Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesCritiquesSaison 2022-2023Peur sur le fil

Saison 2022-2023

Peur sur le fil

A.N.G.S.T., écriture, mise en scène et interprétation de Lucas Bergandi et Clément Dazin, création le 23 mars 2023 à Dieppe Scène Nationale
Sylvain Diaz

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1On croit que le fil est tendu – mais non. On croit que le funambule est tendu – mais non. Véhiculée par le son, les lumières, la tension n’est pas sur scène : elle est dans la salle, elle anime le grand corps mou de la salle soudain saisi, le souffle coupé quand le funambule – 1, 2, 3 – prend son élan et fait, impeccable, son salto arrière sur son fil.

2Pas le temps d’applaudir : à ses côtés, au sol, Clément Dazin, qui voulait absolument que son ami Lucas Bergandi mette un tapis à ses pieds avant de faire sa figure, est désormais intarissable. Tandis que l’un enchaîne les saltos, l’autre enfile les mots, les mots, les mots qui masquent en même temps qu’ils révèlent la peur. Et pas n’importe quelle peur : celle de la chute.

Clément Dazin et Lucas Bergandi

3On peut bien s’en amuser au détour d’une mauvaise blague mais la chute, dont Genet disait qu’elle déterminait la « dramaturgie » même du cirque, a ses raisons que la raison ignore. Elle ne répond qu’à une seule loi : celle de la gravité qui bascule les corps, celui du funambule qui dévisse depuis son fil comme celui de la balle qui échappe au jongleur. Dans les deux cas, un même mouvement : celui du sol qui approche. Livré aux éléments, l’objet ne fera rien pour empêcher le contact ; livré à lui-même, le sujet tâchera, lui, de se rattraper : en voix off, Lucas raconte longuement ce que la chute fait à son corps, décrit techniquement l’emballement physique qu’elle induit et qu’il faut, dit-il, « casser » en s’arrimant au fil, seul partenaire du funambule.

4On peine à le croire, et puis, il y a cette scène où, se posant latéralement, il nous fait face et explique pourquoi il est sur ce fil, pourquoi il a besoin d’être sur ce fil. Sa nécessité ? Ni l’adrénaline, ni le dépassement, plutôt – ce n’est pas dit comme ça mais l’hilarité est là pour le suggérer – la joie. De ce corps, on aurait envie de vanter la souplesse (le grand écart sur un fil n’est, de fait, pas à la portée de tout le monde) ; de ce corps, on aurait envie de vanter la grâce (il faut le voir danser sur ce fil, enchaînant pirouettes et pas chassés) mais on aurait tort. Ce corps n’est ni souple, ni gracieux : il est joyeux ; c’est la gaieté qui le fait tenir sur ce fil, riant aux éclats au-dessus du vide.

5On a connu plus incommensurable : à peine deux mètres au-dessus du sol. Nul danger, assure Lucas à Clément qu’il essaye d’entraîner avec lui sur son fil, juste un petit risque. Celui de se casser quelques côtes, de se briser quelques vertèbres, de se défoncer le crâne et de rester knock-out avant de remonter de là où l’on est tombé. Remonter, toujours remonter tant que l’on n’a pas choisi de descendre ; ne pas laisser, ne surtout pas laisser un autre décider pour soi, qu’il s’agisse d’un médecin ou de la mort.

6Car, inévitablement, elle est bien là qui rôde avec l’évocation de la chute fatale de ce funambule qui aurait pu conduire Lucas à tout arrêter ou avec celle de la mort de son père au sortir du COVID qui aurait pu contraindre Clément au silence. Au lieu de ça, s’abandonnant au soubresaut du fil, il entonne Perfect day de Lou Reed repris par la salle qui, d’un coup, a retrouvé son souffle, et même s’époumone : jamais le spectacle ne déconstruit la peur ; au contraire, il l’entretient, amenant à accepter l’effroi pour ce qu’il est, non cette émotion tragique qui dévaste tout mais cet instinct vital qui fait tenir debout en toute circonstance – ou presque.

7A.N.G.S.T. n’en est que plus bouleversant. 

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Dan Ramaën
URL http://journals.openedition.org/agon/docannexe/image/9674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Diaz, « Peur sur le fil »Agôn [En ligne], Critiques, mis en ligne le 31 mars 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/agon/9674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/agon.9674

Haut de page

Auteur

Sylvain Diaz

Sylvain Diaz est maître de conférences en études théâtrales à l’Université de Strasbourg, chercheur à l’UR3402 ACCRA. Il est, entre autres, l’auteur de Dramaturgies de la crise (XXe-XXIe) (Classiques Garnier, 2017). Depuis sa création en 2007, il est membre du comité de rédaction de la revue Agôn pour laquelle il a co-dirigé plusieurs numéros (notamment le H.-S. n° 3 « Un moi pluriel » – Écritures théâtrales du collectif, 2022).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search