Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9.1Le bouvier dans la poésie helléni...Un bouvier au double visage : la ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le bouvier dans la poésie hellénistique et le roman grec

Un bouvier au double visage : la figure équivoque de Dorcon dans le premier livre des Pastorales de Longus

A Two-Faced Cowherd: The Equivocal Character of Dorcon in the First Book of Longus’ Pastorals
Un bovaro bifronte : il personaggio equivoco di Dorcone nel primo libro delle Pastorali di Longo
Jérôme Bastick

Résumés

Dans le sillage d’une communication donnée à l’occasion d’une journée d’étude sur le bouvier dans la poésie hellénistique et le roman grec, cet article dresse le portrait d’un personnage en particulier, Dorcon, qui remplit cette fonction dans les Pastorales de Longus. C’est le rôle ambigu de ce bouvier par rapport aux bergers Daphnis et Chloé qui est interrogé, puisqu’il est à la fois une menace et une protection, tour à tour bienveillant et malveillant, à tel point que le lecteur ne sait plus, du méchant loup ou du bon pasteur, quel est le vrai visage de cet être bucolique par excellence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vraisemblablement composées au tournant des iie et iiie siècles après J.‑C. par un certain Longus d (...)
  • 2 Longus, I, 27, 2-4 : Phatta était une jeune fille qui gardait de nombreuses vaches (ἔνεμε βοῦς πολλ (...)
  • 3 Longus, II, 5, 3 : Éros rappelle à Philétas que, sur cette même colline où il se trouve encore, il (...)
  • 4 Longus, IV, 7, 1 (Λάμπις τις ἦν ἀγέρωχος βουκόλος) : il apparaît en cela comme une réplique de Dorc (...)
  • 5 Longus, II, 34 (Syrinx) et III, 23 (Écho).

1Lorsque l’on s’intéresse à la figure du bouvier dans le roman grec, il est difficile de faire abstraction de Dorcon, personnage majeur des Pastorales de Longus exerçant cette activité. Certes, il y a dans ce roman bucolique mettant en scène les amours des bergers Daphnis et Chloé1 bien d’autres rôles de bouviers, évoqués collectivement ou même individuellement, comme les deux jeunes gens que chante Daphnis, le vieux Philétas ou le jaloux Lampis, mais ceux-ci n’apparaissent en réalité que comme ses reflets dans le temps de la narration. À Dorcon lui-même succèdent en effet la légende de la phatta boukolikon, tourterelle dont la douce mélodie rappelle la métamorphose d’une jeune bouvière changée en cet oiseau après qu’un autre bouvier, rivalisant avec elle au chant pastoral, lui eut pris huit vaches2, puis les discours de Philétas dont le métier, dans sa jeunesse, était également de faire paître les vaches3, et enfin la colère de Lampis, un autre prétendant de Chloé présenté comme un bouvier plein d’arrogance4 qui, lorsque Dryas, le père adoptif de celle-ci, lui a refusé sa main, saccage par dépit amoureux le jardin dont Daphnis doit s’occuper. D’une part, le mythe de Phatta intervient pour éclairer la narration, comme en d’autres endroits ceux de Syrinx et d’Écho5, mais ne vient pas s’insérer à proprement parler au sein du schéma narratif du roman : la vachère et le bouvier dont il est question ne sauraient être considérés comme des personnages à part entière dans le roman. Quant à Philétas et à Lampis, ils représentent des pôles archétypaux, le premier étant un adjuvant pour l’amour des deux héros et le second un opposant farouche. Il n’en va pas de même pour Dorcon. Si ce dernier personnage est particulièrement intéressant, c’est parce qu’il échappe à toute catégorisation manichéenne de l’univers des Pastorales : s’il est vrai que, dans les romans grecs, il est abusif et trop réducteur de diviser les personnages secondaires entre bons et méchants, cette classification peut avoir un certain sens chez Longus. La principale ligne de partage oppose, par cercles concentriques, les différents bergers d’une part, les gens de la ville de Mytilène d’autre part, les Méthymniens et autres brigands venus d’ailleurs enfin. Si cette dernière catégorie de personnages est systématiquement opposée, pour une raison ou pour une autre, au bon déroulement de la vie commune de Daphnis et de Chloé, il n’en est pas ainsi des deux autres. Les citadins peuvent être des personnages positifs, comme les parents réels de Daphnis et Chloé, beaucoup plus ambigus, comme l’initiatrice de Daphnis, Lycénion, ou enfin caricaturalement négatifs, comme Gnathon, qui est un véritable type de comédie. Et parmi les bergers eux-mêmes, Lampis constitue un exemple de bouvier méchant, qui arrive au dernier livre comme un mauvais souvenir de Dorcon. En revanche, Dorcon est une figure bien plus équivoque, qui révèle plusieurs facettes au cours du premier livre du roman, dans des passages qui constituent en eux-mêmes une sorte de « roman dans le roman », et que l’on pourrait appeler « le roman de Dorcon », construit autour du triangle amoureux formé par Daphnis, Chloé et Dorcon. Aussi est-il possible d’isoler sept facettes de ce dernier personnage, que nous allons explorer tour à tour pour mettre en évidence l’ambiguïté caractéristique du bouvier Dorcon, tour à tour sauveteur, connaisseur, voyeur, orateur, prédateur, vainqueur et bienfaiteur.

Dorcon, le voisin sauveteur

  • 6 Le mot ταινία désigne une longue bande de tissu léger, généralement du lin, que les femmes enroulen (...)
  • 7 Longus I, 12, 3-5 : « [Daphnis] attendait en pleurant celui qui le tirerait de là, si quelqu’un ven (...)

2Sur l’ensemble du roman de Longus, le premier opposant réel auquel Daphnis et Chloé ont affaire se trouve être Dorcon, la foule des prétendants à la main de Chloé étant restée jusque-là indifférenciée et reléguée à l’arrière-plan. C’est lorsque Daphnis, tombé dans un fossé en poursuivant des boucs qui se battaient, cherche de l’aide, que celui-ci intervient, initialement non pas comme un opposant, mais comme un adjuvant : dans un texte soudain mouvementé dans le paisible cadre bucolique, Chloé, manifestement incapable de sauver Daphnis par ses propres forces, fait en effet appel à Dorcon pour qu’il la seconde en se servant comme d’une corde du bandeau qui lui fait office de soutien-gorge6. On voit bien à la lecture de ce texte7 que le moyen par lequel Dorcon entre en scène est provoqué par Chloé, qui vient l’appeler à l’aide. Il est intéressant de noter que, dans ce passage, le nom de Dorcon n’apparaît pas encore. Le bouvier qui aide Chloé à hisser Daphnis hors de la fosse où il est tombé reste anonyme. Ce n’est qu’au moment où il commencera à jeter sur Chloé un regard de concupiscence et à s’ériger en rival de Daphnis qu’il recevra le nom de Dorcon. L’indéfini τινα laisse même à penser que ce bouvier voisin était encore inconnu ou mal connu de Daphnis et Chloé avant cet épisode.

3La tonalité érotique évidente de cette scène, qui montre pour la première fois dans sa nudité la poitrine de la jeune fille, contient en germe l’attirance pour Chloé qui va se développer dans le cœur de Dorcon. Cependant, Dorcon apparaît ici davantage comme un adjuvant qui vient sauver son futur rival Daphnis d’une mort assurée que comme un opposant égoïste qui trouverait là un moyen facile de se débarrasser de lui. La solidarité fraternelle entre les différents acteurs du monde pastoral, bouvier comme Dorcon, chevrier comme Daphnis, berger comme Chloé, est plus forte que la jalousie en puissance qui naîtra de ce triangle impossible. Et c’est bien Chloé qui fait appel à Dorcon, faisant entrer du même mouvement le loup dans la bergerie…

  • 8 Cette pratique réelle de cadeaux offerts en récompense à un bienfaiteur se confond ici avec la prat (...)

4Avec Dorcon, c’est effectivement une nature déjà corrompue par la simulation et la dissimulation qui fait irruption dans la composition a priori naïve et irréprochable des deux jeunes bergers : jusqu’alors exempts de toute critique, Daphnis et Chloé font part de leur meilleure gratitude à leur impromptu sauveteur, en lui offrant en récompense le bouc vaincu8, ces deux boucs pouvant être lus comme des images de Dorcon et de Daphnis (un futur rival et un rival inconscient de l’être qui s’offre lui-même), mais révèlent une capacité insoupçonnée au mensonge, en imaginant prétexter à la maison une attaque de loups pour expliquer la perte du bouc. Quelle meilleure image Longus aurait-il pu employer pour refléter l’arrivée de ce nouveau personnage ?

Dorcon, l’amoureux connaisseur

  • 9 Donat, Vie de Virgile, 49. Cette hiérarchie sera reprise dans la célèbre « roue de Virgile » pour l (...)
  • 10 Longus, I, 15, 1-3 : « Or le bouvier Dorcon, celui qui avait tiré Daphnis et le bouc hors de la fos (...)

5À l’instar d’un loup à côté d’un agneau, Dorcon possède une indéniable supériorité sur Daphnis : non seulement il est légèrement plus âgé et apparemment plus fort que lui (le fait d’avoir réussi à hisser Daphnis là où Chloé n’y arrivait pas seule laisse du moins deviner sa force), mais il a également l’avantage d’être déjà initié à l’amour. Il faut ajouter à cela la traditionnelle hiérarchie des personnages pastoraux dans la littérature antique, qui place le bouvier au-dessus du berger, et donc Dorcon au-dessus de Daphnis9. Fort de cette importante longueur d’avance, qui ne constitue cependant pas un gage de fiabilité, Dorcon entreprend de séduire Chloé, non sans faire œuvre de stratégie pour gagner également la confiance de Daphnis10.

  • 11 Longus, II, 34, 1.
  • 12 A. Chenys, « Le dieu Pan et l’expression de la violence », dans Les personnages du roman grec, B. P (...)

6Le premier verbe de tout le roman qui ait Dorcon pour sujet est le participe εἰδώς : d’emblée, Dorcon est défini comme sachant, comme connaisseur de ce que ni Daphnis ni Chloé ne connaissent encore. En effet, Dorcon connaît de l’amour et le nom et les œuvres, tandis que Daphnis et Chloé, eux, en apprendront le nom par Philétas au livre II, Daphnis les œuvres par Lycénion au livre III, et Chloé par Daphnis au livre IV. Et de fait, la brièveté exprimée par la phrase où Dorcon tombe amoureux de Chloé, avec l’adverbe εὐθύς, contraste violemment avec le temps qu’il faut à Daphnis et à Chloé pour laisser mûrir leurs sentiments et en identifier la nature, ce qui est d’une certaine façon l’objet du roman tout entier. Dans la même phrase, Chloé est qualifiée d’inexpérimentée (ἄπειρος) là où Dorcon fait preuve du savoir-faire d’un amant (τέχνη ἐραστοῦ). Sa naïveté va jusqu’à lui faire transmettre à Daphnis les cadeaux reçus de Dorcon, ce qui est pour Longus une manière de montrer au lecteur le fait qu’elle ne partage pas du tout les codes amoureux que le bouvier tente de lui faire passer, en l’occurrence la pratique de cadeaux inspirée de l’idylle théocritéenne, et le traite en simple ami. Plus loin dans le roman, à l’occasion de l’exposé du mythe de Syrinx, le lecteur lira la promesse faite à la belle Syrinx par le dieu Pan de doubler le nombre des chevreaux qu’il lui offre11, tout comme Dorcon offre à Chloé de multiples présents. Dorcon apparaît donc d’ores et déjà comme une figure panique12, à l’image d’un satyre, qui souhaite faire de Chloé sa bacchante en lui donnant entre autres une nébride, c’est-à‑dire une peau de faon cultuelle. Mais une telle tentative, faute de répondant, ne peut que se perdre dans le vide.

  • 13 Longus, I, 19, 1-3 : « Mais Dorcon, le bouvier amoureux de Chloé, surveillant Dryas (φυλάξας τὸν Δρ (...)
  • 14 Longus, Pastorales, texte établi et trad. par J.‑R. Vieillefond, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 20 (...)

7Se rendant compte qu’il ne peut séduire Chloé par des cadeaux, il entreprend d’agir de manière plus directe, mais tout en conservant les codes conventionnels de l’amoureux expert et modèle : il va demander à Dryas, le père adoptif de Chloé, la main de sa fille13. Comme le précise Jean-René Vieillefond14, l’institution des cadeaux proposés au père de la jeune fille par le prétendant au mariage était traditionnelle et s’appelait ἐγγυή, mais cette coutume (l’achat de la femme par le futur époux) appartenait à une civilisation archaïque, et elle ne représente dans les Pastorales qu’un souvenir homérique puisqu’elle était depuis longtemps tombée en désuétude au temps de Longus, remplacée par une dot non obligatoire. Longus semble d’ailleurs jouer sur cet anachronisme en laissant entendre que Dryas refuse pour ne pas avoir à être pris en flagrant délit de corruption, preuve que cette coutume était mal vue. Dorcon apparaît dès lors comme un fin manœuvrier mais aussi comme un malhabile prétendant.

Dorcon, l’aveugle voyeur

  • 15 On trouve les attestations onomastiques suivantes : Dorka, Dorkalis, Dorkalion, Dorkas, Dorkeas, Do (...)

8Ce décalage comique entre l’intention initiale et l’effet produit de ces tentatives visant à séduire Chloé puis Dryas n’est pas le seul paradoxe apparent de ce personnage, surtout si l’on s’intéresse à son nom : Dorcon. Lorsque l’on considère cet anthroponyme, on se rend compte qu’il n’est pas très couramment attesté, mais appartient à un groupe onomastique défini et très représenté reposant sur le radical δορκ‑15. Dorcon à lui seul est attesté malgré tout dans l’ensemble du monde grec, de manière assez bien répartie, avec vingt-sept occurrences en tout (dont celle de Longus). Contrairement à d’autres noms des Pastorales, il ne s’agit donc pas d’une pure invention du romancier, ce qui n’empêche pas le choix de ce nom de paraître motivé : étymologiquement dérivé de δόρξ, désignant le chevreuil (ou au féminin la gazelle), il semble tout à fait approprié à l’univers bucolique, même s’il ne figure pas dans la littérature pastorale parvenue jusqu’à nous, ce qui n’est pas le cas Daphnis ou de Chloé. Le motif du chevreuil ne dépare absolument pas de l’environnement bucolique du roman, auquel Longus accorde une grande importance : à côté des métaphores végétales suggérées par les noms de Daphnis (laurier), Chloé (herbe), Dryas (chêne), Napé (vallée), Myrtalé (myrte), Rhodé (rose), Pitys (pin), la métaphore animale du nom de Dorcon, tout en introduisant un peu de variété mais aussi un rôle éminemment actif face à d’autres plus passifs, ne surprend pas, d’autant plus que le nom de Lycénion (la petite louve), dont le rôle par rapport à Daphnis au livre III est exactement symétrique à celui de Dorcon par rapport à Chloé au livre I, en constitue également une. Ces deux animaux parmi les végétaux sont les deux puissances agissantes, parfois menaçantes, au sein d’un univers paisible. De surcroît, ce motif du chevreuil ou de la gazelle est un topos de la littérature amoureuse auquel l’être aimé ou aimant est souvent comparé.

  • 16 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, s.v. « δορκάς », 1968, p. 293-294.

9Or, d’après Pierre Chantraine16, cette forme à delta initial repose sur une étymologie populaire commune liée au verbe de vision δέρκομαι (« observer clairement »), avec lequel il convient d’établir une connotation secondaire : le chevreuil, selon Basile de Césarée, serait ainsi nommé δόρξ à cause de sa vision perçante. Dorcon pourrait donc se traduire par « le Voyeur ». En effet, le fait que ce verbe de vision soit tombé en désuétude à l’époque de Longus, remplacé dans ses usages courants par ὁράω‑ῶ et βλέπω, en renforce la signification et fait de l’action de regarder l’activité principale du personnage qui porte ce nom. Or Dorcon est souvent lui-même décrit comme celui qui observe ou épie. Dès sa première apparition, c’est vraisemblablement la vision de Chloé à moitié nue qui a contribué à éveiller son désir amoureux. Cet éclat de son innocence exposée attire le regard du bouvier et provoque un effet important sur lui, même si le narrateur élude cette connexion lorsqu’il évoque l’amour de Dorcon. Par la suite, ce dernier s’illustre encore par cette caractéristique majeure : pour demander la main de Chloé à son père adoptif, il guette de ses yeux, en embuscade, le moment où Dyas aura fini de planter son arbre pour l’aborder, et c’est de la même façon que, aux aguets à la lisière des bois, il attendra le moment opportun pour fondre sur Chloé comme sur une proie. Mais à bien des égards, ce voyeur est lui aussi aveugle : à plusieurs reprises, comme son regard est fixé sur Chloé seule, il ne prend pas garde aux autres éléments, par exemple les chiens qui ne manquent pas de l’attaquer, et n’anticipe pas les conséquences de ses actes. De manière plus générale, Dorcon peut voir Chloé plus clairement que Daphnis, qui reste aveugle à l’amour tant qu’un baiser de la jeune fille ne lui a pas encore ouvert les yeux du cœur. En tout état de cause, cela expliquerait pourquoi Dorcon ne reçoit son nom qu’à partir du moment où il est en position d’opposant et de prédateur, et non plus d’adjuvant comme à sa première apparition.

Dorcon, le rival orateur

  • 17 Longus, I, 15-17.
  • 18 Longus, I, 15, 4 : il est ici question d’une « dispute sur la beauté » (ὑπὲρ κάλλους ἔρις) de Daphn (...)
  • 19 J.-R. Vieillefond, ouvr. cit., notes complémentaires, p. 117, n. 14, 7 ; W. E. McCulloh, Longus, Tw (...)
  • 20 J.-R. Vieillefond, ouvr. cit., introd., p. CXXIX.

10Voyeur, Dorcon fait également figure de beau-parleur. Alors que l’amour qu’elle nourrit pour Daphnis tourmente déjà Chloé depuis le moment où elle l’a aidé à se laver à la source, après son extraction du trou où il était tombé, une joute verbale s’engage entre les deux jeunes hommes au sujet de leurs beautés respectives, avec pour prix un baiser donné par Chloé au vainqueur17. À ce stade, Daphnis est le dernier protagoniste à rester ignorant de cette passion, et joue donc le rôle du berger naïf face au bouvier averti et expérimenté. Longus reprend ici pour le compte de son œuvre romanesque une longue tradition pastorale de l’agôn18, selon un schéma binaire d’origine populaire mais illustré par de nombreux poètes à partir de l’époque hellénistique, comme Théocrite puis Virgile, au point de devenir un motif bucolique majeur19. À première vue, le débat opposant Daphnis à Dorcon ressemble à une paraphrase de la huitième Idylle de Théocrite. Le sujet est le même : un concours entre bergers dont le vainqueur est dans les deux cas un dénommé Daphnis et où une tierce personne joue le rôle d’arbitre. Mais alors que ce dernier, un chevrier, chez Théocrite, reste anonyme et ne juge froidement et techniquement que de musique, chez Longus, au contraire, c’est Chloé, toute frémissante de partialité amoureuse, qui donne le prix : un baiser de sa part, cause de tout le drame20.

  • 21 Longus, I, 16, 1-2 : « Moi (ἐγώ), ma fille (παρθένε), je suis plus grand que Daphnis ; moi, je suis (...)
  • 22 S. Dubel, « La beauté romanesque ou le refus du portrait dans le roman grec d’époque impériale », d (...)
  • 23 Théocrite, Idylles, V, 51-52 (Comatas).
  • 24 Longus, I, 16, 3-4 : « Moi (ἐμέ), si une chèvre m’a nourri, c’est comme Zeus ; et je fais paître de (...)
  • 25 Théocrite, Idylles, XXIV : Ἡρακλίσκος.

11C’est Dorcon qui ouvre l’échange21, sans savoir que l’assurance dont il fait ainsi preuve se transformera aussitôt en faiblesse dans la mesure où il donne également prise à son interlocuteur qui s’exprimera après lui. Tour à tour, il énumère ses prétendues qualités, systématiquement opposées aux défauts correspondants chez Daphnis (la taille de Dorcon, ses vaches, sa beauté22 et sa mère) pour ne finalement plus se concentrer que sur ceux-ci (la laideur de Daphnis, sa mauvaise odeur, sa pauvreté et la chèvre qu’il a eue pour mère), l’argument olfactif attribuant au berger l’odeur de ses boucs étant lui aussi d’inspiration théocritéenne23. La réponse de Daphnis24, parfaitement symétrique à l’accusation de Dorcon, la réfute point par point. En commençant lui aussi sa tirade par le pronom de la première personne, ἐμέ répondant au ἐγώ de Dorcon et marquant ainsi une opposition frontale, il parsème son propos de références mythologiques d’une autre envergure que les platitudes de son rival : aussi se compare-t-il à Zeus, lui aussi élevé par une chèvre, Amalthée, mais également à Pan, qui tient davantage du bouc que lui, et à Dionysos, pour sa douce peau imberbe que Dorcon, dont la barbe naissante indique le passage à l’âge adulte, préférait assimiler à celle d’une femme ou d’un enfant, comme le suggère l’hypocoristique théocritéen μειρακίσκος, ici pris en part péjorative25. Dans un mélange plaisant de chiasmes et de parallélismes, le discours de Daphnis referme celui de Dorcon en une composition annulaire qui s’ouvre et se conclut par le vocatif παρθένε, désignant Chloé. Ce double sens de lecture est loin d’être anodin, car il illustre l’amour possessif de Dorcon, qui part de Chloé pour aller vers lui, tandis que l’amour inconscient de Daphnis le pousse inexplicablement vers elle.

  • 26 B. D. McQueen, Myth, Rhetoric, and Fiction: A Reading of Longus’s Daphnis and Chloe, Lincoln, Unive (...)
  • 27 On peut penser notamment à Sapphô, fr. 140, 1 (γάλακτος λευκοτέρα) ou à Théocrite, Idylles, XI, 20- (...)
  • 28 Homère, Iliade, III, 144 ; VII, 10 ; XVIII, 40 (et I, 551 pour qualifier Héra).

12Préfigurant la légende de Phatta26, Dorcon n’apparaît donc pas seulement comme un banal rival de Daphnis, mais comme son double inversé, et la réfutation de ce dernier consiste essentiellement à retourner les défauts qui lui sont reprochés par le bouvier en lui opposant les qualités correspondantes. Mais l’avantage rhétorique que Daphnis met en œuvre par rapport à Dorcon est de clore sa tirade par une évocation de la beauté de Chloé, et donc de prendre en compte et de flatter la jeune fille, là où Dorcon s’était borné à une opposition frontale entre l’éloge de sa propre beauté et la dénonciation de la laideur de Daphnis. Dans cette scène où Éros sophiste inspire aux deux jeunes gens les artifices rhétoriques nécessaires pour emporter comme récompense un baiser de Chloé, chacun redouble d’efforts pour parvenir à ses fins jusqu’à la victoire attendue et néanmoins paradoxale du berger sur le bouvier. Or, ce baiser va être le déclencheur de la prise de conscience par Daphnis de son amour pour Chloé : alors qu’il venait de vanter la beauté de la jeune fille, c’est à partir de ce moment-là qu’il va se rendre compte à quel point elle est belle et enflamme son cœur, en usant de métaphores pastorales27, puisqu’il compare, en discours indirect libre, l’éclat de son teint à la blancheur du lait des chèvres et la forme de ses yeux à celle des yeux d’une vache. Bien que cette association pour célébrer le charme féminin ait sans doute aujourd’hui d’étranges consonances, elle était assez fréquente dans la littérature antique : au-delà de l’allusion à la déesse Héra, régulièrement affublée de l’épithète homérique βοῶπις (« aux yeux de vache »)28, Chloé semble apparaître ainsi aux yeux de Daphnis, quand bien même il ne le formule pas explicitement, à la fois comme l’une de ses propres chèvres et comme l’une des vaches du troupeau de Dorcon. Aussi peut-on en déduire que, malgré sa défaite provisoire, le bouvier conserve une certaine domination.

Dorcon, l’animal prédateur

  • 29 Longus, I, 15, 1 (δώροις ἢ βίᾳ).
  • 30 Longus, I, 11, 1-2 : « Une louve qui nourrissait ses petits enlevait beaucoup de bétail aux autres (...)
  • 31 Longus, I, 16, 2 (μέλας ὡς λύκος). Cette comparaison dépréciative, inspirée d’un vers d’Alcée louan (...)
  • 32 G. Danek et R. Wallisch (« Notizen zu Longos, Daphnis und Chloe », Wiener Studien 106, 1993, p. 54, (...)
  • 33 Platon, Phèdre, 241 : « C’est à la manière dont les loups chérissent les agneaux que les amants ché (...)
  • 34 Longus, III, 15 et suiv.
  • 35 Longus, I, 20, 2 : « Il fait tomber [la peau de loup] sur son dos jusqu’aux pieds, de sorte que les (...)
  • 36 Longus, I, 20, 2 : « Il prend la peau d’un grand loup qu’un taureau avait un jour tué de ses cornes (...)
  • 37 Longus, I, 12, 5 (λύκων ἐπιδρομήν).

13Faute d’avoir pu obtenir la main de Chloé en agissant en kalos kagathos, par des cadeaux offerts à la jeune fille ou à son père adoptif, Dorcon finit par se résoudre à recourir à des méthodes plus musclées et à user de violence. En réalité, Dorcon avait décidé dès le début de parvenir à ses fins par la ruse ou par la force29 : il s’agit donc d’un acte longuement prémédité. Dans un jeu d’écho, alors que Daphnis était tombé dans un piège à loup30 et que Dorcon l’avait comparé à un loup dans son agôn31, c’est justement en loup que Dorcon décide finalement de se déguiser pour capturer Chloé, prenant ainsi le rôle qu’il avait assigné à son rival32. Le loup, symbole d’une sexualité agressive topique déjà dénoncée de la sorte par Platon33, se retrouvera également, comme nous l’avons évoqué, chez le personnage symétrique de Lycénion34. La peau du loup prédateur dont Dorcon se recouvre est le pendant de la nébride, cette peau de biche qu’il avait offerte à Chloé pour en faire sa proie. Elle peut également être interprétée comme un détournement comique de la léonté, la peau du lion de Némée abattu par Héraclès, qui la porte dès lors comme trophée du premier de ses douze travaux : cette interprétation achève de faire de Dorcon un Héraclès manqué, un antihéros par excellence. Quoi qu’il en soit, en se revêtant d’une peau de loup, Dorcon confirme son animalisation, latente depuis le début et désormais totale, puisque aucune partie de son corps ne dépasse de son déguisement35 : il abandonne les codes sociaux et le comportement humain dont il a jusqu’alors fait preuve en vain et, lui qui est boukolos, s’érige en adversaire des valeurs bucoliques davantage incarnées par Daphnis et Chloé. De surcroît, le fait que le loup dont il a repris la peau soit mort en tentant de rompre l’harmonie naturelle entre les vaches et les taureaux36 sonne comme un avertissement pour Dorcon, qui entend justement arracher Chloé à Daphnis et qui avait déjà été identifié par eux à cet animal37.

  • 38 Longus, I, 20, 3-4 : « S’étant ainsi métamorphosé lui-même en bête sauvage (ἐκθηριώσας δὲ αὑτὸν) au (...)
  • 39 Cet espace inhospitalier, qui disparaîtra en même temps que Dorcon lui-même, exprime en effet aussi (...)
  • 40 C. Cusset, « Roman et comédie : la question des personnages », dans Présence du roman grec et latin(...)
  • 41 Longus, I, 21, 1-3 : « Peu de temps s’écoule avant que Chloé n’arrive en conduisant ses troupeaux à (...)
  • 42 Longus, I, 21, 5 : « Pensant, sous l’effet de leur inexpérience des audaces de l’amour, que le dégu (...)

14De fait, tant qu’il s’agit de rester en embuscade, à guetter le moment favorable pour fondre sur Chloé et en faire sa proie, tout fonctionne bien pour Dorcon38, même si la mare, les épines et les ronces du lieu où il se cache laissent déjà présager de son échec39. Honorant son nom qui le caractérise comme espion à l’affût40, il constitue le loup parfait dans la mesure où il incarne ainsi le désir amoureux. Mais c’est lorsqu’il s’agit de passer à l’acte que les choses se compliquent41. Les chiens qui gardent les troupeaux de Daphnis et de Chloé s’y trompent – ou plutôt, justement, ne s’y trompent pas – et voient en Dorcon la véritable menace que représente la présence d’un loup dans les parages et l’attaquent. Cependant, la curée n’aura pas lieu : lui qui avait délivré Daphnis en fâcheuse posture se trouve à son tour contraint à l’appeler au secours. Les rôles sont alors totalement inversés et, naguère dominant, le bouvier est désormais à la merci du berger, même s’il peut encore compter sur sa naïveté pour faire passer sa tentative de rapt pour une simple plaisanterie42.

  • 43 M. Laplace, Les Pastorales de Longos : Daphnis et Chloé, Berne, Peter Lang, Sapheneia 15, 2010, p.  (...)
  • 44 C. Cusset, art. cit., p. 36 : « le nom du personnage n’est pas lié ici à sa première action, mais à (...)
  • 45 A. Billault, La création romanesque dans la littérature grecque à l’époque impériale, Paris, PUF, 1 (...)
  • 46 W. E. McCulloh, ouvr. cit., p. 67 : « Dorkon’s misdemeanors are counterbalanced by the comically hu (...)

15Dorcon, par la succession de ses tentatives amoureuses toutes vouées à l’échec, apparaît surtout comme un personnage pittoresque, et rappelle maint personnage de comédie. Sans doute pouvons-nous supposer que le nom de Dorcon, au-delà de l’image du chevreuil qu’il appelle (et qui ne sied pas très bien au personnage, lequel constitue plus un prédateur qu’une proie), signifie le « Voyeur », celui qui épie Chloé pour parvenir à s’emparer d’elle, d’abord par la flatterie, ensuite par la voie légale, et enfin par la force43. Cela expliquerait en tout cas pourquoi Dorcon ne reçoit son nom qu’à partir du moment où il est en position d’opposant et de prédateur, et non d’adjuvant comme au début44. Ce n’est qu’au moment où, sur le point d’expirer, il reçoit enfin de Chloé le baiser tant attendu qui lui permet de mourir en paix, après de déchirants adieux, que ce « personnage de comédie rustique se métamorphose en victime d’un drame45 ». Dorcon, sous ses airs de grand méchant loup, n’a donc peut-être finalement du loup que les intentions, toujours en embuscade, à guetter, mais sans jamais qu’une seule de ses tentatives n’aboutisse, sinon au moment de mourir, non sans une certaine vis comica46 : c’est pourquoi l’image du chevreuil (dorkas) lui sied tout autant.

Dorcon, le vaincu vainqueur

  • 47 Longus, I, 20, 1 (τέχνην ποιμένι πρέπουσαν).
  • 48 Longus, I, 21, 5 (ποιμενικὴν παιδιάν).
  • 49 Longus, Daphnis et Chloé ; suivi de Musée, Héro et Léandre, Paris, Flammarion, G.F. 819, 1995 : « L (...)
  • 50 Longus, I, 28-30 : « Ils enlevèrent aussi quelques vaches du troupeau de Dorcon et capturèrent Daph (...)
  • 51 E. Bowie, « Les discours dans Longus, Daphnis et Chloé », dans Discours et débats dans l’ancien rom (...)
  • 52 C’est la raison qu’invoque A. Tallet-Bonvalot pour traduire judicieusement ce verbe par « charcuter (...)
  • 53 M. Laplace, ouvr. cit., p. 63 : « [Dorcon] n’a plus rien d’un loup, ni d’un taureau combatif. Tandi (...)

16C’est en effet au moment où, après les échecs de ses tentatives de séduction par la rhétorique ou par les cadeaux, Dorcon semble avoir tout perdu dans sa « manœuvre digne d’un berger47 » comprise par Daphnis et Chloé comme une « plaisanterie de berger48 », qu’il obtient finalement le baiser dont il avait tant rêvé, juste avant de rendre l’âme. En effet, suivant un lieu commun présent dans tous les romans grecs49, des brigands venus de Tyr débarquent sur l’île de Lesbos et pillent tout ce qu’ils trouvent, y compris en ravissant les vaches de Dorcon ainsi que Daphnis lui-même, qu’ils embarquent avec eux50. Chloé estime, à juste titre, pouvoir de nouveau faire appel à Dorcon pour sauver le jeune homme. À cet instant solennel, le bouvier meurt pour ce qu’il a de plus cher : ses vaches, qu’il a vaillamment défendues, et Chloé, naguère comparée à une génisse, qui lui donne un dernier baiser. Après la joute oratoire qui l’avait opposé à Daphnis, c’est le seul moment où Dorcon prend la parole au discours direct, signe de l’importance de sa dernière tirade. Dans celle-ci, encore adressée à Chloé, qu’il interpelle désormais par son nom et non plus par le vocatif παρθένε51, mais cette fois en dehors de la présence de Daphnis, parodiant le style tragique, Dorcon, à l’article de la mort après s’être battu contre les brigands, va jusqu’à se comparer lui-même à l’une de ses vaches, puisqu’il utilise le verbe κόπτω, qui signifie aussi bien « frapper, assommer » que « couper, taillader »52 : le corps du bouvier a été entaillé de multiples blessures, à la manière du destin ordinairement réservé à ses propres bêtes à l’abattoir. En Dorcon, contre toute attente, Chloé ne voit pas le loup, mais une vache agonisante53.

  • 54 M. Laplace, ouvr. cit., p. 64 : « Elle apparaît clairement comme le contraire de la vachère à laque (...)
  • 55 Longus, I, 30. Les brigands, engoncés dans leurs armures, se noient, tandis que Daphnis, peu vêtu, (...)
  • 56 Théocrite, Idylles, I, 128-130 ; VI, 42-43.
  • 57 J. R. Morgan et R. Stoneman, Greek Fiction: The Greek Novel in context, Londres, New-York, Routledg (...)
  • 58 Longus, I, 29, 2 (ἔμπνευσον αὐτῇ μέλος ἐκεῖνο, ὃ Δάφνιν μὲν ἐγώ ποτε ἐδιδαξάμην, σὲ δὲ Δάφνις).

17Mais cette apparente défaite définitive de Dorcon constitue également une victoire in extremis dans le rôle ambigu qui lui est assigné tout au long du premier livre des Pastorales. Contre un baiser de sa part et une perpétuation de sa mémoire, il donne à Chloé les instructions nécessaires pour vaincre ses vainqueurs : en lui remettant sa syrinx, c’est sa faculté de bouvier qu’il lui cède, celle de faire obéir ses vaches au son de sa flûte, comme dans le mythe de Phatta54, et donc de les faire sauter par-dessus bord en les attirant sur le rivage, ce qui entraîne le chavirement du bateau des brigands, la mort de ces derniers et le salut de Daphnis55. Longus, comme Virgile d’ailleurs, a repris ce motif à Théocrite56 chez qui Daphnis, au moment de mourir, fait l’offrande de ses flûtes au dieu Pan, mais peut-être aussi à Bion57. Ainsi, avec ces derniers sacrements que constituent le baiser de Chloé et la certitude d’être vengé, Dorcon peut mourir en paix. Ce faisant, il ne se contente pas d’être vengé lui-même, mais venge également tous les acteurs du monde pastoral, et en particulier Daphnis. Par la même occasion, le bouvier reprend ses titres de noblesse et revient, du fait de son acte de générosité, à la première place de la hiérarchie pastorale traditionnelle, où le bouvier occupe un rang plus élevé que les chevriers, placés eux-mêmes plus haut que les bergers. Ce schéma est traduit par la mention du fait que Dorcon le bouvier a enseigné un air de flûte à Daphnis le chevrier, et que ce dernier l’a à son tour enseigné à Chloé la bergère58. Il fallait que cette chaîne se développe de la sorte jusqu’au bout pour parvenir à l’heureuse issue du premier livre des Pastorales. Dorcon en sera même érigé au rang de bienfaiteur.

Dorcon, le posthume bienfaiteur

  • 59 E. Bowie (« Vertus de la campagne, vices de la cité », dans Passions, vertus et vices dans l’ancien (...)
  • 60 Longus, I, 32, 1-2 : « Une fois que [Daphnis] fut sorti de l’eau et eut retrouvé sur la terre Chloé (...)
  • 61 Longus, III, 20, 2. Cependant, cette contrepartie n’est pas de la même envergure, tant par l’import (...)

18Ce lycanthrope devenu philanthrope doit donc attendre la mort pour recouvrer son humanité perdue et pour être pleinement réintégré dans la communauté pastorale, à l’occasion de ses funérailles. Une série de renversements poignants ont donc réhabilité Dorcon après sa mort, la seule mort d’un personnage important dans tout le roman. Son amour pour elle ne lui a en effet plus inspiré de violence égoïste, mais un altruisme noble : il passe du rôle de rival à celui de bienfaiteur posthume des héros. Alors que, plus tôt, il avait pris la peau d’un loup tué pour avoir tenté de perturber le monde pastoral, il est réhabilité en mourant comme défenseur de ce monde contre un ennemi bien plus dangereux. Adjuvant devenu opposant, c’est grâce à un opposant plus important, menaçant l’ensemble de l’univers bucolique, que Dorcon retrouve son rôle premier. Finalement, grâce à sa générosité, il obtient le baiser qu’il avait été incapable d’obtenir par égoïsme agressif dans son débat avec Daphnis, dans son intercession auprès de Dryas et dans sa tentative de rapt. Mais alors que le baiser de Chloé n’avait apporté à Daphnis que du tourment, c’est pour Dorcon une extrême-onction qui l’autorise à mourir en paix, et pour la jeune fille l’objet d’un mensonge par omission puisque, quoique naïve, elle a vaguement le sentiment qu’il serait contraire à sa pudeur (aidôs)59 d’en parler à Daphnis60. Avec ce nouveau baiser, une forme de rééquilibrage se produit entre Daphnis vivant et Dorcon mourant, voire un léger avantage pour ce dernier en raison de la cachotterie de Chloé qui ne trouvera sa contrepartie qu’au troisième livre du roman, dans celle de Daphnis au sujet de son initiation sexuelle par Lycénion61.

  • 62 Longus, I, 32, 3-4 : « Ils décident alors d’honorer leur bienfaiteur, et, venant avec les proches d (...)
  • 63 Ce terme sera tout aussi paradoxalement employé par Daphnis pour qualifier Gnathon (Longus, IV, 29, (...)
  • 64 Théocrite, Idylles, I, 66-81.

19Lors de l’enterrement, le lecteur apprend que Dorcon était un membre à part entière de la fraternité pastorale62 : il a su faire fi de ses disputes ou autres ruses amoureuses pour permettre la survie de l’ensemble de l’univers pastoral, représenté par ses vaches et par Dorcon. Ses dernières pensées ont été en effet dominées par la continuité de l’art et de l’ordre bucoliques en dépit de sa propre mortalité en tant qu’individu. Et c’est comme à leur évergète que Daphnis et Chloé lui rendent les derniers hommages : c’est par ce terme, εὐεγέτης, signifiant « bienfaiteur63 », et par l’adjectif ἄθλιος (« malheureux »), impliquant une subjectivité et exprimant une compassion certaine pour ce personnage, que Dorcon est désigné. Par leur attitude généreuse, Daphnis et Chloé donnent là un exemple de la philanthropie chère à Longus, celle-là même dont Dorcon venait de faire preuve. Cet épisode montre une fois de plus la naturelle bienveillance que Longus prête aux deux jeunes gens. Quant à la nature qui accompagne elle-même de ses pleurs les derniers hommages au bouvier défunt, notamment par le thrène de ses vaches, elle reprend un motif bucolique traditionnel déjà présent chez Théocrite64 et exprime l’assentiment à sa réhabilitation posthume.

  • 65 De fait, au fil des autres rencontres, on se rendra compte que, dans le livre I, l’opposition entre (...)
  • 66 Longus, IV, 38, 1-2.
  • 67 Cette formule de Jacqueline de Romilly est citée par S. Térasse-Alami, Longus, Daphnis et Chloé, li (...)

20Cette réintégration in extremis de Dorcon dans la communion pastorale se trouve scellée à la toute fin du livre. Alors que le lecteur n’entendra plus parler de Dorcon après la fin du premier livre65, il faudra effectivement attendre la scène finale et les noces de Daphnis et Chloé pour que son souvenir soit rappelé, conformément à sa dernière prière, en l’occurrence par la présence des proches de Dorcon aux festivités comme ils l’avaient été à l’enterrement de Dorcon. Même le bouvier Lampis, le double de Dorcon au livre IV, n’y était pas absent, ayant été jugé pardonnable66. Ainsi se clôt le roman de Daphnis et de Chloé, qui est tout autant, pour ce qui est du premier livre et de sa composition annulaire épousant le cycle naturel des saisons, le roman de Dorcon, depuis sa première apparition jusqu’à sa « mort en offrande à l’amour67 » et à son ultime réhabilitation.

  • 68 C. Cusset, « Fonctions du décor bucolique dans les Pastorales de Longus », dans Lieux, décors et pa (...)
  • 69 Ce n’est qu’au livre II que les Méthymniens, extérieurs à l’univers bucolique, parviendront à accom (...)

21Qui donc est le bouvier Dorcon ? De l’adjuvant ou de l’opposant, quel est le vrai visage de cette figure ambivalente ? Au terme de cette rapide esquisse de son portrait dans le premier livre des Pastorales de Longus, où nous avons vu en quoi « Dorcon, à la fois loup et bouvier, menace et protecteur, est un personnage amphibologique par excellence68 », une chose est sûre : ce double visage n’est pas à comprendre comme une simple duplicité. De même qu’Hippothoos dans les Éphésiaques de Xénophon ou que Callisthène chez Achille Tatius, qui suivent une évolution comparable, Dorcon se distingue dans un schéma actantiel fort manichéen et passe successivement d’une facette à l’autre. Les deux visages de Dorcon sont donc successifs, et non simultanés. Si l’on y regarde de plus près, on peut constater la structure annulaire, le parcours circulaire qu’il effectue dans la constellation des personnages, et le schéma actantiel de ce premier livre. Il en sort comme il y est entré : en délivrant Daphnis à la demande de Chloé, alors qu’entretemps, toutes ses tentatives d’enlèvement de Chloé, par la ruse ou par la force, ont été vaines69. En cela on peut conclure que, personnage bucolique par excellence, Dorcon a pour fonction de préserver du monde extérieur la « bulle » de cet univers bucolique et de permettre que l’initiation amoureuse de Daphnis et Chloé se poursuive sous la conduite du boukolos suprême : l’Amour.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 Vraisemblablement composées au tournant des iie et iiie siècles après J.‑C. par un certain Longus dont on ignore à peu près tout, les Pastorales (ou Daphnis et Chloé, d’après le nom des deux héros) donnent à voir un exemple particulier du genre romanesque fleurissant à cette époque, à la convergence de plusieurs traditions littéraires ou artistiques parmi lesquelles la poésie bucolique (de βουκόλος, le « gardien de bœufs » ou bouvier) occupe une place de choix : alors que les autres romans grecs offrent un cadre urbain, des voyages en mer et des aventures en pays étranger, le récit de Longus plonge au contraire le lecteur dans un univers champêtre où évoluent bergers et bouviers.

2 Longus, I, 27, 2-4 : Phatta était une jeune fille qui gardait de nombreuses vaches (ἔνεμε βοῦς πολλάς) et les charmait par son chant (ἐτέρποντο αἱ βόες ἐπ’ αὐτῆς τῇ μουσικῇ), jusqu’à ce qu’un garçon qui gardait lui aussi des vaches non loin de là (παῖς οὐ μακρὰν νέμων βοῦς) détourne huit de ses plus belles vaches dans son propre troupeau (τῶν βοῶν ὀκτὼ τὰς ἀρίστας ἐς τὴν ἰδίαν ἀγέλην θέλξας ἀπεϐουκόλησεν).

3 Longus, II, 5, 3 : Éros rappelle à Philétas que, sur cette même colline où il se trouve encore, il faisait jadis paître les vaches (καί σε οἶδα νέμοντα πρωθήϐην ἐν ἐκείνῳ τῷ ὄρει τὸ πλατὺ βουκόλιον) ; Longus, II, 7, 6 : Philétas se rappelle ensuite avoir brisé ses syrinx qui attiraient ses vaches sans faire venir sa chère Amaryllis (κατέκλων τὰς σύριγγας, ὅτι μοι τὰς μὲν βοῦς ἔθελγον, Ἀμαρυλλίδα δὲ οὐκ ἦγον).

4 Longus, IV, 7, 1 (Λάμπις τις ἦν ἀγέρωχος βουκόλος) : il apparaît en cela comme une réplique de Dorcon à la fin du récit.

5 Longus, II, 34 (Syrinx) et III, 23 (Écho).

6 Le mot ταινία désigne une longue bande de tissu léger, généralement du lin, que les femmes enroulent plusieurs fois autour de leur poitrine comme soutien-gorge.

7 Longus I, 12, 3-5 : « [Daphnis] attendait en pleurant celui qui le tirerait de là, si quelqu’un venait à passer ; Chloé, qui avait assisté à l’accident, se rend en courant près de la fosse, et, constatant qu’il était vivant, appelle au secours un bouvier des champs voisins (καλεῖ τινα βουκόλον ἐκ τῶν ἀγρῶν τῶν πλησίον εἰς ἐπικουρίαν). Celui-ci, à son arrivée, chercha une longue corde, que [Daphnis] tiendrait en se faisant tirer pour sortir de là. Mais il n’y avait pas de corde, et Chloé, dénouant son bandeau, le donne au bouvier pour qu’il l’introduise (ἡ δὲ Χλόη λυσαμένη ταινίαν δίδωσι καθεῖναι τῷ βουκόλῳ). Et c’est ainsi qu’ils le hissèrent en se tenant sur les bords [de la fosse] ; quant à lui, il remonta en accompagnant de ses propres mains les tractions de l’écharpe. Ils tirèrent également le pauvre bouc dont les cornes étaient brisées : c’est bien de la sorte que la justice vengeait le bouc vaincu. [Daphnis et Chloé] l’offrent en récompense au bouvier pour qu’il soit sacrifié et s’apprêtent à mentir à ceux qui vivent à la maison en prétextant une incursion de loups (ἔμελλον ψεύδεσθαι πρὸς τοὺς οἴκοι λύκων ἐπιδρομήν), si quelqu’un le demandait. »

8 Cette pratique réelle de cadeaux offerts en récompense à un bienfaiteur se confond ici avec la pratique essentiellement littéraire, tirée non pas de la réalité campagnarde mais des Idylles de Théocrite, consistant à offrir à son bien-aimé des dons de la nature, comme des fleurs, des fruits, des animaux ou des objets confectionnés à la main.

9 Donat, Vie de Virgile, 49. Cette hiérarchie sera reprise dans la célèbre « roue de Virgile » pour la classification des styles : les personnages typiques qui leur sont associés sont le cheval et le cavalier pour le style « élevé » de l’Énéide, le bœuf et le bouvier pour le style « moyen » des Géorgiques, et le mouton et le berger pour le style « bas » des Bucoliques.

10 Longus, I, 15, 1-3 : « Or le bouvier Dorcon, celui qui avait tiré Daphnis et le bouc hors de la fosse, jeune garçon à la barbe naissante et connaissant de l’amour et les œuvres et le nom (ἀρτιγένειος μειρακίσκος καὶ εἰδὼς ἔρωτος καὶ τὰ ἔργα καὶ τὰ ὀνόματα), était aussitôt tombé amoureux, à partir de ce jour-là, de Chloé (εὐθὺς μὲν ἐπ’ ἐκείνης τῆς ἡμέρας ἐρωτικῶς τῆς Χλόης διετέθη), le temps qui s’écoulait embrasant son âme, et, méprisant Daphnis comme un enfant, décida d’arriver à ses fins par des cadeaux ou par la force (δώροις ἢ βίᾳ). Il leur apporta donc en premier lieu des cadeaux, à lui une syrinx de berger à neuf tiges de roseau attachées par du bronze en guise de cire, et à elle une peau de faon bachique dont le poil était comme tacheté de couleurs. Dès lors, considéré comme un ami (φίλος νομιζόμενος), il négligeait peu à peu Daphnis, mais apportait tous les jours à Chloé tantôt du fromage frais, tantôt une couronne de fleurs, tantôt une belle pomme ; il lui apporta même un jour un veau de lait tout juste né, un pot parsemé d’or, et des petits oiseaux de la montagne. Mais elle, qui était ignorante du savoir-faire d’un amant, se réjouissait en recevant ses cadeaux, et se réjouissait davantage encore de pouvoir à son tour les offrir à Daphnis (λαμϐάνουσα μὲν τὰ δῶρα ἔχαιρε, μᾶλλον δὲ ἔχαιρεν ὅτι Δάφνιδι εἶχεν αὐτὴ χαρίζεσθαι). »

11 Longus, II, 34, 1.

12 A. Chenys, « Le dieu Pan et l’expression de la violence », dans Les personnages du roman grec, B. Pouderon (dir.), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 29, 2001, p. 174 : « Le dieu [Pan] promet à Syrinx de doubler le nombre de ses chevraux, comme Dorcon offrait à Chloé de multiples présents. Devant le refus moqueur de Syrinx, Pan jette le masque et veut la prendre de force, tout comme Dorcon, évincé par Daphnis, avait résolu d’enlever Chloé ».

13 Longus, I, 19, 1-3 : « Mais Dorcon, le bouvier amoureux de Chloé, surveillant Dryas (φυλάξας τὸν Δρύαντα) qui plantait un arbre contre un cep de vigne, se présente devant lui avec d’excellents petits fromages, et il les lui donne en cadeau, à titre de vieil ami (πάλαι φίλος ὤν), de l’époque où lui aussi faisait paître ses bêtes. Ayant commencé par là, il lança une discussion au sujet du mariage de Chloé : il promit, s’il la prenait pour femme, de nombreux et beaux cadeaux qu’un bouvier [peut offrir] : un attelage de bœufs de labour, quatre ruches d’abeilles, cinquante plants de pommiers, une peau de taureau pour y tailler des sandales, et tous les ans un veau qui n’a plus besoin de lait, si bien qu’il s’en fallut de peu que Dryas, séduit par ces cadeaux (θελχθεὶς τοῖς δώροις), ne consentît au mariage. Mais imaginant que la jeune fille était digne d’un meilleur fiancé, et craignant que, s’il était un jour pris en flagrant délit, il ne subisse les pires châtiments, il refusa le mariage, demanda pardon, et repoussa les cadeaux mentionnés (τόν τε γάμον ἀνένευσε καὶ συγγνώμην ἔχειν ᾐτήσατο καὶ τὰ ὀνομασθέντα δῶρα παρῃτήσατο). »

14 Longus, Pastorales, texte établi et trad. par J.‑R. Vieillefond, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2010, notes complémentaires, p. 118-119, n. 17, 7.

15 On trouve les attestations onomastiques suivantes : Dorka, Dorkalis, Dorkalion, Dorkas, Dorkeas, Dorkeidas, Dorkeus, Dorkia, Dorkias, Dorkillei, Dorkilleis, Dorkinas, Dorkion, Dorkippos, Dorkis, Dorkiôn, Dorkos, Dorkulis, Dorkuliôn, Dorkulos, Dorkulla, Dorkô, Dorkoilidas, Dorkon, Dorx.

16 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, s.v. « δορκάς », 1968, p. 293-294.

17 Longus, I, 15-17.

18 Longus, I, 15, 4 : il est ici question d’une « dispute sur la beauté » (ὑπὲρ κάλλους ἔρις) de Daphnis et de Dorcon.

19 J.-R. Vieillefond, ouvr. cit., notes complémentaires, p. 117, n. 14, 7 ; W. E. McCulloh, Longus, Twayne Publishers, New York, 1970, p. 49 : « a version of the antiphonal or amoebic verse associated with pastoral ».

20 J.-R. Vieillefond, ouvr. cit., introd., p. CXXIX.

21 Longus, I, 16, 1-2 : « Moi (ἐγώ), ma fille (παρθένε), je suis plus grand que Daphnis ; moi, je suis bouvier et lui chevrier ; et je suis plus fort que lui autant que les bœufs sont plus forts que les chèvres ; et je suis blanc comme du lait, et roux comme du blé prêt pour la moisson, et c’est une mère qui m’a nourri, pas une bête. Lui, il est petit, imberbe comme une femme, et brun comme un loup ; il fait paître des boucs, en dégageant donc leur terrible odeur, et il est pauvre au point de ne pouvoir nourrir pas même un chien. Et si, comme on le dit, c’est une chèvre qu’il lui a donné le lait, il ne diffère en rien d’un chevreau ».

22 S. Dubel, « La beauté romanesque ou le refus du portrait dans le roman grec d’époque impériale », dans Les personnages du roman grec, B. Pouderon (dir.), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 29, 2001, p. 49, au sujet de la mise en valeur de Dorcon par lui-même : « Curieusement, c’est Dorcon qui correspond aux canons traditionnels, puisqu’il décrit lui-même la blancheur de son teint de lait et ses cheveux blonds comme les blés avant la moisson. »

23 Théocrite, Idylles, V, 51-52 (Comatas).

24 Longus, I, 16, 3-4 : « Moi (ἐμέ), si une chèvre m’a nourri, c’est comme Zeus ; et je fais paître des boucs qui sont plus gros que [les bœufs de Dorcon] ; je ne dégage pas du tout leur odeur, puisque même Pan, qui est pourtant davantage un bouc [que moi], ne la dégage pas. Et le fromage, le pain de campagne, et le vin blanc me suffisent, et tels sont les biens des riches paysans. Si je suis imberbe, Dionysos l’est aussi ; si je suis brun, la jacinthe l’est aussi ; or Dionysos est plus fort que les satyres et la jacinthe [est plus forte] que les lys. Lui, il est roux comme un renard, il est barbu comme un bouc et il est blanc comme une femme de la ville. Et s’il faut que tu donnes un baiser, de moi c’est la bouche que tu embrasseras, mais de lui ce sont les poils de sa barbe. Souviens-toi d’ailleurs, ma fille (παρθένε), qu’une brebis t’a nourrie, mais que cela ne t’empêche pas d’être belle (ἀλλὰ καὶ εἶ καλή) ».

25 Théocrite, Idylles, XXIV : Ἡρακλίσκος.

26 B. D. McQueen, Myth, Rhetoric, and Fiction: A Reading of Longus’s Daphnis and Chloe, Lincoln, University of Nebraska Press, 1990, p. 43-44. Le fait que Dorcon et le garçon anonyme de l’histoire de Phatta soient des bouviers ne peut pas être une simple coïncidence. La menace que Dorcon oppose à Daphnis est vraiment analogue à celle de Phatta. Dans chaque cas, un bouvier qui n’est pas bien doté par la nature tente de se rehausser en s’appropriant le bien d’autrui, et dans chaque cas, la méthode est la séduction. Dorcon essaie de charmer Chloé en la repoussant loin de Daphnis, comme le garçon avait charmé huit vaches en les détournant loin de Phatta. Cela ne signifie pas que la relation entre Dorcon et le jeune bouvier de l’histoire de Phatta est une simple équivalence. L’équation est plus complexe que cela, surtout parce que Daphnis doit y figurer. Dorcon est apparemment fier de sa virilité, qui le fait contraster avec l’apparente féminité de Daphnis ; et l’indice extérieur de cette virilité est sa barbe. Le garçon de l’histoire de Phatta, cependant, est imberbe, non pas comme Dorcon, mais comme Daphnis. C’est précisément parce que sa voix est basse en vertu de sa virilité, mais également aussi douce que celle d’une femme en vertu de son jeune âge, que le garçon réussit à enchanter le bétail de Phatta. Dans cette perspective, le jeune bouvier a plus de points communs avec Daphnis qu’avec Dorcon. Daphnis est ici présenté avec deux modèles de virilité. Il comprend et exploite sa féminité latente, tandis que Dorcon est le modèle de l’homme mâle comme brute, d’où son caractère de loup. Ainsi Daphnis est en passe de devenir un modèle érotique, et devra à son tour composer avec cette agressivité masculine innée.

27 On peut penser notamment à Sapphô, fr. 140, 1 (γάλακτος λευκοτέρα) ou à Théocrite, Idylles, XI, 20-21 (λευκοτέρα πακτᾶς πακτᾶς ποτιδεῖν, ἁπαλωτέρα ἀρνός, μόσχω γαυροτέρα).

28 Homère, Iliade, III, 144 ; VII, 10 ; XVIII, 40 (et I, 551 pour qualifier Héra).

29 Longus, I, 15, 1 (δώροις ἢ βίᾳ).

30 Longus, I, 11, 1-2 : « Une louve qui nourrissait ses petits enlevait beaucoup de bétail aux autres troupeaux du voisinage. […] Les villageois se rassemblent et creusent des fosses. »

31 Longus, I, 16, 2 (μέλας ὡς λύκος). Cette comparaison dépréciative, inspirée d’un vers d’Alcée louant « les yeux noirs et les cheveux noirs » d’un adolescent dénommé Lykos (« loup ») et limitée à une seule description physique puisqu’elle est accompagnée d’une comparaison à un chevreau (Daphnis ayant été nourri par une chèvre), se retourne finalement contre Dorcon lui-même, qui s’empêtre dans ses propres contradictions.

32 G. Danek et R. Wallisch (« Notizen zu Longos, Daphnis und Chloe », Wiener Studien 106, 1993, p. 54, n. 21) rapprochent ce passage du Rhésos d’Euripide (v. 208-212) où Dolon explique comment, pour passer inaperçu de ses ennemis, il se couvrira le corps d’une peau de loup, gueule béante sur la tête et pattes avant et arrière sur ses bras et ses jambes : Dorcon s’inspire donc beaucoup de son paronyme Dolon.

33 Platon, Phèdre, 241 : « C’est à la manière dont les loups chérissent les agneaux que les amants chérissent leur bien-aimé ». Cette image devenue proverbiale sera détournée par Méléagre (Anthologie Palatine, XII, 92, 3 : « Vous vous êtes épris d’un amour intrépide, comme des agneaux d’un loup. ») ou Straton (Anthologie Palatine, XII, 250 : « Je suis tombé sur le fils de mon voisin Aristodicos, tel un loup sur un agneau, et je l’ai pris dans mes bras », sauf qu’ici le prédateur devient ensuite la proie de son bien-aimé, dont il ne peut plus se défaire).

34 Longus, III, 15 et suiv.

35 Longus, I, 20, 2 : « Il fait tomber [la peau de loup] sur son dos jusqu’aux pieds, de sorte que les pattes antérieures recouvrent ses bras et les pattes postérieures ses jambes jusqu’aux talons, tandis que la béance de sa gueule abritait sa tête, comme le casque celle d’un homme en armes. »

36 Longus, I, 20, 2 : « Il prend la peau d’un grand loup qu’un taureau avait un jour tué de ses cornes pour défendre ses vaches. »

37 Longus, I, 12, 5 (λύκων ἐπιδρομήν).

38 Longus, I, 20, 3-4 : « S’étant ainsi métamorphosé lui-même en bête sauvage (ἐκθηριώσας δὲ αὑτὸν) autant qu’il le pouvait, il se rend près de la source dans laquelle buvaient les chèvres et les moutons après la pâture. Cette source se trouvait tout au fond d’un creux dans la terre, et autour d’elle tout l’endroit était sauvage, avec des épines, des ronces, de petits genévriers et des chardons. Facilement, un vrai loup aurait pu s’y cacher en embuscade (ῥᾳδίως ἂν ἐκεῖ καὶ λύκος ἀληθινὸς ἔλαθε λοχῶν). C’est là que, s’étant caché, Dorcon attendait l’heure de l’abreuvage, et il avait grand espoir de prendre Chloé dans ses bras après lui avoir fait peur avec son déguisement. »

39 Cet espace inhospitalier, qui disparaîtra en même temps que Dorcon lui-même, exprime en effet aussi bien l’hostilité du personnage que son futur sort malheureux, d’après Théocrite, Idylles, XIII, 64-65, où Héraclès se débat en vain dans des ronciers sans pouvoir atteindre son cher Hylas.

40 C. Cusset, « Roman et comédie : la question des personnages », dans Présence du roman grec et latin, R. Poignault (dir.), Clermont-Ferrand, Publications du Centre de recherches André Pignol, Caesarodunum 40-41b, 2011, p. 36 : « Dorcon, qui met en place un stratagème malheureux pour épier Chloé sans être vu et ravir la jeune fille, est bien ce Voyeur malséant qui devient malgré lui la proie des chiens de garde du troupeau. »

41 Longus, I, 21, 1-3 : « Peu de temps s’écoule avant que Chloé n’arrive en conduisant ses troupeaux à la source, ayant laissé Daphnis en train de couper du feuillage vert pour nourrir les chevreaux après la pâture. Or les chiens qui suivaient pour la garde des moutons et des chèvres, flairant Dorcon avec leur curiosité de chiens, le découvrent alors qu’il se mettait en mouvement pour capturer la jeune fille. En aboyant furieusement, ils s’élancent sur lui comme sur un loup (ὡς ἐπὶ λύκον) ; et l’ayant cerné avant qu’il ne se redresse complètement par surprise, ils le mordent à travers la peau. Jusque-là, craignant d’être reconnu et se tenant sous la peau, il était accroupi en silence dans le fourré. Mais comme cloué, effrayé à ce premier spectacle, il appelle Daphnis au secours et, comme les chiens, en arrachant la peau [du loup], atteignaient son corps, poussant de grands cris, celui-ci implore le secours de la jeune fille et de Daphnis, qui était déjà là. »

42 Longus, I, 21, 5 : « Pensant, sous l’effet de leur inexpérience des audaces de l’amour, que le déguisement avec la peau du loup était une plaisanterie de berger, [Daphnis et Chloé] ne se fâchèrent nullement, mais le consolèrent et le raccompagnèrent un peu sur sa route en le tenant par la main. »

43 M. Laplace, Les Pastorales de Longos : Daphnis et Chloé, Berne, Peter Lang, Sapheneia 15, 2010, p. 64, n. 59 : « L’anthroponyme Dorcon […] semble s’apparenter au verbe δέρκομαι, et personnifier le “regard” du désir, en même temps que celui de l’espion (dans l’Hymne homérique à Pan, Pan chasseur « a le regard perçant : ὀξέα δερκόμενος), puis le “regard” de l’esprit réfléchissant sur le présent et le futur immédiat. »

44 C. Cusset, art. cit., p. 36 : « le nom du personnage n’est pas lié ici à sa première action, mais à son action principale au centre du livre I ».

45 A. Billault, La création romanesque dans la littérature grecque à l’époque impériale, Paris, PUF, 1991, p. 174.

46 W. E. McCulloh, ouvr. cit., p. 67 : « Dorkon’s misdemeanors are counterbalanced by the comically humiliating failure of his attempted wolf-rape, and by his love-in-death recantation. »

47 Longus, I, 20, 1 (τέχνην ποιμένι πρέπουσαν).

48 Longus, I, 21, 5 (ποιμενικὴν παιδιάν).

49 Longus, Daphnis et Chloé ; suivi de Musée, Héro et Léandre, Paris, Flammarion, G.F. 819, 1995 : « L’attaque de pirates est un des lieux communs du roman grec. Longus se limite ici au strict minimum pour que l’action avance et intègre l’épisode à sa pastorale en lui donnant une fin originale et amusée, le personnage de Dorcon étant seul sacrifié à la loi du genre ». F. Létoublon, Les lieux communs du roman : stéréotypes grecs d’aventure et d’amour, Leyde, Brill, 1993, p. 87, n. 45, remarque cependant que ce passage « pose un problème textuel : le contexte montrant en fait qu’il s’agit de Grecs travestis en Cariens, la meilleure interprétation est de penser à des gens proches, peut-être originaires d’un village voisin ».

50 Longus, I, 28-30 : « Ils enlevèrent aussi quelques vaches du troupeau de Dorcon et capturèrent Daphnis qui se promenait près de la mer. […] À peine après avoir détaché l’amarre et pris les rames dans leurs mains, ils s’éloignèrent vers la haute mer. Or, Chloé faisait descendre son troupeau, apportant une syrinx neuve comme cadeau pour Daphnis, mais, voyant les chèvres dispersées et entendant Daphnis qui l’appelait toujours plus fort, elle n’a plus souci de ses moutons, jette la cire et se rend en courant auprès de Dorcon, désirant son secours. Mais lui gisait par terre, assommé par les coups des brigands, respirant à peine, et perdant son sang en abondance. Mais voyant Chloé et reprenant un peu de la chaleur de son ancien amour, il lui dit : “Moi, Chloé, je mourrai sous peu, car ces brigands impies, alors que je combattais pour la défense de mes bœufs, m’ont charcuté comme un bœuf (οἱ γάρ με ἀσεϐεῖς λῃσταὶ πρὸ τῶν βοῶν μαχόμενον κατέκοψαν ὡς βοῦν). Mais toi, sauve encore Daphnis pour moi, venge-moi et fais périr ces gens-là. J’ai enseigné à mes vaches d’accompagner l’écho de la syrinx et de suivre sa mélodie, même si elles paissent au loin. Eh bien donc, prends cette syrinx et souffles-y cet air que j’avais appris à Daphnis et que Daphnis t’a appris à son tour, après quoi ma syrinx et mes vaches là-bas feront le reste. Je t’offre cette syrinx grâce à laquelle, en concourant, j’ai vaincu beaucoup de bouviers et de chevriers. Mais toi, en récompense, embrasse-moi tant que je suis en vie et pleure-moi lorsque je serai mort. Et si tu vois un autre bouvier faire paître mes vaches, souviens-toi de moi.” Et Dorcon, ayant dit cela, après l’avoir embrassée d’un ultime baiser, rendit l’âme en même temps que ce baiser et cette parole. »

51 E. Bowie, « Les discours dans Longus, Daphnis et Chloé », dans Discours et débats dans l’ancien roman. Actes du colloque de Tours, 21-23 octobre 2004, B. Pouderon et J. Peigney (dir.), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 36, 2006, p. 32 : « L’emploi que Dorcon fait du nom de Chloé renforce son appel et attire l’attention sur les liens qui lient les personnages, du moins aux yeux de Dorcon, et peut contribuer, semble-t‑il, à ce que Chloé lui accorde un baiser ».

52 C’est la raison qu’invoque A. Tallet-Bonvalot pour traduire judicieusement ce verbe par « charcuter », malgré son registre familier en français.

53 M. Laplace, ouvr. cit., p. 63 : « [Dorcon] n’a plus rien d’un loup, ni d’un taureau combatif. Tandis que Daphnis a été capturé, il ranime en lui-même, devant Chloé, une dernière flamme d’amour et de vie. Une conversion mentale s’est effectuée en lui. Grâce à son amour désormais inoffensif, Chloé ramène auprès d’elle Daphnis. »

54 M. Laplace, ouvr. cit., p. 64 : « Elle apparaît clairement comme le contraire de la vachère à laquelle, selon la légende contée par Daphnis, huit vaches furent ravies alors qu’elle chantait l’aventure de Pitys ayant fui Pan. Grâce à l’ingéniosité de Dorcon réfléchissant au comportement prévisible de ses vaches, elle les attire, tel le bouvier charmeur de la légende. »

55 Longus, I, 30. Les brigands, engoncés dans leurs armures, se noient, tandis que Daphnis, peu vêtu, réussit à nager jusqu’aux vaches grâce auxquelles il regagne le rivage.

56 Théocrite, Idylles, I, 128-130 ; VI, 42-43.

57 J. R. Morgan et R. Stoneman, Greek Fiction: The Greek Novel in context, Londres, New-York, Routledge, 1994, p. 80 : « The dying Dorcon hands over his syrinx to Chloe. Both Virgil and Longus are clearly indebted of this motif to Theocrit. 6, 42–3 and to Theocrit. 1.128–30 where the dying Daphnis gives his pipes to Pan. As well as the elements of the theocritean Daphnis which we see in Dorcon at this moment, we may also be reminded of Bion’s Lament for Adonis where the description of Adonis’ corpse (vv. 7–11) and Aphrodite’s request for a last kiss (vv. 42–53) find parallels in the farewell and death of Longus’ oxherd. »

58 Longus, I, 29, 2 (ἔμπνευσον αὐτῇ μέλος ἐκεῖνο, ὃ Δάφνιν μὲν ἐγώ ποτε ἐδιδαξάμην, σὲ δὲ Δάφνις).

59 E. Bowie (« Vertus de la campagne, vices de la cité », dans Passions, vertus et vices dans l’ancien roman, B. Pouderon et C. Bost-Pouderon (dir.), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 42, 2009, p. 16) signale que l’aidôs est, chez Longus, une « qualité dont seuls les gens de la campagne font preuve – même Dorcon (I, 21, 2) ».

60 Longus, I, 32, 1-2 : « Une fois que [Daphnis] fut sorti de l’eau et eut retrouvé sur la terre Chloé qui riait et pleurait en même temps, il tomba dans ses bras et lui demanda dans quelle intention elle avait joué de la syrinx. Et elle lui raconta tout : sa course auprès de Dorcon, l’exercice des vaches, comment elle avait été enjointe de jouer, et pourquoi Dorcon était mort : elle ne parla pas du baiser seul, par pudeur (μόνον αἰδεσθεῖσα τὸ φίλημα οὐκ εἶπεν). »

61 Longus, III, 20, 2. Cependant, cette contrepartie n’est pas de la même envergure, tant par l’importance de l’objet du mensonge (dans le cas de Daphnis et Lycénion, il ne s’agit pas d’un simple baiser) que par celle de la forme de ce mensonge (alors que Chloé n’avait fait qu’une omission, Daphnis prétendra qu’il était occupé à arracher une oie aux serres d’un aigle, ce qui peut être lu comme une métaphore du même acabit que le prétexte d’une attaque de loups pour justifier la disparition d’un bouc offert par les jeunes bergers à Dorcon au livre I).

62 Longus, I, 32, 3-4 : « Ils décident alors d’honorer leur bienfaiteur, et, venant avec les proches de Dorcon, enterrent ce malheureux. Ils établirent donc un grand tertre, plantèrent beaucoup d’arbres d’agrément et y suspendirent à sa mémoire les prémices des travaux. Ils versèrent aussi du lait, écrasèrent des grappes et brisèrent de nombreuses syrinx. On entendit également les mugissements pitoyables des bœufs et on vit en même temps que ces mugissements leur course désordonnée. Comme le pensaient les bergers et les chevriers, tel était le thrène des bœufs en l’honneur de leur bouvier mort (ταῦτα θρῆνος ἦν τῶν βοῶν ἐπὶ βουκόλῳ τετελευτηκότι). »

63 Ce terme sera tout aussi paradoxalement employé par Daphnis pour qualifier Gnathon (Longus, IV, 29, 5 : ὡς εὐεργέτῃ διηλάττετο).

64 Théocrite, Idylles, I, 66-81.

65 De fait, au fil des autres rencontres, on se rendra compte que, dans le livre I, l’opposition entre Daphnis et Dorcon n’était finalement qu’une petite rivalité entre bergers, par rapport à ce qui suit.

66 Longus, IV, 38, 1-2.

67 Cette formule de Jacqueline de Romilly est citée par S. Térasse-Alami, Longus, Daphnis et Chloé, livre I, Paris, Hatier, 2015, p. 20.

68 C. Cusset, « Fonctions du décor bucolique dans les Pastorales de Longus », dans Lieux, décors et paysages de l’ancien roman des origines à Byzance, B. Pouderon (dir.), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, CMO 34, 2005, p. 174.

69 Ce n’est qu’au livre II que les Méthymniens, extérieurs à l’univers bucolique, parviendront à accomplir, au moins partiellement, ce que Dorcon avait échoué à faire en enlevant Chloé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Bastick, « Un bouvier au double visage : la figure équivoque de Dorcon dans le premier livre des Pastorales de Longus », Aitia [En ligne], 9.1 | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aitia/3860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aitia.3860

Haut de page

Auteur

Jérôme Bastick

UMR 5189 HiSoMA

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search