aubaille-Sallenave, F., 2014, « La mousson, pluie des agriculteurs et vent des marins », Revue d’ethnoécologie (en ligne), 5, consultable sur https://journals.openedition.org/ethnoecologie/1834

Audard, A., 2020, Libertalia : une république des pirates à Madagascar. Interprétations d’un mythe (xviie-xxie siècle), Paris, Maisonneuve & Larose-Hémisphères.

Audard, A., 2021, « Graeber David, Les pirates des Lumières ou la véritable histoire de Libertalia, Montreuil, Libertalia, 2019, 228 p., trad de l’anglais par P. Mortimer, bibl., index, ill. », Cahiers d’études africaines, 244, p. 924-926.

Beaujard, P., 2007, « L’Afrique de l’Est, les Comores et Madagascar dans le système-monde avant le xvie siècle », in D. Nativel, F. V. Rajaonah (dir.), Madagascar et l’Afrique : entre identité insulaire et appartenances historiques, Paris, Karthala, p. 29-102.

Beaujard, P., 2012, Les Mondes de l’océan Indien, 2 t., Paris, Armand Colin.

Berg, G. M., 1985, « The Sacred Musket: Tactics, Technology, and Power in Eighteenth-Century Madagascar », Comparative Studies in Society and History, 27/2, Cambridge, Cambridge University Press, p. 261-279.

Bialuschewski, A., 2005, « Pirates, Slavers, and the Indigenous Population in Madagascar, c. 1690-1715 », The International Journal of African Historical Studies, 38/3, Boston, African Studies Center, p. 401-425.

Bois, D., 1997, « Tamatave, la cité des femmes », Clio : Histoire, Femmes et Sociétés, 6, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, p. 61-86.

Brooks, B. C., 2018, Sailing East: West Indian Pirates in Madagascar, Gainesville, Poseidon Historical Publications.

de Bry, J., 2006, « Christopher Condent’s Fiery Dragon: Investigating an Early Eighteenth-Century Pirate Shipwreck off the Coast of Madagascar », in R. K. Skowronek, C. R. Ewen (dir.), X Marks the Spot: The Archaeology of Piracy, Gainesville, University Press of Florida, p. 100-130.

de Bry, J., 2016, « Recherches sur des épaves de navires de pirates des xviie et xviiie siècles à l’îlot Madame, Sainte-Marie de Madagascar », in G. Buti, P. Hrodej (dir.), Histoire des pirates et des corsaires : de l’Antiquité à nos jours, Paris, CNRS éditions, p. 449-464.

de Bry, J., 2019, « L’épave du Fiery Dragon 1721, navire du pirate William Condon, île Sainte-Marie, Madagascar », in J. Soulat (dir.), Archéologie de la piraterie des xviie-xviiie siècles : étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Mergoil, p. 109-123.

de Bry, J., Roling, M., 2011, Archaeological Report Madagascar 2010: Research on 17th and 18th Century Pirate Shipwrecks at Ilôt Madame, Sainte-Marie, Melbourne Beach, Florida.

de Bry, J., Roling, M., 2016, « Revisiting the Fiery Dragon », in R. K. Skowronek, C. R. Ewen (dir.), Pieces of Eight: More Archaeology Piracy, Gainesville, University Press of Florida, p. 57-92.

Buti, G., Hrodej, P. (dir.), 2016, Histoire des pirates et des corsaires : de l’Antiquité à nos jours, Paris, CNRS éditions.

Buti, G., Hrodej, P., (dir.), 2021 (1re éd. 2013), Dictionnaire des corsaires et des pirates, Paris, CNRS éditions (coll. « Biblis »).

Cabanes, R., 1982, « Guerre lignagère et guerre de traite sur la côte nord-est de Madagascar aux xviie et xviiie siècles », in J. Bazin, E. Terray (dir.), Guerres de lignages et guerres d’États en Afrique, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, p. 143-187.

Cally, J. W., Gasser, J., 2019, La Buse : l’or maudit des pirates, Sainte-Marie, Dorotheos.

Canepa, T., 2016, Silk, porcelain and lacquer: China and Japan and their trade with Western Europe and the New World, 1500-1644, Londres, Paul Holberton Publishing.

Carré, D., Desroches, J.-P., Goddio, F. (dir.), 1994, Le San Diego : un trésor sous la mer, Paris, Association française d’action artistique-Réunion des musées nationaux.

de Castro, N., 2007, A Porcelana chinesa ao tempo do Impèrio : Portugal-Brasil, Lisbonne, ACD editores.

Clifford, B., Perry, P., 2003, Return to Treasure Island and the Search for Captain Kidd, New York, HarperCollins Publishers.

Decary, R., 1936, « La piraterie à Madagascar aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de l’Académie malgache, NS/XVIII, Tananarive, Imprimerie moderne de l’Emyrne-Pitot de la Beaujardière, p. 3-24.

Delery, C., Tsao, H.-C., (dir.), 2021, Porcelaines chinoises du palais de Santos, Paris, Lienart-Musée national des arts asiatiques Guimet.

Deschamps, H., 1972 (1re éd. 1949), Les Pirates à Madagascar, Paris, Berger-Levrault.

Downing, C., 1737, A Compendious History of the Indian Wars; with an Account of the Rise, Progress, Strength, and Forces of Angria the Pyrate. Also The Transactions of a Squadron of Men of War under Commodore Matthews, sent to the East-Indies to suppress the Pyrates; to which is annex’d an additional History of the Wars between the Great Mogul, Angria, and his Allies. With an Account of the Life and Actions of John Plantain, a notorious Pyrate at Madagascar, his Wars with the Natives on that Island, where having continues eight Years, he join’d Angria, and was made his chief Admiral, Londres, T. Cooper.

Duarte, R. T., 2012, « Maritime History in Mozambique and East Africa: The Urgent Need for the Proper Study and Preservation of Endangered Underwater Cultural Heritage », Journal of Maritime Archaeology, vol. 7, 1, p. 63-86.

Ellis, S., 2007, « Tom and Toakafo: The Betsimisaraka Kingdom and State Formation in Madagascar, 1715-1750 », The Journal of African History, 48/3, Cambridge, Cambridge University Press, p. 439-455.

Fajcsák, G., Nguyễn, D. C., Jelen, J., 2009, The Cà Mau shipwreck porcelain: 1723-1735, vol. 1, Budapest, JelNet.

de Flacourt, E., 2007 (1re éd. 1661), Histoire de la Grande Isle Madagascar, nouvelle édition annotée, augmentée et présentée par C. Allibert, Paris, Karthala- Inalco.

Galibert, N., 2002, « Daniel Defoe, le rêve pirate et l’océan Indien : un siècle de distorsions (1905-1998) », in S. Requemora, S. Linon-Chipon (dir.), Les Tyrans de la Mer : pirates, corsaires et flibustiers, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (coll. « Imago Mundi »), p. 265-281.

Graeber, D., 2019, Les pirates des Lumières ou la véritable histoire de Libertalia, Montreuil, Libertalia.

Hanna, M. G., 2015, Pirate Nests and the Rise of the British Empire, 1570-1740, Williamsburg-Chapel Hill, Omohundro Institute-University of North Carolina Press.

Hooper, J., 2011, « Pirates and Kings: Power on the Shores of Early Modern Madagascar and the Indian Ocean », Journal of World History, 22/2, Honolulu, University of Hawai’I Press, p. 215-242.

Hooper, J., 2017, Feeding Globalization: Madagascar and the Provisioning Trade, 1600-1800, Athens, Ohio University Press.

Jambu, J., 2019, « Les ‘monnaies des pirates’ : entre imaginaire collectif et réalité archéo-numismatique », in J. Aigle (dir.), Archéologie de la piraterie des xviie-xviiie siècles : étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Mergoil, p. 365-381.

Jameson, J. F., 1923, Privateering and piracy in the colonial period: illustrative documents, New York, MacMillan.

Krahé, C., 2014, Chinese Porcelain in Habsburg Spain, Madrid, Centro de Estudios Europa Hispánica.

Le Gars, G., 2004, Imari : faïences et porcelaines du Japon, de Chine et d’Europe, Paris, Massin.

Leibbrandt, H. C. V., 1896, Precis of the Archives of the Cape of Good Hope, vol. 2, Cape Town, W. A. Richards & Sons.

L’Hour, M., Long, L., Rieth, E., 1989, Le Mauritius : la mémoire engloutie, Paris, Casterman.

L’Hour, M. (dir.), 2015, Rapport et évaluation de la mission du 16-24 juin 2015 du Conseil consultatif et scientifique à Madagascar, Paris, Unesco, consultable en ligne sur https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000243322_fre

Lincoln, M., 2014, British Pirates and Society, 1680-1730, Farnham, Ashgate Publishing.

Lougnon, A., 1956, « Les forbans », in L’Île Bourbon pendant la Régence : l’aventure du café au temps des forbans, Paris, Larose, p. 159-180.

McDonald, K. P., 2015, Pirates, Merchants, Settlers, and Slaves: Colonial America and the Indo-Atlantic World, Oakland, University of California Press.

Mézin, L., 2002, Cargaisons de Chine : porcelaines de la Compagnie des Indes, Lorient, Musée de la Compagnie des Indes.

Molet-Sauvaget, A., 1991, « Madagascar et les colonies d’Amérique pendant la grande période de la piraterie européenne (1680-1700) : contextes et documents de base », Études Océan Indien, 13, Paris, Publications Langues’O, p. 7-63.

Moreau, J.-P., 2007, Une histoire des pirates : des mers du Sud à Hollywood, Paris, Seuil.

Mudge, J. M., 1986, Chinese Export Porcelain in North America, New York, Clarkson N. Potter.

Radimilahy, C, 1998, Mahilaka: an archaeological investigation of an early town in northwestern Madagascar, Uppsala, Uppsala University Press.

Randrianja, S., Ellis, S., 2009, Madagascar. A Short History, Londres, Hurst & Co.

Rantoandro, G. A., 2003, « Hommes et réseaux malata de la côte orientale de Madagascar à l’époque de Jean René (1773-1826) », Annuaire des pays de l’océan Indien, t. XVII, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille – CRESOI, p. 103-121.

Rediker, M., 2014 (1re éd. 2008), Pirates de tous les pays : l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), traduction de l’anglais par F. Alpi, Montreuil, Libertalia,

Rogozinski, J., 2000, Honor Among Thieves: Captain Kidd, Henry Every & the Pirate Democracy in the Indian Ocean, Mechanicsburg, Stackpole Books.

Rooney, D. F., 2003, « Kendi in the Cultural Context of Southeast Asia A Commentary », SPAFA Journal, 13/2, Bangkok, SEAMEO Regional Centre for Archaeology and Fine Arts, p. 5-16.

Sotheby’s Amsterdam, 2006, Made in Imperial China: 76,000 Pieces of Chinese Export Porcelain from the Ca Mau Shipwreck, circa 1725: auction Amsterdam, monday 29, tuesday 30 & wednesday 31 january 2007.

Soulat, J. (dir.), 2019, Archéologie de la piraterie des xviie-xviiie siècles : étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Mergoil.

Thiebaut, R., 2017, Traite des esclaves et commerce néerlandais et français à Madagascar (xviie et xviiie siècles), thèse de doctorat en histoire, Paris-Amsterdam, Université Paris I Panthéon Sorbonne-Vrije Universiteit Amsterdam.

Urfer, S. (dir.), 2022, Histoire de Madagascar : la construction d’une nation, Paris, Maisonneuve & Larose-Hémisphères.

Valette, J., 1967, « Note sur une coutume betsimisaraka du xviiie siècle : les Vadinebazaha », Cahiers du Centre d’études des coutumes, 3, Tananarive, Université de Madagascar, p. 49-55.

Valfre, P., 1996, Théières chinoises de Yixing pour l’Europe, manuscrit imprimé, 97 p.

Verin, P., 1975 (1972), Les échelles anciennes du commerce sur les côtes Nord de Madagascar, 2 vol., thèse d’État en histoire, Lille, Service de reproduction des thèses-Université de Lille III.

Zhao, B., 2011, « Vers une expertise plus fine et une approche plus historique de la céramique chinoise de la nécropole de Vohemar », Études Océan Indien, 46-47, Paris, Publications Langues’O, p. 92-103.

Zhao, B., 2015, « Chinese-style ceramics in East Africa from the 9th to 16th century: A case of changing value and symbols in the multi-partner global trade », Afriques [En ligne], 06 | 2015, mis en ligne le 25 décembre 2015, consulté le 08 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/afriques/1836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afriques.1836

Haut de page

Notes

1 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, 2016 ; J. de Bry, 2019.

2 M. L’Hour, 2015 ; J. de Bry, 2019.

3 E. de Flacourt, 2007, p. 336.

4 J.-P. Moreau, 2007 ; M. Lincoln, 2014 ; M. G. Hanna, 2015 ; G. Buti, P. Hrodej, 2016 ; J. Soulat, 2019 ; G. Buti, P. Hrodej, 2021 ; A. Lougnon, 1956 ; A. Molet-Sauvaget, 1991 ; A. Bialuschewski, 2005 ; J. Hooper, 2011 ; B. C. Brooks, 2018 ; A. Audard, 2020 ; J. Rogozinski, 2000 ; M. Rediker, 2014 ; K. P. McDonald, 2015 ; D. Graeber, 2019 ; A. Audard, 2021. Rappelons que ce qui différencie le corsaire du pirate est la détention d’une lettre de marque délivrée par un souverain en temps de guerre pour s’attaquer aux navires d’autres nations. Le pirate, aussi dit « forban », agit en dehors de tout cadre légal pour son propre compte.

5 P. Beaujard, 2007 ; P. Beaujard, 2012. Concernant l’archéologie de Madagascar, se référer notamment à P. Verin, 1975 et C. Radimilahy, 1998 ; pour une histoire générale de l’île, lire S. Randrianja, S. Ellis, 2009 et S. Urfer, 2022. Ajoutons d’ailleurs, bien qu’il s’agisse dans le cadre de notre étude de porcelaine destinée au commerce européen, que la porcelaine de Chine est ainsi connue et échangée depuis plusieurs siècles en Afrique de l’Est et à Madagascar : B. Zhao, 2011 ; B. Zhao, 2015.

6 F. Aubaille-Sallenave, 2014.

7 Par exemple, des ouvrages ou articles problématiques tels que R. Decary, 1936 mais surtout H. Deschamps, 1972 continuent d’être considérés comme des références. Sur les conséquences de cette historiographie : N. Galibert, 2002 ; A. Audard, 2020, p. 160-204.

8 Ajoutons d’ailleurs que les investigations américaines à Sainte-Marie dirigées par Barry Clifford en 2000, 2010 et 2015 étaient ainsi plus obnubilées par la volonté de retrouver l’épave de l’Adventure Galley, le navire de William Kidd coulé sur place, que par le mobilier effectivement découvert : B. Clifford, P. Perry, 2003.

9 R. Cabanes, 1982 ; G. M. Berg, 1985 ; A. Bialuschewski, 2005 ; J. Hooper, 2011 ; J. Hooper, 2017.

10 S. Ellis, 2007.

11 R. Thiebaut, 2017.

12 Archives nationales d’outre-mer (désormais ANOM), FM C/3/4 91v°-92r°, « Lettre adressée au comte de Maurepas, secrétaire d’État français de la Marine, par Desforges-Boucher, gouverneur de l’île Bourbon », île Bourbon, 18 septembre 1724.

13 Cet établissement a fait l’objet de nombreuses études et ses sources, dont quelques-unes sont citées dans le paragraphe suivant, ont été éditées à de multiples reprises. Nous invitons notamment le lecteur à se référer à J. F. Jameson, 1923 et surtout A. Molet-Sauvaget, 1991.

14 A. Molet-Sauvaget, 1991, p. 29-30.

15 A. Molet-Sauvaget, 1991, p. 57-58.

16 A. Audard, 2020, p. 101-157.

17 Service historique de la Défense (désormais SHD), Vincennes, Ms. SH 196, « Description en général et en détail de l’île de Madagascar, faite sur les mémoires des anciens officiers qui ont habité dans cette île le Port Dauphin, le tout vérifié exactement sur les lieux par le Sieur Robert », 1730, p. 109-110.

18 Ibid., p. 110-111.

19 R. Thiebaut, 2017 ; A. Audard, 2020, p. 86-91.

20 C. Downing, 1737, p. 62-63, p. 65.

21 The National Archives, Kew, ADM 52/436, « Master’s log of the HMS Lion (1722 April 21) ».

22 ANOM, FM C/3/4 f°120v°, « Lettre adressée au comte de Maurepas, secrétaire d’État français de la Marine, par Desforges-Boucher, gouverneur de Bourbon », île Bourbon, 30 novembre 1725.

23 Dans le vocabulaire nautique, une aiguade est un lieu où les navires peuvent faire provision d’eau douce.

24 Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), département Cartes et plans, GE SU 18 PF 217 DIV 8 P 2, « Plan du Port Ste. Marie, levé par le sieur Sornay à l’île Bourbon le 8 décembre 1733 ».

25 Ibid.

26 BnF, département Cartes et plans, GE SU 18 PF 217 DIV 8 P 3 D, « Plan du Port Sainte Marie », anonyme, milieu xviiie siècle.

27 A. Molet-Sauvaget, 1991, p. 29-30.

28 SHD (Vincennes), Ms. SH 196, « Description en général et en détail de l’île de Madagascar… par le Sieur Robert » (1730), op. cit., p. 109.

29 J. Valette, 1967 ; D. Bois, 1997 ; G. A. Rantoandro, 2003 ; A. Audard, 2020, p. 60-68.

30 C. Downing, 1737, p. 92-93.

31 ANOM, FM, C/3/4 fo120vo-121ro, « Lettre adressée au comte de Maurepas, secrétaire d’État français de la Marine, par Desforges-Boucher, gouverneur de Bourbon », île Bourbon, 30 novembre 1725.

32 Archives nationales, Paris, MAR/4JJ/76 pièce 22, « Journal de bord de Guillaume Liout, 2e pilote du Duc d’Anjou », 1738-1739, p. 81.

33 En raison de ses origines, le fondateur de cette confédération, le malata Ratsimilaho, fait l’objet depuis plusieurs décennies d’une historiographie largement fantasmée. Voir par exemple D. Graeber, 2019 (et sur sa critique : A. Audard, 2021).

34 J. de Bry, 2016.

35 ANOM, FM C/3/4 f°120, « Lettre adressée au comte de Maurepas… par Desforges-Boucher… », île Bourbon, 30 novembre 1725.

36 H. C. V. Leibbrandt, 1896, p. 229.

37 C. Downing, 1737, p. 62-63.

38 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, M. Roling, 2016 ; B. C. Brooks, 2018, p. 187-216.

39 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, M. Roling, 2011 ; J. de Bry, M. Roling, 2016 ; J. de Bry, 2019.

40 J. de Bry, M. Roling, 2011.

41 J. de Bry, M. Roling, 2011.

42 J. de Bry, 2006 ; J. de Bry, M. Roling, 2016.

43 M. L’Hour, 2015.

44 Les analyses ont été réalisées en juin 2015 par l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE), situé à Aix-en-Provence.

45 M. L’Hour, 2015.

46 Certaines étiquettes indiquaient la section (secteur de l’épave) « FD.S001 » et le numéro d’inventaire du mobilier « FD.A000001 ». Les étiquettes étaient parfois associées à un jeton marqué du code « SMS » suivi d’un chiffre « SMS-130 », probablement un double numéro d’inventaire.

47 « CER » pour la céramique et la porcelaine, « VER » pour le verre, « MET » pour le métal, « FAU » pour la faune.

48 Les NR (nombre de restes) sont les fragments appartenant à un ou plusieurs récipients alors que le NMI (nombre minimum d’individus) est le nombre d’individu (récipient). Ainsi, un vase brisé en 10 tessons aura un NR égal à 10 et un NMI égal à 1.

49 Pour recontextualiser cette porcelaine au style particulier, se référer à L. Mézin, 2002 ; G. Le Gars, 2004.

50 N. de Castro, 2007, p. 354.

51 C. Krahé, 2014, p. 14-15 ; T. Canepa, 2016, p. 272-273.

52 C. Delery, H. C. Tsao, 2021, p. 68-73, 366-395, 414-419.

53 Catalogue Sotheby’s, 2006 ; G. Fajcsák et al., 2009.

54 La récente découverte du San José a fait l’objet d’une importante médiatisation : https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-10897415/Treasures-San-Jose-galleon-shipwreck-preserved-underwater-300-years-shown-new-images.html

55 Voir https://1715fleetsociety.com/treasure-of-the-month-march-2022/

56 J. M. Mudge, 1986, p. 74, n° 109.

57 Nous tenons à remercier Tiago Henriques, représentant de la famille de Meneses, pour l’identification de ce blason et de ses composants.

58 N. de Castro, 2007, p. 118.

59 Sur cette célèbre prise comme sur ces célèbres capitaines, la littérature est abondante quoique largement fantaisiste. En dehors des ouvrages déjà cités, il est possible de lire B. C. Brooks 2018 ; J. W. Cally, J. Gasser, 2019.

60 Service historique de la Défense (Vincennes), Ms. SH 196, « Description en général et en détail de l’île de Madagascar, faite sur les mémoires des anciens officiers qui ont habité dans cette île le Port Dauphin, le tout vérifié exactement sur les lieux par le Sieur Robert » (1730), p. 110.

61 Nous tenons à remercier Martial Pauly et Monique Crick, spécialistes de la céramique de l’océan Indien et de l’Asie pour leurs orientations.

62 D. Arriola, 2006, p. 14-16.

63 D. Carré et al., 1994, p. 252-255.

64 Ibid., p. 240-241, in D. Carré et al., 1994.

65 M. L’Hour et al., 1989, p. 178-180.

66 Nous remercions et nous nous basons à nouveau sur les orientations de Martial Pauly et Monique Crick, spécialistes de la céramique de l’océan Indien et de l’Asie.

67 D. F. Rooney, 2003, p. 5-8.

68 Ibid.

69 J. de Bry, 2006, p. 124-125.

70 J. de Bry, M. Roling, 2011, p. 20.

71 P. Valfre, 1996, p. 31.

72 J. de Bry, M. Roling, 2011, p. 22.

73 J. de Bry, 2006, p. 125-126.

74 J. de Bry, M. Roling, 2011, p. 22.

75 J. de Bry, 2006, p. 117-119 ; J. de Bry, M. Roling, 2016, p. 73-74.

76 J. Jambu, 2019, p. 375-376, fig. 13.

77 Les ducats des différentes Provinces-Unies, des États du Saint-Empire et des grandes villes d’Allemagne étaient en effet alignés en poids et en titre afin de favoriser leurs échanges transfrontaliers. Les ducats européens s’étaient par ailleurs développés, depuis le Moyen Âge, en copiant les caractéristiques de celui de Venise, ou sequin, apparu au xiiie siècle, car il dominait alors les échanges internationaux, notamment entre Orient et Occident. C’est également sur celui-ci que l’altin musulman, devenu ashrafi à la fin du xviie siècle, fut aligné, afin de commercer plus facilement autour de la Méditerranée. Le type de dinar chérifien présent dans le lot (SMS-003) recevait ainsi le surnom de bunduqi, c’est-à-dire « de Venise », puisqu’il avait été créé en respectant la métrologie du sequin de la Sérénissime.

78 R. T. Duarte, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vue de la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar
Crédits Crédit OSTM
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 2 : Carte de situation : sud-ouest de l’océan Indien
Crédits J. Soulat et A. Audard.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 3 : Détail de la carte de Madagascar établie par le sieur Robert (1727)
Crédits Abbé Rochon, Voyage à Madagascar et aux Indes orientales, Paris, 1791.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Figure 4 : Le capitaine Every à Madagascar
Légende Gravure illustrant la première page de l’édition de 1725 du premier tome de la General History of the Pyrates.
Crédits Library of Congress, consultable sur https://www.loc.gov/​item/​10031667/​.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Figure 5 : Deux plans anonymes datant du milieu du xviiie siècle indiquant le village de Zahabe (actuelle ville d’Ambodifotatra) et un village nommé Batouroute au pied de l’actuel fort
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 217 DIV 8 P 3 D et 6 D.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 6 : Détail de la carte de la baie d’Antongil établie par Jacques-Nicolas Bellin en 1764
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE DD-2987 (8395))
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 7 : Extrait du journal de bord du HMS Lion (21 avril 1722) décrivant la présence à Sainte-Marie de plusieurs épaves
Crédits The National Archives, ADM 52/436.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 8 : Détail du Plan du Port Ste. Marie, levé par le sieur Sornay à l’île Bourbon le 8 décembre 1733
Légende L’actuel îlot Madame (A) est légendé comme suit : D « endroit ou les fourbans carennoit leur vaisseaux » et Z « les vaisseaux coulez ».
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE SH 18 PF 217 DIV 8 P 2.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 9 : Photogrammétrie de l’épave qui se trouve sous les zones de ballast
Crédits M. Roling, C. Burnham.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 10 : Répartition des vestiges sur l’épave
Crédits M. Roling, C. Burnham.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 11 : Tri en cours des céramiques de l’épave
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Figure 12 : Inventaire des porcelaines de l’épave
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 14 : Représentativité des céramiques venant de l’épave (nombre de restes)
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-13.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Figure 16 : Porcelaines de style Imari
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 17 : Aigles bicéphales sur gobelets, soucoupes et couvercles
Crédits C. Bioul.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 18 : Forme de vaisselle en porcelaine chinoise du groupe 1a sur l’épave (nombre d’individus)
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-16.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Figure 19 : Petits bols et gobelets en porcelaine chinoise du groupe 1a
Crédits C. Bioul, J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 20 : Gobelets et petit bol en porcelaine chinoise du groupe 1a
Crédits C. Bioul, J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figure 21 : Soucoupe et assiette en porcelaine chinoise du groupe 1a
Crédits C. Bioul, J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 23 : Tesson avec blason armorié et comparaison avec les armoiries de Luis de Meneses
Crédits J. Soulat, De Castro, 2007.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 25 : Exemples de tessons à pâte grise originaires d’Asie du Sud-Est
Crédits J. Soulat, A. Coulaud.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 26 : Tessons de jarres aux dragons en grès à glaçure
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 27 : Fragment d’anse zoomorphe de jarre en grès à glaçure
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure 28 : Tessons à pâte noire, brune et rougeâtre de production asiatique
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 29 : Col de bouteilles à pâte brune et noire de production asiatique
Crédits C. Bioul, J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 30 : Tessons de céramique à pâte beige de production asiatique
Crédits J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 31 : Gourde en grès de production asiatique
Crédits J. de Bry.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 32 : Figurines en porcelaine retrouvées sur l’épave
Crédits J. de Bry.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 33 : Chien Fô et reste de théière retrouvés sur l’épave avec comparaison
Crédits J. de Bry, J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 34 : Figurines et appliques en bois retrouvées sur l’épave
Crédits J. de Bry, J. Soulat.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 35 : Christ en ivoire venant de l’épave
Crédits J. de Bry.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 36 : Tête de Saint-Antoine de Padoue venant de l’épave
Crédits A. Coulaud.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 37 : 13 monnaies en or venant de l’épave
Crédits J. de Bry.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/4694/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Soulat, Yann von Arnim, Alexandre Audard, John de Bry et Alexandre Coulaud, « Réexamen du mobilier venant de l’épave d’un navire coulé par les pirates au XVIIIe siècle dans la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar »Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 14 mars 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/afriques/4694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/afriques.4694

Haut de page

Auteurs

Jean Soulat

Directeur de mission, laboratoire LandArc, CRAHAM – UMR 6273 université de Caen-Normandie – CNRS

Yann von Arnim

Mauritius Museum Council, Mauritius Marine Conservation Society

Alexandre Audard

CESSMA – UMR 245, université Paris-Cité

John de Bry

Collaborateur, Center for Historical Archaeology, Florida, USA

Alexandre Coulaud

Collaborateur, co-directeur de mission, Inrap NAOM, ArchAm – UMR 8096 université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search