Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros41Reseñas/Comptes rendusTauzin-Castellanos, Isabelle (dir...

Reseñas/Comptes rendus

Tauzin-Castellanos, Isabelle (dir.), De l’émigration à la crise migratoire : histoire oubliée de la nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle, Morlaas, Editions CAIRN, 2021, p. 348.

Nathalie Jammet-Arias

Texto completo

1L’objectif de ce livre est de « réfléchir sur l’approche communicationnelle de l’immigration et la relier à l’histoire de l’immigration française », un phénomène, qui en dépit de son ampleur et de son importance, est absent, comme le remarque Isabelle Tauzin, des livres d’histoire en France. D’autres pays européens, l’Espagne, le Portugal, au contraire, ont assumé leur passé migratoire et ont pendant longtemps été épargnés par les discours xénophobes.

2L’étude est déclinée en trois volets : le premier concerne l’émigration vers l’Amérique latine au cours du XIXe siècle, le deuxième évoque des projets individuels et les représentations suscitées dans les pays d’accueil et le dernier porte sur les modalités discursives et sémiotiques sur les migrations.

3À partir de 1820, un mouvement migratoire d’envergure s’opère en direction des jeunes républiques tout juste libérées de la colonisation ibérique. L’ouvrage propose un « itinéraire de lecture », à partir des ports français de Bayonne, Bordeaux, La Pallice, Saint-Nazaire et le Havre vers différents points de chute américains.

4La première partie du livre est consacrée à l’analyse de phénomène migratoires collectifs. Le rôle essentiel des agents d’immigration est mis en avant grâce à deux contributions. Celle de Claude Méhats montre l’origine de l’émigration basque vers le Río de la Plata dans la première moitié du XIXe siècle à travers deux promoteurs, Samuel Lafone et Alfred Bellemare tandis que Isabelle Tauzin centre son étude sur les représentants des agences européennes d’immigration de Bordeaux financées par plusieurs pays du continent américain soucieux d’attirer une main d’œuvre européenne.

5Ces deux travaux soulignent donc l’existence de réseaux grâce à des politiques mises en place par les gouvernements pour organiser les migrations. Il est particulièrement intéressant de choisir cet angle d’approche car on a souvent tendance à traiter la question en la centrant principalement sur les migrants ce qui aboutit parfois à perdre de vue que le phénomène migratoire est bien plus vaste et concerne aussi les institutions, en amont de la migration.

6La correspondance est une source privilégiée pour l’étude des migrations et elle est à la base de la contribution de Beñat Cuburu qui offre de nombreux détails sur la vie de Jean-Baptiste Lissarague, un jeune migrant parti vivre au Mexique à partir de la ville d’Hasperren, au Pays basque. Truffées d’anecdotes de voyage, les lettres montrent également la solidarité envers la famille restée au pays et qui se manifeste par l’envoi régulier de fonds, une pratique commune à d’autres migrations et qui a perduré.

7La Première Guerre Mondiale a marqué une rupture, dont témoignent les archives du Ministère des Affaires étrangères, dans les parcours migratoires, les migrants et leurs descendants étant rappelés sous les drapeaux de la Mère-patrie française.

8Alors que l’émigration était critiquée par les préfets des zones rurales en France car elle contribuait au dépeuplement de provinces déjà touchées par l’exode rural, Maryse Esterle montre grâce à une étude de la presse locale que dans le cas du Béarn, un double mouvement est apparu concomitamment : l’émigration vers le continent américain d’une part et l’immigration d’Espagnols des régions voisines de Navarre et d’Aragon d’autre part. Les articles de la presse locale relaient les stéréotypes racistes de la fin du XIXe siècle vis-à-vis des populations autochtones argentines et des migrants espagnols.

9Carmela Maltone met en évidence l’importance de l’immigration des Italiens vers les campagnes argentines et brésiliennes où les grands propriétaires terriens profitaient du dénuement des migrants pour perpétuer une forme d’esclavage tout en aiguisant les querelles avec les populations autochtones, submergées par l’arrivée massive de migrants européens imbus de leur supériorité.

10La deuxième partie de l’ouvrage s’oriente vers une exploration des parcours individuels de personnes appartenant aux élites : ingénieurs, médecins, pharmaciens, peintres engagés par les gouvernements des nouveaux États américains ou attirés par un changement de vie. Ronald Soto Quiros évoque le cas du Béarnais Victor Herran, missionné par le Second Empire pour lancer le chantier d’un canal transocéanique au Costa Rica, projet qui échouera en raison de conflits politiques internes.

11Le départ vers l’Amérique suscita aussi de l’intérêt dans le Nord et l’Est de la France. L’ingénieur lorrain Sébastien Wisse s’installe à Quito afin de cartographier l’Équateur et de contribuer à la construction de voies communication. L’historien Alexis Medina retrace à partir de documents officiels le parcours de cet ingénieur, disciple de Humboldt, et insiste sur la présence à l’échelle du continent américain de réseaux d’informations scientifiques. Le Président équatorien Gabriel García Moreno, qui avait suivi les cours de Wisse à l’Université Centrale de Quito, fera de nouveau appel à lui, dix ans après son premier séjour pour un projet de construction d’une route reliant le port de Guayaquil à la capitale.

12Une autre personnalité du nord de la France, Émile Colpaërt fut accrédité par le Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics en 1859 pour réaliser une étude de terrain sur la situation culturelle, artistique et industrielle du Pérou. Cette aventure est à replacer dans un contexte migratoire vers le Pérou où s’étaient installés plusieurs milliers de Français après l’indépendance. Carlos Estela souligne que la généalogie permet de retrouver le sillage des identités et d’interroger des descendants de migrants. Les photographies de Colpaërt donnent à voir des types humains propres à dénigrer la population. Les Indiens sont fondus dans une typologie collective à laquelle sont attribuées des caractéristiques négatives comme la paresse, des éléments que l’on retrouve dans beaucoup de récits de voyage de la même époque.

13Bernard Lavalle met en avant les aléas identitaires des migrants à partir de l’œuvre littéraire de de Alfred Ebelot, ingénieur installé à Buenos Aires dans les années 1870. Le personnage de André Cazaux, un immigrant béarnais qui au contact de la Pampa argentine s’est temporairement ensauvagé et a combattu au contact des populations locales contre l’armée argentine pour revenir plus tard à son destin initial de colon et à l’anéantissement par l’alcool des communautés indiennes, est une illustration des problèmes identitaires que vivent les migrants.

14Ces tensions entre les valeurs culturelles d’origine et celles qui apparaissent dans le cadre de la migration sont aussi au cœur de la contribution que consacre Rosmeliz Alva Zapata au peintre Ricardo Grau, né à Bordeaux et installé par la suite au Pérou. Membre de la famille d’un grand héros militaire péruvien, Miguel Grau, sa peinture garde néanmoins les influences de sa patrie d’origine, en particulier celle de Fernand Léger.

15La troisième partie de l’ouvrage porte un regard actuel sur les phénomènes migratoires et s’intéresse aux représentations des migrants véhiculées par les médias.

16Marluza da Rosa montre que dans le cas du Brésil, les migrants du XIXe siècle étaient perçus comme des agents du progrès, venus volontairement au Brésil dans le cadre d’une modernisation souhaitée par les autorités. Par contre, la récente migration des Vénézuéliens, présentée comme un exode contraint et les migrants sont désignés au mieux comme des victimes, au pire comme des envahisseurs.

17Glaucia Muniz Proenza Lara propose une analyse, à partir de récits de vie de migrants en France et au Brésil, des difficultés qu’ils ont rencontrées bien au-delà des contingences matérielles, en particulier la dichotomie entre les images stéréotypées qu’ils avaient initialement -cordialité brésilienne et France, pays des droits de l’Homme- et leur confrontation à la réalité quotidienne de la vie dans ces pays.

18La contribution de Valériane Mistiaen souligne que les modalités discursives varient selon les médias. Elle prend pour corpus d’étude les images de la « crise des réfugiés » de 2015 véhiculées par deux chaînes de télévision belges, une publique, une privée, et montre que des éléments extérieurs comme le public auquel s’adressent les deux chaînes et des logiques commerciales biaisent l’objectivité du traitement médiatique de la question.

19Laura Ascone étudie le débarquement des migrants de l’Aquarius à partir des commentaires des internautes italiens et français. Les échanges laissent apparaître une haine xénophobe des internautes français et un sentiment de supériorité des internautes italiens qui s’expliquent en partie par le degré de tolérance variable des différentes plateformes.

20Le parti pris des photographies de presse est analysé par Maxime Fabre qui manifeste que plusieurs procédés techniques permettent de construire des images à vocation mythique propres à situer la question sur un plan international au détriment d’autres aspects de la migration qui n’attirent pas l’œil du photographe et sont donc éludées.

21Claire Courtecuisse, par une approche juridique et historique des représentations médiatiques des migrants dans les espaces ruraux en France, montre que la visibilité relative des migrants dans la presse répond à un enjeu de communication publique. Si l’idée d’invasion est parfois présente dans les villes, dans les campagnes les représentations sont inversées car la présence de travailleurs agricoles étrangers permet de pallier partiellement l’exode rural. Elle remarque qu’au cours des dernières décennies, le traitement médiatique s’est plutôt orienté vers une lecture humanitaire et peu sécuritaire des migrations étrangères vers les espaces ruraux.

22Enfin, Sémir Badir adopte une approche linguistique et interroge le terme « migration » en dévoilant les différents sens donnés au mot et à ses adjectifs au fur et à mesure de son insertion dans le discours. Sa contribution apparaît comme un approfondissement des questions soulevées en introduction par Isabelle Tauzin.

23Cet ouvrage est un périple à travers les migrations selon une acception large : parcours de migrants individuels, migrations collectives, institutions, réseaux internationaux, traitement médiatique et représentations du phénomène migratoire, sur une période longue, du XIXe siècle à nos jours. Il met en avant les migrations du Sud-ouest de la France, jusqu’à présent peu étudiées et dont l’importance apparaît pourtant au détour des registres militaires recensant les appelés de la Première Guerre mondiale.

24Au travers d’exemples appartenant à des époques et lieux divers, l’ouvrage insiste sur les liens entre migration et contexte socio-économique et souligne le caractère éminemment politique du sujet. La multitude des sources explorées, écrites (archives, correspondance, presse), visuelles (peinture, photographie), digitales, font la richesse de cet ouvrage collectif et permettent d’analyser avec beaucoup de finesse un processus qui de tout temps a accompagné l’histoire de l’humanité.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Jammet-Arias, «Tauzin-Castellanos, Isabelle (dir.), De l’émigration à la crise migratoire : histoire oubliée de la nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle, Morlaas, Editions CAIRN, 2021, p. 348.»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 41 | 2021, Publicado el 07 julio 2021, consultado el 23 julio 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/10024; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.10024

Inicio de página

Autor

Nathalie Jammet-Arias

Université Paris Nanterre/EA Études Romanes/CRIIA

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search