Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Τι κατὰ γένος ἕτερον. L’idée d’émergence dans le De elementis de Galien

Τι κατὰ γένος ἕτερον. The Idea of Emergence in Galen’s De elementis
Τι κατὰ γένος ἕτερον. L’idea di emergenza nel De elementis di Galeno
Julien Devinant

Résumés

La réponse de Galien au mécanisme épicurien repose sur l’altération qualitative, en charge, selon lui, de rendre compte de l’apparition de phénomènes naturels, notamment vitaux, d’ordre supérieur. Un rapprochement avec la notion contemporaine d’émergence est régulièrement avancé ; mais selon les interprétations, Galien aurait pressenti, adopté ou rejeté une telle position. Dans cet article, nous concentrons l’analyse sur le témoin principal du dossier (De elementis, 3, 7-24). Galien y défend l’idée que l’existence de « quelque chose de génériquement différent » (τι κατὰ γένος ἕτερον) comme la sensibilité suppose au moins l’altérabilité au niveau élémentaire ; mais en quel sens ? Pour le comprendre, nous élargissons l’enquête à l’exploration des relations entre sensation et altération dans d’autres passages du corpus. Nous montrons ensuite que le saut entre les niveaux de réalité est moins ontologique qu’épistémique, ce qui confère d’autant plus de pertinence à la suggestion d’un émergentisme galénique.

Haut de page

Texte intégral

Poser la question de l’émergence

  • 1 Tout particulièrement en philosophie de l’esprit ; voir par ex. l’article très commenté de M. F. Bu (...)
  • 2 Cf. A. P. D. Mourelatos, « Quality, Structure, and Emergence in Later Pre-Socratic Philosophy », Pr (...)
  • 3 Cf. G. Canguilhem, « L’objet de l’histoire des sciences », dans Études d’histoire et de philosophie (...)

1Galien a-t‑il été un précurseur de l’idée d’émergence ? La question peut sembler anecdotique ou même manquer de sens historique ; nous voudrions montrer qu’il est au contraire fécond et pressant d’y répondre. Dans les dernières décennies, les travaux d’histoire de la philosophie ancienne ont entretenu une synergie remarquable avec le débat métaphysique actuel ; ils l’ont alimenté autant qu’ils s’en sont inspirés1. Ainsi diverses tentatives ont-elles été faites pour éclairer telle ou telle réflexion antique sur l’organisation des niveaux de réalités dans le monde en lui appliquant des concepts contemporains comme ceux de réduction et d’émergence2. Or s’il faut prendre garde à l’effet de mode et veiller à ne pas céder simplement à cette véritable maladie de l’historien des sciences, ce « virus du précurseur » dont parlait G. Canguilhem3, dans le cas de Galien, la question d’une anticipation de la notion d’émergence se pose avec une acuité toute particulière.

  • 4 La maxime d’utilité, qui régit l’approche galénique des problèmes théoriques (cf. entre autres : De (...)
  • 5 Cf. J. Kim, « Being Realistic about Emergence », dans The Re-Emergence of Emergence. The Emergentis (...)

2Cette problématique est tout d’abord moins latérale qu’il n’y paraît pour notre compréhension de son système de pensée4, dans la mesure où elle implique de saisir comment se combinent un ensemble d’arguments et de thèses (l’altération qualitative, en charge de rendre compte des facultés, le prétendu matérialisme de sa psychologie et la dimension agnostique de son épistémologie) dont les implications théoriques sont massives. Intrinsèquement, le type de problèmes abordés met donc en jeu la cohérence et la signification du projet scientifique galénique. Mais il paraît également important de poser la question dans ces termes, c’est-à‑dire de se demander non seulement quel type de relation causale Galien établit entre les strates constitutives des corps naturels (élémentaire, homéomère, organique), mais s’il y a lieu d’y voir une prise de position émergentiste. En effet, l’idée selon laquelle la manière dont il rend compte de certaines propriétés des corps composés constituerait l’une des premières traces avérées de la notion d’émergence dans la pensée occidentale a commencé à circuler en dehors du cercle restreint des historiens de la philosophie ; elle a notamment été récemment reprise par J. Kim, un des théoriciens aujourd’hui les plus influents dans le domaine de la philosophie de l’esprit, qui en accepte la validité en se basant sur le passage du De elementis ex Hippocrate (3, 7-24, 70-74 De Lacy), que nous nous proposons ici d’examiner5. Or un certain nombre de précisions et de rectifications – susceptibles, à vrai dire, d’en transformer radicalement l’interprétation – paraissent devoir être apportées à la lecture de ce texte qu’il a contribué à populariser.

  • 6 Cf. V. Caston, art. cit. n. 2, p. 352.
  • 7 Le cas de Galien embarrasse manifestement V. Caston qui indique que, malgré le texte du De elementi (...)

3C’est V. Caston qui a mis le doigt sur ce passage et l’a dépeint comme « ce qui est peut-être la plus longue description des effets émergents avant John Stuart Mill, centrée sur l’exemple crucial de la sensation ». Il a avancé cette idée dans l’important article qu’il a consacré à la controverse sur l’âme-harmonie chez les successeurs d’Aristote6. Sa thèse est qu’à partir de la critique d’épiphénoménisme adressée à cette dernière, dans le De anima, 1, 4, l’intuition de l’émergentisme s’est graduellement développée jusqu’à trouver son aboutissement dans l’aristotélisme impérial, chez Alexandre d’Aphrodise et Galien. De fait, bien qu’il reconnaisse d’importantes divergences entre leurs conceptions de l’âme, il considère que, sur ce point, leurs propos se complètent, et paraît trouver chez Galien la description de ce dont il lit la théorie chez Alexandre. Toutefois, s’il est indéniable que la controverse péripatéticienne constitue un fond de réflexion pour Galien, si l’on veut saisir ce qui se joue dans son texte, il est aussi nécessaire de prendre en compte les caractéristiques propres à sa pensée et ses objectifs dans chaque œuvre ; à défaut de quoi, sa contribution au débat ne manquera pas d’apparaître comme marginale, voire peu cohérente7.

  • 8 Voir Quod animi facultates, 9, 66-67 Bazou, d’une part, et l’ensemble du chapitre 11 d’autre part ( (...)

4La perspective adoptée par V. Caston, celle de la philosophie de l’esprit, n’est pas ici en cause ; car si la notion d’émergence n’est pas, loin s’en faut, limitée au domaine de la psychologie, elle a, de fait, des répercussions importantes sur la conception que l’on a de la relation du corps et de l’esprit, et comporte ipso facto des enjeux pratiques importants puisqu’elle permet de tenir de front les thèses apparemment opposées de la détermination matérielle et de l’effectivité du mental. Or ce sont là deux thèses importantes, d’une part pour la médecine, et d’autre part pour l’éthique, qu’on a de bonnes raisons de lire concomitamment chez Galien8. Toujours de ce point de vue, il est par ailleurs effectivement crucial de préciser le statut que ce dernier attribue à la sensation, puisqu’il lui accorde expressément un rôle fondamental dans le développement du psychisme et en fait tout au moins une condition nécessaire de son existence :

  • 9 De elementis, 3, 29-30, 76 De Lacy : Καὶ μὴν εἰ μήθ᾽ ἡδονὴ μήτε πόνος, ἀλλὰ μηδ᾽ αἴσθησις ὅλως ἐστὶ (...)

Si les éléments qui ne sont pas susceptibles d’affection n’ont ni plaisir ni douleur, ni absolument aucune sensation, il n’y a pas non plus de mémoire, de réminiscence ou de représentation. Car la sensation est la racine et comme la source de toutes ces [sc. fonctions] ; et s’il n’y a aucune d’elles, il n’y a aucune autre des fonctions psychiques, ni même, par conséquent, d’âme9.

  • 10 V. Caston, art. cit. n. 2 (Galien accepte l’émergence, avec les réserves indiquées supra) ; R. J. H (...)

5En revanche, pour déterminer s’il est justifié de parler d’émergence chez Galien, il convient de résoudre deux difficultés. La première est due à la polysémie même du terme, pour lequel il n’existe pas, à vrai dire, de définition simple et consensuelle. La seconde tient à la lettre du texte de Galien : mis à part le fait que la position « émergentiste » qui y est décrite n’est pas ouvertement adoptée (le texte s’achève sur une alternative ouverte), il n’est pas même certain qu’on doive la qualifier ainsi, puisque le même texte a pu être utilisé pro et contra par les interprètes de Galien, comme signifiant l’adoption ou le rejet de l’émergence10. Nous montrerons pourquoi, en effet, le texte lui-même ne permet pas de trancher, et, pour tenter d’apporter une réponse au problème, nous essaierons de donner un aperçu de la manière dont il s’intègre dans le cadre plus général de la pensée galénique. Pour le dire ici d’emblée, parler d’émergence concernant Galien paraît en effet assez bien éclairer son positionnement, mais à condition de ne pas seulement focaliser sur la survenance et de déplacer le regard vers ce qui rend compte du saut qualitatif : l’irréductibilité explicative, dont on suggérera qu’elle est liée à son agnosticisme quant à la nature de l’âme.

Quelques jalons sur la notion contemporaine d’émergence

  • 11 Pour une présentation plus approfondie de ces questions, cf. J. Kim, « Making Sense of Emergence », (...)
  • 12 Elle sous-tend en effet l’idée de créativité naturelle défendue par Félix Ravaisson ou encore Henri (...)

6Notion centrale dans le débat métaphysique contemporain, l’émergence demeure toutefois mal définie. À vrai dire, il faudrait distinguer entre diverses variétés d’émergentisme, mais nous nous en tiendrons ici à pointer les constantes11. Présente en filigrane chez les spiritualistes français12, c’est en Grande-Bretagne, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, que l’idée d’émergence se développe véritablement ; un temps éclipsée par la physique quantique, elle connaît, depuis les années quatre-vingt-dix, un fort regain d’attention chez les philosophes analytiques. L’intuition centrale se résume dans la maxime : « le tout est plus que la somme de ses parties », qui permet de penser l’idée d’un saut qualitatif sur fond de continuité matérielle. Autrement dit, certains êtres artificiels ou naturels (la symphonie ou le tourbillon) présentent des propriétés ou suivent des lois qui ne se retrouvent pas au niveau de leurs éléments constitutifs (les notes de musique ou les molécules d’eau). Telle qu’elle est entendue aujourd’hui, l’émergence est de fait une forme non-réductionniste de physicalisme, c’est-à‑dire qu’elle est conçue comme une voie médiane, ménagée par les tenants d’une ontologie matérialiste, entre le dualisme et le mécanisme. Pour prendre l’exemple du problème corps-esprit, ses partisans refusent, d’un côté, que les propriétés mentales proviennent de l’adjonction d’une substance spécifique et, de l’autre, qu’il s’agisse de simples effets de surface, covariants avec le corps, mais dénués de la moindre efficace ; ils soutiennent au contraire qu’aucun des éléments constitutifs de la matière – aucun neurone – n’est susceptible, par exemple, de conscience, mais qu’ils sont cependant bien responsables de la présence de ce type de capacité inédite au niveau de la strate supérieure – le cerveau.

  • 13 Voir en particulier J. S. Mill, A System of Logic Ratiocinative and Inductive, Londres, J. W. Parke (...)

7Les premiers penseurs de la notion d’émergence (John Stuart Mill et George Henry Lewes) en ont en effet pointé les deux caractéristiques principales : elle implique d’une part la manifestation de propriétés qu’ils ont appelées « hétéropathiques » ou « émergentes », qui n’équivalent pas à la somme des effets de chacune de leurs causes (comme c’est le cas pour les propriétés « homopathiques » ou « résultantes ») ; et elle suppose d’autre part que l’action causale s’exerce non seulement des parties vers le tout (causalité « ascendante ») mais, rétroactivement, du tout vers les parties (causalité « descendante ») : ce n’est pas seulement l’état de mon réseau neuronal qui rend compte de mes pensées, mais je peux décider de me mouvoir et pour cela mettre en branle d’autres pensées, ce qui distingue l’épiphénoménisme de l’émergentisme13. C’est le premier de ces deux critères qui va surtout retenir ici notre attention.

  • 14 Cf. S. Alexander, Space, Time and Deity, II, Londres, Macmillan, 1920, p. 7 (« something new, a fre (...)
  • 15 Cf. D. Davidson, « Mental Events », dans Essays on Actions and Events, Oxford, OUP, 1980, p. 207-22 (...)

8En effet, l’habitude a été prise, au moins depuis Samuel Alexander et Lloyd Morgan, de caractériser les phénomènes émergents par leur nouveauté radicale, marquant l’existence de paliers dans une organisation naturelle dont la complexité va croissant14. Une telle nouveauté suppose que les propriétés du système soient « d’un genre différent » de celles présentées par les parties qui le constituent. Et pour parvenir à penser la relation ascendante unissant de telles réalités hétérogènes (relation asymétrique, puisqu’elle manifeste une dépendance mais ne permet pas nécessairement la réduction), on se rabat en général sur la notion de survenance, plus neutre que celle de détermination causale15. Toutefois, s’il est possible de s’en tenir à une version faible de l’émergentisme, soutenant simplement cette idée de nouveauté des propriétés du tout – il s’agit d’un constat, limité, de manière contextuelle, par l’état des connaissances scientifiques –, on s’est aussi attaché, notamment à la suite de Charlie Dunbar Broad, à forger un concept fort d’émergence, décrite, dans l’absolu, en termes de non-déductibilité ou encore d’irréductibilité explicative de principe : une propriété est alors conçue comme émergente lorsqu’elle ne peut être extrapolée à partir d’une connaissance des propriétés de la base, si complète qu’elle puisse être.

De elementis, 3, 7-24 : un texte ambigu16

  • 16 Nous donnons l’intégralité du texte en annexe.

9Une fois posés ces jalons, venons-en au passage du De elementis qui constitue le témoin principal du dossier chez Galien. Il convient de remarquer tout d’abord que son objet propre est simplement de dire que la douleur (ou la sensation en général) suppose l’affectibilité, c’est-à‑dire l’altération qualitative, au niveau élémentaire. On peut trouver confirmation de cela dans un texte parallèle tiré de la Systématisation de la médecine, qui résume bien l’intention qui préside au propos galénique :

  • 17 De constitutione artis medicae, 7, 13-15, 76-78 Fortuna : Χρὴ τοίνυν τὸ μέλλον ὀδυνήσεσθαι παθητὸν (...)

Pour qu’un [corps] soit sujet à la douleur, ce qu’il faut, c’est qu’il soit susceptible d’affection et de sensation. Il n’est toutefois pas nécessaire que ce qui est susceptible de sensation soit fait d’éléments premiers susceptibles de sensation : il suffit qu’il soit susceptible d’affection. Car il est [sc. alors] possible que, s’il se transforme et s’altère, il devienne à un moment susceptible de sensation : puisque les altérations et mélanges qui peuvent se produire à partir des éléments sont en nombre infini, ce qui en résultera, c’est une série infinie de propriétés des corps, qui font qu’il n’y a rien d’absurde à ce qu’il y ait de nombreux [corps] dénués de sensation, et que, parmi ceux qui en sont doués, les uns le soient plus, les autres moins17.

10Le problème de l’émergence, qui est de déterminer comment altération et sensation s’articulent, n’est donc pas ce qui intéresse Galien. Cela ne signifie pas qu’on ne doive pas chercher à savoir s’il est prêt à défendre une forme d’émergentisme, et laquelle, mais dans la mesure où le probandum est ici seulement de montrer l’existence d’une relation, il ne faut pas s’étonner de l’imprécision du texte quant à sa nature.

  • 18 Cette première section du traité (cf. De elementis, 10, 1, 138 De Lacy) s’étend des chapitres 1 à 1 (...)
  • 19 Selon une procédure attribuée à Hippocrate (De elementis, 2, 1‑2, 58 De Lacy), mais reprise à Arist (...)
  • 20 Cf. Hippocrate, De natura hominis, 2, 3, 168 Jouanna ; l’argument est à l’origine probablement diri (...)
  • 21 De elementis, 2, 18, 62 De Lacy. Galien utilise aussi πάσχον (« passible ») en lieu et place d’ἀλλο (...)
  • 22 De elementis, 2, 29-32, 64 De Lacy.
  • 23 De elementis, 2, 37-38, 66 De Lacy.

11L’objet du « premier discours18 », dans lequel il intervient, est en effet de déterminer si les éléments constitutifs des corps sont un ou plusieurs, et s’ils sont susceptibles ou non d’affection19. Le premier temps du raisonnement se fonde sur un argument que Galien reprend à Hippocrate et braque contre les atomistes et les épicuriens en particulier : si, en l’homme, il n’y avait qu’un élément, rien ne pourrait lui causer de souffrance20. Galien pose en effet l’existence de deux réquisits inséparables pour qu’un être soit susceptible de douleur : il doit pouvoir changer, et ressentir le changement (ἀλλοιωτὸν καὶ αἰσθητικόν)21. Mais dès cette étape, c’est la question de l’altérabilité qui concentre son attention. En effet, que les éléments soient sensibles ou non, s’ils étaient impassibles il n’y aurait jamais de douleur lorsqu’on perce la chair, car il se passerait la même chose que lorsqu’on se coupe les cheveux (éléments insensibles et inaltérés [1A])22, ou qu’on écarte les doigts (éléments sensibles mais inaltérés [1B])23. Autrement dit, pour qu’il y ait, non pas simplement déplacement de matière, mais affection et donc sensation, il faut un autre en quoi changer ou par quoi être touché.

  • 24 De elementis, 3, 4, 70 De Lacy.

12À ce niveau de l’argument, Galien a dit l’essentiel de ce qu’il avait à dire. Une fois posée l’impossibilité de la première branche de la diérèse, deux options restent envisageables : les corps sensibles peuvent être composés soit d’éléments altérables mais insensibles (ἀναίσθητα μὲν, πάσχοντα δέ [2A]), soit d’éléments altérables et sensibles (αἰσθητικὰ τε ἅμα καὶ πάσχοντα [2B])24. Mais il importe peu à Galien de savoir laquelle est correcte, comme il l’indique clairement en conclusion du passage qui nous intéresse :

  • 25 De elementis, 3, 22-24, 74 De Lacy : Ἢ τοίνυν ἐξ αἰσθητικῶν τῶν πρώτων στοιχείων ἢ ἐξ ἀναισθήτων μέ (...)

Par conséquent, c’est nécessairement soit à partir des premiers éléments doués de sensation, soit à partir de ceux qui en sont dénués, mais qui par nature changent et s’altèrent, que ce qui doit être doué de sensation est composé. Cela montre donc que le nombre des éléments est sans conteste supérieur à un et qu’ils sont susceptibles d’être affectés ; en revanche, cela ne va pas jusqu’à montrer si c’est entièrement à partir des premiers [sc. éléments] doués de sensation [sc. que le corps sensible est composé] ou si c’est à partir de ceux qui en sont dénués ; j’affirme en effet que les deux sont possibles. Cependant, il est évident qu’il existe de toute manière certains [sc. éléments] dénués de sensation, puisque même certains composés le sont25.

13La dernière remarque, qui met en valeur le fait qu’il existe en tout cas certainement des éléments insensibles, porte sûrement à croire qu’il penche en faveur de la première hypothèse, mais Galien n’est pas intéressé à poursuivre plus avant, et l’argument reste en suspens, à l’état de simple suggestion. De fait, si, des deux hypothèses, seule la première (2A) est vraiment examinée, le texte n’a cependant pas pour ambition de démontrer sa validité ; tout au mieux, Galien cherche à indiquer qu’il s’agit d’une option plausible (ou possible).

14Mais que dit-il, dans ce texte, qui puisse faire parler à son propos d’émergence ? Dans l’hypothèse, donc, où l’on aurait affaire à des éléments dénués de sensation, mais altérables et interagissant les uns avec les autres :

  • 26 Notre traduction de κατὰ μέρος par « successif » et non « partiel » repose sur l’expression parallè (...)
  • 27 Le préfixe ἐπι‑ dans ἐπικτήσασθαι pourrait être interprété comme portant à lui seul toute l’idée de (...)
  • 28 Très utilisée en pharmacologie (pour désigner des « types » de remèdes : cf. De methodo medendi, 10 (...)
  • 29 De elementis, 3, 7-8, 70 De Lacy : ἐνδέχεται […] ἐν πολλαῖς ταῖς κατὰ μέρος ἀλλοιώσεσι γενέσθαι ποτ (...)

Il est possible qu’au cours de nombreuses altérations successives (ἐν πολλαῖς ταῖς κατὰ μέρος ἀλλοιώσεσι)26 advienne à un moment donné le corps doué de sensation. En effet, dans tous les cas où la composition se fait à partir d’éléments multiples, si les composants se maintiennent constamment tels qu’ils sont, elle n’acquerra strictement aucune nouvelle caractéristique s’ajoutant de l’extérieur (οὐδὲ μίαν ἔξωθεν ἐπικτήσεται νεωτέραν ἰδέαν)27, qui n’appartienne déjà également aux composants ; en revanche, à supposer que les composants subissent des transformations, des changements et diverses altérations, quelque chose de génériquement différent (κατὰ γένος ἕτερον)28, n’appartenant pas [sc. déjà] à ses éléments premiers, pourrait venir à appartenir au composé29.

  • 30 De elementis, 3, 9, 70-72 De Lacy : οὐδὲν ἐπικτήσασθαι κατὰ γένος ἕτερον, ὃ μὴ καὶ τοῖς συντιθεῖσιν (...)

15Galien explique alors ce qu’il entend par là en prenant le contre-exemple de la maison, faite de briques, de pierres, de poutres et de tuiles, qui « n’acquiert rien de plus, qui soit génériquement différent et n’appartienne pas [sc. déjà] également à ses composants30 ». Dans le cas de la maison, la relation méréologique est transitive et sans nouveauté, les propriétés des éléments de la maison étant soit totalement identiques (la même dureté, la même couleur, le même poids), soit identiques par le genre seulement :

  • 31 De elementis, 3, 12, 72 De Lacy : Σχῆμα δὲ καὶ μέγεθος ἔχει μὲν καὶ ἡ οἰκία, διότι καὶ τὰ συντιθέντ (...)

La maison a aussi une forme et une taille parce que ses composants en ont également, bien que ni la forme ni la taille ne soient exactement les mêmes pour le tout et pour les composants31.

16Même si deux figures peuvent produire une figure différente (deux demi-cercles forment un cercle), on ne transite pas alors pour autant d’un genre à un autre, puisqu’on rend compte de l’existence de figures par l’existence de figures plus élémentaires. Et Galien atteint alors sa conclusion :

  • 32 Nous optons pour la traduction la plus neutre possible, même s’il est assez naturel de comprendre : (...)
  • 33 Notre traduction vise à conserver l’ambiguïté du grec : si Galien paraît ici employer le terme comm (...)
  • 34 De elementis, 3, 16-17, 70-72 De Lacy : […] ὥστε ἐκ μὲν τῶν μὴ μεταβαλλόντων τὰς ποιότητας στοιχείω (...)

[…] aussi des éléments qui ne changent pas quant à leurs qualités ne permettent-ils pas qu’il y ait32 quelque chose de différent par le genre (τι τῶν ἑτερογενῶν)33, tandis que ceux qui changent le permettent. Il est possible, en effet, qu’en de nombreux changements intermédiaires ce qui était jusqu’alors noir devienne à son tour blanc, ce qui était jusqu’alors blanc à son tour noir, et ce qui est maintenant dénué de sensation à son tour doué de sensation34.

  • 35 Une objection assez spontanée serait de dénier au noir le statut de couleur (cf. Aristote, Met., I, (...)

17Ces dernières lignes sont à vrai dire ambiguës. L’intention de Galien est manifestement de donner deux exemples d’altération qualitative : le passage du blanc au noir – qui constitue donc indéniablement un changement au sein du même genre, la couleur35 – et le passage de l’insensible au sensible ; la difficulté est alors de déterminer s’il vise exactement le même phénomène. De fait, on peut comprendre que l’ensemble du texte construit deux arguments totalement différents, selon que l’on considère le passage de l’altérabilité seule (éléments altérables mais insensibles) à la sensibilité comme un changement au sein du même genre ou non.

  • 36 Voir à ce propos In Hippocratis De natura hominis librum commentaria, 1, 3, 19 Mewaldt.
  • 37 De elementis, 3, 18-19, 74 De Lacy ; I. Kupreeva, « Galen’s Theory of Elements », art. cit. n. 10, (...)

18Or la suite n’apporte pas d’argument définitif dans un sens ou dans l’autre. Galien récapitule son propos, expliquant que la simple juxtaposition d’éléments impassibles interdit la sensibilité : les atomes des épicuriens comme les éléments d’Empédocle36 ne permettent pas de penser de composition autre que celle du tas de blé37.

  • 38 De elementis, 3, 20-21, 74 De Lacy : Δέδεικται γὰρ ὡς οὐδὲν ἑτερογενὲς δύναται προσελθεῖν τοῖς συντ (...)

De fait, il a été montré que rien de différent par le genre ne peut venir s’adjoindre aux [sc. éléments] réunis ; or la sensation est d’un genre totalement différent de la figure, du poids et de la dureté, qui appartiennent déjà aux atomes, comme aussi, par ailleurs, des autres [sc. attributs] du feu, de la terre, de l’air et de l’eau. En effet, par rapport à la couleur, à la saveur, à l’odeur et, en bref, à tous les autres [sc. attributs] qui appartiennent aux corps, le genre de la sensation est différent ; aussi, ni les atomes, ni le feu, la terre, l’eau et l’air ne permettent de donner naissance au corps doué de sensation, s’ils demeurent sans changements, tels qu’ils sont par leur propre nature38.

19Assurément, Galien précise ici qu’entre corps sensibles et insensibles il existe un véritable saut. Toutefois, il s’en tient à dire que l’altérabilité élémentaire est une condition nécessaire à la présence de la sensation, sans dire clairement se situe pour lui la différence générique. La première phrase se prête en effet à deux interprétations différentes, puisqu’elle peut être comprise comme une maxime générale valable dans tous les cas (la réunion des éléments n’est jamais ce qui rend compte du passage dans un autre genre) ou bien comme un principe valable uniquement dans le cas où les éléments seraient inaltérables (la sensation est inaccessible à de tels êtres). Autrement dit, on peut se demander si la constitution du corps vivant donne véritablement lieu à l’apparition de quelque chose de génériquement différent (et en ce cas on pourra peut-être parler d’émergence) ou si, l’altérabilité et la sensibilité appartenant au même genre, l’avènement de la sensation n’apporte en réalité rien de radicalement nouveau dans un corps dont les éléments sont déjà susceptibles d’altération (et en ce cas le texte plaide contre l’émergence).

De la survenance à l’irréductibilité : Galien émergentiste

  • 39 La difficulté est en effet de savoir s’il faut accorder ou non de l’importance à la dimension tempo (...)

20En un sens, ce qu’il convient de déterminer, c’est s’il faut lire le passage selon une perspective dynamique ou statique : ce que le texte décrit est-il un événement réel – c’est-à‑dire la survenance dans le temps de propriétés inédites à un moment donné de la constitution des corps complexes – ou seulement un effet de perspective pour l’observateur qui parcourt en pensée les diverses strates de son organisation ? S’il paraît plus naturel d’adopter la première lecture, au vu des nombreux marqueurs diachroniques qui parsèment le texte39, il est vrai que l’ambiguïté n’est jamais totalement levée, précisément parce que le propos de Galien n’est pas de produire une explication génétique de la sensation, mais d’en indiquer seulement les conditions de possibilité. Il convient donc de se tourner vers le témoignage d’autres passages du corpus pour déterminer s’il est pertinent de parler d’émergence chez Galien. Ce faisant, nous chercherons d’abord à nous assurer que ce qui est décrit dans le De elementis est bien l’apparition de propriétés systémiques nouvelles, en examinant brièvement la conception galénique de la sensation et comment l’altération qualitative est censée en rendre compte. Toutefois, comme l’émergence ne se limite pas à la survenance, nous tenterons ensuite de voir si l’on relève également chez lui l’idée d’une irréductibilité entre les différentes strates d’organisation des corps composés.

L’apparition de la sensation

  • 40 D. Leith, art. cit. n. 10, a bien montré que Galien utilise un second argument de la douleur, spéci (...)
  • 41 Aristote, An., 2, 5, 416b32-34 : ἡ δ᾿ αἴσθησις ἐν τῷ κινεῖσθαί τε καὶ πάσχειν συμβαίνει, καθάπερ εἴ (...)
  • 42 Cf. M. F. Burnyeat, « De Anima II 5 », Phronesis 47, 1, 2002, p. 28-90 ; R. Heinaman, « Actuality, (...)

21À vrai dire, le texte du De elementis n’est ambigu que parce que le traité se développe dans un climat aristotélicien. De fait, mise à part la proximité, déjà remarquée, avec les réflexions d’Alexandre d’Aphrodise, il convient de noter que l’argument de la douleur a une double origine et qu’outre la source hippocratique il puise également dans l’arsenal péripatéticien40. Et le fait est que pour Aristote, ainsi que cela apparaît dans le De anima, 2, 5, la sensation « réside dans la mobilité et l’affection, et semble être une forme d’altération41 ». Cette dernière affirmation a récemment suscité un débat exégétique soutenu42, dans lequel il n’est pas ici question d’entrer. Nous nous contenterons de remarquer que subsumer sensation et altération sous le même genre est une option de lecture, somme toute la plus immédiate, et qu’il n’est pas exclu que la thèse ait été soutenue par certains de ses successeurs. En tout cas, une controverse sur ce sujet était manifestement en cours à l’époque de Galien, qui, pour sa part, ne laisse planer aucun doute :

  • 43 De placitis Hippocratis et Platonis, 7, 6, 30-33, 468 De Lacy ; [sc. τὸ ἁπτικὸν καὶ τὸ ὀπτικὸν ὄργα (...)

[L’organe du toucher et celui de la vue] seraient susceptibles d’être altérés sans même [en avoir la] sensation, s’ils n’étaient pas associés aux nerfs, mais ils ressentent l’altération, du fait de leur liaison à eux. En effet, la sensation n’est pas l’altération, comme certains le disent, mais l’aperception de l’altération. Et il ne suffit pas qu’advienne dans le corps un mouvement doux ou brusque pour la génération du plaisir et de la peine, mais il faut que la sensation vienne s’adjoindre (προσελθεῖν) à chacun de ces deux mouvements. Et peu m’importe que tu veuilles appeler cette condition douleur ou peine ; tout ce que je te demande, c’est de te rappeler qu’il existe une différence entre la condition dans laquelle se trouvent les corps qui ont dévié de leur nature, et la sensation qu’on en a […]43

22L’insistance avec laquelle Galien distingue sensation et altération ne suffit pas à dire qu’il leur attribue un genre différent, mais plaide implicitement en ce sens. Or si cela incite à exclure une lecture anti-émergentiste, il n’est toutefois pas certain que seule l’interprétation par la survenance demeure.

  • 44 De symptomatum causis, 1, 8, 7.139-140 Kühn : « À chaque fois qu’il y a sensation, c’est que, dans (...)
  • 45 La vision suppose, selon Galien, la rencontre de deux « milieux » : le pneuma optique transforme l’ (...)
  • 46 Cf. De naturalibus facultatibus, 3, 6, 216 Helmreich ; l’explication de l’attraction magnétique jou (...)
  • 47 Et cela, qu’elles s’y identifient ou non : cf. De placitis Hippocratis et Platonis, 7, 4, 1‑3, 448 (...)

23En effet, on retrouve ici l’idée d’un ajout (προσελθεῖν) de sensation, déjà rencontrée dans De elementis, mais ce passage du De placitis Hippocratis et Platonis lui confère une signification nouvelle. La mention du rôle joué par la connexion nerveuse donne des raisons de penser qu’il s’agit d’abord, à proprement parler, d’un apport local de sensation, venue d’ailleurs. De fait, la physiologie de la sensation chez Galien repose sur l’idée d’une faculté sensitive transportée par le pneuma psychique qui circule des méninges jusqu’aux organes des sens : autrement dit, ce n’est pas simplement la structure de la chair qui explique sa sensibilité, mais sa mise en relation avec le cerveau, qui diffuse la faculté psychique par le réseau de distribution que constituent les nerfs44. Comme Galien s’en explique un peu avant le texte cité, les processus sensoriels, comme celui de la vision, reposent sur un transfert de faculté (διαδόσις δυνάμεως) qu’il décrit également comme une altération qualitative (μετάδοσις ἀλλοιώσεως)45. Si cette dernière est indispensable à la sensation, c’est donc tout d’abord parce qu’elle est constitutive de l’activité du vivant. C’est là tout l’enjeu du De naturalibus facultatibus : Galien y a recours à la notion de faculté, véritable arme de guerre pointée contre le mécanisme (là encore essentiellement épicurien) qui lui permet de rendre compte d’un certain nombre de processus métaboliques et physiologiques, dont l’aspect sélectif implique une adéquation de l’organe à la fonction qu’il exécute (comme si le rein qui attire spécifiquement l’urine savait ce qu’il avait à faire)46. Cela, Galien l’explique en termes de qualités qui transitent de proche en proche en parcourant un médium continu : il y a là comme l’activation d’une susceptibilité de l’organe, déclenchée par sa mise en relation avec une autre substance donnée. Les facultés psychiques, comme la sensation, reposent sur le même dispositif47. Supprimer l’altérabilité du substrat corporel revient donc à rompre la continuité entre les parties du corps organique, interdisant par là même la propagation de l’influx, en l’occurrence nerveux.

  • 48 La formulation est négative, mais Galien écrit bien que, « si les composants se maintiennent consta (...)
  • 49 Aristote, An., 2, 1, 412a19-21.
  • 50 Quod animi facultates, 4, 26-27 Bazou (voir également 3, 14-16) ; Galien reproche à Andronicos de R (...)
  • 51 C’est toute la question du matérialisme du Quod animi facultates qui est ici en jeu : cf. R. B. Tod (...)

24S’il n’est pas impossible que le rôle de l’altérabilité dans notre texte du De elementis se limite à cela48, on peut cependant suggérer qu’une fonction plus importante lui est attribuée. De fait, il se pourrait qu’elle soit non seulement ce qui explique le transport de la faculté psychique, mais également ce qui y donne lieu, d’un point de vue génétique. Là encore, c’est la lecture que Galien fait d’Aristote qui est en jeu. De fait, dans un passage bien connu du Quod animi facultates corporis temperamenta sequantur, il reprend au De anima la définition de l’âme comme forme du corps49, en faisant équivaloir la forme à la crase (κρᾶσις)50. La signification exacte de cette thèse n’a pas manqué de faire débat51. Ce qui est certain, c’est que Galien généralise un principe de base chez lui, qui veut que ce soit toujours la crase qui rende compte des propriétés manifestées par un corps :

  • 52 De usu partium, 1, 9, 1.18-19 Helmreich : […] πάντα τὰ τοῖς σώμασιν ὑπάρχοντα διελώμεθα. Ὑπάρχουσι (...)

[…] voyons comment se répartissent les attributs appartenant aux corps. Ce qui vient en premier et compte le plus, ce sont les mélanges : ce sont eux qui constituent la substance des parties [sc. du corps]. En effet, le type de nature qu’elles présentent est dû à la manière dont le chaud, le froid, le sec et l’humide [sc. se combinent]. Ce qui fait que la chair est chair, le nerf est nerf, et que chacune des autres [sc. parties] est ce qu’elle est, c’est le type de mélange qu’il y a entre les quatre [sc. qualités] susdites. Ces parties sont ce qu’elles sont en vertu de leur substance. En dépendent nécessairement les odeurs, les saveurs, les couleurs, la dureté ou la tendresse. Puis viennent nécessairement d’autres [sc. caractéristiques] : la disposition, la taille, la texture et la conformation52.

  • 53 Puisque Aristote distingue nettement altération (ἀλλοίωσις) et génération (γένεσις) : cf. Gen. et c (...)
  • 54 En effet, V. Boudon-Millot a montré que Galien distinguait la κρᾶσις (mélange sans disparition des (...)
  • 55 Cf. In Hippocratis De natura hominis librum commentaria, 1, 3, 18-19 Mewaldt ; De naturalibus facul (...)
  • 56 C’est pourquoi il paraît en fin de compte assez juste de parler de survenance, qui décrit sans l’ex (...)

25Or, comme cela apparaît bien ici, le propos est en réalité hautement indéterminé : il est certain que la crase est la base du feuilleté ontologique, que de sa nature dépend tout le reste, mais Galien ne dit jamais comment. Si l’altération qualitative, c’est-à‑dire la reconfiguration de la crase d’un corps, génère effectivement directement des propriétés inédites, alors l’interprétation d’Aristote dans le Quod animi facultates fausse assurément la pensée de ce dernier53, mais rien n’interdit de rapprocher la position de Galien de celle d’Alexandre54. Quoi qu’il en soit, c’est très certainement la reprise de la controverse entre aristotéliciens et stoïciens sur la notion de mélange complet (κρᾶσις δι᾿ ὅλων) qui est ici en arrière-plan. Et le point intéressant à ce propos est que Galien annule totalement la controverse (qui porte sur la question de savoir si, dans un mélange véritable, les substances se compénètrent ou seulement les qualités), en assimilant la théorie stoïcienne à l’idée péripatéticienne de la génération de propriétés inédites55. À vrai dire, Galien, qui témoigne du débat, y est assez indifférent : contrairement à Alexandre, il ne s’intéresse pas aux implications ontologiques ou aux modalités théoriques de la question56.

Agnosticisme et irréductibilité

  • 57 Sur l’agnosticisme en général : cf. P. Moraux, « Medizin und Philosophie: Galen von Pergamon », dan (...)

26Précisément, nous voudrions suggérer finalement que c’est parce que Galien va moins loin qu’Alexandre qu’il pourrait être plus juste de parler d’émergentisme à son propos. Comme on l’a vu, l’émergence ne suppose pas simplement la conjonction de la survenance et de la causalité descendante, mais l’irréductibilité d’un niveau à un autre. Autrement dit, il ne suffit pas qu’on ait affaire à des propriétés nouvelles, il faut encore penser cette apparition comme un saut : l’émergence implique toujours une épistémologie discontinue (qu’elle soit fondée ou non sur une ontologie discontinue). Or il semble que l’agnosticisme de Galien57, qui est un positionnement constant et cohérent, consistant à refuser de prendre position quant à l’essence d’un certain nombre de réalités naturelles, permette de lui assigner une telle thèse.

  • 58 On peut avancer l’idée que cette hypothèse de l’ἰδιότης recouvre la suggestion galénique de l’émerg (...)

27Il consacre l’intégralité du De propriis placitis à préciser l’étendue et les modalités de cet agnosticisme, en indiquant les sujets sur lesquels, à la fin de sa vie, il considère être parvenu à une connaissance exacte (βεβαία). La nature de l’âme y occupe alors une place éminente. Après avoir présenté trois thèses défendues par « les spécialistes de théorie naturelle » (οἱ τὴν φυσικὴν ὀνομαζομένην ἐκπονήσαντες θεωρίαν), une clairement dualiste (l’âme est une substance incorporelle), l’autre moniste (elle est un pneuma), et une dernière, plus difficile à situer, qui en fait la propriété (ἰδιότης) de la substance agissante58, il déclare :

  • 59 De propriis placitis, 14, 3, 187-188 Boudon & Pietrobelli : Ἐγὼ τοίνυν ἐν τούτοις εἰς μέσην τινὰ τά (...)

Quant à moi, j’ai, dans ce débat, adopté une position médiane. En effet, alors que pour d’autres doctrines je me prononce simplement, déclarant y reconnaître une part de vérité, ou n’en reconnaître aucune, dans les questions que je viens de passer en revue, je m’en tiens au plausible et j’estime qu’il serait préférable de disposer à leur sujet d’une connaissance qui permette de se prononcer comme sur d’autres, sans toutefois me persuader, comme d’autres le font, que je possède une connaissance assurée de choses dont je n’ai pas eu de démonstration assurée59.

28Sa propre position est donc assurément agnostique : elle est médiane en ce sens qu’il ne se prononce ni pour ni contre une thèse, quelle qu’elle soit. La question est encore de savoir comment on l’interprète : doit-on en faire un simple renoncement (il ne se soucie pas de savoir s’il y a ou non réductibilité) ou la reconnaissance d’une impossibilité de savoir ?

  • 60 De elementis, 3, 7, 70 et 3, 16-17, 70-72 De Lacy.
  • 61 Cf. Quod animi facultates, 5, 29-30 Bazou ; De naturalibus facultatibus, 1, 12, 120-122 Helmreich ; (...)
  • 62 Cf. De constitutione artis medicae, 7, 15, 78 Fortuna (cité intégralement supra) : « puisque les al (...)
  • 63 Sur le paradoxe sorite (ou encore argument « petit à petit » : cf. De locis affectis, 1, 2, 8.25-27 (...)
  • 64 De experientia medica, 1, 3, 39 Walzer : « Si vous ne dites à propos d’aucun des nombres, comme dan (...)
  • 65 Cf. Sextus, P., 2, 153, 130 Mutschmann & Mau ; Adversus dogmaticos, 1, 416, 96 Mutschmann ; Cicéron (...)
  • 66 De experientia medica, 1, 4, 40 Walzer : « Retenez-vous cela contre nous parce que nous ne pouvons (...)

29Assurément, Galien dit ici seulement ne pas avoir de connaissance démonstrative et non qu’elle est inaccessible ; certains éléments invitent cependant à formuler une hypothèse en ce sens. Dans notre texte du De elementis, on constate en effet que l’altération qualitative est décrite comme un processus graduel : ce sont de multiples altérations successives (ἐν πολλαῖς ταῖς μεταξὺ μεταβολαῖς ou encore ἐν πολλαῖς ταῖς κατὰ μέρος ἀλλοιώσεσι)60 formant une chaîne et déployées dans le temps qui sont chargées de rendre compte de l’apparition de propriétés nouvelles. Et puisque l’ontologie galénique est fermement continuiste61, cette séquence doit être conçue comme une gradation « infinie »62. Or cette progressivité sur fond de continuité fait signe vers un problème technique auquel Galien s’est intéressé de près, à cause des importantes implications qu’il pouvait avoir dans sa théorie humorale : le paradoxe sorite63. Ce dernier est déclenché par un argument sceptique extrêmement simple et efficace, qui consiste à demander à partir de combien de grains de blé il est possible de parler de tas. Dans le De experientia medica, Galien rapporte un débat entre son maître Pélops (dans le camp des dogmatiques) et Philippe (dans celui des empiriques). La question posée par le dogmatique est de savoir à partir de combien d’observations on va pouvoir parler d’expérience : comme il est impossible d’y répondre, la notion doit être selon lui abandonnée64. L’argument, qui semble avoir été forgé par Eubulide à l’encontre d’Aristote, a été particulièrement travaillé chez les stoïciens, notamment par Chrysippe, qui propose d’y répondre par le silence (c’est-à‑dire de décréter l’existence d’une zone d’indécision avant et après laquelle la solution est claire)65. Or la réponse faite par l’empiriste, et finalement acceptée par Galien, suit une stratégie assez similaire, mais en donnant une valeur théorique à ce qui demeure chez Chrysippe un conseil pratique : les notions imprécises de ce type sont alors conçues comme littéralement indéterminables66. La réponse au paradoxe consiste donc à affirmer qu’on peut dire qu’il y a une erreur (l’évidence en deçà et en delà nous le dicte), mais qu’on a affaire à un type particulier de phénomènes pour lesquels l’impossibilité d’expliquer pourquoi il y a erreur est authentique. Autrement dit, ce qui se profile alors, c’est la conjonction, au sein de la pensée galénique, de deux thèses positivement défendues, celle d’une continuité matérielle et celle d’une discontinuité épistémologique. Notre suggestion consiste à dire qu’il se pourrait que ce soit parce que la survenance du psychique sur fond d’altération qualitative ressort de ce type de problématique (sorite) que Galien adopte une position agnostique sur l’âme. Alors en tout cas, on aurait bien affaire à une véritable reconnaissance de l’irréductibilité du psychique au physique, et par conséquent, il serait vraiment justifié de qualifier d’émergentiste la conception galénique de l’âme.

Haut de pageHaut de page

Annexe

Texte et traduction du De elementis, 3, 7-24, 70.15-74.23 De Lacy = 1.428.4-432.11 Kühn

Εἰ δὲ τὰ πρῶτα στοιχεῖα σκοποίης, ἐνδέχεται τούτων ἀναισθήτων μὲν ὑποκειμένων, εἰς ἄλληλα δὲ τὸ δρᾶν καὶ πάσχειν ἐχόντων πολυειδῶς, ἐν πολλαῖς ταῖς κατὰ μέρος ἀλλοιώσεσι γενέσθαι ποτὲ τὸ αἰσθητικὸν σῶμα. Πᾶσα γὰρ ἡ ἐκ πλειόνων σύνθεσις, ἂν μὲν οἷά πέρ ἐστι τὰ συντιθέντα, τοιαῦτα φυλάττηται διαπαντός, οὐδὲ μίαν ἔξωθεν ἐπικτήσεται νεωτέραν ἰδέαν, ἣ μὴ καὶ τοῖς συντιθεῖσιν ὑπῆρχεν· εἰ δ᾽ ἐξαλλάττοιτο καὶ μεταβάλλοιτο καὶ πολυειδῶς ἀλλοιοῖτο τὰ συντιθέντα, δύναιτ᾽ ἂν ὑπάρξαι τι τῷ συνθέτῳ κατὰ γένος ἕτερον, ὃ μὴ τοῖς πρώτοις αὐτοῦ στοιχείοις ὑπῆρχεν.

Ἴσως δὲ καὶ παραδείγματος ὑπὲρ σαφηνείας δεήσει τῷ λόγῳ. Φημὶ δὴ τὴν οἰκίαν ἐκ πλίνθων καὶ λίθων καὶ ξύλων καὶ κεράμων |429 γεγονυῖαν οὐδὲν [72] ἐπικτήσασθαι κατὰ γένος ἕτερον, ὃ μὴ καὶ τοῖς συντιθεῖσιν αὐτὴν ὑπῆρχε. Σκληρότητα γοῦν ἕκαστον ἐκείνων εἶχε καὶ βάρος καὶ σχῆμα καὶ χρῶμα καὶ μέγεθος, ἃ καὶ τῷ δημιουργήματι πρόσεστι. Σκληρότης μὲν γὰρ καὶ χρῶμα καὶ βάρος ἀκριβῶς ταὐτὰ τοῖς συντιθεῖσιν· οὐ γὰρ δὴ σκληρὰ μὲν ἐκεῖνα, μαλακὴ δὲ αὕτη, καὶ βαρέα μὲν ἐκεῖνα, κούφη δὲ αὕτη, καὶ πυρρὰ μὲν ἐκεῖνα, μέλαινα δὲ αὕτη. Σχῆμα δὲ καὶ μέγεθος ἔχει μὲν καὶ ἡ οἰκία, διότι καὶ τὰ συντιθέντα αὐτὴν εἶχεν, οὐ μὴν ἀκριβῶς γε ταὐτὸν οὔτε μέγεθος οὔτε σχῆμα τοῖς συντιθεῖσι πρὸς τὸ ὅλον. Ἀλλ᾽ οὐ τοῦτο ζητεῖται νῦν, εἰ μείζων ἡ οἰκία τῶν πλίνθων ἢ εἰ προμήκης μὲν αὕτη, τετράγωνοι δ᾽ αἱ πλίνθοι, ἀλλ᾽ εἰ διὰ τοῦτο καὶ σχήματος καὶ μεγέθους αὐτῇ μέτεστιν, ὅτι καὶ τοῖς συντιθεῖσιν αὐτήν. Ἐπεί τοι τίς οὐκ οἶδεν, ὡς ἡ διαγώνιος εὐθεῖα τὸ τετράγωνον |430 χωρίον εἰς δύο τρίγωνα τέμνει καὶ ὡς ἐξ ἐκείνων τῶν δύο τριγώνων συνιόντων ἓν ἀποτελεῖται τετράγωνον; ἀλλὰ καὶ τὸ τρίγωνον καὶ τὸ τετράγωνον σχήματα. Kαὶ μὲν δὴ καὶ δύο ἡμικύκλια συντιθέμενα τὸν ὅλον ἀπεργάζεται κύκλον, ὥστε ἐξ ἄλλων μὲν ἄλλο τι γενέσθαι συγχωρήσομεν, οὐ μὴν ἀνομοιογενὲς ἔσται. Καὶ γὰρ τὰ σχήματα σχημάτων ἐστὶν ἀπεργαστικὰ καὶ τὰ σμικρότερα μεγέθη τῶν μειζόνων μεγεθῶν, οὐ μὴν ἤτοι σχήματα μεγεθῶν ἢ μεγέθη σχημάτων, ὥστε ἐκ μὲν τῶν μὴ μεταβαλλόντων τὰς ποιότητας στοιχείων οὐκ ἐγχωρεῖ γίγνεσθαί τι τῶν ἑτερογενῶν, ἐκ δὲ τῶν μεταβαλλόντων ἐγχωρεῖ· Δύναται γὰρ ἐν πολλαῖς ταῖς μεταξὺ μεταβολαῖς τὸ τέως μέλαν αὖθις γενέσθαι λευκὸν καὶ τὸ τέως λευκὸν αὖθις μέλαν καὶ τὸ νῦν ἀναίσθητον αὖθις αἰσθητικόν.

Ὅσοι μὲν οὖν ἐκ πυρός τε καὶ ὕδατος καὶ ἀέρος καὶ γῆς μεταβαλλόντων τε καὶ κεραννυμένων καὶ ἀλλοιουμένων δι᾽ ὅλων ἀξιοῦσι γίνεσθαί τι [74] τῶν συνθέτων σωμάτων αἰσθητικὸν ἐνδεχόμενα λέγουσιν, |431 ὅσοι δὲ μενόντων, οἷά πέρ ἐστι καὶ μόνον ἀναμιγνυμένων ἀλλήλοις οὕτως ὥσπερ ἐν σωρῷ πυρῶν καὶ κριθῶν ἐρεβίνθων τε καὶ κυάμων, ἀδυνάτοις ἐπιχειροῦσιν. Ὅλως γὰρ οὐδὲν διαφέρει πῦρ ἢ ὕδωρ ἢ ἀέρα ἢ γῆν συνελθόντα φάσκειν αἰσθητικὸν ἀπεργάζεσθαι σῶμα ἤ, ὥσπερ οἱ πρὸ τούτων ἔλεγον, τὰς ἀτόμους· οὐδὲ γὰρ ἐνδέχεται τῶν στοιχείων ἀπαθῶν μενόντων ἐξ ἀναισθήτων πολλῶν συνελθόντων ἓν αἰσθητικὸν ἀπεργασθῆναι σῶμα. Δέδεικται γὰρ ὡς οὐδὲν ἑτερογενὲς δύναται προσελθεῖν τοῖς συντιθεμένοις· αἴσθησις δέ γε πάντῃ γένους ἐστὶν ἑτέρου σχήματός τε καὶ βάρους καὶ σκληρότητος, ἃ ταῖς ἀτόμοις ὑπῆρχεν, ὥσπερ αὖ καὶ τῶν ἄλλων ἃ πυρὶ καὶ γῇ καὶ ἀέρι καὶ ὕδατι. Καὶ γὰρ παρὰ τὰ χρώματα καὶ τοὺς χυμοὺς καὶ τοὺς ἀτμοὺς καὶ πάνθ᾽ ἁπλῶς εἰπεῖν τἆλλα τὰ τοῖς σώμασιν ὑπάρχοντα τὸ τῆς αἰσθήσεως ἕτερόν ἐστι γένος, ὥστε οὔτ᾽ ἐξ ἀτόμων οὔτ᾽ ἐκ πυρὸς καὶ γῆς καὶ ὕδατος καὶ ἀέρος ἐγχωρεῖ γενέσθαι τὸ αἰσθητικὸν σῶμα |432 μενόντων ἀμεταβλήτων καὶ τοιούτων, οἷά πέρ ἐστι κατὰ τὴν ἑαυτῶν φύσιν.

Ἢ τοίνυν ἐξ αἰσθητικῶν τῶν πρώτων στοιχείων ἢ ἐξ ἀναισθήτων μέν, ἀλλὰ μεταβάλλειν τε καὶ ἀλλοιοῦσθαι πεφυκότων ἀναγκαῖόν ἐστι συνίστασθαι τὸ μέλλον αἰσθήσεσθαι. Ταυτὶ μὲν οὖν ὅτι τε πλείω πάντως ἑνός ἐστι τὰ στοιχεῖα καὶ ὅτι παθητικά δείκνυσιν· εἰ δ᾽ ἐκ τῶν πρώτων αἰσθητικῶν ἁπάντων ἢ οὐκ αἰσθητικῶν, οὔπω δείκνυσιν· ἄμφω γὰρ ἐνδέχεσθαί φημι. Ὅτι μέντοι πάντως ἐστί τινα τὰ μὴ αἰσθητικὰ, πρόδηλον ἐκ τοῦ καὶ τῶν συνθέτων εἶναί τινα τοιαῦτα.

Mais considère les éléments premiers : s’il s’agit de substrats dénués de sensation mais susceptibles d’agir et d’être affectés les uns sur et par les autres de multiples façons, il est possible qu’au cours de nombreuses altérations successives advienne à un moment donné le corps doué de sensation. En effet, dans tous les cas où la composition se fait à partir d’éléments multiples, si les composants se maintiennent constamment tels qu’ils sont, elle n’acquerra strictement aucune nouvelle caractéristique s’ajoutant de l’extérieur, qui n’appartienne déjà également aux composants ; en revanche, à supposer que les composants subissent des transformations, des changements et diverses altérations, quelque chose de génériquement différent, n’appartenant pas [sc. déjà] à ses éléments premiers, pourrait venir à appartenir au composé.

Mais peut-être faut-il éclairer notre propos par un exemple. J’affirme donc que la maison faite de briques, de pierres, de poutres et de tuiles n’acquiert rien de plus, qui soit génériquement différent et n’appartienne pas [sc. déjà] également à ses composants. Chacun d’entre eux a du moins une dureté, ainsi qu’un poids, une figure, une couleur et une grandeur, [caractéristiques] que l’on retrouve dans l’ouvrage. En effet sa dureté, sa couleur et son poids sont exactement les mêmes que pour les composants ; car ils ne sont pas, eux, durs, et elle molle, ils ne sont pas lourds et elle légère, et ils ne sont pas rouges et elle noire. Et la maison a aussi une forme et une taille parce que ses composants en ont également, bien que ni la forme ni la taille ne soient exactement les mêmes pour le tout et pour les composants. Néanmoins, la question n’est pas maintenant de savoir si la maison est plus grande que les briques ou si elle est oblongue tandis que les briques sont carrées mais si la raison pour laquelle elle possède une forme et une taille est que ses composants en possèdent également. Car enfin, qui ne sait pas que la diagonale coupe la surface du carré en deux triangles et qu’à partir de ces deux triangles assemblés on obtient un unique carré ? Or le triangle comme le carré sont des figures. Et deux demi-cercles réunis forment bien aussi en tout un cercle ; aussi nous faut-il admettre qu’une chose peut venir à l’être, autre que les choses dont elle provient – toutefois elle ne sera pas génériquement dissemblable. Et de fait les figures sont susceptibles de former des figures et les plus petites grandeurs, les plus grandes, mais non les figures, des grandeurs ou les grandeurs, des figures. Aussi des éléments qui ne changent pas quant à leurs qualités ne permettent-ils pas qu’il y ait quelque chose de différent par le genre, tandis que ceux qui changent le permettent. Il est possible, en effet, qu’en de nombreux changements intermédiaires ce qui était jusqu’alors noir devienne à son tour blanc, ce qui était jusqu’alors blanc à son tour noir, et ce qui est maintenant dénué de sensation à son tour doué de sensation.

Donc, tous ceux qui considèrent que c’est le feu et l’eau, ainsi que l’air et la terre soumis à des changements, des mélanges, et, en général, à des altérations, qui forment des composés parmi lesquels naît un corps doué de sensation, disent quelque chose de possible ; ceux qui, en revanche, [sc. pensent que cela arrive à partir d’éléments qui] demeurent tels quels et sont simplement amalgamés les uns aux autres, comme dans un tas de blé, d’orge, de pois chiches et de fèves, veulent l’impossible. Car dans l’ensemble, cela ne change rien de dire que c’est le feu, l’eau, l’air ou la terre qui, réunis, forment un corps doué de sensation, ou, comme l’ont fait leurs prédécesseurs, que ce sont les atomes ; car il n’est pas non plus possible, s’ils demeurent non affectés, qu’un grand nombre d’éléments dénués de sensation forment un unique corps doué de sensation. De fait, il a été montré que rien de différent par le genre ne peut venir s’adjoindre aux [sc. éléments] réunis ; or la sensation est d’un genre totalement différent de la figure, du poids et de la dureté, qui appartiennent déjà aux atomes, comme aussi, par ailleurs, des autres [sc. attributs] du feu, de la terre, de l’air et de l’eau. En effet, par rapport à la couleur, à la saveur, à l’odeur et, en bref, à tous les autres [sc. attributs] qui appartiennent aux corps, le genre de la sensation est différent ; aussi, ni les atomes, ni le feu, la terre, l’eau et l’air ne permettent de donner naissance au corps doué de sensation, s’ils demeurent sans changements, tels qu’ils sont par leur propre nature.

Par conséquent, c’est nécessairement soit à partir des premiers éléments doués de sensation, soit à partir de ceux qui en sont dénués, mais qui par nature changent et s’altèrent, que ce qui doit être doué de sensation est composé. Cela montre donc que le nombre des éléments est sans conteste supérieur à un et qu’ils sont susceptibles d’être affectés ; en revanche, cela ne va pas jusqu’à montrer si c’est entièrement à partir des premiers [sc. éléments] doués de sensation [sc. que le corps sensible est composé] ou si c’est à partir de ceux qui en sont dénués ; j’affirme en effet que les deux sont possibles. Cependant, il est évident qu’il existe de toute manière certains [sc. éléments] dénués de sensation, puisque même certains composés le sont.

Haut de page

Notes

1 Tout particulièrement en philosophie de l’esprit ; voir par ex. l’article très commenté de M. F. Burnyeat, « Is an Aristotelian Philosophy of Mind Still Credible? (A Draft) », dans Essays on Aristotle’s De anima, M. Nussbaum et A. Rorty (éds), Oxford, OUP, 1992, p. 15‑26.

2 Cf. A. P. D. Mourelatos, « Quality, Structure, and Emergence in Later Pre-Socratic Philosophy », Proceedings of the Boston Area Colloquium in Ancient Philosophy 2, 1, 1986, p. 127-194 ; D. N. Sedley, « Epicurean Anti-Reductionism », dans Matter and Metaphysics, J. Barnes et M. Mignucci (éds), Naples, Bibliopolis, Elenchos 14, 1988, p. 295-327 ; V. M. Caston, « Epiphenomenalisms, Ancient and Modern », PhR 106, 3, 1997, p. 309-363 ; J. Ganeri, « Emergentisms, Ancient and Modern », Mind 120, 2011, p. 671-703.

3 Cf. G. Canguilhem, « L’objet de l’histoire des sciences », dans Études d’histoire et de philosophie des sciences, 7e éd. augm., Paris, Vrin, Problèmes et controverses, 1994, qui remarque que « la complaisance à rechercher, à trouver et à célébrer des précurseurs est le symptôme le plus net d’une inaptitude à la critique épistémologique. Avant de mettre bout à bout deux parcours sur un chemin, il convient d’abord de s’assurer qu’il s’agit bien du même chemin ». Loin d’être anecdotique donc, l’application de nos catégories modernes aux systèmes de pensée antiques requiert de sérieux efforts d’accommodation.

4 La maxime d’utilité, qui régit l’approche galénique des problèmes théoriques (cf. entre autres : De propriis placitis, 2‑3, 172-174 Boudon & Pietrobelli ; De placitis Hippocratis et Platonis, 9, 6, 19-21, 576-578 De Lacy ; De animi cuiuslibet peccatorum dignotione et curatione, 3, 4, 46 De Boer), invite en effet à balayer du revers de la main ce type de discussions pour lui typiquement stériles. Cf. en ce sens R. J. Hankinson, « Galen and the Ontology of Powers », BJHP 22, 5, 2014, p. 967.

5 Cf. J. Kim, « Being Realistic about Emergence », dans The Re-Emergence of Emergence. The Emergentist Hypothesis from Science to Religion, P. Clayton et P. C. W. Davies (éds), Oxford, OUP, 2006, p. 189-202.

6 Cf. V. Caston, art. cit. n. 2, p. 352.

7 Le cas de Galien embarrasse manifestement V. Caston qui indique que, malgré le texte du De elementis, la position que celui-ci adopte expressément dans le débat péripatéticien est en opposition avec celle d’Alexandre, qui conçoit l’âme comme la faculté ou la forme survenant (ἐπιγινόμενον) sur le mélange (cf. De anima, 25, 2‑4 Bruns) et non comme la forme du corps (cf. Quod animi facultates, 4, 26-27 Bazou, que nous commentons infra). Toutefois, pour renforcer le rapprochement, V. Caston suggère que Galien aurait en fait été « malgré lui » d’accord avec Alexandre (arguant qu’il soutiendrait ailleurs que l’âme est bel et bien une faculté, art. cit. n. 2, p. 352, ce qui est incontestablement inexact) ou qu’en tout cas il « aurait dû » l’être, étant donné la description des propriétés émergentes que l’on trouve dans le De elementis. Mais nous verrons qu’il n’est pas nécessaire de réduire l’opposition avec Alexandre sur ce point, si l’on déplace la question de l’émergence, de l’âme, à ses facultés.

8 Voir Quod animi facultates, 9, 66-67 Bazou, d’une part, et l’ensemble du chapitre 11 d’autre part (en particulier : 11, 77, 5‑7 Bazou).

9 De elementis, 3, 29-30, 76 De Lacy : Καὶ μὴν εἰ μήθ᾽ ἡδονὴ μήτε πόνος, ἀλλὰ μηδ᾽ αἴσθησις ὅλως ἐστὶ τοῖς ἀπαθέσι στοιχείοις, οὐδὲ μνήμη δήπουθεν οὐδ᾽ ἀνάμνησις οὐδὲ φαντασία· ῥίζα γάρ τις αὐτῶν ἐστι καὶ οἷον πηγὴ πάντων ἡ αἴσθησις· εἰ δὲ μηδὲν τούτων, οὐδ᾽ ἄλλο τῶν ψυχικῶν ἔργων οὐδὲν, ὥστ᾽ οὐδὲ ψυχή. Toutes les traductions ici présentées sont les nôtres.

10 V. Caston, art. cit. n. 2 (Galien accepte l’émergence, avec les réserves indiquées supra) ; R. J. Hankinson, « Galen on the Limitations of Knowledge », dans Galen and the World of Knowledge, C. Gill, T. Whitmarsh et J. Wilkins (éds), Cambridge, CUP, Greek Culture in the Roman World, 2009, p. 234-235 et 237-238, et « Galen and the Ontology of Powers », art. cit. n. 4, p. 967-970 (Galien refuse l’« émergence générique », c’est-à‑dire qu’un tout puisse avoir des propriétés d’un genre différent de celles présentées par ses parties) ; D. Leith, « Galen’s Refutation of Atomism », dans Philosophical Themes in Galen, P. Adamson, R. Hansberger et J. Wilberding (éds), Londres, Institute of Classical Studies, University of London, BICS. Suppl. 114, 2014, p. 221-222, ainsi que I. Kupreeva, « Galen’s Theory of Elements », dans P. Adamson, R. Hansberger et J. Wilberding (éds), ouvr. cit., p. 171-172 (Galien défend l’émergence générique).

11 Pour une présentation plus approfondie de ces questions, cf. J. Kim, « Making Sense of Emergence », Philosophical Studies 95, 1, 1999, p. 3-36 ; O. Sartenaer, « Définir l’émergence », Revue des questions scientifiques 181, 3, 2010, p. 371-404, et « Émergence et causalité descendante dans les sciences de l’esprit », RPhL 111, 1, 2013, p. 5-26 ; T. O’ Connor et H. Y. Wong, « Emergent Properties », dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, E. N. Zalta (dir.), Summer 2015 Ed. <http://plato.stanford.edu/archives/sum2015/entries/properties-emergent/>.

12 Elle sous-tend en effet l’idée de créativité naturelle défendue par Félix Ravaisson ou encore Henri Bergson qui parlent de « bifurcation » et d’« instabilité physique » pour tenter de résoudre le problème de la « spontanéité » des êtres vivants, déjà rencontré par Claude Bernard ; cf. A. Fagot-Largeault, « L’émergence », dans D. Andler, A. Fargot-Largeault et B. Saint-Sernin, Philosophie des sciences, II, Paris, Gallimard, 2002, p. 951-982.

13 Voir en particulier J. S. Mill, A System of Logic Ratiocinative and Inductive, Londres, J. W. Parker, 1843, cf. livre 3, chap. 6, § 1, qui développe l’idée initialement apparue dans G. H. Lewes, Problems of Life and Mind, II, Boston, J. R. Osgood, 1875, p. 412-422.

14 Cf. S. Alexander, Space, Time and Deity, II, Londres, Macmillan, 1920, p. 7 (« something new, a fresh creation ») et p. 46-47 ; C. L. Morgan, Emergent Evolution, Londres, Williams & Norgate, 1923, p. 19-20.

15 Cf. D. Davidson, « Mental Events », dans Essays on Actions and Events, Oxford, OUP, 1980, p. 207-225.

16 Nous donnons l’intégralité du texte en annexe.

17 De constitutione artis medicae, 7, 13-15, 76-78 Fortuna : Χρὴ τοίνυν τὸ μέλλον ὀδυνήσεσθαι παθητὸν εἶναι καὶ αἰσθητικόν. Οὐ μὴν ἐξ αἰσθητικῶν γε τῶν πρώτων ἀναγκαῖον εἶναι τὸ αἰσθητικὸν, ἀλλ᾽ ἀρκεῖ τὸ παθητὸν μόνον. Αἰσθητικὸν γὰρ δύναται γενέσθαι ποτὲ, μεταβάλλον τε καὶ ἀλλοιούμενον. Ἐπεὶ δ᾽ ἀπείρους τὸ πλῆθος ἐγχωρεῖ γενέσθαι τὰς ἐκ τῶν στοιχείων ἀλλοιώσεις τε καὶ κράσεις, ἄπειροι τῶν κατὰ μέρος σωμάτων αἱ ἰδιότητες συστήσονται, καθ᾽ ἃς οὐδὲν ἄτοπον ἀναίσθητα γενέσθαι πολλὰ, καὶ τῶν αἰσθανομένων τὸ μὲν μᾶλλον αἰσθάνεσθαι, τὸ δ᾽ ἧττον.

18 Cette première section du traité (cf. De elementis, 10, 1, 138 De Lacy) s’étend des chapitres 1 à 10 ; les cinq premiers chapitres sont plus précisément consacrés aux éléments, qu’il s’agira ensuite de distinguer des qualités.

19 Selon une procédure attribuée à Hippocrate (De elementis, 2, 1‑2, 58 De Lacy), mais reprise à Aristote (cf. Physique, 1, 2, 184b15-22) ; à ce sujet cf. D. Leith, art. cit. n. 10, p. 230-231.

20 Cf. Hippocrate, De natura hominis, 2, 3, 168 Jouanna ; l’argument est à l’origine probablement dirigé contre le monisme ionien, et Melissos en particulier (cf. 30B, 7 Diels & Kranz).

21 De elementis, 2, 18, 62 De Lacy. Galien utilise aussi πάσχον (« passible ») en lieu et place d’ἀλλοιωτὸν (cf. De elementis, 2, 47-52, 68 De Lacy) – cela indique sans doute simplement que l’altération provient d’une source externe (cf. De locis affectis, 1, 3, 8.31-33 Kühn). L’altération (ἀλλοίωσις) est en effet un type de mouvement (κίνησις) : Galien distingue deux mouvements « simples » (altération et déplacement [φορά]) ; à partir d’eux sont « composés » la croissance et le déclin (αὔξησίς τε καὶ φθίσις), auxquels s’ajoutent la génération (γένεσις) et la destruction (φθορά) : cf. De naturalibus facultatibus, 1, 2, 102-103 Helmreich. Sur ces questions cf. I. Kupreeva, « Aristotelian Dynamics in the 2nd Century School Debates: Galen and Alexander of Aphrodisias on Organic Powers and Movements », dans Philosophy, Science and Exegesis in Greek, Arabic and Latin Commentaries, P. Adamson, H. Baltussen et M. W. F. Stone (éds), Londres, Institute of Classical Studies, University of London, BICS. Suppl. 83, 1, 2004, p. 71-95 ; V. Cordonier, « Matière, qualités, mélange. La physique élémentaire d’Aristote chez Galien et Alexandre d’Aphrodise », Quaestio. Annuaire d’histoire de la métaphysique 7, 2007, p. 79-103. Αἰσθητικόν, ou encore αἰσθητός, peut chez Galien désigner ce qui est sujet ou objet de sensation (cf. V. Boudon-Millot, « Le rôle de la sensation dans la définition galénique de la maladie », dans Les cinq sens dans la médecine de l’époque impériale. Sources et développements, I. Boehm et P. Luccioni (éds), Lyon, Université Lyon 3 Jean Moulin, Coll. du CÉROR N.S. 25, 2003, p. 21-30), d’où notre rendu neutre par « susceptible de sensation » ; en l’occurrence, c’est indéniablement la dimension active qui est ici visée et ce que l’on trouve dans le De elementis paraît conforme à ce qu’en disent les Définitions pseudo-galéniques : αἰσθητόν désigne ce qui « tombe sous le sens » (τῇ αἰσθήσει ὑποπῖπτον – la pierre ou le morceau de bois), αἰσθητικόν, cela même qui est sujet de la sensation (αὐτὸ τὸ αἰσθανόμενον – Théon ou Dion) : cf. Definitiones medicae, 115, 19.378-379 Kühn.

22 De elementis, 2, 29-32, 64 De Lacy.

23 De elementis, 2, 37-38, 66 De Lacy.

24 De elementis, 3, 4, 70 De Lacy.

25 De elementis, 3, 22-24, 74 De Lacy : Ἢ τοίνυν ἐξ αἰσθητικῶν τῶν πρώτων στοιχείων ἢ ἐξ ἀναισθήτων μέν, ἀλλὰ μεταβάλλειν τε καὶ ἀλλοιοῦσθαι πεφυκότων ἀναγκαῖόν ἐστι συνίστασθαι τὸ μέλλον αἰσθήσεσθαι. Ταυτὶ μὲν οὖν ὅτι τε πλείω πάντως ἑνός ἐστι τὰ στοιχεῖα καὶ ὅτι παθητικά δείκνυσιν· εἰ δ᾽ ἐκ τῶν πρώτων αἰσθητικῶν ἁπάντων ἢ οὐκ αἰσθητικῶν, οὔπω δείκνυσιν· ἄμφω γὰρ ἐνδέχεσθαί φημι. Ὅτι μέντοι πάντως ἐστί τινα τὰ μὴ αἰσθητικὰ, πρόδηλον ἐκ τοῦ καὶ τῶν συνθέτων εἶναί τινα τοιαῦτα. Nous surtraduisons légèrement οὔπω, à dessein, attendu que la démonstration ne se poursuit pas.

26 Notre traduction de κατὰ μέρος par « successif » et non « partiel » repose sur l’expression parallèle, qui apparaît plus loin : ἐν πολλαῖς ταῖς μεταξὺ μεταβολαῖς (De elementis, 3, 16-17, 70-72 De Lacy) ; nous commentons l’idée en conclusion.

27 Le préfixe ἐπι‑ dans ἐπικτήσασθαι pourrait être interprété comme portant à lui seul toute l’idée de survenance, notamment parce qu’il fait signe vers la thèse de la survenance de l’âme chez Alexandre (De anima, 24, 21-23 [ἐπὶ τῇ κράσει γεννωμένη] ; 25, 2‑4 [cf. supra] ; 26, 21-22 Bruns ; Mantissa, 1, 104, 22-33 ; 2, 112, 11-16 Bruns) ; mais pour nous garder d’aller trop vite, nous nous contentons de parler ici d’« ajout ».

28 Très utilisée en pharmacologie (pour désigner des « types » de remèdes : cf. De methodo medendi, 10, 7, 695 Kühn), l’expression κατὰ γένος ἕτερον repose sur une classification aristotélicienne standard (cf. Ars medica, 4, 12, 286 Boudon-Millot : κατὰ γένος et κατ᾽ εἶδος désignent deux niveaux imbriqués ; voir aussi De temperamentis, 1, 6, 20 Helmreich). En De elementis, 10, 4, 140 De Lacy, elle est utilisée pour désigner l’existence de corps homéomères spécifiques à telle ou telle espèce animale (sabots, cornes, écailles, qui ne se trouvent pas chez l’homme). Dans notre texte, Galien utilise deux termes qui paraissent synonymes : ἀνομοιογενές (De elementis, 3, 15, 72 De Lacy ; cf. In Hippocratis Prorrheticum, 3, 34, 147-148 Diels, où le terme qualifie des symptômes ou signes de différents types – c’est-à‑dire de différents organes – rassemblés en syndrome) et ἑτερογενής, sur lequel cf. infra.

29 De elementis, 3, 7-8, 70 De Lacy : ἐνδέχεται […] ἐν πολλαῖς ταῖς κατὰ μέρος ἀλλοιώσεσι γενέσθαι ποτὲ τὸ αἰσθητικὸν σῶμα. Πᾶσα γὰρ ἡ ἐκ πλειόνων σύνθεσις, ἂν μὲν οἷά πέρ ἐστι τὰ συντιθέντα, τοιαῦτα φυλάττηται διαπαντός, οὐδὲ μίαν ἔξωθεν ἐπικτήσεται νεωτέραν ἰδέαν, ἣ μὴ καὶ τοῖς συντιθεῖσιν ὑπῆρχεν· εἰ δ᾽ ἐξαλλάττοιτο καὶ μεταβάλλοιτο καὶ πολυειδῶς ἀλλοιοῖτο τὰ συντιθέντα, δύναιτ᾽ ἂν ὑπάρξαι τι τῷ συνθέτῳ κατὰ γένος ἕτερον, ὃ μὴ τοῖς πρώτοις αὐτοῦ στοιχείοις ὑπῆρχεν.

30 De elementis, 3, 9, 70-72 De Lacy : οὐδὲν ἐπικτήσασθαι κατὰ γένος ἕτερον, ὃ μὴ καὶ τοῖς συντιθεῖσιν αὐτὴν ὑπῆρχε.

31 De elementis, 3, 12, 72 De Lacy : Σχῆμα δὲ καὶ μέγεθος ἔχει μὲν καὶ ἡ οἰκία, διότι καὶ τὰ συντιθέντα αὐτὴν εἶχεν, οὐ μὴν ἀκριβῶς γε ταὐτὸν οὔτε μέγεθος οὔτε σχῆμα τοῖς συντιθεῖσι πρὸς τὸ ὅλον.

32 Nous optons pour la traduction la plus neutre possible, même s’il est assez naturel de comprendre : « donner naissance ».

33 Notre traduction vise à conserver l’ambiguïté du grec : si Galien paraît ici employer le terme comme synonyme de κατὰ γένος ἕτερον, il emploie couramment ἑτερογενής pour désigner des différences au sein d’un même genre (le feu vis-à‑vis de la terre : De elementis, 5, 21, 98 De Lacy ; le grammairien vis-à‑vis du musicien : De temperamentis, 1, 2, 4‑5 Helmreich).

34 De elementis, 3, 16-17, 70-72 De Lacy : […] ὥστε ἐκ μὲν τῶν μὴ μεταβαλλόντων τὰς ποιότητας στοιχείων οὐκ ἐγχωρεῖ γίγνεσθαί τι τῶν ἑτερογενῶν, ἐκ δὲ τῶν μεταβαλλόντων ἐγχωρεῖ· Δύναται γὰρ ἐν πολλαῖς ταῖς μεταξὺ μεταβολαῖς τὸ τέως μέλαν αὖθις γενέσθαι λευκὸν καὶ τὸ τέως λευκὸν αὖθις μέλαν καὶ τὸ νῦν ἀναίσθητον αὖθις αἰσθητικόν.

35 Une objection assez spontanée serait de dénier au noir le statut de couleur (cf. Aristote, Met., I, 2, 1053b28-32 : il est privation de couleur), mais Galien est explicite sur ce point : « les contraires (ἐναντία) sont les extrémités au sein du même genre (ἐν τῷ αὐτῷ γένει), comme le blanc et le noir, le genre de chacun d’entre eux étant unique, la couleur (ἓν γὰρ ἀμφοῖν γένος τὸ χρῶμα) », De methodo medendi, 1, 7, 51 Kühn ; voir aussi De simplicium medicamentorum temperamentis et facultatibus, 1, 37, 445 Kühn.

36 Voir à ce propos In Hippocratis De natura hominis librum commentaria, 1, 3, 19 Mewaldt.

37 De elementis, 3, 18-19, 74 De Lacy ; I. Kupreeva, « Galen’s Theory of Elements », art. cit. n. 10, p. 166-170, fait remonter l’argument à Aristote (Met., Z, 16, 1040b5-9) et indique que le paradoxe sorite (sur lequel nous revenons infra) est probablement en arrière-plan.

38 De elementis, 3, 20-21, 74 De Lacy : Δέδεικται γὰρ ὡς οὐδὲν ἑτερογενὲς δύναται προσελθεῖν τοῖς συντιθεμένοις· αἴσθησις δέ γε πάντῃ γένους ἐστὶν ἑτέρου σχήματός τε καὶ βάρους καὶ σκληρότητος, ἃ ταῖς ἀτόμοις ὑπῆρχεν, ὥσπερ αὖ καὶ τῶν ἄλλων ἃ πυρὶ καὶ γῇ καὶ ἀέρι καὶ ὕδατι. Καὶ γὰρ παρὰ τὰ χρώματα καὶ τοὺς χυμοὺς καὶ τοὺς ἀτμοὺς καὶ πάνθ᾽ ἁπλῶς εἰπεῖν τἆλλα τὰ τοῖς σώμασιν ὑπάρχοντα τὸ τῆς αἰσθήσεως ἕτερόν ἐστι γένος, ὥστε οὔτ᾽ ἐξ ἀτόμων οὔτ᾽ ἐκ πυρὸς καὶ γῆς καὶ ὕδατος καὶ ἀέρος ἐγχωρεῖ γενέσθαι τὸ αἰσθητικὸν σῶμα μενόντων ἀμεταβλήτων καὶ τοιούτων, οἷά πέρ ἐστι κατὰ τὴν ἑαυτῶν φύσιν.

39 La difficulté est en effet de savoir s’il faut accorder ou non de l’importance à la dimension temporelle des processus ici décrits, et donc comment il faut lire γενέσθαι ou γίγνεσθαι ; ὑπῆρχθαι ou ὑπάρξαι ; ἐπικτήσασθαι ; προσελθεῖν ; les différents ποτε ; κατὰ μέρος ou μεταξύ ; διαπαντός ; τέως et αὖθις ; μένοντα οἷά πέρ ἐστι. Dans notre traduction, nous avons opté pour la survenance, là où il fallait choisir, tout en cherchant à préserver le maximum de neutralité, en sorte de rendre justice à l’ambiguïté du texte.

40 D. Leith, art. cit. n. 10, a bien montré que Galien utilise un second argument de la douleur, spécifiquement dirigé contre l’atomisme épicurien, argument auquel Épicure a sans doute déjà eu à répondre lui-même et auquel en tout cas Lucrèce s’oppose (De Natura rerum, 2, 931-936) et qu’on retrouve chez Plutarque (Adversus Colotem, 12, 1112b-1113e), chez Cicéron (Nat., 2, 37, 94, 86-87 Plasberg & Ax) et chez Philopon qui l’attribue d’ailleurs directement à Aristote (In Aristotelis libros De generatione et corruptione commentaria, 1, 8, 164-165 Vitelli).

41 Aristote, An., 2, 5, 416b32-34 : ἡ δ᾿ αἴσθησις ἐν τῷ κινεῖσθαί τε καὶ πάσχειν συμβαίνει, καθάπερ εἴρηται· δοκεῖ γὰρ ἀλλοίωσίς τις εἶναι. Voir aussi An., 2, 4, 415b24.

42 Cf. M. F. Burnyeat, « De Anima II 5 », Phronesis 47, 1, 2002, p. 28-90 ; R. Heinaman, « Actuality, Potentiality and De Anima II 5 », Phronesis 52, 2, 2007, p. 139-187 ; J. Bowin, « Aristotle on Various Types of Alteration in De Anima II 5 », Phronesis 56, 2, 2011, p. 138-161. L’essentiel de la discussion porte sur l’interprétation du τις dans la formule aristotélicienne, qui peut faire douter que la notion d’altération soit prise dans son sens premier.

43 De placitis Hippocratis et Platonis, 7, 6, 30-33, 468 De Lacy ; [sc. τὸ ἁπτικὸν καὶ τὸ ὀπτικὸν ὄργανον] ἀλλοιοῦσθαι μὲν ἠδύνατο καὶ χωρὶς αἰσθήσεως, εἰ μὴ μετέσχε νεύρων, αἰσθάνεται δὲ τῆς ἀλλοιώσεως μετουσίᾳ τούτων. Οὔκουν ἀλλοίωσίς ἐστιν ἡ αἴσθησις, ὡς ἔνιοί φασιν, ἀλλὰ διάγνωσις ἀλλοιώσεως. Οὐ μὴν οὐδ᾽ ἀρκεῖ λείαν ἢ τραχεῖαν ἐν τῷ σώματι γενέσθαι κίνησιν εἰς ἡδονῆς ἢ πόνου γένεσιν, ἀλλὰ χρὴ προσελθεῖν αἴσθησιν ἑκατέρᾳ τῶν τοιούτων κινήσεων. Εἰ δὲ καὶ τὴν διάθεσιν αὐτὴν ἐθέλοις καλεῖν ὀδύνην ἢ πόνον, οὔ μοι διαφέρει· μόνον γὰρ ἀξιῶ σε μεμνῆσθαι τοῦ διαφέρειν ἀλλήλων τήν τε διάθεσιν ἣν ἴσχει τὰ σώματα τῆς φύσεως ἐξιστάμενα, καὶ τὴν αἴσθησιν αὐτῆς […] Sur cette question, Galien se rapproche donc de la position d’Alexandre, De anima, 84, 3-14 Bruns : la sensation « n’est pas un pâtir mais un juger » (οὐ πάσχειν ἐστίν, ἀλλὰ κρίνειν) ; elle n’est pas elle-même « une altération, mais se produit par le biais d’une altération » (εἰ καὶ μὴ ἀλλοίωσις, ἀλλὰ δι᾽ ἀλλοιώσεώς γέ τινος γίνεσθαι).

44 De symptomatum causis, 1, 8, 7.139-140 Kühn : « À chaque fois qu’il y a sensation, c’est que, dans les organes particuliers, se produit l’altération à partir des objets sensibles. C’est d’elle que la partie altérée a la sensation, du fait qu’elle reçoit la faculté qui descend à elle de l’encéphale ; car, de sa [sc. propre] nature, l’encéphale n’est pas un organe doué lui-même de sensation, mais il a la sensation de ce qui est doué de sensation. Et le fait qu’il diffuse en continu la faculté sensitive à toutes les parties de l’animal est rendu très évident par cela qu’immédiatement après le sectionnement d’un nerf quelconque, la partie à laquelle le nerf est connecté est rendue insensible » (Ἐν αὐτοῖς μὲν γὰρ τοῖς κατὰ μέρος ὀργάνοις ἑκάστῃ τῶν αἰσθήσεων ἡ ἀπὸ τῶν αἰσθητῶν ἀλλοίωσις ἐπιτελεῖται. Ταύτης δὲ αἰσθητικὸν γίγνεται τὸ ἀλλοιούμενον μόριον, ἐκ τοῦ δέχεσθαι τὴν ἀπ᾽ ἐγκεφάλου κατιοῦσαν εἰς αὐτὸ διὰ τοῦ νεύρου δύναμιν, αὐτὸς γὰρ ὁ ἐγκέφαλος οὐκ αἰσθητικὸν ὄργανον ὑπὸ τῆς φύσεως, ἀλλ᾽ αἰσθητικῶν αἰσθητικὸς ἐγένετο. Καὶ ὅτι μὲν ἀεὶ διὰ τῶν νεύρων ἐπιπέμπει τὴν αἰσθητικὴν δύναμιν ἅπασι τοῖς τοῦ ζώου μορίοις, ἐναργέστατόν ἐστιν ἐκ τοῦ μετὰ τὸ τμηθῆναι νεῦρον ὁτιοῦν εὐθέως ἀναίσθητον ἀποτελεῖσθαι τὸ μέρος, εἰς ὃ τὸ νεῦρον κατασχίζεται).

45 La vision suppose, selon Galien, la rencontre de deux « milieux » : le pneuma optique transforme l’air extérieur lorsqu’il entre en contact avec lui et le sensibilise, c’est-à‑dire qu’il lui insuffle en quelque sorte sa qualité perceptive, l’assimilant à lui-même : cf. De placitis Hippocratis et Platonis, 7, 4, 1‑3, 448 De Lacy. Sur cette question, cf. H. von Staden, « La théorie de la vision chez Galien. La colonne qui saute et autres énigmes », PhilosAnt 12, 2012, p. 115-155 ; K. Ierodiakonou, « On Galen’s Theory of Vision », dans P. Adamson, R. Hansberger et J. Wilberding (éds), ouvr. cit. n. 10, p. 235-247.

46 Cf. De naturalibus facultatibus, 3, 6, 216 Helmreich ; l’explication de l’attraction magnétique joue à cet égard un rôle paradigmatique : cf. De naturalibus facultatibus, 1, 14, 133-138 Helmreich (où Galien présente et réfute l’explication épicurienne).

47 Et cela, qu’elles s’y identifient ou non : cf. De placitis Hippocratis et Platonis, 7, 4, 1‑3, 448 De Lacy.

48 La formulation est négative, mais Galien écrit bien que, « si les composants se maintiennent constamment tels qu’ils sont, [la composition] n’acquerra strictement aucune nouvelle caractéristique s’ajoutant de l’extérieur » (οὐδὲ μίαν ἔξωθεν ἐπικτήσεται νεωτέραν ἰδέαν), De elementis, 3, 8, 70 De Lacy cité supra.

49 Aristote, An., 2, 1, 412a19-21.

50 Quod animi facultates, 4, 26-27 Bazou (voir également 3, 14-16) ; Galien reproche à Andronicos de Rhodes d’avoir accepté deux interprétations possibles pour la formule d’Aristote et d’avoir « dit que l’âme est soit le mélange soit la faculté qui suit le mélange » (ὅτι δέ τοι κρᾶσιν εἶναί φησιν ἢ δύναμιν ἑπομένην τῇ κράσει). Pour lui, seule la première branche de l’alternative est valide : c’est commettre une erreur de catégorie que de ne pas voir que l’âme doit être elle-même une substance pour pouvoir posséder des facultés. Sur l’interprétation de ce passage, cf. P. N. Singer (éd.), Galen, Psychological Writings, Cambridge, CUP, Cambridge Galen Translations, 2013, en particulier p. 361-365 (qui montre bien que l’objectif premier est l’exégèse d’Aristote et non l’exposition d’une théorie galénique).

51 C’est toute la question du matérialisme du Quod animi facultates qui est ici en jeu : cf. R. B. Todd, « Galenic Medical Ideas in the Greek Aristotelician Commentators », SO 52, 1977, p. 117-134 ; G. E. R. Lloyd, « Scholarship, Authority and Argument in Galen’s Quod Animi Mores », dans Le opere psicologiche di Galeno, P. E. Manuli et M. Vegetti (éds), Naples, Bibliopolis, 1988, p. 11-42 (qui a notoirement pointé la difficulté centrale, qui est l’amplitude des significations que peuvent recevoir les verbes ἕπεσθαι et ἀκολοῦθειν) ; R. J. Hankinson, « Body and Soul in Galen », dans Common to Body and Soul. Philosophical Approaches to Explaining Living Behaviour in Greco-Roman Antiquity, R. A. H. King (éd.), Berlin, De Gruyter, 2006, p. 232-258 ; P. Donini, « Psychology », dans The Cambridge Companion to Galen, R. J. Hankinson (éd.), Cambridge, CUP, 2008, p. 184-209 ; P. N. Singer (dir.), ouvr. cit. n. 50, p. 340-341.

52 De usu partium, 1, 9, 1.18-19 Helmreich : […] πάντα τὰ τοῖς σώμασιν ὑπάρχοντα διελώμεθα. Ὑπάρχουσι δὲ πρῶται μὲν καὶ μάλισθ᾽ αἱ κράσεις· αὗται γὰρ τὴν ἰδίαν οὐσίαν τῶν μορίων συμπληροῦσιν. Ὅτι γὰρ ὧδέ πως ἔχει θερμότητός τε καὶ ψυχρότητος καὶ ξηρότητος καὶ ὑγρότητος τὸ σῶμα, διὰ τοῦτο τοιόνδε τὴν φύσιν ἐστί. Τὸ γὰρ εἶναι σαρκὶ τῇ σαρκὶ καὶ νεύρῳ τῷ νεύρῳ καὶ τῶν ἄλλων ἑκάστῳ τοῦθ᾽, ὅπερ ἐστί, διὰ τὴν ἐκ τῶν εἰρημένων τεττάρων ποιὰν κρᾶσιν ἐγένετο. Ταῦτα μὲν οὖν αὐτοῖς κατὰ τὸν τῆς οὐσίας ὑπάρχει λόγον. Ἕπονται δ᾽ ἐξ ἀνάγκης ἀτμοὶ καὶ χυμοὶ καὶ χρόαι καὶ σκληρότητες καὶ μαλακότητες. Ἕτερα δ᾽ ἐξ ἀνάγκης συμβέβηκε, θέσις καὶ μέγεθος καὶ πλοκὴ καὶ διάπλασις.

53 Puisque Aristote distingue nettement altération (ἀλλοίωσις) et génération (γένεσις) : cf. Gen. et corr., 1, 4, 319b6-320a7 ; 1, 10, 327b22-31.

54 En effet, V. Boudon-Millot a montré que Galien distinguait la κρᾶσις (mélange sans disparition des qualités premières) de la μίξις (fusion donnant lieu à une nouvelle substance) : V. Boudon-Millot, « La notion de mélange dans la pensée médicale de Galien : mixis ou crasis ? » REG 124, 2, 2011, p. 261-279. Or la conception alexandrine permet de réconcilier ces deux usages, puisqu’elle pose que, dans la μίξις, l’apparition de propriétés nouvelles n’équivaut pas à l’annulation des propriétés initiales, qui demeurent, mais en puissance, dans le composé et peuvent être restituées (non pas numériquement mais spécifiquement) lorsqu’il se désagrège. Pour le dire vite, le mélange (μίξις) est l’occasion de l’apparition de la forme (cf. De mixtione, 15, 34-35 Groisard ; De anima, 8, 4-25 Bruns ; In De sensu, 64, 23-24 Wendland ; cf. V. Cordonier, art. cit. n. 21, p. 100-103).

55 Cf. In Hippocratis De natura hominis librum commentaria, 1, 3, 18-19 Mewaldt ; De naturalibus facultatibus, 1, 2, 103-104 Helmreich ; De temperamentis, 1, 9, 34 Helmreich.

56 C’est pourquoi il paraît en fin de compte assez juste de parler de survenance, qui décrit sans l’expliquer la co‑variation nécessaire des propriétés supérieures avec les inférieures (la survenance se résume au slogan : il ne peut y avoir de différence‑A sans différence‑B).

57 Sur l’agnosticisme en général : cf. P. Moraux, « Medizin und Philosophie: Galen von Pergamon », dans Der Aristotelismus bei den Griechen, II, livre 2, Peripatoi 6, Berlin, De Gruyter, 1984, p. 785-791 ; P. Donini, « Galeno e la filosofia », ANRW II.36.5, 1992, p. 3497-3502. Pour l’âme en particulier : P. H. De Lacy, « Galen’s Platonism », AJPh 93, 1, 1972, p. 27-39 ; A. Pietrobelli, « Galien agnostique. Un texte caviardé par la tradition », REG 126, 1, 2013, p. 103-135.

58 On peut avancer l’idée que cette hypothèse de l’ἰδιότης recouvre la suggestion galénique de l’émergence (et de fait, Galien ne suspend pas entièrement son jugement : il dit aussi s’en tenir au plausible (πιθανόν), ce qui signifie qu’il considère bien qu’une de ces options est préférable) ; en ce cas, elle tiendrait le milieu entre dualisme et monisme, ce qui est précisément, comme on l’a remarqué, la raison d’être de la notion d’émergence telle qu’elle est apparue dans le second xixe s.

59 De propriis placitis, 14, 3, 187-188 Boudon & Pietrobelli : Ἐγὼ τοίνυν ἐν τούτοις εἰς μέσην τινὰ τάξιν ἐμαυτὸν ἔταξα. Περὶ γὰρ ἄλλων δογμάτων ἀποφαινόμενος ἁπλῶς, τῶν μὲν ὡς εἰδείην τὴν ἐν αὐτοῖς ἀλήθειαν, τῶν δὲ ὡς οὐδὲν αὐτῆς εἰδείην, ἐν οἷς ἄρτι διῆλθον, ἄχρι τοῦ πιθανοῦ προέρχομαι βέλτιον μὲν εἶναι νομίζων, εἴπερ ἐγνώκειν οὕτω περὶ αὐτῶν ὡς ἀποφαίνεσθαι καθάπερ ἐπ᾽ ἄλλων, οὐ μὴν ἀναπείθων ἐμαυτόν, ὥσπερ ἕτεροι, βεβαίαν ἔχειν γνῶσιν ὧν οὐκ ἔσχον ἀπόδειξιν βεβαίαν.

60 De elementis, 3, 7, 70 et 3, 16-17, 70-72 De Lacy.

61 Cf. Quod animi facultates, 5, 29-30 Bazou ; De naturalibus facultatibus, 1, 12, 120-122 Helmreich ; De causis morborum, 1, 1, 7.2 Kühn.

62 Cf. De constitutione artis medicae, 7, 15, 78 Fortuna (cité intégralement supra) : « puisque les altérations et mélanges qui peuvent se produire à partir des éléments sont en nombre infini (ἀπείρους τὸ πλῆθος), ce qui en résultera, c’est une série infinie de propriétés des corps (ἄπειροι τῶν κατὰ μέρος σωμάτων αἱ ἰδιότητες) ».

63 Sur le paradoxe sorite (ou encore argument « petit à petit » : cf. De locis affectis, 1, 2, 8.25-27 Kühn), cf. J. Barnes, « Medicine, Experience and Logic », dans Science and Speculation. Studies in Hellenistic Theory and Practice, J. Barnes et alii (éds), Cambridge, CUP, 1982, p. 24-68. Au cœur de ce paradoxe se trouve ce que l’on décrit aujourd’hui comme le phénomène de l’imprécision (vagueness).

64 De experientia medica, 1, 3, 39 Walzer : « Si vous ne dites à propos d’aucun des nombres, comme dans le cas de cent grains de blé par exemple, qu’il constitue un tas, mais, après cela, si vous dites, après qu’on a ajouté un grain, qu’un tas s’est alors formé, en conséquence, cette quantité de blé est devenue un tas par l’addition d’un seul grain de blé, et si ce grain est retiré, le tas se retrouve éliminé. Et je ne connais rien de pire et de plus absurde que cette affirmation que l’être et le non-être d’un tas soient déterminés par un grain de blé. Et pour empêcher cette absurdité de vous coller à la peau, vous n’aurez de cesse de le nier, et vous n’admettrez à aucun moment que cette somme constitue un tas, même si le nombre de grains de blé atteint l’infini par l’addition graduelle et constante de grains supplémentaires. Et en raison de cette dénégation, on prouve que le tas n’existe pas du fait de ce beau sophisme. » Le texte n’est conservé qu’en arabe ; trad. P. Pellegrin.

65 Cf. Sextus, P., 2, 153, 130 Mutschmann & Mau ; Adversus dogmaticos, 1, 416, 96 Mutschmann ; Cicéron, Ac., 2, 29, 93, 72 Plasberg.

66 De experientia medica, 1, 4, 40 Walzer : « Retenez-vous cela contre nous parce que nous ne pouvons pas dire le nombre précis contenu dans chacune de ces choses, mais que nous sommes seulement capables de donner une notion générale de ce qu’elles sont et de ce dont est formée chacune d’elles dans l’esprit et dans l’imagination ? Comme chacune a toujours été susceptible d’être étendue et augmentée, et cela sans aucune limite ou fin où elle cesse d’être, il est impossible pour nous de dire la grandeur du nombre de chacune d’elles. Parlez, si vous voulez, cela ne nous mettra pas en colère contre vous […] Puisque néanmoins tout raisonnement est mauvais s’il est contredit par un seul point dans une chose qui est évidente pour les sens, en conséquence, le vôtre est un raisonnement mauvais et faux » (trad. P. Pellegrin).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Devinant, « Τι κατὰ γένος ἕτερον. L’idée d’émergence dans le De elementis de Galien », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 03 novembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1916 ; DOI : 10.4000/aitia.1916

Haut de page

Auteur

Julien Devinant

Université Paris-Sorbonne – Humboldt Universität zu Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page