Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Le labyrinthe de la solitude, le ...Présentation

Le labyrinthe de la solitude, le jeu et l’enjeu des images ou l’art et la manière de construire une vision

Présentation

Monique Plâa

Texte intégral

  • 1 SANTÍ, Enrico Mario, « Introduction », Octavio Paz, El laberinto de la soledad, Cátedra, 2010.
  • 2 PAZ, Octavio, El laberinto de la soledad, op. cit., p. 340.

1Selon Octavio Paz, Le labyrinthe de la solitude propose, d’une part, la description d’attitudes révélatrices des profondeurs et, d’autre part, un essai d’interprétation historique. Dans l’introduction qu’il rédige pour Le labyrinthe de la solitude1, Enrico Mario Santi convoque la longue liste des auteurs qui sont autant d’antécédents dont Octavio Paz recueille l’héritage. Et, en effet, pour conjurer la pire des solitudes, celle qui empêche l’être d’accéder à lui-même et lui interdit la rencontre avec l’autre, Le labyrinthe de la solitude puise à de multiples sources nationales et internationales et dialogue constamment avec l’art et la pensée du XXe siècle. Ce dialogue est le point de départ et d’arrivée du Labyrinthe. Dans son essai, Paz, qui convoque la « philosophie de l’histoire, l’anthropologie de la culture, la psychohistoire et l’autobiographie », entend inscrire le Mexique dans le dialogue d’une culture avec toutes les autres et l’installer dans une universalité qu’il tient pour le signe même de la modernité. Aussi, en clôture de son livre, Octavio Paz peut-il dessiner une lumineuse perspective d’avenir à partir du présent de l’écriture et de l’image simple et efficace des mains unies : « Allí, en la soledad abierta, nos espera también la trascendencia : las manos de otros solitarios. Somos por primera vez en nuestra historia, contemporáneos de todos los hombres. »2 Dans cet essai, où la pensée est inséparable de la poésie, la vision du futur est indissociable du rythme et des images qui la disent.

  • 3 Ibid, p. 361.
  • 4 RUY SÁNCHEZ, Alberto, Octavio Paz y la mirada cordial, Los sueños de las cosas, Arte contemporáneo (...)
  • 5 PAZ, Octavio Paz, « Los privilegios de la vista 1 », Obras completas T.6, FCE, 1994, p. 12.

2Persuadé que la pensée rationnelle et l’écriture qui se contente de la consigner mènent à l’erreur voire à l’horreur, Octavio Paz conclut le Labyrinthe en invitant ses contemporains à retrouver la merveilleuse capacité à « rêver les yeux fermés » : « Quizás entonces empezaremos a soñar otra vez con los ojos cerrados. »3 C’est dans l’imagination et le rêve que se trouve la possibilité de voir et de penser l’histoire ; et cette réalité des profondeurs, désormais inséparable du Mythe, ne peut être saisie que par la poésie. Or, on trouve dans les essais de Paz, comme dans son œuvre poétique, une volonté de « penser avec les yeux »4. D’ailleurs, les multiples textes que Paz a consacrés tout spécialement à la peinture forment deux tomes de ses œuvres complètes intitulés Les privilèges de la vue : voir, explique Paz, est « un privilège, et voir des choses jamais vues, des œuvres d’art, est un privilège à nul autre comparable »5.

  • 6 PAZ, Octavio, « El arco y la lira », Obras Completas T.1, FCE, 1994, p. 115.
  • 7 GIRAUD, Paul-Henri, Octavio Paz vers la transparence, PUF, 2002, p. 290.

3Paz a interrogé, dans les essais qu’il consacre à la poésie, la nature et la fonction de l’image dans le poème : l’image c’est, explique-t-il, quand ça c’est ça, cela c’est cela et qu’en plus ça c’est cela, ainsi, contre toute logique, l’image poétique fait que les pierres sont des plumes6. L’image est un point d’incandescence ou comparé et comparant existent en soi et l’un par l’autre. Mais l’image c’est aussi un objet iconique privilégié dont les contours et le contenu, parfois mouvants mais toujours denses, sont tributaires des agencements de mots qui le configurent. Paul-Henri Giraud, en clôture de son analyse du cheminement de « Octavio Paz vers la transparence », observe que « l’arbre, la source, la lumière et la femme », déjà présents dans les premiers poèmes, se retrouvent au terme de l’œuvre poétique « où le mythe du poète s’accomplit »7. Et, en effet, les images sont autant de cristallisations dont la charge métaphorique se densifie d’un poème à l’autre, d’un recueil à l’autre, jusqu’à tramer une constellation qui dessine une mythologie exclusive.

4Dans les premiers chapitres du Labyrinthe, Paz scrute les mœurs et les rites de ses contemporains comme autant de visibilités dont il traque les profondeurs invisibles ; à la manière du psychanalyste, Paz identifie les symptômes d’un traumatisme qui remonte aux temps lointains des origines. Jamais formulé et constamment refoulé, le traumatisme imprime à l’Histoire du Mexique et des Mexicains une permanente fausseté ponctuée de très brefs instants d’authenticité. La permanence du faux comme le surgissement du vrai existent dans le texte par la force des images qui les disent. Par la force des images, ce qui n’était que brouillage et opacité, devient illumination, vision de l’Histoire. L’objet et le centre des essais n’est pas le « je », comme dans l’œuvre poétique, mais l’identité mexicaine ; cependant, dans Le labyrinthe de la solitude, dont le titre d’ailleurs conviendrait pour un recueil de poèmes, la pensée est inséparable du réseau des images : de leur force, de leur variation et de leur incandescence.

  • 8 PAZ, Octavio, « Calamidades y milagros, 1937-1947 », « Obra poética 1 », Obras completas, T.11, FCE (...)
  • 9 PAZ, Octavio, Los hijos del limo, Barcelona, Seix Barral, 1974, p. 91.

5Du reste, Paz considérait que le texte “Poesía de soledad y poesía de comunión”, pourtant écrit au début des années 40, était contemporain du Labyrinthe : c’est que, comme le prouve Ina Salazar, il y a d’évidentes similitudes entre la manière dont Octavio Paz dit la poésie dans « Poesía de la soledad » et la manière dont, dans Le labyrinthe, il dit, par exemple, la Révolution. Les images qui manifestent l’expérience essentielle que fut la Révolution s’apparentent en tous points à celles qui révèlent l’expérience essentielle de la poésie : dans les deux cas, le masque tombe et l’esprit « qui ne vit dans aucune forme/ fait flamber toutes les formes »8. En convoquant, dans Le labyrinthe, les images surgies des profondeurs de l’inconscient, Octavio Paz scrute l’histoire du Mexique pour mieux interroger le destin de l’homme dans l’Histoire universelle mais, également, comme le fait comprendre Ina Salazar, pour inviter le lecteur à faire l’apprentissage fondamental de la liberté – « Tenemos que aprender a ser aire, sueño en libertad »9 – qui fonde l’expérience poétique.

6L’analyse de quelques images privilégiées aide à percevoir la construction de la pensée de Paz et met en évidence, selon Anthony Stanton, la manière dont l’auteur réoriente son point de vue. Pour articuler le caractère mexicain à l’histoire du Mexique, Paz sollicite l’image de Narcisse ; quand il s’agit de dire le temps, c’est l’image de la pyramide qui est convoquée : en effet, le temps mexicain, selon Paz, est une superposition de strates qui s’apparentent aux emboîtements de la pyramide – une pyramide, généralement, cache une pyramide qui, à son tour, cache d’autres pyramides. Parmi les multiples images créées dans Le labyrinthe de la solitude, celle de la pyramide aura une extraordinaire longévité – elle servira encore pour dire le Mexique de l’après Tlateloloco. Cependant, aux images créées dans l’essai, Paz donne des contours sciemment indéfinis : elles apparaissent ici avec certaines connotations, ailleurs, elles en prennent d’autres. Le labyrinthe de la solitude est essentiellement une pensée en cours d’élaboration et Anthony Stanton voit dans le rôle et la fonction de l’image une invitation à multiplier les manières de lire l’essai : il est dans la nature de cet essai de solliciter de multiples lectures et Anthony Santon propose d’envisager l’œuvre comme « une déconstruction analytique et ironique et une construction imaginative et symbolique ».

7Parmi les images du Labyrinthe qui avertissent le mieux le lecteur de la nécessité de jouer avec les niveaux de lecture, il y a celle de la Malinche : surgie de l’analyse d’une insulte des plus courantes au Mexique, « Viva Mexico hijos de la chingada », la Malinche crée par Paz, dans le chapitre IV du Labyrinthe, fond en une seule représentation la Mère des Origines et l’Indienne historique qui accompagnera et guidera Cortés pendant la Conquête. La Malinche incarne, le temps d’un chapitre, le traumatisme premier. Cependant, à peine créée, la fulgurante image est aussitôt escamotée. La Malinche s’est définitivement inscrite dans l’imagination des lecteurs mais elle a disparu du Labyrinthe dès le chapitre V et elle ne réapparaîtra jamais plus dans l’œuvre de Paz. Dans cet essai où la pensée se cherche et se réoriente, la Malinche a été impitoyablement engloutie dès qu’il s’est avéré qu’elle brouillait la pensée de son créateur plus qu’elle ne la servait.

8Les deux tomes des œuvres complètes que Paz consacre aux « privilèges de la vue » font la part belle aux muralistes qui, au début des années vingt et à l’invitation du ministre de la Culture d’alors, peignent sur les murs une vision nouvelle du pays et de son histoire, une vision inséparable de la Révolution. Lorsque Paz, au début des années 40, rédige le premier article qu’il consacre au muralisme, il observe, autant que le mouvement en soi, ce que le muralisme suppose de possibilités ou d’entraves pour le futur : Paz ne cessera d’inviter les artistes à se défier des dangers du dogmatisme qui entache l’œuvre d’Orozco, Siqueiros et Rivera. Cependant, Paz reconnaît de grandes qualités aux images dont les muralistes ornent les murs : des qualités esthétiques, d’abord, et une immense force de révélation, ensuite. Et, en effet, avec la Révolution, et alors même que le pays était encore en pleine révolte, les intellectuels faisaient déjà un constat inouï : le Mexique et les Mexicains, leur diversité et leur vitalité, existent, c’est un fait. Les muralistes n’auront de cesse de créer des images qui disent ce regard nouveau que les Mexicains portent sur eux-mêmes. Le labyrinthe de la solitude, qui interroge l’être mexicain dans ses profondeurs et dans son histoire, devait, immanquablement, comme le met en évidence Beatrice Ménard, dialoguer avec les images des muralistes.

9Mais Paz dialogue aussi avec d’autres formes d’art et tout particulièrement avec la photographie qui, à l’instar du muralisme, enregistre les changements que la Révolution induit dans la manière qu’ont les Mexicains de se regarder. Alors que la photographie, à son niveau le plus simple, se développait grâce au support technique que lui offrait la presse, le Mexique révolutionnaire intéressait aussi de grands artistes nationaux et étrangers – Wetson, Modotti, etc. – et leur regard, qui s’éloigne des clichés esthétisants du XIXe siècle, scrute aussi la mexicanité et la modernité et pose donc la question qui intéresse fondamentalement Paz dans le Labyrinthe de la solitude : comment, sans se laisser circonscrire par les limites d’un folklore nationaliste, dire l’être mexicain ? Selon Marion Gautreau, l’observation, par exemple, des photographies du Mexicain Ramos et du Nord-américain Paul Strand, en contrepoint de l’essai de Paz, rend manifeste les similitudes entre les interrogations des uns et des autres et permet de percevoir les nuances que chacun donne à une même image.

  • 10 PAZ, Octavio, « Cara al tiempo », in Vuelta [1976], Obras completas T.12, FCE, 1994, p. 52.

10A Álvarez Bravo, le grand photographe mexicain du XXe siècle, Octavio Paz a consacré plusieurs pages critiques et un poème d’hommage où il écrit : « El ojo piensa/el pensamiento ve,/La mirada toca,/las palabras arden. »10 Entre Álvarez Bravo, le photographe qui pense par le regard et invite les mots dans les titres qu’il donne à ses photographies et Octavio Paz, le poète qui ne cesse de regarder pour mieux penser, se tisse un faisceau de convergences subtiles et, comme le prouve le contrepoint qu’établit Paul-Henri Giraud entre l’œuvre photographique d’Álvarez Bravo et le Labyrinthe de la solitude, les deux regards souvent choisissent les mêmes objets pour tenter d’en dire l’essentiel. L’un et l’autre observent dans le visage et son masque le vrai et le faux mais surtout les chemins subtils qui relient la vie à la mort ; l’un et l’autre scrutent les mystères de la femme et partent en quête d’images qui diront « l’immobile soleil secret » ; et tous deux – de manière grave et centrale pour Paz, à l’esquive et avec une pointe de légèreté pour Álvarez Bravo –, interrogent les grandes étapes de l’histoire nationale : la Conquête, l’Indépendance et La Révolution. Et, sans doute, comme le suggère Paul-Henri Giraud, sensibles à la pensée de Breton, Paz et Álvarez Bravo ont-ils cherché avec constance et talent ce temps qui libère l’homme de la successivité et lui donne accès « au présent pur ». Fondé sur l’image, Le labyrinthe, est, en effet, la pensée d’un poète.

Haut de page

Notes

1 SANTÍ, Enrico Mario, « Introduction », Octavio Paz, El laberinto de la soledad, Cátedra, 2010.

2 PAZ, Octavio, El laberinto de la soledad, op. cit., p. 340.

3 Ibid, p. 361.

4 RUY SÁNCHEZ, Alberto, Octavio Paz y la mirada cordial, Los sueños de las cosas, Arte contemporáneo en la obra de Octavio Paz, Instituto Cervantes, 2008, p. 5.

5 PAZ, Octavio Paz, « Los privilegios de la vista 1 », Obras completas T.6, FCE, 1994, p. 12.

6 PAZ, Octavio, « El arco y la lira », Obras Completas T.1, FCE, 1994, p. 115.

7 GIRAUD, Paul-Henri, Octavio Paz vers la transparence, PUF, 2002, p. 290.

8 PAZ, Octavio, « Calamidades y milagros, 1937-1947 », « Obra poética 1 », Obras completas, T.11, FCE, 1994, p. 98.

9 PAZ, Octavio, Los hijos del limo, Barcelona, Seix Barral, 1974, p. 91.

10 PAZ, Octavio, « Cara al tiempo », in Vuelta [1976], Obras completas T.12, FCE, 1994, p. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Plâa, « Présentation »L’Âge d’or [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/agedor/283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/agedor.283

Haut de page

Auteur

Monique Plâa

U-PEM, LISAA, EA 4120

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L’Âge d’or. Images dans le monde ibérique et ibéricoaméricain

Haut de page
  • Logo UPEM — LISAA
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search