Navigation – Plan du site

AccueilLa revuePrésentation

Présentation

La revue électronique L’Âge d’or. Images du monde ibérique et ibéroaméricain est adossée à l’équipe interne EMHIS (Écritures des Mondes Hispaniques), rattachée, elle-même, au laboratoire pluridisciplinaire du LISAA (Littérature, Arts et Savoirs). L’Âge d’or est publiée depuis 2008 et compte huit numéros. Elle propose un minimum d’un numéro par an. Pendant ses premières années, la spécificité de cette revue fut de se consacrer à l’iconographie, principalement au cinéma mais également à la peinture, au dessin et à la photographie. Ce sont les domaines abordés par ses quatre premiers numéros où l’on trouve des études portant sur des cinéastes (Luis Buñuel, Edgar Neville, Carlos Saura…), sur des questions touchant à l’histoire du cinéma ou aux espaces convoqués dans le septième art ainsi que sur la photographie, la peinture (Siqueiros, Hartung, Goya, Antonio Saura…) et la didactique des arts plastiques. D’emblée, la revue a prétendu être ainsi un carrefour, un lieu d’échanges où sont publiés des travaux d’hispanistes français et étrangers, voire de tout spécialiste concernant les domaines cités qui s’intéresserait à l’image dans le monde ibérique et ibéroaméricain.

Dès 2012, la politique éditoriale de la revue a évolué pour s’adapter aux nouvelles préoccupations scientifiques de l’équipe qui l’a vue naître, se construisant autour de trois axes de recherche « Lire, voir et savoir », « Sociétés, savoir et représentations » et « Traduction et circulation des savoirs ».

Les travaux publiés par notre revue suite à un processus de sélection et d’évaluation, résultent soit d’une même thématique à travers un abondant dossier (ex : n° 5 « Le visible et l’invisible dans le monde hispanique et hispano-américain » et le n° 7 « Leopoldo María Panero : Dissensus et Dystopie »), soit de deux ou trois thématiques autour de deux ou trois dossiers plus restreints (ex : n° 6 « État plurinational et démocratie interculturelle en Bolivie/ Le manifeste, le refus et le silence : trois poétiques mises à l’œuvre »), soit, enfin, d’études n’ayant pas besoin nécessairement de se répondre et se présentant sous la forme de « varia ». On a donc ainsi trois modes d’approche : un mode unitaire et approfondi, plus long à mettre en place et un autre plus solitaire et spontané, où la singularité puisse alterner avec le collectif, et entre ces deux-là un mode intermédiaire conciliant le collectif et la diversité. Car si la recherche est le résultat d’une confrontation avec d’autres, d’un échange d’autant plus riche et diversifié que nous mettons notre travail en commun par-delà nos spécificités, on ne saurait oublier aussi que l’écriture, elle, est un travail que le chercheur mène souvent, dans un premier ou un deuxième temps, en solitaire, face à son objet d’étude. Cette revue souhaite donc ne pas oublier également cette autre démarche, née d’envies, de passions mais aussi d’occasions qui font qu’un chercheur décide, un jour, d’écrire sur un sujet qui lui tient à cœur. Il est possible donc soit d’orienter le lecteur vers une thématique, un concept ou une problématique forte et fédératrice, soit de le conduire vers une diversité, peut-être hétéroclite, mais néanmoins assumée et signe de liberté ou bien encore d’essayer de conjuguer les deux manières.

  • Logo UPEM — LISAA
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search