Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Ovide, Contre Ibis, texte établi par Jacques André, émendé, présenté et traduit par Olivier Sers… Suivi de Théocrite, La Syrinx, texte établi par Félix Buffière, traduit et annoté par Olivier Sers

Paris, Les Belles Lettres, 2017. ISBN : 978-2-251-44654-7
Christophe Cusset

Texte intégral

1Le principal objectif de ce volume publié hors collection aux Belles Lettres est d’apporter un éclairage nouveau sur deux textes cryptés de l’Antiquité, mis ici en relation étroite l’un avec l’autre pour la première fois, grâce à un appareillage explicatif important et une traduction nouvelle présentée, pour ce qui est du poème d’Ovide, en distiques non rimés formés d’un alexandrin et d’un décasyllabe, qui tente tant bien que mal de rendre quelque chose du distique élégiaque latin.

2L’introduction (p. 5-18) replace rapidement cette écriture ludique dans un contexte large allant du goût pour les énigmes antiques aux jeux de l’oulipisme contemporain. L’introduction s’ouvre d’ailleurs sur une mise en bouche (qui se complaît elle-même dans l’allusion énigmatique), due à Tristan Bernard qui donne une définition cryptée du mot « soir » à partir d’une allusion au poème « Recueillement » de Baudelaire (cf. le vers 2 « Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici ») : il s’agit de donner au lecteur d’aujourd’hui une idée de la manière dont les Anciens pouvaient jouer de l’allusion et de l’énigme dans des jeux poétiques complexes touchant parfois à l’obscurité la plus profonde. L’auteur mentionne en passant les « énigmes à la manière de Callimaque » (dont nous n’avons rien conservé, mais ces énigmes devaient correspondre à ce qu’on trouvait dans le Contre Ibis de Callimaque) et Lycophron (dont il aurait été judicieux au moins de citer le poème intitulé Alexandra et si possible d’en dire quelques mots car c’est un témoin remarquable que nous avons conservé de cette poésie cryptée hellénistique). On aurait pu aussi mentionner l’existence du principe de l’énigme à l’œuvre dans nombre d’épigrammes. Il est peut-être hasardeux de dire que Théocrite composait des « calligrammes », car ce terme (qui est une invention d’Apollinaire pour ses propres productions) ne peut guère être retenu, malgré son air grec, pour évoquer les poèmes figurés transmis par l’Anthologie Palatine ; on parle plus largement de Technopaignia (même si ce terme ne se réduit pas aux poèmes figurés) et la tradition n’en reconnaît qu’un seul à Théocrite, La Syrinx, à côté de ceux de Simias de Rhodes notamment. À cet égard, l’introduction est un peu trop allusive pour être totalement pertinente. Elle évoque ensuite, avec plus de précision, les circonstances biographiques de l’exil d’Ovide et celles, poétiques, de la composition du Contre Ibis, dont la cible ne peut être identifiée avec certitude. Des explications rapides, mais efficaces, sont données sur l’organisation du poème d’Ovide, ses principes de transitions et d’associations d’idées, de constitutions de séries de figures mythologiques. En revanche, si l’on veut bien considérer Callimaque comme « le père de la classification bibliographique, de l’analyse documentaire et de l’indexation » à la suite de Christophe Dubois (une référence serait ici bienvenue – l’expression provient du site : http://www.reseau-canope.fr/​savoirscdi à la page de présentation de Callimaque, due à Christophe Dubois, effectivement cité en bibliographie), il est beaucoup plus contestable d’en faire le créateur du classement par genres de la littérature, cette classification théorique n’étant sans doute que le résultat postérieur du catalogage de la Bibliothèque du Musée entrepris par l’érudit de Cyrène ; ce catalogue était en outre désigné par le terme Pinakes (et non *pinakoi, comme le précise à tort la parenthèse du haut de la page 14). On peut ajouter quelques remarques formelles sur cette introduction : il ne semble pas nécessaire de latiniser le nom d’Apollonios en Apollonius (p. 11 et 18) ; il y a une négation parasitaire à la page 10 (l. 15) ; il faut écrire « d’autres » au pluriel à la page 14 (l. 21).

3On ne cherchera pas ici à défendre ou attaquer le choix de la traduction en vers : elle a ses mérites et ses inconvénients, comme toute traduction. On peut simplement regretter que le traducteur n’explicite pas ses intentions en la matière. On pourra se demander s’il n’y a pas une forme de contradiction entre d’une part la volonté de rendre le texte accessible par les explications données dans les index et les indications marginales permettant d’identifier les personnages évoqués et d’autre part une écriture contrainte par le vers qui ne permet pas de rendre toutes les nuances du texte. Le vers impose parfois à la traduction un tour un peu difficile qui n’était pas présent dans le texte d’Ovide : on peut citer par exemple les vers 350-351 de la traduction : « ou, Locrienne, / Celle de son mari qui fit l’amour au frère ». Certains choix de mots sont aussi contestables par rapport au texte source : est-il ainsi judicieux de traduire par « défuncter » le simple pereas du vers 445 ? On remarquera encore que tel mot n’est pas traduit (par ex. toto au vers 14), ou que la syntaxe ou le lexique sont parfois simplifiés ou modifiés pour les besoins de la prosodie (par ex. le vers 37 propose deux couples de saisons, printemps et automne d’un côté, été et hiver de l’autre, qui ne reparaissent pas comme tels dans la traduction proposée purement énumérative, le terme brumae n’est pas non plus rendu dans sa différence plus imagée par rapport aux trois autres noms). On peut faire quelques autres sondages dans le texte : on peut trouver que « sauta » rend un peu platement dedit saltus au vers 285 où l’ordre des mots, expressif, n’est pas non plus respecté ; magno au vers 293 n’est pas traduit ; pocula est escamoté au vers 297. Il n’en demeure pas moins que l’effort du traducteur est des plus louables et il faut reconnaître qu’en dépit de légères imprécisions dont on ne fera pas ici l’inventaire et qui sont somme toute admissibles, il nous livre une traduction nouvelle et fraîche qui cherche à donner un tour poétique à ce pamphlet énigmatique d’Ovide et permet d’en retrouver le charme et la vigueur.

4On appréciera l’index des supplices et celui des noms propres sur lesquels se termine l’ouvrage et qui apportent des éclairages intéressants sur le texte ; le grand nombre des informations qui y sont données fait qu’ils prennent une ampleur inattendue et une allure d’annotation plus que de véritables index. Du coup, la bibliographie, qu’on recherche instinctivement à la fin, se retrouve un peu perdue presque en milieu d’ouvrage (p. 70-74). Certaines de ses sections (celle notamment « sur les motifs de l’exil ») mériteraient d’être nettement rajeunies ! On s’attendait aussi à trouver dans la bibliographie une section consacrée à La Syrinx de Théocrite, fortement mise en avant sur la page de titre du volume, mais il n’en est rien et c’est dommage. Le regret le plus vif concernant l’ouvrage est qu’il n’établit pas explicitement la lecture croisée que le titre et la quatrième de couverture laissaient attendre entre le poème d’Ovide et celui de Théocrite, mais se contente de les juxtaposer.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Ovide, Contre Ibis, texte établi par Jacques André, émendé, présenté et traduit par Olivier Sers… Suivi de Théocrite, La Syrinx, texte établi par Félix Buffière, traduit et annoté par Olivier Sers », Aitia [En ligne], 8.1 | 2018, mis en ligne le 03 juillet 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aitia/2260

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

École normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page