Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Rhétorique et médecine : le De elementis ex Hippocratis sententia de Galien

Rhetoric and Medicine: Galen’s De elementis ex Hippocratis sententia
Retorica e medicina: il De elementis ex Hippocratis sententia di Galeno
Caroline Petit

Résumés

Cet article examine le court traité De elementis de Galien sous l’angle de la rhétorique : quelles sont les stratégies de persuasion mises en place dans cet important (quoique bref) ouvrage, et dans quel(s) but(s) ? Comment la mise en œuvre de l’excellente formation rhétorique de Galien affecte-t‑elle l’argumentation du médecin ? Texte pédagogique, destiné à un lecteur privilégié, puis remanié pour toucher un plus large public, le De elementis est devenu, dans l’œuvre de Galien, l’un des textes propédeutiques fondamentaux. Concis, efficace et brillant, il est peut-être aussi, comme on le suggère ici, un des textes qui établissent la réputation du médecin de Pergame à Rome aux alentours de 170 de notre ère, au début de sa carrière dans la capitale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Galeni De elementis ex Hippocratis sententia, éd. Ph. De Lacy, Berlin, Akademie Verl., CMG V, 1, 2, (...)
  • 2 De Lacy, p. 43 ; K. Bardong, Beiträge zur Hippokrates‑ und Galenforschung, Göttingen, Vandenhoeck (...)

1Parmi les éminentes contributions de Phillip De Lacy aux études galéniques figure l’édition au CMG du De elementis ex Hippocratis sententia, un traité de Galien au croisement de différents types de textes et de différentes thèses1. Ouvrage de jeunesse probablement écrit au début de son second séjour à Rome (aux alentours de 169), ce court traité en un livre (quoique en deux parties) tranche avec les publications plus volumineuses de la maturité de Galien2. De son propre aveu, il faut y voir une lecture préliminaire à la Méthode thérapeutique, comme il le souligne dans le traité Sur ses propres livres, VI, 1 (Boudon-Millot, p. 155 et n. 10). C’est pourtant un ouvrage d’une certaine ambition, maniant avec brio les concepts les plus travaillés de l’histoire de la philosophie grecque (en particulier sur les éléments fondamentaux de la Nature) et discutant les thèses d’un grand nombre d’auteurs classiques, au premier rang desquels Hippocrate. La réfutation des thèses monistes comme des idées de médecins influents plus récents (Asclépiade de Bithynie, Athénée d’Attalia) sont autant de morceaux de bravoure dans un ouvrage qui se veut une mise au point sur la nature des éléments, des qualités essentielles et des humeurs, et de leurs relations ontologiques. Plus qu’une simple défense d’Hippocrate donc, le De elementis est une sorte de profession de foi en faveur de la théorie des quatre humeurs. C’est en raison de cette thèse, et de l’efficacité avec laquelle Galien la défendit, que le traité de la Nature de l’homme d’Hippocrate devint, pour la postérité, l’œuvre archétypale du médecin de Cos, et que la théorie des quatre humeurs, en retour, devint durablement la norme en médecine, puisque défendue par Hippocrate et Galien.

  • 3 De Lacy, p. 42-43.

2On ne peut donc lire le De elementis que sous l’angle d’un projet plus large de Galien : la défense et la promotion de la théorie des quatre humeurs développée par “Hippocrate” dans la Nature de l’homme. Il s’agit donc d’une pierre parmi d’autres dans un édifice qui comprend, outre les fameux commentaires à Hippocrate (et notamment à la Nature de l’homme), les traités galéniques qui précèdent les différents volets de son grand œuvre thérapeutique : au rang de cette propédeutique médicale, le traité des Tempéraments en trois livres, par exemple, doit suivre immédiatement la lecture du De elementis (cf. Galien, De libris propriis, VI, 3), lequel occupe ainsi une place fondamentale dans la pédagogie galénique. D’autres ouvrages courts forment le reste de cet échafaudage propédeutique (De libris propriis, VI, 4‑8). Selon De Lacy, les nombreuses références à ce petit traité par Galien (dans une grosse douzaine de ses œuvres !) démontrent son attachement au De elementis3. L’efficacité du De elementis, reconnue par Galien comme par la postérité, demande à être définie. Comment la promotion de la thèse de Galien s’articule-t‑elle dans ce traité, et quels sont les moyens de persuasion employés ici ? Quel rôle ce texte joue-t‑il dans l’ensemble du projet de Galien ? Autant de questions trop ambitieuses pour ce modeste chapitre, mais auxquelles on tentera d’apporter une réponse sur la base de la forme du traité. On s’efforcera de faire apparaître les ressorts de la rhétorique dans le texte, afin de mieux situer le traité dans l’œuvre de Galien.

Entre monographie et commentaire : contenu, destinataires et objectifs

  • 4 Galien, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 10 (CMG V, 4, 1, De Lacy, vol. II, p. 492, 11 (...)

3Il faut noter tout d’abord que la nature et la fonction du De elementis ont pu évoluer, entre sa rédaction initiale, pour un ami et non pour la publication4, et le traité auquel Galien se réfère si souvent dans ses œuvres ultérieures. Selon son éditeur, Phillip De Lacy, la composition du De elementis a même pu être revisitée sur un temps relativement long. Galien lui-même fournit quelques indices sur la réception de l’ouvrage, dans le traité Sur les dogmes de Platon et Hippocrate. On s’intéressera dans ce chapitre simplement au texte définitif que nous connaissons. Mais il est utile de garder à l’esprit l’opinion de Galien. Or, l’ami auquel il destinait initialement l’ouvrage était plutôt éduqué (De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 10) : Galien regrette de n’avoir pas pensé à l’écrire pour de moins instruits que lui (ἀμαθεστέρων αὐτοῦ).

4Bien qu’il n’ait pas eu d’ambition particulière pour diffuser cet écrit au départ, Galien le range au bout du compte (dans le catalogue de ses propres œuvres) parmi ses ouvrages fondamentaux, lecture préalable aux grands ouvrages de synthèse sur la thérapeutique. C’est cela qui importe. Mais son public n’est pas immédiatement identifiable ; on peut néanmoins se risquer à y voir un ouvrage introductif à la pensée d’Hippocrate, pour des amateurs de médecine (philiatroi) ou des étudiants. Galien semble le définir comme un commentaire (ὑπόμνημα, traduit par De Lacy par « commentary » ; Galien emploie aussi le terme ἐξήγησίς, « explication », qui suppose un texte préalable comme support), mais un commentaire ne suivant pas la règle d’un commentaire exhaustif :

  • 5 Galien, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 12-13 (CMG V, 4, 1, De Lacy, vol. II, p. 492, (...)

Ἐξήγησίς ἐστι τὸ ἡμέτερον γράμμα τὸ περὶ τῶν καθ᾽ Ἱπποκράτην στοιχείων τοῦ γεγραμμένου περὶ φύσιος ἀνθρώπου. τὴν δὲ ἐξήγησιν οὐχ οὕτως ἔχει γεγονυῖαν ὡς εἰώθασιν οἱ τὰς ἐξηγήσεις γράφοντες ποιεῖσθαι καθ᾽ ἑκάστην λέξιν, ἀλλὰ τῶν συνεχόντων τὸ δόγμα μόνων ἅμα ταῖς οἰκείαις ἀποδείξεσιν ἃς εἴπερ ἐθέλεις μανθάνειν, ἐπ᾽ ἐκεῖνο μετάβηθι τὸ βιβλίον5.
Notre ouvrage Sur les éléments selon Hippocrate est une explication du traité de la Nature de l’homme. Mais j’explique le texte, contrairement à la coutume des commentateurs, non pas mot à mot, mais en retenant seulement ceux qui expriment la doctrine, avec les démonstrations qui l’accompagnent – si tu veux les découvrir, va lire ce livre.

5Le terme de « commentaire » employé par De Lacy n’est donc pas fortuit : il s’agit bien d’un ouvrage pédagogique, destiné à éclairer un ouvrage particulier, le traité de la Nature de l’homme d’Hippocrate. S’il n’a pas la forme d’un commentaire lemmatique, qui commente les passages ou les phrases un par un, au long cours (exercice auquel Galien s’est livré par ailleurs sur le même texte !), il en a l’ambition et le propos. Simplement, le destinataire initial, probablement un ami partageant l’éducation privilégiée de l’auteur, ne correspondait pas au public plus large ensuite envisagé par Galien, et le texte manquait de clarté (σαφέστερον μὲν ἂν ἐγέγραπτο) : poussé par la nécessité (le traité, dans son premier état, se mit à circuler malgré lui), Galien rectifie la forme de l’ouvrage initial.

6C’est bien autour de l’enseignement d’Hippocrate que tourne le propos de Galien ; de multiples occurrences de termes de la famille du verbe διδάσκειν, « enseigner », émaillent le traité (διδάσκειν, VI, 17 ; IX, 8 ; IX, 32, mais aussi διδασκαλία, VI, 6 ; διδάσκαλος, VI, 17). Comme on le verra aussi, une recherche explicite de la clarté, voire de la révélation, anime le commentaire galénique. Galien précise néanmoins par ailleurs en quoi ce texte en complète d’autres :

  • 6 Galien, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 10 (CMG V, 4, 1, De Lacy, vol. II, p. 492, 11 (...)

Ἀποδείξεις δὲ τούτων οὐ δέομαι γράφειν ἐνταῦθα φθάσαντος γραφῆναι ὑπομνήματος ἑτέρωθι περὶ τῶν καθ᾽ Ἱπποκράτην στοιχείων ὃ σαφέστερον μὲν ἂν ἐγέγραπτο, καθάπερ καὶ ἄλλα πολλά, μὴ πρὸς μόνον ἀποβλέποντι τὸν λαμβάνοντά μου τὸ βιβλίον, ἀλλ᾽ ὡς καὶ τῶν ἀμαθεστέρων ἐκείνου μελλόντων ὁμιλήσειν αὐτῷ6.
Je n’ai pas besoin de transcrire ici ces démonstrations, puisque j’ai déjà écrit ailleurs dans un livre Sur les éléments selon Hippocrate, livre que j’aurais pu écrire avec plus de clarté, comme beaucoup d’autres, en ayant en vue non pas seulement le destinataire de mon livre, mais aussi de moins savants que lui.

  • 7 Galien, In Hippocratis de natura hominis, I, proem. (CMG V, 9, 1, p. 3, 14-19).

7Ici, Galien poursuit en expliquant qu’il n’était pas question pour lui de récrire son ouvrage, et que tous les points sont finalement couverts sur plusieurs textes (dont le Sur les dogmes d’Hippocrate et de Platon). Plus tard, en préambule de son véritable commentaire à la Nature de l’homme (texte grec édité par Mewaldt, CMG V, 9, 1), Galien dira avoir cédé à la demande de ses élèves, afin de couvrir en intégralité le traité hippocratique7. Mais cela ne retire rien à la valeur pédagogique du De elementis, ni à son importance dans l’édifice médical de Galien, comme le montre le témoignage du Sur ses propres livres cité plus haut.

8Si Galien semble déplorer quelque défaut dans le De elementis, en tout cas dans sa forme initiale, le style de l’ouvrage démontre plutôt un souci réel de clarté (σαφήνεια) de la part de Galien, et le fait qu’il continue de s’y référer et d’y renvoyer ses lecteurs, un certain niveau de satisfaction d’auteur.

Clarté et démonstration

9De fait, Galien a composé un exposé simple et clair, dont les deux grandes parties (I‑IX et X‑XIV) sont explicitement données en VIII, 15 :

Τίνες δ᾽ εἰσὶν οὗτοι καὶ πόσοι, ζητοῦσιν ἡμῖν ὁ δεύτερος λόγος εἰς τοῦτ᾽ ἀποκείσεται, νυνὶ δὲ κεφαλὴν ἐπιθεῖναι τῷ προτέρῳ λόγῳ πειραθῶμεν.
Mais quelles sont-elles [sc. les humeurs], et au nombre de combien, c’est une investigation que nous gardons pour le second livre ; pour l’instant, essayons toujours de clôturer le premier livre.

10La première partie, qui est aussi la plus longue, donne lieu à une ample conclusion occupant en réalité l’intégralité du chapitre IX ; celle-ci constitue une importante transition entre les deux parties et martèle les analyses proposées par Galien. Résumant les positions d’Hippocrate, qu’il situe dans un contexte intellectuel plus large allant des philosophes dits présocratiques à Aristote puis Asclépiade, Galien distribue également le blâme (μέμψασθαι) à ceux qui n’ont pas compris la leçon d’Hippocrate (c’est-à‑dire, dans le fond, la sienne) : au premier rang de ces cancres figure Asclépiade de Bithynie (IX, 21). Il est possible que tout ce développement récapitulatif fasse justement partie des ajustements opérés, semble-t‑il, par Galien lors du remaniement du De elementis. Galien y répète et précise les points qu’il souhaite voir son lecteur retenir.

11Au-delà de la composition, la recherche de la clarté est manifeste et explicite tout au long du traité – le champ lexical de la clarté (ὑπὲρ σαφηνείας, III, 9 ; σαφῶς, II, 46 ; III, 49, etc.) est relayé par celui de l’explication et du dévoilement, et notamment par les nombreux composés du verbe δεικνύναι (ἐπιδεικνύναι, ἐνδεικνύναι, ἀποδεικνύναι…), ou encore les occurrences assez nombreuses de l’adjectif δῆλος. La démonstration se veut donc habillée d’évidence ; conformément à la méthode habituelle de Galien, elle n’est pas sans recours à la répétition, soulignée par des renvois internes du type ὡς εἵρηται (II, 43) et ses multiples variantes. Elle est aussi relayée par le rôle des particules, entre autres la particule ἄρα dans sa nuance démonstrative (au sens de « donc », dans le syllogisme : par ex. en III, 43 et IV, 12). L’extrême variété des particules employées (relevées en partie par De Lacy dans son index) montre du reste un sens aigu de la nuance et une volonté de précision. L’accumulation des explications, parfois en incise, ne cesse d’appuyer le propos de Galien, afin d’éliminer toute équivocité. Ainsi, en II, 22‑23, à propos de l’expérience de la douleur, Galien introduit une explication supplémentaire, sur la base de nouveaux exemples, afin de ne pas laisser sur le carreau de sa démonstration ceux qui n’ont pas reçu de formation logique (πρὸς τὸ μὴ γεγυμνάσθαι τὸν λογισμὸν). La stratégie pédagogique observée au chapitre IX est donc visible en tout point du traité : éviter absolument le doute ou les mauvaises interprétations, en explicitant au maximum non seulement le propos d’Hippocrate, mais aussi celui de Galien. Le public visé est constitué autant de ceux qui manquent d’outils conceptuels pour lire et comprendre Hippocrate seuls, que de ceux qui ont eu la chance de recevoir la formation adéquate (τοῖς ἐν λογικῇ θεωρίᾳ γεγυμνασμένοις, De elementis, II, 22). En d’autres termes, Galien s’adresse non seulement aux lecteurs de la trempe du destinataire initial du texte, mais aussi à des lecteurs intéressés par le sujet mais moins affûtés : son témoignage au cœur du De elementis rejoint ici clairement ce qu’il a dit dans le traité Sur les dogmes d’Hippocrate et de Platon. Il est indéniable qu’il ait recherché une approche pédagogique.

12La prose de Galien dans le De elementis est donc une prose didactique, ce qui renforce la perception initiale d’un ouvrage pour étudiants relativement avancés. D’un texte confidentiel destiné à un lecteur choisi, Galien a fait un véritable manuel du lecteur d’Hippocrate. On y trouve d’emblée les qualités d’exposition que Galien manifestera dans l’ensemble de ses œuvres ; on y trouve aussi déjà sa propension à mêler démonstration et persuasion.

Stratégies argumentatives et rhétorique

13L’ambition démonstrative de Galien apparaît à chaque phrase, mais son argumentation repose sur plus que des syllogismes. Les stratégies de Galien sont complexes et relèvent autant de la rhétorique que de la simple logique. Dans le De elementis se mêlent démonstration et réfutation, ironie et indignation, questions oratoires, figures et prosodie travaillée, pour produire un texte destiné à faire impression sur le lecteur. Dans un commentaire « light » qui ne retient que les citations du texte original les plus essentielles pour analyser la doctrine d’Hippocrate, comme il l’a expliqué lui-même, Galien a d’autant plus de liberté pour articuler son texte d’une manière homogène, mais aussi variée, tout en contrastes.

  • 8 Voir mes remarques dans « Galien et le discours de la méthode : rhétorique(s) médicale(s) à l’époqu (...)
  • 9 Sur le style des ouvrages pour débutants, voir mon édition : Galien, Œuvres. III, Le Médecin. Intro (...)

14L’aspect dialogique du traité illustre la vivacité de la prose de Galien : comme dans un texte destiné à être lu à haute voix (ce qu’il était certainement !) ou adressé à un véritable auditoire, le De elementis fait la part belle au discours. La première personne y est d’une importance remarquable, et avec elle la seconde, sous la forme d’adresses au destinataire ou bien à ses adversaires fictifs. Les occurrences multiples de la première personne (sous forme de verbes, mais aussi de pronoms personnels et possessifs) ont été relevées avec précision par De Lacy dans son index (s.v. Γαληνός). Le jeu de dialogue instauré par l’emploi de la première personne donne par nature une couleur très rhétorique au texte8. Mais les indices de dialogisme sont bien plus diffus : dans ce traité comme dans tous les autres, on relève irruption du présent dans une narration au passé (en fait ici sous la forme du style direct au sein du récit, en VI, 16‑26), expressions méta-discursives (telles que les multiples renvois déjà évoqués, prolepses), verbes qui indiquent une évaluation subjective (μεμψάσθαι, δοκεῖ μοι), irruption de questions et d’injonctions, et toutes sortes d’éléments d’interaction tels que jurons, vocatif, interjections. Il serait fastidieux de passer en revue tous ces éléments, mais ils contribuent tout naturellement aux stratégies de persuasion que l’on trouve dans l’ensemble de l’œuvre galénique, et à la perspective didactique de Galien dans ce texte en particulier. Il convient de s’arrêter sur ce point, car les textes antiques à vocation purement pédagogique (manuels, commentaires, sommaires…) se signalent par des caractéristiques stylistiques tout à fait opposées à ce que nous montre Galien ici. En fait, ils se définissent bien plutôt par l’absence d’éléments dialogiques : la troisième personne est de mise, non la première et la seconde ; on y trouve une syntaxe volontiers simple et répétitive, un vocabulaire facile d’accès9.

  • 10 Récemment traduit et commenté par James Wilberding.

15Si le traité De elementis est ainsi destiné à des débutants ou à de simples amateurs, il faut souligner qu’il s’adresse à un public choisi ; Galien se détourne sciemment d’un public purement technique pour s’adresser à des lecteurs et auditeurs capables d’apprécier une dissertation sur les éléments fondamentaux (sujet dont se sont prioritairement occupés, comme le souligne Galien à plusieurs reprises, des φυσικοὶ, des spécialistes de philosophie naturelle) et la discussion détaillée des opinions d’auteurs tels qu’Aristote ou Asclépiade. Le « public choisi », s’il faut le définir plus précisément, est donc tout simplement un public frotté de philosophie : ici, Galien semble se rapprocher des textes écrits par Sextus Empiricus (Contre les professeurs) ou Porphyre (par exemple dans l’Ad Gaurum, longtemps attribué à Galien10). La même dimension polémique explique, chez ces auteurs, le recours à des stratégies de persuasion complexes, rhétoriques autant que dialectiques (une opposition dont le sens est très relatif dans la philosophie antique !). Le style du De elementis est donc au cœur de la problématique du positionnement personnel de Galien en tant que médecin et philosophe : spécialiste de médecine, il ne compte pas s’enfermer dans un domaine (et, on peut le présumer, un milieu) de praticiens. Fort d’une éducation exceptionnelle, connaisseur et pourfendeur de toutes les écoles philosophiques, Galien entend enseigner la médecine sur des bases exigeantes, telles que l’excellence en logique et la culture philosophique. Le désir de Galien de toucher un public plus large que le destinataire initial de cet ouvrage est donc tout relatif : Galien demeure consciemment dans les limites d’un cercle particulièrement exigeant et privilégié. Si Rome, par son statut de capitale et le rôle primordial de la culture grecque dans ses élites, lui fournit en nombre suffisant les lecteurs dont il rêve, il ne s’agit pas pour autant d’une œuvre « démocratique », destinée à un large public médical. Le style de Galien, dans le De elementis, porte le sceau de son excellence, mais aussi de son ambition : atteindre, par ses écrits, la classe dirigeante de Rome.

16Mais revenons au style du De elementis. Un des points culminants du traité, du point de vue rhétorique, est le chapitre VI, dans lequel Galien raconte un épisode cocasse de ses années de formation. Le récit de Galien est amené avec soin par son auteur (et protagoniste), au cours d’une tirade contre Athénée et les autres médecins. Galien entend montrer qu’il est nécessaire d’avoir une bonne formation en logique pour comprendre la doctrine des éléments, une démonstration par l’exemple de la stupidité d’un ancien professeur.

  • 11 Galien, De elementis, VI, 1-15 (De Lacy, p. 103-104).

17Le récit n’arrive pas soudainement, mais après une certaine préparation : au fil des paragraphes qui précèdent, le ton de Galien se fait plus véhément. Le chapitre VI s’ouvre sur une critique de l’ambiguïté assumée des sectateurs d’Athénée d’Attalia, qui refusent d’approfondir les relations entre les quatre éléments et les qualités fondamentales sous prétexte qu’il s’agit d’un sujet externe à la médecine11. Ni Athénée, ni aucun autre après lui n’a réussi à dominer l’ensemble de la théorie médicale :

  • 12 Galien, De elementis, VI, 2-3 (De Lacy, p. 103).

Καίτοι σχεδὸν οὐδεὶς τῶν νεωτέρων ἰατρῶν οὕτως ἅπαντα τὸν κατὰ τὴν ἰατρικὴν τέχνην ἐξειργάσατο λόγον ὡς ὁ Ἀθήναιος· ἀλλ᾽ ὅμως κἀκεῖνος ἁμαρτάνων φαίνεται καὶ ταῦτα καὶ ἄλλα πάμπολλα καὶ οἱ λοιποὶ πάντες. οὐδένα γὰρ οἶδα τὴν παλαιὰν ἰατρικὴν ἀκριβῶς μεταχειρισάμενον οὐδ᾽ ἐξεργασάμενόν τε καὶ τελεώσαντα τὰς ὑπ᾽ ἐκείνων ἡμῖν παραδοθείσας μεθόδους12.
Or nul des médecins modernes ou presque n’a traité de fond en comble la théorie de la médecine dans son ensemble comme Athénée ; mais même lui a manifestement commis des erreurs, dans ce domaine comme dans tous les autres, et les autres médecins aussi. Car je ne connais personne qui ait acquis la connaissance parfaite de la médecine ancienne, ni qui ait approfondi et amélioré les méthodes que les Anciens nous ont transmises.

  • 13 Galien, De methodo medendi, IX, 9 (Loeb, vol. II, p. 498-500 [= X, 633 K]). Voir mon analyse dans G (...)

18Cette affirmation contraste naturellement avec le portrait que Galien fait de lui-même ailleurs, dans le traité de la Méthode thérapeutique, où il se présente comme le Trajan de la médecine, l’auteur d’un réseau amélioré de « voies » de la médecine, complétées et réparées par ses soins, sur le modèle des voies romaines améliorées par l’empereur13. Ce que nul autre médecin avant lui n’a réussi, Galien l’a fait. Le jeu de contraste et d’écho entre le De elementis et sa critique d’Athénée et de ses successeurs d’une part, et le traité de la Méthode thérapeutique et la promotion de sa propre méthode d’autre part, ne saurait être fortuit. La démolition d’Athénée est d’ailleurs une constante de l’œuvre galénique, comme l’étape nécessaire à sa propre apothéose. Galien, semble-t‑il, s’anime à cette pensée, il multiplie alors les questions oratoires et accélère le rythme de sa prose pour mieux faire éclater son indignation :

  • 14 Galien, De elementis, VI, 11-15 (De Lacy, p. 105).

Τὸ μὲν οὖν ὥσπερ ζῴου τῆς ἰατρικῆς τέχνης ὑποθέσθαι στοιχεῖα τὸ θερμὸν καὶ τὸ ψυχρὸν καὶ τὸ ξηρὸν καὶ τὸ ὑγρὸν ὅσης ἀλογίας ἔχεται, τί ἂν ἐγὼ νῦν ἐπεξίοιμι; κεκωμῴδηται γὰρ | ὑπὸ πολλῶν ἤδη τὸ δόγμα καὶ ψόγον καὶ καταγέλωτ᾽ οὐ σμικρὸν ἔτι τε πρὸς τούτοις ἀπιστίαν οὐκ ὀλίγην τῷ παλαιῷ προσετρίψατο λόγῳ· τίς γὰρ ἂν μᾶλλον αὐτὸν προὔδωκεν ἢ ὁ μήτ᾽ ἀπόδειξιν φάσκων ἔχειν τὰ στοιχεῖα διὰ τὴν ἐνάργειαν ἀξιῶν τε ταὐτὰ τῆς ἰατρικῆς καὶ τῶν ζῴων ὑποτίθεσθαι στοιχεῖα; τὸ δὲ φοβούμενον εἰπεῖν ὕδωρ καὶ γῆν καὶ ἀέρα καὶ πῦρ ὑγρὸν καὶ ξηρὸν καὶ ψυχρὸν καὶ θερμὸν ὀνομάζειν ὅτι μηδὲν ἄλλ᾽ ἐστὶν ἢ ἀναισθήτως ἔχειν ὁμωνυμίας, ἐγώ μοι δοκῶ δείξειν, οὐχ ἵν᾽ Ἀθήναιον ἐλέγξαιμι σφαλλόμενον, ἀλλ᾽ ἵν᾽ ὁμοίως ἐκείνῳ τοὺς λοιποὺς ἁμαρτάνειν κωλύσαιμι.
De fait, postuler que le chaud, le froid, le sec et l’humide sont des éléments de la médecine comme si c’était un être vivant est complètement illogique, pourquoi devrais-je pour ma part y insister maintenant ? Cette doctrine a déjà été raillée par beaucoup et ce n’est pas peu de blâmes, de moqueries et en outre pas une faible défiance qu’il a attirés sur l’ancienne théorie. Qui en effet aurait pu davantage la trahir que celui qui prétend que les éléments n’ont pas de preuve démontrable parce qu’ils sont évidents, et qui postule que les éléments de la médecine et des êtres vivants sont les mêmes ? Dans la crainte de dire feu, eau, air et terre, nommer les éléments chaud, froid, sec et humide, ce n’est rien d’autre que d’être insensible à l’homonymie, c’est ce que j’entends démontrer, non pas tant pour réfuter Athénée, mais afin d’empêcher ceux qui viennent après lui de commettre la même erreur14.

  • 15 Galien manque d’en venir aux mains avec un auditeur qui l’accuse de se réfugier dans des sophismes (...)
  • 16 Ibid.

19Le vocabulaire de Galien est sans équivoque : la position d’Athénée (adoptée par beaucoup de médecins) est non seulement intenable, mais ridicule (κεκωμῴδηται, ψόγον καὶ καταγέλωτ᾽ οὐ σμικρὸν). Le sarcasme est un ressort important des réfutations galéniques ; tout en se défendant de contribuer à un débat déjà réglé, Galien va pourtant fournir un récit destiné à couler définitivement la doctrine d’Athénée (la prétérition figure donc aussi parmi les stratégies galéniques). La succession des questions, manifestation primaire de l’agacement de Galien, aboutit au véritable problème qu’est l’homonymie (ὁμωνυμία, que De Lacy traduit par « ambiguity »). Le thème de l’homonymie est récurrent dans les histoires de Galien, dont les prétentions à la logique ne faisaient pas l’unanimité. Les sujets polémiques de son temps, comme le pouls, se prêtaient particulièrement à ce genre de discussion : or il est piquant que Galien, de son propre aveu, ait été mis en difficulté sur ce même terrain de l’homonymie, suscitant chez un membre de l’assistance un agacement similaire à celui de son ancien maître, alors lui-même dans la posture professorale, s’adressant à un public nombreux15. Mais dans le récit du De elementis, Galien est en position de force (son adversaire étant absent), et l’épisode de son accrochage avec un de ses professeurs, alors qu’il était encore étudiant (VI, 16‑23), lui permet de parachever sa démonstration. La vivacité des paragraphes qui précèdent n’a d’égale que l’échange enlevé rapporté au style direct entre Galien et son professeur. Galien a en quelque sorte annoncé la couleur en parlant quelques lignes plus haut de « comédie » (κεκωμῴδηται), car le conte du professeur incapable de répondre aux questions du jeune Galien exploite le ressort comique du renversement des rôles : les questions de Galien prennent son maître en défaut, causant un agacement croissant. D’abord plein d’empressement à répondre (μάλα ἑτοίμως ἀπεκρίνατο, VI, 19), le professeur se révèle troublé (ταραττόμενος ἤδη καὶ μῆ καθὼς πρόσθεν ἑτοίμως ἀποκρινόμενος, VI, 20), puis il est parfaitement en colère (ὀργιζόμενος τε ἤδη καὶ ταραττόμενος, VI, 23). La répétition des mêmes participes avec ἤδη souligne la gradation dans le texte et l’accélération de l’intensité de l’échange. L’insistance de Galien sur le « trouble » du professeur culmine avec la fin de non-recevoir cinglante que le maître adresse à la cantonade : Galien est décrit avec mépris comme « nourri à la dialectique et atteint de la gale qui en résulte » (τραφεὶς ἐν διαλεκτικῇ καὶ τῆς ἐκεῖθεν ἀναπλησθεὶς ψώρας, VI, 25). Restant à sa place, Galien décide de se tenir coi sur le moment – en revanche, les interlocuteurs impuissants à soutenir la démarche dialectique servent durablement de repoussoir dans les écrits de Galien, devenu un médecin en vue16.

  • 17 De Lacy, p. 189 : « This dialogue is no doubt intended to be Socratic, not only in that Galen asks (...)
  • 18 Comme le remarque C. Garnaud, ouvr. cit. n. 1, p. 23 : « Ce récit autobiographique, qui intervient (...)
  • 19 Galien, De semine, I, 4 (CMG V, 3, 1, De Lacy, p. 76).
  • 20 R. Rosen, « Socratism in Galen’s Psychological Works », dans Antike Medizin im Schnittpunkt von Gei (...)

20Naturellement, l’arrière-plan de ce récit astucieux évoque la figure de Socrate et les dialogues de Platon : De Lacy souligne avec finesse les traits saillants de cette quasi-parodie de dialogue socratique17. Le rôle du récit dans la démonstration n’est pas anodin : il contribue à disqualifier l’argument de ses prédécesseurs, et en particulier Athénée. Il met aussi en lumière le rôle de la logique dans la méthode de Galien, un des enjeux principaux de sa conception de la médecine et de son enseignement. Mais le récit soigné, ciselé même par Galien a également une fonction divertissante et constitue une pause dans l’aride prose démonstrative qu’il cherche par tous les moyens à rendre vivante, attractive18. Ce n’est pas un hasard si Galien loue par ailleurs la capacité d’Hippocrate à distraire son lecteur au moyen de récits plaisants19. Du reste, la place du modèle socratique dans les récits de Galien est bien établie20. Il convient donc, pour conclure, de revenir sur le rôle éminent de la rhétorique dans l’argumentation du De elementis et plus largement dans l’œuvre de Galien : l’écriture de Galien se joue des attentes du commentaire qu’il prend ici pour point de référence.

Conclusion

  • 21 Cf. R. Chiaradonna, « Galen on What is Persuasive (pithanon) and What Approximates to Truth », dans (...)

21Le passage précédent et les divers récits qui s’y rattachent invitent à examiner le rôle du discours sur soi chez Galien. L’une des fonctions de ces récits impliquant des joutes oratoires est naturellement l’auto-caractérisation et, par suite, l’auto-promotion, dont les divers ressorts jouent à plein dans des traités plus aboutis, en tout cas plus ouvertement auto-promotionnels, comme le Sur le pronostic (CMG V, 8, 1, Nutton). Personnage socratique, donc en position de supériorité intellectuelle, Galien tourne aussi en dérision les insuffisances de ses adversaires – jouant sur le registre comique. Il fait ainsi preuve de maestria rhétorique. En quoi cela joue-t‑il un rôle dans la thèse présentée par Galien dans le De elementis ? Tout simplement, Galien sait qu’il ne peut fournir une démonstration en bonne et due forme sur tous les aspects de sa méthode, y compris sur la théorie des éléments. Le recours discret à la notion de « plausible » (πιθανόν, XI, 2) n’est pas anodin : il évoque les compromis fréquents de Galien avec le vrai et le certain21.

22Ouvrage à vocation didactique, le De elementis joue sur la persuasion autant que sur la démonstration. En cela, il est parfaitement représentatif des stratégies argumentatives principales de Galien : on les retrouve dans presque toutes les parties de son œuvre. Mais est-il possible d’effectuer des regroupements plus précis parmi les textes de Galien ? Il est rare que ce dernier se conforme à un type de texte donné ; au contraire, Galien se plaît à combiner les genres et les méthodes, de manière à toujours surprendre le lecteur et, on peut le supposer, à multiplier les chances de le convaincre : car la médecine, domaine pratique, ne se prête que partiellement aux outils de la dialectique qu’il aime à mettre en avant. Homme d’expérience, nourri aux mamelles de l’empirisme tout autant que de la dialectique, n’en déplaise au maître courroucé du De elementis, Galien, sans jamais remettre en cause le rôle de l’expérience dans son savoir, parvient à créer un univers démonstratif complexe, conçu pour des lecteurs partageant sa culture philosophique et littéraire considérable (paideia) autant que sa maîtrise des textes médicaux. Dans l’océan des textes galéniques, bien des ouvrages ont une dimension didactique : les traités spécialisés, les introductions pour débutants, les commentaires, et donc les ouvrages qui relèvent du commentaire sans s’y fondre exactement, du type du De elementis. La spécificité de ce genre (nouveau ?) est de reprendre les outils du commentaire sans en avoir la lourdeur : une sélection du texte d’origine sert à établir et défendre une thèse (en l’occurrence la théorie des quatre humeurs développée dans le traité hippocratique de la Nature de l’homme). Ce point de départ simple permet à Galien, au moyen d’arguments variés, d’exposer sa propre conception de la médecine dans une prose efficace, sous une forme relativement ramassée (toujours par rapport au commentaire « normal »). On pourrait rapprocher le De elementis du traité De ptisana, qui lui aussi fait pendant au commentaire au traité du même nom d’Hippocrate. Un même sujet, un même texte classique, peut donc être exploré de manières différentes. Mais à quelle(s) fin(s) ? On peut s’interroger sur la fonction exacte de ces textes : ne sont-ils destinés qu’à instruire ? Ne sont-ils qu’une simple variation sur le commentaire qui leur correspond ? Ou bien peuvent-ils aussi se lire comme des ouvrages destinés à attirer l’attention du public, dans la Rome compétitive des Antonins ? Comme les conférences publiques de Galien parfois transformées en livres (par ex. le De semine), ces textes ciselés devaient exercer un certain attrait sur les élites cultivées de Rome et non pas seulement sur de bons élèves cherchant à perfectionner leur compréhension de la médecine. Il se peut donc que le De elementis, sous la forme retravaillée qui nous est parvenue, ait servi à créer ou nourrir le prestige naissant de Galien alors qu’il cherchait à se faire une réputation dans la bonne société romaine.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Galeni De elementis ex Hippocratis sententia, éd. Ph. De Lacy, Berlin, Akademie Verl., CMG V, 1, 2, 1996. On trouvera une traduction française partielle par le séminaire « κοινῶς | koinôs » (Lyon) en ligne : <https://koinos.hypotheses.org/galien-de-elementis-traduction> ; également une traduction française par Cyril Garnaud, dans Traduction et commentaire de Les Éléments d’après Hippocrate de Galien, Mémoire de maîtrise sous la dir. de J. Jouanna, Paris IV-Sorbonne, 1998. Les traductions fournies dans le présent chapitre sont personnelles.

2 De Lacy, p. 43 ; K. Bardong, Beiträge zur Hippokrates‑ und Galenforschung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen. Phil.-hist. Kl. 7, 1942, p. 633.

3 De Lacy, p. 42-43.

4 Galien, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 10 (CMG V, 4, 1, De Lacy, vol. II, p. 492, 11-15) ; Galien, In Hippocratis de natura hominis, I, proem. (CMG V, 9, 1, p. 3, 4-10).

5 Galien, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 12-13 (CMG V, 4, 1, De Lacy, vol. II, p. 492, 25-30).

6 Galien, De placitis Hippocratis et Platonis, VIII, 2, 10 (CMG V, 4, 1, De Lacy, vol. II, p. 492, 11-15).

7 Galien, In Hippocratis de natura hominis, I, proem. (CMG V, 9, 1, p. 3, 14-19).

8 Voir mes remarques dans « Galien et le discours de la méthode : rhétorique(s) médicale(s) à l’époque romaine », dans La rhétorique médicale à travers les siècles, J. Coste, D. Jacquard et J. Pigeaud (éds), Genève, Droz, 2012, p. 49-76, en particulier p. 58-63.

9 Sur le style des ouvrages pour débutants, voir mon édition : Galien, Œuvres. III, Le Médecin. Introduction, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2009, notice p. xv-xxi. Voir aussi M. Asper, « Zu Struktur und Funktion eisagogischer Texte », dans Gattungen wissenschaftlicher Literatur in der Antike, W. Kullmann, J. Altho et M. Asper (éds), Tübingen, G. Narr, 1995, p. 309-340.

10 Récemment traduit et commenté par James Wilberding.

11 Galien, De elementis, VI, 1-15 (De Lacy, p. 103-104).

12 Galien, De elementis, VI, 2-3 (De Lacy, p. 103).

13 Galien, De methodo medendi, IX, 9 (Loeb, vol. II, p. 498-500 [= X, 633 K]). Voir mon analyse dans Galien de Pergame ou la rhétorique de la Providence. Médecine, littérature et pouvoir à Rome (à paraître).

14 Galien, De elementis, VI, 11-15 (De Lacy, p. 105).

15 Galien manque d’en venir aux mains avec un auditeur qui l’accuse de se réfugier dans des sophismes dialectiques pour mieux éviter de fournir la définition d’un pouls « plein » : Galien, De pulsuum differentiis, II, 3 (VIII, 572-573 K). Cf. Galien de Pergame. Souvenirs d’un médecin, éd. P. Moraux, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 86-87.

16 Ibid.

17 De Lacy, p. 189 : « This dialogue is no doubt intended to be Socratic, not only in that Galen asks the respondent to define a term, but also in such features as the initial readiness of the respondent to answer and subsequent reluctance, his confusion and anger, his question, “why is this important to you?”, his turning to those present to complain of Galen, and his accusing Galen of sophistry. Platonic also are Galen’s subsequent reflection and amazement at Atheneaus’ failure to perceive his error. » De Lacy rapproche judicieusement ce texte d’un autre récit concernant des Hérophiléens de mauvaise foi, De plenitudine, 3 (VII, 526 K).

18 Comme le remarque C. Garnaud, ouvr. cit. n. 1, p. 23 : « Ce récit autobiographique, qui intervient exactement à la moitié du traité, comme pour détendre et divertir le lecteur, a la même valeur qu’un mythe dans un dialogue platonicien : Galien, après avoir usé des armes du discours rationnel, a soudain recours, pour mieux marquer les esprits et emporter irrémédiablement l’adhésion, au pouvoir évocateur du récit, pouvoir d’autant plus percutant qu’il s’adjoint la violence de la charge satirique inhérente au parti pris de comédie, mais aussi à un réel pastiche de Platon. »

19 Galien, De semine, I, 4 (CMG V, 3, 1, De Lacy, p. 76).

20 R. Rosen, « Socratism in Galen’s Psychological Works », dans Antike Medizin im Schnittpunkt von Geistes‑ und Naturwissenschaften, C. Brockmann, W. Brunschön et O. Overwien (éds), Berlin, De Gruyter, Beiträge zur Altertumskunde 255, 2009, p. 155-171.

21 Cf. R. Chiaradonna, « Galen on What is Persuasive (pithanon) and What Approximates to Truth », dans Philosophical Themes in Galen, P. Adamson, R. Hansberger et J. Wilberding (éds), Londres, Institute of Classical Studies, University of London, BICS. Suppl. 114, 2014, p. 61-88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Petit, « Rhétorique et médecine : le De elementis ex Hippocratis sententia de Galien », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 02 novembre 2017, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1945 ; DOI : 10.4000/aitia.1945

Haut de page

Auteur

Caroline Petit

University of Warwick

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page