Navigation – Plan du site
Annuaire de sites
Véronique Ginouvès

Sources de la grande guerre

Notice créée le 29/12/2016, Notice révisée le 29/12/2016
sources-de-la-grande-guerre

Les auteurs du blog « Sources de la Grande Guerre » souhaitent y partager la découverte de sources qui permettent d’écrire l’histoire de la Grande Guerre (archives écrites et figurées, sources imprimées…). Le blog se présente à la fois un outil de travail faisant état de ressources en ligne et un espace de réflexion prenant appui sur les sources. Outre le moteur interne, il est possible de repérer les billets à partir de la vingtaine de catégories ou le nuage de tags sur la colonne latérale de droite. Le blog propose des billets qui présentent des sources primaires, donnent à lire des transcription d'entretiens, propose des compte-rendu d'ouvrage, de films, d'émissions radiophonique et télévisées. Il peut faire un point sur des éléments propres à la Grande Guerre, comme ce billet sur les décorations militaires, sur comment retrouver les drapeaux et les étendards de la première guerre mondiale ou encore sur les Poilus d'Orient. Certains donne des précisions sur la façon d'utiliser les archives pour retrouver certains documents, comme ce billet sur comment Retrouver un soldat algérien dans les archives françaises.

Le blog propose également sur sa colonne latétrale une imposante liste de sites ressources sur la Grande Guerre classés suivant cinq axes : outils de recherche, sources en ligne, institutions patrimoniales ou de recherche, sites hors de France, blogoliste 14-18.

Créé en 2012, le blog - propulsé par Wordpress - est régulièrement mis à jour par les auteurs, Michaël Bourlet, enseignant-chercheur en histoire, et Gwladys Longeard, archiviste-paléographe et conservatrice du patrimoine. Ils ont placé l'ensemble des informations mises à disposition sur le blog sous la licence CC-BY-NC-BD (Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification). Le site est en langue française.

Derniers articles

S’abonner à ce flux
  • > Pourquoi Jérôme Prieur publie-t-il « ses souvenirs de la guerre de 14 » ?

    Les sources sont au cœur de La Moustache du soldat inconnu, l’enquête de Jérôme Prieur publiée aux éditions du Seuil en septembre. A travers ce récit, on mesure la fascination de l’auteur pour les correspondances et les témoignages laissés par les combattants de la Grande Guerre, comme il l’explique dans cet épisode de La Fabrique de l’histoire (Quand le conflit n’en finit pas. Ou l’obsession de la guerre). Pourquoi Jérôme Prieur publie-t-il « ses souvenirs de

  • > La Marne, la riviere de la victoire (1914-1918)

    0   Les grandes batailles de la Première Guerre mondiale sur le front de l’Ouest ont en commun d’avoir des bornes chronologiques indéterminées, des limites géographiques floues, jusqu’à plusieurs appellations pour une même bataille. Au début de l’année 1918 et contrairement à l’Yser, l’Oise, l’Aisne ou la Somme, la Marne, obstacle naturel pour un envahisseur venant du nord, a été le théâtre d’une seule grande bataille en septembre 1914. Depuis, pour l’opinion publique française, travaillée

  • > « Bien s’instruire pour mieux servir » : la formation militaire au début du XXe siècle

    La défaite de 1871 provoque une prise de conscience, chez le pouvoir politique et l’autorité militaire, de la nécessité de réformer l’armée. Tout comme le recrutement (voir le billet précédent) ou l’organisation de l’armée, la formation des militaires devient une priorité. De plus, au tournant des XIXe et XXe siècles, l’institution militaire ne peut pas rester à l’écart du mouvement de scolarisation qui touche la société française. Progressivement, les officiers se passionnent pour les études...

  • > Le recrutement dans l’armée française depuis 1870

    Au lendemain de la guerre franco-allemande de 1870-1871, de considérables efforts financiers et matériels permettent de réorganiser l’armée. Constatant que les effectifs instruits militairement pour défendre le pays ont été insuffisants, le haut commandement décide de réformer l’encadrement, l’équipement des unités et surtout le recrutement. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, comme les engagements volontaires sont trop peu nombreux pour entretenir une armée d’active et des réserves, la France op...

  • > Pourquoi Orages d’acier n’est-il pas à mettre dans toutes les mains….

    Orages d’acier, troisième épisode. Pourquoi Orages d’acier n’est-il pas à mettre dans toutes les mains, sans remise dans le contexte de la Grande guerre, mais aussi de l’après-1918 en Allemagne ? ____ La prudence s’impose. Ce témoignage a exercé – on vient d’en noter les ressorts – un magnétisme puissant dans une Allemagne déboussolée, après 1918. Orages d’acier pose les bases d’une société militarisée, presque sans classe, dynamique socialement, virile et impitoyable pour les faibles.

  • > Que manque-t-il à Orages d’acier pour pouvoir figurer au rang des ouvrages d’instruction ?

    Orages d’acier, deuxième épisode. Que manque-t-il à Orages d’acier pour pouvoir figurer au rang des ouvrages d’instruction ? ____ Mon opinion sur cette œuvre majeure n’a pas sa place dans la réponse à cette deuxième question. Quoi que j’en dise, elle poursuivra sa carrière entamée il y a près d’un siècle. Ernst Jünger a immédiatement trouvé son public, y compris de ce côté-ci du Rhin. Dans la présente réédition au format Livre de Poche, on

  • > Critiquer Orages d’acier près d’un siècle après sa parution…

    Les vacances sont terminées et, pour la rentrée, nous laissons le clavier au géographe Bruno Judde de Larivière, qui partage ses impressions sur sa lecture d’Orages d’acier en trois épisodes dont voici le premier. Bruno Judde de Larivière a déjà publié sur ce blog un article à propos du livre de Frederic Manning, Nous étions des hommes. ____ Orages d’acier, premier épisode. Critiquer Orages d’acier près d’un siècle après sa parution… Critiquer Orages d’acier près

  • > Le shoulder sleeve insignia de l’armée américaine

    Cette lithographie en couleur datée de septembre 1919, disponible sur le site de la Library of Congress, est très instructive. D’une part, elle donne la liste de toutes les grandes unités qui ont appartenu à l’American Expeditionary Force (AEF) de 1917 à 1919 : trois armées (numérotées 1 à 3), neuf corps d’armée (1 à 9) et 53 divisions d’infanterie (de 1 à 20, de 26 à 42, de 74 à 94 et de 96 à

  • > L’armée américaine dans la Grande Guerre

    L’Armée américaine dans la Grande Guerre est mon dernier livre, publié aux Éditions Ouest-France. Je propose d’en gagner un exemplaire, à condition de répondre à une petite question à la fin de cet article. Dans ce livre, j’ai voulu montrer comment les Etats-Unis ont transformé, en un temps record et avec le soutien des alliés, leur petite armée de volontaires en une armée de conscrits forte de plus de quatre millions d’hommes, dont deux millions

  • > Les Américains dans la Grande Guerre : Bruno Cabanes répond à nos questions.

    La commémoration du centenaire de l’entrée des États-Unis dans la guerre s’est traduite par la publication de plusieurs ouvrages en France. Le dernier livre de Bruno Cabanes, Les Américains dans la Grande Guerre, a retenu mon attention. Cette synthèse portant sur un sujet encore méconnu en France est accompagnée d’une riche iconographie, bien mise en valeur dans ce bel album publié chez Gallimard. L’historien Bruno Cabanes occupe la chaire Donald G. et Mary A. Dunn

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ginouvès, « Sources de la grande guerre », Aldébaran, Blogs et listes de diffusion, [En ligne], mis en ligne le 29 décembre 2016 12h06. URL : http://journals.openedition.org/aldebaran/7253. consulté le 14 juillet 2020.

Droits d’auteur

Creative Commons by-nc-sa

Creative Commons by-nc-sa 
  • OpenEdition Journals