Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Anne Bielman Sanchez, Isabelle Cogitore et Anne Kolb (dir.), Femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome (iiie siècle avant J.‑C. - ier siècle après J.‑C.)

Grenoble, ELLUG, Des Princes, 2016. ISBN : 978-2-84310-327-8
Nadège Wolff

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé Femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome (iiie siècle avant J.‑C. - ier siècle après J.‑C.), publié sous la direction d’Anne Bielman Sanchez, Isabelle Cogitore et Anne Kolb, est le résultat fructueux de deux tables rondes : l’une s’est tenue à Grenoble en janvier 2014, l’autre à Lausanne en juin de la même année. Ces tables rondes ont rassemblé des spécialistes de deux civilisations à la fois proches et lointaines, le monde hellénistique et le monde romain, pour interroger la place des femmes dans l’exercice du pouvoir, place qui ne saurait être directe, d’où le choix du terme d’« influence » pour donner une couleur générale à l’implication féminine – qu’elle soit passive ou active – dans le domaine politique.

2Les études s’appuient sur des documents épigraphiques et numismatiques, mais aussi sur des sources littéraires qui demandent de plus grandes précautions interprétatives dans la mesure où elles sont souvent le lieu de construction de stéréotypes moraux parfois éloignés de la situation politique réelle. Les intervenants ont choisi d’envisager des cas particuliers en présentant des figures féminines individuelles (Apamé, Hortensia) ou des catégories de femmes d’influence (épouses, filles, sœurs d’un personnage masculin au pouvoir). La consultation de l’ouvrage est aisée, car les deux parties qui le constituent correspondent aux thématiques abordées lors des tables rondes, et sont l’une comme l’autre précédées d’une introduction et suivies d’une conclusion, ce qui permet une lecture claire et synthétique.

3La première partie s’intéresse aux atouts de la réussite féminine, qu’ils soient passifs (qualités héritées) ou actifs (compétences acquises). Situées au cœur des réseaux de pouvoir, ces femmes influentes trouvent leurs plus sûrs atouts dans leur place au sein d’une parenté prestigieuse, surtout dans le cadre des politiques dynastiques où elles sont des vectrices de légitimité. Des honneurs et des titres peuvent leur être ponctuellement accordés, leur ouvrant un champ d’action économique ou politique limité mais bien réel.

4Marie Widmer se concentre ainsi sur le cas d’Apamé (p. 17‑33), reine de sang perse à l’origine de la dynastie séleucide, première épouse de Séleucos, qui contracta cette alliance lors des noces de Suse. Elle est d’ailleurs la seule femme de diadoque épousée lors de ces noces à avoir été élevée au rang de reine et à avoir participé à la fondation d’un royaume hellénistique. Ce statut exceptionnel appelait semble-t‑il des honneurs particuliers : Séleucos fit nommer trois cités du nom d’Apamé, et Antiochos, leur fils, en fit nommer une quatrième du nom de sa mère. L’influence de cette reine s’inscrit dans l’espace géographique comme politique. Un document épigraphique, le décret des Milésiens de 299 émanant du synèdre proséleucide Démodamas, exprime également la reconnaissance de la cité de Milet envers les actions évergétiques de la reine qui aurait soutenu l’effort de guerre en faisant distribuer des rations de nourriture supplémentaires aux soldats milésiens. Le décret salue également l’influence d’Apamé sur son fils Antiochos : la souveraine lui aurait suggéré de construire un portique pour agrandir le sanctuaire. Des traces de la reine Apamé (notamment son nom inscrit sur une base de statue) se trouvent enfin dans le sanctuaire oraculaire stratégique de Didymes, achevant de consacrer la place de partenaire essentielle dans la fondation du pouvoir séleucide qu’occupait Apamé, qui fut explicitement désignée comme vectrice de légitimité, et ce même après le remariage de Séleucos sur le tard avec Stratonice.

5Toujours dans le domaine hellénistique, Monica D’Agostini envisage le cas des reines Bérénice et Laodice (p. 35‑59), toutes deux veuves du roi Antiochos II, appelées à jouer un rôle déterminant durant la période de vacance du pouvoir suite à la troisième guerre de Syrie (246‑245). L’étude s’appuie entre autres sur le récit qu’en fait l’historien Phylarque, ennemi de Polybe, qui semblait prendre plaisir à raconter le destin quelque peu sulfureux de figures féminines : Laodice aurait en effet assassiné Antiochos II, comme le rapporte entre autres le Papyrus de Gourob. Dès lors, après la mort du basileus, les basilissai sortent de l’ombre et passent au premier plan. Le royaume est alors divisé en deux fronts : Laodice poursuit ses menées à Éphèse, tandis que Bérénice fédère autour d’elle la cité d’Antioche. Si Laodice est présentée sous les traits d’une black widow prête à toutes les manipulations politiques pour faire monter son fils sur le trône et préserver sa légitimité, Bérénice a droit à un traitement plus avantageux : elle endosse un véritable rôle militaire et économique. Elle finance par exemple une flotte pour détourner le trésor d’une cité initialement destiné à sa rivale Laodice. Le cas de ces deux souveraines hellénistiques montre donc clairement que le veuvage est synonyme d’émancipation féminine, une émancipation qui est cependant plutôt perçue comme une menace de désordre politique par des auteurs masculins souvent prompts à souligner la malignité féminine, érigée en stéréotype moral.

6La communication de Jens Bartels s’intéresse à l’image littéraire des filles de rois hellénistiques dans l’Abrégé des histoires philippiques de Justin (p. 61‑80). Les 60 occurrences dans lesquelles elles apparaissent les présentent sans surprise davantage comme objets que comme sujets de l’action : leur docilité passive envers les décisions de leur père répond à un code de conduite romain genré où la femme est placée sous la main de fer (manus) de l’homme. Le fait qu’elles soient surtout désignées comme « filles de » et non par leur nom propre est à cet égard symptomatique. La plupart du temps, elles se font marier par leur père à un homme étranger qu’il a lui-même choisi. Dans certains cas exceptionnels, c’est leur mère qui prend l’initiative du mariage et leur trouve un parti, mais cela ne saurait avoir lieu qu’en cas de veuvage, comme pour Olympias ou Cléopâtre III. Cependant, ces initiatives maternelles sont rarement considérées d’un bon œil. Les relations mère-fille sont alors systématiquement présentées comme problématiques, en inculpant bien entendu la mère et en donnant à voir des filles contraintes de choisir entre leurs parents, choix qui se fait toujours en fin de compte en faveur du père : c’est ainsi le cas de la princesse Bérénice qui obéit au choix de son père défunt Magas en épousant son cousin et en s’opposant aux résistances de sa mère Arsinoë qui prévoyait un autre système d’alliances. Chez Justin, les personnages de mères et les personnages de filles subissent donc un traitement littéraire similaire en apparaissant comme des stéréotypes. Leurs rôles sont en revanche bien disjoints : là où les filles doivent se conformer à un idéal de passivité face aux actions de leur père, idéal garant de continuité politique, les mères, lorsqu’elles sont présentées agissantes, le sont toujours négativement, tant leur indépendance – si minime soit-elle – constitue un potentiel danger pour l’ordre établi.

7L’étude conjointe de Fabrice Delrieux et de Marie-Claire Ferries fait la part belle aux représentations concrètes de femmes sur les monnaies provinciales romaines à la fin de la République et au début de l’Empire (p. 81‑117). Sous la République, notamment lorsque les monnaies émanent d’ateliers centraux, les femmes représentées sont surtout des allégories, comme Roma ou Vénus : cette dernière pouvait être rattachée aux Caesares, dans le cadre d’une propagande gentilice qui demeure cependant discrète. À partir de la guerre civile et au début du Principat, les portraits de femmes d’importance se multiplient, surtout sur les monnaies émises en province ; les ateliers centraux respectent de leur côté la volonté du Principat de ne pas trop se mettre en scène comme une monarchie en cédant au culte de la personnalité. La représentation féminine croît avec le temps, célébrant les différents liens de parenté (parfois conjoints) qui leur confèrent un statut de femmes influentes : ainsi, par exemple, Livie apparaît en tant qu’épouse d’Auguste et comme mère du prince ; Antonia, comme grand-mère de Caligula, puis, dans une deuxième émission, comme mère de Claude. Les auteurs précisent néanmoins que la représentation croissante des femmes est à nuancer : elle se limite de fait pour une grande partie aux ateliers orientaux (notamment Alexandrie d’Égypte), et la proportion de représentations de femmes demeure largement inférieure à l’écrasante représentation des personnages de pouvoir masculins. Les portraits féminins qui figurent sur les monnaies, souvent présentés en buste, correspondent parfaitement à leur équivalent statuaire, comme le montrent les reproductions placées en annexe. Les souveraines sont associées à des divinités féminines (Hygie, Cybèle, Vénus, Hécate, Séléné…) ou à des abstractions divinisées (Pax, Iustitia, Concordia, Pietas…), ce qui traduit une sacralisation de l’apparence du pouvoir, dans un contexte impérial où la province avait tendance à anticiper les divinisations à venir. Cette étude passionnante trouve son point d’orgue dans cette heureuse formule de conclusion : « les femmes, même lorsqu’elles sont représentées en elles-mêmes, ne le sont pas pour elles-mêmes ».

8Francesca Cenerini adopte un point de vue particulièrement intéressant en montrant l’opportunité que le mariage avec une Augusta (c’est-à‑dire une femme de l’entourage de la domus Augusta) pouvait constituer pour son mari en vue de l’obtention du pouvoir impérial (p. 119‑142). Une mise en contexte préliminaire fait état de l’importance renforcée des unions maritales au début du Principat : Auguste lui-même témoigne d’une volonté de pérenniser sa lignée, et ce par le biais d’une transmission masculine. Un tel contexte semble impliquer une position des femmes en retrait, ce que confirment les Res Gestae Diuii Augusti, où il n’est fait aucune mention de femmes, que ce soit en bonne ou en mauvaise part. D’ailleurs, sous Auguste encore, le mos maiorum interdit que des femmes s’occupent en aucune manière de politique. Mais avec l’avènement du Principat, un changement de la donne s’observe, puisque les femmes constituent alors un élément-clef de la perpétuation de la famille du princeps. C’est ainsi que Claude descend de la domus Augusta par sa mère Antonia, et non par son père. Parfois, l’influence des femmes dépasse leur origine familiale. Dans cette perspective, deux cas de femmes exceptionnelles exposés par Tacite retiennent l’attention de Francesca Cenerini : celui de Livilla, femme de Drusus II, fils de Tibère, qui épousa Séjan, et celui de Messaline, qui jeta son dévolu sur Silius. Livilla aurait assassiné son mari dans le but d’épouser Séjan. Le cas de Messaline dévoile les traits d’une personnalité sulfureuse, « prostituée impériale », esclave de la passion amoureuse, prête à tout pour épouser Silius, consul alors en place. Si l’Histoire (notamment Tacite) a choisi de voir dans ce mariage un nouveau coup de tête de Messaline, il semble qu’en réalité cette union obéisse plutôt à une stratégie politique. Messaline souhaitait en effet éliminer Claude et transférer le pouvoir impérial sur Silius. Cette union entre un patricien et une Augusta aurait très bien pu mener à la conquête du pouvoir.

9Au terme de cette série de communications, la synthèse d’Anne Bielman Sanchez (p. 143‑154) dresse un premier bilan autour de l’influence que peuvent exercer les femmes. Celles-ci apparaissent avant tout comme des vectrices de légitimité : leur importance est étroitement attachée à leur filiation et à leurs perspectives matrimoniales. De cette capacité légitimatrice découle une méfiance masculine envers d’éventuelles mœurs dissolues qui constitueraient une menace pour le pouvoir, dans les royaumes hellénistiques comme à Rome. En revanche, si la consanguinité d’une femme avec un homme au pouvoir était considérée comme un facteur supplémentaire de légitimité à l’époque hellénistique, il en va tout autrement au début de l’Empire romain, où le tabou de l’inceste pèse sur de telles unions. Des honneurs et des titres pouvaient être accordés aux souveraines, apportant un témoignage concret de leur influence : ainsi du titre de basilissa, ou des charges religieuses qui leur étaient accordées avec largesse. De telles marques de déférence étaient certes des signes de leur influence, mais en contrepartie, elles les inscrivaient aussi dans une ferme dépendance envers leurs familles, à la fois d’origine et d’adoption, qui constituaient parfois deux clans aux intérêts bien distincts. Leur autonomie, toute relative et limitée, pouvait cependant se déployer davantage en cas de décès des membres masculins de leur entourage. Quoi qu’il en soit, les réseaux de ces femmes étaient la clef de leur capacité d’action.

10Suite à cette galerie de portraits de femmes influentes sur le mode passif, la deuxième partie du volume tente de saisir les modalités actives de l’exercice du pouvoir par les femmes, dans ses aspects économiques et religieux notamment.

11À l’époque hellénistique, les cas des souveraines lagides Cléopâtre Ire et Cléopâtre II présentent des femmes dans la position de détentrices actives du pouvoir : c’est ce que montre l’étude co-écrite par Anne Bielman Sanchez et Giuseppina Lenzo (p. 157‑174). Si l’Histoire retient d’ordinaire le nom de Cléopâtre VII comme véritable incarnation du pouvoir au féminin, les deux premières Cléopâtre semblent lui avoir largement préparé le terrain. Entre 180 et 115 avant J.‑C., l’examen des protocoles (ces documents administratifs précédés d’une formule de datation et faisant mention du nom du roi en activité) laisse supposer une participation active des souveraines lagides aux côtés de leur fils (Cléopâtre Ire) ou de leurs frères (Cléopâtre II), puisque leur nom est explicitement indiqué, précédant même dans certains cas celui de leur partenaire masculin. Cléopâtre Ire aurait ainsi fait partie d’un système de règne conjoint avec son fils Ptolémée, système qui n’a rien à voir avec une régence ou une « corégence ». Des témoignages historiques viennent confirmer les inscriptions des protocoles, en faisant état d’une participation active de Cléopâtre Ire à la politique intérieure de l’Égypte. Sa fille Cléopâtre II, qui régna avec ses frères Ptolémée VI et VII, est quant à elle incluse dans six protocoles, où elle apparaît clairement assumer un rôle politique actif dans le couple royal, les deux conjoints étant présentés au génitif pluriel en train de régner de concert, βασιλευόντων. Des découvertes faites dans des gymnases attestent d’un rôle paramilitaire de Cléopâtre II. Les mentions des protocoles, corroborées par des preuves tirées de sources complémentaires, présentent donc les deux souveraines hellénistiques comme des partenaires politiques du roi, avec un champ d’action qui semble cependant limité aux affaires intérieures du royaume, la politique internationale restant le domaine du seul roi. Ces témoignages, aussi intéressants qu’exceptionnels, ne font qu’accentuer la différence criante de statut des femmes entre l’époque hellénistique et l’Empire romain, où toute intervention directe d’une femme dans l’exercice du pouvoir, ne serait-ce que par le biais d’une simple prise de parole, est considérée comme un geste subversif.

12Dès l’époque des triumvirs, en 42 avant J.‑C., les matrones romaines sont au cœur d’une manipulation politique, comme le montrent Tomaso Maria Lucchelli et Francesca Rohr Vio (p. 175‑196). Dans l’optique du financement de leur campagne contre les Césaricides en Orient, les triumvirs demandèrent aux 1 400 matrones les plus fortunées – et donc les plus influentes – de Rome de leur verser un impôt exceptionnel. Plusieurs historiens, notamment Appien et Quintilien, relatent la résistance des matrones face à cette mesure inique, qui firent entendre leur voix par le biais d’une porte-parole de choix : Hortensia, fille du célèbre orateur Hortensius. L’oratio d’Hortensia devant le Sénat est rapporté au discours direct (et en grec ancien…) par Appien ; la conscience politique de la frange des matrones romaines représentées s’y donne à lire : avant la décisive bataille de Philippes, des échos de la lutte entre césariens et pro-républicains transparaissent dans ce discours féminin. Hortensia en appelle à la raison de son public conservateur en s’appuyant sur les liens qui existent entre les matrones et la sphère pro-républicaine, et l’incite à faire le départ entre le statut de proscrits des membres masculins de leur famille et leur absence de culpabilité dans ces situations dont elles sont en définitive des victimes. Ce refus d’obtempérer aux ordres des triumvirs et cette prise de parole sur la scène publique sont de véritables coups d’éclat, qui invitent à nuancer la perception habituelle des matrones romaines comme des femmes effacées et soumises. Dans le cas d’Hortensia, la désobéissance féminine est collective et organisée.

13Une prise de parole féminine en public constituait donc en soi un geste subversif. L’étude de Christiane Kunst sur les modes d’intervention des femmes influentes sous la République romaine (p. 197‑216) ne fait que corroborer cette hypothèse. De fait, l’action des femmes est circonscrite au contexte familial et matrimonial. Toute intervention directe est considérée comme une transgression et condamnée, sauf dans le cas où elles assument un rôle de représentation d’un homme absent en défendant ses intérêts. Elles sont alors en partie investies de l’auctoritas masculine, mais par simple délégation. Ces cas de représentation sont bien entendu exceptionnels et répondent à des situations de crise. En des temps de crises encore plus profondes, impliquant une détresse familiale ou étatique, l’espace public romain pouvait accueillir des interventions féminines personnelles et directes ; ces interventions se faisaient le plus souvent sur le mode de la supplicatio, prise de parole sur le registre pathétique qui correspondait fort bien aux représentations genrées de la République romaine. Ces scènes de supplicatio étaient rares ; les femmes ne l’utilisaient qu’en dernier recours, en l’absence de tout appui masculin. La portée politique de la supplicatio n’est cependant pas à négliger : avec ses paroles et ses gestes codifiés, elle pouvait permettre aux femmes de retourner en leur faveur un contexte qui leur était auparavant hostile. Christiane Kunst illustre ce cas de figure en faisant écho à la communication précédente : les matrones des événements de 42 avant J.‑C. ont ainsi recouru elles aussi à la supplicatio devant les membres féminins de la famille des triumvirs en les appelant à la pitié pour les proscrits.

14L’action des femmes d’influence romaines, déjà fortement jugulée par l’autorité masculine sous la République, le devient plus encore sous le Principat, où l’on observe un comportement ambivalent à leur égard. Ce comportement se cristallise dans le traitement qui est réservé aux sœurs des empereurs, comme le révèle l’analyse de Leonhard Burckhardt (p. 217‑236). Le comportement des sœurs d’hommes de pouvoir est alors surveillé et scruté avec attention : leur mariage est un événement-clef qui leur permet d’accéder à des rôles de premier plan dans les devoirs funèbres ou dans les représentations officielles. Le tabou de l’inceste pèse sur elles et les invite à une grande réserve, une pudicitia exacerbée qui doit s’afficher dans toutes leurs apparitions publiques pour étouffer dans l’œuf toute rumeur malveillante. Octavie la Jeune, sœur d’Auguste, est ainsi utilisée comme un outil de propagande de l’Empire en train de naître. Toutes les inscriptions vantent son statut de matrone exemplaire, à la fois épouse respectueuse et mère dévouée. Ce portrait digne d’une hagiographie sert d’illustration au programme politique d’Auguste (notamment la Lex Iulia de adulteriis et de pudicitia) et établira par la suite les sœurs de l’empereur comme garantes de la moralité et de la norme. Tout écart par rapport à ce rôle imposé est tenu pour un risque de décadence, comme dans le cas de Bérénice, sœur d’Hérode Agrippa II, dont les actions subversives sont rapportées dans la sixième satire de Juvénal. Se conformer à ce rôle de parangon de vertu permettait néanmoins aux femmes d’accéder à des honneurs exceptionnels. Les trois sœurs de Caligula furent ainsi nommées Vestales. Chacune d’entre elles portait le nom d’une déesse : Securitas, Concordia et Fortuna. Si ce statut sacerdotal les érigeait publiquement au-dessus de la simple condition humaine, les ficelles d’une implacable manipulation politique se cachent derrière cette apparente apothéose. La mort prématurée de Drusilla, sœur de Caligula, permet à cet égard de prendre toute la mesure des moyens employés par la propagande impériale. Des hommages qui semblent disproportionnés tant ils sont nombreux lui furent ainsi rendus : tombe étatique, succession de discours funèbres, apothéose proprement dite, culte dédié, fabrication d’une statue en or à son effigie placée dans la Curie… Couvertes d’honneurs, les sœurs des empereurs servaient donc pleinement les projets politiques de leur frère, dont elles n’étaient que le faire-valoir.

15Cette série de communications de la deuxième table ronde montre donc bien des femmes en action, surtout dans le cadre de l’exercice du pouvoir lagide, fondé sur le règne conjoint d’un couple royal. Dans le monde romain, l’accès à un pouvoir féminin direct est en revanche fermement exclu : la sphère publique est un domaine exclusivement masculin où tout semblant de prise de pouvoir féminine est une transgression. Les matrones sont sommées de se cantonner au rôle d’épouse discrète et de mère exemplaire qui leur incombe. Seules quelques prises de parole publiques sont accordées aux femmes, dans le cadre strict de la supplicatio. Et si elles semblent parfois portées aux nues, comme dans le cas des sœurs d’empereurs, c’est dans une stratégie pragmatique de propagande impériale.

16Au terme de ce panorama passionnant et complexe de femmes d’influence accompli par les spécialistes des deux périodes, Anne Bielman Sanchez dresse un bilan en demi-teinte. Le terme de femmes « influentes » et non « de pouvoir » semble un excellent parti pris, tant la participation au pouvoir au féminin apparaît comme un phénomène marginal (relégué à la sphère privée, à la province ou aux affaires spécifiquement intérieures d’un royaume) et, dans la majorité des cas, subversif, surtout à l’époque romaine. Invisibilisées dans l’ombre des hommes puissants auxquels elles sont apparentées, les femmes d’influence se doivent de posséder un riche capital de départ, ce capital étant constitué de leur héritage familial et financier comme de leur réseau de relations, pour mener à bien leurs actions évergétiques. Les qualités intellectuelles sont, dans ce contexte, tout à fait secondaires, sauf dans le cas d’Hortensia : tout mouvement d’indépendance féminine est d’ailleurs lu comme un signe de malignité et comme une menace pour l’ordre établi. Dans tous les cas, c’est le mariage qui assied le statut des femmes influentes. Elles peuvent alors être tenues de se faire discrètes, ou, au contraire, être partout visibles dans l’espace public, frappées sur des monnaies ou divinisées : ces stratégies, qui les font parfois passer d’un rôle passif à un rôle actif (puisqu’il faut d’abord obéir pour ensuite commander), s’unissent toutes dans une volonté de mise en scène du pouvoir où les femmes sont largement instrumentalisées. Certaines d’entre elles parvenaient – quoique rarement – à tirer leur épingle du jeu et à assumer un rôle complémentaire de celui du souverain dont elles devenaient le partenaire : encore fallait-il que le contexte y soit favorable. Les intervenants ont ainsi pu noter dans l’évolution du statut des femmes « aussi bien des retours en arrière que des avancées soudaines », une expression qui fait parfaitement écho à la mise en garde de Simone de Beauvoir sur le fait que les droits des femmes ne sont jamais acquis, et qu’il suffira d’un bouleversement économique ou politique pour les remettre en question. L’influence des femmes dans l’Antiquité n’atteint ainsi jamais le stade de l’autorité, prérogative masculine dans des sociétés profondément patriarcales. Cette synthèse remarquable sur les femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome est donc une lecture fort stimulante et parfaitement en phase avec les problématiques de recherche actuelles. Le dialogue entre les époques et les disciplines se double du plaisir du dialogue entre les différentes langues (français, anglais, italien, allemand) employées dans cet ouvrage.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Wolff, « Anne Bielman Sanchez, Isabelle Cogitore et Anne Kolb (dir.), Femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome (iiie siècle avant J.‑C. - ier siècle après J.‑C.) », Aitia [En ligne], 7.2 | 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1962

Haut de page

Auteur

Nadège Wolff

ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page