Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

L’Alexandra de Lycophron en dialogue avec Pindare ?

Lycophron’s Alexandra in dialogue with Pindar?
L’Alessandra di Licofrone in dialogo con Pindaro?
Antje Kolde

Résumés

L’article s’inscrit dans le sillage d’une communication qui posait la question de savoir si l’Alexandra de Lycophron pouvait être considérée comme une parodie des genres épique et tragique. Reprenant les conclusions de cette étude et élargissant le questionnement à la poésie lyrique, il propose une réflexion qui porte sur le lien entre l’Alexandra et la poésie pindarique, envisagé d’abord dans les grandes lignes, puis à travers l’analyse de quelques passages précis.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • i Je remercie Krystyna Bartol, Peter Bing, Jerzy Danielewicz, Gregory Hutchinson, Enrico Magnelli, Li (...)
  • 1 C. Cusset, É. Prioux (dir.), Lycophron : éclats d’obscurité. Actes du colloque international de Lyo (...)
  • 2 A. Kolde, « Parodie et ironie chez Lycophron : un mode de dialogue avec la tradition ? », dans C. C (...)

1La présente communicationi emboîte le pas à une réflexion proposée à l’occasion du colloque intitulé « Lycophron : éclats d’obscurité » organisé en janvier 2007 par Christophe Cusset et Évelyne Prioux1 et portant sur la question suivante : « Parodie et ironie chez Lycophron : un mode de dialogue avec la tradition2 ? » Alors que la réflexion se concentrait alors sur quelques points de dialogue avec les traditions épique et tragique, elle s’élargit à présent à la poésie lyrique.

2Après avoir résumé les idées majeures du premier article et en avoir rappelé les questions et les conclusions essentielles, nous examinerons si la poésie lyrique peut être considérée comme texte-modèle de l’Alexandra ; enfin, l’ensemble du poème de Lycophron dans les grandes lignes, puis quelques passages précis, en lien, me semble-t‑il, avec la poésie pindarique, seront soumis à la même grille de lecture ; nous verrons alors si les conclusions tirées dans le cadre du dialogue avec l’épopée et la tragédie se vérifient pour la poésie lyrique.

L’épopée et la tragédie comme textes-modèles de l’Alexandra

  • 3 À ce sujet, voir également L. Sbardella, « L’Alessandra di Licofrone come esperimento di un genere (...)
  • 4 C. Cusset, « Le bestiaire de Lycophron : entre chien et loup », Anthropozoologica 33-34, 2001, p. 6 (...)
  • 5 Alex., 1-30 et 1461-1474 ; sur la reprise du style de Cassandre par le messager, voir C. Kossaifi, (...)
  • 6 Alex., 9-12, 19, 1467, 1469, 1471, 1473.

3Le point de départ de ma recherche sur la parodie chez Lycophron résidait dans la constatation, connue et mille fois répétée mais néanmoins utile à rappeler, que, du point de vue de la théorie littéraire, l’Alexandra peut être considérée comme une réflexion autour des conventions littéraires3. De fait, dans une forme qui se présente comme un récit de messager hypertrophié4 composé en trimètres iambiques extrêmement réguliers, l’Alexandra narre les guerres menées autour de Troie, le retour des héros après la guerre conduite par Agamemnon et Ménélas et l’affrontement de l’Asie et de l’Europe – autrement dit, le texte raconte de la matière épique dans une forme relevant de la tragédie. Une double mise à distance, opérant elle aussi au niveau des deux genres littéraires, accentue encore la déconstruction des conventions génériques. D’une part, le texte met en scène non pas Alexandra elle-même prononçant sa prophétie, mais le garde que Priam a posté devant la prison de sa fille et qui rapporte la prophétie à son maître – le caractère rapporté du discours s’estompe néanmoins grâce au fait que le garde transmet fidèlement chaque mot de la prisonnière, soucieux de ne pas altérer ce discours qui lui est obscur, au point qu’il adopte le même style que Cassandre dans les vers par lesquels il introduit et clôt son rapport5. De plus, ce récit de messager semble rendu caduque dans son essence même : bien que le messager s’adresse à son maître et l’interpelle à plusieurs reprises6, l’absence de toute réaction de la part de Priam peut donner à croire que le messager ne parle à personne. D’autre part, la mise à distance avec l’épopée se situe également à plusieurs niveaux : non seulement la perspective du récit s’oppose à celle de l’Iliade et de l’Odyssée, puisqu’il est présenté comme initialement tenu par la princesse troyenne, mais l’ancrage chronologique est également modifié, puisque la prophétie est prononcée le jour du départ de Pâris pour Sparte, en d’autres termes après la guerre menée par Héraclès contre Troie et avant celle que dirigent Agamemnon et Ménélas ; il s’ensuit de ces deux points que Cassandre évite le terrain couvert par le poète homérique, soit en parlant d’événements antérieurs ou postérieurs à l’Iliade et à l’Odyssée, soit en en donnant d’autres versions.

  • 7 W. Ax, « Die pseudovergilische „Mücke“ – ein Beispiel römischer Literaturparodie? », Philologus 128 (...)
  • 8 Pour les formalistes russes, « parodie » n’est pas synonyme de distorsion comique, comme c’est le c (...)

4Ce jeu avec les conventions littéraires m’avait encouragée à appliquer à l’Alexandra une grille de lecture élaborée par trois philologues classiques7 sur la base d’un courant littéraire moderne également très attentif aux formes littéraires, celui des formalistes russes. Selon ceux-ci, tant la langue quotidienne que les divers procédés artistiques tendent à s’émousser en devenant des automatismes et des conventions. Pour que les procédés artistiques – et les mécanismes littéraires – soient à nouveau reconnaissables, il convient d’en mettre à nu la nature conventionnelle, en recourant à la parodie8.

5En partant de la définition très neutre des formalistes russes et en ajoutant l’élément critique ou comique présent dans l’acception hellénistique, les philologues évoqués ont donc élaboré une grille de lecture selon laquelle est considéré comme une parodie un texte dont on peut dégager les caractéristiques suivantes :
1. le modèle littéraire ;
2. les modifications que l’auteur a fait subir au modèle en question ;
3. les contrastes générés par ces modifications, de nature comique ou critique ;
4. la cible visée par ces contrastes, qui peut être autant le texte-modèle lui-même que quelque chose d’extérieur, le texte ne jouant alors qu’un rôle de véhicule.

6Ce cadre théorique une fois posé, j’avais consacré la suite de mon article à appliquer cette grille de lecture à l’Alexandra.

1. Les modèles littéraires qui me semblaient s’imposer étaient la tragédie et l’épopée.

2. Les modifications ou filtres générés par le mélange de ces deux modèles sont nombreux : langue plus épique que tragique, alors que le mètre est tragique ; insistance du messager sur le lever du soleil et, par là, sur une convention temporelle de la tragédie mise en avant par Aristote ; solitude du messager « sur scène » ; ignorance de l’identité du « maître » qu’il interpelle – et qui n’intervient pas, image très négative donnée à tous les héros grecs.

  • 9 Pour les formalistes russes, la défamiliarisation s’opère notamment par le truchement d’un regard e (...)

3. Les contrastes de nature comique induits par ces modifications me paraissaient résider essentiellement dans la supériorité qu’affiche Cassandre9 à plus d’une reprise ; or, la supériorité joue un rôle important dans le mécanisme du rire.

Ces trois points constitutifs de la parodie – texte-modèle, modifications, contrastes – étaient ensuite déclinés par le biais d’exemples détaillés : Alex., 149-151, 181-182, 1099-1122, les deux premiers passages renvoyant à l’épopée homérique, le troisième à l’Agamemnon d’Eschyle.

4. Le dernier point constitutif, à savoir la cible des modifications, est abordé à la fin de la communication. Trois cibles ont pu être dégagées. Les deux premières se réfèrent à l’histoire littéraire : l’une touche aux rapports qu’entretiennent les genres entre eux et l’autre au recours – exagéré – aux procédés littéraires, sans doute de la part d’auteurs contemporains de Lycophron ; la troisième concerne l’identité et les critères d’appartenance à un groupe. Selon cette lecture, les textes-modèles ne constituaient pas la cible, mais servaient de véhicule. Le dialogue que Lycophron a instauré avec la tradition épique et tragique par le biais de la parodie présente en de nombreux passages lui permet, concluait mon article, de s’inscrire dans des débats contemporains.

La poésie lyrique, texte-modèle de l’Alexandra ?

7Si l’épopée et la tragédie s’imposent d’emblée comme textes-modèles, le parler de Cassandre, tant dans la description qu’en donne le messager que dans la forme qu’il reproduit fidèlement, présente au lecteur/auditeur un troisième texte-modèle, ce que corroborent certains termes et expressions.

8– Le messager qualifie d’entrée les paroles de Cassandre d’oracles prononcés en transe (Alex., 3‑6) :

  • 10 Alex., 3-6 : οὐ γὰρ ἥσυχος κόρη | ἔλυσε χρησμῶν ὡς πρὶν αἰόλον στόμα | ἀλλʼ ἄσπετον χέασα παμμιγῆ β (...)

Car la jeune fille n’a pas en repos comme autrefois lâché le flot changeant de ses oracles, mais elle a répandu son immense cri où tout se fond : de son gosier laurivore elle a fait jaillir un langage de transes10.

9– Quelques vers plus loin, toujours dans son introduction, il insiste auprès du roi sur l’obscurité des énigmes proférées par Cassandre (Alex., 10-12) :

  • 11 Alex., 10-12 : διοίχνει δυσφάτους αἰνιγμάτων | οἴμας τυλίσσων, ἧιπερ εὐμάθης τρίβος | ὀρθῆι κελεύθω (...)

parcours les inexplicables dits, déroule les énigmes, prends par où s’offre un clair chemin en droite ligne pour nous guider dans cette obscurité11.

  • 12 Alex., 14 : λοξῶν … ἐπῶν.
  • 13 Il va sans dire que tout public érudit connaît l’histoire d’Apollon et Cassandre, que l’adjectif λο (...)

10– Un peu plus loin encore, un adjectif vient caractériser davantage les paroles de la jeune femme et en préciser l’origine divine : « ses mots obliques12 » car inspirés par Apollon Loxias13.

11– Cet adjectif est à nouveau employé par le messager dans sa conclusion, ne laissant plus de doute sur le fait que Cassandre parle sous l’effet de l’inspiration (Alex., 1467-1468) :

  • 14 Alex., 1467-1468 : λοξὸν … τόνδε μῦθον παρθένου φοιβαστρίας.

ce discours oblique de la fille inspirée14.

  • 15 Alex., 6 : φοίβαζεν.

Les termes grecs employés ici méritent quelque attention, de même que leur agencement : l’adjectif λοξόν, « oblique », qui fait écho à l’introduction du messager, est mis en évidence, précédant d’un vers les quatre autres mots, dont le dernier, φοιβαστρίας, qui clôt le second vers, fait lui aussi écho à l’introduction15, tout en évoquant également Apollon, par allusion à une autre épiclèse, Φοῖβος. En ce qui concerne l’agencement des termes, il convient de constater que, de part et d’autre de la frontière entre ces deux vers, se trouvent deux mots relatifs au maître du messager, d’abord un substantif au vocatif, ἄναξ, puis un pronom au datif, σοί. Le premier des deux vers commence par le pronom relatif au messager, ἐγώ, et au milieu du second apparaît Cassandre, désignée par le substantif au génitif παρθένου – voilà qui mime en quelque sorte la situation d’énonciation du texte que l’on vient d’entendre :

moi, maître, à toi, (qch) de la jeune fille.

  • 16 Alex., 1467 : ἦλθον ἀγγέλλων.
  • 17 C. Kossaifi, art. cit., p. 142.

Or, comme nous l’avons vu, le maître du messager n’intervient à aucun moment. Le lien entre le messager, qui est « venu annoncer16 » à son maître le discours de sa fille, et son auditeur, qu’il s’agisse du « maître » évoqué ou du public, s’établit donc moins entre deux personnages de théâtre qu’entre un rhapsode et son commanditaire – ou entre un poète lyrique et son commanditaire, qui, lui aussi, « se soumet au hic et nunc » de la communication orale17.

  • 18 Alex., 6.
  • 19 Prophétie et poésie lyrique sont étroitement liées ; voir infra, n. 31, et, en guise d’exemple, la (...)

12Le parler énigmatique de Cassandre – le messager souligne cette caractéristique et l’auditeur/lecteur a près de 1 430 vers pour s’en rendre compte –, tout comme le lien avec Apollon, que ce soit par le biais du laurier delphique18, du caractère prophétique et énigmatique des propos de la jeune femme ou encore de l’évocation de deux épiclèses du dieu et de la situation d’énonciation, ne sont pas les seuls indicateurs de ce troisième texte-modèle qu’est la poésie lyrique19. On peut en citer encore au moins deux autres.

  • 20 Alex., 1-2 : Λέξω τὰ πάντα νητρεκῶς ἃ μʼ ἱστρορεῖς | ἀρχῆς ἀπʼ ἄκρης, « Je dirai tout avec exactitu (...)
  • 21 Alex., 30 : τοιῶνδʼ ἀπ’ ἀρχῆς ἦρχʼ Ἀλεξάνδρα λόγων, « voici dès le début ce qu’Alexandra disait ».
  • 22 Alex., 5 : ἀλλʼ ἄσπετον χέασα παμμιγῆ βοήν, « mais elle a répandu son immense cri où tout se fond » (...)
  • 23 Alex., 29 : Ἄτης ἀπʼ ἄκρων … λόφων, « du haut des collines de Folie ».
  • 24 Alex., 1461-1462 : καὶ παλίσσυτος ποσὶν | ἔβαινεν εἱρκτῆς ἐντός, « elle fit demi-tour et rentra dan (...)
  • 25 Voir notamment le lien entre les sept cordes de la lyre et la musique des sphères : Cicéron, Rep., (...)

13Tant dans son introduction que dans sa conclusion, le messager insiste sur deux points :
– il transmet à son maître toutes les paroles de Cassandre, dès le début20 ;
– elle a commencé son récit dès le début21, un récit dans lequel tout se fond22.
Ce discours intégral, que le messager transmet intégralement, Cassandre l’a prononcé du haut des collines de Folie23, devant sa maison24. En d’autres termes, le discours inspiré de la princesse, tenu et recueilli dans ce lieu privilégié de dialogue avec la divinité qu’est la montagne, à l’extérieur d’une habitation, ce discours qui rappelle dès le début les événements passés relatifs à Troie et annonce les événements futurs, qui explique donc tout, partage ces caractéristiques avec la poésie lyrique, qui livre également une explication du monde25.

14Enfin, une métaphore que le messager convoque par deux fois pour lui-même vient compléter le faisceau d’indices en faveur de la poésie lyrique comme texte-modèle. De fait, avant de commencer à rapporter les paroles de Cassandre, le messager se compare à un coureur sur le point d’entamer une course qui lui fera parcourir plusieurs fois le stade (Alex., 13-15) :

  • 26 Alex., 13-15 : ἐγὼ δʼ ἄκραν βαλβῖδα μηρίνθου σχάσας | ἄνειμι λοξῶν ἐς διεξόδους ἐπῶν, | πρώτην ἀράξ (...)

et moi, coupant l’extrême fil marquant le départ, je parcourrai la course de ses mots obliques ayant frappé la première borne comme un coureur ailé26

et à quelques vers de la fin, le messager s’adresse au roi en se qualifiant explicitement de coureur (Alex., 1470-1471) :

  • 27 Alex., 1470-1471 : πάντα φράζειν κἀναπεμπάζειν λόγον | ἐτητύμως ἄψορρον ὤτρυνας τρόχιν. Un terme re (...)

tu m’as ordonné d’observer et de te rapporter toutes ses paroles en courrier véridique27.

Par le biais de la métaphore du coureur, énoncée avant et après la reproduction fidèle des paroles d’Alexandra, le messager rapproche son acte d’un exploit sportif et se compare lui-même à un athlète ; il pose ainsi le contexte des joutes sportives et de la poésie qui en célèbre les vainqueurs, à savoir la poésie lyrique et ses épinicies.

L’Alexandra, une parodie de la poésie lyrique ?

Considérations générales

15Si l’on accepte que la poésie lyrique puisse aussi constituer un texte-modèle de l’Alexandra, quels éléments constitutifs du genre lyrique Lycophron a‑t‑il modifiés ? Comme dans le cadre de l’analyse résumée au début de cette communication, considérons d’abord dans les grandes lignes les modifications générales apportées aux conventions lyriques, puis passons à des exemples plus détaillés.

  • 28 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. xxxvi-xl. On peut noter un dorisme : δαρόν (v. 724), terme fréquent d (...)

16La première modification que l’on peut citer est la langue qui, riche en divers emprunts dialectaux dont le dorien est quasiment absent, penche essentiellement vers le mélange de dialectes qu’est la langue épique28.

  • 29 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. xl-xli.

17La deuxième modification qui s’impose d’emblée touche la métrique : alors que les épinicies sont composées essentiellement en dactyles et dactyloépitrites, l’Alexandra est composée en trimètres iambiques très purs29.

  • 30 Sud. λ 827 Adler s.v. « Λυκόφρων ».
  • 31 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. xxv-xxxvi.
  • 32 Il convient de rappeler que le public apprend l’identité du « maître » – ἄναξ – interpellé au vers  (...)
  • 33 Cassandre est nommée au vers 30 : τοιῶνδʼ ἀπʼ ἀρχῆς ἦρχʼ Ἀλεξάνδρα λόγων, « voici dès le début ce q (...)
  • 34 Voir notamment C. Cusset, art. cit., et id. et A. Kolde, « The Rhetoric of the Riddle in the Alexan (...)

18À ces deux modifications touchant la forme se joint une troisième qui affecte le coloris, la teinte du texte. Dans un passage fréquemment cité, la Souda qualifie l’Alexandra de « poème obscur », τὸ σκοτεινὸν ποίημα30. Généralement, cet « obscur » est considéré comme synonyme de « difficile à comprendre » à cause de l’usage que Cassandre fait de la parole. De fait, les prophéties prononcées par la jeune princesse ne sauraient être claires, de par leur nature même : Apollon, le dieu de la prophétie, s’exprime par énigmes31, un style d’énonciation que Cassandre adopte, comme le souligne à maintes reprises le messager, qui en use également, nous l’avons vu. L’obscurité due au contexte prophétique n’influence pas seulement la forme énonciative : sans doute convient-il également de lui imputer le jeu auquel se livre le poète au sujet des noms tant des trois « personnages principaux » – le serviteur et le roi, étant sur scène, ne sont pas nommés32, alors que Cassandre, absente, est nommée33 – que des nombreux personnages évoqués durant la longue prophétie de Cassandre34. Les odes pindariques étaient également perçues comme obscures, comme en témoigne l’intense activité exégétique qu’illustrent les scholies pindariques. Mais alors que l’obscurité pindarique est essentiellement due à l’organisation des mots dans l’espace poétique, ce que l’on trouve également chez Lycophron, ce dernier modifie, en d’autres termes accroît l’obscurité, en recourant également à des procédés différents, comme nous l’avons vu.

  • 35 Alex., 7 : Σφιγγὸς κελαινῆς γῆρυν ἐκμιμουμένη, « elle imitait les paroles de la sombre Sphinge ».
  • 36 Alex., 1465 : Φίκιον τέρας, « monstre Phikien » ; sous cette périphrase se cache la Sphinge de Thèb (...)
  • 37 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. 318-319 ; A. Hurst, « Les Béotiens de Lycophron », dans id., Sur Lyco (...)

19Σκοτεινός s’emploie cependant aussi au sens de « sombre, cruel » – et c’est bien là l’ambiance générale qui se dégage du poème. En comparant Cassandre à la « sombre Sphinge35 », le messager annonce d’emblée pour ainsi dire la couleur. Dans sa conclusion, il reprend cette comparaison36 et la complète par plusieurs autres, rapprochant Cassandre de la Sirène, de Mimallone de Claros, de la « hâbleuse de Mélankraira », de la fille de Nésô. Les deux dernières périphrases se rapportent à la Sibylle, alors que la prophétesse inspirée (Mimallone) du sanctuaire de Claros convoque à nouveau Apollon ; si la Sirène, finalement, est évoquée, c’est sans doute surtout à cause des malheurs dont ses paroles seront suivies. Le contexte créé par l’évocation de ces diverses prophétesses annonciatrices de malheur permet de donner toute sa valeur au terme qui qualifie la Sphinge et, par ricochet, Cassandre : noir, car désespéré – dans le mythe d’Œdipe, celui qui résout l’énigme n’est pas plus heureux que ceux qui ont échoué37.

  • 38 C. Kossaifi, art. cit., p. 144-146.
  • 39 A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 44-45.
  • 40 A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 45. Voi (...)
  • 41 Alex., 10-12 : πυκνῆι διοίχνει δυσφάτους αἰνιγμάτων | οἴμας τυλίσσων, ἧιπερ εὐμαθὴς τρίβος | ὀρθῆι (...)
  • 42 Loc. cit., supra, n. 40.
  • 43 L’idée que la poésie est assimilable à un cheminement se trouve déjà entre autres dans l’Odyssée (V (...)
  • 44 Voir aussi infra, n. 54.

20Dans l’Alexandra, cette obscurité semble être d’encre. Christine Kossaifi38 voit certes en Cassandre aussi une vierge lumineuse, car « sa parole inspirée associ[e] immortalité et connaissance secrète », son esprit est lumineux parce que « libéré des contingences terrestres ». En nul endroit, cependant, les propos de Cassandre ne me semblent refléter cette luminosité. Un autre rayon de lumière est généré, selon André Hurst39, par le messager : en se posant en coureur, il construit un contexte « que l’on peut percevoir comme celui d’une fête associée à la lumière », à « la lumière des exploits du stade, avec les connotations de succès et de jubilation que l’on connaît pour ce type de circonstances », « la manière dont le serviteur parvient à répéter les propos qu’il ne comprend pas » étant « assimilable … à un exploit sportif ». Toutefois, comme le note A. Hurst quelques phrases plus loin, cette lumière est ternie par « l’aveu involontaire de l’aveuglement de ce sportif, lorsqu’il souhaite, contre toute évidence pour l’auditeur, que la prophétie tourne au bien pour le peuple de Bébryces40 » – et on peut même douter que cette lumière soit perceptible, puisque tout bon coureur qu’il est, le messager ne comprend rien à ce qu’il répète, demandant au roi de « déroule[r] les énigmes, prend[re] par où s’offre un clair chemin, une droite ligne pour nous guider dans cette obscurité41 » et, s’en remettant à la fin à la divinité, « qu’un dieu donne à ces dires une issue favorable42 ». Il est intéressant de constater que la métaphore du coureur passe ici du messager au dieu. C’est un peu comme si ce déplacement affirmait de façon définitive que la prophétie de Cassandre est désespérément incompréhensible : pour trouver « un clair chemin, une droite ligne pour nous guider dans cette obscurité », comme le messager le demande au roi, pour comprendre cette poésie, il faut s’en remettre à un dieu – n’est‑ce pas dire que le chemin que peut être la poésie43 risque de devenir impraticable au simple voyageur ? Or, les poèmes pindariques, chantant l’éloge d’un sportif distingué par la divinité, sont profondément lumineux44.

21Quel(s) contraste(s) de nature comique ou critique ces modifications, et notamment la dernière, « l’obscurcissement », génèrent-elles ?

  • 45 A. Kolde, art. cit., p. 46, et A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Ale (...)

22À propos des contrastes ménagés avec l’épopée et la tragédie comme textes-modèles, j’avais mentionné en premier la supériorité que Cassandre affiche en s’exprimant par des énigmes les plus obscures possible ; cette supériorité de celui qui sait, due à la condensation de l’information, est proche de la dérision et relève donc bien du comique. S’il est érudit, le public en devient complice, et par là, il l’augmente. Par ailleurs, en menant parfois sur de fausses pistes justement parce qu’elle est trop dense, la condensation de l’information peut donner lieu à des effets de surprise chez celui qui s’est laissé tromper, et alors « naît, dans l’opération du déchiffrement, le sourire du savoir45 ».

  • 46 A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 54.
  • 47 À titre d’exemple, on peut citer Pindare, N., 10, 72 : χαλεπὰ δʼ ἔρις ἀνθρώποις ὁμιλεῖν κρεσσόνων, (...)

23Si elle n’aboutit pas au déchiffrement de l’énigme auprès de celui qui la subit, la condensation de l’information peut générer chez lui une certaine frustration – or, la frustration appartient également au registre du comique46. À la frustration de ne pas trouver la solution de l’énigme s’ajoute celle de ne jamais trouver de message lumineux, d’enseignement moral, comme c’est le cas dans la poésie lyrique47.

  • 48 Et cela bien que le soleil se lève au début du récit du messager (v. 16-17) : Ἠὼς μὲν αἰπὺν ἄρτι Φη (...)

24À ce manque de lumière répond la noirceur qui recouvre tous les événements mentionnés par Cassandre48 : l’accumulation, on le sait bien, est aussi un des mécanismes du comique, qui, au vu des épisodes narrés par Cassandre, vire parfois au sardonique.

25Passons à présent à des exemples plus détaillés, afin de voir si les contrastes critiques/comiques générés par ces diverses modifications entre le texte-modèle et l’Alexandra se vérifient.

L’Alexandra et Pindare, Ol. 1

  • 49 À propos de ce passage, voir V. Gigante Lanzara, « Ἔστι μοι … μυρία παντᾶι κέλευθος (Pind., Isthm.  (...)

26Le premier exemple se situe aux vers 152-16349. Cassandre évoque le troisième partenaire d’Hélène, Ménélas, et, dans un retour en arrière, le mythe de Pélops, le grand-père de Ménélas :

οὗ πάππον ἐν γαμφαῖσιν Ἐνναία ποτὲ
Ἕρκυννʼ Ἐρινὺς Θουρία Ξιφηφόρος
ἄσαρκα μιστύλαςʼ ἐτύμβευσεν φάρωι,
τὸν ὠλενίτην χόνδρον ἐνδατουμένη.      155
ὃν δὴ δὶς ἡβήσαντα καὶ βαρὺν πόθον
φυγόντα Ναυμέδοντος ἁρπακτήριον
ἔστειλʼ Ἐρεχθεὺς ἐς Λετριναίους γύας
λευρὰν ἀλετρεύσοντα Μόλπιδος πέτραν
τοῦ Ζηνὶ δαιτρευθέντος Ὀμβρίωι δέμας      160
γαμβροκτόνον ῥαίσοντα πενθεροφθόροις
βουλαῖς ἀνάγνοις, ἃς ὁ Καδμίλου γόνος
ἤρτυσε.

L’Ennéenne autrefois en ses mâchoires, l’Hercynne Érinye, la Vigoureuse Porte-Glaive, de son grand-père arracha menu et ensevelit en son gosier le cartilage de l’épaule. Elle le déchirait celui qui, deux fois jeune homme, évita le lourd désir du Maître des Bateaux, désir ravisseur ; Érechteus l’envoya dans les champs de Letrina pour y moudre la lisse roche de Molpis – Molpis qui sacrifia son corps au Zeus des Pluies – et pour y briser le tue-prétendants à l’aide de ruses maudites, tramées pour la mort d’un beau-père, ruses que le fils de Cadmilos lui tenait prêtes.

27Le texte-modèle est la Première Ode Olympique de Pindare, où la légende de Pélops occupe les vers 23-58. Les deux versions diffèrent tant du point de vue du contenu et du coloris que du contexte d’énonciation.

28Composée à l’occasion de la victoire de Hiéron de Syracuse à la course des chevaux montés en 476, l’ode pindarique chante Pélops, le fondateur des Jeux Olympiques. Le passage consacré au mythe débute par l’amour que le jeune Pélops a inspiré à Poséidon, qui l’enleva – et son absence au banquet que son père Tantale offrit aux dieux fut à l’origine de la légende du festin de Tantale, légende que Pindare rejette comme blasphématoire (v. 52-53) : comme Pélops était absent de la fête irréprochable que Tantale offrit aux dieux (v. 36-46), un voisin jaloux raconta qu’il leur avait été offert en nourriture (v. 47-51). Cependant, tout honoré des Olympiens qu’il était, Tantale ne sut résister à la tentation de leur voler le nectar et l’ambroisie, ce qui lui valut un châtiment exemplaire. Dans ce contexte, les dieux renvoyèrent Pélops parmi les mortels. Amoureux d’Hippodamie, celui-ci adressa à Poséidon une prière dans laquelle il lui demanda de l’aider, par gratitude, à remporter la course de chars, condition dictée par Oenomaos, le père de la jeune femme, pour pouvoir épouser Hippodamie. Poséidon est sensible à la prière qui exalte le risque couru pour la gloire et lui donne les chevaux et le char qui lui permettent de remporter la victoire.

  • 50 Un autre exemple de ce que l’on appelle un « silence éthique » se trouve dans la Néméenne 10, voir (...)

29L’ode est façonnée par son contexte d’énonciation : célébrant Hiéron, Pindare n’hésite pas à modifier la légende de Pélops50, auquel il compare Hiéron – qu’il n’aurait pu comparer à un fils de cannibale. Ne pouvant totalement effacer le supplice de Tantale, il l’impute au seul vol de l’ambroisie et du nectar, et en profite pour donner une leçon de modération et de soumission à tous les auditeurs, dont Hiéron (v. 59-64). Par la prière dans laquelle Pélops exalte la gloire, Pindare célèbre celle de Hiéron, et en soulignant la qualité de l’attelage victorieux offert par le dieu, Pindare fait l’éloge du cheval de Hiéron.

30La donne est évidemment tout autre chez Lycophron : Cassandre se doit de salir autant que possible Pélops, le grand-père de Ménélas. Pour y parvenir, elle se focalise sur trois moments de l’histoire, à savoir le banquet (v. 152-155), la passion de Poséidon (v. 156-157), la victoire sur Oenomaos (v. 158-162).

31Les paroles de Cassandre sont marquées par les deux sens du terme σκοτεινόν dont il a été question, l’énigme et la cruauté.

32Commençons par l’énigme qui est bien présente, au niveau tant de l’onomastique que de la trame.

  • 51 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 120-121 ad v. 158.

33Ainsi, Pélops n’est pas nommé, mais désigné dans chaque épisode par une périphrase. Au début du premier épisode, il est dit οὗ πάππος (v. 152), « son grand-père », c’est-à‑dire le grand-père de Ménélas ; au début du deuxième passage, il est décrit comme δὶς ἡβήσας (v. 156), « deux fois jeune homme ». Au centre du troisième épisode, il est évoqué par l’adjectif πενθεροφθόρος (v. 161), qui évoque les ruses « tramées pour la mort d’un beau-père ». Il en va de même pour Déméter, nommée par le biais de cinq épiclèses recherchées, Ἐνναία, Ἕρκυνν’ Ἐρινὺς Θουρία Ξιφηφόρος, « L’Ennéenne, l’Hercynne Erinye, la Vigoureuse Porte-Glaive », dont quatre remplissent le vers 153, et pour Poséidon, nommé Ναυμέδων (v. 157), « Maître des bateaux ». Pour Zeus, c’est différent : alors qu’il est désigné par son nom au vers 160, il n’y a pas de doute qu’il faille le reconnaître déjà sous l’épiclèse Ἐρεχθεύς au vers 158, même si on peut être tenté d’y voir une seconde désignation de Poséidon51. Deux autres personnages sont encore désignés par des énigmes : Oenomaos, qui se cache dans l’adjectif γαμβροκτόνος (v. 161), « le tue-prétendants », et Myrtilos, appelé ici ὁ Καδμίλου γόνος (v. 162), « fils de Kadmilos ».

  • 52 Il convient de noter la place que ces deux mots occupent, à la fin de deux vers consécutifs.
  • 53 Pélops moud la roche dans le sens où, en y laissant des traces bien visibles, il fixe les règles et (...)

34Par ailleurs, l’énigme est également présente au niveau de la trame de chaque épisode. Le premier, le banquet, est évoqué par le moment précis où Déméter avale un morceau du ragoût cannibale ; ensuite, la fuite du jeune homme et l’adjectif ἁρπακτήριος (v. 157), « ravisseur », qui qualifie πόθος (v. 156), « le désir »52, et fait donc allusion à l’enlèvement de Pélops par Poséidon, rappellent la relation entre Poséidon et Pélops ; la course, en troisième lieu, se cache dans le mystérieux vers 159, λευρὰν ἀλετρεύσοντα Μόλπιδος πέτραν, « pour y moudre la lisse roche de Molpis », qu’il faut sans doute comprendre comme image53 ; la victoire de Pélops, finalement, est évoquée par les ruses tramées par son complice qui auraient conduit à la mort d’Oenomaos (v. 162-163). Toutes ces énigmes sont augmentées par une autre, étrangère à l’histoire de Pélops, celle de Molpis.

35Le rapide aperçu des énigmes montre que les moments que Cassandre retient pour illustrer chaque épisode relèvent chacun de l’autre σκοτεινόν : le cannibalisme de Déméter est décrit avec minutie et la déesse devient l’image même de la bestialité, l’amour de Poséidon devient un « lourd désir ravisseur », la victoire le résultat de ruses meurtrières. L’obscurité morale est illustrée par la laideur des termes : Déméter est dotée de mâchoires désignées par l’hapax γαμφαί (v. 152), terme qui qualifie au vers 358 un bec de rapace, et elle « ensevelit dans son gosier » (ἐτύμβευσεν φάρωι, v. 154) un morceau de Pélops ; le vers 161 s’ouvre et se clôt sur deux adjectifs composés portant le meurtre en eux et se référant l’un à Oenomaos (γαμβροκτόνος) et l’autre à Pélops (πενθεροφθόρος).

  • 54 Et cela alors que bien des vers parmi ceux que Pindare consacre au mythe de Pélops demandent explic (...)

36On l’aura remarqué, alors que la version de Pindare est claire et lumineuse54, taisant explicitement un épisode peu glorieux du mythe, et qu’elle donne des enseignements moraux édificateurs, celle de Lycophron est obscure et laide. Bien plus, la version de Lycophron est une réponse à celle de Pindare. Non seulement, en effet, elle rappelle en le soulignant l’épisode du sacrifice de Pélops, mais de plus, chaque élément répond en miroir au texte de Pindare : le repas cannibale de Déméter répond à la fête irréprochable donnée par Tantale (τὸν εὐνομώτατον ἐς ἔρανον, v. 37-38) ; le « lourd désir ravisseur » du Poséidon lycophronien, au ἵμερος (v. 41) qu’éprouve le Poséidon pindarique ; les ruses meurtrières, à la recherche de la gloire dans le risque.

  • 55 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 120 ad v. 156-157.

37Que ce dialogue avec Pindare soit intentionnel et non le fruit du hasard est corroboré par le fait qu’avec le groupe de mots βαρὺν πόθον φυγόντα Ναυμέδοντος ἁρπακτήριον (v. 156-157), « qui … évita le lourd désir du Maître des Bateaux, désir ravisseur », Lycophron fait directement allusion à l’enlèvement de Pélops par Poséidon dans la version pindarique, qu’il rejette55.

38À l’issue de l’analyse détaillée de ces quelques vers, il apparaît d’une part clairement que Lycophron procède bien aux modifications esquissées plus haut, touchant le σκοτεινόν dans ses deux sens. D’autre part, les contrastes attendus sont également bien présents : la supériorité de Cassandre par le biais de la condensation de l’information – y compris la fausse piste donnée par l’épiclèse Ἐρεχθεύς qui désigne Zeus et non Poséidon ; la dérision de ceux qui ne comprennent pas ; la frustration face à ce qui demeure difficile à comprendre, tout comme, peut-être, face à l’absence d’enseignements expliquant le monde ; l’amplification de l’horreur par accumulation.

L’Alexandra et Pindare, Isthm. 6

  • 56 Pour ce passage-ci aussi, voir V. Gigante Lanzara, art. cit.

39Passons à présent à un deuxième exemple d’intertextualité avec Pindare. Il s’agit des vers 454-461, qui traitent de l’invulnérabilité d’Ajax56.

τοῦ λύσσαν ἐν ποίμναισιν αἰχμητηρίαν
χέαντος, ὃν χάρωνος ὠμηστοῦ δορὰ      455
χαλκῷ τορητὸν οὐκ ἔτευξεν ἐν μάχῃ,
μίαν πρὸς Ἅιδην καὶ φθιτοὺς πεπαμένον
κέλευθον, ἣν γωρυτὸς ἔκρυψε Σκύθης,
ἦμος καταίθων θύσθλα Κωμύρῳ λέων
σφῶι πατρὶ λάσκε τὰς ἐπηκόους λιτάς,      460
σκύμνον παρʼ ἀγκάληισιν ἀΐτα βράσας.

… de celui qui dans les troupeaux aura répandu la rage armée, celui que la peau du lion sanguinaire n’a pas rendu vulnérable au bronze dans la bataille et qui ne possède vers l’Hadès et les morts qu’un seul chemin : la voie qu’a couverte le carquois scythe alors que le lion, brûlant à Kômuros un sacrifice, cria vers son père des supplications qui furent reçues – il brandissait entre ses bras le lionceau de son compagnon.

40Juste après l’évocation du carnage qu’Ajax a perpétré dans les troupeaux grecs, convaincu de tuer des hommes, Cassandre rappelle son invulnérabilité et en explique les raisons : Héraclès, alors qu’il offrait un sacrifice, demanda à Zeus de rendre invulnérable l’enfant de son ami Télamon. Après cet épisode, Cassandre annonce le suicide du héros grec.

41L’épisode relatif à l’invulnérabilité d’Ajax est raconté par Pindare dans la Sixième Ode Isthmique, v. 35-56, composée sans doute en 484 en l’honneur de Phylacidas d’Égine. Pour la partie mythique, le poète choisit de célébrer, parmi tous les exploits accomplis par les Éacides, l’expédition menée contre Troie par Télamon, accompagné d’Héraclès, et il développe en particulier l’épisode qui précède le départ. Héraclès apparaît à l’improviste, revêtu de sa peau de lion, au moment où les Éginètes célèbrent une fête ; Télamon lui tend une coupe de vin pour les libations, et Héraclès, levant les bras au ciel, demande à Zeus qu’un fils naisse enfin à Télamon ; Zeus manifeste qu’il entend la prière en envoyant un aigle – et Héraclès demande à Télamon d’appeler son fils Ajax, en souvenir de ce prodige.

42On peut faire les mêmes constatations que pour le passage précédent.

  • 57 La seule périphrase présente dans le texte de Pindare – qui recourt donc aussi à cette figure – dés (...)
  • 58 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 167 ad ἀΐτα.

43En premier lieu, le σκοτεινόν résultant du recours à l’énigme est omniprésent : aucun homme ni dieu n’est désigné par son nom : au début du passage (v. 454-458), trois périphrases, de plus en plus longues, désignent Ajax, la première (v. 454-455) rappelant son acte de folie, la deuxième (v. 455-456), le fait que la peau du lion ne l’a pas rendu invulnérable, et la troisième (v. 457-458), que c’est là où le carquois a couvert la peau que le héros est resté vulnérable ; à la fin du passage, une autre périphrase se rapporte encore à lui (v. 461) : σκύμνος, littéralement « le petit » ; Héraclès est nommé tout simplement λέων (v. 459), « le lion »57 ; Télamon est défini par son rôle auprès d’Héraclès, il est son ἀΐτης, son ἐρώμενος58 ; Zeus, finalement, est nommé à travers son épiclèse Κώμυρος, qui lui est donnée à Halicarnasse, selon le scholiaste. Lycophron évite le nom propre également au sujet du lion de Némée, appelé ici χάρωνος ὠμηστοῦ δορά (v. 455), littéralement « la peau du carnassier brillant ».

  • 59 Alex., 455-458 : χάρωνος ὠμηστοῦ δορὰ | χαλκῷ τορητὸν οὐκ ἔτευξεν ἐν μάχῃ, | μίαν πρὸς Ἅιδην καὶ φθ (...)

44Le σκοτεινόν dans son autre acception est également bien présent, par l’évocation de la guerre et d’Hadès59 ainsi que par la scène narrée par le vers 461. En effet, comme le fait remarquer Valeria Gigante Lanzara, le verbe utilisé – βράσκω, « secouer violemment » – évoque l’ivrogne sous les traits duquel Héraclès est souvent présenté, notamment dans la comédie.

  • 60 V. 41 : ὁ δʼ ἀνατείναις οὐρανῷ χεῖρας ἀμάχους, « lui [= Héraclès] ayant levé vers le ciel ses mains (...)
  • 61 V. 37-40 : Télamon invite Héraclès à verser en premier la libation de nectar ; pour cela, il lui te (...)
  • 62 Voir V. Gigante Lanzara, art. cit., p. 104.

45Comme pour l’exemple précédent, autant la version de Pindare est lumineuse, mettant en exergue la piété d’Héraclès60 et l’hospitalité de Télamon61, autant celle de Lycophron est sombre, encadrée par les événements qui marquent la disgrâce d’Ajax, à savoir le meurtre semé parmi les troupeaux et son suicide62. Télamon, devenu l’amant d’Héraclès, a perdu tout rôle actif, et la scène entière est dominée par les gesticulations d’Héraclès qui secoue le bébé et braille sa prière.

46Malgré une modification qui peut sembler importante – dans la version pindarique, la naissance d’Ajax est annoncée alors que, dans la version de Lycophron, le petit Ajax est présent – et malgré une inversion chronologique – Pindare raconte les événements de façon linéaire alors que Lycophron commence par l’effet, manqué, de la prière d’Héraclès et n’évoque que plus loin celle du héros –, le texte lycophronien constitue un parfait écho des vers pindariques.

  • 63 Voir supra, n. 59.
  • 64 Pindare, I. 6, 43-49. Alex., 460 : τὰς ἐπηκόους λιτάς, « des supplications qui furent reçues ».

47Ainsi, les deuxième et troisième périphrases qui désignent Ajax63 reprennent en négatif le contenu de la prière qu’Héraclès prononce chez Pindare et dont Lycophron ne dit rien de plus que le fait que Zeus l’a reçue64. À l’inversion de l’ordre chronologique se joint donc celle du contexte où le public est informé du contenu de la prière – chez Pindare, c’est dans le cadre de la prière que prononce Héraclès et qui est reproduite en style direct, alors que chez Lycophron, c’est par le biais des périphrases qui qualifient Ajax.

  • 65 Voir à ce propos A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 167 ad v. 455-461.
  • 66 Voir V. Gigante Lanzara, art. cit., p. 105.

48Un passage de Lycophron n’a pas de parallèle chez Pindare. Il s’agit des vers 457-458, qui évoquent le carquois à cause duquel l’invulnérabilité d’Ajax n’est pas parfaite. Par ces deux vers, Lycophron fait allusion à une version différente de celle de Pindare, selon laquelle une partie du corps reste vulnérable. Or les commentateurs antiques ne s’accordent pas sur l’identification de cette dernière. Et on voit que Lycophron reste lui aussi assez ambigu. Il semblerait bien (v. 458) que ce soit Héraclès qui ait endossé le carquois : comment alors la partie ainsi recouverte passe-t‑elle d’Héraclès à Ajax65 ? Sans doute cette ambiguïté est-elle intentionnelle66.

  • 67 D’autres leçons proposent ἀείτα, « l’aigle », qui serait apposé au qualificatif σκύμνον et désigner (...)

49Une autre modification mérite quelque attention : alors que, chez Pindare, Zeus envoie un aigle pour marquer son assentiment, cet oiseau a disparu de la version lycophronienne et a été remplacé par la désignation de Télamon comme l’ἀΐτης67 d’Héraclès.

  • 68 Lycophron varie le terme ἄρρηκτος qu’utilise Pindare, avec un alpha privatif, par l’adjectif τορητό (...)

50Ces deux derniers points peuvent être considérés comme corroborant le fait que Lycophron entame bien un dialogue avec Pindare : ils évoquent sans doute des débats érudits contemporains auxquels se livraient les commentateurs et éditeurs du Musée alexandrin. Un dernier élément vient renforcer cette thèse : l’emploi de τορητὸν οὐκ (v. 456), qui évoque le terme pindarique ἄρρηκτον (v. 47)68.

51Comme dans le passage précédent, les contrastes obtenus sont les suivants : la supériorité de Cassandre par le biais de la condensation de l’information au travers des énigmes, mais aussi par la convocation de débats contemporains ; la dérision de ceux qui ne comprennent pas ; la frustration face à ce qui demeure difficile à comprendre, ainsi que, peut-être, face à l’absence d’enseignements expliquant le monde ; l’amplification de l’horreur.

L’Alexandra et Pindare, Nem. 10.

52Prenons comme dernier exemple les vers 544-561, relatifs à la lutte entre les Apharides et les Dioscures.

καὶ πρῶτα μὲν μύθοισιν ἀλλήλους ὀδὰξ
βρύξουσι κηκασμοῖσιν ὠκριωμένοι,      545
αὖτις δʼ ἐναιχμάσουσιν αὐτανέψιοι,
ἀνεψιαῖς ὄρνισι χραισμῆσαι γάμους
βιαιοκλῶπας ἁρπαγάς τε συγγόνων
χρήιζοντες ἀλφῆς τῆς ἀεδνώτου δίκην.
ἦ πολλὰ δὴ βέλεμνα Κνηκιὼν πόρος      550
ῥιφέντα τόλμαις αἰετῶν ἐπόψεται,
ἄπιστα καὶ θαμβητὰ Φηραίοις κλύειν.
ὁ μὲν κρανείαι κοῖλον οὐτάσας στύπος
φηγοῦ κελαινῆς διπτύχων ἕνα φθερεῖ,
λέοντα ταύρωι συμβαλόντα φύλοπιν.      555
ὁ δʼ αὖ σιγύμνωι πλεύρʼ ἀναρρήξας βοὸς
κλινεῖ πρὸς οὖδας, τῶι δὲ δευτέραν ἔπι
πληγὴν ἀθαμβὴς κριὸς ἐγκορύψεται,
ἄγαλμα πήλας τῶν Ἀμυκλαίων τάφων.
ὁμοῦ δὲ χαλκὸς καὶ κεραύνιοι βολαὶ      560
ταύρους καταξανοῦσιν…

Et tout d’abord, en paroles, à belles dents l’un l’autre ils se déchireront, enragés par leurs insultes ; puis les cousins germains prendront les armes, brûlant d’écarter de leurs cousines oiselles des noces de violence et de vol, des rapts de parents pour payer le prix d’un mariage sans dot. Oui, le cours du Knékion, par l’audace des aigles, verra bien des traits envoyés et les gens de Phéra, d’étonnement, n’en croiront leurs oreilles ; l’un, de sa lance blessant la souche creuse du chêne sombre, fera périr l’un des jumeaux – un lion rué dans un cri de bataille contre un taureau. L’autre, à son tour, d’un coup de lance déchirera le flanc du bovin, le pliera au sol ; un second coup lui sera porté violemment par l’impavide bélier brandissant la pierre du tombeau d’Amyclées. Le bronze et la foudre à la fois briseront les taureaux.

53Alors que, à l’intérieur d’une série de retours en arrière et de digressions en cascade, Cassandre parle des cinq colonisateurs de Chypre (v. 447-591), elle consacre une longue parenthèse à la lutte entre les deux couples de jumeaux cousins.

  • 69 Καὶ μὰν θεῶν πιστὸν γένος.
  • 70 Χαλεπὰ δʼ ἔρις ἀνθρώποις ὁμιλεῖν κρεσσόνων.

54Pindare raconte ce mythe dans sa Dixième Ode Néméenne, qui célèbre Théaios d’Argos, dont un lointain ancêtre entretenait des relations d’hospitalité avec les Dioscures. Le récit vient illustrer deux enseignements moraux. Le premier, situé à l’ouverture, au vers 54, rappelle que les dieux sont fidèles69. Le second, au vers 72, clôt la description de la lutte en remarquant qu’il est périlleux, pour les mortels, d’entrer en conflit avec de plus puissants qu’eux70. Suit alors l’évocation du désespoir de Pollux devant la mort de son frère et de son renoncement au séjour éternel sur l’Olympe pour le partager avec Castor – désormais, ils passeront la moitié du temps sous la terre et l’autre moitié sur l’Olympe.

  • 71 Alex., 561 pour le taureau, 556 pour le bœuf, 558 pour le bélier.
  • 72 Alex., 555.
  • 73 Voir infra, et L. Sbardella, « Mogli o buoi? Lo scontro tra Tindaridi ed Afaretidi da Pindaro ai po (...)

55Ainsi qu’on peut le voir, le récit lycophronien procède comme d’habitude par touches énigmatiques, relevant essentiellement de périphrases et de métaphores animalières, les Apharides étant des taureaux, des bœufs et un bélier71, les Dioscures des lions72. Pour éviter les redites avec les analyses des deux autres exemples, je ne vais pas procéder ici à une analyse de détail en ce qui concerne les énigmes. Quant au σκοτεινόν « obscur », contentons-nous de constater qu’alors que le texte pindarique est illuminé par le message de respect religieux qu’il transmet et par le sacrifice de Pollux, qui illustre justement ce respect, et qu’il tait l’épisode – peu glorieux pour les Dioscures – du rapt de leurs cousines73, le texte lycophronien respire la violence, l’agressivité et les coups donnés. Avant d’en venir aux mains, les deux paires de jumeaux s’injurient « à belles dents » (v. 544) : cet échange verbal violent – une innovation par rapport au texte de Pindare – contribue à établir l’ambiance sombre.

  • 74 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 177-178 ad v. 535-568 ; pour les Chants cyprien (...)

56Outre le duel verbal, Lycophron introduit une autre modification par rapport à Pindare, qui concerne le moment où naît la querelle entre les deux couples de jumeaux. De fait, il transforme la tradition pour intégrer cet épisode dans la prophétie de Cassandre : la querelle aurait déjà commencé lorsque Pâris se rend à Sparte comme hôte de Ménélas. Alors que, dans les Chants cypriens, le séjour chez Ménélas est distinct de celui effectué chez les Tyndarides, Lycophron les condense en un seul et ajoute la présence des Apharides. De plus, la lutte est présentée comme une aide de Zeus aux Troyens, puisqu’elle se clôt sur la mort, avant la guerre, de quatre valeureux parents d’Hélène74.

57La suite du texte se construit en dialogue avec celui de Pindare, en ceci qu’il dit ce que Pindare tait et tait ce que Pindare dit.

  • 75 Alex., 546-548 : αὖτις δʼ ἐναιχμάσουσιν αὐτανέψιοι, | ἀνεψιαῖς ὄρνισι χραισμῆσαι γάμους | βιαιοκλῶπ (...)
  • 76 Alex., 549 : χρήιζοντες ἀλφῆς τῆς ἀεδνώτου δίκην, « pour payer le prix d’un mariage sans dot ». Voi (...)
  • 77 Voir V. Gigante Lanzara, « I vaticini di Cassandra », art. cit., p. 91.

58Ainsi, là où Pindare explique seulement qu’Idas a tué Castor parce qu’il était « irrité du rapt de ses bœufs », Lycophron rappelle que les Leucippides, cousines des Apharides et des Tyndarides, fiancées aux premiers, furent enlevées par les seconds ; il fait de ce rapt le motif principal de la lutte sanglante75, même si le thème de la dispute au sujet des bœufs transparaît76. Il s’ensuit que la situation entre les cousins et les cousines est tout sauf claire – ce que le texte de Lycophron exprime bien : dans les vers 546-548, l’identification des αὐτανέψιοι et des σύγγονοι est controversée, et le fil de l’action se perd dans le tourbillon des termes de parenté77.

  • 78 Pour le guet, voir Pindare, Nem. 10, 61-62 ; pour la motivation de l’intervention de Zeus, voir Pin (...)

59À l’inverse, Lycophron tait que Lyncée et Idas guettent Castor caché dans la souche du chêne pour le tuer, ce qui pousse Zeus à intervenir en faveur des Dioscures78. Il en résulte que l’intervention de Zeus devient gratuite ; et les Apharides d’endosser l’habit des victimes de Zeus, injustement foudroyés alors que, mus par la noblesse, ils protégeaient leurs cousines.

  • 79 La iunctura de l’adverbe ὀδάξ, qui possède de nombreux parallèles tragiques et épiques, mais aussi (...)

60Les modifications apportées par Lycophron induisent les mêmes contrastes que ceux qui ont été constatés pour les deux autres exemples : la supériorité de Cassandre par le biais tant des énigmes que des informations supplémentaires ; la dérision de ceux qui ne comprennent pas et des quatre héros qui s’insultent et se battent79, tout comme la frustration face à ce qui demeure difficile à comprendre, ainsi que, peut-être, face à l’absence d’enseignements expliquant le monde ; l’amplification de l’horreur.

Conclusion

61L’analyse portant sur l’intertexte épique et tragique avait permis de dégager trois cibles que Lycophron pourrait viser par sa parodie : les rapports qu’entretiennent les genres entre eux ; le recours – exagéré – aux procédés littéraires, sans doute de la part d’auteurs contemporains de Lycophron ; l’identité et les critères d’appartenance à un groupe. Comme les textes-modèles n’étaient pas la cible mais servaient de véhicule, j’avais suggéré que le but de Lycophron était de s’inscrire dans des débats contemporains.

62L’analyse des passages où la poésie lyrique – dans nos exemples, toujours des textes de Pindare – constitue l’intertexte permet de confirmer ces conclusions et d’en ajouter d’autres, liées aux spécificités de la poésie lyrique.

  • 80 Il est à noter que, dans les épisodes où Pindare recourt à ce que l’on appelle un « silence éthique (...)

63Ainsi, la conclusion selon laquelle des débats littéraires contemporains constitueraient une cible se voit confirmée, qu’il s’agisse de la forme ou du contenu : en insérant dans son récit de messager tragique du matériau bien illustré par la poésie pindarique, en prenant souvent le contre-pied, Lycophron participe à la réflexion sur les genres et leurs limites, tout comme en dégageant et en appliquant, parfois à outrance, certains procédés littéraires ; en rapportant des versions différentes de celles de Pindare80, il prenait sans doute parti dans des discussions relatives à l’interprétation des textes.

  • 81 Ainsi, à la base de la lutte entre les Apharides et les Tyndarides il y a l’enlèvement des Leucippi (...)
  • 82 Voir à ce propos les articles de S. West, notamment « Lycophron Italicized? », JHS 104, 1984, p. 12 (...)

64La conclusion que l’on peut ajouter touche à la dimension d’enseignement moral et d’explication du monde propre à la poésie lyrique. Les injonctions morales et religieuses présentes dans les intertextes pindariques sont toujours absentes, nous l’avons remarqué, des réécritures lycophroniennes, ce qui provoque peut-être une certaine frustration auprès du lecteur. Mais cette constatation n’est qu’imparfaitement vraie : tout au long de sa prophétie, Cassandre nous offre bien une explication du monde, calquée sur celle des guerres de Troie : tous les malheurs commencent par des rapts de femmes81. Cette explication rejoindrait celle d’Hérodote, et il est évident que l’historiographie constitue aussi un riche intertexte de l’Alexandra82.

  • 83 La Première Ode Olympique de Pindare, où se trouve le mythe de Pélops, soulève la question de l’exa (...)

65En considérant le nombre de genres d’intertextes convoqués – épopée, tragédie, lyrique, pour ne pas parler de l’historiographie – on peut se demander si Lycophron ne les utilise pas aussi comme véhicules pour participer à un débat d’ordre philosophique et portant sur une question que l’on pourrait poser en ces termes : la réalité serait-elle tributaire de la perspective adoptée ? Une réponse positive à cette question expliquerait la multiplicité des explications du monde charriées par les différents genres83.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 C. Cusset, É. Prioux (dir.), Lycophron : éclats d’obscurité. Actes du colloque international de Lyon et Saint-Étienne, 18-20 janvier 2007, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, Mémoires – Centre Jean Palerne 33, 2009.

2 A. Kolde, « Parodie et ironie chez Lycophron : un mode de dialogue avec la tradition ? », dans C. Cusset, É. Prioux (dir.), ouvr. cit., p. 39-57.

3 À ce sujet, voir également L. Sbardella, « L’Alessandra di Licofrone come esperimento di un genere epico-tragico. Alcune considerazioni generali », SemRom 12, 2009, p. 37-58.

4 C. Cusset, « Le bestiaire de Lycophron : entre chien et loup », Anthropozoologica 33-34, 2001, p. 61-72, notamment p. 65.

5 Alex., 1-30 et 1461-1474 ; sur la reprise du style de Cassandre par le messager, voir C. Kossaifi, « Poétique messager. Quelques remarques sur l’incipit et l’épilogue de l’Alexandra de Lycophron », dans C. Cusset, É. Prioux (dir.), ouvr. cit., p. 145-146.

6 Alex., 9-12, 19, 1467, 1469, 1471, 1473.

7 W. Ax, « Die pseudovergilische „Mücke“ – ein Beispiel römischer Literaturparodie? », Philologus 128, 1984, p. 230-249 ; R. Glei, « Aristoteles über Linsenbrei », Philologus 136, 1992, p. 42-59 ; G. W. Most, « Die Batrachomyomachia als ernste Parodie », dans W. Ax, R. F. Glei (dir.), Literaturparodie in Antike und Mittelalter, Trèves, Wissenschaftlicher Verlag Trier, Bochumer Altertumswissenschaftliches Colloquium 15, 1993, p. 27-41.

8 Pour les formalistes russes, « parodie » n’est pas synonyme de distorsion comique, comme c’est le cas en français.

9 Pour les formalistes russes, la défamiliarisation s’opère notamment par le truchement d’un regard extérieur, d’un outsider : Cassandre racontant la matière mythologique grecque constitue un excellent « regard extérieur ».

10 Alex., 3-6 : οὐ γὰρ ἥσυχος κόρη | ἔλυσε χρησμῶν ὡς πρὶν αἰόλον στόμα | ἀλλʼ ἄσπετον χέασα παμμιγῆ βοὴν | δαφνηφάγων φοίβαζεν ἐκ λαιμῶν ὄπα. Textes et traductions de l’Alexandra sont empruntés à A. Hurst, en collaboration avec A. Kolde, Lycophron. Alexandra, Paris, PUF, 2008.

11 Alex., 10-12 : διοίχνει δυσφάτους αἰνιγμάτων | οἴμας τυλίσσων, ἧιπερ εὐμάθης τρίβος | ὀρθῆι κελεύθωι τἀν σκότωι ποδηγετεῖ.

12 Alex., 14 : λοξῶν … ἐπῶν.

13 Il va sans dire que tout public érudit connaît l’histoire d’Apollon et Cassandre, que l’adjectif λοξός ne peut manquer de rappeler.

14 Alex., 1467-1468 : λοξὸν … τόνδε μῦθον παρθένου φοιβαστρίας.

15 Alex., 6 : φοίβαζεν.

16 Alex., 1467 : ἦλθον ἀγγέλλων.

17 C. Kossaifi, art. cit., p. 142.

18 Alex., 6.

19 Prophétie et poésie lyrique sont étroitement liées ; voir infra, n. 31, et, en guise d’exemple, la Pythique 4 de Pindare, dont les vers 13-56 reproduisent une prophétie de Médée.

20 Alex., 1-2 : Λέξω τὰ πάντα νητρεκῶς ἃ μʼ ἱστρορεῖς | ἀρχῆς ἀπʼ ἄκρης, « Je dirai tout avec exactitude, tout ce que tu me demandes dès l’extrême début » ; Alex., 1470-1471 : πάντα φράζειν κἀναπεμπάζειν λόγον | … ὤτρυνας, « tu m’as ordonné d’observer et de te rapporter toutes ses paroles ».

21 Alex., 30 : τοιῶνδʼ ἀπ’ ἀρχῆς ἦρχʼ Ἀλεξάνδρα λόγων, « voici dès le début ce qu’Alexandra disait ».

22 Alex., 5 : ἀλλʼ ἄσπετον χέασα παμμιγῆ βοήν, « mais elle a répandu son immense cri où tout se fond ». Voir aussi C. Kossaifi, art. cit., p. 141 : « … parole qui a vocation à embrasser la totalité et qui se présente comme non encore advenue, projetée dans le futur ».

23 Alex., 29 : Ἄτης ἀπʼ ἄκρων … λόφων, « du haut des collines de Folie ».

24 Alex., 1461-1462 : καὶ παλίσσυτος ποσὶν | ἔβαινεν εἱρκτῆς ἐντός, « elle fit demi-tour et rentra dans sa chambre ». L’extérieur de la maison est sans doute plus propice à l’inspiration, même si la chambre-prison de Cassandre n’a pas de toit, comme on l’apprend au vers 350.

25 Voir notamment le lien entre les sept cordes de la lyre et la musique des sphères : Cicéron, Rep., 6.17-18 et le commentaire de E. Bréguet, Cicéron. La République, Paris, PUF, 1980. Pour le lien entre lyre et explication du monde, voir notamment l’Hymne homérique à Hermès, 52-61 et 423-433.

26 Alex., 13-15 : ἐγὼ δʼ ἄκραν βαλβῖδα μηρίνθου σχάσας | ἄνειμι λοξῶν ἐς διεξόδους ἐπῶν, | πρώτην ἀράξας νύσσαν ὡς πτηνὸς δρομεύς. Quatre termes renvoient au monde de la course : βαλβίς, μήρινθος, νύσσα et δρομεύς. Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. 91 ad βαλβῖδα, μηρίνθου, et p. 92 ad νύσσαν.

27 Alex., 1470-1471 : πάντα φράζειν κἀναπεμπάζειν λόγον | ἐτητύμως ἄψορρον ὤτρυνας τρόχιν. Un terme renvoie à la course : τρόχις. Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. 319 ad τρόχιν.

28 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. xxxvi-xl. On peut noter un dorisme : δαρόν (v. 724), terme fréquent dans les parties dialoguées de la tragédie – voir notamment Eschyle, Suppl., 516 ; Sophocle, Tr., 65 ; Euripide, I.T., 1339.

29 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. xl-xli.

30 Sud. λ 827 Adler s.v. « Λυκόφρων ».

31 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. xxv-xxxvi.

32 Il convient de rappeler que le public apprend l’identité du « maître » – ἄναξ – interpellé au vers 9 seulement au vers 19, grâce à une énigme du serviteur.

33 Cassandre est nommée au vers 30 : τοιῶνδʼ ἀπʼ ἀρχῆς ἦρχʼ Ἀλεξάνδρα λόγων, « voici dès le début ce qu’Alexandra disait ». Pour la chaîne poétique générée par l’obscurité énigmatique de la parole de Cassandre, voir C. Kossaifi, art. cit. p. 151-153.

34 Voir notamment C. Cusset, art. cit., et id. et A. Kolde, « The Rhetoric of the Riddle in the Alexandra of Lycophron », dans J. Kwapisz, D. Petrain, M. Szymański (dir.), The Muse at Play. Riddles and Wordplay in Greek and Latin Poetry, Berlin, De Gruyter, Beiträge zur Altertumskunde 305, 2013, p. 168-183.

35 Alex., 7 : Σφιγγὸς κελαινῆς γῆρυν ἐκμιμουμένη, « elle imitait les paroles de la sombre Sphinge ».

36 Alex., 1465 : Φίκιον τέρας, « monstre Phikien » ; sous cette périphrase se cache la Sphinge de Thèbes, qui se tenait sur la montagne portant son nom – voir A. Hurst, ouvr. cit., p. 319.

37 Voir A. Hurst, ouvr. cit., p. 318-319 ; A. Hurst, « Les Béotiens de Lycophron », dans id., Sur Lycophron, Genève, Droz, Recherches et rencontres 29, 2012, p. 69-97 (= Version revue de id., « Les Béotiens de Lycophron », dans G. Argoud, P. Roesch (éd.), La Béotie antique, Paris, Éd. du CNRS, 1985, p. 193-209), rappelle notamment, p. 94-95, que le centre du retour d’Ulysse, qui forme le centre du poème, est constitué du suicide des Sirènes (v. 712-737).

38 C. Kossaifi, art. cit., p. 144-146.

39 A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 44-45.

40 A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 45. Voir Alex., 1472-1474 : δαίμων δὲ φήμας ἐς τὸ λῶιον ἐκδραμεῖν | τεύξειεν, ὅσπερ σῶν προκήδεται θρόνων, | σώζων παλαιὰν Βεβρύκων παγκληρίαν.

41 Alex., 10-12 : πυκνῆι διοίχνει δυσφάτους αἰνιγμάτων | οἴμας τυλίσσων, ἧιπερ εὐμαθὴς τρίβος | ὀρθῆι κελεύθωι τἀν σκότωι ποδηγετεῖ.

42 Loc. cit., supra, n. 40.

43 L’idée que la poésie est assimilable à un cheminement se trouve déjà entre autres dans l’Odyssée (VIII, 481), chez Parménide (B 1 Diels–Kranz), Pindare (O., 9, 47) – voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 91.

44 Voir aussi infra, n. 54.

45 A. Kolde, art. cit., p. 46, et A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 52-54.

46 A. Hurst, « Lycophron : la condensation du sens, le comique et l’Alexandra », art. cit., p. 54.

47 À titre d’exemple, on peut citer Pindare, N., 10, 72 : χαλεπὰ δʼ ἔρις ἀνθρώποις ὁμιλεῖν κρεσσόνων, « il est périlleux pour les mortels d’entrer en conflit avec de plus puissants qu’eux » ; ou encore P., 3, 61-62 : μή, φίλα ψυχά, βίον ἀθάνατον | σπεῦδε, τὰν δʼ ἔμπρακτον ἄντλει μαχανάν, « mon âme n’aspire pas à la vie immortelle, mais épuise le champ du possible ». Ce genre d’enseignement appartient à l’explication de monde que fournit la poésie lyrique – voir supra.

48 Et cela bien que le soleil se lève au début du récit du messager (v. 16-17) : Ἠὼς μὲν αἰπὺν ἄρτι Φηγίου πάγον | κραιπνοῖς ὑπερποτᾶτο Πηγάσου πτεροῖς, « Aurore, au-dessus du Phégion escarpé, volait portée sur les ailes rapides de Pégase ». On ne peut pas ne pas remarquer le contraste ironique entre le jour qui se lève et la double obscurité du discours de Cassandre.

49 À propos de ce passage, voir V. Gigante Lanzara, « Ἔστι μοι … μυρία παντᾶι κέλευθος (Pind., Isthm. IV, 1) », dans C. Cusset, É. Prioux (dir.), ouvr. cit., p. 95-115.

50 Un autre exemple de ce que l’on appelle un « silence éthique » se trouve dans la Néméenne 10, voir infra : pour éviter de froisser le vainqueur qu’il célèbre, Pindare tait ou modifie un épisode du mythe qu’il raconte.

51 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 120-121 ad v. 158.

52 Il convient de noter la place que ces deux mots occupent, à la fin de deux vers consécutifs.

53 Pélops moud la roche dans le sens où, en y laissant des traces bien visibles, il fixe les règles et la technique de ces courses ; par la suite, la course de chars de Pélops contre Oenomaos était considérée comme exemplaire ; voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 121 ad v. 159.

54 Et cela alors que bien des vers parmi ceux que Pindare consacre au mythe de Pélops demandent explication ; de plus, dans un passage au moins, le poète se joue du lecteur, en faisant semblant de se rallier à la version du mythe qu’il évite justement par la suite (v. 26-27) : ἐπεί νιν καθαροῦ λέβητος ἔξελε Κλωθώ, | ἐλέφαντι φαίδιμον ὦμον κεκαδμένον, « quand Klotho le (= Pélops) retira du bassin pur l’épaule parée de l’éclat de l’ivoire ». On peut, dans un premier temps, comprendre que ce bassin est le chaudron dans lequel les dieux reconstituent Pélops, mais il s’agit du bassin de sa mère.

55 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 120 ad v. 156-157.

56 Pour ce passage-ci aussi, voir V. Gigante Lanzara, art. cit.

57 La seule périphrase présente dans le texte de Pindare – qui recourt donc aussi à cette figure – désigne Héraclès (v. 38) : καρτεραίχμαν Ἀμφιτρυωνιάδαν, « le fils d’Amphitryon à la forte lance ».

58 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 167 ad ἀΐτα.

59 Alex., 455-458 : χάρωνος ὠμηστοῦ δορὰ | χαλκῷ τορητὸν οὐκ ἔτευξεν ἐν μάχῃ, | μίαν πρὸς Ἅιδην καὶ φθιτοὺς πεπαμένον | κέλευθον, ἣν γωρυτὸς ἔκρυψε Σκύθης, « la peau du lion sanguinaire n’a pas rendu vulnérable au bronze dans la bataille et qui ne possède vers l’Hadès et les morts qu’un seul chemin : la voie qu’a couverte le carquois scythe ». Il est tout à fait possible qu’un jeu de mots portant sur χάρων, « brillant », présent dans χάρωνος ὠμηστοῦ δορά (v. 455), et Charon soit à verser au même réseau lexical.

60 V. 41 : ὁ δʼ ἀνατείναις οὐρανῷ χεῖρας ἀμάχους, « lui [= Héraclès] ayant levé vers le ciel ses mains invincibles » ; v. 49-50 : ταῦτʼ ἄρα οἱ φαμένῳ πέμψεν θεὸς | ἀρχὸν οἰωνῶν μέγαν αἰετόν, « lorsqu’il eut fini de parler, le dieu lui envoya un grand aigle ».

61 V. 37-40 : Télamon invite Héraclès à verser en premier la libation de nectar ; pour cela, il lui tend la coupe d’or.

62 Voir V. Gigante Lanzara, art. cit., p. 104.

63 Voir supra, n. 59.

64 Pindare, I. 6, 43-49. Alex., 460 : τὰς ἐπηκόους λιτάς, « des supplications qui furent reçues ».

65 Voir à ce propos A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 167 ad v. 455-461.

66 Voir V. Gigante Lanzara, art. cit., p. 105.

67 D’autres leçons proposent ἀείτα, « l’aigle », qui serait apposé au qualificatif σκύμνον et désignerait donc Ajax.

68 Lycophron varie le terme ἄρρηκτος qu’utilise Pindare, avec un alpha privatif, par l’adjectif τορητός, qu’il nie à l’aide de οὐκ postposé. Ainsi, même si, morphologiquement, les deux termes sont très proches en ce qu’ils sont tous deux des adjectifs verbaux, ils diffèrent par la façon dont leur sens est nié. Il convient encore de remarquer que si ἄρρηκτος est un terme homérique, τορητός n’est attesté que chez Lycophron, qui évite un autre adjectif verbal plus fréquent, aux sonorités et au sens semblables, à savoir τρωτός. Ce terme se trouve au vers 810 de l’Hélène d’Euripide, prononcé par Ménélas au sujet du roi Théoclymène : οὕτω σιδήρωι τρωτὸν οὐκ ἔχει δέμας; « ainsi son corps est invulnérable par le fer ? » La coniunctura lycophronienne τορητὸν οὐκ ἔτευξεν (ἐν μάχηι) rappelle celle d’Euripide du point de vue de sa construction, un adjectif verbal nié par un οὐκ postposé. Cette reprise lexicale ne peut être fortuite : elle établit un lien entre le meurtre qu’Ajax sème parmi les troupeaux à la suite d’une folie qui les lui fait prendre pour l’armée grecque (v. 454) et la présence d’Hélène à Troie, cause de la guerre, mais qui ne serait qu’une hallucination puisque, selon la pièce d’Euripide, l’épouse de Ménélas se trouvait en Égypte et son fantôme à Troie.

69 Καὶ μὰν θεῶν πιστὸν γένος.

70 Χαλεπὰ δʼ ἔρις ἀνθρώποις ὁμιλεῖν κρεσσόνων.

71 Alex., 561 pour le taureau, 556 pour le bœuf, 558 pour le bélier.

72 Alex., 555.

73 Voir infra, et L. Sbardella, « Mogli o buoi? Lo scontro tra Tindaridi ed Afaretidi da Pindaro ai poeti alessandrini », dans R. Nicolai (dir.), Ρυσμός. Studi di poesia, metrica e musica greca offerti dagli allievi a Luigi Enrico Rossi per i suoi settant’anni, Rome, Ed. Quasar, Quaderni dei seminari romani di cultura greca 6, 2003, p. 133-150. Voir V. Gigante Lanzara, « I vaticini di Cassandra e l’interpretazione trasgressiva del mito », SCO 45, 1995, p. 91.

74 Voir A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 177-178 ad v. 535-568 ; pour les Chants cypriens, qui semblent constituer le texte de base pour Pindare, voir Cyp., p. 38-43 Bernabé.

75 Alex., 546-548 : αὖτις δʼ ἐναιχμάσουσιν αὐτανέψιοι, | ἀνεψιαῖς ὄρνισι χραισμῆσαι γάμους | βιαιοκλῶπας ἁρπαγάς τε συγγόνων, « puis les cousins germains prendront les armes, brûlant d’écarter de leurs cousines oiselles des noces de violence et de vol, des rapts de parents ».

76 Alex., 549 : χρήιζοντες ἀλφῆς τῆς ἀεδνώτου δίκην, « pour payer le prix d’un mariage sans dot ». Voir aussi A. Hurst, Lycophron. Alexandra, ouvr. cit., p. 178-179 ad v. 544-549, et L. Sbardella, « Mogli o buoi? », art. cit.

77 Voir V. Gigante Lanzara, « I vaticini di Cassandra », art. cit., p. 91.

78 Pour le guet, voir Pindare, Nem. 10, 61-62 ; pour la motivation de l’intervention de Zeus, voir Pindare, Nem. 10, 63-65 : les Apharides veulent tuer les Tyndarides, ce que Zeus ne peut accepter. Castor est certes fils d’un mortel, mais Pollux est fils de Zeus – le nom « Dioscures » semble cependant impliquer qu’ils sont tous deux fils de Zeus.

79 La iunctura de l’adverbe ὀδάξ, qui possède de nombreux parallèles tragiques et épiques, mais aussi comiques, allié au verbe βρύκω, non seulement souligne l’animalité des quatre héros, mais convoque aussi un parallèle chez Aristophane, Lys., 301. Voir V. Gigante Lanzara, « I vaticini di Cassandra », art. cit., p. 89.

80 Il est à noter que, dans les épisodes où Pindare recourt à ce que l’on appelle un « silence éthique », dans le premier et le dernier des trois exemples vus, Lycophron insiste sur leur caractère cruel.

81 Ainsi, à la base de la lutte entre les Apharides et les Tyndarides il y a l’enlèvement des Leucippides, ὄρνισι, « des oiselles » (Alex., 547), comme Cassandre est χελίδων (Alex., 1460), une hirondelle d’Apollon. Il est à noter que Cassandre rejette ou du moins discute la version du mythe de Pélops selon laquelle il aurait été enlevé – le fait d’être enlevé serait-il le triste privilège des femmes ?

82 Voir à ce propos les articles de S. West, notamment « Lycophron Italicized? », JHS 104, 1984, p. 127-151, et « Herodotus in Lycophron », dans C. Cusset, É. Prioux (dir.), ouvr. cit., p. 81-93.

83 La Première Ode Olympique de Pindare, où se trouve le mythe de Pélops, soulève la question de l’exactitude des événements et des traditions, question qui pourrait s’inscrire dans ce questionnement (v. 28-34) : ἦ θαυματὰ πολλά, καί πού τι καὶ βροτῶν | φάτις ὑπὲρ τὸν ἀλαθῆ λόγον | δεδαιδαλμένοι ψεύδεσι ποικίλοις ἐξαπατῶντι μῦθοι · | Χάρις δʼ, ἅπερ ἅπαντα τεύχει τὰ μείλιχα θνατοῖς, | ἐπιφέροισα τιμὰν καὶ ἄπιστον ἐμήσατο πιστὸν | ἔμμεναι τὸ πολλάκις · | ἁμέραι δʼ ἐπίλοιποι | μάρτυρες σοφώτατοι, « ah, le monde est plein de merveilles – et parfois aussi les dires des mortels vont au-delà du vrai ; des fables, ornées d’adroites fictions, nous déçoivent. Le Génie, à qui les mortels doivent tout ce qui les charme, les met en honneur, donne crédit à l’incroyable, bien souvent ! Mais l’avenir apporte le témoignage le plus véridique » (trad. A. Puech).

Haut de page

Notes de fin

i Je remercie Krystyna Bartol, Peter Bing, Jerzy Danielewicz, Gregory Hutchinson, Enrico Magnelli, Livio Sbardella et Gerson Schade pour les compléments et les améliorations qu’ils ont amenés à mon propos lors de la discussion et que j’ai intégrés dans la présente version, tout comme Christophe Cusset pour sa relecture précise et ses remarques enrichissantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antje Kolde, « L’Alexandra de Lycophron en dialogue avec Pindare ? », Aitia [En ligne], 8.1 | 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1998 ; DOI : 10.4000/aitia.1998

Haut de page

Auteur

Antje Kolde

Universités de Genève et Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page