Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le bouvier dans la poésie hellénistique et le roman grec

Quel combattant est le bouvier ? Les Boukoloi à la guerre dans le roman d’Achille Tatius

Which Fighter Is the Cowherd? The Boukoloi at War in Achilles Tatius’ Novel
Che combattente è il bovaro ? I Boukoloi in guerra nel romanzo di Achille Tazio
Claire Vieilleville

Résumés

Héliodore et Achille Tatius font intervenir des bouviers dans leur roman ; ce ne sont pas des paysans, mais des sauvages qui vivent dans le delta du Nil. Leur altérité s’exprime dans plusieurs domaines. Cet article étudie la manière dont Achille Tatius, à travers la voix de son narrateur Clitophon, présente les Boukoloi lorsqu’ils combattent. Le portrait mouvant du bouvier‑guerrier trahit la posture historiographique de Clitophon, jetant ainsi le doute sur la sincérité de son récit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 F. Hartog, « Les hoplites perses », dans Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’aut (...)

1Dans Le miroir d’Hérodote, François Hartog relève que, chez l’historien, les Perses sont présentés comme des anti-hoplites lorsqu’ils combattent contre des Grecs, mais qu’ils se transforment en quasi-hoplites lorsqu’ils sont confrontés à la stratégie des Scythes1. Les Perses, archers et cavaliers expérimentés, se montrent en effet incapables de vaincre la phalange hoplitique que leur présentent les cités grecques lors des guerres médiques. Les Scythes, quant à eux, pratiquent une stratégie de harcèlement et de fuite qui se révèle d’autant plus efficace que Darius ne peut faire valoir ses troupes lors d’une bataille rangée en bonne et due forme – autrement dit, le Grand Roi aurait préféré le face à face des deux armées, à la mode grecque, plutôt qu’un ennemi insaisissable.

  • 2 Sur la guerre classique, voir P. Guérin, J. Oulhen, P. Brûlé et J. Odin (éds), La guerre en Grèce à (...)

2Il existe, à l’époque classique, plusieurs façons de faire la guerre. Le choc frontal de deux phalanges hoplitiques est, aux yeux d’Hérodote et des Grecs de son temps, la meilleure stratégie militaire qui soit, parce qu’elle met aux prises, à égalité, des citoyens soudés entre eux qui vont défendre avec courage leur cité. Et même si, dès la fin du ve siècle avant J.‑C., lors de la guerre du Péloponnèse, les stratégies militaires évoluent au détriment du combat hoplitique pur, cette forme de combat demeure, dans les siècles qui suivent, un modèle grec de la guerre2.

  • 3 E. Bowie, « Becoming Wolf, Staying Sheep », dans Roman Rule in Greek and Latin Writing: Double Visi (...)
  • 4 S. Lalanne, Une éducation grecque. Rites de passage et construction des genres dans le roman grec a (...)

3Puisque la manière de faire la guerre est un marqueur d’identité pour les Grecs, et même si, à l’époque impériale, ils ne combattent plus comme à l’époque classique, ni avec les mêmes stratégies, ni surtout pour les mêmes motifs, la chose militaire reste une des composantes de l’éducation des élites grecques, sous la forme des compétitions athlétiques notamment3. Dans ces conditions, il n’est pas si étonnant de trouver des récits de bataille à l’intérieur des aventures amoureuses des héros de roman grec, genre littéraire dans lequel on assiste à la formation de jeunes gens bien nés4.

4Les combats qui sont mis en scène opposent parfois de véritables armées, comme dans le roman de Chariton, où les troupes du Grand Roi affrontent une armée de révoltés égyptiens, ou chez Héliodore, où l’on assiste à une bataille spectaculaire entre l’armée du roi d’Éthiopie, Hydaspe, et celle du satrape perse, Oroondatès. Mais il n’y a pas que des soldats réguliers qui se battent dans les romans : les fameux bouviers du delta du Nil eux aussi prennent part à des combats acharnés dans les romans d’Achille Tatius et d’Héliodore.

5Les bouviers du roman grec ne sont plus les paisibles vachers de la poésie hellénistique mais représentent une catégorie de personnages topiques, dont les principales caractéristiques sont les suivantes : ce sont des brigands, plus ou moins sauvages, qui vivent dans le delta du Nil, et agressent tous ceux qui passent à leur portée. Je n’approfondirai pas ici leur portrait mais me concentrerai sur la manière dont les romanciers les font combattre.

  • 5 Dion Cassius, 71, 4 ; sur les rapports entre le récit de l’historien et le roman grec, voir J.‑M. B (...)

6Le fait est historiquement attesté : des hors-la-loi ont sévi dans le delta du Nil à l’époque romaine, et Dion Cassius raconte même l’épisode d’une révolte de boukoloi, à la fin du iie siècle après J.‑C., réprimée par les autorités impériales5. Et ce sont effectivement des gens de guerre qu’Achille Tatius et Héliodore mettent en scène dans leur roman, puisque chacun livre plusieurs récits de bataille où ils affrontent qui des Perses, qui une armée égyptienne.

7En tâchant de comprendre comment les bouviers font la guerre, nous pourrons déterminer dans quelle mesure le fait militaire participe de la construction de la figure du bouvier comme un Autre du Grec de l’époque impériale, un étranger au regard de la manière dont des Grecs peuvent concevoir leur propre identité plusieurs siècles après Hérodote. Pour cela, j’analyserai les scènes de bataille présentes dans Les Aventures de Leucippé et Clitophon.

Achille Tatius : le bouvier, du guerrier primitif à l’efficacité tactique

  • 6 Leucippé et Clitophon, III, 9, 2 : Ἐπεὶ δὲ ἐγενόμεθα κατά τινα πόλιν, ἐξαίφνης βοῆς ἀκούομεν πολλῆς (...)
  • 7 Sur le personnage de Clitophon, voir R. Brethes, « Clitophon ou Une anthologie de l’anti-héros », d (...)

8Après avoir fait naufrage, Clitophon et Leucippé ont échoué sur une plage du delta du Nil et, quelque temps plus tard, sont faits prisonniers par des bouviers à l’air sauvage qui ne parlent même pas grec6. Ces hommes vont se battre à trois reprises contre des soldats de l’armée égyptienne, conduite par le stratège Charmidès, ce qui va donner à Clitophon l’occasion de faire briller son talent de narrateur, à défaut de celui de valeureux guerrier7.

  • 8 Leucippé et Clitophon, III, 12 : Ταῦθ’ ἡμᾶς διαλεγομένους ἔλαθεν ἠὼς γενομένη· καί τις ἵππον ἐπελαύ (...)

9La première confrontation intervient au chapitre 13 du livre III, et aboutit à la libération de Clitophon qui sera dès lors stationné dans le camp de l’armée égyptienne. Leucippé quant à elle a été emportée par un cavalier pour servir de victime expiatoire à l’armée des bouviers, tandis que Clitophon est resté avec les autres prisonniers8.

Καὶ ἐπεὶ δύο σταδίους τῆς κώμης προήλθομεν, ἀλαλαγμὸς ἀκούεται πολὺς καὶ σάλπιγγος ἦχος, καὶ ἐπιφαίνεται φάλαγξ στρατιωτική, πάντες ὁπλῖται (Leucippé et Clitophon, III, 13, 1).

  • 9 Les traductions sont personnelles.

Alors que nous n’étions plus qu’à deux stades du village, un cri de guerre se fait entendre, ainsi que le son d’une trompette, et apparaît une troupe de soldats, tous armés au complet9.

  • 10 Cf. Hérodote, VIII, 37, 3, où l’on entend un tel cri à l’entrée du temple d’Athéna Pronaia à Delphe (...)
  • 11 La trompette est utilisée sur le champ de bataille depuis l’Iliade, XVIII, 219 ; cf. également Poly (...)

10Alors que les bouviers ont auparavant été caractérisés par Clitophon comme des sauvages, l’attaque de la force égyptienne est présentée comme un assaut en règle : annoncée par le cri de guerre traditionnel, l’ἀλαλαγμὸς10, et le son de la trompette, σάλπιγξ11, elle est menée par des soldats disciplinés, organisés en phalange, c’est-à‑dire en rangs bien ordonnés, et armés comme il se doit en hoplites (ὁπλῖται). À l’appui de cette image, Clitophon précise même, au paragraphe suivant, qu’ils sont cinquante et que « les uns avaient des boucliers qui leur descendaient jusqu’aux pieds, les autres en avaient un petit et léger », c’est-à‑dire soit une ἀσπίς, soit une πέλτη, deux types de boucliers bien connus dans les rangs des armées grecques. La caractérisation des assaillants, à l’aide d’un lexique militaire technique, peut être regardée comme une annonce de la fermeté de leur assaut, et contraste rapidement avec les choix lexicaux qui concernent les brigands :

οἱ δὲ λῃσταὶ πολὺ πλείους ὄντες, βώλους ἀπὸ τῆς γῆς λαμβάνοντες τοὺς στρατιώτας ἔβαλλον. Παντὸς δὲ λίθου χαλεπώτερος βῶλος Αἰγύπτιος, βαρύς τε καὶ τραχὺς καὶ ἀνώμαλος· τὸ δὲ ἀνώμαλόν εἰσιν αἰχμαὶ τῶν λίθων. Ὥστε βληθεὶς διπλοῦν ποιεῖ ἐν ταὐτῷ τὸ τραῦμα, καὶ οἴδημα ὡς ἀπὸ λίθου, καὶ τομὰς ὡς ἀπὸ βέλους. Ἀλλὰ ταῖς γε ἀσπίσιν ἐκδεχόμενοι τοὺς λίθους ὀλίγον τῶν βαλλόντων ἐφρόντιζον (Leucippé et Clitophon, III, 13, 2‑4).

les brigands, qui étaient beaucoup plus nombreux, frappaient les soldats avec des mottes qu’ils prenaient à la terre. La motte égyptienne est plus redoutable que n’importe quelle pierre, elle est lourde, rocailleuse et irrégulière ; cette irrégularité est le fait de pointes des pierres qui la constituent. Aussi, lorsqu’elle est lancée, elle cause une double blessure dans un même jet : à la fois un gonflement comme en provoque une pierre, et des coupures comme en provoque une arme de jet. Mais comme les soldats recevaient les pierres sur leur bouclier, ils se souciaient peu de ceux qui les lançaient.

  • 12 L’hellénisation de l’armée égyptienne face aux brigands du Delta peut s’expliquer par le flou tempo (...)
  • 13 Leucippé et Clitophon, III, 13, 7 : Ἐν τούτῳ δὲ καὶ ἱππεῖς πλείους προσέρρεον· καὶ ἐπεὶ πλησίον ἐγέ (...)

11Les armes de jet inédites que sont les mottes de terre (βῶλος), parce qu’elles sont qualifiées par l’ethnique Αἰγύπτιος, s’opposent aux deux boucliers grecs portés par les soldats égyptiens, et contribuent à peindre les bouviers comme des guerriers primitifs, qui utilisent ce qu’ils ont sous la main pour se battre. Les soldats de l’armée égyptienne régulière font figure de corps d’armée de type grec, tandis que les bouviers représenteraient ici l’Autre militaire, qui fait la guerre de manière différente12. Et même si les mottes de terre égyptienne sont particulièrement dangereuses, comme l’explique si précisément le narrateur Clitophon, leur capacité de nuisance est réduite à néant par la technologie militaire grecque : ὀλίγον τῶν βαλλόντων ἐφρόντιζον. À partir de là, les bouviers n’ont plus aucune chance de s’en sortir, et la troupe égyptienne déploie ses corps de troupe : les fantassins armés lourdement (hoplites) qui forment le front laissent passer les fantassins armés légèrement (peltastes) qui vont au corps à corps avec les bouviers, et les cavaliers apparaissent pour achever le travail13.

  • 14 Le déroulement de l’opération s’accorde avec celui de l’assaut d’une armée de l’époque classique, v (...)

12La fin de l’assaut contre les bouviers illustre le rôle traditionnel de la cavalerie dans les batailles hoplitiques de l’époque classique14 : celle-ci vient en appui de l’infanterie, après le choc frontal qui a opposé les deux camps, le plus souvent sur les flancs de l’adversaire (κατὰ κέρας). Cette première confrontation entre les bouviers et les soldats de l’armée égyptienne ne laisse aucun doute sur la supériorité militaire de ces derniers, qui se comportent en hoplites grecs confirmés face à des adversaires primitifs incapables de résister à un tel assaut.

  • 15 Leucippé et Clitophon, IV, 11, 1-2.
  • 16 Pour des appréciations globales du passage et de ses implications narratives et poétiques, voir L.  (...)
  • 17 Leucippé et Clitophon, IV, 12, 3 : Ἔστι δὲ ἰδεῖν ποταμοῦ καὶ γῆς φιλονεικίαν. Ἐρίζετον ἀλλήλοις ἑκά (...)

13La deuxième bataille est beaucoup plus longuement évoquée par Clitophon, aux chapitres 11 à 14 du livre IV. Alors que le stratège Charmidès attendait des renforts pour attaquer le village des bouviers, il reçoit l’ordre du gouverneur de passer à l’assaut au plus tôt : la discipline qui règne dans le camp égyptien permet aux préparatifs de s’effectuer dans l’instant et l’armée peut s’avancer dès le lendemain matin, en bon ordre, vers le village de Nicôchis15. Mais au lieu de raconter, dans son élan, la bataille, Clitophon se livre à une longue et fameuse digression sur le Nil, son régime, la formation du delta, et la vie que les bouviers y mènent (IV, 11-12). Ce n’est pas ici le lieu de revenir très précisément sur ce passage16, mais je ferai néanmoins quelques remarques utiles à mon propos : tout d’abord, la longueur et le détail de la description donnent de Clitophon l’image d’un narrateur érudit et fiable, ce qui passe notamment par l’imitation d’Hérodote sur le régime du Nil. D’autre part et surtout, l’introduction militaire de la description colore en partie le tableau que Clitophon dresse de la nature dans le Delta, par exemple lorsqu’il évoque la lutte de la terre et de l’eau17. La nature même du Delta est militarisée à partir du moment où Clitophon évoque le mode de vie des bouviers :

τῶν δὲ παπύρων διεστᾶσιν αἱ φάλαγγες πεπυκνωμέναι τοσοῦτον ὅσον παρ´ ἑκάστην ἄνδρα στῆναι μόνον· τὸ μεταξὺ δὲ τοῦτο τῆς πυκνώσεως αὐτῶν ἄνωθεν ἀναπληροῦσιν αἱ τῶν παπύρων κόμαι. Ὑποτρέχοντες οὖν ἐκεῖ καὶ βουλεύονται καὶ λοχῶσι καὶ λανθάνουσι, τείχεσι ταῖς παπύροις χρώμενοι (Leucippé et Clitophon, IV, 12, 6‑7).

les rangs de papyrus, bien serrés, sont suffisamment écartés pour qu’un homme seul puisse se tenir debout entre chacun ; au-dessus, le feuillage des papyrus comble l’intervalle laissé entre leurs rangs serrés. Ainsi, les bouviers s’y glissent, y fomentent leurs complots, y dressent leurs embuscades et s’y cachent, se servant des papyrus comme de remparts.

  • 18 Voir P. Krentz, art. cit.
  • 19 Leucippé et Clitophon, IV, 12, 7 : εἰσὶ δὲ τῶν νήσων τινὲς καλύβας ἔχουσαι, καὶ αὐτοσχέδιον μεμίμην (...)
  • 20 M. Laplace, Le roman d’Achille Tatios : « Discours panégyrique » et imaginaire romanesque, Berne, P (...)

14La description des plantations de papyrus se fait ici à l’aide du lexique militaire, qui évoque la disposition des rangs d’hoplites lors des batailles rangées de l’époque classique. Ainsi, la question du nombre et de l’espacement des rangs de soldats fait partie des tactiques mises en œuvre par les généraux grecs des ve et ive siècles avant J.‑C.18. Dans le delta du Nil, ce sont les rangs de papyrus qui sont transformés en outils tactiques et stratégiques par les bouviers, retranchés derrière eux et abrités par les marais alentour19. Les bouviers, qui vivent en communion avec leur environnement, l’ont transformé en espace tourné vers la guerre, ce qui, en retour, les constituent eux-mêmes en peuple de nature guerrière. La description du delta du Nil avant la bataille qui oppose les bouviers de Nicôchis à l’armée égyptienne permet donc, en réalité, de légitimer le récit de cette même bataille20, à la fois parce qu’elle a institué Clitophon en narrateur-historien compétent, et parce qu’elle justifie l’utilisation de la nature par les bouviers dans leur ruse contre les soldats de Charmidès.

15Cette ruse et le massacre qui s’ensuit sont développés aux chapitres 13 et 14 : les bouviers y apparaissent bien moins primitifs qu’au livre III : une partie d’entre eux, les plus jeunes et les plus vigoureux, sont mêmes armés :

… ὄπισθεν ἐπιτάττουσι τῶν νέων τοὺς ἀκμαιοτάτους, ἀσπίσι καὶ λόγχαις ὡπλισμένους (Leucippé et Clitophon, IV, 13, 1)

ils placèrent les plus vigoureux des jeunes gens à l’arrière, armés de boucliers et de lances.

  • 21 Cf. Leucippé et Clitophon, IV, 14, 2 : Καθ’ ἑκάστην διώρυχα χῶμα ἔχουσιν Αἰγύπτιοι, ὡς ἂν μὴ πρὸ κα (...)

16Leur ruse consiste à attirer l’armée égyptienne sur la digue qui relie le village à la terre ferme par les supplications de vieillards, pour ensuite l’attaquer par surprise et la noyer en faisant monter le niveau de l’eau grâce à la rupture de canaux d’irrigation. Les bouviers, en bons paysans égyptiens, maîtrisent en effet parfaitement le système d’irrigation ancestral qui existe dans la région21. En revanche, les soldats égyptiens, lourdement armés, très efficaces en terrain plat, lorsqu’ils peuvent déployer leurs différents corps de troupe, ne sont pas du tout adaptés au combat sur terrain mouvant, mêlé comme l’est celui du Delta :

Ἐπὶ ταύτας αὐτοὶ καὶ βαδίζουσι καὶ πλέουσιν, οὐδὲ ναῦς ἑτέρα δύναται πλέειν, ἀλλ’ ὅσον ἄνθρωπον ἐπιβῆναι· ἀλλὰ πᾶν τὸ ξένον τοῦ τόπου ὁ πηλὸς ἐμπίπτων κρατεῖ (Leucippé et Clitophon, IV, 12, 5).

Sur ces marais les bouviers marchent aussi bien qu’ils naviguent, mais aucun autre navire ne peut y naviguer, que ceux qui contiennent un homme ; tout ce qui est étranger à l’endroit, la boue fond sur lui et le vainc.

17Les bouviers, parce qu’ils maîtrisent l’espace changeant du Delta, ne font qu’un avec lui ; mais les hoplites, des étrangers, sont condamnés à y périr. C’est pourquoi Clitophon peut décrire les violents assauts de l’eau sur les soldats égyptiens, au chapitre 14, et le massacre général de l’armée de Charmidès par les efforts coordonnés des bouviers et du marais. La technologie militaire grecque s’est révélée, dans ce cas, inférieure à la maîtrise des bouviers, ou, autrement dit, l’ordre de la phalange a perdu face au désordre de la nature nilotique.

18La conclusion du récit de la bataille, loin de tirer des leçons d’ordre militaire, s’attache précisément à caractériser les bouviers :

Oἱ μὲν δὴ τοῖς πεπραγμένοις ἐπαρθέντες μέγα ἐφρόνουν, ἀνδρείᾳ νομίζοντες κεκρατηκέναι καὶ οὐκ ἀπάτης κλοπῇ. Ἀνὴρ γὰρ Αἰγύπτιος καὶ τὸ δειλόν, ὅπου φοβεῖται, δεδούλωται, καὶ τὸ μάχιμον, ἐν οἷς θαρρεῖ, παρώξυνται· ἀμφότερα δὲ οὐ κατὰ μέτρον, ἀλλὰ τὸ μὲν ἀσθενέστερον δυστυχεῖ, τὸ δὲ προπετέστερον κρατεῖ (Leucippé et Clitophon, IV, 14, 9).

Les bouviers quant à eux, exaltés par ce qu’ils avaient accompli, s’enorgueillissaient, convaincus de l’avoir emporté par leur bravoure et non par la fourberie de leur ruse. Car l’Égyptien, quand il a peur, se soumet à la crainte, tandis que son esprit guerrier est aiguisé, dans les moments où il est en confiance ; dans les deux cas, il ne connaît pas la mesure, mais tantôt il est malheureux trop faiblement, tantôt il l’emporte avec trop d’impétuosité.

  • 22 S. Coin-Longeray, « Ruse, tromperie et mensonge chez les historiens grecs : δόλος, ἀπάτη, ψεῦδος », (...)

19Clitophon, réfugié dans le camp égyptien, ne peut guère se féliciter de la victoire des bouviers, malgré l’efficacité de leur ruse. Mais son jugement sur la manière dont ils ont emporté la victoire rejoint en réalité celui que des Grecs de l’époque classique auraient pu porter : en effet, il oppose la bravoure (ἀνδρείᾳ) à la ruse et à la fourberie (ἀπάτης κλοπῇ), la première étant précisément la qualité des hoplites qui s’affrontaient face à face dans le choc des phalanges, tandis qu’en attirant les soldats dans ce piège qu’est le marais, les bouviers n’ont fait preuve que de fourberie, et en aucun cas de sophia, terme utilisé pour les généraux vainqueurs lorsque leur stratégie avait fonctionné22. La généralité avec laquelle Clitophon conclut, qui s’étend à tout homme égyptien, résonne comme la morale qu’un historien pourrait tirer de l’épisode qu’il vient de raconter. Mais l’absence de mesure, outre qu’elle est un stéréotype grec bien répertorié au sujet des Orientaux, ne correspond pas tout à fait au contenu du récit qui précède et qui ne fait guère intervenir cette dimension. Cela trahit en réalité la posture historiographique que Clitophon a adoptée tout au long du passage : l’absence de mesure, l’hybris, est en effet un des axes de réflexion majeurs de l’œuvre d’Hérodote ; d’autre part, dans la ruse des bouviers, le discours des vieillards pour attirer l’armée sur la digue reprenait des accents typiques d’émissaires grecs qui tentent de négocier le salut de leur cité ; le stratège enfin, première victime de la ruse, a perdu son nom : il ne s’agit plus vraiment de Charmidès, le prétendant de Leucippé, mais d’un stratège-type, inséré dans un récit-type de bataille.

  • 23 Leucippé et Clitophon, III, 15, 1.

20La meilleure preuve que cet épisode n’est en réalité qu’un morceau de bravoure pour le narrateur Clitophon est l’absence de transition avec la suite du récit : « cela faisait dix jours que Leucippé était malade23 », c’est-à‑dire que le récit de bataille a permis de meubler le temps qu’a duré cette maladie. De plus, l’ultime affrontement entre les bouviers, si brillants vainqueurs ici, et les renforts de l’armée égyptienne est à peine évoqué :

Ἐν τούτῳ δὲ καὶ τοὺς λῃστὰς ἐπελθοῦσα δύναμις μείζων ἀπὸ τῆς μητροπόλεως παρεστήσατο καὶ πᾶσαν αὐτῶν εἰς ἔδαφος κατέστρεψε τὴν πόλιν. Ἐλευθερωθέντος δὲ τοῦ ποταμοῦ τῆς τῶν βουκόλων ὕβρεως παρεσκευαζόμεθα τὸν ἐπὶ τὴν Ἀλεξάνδρειαν πλοῦν (Leucippé et Clitophon, IV, 18, 1).

Pendant ce temps, comme une force plus importante était arrivée de la métropole, elle soumit les brigands et détruisit leur cité tout entière jusqu’aux fondements. Puisque le fleuve avait ainsi été libéré de la violence des bouviers, nous nous préparâmes à naviguer jusqu’à Alexandrie.

  • 24 Le groupe prépositionnel est généralement introduit par un verbe composé à l’aide de κατα- (καταβάλ (...)
  • 25 Sur les liens entre la guerre et le récit historiographique dans Leucippé et Clitophon, voir D. Kas (...)

21Le démonstratif qui ouvre ce chapitre renvoie à l’épisode de la maladie de Leucippé et à sa résolution qui vient d’avoir lieu. Afin de pouvoir passer à la péripétie suivante, Clitophon doit pouvoir se déplacer dans le Delta : il est donc nécessaire, d’un point de vue narratif, de se débarrasser des brigands. La rapidité de leur exécution, manifestée ici par les deux indicatifs aoristes coordonnés, παρεστήσατο καὶ κατέστρεψε, contraste fortement avec l’extension et le détail de la bataille précédente. De plus, la phrase emprunte le ton historiographique que Clitophon avait adopté plus haut, ce qui signale le caractère artificiel du passage. En effet, il évoque une métropole mais ne précise pas de quelle ville il s’agit, et surtout il se contredit en qualifiant l’île des bouviers de cité, πόλις, alors qu’il lui avait précisément dénié cette qualité au chapitre XII, 7. La formule εἰς ἔδαφος κατέστρεψε τὴν πόλιν relève de la langue des historiens, qui recourent régulièrement à une expression du même type pour désigner la destruction d’une ville24. Il s’agit donc là d’un topos historiographique, qui trahit la posture narrative de Clitophon25.

Conclusion

22Les bouviers, d’abord présentés comme des sauvages vivant en symbiose avec leur environnement, se révèlent finalement être de bons tacticiens quand on leur laisse le temps de se préparer au combat. Les glissements réguliers, dans ces passages, de la figure du bouvier à celle de l’Égyptien en général, rendent difficile une caractérisation précise du type de guerrier qu’est le bouvier : rusé et fourbe selon l’appréciation de Clitophon à l’issue de son récit, mais aussi excellent tacticien si l’on en juge d’après la victoire. Les bouviers sont toujours présentés comme des anti-hoplites, malgré une certaine incohérence entre leurs différentes manières de combattre.

  • 26 Je rejoins ainsi, d’une certaine manière, les conclusions de D. Kasprzyk sur les bouviers vus par C (...)

23Les bouviers sont des figures de l’Autre dans le roman d’Achille Tatius. Leur altérité est particulièrement sensible en matière militaire, comme nous l’avons vu. Les références à la culture grecque classique, dans laquelle la guerre prenait une si large place, permettent la construction des bouviers en opposition à des idéaux guerriers qui n’ont plus aucune réalité à l’époque impériale (si tant est qu’ils en aient eu à l’époque classique). Clitophon‑narrateur se pose ainsi en érudit digne de confiance, tout en suggérant, au-delà de cette posture, le caractère largement fictif de ces personnages, qu’il est peut-être le seul à avoir rencontré dans son esprit26.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 F. Hartog, « Les hoplites perses », dans Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, nouv. éd. revue et augmentée, Paris, Gallimard, Folio. Histoire 101, 2001, p. 112-119.

2 Sur la guerre classique, voir P. Guérin, J. Oulhen, P. Brûlé et J. Odin (éds), La guerre en Grèce à l’époque classique, Rennes, PUR, Histoire, 1999.

3 E. Bowie, « Becoming Wolf, Staying Sheep », dans Roman Rule in Greek and Latin Writing: Double Vision, J. M. Madsen et R. Rees (éds), Leyde, Brill, Impact of Empire, Roman Empire 18, p. 39‑78.

4 S. Lalanne, Une éducation grecque. Rites de passage et construction des genres dans le roman grec ancien, Paris, La Découverte, Textes à l’appui. Histoire classique, 2006.

5 Dion Cassius, 71, 4 ; sur les rapports entre le récit de l’historien et le roman grec, voir J.‑M. Bertrand, « Les Boucôloi ou le monde à l’envers », REG 90, 1988, p. 139‑149.

6 Leucippé et Clitophon, III, 9, 2 : Ἐπεὶ δὲ ἐγενόμεθα κατά τινα πόλιν, ἐξαίφνης βοῆς ἀκούομεν πολλῆς. Καὶ ὁ ναύτης, εἰπών· « Ὁ βουκόλος », μεταστρέφει τὴν ναῦν ὡς ἐπαναπλεύσων εἰς τοὐπίσω. Καὶ ἅμα πλήρης ἦν ἡ γῆ φοβερῶν καὶ ἀγρίων ἀνθρώπων· μεγάλοι μὲν πάντες, μέλανες δὲ τὴν χροιάν (οὐ κατὰ τὴν τῶν Ἰνδῶν τὴν ἄκρατον, ἀλλ’ οἷος ἂν γένοιτο νόθος Αἰθίοψ), ψιλοὶ τὰς κεφαλάς, λεπτοὶ τοὺς πόδας, τὸ σῶμα παχεῖς· ἐβαρβάριζον δὲ πάντες, « Lorsque nous fûmes proches d’une cité, nous entendîmes tout à coup une forte clameur. Le matelot, s’écriant “Le bouvier !”, fit virer le bateau afin de revenir en arrière. Au même moment la terre s’était remplie d’hommes effrayants et sauvages ; ils étaient tous grands, noirs de peau (non d’un noir sans mélange comme les Indiens, mais tel que pourrait l’être un bâtard éthiopien), la tête rasée, le pied mince, le corps épais ; tous parlaient une langue barbare. »

7 Sur le personnage de Clitophon, voir R. Brethes, « Clitophon ou Une anthologie de l’anti-héros », dans Les personnages du roman grec. Actes du colloque de Tours, 18-20 novembre 1999, D. Kasprzyk, C. Hunzinger et B. Pouderon (éds), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 29, p. 181‑191.

8 Leucippé et Clitophon, III, 12 : Ταῦθ’ ἡμᾶς διαλεγομένους ἔλαθεν ἠὼς γενομένη· καί τις ἵππον ἐπελαύνων ἔρχεται, κόμην ἔχων πολλὴν καὶ ἀγρίαν. Ἐκόμα δὲ καὶ ὁ ἵππος· γυμνὸς ἦν, ἄστρωτος καὶ οὐκ ἔχων φάλαρα· τοιοῦτοι γὰρ τοῖς λῃσταῖς εἰσιν οἱ ἵπποι. Ἀπὸ δὲ τοῦ λῃστάρχου παρῆν καί, « Εἴ τις », ἔφη, « παρθένος ἐστὶν ἐν τοῖς εἰλημμένοις, ταύτην ἀπάγειν πρὸς τὸν θεόν, ἱερεῖον ἐσομένην καὶ καθάρσιον τοῦ στρατοῦ. » Οἱ δὲ ἐπὶ τὴν Λευκίππην εὐθὺς τρέπονται, ἡ δὲ εἴχετό μου καὶ ἐξεκρέματο βοῶσα. Τῶν δὲ λῃστῶν οἱ μὲν ἀπέσπων, οἱ δὲ ἔτυπτον· ἀπέσπων μὲν τὴν Λευκίππην, ἔτυπτον δὲ ἐμέ. Ἀράμενοι οὖν αὐτὴν μετέωρον ἀπάγουσιν, ἡμᾶς δὲ κατὰ σχολὴν ἦγον δεδεμένους, « À discuter de cela, nous ne nous aperçûmes pas que l’aurore pointait ; un homme arriva en poussant son cheval, les cheveux longs et hirsutes. Le cheval aussi avait une longue crinière ; il était nu, sans selle ni harnais : tels sont les chevaux des brigands. Il était là sur l’ordre du chef des brigands et dit : “S’il y a une vierge parmi les prisonniers, qu’on l’emmène pour le dieu, pour lui être sacrifiée afin de purifier l’armée.” Ils se tournèrent aussitôt vers Leucippé, tandis qu’elle se retenait et se suspendait à moi en criant. Certains des brigands tiraient tandis que d’autres frappaient : ils tiraient Leucippé et me frappaient moi. Enfin, ils la soulevèrent en l’air et l’emmenèrent ; quant à nous, ils nous menèrent tranquillement enchaînés. »

9 Les traductions sont personnelles.

10 Cf. Hérodote, VIII, 37, 3, où l’on entend un tel cri à l’entrée du temple d’Athéna Pronaia à Delphes, précisément au moment où les Gaulois (βάρβαροι) attaquent le sanctuaire. Dans son Anabase, V, 10, 4, Arrien évoque également ce cri de guerre lorsqu’il raconte la ruse d’Alexandre pour franchir l’Hydaspe en trompant son ennemi indien Porus, posté de l’autre côté de la rive : il s’agit là encore du cri d’une armée macédonienne (grecque) face à une armée barbare.

11 La trompette est utilisée sur le champ de bataille depuis l’Iliade, XVIII, 219 ; cf. également Polybe, IV, 13, 1.

12 L’hellénisation de l’armée égyptienne face aux brigands du Delta peut s’expliquer par le flou temporel dans lequel se déroulent les aventures de Leucippé et Clitophon. En effet, de nombreux éléments du récit semblent évoquer la vie du bassin oriental de la Méditerranée à l’époque impériale, comme la description du jardin d’Hippias ou encore le vaste domaine de Mélité à Éphèse. Dans la mesure où, à cette période, l’Égypte a été gouvernée d’abord par les Lagides puis par les Romains, il n’est guère étonnant de voir une armée égyptienne ayant adopté les pratiques militaires grecques. Sur l’univers impérial du roman, voir A. Billault, « Le comique d’Achille Tatius et les réalités de l’époque impériale », dans Le rire des Anciens. Actes du colloque international (Université de Rouen, École normale supérieure, 11-13 janvier 1995), C. Auvray-Assayas, M. Trédé-Boulmer et P. Hoffmann (éds), Paris, Presses de l’ENS, Études de littérature ancienne 8, 1998, p. 143-158. Malgré cela, il est également possible de voir, dans cette hellénisation militaire, un effet lié au regard grec que Clitophon porte sur le monde. Il agirait ainsi comme Hérodote au moment de décrire les techniques de combat scythes face aux attaques des Perses de Darius : ces derniers, qui doivent affronter des tactiques qui leur sont inconnues et incompréhensibles, tentent de se battre comme des Grecs, alors même que c’était la supériorité de leur tactique militaire qui leur permettait de l’emporter sur ces derniers. Tout se passe donc comme si Hérodote ne pouvait concevoir deux altérités face à face, et qu’au moment de décrire celle des Scythes, il transformait les Perses en Grecs, afin d’en faire un support d’intelligibilité pour ses lecteurs ; voir F. Hartog, ouvr. cit., p. 129-134. Clitophon cherche visiblement à faire des bouviers de rudes barbares (cf. également l’épisode du sacrifice de Leucippé), ce qui, dans le cas d’un affrontement militaire, le conduit à faire de leurs adversaires des soldats répondant au signalement du soldat grec traditionnel. J.‑M. Bertrand, art. cit., p. 145, affirme également : « Les combats que mènent les bouviers d’Achille Tatius sont présentés, eux aussi, comme tout à fait étrangers à la pratique courante. »

13 Leucippé et Clitophon, III, 13, 7 : Ἐν τούτῳ δὲ καὶ ἱππεῖς πλείους προσέρρεον· καὶ ἐπεὶ πλησίον ἐγένοντο, [κατὰ κέρας ἑκάτερον] ἐκτείναντες τὴν φάλαγγα περιΐππευον αὐτοὺς κύκλῳ, καὶ ἐν τούτῳ συναγαγόντες αὐτοὺς εἰς ὀλίγον κατεφόνευον, « À ce moment des cavaliers affluèrent ; lorsqu’ils furent proches, après avoir déployé leur corps de troupe [sur les deux flancs], ils chevauchèrent en cercle autour des brigands, et, une fois qu’ils les eurent rassemblés dans ce cercle, les massacrèrent en peu de temps. »

14 Le déroulement de l’opération s’accorde avec celui de l’assaut d’une armée de l’époque classique, voir P. Krentz, « Nature de la bataille hoplitique », dans La guerre en Grèce à l’époque classique, P. Guérin, J. Oulhen, P. Brûlé et J. Odin (éds), Rennes, PUR, Histoire, 1999, p. 205

15 Leucippé et Clitophon, IV, 11, 1-2.

16 Pour des appréciations globales du passage et de ses implications narratives et poétiques, voir L. Plazenet, « Le Nil et son Delta dans les romans grecs », Phoenix 49, 1, 1995, p. 5-18, qui souligne notamment la dimension littéraire de l’évocation du Delta par Clitophon ; J.‑P. Guez, « Achille Tatius ou Le paysage-monde », dans Lieux, décors et paysages de l’ancien roman des origines à Byzance. Actes du 2e colloque de Tours, 24-26 octobre 2002, D. Crismani et B. Pouderon (éds), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 34, 2005, p. 299-308 ; V. Giraudet, « Le rivage, la presqu’île et le marais : espaces baroques chez Achille Tatius et Nonnos de Panopolis », dans Présence du roman grec et latin. Actes du colloque tenu à Clermont-Ferrand (23-25 novembre 2006), S. Dubel et R. Poignault (éds), Clermont-Ferrand, Centre de recherches A. Piganiol - Présence de l’Antiquité, Caesarodunum bis 40-41, 2011, p. 147-163.

17 Leucippé et Clitophon, IV, 12, 3 : Ἔστι δὲ ἰδεῖν ποταμοῦ καὶ γῆς φιλονεικίαν. Ἐρίζετον ἀλλήλοις ἑκάτερος, τὸ μὲν ὕδωρ τοσαύτην γῆν πελαγῶσαι, ἡ δὲ γῆ τοσαύτην χωρῆσαι γλυκεῖαν θάλασσαν. καὶ νικῶσι μὲν τὴν ἴσην νίκην οἱ δύο, οὐδαμοῦ δὲ φαίνεται τὸ νικώμενον·, « Il est ainsi possible de voir la rivalité entre le fleuve et la terre. Chacun lutte contre l’autre, l’eau pour transformer en mer une aussi vaste étendue de terre, la terre pour avoir un espace suffisant pour contenir une aussi vaste mer d’eau douce. Les deux gagnent d’une victoire égale, puisque le vaincu n’apparaît nulle part. »

18 Voir P. Krentz, art. cit.

19 Leucippé et Clitophon, IV, 12, 7 : εἰσὶ δὲ τῶν νήσων τινὲς καλύβας ἔχουσαι, καὶ αὐτοσχέδιον μεμίμηνται πόλιν, ταῖς λίμναις τετειχισμέναι, « il y a aussi quelques îles avec des cabanes, et qui imitent presque une cité, protégée par les remparts que sont les marais ».

20 M. Laplace, Le roman d’Achille Tatios : « Discours panégyrique » et imaginaire romanesque, Berne, P. Lang, Sapheneia 12, 2007, p. 220 : « … la description de ce territoire étranger vise à rendre compréhensible le stratagème qui perd le stratège et ses soldats ».

21 Cf. Leucippé et Clitophon, IV, 14, 2 : Καθ’ ἑκάστην διώρυχα χῶμα ἔχουσιν Αἰγύπτιοι, ὡς ἂν μὴ πρὸ καιροῦ τῆς χρείας ὑπερέχων ὁ Νεῖλος τὴν γῆν ἐπικλύσῃ. Ὅταν δὲ δεηθῶσιν ἀρδεῦσαι τὸ πεδίον, ἀνέῳξαν ὀλίγον τοῦ χώματος, εἰς ὃ σαλεύεται, « Le long de chaque canal les Égyptiens posent une digue, afin que le Nil n’inonde pas la terre en débordant avant le moment où ils en ont besoin. Mais lorsqu’ils ont besoin d’arroser la plaine, ils ouvrent une petite brèche dans la digue et alors l’eau y est amenée par le canal de dérivation. »

22 S. Coin-Longeray, « Ruse, tromperie et mensonge chez les historiens grecs : δόλος, ἀπάτη, ψεῦδος », dans Ruses, secrets et mensonges chez les historiens grecs et latins. Actes du colloque tenu les 18-19 septembre 2003, H. Olivier, P. Giovannelli-Jouanna et F. Bérard (dir.), Lyon, Université Jean Moulin-Lyon 3, Coll. du CEROR 28, 2006, p. 7‑25.

23 Leucippé et Clitophon, III, 15, 1.

24 Le groupe prépositionnel est généralement introduit par un verbe composé à l’aide de κατα- (καταβάλλω, καθαιρέω, κατασκάπτω), cf. Diodore de Sicile, II, 28, 7 ; Flavius Josèphe, 5, 209 ; Polybe, 5, 10, 6.

25 Sur les liens entre la guerre et le récit historiographique dans Leucippé et Clitophon, voir D. Kasprzyk, « La guerre chez Achille Tatius », dans Achille-Eschyle : mythe ancien et mythe nouveau. Les Sept contre Thèbes et Leucippé et Clitophon, P.‑L. Malosse et B. Pérez-Jean (éds), Montpellier, PUM, Mondes anciens, 2012, p. 113-135.

26 Je rejoins ainsi, d’une certaine manière, les conclusions de D. Kasprzyk sur les bouviers vus par Cnémon dans Les Éthiopiques d’Héliodore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Vieilleville, « Quel combattant est le bouvier ? Les Boukoloi à la guerre dans le roman d’Achille Tatius », Aitia [En ligne], 9.1 | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/aitia/3588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aitia.3588

Haut de page

Auteur

Claire Vieilleville

Chercheuse associée au laboratoire HiSoMA (UMR 5189)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page