Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Présentation

Texte intégral

1La perspective d’ensemble dans laquelle s’est inscrite notre réflexion, pour ce volumineux dossier constitué à l’occasion de ce 5e numéro de L’Âge d’or, consistait à examiner la question du visible et de l’invisible dans le monde hispanique et hispano-américain, en partant, comme nous l’avions annoncé, d’un concept élargi et évolutif de l’image aussi bien dans les arts du discours (poésie, théâtre, roman, essai, médias) que dans les arts visuels (peinture, photo, et cinéma). Il s’agissait donc, ici, d’interroger, voire dans bien des cas, de réévaluer cette question phénoménologique. Comment peuvent se manifester dans le monde hispanique et hispano-américain ces concepts de visible et d’invisible sous les formes les plus diverses, à travers les différentes images ou représentations de la réalité qu’il nous propose ? Quels sont les jeux divers et complexes, voire subtils, qui peuvent s’articuler entre ces deux concepts ?

2Précisons que l’invisible ne suppose pas forcément une connotation métaphysique, car il doit s’entendre avant tout au sens littéral comme un non visible, comme « ce qui échappe à la vue ». Cependant, il convient, évidemment, de se demander si l’image, qui appartient a priori au domaine du visible, ne suppose pas, toujours plus ou moins, la prise en compte d’une certaine part d’invisible, présente y compris dans celles qui relèvent des arts visuels ? Ne serait-ce, pour ces dernières, que métonymiquement par certains cadrages picturaux ou photographiques ou par quelques découpages filmiques en plans et en séquences qui supposent la contiguïté de lieux et d’actions forcément non visibles, car non proposés à la vue, mais toujours implicites et significatifs.

3Ainsi, il nous a semblé intéressant d’être amené à explorer, grâce à certaines « images », quel que soit leur support – verbal ou simplement visuel, donc littéraire, pictural, photographique, filmique, culturel ou sociétal – ce que nous pourrions appeler des « angles morts » qui, s’ils échappent à ce qui est apparent n’en sont pas moins présents au sein du réel ou de ce qui est tenu pour tel. Un réel qui dans son essence, ne l’oublions jamais, est, en fait, paradoxalement invisible – du moins pour une bonne part – et dont nous ne pourrions saisir alors que des représentations plus ou moins fragmentées et dotées d’un sens partiel ou morcelé. Or, paradoxalement, il semble parfois que ce soit justement grâce à l’existence de l’invisible qu’il nous soit permis d’avoir accès à un autre visible. Car, il convient également de rappeler qu’il existe un lien subtil entre la vue, perception phénoménologique, et la vision, résultant, elle, d’un « œil intérieur », liée à l’imagination, une vision ressentie par la pensée et relevant donc d’une certaine forme d’invisible, ou d’un invisible dont la visibilité serait d’une autre nature, une image intérieure demeurant toujours invisible pour un « œil de chair ». On voit bien, dès lors, que « visible » et « invisible » sont étroitement liés.

  • 1 MERLEAU-PONTY, Maurice, Le visible et l’invisible, col. Tel, Gallimard, 2009.
  • 2 Ibid., p. 305.
  • 3 HENRY, Michel, Voir l’invisible sur Kandinsky, col. Quadrige, PUF, 2010.

4Ces interrogations semblent, en partie, recouper les travaux de certains philosophes contemporains sur la phénoménologie, ceux entre autres de Maurice Merleau-Ponty, dans Le visible et l’invisible1, dont l’approche peut, dans certains cas, nous aider à mieux cerner les divers sens possibles que l’on peut donner à ces concepts de « visible » et d’« invisible ». Ainsi, peut-on comprendre, par exemple, que, dans certains cas, l’ « invisible » peut aussi – lorsqu’il est dû aux aspects cachés et inactuels de la chose »2 – se concevoir, comme un « visible » possible pour un autre. Mais, on peut également se référer au livre de Michel Henry, Voir l’invisible sur Kandinsky3, où, étudiant la peinture abstraite, le philosophe comprend qu’il ne s’agit plus pour celle-ci de représenter le monde des objets, mais de faire voir notre vie intérieure, autrement dit, selon lui, de « montrer l’invisible ».

5Le titre « Le visible et l’invisible dans le monde hispanique et hispano-américain », donné à ce très abondant dossier qui compte près de vingt articles, met en lumière ces deux principaux axes de réflexion sur une aire géographique et culturelle spécifique, mais vaste et variée qui est celle de l’hispanité à travers le temps et dans des domaines touchant aussi bien à la littérature à travers ses trois genres, à la civilisation, à l’histoire qu’aux différents arts visuels.

6La réflexion menée sur cette problématique, présente donc 18 articles qui suivent un certain ordre puisqu’elle commence par les arts visuels (peinture, photo, cinéma) – ceux qui dépendent d’un « œil de chair » tout en sollicitant déjà un « œil intérieur » – pour passer ensuite aux arts du discours (théâtre, roman, poésie) – lieu où domine un « œil intérieur » qui ne saurait oublier, néanmoins, le souvenir de cette perception immédiate du réel qu’offre à tout un chacun « l’œil de chair ». On peut observer, au passage, que le théâtre se trouve en quelque sorte à la charnière des deux puisqu’il envisage la représentation scénique qui a comme fin d’être un spectacle. Enfin, la réflexion interroge divers modes de représentations culturelles et sociétales, lesquels, d’ailleurs, ne s’éloignent pas pour autant des arts du discours dans la mesure où ceux-ci peuvent se fonder, comme on pourra le constater, sur différents types de discours culturel d’essence mythique, spirituelle, historique ou médiatique.

  • 4 ESTEBAN, Claude, Un lieu hors de tout lieu, Paris, éditions Galilée, 1979.

7Il nous est apparu, au cours de cette étude, que ces deux axes interdépendants constituaient à la fois une problématique et une dialectique, où – quel que soit le mode d’expression et de représentation choisi comme sujet d’études par l’auteur de l’article – pouvaient se jouer de manière indépendante ou simultanée un problème esthétique (comment rendre artistiquement de façon plus juste et plus complexe un réel qui de toute façon, ne sera jamais totalement connaissable ?), un problème éthique et sociétal (comment ne pas ignorer ce qui, parce qu’il n’est pas apparent en un certain lieu institutionnellement privilégié, devrait être considéré comme inexistant ?), voire, dans certains cas, un problème ontologique (comment traduire l’expérience d’un non visible qui exprimerait, néanmoins et contre toute apparence, notre appartenance, comme le dirait le poète Claude Esteban, à « un lieu hors de tout lieu »4 ?).

  • 5 Jaime Siles évoque justement dans le poème « Devuélveme, memoria poderosa », in Canon, Barcelona, O (...)

8Par ailleurs, cette dialectique « visible et invisible » permet aussi de questionner le mode même de la représentation, autrement dit ses limites5 et, parfois, la façon dont celles-ci peuvent ou non être un tremplin pour découvrir ce qui, de prime abord, « ne saute pas aux yeux » mais qui constitue, néanmoins, des « angles morts » qui, à ce titre, portent une identité secrète qui, dans l’extrême diversité de notre corpus, investit différents visages de l’hispanité, qu’il nous faut aussi explorer, surtout lorsqu’ils ne sont pas justement, par essence, toujours les plus mis en avant.

9Ce sont ces différentes orientations convergentes ou divergentes, mais toutes destinées à signaler la richesse et la complexité de ces divers modes de représentation au sein d’une hispanité qui embrasse le Nouveau et l’Ancien Monde, que nous vous proposons de découvrir avec ce nouveau numéro de L’Âge d’or, et ce, grâce à la diversité des domaines et des approches, où chaque chercheur s’efforce de répondre à la question du visible et de l’invisible, évidemment à sa manière, avec ses propres outils d’analyse et dans le domaine spécifique qui est le sien.

Haut de page

Notes

1 MERLEAU-PONTY, Maurice, Le visible et l’invisible, col. Tel, Gallimard, 2009.

2 Ibid., p. 305.

3 HENRY, Michel, Voir l’invisible sur Kandinsky, col. Quadrige, PUF, 2010.

4 ESTEBAN, Claude, Un lieu hors de tout lieu, Paris, éditions Galilée, 1979.

5 Jaime Siles évoque justement dans le poème « Devuélveme, memoria poderosa », in Canon, Barcelona, Ocnos, Editorial Llibres de Sirena, 1973, le fait que la conscience d’une limite puisse être ce qui paradoxalement permet de s’élancer, tel un tremplin, vers « un espace sans fin » : La posesión de límite que encierro/ hacia un espacio sin final me lanza », p. 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henry Gil, « Présentation »L’Âge d’or [En ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/agedor/852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/agedor.852

Haut de page

Droits d’auteur

L’Âge d’or. Images dans le monde ibérique et ibéricoaméricain

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search