Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Place et enjeux du traité Sur les éléments selon Hippocrate dans l’œuvre de Galien

Place and Stakes of the Treatise On the Elements According to Hippocrates in the Work of Galen
Ruolo e sfide del trattato De elementis ex Hippocrate nell’opera di Galeno
Véronique Boudon-Millot

Résumés

Est d’abord examinée la place du traité Sur les éléments selon Hippocrate au sein du corpus galénique en général, puis par rapport aux commentaires à Hippocrate rédigés par Galien, ainsi que la place originale occupée par le traité par rapport au Commentaire à la Nature de l’homme. La dimension polémique du Sur les éléments, consacré à l’une des questions les plus débattues par les philosophes et les médecins de l’époque romaine, est ensuite mise en évidence. Le débat avec Asclépiade, en particulier, revêt un enjeu de taille puisqu’il s’agit, ni plus ni moins, que d’expliquer la formation et l’organisation des êtres et du monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les principales éditions et traductions disponibles du De elementis secundum Hippocratem sont celle (...)

1Avant d’aborder le but et les enjeux du traité de Galien intitulé Sur les éléments selon Hippocrate (en grec Περὶ τῶν καθ᾽ Ἱπποκράτην στοιχείων et en latin De elementis secundum Hippocratem), je voudrais attirer l’attention sur la place originale occupée par ce traité à l’intérieur du vaste corpus galénique (plus de 20 000 pages dans l’édition de référence, celle de C. G. Kühn parue à Leipzig entre 1821 et 1833)1. Il paraît en effet indispensable, pour bien comprendre le projet de Galien, de commencer par s’arrêter sur la place exacte occupée par le Sur les éléments selon Hippocrate au sein du corpus, mais également parmi les nombreux commentaires hippocratiques dont le médecin de Pergame est l’auteur et qu’il partage en deux groupes, deux catégories distinctes, selon qu’il les a rédigés à titre d’entraînement et pour son usage personnel ou à la demande d’élèves et d’amis pour la publication. Examinons donc d’abord ce que nous dit Galien du Sur les éléments selon Hippocrate dans ses deux traités biobibliographiques, le Sur l’ordre de ses propres livres et le Sur ses propres livres, deux opuscules rédigés par le médecin de Pergame à la fin de sa vie et où il nous renseigne très précisément sur la date, le contenu et le but poursuivi dans chacun de ses traités.

Place du traité Sur les éléments dans le corpus galénique

2Le premier de ces traités biobibliographiques, Sur l’ordre de ses propres livres, comme son titre l’indique, propose au lecteur un ordre de lecture adapté à la formation du futur médecin. Galien, sans surprise, recommande à celui qui est désireux de mener à bien des études de médecine de commencer par les traités sur les débutants (τοῖς εἰσαγομένοις), de poursuivre avec les traités anatomiques, puis d’enchaîner avec l’étude des fonctions naturelles, avant de passer à celle des médicaments. Or c’est précisément là, après la lecture des ouvrages de physiologie et avant celle de ceux consacrés à la thérapeutique, que doit intervenir la lecture du Sur les éléments selon Hippocrate. Le passage consacré à la description du traité dans le Sur l’ordre de ses propres livres est malheureusement lacunaire au début, mais voici ce qu’en dit Galien quand le texte grec reprend :

  • 2 Ces deux traités, Sur la démonstration (en quinze livres) et Sur les doctrines d’Asclépiade (en hui (...)
  • 3 C’est-à‑dire dans le Sur la faculté des médicaments purgatifs (éd. Kühn, XI, 323-342).
  • 4 Galien, Sur l’ordre de ses propres livres, II, 8‑10 (éd. Kühn, XIX, 55 ; éd. V. Boudon-Millot, Pari (...)

Quant aux données relatives à la démonstration <de l’existence> des éléments, elles ne sont pas toutes exposées dans ce livre (sc. dans le Sur les éléments), mais seulement dans la mesure où Hippocrate lui-même y a eu recours. Pour le point le plus complet sur la science des éléments du corps, il convient de dire ce qui a été dit dans le treizième livre Sur la démonstration ainsi que ce qui se trouve dans le cinquième et le sixième livre du Sur les doctrines d’Asclépiade2. Mais on trouve aussi des informations sur la faculté des médicaments purgatifs dans le Sur les éléments selon Hippocrate bien qu’un exposé particulier leur ait été consacré dans un autre livre3. Fait suite au Sur les éléments selon Hippocrate les trois livres du Sur les tempéraments et à ceux-ci Sur la faculté des médicaments simples, et à celui-là encore Sur la composition des médicaments4.

3D’après ce témoignage de Galien, le Sur les éléments, loin de contenir toute la science du médecin de Pergame sur les éléments et en particulier toutes les données relatives à la démonstration de leur existence, ne traite donc que des preuves ou arguments apportés par Hippocrate à l’appui de la démonstration de l’existence des éléments. Dans l’esprit de Galien, la lecture du Sur les éléments doit donc être complétée et prolongée par la lecture de deux autres traités cités dans ce contexte, Sur la démonstration et Sur les doctrines d’Asclépiade. Cependant, ces deux traités, à l’exception de quelques fragments, étant perdus en grec comme également en arabe et en latin, le Sur les éléments selon Hippocrate reste le seul exposé galénique dont nous disposions sur la question de l’existence des éléments, mais aussi le seul témoin du débat qui divisait les médecins à l’époque romaine sur la nature exacte des éléments. Or il s’agit là d’un débat véritablement fondamental pour la médecine antique, puisque de la réponse apportée dépend à son tour la possibilité d’une thérapeutique, et en particulier la possibilité de l’utilisation de médicaments purgatifs, à propos desquels, dans ce contexte, Galien doit combattre l’opinion opposée du médecin Asclépiade. Il convient donc de souligner combien l’enseignement de Galien dans le Sur les éléments est transmis à travers un double prisme, celui de la figure tutélaire d’un Hippocrate idéalisé, et d’une polémique portant sur un fondement essentiel de la science médicale qui sert régulièrement de toile de fond à l’affrontement des différentes écoles rivales. Toute lecture doit tenir compte de ce double enjeu.

  • 5 Sur la découverte de ce nouveau manuscrit de Galien, le Thessalonicensis Vlatadon 14 du xve s. qui (...)

4Le second des traités biobibliographiques rédigés par Galien, intitulé Sur ses propres livres, propose de substituer à l’ordre de lecture indiqué dans le premier traité, qui est un ordre didactique puisque destiné à des médecins débutants, un ordre plus thématique et plus méthodologique. À l’intérieur de ce second traité, Galien commence par affirmer la primauté de l’anatomie (chap. IV), puis passe aux traités consacrés à l’étude des fonctions et de l’utilité des parties (chap. V consacré à la physiologie), avant de passer à la thérapeutique (chap. VII), précédée d’une sorte de chapitre introductif (chap. VI). Et c’est précisément là, à l’intérieur de ce chapitre VI conservé dans un unique manuscrit de Thessalonique5 et consacré aux « Lectures nécessaires avant de juger de la méthode thérapeutique », qu’il est à nouveau question du Sur les éléments selon Hippocrate :

  • 6 Galien, Sur ses propres livres, VI, 1‑3 (éd. Kühn, XIX, 30 ; éd. V. Boudon-Millot, CUF, 2007, p. 15 (...)

Appartient en premier lieu à ce domaine de la science le Sur les éléments selon Hippocrate où il est démontré que le chaud, le froid, l’humide et le sec constituent les éléments communs (κοινὰ στοιχεῖα) issus des corps soumis à la génération et à la corruption. Et si on les nomme d’après leur substance (κατὰ δὲ τὰς οὐσίας), ce sont la terre, le feu, l’air et l’eau, tandis que les corps humains sont formés des éléments (τὰ στοιχεῖα) <que sont> le sang, le phlegme et les deux biles, de même également que les corps de tous les êtres faits de sang. Au Sur les éléments selon Hippocrate font suite les trois livres Sur les tempéraments, le troisième livre sur les tempéraments portant sur les tempéraments des médicaments, aussi est-il nécessaire de les aborder conjointement avec les livres Sur la faculté des médicaments simples, au nombre de onze6.

  • 7 Cf. supra.

5Cette fois, le Sur les éléments n’est plus exactement présenté par son auteur comme le recueil « des preuves ou arguments apportés par Hippocrate à l’appui de la démonstration de l’existence des éléments », mais comme le livre primordial en matière de « méthode thérapeutique », et comme celui qui « appartient en premier lieu à ce domaine de la science7 ». De plus, du fait de son appartenance à ce sixième chapitre, le Sur les éléments, dans le système médical de Galien, occupe une place véritablement charnière entre les prolégomènes (l’anatomie et la physiologie) et la thérapeutique, qui est le but ultime et la raison d’être de la médecine. De fait, si le Sur les éléments occupe une place à ce point fondamentale à l’intérieur du corpus galénique, c’est parce que Galien y traite d’une question absolument cruciale du point de vue de la méthode, celle de la nature et du statut des éléments à la base de la formation de toute chose, de l’univers comme des êtres vivants. De fait, on ne pourra pas comprendre la méthode de Galien sans connaître la nature des éléments et sans avoir lu le Sur les éléments qui traite d’un point de doctrine fondamental puisqu’il touche à la fois à la formation et à l’organisation des êtres et du monde. Galien lui-même ne dit pas autre chose quand, dans la Méthode thérapeutique, après avoir rappelé que le traitement doit être établi à la fois en fonction du tempérament du patient et de la faculté des médicaments, il déclare :

  • 8 Galien, Méthode thérapeutique, III, 3 (éd. Kühn, X, 185-186 ; éd. I. Johnston et G. H. R. Horsley, (...)

Ces deux points font partie de mon exposé sur les éléments car, dans ma méthode, si l’on n’a pas admis que les quatre qualités sont les causes de la génération et de la corruption, il est impossible d’envisager pour la méthode un commencement, une progression, un aboutissement. L’indication des rapports mutuellement actifs et passifs de ces qualités fait partie de la réflexion théorique sur les éléments8.

6Voilà donc pour la place centrale du Sur les éléments au sein du corpus galénique et pour son rôle majeur dans la compréhension de la méthode médicale. Abordons à présent la nature et la place exacte du traité par rapport aux commentaires hippocratiques.

Date et nature exégétique du traité Sur les éléments

  • 9 Voir Galien, Sur ses propres livres, X‑XIII (éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 162-163) et en particuli (...)

7Le Sur les éléments selon Hippocrate appartient à la série des ouvrages où Galien traite d’une question « en accord » ou « selon la pensée d’un auteur » (en grec κατὰ + accusatif). De ce point de vue, le cas du Sur les éléments est loin d’être isolé à l’intérieur du corpus, puisque Galien avait aussi composé des ouvrages Sur la médecine selon Homère (Περὶ τῆς καθ᾿ Ὅμηρον ἰατρικῆς), Sur la substance de l’âme selon Asclépiade (Περὶ οὐσίας τῆς ψυχῆς κατὰ Ἀσκληπιάδην), Sur la théorie logique selon Platon (Περὶ τῆς κατὰ Πλάτωνα λογικῆς θεωρίας), Sur la théorie logique selon Chrysippe (Περὶ τῆς κατὰ Χρύσιππον λογικῆς θεωρίας), Sur le bonheur et la vie heureuse selon Épicure (Περὶ τῆς κατ᾿ Ἐπίκουρον εὐδαίμονος καὶ μακαρίου βίου), et encore Sur le plaisir excitant selon Épicure (Περὶ τῆς κατ᾿ Ἐπίκουρον ἁλμυρᾶς ἡδονῆς), pour ne citer que ces exemples. Tous ces traités sont malheureusement perdus. On remarquera que l’intitulé κατὰ + nom d’auteur semble en général impliquer que Galien s’abstient de critiquer les théories de l’auteur qu’il cite pour s’en faire un allié. D’autres intitulés, avec notamment le nom de l’auteur exprimé au génitif, semblent au contraire indiquer que Galien prend davantage ses distances avec les théories en question. C’est le cas, assez vraisemblablement, des ouvrages qu’il avait rédigés, par exemple, sur les livres de Théodas (Τῆς Θεοδᾶ εἰσαγωγῆς ὑπομνήματα πέντε), de Ménodote (Περὶ τῶν Μηνοδότου Σεβήρῳ ἕνδεκα), de Sérapion (Περὶ τῶν Σεραπίωνος πρὸς τὰς αἱρέσεις δύο) et d’Héraclide (Σύνοψις τῶν Ἡρακλείδου), et avec certitude de ceux consacrés à Julianos et Érasistrate qu’il critique souvent vigoureusement9.

  • 10 Sur l’Hippocrate de Galien, voir V. Boudon-Millot, « Galen’s Hippocrates », dans Cambridge Companio (...)

8Dans le cas du Sur les éléments, rien de tel évidemment. Le témoignage d’Hippocrate est convoqué comme argument d’autorité à l’appui des propres thèses de Galien, avec cependant, on s’en doute, ce qu’il convient d’infléchissement et de déformation pour que l’entreprise réussisse pleinement. L’Hippocrate de Galien, cela est bien connu, n’est pas l’Hippocrate historique10.

9Si à présent on regarde quelle est la place exacte occupée par le Sur les éléments parmi les nombreux ouvrages que Galien a consacrés à Hippocrate, et en particulier les traités « selon Hippocrate » (καθ᾿ Ἱπποκράτην), on constate qu’il côtoie des traités comme le Sur les jours critiques selon l’opinion d’Hippocrate (Περὶ κρισίμων ἡμερῶν κατὰ τὴν Ἱπποκράτους γνώμην) et le Sur le régime dans les maladies aiguës selon Hippocrate (Περὶ τῆς καθ᾿ Ἱπποκράτην διαίτης ἐπὶ τῶν ὀξέων νοσημάτων). Mais ces deux traités, à la différence du Sur les éléments, sont cités par Galien dans le Sur ses propres livres à l’intérieur du chapitre IX consacré aux Commentaires hippocratiques (Περὶ τῶν Ἱπποκρατείων ὑπομνημάτων), dont il distingue par ailleurs deux sortes : les commentaires (ὑπομνήματα) qu’il a écrits pour lui-même, à titre d’exercice personnel et sans intention de les publier, et ceux destinés à une plus large diffusion. Voici la distinction qu’il fait à ce sujet dans le Sur ses propres livres :

  • 11 Galien, Sur ses propres livres, IX, 1‑2 (éd. Kühn, XIX, 33‑34 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 159).

Je n’avais pas envisagé que le grand public vînt à posséder aucun écrit dont j’avais fait don à des amis, et en particulier aucun de mes écrits exégétiques sur les traités hippocratiques. Car au départ, c’est à titre d’entraînement personnel que j’ai écrit des commentaires à ces traités, tout comme je l’ai fait pour chacune des parties de l’étude de la médecine dans son ensemble, établissant pour moi-même ce qui permet d’embrasser tous les développements d’Hippocrate sur l’art médical offrant un enseignement à la fois clair et pleinement élaboré. C’est en effet à usage privé que j’ai écrit Sur les jours critiques selon l’opinion d’Hippocrate ; c’est à usage privé que j’ai écrit Sur les crises ; c’est à usage privé que j’ai écrit Sur la dyspnée et sur chacun des autres sujets ; et toute la Méthode thérapeutique, c’est à ce même titre que je l’ai rédigée en quatorze livres, ainsi, en plus, que tous mes ouvrages thérapeutiques qui sont selon son opinion (κατὰ τὴν ἐκείνου γνώμην)11.

10Ce qui va distinguer cette première série de commentaires de la seconde, c’est l’absence de critiques à l’encontre de ceux avec lesquels Galien n’est pas d’accord dans son interprétation d’Hippocrate :

  • 12 Galien, Sur ses propres livres, IX, 3‑4 (éd. Kühn, XIX, 34 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 159‑160)

Mais alors que j’avais une connaissance qui n’était pas mauvaise des explications portant sur chacun des mots d’Hippocrate déjà rédigées par nombre de mes prédécesseurs, quand quelque chose ne me semblait pas avoir été bien dit, j’estimais superflu de le critiquer. J’ai fait montre de cette attitude tout au long des commentaires que j’ai dans un premier temps offerts à ceux qui m’en avaient fait la demande, n’y notifiant que rarement une remarque dirigée contre les auteurs de ces explications12.

11Et Galien va donner une explication matérielle de cet état de fait : au début de sa carrière, lors de son premier séjour à Rome, il n’avait pas à sa disposition sa bibliothèque restée en Asie, dans sa ville natale, Pergame :

  • 13 Galien, Sur ses propres livres, IX, 5‑6 (éd. Kühn, XIX, 34-35 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 160).

De fait, au début, je ne disposais pas non plus à Rome de leurs commentaires, tous les livres que je possédais étant restés en Asie. Aussi quand, à un endroit, je me souvenais que l’un d’entre eux avait dit quelque chose de parfaitement erroné, susceptible de grandement nuire dans la pratique de l’art à ceux qui y accorderaient du crédit, l’ai‑je signalé ; mais tout le reste je l’ai exposé selon mon opinion personnelle (κατὰ τὴν ἐμαυτοῦ γνώμην), sans mentionner ceux qui en donnaient une explication différente. Et c’est ainsi que furent rédigés les commentaires aux Aphorismes, celui aux Fractures et aux Articulations, ainsi qu’au Pronostic, au Régime des maladies aiguës, aux Plaies, aux Blessures de tête et au premier livre des Épidémies13.

12Mais à l’issue de cette première période, Galien mentionne un incident qui va l’inciter à changer de méthode :

  • 14 Galien, Sur ses propres livres, IX, 7‑8 (éd. Kühn, XIX, 35 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 160).

Mais après cela, comme j’avais entendu quelqu’un faire l’éloge d’une explication erronée d’un aphorisme, tous les commentaires dont j’ai fait don à des gens par la suite, c’est en ayant en vue une édition publique et non la possession privée de ces seuls destinataires, que je les ai composés. Tel est le cas pour les commentaires que j’ai rédigés aux deuxième, troisième et sixième livres des Épidémies auxquels il faut ajouter le commentaire aux Humeurs, à l’Aliment, au Prorrhétique, à la Nature de l’homme, à l’Officine du médecin, comme aussi au traité des Lieux, airs, eaux qu’il faut intituler selon moi Sur les habitations, les eaux, les saisons et les pays14.

13Et après avoir détaillé le nombre de livres que comptait chacun de ces commentaires, Galien ajoute :

  • 15 Ce traité en un livre, à distinguer du commentaire au Régime dans les maladies aiguës, est conservé (...)
  • 16 Galien, Sur ses propres livres, IX, 12‑14 (éd. Kühn, XIX, 36‑37 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 161 (...)

J’ai rédigé […] à la Nature de l’homme un commentaire en deux livres. Alors que je les avais déjà achevés, j’ai entendu dire que certains critiquaient ce livre comme non authentique ; j’en ai donc rédigé trois intitulés Sur le fait qu’Hippocrate apparaît dans d’autres écrits partager la même opinion que celle exprimée dans le “Sur la nature de l’homme”. Concernent également Hippocrate les traités suivants : Sur le régime selon Hippocrate dans les maladies aiguës15, ainsi que l’Explication des termes en usage chez lui, le Contre Lycos au sujet de l’aphorisme dont le début est « Les êtres qui croissent ont le plus de chaleur innée », de même que le Contre Julianos, le méthodique, pour la défense de ce qu’il a reproché aux Aphorismes hippocratiques. Concerne également Hippocrate un autre petit livre dans lequel je montre que l’excellent médecin en tous points est aussi philosophe, livre également intitulé de façon plus concise ainsi : « De Galien, Hippocrate »16.

14Parmi les traités qui concernent Hippocrate (Ἱπποκράτει δὲ προσήκει), Galien distingue donc les commentaires proprement dits (ὑπομνήματα), les uns rédigés pour lui-même (et exempts de critiques superflues à l’égard de ses prédécesseurs) et les autres destinés à la publication. Mais la réception que connurent ces derniers conduisirent apparemment Galien à revoir sa position et à infléchir son mode d’écriture. En effet, certains de ces commentaires, comme celui à la Nature de l’homme, furent la cible de critiques auxquelles Galien entreprit de répondre par la rédaction de trois nouveaux livres qui devaient faire la part belle à la polémique avec ses adversaires, puisqu’à ses deux livres de commentaire sur la Nature de l’homme Galien a dû en ajouter trois autres pour combattre ceux qui ne croyaient pas à l’authenticité du traité hippocratique.

  • 17 Et non, comme on aurait pu s’y attendre, lors du premier séjour de Galien à Rome, quand il était pr (...)
  • 18 Voir l’édition de M. Lyons, CMG. Suppl. Or. 2, 1969, p. 12‑21 (et en particulier p. 15 sur l’authen (...)

15Qu’en est-il des traités « selon Hippocrate » (καθ᾿ Ἱπποκράτην) et comment se situent-ils par rapport aux commentaires (ὑπομνήματα) proprement dits ? Leur statut est semble-t‑il ambigu, car s’il ne fait pas de doute qu’ils appartiennent au genre du commentaire (Galien, on l’a vu, cite certains d’entre eux à l’intérieur du chapitre IX du Sur ses propres livres consacré aux commentaires hippocratiques), l’un, Sur les jours critiques selon l’opinion d’Hippocrate, appartient à la première série de traités rédigés par Galien à usage privé (ἰδίᾳ), vraisemblablement au début de son second séjour romain17, tandis que l’autre, Sur le régime dans les maladies aiguës selon Hippocrate (selon le titre arabe de ce traité perdu en grec18), appartient à la seconde série rédigée dans un contexte nettement plus polémique.

  • 19 Voir J. Ilberg, « Über die Schriftstellerei des Klaudios Galenos », art. cit. n. 17, 1892, p. 504-5 (...)
  • 20 Galien, Commentaire à la Nature de l’homme, éd. J. Mewaldt, Leipzig, Teubner, CMG V, 9, 1, 1914, p. (...)

16Qu’en est-il à présent du Sur les éléments selon Hippocrate que Galien ne mentionne pas à l’intérieur de ce chapitre IX du Sur ses propres livres consacré aux commentaires, vraisemblablement parce qu’il en a déjà parlé plus haut (chap. VI) ? J. Ilberg situe la rédaction du traité au tout début du second séjour de Galien à Rome, en 169 ou immédiatement après. Même s’il est sans doute difficile d’être aussi précis, il existe cependant un relatif consensus autour de cette date19. Comme Galien s’en explique au début du Commentaire à la Nature de l’homme, il avait d’abord rédigé le Sur les éléments pour un de ses amis qui devait quitter Rome et il n’avait donc pas jugé utile d’expliciter ce qu’il considérait comme connu par son dédicataire. Mais le livre, il ne sait comment, tomba entre les mains de plusieurs autres personnes, sans cependant qu’il jugeât bon d’ajouter ce qui manquait à la compréhension du plus grand nombre. Aussi le livre fut-il loué par les gens cultivés et critiqué par ceux qui ne l’étaient pas20.

  • 21 Galien, De elementis secundum Hippocratem, éd. Ph. De Lacy, CMG V, 1, 2, p. 50.

17Car, en réalité, par bien des aspects, le Sur les éléments est un commentaire au traité hippocratique De la Nature de l’homme, comme l’illustre la longue liste donnée par Ph. De Lacy dans son édition des passages de ce traité cités dans le Sur les éléments21. Mais alors que le traité intitulé Commentaire à la Nature de l’homme s’attache à commenter de façon continue tous les mots d’Hippocrate (les lemmes), le Sur les éléments privilégie la dimension polémique en brandissant haut et fort la figure du médecin de Cos pour mieux combattre les différentes interprétations et les conceptions de la nature et des éléments défendues par les diverses écoles médicales et philosophiques.

18La question de la nature et du rôle des éléments constitue en effet la pierre de touche du débat philosophico-médical ou plutôt médico-philosophique véritablement crucial qui divise les écoles médicales à l’époque romaine et qui vise à rien moins qu’à expliquer la formation et l’organisation des êtres et du monde. Et pour imposer ses vues, assurer sa suprématie et s’imposer face à ses adversaires à l’intérieur de ce débat, sinon vieux comme le monde, du moins aussi vieux que la philosophie elle-même, Galien, dans le Sur les éléments, a choisi de s’avancer entouré de ses meilleurs alliés, Platon et Aristote pour les philosophes, Hippocrate pour les médecins.

Les enjeux du débat médico-philosophique sur la nature et le rôle des éléments

19Le débat sur la nature et le rôle des éléments dans la formation des corps n’est pas seulement central pour la philosophie, il conditionne également – il y a déjà été fait allusion – la possibilité de toute médecine, et en particulier de toute thérapeutique, c’est-à‑dire l’existence même de tout art médical. De fait, de la réponse apportée à la question du nombre des éléments (un ou multiple), pour commencer par là, découle une conception des corps qui, selon que ceux-ci sont à leur tour uns ou multiples, seront inaccessibles au changement ou au contraire soumis à la génération et à la corruption. Comme l’affirme en effet Galien dans le Sur les éléments :

  • 22 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 2, éd. Ph. De Lacy, p. 62, l. 22‑25.

Si nous étions composés d’atomes de quelque sorte que ce soit ou de toute autre nature semblable qui est d’une seule sorte, nous n’éprouverions pas de douleur, or nous en éprouvons, il est donc clair que nous ne sommes pas faits d’une quelconque substance simple et d’une seule sorte22.

20Ou comme le dit encore Hippocrate lui-même dans la Nature de l’homme, dans une formule plusieurs fois citée par Galien, non seulement dans le Sur les éléments mais aussi ailleurs dans le corpus galénique :

  • 23 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 2, éd. Ph. De Lacy, p. 68, l. 22‑23.

Car il n’y aurait rien dont puisse souffrir ce qui est un23.

Or ce point de doctrine fondamental, à savoir que les éléments sont à la fois multiples et sensibles, point auquel est subordonnée la possibilité même de la génération et de la corruption (γένεσις καὶ φθορά) et qui recueille l’accord de tous les grands philosophes, Platon comme Aristote, a pour la première fois été formulé par Hippocrate. La figure d’Hippocrate, premier inventeur (πρῶτος εὑρετής), est en effet plusieurs fois soulignée par Galien, dans le Sur les éléments et ailleurs. De fait, le médecin de Pergame voit en son illustre devancier celui qui :

  • 24 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 5, éd. Ph. De Lacy, p. 100, l. 20‑24.

non seulement a ouvert la voie pour affirmer dans son livre Sur la nature de l’homme que ces éléments sont ceux à la base de tous les êtres dans le cosmos, mais il a aussi été le premier à définir les qualités que possèdent <ces éléments> et grâce auxquelles ils agissent et pâtissent naturellement les uns par rapport aux autres24.

21Et plus loin, Galien enfonce encore le clou en déclarant que :

  • 25 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 134, l. 13‑15.

Hippocrate est considéré comme celui qui le premier de tous a découvert les éléments de la nature des êtres et qui le premier en a donné une définition appropriée25.

22De fait, ne pas admettre avec Hippocrate que tous les êtres sont formés de quatre éléments (air, terre, eau et feu) possédant les quatre qualités (chaud, froid, sec et humide) et affirmer au contraire, avec Démocrite et Épicure, que tout être est un et formé d’atomes immuables et existant de toute éternité, c’est nier la possibilité de toute maladie et de toute médecine. En effet :

  • 26 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 5, éd. Ph. De Lacy, p. 92, l. 24 - p. 94, l. 2.

Ceux qui disent que l’être est un ruinent les principes de la science de la nature (physiologia), comme l’a dit Aristote, et ceux de la médecine, comme le dit Hippocrate. Car la science de la nature a affaire aux corps soumis à la génération et à la corruption, et en un mot au changement. Si l’être est seulement un, ces recherches sont ruinées, et il en va de même en premier lieu de la médecine, du fait qu’elle est comme la servante de la génération et de la corruption. S’il n’est pas acquis que celles-ci existent, la possibilité d’une médecine est elle aussi ruinée26.

23Or, si l’enjeu est fondamental pour le médecin et si Hippocrate, le premier avant les philosophes, a apporté la démonstration de l’existence des quatre éléments, il l’a fait en des termes si concis que ses paroles, pour être correctement comprises de tous, réclament nécessairement un commentaire.

  • 27 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 128, l. 24-25.

24La simplicité et la concision hippocratiques sont en effet au fondement de l’œuvre exégétique de Galien dont elles justifient l’existence même. Aussi ne cesse-t‑il de souligner les mérites de cette « ancienne brachylogie » dont Hippocrate est un talentueux représentant (ὁ μὲν οὖν Ἱπποκράτης ὡς ἂν βραχυλογίᾳ χρώμενος παλαιᾷ)27 :

  • 28 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 3, éd. Ph. De Lacy, p. 76, l. 16-18 : ἐν ἐλαχίστοις γὰρ (...)

Hippocrate, à l’aide du plus petit nombre de mots possible, a en effet démontré toutes ces choses et a procuré une démonstration valide que l’élément n’est pas un28.

  • 29 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 12, éd. Ph. De Lacy, p. 148, l. 10-12 : ὅθεν οἶμαι καὶ ὁ (...)

25Mais cette concision hippocratique contraint du même coup Galien à développer sa pensée : « C’est pourquoi notre discours est plutôt long », se justifie-t‑il volontiers, « alors que celui d’Hippocrate est court et concis29 ».

  • 30 Sur Asclépiade de Bithynie (début du ier s. avant notre ère), voir Dictionnaire des philosophes ant (...)
  • 31 Galien se réfère au De elementis en utilisant le singulier et, dans la tradition arabe, le traducte (...)
  • 32 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 134, l. 3-4 : τούτῳ μὲν οὖν ἄξιον (...)
  • 33 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 12, éd. Ph. De Lacy, p. 148, l. 3-4 : τοὺς δὲ γιγνώσκοντ (...)

26L’activité exégétique de Galien, en particulier dans le Sur les éléments, répond également à une autre nécessité et revêt une autre dimension, celle de la polémique la plus vive mise au service d’un nécessaire combat contre ses adversaires, c’est-à‑dire, dans le cas qui nous occupe, le médecin Asclépiade de Bithynie qui, en épousant la théorie atomistique de Démocrite et Épicure, ne s’est même pas rendu compte qu’il ruinait en même temps l’art médical dont il était un représentant30. La charge contre Asclépiade est lancée dès la fin du premier discours (chap. IX) et occupe une large place du second (chap. XII‑XIV)31. Car Asclépiade mérite d’« être blâmé pour avoir trahi la science de la nature hippocratique32 ». Aussi Galien ne tarit-il pas de sarcasmes à son égard, lui reprochant tour à tour son impudence (τὴν ἀναισχυντίαν) et son audace (τὴν τόλμαν)33.

27Si Galien en veut tant à Asclépiade, c’est d’abord et surtout, on l’a dit, parce que c’est un médecin, mais aussi parce qu’il incarne à ses yeux :

  • 34 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 12, éd. Ph. De Lacy, p. 146, l. 8-12 : Ἀσκληπιάδης δ᾽ ὁ (...)

l’homme qui avec ses merveilleux particules et passages (διὰ τοὺς θαυμαστοὺς ὄγκους καὶ πόρους), en entreprenant de subvertir par le raisonnement tout ce qui est excellent dans l’art (sc. médical), essaye de nous persuader que chacune des drogues n’attire pas ce qui lui est propre, mais change, transforme, altère en sa propre nature et détruit ce quel qu’il soit qu’elle a attiré34.

Ou pour le dire autrement : selon la doctrine d’Asclépiade, il n’existe pas de médicament purgatif spécifique, telle ou telle drogue n’est pas spécialisée dans la purgation de telle ou telle humeur (sang, phlegme, bile jaune ou noire), mais n’importe quelle drogue attire n’importe quelle humeur qu’elle transforme en sa nature propre (bilieuse si c’est un purgatif de la bile, phlegmatique si c’est un purgatif du phlegme, etc.), le bénéfice qu’en retire le malade étant lié à la purgation elle-même et non à la purgation d’une humeur spécifique.

28Ainsi, voici donc où voulait en venir Galien, à cette théorie et cette pratique de la purgation des humeurs qui, au sein de la médecine antique dominée par le juste équilibre des humeurs, représente le geste thérapeutique par excellence. Et on jugera bien souvent de l’habileté du bon médecin d’après sa capacité à purger correctement le malade. Qu’Asclépiade se trompe, Galien en donne aussitôt la preuve en affirmant que si le bienfait pour le malade vient de la seule purgation, quelle qu’elle soit, il suffirait d’inciser les veines et de saigner tout le monde pour que tout le monde soit guéri. En réalité, seul le bon médecin, capable de faire la part des choses et d’apprécier correctement quelle humeur, et en quelle quantité, doit être évacuée, est en mesure d’administrer le purgatif adapté, propre à attirer le phlegme si le malade souffre d’un excès de phlegme, et au contraire propre à attirer la bile s’il souffre d’un excès de bile.

  • 35 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 134, l. 15-16 : εἰ δ᾽ οὐκ ἐπέγραψ (...)

29Mais il ne suffit pas à Galien de combattre Asclépiade sur le plan de la pratique médicale, il lui faut aussi le confondre complètement et définitivement sur le plan de la théorie. Car comme Galien lui-même, Asclépiade n’est pas seulement un praticien mais également un théoricien, auteur d’un traité sur les éléments auquel Galien fait précisément allusion dans le Sur les éléments35. De fait, à la différence d’Hippocrate qui a traité des éléments sans intituler son traité ainsi et à la différence de tous les autres philosophes anciens qui ont donné à leurs propres ouvrages le titre de Sur la nature (Περὶ φύσεως), à l’exception d’Aristote qui a traité des éléments dans le Sur la génération et la corruption (Ἔν τοῖς περὶ γενέσεως καὶ φθορᾶς) et de Chrysippe dans le Sur la substance (Ἐν τῷ περὶ τῆς οὐσίας), Asclépiade avait choisi de dénommer le sien Sur les éléments (Περὶ στοιχείων), un ouvrage hélas perdu, mais que Galien a très précisément en tête quand il rédige son propre traité sur la question, auquel il choisit de donner exactement le même titre.

30Aussi la polémique qui oppose ici les deux médecins, l’un en tant que représentant des théories hippocratiques, et l’autre en tant que tenant des thèses atomistiques, dépasse-t‑elle largement non seulement le cadre des médicaments purgatifs, mais également celui du traité Sur les éléments, puisqu’on en trouve également un large écho ailleurs dans le corpus galénique, auquel il convient à présent d’élargir l’enquête.

La polémique avec Asclépiade

  • 36 Outre ce traité Sur les facultés naturelles, Galien polémique assez longuement avec Asclépiade dans (...)

31De fait, on trouve un écho de la polémique avec Asclépiade dans le Sur les facultés naturelles, à l’intérieur d’un passage qui éclaire parfaitement l’histoire et le climat intellectuel dans lequel s’inscrit ce débat sur la nature des éléments36 :

  • 37 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 12 (éd. Kühn, II, 27-28 ; éd. A. J. Brock, Londres, Heinema (...)

Il a existé deux écoles principales et distinctes en médecine et en philosophie parmi les hommes qui ont voulu affirmer quelque chose sur la nature […] Quelles sont donc ces deux écoles et quelle est la conséquence de leurs prémisses ? Le premier genre d’école (naturistes) établit que toute la substance sujette à la génération et à la corruption est primitivement unie (sans vide) et susceptible d’altération ; l’autre (atomistes), qu’elle est immuable et inaltérable, divisée primitivement en petits fragments et séparée par des vides. Ceux qui saisissent la conséquence des prémisses croient dans la seconde école qu’il n’existe ni substance, ni faculté propre de la nature ou de l’âme, mais que substances et facultés résultent d’un certain concours de ces corps primaires, immuables et simples (atomes)37.

32Dans le premier système, continue Galien, la nature (ἡ φύσις) est préexistante et crée les corps des animaux et des plantes, à l’aide des facultés qu’elle possède (δυνάμεις τινὰς ἔχουσα τὰς μὲν ἑλκτικάς θ᾽ ἅμα καὶ ὁμοιωτικὰς τῶν οἰκείων, τὰς δ᾽ ἀποκριτικὰς τῶν ἀλλοτρίων) dont certaines attirent et assimilent les substances propres et dont les autres éliminent les substances contraires, et elle pourvoit au sort des êtres engendrés par certaines autres facultés : amour, prévoyance, association et affection entre les êtres de même espèce (ἑτέραις αὖθίς τισι δυνάμεσι, στερκτικῇ μέν τινι καὶ προνοητικῇ τῶν ἐγγόνων, κοινωνικῇ δὲ καὶ φιλικῇ τῶν ὁμογενῶν).

33Dans le second système, l’âme ne possède pas d’idée innée de la contradiction, de la division, du beau, du laid, du juste, de l’injuste… (οὔτ᾽ ἔννοιά τίς ἐστι τῇ ψυχῇ σύμφυτος ἐξ ἀρχῆς οὐκ ἀκολουθίας οὐ μάχης, οὐ διαιρέσεως οὐ συνθέσεως, οὐ δικαίων οὐκ ἀδίκων, οὐ καλῶν οὐκ αἰσχρῶν), mais, poursuit Galien, nous sommes tous guidés par les sens (ἀλλ᾽ ἐξ αἰσθήσεώς τε καὶ δι᾽ αἰσθήσεως ἅπαντα τὰ τοιαῦθ᾽ ἡμῖν ἐγγίγνεσθαί φασι καὶ φαντασίαις τισὶ καὶ μνήμαις οἰακίζεσθαι τὰ ζῷα), sans pouvoir rien refuser ou repousser, et les dieux ne se soucient pas de nous (καὶ τοῖς θεοῖς οὐδὲν ἡμῶν μέλει). Galien n’en dira cependant pas davantage sur cette seconde école au sujet de laquelle il renvoie son lecteur à la lecture de cet autre ouvrage où il a « passé en revue les doctrines du médecin Asclépiade » (ὑπὲρ ὧν ἡμεῖς μὲν ἰδίᾳ δι᾽ ἑτέρων γραμμάτων ἐπὶ πλέον ἐσκεψάμεθα περὶ τῶν Ἀσκληπιάδου τοῦ ἰατροῦ σκοπούμενοι δογμάτων) et que tout un chacun peut lire (ἔνεστι δὲ τοῖς βουλομένοις κἀκείνοις μὲν ὁμιλῆσαι τοῖς λόγοις). Cet ouvrage intitulé Sur les doctrines d’Asclépiade (Περὶ τῶν Ἀσκληπιάδου δογμάτων) est également cité dans le Sur ses propres livres (chap. XI) où Galien précise qu’il était composé de huit livres. Il est malheureusement entièrement perdu.

  • 38 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 12 (éd. Kühn, II, 29 ; éd. A. J. Brock, p. 46 ; trad. fr. C (...)
  • 39 Cette formule d’inspiration manifestement stoïcienne est citée de très nombreuses fois par Galien d (...)

34Face à ces deux systèmes, ces deux modes d’explication du monde, le philosophe comme le médecin se trouvent donc à la croisée des chemins. Aussi Galien feint-il de s’interroger : quelle route suivre ? Selon lui, Hippocrate a adopté le premier système d’après lequel « la substance est une et s’altère et le corps tout entier a unité de souffle (perspiration et expiration) et unité de flux (courants, circulation des liquides)38 ». Ce jugement a été inspiré à Galien par un célèbre aphorisme tiré de l’Aliment, un traité rédigé à l’époque hellénistique mais que le médecin de Pergame attribuait à Hippocrate et qu’il cite abondamment dans ses propres œuvres39. Car, continue Galien :

  • 40 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 12 (éd. Kühn, II, 29-30 ; éd. A. J. Brock, p. 48 ; trad. fr (...)

La nature fait toutes choses avec art et équité, étant pourvue de facultés au moyen desquelles chacune des parties attire à elle l’humeur qui lui convient, et l’ayant attirée, l’applique sur tous ses points, se l’assimile entièrement, tandis que pour la portion de cette humeur qui a résisté à l’élaboration, et qui n’a pu subir une altération et une assimilation avec l’être nourri, elle la rejette au moyen d’une autre faculté dite excrétoire40.

C’est ce que l’on appelle la sympathie des parties.

35Et là encore, comme déjà dans le traité Sur les éléments, Galien continue sa violente charge contre Asclépiade, en se plaçant sur le terrain de la spécificité des purgatifs :

  • 41 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 41 ; éd. A. J. Brock, p. 64 ; trad. fr. C (...)

Peu importe, d’après l’étonnant Asclépiade, qu’on donne aux hydropiques un hydragogue ou un cholagogue, car, dit-il, tous les médicaments évacuent et font également fondre (συντήκειν) le corps, et font que le produit de cette fonte revêt l’aspect sous lequel il apparaît, alors qu’auparavant il n’existait pas sous cette forme. Ne devons-nous pas croire qu’il est fou ou complètement étranger aux œuvres de l’art41 ?

36Qui ignore, poursuit Galien, que si l’on donne un médicament pour évacuer le phlegme à celui qui souffre d’un excès de bile, on n’obtiendra qu’une très petite quantité de bile ? Et ainsi de suite pour les autres humeurs. Et comme toujours en pareil cas, quand le ton monte entre adversaires, Galien fait appel à Hippocrate :

  • 42 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 41-42 ; éd. A. J. Brock, p. 66 ; trad. fr (...)

Ce n’est pas seulement Hippocrate qui sait que les choses se passent ainsi […], mais aussi tous les médecins qui ont souci des œuvres de l’art, sauf Asclépiade42.

37Car Asclépiade, assène Galien, est prisonnier de ses propres doctrines :

  • 43 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 42 ; éd. A. J. Brock, p. 66 ; trad. fr. C (...)

Il a cru que reconnaître la vérité sur de telles questions était trahir les éléments (c’est-à‑dire les poroi et les ogkoi) dont il supposait l’existence (προδοσίαν γὰρ εἶναι νενόμικε τῶν στοιχείων ὧν ὑπέθετο τὴν ἀληθῆ περὶ τῶν τοιούτων ὁμολογίαν). Car s’il était rigoureusement constaté que tel médicament attire seulement telle ou telle humeur, il y aurait danger que s’impose, par le raisonnement, le fait que dans chaque maladie il existe une faculté attractive de la qualité propre (εἰ γὰρ ὅλως εὑρεθείη τι φάρμακον ἑλκτικὸν τοῦδέ τινος τοῦ χυμοῦ μόνου, κίνδυνος κρατεῖν δηλαδὴ τῷ λόγῳ τὸ ἐν ἑκάστῳ τῶν σωμάτων εἶναί τινα δύναμιν ἐπισπαστικὴν τῆς οἰκείας ποιότητος)43.

38Or, précisément, cette idée d’une attraction sélective est celle à laquelle Asclépiade refuse de consentir. Et alors même que les faits démentent ses belles théories, contre toute raison, il continue à les défendre :

  • 44 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 43-44 ; éd. A. J. Brock, p. 68 ; trad. fr (...)

Pour Asclépiade, il divague quand il veut que nous n’ajoutions pas foi à nos sens dans un cas où le fait donne un démenti net à ses hypothèses… Peut-être ! diront les partisans d’Asclépiade ; peut-être ! ou plutôt non, ils soutiendront qu’ils n’en croient pas un mot, afin de ne pas être infidèles à leur système chéri44 !

  • 45 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 45 ; éd. A. J. Brock, p. 70 ; trad. fr. C (...)
  • 46 Ce qui gêne Asclépiade, c’est visiblement l’effet de chaîne observé entre la pierre d’aimant qui at (...)
  • 47 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 46 ; éd. A. J. Brock, p. 72 ; trad. fr. C (...)

39Bref, Asclépiade est pire qu’Épicure. En effet, bien que dans l’étude de la nature sa doctrine des éléments se rapproche de celle d’Asclépiade, le philosophe du Jardin reconnaît néanmoins que le fer est attiré par la pierre d’aimant et la paille par l’ambre ; et en général, il reconnaît l’attraction, admettant que c’est de cette façon que s’opère, dans le corps des animaux, la distribution de l’aliment, la séparation des résidus et l’action des purgatifs45. Mais Asclépiade suspecte d’invraisemblance la cause avancée par Épicure pour expliquer ce phénomène, à savoir que les atomes qui émanent des pierres ont des rapports de configuration (τοῖς σχήμασιν οἰκείας εἶναί) avec les atomes qui émanent du fer, de sorte qu’ils s’unissent aisément46. Et parce qu’il ne trouve aucun autre modèle explicatif valable, Asclépiade, en s’en tenant aux éléments qu’il a pris comme base de son système, a l’impudence de se réfugier dans cette déclaration qu’il n’existe absolument aucune attraction d’un corps par un autre. Après avoir nié la possibilité d’une attraction sélective, Asclépiade en vient donc à nier la possibilité de toute attraction47.

40Aussi Galien va-t‑il pour finir sonner la charge et donner l’estocade à son adversaire :

  • 48 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 46 ; éd. A. J. Brock, p. 72 ; trad. fr. C (...)

Il aurait dû, si l’explication d’Épicure ne lui plaisait pas et s’il n’en trouvait pas une meilleure, renoncer aux hypothèses, reconnaître que la nature est ingénieuse, que la substance des corps est toujours continue à elle-même, et qu’elle est modifiée par l’action que ses parties exercent et subissent entre elles. S’il eût posé de tels principes, il n’aurait eu aucune peine à reconnaître que cette ingénieuse nature a des facultés, les unes attractives des choses propres, les autres expulsives des choses contraires. Car dire que la nature est artiste, habile, conservatrice de l’animal, et qu’elle amène les crises dans les maladies, c’est admettre qu’elle sait conserver ce qui est salutaire et rejeter ce qui est contraire48.

Avant d’ajouter pour conclure :

  • 49 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 51-52 ; éd. A. J. Brock, p. 80 ; trad. fr (...)

Si l’on étudie attentivement les écrits d’Asclépiade, on y voit clairement les conséquences déduites de doctrines fondamentales et la lutte contre les faits apparents. Épicure, lui, veut conserver les faits apparents, mais, jaloux de montrer qu’ils s’accordent avec ses principes, il tombe dans le faux. Asclépiade est fidèle aux conséquences des principes, mais il ne se soucie en aucune façon des faits apparents49.

  • 50 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 52 ; éd. A. J. Brock, p. 82 ; trad. fr. C (...)

41La violence de la charge de Galien se justifie, comme il le dit lui-même, par le fait que « presque tous les autres systèmes (c’est-à‑dire autres que ceux d’Épicure et Asclépiade) basés sur de semblables principes ont disparu et que ceux-là seuls subsistent non sans éclat50 ». Et pour faire bonne mesure, il n’omet pas d’ajouter à la polémique la critique de ses contemporains trop incultes pour discerner l’erreur contenue dans de tels systèmes :

  • 51 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 52-53 ; éd. A. J. Brock, p. 82 ; trad. fr (...)

Quant à nos contemporains, avant d’avoir étudié ces systèmes et d’autres meilleurs, et d’avoir passé beaucoup de temps à les examiner et à vérifier ce que chacun d’eux contient de vérités et de mensonges, ils s’intitulent : ceux-ci médecins, ceux-là philosophes, mais tous sans rien savoir. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner qu’on honore également la vérité et l’erreur. Satisfait des leçons de n’importe quel maître, chacun d’eux est devenu ce qu’il est sans daigner s’instruire encore auprès d’un autre maître. Quelques-uns d’entre eux ont, il est vrai, suivi plusieurs enseignements, mais leur intelligence est si bornée et leur conception si lente qu’arrivés à la vieillesse ils ne savent même pas encore suivre la conséquence d’un raisonnement. Autrefois on renvoyait de pareilles gens aux métiers des artisans, mais Dieu sait comment cela finira51.

Conclusion

42Au terme de cette analyse, et malgré ou plus exactement à cause de la brillante polémique orchestrée par Galien contre Asclépiade, critique qui prend un tour encore plus définitif que celle adressée au philosophe Épicure, il serait certainement injuste, sur la seule foi du médecin de Pergame, de nous faire une idée trop négative de ses adversaires et des incohérences de leur raisonnement. Car, au-delà des fautes méthodologiques d’Asclépiade, on aurait au moins pu attendre de Galien qu’il reconnût à son adversaire une certaine constance dans ses opinions et une certaine fidélité à ses doctrines. À l’inverse, comment ne pas dénoncer la facilité qui consiste, à l’intérieur du système défendu par Galien, à expliquer l’ordre de la nature à l’aide de tout un ensemble de facultés (attractives, répulsives, nutritives…) censées rendre compte, sans autre justification, des principaux phénomènes physiologiques. En conclusion, on l’aura compris, aborder la littérature médicale à l’époque romaine nécessite de toujours replacer le débat sur une scène où s’affrontent inexorablement deux camps, l’un fidèle à la théorie des quatre éléments et des quatre humeurs, de tradition hippocratique, l’autre partisan de la théorie atomistique, de tradition démocrito-épicuréenne. Dans un tel contexte, où les noms des anciens médecins comme des anciens philosophes sont alternativement brandis comme des armes pour terrasser l’adversaire et entraîner l’adhésion, inutile de préciser combien la reconstruction, même prudente, de l’œuvre perdue d’un Asclépiade est nécessairement sujette à caution. Si approcher la réalité et l’exactitude des doctrines des adversaires de Galien, à travers le prisme déformant de la polémique et du sarcasme, relève à coup sûr de la gageure, accéder à la vérité du système médical galénique nécessite tout autant de dépouiller le discours du célèbre médecin des accents outranciers de sa mordante ironie.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Les principales éditions et traductions disponibles du De elementis secundum Hippocratem sont celles de C. G. Kühn, I, Leipzig, C. Cnobloch, 1821, p. 413-508 (texte grec et trad. latine) ; G. Helmreich, Galeni de Elementis ex Hippocratis sententia libri duo, Erlangen, A. Deichert, 1878, p. 1‑69 (texte grec) ; Ph. De Lacy, Berlin, Akademie Verl., CMG V, 1, 2, 1996 (texte grec et trad. anglaise), et P. Tassinari, Rome, Ed. Paracelso, 1997, p. 35‑70 (trad. italienne). Les références au traité sont toutes données dans l’édition la plus récente de Ph. De Lacy.

2 Ces deux traités, Sur la démonstration (en quinze livres) et Sur les doctrines d’Asclépiade (en huit livres), sont perdus.

3 C’est-à‑dire dans le Sur la faculté des médicaments purgatifs (éd. Kühn, XI, 323-342).

4 Galien, Sur l’ordre de ses propres livres, II, 8‑10 (éd. Kühn, XIX, 55 ; éd. V. Boudon-Millot, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2007, p. 93 et note p. 111‑113).

5 Sur la découverte de ce nouveau manuscrit de Galien, le Thessalonicensis Vlatadon 14 du xve s. qui nous a miraculeusement préservé un traité entièrement perdu en grec, le Ne pas se chagriner (éd. V. Boudon-Millot et J. Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2010) ; un traité très fragmentaire, le Sur ses propres opinions (V. Boudon-Millot et A. Pietrobelli, « Galien ressuscité : édition princeps du texte grec du De propriis placitis », REG 118, 1, 2005, p. 168-213) ; et qui a permis de combler deux importantes lacunes dans les deux traités biobibliographiques, Sur l’ordre de ses propres livres et Sur ses propres livres (éd. V. Boudon-Millot, CUF, 2007), voir les indications données dans les notices de ces différentes éditions.

6 Galien, Sur ses propres livres, VI, 1‑3 (éd. Kühn, XIX, 30 ; éd. V. Boudon-Millot, CUF, 2007, p. 155‑156).

7 Cf. supra.

8 Galien, Méthode thérapeutique, III, 3 (éd. Kühn, X, 185-186 ; éd. I. Johnston et G. H. R. Horsley, Cambridge, HUP, The Loeb Classical Library, 2011, p. 284).

9 Voir Galien, Sur ses propres livres, X‑XIII (éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 162-163) et en particulier, pour Érasistrate, chap. X (p. 162) : Περὶ τῶν Ἐρασιστράτου θεραπευτικῶν λογισμῶν et Περὶ τῆς Ἐρασιστράτου ἀνατομῆς ; et pour Julianos, chap. XIII (p. 163) : Πρὸς τὰ ὑπὸ Ἰουλιανοῦ ἀντειρημένα τοῖς Ἱπποκράτους ἀφορισμοῖς.

10 Sur l’Hippocrate de Galien, voir V. Boudon-Millot, « Galen’s Hippocrates », dans Cambridge Companion to Hippocrates, P. Pormann et D. Sharple (dir.), CUP (à paraître).

11 Galien, Sur ses propres livres, IX, 1‑2 (éd. Kühn, XIX, 33‑34 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 159).

12 Galien, Sur ses propres livres, IX, 3‑4 (éd. Kühn, XIX, 34 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 159‑160).

13 Galien, Sur ses propres livres, IX, 5‑6 (éd. Kühn, XIX, 34-35 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 160).

14 Galien, Sur ses propres livres, IX, 7‑8 (éd. Kühn, XIX, 35 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 160).

15 Ce traité en un livre, à distinguer du commentaire au Régime dans les maladies aiguës, est conservé seulement en arabe, voir M. Lyons, Berlin, Akademie Verl., CMG. Suppl. Or. 2, 1969.

16 Galien, Sur ses propres livres, IX, 12‑14 (éd. Kühn, XIX, 36‑37 = éd. V. Boudon-Millot, CUF, p. 161‑162).

17 Et non, comme on aurait pu s’y attendre, lors du premier séjour de Galien à Rome, quand il était privé de sa bibliothèque. La rédaction du traité daterait en effet des années 169-180 (avant la mort de Marc Aurèle) selon J. Ilberg, « Über die Schriftstellerei des Klaudios Galenos », RhM 44, 1889, p. 207-239 ; RhM 47, 1892, p. 489-514 ; RhM 51, 1896, p. 165-196 ; RhM 52, 1897, p. 591-623, voire des années 175-176 selon K. Bardong, « Beiträge zur Hippokrates‑ und Galenforschung », Nachrichten der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, phil.-hist. Kl. 7, 1942, p. 577-640 (en particulier p. 637).

18 Voir l’édition de M. Lyons, CMG. Suppl. Or. 2, 1969, p. 12‑21 (et en particulier p. 15 sur l’authenticité de ce traité). Un autre traité est conservé en grec sous ce titre, mais il est apocryphe (éd. J. Westenberger, Leipzig, Teubner, CMG V, 9, 1, 1914). M. Lyons ne dit rien de la date de rédaction de ce traité qui entretient cependant des liens étroits avec le Commentaire au Régime des maladies aiguës.

19 Voir J. Ilberg, « Über die Schriftstellerei des Klaudios Galenos », art. cit. n. 17, 1892, p. 504-505 et 513 ; et K. Bardong, art. cit. n. 17, p. 633. Voir aussi Ph. De Lacy qui, dans son édition du De elementis, CMG V, 1, 2, p. 43, qualifie cette datation de « raisonnable suggestion ». Mais voir W. D. Smith, The Hippocratic Tradition, Ithaca, Londres, Cornell University Press, 1979, p. 86, n. 82, qui suppose que les deux parties du traité n’ont pas été rédigées à la même époque, la première durant le premier séjour romain de Galien, et la seconde durant le second, ce que De Lacy juge « impossible to determine », tout en admettant comme « probable that there was a change of plan which included the addition of the second logos and envisioned an ambitious plan for the future ». Il n’en reste pas moins que le traité forme un tout cohérent en un seul livre, et qu’il est déjà décrit dans la Risala (no 11) par Hunain ibn Ishaq au ixe s. comme composé d’une unique partie (éd. G. Bergsträsser, Leipzig, Brockhaus, Abhandlungen für die Kunde des Morgenlandes 17, 2, 1925, p. 7‑8).

20 Galien, Commentaire à la Nature de l’homme, éd. J. Mewaldt, Leipzig, Teubner, CMG V, 9, 1, 1914, p. 3, 4‑10 ; p. 9, 14-17 et p. 55, 30‑31.

21 Galien, De elementis secundum Hippocratem, éd. Ph. De Lacy, CMG V, 1, 2, p. 50.

22 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 2, éd. Ph. De Lacy, p. 62, l. 22‑25.

23 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 2, éd. Ph. De Lacy, p. 68, l. 22‑23.

24 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 5, éd. Ph. De Lacy, p. 100, l. 20‑24.

25 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 134, l. 13‑15.

26 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 5, éd. Ph. De Lacy, p. 92, l. 24 - p. 94, l. 2.

27 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 128, l. 24-25.

28 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 3, éd. Ph. De Lacy, p. 76, l. 16-18 : ἐν ἐλαχίστοις γὰρ ὁ Ἱπποκράτης ὀνόμασιν ἅπαντ᾽ ἐνεδείξατο ταῦτα καὶ ἰσχυρῶς ἀπέδειξεν, ὡς οὐκ ἔστιν ἓν τὸ στοιχεῖον.

29 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 12, éd. Ph. De Lacy, p. 148, l. 10-12 : ὅθεν οἶμαι καὶ ὁ λόγος ἡμῖν μὲν μακρότερος γίγνεται […], Ἱπποκράτει δὲ βραχὺς καὶ σύντομος.

30 Sur Asclépiade de Bithynie (début du ier s. avant notre ère), voir Dictionnaire des philosophes antiques, R. Goulet (dir.), I, Paris, CNRS Éd., 1994, notice A 450, p. 624-625, et J. T. Vallance, The Lost Theory of Asclepiades of Bithynia, Oxford, Clarendon Press, 1990.

31 Galien se réfère au De elementis en utilisant le singulier et, dans la tradition arabe, le traducteur Hunain ibn Ishaq atteste que le traité était composé d’un seul livre au ixe s. Mais dans la tradition grecque, le traité est divisé en deux parties désignées, dans certains manuscrits, sous le titre de λόγοι et, dans d’autres, sous celui de βιβλία. Cette division résulte d’une indication donnée à l’intérieur même du De elementis, au chap. IX, 9 (éd. De Lacy, p. 128, l. 22‑23 : τῷ προτέρῳ λόγῳ) et au chap. X, 1 (p. 138, 15 : Ἐπὶ δὲ τὸν δεύτερον ἤδη μοι λόγον ἰέναι καιρός). Mais aux yeux de Galien, ces deux λόγοι forment les deux parties d’un seul et unique livre. Voir les remarques de Ph. De Lacy à ce sujet dans son édition, p. 44‑45.

32 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 134, l. 3-4 : τούτῳ μὲν οὖν ἄξιον μέμψασθαι προδιδόντι τὴν Ἱπποκράτειον φυσιολογίαν.

33 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 12, éd. Ph. De Lacy, p. 148, l. 3-4 : τοὺς δὲ γιγνώσκοντας ἐκπλήττεσθαί τε καὶ θαυμάζειν τὴν ἀναισχυντίαν τἀνθρώπου ; ibid., 13, p. 150, l. 10‑11 : τὴν Ἀσκληπιάδειον ἀναισχυντίαν ; et ibid., 12, p. 148, l. 5 : τὴν Ἀσκληπιάδου τόλμαν.

34 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 12, éd. Ph. De Lacy, p. 146, l. 8-12 : Ἀσκληπιάδης δ᾽ ὁ πάντα τὰ καλὰ τῆς τέχνης ἐπιχειρῶν ἀνατρέπειν τῷ λόγῳ διὰ τοὺς θαυμαστοὺς ὄγκους καὶ πόρους πειρᾶται μεταπείθειν ἡμᾶς, ὡς οὐχ ἕλκει τὸ οἰκεῖον ἕκαστον τῶν φαρμάκων, ἀλλὰ μεταβάλλει καὶ τρέπει καὶ ἀλλοιοῖ διαφθεῖρον εἰς τὴν ἑαυτοῦ φύσιν, ὁποῖον ἂν ᾖ τὸ ἑλχθέν.

35 Galien, De elementis secundum Hippocratem, 9, éd. Ph. De Lacy, p. 134, l. 15-16 : εἰ δ᾽ οὐκ ἐπέγραψε τὸ σύγγραμμα περὶ στοιχείων ὡς Ἀσκληπιάδης ὁ ἰατρός.

36 Outre ce traité Sur les facultés naturelles, Galien polémique assez longuement avec Asclépiade dans le Sur la thériaque à Pison (éd. Kühn, XIV, 210-294), un traité qu’il convient cependant de considérer comme apocryphe (voir les arguments contre l’authenticité rassemblés dans mon édition à paraître dans la CUF).

37 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 12 (éd. Kühn, II, 27-28 ; éd. A. J. Brock, Londres, Heinemann, Loeb, 1916, 19635, p. 42-44 ; trad. fr. dans Ch. Daremberg, Œuvres anatomiques, physiologiques et médicales de Galien, II, Paris, Baillière, 1856, p. 226) : καὶ αὗται δύο γεγόνασιν αἱρέσεις κατὰ γένος ἐν ἰατρικῇ τε καὶ φιλοσοφίᾳ τῶν ἀποφηναμένων τι περὶ φύσεως ἀνδρῶν […] τίνες οὖν αἱ δύο αἱρέσεις αὗται καὶ τίς ἡ τῶν ἐν αὐταῖς ὑποθέσεων ἀκολουθία; τὴν ὑποβεβλημένην οὐσίαν γενέσει καὶ φθορᾷ πᾶσαν ἡνωμένην θ᾽ ἅμα καὶ ἀλλοιοῦσθαι δυναμένην ὑπέθετο θάτερον γένος τῆς αἱρέσεως, ἀμετάβλητον δὲ καὶ ἀναλλοίωτον καὶ κατατετμημένην εἰς λεπτὰ καὶ κεναῖς ταῖς μεταξὺ χώραις διειλημμένην ἡ λοιπή. καὶ τοίνυν ὅσοι γε τῆς ἀκολουθίας τῶν ὑποθέσεων αἰσθάνονται, κατὰ μὲν τὴν δευτέραν αἵρεσιν οὔτε φύσεως οὔτε ψυχῆς ἰδίαν τινὰ νομίζουσιν οὐσίαν ἢ δύναμιν ὑπάρχειν, ἀλλ᾽ ἐν τῇ ποιᾷ συνόδῳ τῶν πρώτων ἐκείνων σωμάτων τῶν ἀπαθῶν ἀποτελεῖσθαι. Les mots en italiques dans la traduction française sont des ajouts de Daremberg.

38 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 12 (éd. Kühn, II, 29 ; éd. A. J. Brock, p. 46 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 227) : Ἱπποκράτης μὲν γὰρ τὴν προτέραν ῥηθεῖσαν ἐτράπετο, καθ᾽ ἣν ἥνωται μὲν ἡ οὐσία καὶ ἀλλοιοῦται καὶ σύμπνουν ὅλον ἐστὶ καὶ σύρρουν τὸ σῶμα. Allusion au célèbre aphorisme hippocratique tiré de l’Aliment 23, éd. R. Joly, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1972, p. 143 : « Confluence une, conspiration une, tout est en sympathie ; toutes les parties selon un ensemble et toutes les parties de chaque partie respectivement en vue de la fonction (Ξύῤῥοια μία, ξύμπνοια μία, ξυμπαθέα πάντα· κατὰ μὲν οὐλομελίην πάντα, κατὰ μέρος δὲ τὰ ἐν ἑκάστῳ μέρει μέρεα πρὸς τὸ ἔργον) ».

39 Cette formule d’inspiration manifestement stoïcienne est citée de très nombreuses fois par Galien dans le reste de son œuvre (éd. Kühn, II, 29 ; 39 ; 189 ; 196 ; X, 88).

40 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 12 (éd. Kühn, II, 29-30 ; éd. A. J. Brock, p. 48 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 227-228).

41 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 41 ; éd. A. J. Brock, p. 64 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 233) : καὶ μηδὲν διαφέρειν κατὰ τὸν θαυμαστὸν Ἀσκληπιάδην ἢ ὑδραγωγὸν διδόναι τοῖς ὑδεριῶσιν ἢ χολαγωγὸν φάρμακον· ἅπαντα γὰρ ὁμοίως κενοῦν καὶ συντήκειν τὸ σῶμα καὶ τὸ σύντηγμα τοιόνδε τι φαίνεσθαι ποιεῖν, μὴ πρότερον ὑπάρχον τοιοῦτον. ἆρ᾽ οὖν οὐ μαίνεσθαι νομιστέον αὐτὸν ἢ παντάπασιν ἄπειρον εἶναι τῶν ἔργων τῆς τέχνης;

42 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 41-42 ; éd. A. J. Brock, p. 66 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 234) : καὶ ταῦτ᾽ οὐχ Ἱπποκράτης μὲν οὕτως οἶδε γιγνόμενα […], ἀλλὰ κἀκείνοις ὡσαύτως καὶ πᾶσιν ἰατροῖς, οἷς μέλει τῶν ἔργων τῆς τέχνης, οὕτω δοκεῖ πλὴν Ἀσκληπιάδου.

43 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 42 ; éd. A. J. Brock, p. 66 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 234).

44 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 13 (éd. Kühn, II, 43-44 ; éd. A. J. Brock, p. 68 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 235) : Ἀσκληπιάδης δὲ παραπαίει ταῖς αἰσθήσεσιν ἡμᾶς ἀπιστεῖν κελεύων, ἔνθα τὸ φαινόμενον ἀνατρέπει σαφῶς αὐτοῦ τὰς ὑποθέσεις […] ἴσως φήσουσιν οἱ ἀπ᾽ Ἀσκληπιάδου, μᾶλλον δ᾽ οὐκ ἴσως, ἀλλὰ πάντως ἀπιστεῖν ἐροῦσιν, ἵνα μὴ προδῶσι τὰ φίλτατα.

45 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 45 ; éd. A. J. Brock, p. 70 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 235).

46 Ce qui gêne Asclépiade, c’est visiblement l’effet de chaîne observé entre la pierre d’aimant qui attire un premier morceau de fer qui en attire un autre, etc. Pour l’expliquer, il faudrait supposer la transformation du premier morceau de fer en aimant, explication récusée par Épicure. Toutefois, dans ce débat entre Épicure et Asclépiade, Galien refuse d’intervenir. Sur la pierre d’Héraclée ou de Magnésie, nom donné par les Grecs à l’aimant, voir aussi Sur les lieux affectés, VI, 5 (éd. Kühn, VIII, 422), et les remarques d’A. Debru, Le corps respirant. La pensée physiologique chez Galien, Leyde, Brill, 1996, p. 208-210.

47 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 46 ; éd. A. J. Brock, p. 72 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 235-236) : Ἀσκληπιάδης δὲ τό τε τῆς εἰρημένης αἰτίας ἀπίθανον ὑπιδόμενος καὶ μηδεμίαν ἄλλην ἐφ᾽ οἷς ὑπέθετο στοιχείοις ἐξευρίσκων πιθανὴν ἐπὶ τὸ μηδ᾽ ὅλως ἕλκεσθαι λέγειν ὑπὸ μηδενὸς μηδὲν ἀναισχυντήσας ἐτράπετο, « Mais Asclépiade suspecte d’invraisemblance la cause alléguée, et, ne trouvant aucune autre faculté probable, en s’en tenant aux éléments qu’il a pris comme base de son système, il a l’impudence de se réfugier dans cette déclaration qu’il n’existe absolument aucune attraction d’un corps par un autre ».

48 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 46 ; éd. A. J. Brock, p. 72 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 236).

49 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 51-52 ; éd. A. J. Brock, p. 80 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 238) : τοῖς [γὰρ] Ἀσκληπιάδου γράμμασιν εἴ τις ἐπιμελῶς ὁμιλήσειε, τήν τε πρὸς τὰς ἀρχὰς ἀκολουθίαν τῶν τοιούτων δογμάτων ἀκριβῶς ἂν ἐκμάθοι καὶ τὴν πρὸς τὰ φαινόμενα μάχην. ὁ μὲν οὖν Ἐπίκουρος τὰ φαινόμενα φυλάττειν βουλόμενος ἀσχημονεῖ φιλοτιμούμενος ἐπιδεικνύειν αὐτὰ ταῖς ἀρχαῖς ὁμολογοῦντα· ὁ δ᾽ Ἀσκληπιάδης τὸ μὲν ἀκόλουθον ταῖς ἀρχαῖς φυλάττει, τοῦ φαινομένου δ᾽ οὐδὲν αὐτῷ μέλει.

50 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 52 ; éd. A. J. Brock, p. 82 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 238) : αἱ δ᾽ ἄλλαι σχεδὸν αἱρέσεις αἱ τῶν ὁμοίων ἀρχῶν ἐχόμεναι τελέως ἀπέσβησαν, αὗται δ᾽ ἔτι μόναι διαρκοῦσιν οὐκ ἀγεννῶς.

51 Galien, Sur les facultés naturelles, I, 14 (éd. Kühn, II, 52-53 ; éd. A. J. Brock, p. 82 ; trad. fr. Ch. Daremberg, II, p. 239) : ἀλλ᾽ οἱ νῦν ἄνθρωποι, πρὶν καὶ ταύτας ἐκμαθεῖν τὰς αἱρέσεις καὶ τὰς ἄλλας τὰς βελτίους κἄπειτα χρόνῳ πολλῷ κρῖναί τε καὶ βασανίσαι τὸ καθ᾽ ἑκάστην αὐτῶν ἀληθές τε καὶ ψεῦδος, οἱ μὲν ἰατροὺς ἑαυτούς, οἱ δὲ φιλοσόφους ὀνομάζουσι μηδὲν εἰδότες. οὐδὲν οὖν θαυμαστὸν ἐπίσης τοῖς ἀληθέσι τὰ ψευδῆ τετιμῆσθαι. ὅτῳ γὰρ ἂν ἕκαστος πρώτῳ περιτύχῃ διδασκάλῳ, τοιοῦτος ἐγένετο, μὴ περιμείνας μηδὲν ἔτι παρ᾽ ἄλλου μαθεῖν. ἔνιοι δ᾽ αὐτῶν, εἰ καὶ πλείοσιν ἐντύχοιεν, ἀλλ᾽ οὕτω γ᾽ εἰσὶν ἀσύνετοί τε καὶ βραδεῖς τὴν διάνοιαν, ὥστε καὶ γεγηρακότες οὔπω συνιᾶσιν ἀκολουθίαν λόγου. πάλαι δὲ τοὺς τοιούτους ἐπὶ τὰς βαναύσους ἀπέλυον τέχνας. ἀλλὰ ταῦτα μὲν ἐς ὅ τι τελευτήσει θεὸς οἶδεν.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Boudon-Millot, « Place et enjeux du traité Sur les éléments selon Hippocrate dans l’œuvre de Galien », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1807 ; DOI : 10.4000/aitia.1807

Haut de page

Auteur

Véronique Boudon-Millot

UMR 8167 Orient et Méditerranée, Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page