Navigation – Plan du site
Critiques Critiques

Qui a peur de Madame ?

Dramaturgie et politique dans Die Meiden de Katie Mitchell
Camille Khoury
Référence(s) :

Die Meiden – spectacle de Katie Mitchell, représenté le 20 novembre 2017 à la Stadsschouwburg Amsterdam

Texte intégral

1Montant Les Bonnes de Jean Genet, la metteuse en scène Katie Mitchell propose une mise en scène imposante dont le parti pris majeur est de faire ressortir la contemporanéité et la dimension politique. Issues de l’immigration polonaise, les bonnes répètent leur rituel macabre dans la chambre luxueuse d’un appartement de la jet set d’une grande capitale européenne, au service de Madame qui n’est plus une femme mais un travesti haut en couleur. C’est par cette lecture (lecture socio-économique des bonnes et Madame comme un personnage d’homme travesti), très fortement soulignée dans le programme de salle ainsi que dans ses choix scéniques, que Katie Mitchell entend marquer l’originalité et la modernité de sa mise en scène.

2L’actualisation de la pièce de 1947 à nos jours en faisant des domestiques parisiennes de Genet des immigrées polonaises travaillant à Amsterdam donne à voir sans ambiguïté l’internationalisation de l’exploitation des travailleurs dans un système libéral mondialisé qui s’infiltre jusque dans les maisons. Pour rendre lisible la situation socio-économique de ses personnages, Katie Mitchell prend le parti d’un hyperréalisme cinématographique : le luxe blanc, gris et taupe aux lignes épurées de la chambre de Madame, la teneur de son dressing qui ne semble contenir que de coûteuses tenues de soirées accentuent l’écart socio-économique entre elle et son personnel de maison. Claire et Solange, interprétées par Merieke Heebink et Chris Nietvelt, échangent alternativement en néerlandais et en polonais, partagées entre leur langue maternelle et la langue de l’exploitation. Le texte même de Jean Genet est largement adapté dans sa traduction pour rendre la langue plus fluide, plus proche de l’oralité. À la critique de l’internationalisation du travail s’adjoint une réflexion intersectionnelle sur la rencontre entre la classe et le genre. Mettre en avant l’extrême richesse de Madame permet de donner à voir une féminité de papier glacé, celle que l’on voit tant vantée dans les magazines de mode et sur les panneaux publicitaires. Madame entre en scène très maquillée, perchée sur des talons aiguilles et dans une robe courte impeccablement coupée. Ce choix de faire de Madame un personnage de travesti souligne un point de vue constructiviste sur le genre : Madame, interprétée par le comédien Thomas Cammaert, moule sur son propre corps un corps factice de femme grâce à un soutien-gorge et à un justaucorps rembourré. Pour devenir Madame – une sorte de double européenne de Kim Kardashian – il suffit à l’homme qui serait en dessous d’ajouter postiches de féminité, hanches, fesses, seins, cheveux, maquillage, robe et talons aiguilles. Se travestir ne revient pas à devenir une femme mais la Femme, Madame avec un grand M, incarnation de la représentation mainstream du féminin, c’est-à-dire un corps jeune, grand, séduisant élégant et, bien entendu, riche. Lorsque Claire devient Madame, elle ne se contente pas de prendre ses robes, elle prend aussi son corps artificiel, ses bonnets de soutien-gorge et ses prothèses textiles de fesses. Il ne suffit pas de naître femme pour être une femme, il faut chaque jour se déguiser en femme, mais pas n’importe laquelle, une femme dont l’image est construite par les classes supérieures blanches, que toutes les classes sociales se doivent d’imiter.

3Adhérer à cette interprétation du personnage de Madame – qui est d’ailleurs explicitée par Katie Mitchell dans le programme de salle, discours repris dans un certain nombre d’interview et largement diffusé autour du spectacle –, c’est faire de la figure du travesti un archétype, une incarnation masquée de l’Idée d’un patriarcat producteur d’une féminité normative. Or, même si le discours de Katie Mitchell oriente la lecture de Madame vers une interprétation symbolique du personnage, face à un spectacle dont le dispositif scénique, la langue et le jeu des personnages exhibe un naturalisme exacerbé, nous nous retrouvons en tant que spectateur à nous interroger sur l’identité assez énigmatique de Madame. Qui est Madame ? Est-ce une femme trans ? Un travesti ? Une fois rentré·e chez lui/elle, Madame quitte sa perruque, ses talons, ses fesses, ses seins : délesté·e de ses postiches de féminité qui entravaient jusque-là ses mouvements, Madame retrouve une liberté corporelle dans sa quasi nudité. Le corps de Madame qui apparaît sous ses atours féminins est bien celui d’un homme et non d’un corps trans, il porte un caleçon sous sa robe et les cheveux courts, coupés dans une ligne masculine. Tout jusque ses gestes et attitudes sont ceux d’un homme. Une fois à l’aise chez elle, Madame devient extrêmement violente envers les bonnes, exploitant sa carrure et sa taille pour imposer sa volonté par la force dans une attitude menaçante tout autant verbalement que physiquement, ce qui fait prendre tout son sens à la terreur des bonnes dans la première partie du spectacle. Étant ouvertement maltraitées et exploitées par leur employeuse, leurs fantasmes et projets d’assassinat deviennent une vengeance presque légitime après la violence subie, violence largement soulignée par la mise en scène par rapport au texte de Genet qui présente le personnage de Madame de manière beaucoup plus ambiguë.

4Au final, nous assistons lors du spectacle à l’expression d’une violence conduite par un travesti envers ses bonnes, comme si le travesti restait de toute façon un homme, patriarcal et violent, dont le travestissement quotidien ne bouleverse aucunement l’identité de genre et le pouvoir viril. Or, ce type de représentation qui laisse penser que peu importe le vêtement, un homme reste un homme, n’est non seulement guère réaliste mais sert d’argument à des discours transphobes dans la société. Porter des vêtements féminins est rarement un acte innocent et naïf, et va de pair avec un profond questionnement et une déconstruction de sa masculinité très éloignés de la représentation qu’en propose Katie Mitchell. Ces choix sont d’ailleurs sanctionnés dans l’espace public où les femmes trans et les hommes qui se travestissent ou portent des vêtements féminins font l’objet d’agressions récurrentes (comme le fut le cas à Paris dans le 12e arrondissement en avril 2018 par une « brigade anti-trav »), et sont constamment dévisagés ou insultés. De même, transformé en argument par le féminisme matérialiste, cette représentation du travesti justifie les discriminations envers les femmes trans, que l’on refuse dans des refuges pour femmes, ou qui sont parfois rejetées des groupes de parole en non-mixité, sous-prétexte qu’une femme trans ne serait pas une vraie femme.

5Si le personnage de Madame sert, ici, de support à un discours intéressant sur l’articulation entre le genre, le patriarcat et le néolibéralisme en tant que personnage archétypal, il reconduit en tant que personnage naturaliste un certain nombre de clichés sur les personnes travesties et trans. Ces représentations, qui font de ces dernières des oppresseurs comme n’importe quel représentant du patriarcat sont encore trop courantes, et justifient encore de trop nombreuses discriminations. Malgré une tentative pour penser de manière subtile l’articulation entre l’exploitation néolibérale et le contexte social de production des stéréotypes de genre, la violence transphobe qui transparait de cette mise en scène reste le point aveugle et inconscient du travail de la metteuse en scène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Khoury, « Qui a peur de Madame ? », Agôn [En ligne], Critiques, mis en ligne le 22 novembre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/agon/4378

Haut de page

Auteur

Camille Khoury

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association Agôn et les auteurs des articles

Haut de page
  • OpenEdition Journals