Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Comptes rendusAlexandros Kampakoglou, Studies i...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus

Alexandros Kampakoglou, Studies in the Reception of Pindar in the Ptolemaic Poetry.

Berlin, De Gruyter, Trends in Classics. Suppl. 76, 2019, XIV-454 p. ISBN : 9783110641400.
Antje Kolde

Texte intégral

1L’influence de Pindare sur la poésie ptolémaïque est ce qu’Alexandros Kampakoglou se propose d’analyser dans cet ouvrage, qui consiste en la réélaboration de sa thèse de doctorat soutenue en 2011 à Oxford et augmentée de plusieurs chapitres.

2Tout en explicitant les enjeux culturels qui ont encouragé les poètes alexandrins à ériger Pindare en modèle, la brève Introduction (p. 1-13) précise diverses notions auxquelles A. Kampakoglou recourt par la suite, telles les stratégies d’intertextualité et la construction du sens par le lecteur en fonction des intertextes perçus.

3Suivent trois parties d’inégales longueurs. La première (p. 19-155), intitulée « Epinician Poetry and Discourse », compte trois chapitres. Le premier traite de deux épinicies élégiaques de Callimaque, qui célèbrent des victoires à la course de chars, l’une de Sosibios et l’autre de Bérénice II, dans lesquelles A. Kampakoglou identifie plusieurs motifs pindariques. Le deuxième chapitre est consacré aux dix-huit poèmes de Posidippe que compte la section de son œuvre poétique intitulée Hippika. Si A. Kampakoglou démontre de façon convaincante que le poète les a composés à l’image d’inscriptions monumentales, son hypothèse selon laquelle certains termes tels que δαπάνη ou μνῆμα révéleraient l’arrière-fond pindarique semble moins assurée : on peut se demander si les mots convoqués ne proviennent pas davantage du contexte épigraphique. Le troisième chapitre, enfin, pointe des échos pindariques dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, qu’A. Kampakoglou propose de lire comme la métaphore d’une victoire remportée par un athlète.

4Le titre de la deuxième partie (p. 157-347), « Encomia and Hymns », précise d’emblée le genre des textes dont il va être question. Les deux premiers chapitres traitent de Théocrite. Ainsi, le chapitre 4 propose une lecture de l’Idylle 17 à l’aune de l’Olympique 2, en accordant une attention particulière aux parallèles que Théocrite trace entre Ptolémée et Théron. Dans le chapitre 5, A. Kampakoglou vise à démontrer que Théocrite appuie la version du mythe d’Héraclès enfant qu’il présente dans l’Idylle 24 davantage sur le fragment 52u Snell-Mahler que sur la Néméenne 1. Les chapitres 6‑8 traitent des Hymnes que Callimaque a consacrés à Zeus, à Apollon et à Délos. Ce sont les chapitres où A. Kampakoglou amène sans doute le moins de nouveautés : les nouvelles allusions qu’il démontre confirment l’inspiration que le poète a puisée chez son modèle et que plusieurs publications précédentes avaient déjà révélée sur la base de l’intertexte.

5La troisième partie (p. 351-402), « Myth and Poetry », ne compte qu’un seul chapitre, dévolu à divers parallèles entre les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes et Pindare, tels les doubles proèmes ou les vies de Jason et de Pélops.

6La postface (p. 403-412) s’intéresse à un groupe de statues érigées devant le Sérapeion de Memphis et représentant de grands auteurs de la littérature grecque. La présence de Pindare aux côtés notamment d’Homère, d’Hésiode, de Platon et de Thalès corrobore aux yeux d’A. Kampakoglou la thèse qu’il a démontrée au fil des pages : les fréquentes allusions pindariques qu’il a décodées dans les textes des poètes alexandrins sont à mettre essentiellement en lien avec les Ptolémées.

7L’ouvrage se clôt sur une bibliographie (p. 413-439) très riche, suivie d’un index recensant les mots grecs, d’un index relatif aux passages discutés et d’un index général.

8Même si de nombreuses publications ont déjà été consacrées à l’intertexte pindarique chez les auteurs hellénistiques, essentiellement chez Callimaque, A. Kampakoglou atteint son objectif et apporte beaucoup de nouvelles connaissances, notamment au sujet d’Apollonios de Rhodes. On peut certes relever l’un ou l’autre bémol, comme le fait qu’A. Kampakoglou ne fournit pas le texte des poèmes fragmentaires qu’il traite, qu’il s’agisse du fragment 52u Snell-Mahler de Pindare ou de la Victoria Sosibii de Callimaque. L’ouvrage n’en constitue pas moins une recherche sérieuse qui montre que la poésie alexandrine compte encore de nombreux champs d’étude à investiguer.

Haut de pageHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antje Kolde, « Alexandros Kampakoglou, Studies in the Reception of Pindar in the Ptolemaic Poetry. », Aitia [En ligne], 10 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/aitia/8536 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aitia.8536

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search