Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

De elementis, 5, 14-16 : la tetrapharmakos et l’épistémologie galénique du mélange

De elementis, 5, 14–16: The tetrapharmakos and the Galenic Epistemology of the Mixture
De elementis, 5, 14-16: la tetrapharmakos e l’epistemologia galenica della miscela
Julie Giovacchini

Résumés

On souhaite reconstituer les sources de la référence à la tetrapharmakos dans un passage du De elementis, afin d’élucider le statut exact de l’argument utilisé par Galien. Cette source est probablement stoïcienne mais on en trouve également des traces dans l’Anonyme de Londres. Manipulant les concepts stoïciens, Galien fait un usage épistémologique et non directement physique du paradigme du mélange fusionnel, que l’on distinguera en ce sens du mélange dit « total » utilisé quant à lui pour conceptualiser la théorie humorale que Galien souhaite défendre dans la suite du De elementis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. On the Elements According to Hippocrates = Galeni De elementis ex Hippocratis sententia, éd. Ph (...)

1Le passage que nous nous proposons de commenter dans ces quelques pages se place dans la première partie du texte de Galien, si l’on suit les indications de découpage assez probantes proposées par Philipp De Lacy dans son édition1. De Lacy suggère en effet de diviser le De elementis en trois parties, les chapitres 1 à 5 portant sur la question des éléments physiques, les chapitres 6 à 9 sur les qualités, et les chapitres 10 à 14 sur les humeurs. On retrouve ici une progression discursive tout à fait classique dans un traité de physique, puisque l’on part du plus simple pour aboutir au plus complexe et au plus composé.

Place du passage dans la démonstration de la première partie du De elementis

  • 2 Cf. par ex. De elementis, 5, 10-13 = De natura hominis, 2, 2-6 (CMG I, 1, 3 : nous citons l’édition (...)

2Dans la première partie qui concerne donc les éléments physiques, Galien s’attaque aux thèses monistes dans un esprit assez fidèle à ce que l’on peut lire dans l’Ancienne Médecine d’Hippocrate, mais surtout dans Nature de l’homme, un des modèles avérés du texte ; on retrouve ainsi dans le De elementis la définition hippocratique des quatre éléments physiques traditionnels (feu, air, eau, terre), qui s’accompagne de la discussion du changement possible de ces éléments2.

  • 3 Le nom d’Aristote est mentionné dès le début du chapitre 5 et mis en parallèle avec celui d’Hippocr (...)

3L’objet global de cette première partie du De elementis est clairement épistémologique et non directement technique. Il s’agit pour Galien d’opérer un découpage disciplinaire, en dissociant le métaphysique du physique et du médical. Se surajoute explicitement au sous-texte hippocratique une tutelle philosophique aristotélicienne3 : de même qu’Aristote définit la science de la nature et sa possibilité en la débarrassant de son identification ontologique élémentaire (poser la question de ce qui est dans la nature, ce n’est pas chercher un principe élémentaire unique et immuable, sinon on perd la notion même de « nature »), de même la médecine ne doit pas appréhender son objet – le corps – en remontant à un hypothétique élément ultime. La physique comme la médecine sont des sciences du complexe ou encore du composé et du changeant, non des sciences de l’un et du fixe.

  • 4 De elementis, 5, 5-7 = De Lacy, p. 92-94. Exceptionnellement ici, nous nous éloignons pour traduire (...)

Ἥ τε γὰρ φυσιολογία περὶ τῶν ἐν γενέσει καὶ φθορᾷ καὶ ὅλως ἐν μεταβολῇ σωμάτων ἐστίν· εἰ δὲ ἕν ἐστι μόνον τὸ ὄν, ἀνῄρηται ταῦτα. Κατά τε τὸν αὐτὸν τρόπον καὶ ἡ ἰατρικὴ πρῶτον μὲν κἀκ τοῦ τῆς γενέσεως καὶ φθορᾶς οἷον ὑπηρέτις ὑπάρχειν, εἰ μὴ δοθείη ταῦτ᾿ εἶναι, συναναιρεῖται καὶ αὕτη.
La science de la nature porte sur les corps soumis à la génération et à la corruption et en général au changement ; et si l’être est seulement un, <ces corps> sont détruits. Selon le même raisonnement, la médecine aussi, du fait qu’elle est tout d’abord comme la servante de la génération et de la corruption, se trouve elle-même détruite si on ne postule pas que ceux-ci [i.e. ces corps] sont4.

  • 5 Cf. De natura hominis, 1, 1‑2.

4Un peu plus loin, en 5, 9-11, et de façon assez rapide – mais encore une fois, il s’agit pour Galien de gloser ce qui est déjà dit par Hippocrate dans Nature de l’homme dès les premières lignes de son propre traité5 –, se trouve un argument en soutien de cette thèse épistémologique : la médecine est art du multiple car, du point de vue du corps et de ses maladies, il est empiriquement évident qu’il y a du multiple.

5Décrivons l’argument tel que Galien le présente.

  • 6 De elementis, 5, 12.

61. Comme le fait remarquer Hippocrate, le discours métaphysique sur l’un n’est pas évacué pour des questions de fausseté, mais parce qu’il n’est pas pertinent pour le médecin ; il est aussi peu valable en médecine que la démonstration d’Hippocrate lui-même ne l’est pour le métaphysicien, pour qui Hippocrate souligne que son propre propos ne sert à rien : οὐκ ἐπιτήδειος ὂδε ὁ λόγος ἀκοὐειν6. Il est difficile de saisir la pointe de l’argument hippocratique si l’on ne confronte pas ici ce qui est dit dans le modèle explicite de Galien, Nature de l’homme (le discours médical ne s’adresse pas au métaphysicien), avec ce que l’on peut trouver dans l’Ancienne Médecine, qui renverse la perspective en soulignant l’impropriété du discours métaphysique pour le médecin :

  • 7 De vetere medicina, 20, 1‑9 ; nous traduisons l’édition de Heiberg (CMG I, 1, p. 51 ; cf. <http://c (...)

Περὶ μὲν οὖν τούτων ἱκανῶς μοι ἡγεῦμαι ἐπιδεδεῖχθαι, λέγουσι δέ τινες ἰητροὶ καὶ σοφισταὶ, ὡς οὐκ εἴη δυνατὸν ἰητρικὴν εἰδέναι, ὅστις μὴ οἶδεν, ὅ τί ἐστιν ἄνθρωπος, ἀλλὰ τοῦτο δεῖ καταμαθεῖν τὸν μέλλοντα ὀρθῶς θεραπεύσειν τοὺς ἀνθρώπους, τείνει τε αὐτοῖσιν ὁ λόγος ἐς φιλοσοφίην, καθάπερ Ἐμπεδοκλῆς ἢ ἄλλοι, οἳ περὶ φύσιος γεγράφασιν ἐξ ἀρχῆς, ὅ τί ἐστιν ἄνθρωπος, καὶ ὅπως ἐγένετο πρῶτον καὶ ὅπως συνεπάγη. Ἐγὼ δὲ τοῦτο μὲν, ὅσα τινὶ εἴρηται ἢ σοφιστῇ ἢ ἰητρῷ ἢ γέγραπται περὶ φύσιος, ἧσσον νομίζω τῇ ἰητρικῇ τέχνῃ προσήκειν ἢ τῇ γραφικῇ·
Mais sur ces questions j’ai fait un exposé suffisant ; quant à certains, médecins et sophistes, ils disent qu’il n’est pas possible de savoir la médecine si l’on ne sait pas ce que c’est que l’homme, mais qu’il est nécessaire d’être instruit sur ce point si l’on veut soigner correctement les hommes ; mais leur propos tend vers la philosophie, comme Empédocle et d’autres qui ont écrit <des traités> sur la nature depuis son principe, ce qu’est l’homme, comment tout d’abord il est né et comment il a été composé. Mais de mon point de vue, tout ce qui a été dit ou écrit par n’importe quel sophiste ou médecin sur la nature, à mon avis, est moins utile encore à l’art médical que du dessin7.

  • 8 C’est l’hypothèse de Littré, indiquée dans son édition du texte en note p. 620 (cf. <http://www.biu (...)

7On remarque que, dans ce passage, il est également question d’une approche philosophique de l’être via la question de ses principes d’existence – la notion d’éléments est même introduite discrètement par l’intermédiaire d’un verbe rare, συνπήγνυμι, qui renvoie à la composition matérielle primitive de l’être humain. Empédocle semble invoqué sinon cité8 pour représenter en majesté ces philosophes, auteurs de traités sur la nature qui ne valent pas mieux que des gribouillages pour celui qui prétend apprendre la médecine.

8Dans Nature de l’homme et sa reprise par Galien, la critique est identique mais en miroir : le discours médical sur les éléments ne s’adresse pas au métaphysicien qui n’y trouvera rien qui le concerne. C’est donc sur un argument de type non métaphysique, mais strictement interne à l’art médical, que le médecin prétend prouver la pluralité des éléments.

92. Cet autre argument est le suivant : de fait, on constate empiriquement que les maladies sont multiples, et les remèdes pour les soigner également. S’il n’y avait que de l’un, il y aurait éventuellement une seule possibilité de maladie et une seule de remède – et en ce cas, plus de risque d’erreur, donc plus d’art médical.

  • 9 J. Jouanna, dans le commentaire qui accompagne son édition du texte (p. 222), en souligne la nature (...)

10C’est un argument qui peut sembler circulaire9 : il y a une science de la nature et une médecine qui ne sont pas la métaphysique car la métaphysique est science de l’un, tandis que la médecine et la physiologie sont sciences ou arts du multiple ; s’il n’y avait que de l’un, il n’y aurait pas d’autre science que la métaphysique, mais il y a du multiple, donc il y a d’autres sciences que la métaphysique.

  • 10 On note ainsi que l’épistémologie galénique de référence reste sur ce point très fidèle à celle déf (...)

11En réalité c’est là un argument très fort et très souvent utilisé dans un tel contexte : il s’agit en effet d’une remontée au principe même de l’art médical, qui est le constat empirique de la maladie. La maladie résiste à sa réduction ontologique, elle est ce qui s’impose dans le champ de l’expérience et, de ce fait, elle peut jouer le rôle d’un axiome pragmatique. C’est bien pour cela qu’immédiatement après, en 5, 12-13, Galien cite une comparaison tirée d’Aristote avec le géomètre et le physicien, comparaison qu’il applique au médecin : un métaphysicien moniste qui nierait au nom de son monisme l’existence des principes multiples de la maladie serait dans la même posture irrecevable qu’un adversaire de la géométrie ou de la physique, non-géomètre ou non-physicien, qui nierait la pertinence des principes de ces sciences au nom de ses propres hypothèses. En effet, le questionnement des principes d’une discipline est pour Aristote un questionnement de type métadisciplinaire ; il n’intervient plus au sein de la pratique d’une science, qui suppose, pour être possible, l’acceptation en amont de ces principes mêmes. La métaphysique, en tant que méthode de recherche des principes, serait la seule à même de pouvoir questionner l’existence et la nature des principes de telle ou telle science – elle-même supposant bien néanmoins a minima selon Aristote l’accord préalable sur le principe de non-contradiction. Mais elle élabore ce questionnement dans son propre champ disciplinaire, et ne peut à ce titre intervenir au sein de pratiques scientifiques constituées en dehors d’elle10.

12Ainsi, et c’est là le point très intéressant dans le commentaire que Galien fait d’Hippocrate, la démarche critique de la métaphysique, qui peut conduire à chercher l’un et à nier le multiple, n’est pas pour autant invalidée ; elle est seulement sortie du champ de la science de la nature et de l’art médical. La question demeure pertinente pour un métaphysicien ; elle ne l’est pas pour un médecin.

13C’est dans ce contexte, et pour démontrer très exactement cela – c’est-à‑dire pour achever la partition épistémologique opérée entre métaphysique et science de la nature –, qu’intervient ce que nous pourrions appeler « l’argument de la tetrapharmakos ».

L’argument de la tetrapharmakos

  • 11 De elementis, 5, 14-16, nous traduisons.

Φαίνονται τοίνυν ὁ μὲν Ἀριστοτέλης τε καὶ Ἱπποκράτης ὡσαύτως διατεθεῖσθαι τὸν λόγον, οἱ δ᾽ ἐξηγηταὶ μὴ παρακολουθεῖν· οὐ γὰρ διὰ τοῦτ’εἶπεν ὁ Ἱπποκράτης οὐκ ἐπιτήδειον εἶναι τὸν λόγον τοῖς εἰωθόσιν ἀκούειν περὶ φύσιος ἀνθρωπίνης προσωτέρω ἢ ὁκόσον αὐτέης ἐς ἰητρικὴν ἀφήκει, διότι καταγιγνώσκει τῶν ἀέρα καὶ πῦρ καὶ ὕδωρ καὶ γῆν στοιχεῖα τιθεμένων, ἀλλ᾽ ἀπ᾽ ἀρχῆς ἄχρι τέλους τοῖς ἓν ὁτιοῦν αὐτῶν εἰποῦσιν εὑρίσκεται μεμφόμενος, ἐπεὶ ἐκεῖνό γε δεινῶς ἄλογόν ἐστιν, εἰ, διότι μηδὲν τῶν τεττάρων εἰλικρινὲς ἐν τῷ σώματι φαίνεται, διὰ τοῦτ᾽ ἀπιστηθήσεται πάντα· κατὰ γὰρ τὸν αὐτὸν οἶμαι τρόπον ἀπιστήσει τις ἐκ κηροῦ καὶ ῥητίνης καὶ πίττης καὶ στέατος συγκεῖσθαι τὴν τετραφάρμακον καλουμένην, ὅτι μηδὲν αὐτῶν ὁλόκληρον καὶ παντελὲς ἐν αὐτῇ περιεχόμενον φαίνεται.
Il semble donc qu’Aristote et Hippocrate ont organisé leur argument de la même façon mais que les commentateurs ne les ont pas compris. Lorsque Hippocrate dit que son discours ne s’adresse pas à ceux qui ont pour habitude d’écouter <des propos> concernant la nature de l’homme « au-delà de ce qui est pertinent pour l’art de la médecine », il ne le dit pas pour condamner ceux qui font du feu, de l’air, de l’eau et de la terre les éléments ; au contraire, du début à la fin nous le voyons s’opposer à ceux qui disent qu’un seul parmi eux est l’élément. Car il est horriblement illogique de tous les rejeter sous prétexte qu’aucun des quatre n’est visible dans le corps sous sa forme pure ; par le même raisonnement on peut imaginer qu’une personne ne croira pas que la tetrapharmakos se compose de cire, résine, suif et mélasse, car aucun dans cette liste ne se retrouve comme tel dans le produit complet11.

Sources historiques de l’argument

  • 12 On en trouve une autre description célèbre chez Celse, Med., V, 19, 9 (Cf. l’édition de F. Marx, A. (...)
  • 13 Notre édition de référence pour ce texte est celle de J. Groisard, Sur la mixtion et la croissance (...)

14La tetrapharmakos est une composition pharmacologique bien connue, un emplâtre gras, sans doute anti-inflammatoire12, composé de résine, cire, huile ou mélasse et suif. Galien est loin d’être le seul physicien à en faire un exemple privilégié de mélange complexe. En réalité, ce modèle revient de façon régulière dans des contextes si semblables qu’il est probablement possible d’en retracer en toute rigueur l’histoire. On en retrouve une trace, chronologiquement parallèle, dans un texte central sur la question du mélange, le De mixtione d’Alexandre d’Aphrodise13.

  • 14 Sur cette question, voir par ex. S. Fazzo, « Alexandre d’Aphrodise contre Galien : la naissance d’u (...)
  • 15 De fait, une différence d’approche fondamentale entre Alexandre et Galien réside dans la position d (...)

15Le De mixtione propose une synthèse très complète sur les différentes définitions physiques du mélange, et présente notamment les thèses stoïciennes comme des réponses (certes imparfaites aux yeux de l’auteur) aux impasses de l’atomisme, avant de les critiquer à leur tour, le texte d’Alexandre étant tout entier construit comme une critique analytique de la thèse stoïcienne dite du « mélange total ». Le De mixtione est probablement légèrement postérieur au De elementis de Galien mais il en reste assez voisin chronologiquement14. Il décrit en vérité l’opposition entre physique péripatéticienne et physique stoïcienne du mélange dans des termes très proches de ceux de Galien, se rapprochant comme lui très nettement de la conception aristotélicienne et rejetant la conception stoïcienne considérée comme contradictoire. On peut donc considérer qu’il représente une sorte d’état de l’art de la question du mélange physique à l’époque de rédaction du De elementis15.

16En interrogeant les différents niveaux physiques du mélange, Alexandre cherche à résoudre l’énigme de ce que les stoïciens nomment « mélange total ». Que deviennent les éléments du mélange une fois mêlés ? disparaissent-ils ou non ? le mélangé est-il ou non semblable ontologiquement à ce dont il est le produit – à savoir ses éléments ? Toutes ces questions étaient déjà formulées chez Aristote de façon très explicite : le mélange existe-t‑il ? est-il possible ? en quoi se distingue-t‑il de la génération et de la corruption ? Car si les corps mélangés subsistent, alors il n’y a pas mélange ; mais s’ils ne subsistent plus, qu’est‑ce qui est mélangé dans le mélange ? Alexandre s’appuie de fait sur une typologie aristotélicienne bien connue et la développe :

  • 16 Aristote, Gen. et corr., 328a6-12, nous traduisons.

Σύνθεσις γὰρ ἔσται καὶ οὐ κρᾶσις οὐδὲ μίξις, οὐδ᾽ ἕξει τὸν αὐτὸν λόγον τῷ ὅλῳ τὸ μόριον. Φαμὲν δ᾽ εἴπερ δεῖ μεμίχθαι τι, τὸ μιχθὲν ὁμοιομερὲς εἶναι, καὶ ὥσπερ τοῦ ὕδατος τὸ μέρος ὕδωρ, οὕτω καὶ τοῦ κραθέντος.
[Aristote vient de définir la juxtaposition :] il y aura alors juxtaposition, mais ce n’est ni une crase ni un mélange, et la partie n’aura plus la même définition que le tout. Nous disons au contraire qu’il faut, pour qu’il y ait mélange, que ce qui est mélangé soit fait de parties homéomères, comme c’est le cas pour les parties de l’eau qui sont bien de l’eau ; il doit en être de même pour ce qui a été mêlé16.

  • 17 Relevons déjà que, selon les règles de cette typologie aristotélicienne, le mélange hippocratique d (...)

17On comprend ici que, dans le type de mélange appelé « crase », les corps mélangés forment une entité nouvelle, homogène. Il est alors impossible pour les constituants de se séparer à nouveau, ils ne sont plus présents que potentiellement17.

  • 18 De mixtione, 214, 18 et suiv.

18Dans le De mixtione, Alexandre d’Aphrodise reprend et affine cette typologie aristotélicienne en l’intégrant dans une doxographie physique générale. La composition ou juxtaposition est, comme chez Aristote, associée par Alexandre aux physiques atomistes, et réfutée rapidement comme mélange non véritable18.

19Pour les atomistes en effet, le mélange est une juxtaposition de corpuscules (παράθεσιν σωμάτων) ; c’est la faiblesse de notre perception qui nous le fait paraître homogène.

20Or il s’agit là pour Alexandre d’une explication du mélange qui passe par une réduction à ses éléments (τὴν εἰς τὰ στοιχεῖα ἀνάλυσιν) ; elle est insatisfaisante car il s’agit d’un mélange des éléments des corps, non des corps eux-mêmes. En effet, si les éléments qui composent les corps sont indifférenciés et si les différences entre les corps viennent des compositions et relations des atomes entre eux, alors le mélange a lieu au niveau atomique entre des éléments qui n’ont pas les qualités de ce qui est mélangé. Donc la juxtaposition démocritéenne ne crée pas un mélange homogène (il paraît l’être, mais ne l’est pas en réalité), et la réduction aux constituants fait perdre leurs qualités aux ingrédients du mélange ; le résultat est une soupe indifférenciée qui peut donner n’importe quoi.

  • 19 De mixtione, 216, 4 et suiv.

21Alexandre élabore ensuite une critique de la typologie stoïcienne du mélange19, qui selon lui définit trois catégories de mélanges : la juxtaposition, la fusion et le mélange avec interpénétration (le fameux « mélange total »). La fusion est ainsi définie par Chrysippe :

  • 20 De mixtione, 216, 22-25.

Γίνεσθαι τὰς δέ τινας συγχύσει δι᾽ ὅλων τῶν τε οὐσιῶν αὐτῶν καὶ τῶν ἐν αὐταῖς ποιοτήτων συμφθειρομένων ἀλλήλαις, ὡς γίνεσθαί φησιν ἐπὶ τῶν ἰατρικῶν φαρμάκων κατὰ σύμφθαρσιν τῶν μιγνυμένων, ἄλλου τινὸς ἐξ αὐτῶν γεννωμένου σώματος.
D’autres mélanges se font par fusion, lorsque de part en part les substances elles-mêmes et leurs qualités sont réciproquement détruites, comme il dit que cela se fait pour les préparations médicales par destruction des éléments mélangés, un autre corps émergeant de ceux-ci20.

22La juxtaposition (παράθεσις) suppose la préservation des substances mélangées et de leurs qualités. La fusion (σύγχθσις) aboutit à la destruction des substances mélangées et de leurs qualités pour constituer un nouveau corps, unique et possédant une qualité originale – c’est ici qu’intervient l’exemple des préparations médicales. Le mélange total enfin (κρᾶσις) implique que chacun des composants se retrouve dans chaque partie du mélange ; parce qu’elles ne sont pas détruites, les substances et qualités originelles des corps interpénétrés peuvent être recouvrées après coup.

  • 21 L’appréhension précise de ce qu’est le « mélange total » déborde largement le cadre de cette étude. (...)

23Cette « crase » totale semble avoir été conçue par les stoïciens pour penser certains phénomènes bien particuliers, notamment l’union de l’âme et du corps ou encore les relations entre les principes de la nature21. Ils ajoutent donc une catégorie à la typologie aristotélicienne en envisageant la crase comme un mélange spécifique qui soit bien un mélange, mais sans irréversibilité ni destruction de ses ingrédients. En cela, ils s’éloignent d’Aristote. La crase stoïcienne suppose la possibilité que les éléments originels ne soient pas détruits par le mélange mais puissent revenir à leur état antérieur, ce que la typologie de Génération et corruption interdisait.

24Comparons cette doxographie stoïcienne d’Alexandre avec la source qui est probablement la sienne – à savoir les fragments originaux de Chrysippe. Il se trouve que la position de Chrysippe sur le mélange nous est connue en dehors d’Alexandre par plusieurs sources assez fiables. Nous en examinerons deux : le De confusione linguarum de Philon et l’Anthologie de Stobée.

25Philon tout d’abord : il s’appuie sur Chrysippe pour définir la confusion (σύγχυσις) par opposition avec le mélange (μῖξις) et la crase. Il pose alors que le mélange se fait avec des corps solides et par juxtaposition, tandis que la crase suppose l’extension réciproque des parties et leur interpénétration, sans pour autant que les parties initiales perdent leur identité (l’exemple donné est celui des liquides comme l’eau et le vin qui peuvent être redissociés par certains procédés comme le filtrage par une éponge huilée) ; la confusion quant à elle est ainsi décrite :

  • 22 Philon, De confusione linguarum, 184 (II, p. 264, 23 Wend), nous traduisons.

Σύγχυσις δέ ἐστι φθορὰ τῶν ἐξ ἀρχῆς ποιοτήτων πᾶσι τοῖς μέρεσιν ἀντιπαρεκτεινομένων εἰς διαφερούσης μιᾶς γένεσιν, ὡς ἐπὶ τῆς ἐν ἰατρικῇ τετραφαρμάκου συντέτευχε· κηρὸς γὰρ καὶ στέαρ καὶ πίττα ῥητίνη τε, οἶμαι, συνελθόντα ταύτην ἀποτελεῖ, συντεθείσης δὲ ἀμήχανον ἔτι τὰς ἐξ ὧν συνετέθη διακριθῆναι δυνάμεις, ἀλλ᾽ ἑκάστη μὲν αὐτῶν ἠφάνισται, πασῶν δ᾽ ἡ φθορὰ μίαν ἐξαίρετον ἄλλην ἐγέννησε δύναμιν.
Et la fusion (σύγχυσις) est la destruction des qualités élémentaires pour toutes les parties afin de faire émerger quelque chose de nouveau et d’unique, comme dans le cas de la tetrapharmakos qu’on utilise en médecine ; on mélange pour la composer, je le sais, de la cire, du suif, de la poix et de la résine, et la synthèse faite il n’est plus possible de discriminer les puissances des éléments dont elle est faite, mais chacune d’elles a disparu, et la destruction de toutes a donné lieu à une autre puissance unique et nouvelle22.

26Dans la tetrapharmakos, les ingrédients sont bien détruits pour former une nouvelle substance, et ils ne pourront pas revenir à leur état initial. Ce n’est donc pas une « crase », mais une fusion, une confusion. Nous avons là un petit indice que l’identification de la tetrapharmakos à un mélange fusionnel remonte bien a minima à Chrysippe, et un indice fort que c’est spécifiquement à ce type de pharmacopée que songe Alexandre dans sa doxographie stoïcienne quand il fait allusion aux « préparations médicales ».

27La paternité stoïcienne de l’analogie peut être confirmée par la confrontation avec un autre fragment chrysippéen, transmis par la doxographie d’Arius Didyme copiée dans l’Anthologie de Stobée. Dans le résumé d’Arius Didyme, on retrouve la tripartition stoïcienne des mélanges avec un vocabulaire semblable, la μῖξις et la crase étant opposées à la σύγχυσις elle-même à nouveau comparée à une préparation médicale dans laquelle les composants initiaux sont détruits :

  • 23 Stobée, Anthologium, I, 17, 4, 37‑40.

Τὴν δὲ σύγχυσιν δύο <ἢ> καὶ πλειόνων ποιοτήτων περὶ τὰ σώματα μεταβολὴν εἰς ἑτέρας διαφερούσης τούτων ποιότητος γένεσιν, ὡς ἐπὶ τῆς συνθέσεως ἔχει τῶν μύρων καὶ τῶν ἰατρικῶν φαρμάκων.
[…] la fusion (σύγχυσιν) est la transformation relativement aux corps de deux ou plusieurs qualités en vue d’engendrer une autre qualité différente des précédentes, comme c’est le cas pour la synthèse des onguents et des préparations médicales23.

28La drogue médicinale est une nouvelle fois considérée comme un exemple canonique de « fusion », avec une définition associée qui ne varie pas, et dont l’origine est explicitement chrysippéenne.

29La question se pose de savoir comment cet archétype est arrivé jusqu’à Galien. Si l’on tient pour acquis que le De elementis est chronologiquement très proche du De mixtione, on peut postuler que la documentation dont disposaient Galien et Alexandre était assez similaire. Qu’ils aient eu en main des versions au moins indirectes des textes physiques de Chrysippe, c’est fort probable. Mais on peut supposer que ces versions n’étaient pas absolument identiques ; en effet, on repère bien dans la série de témoignages relevés deux formes de l’analogie qui nous intéresse : l’une vague (la fusion est « de même nature qu’une préparation médicale »), l’autre plus précise (la fusion est « de même nature que la tetrapharmakos »).

  • 24 Cf. In Hippocratis De natura hominis librum commentaria, I, 2 (CMG V, 9, 1, p. 15, 23-30 Mewaldt <h (...)
  • 25 Nous nous appuyons sur l’édition d’A. Ricciardetto, L’Anonyme de Londres (P.Lit.Lond. 165, Brit.Lib (...)

30Un autre candidat potentiel pour la source de Galien serait peut-être un texte médical de titre inconnu, dont nous possédons une unique version sur un papyrus du ier siècle, le fameux Anonyme de Londres, et que certains critiques ont identifié avec la Collection médicale citée par Galien dans son commentaire à Nature de l’homme24. L’Anonyme de Londres25 est traditionnellement divisé en trois parties inégales en taille ; la seconde, qui s’étend dans l’édition de Ricciardetto de la col. IV à la col. XXI, est souvent dénommée « doxographie de Ménon », en référence à l’attribution relayée par Galien. Cette attribution atteste a minima une probable circulation du texte qui en fait un candidat possible en tant que source commune à Alexandre et à Galien, soit dans sa forme originale, soit à l’intérieur d’autres doxographies.

31Le passage qui nous intéresse appartient à cette « doxographie de Ménon » ; à cet endroit, l’auteur du texte distingue, parmi les médecins dont il fait l’inventaire raisonné, ceux qui attribuent la cause des maladies à des « résidus alimentaires » (περισσώμάτα) et ceux qui mettent en cause les éléments (στοιχεῖα) qui constituent le corps.

32Parmi eux, Platon, à qui l’auteur consacre son développement le plus long notamment par le biais d’une importante paraphrase du Timée, est mentionné comme appartenant au second groupe.

33L’auteur de l’Anonyme de Londres révèle à cette occasion ses accointances philosophiques ; le traitement auquel il soumet les thèses platoniciennes, sorte de syncrétisme stoïco-aristotélisant, permet de le rattacher à une tradition « académique » au sens large, et à une approche rationaliste de la médecine. C’est notamment le cas dans son approche des différents types de mélanges, occasion pour lui de « réciter » dans des termes familiers la nomenclature classique que nous avons évoquée dans les pages précédentes.

  • 26 Col. XIV, 6-26, trad. A. Ricciardetto (ouvr. cité n. 25, p. 10-11).

Ἴ[δ]ωμ(εν) δὲ καὶ
τ[οὺς ἀπὸ τῆς φύ]σεως τ(ῶν) [σω]μάτ(ων) καὶ
δια[θέσεως αἰ]τιολ[ο]γοῦντας τὰς
νόσ[ους κα]ὶ τοὺς ἀπὸ τῆς τ(ῶν) στοιχείων
συσ[τάσε]ως οἰομένους συνεστ<άν>αι τὰ
ἡμέ[τερ]α σώματα. καὶ πρῶτον ἀπὸ
Πλά[τω]νος. [ο̣]ὗτ̣ο̣ς̣ γ̣(ά̣ρ̣) φησι τὰ ἡμέ‑
τερα [σώματα συ]νεστάναι ἐκ τ(ῶν)
τεσσά[ρω]ν στοιχείων [κα]τὰ [σ]ύ[μφθ]αρσιν ὅτι καὶ τ̣ὰ̣ ἐ̣ν κόσ‑
μωι γ̣ί̣(ν̣ε̣τ̣α̣ι̣) [2/3]ἀ. Διαφ[έ]ρειν δὲ ταῦτα·
σύμφθ[αρσιν], μῖξιν, κρᾶσιν. Καὶ σύμ‑
φθαρσιν [μὲν] κ̣α̣ὶ̣ σύνχυσιν, ὅταν σώματα
διὰ ἑαυ[τ(ῶν) ὅλ]ων ἥκοντα μίαν ὑπεράνω
ἀποτελέσῃ π̣οι̣ό̣τητα, ὡς ἐπὶ τῆς τετρα‑
φαρμάκου. Μῖξις δέ (ἐστιν) ὅταν σώ‑
ματά τινα ἑαυτοῖς κ(ατὰ) παράθεσιν παρακέ(ηται)
καὶ μὴ δι᾽ ἑαυτῶν ἥκῃ ὡς σωρὸς πυροῦ,
κριθῆς. Δ[ιάκ]ρασις δέ (ἐστιν) ὅταν σώματά
τινα ἐπὶ τ[αὐ]τ[ὸ σ]υνελθόντα ἀλλήλοις
παρα̣κ[έη]ται, ὡς ἐπὶ τοῦ οἰνομέλιτος
βλέπομ[ε]ν.
Voyons également ceux qui font dériver les causes des maladies de la nature et de la disposition des corps, et ceux qui pensent que c’est de l’agencement des éléments que sont constitués nos corps ; et, tout d’abord, d’après Platon. Celui-ci dit que nos corps sont constitués de quatre éléments par destruction simultanée, parce que même les objets dans le monde sont […]. Il faut distinguer ce qui suit : destruction simultanée (σύμφθαρσιν), mélange (μῖξιν), crase (διάκρασιν). Il y a destruction simultanée et fusion lorsque des corps, se traversant réciproquement dans leur totalité, produisent une seule qualité supérieure, comme c’est le cas pour la tetrapharmakos. Il y a mélange lorsque des corps s’accolent par juxtaposition, et qu’ils ne se traversent pas réciproquement, comme un tas de blé, d’orge. Il y a crase lorsque des corps, convergeant en un même lieu, sont placés l’un à côté de l’autre, comme nous le voyons pour le vin miellé26.

  • 27 A. Ricciardetto, ouvr. cit. n. 25, p. 59.
  • 28 A. Ricciardetto, ouvr. cit. n. 25, p. 59.

34A. Ricciardetto, de façon attendue, note que « l’auteur de l’Anonyme a recours à une classification tripartite des mélanges, qui est d’origine stoïcienne, mais dont on ne sait pas quand, ni comment, elle a été intégrée à l’exégèse du Timée27 » ; nous identifions avec lui dans cette tripartition la typologie chrysippéenne que nous avons repérée chez Philon, Arius Didyme et Alexandre d’Aphrodise. Une remarque d’A. Ricciardetto éclaire d’un jour nouveau cette apparente linéarité dans la transmission : « comme l’a souligné D. Manetti dans CPF Plato 129T : 553-555, si l’on compare au texte de l’Anonyme de Londres les deux citations de Chrysippe transmises par Stobée et Alexandre d’Aphrodise, on constate que chez les Stoïciens, σύγχυσις est le substantif d’usage courant pour désigner la fusion, tandis que σύμφθαρσις n’apparaît qu’une fois, dans l’extrait tiré d’Alexandre d’Aphrodise (et sous sa forme verbale, συμφθείρω). Or, dans l’Anonyme, c’est la situation inverse qui se produit : en effet, σύγχυσις y apparaît de manière secondaire, “presque comme une glose”, tandis que c’est σύμφθαρσις qui “assume la valeur d’une définition”28 ».

35Une des hypothèses explicatives de ce trait sémantique, à notre avis tout à fait pertinente, est que le texte d’Alexandre est tributaire non seulement des doxographies philosophiques précédentes qui transmettent la tripartition chrysippéenne, mais également d’une tradition médicale surajoutée – ce qui irait bien dans le sens de notre propre hypothèse d’une source médicale commune à Alexandre et Galien, et très proche du texte de l’Anonyme de Londres.

36Pour l’auteur de l’Anonyme de Londres, comme dans tous les autres textes envisagés, les éléments de la tetrapharmakos ont perdu leur identité première par un processus de fusion pour produire une substance totalement nouvelle, qui n’est ni du suif, ni de la cire, ni rien d’homéomère aux parties du mélange ; la διάκρασις s’en distingue en ce que le produit du mélange est une union des parties dans laquelle on reconnaît les éléments initiaux – si l’on goûte un mélange de vin et de miel, on identifie le vin et le miel qui ont conservé, sinon leur substance séparée, du moins leur identité qualitative.

Sens de l’argument chez Galien

37Une fois l’itinéraire historique de cet argument clairement identifié, revenons à sa place dans le De elementis. Dans le passage qui nous occupe, Galien glose la critique qu’Hippocrate fait des théories élémentaires des physiologues. Il souligne alors qu’il ne s’agit pas de dire que ces théories sont fausses sur le plan métaphysique. L’argument sous sa forme développée est le suivant : on ne peut pas critiquer les théories élémentaires sous le prétexte qu’aucun des éléments invoqués ne se trouverait à l’état pur dans le corps. Ce serait comme nier que la tetrapharmakos est faite des quatre éléments qui la composent pour la simple raison que le mélange de ces éléments les fait disparaître en tant que tels dans le résultat de la préparation.

  • 29 Cf. par ex. Ad Glauconem II (Kühn 11, 138, 9), où la tetrapharmakos en tant qu’emplâtre voisine san (...)

38L’argument ne tient que parce qu’il est évident pour le lecteur de Galien que ce mélange est bien une fusion ; cette évidence ne procède pas tant de l’exposé de Galien, assez bref et elliptique, que du sous-texte associé, le lecteur étant supposé, à la manière de l’auteur de l’Anonyme de Londres, connaître la typologie stoïcienne que nous avons évoquée. C’est cette typologie implicite qui donne à la tetrapharmakos son statut paradigmatique, que l’on ne retrouve d’ailleurs pas nécessairement dans tous les textes où Galien fait allusion à la même préparation : la τὴν τετραφάρμακον δύναμιν joue visiblement dans le De elementis un rôle méthodologique spécifique qui dépasse la question de sa formule et de son usage29.

  • 30 Les particularités « stoïcisantes » de la conception galénique du mélange ont été relevées et étudi (...)

39Le point qui pourrait paraître quelque peu déroutant est que, malgré le processus de fusion, les ingrédients initiaux conservent néanmoins toujours dans une pharmacopée une forme de présence, ne serait‑ce qu’étiologique ; on ne peut expliquer l’action de la tetrapharmakos que par les vertus des ingrédients qui la composent, de même qu’on ne peut expliquer la nature que par l’action de principes primordiaux qui n’existent pourtant plus en tant que tels dans les corps dont ils sont causes. Pour comprendre réellement la portée de l’argument, il convient de revenir sur la distinction à opérer entre ce type de mélange fusionnel et le mélange des humeurs, qui ne fait pas quant à lui disparaître l’identité des éléments qui le composent. Cette distinction peut nous permettre de souligner le rapport somme toute très paradoxal de Galien à la physique stoïcienne. Celle-ci lui fournit, avec le mélange total, un modèle épistémologique quasi parfait pour penser le mélange humoral (crasis), et ceci alors même que : 1) l’arrière-plan physique revendiqué explicitement par Galien n’est pas stoïcien mais aristotélicien et 2) la réflexion métaphysique en amont du contenu proprement physique du De elementis utilise, pour penser le découpage disciplinaire entre physique, médecine et métaphysique, un exemple de mélange qui n’est pas total mais fusionnel30.

40Nous devons en conclure qu’au moment d’opérer son découpage disciplinaire, donc sur le plan épistémologique, Galien a besoin d’un modèle de mélange fusionnel pour prouver que son refus de la métaphysique ne se bâtit pas sur des arguments eux-mêmes métaphysiques, mais bien disciplinaires. L’objet du De elementis n’est pas de réfuter directement et absolument les ontologies élémentaires – car, de fait, les ontologies élémentaires sont valides dans un cadre théorique donné.

  • 31 C’est cette thèse même qui inaugure, dans ces termes, le traité hippocratique De l’ancienne médecin (...)
  • 32 Cf. sur ce point V. Cordonier, art. cit. n. 15, qui identifie également dans la version galénique d (...)

41Il s’agit au contraire de définir un autre cadre d’exercice pour la raison, qui n’est pas la métaphysique mais la médecine. La médecine travaille sur l’observable, elle ne fait pas d’hypothèses31. Pour cette raison, la tetrapharmakos n’est pas un argument valable pour qui travaille sur l’inobservable, et elle n’invalide pas à elle seule une ontologie élémentaire ; mais à l’inverse, l’observation de la pluralité des maladies et des signes du corps, et par là de la pluralité des éléments qui composent les corps, justifie la démarche du médecin à la recherche d’une pluralité de principes ; et l’observation des humeurs, qui ne se voient jamais à l’état de mélange mais toujours sous forme séparée, est dans le cadre théorique du médecin – et non du métaphysicien – un élément suffisant pour démontrer l’existence de ces mêmes humeurs. Pour résumer, la tetrapharmakos, en tant que mélange fusionnel dont les éléments sont inobservables, ne réfute pas l’existence de l’inobservable-élément (hypothèse métaphysique) ; le mélange des humeurs quant à lui, en tant que « mélange total », n’est observable que du point de vue de ses éléments et ne réfute pas l’inobservable-composé (hypothèse médicale)32.

  • 33 De elementis, 13, 1‑5 = De natura hominis, 5, 1‑5.

42Cette lecture se renforce si l’on compare l’argument de la tetrapharmakos avec un autre passage du De elementis dans lequel Galien, empruntant directement à Nature de l’homme, utilise l’exemple du vomissement33. Le texte insiste sur la possibilité d’« extraire » volontairement du corps chacune des quatre humeurs isolément ; cette possibilité suffit à prouver la permanence de chacune de ces humeurs dans tout homme à n’importe quelle étape de sa vie. Et l’observation de la diversité des tempéraments et des maladies vaut également pour preuve de la présence dans chaque homme de ces quatre principes, qui sont en proportion variée mais bien tous présents – les maladies ayant alors un schème explicatif commun : le déséquilibre du mélange, lui-même inobservable directement.

Conclusion

  • 34 M. Vegetti insiste ainsi à juste titre sur un des objectifs permanents de Galien : unifier la physi (...)

43On peut alors reconstituer à partir de cette comparaison le plan du De elementis : la démarche de Galien consiste en effet tout entière dans ce passage de questions générales de physique, qui donnent un champ réduit mais réel à une étiologie élémentaire, à la construction des concepts de puissances ou qualités qui permettent de créer une continuité entre ces étiologies élémentaires et l’étiologie humorale, aboutissement de l’ouvrage : les humeurs n’ont pas la stabilité des éléments, mais pour autant leur nature de puissances ou de qualités leur donne la fluidité nécessaire pour garder leur identité au sein d’un mélange ; là où de simples éléments disparaîtraient totalement, comme dans le mélange de la tetrapharmakos, des puissances à la façon des humeurs se conservent et gardent une identité qui leur donne à la fois un pouvoir causal important et la souplesse nécessaire pour ouvrir la voie à une thérapeutique efficace, puisqu’on peut jouer isolément sur chacune d’elles34.

44On voit alors comment Galien hérite de façon mêlée des physiques aristotéliciennes et stoïciennes ; à Aristote, il emprunte la notion de puissance, et l’appareil conceptuel associé qui permet de penser le mélange comme mélange des qualités et non des substances ; à Chrysippe et aux stoïciens, il emprunte une typologie des mélanges qui permet d’isoler le mélange humoral et de le penser dans toute sa distinction et son originalité, en l’opposant aux mélanges fusionnels dont la tetrapharmokos est bien l’exemple le plus abouti.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Cf. On the Elements According to Hippocrates = Galeni De elementis ex Hippocratis sententia, éd. Ph. De Lacy, Berlin, Akademie Verl., Corpus medicorum Graecorum V, 1, 2, 1996, p. 45 (on pourra consulter l’édition de Ph. De Lacy mise en ligne sur le site du CMG : <http://cmg.bbaw.de/epubl/online/cmg_05_01_02.php>).

2 Cf. par ex. De elementis, 5, 10-13 = De natura hominis, 2, 2-6 (CMG I, 1, 3 : nous citons l’édition de J. Jouanna, La Nature de l’homme, 2e éd. anastatique, augm. et corr., Berlin, Akademie Verl., 2002 <http://cmg.bbaw.de/epubl/online/cmg_01_01_03.php>).

3 Le nom d’Aristote est mentionné dès le début du chapitre 5 et mis en parallèle avec celui d’Hippocrate, en tant que tutelle physique dont le niveau d’autorité équivaut à celui de la tutelle médicale d’Hippocrate (Cf. 5, 25).

4 De elementis, 5, 5-7 = De Lacy, p. 92-94. Exceptionnellement ici, nous nous éloignons pour traduire de l’édition de Ph. De Lacy qui postule, en 449, 7 (p. 94), une ponctuation forte après ὑπηρέτις ὑπάρχειν. L’édition de Kühn, qui proposait plutôt une virgule, nous semble offrir une structure syntaxique plus élégante et plus naturelle. De plus, Kühn, suivant une tradition manuscrite attestée par trois manuscrits et l’édition Aldine du texte, rajoute un τῆς qui nous semble de bon sens avant γενέσεως καὶ φθορᾶς. Voir le texte de l’édition Kühn, I, p. 449 <http://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/resultats/index.php?do=page&cote=45674x01&p=714>.

5 Cf. De natura hominis, 1, 1‑2.

6 De elementis, 5, 12.

7 De vetere medicina, 20, 1‑9 ; nous traduisons l’édition de Heiberg (CMG I, 1, p. 51 ; cf. <http://cmg.bbaw.de/epubl/online/cmg_01_01.php>).

8 C’est l’hypothèse de Littré, indiquée dans son édition du texte en note p. 620 (cf. <http://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/resultats/?p=637&cote=34859x01&do=page>).

9 J. Jouanna, dans le commentaire qui accompagne son édition du texte (p. 222), en souligne la nature extrêmement polémique et agressive, bien plus acerbe que ce qu’on peut lire dans les passages de l’Ancienne Médecine qui s’attaquent également au monisme physique des tenants des doctrines élémentaires.

10 On note ainsi que l’épistémologie galénique de référence reste sur ce point très fidèle à celle défendue par Aristote, notamment dans les Seconds Analytiques et la Physique ; on trouvera de nombreuses pistes ainsi qu’un état de l’art un peu ancien mais toujours pertinent à ce sujet dans un article de J. Boulogne, « L’apport de Galien à la méthode médicale », REG 110, 1, 1997, p. 126-142.

11 De elementis, 5, 14-16, nous traduisons.

12 On en trouve une autre description célèbre chez Celse, Med., V, 19, 9 (Cf. l’édition de F. Marx, A. Cornelii Celsi quae supersunt, Hildesheim, Olms, 2002, consultable via le Corpus medicorum Latinorum I mis en ligne : <http://cmg.bbaw.de/epubl/online/cml_01.php>).

13 Notre édition de référence pour ce texte est celle de J. Groisard, Sur la mixtion et la croissance (De Mixtione), Paris, Les Belles Lettres, CUF. Série grecque 494, 2013.

14 Sur cette question, voir par ex. S. Fazzo, « Alexandre d’Aphrodise contre Galien : la naissance d’une légende », PhilosAnt 2, 2002, p. 109-144. La probabilité d’une rencontre entre Alexandre et Galien pendant leur séjour à Rome reste un point très questionné et douteux. S. Fazzo donne plusieurs arguments soulignant la difficulté à démontrer solidement l’existence d’une polémique entre les deux auteurs. Au contraire, le respect de Galien pour la tradition aristotélicienne, tel qu’il s’exprime très bien dans le De elementis, invite plutôt à lire une proximité entre les deux textes, au moins du point de vue du traitement et de la réception des sources.

15 De fait, une différence d’approche fondamentale entre Alexandre et Galien réside dans la position de chacun vis-à‑vis du stoïcisme ; si Alexandre demeure résolument adversaire des positions de Chrysippe et de ceux qui le suivent, Galien quant à lui non seulement ne les attaque pas avec la même hargne, mais bien souvent s’en rapproche, comme nous le montrerons plus loin. Sur la posture polémique d’Alexandre, on consultera l’ouvrage de G. Guyomarc’h, L’unité de la métaphysique selon Alexandre d’Aphrodise, Paris, Vrin, 2015, p. 32-33. Voir aussi, sur la position spécifique d’Alexandre vis-à‑vis de Galien et de l’héritage stoïcien, l’article de V. Cordonier, « Matière, qualités, mélange. La physique élémentaire d’Aristote chez Galien et Alexandre d’Aphrodise », Quaestio. Annuario di storia della metafisica 7, 2007, p. 37‑61.

16 Aristote, Gen. et corr., 328a6-12, nous traduisons.

17 Relevons déjà que, selon les règles de cette typologie aristotélicienne, le mélange hippocratique des humeurs (la crasis des humeurs) n’est pas un mélange au sens de la « crase » ici définie. En effet, une caractéristique essentielle du mélange des humeurs est que chacun des éléments qui le compose peut être restitué intact (sang, bile, etc.) hors du corps. Chacune des quatre humeurs conserve son identité au sein de la crasis, et l’on peut donc provoquer un vomissement de chacune d’elles sous une forme séparée. En revanche, le mélange des humeurs n’est pas observable comme tel, il est induit par la présence des fluides au sein du corps et par le fait que la maladie se caractérise souvent par l’isolement visible (l’expulsion) d’un de ces fluides. Nous reviendrons sur ce point dans la suite de notre commentaire (cf. n. 29 ci-dessous).

18 De mixtione, 214, 18 et suiv.

19 De mixtione, 216, 4 et suiv.

20 De mixtione, 216, 22-25.

21 L’appréhension précise de ce qu’est le « mélange total » déborde largement le cadre de cette étude. On consultera un bon état de la question dans l’article de B. Collette-Dučić et S. Delcomminette, « La théorie stoïcienne du mélange total », RphA 24, 2, 2006, p. 5‑60.

22 Philon, De confusione linguarum, 184 (II, p. 264, 23 Wend), nous traduisons.

23 Stobée, Anthologium, I, 17, 4, 37‑40.

24 Cf. In Hippocratis De natura hominis librum commentaria, I, 2 (CMG V, 9, 1, p. 15, 23-30 Mewaldt <http://cmg.bbaw.de/epubl/online/cmg_05_09_01.php>) : « si tu veux enquêter sur les opinions des anciens médecins, tu peux lire les livres de la Collection médicale, mis sous le nom d’Aristote, mais qui, de l’aveu de tous, ont été écrits par Ménon, qui était son élève ; c’est pourquoi il y en a qui appellent aussi ces livres “ménoniens” » (trad. A. Ricciardetto).

25 Nous nous appuyons sur l’édition d’A. Ricciardetto, L’Anonyme de Londres (P.Lit.Lond. 165, Brit.Libr. inv. 137). Édition et traduction d’un papyrus médical grec du ier siècle, Liège, Presses universitaires de Liège, Papyrologica Leodiensia 4, 2014.

26 Col. XIV, 6-26, trad. A. Ricciardetto (ouvr. cité n. 25, p. 10-11).

27 A. Ricciardetto, ouvr. cit. n. 25, p. 59.

28 A. Ricciardetto, ouvr. cit. n. 25, p. 59.

29 Cf. par ex. Ad Glauconem II (Kühn 11, 138, 9), où la tetrapharmakos en tant qu’emplâtre voisine sans difficulté avec la notion de mixis.

30 Les particularités « stoïcisantes » de la conception galénique du mélange ont été relevées et étudiées notamment par V. Boudon-Millot, « La notion de mélange dans la pensée médicale de Galien : mixis ou crasis ? », REG 124, 2011, p. 261-279.

31 C’est cette thèse même qui inaugure, dans ces termes, le traité hippocratique De l’ancienne médecine (De prisca medicina) dont les positions antiphilosophiques rappellent très fortement celles du De natura hominis.

32 Cf. sur ce point V. Cordonier, art. cit. n. 15, qui identifie également dans la version galénique de la théorie humorale des traces du « mélange total » stoïcien. Nous ne suivons pas totalement sa lecture lorsqu’elle suppose que le mélange total stoïcien dans sa version originelle garantit simplement une préservation des qualités et non de la « nature » des éléments mélangés, lecture également défendue dans « Du Moyen Platonisme au Néoplatonisme : sources et postérité des arguments d’Alexandre d’Aphrodise contre la doctrine stoïcienne des mélanges », dans Plato, Aristotle or Both?, T. Benatouïl, E. Maffi et F. Trabattoni (éds), Hildesheim, G. Olms, 2011 p. 100. L’exemple de la théorie humorale démontre en effet à nos yeux la possibilité réelle de penser le principe d’un mélange total des « natures » et non seulement des qualités, d’une façon compatible avec une ontologie matérialiste comme l’est celle des stoïciens ; et de fait, la distinction entre fusion et mélange total est bien plus obscure si l’on n’admet pas la possibilité de la préservation réelle des éléments mélangés. Cf. aussi M. Vegetti, « Historiographical Strategies in Galen’s Physiology », dans Ancient Histories of Medicine. Essays in Medical Doxography and Historiography in Classical Antiquity, Ph. Van der Eijk (éd.), Leyde, Brill, Studies in Ancient Medicine 20, 1999, p. 391.

33 De elementis, 13, 1‑5 = De natura hominis, 5, 1‑5.

34 M. Vegetti insiste ainsi à juste titre sur un des objectifs permanents de Galien : unifier la physiologie humorale héritée de l’hippocratisme et les découvertes des physiciens aristotéliens et des médecins alexandrins qui s’appuient plutôt sur la prise en compte d’une causalité plus organique et mécanique (art. cit. n. 32, p. 387) ; en ce sens, la physique stoïcienne et sa pensée du mélange offrirait à Galien un outil pertinent pour réconcilier médecine et philosophie de la nature. Cela est vrai, si l’on prend garde à ne pas utiliser cette lecture pour négliger le patient découpage disciplinaire effectué par Galien qui, certes, souhaite que la médecine bénéficie des avancées de la physique, mais qui pour autant, comme nous avons essayé de le montrer, respecte au moins formellement les limites épistémologiques énoncées par Hippocrate.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Giovacchini, « De elementis, 5, 14-16 : la tetrapharmakos et l’épistémologie galénique du mélange », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1899 ; DOI : 10.4000/aitia.1899

Haut de page

Auteur

Julie Giovacchini

UMR 8230 Centre Jean Pépin

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page