Navigation – Plan du site

AccueilDossiersHS 3Manifeste de la Coopérative d’écr...

Manifeste de la Coopérative d’écriture

La Coopérative d’écriture

Résumé

La Coopérative d’écriture réunit depuis 2005 treize autrices et auteurs de théâtre animés par un même projet d’expérimentation de dispositifs d’écriture collective : Marion Aubert, Mathieu Bertholet, Enzo Cormann, Natacha de Pontcharra, Rémi De Vos, Nathalie Fillion, Samuel Gallet, David Lescot, Fabrice Melquiot, Yves Nilly, Eddy Pallaro, Christophe Pellet et Paulines Sales. Ce manifeste donne les règles du jeu – au conditionnel - de cette expérience collective.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manifeste publié avec l’aimable autorisation des membres de la Coopérative d’écriture.

Texte intégral

1Nous deviendrions un moi pluriel, ennemi d’un monde unidimensionnel ; un moi-mouvement, ennemi d’un monde sage comme une image ; un moi complexe, ennemi d’un monde plus simple qu’il n’y paraît. Nous serions au monde pour en contester la donne. Nous dirions pour commencer notre œuvre : notre état d’esprit est le même qu’un malfaiteur qui commet son forfait. Nous donnerions des rendez-vous clandestins à la forge du plaisir. Nous n’aurions rien contre partager un bon éclat de rire. Nous prendrions parfois des pseudonymes, par jeu. Nous défendrions la production collective d’utopies réalistes. Nous mépriserions le seul souci de soi. Nous rappellerions à chacune de nos apparitions que faire théâtre, c’est faire rhizome ; faire mouvement, c’est faire ensemble. Nous transformerions nos langues en langues étrangères ; qu’elles nous reviennent comme des boomerangs. Nous poserions des questions du genre : que sont les autres pour moi ? Comment dois-je les désirer ? Comment dois-je me prêter à leur désir ? Comment faut-il se tenir parmi eux ? Faut-il sourire en parlant ? Faut-il se taire ? Est-ce que je suis là ? Nous tenterions d’y répondre après concertation, après conversation. Nous allumerions des foyers de pensée, de joie, de joie de penser ; nous encouragerions des élans incontrôlés entre des hommes, des femmes, qui ne les avaient pas prévus. Puis nos intentions changeraient, notre ton se ferait grave et nous provoquerions des dépressions aigues chez des hommes, des femmes, qu’on soignerait ensuite par imposition des mains ou déclamation de vers maison. Nous serions aimés, jalousés, détestés, à juste titre, ou pour de mauvaises raisons. Nous jurerions sur nos treize têtes de ne pas nous jalouser les uns les autres. Nous parlerions d’écriture entre nous ; vraiment, sans chichi. Nous ne serions pas un club fermé. Nous serions toujours surprenants. Nous serions volontiers internationaux. Nous en aurions l’envergure. Nous écririons par honnêteté plus que par prudence une sorte de manifeste au conditionnel.

La Coop

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

La Coopérative d’écriture, « Manifeste de la Coopérative d’écriture »Agôn [En ligne], HS 3 | 2022, mis en ligne le 27 mai 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/agon/9278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/agon.9278

Haut de page

Droits d’auteur

Association Agôn et les auteurs des articles

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search