Navigazione – Piano del sito

HomeTutti i numeri10Comptes rendusJ. J. H. Klooster, M. A. Harder, ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

J. J. H. Klooster, M. A. Harder, R. F. Regtuit, G. C. Wakker (éds), Callimachus Revisited. New Perspectives in Callimachean Scholarship.

Louvain, Peeters, Hellenistica Groningana 24, 2019, VI-394 p. ISBN : 978-90-429-3850‑2.
Christophe Cusset

Testo integrale

1Ce volume est le troisième de la collection « Hellenistica Groningana » à être consacré entièrement à Callimaque, à la suite du volume inaugural de la série publié en 1993 (chez un autre éditeur), puis du volume intitulé Callimachus II, paru en 2004. Ces différents jalons correspondent aussi à l’histoire du long parcours universitaire de M. A. Harder qui initia les rencontres internationales sur la poésie hellénistique avec ses collègues de Groningen à la fin du siècle dernier et en l’honneur de laquelle fut organisée, lors de son départ à la retraite, cette session exceptionnelle, légèrement décalée par rapport au calendrier ordinaire, des rencontres de Groningen du 12 au 14 septembre 2017, qui réunissait l’ensemble des grands spécialistes mondiaux de cet auteur majeur qui n’aura cessé d’être redécouvert et commenté depuis la fin des années soixante-dix. M. A. Harder fut d’ailleurs l’une des contributrices les plus importantes à cette renaissance de Callimaque avec la publication en deux volumes en 2012 de son édition commentée des Aitia. L’imposant Callimachus Revisited de 400 pages contient 17 contributions, classées par ordre alphabétique de leur auteur, avec une introduction de Jacqueline Klooster et deux index (rerum et nominum ; locorum).

2La première contribution de B. Acosta-Hughes (« A Lost Pavane for a Dead Princess. Call. fr. 228 Pf. », p. 5-25) propose une lecture très suggestive du poème de Callimaque conservé de manière très fragmentaire et consacré à l’apothéose d’Arsinoé. Après une présentation globale du poème que l’auteur replace dans le contexte des apothéoses royales (cf. le contexte des idylles 17, 15 et 18 de Théocrite évoqué à la fin de l’article), l’auteur s’intéresse en particulier à la place du poème dans le « quartuor » lyrique des quatre poèmes fragmentaires (fr. 226-229 Pf.) de Callimaque, et aux échos poétiques à la mort d’Hector au chapitre 22 de l’Iliade ou dans le poème 44 de Sappho.

3Dans une contribution magistrale et pleine de finesse (« Thanks again to Aristaenetus: the Tale of Phrygius and Pieria in Callimachus’ Aetia (frs. 80-83B Harder) through the Eyes of a Late-Antique Epistolograher », p. 27-49), P. Bing rappelle l’importance de la réception de Callimaque chez Aristénète pour aider à la lecture de deux récits de passions conjugales d’Acontios et Cydippé d’une part (bien étudié par M. H. Harder en 1993), de Phrygios et Piéria d’autre part, qui forment un diptyque aussi bien chez le poète alexandrin que dans la réécriture de l’épistolographe. L’auteur étudie un certain nombre de points d’ancrage sur lesquels on peut asseoir cette dette poétique, comme l’adresse du narrateur à l’héroïne ou l’emploi de certains mots « inattendus ».

4E. Bowie (« Callimachus and Longus », p. 50-64), dans son étude de l’influence du poète hellénistique sur le romancier, se focalise sur des phénomènes lexicaux ou des expressions (ἀρτιγένειος, ἕλκος, ἀνέραστος, πολλὴ ἡσυχία, πτοιεῖσθαι, ἱστορίη, πολλάκις, λεπτός, μῦθος) pour lesquels le critique envisage une influence des diverses œuvres du poète de Cyrène ; il met en évidence une certaine concentration de cette influence dans le proème du roman, dans le récit de l’enfance et de la découverte de l’amour ainsi que, au livre II, autour de Philétas et, au livre IV, avec une plus grande fréquence.

5J. J. Clauss (« The  Near Eastern Background of Aetiological Wordplay in Callimachus », p. 65-96) étudie l’arrière-plan proche-oriental dans des jeux de mots étiologiques du poète hellénistique qu’il replace dans une tradition plus vaste. Il s’intéresse en particulier à des jeux de mots de l’Hymne à Zeus autour de l’adverbe ἀεί et du verbe ἀείδω, du nom de Rhéa en lien avec la famille de ῥέω, de πᾶς et Πάνακρα. Dans les Aitia, il scrute des jeux de mots sur Κλείω, Ζάγκλη, καλεῖν dans le fragment 43 sur les cités de Sicile, sur le nom d’Acontios en regard du nom du javelot (ἀκόντιον) dans les fragments 65-75, sur la proximité entre ἄρνες et ἄνερες dans les fragments 25-26, et sur ce que, à la suite de F. Bader, on pourrait appeler des « inventaires phonologiques » que met en évidence la productivité du nom d’Ilithyie dans le fragment 7 ou celui des Telchines dans le Prologue. Les concentrations de jeux de mots pourraient trouver leur origine dans la littérature proche-orientale.

6K. Gutzwiller s’intéresse alors à la réception de Callimaque chez Méléagre (p. 97-120) dans le contexte plus large de la réception du poète hellénistique à l’époque augustéenne. Elle met en évidence les liens possibles entre les proèmes de la Couronne et des Aitia et la similitude structurale des deux recueils. Elle souligne avec acribie et pertinence la reprise dans le recueil épigrammatique d’images métapoétiques et de principes poétiques mis en place dans les Aitia. Tout cela l’invite à poser l’existence d’une écriture palimpseste callimachéenne chez Méléagre et d’autres poètes épigrammatistes.

7C’est à une autre forme d’intertextualité, régressive cette fois, que s’attèle M. A. Harder dans sa contribution « From Scamander to Demeter: Allusions to Homer in the Sixth Hymn of Callimachus » (p. 121-145) : la voix de l’éminente universitaire célébrée ne fait pas défaut dans cet aréopage de spécialistes de Callimaque, tel Apollon guidant le cortège des Muses. Afin de mesurer la réception du poète archaïque dans l’Hymne à Déméter, elle s’appuie en particulier sur certains hapax (comme ὑπερβασία ou κατωμάδιος), révélateurs du prélèvement intertextuel, pour mettre en évidence que Callimaque chercherait à présenter le comportement d’Erysichthon à travers le souvenir d’Antiloque dans la course de chars du chapitre 23 tandis que le combat d’Achille contre le Scamandre au chapitre 21 de l’Iliade fournirait un autre substrat intertextuel important. Cet ensemble construit Erysichthon comme un personnage qui, aussi bien sur le plan moral que sur le plan métapoétique, s’oppose aux normes homériques, ce qui justifie amplement la punition infligée par Déméter.

8A. Hardie (p. 147-169) propose une relecture de l’épigramme 32 de Callimaque (AP 12, 148). Il considère que le Menippos qui y est mentionné est bien un éromène qu’il faut donc distinguer de Ménippe de Gadara, même si l’homonymie invite à une allusion indirecte au philosophe cynique. Le poète hellénistique inviterait son lecteur de manière délibérée sur une fausse perspective cynique, tout en mettant en œuvre une parodie de Ménippe de Gadara.

9R. Hunter envisage ensuite les épigrammes de Callimaque dans une plus large perspective, celle de leur réception (« Reading and Citing the Epigrams of Callimachus », p. 171-191), selon les trois axes de la tradition grammaticale (qui exploite Callimaque plus que tous les autres poètes hellénistiques), de la tradition philosophique et de la tradition éthique.

10R. Kirstein (« New Borders of Fiction? Callimachean Aetiology as a Narrative Device in Ovid’s Metamorphoses », p. 193-219) rappelle la nouveauté radicale du projet des Aitia de Callimaque à vouloir composer une histoire étiologique du monde et les échos que ce projet trouve chez Ovide aussi bien dans les Fastes que dans les Métamorphoses. De fait, l’étiologie est dotée d’une forte attractivité narrative. R. Kirstein interroge notamment le concept d’unreliability (« manque de fiabilité ») à la lumière des théories modernes du récit. Il conclut à la dimension fortement callimachéenne des chants 1 et 14-15 des Métamorphoses, où Ovide joue avec les limites de la fiction, notamment dans l’aition du culte d’Esculape.

11Dans une contribution à quatre mains, J. Kawpisz et K. Pietruczuk (« Your Own Personal Library of Alexandria: Callimachus’ Scholarly Works and Their Readers », p. 193-219) s’intéressent à l’œuvre savante, encore souvent négligée, de Callimaque, qu’on ne connaît que par les fragments 403-466 Pf. et SH 291A-294. En commentant certains de ces textes, les deux auteurs cherchent à interroger la pertinence de l’édition Pfeiffer pour ces fragments réunis sous l’appellation « fragmenta grammatica » qui n’est pas toujours très pertinente.

12À côté de la contribution d’A. Harder, celle de J. Murray porte également sur l’Hymne 6 de Callimaque, mais dans une tout autre perspective (« Poetically Erect: The Female Oriented Humor in Callimachus’ Hymn to Demeter », p. 249-263). Elle cherche à montrer que le poète masculin qu’est Callimaque, en mettant en œuvre un narrateur féminin dans cet hymne, cherche à créer un sorte d’authentique voix féminine, en montrant comment cette voix de la narratrice concurrence la subjectivité masculine du poète, sous l’influence des poétesses hellénistiques que sont Erinna et Nossis, dans la perspective d’une poétique transgenre.

13F. Overduin (p. 265-283) propose une relecture de la dimension didactique des Aitia à la lumière des Thériaques de Nicandre. Si le souci étiologique est commun aux deux poètes, la dimension didactique des Aitia doit être interrogée. Inversement, peut-on qualifier les Thériaques de poème callimachéen ? La revendication d’être un poète homérique semble s’opposer en partie à cette perspective, mais l’auteur n’apporte aucune preuve forte à son raisonnement. La posture de chacun des deux poètes à l’égard des Muses ne semble pas plaider pour un tel rapprochement.

14I. Petrovic (« Poetry for the New Goddess: A Gift that Keeps on Giving », p. 285-303) propose d’envisager un parallèle entre la valeur des offrandes qu’on fait aux dieux et la valeur de sa propre poésie quand on promeut le culte des puissants, à la lumière de la lecture de l’Iambe 12 et de l’Hymne à Apollon. Elle insiste notamment sur la notion de pureté, aussi bien cultuelle que poétique, en écho à la tradition hésiodique. La poésie apparaît bien comme une offrande, et le rôle du poète dans l’instauration de nouveaux cultes ou des déifications royales n’a pas lieu d’étonner.

15A. Sens (« Some Aspects of Closure in Callimachus’ Epigrams », p. 305-327) s’intéresse à la manière dont certaines épigrammes, considérées individuellement, donnent lieu ou non à un sentiment d’exhaustivité et d’achèvement, en envisageant comment s’opère la conclusion ou la chute de l’épigramme d’un point de vue formel et langagier et comment les épigrammes funéraires traitent la question de la voix du locuteur dans la continuité ou la finitude temporelle. Il étudie plus particulièrement les épigrammes 2, 4, 5, 6, 12, 13, 22, 29, 37, 38, 58 de l’édition Gow-Page (Hellenistic Epigrams).

16E. Sistakou (« Denarrating the Narratable in the Aetia: A Postmodern Take on Callimachean Aesthetics », p. 329-350) revient sur la posture avant-gardiste de la poétique callimachéenne et sur les expérimentations qu’il mène, en particulier dans les Aitia. Il ne s’agit pas d’un simple catalogue d’explications étiologiques mais d’une œuvre composée de récits étonnants qui viennent de l’ensemble du monde grec connu et que Callimaque utilise comme un matériau brut pour créer un recueil collectif en déconstruisant la notion même de narration. La proposition de lecture est tout à fait suggestive, mais elle se heurte à l’emploi de la notion de « postmodernisme » car elle s’inscrit dans une histoire culturelle bien déterminée de la fin du xxe siècle, même si les questions d’autoréflexivité ou de réintroduction de la représentation et du narratif qu’elle implique ne sont pas hors de propos s’agissant de Callimaque.

17S. Stephens (« Celebrating the Games », p. 351-367) revient à nouveau sur les épinicies du poète de Cyrène que constituent la « Victoire de Bérénice » et le « Sosibios » qu’il faut lire dans le cadre déterminant de leur intertextualité pindarique.

18Enfin, la question posée avec humour par F. Williams (« Did Erysichthon Eat the Cat? Some Reflections on Call., H. 6, 110 », p. 369-383) permet une ultime fois de s’intéresser à l’Hymne à Déméter fortement mis à l’honneur dans ce volume. C’est surtout le terme αἴλουρος, concurrencé par le terme μάλουρις donné par le P.Oxy. 2226, qui est au centre de la discussion.

19Par la richesse des perspectives critiques adoptées et la diversité des approches et des matières traitées, l’ensemble de ces contributions illustre toute la vivacité des études callimachéennes au début du xxie siècle et démontre bien que tout le travail impulsé par R. Pfeiffer par son édition de Callimaque en 1948 et largement relayé par les recherches d’A. Harder porte ses fruits. Ce qui est prometteur de nombreux enrichissements encore à venir.

Inizio paginaInizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Christophe Cusset, « J. J. H. Klooster, M. A. Harder, R. F. Regtuit, G. C. Wakker (éds), Callimachus Revisited. New Perspectives in Callimachean Scholarship. », Aitia [Online], 10 | 2020, Messo online il 31 décembre 2020, consultato il 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/aitia/8531 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aitia.8531

Inizio pagina

Autore

Christophe Cusset

ENS de Lyon

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© ENS Éditions

Inizio pagina
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search