Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Le nom des éléments (στοιχεῖα) : histoire, sens et emplois selon Galien de Pergame

The Name of the Elements (στοιχεῖα): History, Meaning and Uses According to Galen of Pergamum
Il nome degli elementi (στοιχεῖα): storia, significato e uso secondo Galeno di Pergamo
Nathalie Rousseau

Résumés

Le nom des éléments (στοιχεῖα) revêt une importance particulière pour Galien de Pergame, qui dit y avoir consacré un livre entier, aujourd’hui perdu, de son traité sur les Noms médicaux. Dans deux textes explicitement reliés aux Éléments selon Hippocrate, le huitième livre des Doctrines d’Hippocrate et de Platon et le Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate, il propose ainsi plusieurs analyses détaillées de l’histoire, mais surtout du sens et des emplois de ce terme, en recourant notamment à l’opposition entre emploi « propre » (κυρίως) et emploi « catachrestique » (καταχρηστικῶς), qui relève de la grammaire et de la rhétorique. Un examen de ces analyses et une enquête sur ce que Galien entend par « catachrèse » (κατάχρησις), qui ne coïncide pas exactement, en réalité, avec les théories présentées par les traités sur les Tropes (Περὶ τρόπων) qui nous ont été conservés, éclaire l’intérêt que Galien porte au terme στοιχεῖα, mais aussi les enjeux d’une réflexion sur l’adéquation de la terminologie scientifique aux réalités qu’elle dénomme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce titre est assuré non seulement par la tradition directe, mais aussi par les nombreux renvois que (...)
  • 2 Sur στοῖχος, voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots (...)
  • 3 Sur l’ordre de cette liste, qui n’est pas fixe chez Galien, voir l’Introduction de Ph. De Lacy à so (...)
  • 4 Στοιχεῖα « désigne les “éléments” de l’alphabet en tant qu’on les apprend disposés en ligne selon u (...)
  • 5 Selon les arguments convaincants de la belle étude de W. Burkert, art. cit. n. 4 (qui ne livre pas (...)

1Lorsque Galien écrit son traité sur les Éléments selon Hippocrate1, le terme στοιχεῖον (τὸ) a déjà une longue histoire, marquée en particulier par une grande variété d’emplois : signifiant littéralement « ce qui appartient à une rangée, une série (στοῖχος)2 », il sert de nom générique non seulement pour les quatre « éléments » envisagés par la science antique – feu, eau, terre et air3 –, mais aussi pour les lettres de l’alphabet4, ou encore pour les aspects fondamentaux d’une discipline (comme l’illustre, par exemple, le titre de l’ouvrage d’Euclide, Στοιχεῖα, « Éléments »)5.

2Toutefois, les Éléments selon Hippocrate commencent précisément par une définition de στοιχεῖον, qui occupe les tout premiers mots du texte :

  • 6 De elementis secundum Hippocratem, 1.1 De Lacy (1.413 K).

Puisque l’élément est la partie minimale de ce dont il est l’élément (Ἐπειδὴ τὸ στοιχεῖον ἐλάχιστόν ἐστι μόριον οὗπερ ἂν ᾖ στοιχεῖον )6

  • 7 Sur ce point, voir I. Kupreeva, « Galen’s Theory of Elements », dans Philosophical Themes in Galen, (...)

3Cette définition étant des plus clairement posées, Galien n’a nul besoin, dans l’économie du traité, de fournir d’autre explication sur le terme, et il lui suffit d’exposer sa théorie des éléments, conformément à celle d’Hippocrate, et en opposition aux théories atomistes et pneumatiques7.

  • 8 Voir aussi In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 6 Mewaldt (15.7 K), cité infra § 13, ainsi (...)

4Le médecin de Pergame est d’ailleurs le premier à souligner qu’il ne faut pas s’intéresser aux mots, mais aux choses elles-mêmes8 ; dans le neuvième chapitre des Éléments, il note ainsi que le sujet a été traité dans bien des ouvrages qui ne portaient pas ce nom, et que c’est pour se conformer à l’usage le plus fréquent qu’il a lui-même choisi son titre :

  • 9 Galien évoque vraisemblablement ici les « anciens philosophes » : voir infra § 5 et n. 19.
  • 10 De elementis secundum Hippocratem, 9.25-30 De Lacy (1.487-488 K).

S’il en est ainsi, c’est Hippocrate qui apparaît le premier de tous à avoir découvert les éléments constituant la nature de ce qui existe (τὰ στοιχεῖα τῆς τῶν ὄντων φύσεως), et également le premier à en avoir apporté une preuve suffisante. Qu’il n’ait pas intitulé son ouvrage Des éléments (Εἰ δ᾽ οὐκ ἐπέγραψε τὸ σύγγραμμα Περὶ στοιχείων), comme le médecin Asclépiade, ne devrait pas poser question (οὐδὲν ἂν εἴη τοῦτό γε ζήτημα). En effet, tous ceux des Anciens9 sont intitulés De la nature (Περὶ φύσεως) : celui de Mélissos, celui de Parménide, ceux d’Empédocle, d’Alcméon, de Gorgias, de Prodicos et de tous les autres. Aristote, dans les livres Du ciel et De la génération et de la corruption, a composé un propos sur les éléments (ἐξείργασται τὸν περὶ τῶν στοιχείων λόγον), de même que Chrysippe dans son livre De la substance. Or même de ces deux derniers, aucun n’a intitulé son livre Des éléments : il ne faut pas faire porter la recherche sur le nom, mais examiner le sens des propos (Ἀλλ᾽ οὐδὲ τούτων οὐδέτερος ἐπέγραψε Περὶ στοιχείων τὰ βιβλία, οὐδὲ χρὴ τοὔνομα ζητεῖν, ἀλλὰ τὴν δύναμιν ἐξετάζειν τῶν λόγων). En effet, que l’on intitule notre présent traité De la nature, Des éléments, De la génération et de la corruption ou De la substance ne fera aucune différence ; mais comme il est plus usuel, chez presque tous nos contemporains, d’intituler de tels ouvrages Des éléments et de les nommer toujours ainsi, il nous a aussi semblé préférable de choisir le titre Des éléments selon Hippocrate (Τῷ δὲ συνηθέστερον εἶναι σχεδὸν ἅπασι τοῖς νῦν ἐπιγράφειν τε τὰ τοιαῦτα συγγράμματα Περὶ στοιχείων ὀνομάζειν τε διὰ παντὸς οὕτως καὶ ἡμῖν ἔδοξεν ἄμεινον εἶναι Περὶ τῶν καθ᾽ Ἱπποκράτην στοιχείων ἐπιγράψαι)10.

  • 11 Le traité des Éléments selon Hippocrate date du début du second séjour de Galien à Rome, « en 169 o (...)
  • 12 Après un résumé des six premiers livres : voir l’Introduction de Ph. De Lacy à son édition du trait (...)
  • 13 « Que donc c’est de terre et de feu, d’air et d’eau qu’est constitué notre corps (Ὅτι μὲν οὖν ἐκ γῆ (...)
  • 14 « La question n’est donc pas maintenant pour nous de savoir si l’opinion de Platon sur ces sujets e (...)
  • 15 « Hippocrate dit qu’il n’a aucune nécessité de s’avancer plus loin, puisque l’art qu’il recherche e (...)
  • 16 De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.7-13 De Lacy (5.667-670 K).
  • 17 Sous le règne de Commode, vers 189 : voir V. Boudon-Millot, Galien de Pergame : un médecin grec à R (...)
  • 18 La finalité de ce commentaire est expliquée par Galien lui-même dans son préambule (In Hippocratis (...)
  • 19 Galien entend par « anciens philosophes » (οἱ παλαιοὶ φιλόσοφοι) ceux qui ont écrit Sur la nature ( (...)
  • 20 In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 5 Mewaldt (15.6 K) : voir l’ensemble du passage infra(...)

5Toutefois, Galien exprime son intérêt pour l’histoire même du terme dans deux autres traités étroitement reliés aux Éléments selon Hippocrate. Dans le huitième livre des Doctrines d’Hippocrate et de Platon, écrit dans les mêmes années11, qui présente la théorie des quatre éléments comme un point d’accord entre Platon et Hippocrate12, il note qu’aucun des deux auteurs dont il expose les vues n’a employé στοιχεῖα13, et trouve important d’en donner les raisons14, qui sont pratiques pour le premier15, et théoriques pour le second16 ; dans le préambule du Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate, écrit quelques années après les Éléments selon Hippocrate17, qui se propose d’expliciter les points considérés comme connus dans ce précédent traité18, Galien précise que ce sont « ceux qui ont succédé aux anciens (philosophes) eux-mêmes » (οἱ μετ᾽ αὐτοὺς τοὺς παλαιούς)19 qui « ont pris l’habitude de nommer éléments » (εἰθίσθησαν ὀνομάζειν στοιχεῖα) les « parties simples et premières » (ἁπλᾶ καὶ πρῶτα μόρια)20.

  • 21 Il existe près de 650 occurrences de στοιχεῖον dans le corpus galénique. Les réflexions qui suivent (...)
  • 22 Sur ce point, voir F. Skoda, « Galien lexicologue », dans Dieux, héros et médecins grecs. Hommage à (...)
  • 23 Sur la culture de Galien, voir par ex. D. Manetti et A. Roselli, « Galeno commentatore di Ippocrate (...)

6De surcroît, plus encore qu’à l’histoire, c’est aux différents sens et emplois de στοιχεῖον que ces deux traités consacrent plusieurs observations approfondies21, qui commentent notamment longuement l’emploi du terme en référence aux lettres de l’alphabet. Galien y démontre ses talents de lexicologue22 et sa solide formation grammaticale et rhétorique23, en particulier en faisant intervenir la notion de « catachrèse » (κατάχρησις).

7Toutefois, un examen détaillé de ces analyses soulève des difficultés de deux ordres : tout d’abord, différentes explications de στοιχεῖον semblent coexister sans toujours s’accorder entre elles ; d’autre part, la catachrèse telle que la conçoit Galien ne paraît pas exactement se superposer à celle qui est présentée par les traités sur les Tropes (Περὶ τρόπων) qui nous ont été conservés, de sorte qu’une enquête sur la conception galénique de la catachrèse se révèle nécessaire pour comprendre toute l’importance que le médecin de Pergame attache à l’étude du terme στοιχεῖον.

« Éléments en apparence » (τὰ φαινόμενα στοιχεῖα) uersus « réels éléments » (τὰ ὄντως στοιχεῖα) dans les Éléments selon Hippocrate

  • 24 La première de ces deux expressions n’apparaît textuellement que dans le rappel de ce développement (...)

8De fait, le traité des Éléments selon Hippocrate ne semble pas faire place à une interrogation sur la pluralité de sens ou d’emplois de στοιχεῖον. Quelques lignes après avoir défini le terme, Galien, développant l’idée que « ce qui apparaît minimal à la sensation n’est pas identique à ce qui est réellement minimal, car beaucoup de choses échappent à la sensation du fait de leur petitesse » (ἐλάχιστον δ᾽ οὐ ταὐτὸν αἰσθήσει τε φαίνεται καὶ ὄντως ἐστί· πολλὰ γὰρ ὑπὸ σμικρότητος ἐκφεύγει τὴν αἴσθησιν : 1.413 K), distingue les « éléments en apparence » (τὰ φαινόμενα στοιχεῖα) des « réels éléments » (τὰ ὄντως στοιχεῖα)24, mais il s’agit plutôt, à première vue, de restreindre l’emploi de στοιχεῖον à ce qui mérite vraiment ce nom :

  • 25 Bien que le datif φύσει soit le plus souvent traduit en français par l’expression « par nature », τ (...)
  • 26 De elementis secundum Hippocratem, 1.4-9 De Lacy (1.414-415 K).

Hippocrate aussi, examinant les éléments de la nature humaine (ἐπισκεπτόμενος ἀνθρώπου φύσεως στοιχεῖα), ne fait pas cas de ce qui est le plus simple et premier du point de vue de la sensation (τῶν μὲν ὡς πρὸς τὴν αἴσθησιν ἁπλουστάτων τε καὶ πρώτων καταφρονεῖ), mais cherche ce qui l’est réellement et par nature (τὰ δὲ ὄντως τε καὶ φύσει ζητεῖ), ce qui, de fait, n’a absolument pas moins d’utilité pour guérir que le plus simple et premier du point de vue de la sensation, comme cela a été démontré en d’autres écrits. On pourrait concéder à ces choses sensibles qu’elles apparaissent comme des éléments (φαίνεσθαι μὲν στοιχείοις τοῖς αἰσθητοῖς τούτοις συγχωρήσειεν ἄν τις), mais non qu’elles en sont. En effet, ce n’est pas ce qui apparaît comme la plus simple et première partie, mais ce qui est tel du point de vue de la nature qui est réellement élément (ἀλλὰ τὸ πρὸς τὴν φύσιν ὑπάρχον τοιοῦτον στοιχεῖον ὄντως ἐστίν). Parce que si c’est ce qui apparaît à chacun comme partie minimale et première que nous appelons « élément naturel » (τὸ φύσει στοιχεῖον)25, les éléments apparaîtront différents d’une part aux aigles, à Lyncée, ou à un autre homme ou animal irrationnel ayant la vue perçante (ὀξυωπέστατον), et d’autre part à chacun d’entre nous26.

9Cependant, à plusieurs reprises au cours de ce traité, Galien est conduit à évoquer non pas un, mais plusieurs types d’éléments, au moyen d’un adjectif spécifiant στοιχεῖα. L’expression ainsi constituée est parfois explicitement attribuée à un autre, en l’occurrence Athénée d’Attalie, fondateur de l’école pneumatique, à la fin de la narration du débat que Galien a eu dans sa jeunesse avec l’un des représentants de cette école :

  • 27 De elementis secundum Hippocratem, 6.29-30 De Lacy (1.465-466 K).

Puisque l’élément est une partie minimale et la plus simple (εἴπερ γὰρ ἐλάχιστόν τι καὶ ἁπλούστατόν ἐστι μόριον τὸ στοιχεῖον), alors, du point de vue de la sensation (εἴη ἂν ὡς πρὸς τὴν αἴσθησιν), l’os, le cartilage, le ligament, l’ongle, le cheveu, la graisse, la chair, le nerf, la moelle, les fibres et les membranes, en un mot tous les homéomères (ἅπαντα τὰ ὁμοιομερῆ) seraient les éléments du corps humain (στοιχεῖα τῶν ἀνθρωπίνων σωμάτων). Athénée n’a-t‑il pas établi ceux-ci comme éléments ? Et pourtant c’est lui-même qui écrit que chacun des homéomères est issu des éléments premiers (ἕκαστον μὲν τῶν ὁμοιομερῶν ἐκ τῶν πρώτων γεγονέναι στοιχείων), et que c’est en des homéomères que consistent les autres parties de l’être vivant (ἐκ δὲ τῶν ὁμοιομερῶν ἤδη τὰ ἄλλα συγκεῖσθαι τοῦ ζῴου μόρια)27.

  • 28 « J’ai dit au tout début que les éléments en apparence diffèrent de beaucoup des réels éléments ; i (...)

10Mais le contexte montre en réalité que Galien reprend aussi de telles expressions à son compte : ces lignes suivent en effet immédiatement le rappel de l’observation initiale distinguant « éléments en apparence » et « réels éléments »28. De plus, on observe le même usage ailleurs dans le traité, par exemple dans une énumération des différents niveaux de composition du corps humain :

  • 29 De elementis secundum Hippocratem, 8.11-14 De Lacy (1.479-480 K).

Voyons donc maintenant, pour continuer cet exposé, ce qu’il en est de l’homme : celui-ci est constitué des éléments sensibles premiers et les plus simples que l’on nomme homéomères (ἐκ πρώτων οὗτος καὶ ἁπλουστάτων αἰσθητῶν στοιχείων ἐστί, τῶν ὁμοιομερῶν ὀνομαζομένων), fibre, membrane, chair et graisse, os et cartilage, ligament, nerf, moelle, et tous les autres dont les parties sont toutes de la même forme (καὶ τῶν ἄλλων ἁπάντων ὧν τὰ μόρια τῆς αὐτῆς ἀλλήλοις ἰδέας ἐστὶ σύμπαντα). Ceux-ci, à leur tour, sont issus d’autres éléments qui leur sont immédiats (Γέγονε δὲ ταῦτα πάλιν ἔκ τινων ἑτέρων προσεχῶν ἑαυτοῖς στοιχείων), sang, phlegme et bile de deux sortes, jaune et noire (αἵματος καὶ φλέγματος καὶ χολῆς διττῆς, ὠχρᾶς καὶ μελαίνης), eux-mêmes issus de ce qui est bu et mangé, qui à son tour est issu d’air, feu, eau et terre ; tandis que ces derniers ne proviennent pas d’autres corps, mais de matière et de qualités (ἐξ ὕλης τε καὶ ποιοτήτων ἐστί). Et c’est la raison pour laquelle nous disons qu’il y a des principes, et non des éléments, du feu et de l’eau, de l’air et de la terre, et que ce sont ceux-ci mêmes qui sont éléments de tout le reste (Καὶ διὰ τοῦτο πυρὸς μὲν καὶ ὕδατος ἀέρος τε καὶ γῆς ἀρχὰς εἶναι λέγομεν, οὐ στοιχεῖα, ταῦτα δὲ αὐτὰ τῶν ἄλλων ἁπάντων στοιχεῖα) : en effet, ce sont les parties minimales, simples et premières, de tout le reste29.

  • 30 En revanche, dans l’expression τῶν ὁμοιομερῶν ὀνομαζομένων, « que l’on nomme homéomères », du début (...)
  • 31 Un peu plus loin dans le texte, Galien emploie également ἀνωτέρω comme épithète de στοιχεῖα (περὶ τ (...)

11Or cette contradiction interne que semble présenter, à première vue, l’affirmation de « réels éléments » (τὰ ὄντως στοιχεῖα, « ce qui est réellement élément »), laissant la place à d’autres types d’éléments dits « sensibles » (αἰσθητά) ou « immédiats » (προσεχῆ)30, qui se comprennent alors en opposition aux éléments « premiers » (πρῶτοι)31, n’est pas évoquée dans les Éléments selon Hippocrate : c’est dans les deux autres traités qui lui sont explicitement reliés que Galien l’analyse avec beaucoup de finesse.

Analyses de στοιχεῖον dans les Doctrines d’Hippocrate et de Platon et dans le Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate : l’appartenance du « mot élément » (ἡ στοιχεῖον φωνή) à la « catégorie de la relation » (ἡ τοῦ πρός τι κατηγορία)

12Dans le huitième livre des Doctrines d’Hippocrate et de Platon, la définition de στοιχεῖον, tout à fait semblable à celle des Éléments, qui commence la présentation de la théorie des quatre éléments commune à Platon et Hippocrate est suivie d’une longue analyse du terme :

  • 32 De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.2.1-8 De Lacy (5.661-663 K).

Mais maintenant, comme beaucoup de mes amis sont impatients de connaître le reste des doctrines d’Hippocrate et de Platon, je vais m’y consacrer, en commençant par les éléments naturels (ἀρχὴν ἀπὸ τῶν φυσικῶν στοιχείων ποιησάμενος). Est donc nommé « élément » ce qui est la partie minimale de la chose dont il est l’élément (Ὀνομάζεται μὲν οὖν στοιχεῖον ὅπερ ἂν ἐλάχιστον ᾖ μέρος ἐκείνου τοῦ πράγματος οὗπερ ἂν ᾖ στοιχεῖον). En effet, le mot élément relève de la catégorie de la relation (Ἐκ γὰρ τῆς τοῦ πρός τι κατηγορίας ἐστὶν ἡ στοιχεῖον φωνή), tout comme partie (μέρος) : l’élément est élément de quelque chose (τό τε γὰρ στοιχεῖον τινός ἐστι στοιχεῖον), et la partie est partie de quelque chose. Ainsi donc, de même que pour notre langue (Ὥσπερ οὖν τῆς φωνῆς ἡμῶν), que nous employons pour converser mutuellement, il y a vingt-quatre éléments (τέτταρα καὶ εἴκοσί ἐστι στοιχεῖα), de la même façon, pour tous les corps engendrés et corruptibles, les portions minimales (ἁπάντων τῶν γεννητῶν καὶ φθαρτῶν σωμάτων ἐλάχιστα μόρια) sont la terre et l’air, l’eau et le feu (γῆ καὶ ἀήρ ἐστιν ὕδωρ τε καὶ πῦρ), si l’on entend « minimal » comme ce qui ne permet plus la scission (ἐλαχίστου δὲ λεγομένου τοῦ μηκέτι τομὴν ἐγχωροῦντος). Et de fait, la scission du point de vue de la grandeur (ἡ κατὰ τὸ μέγεθος τομή) ne comporte pas d’élément « minimal » de cette sorte (τοιοῦτον οὐδὲν ἐλάχιστον ἔχει) ; seule la scission selon la forme (μόνη δὲ ἡ κατ᾽ εἶδος) cesse à un moment, comme pour la langue. En effet, étant donné un son composé tel que :
         Chante, ô déesse, la colère d’Achille, le Péléide,
il s’agit d’un tout, dont les parties (μέρη) sont colère (τὸ μῆνιν), chante (τὸ ἄειδε), déesse (τὸ θεά), Péléide (τὸ Πηληϊάδεω) et Achille (τὸ Ἀχιλῆος). Chacune de celles-ci, à son tour, se scinde en syllabes (εἰς τὰς συλλαβὰς τέμνεται), et chacune des syllabes à nouveau accepte la division en éléments (διαίρεσιν εἰς τὰ στοιχεῖα λαμβάνει). Par exemple, la première syllabe consistant en deux éléments, aucun d’entre eux ne peut être scindé en d’autres sons plus petits que lui-même, et pour cette raison nous disons que le son est minimal et insécable (τὴν μη φωνὴν ἐλαχίστην τε καὶ ἄτμητον εἶναί φαμεν), de même qu’il est d’usage chez les philosophes d’appeler Dion une « substance insécable » (ἄτομος οὐσία). De même également, pour le discours, Platon a dit que le plus court était celui qui consistait en un nom et un verbe (τὸν συγκείμενον ἐξ ὀνόματος καὶ ῥήματος), en l’appelant visiblement « le plus court » en tant que discours (ὡς λόγον δηλονότι καλῶν βραχύτατον αὐτόν). En effet, chacune des choses dont nous parlons ou que nous concevons selon la forme, lorsqu’elle ne permet plus la scission en formes plus nombreuses, nous l’appelons de noms tels que le plus court, indivisible, élément (τοῖς τοιούτοις ὀνόμασι προσαγορεύομεν, βραχύτατον, ἄτμητον, στοιχεῖον). Mais pour ce qui est du terme élément, un livre entier lui est consacré dans le traité sur les Noms médicaux (ὅλον ἔχεις γεγραμμένον βιβλίον ἐν τῇ τῶν ἰατρικῶν ὀνομάτων πραγματείᾳ)32.

  • 33 « La première chose qu’il convient de dire, c’est ce que signifie le terme nature (φύσις), à partir (...)
  • 34 Sur la finalité de ce commentaire, voir supra n. 18.

13Le préambule du Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate propose une analyse semblable sur de nombreux points, qui s’inscrit dans le cadre de la définition de la φύσις33 faisant immédiatement suite à la justification de l’écriture du traité34 :

  • 35 Voir supra n. 19.
  • 36 Voir supra n. 20.
  • 37 Le parallèle avec le texte des Doctrines d’Hippocrate et de Platon, VIII.2.4-5 De Lacy (5.662 K), c (...)
  • 38 Πρώτῳ : in der dritten Abhandlung H. Il convient visiblement de suivre la traduction arabe de Ḥunai (...)
  • 39 In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 5-6 Mewaldt (15.5-7 K). L’expression στοιχεῖα πρὸς αἴ (...)

Tels (que le passage de Platon tiré du Phèdre) tu peux trouver tous les livres intitulés De la nature (Περὶ φύσεως) des anciens philosophes : Empédocle, Parménide, Mélissos, Alcméon, Héraclite35. Et certains n’ont pas fait un, mais plusieurs livres sur cet examen (θεωρία) ; quelques-uns en ont même fait de fort nombreux, comme Épicure. Il commence lui aussi, comme tous les autres, par chercher si ce dont nous entreprenons de trouver la nature est unique et simple (πότερον ἕν τι καὶ ἁπλοῦν ἐστιν), ou formé de certains composants simples premiers par rapport à lui-même (ἢ σύνθετον ἔκ τινων ἑαυτοῦ προτέρων ἁπλῶν), que ceux qui ont succédé aux Anciens eux-mêmes ont pris l’habitude de nommer éléments (ἅπερ οἱ μετ᾽ αὐτοὺς τοὺς παλαιοὺς εἰθίσθησαν ὀνομάζειν στοιχεῖα)36, comme pour la langue (καθάπερ ἐπὶ τῆς φωνῆς) les grammairiens disent qu’il y a vingt-quatre éléments, c’est-à‑dire des parties simples et premières, et qui ne peuvent plus être divisées en d’autres, comme les syllabes (τουτέστιν ἁπλᾶ καὶ πρῶτα μόρια καὶ μηκέτ᾽ εἰς ἄλλα διαιρεῖσθαι δυνάμενα καθάπερ αἱ συλλαβαί). Ainsi, de la syllabe stra, il est possible d’ôter le premier élément (τὸ πρῶτον στοιχεῖον), le sigma, et d’obtenir comme reste tra, qui est encore une syllabe (τὴν ὑπόλοιπον ἔχειν τὴν τρα μένουσαν ἔτι συλλαβήν). De la même façon, si à nouveau on ôte de cette syllabe la première lettre t (τὸ πρῶτον γράμμα τὸ τ), on aura comme reste la syllabe ra, qui peut être divisée. Cependant, on ne pourra pas encore diviser la syllabe a et montrer qu’elle consiste en deux ou trois sons comme beaucoup d’autres : le son de celle-ci est un, indivisible, de caractère simple non selon la quantité (ἀλλ᾽ ἔστιν εἷς αὐτῆς ἀδιαίρετος ὁ φθόγγος, οὐ κατὰ <τὸ> ποσὸν ἁπλῶς), comme nous l’avons montré ailleurs, ainsi que de nombreux autres philosophes, mais selon la seule forme (ἀλλὰ κατὰ μόνον τὸ εἶδος)37. De la même façon, ceux qui disent que les quatre éléments des corps engendrés et corruptibles sont l’air, le feu, la terre et l’eau (οἱ τὰ τέσσαρα στοιχεῖα τῶν ἐν γενέσει καὶ φθορᾷ σωμάτων εἶναι λέγοντες ἀέρα καὶ πῦρ καὶ γῆν καὶ ὕδωρ), puisqu’il n’est plus possible, pour chacun d’entre eux, d’être scindé en formes plus nombreuses (ἐπεὶ μηκέτι δυνατόν ἐστιν ἕκαστον αὐτῶν εἰς εἴδη πλείω τμηθῆναι), les établissent pour cette raison comme principes de la science de la nature (τῆς φυσιολογίας ἀρχάς). Il y a une première façon de concevoir les corps minimaux, selon la quantité (κατὰ τὸ ποσόν), et ensuite une autre, selon la qualité (κατὰ τὸ ποιόν), comme il a été montré à propos des éléments de la langue (ἐπὶ τῶν τῆς φωνῆς στοιχείων). Les philosophes de la nature (οἱ φυσικοὶ φιλόσοφοι) ne s’accordent pas entre eux, les uns postulant que c’est selon la quantité que les éléments des corps engendrés et corruptibles sont les parties minimales, les autres que c’est selon la qualité (τινὲς μὲν κατὰ τὸ ποσὸν ὑποτιθέμενοι τὰ στοιχεῖα τῶν ἐν γενέσει καὶ φθορᾷ σωμάτων ἐλάχιστα μόρια, τινὲς δὲ κατὰ τὸ ποιόν). Mais pour ce qui est de la signification du mot élément (περὶ μὲν τοῦ σημαινομένου πρὸς τῆς στοιχείου φωνῆς), il en a été très largement question dans le [troisième] livre des Noms médicaux (ἐν τῷ πρώτῳ τῶν Περὶ τῶν ἰατρικῶν ὀνομάτων)38, tout comme de celle de nature (φύσις) dans le cinquième ; cependant notre propos ne porte pas ici sur les dénominations ou sur les significations, mais sur les choses elles-mêmes (νυνὶ δὲ οὐ περὶ προσηγοριῶν ἢ σημαινομένων, ἀλλὰ περὶ τῶν πραγμάτων αὐτῶν ὁ λόγος ἡμῖν ἐστιν), celles qui sont minimales soit selon la grandeur, soit selon la forme étant à l’origine de la première composition (ἡ πρώτη σύνθεσις) des corps engendrés, ce qu’Aristote et nous-même nommons [éléments du point de vue de la sensation et] homéomères (ἅπερ Ἀριστοτέλης καὶ ἡμεῖς ὀνομάζομεν [στοιχεῖα πρὸς αἴσθησιν καὶ] ὁμοιομερῆ)39.

  • 40 Avec une formulation un peu différente dans le Commentaire (comme « composants simples premiers » d (...)

14Ces deux textes présentent des ressemblances frappantes, autant du point de vue des idées qui y sont développées que de leur structure générale. Après une définition de l’élément comme « la partie minimale de ce dont il est l’élément »40, Galien convoque comme point de comparaison l’emploi du terme dans le domaine de la « langue » (φωνή), essentiellement pour désigner les « lettres » de l’alphabet, mais aussi à d’autres niveaux ; cette comparaison lui permet d’illustrer la façon dont il faut comprendre ἐλάχιστος, « minimal », non du point de vue de la quantité, mais du point de vue de la qualité ou forme ; il conclut alors en renvoyant au livre qu’il a consacré au terme dans son traité sur les Noms médicaux.

  • 41 Ph. De Lacy, commentaire aux Doctrines d’Hippocrate et de Platon, ouvr. cit. n. 4, p. 684, ad VIII. (...)
  • 42 Comme le propose Ph. De Lacy, ibid. (nous soulignons).

15Dans les deux cas, l’emploi de στοιχεῖα « pour la langue » (ἐπὶ τῆς φωνῆς), qui sert de point de comparaison, est illustré par une longue « division » successive (διαίρεσις) d’un son « composé » (σύνθετος). Dans le Commentaire, il s’agit de la syllabe στρα, à laquelle on peut ôter successivement chaque « lettre » (γράμμα), jusqu’à obtenir la syllabe α, elle-même indivisible. Dans les Doctrines, Galien part du premier vers de l’Iliade, le divise d’abord en mots qu’il décrit comme des « parties » (μέρη), puis isole une syllabe, μη, où il distingue « deux éléments ». De manière curieuse, c’est alors μη qu’il déclare « minimal et insécable » (ἐλαχίστη τε καὶ ἄτμητος), et non chacun de ses deux éléments. Comme l’observe justement Ph. De Lacy, il est possible que ce flottement soit dû au fait que seules certaines lettres sont susceptibles de constituer à elles seules des syllabes41 (d’où le choix de α comme exemple dans le Commentaire) ; cela n’implique cependant pas que Galien « considère la syllabe, plutôt que la lettre, comme dernière unité indivisible de la langue42 », puisqu’il existe justement des éléments à plusieurs niveaux.

16À cet égard, le texte des Doctrines est particulièrement explicite : il présente clairement « le mot élément » (ἡ στοιχεῖον φωνή) comme « relevant de la catégorie de la relation » (ἐκ τῆς τοῦ πρός τι κατηγορίας), de sorte que « l’élément est » toujours « élément de quelque chose » (τό τε γὰρ στοιχεῖον τινός ἐστι στοιχεῖον). Dès lors, il n’y a aucune contradiction à ce que l’association d’un nom et d’un verbe soit évoquée à la fin de ce même passage comme une sorte d’élément, puisque Platon l’a appelée « le plus court » (βραχύτατον) « en tant que discours » (ὡς λόγον δηλονότι καλῶν), et que Galien donne les adjectifs βραχύτατος, « le plus court », et ἄτμητος, « indivisible », comme synonymes de στοιχεῖον. Un peu plus loin, le texte des Doctrines fait d’ailleurs référence à un autre type encore d’éléments de la langue, nommés comme tels par Chrysippe, que sont les parties du discours :

  • 43 De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.13 De Lacy (5.670 K). Cet emploi n’est pas propre à Chr (...)

les éléments de la langue produisent tout d’abord les syllabes ; c’est d’elles, ensuite, que sont issus le nom, le verbe, la préposition, l’article et la conjonction, que Chrysippe nomme « éléments du discours » (τὰ μὲν τῆς φωνῆς στοιχεῖα γεννᾶν πρώτας μὲν τὰς συλλαβάς, εἶτ᾽ ἐξ αὐτῶν γεννᾶσθαι τό τ᾽ ὄνομα καὶ τὸ ῥῆμα καὶ τὴν πρόθεσιν ἄρθρον τε καὶ σύνδεσμον ἃ πάλιν ὁ Χρύσιππος ὀνομάζει τοῦ λόγου στοιχεῖα)43.

  • 44 Cette expression fait écho à τὸ φύσει στοιχεῖον, « l’élément du point de vue de la nature, l’élémen (...)
  • 45 Voir supra § 8 et n. 24.
  • 46 Voir supra § 10 et 11.

17Dans ce cadre, la contradiction interne que pouvait sembler présenter le texte des Éléments selon Hippocrate disparaît : de même qu’il n’y a pas d’inconvénient à faire coexister plusieurs types d’éléments dans la langue, qui sont chacun minimaux d’un certain point de vue (πρός τι), il n’y en a pas à supposer, à côté des « éléments premiers » (aussi appelés « éléments naturels », φυσικὰ στοιχεῖα, au début du texte des Doctrines)44, des « éléments du point de vue de la sensation » (στοιχεῖα πρὸς τὴν αἴσθησιν) ; dès lors, au début des Éléments selon Hippocrate, l’expression φαινόμενα στοιχεῖα, « éléments en apparence »45, peut être tout autant entendue comme nom d’un type d’éléments, les « éléments apparents », tandis que αἰσθητὰ στοιχεῖα, « éléments sensibles »46, peut se comprendre comme synonyme de στοιχεῖα πρὸς τὴν αἴσθησιν, « éléments du point de vue de la sensation ».

Στοιχεῖον employé « au propre » (κυρίως) et « de façon impropre », « par catachrèse » (καταχρωμένων ἡμῶν), dans le Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate

18La lecture de la définition précise de στοιχεῖον, assortie d’une liste d’exemples détaillée de ses emplois, que proposent les deux analyses parallèles des Doctrines d’Hippocrate et de Platon et du Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate, permet donc de conclure que Galien donne au terme un seul sens (στοιχεῖον exprime toujours une relation), et différents emplois selon la réalité par rapport à laquelle il exprime cette relation (la nature de cette réalité étant précisée soit par un adjectif, soit par un syntagme formé au moyen de la préposition πρός, soit éventuellement par un datif dans le cas de φύσει).

  • 47 Ainsi ἐν αὐτοῖς τοῖς πρώτοις, ἃ δὴ καὶ στοιχεῖα προσαγορεύομεν (De temperamentis, 1.6 Helmreich [1. (...)
  • 48 […] τῶν στοιχείων, ἃ δὴ καὶ κυρίως σώματα προσαγορεύεσθαι φασὶν ἁπλᾶ τε καὶ πρῶτα ὑπάρχοντα· τὰ γὰρ (...)
  • 49 Sur la datation de ces deux textes, voir n. 11. Le traité des Différences des maladies a été « rédi (...)

19D’autres textes, cependant, offrent une perspective très différente. La définition de l’élément comme « partie » (μόριον) « minimale », « simple » (ἁπλοῦν) ou « première » (πρῶτον) se retrouve à plusieurs reprises47. Cependant, il arrive aussi que Galien donne l’emploi en référence aux éléments naturels comme l’emploi « au propre » (κυρίως), non seulement dans un traité comme les Différences des maladies48, écrit dans les mêmes années que les Éléments selon Hippocrate et que le huitième livre des Doctrines d’Hippocrate et de Platon49, mais surtout dans le Commentaire même à la Nature de l’homme, au sein d’un passage traitant de la méthode employée par Hippocrate pour découvrir la nature de l’homme :

  • 50 Platon, Theaet., 206 e - 207 a, citant Hésiode, O., 456.
  • 51 In Hippocratis de natura hominis, 1.44 Mewaldt (15.102-103 K).

Hippocrate, se proposant dans ce livre de découvrir la nature de notre corps, a employé pour ce faire la méthode que voici. Tout d’abord, il a cherché si celui-ci était simple ou multiforme (πότερον ἁπλοῦν ἢ πολυειδές ἐστιν) ; ensuite, ayant découvert qu’il était multiforme, il a examiné quelle était la nature des simples en lui, c’est-à‑dire quelle propriété ils avaient du point de vue de la passion subie, ou de l’action ; de ce fait, il a mentionné les saisons et les âges, en examinant de quelle manière se comportaient vis-à‑vis de ceux-ci les éléments qu’il avait découverts. Il a aussi découvert qu’il faut rapporter les prédictions du dénouement des maladies et les traitements aux mêmes examens. En cherchant les éléments constitutifs de notre corps, il a aussi mentionné ceux du tout, qui sont réellement éléments (Ἐν δὲ τῷ ζητεῖν τὰ συνθετικὰ τοῦ σώματος ἡμῶν στοιχεῖα καὶ τῶν τοῦ παντὸς ἐμνημόνευσεν, ἅπερ ὄντως ἐστὶ στοιχεῖα). En effet, on dit parfois aussi, par emploi impropre (καταχρωμένων ἡμῶν), que les parties simples et premières servant à l’assemblage de chaque chose (τὰ καθ᾽ ἕκαστον πρᾶγμα πρὸς διάρτισιν ἁπλᾶ καὶ πρῶτα μόρια) sont les éléments de cette chose (στοιχεῖα τοῦ πράγματος ἐκείνου), comme on parle des éléments harmoniques, rythmiques, géométriques, arithmétiques, et des éléments du discours, de la langue, et de la démonstration (καθάπερ ἁρμονικὰ στοιχεῖα καὶ ῥυθμικὰ καὶ γεωμετρικὰ καὶ ἀριθμητικὰ καὶ λόγου καὶ φωνῆς καὶ ἀποδείξεως εἰρήκασιν). Ainsi, Platon dit qu’Hésiode a aussi parlé de cent éléments du char (οὕτω δὲ καὶ ἁμάξης ἑκατὸν εἶναι στοιχεῖα) lorsqu’il a écrit :
         pour un char, cent pièces50.
Tout ce qui est ainsi dit élément de chaque chose n’est pas précisément simple et premier (Ἅπαντα μὲν <γὰρ> τὰ οὕτω λεγόμενα στοιχεῖα καθ᾽ ἕκαστον τῶν πραγμάτων οὐκ ἀκριβῶς ἐστιν ἁπλᾶ καὶ πρῶτα) ; c’est ce qui est commun à tous les êtres qui est véritablement simple et premier, et qui est proprement nommé élément (τὰ δὲ κοινὰ πάντων τῶν ὄντων ἁπλᾶ δὴ καὶ πρῶτα κατ᾽ ἀλήθειάν ἐστι καὶ κυρίως ὀνομάζεται στοιχεῖα)51.

20Cette dernière observation est remarquable : pour une dénomination « propre » (κυρίως ὀνομάζειν), στοιχεῖα est réservé aux quatre éléments, tandis que les autres emplois du terme relèvent de la « catachrèse ».

  • 52 Ainsi que le relève justement J. Barnes, « Logique et pharmacologie. À propos de quelques remarques (...)
  • 53 Ainsi dans une discussion sur deux leçons possibles, dans un vers de l’Odyssée (16.403) : « (ceux q (...)
  • 54 Ainsi, par ex., οὐδὲ τὸ ὡς ἄνθρωπος ἐπὶ θεοῦ κυριολογεῖται, κατάχρησις δὲ ὀνομάτων ἐστὶ παρηγοροῦσα (...)

21L’opposition entre un emploi « littéral » et un emploi « catachrestique » appartient au fonds commun de la rhétorique et de la grammaire, comme le note Galien dans l’un de ses traités52. Lorsque celui-ci écrit son Commentaire à la Nature de l’homme, il y a bien longtemps que le substantif κατάχρησις, le verbe καταχρῆσθαι et l’adverbe καταχρηστικῶς sont des termes techniques employés par les commentateurs et les lexicographes ; mais ils sont vraisemblablement également connus de toute personne lettrée, comme le montrent leurs apparitions au hasard d’un texte de Strabon53, ou encore leur place centrale dans la réflexion de Philon d’Alexandrie sur le nom de Dieu54.

  • 55 Voir par ex. D. T. Runia, ouvr. cit. n. 54, p. 84 et n. 72 ; J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 19.
  • 56 Ce texte fait partie d’un ensemble de sept textes intitulés Περὶ (ποιητικῶν) τρόπων, « Des tropes ((...)

22Pour autant, ce que recouvre la notion de catachrèse n’est à première vue pas nécessairement identique pour tous. La définition généralement considérée comme canonique55 est celle du traité Des tropes (Περὶ τρόπων) attribué à Tryphon, grammairien alexandrin du ier siècle avant notre ère56 :

  • 57 Tryphon (?), Des tropes, 2, dans Rhetores Graeci, III, éd. L. Spengel, Leipzig, Teubner, 1856, p. 1 (...)

La catachrèse est une expression transférée d’une première chose qui est dénommée de façon propre et véritable à une autre dépourvue de dénomination qui lui soit propre (κατάχρησίς ἐστι λέξις μετενηνεγμένη ἀπὸ τοῦ πρώτου κατονομασθέντος κυρίως τε καὶ ἐτύμως ἐφ᾽ ἕτερον ἀκατονόμαστον κατὰ τὸ οἰκεῖον), comme le genou [« nœud »] d’un roseau, l’œil de la vigne, la lèvre d’un vase et le col d’une montagne : en effet, ces termes sont dits de façon propre (κυρίως) au sujet de l’homme ; et encore, pyxide est dit d’une boîte fabriquée à partir de buis (pyxos), mais aussi, de façon catachrestique (καταχρηστικῶς), d’une boîte faite de bronze ou de n’importe quelle autre matière. De la même façon, andrias [« statue »] est la représentation, au propre, d’un homme (tou andros), mais également, par catachrèse, d’une femme ; androphonos [« homicide »] est au propre celui qui a tué un homme, mais également, par catachrèse, une femme. Et encore, triérarque est au propre celui qui commande une trière, mais aussi, par catachrèse, celui qui commande une pentère ou une hexère ; psêphizein est au propre compter avec des cailloux (psêphoi), mais par catachrèse compter avec les doigts57.

  • 58 Le terme latin abusio donné pour équivalent de κατάχρησις est effectivement consacré par l’usage : (...)
  • 59 Catachresis, quam recte dicimus abusionem, quae non habentibus nomen suum accommodat quod in proxim (...)

23Elle se retrouve en effet, par exemple, au ier siècle de notre ère, chez Quintilien, selon lequel « la catachrèse, l’abusio, comme nous disons justement58, consiste à adapter le mot le plus proche pour désigner quelque chose, quand le terme exact n’existe pas59 », ainsi qu’à la fin du iie siècle, dans le texte Sur Homère du Pseudo-Plutarque :

  • 60 De Homero, § 18, l. 210-212, éd. J. F. Kindstrand, Leipzig, Teubner, 1990. Sur la datation vraisemb (...)

La catachrèse, qui transfère l’expression d’une chose qui est désignée de façon propre à une autre chose qui n’a pas de nom propre […] (Κατάχρησις μὲν δή, ἥπερ ἀπὸ τοῦ κυρίως δηλουμένου μεταφέρει τὴν φράσιν ἐφ᾽ ἕτερον οὐκ ἔχον ὄνομα κύριον […])60.

24Ces différentes définitions ont pour point commun de présenter la catachrèse comme le moyen de combler un vide lexical : cet emploi secondaire d’un mot est nécessité par l’absence de mot propre, et c’est cette caractéristique qui le distingue de la métaphore (μεταφορά) :

  • 61 Tryphon (?), Des tropes, 2, dans Rhetores Graeci, III, p. 192 Spengel. Voir aussi Quintilien, Insti (...)

La métaphore et la catachrèse diffèrent en ce que la métaphore se produit à partir d’une chose dénommée sur une chose dénommée (ἡ μὲν μεταφορὰ ἀπὸ κατωνομασμένου ἐπὶ κατωνομασμένον γίνεται), la catachrèse à partir d’une chose dénommée sur une chose dépourvue de dénomination (ἡ δὲ κατάχρησις ἀπὸ κατονομαζομένου ἐπὶ ἀκατονόμαστον), d’où son nom de catachrèse61.

25Dans d’autres textes, cependant, la catachrèse est simplement comprise comme emploi d’un mot à la place d’un autre, sans nécessité d’ordre lexical ; ainsi dans la Rhétorique à Herennius, au début du ier siècle avant notre ère :

  • 62 Rhétorique à Herennius, 4.45.

L’abusio consiste à employer, à la place d’un mot précis et propre, un mot ressemblant et approchant (quae uerbo simili et propinquo pro certo et proprio abutitur), par exemple « la force de l’homme est brève »62.

  • 63 Μεταφέρειν et μεταφορά, comme leurs calques latins transferre et translatio, expriment d’abord l’id (...)

26Elle n’est alors pas nécessairement distincte de la métaphore, et peut même y être incluse, lorsque cette dernière est entendue de manière générique, comme « transfert »63, ce qui est le cas dans L’Orateur de Cicéron :

  • 64 Cicéron, L’Orateur, 94. On ne trouve pas trace du terme technique de catachrèse dans les textes d’A (...)

Quant à Aristote, il rattache à la métaphore (translatio) à la fois (l’hypallage [ὑπαλλαγή] et la métonymie [μετωνυμία]), et l’abusio, qu’il appelle catachrèse (κατάχρησις), comme lorsque l’on dit un esprit menu au lieu de petit (ut cum minutum dicimus animum pro paruo), et que l’on emploie des mots voisins, s’il est besoin d’agrément ou de bienséance (et abutimur uerbis propinquis, si opus est uel quod delectat uel quod decet)64.

  • 65 Sur les difficultés que suscite l’attribution d’une « théorie des tropes » aux (seuls) « stoïciens  (...)
  • 66 Dans la Composition stylistique (VI.3.11) de Denys d’Halicarnasse, les « catachrèses » (καταχρήσεις (...)
  • 67 Circa quem inexplicabilis et grammaticis inter ipsos et philosophis pugna est quae sint genera, qua (...)
  • 68 Sur l’effort de Cicéron pour « unifier les autres figures sous le concept général de métaphore » et (...)
  • 69 Voir supra § 21 et n. 53-54.
  • 70 Érotien, ο 42 s.u. οἰσύπη αἰγός ; π 8 s.u. πεπασμός ; τ 27 s.u. τὸ χρῶμα ἀφυῶδες καὶ τὸ πρόσωπον με (...)

27Il n’est toutefois sans doute pas opportun de s’arrêter sur le caractère en apparence totalement contradictoire de ces deux groupes de textes. En effet, la catachrèse y apparaît comme l’un des « tropes » (τρόποι) dont l’origine reste controversée65 et dont la liste a fluctué au cours des siècles, en fonction des emplois qu’en faisaient les grammaires grecques puis latines, mais aussi les traités de rhétorique66 : en témoigne Quintilien qui évoque les « interminables discussions entre les professeurs de grammaire et entre eux et les philosophes sur le problème des genres de tropes, des espèces, du nombre, de leur interdépendance », qu’il considère comme des « chicanes qui ne jouent aucun rôle dans la formation de l’orateur », avant de proposer sa propre liste des « tropes les plus nécessaires et les plus employés », non sans y associer sa propre classification67. Dès lors, chaque définition de la catachrèse se comprend d’abord dans la logique interne du système présenté par tel ou tel texte : son appartenance ou son opposition à la métaphore, en particulier, dépend fondamentalement de la façon dont cette dernière est définie68. De plus, la mention de la catachrèse, dès le ier siècle avant notre ère, dans des textes non spécialisés, et de type très différent69, laisse penser qu’au-delà de ces élaborations théoriques visant à une certaine systématisation il existait une pratique de l’analyse lexicale et du commentaire qui laissait place à la notion de catachrèse ; cette pratique est même précisément attestée dans la tradition médicale puisque le lexique hippocratique d’Érotien offre à trois reprises une distinction entre deux sens d’un terme selon qu’il est dit « au propre » (κυρίως μέν) ou « par catachrèse » (καταχρηστικῶς δέ)70.

  • 71 Nous présentons seulement ici quelques résultats de l’étude exhaustive de la soixantaine d’occurren (...)
  • 72 H. von Staden, art. cit. n. 71, p. 504-505 et n. 17, suivi par J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 18 n. (...)
  • 73 Il existe plus d’une quarantaine d’occurrences de l’expression ἢ ὅπως ἄν τις ὀνομάζειν (καλεῖν) ἐθέ (...)
  • 74 « Ἀραιός [“poreux”] et πυκνός [“dense”] n’expriment pas aussi clairement (que σκληρός [“dur”] et μα (...)

28C’est en tout cas ce qui semble ressortir d’une étude de l’ensemble des passages où Galien évoque la catachrèse71. Ce dernier est visiblement au fait des débats théoriques portant sur la catachrèse et la métaphore : c’est sans doute ainsi que l’on peut comprendre un passage de l’Hygiène évoquant l’emploi d’un terme « par métaphore, par catachrèse, ou comme on veut bien l’appeler » (τὸ δ᾽ ἐκ μεταφορᾶς ἢ καταχρήσεως ἢ ὅπως ἄν τις ὀνομάζειν ἐθέλῃ : 6.120 K). Ce passage a pu servir à illustrer l’idée d’une « assimilation, à maintes reprises, de la métaphore et de la catégorie rhétorique et grammaticale de la catachrèse72 ». Cependant, il s’agit bien plus vraisemblablement d’une de ces formules piquantes, caractéristiques de la manière galénique, par lesquelles le médecin de Pergame exprime sa défiance face à tout asservissement à une quelconque terminologie73. Le contexte, en effet, montre que l’emploi des antonymes ἀραιός, « poreux, clairsemé, lâche », et πυκνός, « dense, compact », sur lesquels porte la réflexion, est bien d’abord analysé comme catachrestique74. D’autre part, dans les autres passages (très peu nombreux) où catachrèse et métaphore sont conjointement évoquées par Galien, celles-ci sont à plusieurs reprises nettement dissociées ; dans les Périodes des maladies, par exemple, elles sont citées comme deux procédés de création lexicale distincts :

  • 75 De morborum temporibus, p. 24 Wille (7.417-418 K). Voir aussi De pulsuum differentiis, 8.675 K : κα (...)

Il y a en effet une loi commune à tous les Grecs : d’une part, pour les choses pour lesquelles nous avons des noms qui se trouvent chez les Anciens, d’employer ces noms-là, et d’autre part, pour les choses pour lesquelles nous n’en avons pas, soit d’opérer un transfert à partir de noms que nous avons (ἢ μεταφέρειν ἀπὸ τινῶν ὧν ἔχομεν), soit d’en créer par analogie d’après les choses déjà nommées (ἢ ποιεῖν αὐτοὺς κατ᾽ ἀναλογίαν τινὰ πρὸς τὰ κατωνομασμένα τῶν πραγμάτων), soit d’employer improprement ceux qui portent sur d’autres choses (ἢ καταχρῆσθαι τοῖς ἐφ᾽ ἑτέρων κειμένοις)75.

29Enfin, une recherche dans l’ensemble du corpus galénique montre que les exemples analysés par Galien comme catachrestiques ne sont jamais qualifiés ailleurs de métaphoriques. Il paraît donc plus vraisemblable de supposer que celui-ci a une idée précise de ce que sont une catachrèse et une métaphore, même s’il n’en livre jamais de définition.

  • 76 Pour un autre indice de sa connaissance de la tradition représentée par le traité Des tropes attrib (...)

30Cette idée, toutefois, ne se superpose avec aucune des deux caractérisations que l’on a pu dégager dans les traités théoriques. Le médecin de Pergame connaît, de toute évidence, les justifications de la catachrèse par l’absence d’un mot propre76, ainsi que l’illustre un développement sur le « suc » (ὀπός), nommé sagapenum :

  • 77 De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 12.117 K. De même dans le Commentaire a (...)

C’est clairement la plante dont provient (ce suc), ressemblant à une férule et ne présentant pas par elle-même de puissance ou d’utilité, qui est d’abord nommée σαγαπηνόν [« sagapenum »] : son suc est ainsi dénommé par emploi impropre (ὁ γὰρ ὀπὸς αὐτοῦ καταχρωμένοις οὕτω προσαγορεύεται), de même que nous nommons beaucoup d’autres choses, du fait d’un manque de mots, d’après un emploi impropre (καθάπερ καὶ ἄλλα πολλὰ δι᾽ ἐλλιποῦς λέξεως ὀνομάζομεν ἐκ καταχρήσεως). Il aurait été meilleur (τελεώτερον) de ne pas l’appeler σαγαπηνόν [« sagapenum »], mais ὀπὸς σαγαπηνοῦ [« suc de sagapenum »]77.

31Mais Galien n’y réduit pas la catachrèse ; dans plusieurs cas, en effet, il souligne explicitement qu’un terme est employé par catachrèse « à la place » (ἀντί) d’un autre, comme dans le commentaire d’un Aphorisme d’Hippocrate évoquant comme signe le fait que le corps (τὸ σῶμα) « fonde » (συντήκεσθαι) :

  • 78 In Hippocratis Aphorismos commentarii, 17b.517 K, commentant Coll. Hipp., Aph., 2.28, 4.478 L. De m (...)

Il faut considérer qu’il n’a pas évoqué ce que l’on appelle au propre « fondre », mais plutôt qu’il a employé de façon impropre le mot (fondre) à la place de maigrir (Οὐ γὰρ δὴ τὸ λεγόμενον κυρίως συντήκεσθαι νῦν εἰρῆσθαι πρὸς αὐτοῦ νομιστέον ἐστίν, ἀλλὰ καταχρῆσθαι μᾶλλον αὐτὸν τῷ ῥήματι ἀντὶ τοῦ ἰσχνοῦσθαι)78.

32Combler un vide lexical ou substituer un mot à un autre sont donc des fonctions que Galien reconnaît volontiers à la catachrèse, mais qu’il n’envisage nulle part comme discriminantes.

  • 79 Par ex. : « Nous employons donc parfois de façon impropre le nom d’affections proches (καταχρώμεθα (...)
  • 80 Par ex. : « Les médecins ont l’habitude, par emploi impropre, de nommer plus grand tout ce qui est (...)
  • 81 « Nous disons parfois chauds (θερμά) une boisson ou un bain lorsqu’ils sont bien tempérés, en emplo (...)

33Or comme le médecin de Pergame ne fournit pas, par ailleurs, sa propre définition, c’est en réalité l’examen des différents emplois qu’il présente comme catachrestiques qui permet de s’en faire une idée. À première vue, l’écart entre ce qui est désigné par l’emploi « au propre » (κυρίως) et ce qui l’est par catachrèse est de nature variée. Il peut y avoir une contiguïté spatiale (ainsi entre la plante et son suc, tous deux nommés σαγαπηνόν) ou temporelle (dans le cas de l’emploi du nom de l’un des stades d’une affection en référence au stade suivant)79 ; mais la catachrèse consiste aussi, à plusieurs reprises, en l’emploi d’un adjectif de quantité pour exprimer une qualité80, ou encore en l’emploi du nom des « extrêmes » (τὰ ἄκρα) en référence à une qualité modérée81.

  • 82 L’opposition à l’emploi « au propre » (κυρίως), très fréquemment notée par Galien lorsqu’il signale (...)
  • 83 C’est cette imprécision inhérente à la catachrèse qui peut expliquer l’existence à priori curieuse (...)

34En définitive, le point commun à tous ces emplois catachrestiques n’est pas tant de s’opposer à un emploi « au propre » (κυρίως) qu’à un emploi « précis » (ἀκριβῶς)82. L’« impropriété » que constitue la catachrèse est caractérisée par le fait que les conditions d’emploi du terme ne sont pas absolument toutes réunies : dans le cas particulier d’une dénomination, la réalité dénommée par catachrèse ne possède pas toutes les caractéristiques de celle qui est dénommée proprement83.

  • 84 La catachrèse est même plus d’une fois explicitement présentée comme un fait d’« usage » (συνήθεια) (...)
  • 85 Dans un passage des Différences du pouls, la catachrèse, présentée comme une pratique caractéristiq (...)

35Or c’est de là que vient manifestement, pour Galien, l’importance de signaler un emploi catachrestique. L’« impropriété » ne constitue pas, en effet, une faute d’usage84 : l’emploi « impropre » n’est pas mauvais ou fautif du point de vue de la langue85, mais inapproprié du point de vue des choses elles-mêmes.

36De ce fait, un emploi catachrestique est tout à fait envisageable, du moment qu’il est reconnu comme tel, ainsi que l’explique très précisément Galien dans une belle analyse de ce que l’on peut entendre par θερμαίνειν, « chauffer » :

  • 86 Οὐκ ὀρθῶς, « de façon inexacte », exprime bien une inadéquation entre la dénomination et la réalité (...)
  • 87 De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 11.527-528 K.

Imagine deux hommes dont le corps a une crase semblable, qui se touchent mutuellement soit seulement la poitrine et le ventre, soit aussi les bras et les jambes. Si l’air qui entoure ces deux hommes a la même crase (κρᾶσις) qu’eux, de sorte qu’il y a une chaleur égale dans les trois corps, il n’est pas possible de dire que quelque chose est chauffé par autre chose (οὐδὲν ἂν ὑπ᾽ οὐδενὸς οὕτω γε θερμαίνεσθαι λέγοιτο). En effet, les corps semblables en tous points ne connaissent aucune altération mutuelle. Si l’air qui entoure ces hommes est froid, il est possible de dire qu’ils se chauffent mutuellement, bien qu’en réalité ils ne se chauffent pas, mais écartent le froid. Comme la plupart des gens ont l’habitude d’employer improprement les noms, ils nomment ce qui empêche d’être refroidi échauffant, de façon inexacte (Εἰθικότες οὖν οἱ πολλοὶ καταχρῆσθαι τοῖς ὀνόμασιν, τὸ κωλυτικὸν τοῦ ψύχεσθαι θερμαῖνον ὀνομάζουσιν οὐκ ὀρθῶς)86. Il faut consentir à ce qu’ils donnent des noms comme ils le veulent, mais en aucun cas consentir de surcroît à ce qu’il y ait la même signification du mot chauffer dans chacune des deux formulations (Ὀνομάζειν μὲν οὖν αὐτοῖς συγχωρητέον ὡς ἂν ἐθέλωσιν, ταὐτὸν δὲ σημαίνειν ἐκ τοῦ θερμαίνειν ῥήματος ἐν ἑκατέρᾳ τῇ ῥήσει κατ᾽ οὐδένα τρόπον ἔτι συγχωρητέον). En effet, ce n’est pas la même chose de fournir à quelqu’un de la chaleur issue de soi-même, ou d’empêcher le froid. Dans ces conditions, pour tout objet que nous rencontrons à l’extérieur et qui est pourvu de la même chaleur que notre corps, que cette chaleur provienne de l’objet lui-même, d’un autre, ou encore de nous-mêmes, on ne peut dire, selon un langage précis, ni qu’il nous chauffe, ni qu’il nous refroidit (ταῦτα κατὰ μὲν τὸν ἀκριβῆ λόγον οὔτε θερμαίνειν ἡμᾶς οὔτε ψύχειν λεκτέον). Si quelqu’un veut faire un emploi impropre, il faut y consentir, mais seulement en rappelant l’existence de différentes significations dans cette formulation (Εἰ δὲ καταχρῆσθαί τις βούλοιτο συγχωρητέον, ἀναμιμνήσκοντα μόνον ἐν τῇ ῥήσει τὴν διαφορὰν τῶν σημαινομένων). En effet, c’est de façon différente que l’on dit que l’air plus chaud et l’air de température équivalente nous chauffent87.

  • 88 Ce qui est un principe auquel Galien est particulièrement attaché : voir en particulier De nominibu (...)
  • 89 Voir supra n. 84 sur l’usage du verbe à la première personne du pluriel καταχρώμεθα.
  • 90 Le texte des Facultés des médicaments simples présente le participe à l’actif ἀναμιμνήσκοντα, « en (...)
  • 91 Comme le souligne justement J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 19-23, qui évoque le passage bien connu (...)

37Galien ne récuse donc pas la catachrèse, à laquelle « il faut consentir » (συγχωρητέον) pour se conformer à l’usage88, et il s’inclut même parmi ceux qui y ont recours89, pour autant que l’imprécision qu’elle engendre soit dûment mentionnée90. Cette mention est en effet nécessaire pour éviter qu’une erreur sur les noms n’engendre une erreur sur les réalités elles-mêmes91, ce qui constitue le danger de la catachrèse :

  • 92 De compositione medicamentorum per genera, 13.573 K. Le choix de l’exemple pyxide, qui se retrouve (...)

La quantité ne se dit pas de façon tout à fait propre pour la qualité (λέγεται μὲν γὰρ οὐ πάνυ τι κυρίως τὸ ποσὸν ἐν τῇ ποιότητι) ; elle se dit cependant, de même qu’une grande ou petite fièvre. Et il y a un tel usage de ce genre d’expressions qu’elles ont déjà presque une valeur de mot propre, tout comme pyxide (τοσαύτη γε χρῆσίς ἐστι τῶν οὕτω λεγομένων, ὥστ᾽ ἤδη κυρίου δύναμιν ἔχειν αὐτὰ παραπλησίως πυξίδι), khalkeus [« forgeron »], zôgraphos [« peintre »], druotomos [« charpentier »], en un mot tout ce qui commence par ce que les grammairiens nomment catachrèse, et que l’on croit ensuite dit de façon propre (τοῖς ἀρξαμένοις μὲν ἐκ τῆς ὑπὸ τῶν γραμματικῶν ὀνομαζομένης καταχρήσεως, ὕστερον δὲ κυρίοις λέγεσθαι πεπιστευμένοις)92.

  • 93 In Hippocratis de natura hominis, 1.44 Mewaldt (15.103 K), cité supra § 19. Dans ce cadre, la prése (...)
  • 94 In Hippocratis de natura hominis, 1.44 Mewaldt (15.102 K), cité supra § 19.
  • 95 Τὸ ι στοιχεῖον μετὰ τοῦ κ στοιχείου τιθέντες, « plaçant la lettre ι après la lettre κ » (De tumorib (...)
  • 96 Ainsi dans un commentaire du syntagme hippocratique ἐν ψύχει (Coll. hipp., Epid. VI, 4.18 Manetti (...)
  • 97 Le traitement que Galien réserve à cet emploi est complexe. Si l’on suit l’analyse du Commentaire à (...)

38C’est dans cet esprit que l’on peut comprendre le recours de Galien à la catachrèse pour expliquer le nom des éléments dans son Commentaire à la Nature de l’homme. Les différents emplois du terme στοιχεῖα ne sont pas équivalents ni interchangeables : seuls les quatre éléments peuvent être « proprement » (κυρίως) appelés éléments, car ils sont « véritablement », dans les faits, « simples et premiers » (ἁπλᾶ δὴ καὶ πρῶτα κατ᾽ ἀλήθειάν ἐστι), tandis que toute autre réalité ainsi dénommée ne l’est « pas précisément » (οὐκ ἀκριβῶς)93. Toutefois, ayant « rappelé l’existence de différentes significations dans cette formulation », comme il le recommande dans les Facultés des médicaments simples, il peut reprendre à son compte l’emploi catachrestique du terme στοιχεῖα, ainsi que l’illustrent l’expression à la première personne du pluriel καταχρωμένων ἡμῶν figurant dans le texte même de son Commentaire94, mais aussi l’usage de στοιχεῖα, dans l’un ou l’autre de ses traités, en référence aux lettres de l’alphabet95, aux parties du discours96, ou encore aux rudiments d’une discipline (en particulier les Éléments d’Euclide)97.

Conclusion

  • 98 La distinction entre établissement du sens et analyse des emplois qu’un lecteur moderne peut y voir (...)

39Toujours attentif au sens et à l’histoire des mots, Galien attache visiblement une importance particulière au terme στοιχεῖον (τὸ), auquel il dit avoir consacré « un livre entier » (ὅλον βιβλίον) « dans [son] traité sur les Noms médicaux » (ἐν τῇ τῶν ἰατρικῶν ὀνομάτων πραγματείᾳ). Si ce livre est malheureusement perdu pour nous, deux traités écrits peu après les Éléments selon Hippocrate, les Doctrines d’Hippocrate et de Platon et le Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate, proposent de la grande variété d’emplois de στοιχεῖον deux explications différentes, qui ne sont pas aisément conciliables, et entre lesquelles Galien ne choisit pas98.

40Tout d’abord, tirer toutes les conséquences de la définition de l’« élément » comme « ce qui est la partie minimale de la chose dont il est l’élément » (ὅπερ ἂν ἐλάχιστον ᾖ μέρος ἐκείνου τοῦ πράγματος οὗπερ ἂν ᾖ στοιχεῖον) conduit à considérer « le mot élément » (ἡ στοιχεῖον φωνή) comme « relevant de la catégorie de la relation » (ἐκ τῆς τοῦ πρός τι κατηγορίας) : « l’élément [étant] » toujours « élément de quelque chose » (τό τε γὰρ στοιχεῖον τινός ἐστι στοιχεῖον), il n’y a pas d’inconvénient à la coexistence de différents emplois de στοιχεῖον, faisant référence à différents éléments chacun minimaux d’un certain point de vue (πρός τι), qui est éventuellement précisé (ainsi φυσικὰ ou φύσει στοιχεῖα, « éléments du point de vue de la nature, éléments naturels », αἰσθητὰ στοιχεῖα ou στοιχεῖα πρὸς τὴν αἴσθησιν, « éléments sensibles, du point de vue de la sensation », mais aussi ἁρμονικὰ στοιχεῖα καὶ ῥυθμικὰ καὶ γεωμετρικά, « éléments harmoniques, rythmiques, ou géométriques », ou encore τοῦ λόγου στοιχεῖα, « éléments du discours »).

  • 99 À cet égard, la différence avec la recherche des modernes d’un sens historiquement premier (voir n. (...)
  • 100 La catachrèse ainsi conçue est très éloignée de la « métaphore nécessaire » à laquelle les modernes (...)
  • 101 De anatomicis administrationibus, 2.581 K ; voir aussi De usu partium, 3.309 K ; De nominibus medic (...)

41Cependant, le Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate fait également place à une autre explication qui propose une hiérarchie de ces différents emplois : idéalement, seuls les quatre éléments mériteraient vraiment le nom d’éléments ; ils sont appelés στοιχεῖα « de façon propre » (κυρίως)99, tandis que tous les autres emplois relèvent de la « catachrèse » ou « impropriété » (κατάχρησις)100. Dans les textes galéniques, cette impropriété ne se conçoit pas tant par rapport à l’usage de la langue que par rapport à la nature des choses : dans le cas d’une dénomination, si un terme est employé pour désigner une chose qui ne présente pas toutes les caractéristiques de ce qu’il désigne d’abord, cette chose est dénommée « de façon imprécise » (οὐκ ἀκριβῶς). Or cette imprécision de la langue entraîne des risques d’erreur sur les faits : c’est ce qui explique l’insistance avec laquelle Galien distingue les « réels éléments » (τὰ ὄντως στοιχεῖα), qui « sont véritablement simples et premiers » (ἁπλᾶ δὴ καὶ πρῶτα κατ᾽ ἀλήθειάν ἐστι), des « éléments en apparence » (τὰ φαινόμενα στοιχεῖα) ; et c’est ce qui justifie l’étude poussée des emplois de ce terme de la part d’un médecin qui, par ailleurs, invite à suivre Platon en « mépris[ant] toujours les noms » (τῶν μὲν ὀνομάτων καταφρονήσεις ἀεί), pour « s’intéress[er] d’abord et avant tout à la science des choses » elles-mêmes (σπουδάσεις δὲ πρῶτον μὲν καὶ μάλιστα τὴν ἐπιστήμην τῶν πραγμάτων)101.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Ce titre est assuré non seulement par la tradition directe, mais aussi par les nombreux renvois que Galien fait à ce traité dans d’autres ouvrages : voir la liste des passages dans l’Introduction de Ph. De Lacy à son édition du texte (Berlin, Akademie Verl., CMG V 1.2, 1996), p. 42‑43.

2 Sur στοῖχος, voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots [= DÉLG], IV, 1, s.u. « στείχω », Paris, Klincksieck, 1977. Celui-ci rapproche de στοιχεῖον les termes pourvus du même suffixe : γραμματεῖον, « tablette », μνημεῖον, « monument commémoratif », σημεῖον, « signe » (sur « la finale ‑ειον/‑ήιον » qui « a fourni des dérivés de sens divers », voir id., La formation des noms en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933, p. 60‑61, § 48). Στοιχεῖον, cependant, n’a pas le caractère concret de ces termes (voir n. 4) ; ainsi, c’est sans doute d’abord le sens d’« appartenance » du suffixe ‑ιο‑ (voir W. Petersen, Greek Diminutives in ‑ιον. A Study in Semantics, Weimar, R. Wagner, 1910, p. 39, § 59‑60) – et de ses formes complexes comme ‑ειο‑ – qui a dû jouer : στοιχεῖον peut en effet être associé à un groupe de termes qui désignent « une partie de ce que désigne le terme de base » (words designating a part of the primitive : ibid., p. 52‑53, § 85 ; voir aussi P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, ouvr. cit., p. 59, § 47), comme ῥινία, « narines », formé sur ῥίς, « nez », ou κηρίον, « cellule de cire », sur κηρός, « cire ».

3 Sur l’ordre de cette liste, qui n’est pas fixe chez Galien, voir l’Introduction de Ph. De Lacy à son édition des Éléments selon Hippocrate, ouvr. cit. n. 1, p. 45‑48.

4 Στοιχεῖα « désigne les “éléments” de l’alphabet en tant qu’on les apprend disposés en ligne selon un ordre immuable », les lettres envisagées « comme éléments expressifs composant les mots », par opposition à γράμματα qui désigne concrètement des « signes » (DÉLG, ouvr. cit. n. 2) : voir W. Burkert, « Στοιχεῖον. Eine semasiologische Studie », Philologus 103, 1959, p. 167-197, qui, p. 170-174, traduit στοιχεῖα par « formes de base, éléments » (Grundformen, Elemente), et qui récuse l’idée, développée par H. Diels (Elementum. Eine Vorarbeit zum griechischen und lateinischen Thesaurus, Leipzig, Teubner, 1899), selon laquelle le « sens physico-ontologique » (en premier attesté chez Platon, selon Eudème : voir n. 5) serait né d’un emploi métaphorique de στοιχεῖα, « lettres de l’alphabet » (si le Greek-English Lexicon, 9e éd., Oxford, Clarendon Press, 1940, de H. G. Liddell, R. Scott, H. S. Jones, R. McKenzie et alii [With a Revised Supplement, 1996 = LSJ] énumère simplement les différents sens du terme, cette idée est en revanche clairement présente dans l’article du Dictionnaire grec-français de A. Bailly, éd. revue par L. Séchan et P. Chantraine, Paris, Hachette, 1950 [1re éd. : 1894], s.u., ou encore dans le commentaire de Ph. De Lacy aux Doctrines d’Hippocrate et de Platon, Berlin, Akademie Verl., CMG V 4.1.2, 1978-1984 [rééd. augm. et corr. : 2005], p. 684, ad VIII.2.3 [5.661 K]).

5 Selon les arguments convaincants de la belle étude de W. Burkert, art. cit. n. 4 (qui ne livre pas une « histoire de στοιχεῖον » [P. Chantraine, DÉLG, ouvr. cit. n. 2, s.u. στείχω], mais cherche à rendre compte des différents emplois du terme d’après sa « signification de base », Grundbedeutung), il faut partir du sens mathématique explicité (d’après Proclus) par le mathématicien Ménechme, contemporain de Platon : στοιχεῖον est l’élément simple, non déductible, en lequel peut être divisé le composé, mais aussi « le “préalable” (Voraussetzung) de façon tout à fait générale, sans considération de simplicité ou de complexité, en tant que pur concept de relation » (p. 191-192, nous soulignons). L’étude des emplois mathématiques du terme (p. 189-196) rend en effet très vraisemblable le passage du sens « partie complétant la série » (Ergänzungsstück der Reihe), « partie d’un système » (Glied eines Systems), « moyen servant à compléter un système » (Mittel, ein System zu ergänzen) à « fondement non déductible, élément » (unableitbare Grundlage, Element : p. 189). Pour l’explication du sens d’« ombre portée » attesté chez Aristophane (Eccl., 652), voir ibid., p. 186–188. Pour un inventaire très détaillé des emplois de στοιχεῖον, à la fois en dehors du Nouveau Testament et dans le Nouveau Testament, voir G. Delling, Theological Dictionary of the New Testament, trad. et éd. par G. W. Bromiley, VII, Grand Rapids, Eerdmans, 1971, s.u., respectivement p. 670-683 et 683-687.

6 De elementis secundum Hippocratem, 1.1 De Lacy (1.413 K).

7 Sur ce point, voir I. Kupreeva, « Galen’s Theory of Elements », dans Philosophical Themes in Galen, P. Adamson, R. Hansberger et J. Wilberding (dir.), Londres, Institute of Classical Studies, University of London, BICS. Suppl. 114, 2014, p. 153-196.

8 Voir aussi In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 6 Mewaldt (15.7 K), cité infra § 13, ainsi que n. 101.

9 Galien évoque vraisemblablement ici les « anciens philosophes » : voir infra § 5 et n. 19.

10 De elementis secundum Hippocratem, 9.25-30 De Lacy (1.487-488 K).

11 Le traité des Éléments selon Hippocrate date du début du second séjour de Galien à Rome, « en 169 ou peu après » : voir l’Introduction de Ph. De Lacy à son édition de ce texte, ouvr. cit. n. 1, p. 43. Les trois derniers livres des Doctrines d’Hippocrate et de Platon ont également été écrits au début de ce second séjour, entre 169 et 176 (plus tardivement que les six premiers livres, qui datent du premier séjour, entre 162 et 166) : voir l’Introduction de Ph. De Lacy à son édition et commentaire de ce texte (CMG V 4.1.2 [ouvr. cit. n. 4]), p. 46-47 et n. 1. Le huitième livre des Doctrines est cependant visiblement postérieur aux Éléments, dans la mesure où Galien y indique explicitement qu’il a « déjà écrit ailleurs un commentaire sur les Éléments selon Hippocrate » (φθάσαντος γραφῆναι ὑπομνήματος ἑτέρωθι Περὶ τῶν καθ᾽ Ἱπποκράτην στοιχείων, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.2.10 De Lacy [5.663 K] ; voir aussi VIII.5.35 De Lacy [5.687 K]).

12 Après un résumé des six premiers livres : voir l’Introduction de Ph. De Lacy à son édition du traité, ouvr. cit. n. 4), p. 50.

13 « Que donc c’est de terre et de feu, d’air et d’eau qu’est constitué notre corps (Ὅτι μὲν οὖν ἐκ γῆς καὶ πυρὸς ἀέρος τε καὶ ὕδατος ἡ τοῦ σώματος ἡμῶν ἐστι σύστασις), et que c’est à cause d’un manque, d’un excès ou d’un changement de ceux-ci que surviennent les maladies, (Platon) l’a clairement énoncé. En ce qu’il ne les appelle pas “éléments”, il paraîtra en divergence avec Hippocrate (Δόξει δ᾽ ἐν τῷ μὴ καλεῖν αὐτὰ στοιχεῖα διαφέρεσθαι πρὸς Ἱπποκράτην) ; cependant, ce dernier non plus ne les a pas nommés “éléments” (καίτοι γε οὐδ᾽ ἐκεῖνος ὠνόμασεν αὐτὰ στοιχεῖα), mais a seulement dit que c’est lorsque ceux-ci s’unissent et se mélangent que les corps naturels apparaissent » (De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.2.21-3.2 De Lacy [5.667 K] ; voir aussi VIII.3.15 De Lacy [5.671 K]).

14 « La question n’est donc pas maintenant pour nous de savoir si l’opinion de Platon sur ces sujets est correcte ou incorrecte (Εἰ μὲν οὖν ὀρθῶς ἢ οὐκ ὀρθῶς ἐδόξαζε περὶ τούτων ὁ Πλάτων) ; nous cherchions à rendre compte, comme il a été dit, de la raison pour laquelle il ne nomme pas “éléments” la terre et l’eau, l’air et le feu (Διὰ τί γὰρ οὐκ ὀνομάζει στοιχεῖα γῆν καὶ ὕδωρ ἀέρα τε καὶ πῦρ), et non s’il leur attribue faussement les figures qu’il a mentionnées » (De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.6-7 De Lacy [5.668 K]). 

15 « Hippocrate dit qu’il n’a aucune nécessité de s’avancer plus loin, puisque l’art qu’il recherche est pratique, et non théorique (πρακτικὴν οὐ θεωρητικὴν μετερχόμενος τέχνην) » (De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.2 De Lacy [5.667 K]).

16 De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.7-13 De Lacy (5.667-670 K).

17 Sous le règne de Commode, vers 189 : voir V. Boudon-Millot, Galien de Pergame : un médecin grec à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2012, p. 354 ; et déjà l’Introduction de J. Mewaldt à son édition du traité (CMG V 9.1, Leipzig, Teubner, 1914), p. IX et n. 1.

18 La finalité de ce commentaire est expliquée par Galien lui-même dans son préambule (In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 3 Mewaldt [15.1-2 K]) : alors que les Éléments selon Hippocrate constituaient un commentaire (ὑπόμνημα) synthétique omettant ce que le destinataire de l’ouvrage connaissait déjà, le Commentaire à la Nature de l’homme, destiné à un plus large public, se propose de fournir une « explication » (ἐξήγησις) de « toutes les expressions à la suite » (πασῶν ἐφεξῆς [λέξεων]), Galien « commen[çant] cette explication en disant tout d’abord ce qu’[il] avai[t] omis de dire au début des Éléments selon Hippocrate » (ἀρχόμενος τῆς ἐξηγήσεως ἐκεῖνα λέξω πρότερον, ὅσα παρέλιπον εἰπεῖν ἐν ἀρχῇ τοῦ Περὶ τῶν καθ᾽ Ἱπποκράτην στοιχείων). Sur ce texte, voir J. Jouanna, « La lecture du traité hippocratique de la Nature de l’homme par Galien : les fondements de l’hippocratisme de Galien », dans Le commentaire entre tradition et innovation. Actes du colloque international de l’Institut des traditions textuelles (Paris et Villejuif, 22-25 septembre 1999), M.‑O. Goulet-Cazé et alii (dir.), Paris, Vrin, 2000, p. 273-292.

19 Galien entend par « anciens philosophes » (οἱ παλαιοὶ φιλόσοφοι) ceux qui ont écrit Sur la nature (Περὶ φύσεως) et ont à ce titre « été appelés φυσικοί » ; ainsi Empédocle, Parménide, Mélissos, Alcméon, Héraclite (voir In Hippocratis de natura hominis, p. 3 Mewaldt [15.2 K], et p. 5 Mewaldt [15.5 K], cité infra § 13 ; ainsi que le traité des Éléments selon Hippocrate, 9.27 De Lacy [1.487 K], cité supra § 4, qui donne comme « Anciens » [οἱ παλαιοί] une liste légèrement différente d’auteurs d’ouvrages intitulés Περὶ φύσεως).

20 In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 5 Mewaldt (15.6 K) : voir l’ensemble du passage infra § 13. Cet intérêt pour la terminologie est bien souligné par J. Jouanna, art. cit. n. 18, p. 287 : « Pour terminer avec sa vision de l’histoire de la philosophie, on signalera que Galien fait une distinction de vocabulaire entre les philosophes anciens et leurs successeurs sur la façon dont ils ont désigné les éléments. Il a noté que le terme στοιχεῖον n’était pas employé par les anciens, alors qu’il est devenu usuel chez les successeurs. On appréciera donc, grâce à ce développement sur la physis dans la philosophie et la médecine grecques, l’attention extrême de Galien à l’histoire de la langue philosophique et à l’apparition de certains termes au cours de cette histoire de la philosophie, tels que στοιχεῖον ou ὁμοιομερῆ ».

21 Il existe près de 650 occurrences de στοιχεῖον dans le corpus galénique. Les réflexions qui suivent reposent sur l’étude de tous les passages où στοιχεῖον est associé à un terme exprimant une dénomination (tel que ὄνομα/ὀνομάζειν, προσηγορία/προσαγορεύειν, ou encore καλεῖν) : ceux-ci apparaissent principalement dans les Doctrines d’Hippocrate et de Platon et dans le Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate, mais d’autres traités présentent à l’occasion une réflexion incidente sur le sujet.

22 Sur ce point, voir F. Skoda, « Galien lexicologue », dans Dieux, héros et médecins grecs. Hommage à Fernand Robert, M. Woronoff, S. Follet et J. Jouanna (dir.), Besançon, PUFC, 2001, p. 177-195 ; id., « L’enseignement par Galien des noms et des choses : lexicographie et modernité », dans L’enseignement de la médecine selon Galien, J. Boulogne et A. Drizenko (dir.), Villeneuve d’Ascq, Université Charles-de‑Gaulle Lille 3, 2006, p. 43-57.

23 Sur la culture de Galien, voir par ex. D. Manetti et A. Roselli, « Galeno commentatore di Ippocrate », dans Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, W. Haase et H. Temporini (dir.), 37.2, Berlin, De Gruyter, 1994, p. 1529-1635 (et en particulier p. 1571-1579) ; V. Nutton, « Galen’s Library », dans Galen and the World of Knowledge, C. Gill, T. Whitmarsh et J. Wilkins (dir.), Cambridge, CUP, 2009, p. 19-34.

24 La première de ces deux expressions n’apparaît textuellement que dans le rappel de ce développement, un peu plus loin dans le traité : ἐμοὶ δὲ καὶ κατ᾽ ἀρχὰς εὐθὺς εἴρηται πάμπολυ διαφέρειν τὰ φαινόμενα στοιχεῖα τῶν ὄντως στοιχείων, « j’ai dit au tout début que les éléments en apparence diffèrent de beaucoup des réels éléments » (De elementis secundum Hippocratem, 6.28 De Lacy [1.465 K]).

25 Bien que le datif φύσει soit le plus souvent traduit en français par l’expression « par nature », τὸ φύσει στοιχεῖον se comprend mieux, en relation avec l’expression πρὸς τὴν φύσιν, « du point de vue de la nature », qui précède immédiatement, comme « l’élément du point de vue de la nature, l’élément naturel » (Ph. De Lacy traduit « natural element »), de façon parallèle à φυσικὰ στοιχεῖα, « éléments naturels », que l’on trouve dans les Doctrines d’Hippocrate et de Platon (voir infra § 17 et n. 44), de même que l’on peut comprendre αἰσθητὰ στοιχεῖα, « éléments sensibles », comme synonyme de στοιχεῖα πρὸς τὴν αἴσθησιν, « éléments du point de vue de la sensation » (voir n. 39).

26 De elementis secundum Hippocratem, 1.4-9 De Lacy (1.414-415 K).

27 De elementis secundum Hippocratem, 6.29-30 De Lacy (1.465-466 K).

28 « J’ai dit au tout début que les éléments en apparence diffèrent de beaucoup des réels éléments ; il me semble que c’est maintenant le moment d’en parler plus longuement » (De elementis secundum Hippocratem, 6.28-29 De Lacy [1.465 K]) : voir n. 24.

29 De elementis secundum Hippocratem, 8.11-14 De Lacy (1.479-480 K).

30 En revanche, dans l’expression τῶν ὁμοιομερῶν ὀνομαζομένων, « que l’on nomme homéomères », du début du texte, ὁμοιομερῶν est certainement substantivé, et non adjectif : en effet, dans tout le corpus galénique, ὁμοιομερῆ n’apparaît jamais comme épithète de στοιχεῖα, alors qu’il qualifie régulièrement μόρια ou σώματα.

31 Un peu plus loin dans le texte, Galien emploie également ἀνωτέρω comme épithète de στοιχεῖα (περὶ τῶν ἀνωτέρω στοιχείων, ἃ τὴν αἴσθησιν διαφεύγει, « au sujet des éléments de rang supérieur, qui échappent à la sensation » : De elementis secundum Hippocratem, 9.4 De Lacy [1.481 K]), mais cette expression n’est pas attestée par ailleurs dans le corpus galénique.

32 De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.2.1-8 De Lacy (5.661-663 K).

33 « La première chose qu’il convient de dire, c’est ce que signifie le terme nature (φύσις), à partir duquel certains anciens philosophes ont tiré leur nom, en étant appelés phusikoi (φυσικοί) » : In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 3 Mewaldt (15.2 K).

34 Sur la finalité de ce commentaire, voir supra n. 18.

35 Voir supra n. 19.

36 Voir supra n. 20.

37 Le parallèle avec le texte des Doctrines d’Hippocrate et de Platon, VIII.2.4-5 De Lacy (5.662 K), cité supra § 12, qui souligne qu’il n’y a « pas d’élément “minimal” » pour « la scission du point de vue de la grandeur » (ἡ κατὰ τὸ μέγεθος τομή), mais que « seule la scission selon la forme (μόνη δὲ ἡ κατ᾽ εἶδος) cesse à un moment, comme pour la langue », invite à ne pas retenir la traduction de J. Jouanna (cité n. 18), p. 285, « non selon la quantité simplement […], mais selon la forme qui est unique ». Voir aussi De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.2.8‑9 De Lacy (5.663 K) : « Pour ce qui est de la division des corps du point de vue de la dimension (Περὶ δὲ τῆς κατὰ μέγεθος τομῆς τῶν σωμάτων), il a été montré par les géomètres qu’elle ne peut cesser, et que ce qui est divisé comporte toujours quelque chose de dimension plus petite. En revanche, pour la seule division qui reste, selon la forme (Ἀπολειπομένης δὲ μόνης τῆς κατ᾽ εἶδος τομῆς), on s’accorde sur le fait que, pour chaque genre de ce qui existe, il y a une forme indivisible telle qu’est l’élément dans les corps naturels : la terre et l’eau, l’air et le feu ».

38 Πρώτῳ : in der dritten Abhandlung H. Il convient visiblement de suivre la traduction arabe de Ḥunain (ici dans la traduction allemande de F. Kern), dont J. Mewaldt, dans l’introduction à son édition du texte grec (p. XIV), souligne par ailleurs la fiabilité : en effet, le premier livre des Noms médicaux, seul conservé par une traduction arabe (Über die medizinischen Namen, arabisch und deutsch hrsg. von M. Meyerhof und J. Schacht, Berlin, Akademie der Wissenschaften, 1931), n’aborde pas la question du sens du mot élément.

39 In Hippocratis de natura hominis, Prooem., p. 5-6 Mewaldt (15.5-7 K). L’expression στοιχεῖα πρὸς αἴσθησιν καὶ est une expression galénique fautivement ajoutée dans l’un des manuscrits, qui n’apparaît pas dans la majorité de la tradition (om. VR nec uertit H : voir l’apparat critique ad loc. de J. Mewaldt, ainsi que l’explication de J. Jouanna, art. cit. n. 18, p. 287 et n. 19, qui cite Galien, De optima corporis nostri constitutione, 4.741 K ; on peut également rapprocher la définition des Facultés naturelles, 1.6 Helmreich [2.12 K] : καλεῖται δ᾽ αἰσθητὰ στοιχεῖα τὰ ὁμοιομερῆ πάντα τοῦ σώματος μόρια, « on appelle éléments sensibles toutes les parties homéomères du corps » ; voir aussi De elementis secundum Hippocratem, 8.11 De Lacy [1.479 K], cité supra § 10 : ἐκ πρώτων οὗτος καὶ ἁπλουστάτων αἰσθητῶν στοιχείων ἐστί, τῶν ὁμοιομερῶν ὀνομαζομένων, « [l’homme] est constitué des éléments sensibles premiers et les plus simples que l’on nomme homéomères »).

40 Avec une formulation un peu différente dans le Commentaire (comme « composants simples premiers » de ce qui constitue un objet de recherche).

41 Ph. De Lacy, commentaire aux Doctrines d’Hippocrate et de Platon, ouvr. cit. n. 4, p. 684, ad VIII.2.6 (5.662 K).

42 Comme le propose Ph. De Lacy, ibid. (nous soulignons).

43 De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.13 De Lacy (5.670 K). Cet emploi n’est pas propre à Chrysippe : voir LSJ, ouvr. cit. n. 4, s.u.

44 Cette expression fait écho à τὸ φύσει στοιχεῖον, « l’élément du point de vue de la nature, l’élément naturel », qui apparaît au début du texte des Éléments selon Hippocrate (voir supra § 8 et n. 25).

45 Voir supra § 8 et n. 24.

46 Voir supra § 10 et 11.

47 Ainsi ἐν αὐτοῖς τοῖς πρώτοις, ἃ δὴ καὶ στοιχεῖα προσαγορεύομεν (De temperamentis, 1.6 Helmreich [1.544 K]) ; τῶν ἁπλουστάτων αὐτοῦ μορίων, ἃ δὴ καὶ στοιχεῖα προσαγορεύομεν (De placitis Hippocratis et Platonis, V.2.35 De Lacy [5.440 K]) ; […] στοιχεῖον. Οὐδὲν γὰρ χεῖρον οὕτως ὀνομάσαι τὸ πρῶτόν τε καὶ ἁπλούστατον ἐν αὐτῇ μόριον (De constitutione artis medicae ad Patrophilum, 7.2 Fortuna [1.246 K]).

48 […] τῶν στοιχείων, ἃ δὴ καὶ κυρίως σώματα προσαγορεύεσθαι φασὶν ἁπλᾶ τε καὶ πρῶτα ὑπάρχοντα· τὰ γὰρ ἐκ τούτων συντιθέμενα συγκρίματα καλοῦσιν, « […] les éléments, appellation qu’ils donnent précisément proprement aux corps qui sont simples et premiers ; en effet, ce qui est composé de ces derniers, ils l’appellent combinaison (σύγκριμα) » (De morborum differentiis, 5.1 Johnston [6.848 K]). Cet exemple n’est cependant pas probant : dans la mesure où Galien évoque ici la théorie d’Asclépiade et des méthodistes, κυρίως peut renvoyer soit à sa propre pensée, soit à celle qu’il rapporte.

49 Sur la datation de ces deux textes, voir n. 11. Le traité des Différences des maladies a été « rédigé au début du second séjour romain avant la mort de Marc Aurèle (169-182) » : voir V. Boudon-Millot, ouvr. cit. n. 17, p. 358.

50 Platon, Theaet., 206 e - 207 a, citant Hésiode, O., 456.

51 In Hippocratis de natura hominis, 1.44 Mewaldt (15.102-103 K).

52 Ainsi que le relève justement J. Barnes, « Logique et pharmacologie. À propos de quelques remarques d’ordre linguistique dans le De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus de Galien », dans Galen on Pharmacology: Philosophy, History and Medicine. Proceedings of the Vth International Galen Colloquium, Lille, 16–18 March 1995, A. Debru (dir.), Leyde, Brill, 1997, p. 19 : τῆς ὑπὸ τῶν γραμματικῶν ὀνομαζομένης καταχρήσεως, « ce que les grammairiens nomment catachrèse » (De compositione medicamentorum per genera, 13.573 K, cité infra § 37).

53 Ainsi dans une discussion sur deux leçons possibles, dans un vers de l’Odyssée (16.403) : « (ceux qui lisent τομοῦροι) disent que nulle part, chez le poète, les oracles ne sont dits θέμιστες : ce sont plutôt les arrêts (βουλαί), les mesures (πολιτεύματα) et les règlements (νομοθετήματα). […] (Cependant), il faut, plus simplement, accepter θέμιστες, qui a été employé de façon impropre (καταχρηστικῶς), ainsi que βουλαί, pour les prescriptions (προστάγματα) et les décisions (βουλήματα) d’un oracle » (Strabon, VII.7.11) ; ou encore dans une réflexion sur la façon de « concevoir toute l’Italie actuelle en une seule figure géométrique » (ἑνὶ […] σχήματι σύμπασαν τὴν νῦν Ἰταλίαν […] περιλαβεῖν γεωμετρικῶς) : « il faudrait plutôt parler d’une figure à quatre qu’à trois côtés, et en aucune manière d’un triangle, sinon par emploi impropre » (V.1.2) ; voir aussi I.2.6.

54 Ainsi, par ex., οὐδὲ τὸ ὡς ἄνθρωπος ἐπὶ θεοῦ κυριολογεῖται, κατάχρησις δὲ ὀνομάτων ἐστὶ παρηγοροῦσα τὴν ἡμετέραν ἀσθένειαν, « l’expression comme un homme (Dt 1.31) n’est pas dite de façon propre à propos de Dieu : c’est un emploi impropre des noms, qui sert de réconfort pour notre faiblesse » (Philon d’Alexandrie, De sacrifiis Abelis et Caini, 101). Sur l’« application théologique » que fait Philon de cette notion « empruntée à la théorie rhétorique », voir D. T. Runia, « Naming and Knowing: Themes in Philonic Theology with Special Reference to the De Mutatione Nominum », dans Knowledge of God in the Graeco-Roman World, R. Van den Broek, T. Baarda et J. Mansfeld (dir.), Leyde, Brill, 1988, p. 69-91, repris dans D. T. Runia, Exegesis and Philosophy. Studies on Philo of Alexandria, Aldershot, Variorum, 1990.

55 Voir par ex. D. T. Runia, ouvr. cit. n. 54, p. 84 et n. 72 ; J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 19.

56 Ce texte fait partie d’un ensemble de sept textes intitulés Περὶ (ποιητικῶν) τρόπων, « Des tropes (poétiques) », auxquels un papyrus de Würzburg, daté du iie s. après J.‑C., donne un terminus ante quem, et dont le modèle remonte sans doute au ier s. avant J.‑C. : voir M. L. West, « Tryphon De Tropis », CQ 15, 2, 1965, p. 230-248 (et en particulier p. 231-232), qui voit dans ce texte (« Tryphon i ») et dans celui qu’il édite (« Tryphon ii », erronément édité par Walz et Spengel sous le nom de Grégoire de Corinthe) les représentants de deux branches, très anciennement séparées, et conservant chacune certaines caractéristiques anciennes, d’une tradition qui pourrait remonter à Tryphon.

57 Tryphon (?), Des tropes, 2, dans Rhetores Graeci, III, éd. L. Spengel, Leipzig, Teubner, 1856, p. 192-193.

58 Le terme latin abusio donné pour équivalent de κατάχρησις est effectivement consacré par l’usage : voir infra § 25 et 26 les textes de la Rhétorique à Herennius et de L’Orateur de Cicéron.

59 Catachresis, quam recte dicimus abusionem, quae non habentibus nomen suum accommodat quod in proximo est (Quintilien, Institution oratoire, VIII.6.34, éd. et trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettres, 1978). La proximité des exemples donnés par Quintilien à la suite de cette définition (VIII.6.35) avec ceux qui sont fournis par le traité Des tropes attribué à Tryphon est remarquable : on retrouve l’emprunt au grec pyxides, tandis que parricida, « parricide », dit aussi de l’« assassin d’une mère ou d’un frère » (matris quoque aut fratris interfector), peut apparaître comme une façon de transposer androphonos.

60 De Homero, § 18, l. 210-212, éd. J. F. Kindstrand, Leipzig, Teubner, 1990. Sur la datation vraisemblable de ce traité, voir M. Hillgruber, Die pseudoplutarchische Schrift De Homero. I, Einleitung und Kommentar zu den Kapiteln 1-73, Stuttgart, Teubner, 1994, p. 75-76 et n. 281.

61 Tryphon (?), Des tropes, 2, dans Rhetores Graeci, III, p. 192 Spengel. Voir aussi Quintilien, Institution oratoire, VIII.6.35 Cousin : discernendumque est <ab> hoc totum tralationis istud genus, quod abusio est ubi nomen defuit, tralatio ubi aliud fuit, « il faut totalement distinguer ce type de la métaphore (tralatio) ; car il y a catachrèse là où le nom manquait, et métaphore là où il y avait un autre nom ».

62 Rhétorique à Herennius, 4.45.

63 Μεταφέρειν et μεταφορά, comme leurs calques latins transferre et translatio, expriment d’abord l’idée de « déplacement » : on peut d’ailleurs noter la présence du verbe μεταφέρειν dans la définition de la catachrèse donnée par le traité Des tropes attribué à Tryphon comme dans celle qui apparaît dans le texte Sur Homère du Pseudo-Plutarque.

64 Cicéron, L’Orateur, 94. On ne trouve pas trace du terme technique de catachrèse dans les textes d’Aristote qui nous ont été conservés : voir K. Barwick, Probleme der stoischen Sprachlehre und Rhetorik, Berlin, Akademie Verl., 1957, p. 96. Comme l’observe A. Yon dans son édition (Paris, Les Belles Lettres, 1964, n. ad loc.), Cicéron ne se réfère ici que de très loin, et de mémoire, à la Poétique d’Aristote.

65 Sur les difficultés que suscite l’attribution d’une « théorie des tropes » aux (seuls) « stoïciens », que le texte Sur Homère du Pseudo-Plutarque « restitue[rait] de façon relativement pure » (K. Barwick, ouvr. cit. n. 64, p. 88-97, et en particulier p. 90-91 et 96-97 sur la catachrèse), voir par ex. la recension de D. Fehling de l’ouvrage de K. Barwick, GGA 212, 1958, p. 161-173 (p. 169-170 sur la question des tropes) ; M. Hillgruber, ouvr. cit. n. 60, p. 68 ; G. Calboli, « From Aristotelian λέξις to Elocutio », Rhetorica 16, 1, 1998, p. 47-80, qui montre l’importance de la tradition péripatéticienne ; et en dernier lieu R. Gutiérrez González, « Stoics on Tropes and Figures », Journal of Latin Linguistics 15, 2, 2016, p. 279-311, qui donne une bonne idée de l’histoire de la question, mais dont les vues sont sans doute également trop radicales : plutôt que de chercher à attribuer une théorie à une école philosophique qui exclurait les autres, il est sans doute plus vraisemblable de supposer une lente élaboration de la réflexion sur les tropes, devenue un bien commun, dans un milieu ouvert à de multiples influences (voir déjà en ce sens D. Fehling, ibid., p. 173). Sur Rhodes, « origine de la τέχνη rhétorique », « centre de culture philosophique, rhétorique et grammaticale où étaient présentes aussi bien les philosophies péripatéticienne et stoïcienne que la grammaire alexandrine », voir G. Calboli, « The Metaphor after Aristotle », dans Influences on Peripatetic Rhetoric. Essays in Honor of William W. Fortenbaugh, D. C. Mirhady (dir.), Leyde, Brill, 2007, p. 124.

66 Dans la Composition stylistique (VI.3.11) de Denys d’Halicarnasse, les « catachrèses » (καταχρήσεις) sont associées aux « métaphores » (μεταφοραί) et aux « hypallages » (ὑπαλλαγαί) en tant que caractéristiques du « langage figuré » (τροπικὴ διάλεκτος).

67 Circa quem inexplicabilis et grammaticis inter ipsos et philosophis pugna est quae sint genera, quae species, qui numerus, quis cuique subiciatur. Nos, omissis quae nihil ad instruendum oratorem pertinent cauillationibus, necessarios maxime atque in usum receptos exequemur, haec modo in his adnotasse contenti […] (Quintilien, Institution oratoire, VIII.6.1-2 Cousin).

68 Sur l’effort de Cicéron pour « unifier les autres figures sous le concept général de métaphore » et « revenir à l’unité aristotélicienne », en opposition à la distinction progressive de la métonymie, la synecdoque et la catachrèse, tandis que « la métaphore était réduite au κατὰ τὸ ἀνάλογον », et sur le refus de Quintilien de suivre en cela son modèle, qui allait à l’encontre des principes d’« exactitude des τέχναι γραμματικαί et ῥητορικαί » et du besoin de manuels qui caractérisait son époque, voir G. Calboli, « The Metaphor after Aristotle », art. cit. n. 65, p. 123-150, et en particulier p. 130-131 et 146. Sur les théories de la métaphore dans l’Antiquité, voir par ex. La metafora, G. Guidorizzi et S. Beta, Pise, ETS, 2000 ; H. Lausberg, Handbook of Literary Rhetoric. A Foundation for Literary Study, Leyde, Brill, 1998, § 554 et 558-564 ; E. Eggs, « Metapher », dans Historisches Wörterbuch der Rhetorik, G. Ueding (dir.), V, Tübingen, Niemeyer, 2001, col. 1099-1115.

69 Voir supra § 21 et n. 53-54.

70 Érotien, ο 42 s.u. οἰσύπη αἰγός ; π 8 s.u. πεπασμός ; τ 27 s.u. τὸ χρῶμα ἀφυῶδες καὶ τὸ πρόσωπον μετάρσιον Nachmanson.

71 Nous présentons seulement ici quelques résultats de l’étude exhaustive de la soixantaine d’occurrences de κατάχρησις, καταχρῆσθαι et καταχρηστικῶς dans les textes galéniques, effectuée dans le cadre de la préparation d’un ouvrage intitulé Nommer la science, portant sur la langue de la médecine selon Galien. On trouve quelques observations sur la catachrèse chez Galien dans H. von Staden, « Science as Text, Science as History. Galen on Metaphor », dans Ancient Medicine in Its Socio-Cultural Context. Papers Read at the Congress Held at Leiden University, 13–15 April 1992, Ph. J. van der Eijk, H. F. J. Horstmanshoff et P. H. Schrijvers (dir.), Amsterdam, Rodopi, 1995, p. 504-505 ; J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 18-19 ; D. Manetti, « Galeno, la lingua di Ippocrate e il tempo », dans Galien et la philosophie. Huit exposés suivis de discussions, J. Barnes et J. Jouanna (dir.), Genève, Fondation Hardt, 2003, p. 195-196.

72 H. von Staden, art. cit. n. 71, p. 504-505 et n. 17, suivi par J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 18 n. 29, qui renvoie à ce passage de l’Hygiène en affirmant que « métaphore et catachrèse, distinguées l’une de l’autre par les grammairiens (par ex. scholie à Denys de Thrace, 458.21-25), se trouvent identifiées chez Galien ». J. Barnes, ibid., a pourtant vu la contradiction avec le passage des Périodes des maladies (p. 24 Wille [7.417 K] : voir infra dans ce § 28) qu’il a précédemment cité (p. 13), mais ne creuse pas la question ; D. Manetti, art. cit. n. 71, p. 196 n. 67, en revanche, exprime ses doutes quant à une « identification substantielle » de la métaphore et de la catachrèse, qui « doit être précisée », mais suggère seulement une piste explicative (« dans l’évaluation de ces phénomènes, ce qui est décisif, c’est le point de vue [normatif, polémique ou analytique] qui est à chaque fois assumé par Galien »). Sur l’impossibilité de déduire « l’assimilation de la métaphore et de la catachrèse » de leur opposition commune au « littéral », voir infra § 34 et n. 82.

73 Il existe plus d’une quarantaine d’occurrences de l’expression ἢ ὅπως ἄν τις ὀνομάζειν (καλεῖν) ἐθέλῃ (ἐθέλοι). On peut rapprocher, par ex., un célèbre passage de la Méthode thérapeutique, 2.1 Johnston & Horsley (10.80-81 K) : « Si l’on veut appeler cette disposition une “maladie”, ou une “affection”, ou la “cause d’une maladie”, ou la “cause d’une affection” (ταύτην οὖν τὴν διάθεσιν εἴτε νόσημα καλεῖν, εἴτε πάθος, εἴτ᾽ αἰτίαν νοσήματος, εἴτε πάθους ἐθέλοι τις), il n’en résulte pour le traitement ni utilité ni nuisance (οὔτ᾿ ὄφελος οὔτε βλάβος). En réalité, si quelqu’un l’appelait “Théon” ou “Dion”, pour ensuite donner un traitement correct, il ne causerait absolument aucune nuisance au malade ».

74 « Ἀραιός [“poreux”] et πυκνός [“dense”] n’expriment pas aussi clairement (que σκληρός [“dur”] et μαλακός [“mou”]) les dispositions du corps, car il y a un double emploi des mots, l’un lorsque l’on nomme proprement, l’autre par catachrèse (διττή τις ἡ τῶν ὀνομάτων χρῆσις ἐγένετο, κυρίως μὲν ὀνομαζόντων ἑτέρα, καταχρωμένων δ᾽ ἑτέρα). Ce qui est proprement poreux est ce qui est divisé par de grands pores, de même qu’est dense ce qui est divisé par de petits pores. Mais ἀραιός et πυκνός sont aussi dits par métaphore, par catachrèse, ou comme on veut bien l’appeler, de ce qui est relâché et comprimé. Ainsi, nous disons parfois que l’air et le feu sont poreux, et l’eau et la terre denses, en faisant porter les dénominations susdites sur les éléments mêmes, qui sont unis et de nature homéomère, et ne sont divisés par aucun pore » (De sanitate tuenda, 6.119-120 K).

75 De morborum temporibus, p. 24 Wille (7.417-418 K). Voir aussi De pulsuum differentiis, 8.675 K : καὶ διὰ τῶν ἐκ μεταφορᾶς ὀνομάτων καὶ διὰ τῶν ἐκ καταχρήσεως ἐνδείκνυσθαι τὸ λεγόμενον, « exposer le propos à la fois au moyen de noms venant d’une métaphore et au moyen de noms venant d’une catachrèse ».

76 Pour un autre indice de sa connaissance de la tradition représentée par le traité Des tropes attribué à Tryphon, voir n. 92.

77 De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 12.117 K. De même dans le Commentaire aux Articulations d’Hippocrate : τὸ δὲ ἐν χόνδρῳ γενόμενον οὐκ ἔχον ἰδίαν προσηγορίαν καταχρησάμενος ὁ Ἱπποκράτης τοῦ κατάγματος ὀνόματι προσηγόρευσεν, « comme (la rupture de continuité) qui advient dans le cartilage n’avait pas de dénomination propre, Hippocrate a employé de façon impropre le terme de fracture pour la nommer » (18a.482 K).

78 In Hippocratis Aphorismos commentarii, 17b.517 K, commentant Coll. Hipp., Aph., 2.28, 4.478 L. De même, par ex., Τίς οὖν ἡ ἔνδειξις; Ἀκριβολογουμένῳ μὲν ἡ προφυλακτικὴ προσαγορευομένη, καταχρωμένῳ δ᾽ ἡ θεραπευτική, « Quelle est donc l’indication ? En parlant précisément, c’est une indication que l’on appelle prophylactique ; par catachrèse, elle est thérapeutique » (De methodo medendi, 4.3 Johnston & Horsley [10.248 K]).

79 Par ex. : « Nous employons donc parfois de façon impropre le nom d’affections proches (καταχρώμεθα δ᾽ οὖν ἐνίοτε τοῖς τῶν παρακειμένων παθῶν ὀνόμασι) à propos d’affections qui y aboutissent, mais n’ont pas encore leur forme et leur nature. Ainsi, nous nommons parfois gangrène (γάγγραινα) la grande inflammation (ἡ μεγίστη φλεγμονή), quand celle-ci ne conserve ni la vive couleur ni la douleur qui lui sont propres, bien qu’elle ne soit pas encore précisément de la gangrène, mais qu’elle va le devenir peu après, si elle est négligée » (In Hippocratis de articulis librum commentarii, 18a.688 K, commentant Coll. Hipp., Art., 63, 4.270 L). Voir aussi In Hippocratis Aphorismos commentarii, 18a.155-156 K, commentant l’emploi hippocratique du verbe σφακελίζεσθαι, « être frappé de sphacèle », alors qu’une guérison est présentée comme possible (Aph., 7.50, 4.592 L).

80 Par ex. : « Les médecins ont l’habitude, par emploi impropre, de nommer plus grand tout ce qui est plus violent, même s’il s’agit non de quantité, mais de qualité (Σύνηθες γάρ ἐστι τοῖς ἰατροῖς καταχρωμένοις τὸ σφοδρότερον ἅπαν ὀνομάζειν μεῖζον, εἰ καὶ μὴ ποσόν, ἀλλὰ καὶ ποιὸν ὑπάρχει). En effet, tous ne cessent de nommer la fièvre grande, petite ou moyenne, alors que son existence est liée à la chaleur. Il n’est donc absolument pas étonnant qu’ils disent aussi plus grande une douleur plus violente » (In Hippocratis Aphorismos commentarii, 18a.16 K) ; voir aussi De compositione medicamentorum per genera, 13.573 K ; In Hippocratis Aphorismos commentarii, 17b.406 K ; Adversus Lycum, 18a.243 K.

81 « Nous disons parfois chauds (θερμά) une boisson ou un bain lorsqu’ils sont bien tempérés, en employant cette appellation de façon impropre (καταχρώμενοι τῇ προσηγορίᾳ) ; il faudrait en effet les dire bien tempérés (εὔκρατα) et modérés (σύμμετρα) plutôt que chauds » (De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 11.624 K). Un tel fonctionnement s’observe dans le cadre d’un couple d’antonymes : « de façon propre, c’est ce qui est opposé au plus haut point (αἱ κατὰ τὰς ὑπερβολὰς ἀντιθέσεις) qui est ainsi nommé ; mais de façon impropre, ce qui est modéré et mesuré emploie les noms des deux extrêmes (τὸ μέσον ἐνίοτε καὶ σύμμετρον ἀμφοτέροις χρῆται τοῖς ὀνόμασι τῶν ἄκρων), en étant nommé fluide (λεπτόν) en comparaison de ce qui est totalement épais, et épais (παχύ) en comparaison de ce qui est complètement fluide » (In Hippocratis Aphorismos commentarii, 17b.771, commentant Coll. Hipp., Aph., 4.76, 4.530 L).

82 L’opposition à l’emploi « au propre » (κυρίως), très fréquemment notée par Galien lorsqu’il signale une catachrèse (dans plus d’un tiers des cas), est en effet une caractéristique que la catachrèse partage avec la métaphore (sans constituer pour autant un indice de leur « assimilation » : voir supra § 28 et n. 72). En revanche, l’opposition à la « précision » de l’expression (au moyen de l’adverbe ἀκριβῶς, du participe ἀκριβολογούμενος, « parlant précisément », ou du syntagme κατὰ τὸν ἀκριβῆ λόγον, « selon un langage précis »), que Galien souligne à cinq reprises dans ses analyses d’emplois catachrestiques, n’a pas de parallèle pour la métaphore.

83 C’est cette imprécision inhérente à la catachrèse qui peut expliquer l’existence à priori curieuse de degrés dans l’impropriété, selon que l’approximation est considérée comme plus ou moins importante : le traité des Tempéraments expose ainsi plusieurs types de situations où l’on peut employer δυνάμει [« en puissance »] « plus ou moins par catachrèse » (καταχρωμένων ἢ μᾶλλον ἢ ἧττον), par opposition à « la façon la plus propre » (ὁ κυριώτατος τρόπος) d’employer le terme (1.648 K) ; voir aussi Vocum Hippocratis Glossarium, Ω 3 Perilli (19.157 K), où apparaît le comparatif καταχρηστικώτερον, « de façon plus catachrestique ».

84 La catachrèse est même plus d’une fois explicitement présentée comme un fait d’« usage » (συνήθεια) [voir n. 88], que Galien attribue à « la plupart des gens » (Εἰθικότες οὖν οἱ πολλοὶ καταχρῆσθαι τοῖς ὀνόμασιν : De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 11.528 K, cité infra § 36), auquel il s’associe, à la première personne du pluriel (καταχρώμεθα δ᾽ οὖν ἐνίοτε : In Hippocratis de articulis librum commentarii, 18a.688 K, cité n. 79), ou encore qu’il qualifie de σύνηθες, « habituel » (In Hippocratis Aphorismos commentarii, 18a.16 K, cité n. 80). Dans ce cadre, les traductions de κατάχρησις par « abus de langage » ou « usage incorrect » (angl. « misuse ») peuvent prêter à confusion ; voir aussi n. 86.

85 Dans un passage des Différences du pouls, la catachrèse, présentée comme une pratique caractéristique de Chrysippe, peut paraître condamnée, mais c’est en réalité parce que Chrysippe s’en sert pour « falsifier » (παραχαράττειν) « l’usage de l’ancienne langue » (τὸ τῆς παλαιᾶς φωνῆς ἔθος) [De pulsuum differentiis, 8.631 K].

86 Οὐκ ὀρθῶς, « de façon inexacte », exprime bien une inadéquation entre la dénomination et la réalité : comme la catachrèse est usuelle (Εἰθικότες οἱ πολλοί), elle est en revanche justifiée du point de vue de la langue (contrairement à ce que pourrait laisser penser la traduction « à tort » proposée par J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 18, qui comprend [p. 19] que Galien « dit expressément qu’un tel usage n’est pas correct [οὐκ ὀρθῶς] »).

87 De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 11.527-528 K.

88 Ce qui est un principe auquel Galien est particulièrement attaché : voir en particulier De nominibus medicis, 89 v - 91 r et 99 r - 107 r Meyerhof & Schacht (p. 15-17 et 26-36). Sur ce que Galien entend par l’« usage des Grecs » (ἡ τῶν Ἑλλήνων συνήθεια), voir D. Manetti, « Galen and Hippocratic Medicine: Language and Practice », dans Galen and the World of Knowledge, C. Gill, T. Whitmarsh et J. Wilkins (dir.), Cambridge, CUP, 2009, p. 157-174.

89 Voir supra n. 84 sur l’usage du verbe à la première personne du pluriel καταχρώμεθα.

90 Le texte des Facultés des médicaments simples présente le participe à l’actif ἀναμιμνήσκοντα, « en rappelant » (on ne peut donc traduire « se rappelle » comme le propose J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 18). Galien souligne d’ailleurs à trois reprises, en évoquant un emploi catachrestique, qu’il « rappelle » la différence avec l’emploi au propre (le verbe au moyen servant alors à associer le lecteur à sa démarche) : μεμνῆσθαι μέντοι χρὴ πρὸ πάντων, « il faut cependant se rappeler avant tout » (Synopsis librorum suorum de pulsibus, 9.458 K) ; ἀναμνησθέντας πρότερον ὡς, « (il faut apprendre précisément auprès de nous les définitions de ces termes), en se rappelant tout d’abord que (nous disons parfois chauds) » (De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 11.624 K : voir n. 81) ; μεμνημένων ἡμῶν ὅτι, « en nous rappelant que » (In Hippocratis epidemiarum librum primum commentarii, 17a.156 K).

91 Comme le souligne justement J. Barnes, art. cit. n. 52, p. 19-23, qui évoque le passage bien connu de la Méthode thérapeutique où Galien met en garde, comme souvent, contre les idées fausses engendrées par les noms : « celui qui aspire à la vérité elle-même (ὁ τῆς ἀληθείας αὐτῆς ὀρεγόμενος) doit s’efforcer par tous les moyens de se détacher de ce qui est présumé par les noms (ἀποχωρεῖν μὲν τοῦ προσδοξαζομένου τοῖς ὀνόμασιν), et d’aller à la substance même des choses (ἐπὶ δὲ τὴν οὐσίαν τῶν πραγμάτων αὐτὴν ἰέναι) » (2.2 Johnston & Horsley [10.84 K]).

92 De compositione medicamentorum per genera, 13.573 K. Le choix de l’exemple pyxide, qui se retrouve aussi bien dans le traité Περὶ τρόπων attribué à Tryphon que chez Quintilien (voir supra § 22 et n. 59), est remarquable, d’autant que ce passage des Médicaments composés selon les genres est à la fois le seul texte galénique où πυξίς est employé en mention, et le seul où la notion de catachrèse est associée aux « grammairiens » ; il illustre, s’il était besoin, la grande familiarité de Galien avec la tradition grammaticale et rhétorique.

93 In Hippocratis de natura hominis, 1.44 Mewaldt (15.103 K), cité supra § 19. Dans ce cadre, la présence d’un adjectif spécifiant στοιχεῖα peut être comprise comme un moyen de pallier cette imprécision.

94 In Hippocratis de natura hominis, 1.44 Mewaldt (15.102 K), cité supra § 19.

95 Τὸ ι στοιχεῖον μετὰ τοῦ κ στοιχείου τιθέντες, « plaçant la lettre ι après la lettre κ » (De tumoribus praeter naturam, 7.730 K). Voir aussi le début du sixième livre des Facultés des médicaments simples, où Galien relève qu’il présente les noms des plantes « dans l’ordre alphabétique » (κατὰ στοιχεῖον), en évoquant d’abord « celles dont le nom commence par la lettre alpha » (ὧν αἱ προσηγορίαι τὴν ἀρχὴν ἔχουσιν ἀπὸ τοῦ ἄλφα στοιχείου) [11.792 K].

96 Ainsi dans un commentaire du syntagme hippocratique ἐν ψύχει (Coll. hipp., Epid. VI, 4.18 Manetti & Roselli [5.312 L]) : συγκειμένης τῆς λέξεως ἐκ δυοῖν τοῦ λόγου στοιχείων, προθέσεως μὲν τῆς ἐν, ὀνόματος δὲ τοῦ ψύχει, « l’expression étant formée de deux éléments du discours, la préposition ἐν et le nom ψῦχος » (In Hippocratis epidemiarum librum sextum commentarii, 17b.195 K). Galien attribue cet emploi à Chrysippe (« le nom, le verbe, la préposition, l’article et la conjonction, que Chrysippe nomme “éléments du discours” ») : De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.3.13 De Lacy (5.670 K), cité supra § 16.

97 Le traitement que Galien réserve à cet emploi est complexe. Si l’on suit l’analyse du Commentaire à la Nature de l’homme d’Hippocrate, 1.44 Mewaldt (15.102 K) cité supra § 19, les éléments géométriques constituent un type distinct d’éléments, en tant que « parties simples et premières » d’une discipline. C’est ce que semble illustrer le traité sur l’Utilité des parties du corps, dans un avertissement de Galien à son lecteur : Εἰ δέ τις οὐ συνίησι τῶν λεγομένων, δῆλος μέν ἐστι μηδὲ τὰ στοιχεῖα τῆς γεωμετρίας εἰδώς, « Si quelqu’un ne comprend pas ce que je dis, il est clair qu’il ne connaît même pas les éléments de la géométrie » (10.13 Helmreich [3.830 K]). Galien poursuit en effet en évoquant une démonstration qu’Euclide a placée « dans le onzième livre des Éléments » (ἐν τῷ ἑνδεκάτῳ τῶν Στοιχείων). Cependant, dans un autre traité, la critique tout à fait parallèle de Lycos qui, « clairement, ne connaît même pas les éléments de l’art d’Hippocrate » (δῆλός ἐστι μηδὲ τὰ στοιχεῖα τῆς Ἱπποκράτου τέχνης ἐπιστάμενος : Adversus Lycum, 18a.197 K) est immédiatement reliée, dans la phrase suivante, à l’image de l’apprentissage progressif des lettres et des syllabes, qui revient dans plusieurs autres traités (par ex. De placitis Hippocratis et Platonis, VIII.6.19-20 De Lacy [5.693 K] ; De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, 11.542 K).

98 La distinction entre établissement du sens et analyse des emplois qu’un lecteur moderne peut y voir n’est pas explicitée par Galien.

99 À cet égard, la différence avec la recherche des modernes d’un sens historiquement premier (voir n. 4 et 5) est tout à fait frappante.

100 La catachrèse ainsi conçue est très éloignée de la « métaphore nécessaire » à laquelle les modernes l’ont attachée : non seulement elle peut ne pas être nécessaire, mais, comme le souligne H. Lausberg, ouvr. cit. n. 68, § 562 et n. 1, elle peut aussi relever de la métonymie et de la synecdoque.

101 De anatomicis administrationibus, 2.581 K ; voir aussi De usu partium, 3.309 K ; De nominibus medicis, 84 v Meyerhof & Schacht (p. 8).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Rousseau, « Le nom des éléments (στοιχεῖα) : histoire, sens et emplois selon Galien de Pergame », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1827 ; DOI : 10.4000/aitia.1827

Haut de page

Auteur

Nathalie Rousseau

UMR 8167 Orient et Méditerranée, Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page