Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesPortraitsC'est quoi le problème ? - Regard...On nous prend pour des dindons

C'est quoi le problème ? - Regards croisés 2014

On nous prend pour des dindons

« Tranche froide » et « Sex and God » de Linda McLean, traduit de l'anglais (Écosse) par Blandine Pélissier et Sarah Vermande
Cécile Corbery

Texte intégral

1Le comité de lecture de Troisième bureau est composé surtout de comédiens, mais aussi d’auteurs, de metteurs en scènes (« les gens de plateau ») et d’universitaires, de bibliothécaires, d’étudiants (« les curieux du théâtre »), etc. et de moi-même, médiatrice culturelle, salariée de l’association. C'est une place riche, car je suis celle qui suit les textes de leur arrivée dans le comité (trouvaille, recherche via traducteurs et autres), jusqu’à leur mise en lecture et la rencontre avec l’auteur, en passant par la discussion entre membres du comité, échanges avec l’auteur et le traducteur, valorisation auprès des différents public et médias…

2Linda Mclean a été enseignante et a longtemps vécu à l’étranger, aujourd’hui elle est présidente du Playwrights’Studio à Glasgow. Les pièces de Linda McLean m'ont particulièrement plu pour leur écriture résolument engagée et pour ces deux pièces, féministes. Et à l’heure où ce mot est quasiment devenu un gros mot et où le divertissement prend la place de l’intellect, la lecture des textes de Linda McLean donne du sens au théâtre qui, je crois, se doit de poser des questions (sans forcément apporter de réponses).

3Troisième bureau fait le choix de faire entendre au public des pièces qui donnent une vision du réel dans lequel nous sommes, qui fait entendre les réflexions de ces auteurs écossais, suédois, macédonien, québécois, russe, biélorusse, français… sur ce qu’est l’Europe aujourd’hui, et plus largement ce que nous envisageons du Monde.

4Tranche froide aborde la thématique des violences conjugales (cette pièce a d’ailleurs été écrite pour Amnesty International) de manière frontale, sans détours, sans fioritures, elle laisse un goût amer par sa violence et son grand réalisme. Molly et Ian ne se sont pas compris, un quiproquo on ne peut plus banal, une réponse trop vite donnée, mais ici, le banal est aussi la peur, la terreur même, les coups et le sang. Ian est très fort pour renverser la situation, comme le sont les manipulateurs, et Molly est très forte pour cacher la situation (à ses enfants) comme le sont les femmes battues.

  • 1 Linda McLean, Tranche froide, traduit de l'anglais (Ecosse) par Blandine Pélissier et Sarah Vermand (...)

IAN.– C’est quoi ça ?
Ce que tu fais ?
Le coup des yeux baissés ?
C’est quoi ce que tu fais là ?
MOLLY.– …
IAN.– Tu n’as aucune raison d’avoir peur de le dire
Il n’a jamais dit ça
IAN.– Allez
MOLLY.– J’attends
IAN.– … ?
MOLLY.– J’attends que tu me frappes
IAN.– Eh ben voilà
Je savais que tu pouvais le faire
Molly s’attend à moitié à prendre un coup
Pas de coup
Elle lève les yeux
IAN.– Ne refais jamais ça
Tu m’entends ?
Je suis sérieux
Ne refais jamais ça
MOLLY.– Je
D’accord
IAN.– Parce que
Tu sais quoi ?
Je n’aime pas qu’on me jauge
Tu aimes toi ?
Tu te sens bien
Là ?
MOLLY.– Non
IAN.– Non
Et puis
Tu ne m’as laissé aucune chance
Hein ?1

5C’est glaçant. On a à la fois envie de frapper Ian pour ce qu’il fait subir à sa femme et de secouer Molly parce ce qu’elle se laisse faire. Mais on le sait, ces situations sont bien plus complexes. Et la violence ne fait qu'engendrer la violence.

6Tranche froide est une pièce coup de poing, elle met en lumière une immense violence verbale et physique, qui se trouve ici, dans nos pays dit développés, à nos portes…

7Linda McLean décrit de façon simple des situations complexes tellement quotidiennes, avec Sex & God, elle nous engage dans l’univers de quatre femmes dans quatre époques différentes en simultané, nous y retrouvons une femme violentée mais ici, sa situation n’est pas exposée : elle se livre. Comme ces trois autres femmes se livrent, disent tout au spectateur ou à elles-mêmes. Quatre visions différentes de la féminité, du sexe, de l’enfantement liées à la condition de la femme à travers la temporalité de la narration. Une pièce écrite par une femme pour les femmes. Cette pièce complexe à la lecture silencieuse (les personnages ne communiquent pas entre eux, leurs monologues sont imbriqués) se révèle à la lecture à voix haute.

  • 2 Linda McLean, Sex & God, traduit de l'anglais (Ecosse) par Blandine Pélissier et Sarah Vermande. Av (...)

JANE.– On me l’a mis dans le ventre sans me demander mais je pouvais pas en parler
// je sais pas
FIONA.– // je sais pas [dit en même temps] si c’était une fille ou un garçon aucun moyen de le savoir et c’était trop tôt pour dire, ils ont dit mais ils ont jamais employé le mot bébé
Et tant mieux
Je l’ai pas laissé se former dans ma tête
Une seule solution
JANE.– l’abstinence
FIONA.– la contraception
SALLY.– le billard2

8Nous suivons en même temps et dans des espaces différents Jane et son angoisse grossissant avec son ventre, Sally et son désir d’émancipation, Lizzie et ses difficultés à être mère et Fiona et sa découverte des plaisirs sexuels. La lecture à voix haute donne à entendre toutes les nuances de ce texte, c’est aussi le travail du comité qui se reflète.

9Au sein du collectif, nous parlons souvent de théâtralité dans un texte : ce qui fait qu'un texte “appelle” le plateau et ne rendrait rien en lecture à voix haute. Sex & God est de ceux qui sont difficiles à lire dans son salon (les personnages ne dialoguent pas) mais en lecture à voix haute, ils sont distribués, c’est-à-dire que chaque personnages est interprété par un comédien. Alors la situation prend sens : il est donné une voix aux quatre femmes et leur place dans une temporalité différente se révèle plus clair à l’écoute qu’à la lecture silencieuse. Les comédiens connaissent leur partition et le public vient entendre la musique du texte.

Haut de page

Notes

1 Linda McLean, Tranche froide, traduit de l'anglais (Ecosse) par Blandine Pélissier et Sarah Vermande, p. 4.

2 Linda McLean, Sex & God, traduit de l'anglais (Ecosse) par Blandine Pélissier et Sarah Vermande. Avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Corbery, « On nous prend pour des dindons », Agôn [En ligne], Portraits, C'est quoi le problème ? - Regards croisés 2014, mis en ligne le 18 mai 2014, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/agon/3040

Haut de page

Auteur

Cécile Corbery

Cécile Corbery est médiatrice culturelle et membre du collectif Troisième Bureau

Haut de page

Droits d’auteur

Association Agôn et les auteurs des articles

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search