Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros44Le Centro de Cultura Digital de M...

Le Centro de Cultura Digital de Mexico : une expérience muséale pionnière en Amérique latine

Yann Seyeux

Resúmenes

À l’heure où les musées effectuent leur conversion numérique, entraînant la délocalisation depuis le monde physique vers la sphère virtuelle, tant de leurs salles d’exposition que de leurs collections, le Centro de Cultura Digital de Mexico présente, lui, une situation inverse. Ouvert au public depuis 2012, ce centre culturel situé en plein cœur de la capitale mexicaine se lance un double défi : accueillir dans un espace hybride, à la fois physique et virtuel, une initiative pionnière dans la région, pour penser la culture numérique depuis une perspective institutionnelle. Dix ans après son inauguration, nous nous proposons d’étudier les fondements et les résultats de cette tentative de relocalisation.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Dans le rapport La Cultura en el entorno digital: evaluar el impacto en América Latina y en España (UNESCO, 2017), Octavio Kulesz interroge la place croissante prise par les technologies numériques dans l’écosystème culturel des aires hispanophones. Il y décrit, entre autres choses, les engagements pris par les gouvernements de la région pour assurer la pérennité des industries culturelles nationales à l’heure où le monde de la culture, qui est en pleine mutation, ressent les premiers effets de sa transformation numérique. Dans le cas particulier des musées, alors que nous pourrions être amenés à penser que la question se pose essentiellement depuis le début de la pandémie de Covid-19, qui a attribué une place sans précédent au virtuel, ce phénomène est pourtant loin d’être récent (Santacana i Mestre, 2016). Et pour cause, en réalité, la période pandémique ne fait que généraliser une dynamique déjà en vogue auparavant.

2En effet, au cours de la dernière décennie, les institutions culturelles latino-américaines se lancent, à des degrés divers, dans la conversion numérique, principalement via le développement d’un site web ou, plus récemment, de visites virtuelles. Un processus de progressive dématérialisation des pratiques muséales que la chercheuse en Sciences de l’information et de la communication Marie Després-Lonnet assimile à une « délocalisation », c’est-à-dire à un mouvement de déplacement spatial des salles d’exposition et de leurs collections, depuis leur emplacement dans le monde physique vers la sphère virtuelle (Després-Lonnet, 2013). Évidemment, ce passage au virtuel n’a rien d’anodin, il répond à la nécessité d’adapter des instituts souvent historiques aux exigences du temps présent et, par là même, à la concurrence grandissante qu’incarnent les musées numériques (Ruiz Gómez, 2018). Face à cette situation, des initiatives novatrices, à mi-chemin entre le musée en voie de numérisation et celui né du numérique, émergent à la convergence des muséalités contemporaines. Tel est le cas d’un des exemples traités par Kulesz dans son rapport.

  • 1 Kulesz qualifie le CCD de “iniciativa pionera en la región, que sin duda resultará fundamental para (...)

3Inauguré en septembre 2012, le Centro de Cultura Digital (par la suite CCD) est le fruit d’une collaboration entre la Secretaría de Educación Pública et l’ancien Consejo Nacional para las Artes y la Cultura (CONACULTA, aujourd’hui devenu la Secretaría de Cultura) du Mexique. Comme son nom l’indique, ce centre culturel d’un nouveau genre se consacre à la valorisation de la culture numérique ; un concept qui appartient, par essence, au domaine virtuel. Le défi qu’il se lance est de taille, puisqu’il prétend être le premier espace muséal intrinsèquement hybride d’Amérique latine1, à la fois matériel – ses locaux se situent en plein cœur de Mexico – et immatériel – il compte plusieurs plateformes actives en ligne. De fait, il faut reconnaître le caractère inédit de cette proposition pour l’époque, même si elle pourrait, à première vue, laisser craindre une duplication superficielle de sa programmation événementielle. Bien au contraire, l’objectif fixé semble plutôt rechercher une complémentarité entre le « hors-ligne » et le « en ligne ». Pour cette raison, le CCD se place à contre-courant du phénomène de délocalisation qui définit les muséalités contemporaines, au point d’en proposer une réinterprétation personnelle : par un « processus d’extraction » inverse à celui théorisé par Després-Lonnet (Després-Lonnet, 2013: 105), il prétend spatialiser la culture numérique au sein d’un complexe institutionnel, prônant, pour sa part, ce qui peut être considéré comme une tentative de « relocalisation » des pratiques muséales.

  • 2 Dans nos recherches, seuls deux travaux portant indirectement sur le CDD ont été recensés, privilég (...)

4Tout l’intérêt de l’étude de cas du CCD, jusque-là peu analysé2, repose, par conséquent, sur la viabilité d’un tel pari. C’est pourquoi, dix ans après son inauguration, il convient de porter un regard critique sur ce projet, en essayant de comprendre les fondements et les résultats de cette tentative de relocalisation.

Autour du concept de culture numérique

5Pour concevoir au mieux les enjeux muséaux du CCD, il est nécessaire de commencer par se pencher sur le concept qui lui donne son identité. Notion largement employée, mais finalement peu débattue, la culture numérique, comme ses contours, peinent à être clairement définis (Devauchelle et al., 2009). En témoignent les propos hésitants de l’une des coordinatrices de contenu du centre culturel mexicain :

¿La cultura digital? A veces tenemos como una duda existencial al respecto porque realmente nos cuesta un poco de trabajo diferenciar la cultura digital de la cultura en general. O sea, la cultura per se, todas las disciplinas artísticas […] se han visto modificadas por la tecnología digital. Por eso es difícil hacer la diferencia entre lo que es cultura y lo que es cultura digital. (GASTV. MX, 2014 : 1’38)

6On l’aura compris, face à l’omniprésence des technologies numériques dans nos vies et, en conséquence, des manifestations artistiques qu’elles engendrent, il existe une difficulté épistémologique à catégoriser la culture numérique dans un champ culturel global. Pourtant, le débat ne date pas d’hier. Dès le milieu des années 1990, des chercheurs interrogent les répercussions culturelles des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sur les sociétés contemporaines. En Amérique latine, comme ailleurs, on commence à parler de « cybercultures » (Piscitelli, 1995; Lévy, 1997). Derrière ce néologisme, se joue surtout la reconnaissance du web comme un espace à part entière, où se déploient des pratiques culturelles innovantes dont les premières communautés virtuelles sont les garantes. Si, dans l’usage, le terme vieillit vite, il est rapidement remplacé par le concept, plus large, de « culture numérique », qui ne renvoie pourtant que rarement à une dimension spécifiquement artistique. De fait, il faut attendre sa récupération dans les discours politiques pour qu’il commence à revêtir ce sens plus particulier.

7En 2003, c’est l’UNESCO qui franchit le premier le pas, à travers l’élaboration de la Charte sur la conservation du patrimoine numérique, qui conçoit ce dernier comme un ensemble de « ressources uniques dans le domaine de la connaissance et de l’expression humaine, qu’elles soient d’ordre culturel, éducatif, scientifique et administratif » (UNESCO, 2003: 3). Une telle reconnaissance offre à la culture numérique un statut institutionnel : elle est considérée comme un patrimoine commun de l’humanité, qu’il s’agit alors de préserver, en pérennisant les méthodes d’accès, de sauvegarde et de diffusion des contenus numériques, à travers la planification de stratégies nationales qui doivent lui être consacrées.

8Dans les pays latino-américains, cette directive est forcément adaptée au contexte régional. En effet, la relative méconnaissance et le manque de conceptualisation des enjeux numériques de la part des gouvernements invitent ces derniers à ne promouvoir l’essor de la culture numérique au niveau national que dans un cadre qui leur est familier. En d’autres termes, au lieu de planifier directement des stratégies de culture numérique, ils se contentent d’intégrer cette préoccupation à la liste des objectifs de leurs politiques de gouvernement. Au Mexique, c’est ainsi qu’à l’époque où le CCD est créé, le Plan Nacional de Desarrollo 2013-2018 concrétise cette méthode, en annonçant notamment la création d’un « Agenda Digital de Cultura » (Gobierno de la República, 2013: 127). Prenons-en pour preuve un bulletin de presse publié sur le site de la Présidence de la République, qui ne manque pas de souligner que les missions du CCD sont alignées sur celles du gouvernement mexicain (Presidencia de la República, 2013). En réalité, l’agenda en question ne voit le jour que quatre ans plus tard, alors même que les politiques numériques du pays comptent parmi les plus abouties de la région (Hernández Tafoya, 2021). Plus encore, il ne fait aucune mention du centre culturel, prouvant que, sous couvert d’encourager l’émergence d’une culture numérique mexicaine, cette propagande ne donne à voir qu’une politisation chaque fois plus grande du concept (Cardon, 2019: 215-289).

9Face à constat, on comprend la volonté de réappropriation du paradigme par les acteurs du monde de la culture, qui voient dans la désignation « culture numérique » la possibilité de nommer et de mettre au jour l’existence d’un conglomérat de productions artistiques, transversales et protéiformes, qui peinent à trouver leur place dans l’espace muséal : l’art numérique. Cela explique le parti pris audacieux de Grace Quintanilla, la première directrice du CCD, qui assigne à cette culture numérique une dimension esthétique : « Cultura digital es un nombre que estamos utilizando para nombrar un fenómeno transitorio, en el cual la tecnología digital está teniendo incidencia en toda la producción cultural y artística » (Centro de Cultura Digital, 2019: 0’10). Et bien que cette définition ne soit pas majoritaire, elle est nécessaire à la compréhension d’un projet comme celui du CCD, en cela qu’elle fait de la culture numérique le chaînon manquant d’une évolution naturelle de la culture, légitimant par la même occasion son statut, comme son droit au musée. De surcroît, cette resignification notionnelle de la part d’une artiste des nouveaux médias comme Quintanilla est d’autant plus pertinente qu’elle sert à saisir les fondements dans lesquels le CCD puise ses origines.

Le projet du Centro de Cultura Digital : matérialiser la culture numérique

La spatialité du centre culturel

10La genèse du CCD débute quelques années avant sa création, plus précisément lorsqu’en 2009 le gouvernement de Felipe Calderón et la municipalité de Mexico publient conjointement la convocation pour le « Concurso Nacional del Anteproyecto para la construcción de un monumento Arco Conmemorativo del Bicentenario del Inicio de la Independencia Nacional » (INEHRM, 2020). Stratégiquement situé à l’extrémité ouest du Paseo de la Reforma, en face de la Puerta de los Leones qui donne accès au bois de Chapultepec, ce mémorial devait permettre de poursuivre l’écriture du récit national mexicain sur le mobilier urbain de la plus célèbre avenue de la capitale. Cependant, c’était sans compter sur les différentes crises rencontrées lors de sa conception : un projet architectural largement critiqué, des délais de livraison non respectés, et surtout, des frais de construction sous-estimés et triplés au cours des travaux, à la charge du contribuable. Décriée avec même la fin de sa construction, la Estela de Luz, une tour de 104 mètres de haut munie de panneaux en quartz, était censée « illuminer la ville », selon les mots du président lors de son inauguration. Il n’en sera rien, puisque les habitants de Mexico la rejettent immédiatement, en la renommant « Suavicrema » – en référence à la forme qu’elle semble emprunter à un dessert glacé – et en la considérant comme un monument à la corruption.

11Face à ces réactions contestataires, c’est dans des circonstances peu propices qu’émerge l’idée de mettre à profit les sous-sols inutilisés de la Estela de Luz pour y aménager un projet culturel, et ainsi revaloriser le mémorial. Une opportunité que saisit immédiatement Grace Quintanilla lorsqu’on la lui soumet :

Invitaron a Grace Quintanilla [...] a que realizara un proyecto de arte digital. Y Grace lo que propuso fue darle un poco la vuelta a ese concepto y, en lugar de crear como un museo y duplicar un poco las funciones de otros espacios que ya existen, lo que ella propuso fue un centro que se dedicara a estudiar o a reflexionar sobre las implicaciones sociales, culturales y económicas de vivir en un mundo afectado por la tecnología. (GASTV. MX, 2014: 0’20)

12Le CCD naît donc d’une tentative de réinvestir, physiquement, un lieu voué à l’abandon et de resignifier, symboliquement, un monument en phase d’être radié. L’intention de sa conceptrice est claire : Quintanilla cherche à neutraliser d’emblée les dichotomies existantes dans le milieu muséal, en créant un espace, tout aussi ubiquitaire que transdisciplinaire, où penser la culture numérique à travers ses pratiques culturelles. Une philosophie qui se retrouve dans l’architecture même du centre, où se côtoient sur deux étages souterrains, un espace d’exposition, une salle de cinéma, un studio de radio, ainsi qu’une galerie d’expérience sensorielle – significativement nommée « Memorial » –, où sont exposés et se produisent des artistes invités.

Pour une appropriation critique de la technologie

  • 3 À titre d’exemple, pensons à l’organisation du symposium « Impacto y alcances de la reforma constit (...)
  • 4 Les laboratoires correspondent aux aires thématiques suivantes : Educativa, E-literatura, Juegos, I (...)

13Dès le départ, dans une volonté de démocratiser la culture, le CCD est pensé comme un lieu de vie interactif, libre d’accès et gratuit, à destination de tous ceux susceptibles de se reconnaître dans l’identité du projet, en particulier les digital natives. Il se donne comme mission d’être un pont entre les Mexicains et leurs fractures numériques (Arellano Morales, 2020), en mettant à leur disposition un ensemble d’activités éducatives, réflexives et créatives, qui les invitent à appréhender le numérique depuis sa matérialité, en questionnant les impacts de son utilisation sur leurs vies3. Pour parvenir à cette fin, le CCD est conçu comme un espace expérimental, scindé en plusieurs laboratoires qui invitent les visiteurs à acquérir une connaissance de la culture numérique par la pratique4. Ce projet presque pédagogique résulte d’un constat fait par Quintanilla :

En México hay una apropiación acrítica de la tecnología. Esto quiere decir que estamos utilizando la tecnología sin pensarla bien, sin decir cómo la puedo adaptar para lo que yo necesito en mi entorno inmediato, en mi comunidad, en mi ciudad, en mi país. Entonces se necesita esa apropiación crítica para saber […] cómo podemos utilizarla para que de verdad podamos cumplir estos sueños que al principio surgieron, de que la tecnología digital nos iba a ayudar a ser más horizontales, a democratizar a la sociedad. (Centro de Cultura Digital, 2019: 3’30)

14Le but recherché est donc d’inciter les visiteurs à porter un regard neuf sur la technologie, d’abord, en les sensibilisant et en les éduquant à la culture numérique – comme le proposent les formations « Herramientas digitales y aprendizaje » et « Herramientas digitales para adultxs mayores » –, mais aussi en faisant d’eux les acteurs d’une création culturelle numérique en devenir. Ce qui est possible au sein du PlayLab – « un espacio híbrido para la innovación, la creación y el prototipado de (video)juegos y aplicaciones derivadas de éstos » (Cabañes & Carruba, 2015 : 166) –, où ils sont incités à devenir, à la fois, les développeurs et les consommateurs des projets qui y sont menés.

  • 5 Elle crée par la suite l’école d’art numérique La Colmena: Centro de Tecnologías Grace Quintanilla, (...)

15Depuis cette perspective, la tentative de relocalisation défendue par le CCD semble effective – au point que Quintanilla l’exporte à d’autres centres5 –, dans la mesure où elle favorise l’émergence dans un lieu physique d’une « intelligence collective », c’est-à-dire d’un ensemble de compétences partagées en temps réel, ordinairement assignée aux communautés virtuelles (Lévy, 1994). Cependant, il convient de s’interroger sur les fonctions occupées par les plateformes virtuelles du CCD dans le fonctionnement de celui-ci, puisqu’elles sont les plus à même de porter le projet inverse, qui consisterait à dématérialiser les pratiques du centre culturel.

Le Centro de Cultura Digital face à la dématérialisation

La part du virtuel

16Il paraît évident de réfléchir à la relation que le CCD entretient avec la dématérialisation car, rappelons-le, son hybridité originelle repose supposément sur la recherche d’un certain équilibre entre les activités dispensées sur place et en ligne. Il y a donc fort à parier que ses plateformes, loin d’être des copies conformes du centre situé sous le mémorial, aient des fonctionnalités complémentaires. C’est du moins ce que laisse supposer la série de définitions qui apparait sur son site web :

EL CCD es:

articular convivencias digitales

una red de autoaprendizaje, intercambio, acción

el fortalecimiento de economías creativas

un medio de construcción narrativa a partir de la cultura digital

un ambiente digital sano, interactivo y útil para el público6.

17À leur lecture, on constate qu’elles dépeignent le caractère hybride du CCD, sans pour autant l’expliciter. Alors que la deuxième définition, employant à propos le mot « réseau », défend l’idée d’un centre immatériel, la dernière, qui cite l’importance du « public », met davantage en exergue sa dimension matérielle. Et bien que l’internaute se trouve alors sur une interface virtuelle, le site lui rappelle constamment l’existence du centre culturel physique, à travers une vidéo, en fond, qui montre successivement, la Estela de Luz, son esplanade, ainsi que les salles emblématiques du CCD.

18Mais cette interface n’est pas uniquement le garant de son identité numérique. Elle remplit, tout comme sa chaîne YouTube7, une fonction d’archive, puisque, chacune à leur manière, elles gardent en mémoire la programmation événementielle du CCD au cours des années précédentes. D’un côté, YouTube est utilisé comme un support de diffusion (via des vidéos promotionnelles, des témoignages, des entretiens…), mais surtout de rediffusion des activités du centre. En effet, les principaux événements s’y étant tenus depuis son ouverture sont encore visionnables à ce jour. Dans ce cas précis, nous serions donc face à une première forme de dématérialisation du CCD, ou du moins ce qui s’en rapproche le plus. De l’autre côté, son site, lui, conserve la liste des plus de 1500 activités qui ont été organisées depuis 2017. À cet égard, à elles deux, ces plateformes constituent un témoignage vivant de l’action culturelle du CCD au cours des dix dernières années. Mais pour quel équilibre entre les activités en présentiel et à distance ?

19Pour répondre à cette question, il faut chercher à connaître la modalité d’organisation de ces événements. Après avoir sondé les données du site web, il apparaît que sur la période 2017-2022, plus de 90% des activités du CCD se sont tenues en ligne. On pourrait penser, à juste titre, que ce chiffre est peu représentatif, tant le Covid a marqué une grande partie de l’échantillon en question. Mais le résultat reste inchangé lorsqu’on sonde uniquement l’une des années précédant la pandémie. Plus encore, certaines initiatives majeures du centre reposent exclusivement sur des plateformes virtuelles, comme c’est le cas du projet « Editorial » 8qui héberge les objets culturels du centre créés directement depuis un écosystème numérique (Ortega, 2020). Cela nous amène à penser que, contrairement aux musées traditionnels, le CCD ne serait sujet à la dématérialisation que dans la mesure où il choisit laquelle de ses entités – la matérielle ou l’immatérielle – exploiter, et où il adapte ce choix en fonction de sa programmation. Cependant, il y a fort à parier que des événements circonstanciels, tels que la pandémie de Covid, fassent pencher la balance en faveur de l’une d’elles.

Une relocalisation inopérante ?

20En effet, comme la grande majorité des instituts culturels, le CCD se voit contraint à une dématérialisation forcée au cours de la période pandémique. Et pour cause, malgré son hybridité, le centre n’échappe pas pour autant aux mesures imposées par le gouvernement mexicain pour faire face à la pandémie dans le pays. À partir du 13 mars 2020, les portes du centre se ferment et ses activités en présentiel sont repoussées jusqu’à nouvel ordre. Mais il faut bien avouer que cette transition est de loin plus facile pour le CCD, qui peut compter sur des plateformes déjà bien développées, que pour d’autres musées devant s’adapter à une situation inédite. À tel point que le nombre d’activités proposées au cours des années 2020 et 2021 est plus important que jamais. En particulier, les rendez-vous donnés sur sa chaîne YouTube sont démultipliés et tentent au maximum de conserver l’essence des laboratoires présents au sein du centre culturel. Ils prennent ainsi la forme de cours, d’ateliers et de conférences en ligne, à l’image de l’initiative « Del CCD a la WWW: Charlas en Vivo » qui propose une rencontre hebdomadaire en direct avec l’un des représentants des laboratoires. De la sorte, le CCD entame, contre sa volonté, un phénomène de délocalisation similaire à celui que sa démarche neutralisait jusqu’alors. Et même si ses locaux sont inaccessibles, l’espace autour du centre culturel continue d’être ponctuellement investi pour l’organisation de manifestations artistiques. C’est le cas durant le mois d’octobre 2020, au cours duquel des représentations théâtrales en plein air prennent place sur l’esplanade de la Estela de Luz (Secretaría de Cultura, 2020), rappelant nostalgiquement l’époque où il accueillait du public.

21Pour autant, aucune donnée publique ne permet de se faire une idée, ne serait-ce qu’approximative, du nombre de personnes ayant visité le CCD avant cette période. En revanche, les avis laissés sur Internet par les visiteurs s’avèrent être de bons indicateurs, non pas de la quantité, mais de la qualité des visites du centre, en cela quils expriment un retour sur expérience subjectif et sans filtre. Sur Google, le CCD comptabilise plus de 1500 avis et une note moyenne de 4,4 étoiles sur 5, traduisant à première vue la satisfaction globale des visiteurs, sûrement surpris par l’originalité du concept. Néanmoins, la lecture des commentaires donne à voir une réalité tout autre. Nombreux sont ceux qui s’accordent à dire que le lieu est intéressant, mais complètement méconnu des habitants de México, ce qui reste difficile à concevoir lorsqu’on parle d’un centre culturel situé en plein cœur de la capitale et qui bénéficie de financements institutionnels, y compris pour mener des campagnes de promotion. Cela pourrait s’expliquer par la proximité, et a fortiori l’association, du CCD à la Estela de Luz, massivement réprouvée par les Mexicains (« Quién iba a pensar que debajo de la Suavicrema habría una especie de museo9 », s’étonne @Ángel Samperio).

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

22À ces premières impressions générales s’ajoutent d’autres, récurrentes, laissant entrevoir une réalité qui contraste fortement avec l’engagement du CCD d’être un lieu de vie accueillant et libre d’accès. De fait, on ne compte plus les commentaires qui dénoncent l’omniprésence policière sur place, finissant par effrayer les visiteurs (« [] parece una estación de policía, puedes ver hasta 20 en momentos determinados10 », confie @Anubisdarken). D’autant que cette sur-protection ne semble en aucun cas justifiée, puisque l’endroit est réputé peu animé (« the place seemed very empty and forgotten11 », écrit @Pedro Nekoi). Pour couronner le tout, le centre n’est considéré que comme un espace de passage, qui se visite en un éclair (« Es muy muy pequeño, […] en diez minutos lo recorres, o menos tiempo a lo mejor12 », conclue @Andrés Vázquez Aviña). En bref, ces témoignages portent à croire que le CCD a perdu au fil du temps tout l’intérêt qu’il avait au moment de son inauguration, comme le résume @Chekoroll Quiño, un habitué des lieux :

  • 13 Ibid.

A mi parecer es un lugar con poco tránsito de personas y poca promoción pública, a pesar de que está en una zona que tiene turismo internacional. Las veces que he ido en este año hay solo una exposición, nada que ver cuando recién se inauguró. La exposición permanente […] está cerrada o en mantenimiento, no supieron decirme. Es un espacio público que se está desaprovechando su potencial13.

  • 14 Ce fut notamment le cas lors des éditions du « Día Pokémon », au cours desquelles le CCD organisa d (...)

23Finalement, la perspective apportée par ces commentaires remet en question l’existence même du centre culturel. En effet, elle amène à penser que la tentative de relocalisation des pratiques muséales proposée par le CCD serait, sinon inopérante, du moins sans grand impact sur la scène culturelle de la ville. Non pas parce qu’il ne suscite aucun intérêt auprès du public – rappelons que certains de ses événements phares ont rassemblé, à plusieurs reprises, d’importantes communautés14 –, mais justement parce que cet engouement ne se manifeste que ponctuellement, autour d’activités concrètes. La faute, sûrement, à une mauvaise gestion de la programmation, mais aussi au peu d’intérêt que semble encore susciter aujourd’hui la culture numérique chez les visiteurs non-initiés. Au bout du compte, le CCD partagerait plus de traits avec les plateformes numériques qu’il n’y paraît, tant sa durée de visite est rapide et son public volatile.

Conclusion

24Dix ans après la création du CCD, l’heure est au bilan. Au cours de sa trajectoire, le centre culturel a incontestablement su s’imposer comme le référent incontournable pour penser et promouvoir la culture numérique en Amérique latine. Pendant la pandémie, il atteint même son paroxysme et parvient à toucher une communauté internationale qu’il fédère en ligne. Cependant, les résultats de ce que nous avons considéré comme une tentative de relocalisation des muséalités contemporaines sont loin des objectifs fixés initialement par le projet. En cela, la situation du CCD ne semble pas si différente de celle que connaissent actuellement la plupart des complexes culturels de petite et moyenne taille de la région, tant leur viabilité dépend de leur capacité à se réinventer (De Carli, 2012). Mais comment le faire lorsque, dans ce cas précis, la conversion numérique constitue déjà son ADN ?

25Récemment, tout porte à croire que la solution choisie par le CCD consiste à revitaliser son centre culturel, à travers une nouvelle phase de relocalisation. Ainsi, le 26 février 2022, on procède pour sa réouverture officielle à une sorte de ré-inauguration. Pour l’occasion, un hommage à Grace Quintanilla, disparue prématurément en 2019, est organisé (Fernández Ruiz, 2022). Celui-ci sert à renouer symboliquement avec la philosophie de l’emblématique directrice du centre et à promouvoir, dans le même temps, sa nouvelle programmation, précisément centrée sur la matérialité des corps dans la sphère virtuelle, comme pour mieux inciter le public à interagir physiquement avec les installations du CCD. Depuis, une nouvelle campagne de promotion lancée sur ses réseaux sociaux cherche également à faire (re)découvrir aux habitants du District Fédéral le centre de culture numérique. Telle est la mission que s’est vu confier Marcela Flores Mendez, récemment élue à sa direction, suite au passage discret de Mariana Delgado à ce poste pendant la pandémie. Une charge qu’elle assume, forte de son expérience préalable à la tête du Laboratorio de Tecnologías, un deuxième espace dans la capitale mexicaine dédié à la culture numérique, qui, suivant les traces du CCD, naît en 2017 d’un projet de réhabilitation du Centro Cultural El Rule.

26Ce deuxième exemple prouve que le CCD n’est pas le seul à miser sur la culture numérique en Amérique latine. Bien au contraire, dans le même temps, d’autres initiatives similaires émergent au-delà des frontières mexicaines. Parmi les plus répandus, il y a notamment les centres culturels de la Fundación Telefónica – l’hégémonique filiale de téléphonie mobile des pays hispaniques –, qui conçoit l’« Espacio Fundación Telefónica »: un musée dédié à l’histoire des télécommunications, qui accueille des expositions temporaires d’art numérique et des conférences événementielles. Implanté à Madrid depuis 2012 – la même année où le CCD est créé – au sein de l’imposant Edificio de la Compañía Telefónica situé sur la Gran Vía, ce premier espace ne tarde pas à s’exporter jusque dans les capitales latino-américaines, d’abord à Santiago du Chili et à Lima (2013), ensuite à Buenos Aires (2014), et dernièrement à Quito (2017). Bien qu’ils ne reposent pas sur un projet aussi pionnier et original que celui du CCD, ces centres d’un nouveau genre attestent cependant de l’intérêt grandissant des muséalités contemporaines de la région pour la culture numérique et laissent présager le rôle majeur que l’Amérique latine pourrait jouer quant à son institutionnalisation dans les années à venir.

Inicio de página

Bibliografía

ARELLANO MORALES, Mario Alejandro, “Las brechas digitales en México: un balance pertinente”, El trimestre económico, vol. LXXXVII (2), n° 346, janvier-mars, 2020, p. 367-402. Disponible en ligne : <https://www.eltrimestreeconomico.com.mx/index.php/te/article/view/974>.

CABAÑES, Eurídice, CARRUBA, Luca, “HOMOZAPPING: sexualidad y videojuegos”, Madrid, Deus ex machina: Cuaderno de máquinas y juegos, nº 1, 2017. Disponible en ligne : <https://arsgames.net/wp-content/uploads/2020/03/Deus-Ex-Machina_vol1.pdf>.

CARDON, Dominique, Culture numérique, Paris, Presses de Science Po., 2019.

CENTRO DE CULTURA DIGITAL, « CCD – GRACE QUINTANILLA », <https://www.YouTube.com/watch?v=yvdzP43yGBY>, 8 mars 2019.

DECARLI, Georgina, “Hacia la sostenibilidad de los museos en América Latina y el Caribe”, Museos.es: Revista de la Subdirección General de Museos Estatales, nº 7-8, 2011-2012, p. 110-119. Disponible en ligne : <https://www.culturaydeporte.gob.es/dam/jcr:0645f275-432d-4802-8ffb-53883c50a2c7/sostenibilidad-museos-america-latina-caribe.pdf>.

DESPRÉS-LONNET, Marie, « La dématérialisation comme délocalisation du contexte interprétatif », Communication & langages, 2012/3, n° 173, p. 101-111. Disponible en ligne : <https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2012-3-page-101.htm>.

DEVAUCHELLE, Bruno, PLATTEAUX, Hervé, CERISIER, Jean-François, « Culture informationnelle, culture numérique, tensions et relations. Le cas des référentiels C2i niveau 2 », Les Cahiers du numérique, 2009/3, Vol. 5, p. 51-69. Disponible en ligne : <https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-3-page-51.htm>.

FERNÁNDEZ RUIZ, María, “Centro de Cultura Digital retoma actividades presenciales a ritmo de mambo”, Once noticias, México, 24 février 2022. Disponible en ligne : <https://oncenoticias.digital/cultura/centro-de-cultura-digital-retoma-actividades-presenciales-a-ritmo-de-mambo/>.

GASTV. MX, “Centro de Cultura Digital”, <https://www.YouTube.com/watch?v=nkd5WXMOMJM&t=29s&ab_channel=GASTV.MX>, 1 avril 2014.

GOBIERNO DE LA REPÚBLICA, Plan Nacional de Desarrollo 2013-2018, México, 2013. Disponible en ligne : <https://observatorioplanificacion.cepal.org/sites/default/files/plan/files/MexicoPlanNacionaldeDesarrollo20132018.pdf>.

HERNÁNDEZ TAFOYA, Michel R., En busca de la política digital de México, México, El Universal, 2021. Disponible en ligne : <https://www.eluniversal.com.mx/interactivos/2021/pdf/en-busca-de-la-poltica-digital-en-mexico.pdf>.

INEHRM, “Concurso Nacional del Anteproyecto para la construcción de un monumento Arco Conmemorativo del Bicentenario del Inicio de la Independencia Nacional”, <https://www.inehrm.gob.mx/es/inehrm/Convocatoria_Monment_BicentenarioIndep>, 26 février 2020.

LÉVY, Pierre, L’intelligence collective : pour une anthropologie du cyberespace, Paris, Éditions La Découverte, « Sciences et société », 1994.

__________, Cyberculture, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

ORTEGA, Élika, “La Editorial del Centro de Cultura Digital: de la experimentación en práctica a la creación de nuevos públicos”, Bibliográfica, Vol. 3, n° 1, México, premier semestre 2020. Disponible en ligne : <https://bibliographica.iib.unam.mx/index.php/RB/article/view/64>.

PISCITELLI, Alejandro, Ciberculturas. En la era de las máquinas inteligentes, Buenos Aires, Paidós, 1995.

PRESIDENCIA DE LA REPÚBLICA, “¿Qué es el Centro de Cultura Digital?”, <https://www.gob.mx/epn/articulos/que-es-el-centro-de-cultura-digital>, 23 septembre 2013.

RUIZ GÓMEZ, Ariadna, “El museo virtual en América Latina”, Cuadernos hispanoamericanos, 1 avril 2018. Disponible en ligne : <https://cuadernoshispanoamericanos.com/el-museo-virtual-en-america-latina/>.

RUVITUSO, Federico Luis, “Avatares de pandemia: museos sin después”, Estudios Curatoriales, n° 11, 2020. Disponible en ligne : <http://sedici.unlp.edu.ar/handle/10915/121069>.

SANTACANA I MESTRE, Joan, “La digitalización de la cultura y sus repercusiones en el museo y en el patrimonio”, Museos.es: Revista de la Subdirección General de Museos Estatales, nº 11-12, 2015-2016, p. 82-96. Disponible en ligne : <https://www.culturaydeporte.gob.es/dam/jcr:c6759ee5-3cc4-46a5-8df2-f2a362119eb1/digitalizacion-cultura.pdf>.

SECRETARÍA DE CULTURA, “El Centro de Cultura Digital presenta obra de teatro en su explanada”, <https://www.gob.mx/cultura/prensa/el-centro-de-cultura-digital-presenta-obra-de-teatro-en-su-explanada?state=published> , 2 octobre 2020.

UNESCO, Charte sur la conservation du patrimoine numérique, Paris, 2003. Disponible en ligne : <https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000179529_fre>.

__________, La Cultura en el entorno digital: evaluar el impacto en América Latina y en España (informe por Octavio Kulesz), Paris, 2017. Disponible en ligne : <https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000249812_spa

Inicio de página

Notas

1 Kulesz qualifie le CCD de “iniciativa pionera en la región, que sin duda resultará fundamental para el estímulo de la creatividad y para la exploración de las formas expresivas propias de la era digital” (UNESCO, 2017: 31).

2 Dans nos recherches, seuls deux travaux portant indirectement sur le CDD ont été recensés, privilégiant plutôt l’étude d’initiatives précises : l’un sur le projet éditorial du centre culturel (Ortega, 2020), l’autre sur un jeu vidéo qui y a été produit (Cabañes & Carruba, 2017).

3 À titre d’exemple, pensons à l’organisation du symposium « Impacto y alcances de la reforma constitucional en Telecomunicaciones » en avril 2014, de l’atelier « Economía cultural de los videojuegos » en août 2015 et de l’exposition « Games and Politics », entre les mois de novembre 2016 et janvier 2017.

4 Les laboratoires correspondent aux aires thématiques suivantes : Educativa, E-literatura, Juegos, Inmersión, Lab Web, Tecnologías libres, Comunicación, Lab de tecnologías y lenguas originarias, Radio CCD, Cine más allá.

5 Elle crée par la suite l’école d’art numérique La Colmena: Centro de Tecnologías Grace Quintanilla, une version réduite et communautaire du CCD, hébergée par le Palacio de la Cultura de la ville de Tlaxcala, à l’est de México, dans le but d’amener la culture numérique au plus près des populations locales.

6 Site web du CCD : <https://centroculturadigital.mx/>

7 Chaîne YouTube du CCD : <https://www.YouTube.com/c/CentroculturadigitalMx>

8 Lien vers le projet « Editorial » : <https://editorial.centroculturadigital.mx/>

9 Lien vers les avis Google du CCD

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ce fut notamment le cas lors des éditions du « Día Pokémon », au cours desquelles le CCD organisa des balades dans le bois de Chapultepec pour jouer à l’application mobile Pokémon Go.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Yann Seyeux, «Le Centro de Cultura Digital de Mexico : une expérience muséale pionnière en Amérique latine»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 44 | 2022, Publicado el 19 enero 2023, consultado el 02 febrero 2023. URL: http://journals.openedition.org/alhim/11099; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.11099

Inicio de página

Autor

Yann Seyeux

Université Paris-Nanterre
Yann Seyeux est agrégé d’Espagnol et doctorant en études hispano-américaines à l’Université Paris Nanterre. Il réalise une thèse intitulée « Politiques numériques, citoyenneté, culture(s) numérique(s) : les cas de l’Équateur, de la Colombie et du Chili ». Dans ses recherches, il conçoit les technologies numériques comme des objets d’étude en soi et appréhende l’émergence de cultures numériques dans les mondes hispaniques contemporains.yann.seyeux@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Atribución-NoComercial-SinDerivadas 4.0 Internacional - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search