Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9.1Le bouvier dans la poésie helléni...Bouvier, chevrier, berger dans le...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le bouvier dans la poésie hellénistique et le roman grec

Bouvier, chevrier, berger dans les Idylles bucoliques de Théocrite : des catégories à interroger

Cowherd, Goatherd, Shepherd in Theocritus’ Bucolic Idylls: Categories to Be Questioned
Bovaro, capraio, pastore negli Idilli bucolici di Teocrito: delle categorie da interrogare
Antje Kolde

Résumés

Cette communication essaie de répondre à la question de savoir pourquoi certaines Idylles de Théocrite sont désignées par le terme Βουκολικά, et ainsi étroitement liées au βουκόλος. Les bouviers ne sont de fait pas les seuls pâtres que Théocrite met en scène et fait chanter : chevriers surtout, mais aussi bergers, côtoient à ce point les bouviers que, selon K.‑H. Stanzel, ces poèmes devraient s’appeler « aipoliques », car la catégorie des chevriers serait majeure. Une analyse de la fréquence d’intervention et des noms – deux paramètres propres à confirmer ou infirmer l’importance accordée à l’un des trois types de pâtres aux dépens des deux autres – aboutit à la constatation que l’importance de la catégorie des bouviers n’est sans doute pas ce qui a été déterminant dans la dénomination du sous-genre des bucoliques. La conclusion avance deux hypothèses pour expliquer la filiation βουκόλος-Βουκολικά : l’une se réfère à la réception homérique, l’autre à des considérations poétologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Id. 5, 44 par ex., où le berger Lacon utilise ce verbe à propos du chevrier Komatas.
  • 2 Selon les Prolegomena des Scholia vetera in Theocritum, C, a, les Bucoliques s’appellent ainsi parc (...)
  • 3 K.-H. Stanzel, Liebende Hirten. Theokrits Bukolik und die alexandrinische Poesie, Stuttgart, Teubne (...)
  • 4 K.-H. Stanzel, ouvr. cit., p. 44-49.

1L’Idylle 9 de Théocrite s’ouvre sur l’impératif βουκολιάζεο que le locuteur adresse à Daphnis, le bouvier, l’exhortant ainsi à chanter. Manifestement, ce verbe est un dérivé de ὁ βουκόλος, lui-même dérivé de ὁ/ἡ βοῦς. Les chants que les Idylles Βουκολικά de Théocrite restituent seraient-ils le propre des bouviers ? De même, les pâtres qui évoluent dans ces poèmes seraient-ils tous des bouviers ? L’étymologie du terme βουκολικός pourrait le suggérer. Mais tout lecteur de Théocrite sait bien que d’autres pâtres, à savoir des bergers et des chevriers, peuplent également les Idylles bucoliques et que, lorsqu’ils chantent, ils βουκολιάζουσι1. Ces deux termes seraient-ils dérivés de βουκόλος parce que le bouvier serait plus important que les autres pâtres2 ? Selon Karl-Heinz Stanzel, ce n’est pas le cas. Bien au contraire, ce serait le chevrier qui se distinguerait le plus, si bien que la poésie qui traite des chants des pâtres devrait s’appeler « aipolique »3. Même l’importance de Daphnis, le « premier » bouvier, ne justifierait pas, selon Stanzel, la dénomination de « bucolique » : en dehors de lui, Théocrite ne présenterait aucun bouvier important4.

  • 5 Cf. Chr. Cusset, Cyclopodie. Édition critique et commentée de l’Idylle VI de Théocrite, Lyon, Maiso (...)

2Et pourtant, ce genre poétique est nommé d’après le bouvier, tout comme l’acte de chanter. Pour essayer de comprendre ce qui est paradoxal aux yeux de Stanzel, je me propose de comparer les trois catégories de pâtres du point de vue de deux paramètres susceptibles d’exprimer leur place respective, à savoir leur fréquence d’intervention et leur nom – peut-être sera-t‑il possible, à l’issue de ces comparaisons, de formuler l’une ou l’autre hypothèse propre à expliquer pourquoi les pâtres βουκολιάζουσιν et pourquoi ces Idylles s’appellent Βουκολικά. Pour cette petite enquête, je m’en tiens évidemment aux Idylles qui semblent avoir formé le recueil bucolique, à savoir les Idylles 3, 1, 5, 7, 11, (10), 8, 6, 4 et 95.

3Commençons par la première question : où – dans quelle Idylle – apparaît quel pâtre ? Comme je cherche à savoir s’il y a corrélation entre ὁ βουκόλος d’une part, et βουκολιάζειν et βουκολικός de l’autre, je me limiterai le plus souvent aux pâtres qui tiennent pour ainsi dire l’avant de la scène, c’est-à‑dire qui interviennent dans l’intrigue même de l’Idylle, et ne traiterai pas, ou seulement assez marginalement, de ceux qui apparaissent dans leurs propos ou leurs chants et qui se situent donc au second plan. Après cette première comparaison, on passera aux noms que portent ces différents pâtres.

La fréquence d’intervention

4L’ensemble des pâtres (νομεῖς) que l’on rencontre dans les Idylles de Théocrite se compose de trois groupes : les bouviers (βουκόλοι ou βοῦται), les bergers (ποιμένες) et les chevriers (αἰπόλοι), comme les énumère le vers 80 de l’Idylle 1 :

ἦνθον τοὶ βοῦται, τοὶ ποιμένεc, ᾡπόλοι ἦνθον·

vinrent des bouviers, des bergers, vinrent des chevriers.

5Le tableau suivant montre dans quelle Idylle apparaît chaque type de pâtre :

bouvier berger chevrier
Idylle 3 x
Idylle 1 x x
Idylle 5 x x
Idylle 7 x x
Idylle 11 x
Idylle 8
  
x
  
x         =
  
1. x
2. x
Idylle 6
  
1. x
2. x
Idylle 4 x x
Idylle 9 x x         = x
  • 6 Il s’agit des Idylles 7, 8, 6, 4 et 9.
  • 7 À savoir les Idylles 1, 5, 11, 8 et 9.
  • 8 Ce sont les Idylles 3, 1, 5, 7, 8, 4 et 9.

On voit bien que les bouviers et les bergers sont aussi présents les uns que les autres, les chevriers un peu plus. En effet, sur les neuf Idylles, cinq mettent en scène un ou des bouviers6, cinq un berger7, et sept un ou des chevriers8.

  • 9 En parlant de son troupeau, le berger-chevrier de l’Idylle 8 évoque ses agnelles (τὰς ἁμνάδας : v.  (...)
  • 10 V. 138-140.

6Chaque catégorie de pâtre apparaît de façon exclusive dans une Idylle : le chevrier dans l’Idylle 3, le berger dans l’Idylle 11, et le bouvier dans l’Idylle 6 – remarquons que cette dernière présente deux particularités : elle met en scène deux représentants de la même catégorie, à savoir deux bouviers, dont l’un joue le rôle d’un berger. Elle n’est pas la seule Idylle à mettre en scène deux représentants de la même catégorie de pâtres : dans l’Idylle 8 apparaissent deux chevriers. Deux Idylles, les Idylles 1 et 5, présentent le couple chevrier-berger ; deux également, les Idylles 7 et 4, le couple chevrier-bouvier. À première vue, deux Idylles manifestent les trois catégories de pâtres : les Idylles 8 et 9. Mais cette impression est fausse : en réalité, le chevrier et le berger de ces deux Idylles sont un seul et même personnage9. À côté du bouvier et du chevrier-berger, l’Idylle 8 présente un chevrier supplémentaire, qui tient un rôle d’arbitre. Un arbitre intervient également dans l’Idylle 510, sans qu’aucune précision ne soit donnée à son sujet. S’agisssant simplement du nombre de paires ou de trios formés, le chevrier l’emporte donc sur les deux autres pâtres, ce qui n’est pas étonnant puisqu’il apparaît plus souvent.

7Cependant, l’examen de ces groupes permet encore d’autres observations. Les apparences peuvent être trompeuses, puisqu’un même personnage peut appartenir à deux catégories. Il s’ensuit que les frontières entre les catégories de pâtres ne sont pas imperméables, et cela tant au niveau du cadre, comme dans les Idylles 8 et 9, qu’au niveau de la fiction, comme dans l’Idylle 6, où un bouvier joue un berger. Retenons également que deux représentants aussi bien du bouvier que du chevrier peuvent être présents dans une Idylle, ce qui n’est jamais le cas pour le berger.

  • 11 Est considérée comme un chant une partie qui est désignée par un verbe tel que ἄιδω (Id. 3, 38 et 5 (...)

8Si le chevrier apparaît plus souvent, l’emporte-t‑il aussi sur le bouvier et le berger en ce qui concerne le nombre de vers prononcés ? Le tableau suivant comporte trois chiffres pour chaque occurrence :
a. le nombre total de vers prononcés par le pâtre concerné ;
b. le nombre de vers prononcés hors chant ;
c. le nombre de vers prononcés dans le cadre du chant11.

bouvier berger chevrier
Idylle 3
  
  
a. 54
b. 42
c. 12
Idylle 1
  
  
a. 91
b. 9
c. 82
a. 61
b. 61
c. 0
Idylle 5
  
  
a. 66
b. 38
c. 28
a. 81
b. 51
c. 30
Idylle 7
  
  
a. 104
b. 72
c. 32
a. 53
b. 15
c. 38
Idylle 11
  
  
a. 61
b. 0
c. 61
Idylle 8a
  
  
  
  
  
  
  
a. 32
b. 11
c. 21
  
  
  
  
  
a. 34         =
b. 10
c. 24
  
  
  
  
  
chevrier 1
a. 34
b. 10
c. 24
chevrier 2
a. 6
b. 6
c. 0
Idylle 6
  
  
  
  
  
  
  
bouvier 1
a. 14
b. 0
c. 14
bouvier 2
a. 20
b. 0
c. 20
Idylle 4
  
  
a. 34
b. 34
c. 0
a. 29
b. 29
c. 0
Idylle 9
  
  
a. 7
b. 0
c. 7
a. 7         =
b. 0
c. 7
a. 7
b. 0
c. 7
Total
  
  
a. 211
b. 117
c. 94
a. 259
b. 57
c. 202
a. 325
b. 214
c. 111
a. L’Idylle 8 est incomplète.

Ce tableau montre que le chevrier l’emporte sur les deux autres pâtres en ce qui concerne le nombre absolu de vers prononcés. Du point du vue du pourcentage des vers chantés par rapport au nombre de vers total, c’est toutefois le berger qui l’emporte, avec 77,9 % des vers chantés sur le total des vers, suivi par le bouvier, avec 44,54 %, et le chevrier, avec seulement 34,15 %.

9Concernant la fréquence d’intervention, les deux analyses qu’illustrent les tableaux ci-dessus montrent assez clairement, me semble-t‑il, qu’aucune des trois catégories de pâtres ne domine les deux autres. Tournons-nous donc vers le second critère, le nom – ou l’absence de nom.

Les noms – ou non

bouvier berger chevrier
Idylle 3 anonyme (je)
Idylle 1 Thyrsis anonyme
Idylle 5 Lakon Komatas
Idylle 7 Simichidas (= Théocrite ? ; je) Lykidas
Idylle 11 Cyclope Polyphème
Idylle 8
  
Daphnis
  
Ménalcas         =
  
1 Ménalcas
2 anonyme (arbitre)
Idylle 6 Daphnis et Damoitas
Idylle 4 Corydon (remplaçant) Battos
Idylle 9 Daphnis Ménalcas         = Ménalcas
  • 12 Il s’agit des Idylles 3, 1 et 8, dans lesquelles est anonyme le second chevrier, celui qui est l’ar (...)
  • 13 K.-H. Stanzel, ouvr. cit., p. 45.

10Trois fois sur sept, soit dans un peu moins de la moitié des cas, le chevrier est anonyme12. Aux yeux de Stanzel, c’est là un des éléments qui le distinguent des deux autres catégories de pâtres, qui ont toujours un nom. Le philologue souligne que, comme Théocrite donne souvent un nom même à des personnages secondaires, en en faisant ainsi des individus, l’anonymat dans lequel il plonge ses chevriers annulerait en quelque sorte leur individualité et les élèverait au rang d’archétype, de patron13.

  • 14 V. 52-89.

11À côté de ces chevriers anonymes, d’autres portent des noms : Komatas dans l’Idylle 5, Lykidas dans l’Idylle 7, Battos dans l’Idylle 4, ainsi que Ménalcas, le berger-chevrier des Idylles 8 et 9. Le premier, Komatas, appelle un commentaire. De fait, ce chevrier d’âge mûr, qui intervient dans l’Idylle 5, porte le nom d’un chevrier mythique dont l’histoire est chantée dans l’Idylle 7, une idylle très riche du point de vue structurel et poétologique. Dans cette dernière, un trio composé du narrateur, le bouvier Simichidas, sans doute alias Théocrite, et de deux inconnus, Eucritos et Amyntas, rencontre Lykidas, chevrier très connu mais aussi personnage mystérieux, si bien que Stanzel le rapproche des chevriers anonymes. Lykidas entonne un chant14, composé à la montagne, dans lequel il est question d’une fête qu’il organisera ; à cette occasion, deux bergers joueront de la musique, alors qu’un troisième personnage, Tityre, dont on ne sait rien de plus, chantera deux pâtres mythiques, le chevrier Komatas et le bouvier Daphnis ; et Tityre de raconter, par la bouche de Lykidas, l’histoire de Komatas, que les Muses ont sauvé en envoyant des abeilles le nourrir alors qu’il était enfermé par son maître dans une caisse. Par son issue heureuse, cette histoire s’oppose à celle du bouvier Daphnis qui meurt frappé par Aphrodite, fâchée de son orgueil à son égard. La mise en parallèle de Komatas et de Daphnis dans le chant de Tityre résumé par Lykidas n’est pas fortuite : tous deux représentent l’archétype, le πρῶτος εὑρετής. Komatas, le chevrier de l’Idylle 5, ne partage que son nom avec le Komatas-πρῶτος εὑρετής que chante Tityre dans le chant de Lykidas, le chevrier de l’Idylle 7, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir.

  • 15 Il s’agit des Idylles 6, 8 et 9.

12Le Komatas de l’Idylle 5 n’est pas le seul pâtre « normal » à porter le nom de son « patron » mythologique : dans trois Idylles15, les bouviers s’appellent Daphnis.

  • 16 Id. 11, 7 : ὁ Κύκλωψ ὁ παρ᾿ ἁμῖν.
  • 17 Cf. Od. 9, 183-189 ; 312-316 ; 336-342 ; 447-461.

13Parmi les bergers également, il s’en trouve un, dans l’Idylle 11, qui porte le nom d’un personnage mythologique très connu : Polyphème, « le Cyclope de chez nous16 », qui peut être considéré comme un archétype du berger, l’Odyssée nous le montrant très attentif à ses brebis et ses béliers17. Dans l’Idylle 11, la situation est différente de celle de l’Idylle 5 : ce n’est pas un berger nommé Polyphème qui chante, c’est le Cyclope odysséen Polyphème qui est mis en scène – même s’il est situé dans un moment antérieur à l’Odyssée. L’Idylle 6 fait apparaître aussi un Polyphème pré-odysséen, avec cependant une mise à distance : il n’est pas représenté lui-même, mais un des deux bouviers endosse son rôle.

14Les trois catégories de pâtres offrent ainsi des exemples de protagonistes portant un nom qui ne semble revêtir aucune signification particulière ou qui est celui d’un « patron » mythique – Daphnis, Komatas, Polyphème. À ce niveau-là, les trois catégories sont donc semblables. Au-delà cependant de ces parallèles, la catégorie des chevriers se distingue des deux autres par l’anonymat de certains de ses représentants.

  • 18 Sur le lien entre Simichidas et Théocrite, voir l’état de la question que dresse R. L. Hunter, Theo (...)
  • 19 Id. 7, 91-93 : πολλὰ μὲν ἄλλα / Νύμφαι κἠμὲ δίδαξαν ἀν᾿ ὤρεα βουκολέοντα / ἐcθλά, « à moi aussi, le (...)
  • 20 Id. 7, 72-77 : l’amour de Daphnis pour Xénéa fut malheureux ; le bouvier fondait comme neige, la mo (...)
  • 21 Id. 7, 96 : Cιμιχίδᾳ μὲν Ἔρωτεc ἐπέπταρον, « Pour Simichidas, les Amours éternuèrent » : les éternu (...)
  • 22 Cf. É. Prioux, Regards alexandrins. Histoire et théorie des arts dans l’épigramme hellénistique, Lo (...)

15Anonymat – noms mythologiques célèbres – noms « banals » : autant de variations possibles sur le thème de l’une des composantes essentielles de l’identité d’un personnage. Il est encore une variation que Théocrite explore : le pseudonyme. Au début de l’Idylle 7, un trio rencontre le chevrier Lykidas, comme il a déjà été dit. Ce trio, dont un des membres raconte les événements, est composé notamment d’un certain Simichidas, sans doute un double de Théocrite18, qui chante en second, après Lykidas. Or, Simichidas, qui précise au vers 92 qu’il est bouvier19, se présente comme l’opposé du Daphnis que décrit le chant de Lykidas20, à savoir comme un bouvier heureux en amour21. Par ailleurs, il semblerait bien que Simichidas ne soit pas le seul pseudonyme : sous le costume de Lykidas, il conviendrait de voir Apollon Lycien. Il s’ensuit que la rencontre entre le bouvier Simichidas-Théocrite et le chevrier Lycidas-Apollon lycien pourrait être lue soit comme une scène d’initiation, évoquant le prologue de la Théogonie, soit comme un échange de « considérations programmatiques22 ».

  • 23 Chr. Cusset, ouvr. cit., p. 21-22.

16Ainsi, tout comme l’analyse de la fréquence d’intervention ou du nombre de vers prononcés, celle des noms que portent les pâtres n’aboutit à aucune affirmation univoque. Voici quelques exemples :
a. les pâtres ont des noms – pas tous, certains chevriers sont anonymes ;
b. étant des quidams, des pâtres quelconques, ils portent des noms quelconques – pas tous, certains portent le nom de leur « patron » : Komatas, Daphnis ;
c. les noms mythologiques sont donnés à des quidams – non, le Polyphème de l’Idylle 11 est Polyphème ;
d. contrairement aux noms mythologiques, qui peuvent être portés par des quidams, donc par d’autres personnes que leur référent habituel, les noms « ordinaires » désignent obligatoirement leur référent – non, puisque des pseudonymes sont portés par des gens connus sous d’autres noms.
En d’autres termes, les catégories clairement définies s’estompent, les chevriers, bouviers et bergers se définissent moins par opposition entre catégories que par opposition entre individus. Cette façon de traiter les catégories, de réfléchir et d’expérimenter avec elles n’étonne pas de la part d’un Théocrite, dont les Idylles relèvent d’un genre dont le seul critère semble celui « d’être une expérience poétique toujours renouvelée, … un genre en devenir23 ».

17Les catégories instaurées par les noms ne sont pas les seules que Théocrite interroge. Il y a aussi celle qui voudrait, en accord avec le destin des deux πρῶτοι εὑρεταί, que tous les bouviers soient malheureux en amour, à l’image de Daphnis, et que tous les chevriers soient heureux, à l’image de Komatas. Le chevrier anonyme de l’Idylle 3 renverse cette catégorisation puisque, chevrier, il est malheureux en amour, tout comme Simichidas qui, bouvier, est heureux en amour.

18Il s’ensuit donc que se demander quelle catégorie de pâtres est plus importante que les autres revient à se poser une question qui me semble non adéquate. Par conséquent, supposer que le mot βουκολός serait à l’origine de βουκολικός et de βουκολιάζω parce que le bouvier serait le pâtre le plus important est une supposition non adéquate, parce qu’elle est basée sur deux présupposés non pertinents, à savoir la supériorité d’une catégorie sur les autres et la pérennité de cette catégorie.

  • 24 Sans doute le porc et donc le porcher manquent-ils dans les Idylles de Théocrite parce que cet anim (...)

19Mais alors pourquoi ces étymologies qui renvoient au bouvier ? Voici deux hypothèses, qui formeront en même temps ma conclusion : premièrement, le pâtre homérique le plus célèbre est Eumée, le porcher – un pâtre absent chez Théocrite24 ; le pendant négatif d’Eumée est Mélanthios, le chevrier – or, les chevriers théocritéens, avant tout Komatas, le πρῶτος εὑρετής, ne rappellent en rien ce traître-là ; Polyphème, le berger mythique et donc fondateur qui apparaît dans l’Odyssée, est bien présent chez Théocrite, tout en étant différent, puisqu’il est situé dans une temporalité pré-odysséenne ; d’après la logique de la prise de distance avec le texte homérique doublée d’une référence presque constante à lui, il semble aller de soi de nommer les poèmes qui traitent d’un monde ancestral pré-homérique d’après un pâtre qui ne joue pas de rôle dans les poèmes homériques, à savoir le βουκόλος.

  • 25 Id. 11, 1-3 : Οὐδὲν πὸτ τὸν ἔρωτα πεφύκει φάρμακον ἄλλο, / Νικία, οὔτ᾿ ἔγχριcτον, ἐμὶν δοκεῖ, οὔτ᾿ (...)

20Si ma première hypothèse relève d’une certaine façon de la réception de la poésie homérique à l’époque alexandrine, la seconde est davantage d’ordre poétologique. Dans l’Idylle 11, Polyphème illustre les propos que l’instance d’énonciation tient à Nicias : « Il n’est contre l’amour aucun remède … si ce ne sont les Piérides25 ». Autrement dit, seuls ceux qui sont malheureux en amour seront poètes ; or, le πρῶτος εὑρετής à être malheureux en amour est le bouvier Daphnis. Il s’ensuit que la poésie de pâtres qui parle d’amour malheureux est forcément nommée d’après le bouvier.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Cf. Id. 5, 44 par ex., où le berger Lacon utilise ce verbe à propos du chevrier Komatas.

2 Selon les Prolegomena des Scholia vetera in Theocritum, C, a, les Bucoliques s’appellent ainsi parce que, des trois catégories de bétail présentes dans les poèmes, les bœufs constituent la catégorie dominante : Τὰ δὲ βουκολικὰ ἔχει <κατὰ> διαφορὰν τὴν τῶν ποιημάτων ἐπιγραφήν· καὶ γὰρ αἰπολικά ἐστι καὶ ποιμενικὰ καὶ μικτά. τὴν μέντοι ἀπὸ τῶν βοῶν εἴληφεν ἐπιγραφὴν <ὡς> κρατιστεύοντος τοῦ ζῴου.

3 K.-H. Stanzel, Liebende Hirten. Theokrits Bukolik und die alexandrinische Poesie, Stuttgart, Teubner, Beiträge zur Altertumskunde 60, 1995, p. 46 : aipolique – d’αἰπολικός, formé sur ὁ αἰπόλος, le chevrier.

4 K.-H. Stanzel, ouvr. cit., p. 44-49.

5 Cf. Chr. Cusset, Cyclopodie. Édition critique et commentée de l’Idylle VI de Théocrite, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 46, 2011, p. 22-29. Je ne tiendrai pas compte de l’Idylle 10, puisqu’elle met en scène des moissonneurs – raison pour laquelle elle figure entre parenthèses.

6 Il s’agit des Idylles 7, 8, 6, 4 et 9.

7 À savoir les Idylles 1, 5, 11, 8 et 9.

8 Ce sont les Idylles 3, 1, 5, 7, 8, 4 et 9.

9 En parlant de son troupeau, le berger-chevrier de l’Idylle 8 évoque ses agnelles (τὰς ἁμνάδας : v. 35), ses chèvres et ses brebis (ὄις, αἶγες : v. 45). Celui de l’Idylle 9 parle de ses brebis et de ses chèvres (ὄις, … χιμαίρας : v. 17).

10 V. 138-140.

11 Est considérée comme un chant une partie qui est désignée par un verbe tel que ἄιδω (Id. 3, 38 et 52 ; Id. 11, 18 ; Id. 6, 20 ; Id. 9, 14), μέλπομαι (Id. 8, 83), ou évidemment βουκολιάζω (Id. 5, 44 ; Id. 9, 1 et 5), ou encore un substantif comme ἡ ἀοιδά (Id. 3, 62 et 64), et dans laquelle les protagonistes s’affrontent, s’ils sont plusieurs, ce qui peut être exprimé par un verbe comme ἐρίζω (Id. 6, 5).

12 Il s’agit des Idylles 3, 1 et 8, dans lesquelles est anonyme le second chevrier, celui qui est l’arbitre.

13 K.-H. Stanzel, ouvr. cit., p. 45.

14 V. 52-89.

15 Il s’agit des Idylles 6, 8 et 9.

16 Id. 11, 7 : ὁ Κύκλωψ ὁ παρ᾿ ἁμῖν.

17 Cf. Od. 9, 183-189 ; 312-316 ; 336-342 ; 447-461.

18 Sur le lien entre Simichidas et Théocrite, voir l’état de la question que dresse R. L. Hunter, Theocritus. A Selection: Idylls 1, 3, 4, 6, 7, 10, 11 and 13, Cambridge, CUP, 1999, p. 146.

19 Id. 7, 91-93 : πολλὰ μὲν ἄλλα / Νύμφαι κἠμὲ δίδαξαν ἀν᾿ ὤρεα βουκολέοντα / ἐcθλά, « à moi aussi, les nymphes ont enseigné beaucoup de chants excellents, pendant que je gardais les bœufs à la montagne ».

20 Id. 7, 72-77 : l’amour de Daphnis pour Xénéa fut malheureux ; le bouvier fondait comme neige, la montagne et les arbres le pleurèrent.

21 Id. 7, 96 : Cιμιχίδᾳ μὲν Ἔρωτεc ἐπέπταρον, « Pour Simichidas, les Amours éternuèrent » : les éternuements étant dans certaines conditions de bons présages, Simichidas est heureux en amour.

22 Cf. É. Prioux, Regards alexandrins. Histoire et théorie des arts dans l’épigramme hellénistique, Louvain, Peeters, 2007, p. 79-85.

23 Chr. Cusset, ouvr. cit., p. 21-22.

24 Sans doute le porc et donc le porcher manquent-ils dans les Idylles de Théocrite parce que cet animal vivait près des maisons et n’était pas conduit au pâturage à la montagne ; il ne pouvait donc pas être l’emblème du monde pastoral sauvage au même titre que les moutons, les chèvres et les bovins.

25 Id. 11, 1-3 : Οὐδὲν πὸτ τὸν ἔρωτα πεφύκει φάρμακον ἄλλο, / Νικία, οὔτ᾿ ἔγχριcτον, ἐμὶν δοκεῖ, οὔτ᾿ ἐπίπαcτον, / ἢ ταὶ Πιερίδεc, « Il n’y a aucun remède contre l’amour, Nicias, aucun onguent, à ce qui me semble, ni aucune poudre, si ce ne sont les Piérides ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antje Kolde, « Bouvier, chevrier, berger dans les Idylles bucoliques de Théocrite : des catégories à interroger », Aitia [En ligne], 9.1 | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aitia/3426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aitia.3426

Haut de page

Auteur

Antje Kolde

Universités de Genève et de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search