Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes-rendusMiguel Angel Berumen Campos (ed),...

Comptes-rendus

Miguel Angel Berumen Campos (ed), México. Fotografía y revolución

Nancy Berthier
Référence(s) :

Miguel Angel Berumen Campos (ed), México. Fotografía y revolución, México DF, Barcelona, Fundación Televisa, Lunwerg Editores, 2009, 400 p.

Texte intégral

1Tour à tour pittoresque, spectaculaire, cruelle, épique, la Révolution mexicaine a attiré des centaines de photographes, amateurs ou professionnels, locaux ou étrangers, qui ont consigné les différentes phases et les multiples aspects de cet événement complexe, épisode fondateur de l’histoire du Mexique contemporain. De ce trésor d’images, dont le pays a perçu assez tôt qu’il s’agissait d’un véritable patrimoine, ce sont la plupart du temps quelques photographies qui sont reproduites – quelque temps forts ou figures clefs –, vendues dans les boutiques de souvenirs, véritables icônes d’une portée symbolique indéniable. Mais elles ne sont que l’arbre qui cache la forêt et c’est cette forêt que nous laisse précisément entrevoir l’ouvrage de 400 pages coordonné par Miguel Angel Berumen. Avec un format de 29 centimètres par 33 et une qualité d’impression remarquable, ce luxueux ouvrage édité par Lunwerg donne à voir une sélection de plusieurs centaines de photographies couvrant les principales dimensions de la Révolution mexicaine entre 1910 et 1921, à la veille de son centenaire.

2Si le premier mérite de cet ouvrage réside dans l’exceptionnel soin apporté à la reproduction des images, qui permet même d’en redécouvrir certaines, pourtant très connues, le second, qui en est le corollaire, réside dans la façon de les présenter, extrêmement précise et documentée, qui en fait à n’en pas douter un incontournable ouvrage de référence. Non seulement chaque illustration est dûment légendée (brève description, date, nom du photographe) mais elle possède, en fin d’ouvrage, une fiche technique lui correspondant et comportant des informations précieuses sur son lieu de conservation et ses caractéristiques techniques. Nous sommes là bien loin des usages proprement « illustratifs » de la photographie qui acquiert ici un statut de véritable document d’archive. Il va de soi que cet impressionnant travail a été le fruit de la recherche collective de toute une équipe internationale de chercheurs, soutenue par la Fondation Televisa ; outre Miguel Angel Berumen (Mexique), le coordinateur, Claudia Canales (Mexique), Marion Gautreau (France), Laura González Flores (Espagne) et Mauricio Tenorio Trillo (USA), épaulés par un groupe d’assistants, ont écumé des milliers d’images dans des archives publiques et privées au Mexique, aux États-Unis, en Allemagne, au Royaume Uni, en Espagne, et en France. Le lecteur voit défiler au fil des pages des aspects inédits de la Révolution mexicaine, regroupés thématiquement, et concernant tant la vie militaire que politique ou simplement le quotidien de la période : foules, soldats, trains, dommages, célébrations, etc., tels sont les intertitres qui guident le regard au fil des pages.

3Si les photographies, par leur qualité, par leur originalité (certaines étaient jusque-là totalement inconnues), par leur mode de présentation propre, constituent sans nul doute le grand intérêt de cet ouvrage, il n’en reste pas moins que les textes qui ponctuent ce grand imagier de la Révolution mexicaine et qui sont signés par les chercheurs associés au projet sont tout aussi précieux. Il ne s’agit pas là de simples textes de circonstance écrits à la hâte, mais de véritables chapitres d’un ouvrage qui rendent compte de manière tout à fait informée non seulement des circonstances matérielles et techniques des prises de vue, mais aussi de leur diffusion et, naturellement, de leur esthétique. Après une présentation du Président de la Fondation Televisa, Claudio X. González, et une brève introduction de Miguel Angel Berumen, qui caractérise le projet, cinq textes très denses et dûment illustrés alternent avec les reproductions en grand format des photographies : « La Révolution mexicaine dans l’album du monde », de Mauricio Tenorio Trillo, « Technique photographique et regard », de Laura González Flores, « La matière dense de l’histoire », de Claudia Canales, « La Révolution mexicaine aux yeux du monde. Différentes perspectives de la presse illustrée », de Marion Gautreau, et « Tirant de tous les fronts. Les photographes de la révolution », de Miguel Angel Berumen. L’ouvrage s’achève sur deux documents annexes : les cinquante photographies les plus publiées de la Révolution (présentes sur des supports variés, presse, ouvrage, etc.) et une liste recensant les principaux photographes de la Révolution (environ 300 noms).

4Nous ne saurions par conséquent que recommander chaudement la lecture – et la contemplation- de cet ouvrage, qu’une édition abrégée, parue en 2010 (Lunwerg, 240 pages, 19,50 euros), a rendu plus accessible.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://journals.openedition.org/agedor/docannexe/image/2665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Berthier, « Miguel Angel Berumen Campos (ed), México. Fotografía y revolución »L’Âge d’or [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 07 mars 2010, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/agedor/2665 ; DOI : https://doi.org/10.4000/agedor.2665

Haut de page

Auteur

Nancy Berthier

Université Paris Sorbonne Paris IV, CRIMIC EA 2561

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L’Âge d’or. Images dans le monde ibérique et ibéricoaméricain

Haut de page
  • Logo UPEM — LISAA
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search