Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8L’espace marginal dans les manusc...Présentation

L’espace marginal dans les manuscrits, incunables et imprimés

Présentation

Sophie Hirel-Wouts et Fabrice Quero

Texte intégral

  • 1 GRAFTON, Anthony, La page, de l’Antiquité à l’ère du numérique. Histoire, usage, esthétique, Paris, (...)
  • 2 GÉHIN, Paul, Lire le manuscrit médiéval, Paris : Armand Colin, 2005, p. 78.
  • 3 Françoise Crémoux brosse à grands traits l’évolution des règles de mises en page dans CRÉMOUX, Fran (...)

1Le livre existe, depuis la naissance du codex au premier siècle de notre ère, dans le format que nous lui connaissons actuellement. L’abandon progressif du rouleau et l’adoption du codex a déterminé un nouvel espace d’écriture – la pagina – qui ne désigne plus les rangées de colonnes sur un rouleau mais le côté d’une feuille, c’est-à-dire l’espace sur lequel on peut écrire1. Les « pages » obéissent depuis lors à une logique de séparation des espaces qui consiste à y borner très précisément celui réservé à l’écriture, que ce soit, comme dans les manuscrits médiévaux, par un système de « réglure » (effectuée grâce à une mistara, un peigne ou un cadre-patron2) destiné à guider la main du copiste, ou comme souvent dans les imprimés des XVe et XVIe siècles par une impression de cadre qui délimite autoritairement l’espace du texte principal3.

2La préoccupation pour la définition d’un espace régulier est donc bien ancienne et pose comme invariant la présence d’une marge, c’est-à-dire d’un espace vide qui, d’une part, entoure le texte (un plus grand espace vide est souvent sur le côté gauche de ce dernier) et, d’autre part, le scinde en colonnes (permettant l’apparition de gloses et d’apostilles au centre de la page). Si cette mise en page répond indéniablement à des contraintes pragmatiques – le livre, qu’il soit manuscrit ou édité, doit être manipulé sans que le texte soit occulté ou abîmé par les doigts du lecteur – il convient de ne pas négliger la dimension esthétique d’une telle disposition puisque c’est la marge qui, par contraste, met le texte en valeur.

  • 4 CRÉMOUX, Françoise, art. cit., p. 26.

3Cet espace libre autour du texte, « espace de la borne et du hors-texte »4, n’est toutefois pas souvent resté blanc. Les manuscrits médiévaux comme les premiers imprimés ont vu leurs marges investies par l’écriture, c’est-à-dire par un (ou des) autre(s) texte(s) qui entretien(nen)t avec le texte premier un rapport fluctuant et souvent complexe, le commentant, le corrigeant, le complétant ou l’éclairant.

  • 5 CASTILLO GÓMEZ, Antonio, « En el viñedo del texto. Libro y lectura en la universidad medieval », Cu (...)

4Au Moyen Âge, le statut de cette écriture de la marge a été marqué de façon décisive par la création des universités aux XIIe et XIIIe siècles, qui modela durablement la conception du savoir et eut un fort impact sur la fonction dévolue au livre et sur la pratique de la lecture. La multiplication des livres par le système de la pecia et le nouveau regard posé sur le savoir contenu dans les livres (savoir qui doit avant tout être manipulable et transmissible) désacralisent en quelque sorte le rapport à l’objet livre et en redéfinissent en profondeur la fonction : dans la mesure où les livres ne sont plus considérés comme des biens précieux de conservation mais comme des supports d’étude, il semblait naturel au lecteur de l’annoter, de le commenter en marge5.

  • 6 ILLICH, Ivan, Du lisible au visible : la naissance du texte. Un commentaire du Didascalicon de Hugu (...)
  • 7 Ibidem.

5Les bases de ce modèle scolastique furent clairement exposées par Hugues de Saint-Victor dans son Didascalicon, un manuel sur l’art de lire qui associe la lecture médiévale à une lecture commentée6. La lecture devient une recherche de connaissances dont l’expression la plus visible réside dans la facture même du livre universitaire, conçu à partir de la relation établie entre le texte et son commentaire. Le terme legere ne désignait-il pas initialement une méthode d’enseignement symbolisée par les manuscrits commentés et glosés ? Ces commentaires et gloses, rédigés sous la responsabilité des maîtres universitaires, avaient pour fonction d’orienter la lecture et de soulager la complexité des textes. Ils servaient de guide pour accéder à la pensée véritable des auctoritates (el meollo), pour ne pas rester à la surface (la corteza) du texte. Il y a là une petite révolution dans la manière de considérer le livre, un rapport complètement renouvelé au temps de la lecture : à la volontairement lente et laborieuse ingestion du savoir qui caractérise la lecture monastique (Bernard de Clairvaux incitait ses moines à « découvrir à grand-peine les délices cachées de l’Écriture ») s’oppose une lecture scolastique qui cherche à alléger la tâche du lecteur, à lui faire gagner du temps7.

6Pour que le livre soit utile, le texte central doit donc désormais être accompagné de toute une série d’outils qui permettent d’organiser la connaissance proposée dans l’ouvrage. C’est au XIIIe siècle que se multiplient différents systèmes de classification du contenu initial : concordances verbales, index, tables des matières… C’est de cette époque que date par exemple un index particulièrement intéressant du Speculum Historiale de Vincent de Beauvais (contenant près de 5 800 rubriques).

  • 8 PETRUCCI, Armando, Libri, scrittora e pubblico nel Rinascimento. Guida storica e critica, Roma-Bari (...)
  • 9 Parkes, Malcolm B., Pages from the Past. Medieval Writing Skills and Manuscript Books, Farnham, Ash (...)
  • 10 GUMBERT, Johann Peter, « La page intelligible : quelques remarques », dans Olga WEIJERS (éd.), Voca (...)

7Au-delà de ces ajouts textuels, le modèle scolastique – soutenu par la création des studia generalis, reconnus puis unifiés par la papauté au milieu du XIIIe siècle – bouleverse les modalités de mise en pages, désormais basées sur le « dialogue » intellectuel entre texte et commentaire. Les traditionnelles annotations interlinéaires se déplacent et investissent la marge du texte. Le changement de fonction du livre s’est ainsi accompagné d’une inflexion du concept et de la matérialité même du livre. Armando Petrucci souligne que le grand format, la disposition en deux colonnes, la présence de grandes marges latérales et inférieures, ainsi que l’ornementation gothique et les rubriques en rouge, sont des caractéristiques propres au « nouveau livre », c’est-à-dire au texte universitaire8. Cette « grammaire de la lisibilité »9 (M. B. Parkes) voulait contribuer à rendre la page plus « intelligible » selon les termes de J. Peter Gumbert10.

  • 11 PANOFSKY, Erwin, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éditions de Minuit, 1967, p. 9 (...)

8Il convient certes de nuancer l’apport du texte universitaire au nouveau statut de la marge et autres outils de classification. D’abord, parce que certaines de ces caractéristiques (gloses, indexation) n’étaient pas à proprement parler nouvelles et avaient déjà été expérimentées dans des périodes plus reculées (notamment durant l’Antiquité). Ensuite, parce que cette conception du texte ne saurait représenter à elle seule toute la tradition médiévale (certains textes échappent à la pratique universitaire). Il n’en reste pas moins que l’esprit scolastique marqua très durablement le rapport du lecteur au livre et que l’héritage de la scolastique médiévale dans notre perception du livre est encore sensible aujourd’hui11. Il n’est donc pas étonnant d’en retrouver l’empreinte à l’époque moderne, nous le verrons, époque où le lecteur restait imprégné de l’esprit scolastique tout en s’essayant à des pratiques de lecture plus novatrices.

Mais revenons à l’écriture en marge du texte dit « principal » durant la période médiévale :

  • 12 CASTILLO GÓMEZ, Antonio, art. cit., p. 238.

La mise en page, esto es, la relación entre el espacio gráfico y el espacio de escritura. Lo más característico de la misma era la distribución del texto normalmente en dos columnas y los amplios espacios blancos que ocupan los márgenes, preferentemente el izquierdo y el inferior. Dicha distribución hacía visible, como si el libro fuera una suerte de espejo, la jerarquía de contenidos representada por el texto y sus consiguientes comentarios, mediante un modelo de composición y organización de la página que se confirma y alcanza su máxima sistematización entre los siglos XII y XIII, siendo uno de sus prototipos más excelsos las llamadas Biblias parisinas o universitarias.12

  • 13 Sur la hiérarchie entre les différents textes sur une page, voir Richard H. ROUSE, « L’évolution de (...)

9La nouvelle mise en page est liée à un concept de hiérarchisation des informations dont la distribution ne doit rien au hasard mais résulte bien davantage d’une stricte planification « éditoriale » qui relativise passablement l’autorité du texte en faisant dépendre son herméneutique ou sa pleine compréhension de différents éléments textuels qui n’émanent plus de la seule main de l’auteur13. Copistes, lecteurs, correcteurs, éditeurs sont autant de plumes qui viennent infléchir – souvent pour l’éclairer, mais pas exclusivement – le texte initial. Les annotations diverses qui peuvent être apposées dans les marges instaurent, par conséquent, une tension herméneutique extrêmement variable et reflètent indubitablement des expériences d’appropriation du texte.

  • 14 CAYUELA, Anne, Le paratexte au Siècle d’or. Prose romanesque, livres et lecteurs en Espagne au XVII(...)
  • 15 CRÉMOUX, Françoise, art. cit., p. 29.

10Ces actes d’appropriation vont de la simple explication lexicale ou référence bibliographique à l’interférence intempestive et intrusive avec le texte original, qui en vient parfois à perdre son statut de texte principal. Comme le souligne Françoise Crémoux, il existe un « certain nombre de cas extrêmes de systèmes paratextuels prenant littéralement la place du texte. » Reprenant les conclusions d’Anna Cayuela14 sur le paratexte, l’auteur affirme que les textes marginaux « deviennent autant d’immixtions, de commentaires […] que l’on peut définir, ainsi [qu’Anna Cayuela] le fait, comme de nouveaux genres littéraires : l’erratum, l’approbation, la dédicace, etc. Dans cette prolifération, comme l’on pouvait s’y attendre, les annotations marginales prennent toute leur place, c’est-à-dire, dans certains cas, celle du texte ! »15. Si ces cas sont rares pour la période médiévale, les cas de concurrences entre texte central et mentions marginales – qui grignotent immanquablement le pré carré du texte principal – sont nombreux et témoignent d’un changement de paradigme dans la relation entre l’auteur et son texte, entre l’auteur et son lecteur et entre le lecteur et le texte.

  • 16 GIMENO BLAY, Francisco M., Escribir y reinar. La experiencia gráfico-textual de Pedro el Ceremonios (...)

11Il n’est pas toujours aisé de déterminer la part de l’auteur dans cette écriture des marges. Certains cas de marges autographes nous sont bien connus grâce, notamment, aux travaux de Francisco Gimeno Blay sur l’expérience graphico-textuelle de Pierre IV d’Aragon, dit Pierre le Cérémonieux (1336-1387)16. Les mentions marginales sont, sous la plume du roi aragonais, des précisions qui renforcent le texte initial ou orientent la lecture d’un discours politique. De façon plus générale, les notes marginales peuvent servir à faire apparaître des autorités pour afficher la propre caution de l’auteur, à optimiser la lecture, à fragmenter un texte destiné à la lecture orale, à baliser la circulation dans le texte (afin d’éviter une errance qui peut conduire à un détournement du sens), à orienter sa réception en le synthétisant fidèlement dans des parties adjacentes ou, au contraire, en introduisant de légères distorsions pour faire passer, sur un mode de communication oblique, certains effets de sens dont la perception par le commun des lecteurs n’est pas souhaitable. Dans bien des cas toutefois, la figure de l’auteur sort affaiblie de cette confrontation avec le texte marginal. Comme le souligne Fernando Bouza :

  • 17 BOUZA, Fernando, Corre manuscrito: una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 20 (...)

En primer lugar, la figura del autor ha ido perdiendo sus perfiles de creador todopoderoso que dominaba el texto de forma absoluta. Los beneficiarios de su parcial « desdibujamiento » han sido tanto los impresores y editores, a los que se les reconoce un grado de participación cada vez mayor en las obras de las que se ocupaban, como los propios lectores, entendidos ahora como algo más que meros receptores de las ideas que les proponía un omnipotente autor, modificándose la clásica idea de lectura hacia una forma de representación activa más que de pasiva recepción. En esto, la copia manuscrita se revela como una forma de transmisión en la que es posible reconocer varias manos y, por tanto, más de un autor.17

  • 18 Les feuilles classiques, ces éditions de textes antiques, matériel de travail de l’étudiant apprena (...)
  • 19 Il se présente des cas, assez paradoxaux, où les marginalia relèvent d’une pratique qui fonctionne (...)

12Si la mention marginale peut en effet procéder du geste de l’auteur, elle peut aussi être le fruit d’une lecture qui, par définition, est infinie : un ou plusieurs lecteurs peuvent lire les mêmes annotations manuscrites ou imprimées de l’auteur, de même que les lecteurs entre les mains desquels circulent les manuscrits et les imprimés annotés peuvent amplifier leur lecture de leurs propres apostilles : mention des autorités citées dans le texte, gloses, commentaires lacunaires ou développés18, marques diverses de la réception du texte (dont des indications signalant ce qui était appelé à être reporté dans un codex excerptorium), éléments iconographiques, etc. Par conséquent, les échanges qui ont lieu en marge des textes sont placés sous le signe de la richesse, de la liberté, de l’ouverture… ou au contraire de la volonté de contrôler ou brider la lecture du texte central19.

  • 20 Debongnie, Pierre, « Cisneros (Garcia ou Garzias de) », in Dictionnaire de spiritualité ascétique e (...)

13Marquer la limite entre les supposées ténèbres du Moyen Âge et la prétendue splendeur du nouveau monde qui commence par la Renaissance est une tâche qui n’a cessé d’occuper les médiévistes et historiens de la modernité. Le curseur se déplace de quelques années, voire de plusieurs décennies – quand il ne s’agit de pas de plusieurs siècles, comme pour Jacques Le Goff –, selon les aires géographiques ou les espaces politiques, qu’on se place dans le champ de l’histoire traditionnelle (politique, institutionnelle, sociale, etc.) ou dans celui des études culturelles. À moins de reconnaître le caractère symbolique de cette démarche, il est illusoire de vouloir placer avec netteté sur la bande chronologique des phénomènes qui s’étalent immanquablement dans le temps. Pour les États de la chrétienté occidentale, l’emploi de caractères d’imprimerie mobiles par Gutenberg pour la première fois au milieu du XVe siècle et la rapide diffusion de cette invention dans les deux ou trois décennies suivantes font partie de ces événements capables de manifester à eux seuls le passage d’une époque à une autre, l’entrée dans un monde nouveau. La substitution progressive du minutieux travail des copistes, enlumineurs et autres rubricateurs, acteurs d’un processus esthétique qui débouche sur la création d’un objet unique, par celui d’artisans s’affairant autour d’une presse et capables de produire un même ouvrage en quantités diverses, est souvent tenue pour l’origine d’une révolution culturelle qui part de la progressive augmentation de la diffusion du livre et des savoirs à partir du XVIe siècle et culmine, au XVIIIe, avec la massification de l’imprimé comme objet de consommation culturelle. Bien que l’Espagne fasse à certains égards figure d’exception dans ce panorama, eu égard aux dispositifs de contrôle des consciences et de la diffusion des opinions que l’appareil monarchique favorise dès la fin du XVe siècle, les premières presses à imprimer commencèrent à y fonctionner, comme partout ailleurs en Europe occidentale, au début des années 1470. Avant que des imprimeurs ne s’installent à demeure dans les royaumes de Castille et dans ceux de la Couronne d’Aragon, il n’était pas inhabituel qu’on fît appel aux services d’un étranger, lequel installait son matériel sur un lieu donné pour y travailler, un temps, à des fins spécifiques. Il en va ainsi de Jean Luschner qui, à la demande de García de Cisneros, supérieur de Montserrat et cousin du cardinal du même nom, installa sa presse à imprimer du 4 février 1499 au 13 novembre 1500, près de ce monastère bénédictin de Catalogne, avec la mission de produire des ouvrages spirituels et liturgiques20.

  • 21 Chartier, Roger, « Lecteurs dans la longue durée : du codex à l’écran », dans Roger Chartier (dir.) (...)
  • 22 Bouza, Fernando, op. cit.
  • 23 Il n’est pas indifférent, de ce point de vue, que parmi les critères à respecter figurât la présenc (...)

14Révolution de l’imprimé ? L’étude de ce phénomène sur la longue durée montre qu’il n’abolit pas immédiatement ni totalement les usages qui étaient ceux de la production des textes médiévaux. On peut même considérer que les ouvrages imprimés jusqu’au début du XVIe siècle restent très dépendants des pratiques propres aux manuscrits dont ils imitent les apparences (pages et écritures), à tel point que le livre, comme le rappelait Roger Chartier, « est considéré comme devant être achevé par la main : la main de l’enlumineur qui peint initiales dorées ou historiées et miniatures ; la main du correcteur, ou emendator, qui ajoute signes de ponctuation, rubriques et titres ; la main du lecteur qui inscrit sur la page notes et indications marginales21. » À cela il faut encore ajouter que le livre imprimé ne relégua nullement aux oubliettes le manuscrit. La chose est bien connue pour l’Espagne grâce aux travaux de Fernando Bouza22. Pour diverses raisons qui ne sont pas réductibles à la volonté de soustraire un texte aux censures civile et inquisitoriale et de lui assurer une diffusion aussi libre que contrôlée, on continua jusqu’au XVIIIe siècle à copier, ou à faire copier à la main, et parfois à grands frais, d’autres manuscrits ou des imprimés. Le métier de copiste ne disparut donc pas avec l’avènement de la modernité, quoique son rapport au texte et à sa diffusion finisse par évoluer. Il faut se rappeler, en effet, qu’à l’origine de tout texte imprimé il y avait une mise au propre du manuscrit ou du brouillon de l’auteur par un amanuense, lequel devait respecter les exigences d’un cahier des charges destinées à faciliter le travail d’impression23. Il n’y a donc pas véritablement de solution de continuité entre plusieurs usages médiévaux et la pratique moderne dans le cadre des rapports entre inscription manuscrite et texte imprimé. On pourrait s’attendre à ce que la dimension esthétique inséparable de la copie manuscrite médiévale disparût dans la pratique moderne de cette activité. La chose est vraie pour certains types de textes, sans doute à cause de contraintes liées au coût de la copie. La lisibilité de l’écriture et l’optimisation d’une page de papier, dont le prix d’achat était relativement élevé, devaient guider le travail de reproduction. Pour certains documents officiels d’importance singulière, la pratique de l’enluminure se perpétua durant une grande partie du XVIe siècle.

  • 24 Chartier, Roger, « La pluma, el taller y la voz. Entre crítica textual e historia cultural », in Fr (...)

15Ces quelques éclairages n’ont pas l’ambition de retracer, même à grands traits, l’histoire de la transmission textuelle en Espagne, au tournant du Moyen Âge et du XVIe siècle. À travers eux, nous souhaitons montrer, s’il était besoin, que la survivance de certaines habitudes chez les récepteurs des textes, et l’acclimatation de certains usages anciens dans un contexte de production de l’écrit en partie renouvelé, du côté de leurs producteurs, justifient pleinement la mise en perspective de l’étude de l’espace marginal sur les périodes médiévale et moderne. Nous voulons dire également, par-delà ces considérations chronologiques, qu’il est nécessaire de garder à l’esprit la grande diversité de la réalité des textes manuscrits et imprimés au début de l’époque moderne et jusqu’à la fin du XVIIe siècle, la sinuosité de la ligne de partage entre ces deux espaces ainsi que la multiplicité des statuts d’un texte selon sa matérialité, afin de ne pas plaquer sur l’espace des marges d’une ou de plusieurs pages des stéréotypes venant cloisonner ce qui, dans l’esprit de qui l’investissait, ne l’était pas forcément. Sans cela, on prendrait le risque de réduire considérablement le statut des marges et, partant, d’appauvrir les marginalia. Roger Chartier ne disait pas autre chose lorsqu’il appelait de ses vœux la restauration de l’histoire de la littérature, loin du formalisme de la New criticism et des épigones de cette école, à partir d’une approche épistémologique fondée sur l’étude de la matérialité du texte comme élément participant à part entière à la production du sens24. Tel est le socle de notre réflexion.

16Mais il faut ajouter que la marge et les inscriptions manuscrites ou imprimées qui les investissent ne valent que par leur rapport à un autre espace et à d’autres inscriptions. Que ces relations soient libres ou répondent à des codes précis, la marge est bien le lieu d’une transaction – ou de son amorce –, ou encore d’une triangulation dans la réception. Elle est un à l’entour du texte qui introduit par sa seule présence une déviation sur la voie de la production du sens. Apposer une annotation marginale ou en lire une ne revient pas à autre chose qu’à prendre un chemin de traverse, à suivre volontairement un détour pour mieux reprendre ensuite la voie royale, à explorer un territoire frontalier. À ce propos, Roger Chartier, toujours, écrivait :

  • 25 Chartier, Roger (dir.), Histoires de la lecture, op. cit., p. 16.

À l’intérieur des territoires ainsi proposés à leurs parcours, les lecteurs s’emparent des textes, leur donnent sens, les investissent de leurs attentes. Cette appropriation n’est pas sans règles ni limites. Les unes lui viennent des stratégies déployées par l’écriture elle-même qui entend produire des effets, dicter une posture, obliger le lecteur. Les pièges discursifs qui lui sont tendus et dans lesquels il doit tomber sans même s’en rendre compte, sont à la mesure de l’inventivité rebelle qui lui est toujours supposée.25

  • 26 « C’est un décalage semblable que produisent les variations dans la “mise en texte” des œuvres. Dép (...)

17En somme, la marge et ce qu’on peut y lire ou non sont un témoignage supplémentaire sur trois activités liées entre elles, la création, la production et la lecture d’un texte, qui rapprochent le travail de l’auteur, du copiste ou de l’imprimeur, et du lecteur, chacun de ces trois acteurs de l’élaboration du sens pouvant se substituer l’un à l’autre l’espace d’un instant dans les marges du texte et intervenir, de ce fait, dans l’opération de mise en texte26. Une telle porosité des frontières rend particulièrement complexe l’étude des marges dans les manuscrits et imprimés de l’époque moderne. Tenter de dresser une typologie opérante de ces marginalia l’est tout autant, pour les mêmes raisons.

Haut de page

Notes

1 GRAFTON, Anthony, La page, de l’Antiquité à l’ère du numérique. Histoire, usage, esthétique, Paris, Hazan, 2012, p. 63. L’auteur rappelle que le mot pagina désignait des rangées de pieds de vigne et, métaphoriquement, les rangées de colonnes sur un rouleau de papyrus.

2 GÉHIN, Paul, Lire le manuscrit médiéval, Paris : Armand Colin, 2005, p. 78.

3 Françoise Crémoux brosse à grands traits l’évolution des règles de mises en page dans CRÉMOUX, Françoise, « Marges prescriptives, marge destructrice ? Réflexions sur quelques manuscrits et imprimés », Pandora, 9 (2009) p. 25-35.

4 CRÉMOUX, Françoise, art. cit., p. 26.

5 CASTILLO GÓMEZ, Antonio, « En el viñedo del texto. Libro y lectura en la universidad medieval », Cuadernos del Instituto Antonio de Nebrija, 5 (2002), p. 223-252. En l’occurrence, p. 236.

6 ILLICH, Ivan, Du lisible au visible : la naissance du texte. Un commentaire du Didascalicon de Hugues de Saint-Victor, Paris, Les Éditions du Cerf, 1991, p. 13-38.

7 Ibidem.

8 PETRUCCI, Armando, Libri, scrittora e pubblico nel Rinascimento. Guida storica e critica, Roma-Bari, Laterza, 1979, p. 141.

9 Parkes, Malcolm B., Pages from the Past. Medieval Writing Skills and Manuscript Books, Farnham, Ashgate Publishing, 2012.

10 GUMBERT, Johann Peter, « La page intelligible : quelques remarques », dans Olga WEIJERS (éd.), Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen âge (Actes de la table ronde, Paris 24-26 septembre), Turnhout, Brepols, 1989, p. 112.

11 PANOFSKY, Erwin, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éditions de Minuit, 1967, p. 93 : nous sommes « les héritiers inconscients de la scolastique ».

12 CASTILLO GÓMEZ, Antonio, art. cit., p. 238.

13 Sur la hiérarchie entre les différents textes sur une page, voir Richard H. ROUSE, « L’évolution des attitudes envers l’autorité écrite : le développement des instruments de travail au XIIIe siècle », dans Geneviève HASENOHR et Jean LONGÈRE (dirs.), Culture et travail intellectuel dans l’Occident médiéval, Paris, CNRS, 1981, p. 115-144. Les marginalia de confection (les indications laissées par un correcteur pour effectuer la reliure, par exemple) ou les notes péritextuelles diffèrent intrinsèquement des marginalia de lecture et ne sont pas examinées ici.

14 CAYUELA, Anne, Le paratexte au Siècle d’or. Prose romanesque, livres et lecteurs en Espagne au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1996.

15 CRÉMOUX, Françoise, art. cit., p. 29.

16 GIMENO BLAY, Francisco M., Escribir y reinar. La experiencia gráfico-textual de Pedro el Ceremonioso, Madrid, Abada Editores, 2006.

17 BOUZA, Fernando, Corre manuscrito: una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 2001, p. 21.

18 Les feuilles classiques, ces éditions de textes antiques, matériel de travail de l’étudiant apprenant le latin et le grec comportaient au moins une marge très importante, espace spécialement ménagé pour la prise de notes. L’article de Marie-Madeleine Compère, Marie-Dominique Couzinet et Olivier Pédeflous, « Éléments pour l’histoire d’un genre éditorial », Histoire de l’éducation [En ligne], 124 | 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 30 janvier 2015. URL : [http://histoire-education.revues.org/2060] ; DOI : [10.4000/histoire-education.2060], contient deux illustrations de ces feuilles classiques (dernière consultation le 30 janvier 2015).

19 Il se présente des cas, assez paradoxaux, où les marginalia relèvent d’une pratique qui fonctionne en circuit fermé : ainsi Fabienne Plazolles Guillén montre-t-elle que dans les marginalia de la Célestine commentée, l’écrivain (l’écrivant) occupe tout à la fois la position de scripteur et celle de récepteur. Dans la mention marginale se fondent et se confondent alors l’activité de lecture et l’activité d’écriture. Cf. PLAZOLLES GUILLÉN, Fabienne, « Les marginalia dans La Célestine Commentée », dans Atalaya. Revue d’études médiévales hispaniques, écrits et lectures au Moyen Âge. Espagne, France, Italie, 2 (automne 1991), p. 109-118.

20 Debongnie, Pierre, « Cisneros (Garcia ou Garzias de) », in Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique. Doctrine et histoire, Paris, Beauchesne, 1957, tome 3, p. 910-921

21 Chartier, Roger, « Lecteurs dans la longue durée : du codex à l’écran », dans Roger Chartier (dir.), in Histoires de la lecture. Un bilan des recherches. Actes du colloque des 29 et 30 janvier 1993, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995, p. 272.

22 Bouza, Fernando, op. cit.

23 Il n’est pas indifférent, de ce point de vue, que parmi les critères à respecter figurât la présence de marges adéquates. Le processus de révision se terminait par une ultime lecture par l’auteur qui avait ainsi la possibilité de corriger ce qu’il souhaitait. On trouvera une description précise de l’ensemble du processus éditorial dans l’Espagne moderne dans Garza Merino, Sonia, « La cuenta del original », in Francisco Rico (dir.), Imprenta y crítica textual en el Siglo de Oro, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2000, p. 65-79. Comme il est rappelé dans cet article, « Entre el estadio manuscrito y el impreso tenía lugar un proceso manual largo, sujeto a fases de producción en las que el texto aún podía sufrir transformaciones de diferente tipo y grado atribuibles, a partir de ese momento y fundamentalmente, a los empleados del taller sobre los que recaía la responsabilidad de la manipulación del manuscrito y la presentación final del texto en la página impresa. », p. 66.

24 Chartier, Roger, « La pluma, el taller y la voz. Entre crítica textual e historia cultural », in Francisco Rico, Imprenta y crítica textual en el Siglo de Oro, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2000, p. 243.

25 Chartier, Roger (dir.), Histoires de la lecture, op. cit., p. 16.

26 « C’est un décalage semblable que produisent les variations dans la “mise en texte” des œuvres. Dépendant, selon les cas, de la volonté de l’auteur, des choix de l’éditeur ou des habitudes des typographes (ou des copistes), les formes données à la présentation des textes ont une double signification. D’un côté, elles traduisent la perception que les faiseurs de textes ou de livres ont des compétences de leurs possibles lecteurs ; d’un autre, elles visent à façonner la compréhension et à contrôler l’interprétation. », ibid., p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Hirel-Wouts et Fabrice Quero, « Présentation »L’Âge d’or [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/agedor/401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/agedor.401

Haut de page

Auteurs

Sophie Hirel-Wouts

LISAA (EA4120), EMHIS

Fabrice Quero

Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L’Âge d’or. Images dans le monde ibérique et ibéricoaméricain

Haut de page
  • Logo UPEM — LISAA
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search