Navigation – Plan du site
Annuaire de sites
Annick Richard

Abstracta Iranica : Revue bibliographique pour le domaine irano-aryen

Notice créée le 16/11/2018, Notice révisée le 13/12/2018
abstracta-iranica-revue-bibliographique-pour-le-domaine-irano-aryen

Abstracta Iranica est une revue annuelle de bibliographie critique spécialisée sur la culture et la civilisation iranienne des origines à nos jours. Elle est éditée par l’Institut Français de Recherche en Iran (Téhéran) et l’Unité Mixte de Recherche 7528 de CNRS, Mondes iranien et indien (Paris) depuis 1978. Chaque livraison propose des recensions de travaux scientifiques portant sur tous les domaines des sciences humaines et sociales. Elles sont toujours classées suivant le même plan de classement (voir Rubriques). Ces rubriques sont autant de points d'accès thématiques pour une recherche ciblée. Vous pouvez également effectuer une recherche par le nom de l'auteur dont le travail est recensé ou par le nom de l'auteur de la recension. Chaque numéro propose des critiques de monographies ou d'articles de revues publiées sur 3 années avec un délai de 2 à 4 ans. Ainsi le numéro de 2017 présente les recensions de travaux publiés en 2011, 2012 et 2013.  Le numéro ouvert en septembre 2018 (volumes 34-35-36 de la revue) recense des travaux publiés de 2014 à 2016. Les recensions sont soumises à la relecture d'un comité des pairs.

Pour visualiser correctement les textes, le site vous conseille de télécharger gratuitement la police Gandhari, une police Unicode, qui permet de transcrire les signes diacritiques, des translittérations du persan, de l’arabe, du tadjik etc…

Depuis 2001, tous les numéros sont publiés en accès libre sur la plate-forme d'OpenEdition Journals. Les livraisons précédentes en support papier peuvent être acquises auprès de l'éditeur : l'Institut Français de Recherche en Iran (IFRI). Ce sont des suppléments à la revue " Studia Iranica ".

Le site est en langue française. Les recensions sont rédigées en français ou en anglais. Une version en persan est également disponible pour les numéros 20-21 à 28.

Deux flux RSS permettent de suivre les mises à jour du site : un fil RSS pour  les numéros, un second pour les documents.

Derniers articles

S’abonner à ce flux
  • > Cecil John Edmonds. East and West of Zagros: Travel, War and Politics in Persia and Iraq, 1913-1921

    East and West of Zagros are the memoirs of British officer, diplomat, and academic Cecil J. Edmonds (1889-1979) concerning his service between 1913 and 1921, first, as a junior diplomat and, later – during World War I and its immediate aftermath – as an (Assistant) Political Officer chiefly in Persia (including stints in Bushire, Shushtar, Dezful, Lorestan, Borujerd, Gilan, Qazvin, and Tabriz as well as occasional visits to Tehran) but also in Lower Mesopotamia and, for a very brief, but sign...

  • > Caroline Arnould-Behar. « Le décor des autels à encens de la Palestine perse »

    Cet article est en quelque sorte un complément à Christian Frevel - Katharina Pyschny, „Perserzeitliche Räucherkästchen: Zu einer wenig beachteten Fundgattung im Kontext der These E. Sterns“ in Frevel, C., Pyschny, K., Cornelius I. (éds), A “Religious Revolution in Yehûd”? The material Culture of the Persian Period as a Test Case, (OBO 267), 2014, p. 111-220. En effet l’A. traite du même matériel, mais limite son étude à trois types de motifs: Les motifs architecturaux, le palmier et les symb...

  • > Josette Elayi. « Tyr et Sidon, deux cités phéniciennes rivales »

    Déjà Strabon écrivait que Tyr et Sidon rivalisaient. Ces deux cités ne sont éloignées que de 35 km. Elles étaient toutes deux ambitieuses et expansionnistes. L’A. analyse comment ces deux cités se voyaient en rivales sur leur ancienneté et les traditions souvent divergentes de leur puissance. Sur le plan politique, leur rivalité commença à se manifester sous Xerxès I. Celui-ci semble au cours de la deuxième guerre médique avoir plus loué la flotte tyrienne, mais en revanche plus sollicité la ...

  • > May Haider. « L’importation de la poterie grecque “en Phénicie” pendant l’époque perse: Réflexion sur l’influence économique et culturelle de la Grèce sur les sociétés locales »

    L’A. s’intéresse à la réception de la céramique grecque au Levant en mettant l’accent sur le Liban. Il énumère les formes importées, analyse la signification et l’interprétation phéniciennes des images convoyées par la céramique grecque ainsi que son l’usage au Levant. Les questions que l’A. se pose sur la céramique grecque trouvée au Levant ont déjà été traitées à de multiples reprises dans une littérature relativement abondante, que l’A ne semble pas connaitre (P. W. Haider, G. Lehmann, A....

  • > Dafna Langgut, Oded Lipschitz. “Dry climate during the early Persian period and its impact on the establishement of Idumea”

    Au VIIIème et VIIème s. (Late First Temple Period) le royaume de Judée s’étendait jusqu’à Bersheba et Arad, incluant ainsi des populations édomites et arabes. La royauté de Judée est impuissante à partir de la conquête de Nabuchodonozor en 597 av. J.-C. Petit à petit ses zones marginales du sud se vident, suivi d’une migration de ses habitants vers le cœur de la province de Yehud. En conséquence, la frontière commune entre la Judée et l’Idumée se déplace vers le nord au IVème s.

    L’expl...

  • > Pier-Francesco Callieri. “Achaemenid ‘ritual architecture’ vs. ‘religious architecture’: Reflections on the elusive archaeological evidence of the religion of the Achaemenids”

    L’A. propose une nouvelle approche au problème de l’absence de vestiges architecturaux pour la religion des Achéménides en distinguant architectures ‘religieuse’ et ‘rituelle’. Si l’archéologie n’a pas révélé de monuments religieux tels que nous les concevons, une fonction rituelle a été proposée pour le hadiš et le tačara de Persépolis ou encore pour les tours monumentales de Naqš-e Rostam et de Pasargades (respectivement Razmjou 2010 et Sancisi-Weerdenburg 1983), dessinant un paysage religi...

  • > Saba Beikzadeh, Farshid Iravani Ghadim. “Achaemenid Architecture in South Caucasus and the Black Sea Cultural Basin”

    Malgré la multitude de témoins « de la présence achéménide autour de la Mer Noire et dans le Caucase, les A. insistent sur l’homogénéité de certains traits achéménides, e.a. dans l’architecture. Ils passent en revue les cinq palais de Sari Tepe, Qarajamirli (tous deux en Azerbaïdjan), Gumbati (Géorgie), Benjamin (Arménie) et Oluz Höyük, situé à 30 km au sud-ouest d’Amasya en Turquie. Tous ont au moins une partie de plan similaire avec des colonnes campaniformes. Cinq bâtiments à tour ont été ...

  • > Yazdan Safaee. “A Local Revolt in Babylonia during the Reign of Darius III”

    This article discusses the possibility of a local revolt in Babylonia at the beginning of the reign of Darius III before Alexander’s expedition on the evidence of the Late Babylonian Uruk Kinglist where, before the name of Darius III, A. Kuhrt has read ‘[… whose] other name is Nidin-B[el?]’.

    One interpretation denies the existence of such an usurper and considers this name just as a scribal error. However, Y. Safaee considers him as a local rebel who is not mentioned in the other sour...

  • > Rüdiger Schmitt. „Die Rolle des Altpersischen im achaimenidischen Palästina“

    Le passage de l’Empire néo-babylonien à l’Empire achéménide n’a linguistiquement pas apporté de gros changements, la langue officielle et administrative étant l’araméen. Le nombre de personnes maîtrisant le vieux-perse était restreint et le nombre d’objets marqués en vieux-perse par conséquent réduit. Un témoin est le fragment d’un vase en pierre, sur lequel est conservé le début d’une inscription en élamite et babylonien avec le nom d’Artaxerxès. Ce fragment semble provenir de Sepphoris en G...

  • > Julio Bendezu Sarmiento, Philippe Marquis, Johanna Lhuillier, Hervé Monchot. “A sepulchral pit from the Late Iron Age in Bactra. The site of Tepe Zargaran (Afghanistan)”

    The authors, members of the DAFA (Délégation archéologique française en Afghanistan), present in this paper the preliminary results of the excavations at Site 6 of Tepe Zargaran in the area of the ancient city of Balkh (northern Afghanistan, ancient Bactriana). More specifically, the paper offers a bio-archaeological analysis of the data obtained from the 2008 discovery of a sepulchral pit containing the skeletal remains of eight individuals separated, according to the authors, into two group...

Entrées d’index

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Richard, « Abstracta Iranica : Revue bibliographique pour le domaine irano-aryen », Aldébaran, Revues, bulletins et lettres d'information, [En ligne], mis en ligne le 16 novembre 2018 14h42. URL : http://journals.openedition.org/aldebaran/7349. consulté le 18 octobre 2019.

Droits d’auteur

Creative Commons by-nc-sa

  • OpenEdition Journals