Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Galien et le visible dans le De elementis : l’usage des couleurs dans la connaissance du vivant

Galen and the Visible in the De elementis: The Use of Colors in the Knowledge of the Living
Galeno e il visibile nel De elementis: l’uso dei colori nella conoscenza dell’essere vivente
Pascal Luccioni

Résumés

Galien recourt souvent, dans différents traités et en particulier dans le De elementis, à des exemples de couleurs. Il y a à cela sans doute des raisons d’efficacité rhétorique, ou la volonté de raviver une tradition philosophique antérieure ; mais il en va aussi, pour lui, de l’administration de la preuve. Car les couleurs, en nombre le plus souvent très restreint, correspondent aussi aux quatre humeurs qui constituent le corps humain. On ne peut voir les couleurs du corps que parce que le corps humain excrète, volontairement ou non, les humeurs dont il est constitué.

Haut de page

Texte intégral

« It is only shallow people who do not judge by appearances. The mystery of the world is the visible, not the invisible » (Oscar Wilde, The Picture of Dorian Gray, chap. ii).

Introduction et données du problème

  • 1 On consultera en bibliographie les articles de V. Boudon, « La théorie galénique de la vision : cou (...)

1Le médecin cherche à savoir de quoi souffre son patient, à comprendre les raisons de sa maladie ou de sa douleur. Ce faisant, il est amené à réfléchir à la notion même de cause, ainsi qu’à deux cheminements qui peuvent donner l’illusion d’être symétriques : celui qui va d’un événement profond à un autre, qu’on pourrait dire phénomène ou symptôme du précédent (mais ce sont là des expressions modernes) ; et celui qui conduit le chercheur depuis l’indice jusqu’à la raison cachée des choses. Le médecin est un peu comme un détective ; sur quels indices peut-il se fonder ? Le goût, la couleur, le toucher, voire le bruit. Après d’autres1, j’ai voulu m’intéresser particulièrement au rôle de la couleur dans ces cheminements – du moins dans ce que Galien nous en dit, en insistant sur les exemples donnés par le traité Sur les éléments selon Hippocrate. Il ne s’agira pas tant de réfléchir à l’indication (ἔνδειξις) galénique, par laquelle le raisonnement du médecin dogmatique lui permet de passer du symptôme au traitement, dans le cas d’une maladie, que de comprendre en quoi certains éléments apparents, voire colorés, de la mécanique des fluides corporels conduisent le médecin (ou plutôt le physiologiste) à des conclusions sur la constitution de ce corps, voire du monde.

  • 2 La question des signes occupe en particulier les chapitres 3 à 22 de l’Ars medica. Les signes indic (...)

2Nous essaierons de montrer que si Galien s’attache à l’exemple des couleurs, c’est qu’elles sont, dans le corps, celles des humeurs – elles sont les humeurs, en un sens –, ce qui lui permet justement d’éviter un débat sur la notion de signe ; les couleurs déclarent sans ambages la constitution des corps. Il ne s’agit pas là de nous prononcer sur l’ensemble de l’épistémologie galénique : Galien attache une grande importance à la notion de signe (σημεῖον) et connaît la place de la conjecture (τεκμαίρεσθαι) dans le domaine médical et thérapeutique2. Mais dans le débat physiologique sur la constitution du monde et des corps, il fallait essayer de convaincre son auditoire, au besoin en passant par le raccourci de l’évidence.

  • 3 Je fais bien sûr allusion au petit traité de Galien Que l’excellent médecin est aussi philosophe, a (...)

3Dans le traité Sur les éléments selon Hippocrate, le médecin se fait philosophe (on sait que le médecin, pour Galien, du moins le bon médecin, est aussi philosophe3) et s’efforce de comprendre ce que sont les éléments, pièces d’origine, si l’on peut dire, de l’être des objets du monde. Ceux-ci, nous dit Démocrite dans une citation donnée par Galien au début du traité, n’ont au départ, en réalité, pas de couleur (De elementis, 2 : 60, 9-12 De Lacy ~ I 417 K) :

  • 4 La citation de Démocrite (fr. 68 B 125 DK) se retrouve, quelque peu étoffée, chez Sextus, Adversus (...)

« Νόμῳ γὰρ χροιὴ νόμῳ γλυκὺ νόμῳ πικρὸν, ἐτεῇ δ᾽ ἄτομα καὶ κενόν » ὁ Δημόκριτός φησιν ἐκ τῆς συνόδου τῶν ἀτόμων γίγνεσθαι νομίζων ἁπάσας τὰς αἰσθητὰς ποιότητας ὡς πρὸς ἡμᾶς τοὺς αἰσθανομένους αὐτῶν, φύσει δ᾽ οὐδὲν εἶναι λευκὸν ἢ μέλαν ἢ ξανθὸν ἢ ἐρυθρὸν ἢ γλυκὺ ἢ πικρόν.
« Car c’est par convention qu’est la couleur, par convention le sucré, par convention l’amer, mais c’est en réalité que sont les atomes et le vide », dit Démocrite, estimant que proviennent de la rencontre des atomes toutes les qualités sensibles qui sont sensibles relativement à nous qui les percevons, mais que par nature rien n’est ni blanc, ni noir, ni jaune, ni rouge, ni amer, ni sucré4.

4Et même si les éléments de Galien ne sont pas ceux de Démocrite (bien au contraire), Galien est cependant d’accord, je crois, pour dire que les éléments n’ont pas de couleur (j’y reviendrai plus loin). Au contraire du monde caché des éléments, le monde que nous croyons connaître, que nous percevons au quotidien, montre beaucoup de couleurs, de nuances – Galien le sait bien : nous le voyons ainsi donner une liste de couleurs à titre d’exemple dans notre traité (De elementis, 6 : 106, 5‑6 De Lacy ~ I 461 K) :

  • 5 Il s’agit de la discussion sur les emplois métonymiques des noms de couleurs. Cf. aussi, pour une a (...)

Φαμὲν γὰρ τῶν χρωμάτων τὸ μὲν λευκὸν εἶναι, τὸ δὲ μέλαν, τὸ δ᾽ ἐρυθρόν, τὸ δὲ ξανθόν, τὸ δ᾽ ὠχρόν
Nous disons en effet que, parmi les couleurs, l’une est le blanc, l’autre le noir, une autre le rouge, une autre le jaune, une autre l’ocre5.

On notera que, dans ce dernier passage, la palette de Galien contient cinq couleurs, ou cinq adjectifs de couleur ; une telle variété ne se rencontre pas dans tous les passages que j’étudierai, loin s’en faut.

  • 6 De elementis, 1 (56, 18-58, 1 De Lacy ~ I 414 K).

5Quoi qu’il en soit de l’existence des couleurs, on comprend, dès le début du traité Sur les éléments, que les éléments ne doivent pas participer directement du domaine du visible (et de la couleur) puisque, si c’était le cas, ils différeraient en fonction de l’acuité du regard porté sur eux6.

6J’examinerai d’abord ici certains des emplois de la couleur dans le texte de Galien ; puis je réfléchirai à une éventuelle influence de la tradition sur ces emplois, tradition à la fois aristotélicienne et hippocratique ; la tradition hippocratique m’amènera à réfléchir à l’apparition des couleurs comme phénomène matériel ou corporel, et j’essaierai d’en tirer de modestes conclusions en matière d’épistémologie galénique.

Le recours à des exemples de couleurs

  • 7 De diffenrentia pulsuum, IV, 2 (VIII 711 K), et De praenotione ad Epigenem, 5, 15 (98, 8 Nutton ~ X (...)
  • 8 Cf. par ex. la remarque à ce sujet de De Lacy dans son édition du De elementis, p. 42.

7Quoi que j’aie dit plus haut de la réserve de Galien sur la question des qualités visibles des éléments, il accorde néanmoins, on le sait, une forme de vérité au témoignage des organes des sens (allant à l’encontre de ceux qu’il appelle les pyrrhoniens rustauds7), et donc des phainomena, et du visible en particulier. On peut invoquer à ce sujet le témoignage d’un traité écrit sans doute peu de temps après le nôtre, le traité Sur les tempéraments8. Il y insiste, contre Anaxagore, pour dire que la neige est bien blanche, la poix et le corbeau bien noirs. Et il conclut par ces mots (De temperamentis, II, 2 : 51, 2‑3 Helmreich ~ I 589 K) :

Οὐ γὰρ δὴ τὸ μὲν λευκὸν ἀπιστεῖσθαι χρὴ τοὺς ὀφθαλμοὺς ὁρῶντας, ἄνευ δ᾽ ἀποδείξεως ἐπὶ τῶν μελάνων πιστεύεσθαι
Il ne faut pas nous défier de nos yeux qui voient le blanc, et croire sans démonstration qu’il fait partie des choses noires.

  • 9 Tim., 45c.

8Pour nous, au début du xxie siècle, la couleur est un phénomène attribuable aux longueurs d’onde de la lumière, et le noir et le blanc ne sont pas tant des couleurs que des intensités de la lumière, voire, pour le blanc, un mélange de différentes longueurs d’onde. Pour Galien, il n’en est rien, ce qui n’est pas surprenant. On peut rappeler en passant que les théories de la vision qui ont cours à son époque ne sont pas non plus comparables aux nôtres, en particulier à cause de l’idée, déjà présente chez Platon9, d’un flux émis par l’œil pour atteindre les objets.

  • 10 Le blanc et le noir à l’extrémité de leur genos : De diffenrentia pulsuum, III, 4 (VIII 667 K) ; de (...)
  • 11 Il peut nous paraître plus surprenant que les autres couleurs (les vraies couleurs, dirions-nous) s (...)

9Si l’on en revient plus particulièrement aux couleurs, on notera que pour Galien le blanc est le contraire du noir10 ; il est même pris comme exemple en quelque sorte archétypal de contraire, ainsi lorsque, de nouveau dans le traité Sur les tempéraments, Galien veut expliquer que la notion même de changement implique (d’après lui) des échelles aux extrémités desquelles se situent des qualités opposées, il prend entre autres l’exemple du noir et du blanc (De temperamentis, I : 4, 7 et suiv. Helmreich ~ I 514 K). Il en résulte que le noir est susceptible de devenir blanc, pour autant que les éléments qui constituent le substrat de tel ou tel objet le fassent changer à l’intérieur du genos de la couleur11, comme l’affirme Galien (De elementis, 3 : 72, 20-22 De Lacy ~ I 430 K) :

Δύναται γὰρ ἐν πολλαῖς ταῖς μεταξὺ μεταβολαῖς τὸ τέως μέλαν αὖθις γενέσθαι λευκὸν καὶ τὸ τέως λευκὸν αὖθις μέλαν.
Car, à travers de nombreux changements, ce qui était jusque-là noir peut devenir blanc, et le blanc, noir.

10Quoi qu’il en soit par ailleurs, il est manifeste que Galien aime bien recourir à l’exemple du noir et du blanc pour faire voir tel ou tel problème logique ou scientifique à ses lecteurs (De placitis Hippocratis et Platonis, 9, 9, 34 : 604, 32 - 606, 6 De Lacy ~ V 801-802 K) :

Ὁ μὲν γὰρ αὐτὸς ἵππος οὐ δύναται κατὰ τὸν αὐτὸν [ἅμα] χρόνον εἰς Ἀθήνας τε ἅμα καὶ Κόρινθον ἀπιέναι, καθάπερ οὐδ᾽ εἶναι κατὰ τὸν αὐτὸν ἅμα χρόνον Ἀθήνησι καὶ <ἐν> Κορίνθῳ, οὐδὲ μέλας καὶ λευκὸς εἶναί τε καὶ λέγεσθαι καθ᾽ ἕνα χρόνον τὸν αὐτόν, εἰ μὴ τὸ μὲν ἥμισυ φέρε τοῦ σώματος λευκὸν [αὐτοῦ] εἴη, τὸ δ᾽ ἕτερον αὐτοῦ μέλαν, ἀλλ᾽ [ὅτι] οὔτε τὸ λευκὸν μέρος ἅμα τε λευκὸν εἶναι καὶ μέλαν οὔτε τὸ μέλαν ἅμα μέλαν τε καὶ λευκὸν οἷόν τε εἶναι.
App. crit. : ἅμα et αὐτοῦ del. Einarson. ὅτι del. Müller.
Un seul et même cheval, au même moment, ne peut pas aller en même temps à Athènes et à Corinthe, de même qu’il ne peut pas être au même moment à Athènes et à Corinthe, ni ne peut être et être dit, si c’est le même, noir et blanc en même temps, à moins que la moitié de son corps, peut-être, soit blanche, et l’autre moitié noire, mais la partie blanche ne peut pas être blanche et noire en même temps, ni la partie noire noire et blanche en même temps.

11Le noir et le blanc sont l’un et l’autre des couleurs (ils sont donc la même chose pour le genre) mais ils sont contraires pour l’espèce – ce point donne lieu à un développement quelque peu polémique dans le libelle Contre Lykos (4 : 14, 5‑9 Wenkebach ~ XVIII A 217 K) :

« Καὶ πῶς ἐγχωρεῖ », φήσειεν ἂν ὁ Λύκος, « ἐναντίον εἶναι τῷ χρώματι, καθ᾽ ὃ νενόηται χρῶμα ὄν; » καὶ ἀληθεύσει γε ναὶ μὰ τοὺς θεούς, ὅσον ἐπὶ χρώματος [ναὶ] τὸ χρῶμα μηδὲν ἡγούμενος ἕτερον ἑτέρου διαφέρειν, ἀλλ᾽ ὥσπερ τοῦτο ἀληθές, οὕτω κἀκεῖνο, τὸ λευκὸν τοῦ μέλανος οὐ μόνον διαφέρειν, ἀλλὰ καὶ τοσοῦτον διαφέρειν, ὡς ἐναντιώτατον εἶναι.
« Et comment est-il possible, dirait Lykos, que <cette couleur> soit contraire à la couleur, en tant qu’elle est conçue comme couleur ? » Et il dira vrai, oui, par les dieux, pour autant qu’il considère que c’est en tant que couleur qu’une couleur ne diffère en rien d’une autre ; mais de même que cela est vrai, est vrai aussi que le blanc ne diffère pas seulement du noir, mais en diffère au point d’être complètement contraire.

  • 12 « Tout n’est pas tout blanc ou tout noir » ou encore « écrire noir sur blanc » en français, a black (...)
  • 13 Exemples chez Galien : poivre noir et poivre blanc : par ex. De simplicium medicamentorum temperame (...)
  • 14 C’est avec quelque scepticisme que j’accueille les remarques récentes de Martin Steinrück au sujet (...)

12Quelles sont les raisons qui poussent Galien à recourir à ce genre d’exemples ? Peut-être y a-t‑il là une forme d’universel – on peut songer entre autres à la fréquence des références à ces couleurs (noir et blanc) dans des expressions lexicalisées des langues modernes12, ou encore à la fréquence du noir et du blanc dans les dénominations botaniques vernaculaires de taxons constitués d’un genre incluant deux espèces : épine noire et épine blanche, peuplier blanc et peuplier noir, hellébore blanc et hellébore noir, etc., en grec comme en français13. Et il y a sans doute aussi une volonté, qui est de l’ordre de la rhétorique, de montrer les choses de façon particulièrement éclatante, de façon tranchée en quelque sorte, de mettre en lumière tel ou tel aspect de son discours14. Mais d’autres raisons doivent sans doute être prises en compte.

La tradition philosophique concernant les couleurs

13Il y a en effet peut-être aussi dans ce choix d’un genre de qualités particulières (les couleurs) un aspect traditionnel. Pour éclairer cette question, il nous faut quitter Galien quelques instants et nous replonger dans les textes aristotéliciens, voire platoniciens. Prendre le blanc et le noir comme exemple de qualités dans une discussion sur les qualités élémentaires, et sur la possibilité même du changement, c’est déjà ce que faisait le De generatione et corruptione, 314b17 et suiv. :

Τὰ γὰρ πάθη, καθ᾽ ἅ φαμεν τοῦτο συμβαίνειν, διαφοραὶ τῶν στοιχείων εἰσίν, λέγω δ᾽ οἷον θερμὸν ψυχρόν, λευκὸν μέλαν, ξηρὸν ὑγρόν, μαλακὸν σκληρὸν καὶ τῶν ἄλλων ἕκαστον, ὥσπερ καὶ φησὶν Ἐμπεδοκλῆς « ἠέλιον μὲν λευκὸν ὁρᾶν καὶ θερμὸν ἁπάντῃ, ὄμβρον δ᾽ ἐν πᾶσιν δνοφόεντά τε ῥιγαλέον τε ». Ὁμοίως δὲ διορίζει καὶ ἐπὶ τῶν λοιπῶν. Ὥστ᾽ εἰ μὴ δυνατὸν ἐκ πυρὸς γενέσθαι ὕδωρ μηδ᾽ ἐξ ὕδατος γῆν, οὐδ᾽ ἐκ λευκοῦ μέλαν ἔσται οὐδὲν οὐδ᾽ ἐκ μαλακοῦ σκληρόν· ὁ δ᾽ αὐτὸς λόγος καὶ περὶ τῶν ἄλλων· τοῦτο δ᾽ ἦν ἀλλοίωσις.
Car les affections selon lesquelles nous disons que ce processus a lieu sont des différences des éléments, comme par exemple chaud-froid, blanc-noir, sec-humide, mou-dur. Comme justement le dit Empédocle : « Vois le soleil blanc et chaud de toute part… la pluie partout ombreuse et froide » [et il définit ainsi tout le reste] ; de sorte que s’il est impossible que l’eau soit engendrée du feu ou la terre de l’eau, le noir ne proviendra pas davantage du blanc, ni le dur du mou et ainsi de suite… Mais c’est en cela, nous l’avons dit, que consiste l’altération.

  • 15 Le traité d’Aristote est cité de façon assez générale : De elementis, 9 (134, 20 De Lacy ~ I 487 K) (...)
  • 16 Cat., 4b15, 9b9 et passim.
  • 17 Cf. la liste de quatre concepts de couleur dans les Remèdes simples, I, 37 (XI 445 K) : μελανότης, (...)

14En faisant ce rapprochement entre le texte aristotélicien et le texte du traité Sur les éléments, je ne veux pas dire que le traité d’Aristote était de façon précise présent à l’esprit de Galien au moment où il écrivait son traité (même si de fait nous savons qu’il connaissait le traité d’Aristote et qu’il y fait allusion dans le traité Sur les éléments15), mais bien qu’à travers Aristote une tradition de discussion sur les éléments et les couleurs, et sur les transformations possibles d’une qualité à l’autre, s’était établie dans les écoles et que Galien, plus ou moins consciemment, reprenait des thèmes de cette tradition en utilisant certains éléments qui lui paraissaient particulièrement éloquents. On pourrait aussi penser aux occurrences de l’opposition blanc / noir dans les Catégories, en notant toutefois que le couple λευκότης / μελανία d’Aristote16 n’est pas repris par Galien, qui lui préfère λευκότης / μελανότης17.

15Il faudrait encore pouvoir mesurer la part spécifique de Théophraste et du traité De sensu et sensibilibus dans la production d’une interrogation sur les couleurs. Je le signale parce que ce court traité essentiellement doxographique recoupe plusieurs thèmes que j’ai évoqués ou que je vais évoquer : il s’interroge sur les moyens qui permettent à la vue de reconnaître les couleurs (17), il s’interroge (bien plus prudemment que Galien), dans un passage de doxographie démocritaine, sur la différence entre le blanc et le noir d’une part et les autres couleurs d’autre part (73‑74), enfin il s’efforce (dans la lignée du Timée de Platon) de définir les conditions de production pour la vue du noir et du blanc (86). Ces passages paraissent cependant constituer un inter-texte plus lointain, et nous permettent surtout, il me semble, de saisir l’importance, dans les écoles philosophiques, des interrogations sur la couleur, et sur le noir et le blanc en particulier.

  • 18 Phil., 12e. La question est reprise allusivement par Aristote, Cat., 14a20 et suiv.

16Et avant Aristote, il y a bien sûr Platon, et le passage du libelle Contre Lykos que j’ai cité plus haut est directement inspiré d’un passage du Philèbe où le noir et le blanc sont pris comme exemple d’identité générique et de différence spécifique18.

17Mais l’important est peut-être de saisir que Galien, en reprenant des questions déjà évoquées dans la doxographie antérieure, ne retient pas seulement un point de théorie qui serait du ressort des seuls philosophes, ou le recours à un exemple qui paraît très parlant à tout un chacun ; car ce qui faisait l’objet des interrogations du peripatos était justement un point âprement discuté entre physiciens et médecins, déjà au ive siècle (si tant est que cette distinction ait un sens). Il s’agit du nombre des éléments premiers, voire des qualités associées nécessairement (ou non) à ces éléments, et de leur éventuelle transformation les uns dans les autres, voire de la façon dont on peut faire procéder les éléments des phénomènes ou inversement.

  • 19 Cf. pour tout cela l’édition du Gen. et corr. par M. Rashed, p. XXXV-LIV.

18Il est certes difficile de savoir quelle connaissance Aristote avait de tel ou tel traité médical, de tel ou tel auteur (Ancienne Médecine ? Nature de l’homme ? Philistion ?)19. Mais il est manifeste que l’interrogation des philosophes sur les éléments comme fondement et principe du monde matériel ne doit pas, au ive siècle, être séparée d’une interrogation plus spécifique sur la constitution du corps humain, telle que les médecins la formulaient.

  • 20 Anaxagore, 59 B 21a DK = Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, VII, 140.
  • 21 Et non le sens que lui donnait H. Gomperz, «  Ὄψις ἀδήλων τὰ φαινόμενα », Hermes 68, 1933, p. 341-3 (...)

19On voit donc que, pour une part, grâce et à travers l’enseignement péripatéticien, les préoccupations de Galien rejoignent à la fois celles des médecins anciens et celles de ceux que l’on appelle maladroitement présocratiques, en particulier Démocrite. On peut songer ici à une expression que Galien ne cite pas telle quelle, ὄψις ἀδήλων τὰ φαινόμενα, attribuée à Anaxagore par Démocrite et louée par lui20, expression qui me paraît bien résumer une partie du problème, du moins si on lui donne le sens de « ce qui apparaît nous fait voir ce qui est caché21 ».

Caractère proprement médical du recours à la couleur

  • 22 Je ne reviens pas sur la question de savoir si les éléments sont de la matière ou des qualités, voi (...)

20En fait, ce contenu proprement médical de l’interrogation sur les éléments apparaît nettement dans la dernière partie du traité Sur les éléments, à travers la question des humeurs premières et à travers l’hypotexte hippocratique. Certes, il y a des raisons en somme scolaires qui poussent en général Galien à recourir à des exemples chromatiques ; mais dans le traité Sur les éléments, on aperçoit aussi un autre cheminement. Galien y montre en effet l’importance des couleurs des humeurs (χυμοί) constitutives du sang et du corps humain. Les quatre humeurs qui constituent le sang, on le sait, participent du mélange des qualités premières deux à deux22. Mais ces humeurs, pour nous tout au moins, ont aussi des qualités que j’appellerai prudemment dérivées, notamment des couleurs (on parle d’ailleurs de bile noire et de bile jaune, μέλαινα χολή / ξανθὴ χολή, par exemple).

21De fait, les couleurs sont entre autres (et pour le médecin, au premier chef) ce que l’on peut voir des humeurs ; elles donnent accès à ce qui, du corps, est le plus réel et en quelque sorte le plus concret, puisqu’elles font voir ce qui permet de toucher au niveau des éléments eux-mêmes. Les humeurs se voient, le corps les fait voir au dehors. Les couleurs, quant il s’agit de cette partie de la philosophie qui réfléchit à la constitution du monde, acquièrent un caractère concret et en somme matériel qui nous éloigne des spéculations antiques sur la théorie de la vision dont j’ai parlé plus haut en rappelant les « émissions » de l’œil dans le Timée de Platon.

  • 23 On peut consulter les fragments de Praxagoras dans l’édition Steckerl (The Fragments of Praxagoras (...)

22Ici se pose bien sûr pour Galien une question redoutable, celle du nombre des humeurs. Malgré sa volonté d’en rester aux quatre humeurs fondamentales, il est bien conscient qu’il y a là une difficulté, qu’il associe souvent, dans son œuvre, avec les théories de Praxagoras de Cos. Son respect pour le grand médecin hippocratique l’empêche peut-être d’aller aussi loin qu’il le voudrait dans la discussion des thèses de ce dernier et de la taxinomie des humeurs proposées23.

  • 24 Les véritables changements de la matière, dit encore Galien dans un passage du reste peu clair, son (...)
  • 25 Cf. E. Lascoux, « ‘La mer calme’. Charmes et apories de la γαλήνη dans la représentation du τέλος σ (...)

23Galien ne retient donc que quatre humeurs principales et refuse de prendre en compte les objections d’un Praxagoras par exemple. Il est important de comprendre que les couleurs, par l’intermédiaire d’humeurs devenues momentanément visibles, donnent au médecin accès à un monde qu’il ne peut d’habitude toucher, elles sont un opérateur de conversion entre le visible et la matière tangible (tangible, mais parfois invisible). Il me semble que, pour bien suivre le cheminement des interrogations des Anciens, il faut se demander lequel de nos sens doit être convoqué pour justifier in fine de telle ou telle impression sensible, ou en d’autres termes de quel type de matérialité relèvent les objets des différents sens. Ce que l’on voit prouve ce que l’on dit, parce que ce que l’on voit indique quelque chose que l’on pourrait toucher24. Nous pouvons revenir à Aristote (De generatione et corruptione, II, 329b7‑8 : ἐπεὶ οὖν ζητοῦμεν αἰσθητοῦ σώματος ἀρχάς, τοῦτο δ᾽ ἐστὶν ἁπτοῦ […], « puisque nous recherchons les principes d’un corps perceptible, c’est-à‑dire tangible […] » – ce passage et la suite annoncent nettement le passage galénique cité n. 24) ou pourquoi pas à Épicure25 (ce qui nous rapprocherait des atomistes critiqués par Galien dans notre traité).

24Il faut en tout cas mettre cette puissance d’expression de la matière qu’ont les couleurs en lien avec un fait que le traité Sur les éléments énonce de la façon la plus nette : c’est l’idée que les couleurs sont des indices fiables de la constitution du corps humain (comme elles le sont, sans doute, mais peut-être de façon moins claire pour le médecin, de la constitution de n’importe quel objet des sens). Prenons l’exemple du sang : pour savoir qu’il est non pas un mais pluriel, composé, comme le lait, il faut examiner les couleurs (et textures) qu’il fait apparaître (De elementis, 11 : 142, 25 - 144, 7 De Lacy ~ Ι 496-497 K) :

  • 26 Le terme de πελιδνός est défini par Galien, In Hippocratis librum de victu acutorum, II, 10 (172, 2 (...)

Καὶ μὲν δὴ καὶ ἶνας ἐμφερομένας τῷ αἵματι σαφῶς ἔστι θεάσασθαι καὶ τούτων ἐξαιρεθεισῶν οὐ πήγνυται τὸ αἷμα καὶ μὴν καὶ χροιᾷ καὶ συστάσει διαφέρει. τὸ μὲν γὰρ ἐρυθρὸν ἀκριβῶς φαίνεται, τὸ δὲ ξανθότερον τούτου, τὸ δὲ μελάντερον. ἔστιν ὅτε δὲ καὶ σαφῶς ἐπανθεῖ τι λευκὸν αὐτῷ καί ποτε πελιδνὸν ἅπαν | ἐφάνη καὶ νὴ Δία γε πολλάκις ἐγγὺς τῷ μέλανι καθάπερ τις πορφύρα κατακορής, ὥστ᾽ οὐχ ἓν ἀκριβῶς τὸ αἷμα.
Et de fait on peut clairement observer des fibres dans le sang, et lorsqu’on les enlève, le sang ne fige plus ; et d’ailleurs il diffère pour la couleur et la texture. Parfois, il montre une teinte rouge vif, parfois, il est plus jaunâtre ou encore plus noir. Il y a aussi des fois où une efflorescence blanche apparaît à sa surface, ou d’autres où il est entièrement livide26, et, par Zeus, souvent il est presque noir, comme une pourpre concentrée. De sorte que le sang, en toute rigueur, n’est pas un.

Couleurs et expulsion des humeurs

25Or la suite montre bien que ces indices de la composition des humeurs, que leurs couleurs et les changements de leurs couleurs nous donnent, sont obtenus notamment lors de la prise de pharmaka, comme Galien nous l’explique dans une page presque dramatique (De elementis, 11 : 144, 9-20 ~ Ι 497-498 Κ) :

Ποτὲ μὲν ἐν αὐτῷ πλεονεκτεῖ τὸ παχὺ καὶ μέλαν, ὡς καὶ τὴν χρόαν ἅπαντος τοῦ σώματος μελαντέραν φαίνεσθαι καὶ τὰς οὐλὰς μελαίνεσθαι καὶ κιρσοῦσθαι τὰς ἐν τοῖς σκέλεσι φλέβας ἅμα τινὶ πελιδνῷ χρώματι, ποτὲ δὲ τὸ ξανθόν, ὡς καὶ τοῦτ᾽ ἔκ τε τῶν τριχῶν ἔστιν ἰδεῖν κἀκ τῆς σύμπαντος τοῦ σώματος χρόας κἀκ τῶν ἐμέτων τε καὶ διαχωρημάτων, ἔστι δ᾽ ὅτε τὸ ἐρυθρὸν ἢ τὸ λευκόν, ὡς καὶ ταῦτ᾽ ἔκ τε τῶν χρωμάτων ὅλου τοῦ σώματος καὶ τῶν τριχῶν ἐμέτων τε καὶ διαχωρημάτων φαίνεται. καὶ μὲν δὴ κἂν εἰ τὰς φλέβας ἀνατέμοις ὑγιαινόντων ἔτι τῶν ἀνθρώπων, τοῦ μέν τινος αὐτῶν ξανθὸν ῥυήσεται τὸ αἷμα, τοῦ δ᾽ ἐρυθρόν, τοῦ δὲ λευκότερον, τοῦ δὲ μελάντερον· κἂν εἰ δοῦναι δὲ φάρμακον ἐθέλοις ἐκκαθαῖρον τὸ σῶμα, τοιοῦτον | μὲν κενώσει χυμὸν ὁποῖον ἕλκειν πέφυκεν.
Ce qui domine, certaines fois, dans <le sang>, c’est la partie noire et épaisse ; dans ce cas, le teint du corps entier paraît plus noir, les cicatrices noircissent, des varices se forment sur les veines des jambes, qui prennent une couleur plus ou moins purpurine ; d’autres fois, c’est le jaune, et dans ce cas on peut le voir en examinant les cheveux et le teint du corps tout entier et à partir des vomissures et des excréments ; d’autres fois, c’est le rouge ou le blanc, et dans ce cas aussi cela est apparent dans le teint de l’ensemble du corps, dans les cheveux, les vomissures et les excréments. Et d’ailleurs, si on pratique une saignée sur des hommes en bonne santé, chez l’un le sang coulera jaune, chez l’autre rouge, chez un autre plus blanc, chez un autre encore plus noir. Et si l’on veut donner un remède qui purge le corps, il expulse telle humeur qu’il lui appartient naturellement de tirer à lui.

26Comme l’indique l’apparat lemmatique de De Lacy, ce passage reprend un texte hippocratique que Galien connaît fort bien, puisqu’il le cite quelques pages après (De elementis, 13 : 150, 1 et suiv. De Lacy ~ I 502 K), le traité Sur la nature de l’homme, qui est du reste l’hypotexte de la plus grande partie de notre traité (De natura hominis, 5 : 176, 11 - 178, 2 Jouanna ~ VI, 44 Littré) :

Γνοίης δ᾽ ἂν τοῖσδε, ὅτι οὐχ ἓν ταῦτα πάντα ἐστὶν, ἀλλ᾽ ἕκαστον ἔχει δύναμίν τε καὶ φύσιν τὴν ἑωυτέου· εἰ γάρ διδοίης ἀνθρώπῳ φάρμακον ὅ τι φλέγμα ἄγει, ἐμεῖταί σοι φλέγμα, καὶ ἢν διδοῖς φάρμακον ὅ τι χολὴν ἄγει, ἐμεῖταί σοι χολή. Κατὰ ταὐτὰ δὲ καὶ χολὴ μέλαινα καθαίρεται, ἢν διδοῖς φάρμακον ὅ τι χολὴν μέλαιναν ἄγει· καὶ ἢν τρώσῃς αὐτοῦ τοῦ σώματός τι ὥστε ἕλκος γενέσθαι, ῥυήσεται αὐτῷ αἷμα.
On peut se rendre compte par les faits suivants que toutes ces humeurs, bien loin d’être une substance unique, possèdent chacune leur propriété et leur nature respectives : donnez à une personne un médicament qui attire le phlegme, vous observerez un vomissement de phlegme, et si vous lui donnez un médicament qui attire la bile, vous observerez un vomissement de bile ; de même, il y aura aussi évacation de la bile noire, si vous lui donnez un médicament qui attire la bile noire ; et si vous le blessez en un point du corps de manière à faire une plaie, son sang coulera.

  • 27 Nous voulons parler de la κρᾶσις δι᾿ ὅλων citée par Galien, De temperamentis, I, 9 (34, 9 Helmreich (...)

27Il ne s’agit pas tant pour Galien d’accéder à une vérité profonde des éléments en eux-mêmes : cette vérité est inaccessible à la connaissance humaine, par suite du « mélange intime » que produit la nature27. Mais le médecin peut accéder à un mélange intermédiaire, situé pour ainsi dire en sub-surface, celui des humeurs, mélange qu’il reconnaît aux nuances qu’elles laissent paraître. L’énoncé galénique le plus éloquent (et le plus général) à ce sujet est peut-être celui du traité de l’Hygiène (IV, 4 : 112,15 Koch ~ VI 254 K) :

Ἀψευδής ἐστιν ἡ ἐκ τῆς χροιᾶς τοῦ ζῴου διάγνωσις τῶν χυμῶν.
On discerne sans se tromper les humeurs à partir du teint d’un être vivant.

  • 28 Sur la peau et son rôle dans l’épistémologie médicale de Galien, on lira le bel article de Vincent (...)

Il intervient justement dans une discussion sur les différents excreta (urines, sueurs) et la venue à la surface des humeurs. Galien peut d’autant mieux faire le lien entre la peau (surface d’apparition des humeurs)28 et la couleur que la langue grecque le lui suggère, par la parenté entre χροιά, « teint », χρώς, « peau », et χρῶμα, « couleur ».

  • 29 Dans l’ensemble, la question du rapport entre le témoignage des sens et la question des éléments es (...)

28Bien sûr les contre-exemples possibles à cette vérité de la couleur seront nombreux, et Galien ne se fait pas faute d’en avertir le lecteur, en particulier dans les parties théoriques du traité Sur la faculté des médicaments simples. Attention, ne pas croire que la neige, bien que blanche, participe de la nature du feu (II, 1 : XI 460 K) ! Et dans l’ensemble, ces chausse-trappes des apparences ne peuvent être déjouées que par la lecture des savants ouvrages du maître, qui permettent d’acquérir οἷον ὀφθαλμόν τινα διαγνωστικὸν τῆς ἀληθείας, « comme un oeil pour le discernement de la vérité » (III, 13 : XI 573 K)29.

  • 30 M. Grmek, Le chaudron de Médée. L’expérimentation sur le vivant dans l’Antiquité, Le Plessis-Robins (...)
  • 31 On peut évidemment se poser ici la question éthique de la part relative du soin et de l’expérimenta (...)

29Mais nonobstant ces difficultés, le pharmakon joue en quelque sorte le rôle d’un juge qui va mettre le corps à la question, pour obtenir des renseignements sur sa composition, au besoin par la violence. On pense évidemment aussi ici au traité hippocratique De l’art, et à la nature « violentée sans dommage » par le médecin pour obtenir des indices. Mirko Grmek avait, il y a presque vingt ans, attiré l’attention sur l’importance de ces textes pour une réflexion sur l’expérimentation dans l’Antiquité30. Outil de soin, le pharmakon est aussi outil de connaissance, qui vaut par ce que l’on pourrait appeler son pouvoir d’expression31.

  • 32 V. Boudon, « La théorie galénique de la vision : couleurs du corps et couleurs des humeurs », art. (...)
  • 33 À défaut d’y voir à la surface, il faut aller y voir au couteau : d’où l’importance du recours, ici (...)

30Ces façons de connaître sont à mettre en lien avec ce que Véronique Boudon a appelé une « palette chromatique de base », « blanc, noir, jaune, rouge », et avec le rapport étroit qui lie cette palette aux quatre humeurs qui constituent le corps humain32. C’est parce que ce qui serait à toucher dans les profondeurs du corps est quand même tangible par l’intermédiaire du pharmakon que les couleurs, même si elles ne sont qu’un effet de surface, sont si éloquentes pour le médecin. La couleur (de la peau, des cheveux…) est un signe que le corps vomit devant le médecin33. Notons en passant qu’il est possible que le caractère matériel des couleurs et l’insistance de Galien sur ce point lui aient été suggérés justement par un passage de Nature de l’homme qui précède immédiatement celui que je viens de citer, à la suite de Galien : car le médecin hippocratique écrivait que les humeurs « n’offrent ni la même couleur à la vue, ni la même sensation au toucher » (176, 5‑7 Jouanna). Mais pour ce médecin, le recours à l’outil médical et théorique de la force extractive n’était pas encore aussi spécifique que pour le médecin de Pergame.

  • 34 Cf. 92, 15-16 De Lacy.
  • 35 Probl., I, 40-43.

31Malgré le recours régulier à Aristote dans le De elementis, notamment à partir du chapitre 5 De Lacy34, on voit dans le rapport entre la couleur des humeurs et la force extractive établi dans les dernières pages du traité – j’en reparlerai ci-après – une différence très nette entre, par exemple, un texte d’école un peu brouillon comme le Περὶ Χρωμάτων (De coloribus), que les manuscrits attribuent à Aristote, et le texte galénique. Galien n’en reste pas, comme fait l’auteur du De coloribus, à une sorte de catalogue de généralités fondées sur un usage virtuose de l’analogie ; il s’efforce de produire devant le lecteur des preuves concrètes (on est tenté de dire « des preuves matérielles », même si en définitive il ne s’agit que d’un texte et non d’un exemple de cet autre genre que Galien pratiquait aussi, la démonstration anatomique) – des preuves concrètes de ce qu’il pense être l’architecture du monde et du vivant. La question des vertus spécifiques de tel ou tel pharmakon avait fait l’objet de considérations dans les milieux péripatéticiens : mais les Problèmes35 consacrés à ces questions n’évoquent pas la valeur en quelque sorte heuristique de ces évacuants, ni les couleurs qui pourraient être produites par eux pour faire voir.

Conclusion : importance de la force extractive dans l’épistémologie galénique

  • 36 Je pense en particulier à la Subfiguratio emperica éditée par K. Deichgräber (Die griechische Empir (...)
  • 37 Les termes latins les plus courants dans la Subfiguratio sont les suivants : αὐτοψία : per se inspe (...)
  • 38 N’y a-t‑il pas là quelque chose comme une mise en évidence ? Nous avons signalé (supra n. 14) que n (...)

32Galien se contente-t‑il de refaire ce que l’auteur de Nature de l’homme avait fait cinq siècles plus tôt ? Non, car entre le début du ive siècle et le ier siècle de notre ère, il y a eu justement une longue tradition, péripatéticienne notamment mais pas seulement, de réflexion sur les objets physiques et les objets de connaissance ; les textes épistémologiques de Galien36 nous renseignent en particulier sur l’importance de l’empirisme. Or la couleur et les informations qui viennent à la surface du corps par son intermédiaire ne pouvaient qu’être une pièce maîtresse dans une discipline de l’αὐτοψία – l’un des piliers de l’empirisme, avec l’ἱστορία et la μετάβασις τοῦ ὁμοίου37. On sait notamment parce que l’on a vu soi-même38.

  • 39 Il suffit de se replonger dans la polémique entre Galien et Ménodote pour se convaincre du contrair (...)

33Hâtons-nous de dire qu’il ne s’agit évidemment pas ici de transformer Galien en médecin empiriste39 ; ni notre traité, ni la Subfiguratio ne vont dans ce sens. Mais il est important de mesurer ce que Galien doit à ce qu’il appelle la médecine empirique, et de réfléchir aux outils qui ont pu lui permettre cette monstration empirique qui nourrit ou fonde le travail de la raison, lequel reste premier à ses yeux.

  • 40 Δύναμις ἑλκτική, De elementis, 14 (156, 10-12 De Lacy ~ I 507-508 K). Le projet d’écrire un traité (...)
  • 41 De naturalibus facultatibus, I, 13 (129, 3‑9 Helmreich ~ II 38 K) III, 1 (204, 16-20 Helmreich ~ II (...)
  • 42 C’est la réponse du bachelier dans le troisième intermède du Malade imaginaire : « Mihi a docto doc (...)
  • 43 De elementis, 14 (156, 11 De Lacy ~ I 507-508 K) ; De naturalibus facultatibus, I, 14 (139, 25 - 14 (...)
  • 44 Il y a là évidemment la tentation d’une evidence-based medicine dont les tenants et aboutissants so (...)

34Ce qui autorise cette explication du corps, c’est bien sûr la force extractive, à laquelle Galien fait allusion ici, et qui fera l’objet de plusieurs remarques dans le traité des Facultés naturelles40. Peu importe que les essais de définition auxquels se livre Galien nous semblent quelque peu circulaires41 et que cette faculté extractive nous paraisse tenir quelque peu de la « vertu dormitive42 » de l’opium. Peu importe que l’exemple de l’aimant revienne dans ces passages43, alors même qu’il n’explique rien. En tant que force, la dynamis helktikè met entre les mains du médecin un outil d’administration de la preuve44 dont les spécialistes des astres ont bien manqué pour savoir si telle ou telle hypothèse sauvait les phénomènes.

  • 45 Le verbe πλεονεκτεῖ est donc particulièrement important dans la citation donnée supra du De element (...)

35Les humeurs n’apparaissent en fait à la surface du corps qu’impures et mêlées45, ce qui force le physiologiste à recourir quand même au raisonnement, ce qui le conduit quand même à démêler les causes. Mais pour une part, le cheminement matériel des humeurs extraites à travers le corps remplace avantageusement le cheminement abstrait du raisonnement médical.

  • 46 Je fais allusion aux célèbres premiers mots du traité hippocratique Des vents : « Parmi les arts, i (...)

36Le retour fréquent de la couleur dans les traités galéniques et dans le traité Sur les éléments ne nous paraît donc pas seulement un héritage, mais aussi le témoignage de ce qu’on pourrait appeler un rafraîchissement régulier de la théorie par l’autopsie, par l’examen par les sens (et le regard en particulier). Si le médecin est bien philosophe, il reste médecin, et ne quitte donc guère des yeux le théâtre des opérations, quels que soient les spectacles violents et colorés qui s’y déroulent et qu’il touche de ses mains46.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 On consultera en bibliographie les articles de V. Boudon, « La théorie galénique de la vision : couleurs du corps et couleurs des humeurs », dans Couleurs et vision dans l’Antiquité classique, L. Villard (éd.), Mont-Saint-Aignan, Publ. de l’université de Rouen, 2002, p. 65-75, et I. Boehm, « Couleur et odeur chez Galien », dans ibid., p. 77-96 ; ainsi que V. Boudon, « Le rôle de la sensation dans la définition galénique de la maladie », dans Les cinq sens dans la médecine de l’époque impériale : sources et développements. Actes de la table ronde du 14 juin 2001, I. Boehm et P. Luccioni (éds), Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, Coll. du CEROR N.S. 25, 2003. — En commençant cet article, je ne saurais oublier de remercier toute l’équipe des antiquisants et philosophes de Κοινῶς ; c’est à leur instigation que j’ai accepté de me frotter au texte du De elementis ; ils savent combien cet exercice a été hérissé de difficultés pour moi, qui ne suis ni philosophe, ni médecin !

2 La question des signes occupe en particulier les chapitres 3 à 22 de l’Ars medica. Les signes indicatifs (ἐνδεικτικά) ont peut-être été en vogue notamment auprès des médecins logiques, en opposition à la secte empirique : cf. Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, VIII, 143 et suiv., et en particulier VIII, 156 (τῶν λογικῶν ἰατρῶν).

3 Je fais bien sûr allusion au petit traité de Galien Que l’excellent médecin est aussi philosophe, aussi intitulé Hippocrate. Il a été édité naguère par V. Boudon dans la CUF.

4 La citation de Démocrite (fr. 68 B 125 DK) se retrouve, quelque peu étoffée, chez Sextus, Adversus mathematicos, VII, 135 (fr. 68 B 9 DK), et chez Diogène Laërce, 9, 72 (fr. 68 B 117 DK).

5 Il s’agit de la discussion sur les emplois métonymiques des noms de couleurs. Cf. aussi, pour une autre liste, De locis affectis, 2, 6 (VIII 87 K).

6 De elementis, 1 (56, 18-58, 1 De Lacy ~ I 414 K).

7 De diffenrentia pulsuum, IV, 2 (VIII 711 K), et De praenotione ad Epigenem, 5, 15 (98, 8 Nutton ~ XIV 628 K).

8 Cf. par ex. la remarque à ce sujet de De Lacy dans son édition du De elementis, p. 42.

9 Tim., 45c.

10 Le blanc et le noir à l’extrémité de leur genos : De diffenrentia pulsuum, III, 4 (VIII 667 K) ; de même encore dans le De methodo medendi, I, 7 (X 51 K). Contrairement à ce que laisse entendre I. Boehm, art. cit. n. 1, p. 83, ce n’est que par hypothèse ad absurdum que le noir et le blanc ne sont pas regardés comme opposés en De methodo medendi, I, 7 (X 58 K).

11 Il peut nous paraître plus surprenant que les autres couleurs (les vraies couleurs, dirions-nous) soient comprises comme des intermédiaires entre le noir et le blanc, mais c’est là un point sur lequel Galien insiste à plusieurs reprises : De naturalibus facultatibus, X (p. 115, 21-23 Helmreich [Scr. min. III] ~ II 21 K) ; De methodo medendi, I, 7 ~ X 58 K.

12 « Tout n’est pas tout blanc ou tout noir » ou encore « écrire noir sur blanc » en français, a black and white issue en anglais.

13 Exemples chez Galien : poivre noir et poivre blanc : par ex. De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus, VI (XI 873 K) ; hellébore blanc et hellébore noir : par ex. In Hippocratis Aphorismos commentarii, V (XVII B 781 K).

14 C’est avec quelque scepticisme que j’accueille les remarques récentes de Martin Steinrück au sujet de la mise en valeur dans l’Antiquité grecque (M. Steinrück, La mise en évidence. La norme moderne à l’épreuve de l’Antiquité grecque, Paris, Van Dieren, 2009) ; elles tendraient à affirmer l’inexistence des techniques de mise en valeur dans l’Antiquité.

15 Le traité d’Aristote est cité de façon assez générale : De elementis, 9 (134, 20 De Lacy ~ I 487 K). Pour une réflexion plus poussée sur les éléments chez Aristote et dans le Gen. et corr., cf. De naturalibus facultatibus, I, 2 (103, 25 - 104, 1 Helmreich ~ II 5 K).

16 Cat., 4b15, 9b9 et passim.

17 Cf. la liste de quatre concepts de couleur dans les Remèdes simples, I, 37 (XI 445 K) : μελανότης, λευκότης, ξανθότης, ἐρυθρότης. — Galien avait lu les Catégories : Institutio logica, 13, 11 (31, 17 Kalbfleisch).

18 Phil., 12e. La question est reprise allusivement par Aristote, Cat., 14a20 et suiv.

19 Cf. pour tout cela l’édition du Gen. et corr. par M. Rashed, p. XXXV-LIV.

20 Anaxagore, 59 B 21a DK = Sextus Empiricus, Adversus mathematicos, VII, 140.

21 Et non le sens que lui donnait H. Gomperz, «  Ὄψις ἀδήλων τὰ φαινόμενα », Hermes 68, 1933, p. 341-343 : « ce qui apparaît ne nous livre que l’apparence de ce qui reste caché ».

22 Je ne reviens pas sur la question de savoir si les éléments sont de la matière ou des qualités, voire de simples métonymies ; cf. n. 4 ci-dessus pour les couleurs comme métonymie de tel ou tel objet. Le traité « galénique » sur les incorporels (Ὅτι αἱ ποιότητες ἀσώματοι) n’est peut-être pas de Galien, d’après l’étude de J. Westenberger, Galeni qui fertur de qualitatibus incorporeis libellus, Marbourg, N. G. Elwert, 1906, p. XXII-XXIII.

23 On peut consulter les fragments de Praxagoras dans l’édition Steckerl (The Fragments of Praxagoras of Cos and His School, Leyde, Brill, 1958), malheureusement assez difficile d'accès. Galien aurait composé un traité On Mixtures According to Praxagoras (cité par Hunain ibn Ishaq : Steckerl, p. 5) qui serait d’un grand intérêt pour nous s’il était conservé. Les références de Galien à Praxagoras sont assez nombreuses, en particulier dans les traités de l’Hygiène, des Facultés des aliments (on prendra garde de lire ce traité dans l’édition Helmreich, Leipzig, 1923, ou dans la traduction de Powell, Cambridge, 2003, et non dans le calamiteux brouillon publié récemment dans la CUF), et dans le traité des Causes des symptômes. Steckerl donne (p. 9 de son édition) un résumé rapide des positions de Galien et de Praxagoras sur le nombre des humeurs.

24 Les véritables changements de la matière, dit encore Galien dans un passage du reste peu clair, sont ceux qui affectent celles des qualités qui sont de l’ordre du tangible : De elementis, 9 (132, 5‑7 De Lacy ~ I 485 K).

25 Cf. E. Lascoux, « ‘La mer calme’. Charmes et apories de la γαλήνη dans la représentation du τέλος σοφίας chez Épicure, Lettre à Hérodote, 37 et 83 », dans Études sur la vision dans l’Antiquité classique, L. Villard (éd.), Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 132-134 (l’auteur commente l’emploi de ἐφάπτεσθαι et de τύπος dans la Lettre à Hérodote), ainsi que la belle citation du Gai Savoir de Nietzche donnée [en français] à la fin de l’article p. 146 : « Epikur. — Ja, ich bin stolz darauf, den Charakter Epikur’s anders zu empfinden, als irgend Jemand vielleicht, und bei Allem, was ich von ihm höre und lese, das Glück des Nachmittags des Alterthums zu geniessen: — ich sehe sein Auge auf ein weites weissliches Meer blicken, über Uferfelsen hin, auf denen die Sonne liegt, während grosses und kleines Gethier in ihrem Lichte spielt, sicher und ruhig wie diess Licht und jenes Auge selber. Solch ein Glück hat nur ein fortwährend Leidender erfinden können, das Glück eines Auges, vor dem das Meer des Daseins stille geworden ist, und das nun an seiner Oberfläche und an dieser bunten, zarten, schaudernden Meeres-Haut sich nicht mehr satt sehen kann: es gab nie zuvor eine solche Bescheidenheit der Wollust. » (Die fröhliche Wissenschaft, I, 45). L’œil d’Épicure « ne peut plus se lasser de lisser des yeux la surface de cette mer, son épiderme multicolore, tendre et frissonnant ». Pensons aussi à la fin de la Préface au Gai Savoir : « Oh diese Griechen! Sie verstanden sich darauf, zu leben: dazu thut Noth, tapfer bei der Oberfläche, der Falte, der Haut stehen zu bleiben, den Schein anzubeten, an Formen, an Töne, an Worte, an den ganzen Olymp des Scheins zu glauben! Diese Griechen waren oberflächlich — aus Tiefe! »

26 Le terme de πελιδνός est défini par Galien, In Hippocratis librum de victu acutorum, II, 10 (172, 20-21 Helmreich ~ XV 535 K). Peut-être doit-il être lié à la question de la taxinomie des humeurs chez Praxagoras, puisqu’on le trouve employé dans le traité de l’Hygiène dans le contexte de la discussion des thèses de cet auteur (IV, 4 : 112, 20-22 Koch ~ VI 254 K). Que peut-on dire si le teint est livide ? Réponse de Galien en Ars medica, XVI, 6 (321, 9-11 Boudon ~ I 345 K).

27 Nous voulons parler de la κρᾶσις δι᾿ ὅλων citée par Galien, De temperamentis, I, 9 (34, 9 Helmreich ~ I 563 K).

28 Sur la peau et son rôle dans l’épistémologie médicale de Galien, on lira le bel article de Vincent Barras, « Galen’s Touch : peau, objet et sujet dans le système médical galénien », Micrologus 13, 2005, p. 55-73.

29 Dans l’ensemble, la question du rapport entre le témoignage des sens et la question des éléments est épineuse, et la position de Galien à ce sujet paraît parfois plus opportuniste que d’une probité intellectuelle irréprochable.

30 M. Grmek, Le chaudron de Médée. L’expérimentation sur le vivant dans l’Antiquité, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1997, p. 34-35. Il s’agit du texte suivant (Ars medica, 12 : 18, 10-12 Ηeiberg) : Ὅταν δὲ ταῦτα τὰ μηνύοντα μηδ᾽ αὐτὴ ἡ φύσις ἑκοῦσα ἀφίῃ, ἀνάγκας εὕρηκεν, ᾗσιν ἡ φύσις ἀζήμιος βιασθεῖσα μεθίησιν. Ce texte a également attiré l’attention de P. Hadot dans Le voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de nature, Paris, Gallimard, 2004, p. 107-109.

31 On peut évidemment se poser ici la question éthique de la part relative du soin et de l’expérimentation. Cf. entre autres l’exemple (moderne) cité par G. Canguilhem (Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1952, p. 45) du chirurgien Ch. Dandy, qui sectionne la tige hypophysaire d’une jeune fille au cours d’une opération sur le chiasma optique et constate que la vie génitale n’est pas troublée, au contraire de ce qui se passe chez certains mammifères. Accident ? Expérimentation volontaire ?

32 V. Boudon, « La théorie galénique de la vision : couleurs du corps et couleurs des humeurs », art. cit. n. 1, p. 73-74, ainsi que le texte des Remèdes simples cité plus haut n. 17.

33 À défaut d’y voir à la surface, il faut aller y voir au couteau : d’où l’importance du recours, ici et là dans les textes de Galien, au témoignage des bouchers : De naturalibus facultatibus, I, 13 (123, 4-10 Helmreich ~ II 30 K) et un texte important sur la vivisection expérimentale : De comp. med. per gen., III, 2 (XIII 604 K).

34 Cf. 92, 15-16 De Lacy.

35 Probl., I, 40-43.

36 Je pense en particulier à la Subfiguratio emperica éditée par K. Deichgräber (Die griechische Empirikerschule, Sammlung der Fragmente und Darstellung der Lehre, Berlin, Weidmann, 1930).

37 Les termes latins les plus courants dans la Subfiguratio sont les suivants : αὐτοψία : per se inspectiva emperia ou per se inspectio ; ἱστορία : ystoria ; μετάβασις τοῦ ὁμοίου : similis transitio. Cf. en particulier Subf., chap. III (49, 10-19 Deichgräber).

38 N’y a-t‑il pas là quelque chose comme une mise en évidence ? Nous avons signalé (supra n. 14) que nous n’acceptons qu’avec réserves les récentes formulations, peut-être trop tranchées, de M. Steinrück, ouvr. cit. n. 14. — On sera évidemment tenté de rapprocher cette interrogation sur l’autopsie de la péricope de Thomas, Jn 20, 24-29.

39 Il suffit de se replonger dans la polémique entre Galien et Ménodote pour se convaincre du contraire ; cf. par ex. V. Boudon, « Ménodote de Nicomédie », dans Dictionnaire des philosophes antiques, IV, R. Goulet (dir.), Paris, CNRS Éd., 2005, p. 476-482.

40 Δύναμις ἑλκτική, De elementis, 14 (156, 10-12 De Lacy ~ I 507-508 K). Le projet d’écrire un traité sur les facultés naturelles est évoqué ibid. (156, 8‑9 De Lacy ~ I 507 K).

41 De naturalibus facultatibus, I, 13 (129, 3‑9 Helmreich ~ II 38 K) III, 1 (204, 16-20 Helmreich ~ II 143-144 K). Dans ce dernier passage, Galien utilise aussi le synonyme ἐπισπαστική.

42 C’est la réponse du bachelier dans le troisième intermède du Malade imaginaire : « Mihi a docto doctore / Demandatur causam et rationem quare / Opium facit dormire. / A quoi respondeo, / Quia est in eo / Virtus dormitiva, / Cujus est natura / Sensus assoupire. »

43 De elementis, 14 (156, 11 De Lacy ~ I 507-508 K) ; De naturalibus facultatibus, I, 14 (139, 25 - 140, 7 Helmreich ~ II 53-54 K).

44 Il y a là évidemment la tentation d’une evidence-based medicine dont les tenants et aboutissants sont tout différents de ceux qui gouvernent l’EBM contemporaine.

45 Le verbe πλεονεκτεῖ est donc particulièrement important dans la citation donnée supra du De elementis, 11 (144, 9-20 De Lacy) : telle ou telle couleur, telle ou telle humeur domine seulement, sans exclusive.

46 Je fais allusion aux célèbres premiers mots du traité hippocratique Des vents : « Parmi les arts, il en est certains qui sont pénibles pour leurs détenteurs mais très utiles pour leurs utilisateurs, et qui apportent aux profanes un bien commun mais ne causent aux praticiens que du chagrin. À une telle catégorie d’arts appartient celui que les Grecs appellent la médecine. En effet le médecin voit des spectacles effrayants, touche des choses répugnantes […] » (91, 1‑6 Heiberg ~ VI 90 Littré).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Luccioni, « Galien et le visible dans le De elementis : l’usage des couleurs dans la connaissance du vivant », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1885 ; DOI : 10.4000/aitia.1885

Haut de page

Auteur

Pascal Luccioni

UMR 5189 HiSoMA, Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page