Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le bouvier dans la poésie hellénistique et le roman grec

Boucaios est-il un nom propre ou un nom commun ? (Théocrite, Nicandre, Posidippe)

Is boucaios a Proper Name or a Common Name? (Theocritus, Nicander, Posidippus)
Boucaios è un nome proprio o un nome comune ? (Teocrito, Nicandro, Posidippo)
Hamidou Richer

Résumés

La tradition tient pour acquis que l’un des personnages de l’idylle X a pour nom Boucaios. Le présent article veut mettre en avant que la lecture de ce terme comme un anthroponyme n’est pas évidente et soulève de multiples questions. Il s’agit de réexaminer ici les différents problèmes que pose l’interprétation du mot Boucaios dans toute sa complexité.

Haut de page

Texte intégral

Définition du problème

  • 1 Bucolici Graeci, recensuit et emendavit U. de Wilamowitz-Moellendorff, Oxford, The Clarendon Press, (...)
  • 2 IV, 6 et 11 ; X, passim et VIII, 47 et 51.
  • 3 Fritzsche (Theokrits Idyllen, 2e éd., Leipzig, Teubner, 1869) est l’un des premiers à faire figurer (...)
  • 4 P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Champion, Coll. linguistique 38, 1933, (...)
  • 5 Sur l’accentuation des noms ou adjectifs en ‑αῖος, voir D. Petit, « Force et dominance accentuelle (...)
  • 6 Voir P. M. Fraser et E. Matthews (éds), Lexicon of Greek Personal Names, Oxford, The Clarendon Pres (...)
  • 7 Homère, Iliade, VI, 21.
  • 8 Voir ci-dessous : βου‑ était parfois glosé par μέγα sous le calame de certains scholiastes (à la su (...)

1Tout au long du xxe siècle, les éditeurs des Idylles de Théocrite ont considéré comme étant un point définitivement acquis le fait que les deux personnages mis en scène dans l’idylle X s’appelaient Milon et Boucaios1. Le premier nom ne pose en effet aucun problème d’interprétation, car l’existence de l’anthroponyme « Milon » est garantie par un grand nombre de sources et de références, parmi lesquelles je ne citerai que le célèbre athlète Milon de Crotone, ainsi que les deux autres poèmes de Théocrite dans lesquels ce nom apparaît2. Le nom du second personnage, en revanche, présente un certain nombre de difficultés : il suffit de se reporter aux éditions des poèmes de Théocrite antérieures au xxe siècle3, et jusqu’aux scholies elles-mêmes, pour se rendre compte que le mot « Boucaios » a été interprété diversement selon les époques. Les commentateurs du xxe siècle n’ont pas tort de voir en Βουκαῖος un anthroponyme, car le suffixe ‑αῖος4 est pleinement attesté dans l’onomastique des héros (Musée > Μουσαῖος ; Aristée > Ἀρισταῖος) et des personnages historiques (Πτολεμαῖος > Ptolémée, Τίμαιος > Timée5, etc.). Néanmoins, dans les quatre exemples que je viens d’évoquer, la base à partir de laquelle fut créé l’anthroponyme se laisse aisément restituer (Μουσαῖος > Μοῦσα ; Ἀρισταῖος > ἄριστος ; Πτολεμαῖος > π(τ)όλεμος ; Τίμαιος > τιμή), alors que celle à partir de laquelle fut dérivé le nom βουκαῖος paraît moins évidente à première vue. Le LGPN6 confirme l’existence de cette difficulté dans la mesure où l’anthroponyme Βουκαῖος n’est aucunement attesté, alors qu’il y a un grand nombre d’anthroponymes évoquant l’idée de bouvier ou de bœuf (tel le héros troyen Βουκολίων7), sans même mentionner certains noms d’animaux (tel le célèbre Bucéphale, autrement dit « Tête de bœuf » ou peut-être « Grosse tête8 »). Ce premier argument a silentio tend à faire penser que Théocrite est peut-être le créateur du mot βουκαῖος.

2Mon intention n’est pas de réfuter l’interprétation qui domine aujourd’hui et qui fait de Βουκαῖος un anthroponyme ; je considère en revanche qu’elle est moins évidente qu’on ne le croit habituellement, et que, par conséquent, il convient de prendre au sérieux les difficultés d’interprétation dont nous font part les sources antiques et médiévales. Ces difficultés, en effet, ne sont pas dues à des questions que se posait le scholiaste et qui seraient aujourd’hui périmées (comme cela peut arriver). Il s’agit plutôt d’un problème qui était immédiatement perceptible par le lecteur antique mais que le lecteur moderne n’a plus les moyens de saisir. En effet, si nous interprétons aujourd’hui Boucaios comme un nom propre, c’est avant tout pour deux raisons : d’une part, ce nom est pourvu d’une majuscule ; d’autre part, dans un texte dramatique imprimé, le nom des personnages est indiqué à gauche des paroles qui leur sont attribuées. Or aucun de ces deux critères ne se révèle probant dans l’étude d’un texte antique. Tout d’abord, l’écriture onciale utilisée par les Anciens ne faisait aucune distinction entre les majuscules et les minuscules, ce qui signifie qu’ils ne pouvaient pas déterminer aussi facilement que nous si βουκαῖος était un nom propre ou un nom commun. Ensuite, il convient d’établir le nom d’un personnage à partir des indices contenus à l’intérieur du poème et non à partir du nom qui figure dans la marge du texte, car un tel nom aurait très bien pu être déduit du poème par l’un de ses éditeurs, et non remonter à l’auteur lui-même (en l’occurrence Théocrite). Cette étude aura donc pour but de réexaminer les différents problèmes que pose l’interprétation du mot « Boucaios », et d’en faire ressortir toute la complexité.

Scholiastes et personnages anonymes

  • 9 Je ne traiterai ici que des personnages principaux, et non de ceux qui sont simplement évoqués. Ces (...)
  • 10 Cette caractéristique se retrouve dans d’autres genres littéraires : le théâtre attique connaissait (...)
  • 11 Les deux autres chevriers possèdent un nom : Lycidas (idylle VII) et Comatas (idylles V et VII).
  • 12 Remarquons qu’au contraire du chevrier anonyme le berger Thyrsis réunit les deux appellations : son (...)
  • 13 Cette démarche peut être comparée aux questions que l’empereur Tibère posait aux grammairiens qu’il (...)
  • 14 Les scholies ne contiennent aucune hypothèse sur le chevrier arbitre de l’idylle VIII, qui n’est qu (...)

3La plupart des personnages qui apparaissent9 dans les Idylles de Théocrite portent un nom bien établi, car leur validité est garantie par le texte même de l’idylle. Si l’on s’en tient aux dix premiers poèmes attribués à Théocrite, c’est le cas des personnages de Thyrsis (I, 19, 65 et 146), de Simaitha (II, 114), de sa servante Thestylis (II, 1, 19, 35, 59 et 95) et de son amant Delphis de Myndos (II, 21, 23, 26, 29, 50, 53, 62, 77, 96, 103 et 149), de Corydon (IV, 1, 50 et 58) et de Battos (IV, 41 et 56), de Lacon (V, 2, 9, 14, 86 et 143) et de Comatas (V, 4, 9, 19, 70, 79, 138 et 150), de Daphnis (VI, 1, 5, 42 et 44) et de Damète (VI, 1, 20, 42 et 44), de Simichidas (VII, 21, 50 et 96) et de Lycidas (VII, 13, 27 et 91), enfin de Daphnis (VIII, 1, 5, 6, 8, 31, 36, 38, 71, 82, 92 ; XI, 1, 14 et 23) et de Ménalque (VIII, 2, 5, 9, 30, 32, 33, 39, 62 ; IX, 2, 6 et 14). Dans ces neuf premiers poèmes, seuls trois personnages demeurent anonymes ; ils sont alors désignés par une fonction et non par un nom10. Tous trois sont chevriers11 : le chevrier de l’idylle I (αἰπόλε, I, 1 et 1212), celui de l’idylle III (ταὶ μοι αἶγες, III, 1, et με τὸν αἰπόλον, III, 19) et le chevrier arbitre de l’idylle VIII (τῆνον τὸν αἰπόλον, VIII, 26, et ὁ αἰπόλος, VIII, 28, 29 et 81). Dans ces trois derniers cas, le scholiaste reste prudent : il se contente d’émettre des hypothèses sur l’identité possible de ces personnages13 mais n’est jamais affirmatif à leur propos. Il propose ainsi de reconnaître Ménalque (VIII et IX), Comatas (V et VII) ou bien encore Battos (IV) dans les chevriers anonymes des idylles I et III14 :

Ἐν τούτῳ τῷ εἰδυλλίῳ διαλέγονται πρὸς ἑαυτοὺς Θύρσις ποιμὴν καὶ αἰπόλος, ἤτοι Μενάλκας ἢ Κομάτας· ἀγνοεῖται γὰρ τοῦ αἰπόλου τὸ ὄνομα.
Πῶς οὐχ ὑπεγράφη ἐν τῷ εἰδυλλίῳ τούτῳ τὸ τοῦ αἰπόλου ὄνομα, ἀλλὰ τοῦ ποιμένος; Διὰ τὸ μέλλειν παρεισαχθῆναι τὸν ποιμένα κρειττόνως τῇ καλάμῃ φθεγγόμενον.

Dans cette idylle conversent l’un avec l’autre le berger Thyrsis et un chevrier, soit Ménalque, soit Comatas, car on ignore le nom du chevrier.
Comment se fait-il que dans cette idylle-ci le nom du chevrier n’ait pas été inscrit, au contraire de celui du berger ? Cela tient au fait que le berger sera davantage mis en scène, car il joue un air sur son roseau (Wendel, Scholia in Theocritum, Leipzig, Teubner, 1914 [réimpr. 1967], Id. I, Diegesis d et e).

Ἐπιγράφεται μὲν τὸ εἰδύλλιον τοῦτο Αἰπολικὸν ἢ Ἀμαρυλλίς. Ἐπικωμάζει δέ τις Ἀμαρυλλίδι τοῦ ὀνόματος μὴ δηλουμένου. Εἰκάσειε δ’ ἄν τις τὸν ἐπικωμάζοντα Βάττον εἶναι· τοῦτον γὰρ αἰπόλον ὄντα δι’ ἑτέρου ποιεῖ προσδιαλεγόμενον Κορύδωνι καὶ τὸν ἔρωτα, ὃν ἔσχε πρὸς τὴν Ἀμαρυλλίδα, ἐμφαίνοντα. Τὸ μὲν γὰρ τοῦ ποιητοῦ πρόσωπον οὐκ ἂν εἴη, ὡς ὁ Μουνάτιός φησιν ἐκ τοῦ λέγειν τὸν ἐπικωμάζοντα ‘ἦ ῥά γέ τοι σιμός’.

Cette idylle a pour titre L’idylle du chevrier ou Amaryllis. Un komos en l’honneur d’Amaryllis est prononcé par un individu dont le nom n’est pas indiqué. On pourrait faire l’hypothèse que le comaste n’est autre que Battos. En effet, dans un autre <poème> (δι’ ἑτέρου) il représente ce personnage qui est un chevrier en train de converser avec Corydon et de révéler l’amour qu’il porte à Amaryllis (IV, 38-40). En revanche ce ne saurait être la personne du poète (= Théocrite), comme l’affirme Mounatios en se fondant sur le fait que le comaste déclare « est‑ce que j’ai le nez camus ? » (III, 8) (Wendel, ouvr. cit., Id. III, Diegesis).

4Le scholiaste se montre ici d’autant plus prudent qu’il utilise l’optatif d’affirmation atténuée pour proposer son hypothèse (εἰκάσειε δ’ ἄν τις) et qu’il réfute l’affirmation d’un autre commentateur. Or, dans le cas de l’idylle X, le scholiaste abandonne toute prudence parce qu’il est sûr de son interprétation. L’argument de cette idylle ne prend pas même la peine de passer en revue les hypothèses possibles, car il considère comme étant un point acquis le fait que le boucaios s’appelle Battos :

Ἄδηλον, ἐν ᾧ χωρίῳ διάκειται τὰ πράγματα. Μίλων δ’ ἐστὶ καὶ Βάττος ἐν τῷ θερίζειν προσδιαλεγόμενοι ἀλλήλοις. Ἐρᾷ δὲ ὁ Βάττος Βομβύκης αὐλητρίδος, Πολυβώτου τινὸς εἴτε θυγατρὸς εἴτε θεραπαινίδος, καὶ ἐπὶ τούτῳ ὁ Μίλων ἐρεθίζει αὐτὸν ὡς βραδέως θερίζοντα.

On ne peut indiquer dans quel lieu se passe l’action. Milon et Battos sont en train de moissonner tout en conversant l’un avec l’autre. Battos est épris de la joueuse d’aulos Bombyka, qui est soit la fille, soit la jeune servante d’un certain Polybôtos, et c’est pour cette raison que Milon le provoque : il le trouve lent à moissonner (Wendel, ouvr. cit., Id. X, Diegesis a).

  • 15 Les « arguments » ou diegeseis sont les résumés des poèmes, alors que les scholies à proprement par (...)

5Pourquoi le scholiaste est-il allé chercher dans l’idylle IV le nom de Battos afin de l’appliquer au personnage que nous connaissons sous le nom de Boucaios ? Deux réponses peuvent être apportées à cette question. La première réside dans le nom même de Milon. Les deux personnages principaux de l’idylle IV s’appellent Corydon et Battos. Or un certain Milon est évoqué au vers 6 de cette idylle. L’un des scholiastes a donc considéré que le Milon de l’idylle X faisait référence au Milon de l’idylle IV, et en a conclu que son interlocuteur devait être l’un des deux personnages de ce poème. La seconde réponse est que le scholiaste considère βουκαῖος comme un nom commun et non comme un nom propre ; dès lors se pose la question de l’identité de ce personnage, que le scholiaste cherche à interpréter. L’examen des scholies (et non plus des arguments15) montrera en effet que les scholiastes étaient partagés entre quatre interprétations différentes pour ce nom, parmi lesquelles l’hypothèse moderne de l’anthroponyme.

Les quatre hypothèses des scholies

(1-3a) βουκαῖος · ὁ ἐπὶ ἡμιόνων κομίζων τὰς ὕλας ἢ ὁ ἀροτὴρ ὁ τοῖς βουσὶ τέμνων καὶ καίνων τὴν γῆν. [λέγεται ὑποκοριστικῶς.] εἰρῆσθαι δὲ τὸν βουκόλον ὑποκοριστικῶς <φασιν>, οἱ δὲ τὸν θεριστήν.
(1-3b) βουκαῖον · οἱ μὲν τὸν θεριστὴν ἀπὸ τοῦ βου ἐπιτατικοῦ καὶ τοῦ καίνω τὸ κόπτω καὶ θερίζω, ὁ μεγάλως καίνων· ἢ σὺν βοῇ καὶ ᾠδῇ. Τινὲς δὲ τὸν βουκόλον. Βέλτιον δὲ τὸν ἀροτῆρα ἀκούειν, τὸν σὺν τοῖς βουσὶ καίνοντα τὴν γῆν. Δίφιλος δὲ ἐν τῷ πρώτῳ τῶν Νικάνδρου Θηριακῶν κύριον ὄνομα τὸν Βουκαῖον λέγει.

  • 16 Je pars du principe que cette cinquième interprétation (que je ne commente pas ci-dessous) s’appuie (...)

boucaios : celui qui transporte du bois sur des mules ; ou bien le laboureur, celui qui, à l’aide de ses bœufs, coupe et fend la terre ; [<ce mot> est employé comme diminutif]. <On dit> que c’est le diminutif de « bouvier » ; d’autres <y voient> un moissonneur.
boucaios : les uns <y voient> le moissonneur, en dérivant <ce mot> de l’intensif bou‑ et de kainô, « couper et moissonner » <donc> « celui qui coupe grandement » ; ou bien <« celui qui coupe » ?> en parlant fort et en chantant16. Certains <le glosent par> « le bouvier ». Il vaut mieux comprendre « le laboureur », celui qui fend la terre avec ses bœufs. Dans son premier <livre consacré> aux Thériaques de Nicandre, Diphilos dit que Boucaios est un nom propre (Wendel, ouvr. cit., Σ Χ, 1‑3).

  • 17 Cette interprétation remonte au moins à Aristarque de Samothrace (voir ci-dessous).
  • 18 ἡ βίβλος > τὸ βιβλίον (le livre > le livret) ; ἡ νῆσος > ἡ νησίς, ίδος (l’île > l’îlot) ; ὁ ἀστήρ (...)
  • 19 Ce concept remonte au moins à l’époque classique, puisqu’Aristote l’évoque dans sa Rhétorique (III, (...)
  • 20 F. Overduin, Nicander of Colophon’s Theriaca. A Literary Commentary, Leyde, Brill, Mnemosyne. Suppl (...)
  • 21 Sur l’épithète ὁ Λαοδικεύς, voir Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes, VII, 314d.

6Ces deux scholies contiennent en tout et pour tout quatre hypothèses :
– βουκαῖος serait composé de βου‑, « le bœuf », et de ‑καιος issu de καίνω, « fendre ». L’homme qui « fend (la terre) avec ses bœufs » n’est autre qu’un laboureur (ἀρότηρ, de ἀρόω‑ῶ). Le contexte même de cette idylle exclut cette solution dans la mesure où l’on ne saurait confondre labour et moisson : Milon et son compagnon sont bien en train de moissonner leur champ (θερίζω, ἀμάω‑ῶ), et non de le labourer. Cette explication contradictoire n’a donc pas d’autre but que de fournir une explication sémantique (étymologique) du nom βουκαῖος, au prix d’un contresens manifeste avec le contexte décrit par le poème ;
– βουκαῖος serait composé de βου‑ au sens intensif (« grand ») et de καίνω, « fendre ». Cette seconde hypothèse ne fait que modifier l’interprétation du premier élément. La base βου‑ est ici prise dans un sens figuré. Au contraire de la chèvre et du mouton, le bœuf (ainsi que le cheval) appartient au « grand bétail », donc βου‑ est ici considéré comme étant un synonyme de μέγας17. Il ne s’agit donc que d’une tentative d’amélioration de la première explication proposée ;
– βουκαῖος serait un « diminutif » du nom βουκόλος. Un « diminutif » désigne aujourd’hui un nom formé à partir d’un autre nom à l’aide d’un suffixe (maison > maisonnette) ou d’une troncation (Maxime > Max). Or, s’il existe bien en grec ancien des suffixes servant à former des diminutifs (‑ίον, ‑ίς, etc.)18, force est de constater que le suffixe ‑αῖος n’a pas cette fonction. Ne pouvant évaluer dans cette étude l’extension du concept antique d’ὑποκορισμός19, je me contenterai de rappeler que certains Modernes20 considèrent encore aujourd’hui que βουκαῖος constitue une variante de βουκόλος, sans valeur hypocoristique, comme le montre le poème nicandréen des Thériaques. Les Modernes pensent en revanche que Βουκαῖος est un nom propre chez Théocrite, alors que le scholiaste estime que c’est un nom commun (à valeur hypocoristique) chez les deux auteurs ;
– l’hypothèse moderne, qui fait de Βουκαῖος un anthroponyme, est envisagée in extremis : les Modernes ne sont donc pas les inventeurs de cette interprétation, puisque le scholiaste la fait remonter au premier livre d’un commentaire qu’un certain Diphilos de Laodicée21 aurait consacré aux Thériaques de Nicandre de Colophon. Nous avons vu néanmoins que c’est le philologue Fritzsche qui la remet au goût du jour, avant qu’elle ne devienne la vulgate dans les éditions du xxe siècle.
Après avoir exposé (et réfuté) les quatre hypothèses proposées par les Anciens, il convient à présent de proposer l’interprétation qui nous paraît la plus légitime.

Comment interpréter βουκαῖος ?

7Je suggère pour ma part de voir dans βουκαῖος un nom délibérément ambigu créé par Théocrite. Il peut en effet être interprété soit comme un anthroponyme, soit comme une référence à la glose homérique βουγάϊε. Cette ambiguïté originelle, de mon point de vue, n’aurait plus été comprise par les imitateurs et commentateurs de Théocrite, ou bien elle aurait été perçue mais délibérément résolue. Le premier cas de figure me paraît manifeste dans les scholies, car celles-ci n’envisagent plus que des hypothèses qui s’excluent mutuellement, sans évoquer une possible ambiguïté initiale ; le second cas de figure correspond selon moi à l’usage que Nicandre de Colophon fait du mot βουκαῖος dans ses Thériaques, et qui sera étudié plus loin. Voyons à présent comment le nom βουκαῖος a été créé.

  • 22 Sur ce procédé, voir l’introduction de C. Dobias et L. Dubois dans O. Masson, Onomastica Graeca sel (...)
  • 23 La grammaire comparée des langues indo-européennes a montré depuis longtemps que βουκόλος et αἰπόλο (...)
  • 24 R. Viredaz (« La troncation dite hypocoristique hors des anthroponymes », dans Nouveaux acquis sur (...)

8La Xe idylle énonce trois fois le nom de ce mystérieux personnage : il est désigné à deux reprises par le vocatif Βουκαῖε (v. 1 et 56), et une autre fois par le nominatif Βοῦκος (v. 37). Il convient donc de considérer que le nom commun βουκόλος a été tronqué en βοῦκος22, avant d’être recaractérisé au moyen d’un autre suffixe, processus qui aboutit effectivement au mot βουκ-αῖος. Le scholiaste avait bien l’intuition que βουκαῖος ne pouvait être directement dérivé de βοῦς ; il avait donc raison de chercher à justifier la présence du kappa ; néanmoins il n’est plus aujourd’hui possible de tenter de le dériver de la racine du verbe καίνω, car on ne saurait justifier la disparition du nu que présente cette racine23 ; en revanche tout s’éclaire si l’on dérive Βοῦκος de βουκόλος. Cette dernière dérivation s’explique par le phénomène de troncation (augmenté d’un suffixe) que l’on observe dans les anthroponymes (Ἀλέξ-ανδρος > Ἄλεξ-ις), mais aussi dans certains noms communs24.

9Cette interprétation permet donc d’éliminer les trois hypothèses évoquées successivement par le scholiaste : βουκαῖος n’évoque ni un laboureur, ni un moissonneur, ni un diminutif de βουκόλος, car c’est un dérivé anthroponymique issu de βουκόλος. Cette interprétation lexicale, en revanche, ne permet en rien de résoudre les ambiguïtés de lecture qui se posaient aux Anciens en raison de leur mode d’écriture – j’entends par là l’absence de distinction entre les majuscules et les minuscules. Cet usage typographique antique permettait à Théocrite de jouer d’une ambiguïté plus forte que ce qui est possible dans nos éditions modernes, qui sont obligées de décider si βουκαῖος est un nom propre ou un nom commun. Voyons donc comment s’interpellent les deux personnages au début du poème :

Ἐργατίνα Βουκαῖε, τί νῦν, ᾠζυρέ, πεπόνθεις;
Μίλων ὀψαμᾶτα, πέτρας ἀπόκομμ’ ἀτεράμνω,
οὐδαμά τοι συνέβα ποθέσαι τινὰ τῶν ἀπεόντων;

  • 25 Je cite le texte édité par Hunter, ouvr. cit., et propose une traduction personnelle.

Ouvrier Boucaios, que t’arrive-t‑il à présent, malheureux ? (Théocrite, Idylles, X, 1).
Milon, toi qui moissonnes jusqu’à tard, fragment d’une roche indélicate, ne t’est-il jamais arrivé d’éprouver du désir pour un être absent ? (Théocrite, Idylles, X, 7‑825).

  • 26 Gow, ouvr. cit., II, p. 194.
  • 27 M. L. West (Hesiod: Works and Days, Oxford, OUP, 1978, p. 281) remarque à juste titre que le compos (...)
  • 28 Dans les Argonautiques, ἐργατίνης est employé une première fois comme étant l’épithète des bœufs en (...)

10Les deux vocatifs qui permettent d’identifier les deux personnages en présence forment un chiasme. En effet, au vers 7, on reconnaît que Milon est un anthroponyme précisé par une épithète épique. On a remarqué depuis longtemps26 que Théocrite détourne ici une épithète hésiodique : dans Les Travaux et les Jours, ὀψαρότης est appliqué au paysan qui laboure son chant trop tardivement27. Il s’agit donc d’un terme négatif que Théocrite réinterprète de manière positive, puisque l’épithète ὀψαμᾶτα est ici appliquée à Milon, « celui qui est capable de moissonner jusqu’à tard le soir ». Si ce premier personnage est affublé d’une épithète épique, on peut dès lors soupçonner l’autre vocatif (ἐργατίνα βουκαῖε) d’être construit sur le même modèle. Le substantif ἐργατίνης est soit une création de Théocrite, soit un emprunt aux Argonautiques d’Apollonios de Rhodes28. On ne peut le comprendre, quoi qu’il en soit, que comme un doublet d’ἐργάτης, qui désigne le « travailleur agricole ». Il faut donc conclure que Βουκαῖε est le nom de ce personnage, ce que confirme le vers 56 (où il est répété) ainsi que sa variante tronquée Βοῦκος (v. 38). Le lecteur antique n’aura pas manqué de remarquer néanmoins que Βουκαῖε (au contraire de Βοῦκος) est employé à deux reprises au vocatif. Cela n’a rien d’étonnant en soi, car d’autres anthroponymes théocritéens sont utilisés de manière privilégiée au vocatif. Néanmoins, cette caractéristique en apparence anodine me paraît constituer un argument plaidant en faveur d’un jeu de mots avec la glose homérique βουγάϊε. Outre la proximité phonétique de ces deux mots, notons que leur usage syntaxique (le vocatif) est rigoureusement identique. La création du mot Βουκαῖος n’aurait donc pas été motivée exclusivement par la dérivation anthroponymique exposée ci-dessus, mais également par référence à cette glose homérique.

11Le vocatif βουγάϊε n’apparaît que deux fois dans les poèmes d’Homère, la première dans l’Iliade (XIII, 824) et la seconde dans l’Odyssée (XVIII, 79). Dans ces deux occurrences, le terme βουγάϊε est clairement utilisé comme une insulte adressée par un héros à un autre personnage. Dans l’Iliade, c’est Hector qui répond en ces termes aux provocations d’Ajax :

  • 29 Texte et trad. de P. Mazon.

Αἶαν ἁμαρτοεπὲς βουγάϊε ποῖον ἔειπες ;
Ajax aux propos menteurs, grand vantard, quels mots dis-tu là29 ?

alors que, dans l’Odyssée, c’est Antinoos qui s’adresse ainsi au mendiant Iros :

  • 30 Texte et trad. de V. Bérard.

νῦν μὲν μήτ’ εἴης, βουγάϊε, μήτε γένοιο
ah ! Taureau fanfaron ! Il vaudrait mieux pour toi ne pas être vivant et ne jamais être né30 !

  • 31 Notons que P. Mazon retient l’interprétation proposée par Aristarque (contre l’avis de Zénodote), t (...)

12Notons que ce contexte d’invectives convient fort bien au cadre de l’idylle X car, dès l’ouverture du poème, l’ouvrier Milon se moque de la lenteur avec laquelle moissonne son collègue. La tradition homérique nous permet de reconstruire quelle était la théorie exposée par les célèbres Zénodote d’Éphèse et Aristarque de Samothrace31.

βουγάϊε. δὶς κέχρηται τῇ λέξει ὁ ποιητής, ἐν Ἰλιάδι ἅπαξ ἐπ’Αἴαντος, ἐν δὲ Ὀδυσσείᾳ ἐπὶ τοῦ Ἴρου. Βουγάϊον δὲ λέγουσι τὸν ἐργάτην βοῦν· ἀπὸ δὲ τοῦ τὴν γῆν ἐργάζεσθαι βουγαῖον· ὡς οὖν βοώδη καὶ ἀναίσθητον ὀνειδίζεσθαι τὸν Αἴαντα μὲν ὑπὸ τοῦ Ἕκτορος, τὸν δ’ Ἶρον ὑφ’ ἑνὸς τῶν μνηστήρων. Βέλτιον δὲ ἀποδιδόναι τὸν ἐφ’ ἑαυτὸν μεγάλως γαυριῶντα· τὸ μὲν γὰρ βου ἤτοι ἐπὶ τοῦ μεγάλου, ὡς ἐπὶ τοῦ βούπαιδος καὶ βουσύκου.

Bougaïe : ce mot est utilisé à deux reprises par le Poète, une fois dans l’Iliade à l’encontre d’Ajax, et une autre fois dans l’Odyssée à l’encontre d’Iros. On appelle « bougaios » un bœuf qui travaille la terre. Bougaios est dérivé du <syntagme> « travailler la terre » (τὴν γῆν ἐργάζεσθαι). C’est donc d’« imbécile ressemblant à un bœuf » qu’est taxé Ajax par Hector, et Iros par l’un des prétendants. Il vaut mieux conclure « celui qui tire un grand orgueil de lui-même », car bou‑ équivaut à « grand » (μεγάλου), comme dans boupais et bousycos (Apollonios le Sophiste, Lexique, βουγάϊε).

βουγάϊε· Ζηνόδοτος „βουγήϊε“ διὰ τοῦ η. ὁ δὲ Ἀρίσταρχος διὰ τοῦ α, τάχα ἐπεὶ γαίων ὡς ἐπὶ τὸ πλεῖστον ὁ ποιητὴς λέγει.

  • 32 Ces deux citations sont pourvues d’une traduction personnelle.

Bougaïe : Zénodote <écrit> bougèïe au moyen de la lettre êta, tandis qu’Aristarque utilise un alpha ; le poète dit peut-être (τάχα) « toi qui es extrêmement orgueilleux » (Homère, Iliade, Σ XIII, 824)32.

  • 33 Sur cet auteur, voir E. Dickey, Ancient Greek Scholarship. A Guide to Finding, Reading, and Underst (...)
  • 34 Plutarque (quomodo adolescens poetas audire debeat, § 35c) la mentionne également dans une série d’ (...)

13La notice contenue dans le Lexique d’Apollonios le Sophiste33 montre quelle était la « vulgate34 » à propos de cette glose, tandis que les scholies homériques nous permettent de réattribuer ces deux interprétations : Zénodote voyait dans βουγαϊε un composé de βοῦς (au sens propre) et de γῆ (d’où la graphie βουγήϊε qu’il préconisait), alors qu’Aristarque préférait rattacher cette glose à βοῦς (au sens figuré : μέγας) et à la racine du verbe γαίω, « être orgueilleux » (d’où la graphie βουγάϊε qu’il préconisait). Dans le premier cas on traite l’interlocuteur de « bœuf de labour », et dans le second cas on le traite de « grand vantard ». Il n’est de meilleure preuve que βουκαῖος et βουγάϊε doivent être étudiés conjointement que la contamination qui s’est produite dans la tradition : certains manuscrits homériques ont adopté la leçon βουκαῖε en lieu et place de βουγάϊε, alors que ce dernier terme est le mot authentiquement homérique, et le premier une vraisemblable création lexicale effectuée par Théocrite.

14Résumons notre propos : Βουκαῖε me semble être un nom créé par Théocrite à partir de deux sources différentes, les possibilités offertes par la dérivation des anthroponymes (βουκόλος > Βοῦκος > βουκαῖος), et le modèle que lui fournissait la glose homérique βουγάϊε. Zénodote et Théocrite ayant vécu sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (285-246 avant J.‑C.), alors qu’Aristarque a vécu au tournant des iiie et iie siècles avant J.‑C., il faut nécessairement conclure que Théocrite a pu avoir connaissance des débats auxquels a donné lieu l’interprétation de Zénodote (et non celle d’Aristarque). Le sens qu’il confère à sa création Βουκαῖε et le contexte dont il l’entoure sont d’ailleurs plus proches de l’interprétation de Zénodote que de celle d’Aristarque. À mon sens, cette forme est volontairement ambiguë, puisqu’elle possède intrinsèquement à la fois les caractéristiques d’un nom propre et celles d’un nom commun. Telle est la complexité dont je parlais au début de cette étude : Théocrite a clairement établi dans son texte des indices permettant de conclure que Βουκαῖος est bien le nom du personnage, puisqu’il indique la forme tronquée Βοῦκος (elle aussi dépréciative) et que l’on peut mettre en rapport le suffixe ‑αῖος avec d’autres anthroponymes (Μουσαῖος, etc.). D’un autre côté, il sait que son lecteur reconnaîtra la glose homérique βουγάϊε, employée deux fois par Homère au vocatif, et proche phonétiquement de sa création. Mutatis mutandis, Βουκαῖος devait signifier en grec à la fois « M. Lebœuf » (ou plutôt « M. Lebouvier ») et « M. Lesot ». C’est une ambiguïté dont avait encore conscience un siècle plus tard le poète Nicandre de Colophon qui, au début de ses Thériaques, a fait le choix de réemployer cette glose théocritéenne.

L’interprétation de Nicandre de Colophon

15Nicandre de Colophon, dans ses Thériaques, est le seul auteur grec (autre que Théocrite) qui ait utilisé le mot βουκαῖος. La tradition grammaticale antique s’en était déjà aperçue, puisque l’Etymologicum Magnum lie étroitement les deux auteurs, citation à l’appui :

Βουκαῖος· Νίκανδρος, οἷον· βουκαῖός τ’ ἀλέγοι καὶ ὀροιτύπος, καὶ Θεόκριτος ·ἐργατίνα βουκαῖε.
Σημαίνει δὲ τὸν ἀροτριαστήν, τὸν τοῖς βουσὶ καίνοντα τὴν γῆν, τουτέστιν κόπτοντα καὶ σχίζοντα.

  • 35 La leçon Νίκανδρος corrige la leçon Μένανδρος que contiennent les manuscrits. Cette correction ne f (...)
  • 36 Je cite l’édition de F. Lasserre et N. Livadaras, Etymologicum magnum genuinum, Symeonis etymologic (...)

Boucaios : Nicandre35, par exemple : « tu auras l’estime du bouvier et du laboureur » (Thériaques, v. 5) ; et Théocrite, « ouvrier boucaios » (Idylles, X, 1). <Ce mot> signifie « le laboureur », celui qui avec ses bœufs fend la terre, c’est-à‑dire celui qui coupe et qui fend <la terre avec ses bœufs> (Etymologicum Magnum, βουκαῖος36).

  • 37 C’est ce que suggère déjà la scholie aux vers X, 38-40a : Βοῦκος: ὁ Βουκαῖος, ὄνομα κύριον· παρὰ δὲ (...)

16Les scholies aux Idylles de Théocrite nous ont appris que la théorie défendue par les Modernes avait été exprimée dans l’Antiquité par un certain Diphilos de Laodicée, dans son commentaire aux Thériaques de Nicandre de Colophon. Or j’émettrai l’hypothèse que ce Diphilos de Laodicée en est venu à la conclusion que βουκαῖος était un nom propre en comparant (pour les opposer) les poèmes de Théocrite et celui de Nicandre de Colophon37. Si les scholiastes de Théocrite pouvaient considérer que βουκαῖος désignait une fonction au même titre que ποιμήν ou αἰπόλος (en comparant l’idylle X aux autres poèmes de Théocrite), Diphilos de Laodicée, lui, ne pouvait aboutir à la même conclusion car, dans les Thériaques de Nicandre, βουκαῖος est utilisé comme un simple nom commun, du moins en apparence :

Ῥεῖά κέ τοι μορφάς τε σίνη τ’ ὀλοφώϊα θηρῶν
ἀπροϊδῆ τύψαντα λύσιν θ’ ἑτεραλκέα κήδευς,
φίλ’ Ἑρμησιάναξ, πολέων κυδίστατε παῶν,
ἔμπεδα φωνήσαιμι· σὲ δ’ ἂν πολύεργος ἀροτρεύς
βουκαῖός τ’ ἀλέγοι καὶ ὀροιτύπος, εὖτε καθ’ ὕλην
ἢ καὶ ἀροτρεύοντι βάλῃ ἔπι λοιγὸν ὀδόντα,
τοῖα περιφρασθέντος ἀλεξητήρια νούσων.

  • 38 Je cite le texte et la traduction de J.‑M. Jacques (Nicandre, Œuvres. II, Les Thériaques, Paris, Le (...)

C’est aisément que, sur les bêtes venimeuses, sur leurs formes, leurs méfaits pernicieux assenés à l’improviste, les moyens décisifs de vaincre le mal, je puis te faire, cher Hermésianax, ô toi le plus glorieux de mon nombreux parentage, un fidèle exposé. Et tu auras l’estime du rude laboureur, du bouvier et du bûcheron lorsque, au bois ou au labour, elles auront porté sur eux une dent funeste, si tu es instruit de tels remèdes à leurs maux (Nicandre de Colophon, Thériaques, 1‑738).

  • 39 ἀπολείπῃ / ὥσπερ ὄις ποίμνας, ἇς τὸν πόδα κάκτος ἔτυψε, « tu restes en retrait, comme reste en retr (...)

17Nicandre assigne un rôle fondamental à son βουκαῖος, puisqu’il ne désigne rien moins que l’une des trois cibles de son long poème didactique. S’il dédie ce texte à son parent nommé Hermésianax, il pense qu’il peut être utile au laboureur (ἀροτρεύς), au βουκαῖος et au bûcheron (ὀροιτύπος, littéralement « celui qui frappe <les arbres> dans la montagne »). Cette triple cible est ensuite reprise par une double expression, la forêt (καθ’ ὕλην) et les champs qu’on laboure (ἀροτρεύοντι), mais on peut aisément rétablir un second triptyque en déduisant la montagne (τὸ ὄρος) du nom qui désignait le bûcheron (ὀροιτύπος). Ces trois éléments prouvent selon moi que Nicandre ne fait pas simplement de βουκαῖος une variante stylistique de βουκόλος, mais qu’il fait explicitement référence à la Xe idylle de Théocrite au début de ses Thériaques. Je ne présenterai que quatre arguments :
a. βουκαῖος ne constitue pas ici une simple variante de βουκόλος, mais bien un indice d’intertextualité visant à convoquer le poème de Théocrite ;
b. le terme ὀροιτύπος me semble choisi en référence aux débats qui entouraient l’interprétation du terme βουκαῖος (et sans doute βουγάϊος) ;
c. les deux poèmes s’éclairent mutuellement. À la fin de l’idylle X, Milon explique à Boucaios qu’il doit penser au travail et non « à son amour de crève-la-faim » (λιμηρόν ἔρωτα, v. 56). Dès lors, l’ambiguïté théocritéenne me paraît préservée chez Nicandre : son poème intéressera non seulement les bouviers, au même titre que les bûcherons et les laboureurs, mais aussi Boucaios lui-même, puisque ses Thériaques seront utiles aux paysans, alors que le chant d’amour de Boucaios était parfaitement inutile. Nicandre reprend donc le reproche que Milon adressait à Boucaios, en l’invitant à s’intéresser à des choses plus utiles que son amour ;
d. rappelons enfin que le Milon de Théocrite comparait la lenteur de βουκαῖος à celle d’une brebis dont le pied avait été piqué par un chardon et qui restait à la traîne du troupeau39.

Il me semble donc que cet emploi du terme βουκαῖος prouve que Nicandre a encore pleinement conscience du double statut de ce mot, à la fois nom propre et référence à la glose βουγάϊε ; ce ne sera en revanche plus le cas de ses successeurs, qui verront dans βουκαῖος un simple synonyme de βουκόλος. J’espère avoir montré que, dans les poèmes de Théocrite et de Nicandre, il convient de préserver le double statut de ce terme, et non de trancher en faveur de l’un ou de l’autre.

Conclusion

18Cet article n’avait pas pour but de démontrer que Boukaios n’était pas un anthroponyme, mais d’établir que, contrairement à ce que laissent entendre les éditions modernes, il ne se réduisait pas à ce statut d’anthroponyme. Théocrite a créé là un terme volontairement ambigu, mais cette ambiguïté s’est peu à peu perdue, commentateur après commentateur. Il ne s’agit pas en tout cas d’un anthroponyme courant – il n’est pas attesté dans le LGPN – et il suffit de s’intéresser à l’histoire des Idylles antérieure au xxe siècle pour se rendre compte qu’on y voyait un nom commun au lieu d’un nom propre. J’ai tenté de démontrer que βουκαῖος avait été créé par Théocrite non seulement à partir de la glose homérique βουγάϊε (au même titre que la glose hésiodique ὀψαρότηρ), mais également en s’appuyant sur les ressources de l’anthroponymie grecque. Cette interprétation de βουκαῖος (du moins si elle est bien reçue) permettra de redonner toute sa place à la dimension bucolique de cette idylle. En effet, celle-ci a bien souvent été exclue des poèmes bucoliques dans la mesure où elle est la seule parmi les poèmes rustiques de Théocrite à mettre en scène des agriculteurs et non des pâtres ; cette étude a montré – du moins je l’espère – que toute une réflexion philologique liée au bœuf et au bouvier était présente dans ce poème, qui mérite donc de réintégrer les poèmes bucoliques, c’est-à‑dire les poèmes liés aux bouviers.

  • 40 Outre l’idylle X et l’incipit des Thériaques de Nicandre, une troisième occurrence se trouve dans u (...)
  • 41 Sur cette épigramme, voir D. Sider, « Posidippus on Weather Signs and the Tradition of Didactic Poe (...)

19À l’aube du xxie siècle, un texte inédit est venu compléter la documentation relative à la glose βουκαῖος ; je me contenterai pour l’heure de l’évoquer brièvement. Il s’agit du papyrus de Milan qui nous a restitué un grand nombre d’épigrammes inédites de Posidippe de Pella. Cette quatrième et dernière occurrence du mot βουκαῖος40 constitue une conjecture des éditeurs car le texte est altéré à cet endroit. L’épigramme se présente ainsi41 :

ὄρνις μὲν β̣[ο]υ̣κ̣αῖος ἐπήρατος ἀνδρὶ γ̣εωργῷ
   φαινέσθω, λ̣ή̣πτ̣η̣ς καὶ περὶ φύτ̣λ̣’ ἀ̣γ̣α̣θ̣ό̣[ς·]
ἡμῖν δ’ Αἰγύπτου πέλαγος μέλλουσι διώκειν
   Θρῆισσα κατὰ προτόνων ἡγεμονέοι γέρανος,
σῆμα κυβερνήτηι καταδέξιον, ἣ τὸ μέγ̣’ [ἀθρεῖ]      5
   κῦμα, δι’ ἠερίων σω[ιζο]μένη πεδίων.

  • 42 Je fais le choix du terme « bouvreuil » en raison de sa proximité avec le mot « bouvier », en lieu (...)
  • 43 Je cite le texte établi par C. Austin et G. Bastianini (Posidippi Pellaeisupersunt omnia, Milan, LE (...)

Que paraisse le bouvreuil42 aimé de l’homme qui travaille la terre ! C’est un bon attrapeur <de mouches> pour les plantes. Quant à nous qui sommes sur le point de parcourir la mer d’Égypte, puisse la grue thrace nous guider du haut du mât ! Elle est un signe de bon augure pour le pilote, car elle a le regard tourné vers l’immensité des flots, et <vole> préservée <de tout danger> à travers les plaines aériennes43.

  • 44 Sur ce parallèle, voir V. Raimondi, « αἰπολικὸς δύσερως in Posidippo 19 A.‑B.: un richiamo al Ciclo (...)

20Austin et Bastianini se sont appuyés sur une glose d’Hésychius (β 905) pour justifier la restitution qu’ils proposent : βουκολίνη· κίγκλος τὸ ὄρνεον. Si celle-ci est avérée, il faudrait y voir un signe supplémentaire du fait que Posidippe était un lecteur de Théocrite. À travers la bergeronnette et la grue, ce sont les espaces terrestres et maritimes qui sont opposés. Avant Nicandre de Colophon, et sans faire référence de façon aussi précise que lui au contexte de l’idylle X, Posidippe aurait donc repris cette glose en la réemployant dans un contexte positif (de même que Théocrite avait repris l’épithète hésiodique dépréciative pour la réinsérer dans un contexte mélioratif). Un parallèle existe : l’expression δύσερως αἰπολικός, employée par Posidippe à propos du Cyclope Polyphème (épigramme 19), et qui faisait référence aux vers I, 85 et VI, 7 des Idylles de Théocrite44.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Bucolici Graeci, recensuit et emendavit U. de Wilamowitz-Moellendorff, Oxford, The Clarendon Press, 1905 ; Bucoliques grecs, texte établi et trad. par Ph. E. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1925-1927, 2 vol. ; Theocritus quique feruntur Bucolici Graeci, C. Gallavotti recensuit, 3e éd., Rome, Typis officinae polygraphicae, Scriptores Graeci et Latini, 1993 ; Theocritus, ed. with a transl. and commentary by A. S. F. Gow., 2e éd., Cambridge, CUP, 1952, 2 vol. ; Die griechischen Bukoliker: Theokrit, Moschos, Bion, hrsg. und übers. von H. Beckby, Meisenham am Glan, Hain, Beiträge zur klassischen Philologie 49, 1975 ; Theocritus, Moschus, Bion, ed. and transl. by N. Hopkinson, Cambridge (Mass.), HUP, The Loeb Classical 28, 2015.

2 IV, 6 et 11 ; X, passim et VIII, 47 et 51.

3 Fritzsche (Theokrits Idyllen, 2e éd., Leipzig, Teubner, 1869) est l’un des premiers à faire figurer le nom Boucaios dans son édition (« Βουκαῖε ist der Name des Schnitters, den man fälschlich Battos gennant hat », p. 135). Auparavant les éditeurs suivent les scholiastes, et indiquent les noms de Battos et Milon (Idylles de Théocrite et Odes anacréontiques, trad. nouv. par Leconte de Lisle, Paris, Poulet-Malassis, 1861 ; Theocriti carmina, ex codicibus italis denuo a se collatis tertium ed. C. Ziegler, 2e éd., Tübingen, Laupp, 1867).

4 P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Champion, Coll. linguistique 38, 1933, p. 46-49.

5 Sur l’accentuation des noms ou adjectifs en ‑αῖος, voir D. Petit, « Force et dominance accentuelle en morphologie dérivationnelle grecque », dans Nouveaux acquis sur la formation des noms en grec ancien. Actes du colloque international, Université de Rouen, ERIAC, 17-18 octobre 2013, A. Blanc et D. Petit (éds), Louvain, Peeters, Coll. linguistique 101, 2016, p. 17.

6 Voir P. M. Fraser et E. Matthews (éds), Lexicon of Greek Personal Names, Oxford, The Clarendon Press, 1987.

7 Homère, Iliade, VI, 21.

8 Voir ci-dessous : βου‑ était parfois glosé par μέγα sous le calame de certains scholiastes (à la suite d’Aristarque de Samothrace).

9 Je ne traiterai ici que des personnages principaux, et non de ceux qui sont simplement évoqués. Ces derniers posaient des problèmes d’interprétation aux scholiastes et continuent d’en poser aux commentateurs modernes, par ex. Paraibatis (ΙΙΙ, 32) ou la vieille Κotuttaris (VI, 40).

10 Cette caractéristique se retrouve dans d’autres genres littéraires : le théâtre attique connaissait des rôles anonymes de nourrice (τρόφος) ou de messager (ἄγγελος), et le Sophiste de Platon contient un personnage appelé ξένος.

11 Les deux autres chevriers possèdent un nom : Lycidas (idylle VII) et Comatas (idylles V et VII).

12 Remarquons qu’au contraire du chevrier anonyme le berger Thyrsis réunit les deux appellations : son nom est mentionné trois fois (v. 19, 65, 146), et il est qualifié à deux reprises de « berger » (ποιμήν, I, 7 et I, 15).

13 Cette démarche peut être comparée aux questions que l’empereur Tibère posait aux grammairiens qu’il rencontrait (Suétone, Vie de Tibère, § 70).

14 Les scholies ne contiennent aucune hypothèse sur le chevrier arbitre de l’idylle VIII, qui n’est qu’une variante du bûcheron Morson, arbitre du duel amébée de l’idylle V.

15 Les « arguments » ou diegeseis sont les résumés des poèmes, alors que les scholies à proprement parler sont les commentaires marginaux ou interlinéaires qui visent à expliquer tel ou tel mot (glose) ou passage du texte.

16 Je pars du principe que cette cinquième interprétation (que je ne commente pas ci-dessous) s’appuie exclusivement sur le contexte du poème : dans l’idylle X, les deux personnages se contentent de parler et de chanter. Au rebours de la première interprétation qui survalorise le mot au mépris du contexte, cette cinquième interprétation survaloriserait le contexte au mépris de la signification de ce terme.

17 Cette interprétation remonte au moins à Aristarque de Samothrace (voir ci-dessous).

18 ἡ βίβλος > τὸ βιβλίον (le livre > le livret) ; ἡ νῆσος > ἡ νησίς, ίδος (l’île > l’îlot) ; ὁ ἀστήρ > ὁ ἀστερίσκος (l’étoile > la petite étoile), etc.

19 Ce concept remonte au moins à l’époque classique, puisqu’Aristote l’évoque dans sa Rhétorique (III, 2, § 1405b).

20 F. Overduin, Nicander of Colophon’s Theriaca. A Literary Commentary, Leyde, Brill, Mnemosyne. Suppl. 374, 2015, p. 176-177 ; Theocritus, A Selection: Idylls 1, 3, 4, 6, 7, 10, 11 and 13, ed. by R. L. Hunter, Cambridge, CUP, Cambridge Greek and Latin Classics, 1999, p. 210 ; A. S. F. Gow, ouvr. cit., p. 193.

21 Sur l’épithète ὁ Λαοδικεύς, voir Athénée de Naucratis, Les Deipnosophistes, VII, 314d.

22 Sur ce procédé, voir l’introduction de C. Dobias et L. Dubois dans O. Masson, Onomastica Graeca selecta, I, Nanterre, Université Paris X, 1990, p. XI, qui évoquent les cas de Θέογν‑ις (de Θεόγνητος), Πάτροκλ‑ος (de Πατροκλέης), Διογ‑ᾶς (de Διογένης), ou bien encore Ἀντιπ‑ᾶς (d’Ἀντίπατρος) : dans chacun de ces quatre noms, la forme tronquée a conservé la ou les premières consonnes du second élément de composé dont est issue la forme tronquée : ainsi s’explique le kappa de Βουκαῖος. Pour un prolongement indo-européen de cette question, voir R. Schmitt, « Morphologie der Namen: Vollnamen und Kurznamen bzw. Kosenamen im Indogermanischen », dans Namenforschung: ein internationales Handbuch zur Onomastik, E. Eichler et alii (éds), I, Berlin, De Gruyter, Handbücher zur Sprach‑ und Kommunikationswissenschaft 11/1, 1995, p. 419-427.

23 La grammaire comparée des langues indo-européennes a montré depuis longtemps que βουκόλος et αἰπόλος sont des composés dont le premier élément est formé du « bœuf » (βοῦς) et de « la chèvre » (αἴξ), et le second élément de la racine verbale *kwel‑, qui signifie « tourner, circuler, s’occuper de », et que l’on retrouve par ex. dans le nom du « serviteur » (ἀμφίπολος). Le kappa de βουκόλος provient donc du traitement phonétique de la labiovélaire issue de cette racine. Voir sur ce point P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, nouv. éd., Paris, Klincksieck, 2009 ; pour une liste des composés formés sur ce modèle, voir M. Hofinger, Études sur le vocabulaire du grec archaïque, Leyde, Brill, 1981, p. 59.

24 R. Viredaz (« La troncation dite hypocoristique hors des anthroponymes », dans Nouveaux acquis sur la formation des noms en grec ancien. Actes du colloque international, Université de Rouen, ERIAC, 17-18 octobre 2013, A. Blanc et D. Petit [éds], Louvain, Peeters, Coll. linguistique 101, 2016, p. 97-115) en a étudié plusieurs exemples (notamment βουκαῖος et Βοῦκος, p. 101).

25 Je cite le texte édité par Hunter, ouvr. cit., et propose une traduction personnelle.

26 Gow, ouvr. cit., II, p. 194.

27 M. L. West (Hesiod: Works and Days, Oxford, OUP, 1978, p. 281) remarque à juste titre que le composé ὀψαρότης (v. 490) reprend le syntagme ὄψ’ ἀρόσῃς exprimé quelques vers plus haut (v. 485).

28 Dans les Argonautiques, ἐργατίνης est employé une première fois comme étant l’épithète des bœufs en train de labourer péniblement (II, 663), puis il désigne des paysans en train de labourer (III, 1342) ; il désigne, chez Théocrite, l’un des deux moissonneurs.

29 Texte et trad. de P. Mazon.

30 Texte et trad. de V. Bérard.

31 Notons que P. Mazon retient l’interprétation proposée par Aristarque (contre l’avis de Zénodote), tandis que V. Bérard tente une forme de compromis (« Taureau fanfaron ! »).

32 Ces deux citations sont pourvues d’une traduction personnelle.

33 Sur cet auteur, voir E. Dickey, Ancient Greek Scholarship. A Guide to Finding, Reading, and Understanding Scholia, Commentaries, Lexica, and Grammatical Treatises, from Their Beginnings to the Byzantine Period, Oxford, OUP, Classical Resources Series 7, 2007.

34 Plutarque (quomodo adolescens poetas audire debeat, § 35c) la mentionne également dans une série d’insultes (λοιδορίαι) extraite des poèmes homériques, ce qui constitue un indice supplémentaire de sa célébrité.

35 La leçon Νίκανδρος corrige la leçon Μένανδρος que contiennent les manuscrits. Cette correction ne fait aucune difficulté, car le texte que cite l’Etymologicum est bien extrait des Thériaques (sauf à supposer que Nicandre imite un texte de Ménandre que nous aurions perdu, hypothèse diabolique que personne n’a jamais défendue).

36 Je cite l’édition de F. Lasserre et N. Livadaras, Etymologicum magnum genuinum, Symeonis etymologicum. Etymologicum magnum auctum, II, Athènes, Parnassos, 1992, p. 476-477, et propose une traduction personnelle.

37 C’est ce que suggère déjà la scholie aux vers X, 38-40a : Βοῦκος: ὁ Βουκαῖος, ὄνομα κύριον· παρὰ δὲ Νικάνδρῳ ὁ βουκόλος, « Boukos : <mis pour> Boucaios, un nom propre. Chez Nicandre <ce mot signifie> le bouvier ».

38 Je cite le texte et la traduction de J.‑M. Jacques (Nicandre, Œuvres. II, Les Thériaques, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2002).

39 ἀπολείπῃ / ὥσπερ ὄις ποίμνας, ἇς τὸν πόδα κάκτος ἔτυψε, « tu restes en retrait, comme reste en retrait du troupeau la brebis dont le pied a été piqué par un chardon » (X, 3-4). Voir aussi les vers IV, 50-52, dans lesquels Battos se fait piquer par une épine, et qui sont souvent comparés au célèbre Spinario.

40 Outre l’idylle X et l’incipit des Thériaques de Nicandre, une troisième occurrence se trouve dans un fragment de Nicandre (βουκαῖοι ζεύγεσσιν ἀμορβεύουσιν ὀρήων, fr. 90 Gow et Scholfield), que je n’ai pas commenté dans cette étude.

41 Sur cette épigramme, voir D. Sider, « Posidippus on Weather Signs and the Tradition of Didactic Poetry », dans The New Posidippus. A Hellenistic Poetry Book, K. Gutzwiller (éd.), Oxford, OUP, 2005, p. 171 ; Y. Durbec, Μουσέων εἵνεκα. Les épigrammes de Posidippe (P. Mil. Vogl. VIII 309), Amsterdam, Hakkert, Classical and Byzantine Monographs 82, 2014, p. 18.

42 Je fais le choix du terme « bouvreuil » en raison de sa proximité avec le mot « bouvier », en lieu et place du terme « bergeronnette » (anglais wagtail, grec κίγκλος), adopté par Posidippe et ses éditeurs, mais trop proche à mon goût du « berger ». Je prie mes lecteurs d’excuser cette imprécision ornithologique.

43 Je cite le texte établi par C. Austin et G. Bastianini (Posidippi Pellaeisupersunt omnia, Milan, LED, 2002, p. 45) et propose une traduction personnelle, en m’appuyant sur leur traduction anglaise : « Let the wagtail appear to the husbandman’s delight, a good fly-catcher even amongst the plants. But as we are about to sail over the Egyptian sea, may the Thracian crane, along the forestays, guide us on our way, a favourable sign for the pilot, as [it observes] the great wave, safely gliding through the high expanses of the air. »

44 Sur ce parallèle, voir V. Raimondi, « αἰπολικὸς δύσερως in Posidippo 19 A.‑B.: un richiamo al Ciclope innamorato infelice di Theocr. Idd. 6 e 11 », dans Posidippo e gli altri: il poeta, il genere, il contesto culturale e letterario. Atti dell’incontro di studio, Roma, 14-15 maggio 2004, M. Di Marco, B. M. Palumbo Stracca et E. Lelli (éds), Pise, Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, Appunti romani di filologia 6, 2004, p. 133-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hamidou Richer, « Boucaios est-il un nom propre ou un nom commun ? (Théocrite, Nicandre, Posidippe) », Aitia [En ligne], 9.1 | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/aitia/3582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aitia.3582

Haut de page

Auteur

Hamidou Richer

EA 4705 ERIAC, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page