Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Estelle Galbois, Images du pouvoir et pouvoir de l’image. Les « médaillons-portraits » miniatures des Lagides

Bordeaux, Ausonius Éditions, Scripta antiqua 113, 2018, 288 p. ISBN : 978-2-35613-226-0.
Évelyne Prioux

Texte intégral

  • 1 M.-F. Boussac, Sceaux de Délos : recherches sur la glyptique hellénistique, Thèse d’État, Paris I, (...)
  • 2 Cf. Anthologie Palatine, IX, 776.
  • 3 Paris, BnF, MMA, Camée.18.
  • 4 M.‑L. Vollenweider, Camées et intailles. I, Les portraits grecs du Cabinet des médailles. Catalogue (...)

1Le présent ouvrage est issu de la refonte de la thèse de doctorat d’Estelle Galbois, soutenue en 2007. Il propose un catalogue, assorti d’une étude fouillée, des médaillons-portraits représentant les rois et reines de la dynastie lagide. Sous cette appellation, l’auteur regroupe des portraits miniatures réalisés au moyen de techniques et de matériaux variés (crétules en argile, coupes à emblèma en vernis noir ou en faïence, gemmes gravées et camées, bagues-sceaux en métal précieux, bagues miniatures en os, reliefs métalliques issus de miroirs à boîte, ornements métalliques de meubles ou appliques en ivoire), qui ont pour point commun d’inscrire le buste ou la tête de l’un des membres de la dynastie dans un médaillon de forme ovale ou circulaire, ou de le tronquer de manière circulaire dans le cas d’une protomè. Le catalogue comporte des portraits gravés en creux, obtenus par impression sur un support d’argile, ou encore moulé ou sculpté en bas ou en haut-relief, et se concentre sur les documents archéologiques conservés et accessibles au moyen de publications ; ne sont pas pris en compte, par exemple, les portraits figurant sur des crétules découvertes dans des dépôts d’archives lorsque celles-ci demeurent inédites à ce jour ou sont publiées seulement dans des travaux universitaires typographiés comme les sceaux déliens étudiés par Marie-Françoise Boussac1. L’ouvrage exclut aussi de son champ les représentations, potentiellement fictives, connues par les seules sources littéraires2, de même que certaines des représentations de divinités pour lesquelles une identification avec une reine ou un roi lagide représentés avec les attributs d’une divinité a pu être proposée : ainsi pour un camée qui montre une Athéna Parthénos aux traits individualisés3 et qui évoquerait, selon M.‑L. Vollenweider, le profil de Bérénice II tel que nous le connaissons par la documentation numismatique4. Comme le souligne E. Galbois (p. 162-164), les problèmes que soulève l’identification des portraits royaux hellénistiques sont nombreux, il lui a donc été nécessaire de faire des choix.

  • 5 Cf. F. Queyrel, « Portraits de souverains lagides à Pompéi et à Délos », BCH 108, 1, 1984, p. 267-3 (...)

2De même, les identifications proposées pour certaines têtes ou bustes aux traits manifestement individualisés demeurent nécessairement incertaines et relèvent de choix, appuyés le plus souvent sur la confrontation avec les monnaies. Le catalogue d’E. Galbois mentionne généralement les différentes identifications avancées au cours du temps et précise leurs auteurs entre parenthèses ; ses propres conclusions concordent le plus souvent avec les identifications proposées par F. Queyrel dans différents ouvrages (ainsi pour le coffre de Pompéi5). Si le catalogue fait état des hésitations que certaines identifications ont pu soulever, la synthèse qui le précède ne reprend pas les doutes énoncés dans le catalogue. Il convient donc que le lecteur procède systématiquement à des allers-retours entre les deux parties de l’ouvrage pour avoir une vision mesurée de la documentation et des incertitudes interprétatives qui l’entourent. On peut par ailleurs être surpris de certaines identifications qui sont avancées comme assurées dans le cours du texte, par exemple celle du portrait mosaïqué de Thmouis avec la reine Arsinoé III, alors qu’une part importante de la bibliographie privilégie une identification avec Bérénice II.

3Malgré ces quelques réserves, cet ouvrage vient combler un manque dans la bibliographie et propose une synthèse efficace sur une catégorie de portraits royaux à la fois mal connus, peu publiés et pourtant bien présents dans le quotidien des élites hellénistiques et des particuliers qui aspiraient à imiter leur mode de vie.

4Le volume s’ouvre avec une présentation générale des portraits miniatures : définition du portrait et de la notion de miniature, typologie des objets et histoire du développement des « médaillons-portraits ». E. Galbois y souligne avec force (voir en particulier p. 55) que les effigies miniatures des souverains hellénistiques ne doivent pas être considérées comme des copies réduites des grands portraits sculptés ou comme des reproductions des profils monétaires. L’auteur conclut en outre à l’absence de types « officiels » pour les portraits des princes hellénistiques (ce qui constitue une différence importante avec le monde romain) et à la grande plasticité des créations selon les contextes et les attentes de la commande.

5La deuxième partie de l’ouvrage s’attache aux fonctions et contextes des portraits miniatures : ces objets n’avaient pas tous une vocation cultuelle, mais pouvaient être arborés en signe de ferveur. La question de la valeur affective de tels objets est soulevée à plusieurs reprises (p. 73, 83). Certains présentent des caractéristiques étonnantes, comme les bagues en os, parfois ornées de l’effigie des premières reines lagides, mais à l’anneau trop petit pour pouvoir être réellement portées (E. Galbois suppose, à juste titre probablement, qu’il s’agissait d’objets offerts en ex voto). On relèvera aussi le cas des images des reines lagides retrouvées jusqu’en mer Noire, autrement dit au-delà des limites de l’Empire ptolémaïque : le rôle de ces reines comme protectrices de la navigation expliquerait-il que des marins aient emporté avec eux leurs portraits miniatures (p. 86) ? E. Galbois propose également une réflexion fort intéressante sur les cas de thésaurisation de simples moulages d’objets toreutiques aujourd’hui disparus (p. 88-89). Visiblement, des moulages (portant peut-être témoignage sur des œuvres de maîtres) pouvaient être admirés et prisés au même titre que des objets en or ou en argent. E. Galbois conclut cette partie sur l’idée séduisante que les petits portraits des Lagides reflèteraient avant tout les « pratiques des élites, familiarisées avec des images complexes (…) mêlant éléments grecs et égyptiens » (p. 96).

  • 6 Voir P. Linant de Bellefonds, É. Prioux, Voir les mythes. Poésie hellénistique et arts figurés, Par (...)

6La troisième section de l’ouvrage est consacrée en propre à l’iconographie des portraits miniatures et examine les différents attributs de la figure royale (on pourra s’étonner de l’idée, avancée p. 117, selon laquelle Praxitèle aurait « créé » la coiffure à côté de melon, si répandue dans les figurines de Tanagra et attestée dans une probable réplique du portrait de Corinne par Silanion conservée au musée de Compiègne). Elle considère aussi les possibilités d’identification, très nombreuses, qui lient les effigies miniatures des rois et reines à différentes divinités grecques ou égyptiennes. Cette partie intéressera aussi bien les spécialistes d’histoire de l’art que les spécialistes de littérature qui repéreront de nombreuses possibilités de parallèles avec la poésie hellénistique. Ainsi l’analyse des identifications entre Arsinoé II ou Bérénice II et Athéna pourrait-elle venir enrichir la réflexion sur des textes tels que l’Hymne 5 de Callimaque6 ou la première épigramme des anathematika de Posidippe de Pella.

7L’ouvrage s’achève avec un catalogue illustré comportant 137 objets et autant de fiches détaillant le matériau, l’état de conservation, les dimensions, la provenance, la datation, la bibliographie pertinente et une courte description précisant l’angle de la représentation, les caractéristiques physiques et attributs de chaque portrait. Une illustration est presque toujours fournie, avec l’exception notable des objets du musée de Naples. La quadrichromie permet en outre de proposer un grand nombre d’illustrations en couleur, ce qui rend ce livre très agréable à feuilleter.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 M.-F. Boussac, Sceaux de Délos : recherches sur la glyptique hellénistique, Thèse d’État, Paris I, 1993.

2 Cf. Anthologie Palatine, IX, 776.

3 Paris, BnF, MMA, Camée.18.

4 M.‑L. Vollenweider, Camées et intailles. I, Les portraits grecs du Cabinet des médailles. Catalogue raisonné, Paris, BNF, 1995, p. 80-81, no 63 ; contra, voir le compte rendu de cet ouvrage par F. Queyrel, RN 152, 1997, p. 429-451, dont E. Galbois suit apparemment l’avis puisqu’elle ne mentionne pas ce camée.

5 Cf. F. Queyrel, « Portraits de souverains lagides à Pompéi et à Délos », BCH 108, 1, 1984, p. 267-300.

6 Voir P. Linant de Bellefonds, É. Prioux, Voir les mythes. Poésie hellénistique et arts figurés, Paris, Picard, Antiqua, 2017, chap. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Évelyne Prioux, « Estelle Galbois, Images du pouvoir et pouvoir de l’image. Les « médaillons-portraits » miniatures des Lagides », Aitia [En ligne], 9.1 | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/aitia/3809

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page