Navegación – Mapa del sitio

La représentation cinématographique de la peur face à l’étranger

L’exemple de Un Cuento Chino de Sebastián Borensztein et The Visitor de Thomas McCarthy
Paola García

Resúmenes

Cet article a pour objet d’analyser la manière dont le cinéma représente les contacts et rapports qui s’établissent entre les étrangers et les nationaux dans les pays d’accueil. Nous analyserons ces relations dans les films Un Cuento Chino de Sebastian Borensztein (2011) et The Visitor de Thomas McCarthy (2007), à partir de la notion de frontières symboliques développées par Marta Rizo García et Vivian Romeu Aldaya (2006b). Nous nous intéresserons aux interactions communicationnelles qui se produisent entre les différents protagonistes et surtout aux processus susceptibles d’engendrer l’acceptation ou le rejet de l’étranger. Nous montrons que ces deux films construits à partir de la vision des nationaux, posent la question du rapport à « l’Autre-étranger » suscitant des sentiments qui s’avèrent souvent contradictoires oscillants entre confiance et crainte.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1La mobilité -de populations, d’informations, de biens et capitaux- s’est considérablement accélérée au cours de ces dernières décennies en partie en raison du processus de globalisation dont elle est elle-même le principal moteur. Cette mobilité a conduit à des changements considérables au sein de nos sociétés contemporaines, aussi bien au niveau politique, économique, socioculturel que scientifique et démographique.

2La première conséquence de cette mobilité est qu’elle provoque de multiples réactions aussi bien pour celui qui se déplace comme pour celui qui rencontre l’immigré. En outre, la mobilité questionne la notion de territoire et, plus particulièrement, celle de frontières. Les frontières physiques peuvent s’estomper, se modifier ou permettre la circulation d’individus en raison de leur porosité mais elles peuvent également s’ériger en murs infranchissables limitant considérablement le contact des populations. C’est à partir de ces frontières géographiques qui enferment ou non les États-nations et leurs citoyens que se construit l’altérité. Toutefois, celle-ci se définit également à partir de frontières d’une autre nature, qui se situent à des niveaux purement imaginaires et qui sont également susceptibles de se dresser entre les individus les éloignant les uns des autres. Ces frontières symboliques sont le résultat de représentations mentales qui déterminent et conditionnent fortement des sentiments et des comportements envers « l’Autre » pouvant aller de la tolérance et l’acceptation au refus lié à a peur que le migrant provoque au sein de la société réceptrice et qui détermine son exclusion et marginalisation.

3Notre article s’intéresse précisément à ces frontières symboliques qui sont considérées par Marta Rizo García et Vivian Romeu Aldaya (2006a, 2006b) comme limite ou démarcation et qui rendent possible la communication dans la mesure où elles constituent une zone de rupture et de négociation des identités sociales et culturelles. Il s’agit en définitive d'un espace mental poreux permettant l'échange et la confrontation des différences, lesquelles dans le contact peuvent s’accentuer, se diluer ou encore se redéfinir à partir de nouveaux référents. En tenant compte des orientations théoriques de ces auteurs, nous proposons une analyse comparée des films Un Cuento Chino de Sebastián Borensztein (2011) et The Visitor de Thomas McCarthy (2007) qui mettent en scène la peur initiale provoquée par la rencontre de l’étranger et ses possibles dénouements. Ainsi, nous essayerons de comprendre comment évolue ce sentiment de peur vis-à-vis de celui qui est différent, comment s’établit la communication et à partir de quels paramètres la cinématographie construit un discours et une représentation spécifiques sur « l’Autre-étranger ».

Quand les étrangers rencontrent les nationaux…

  • 1 De nombreuses enquêtes menées dans différents pays notamment par l’agence Ipsos Mori montrent le re (...)

4Dans de nombreux pays -dont un des exemples les plus marquants de ces dernières années est sans doute celui des pays de l’Union Européenne1- on constate une augmentation des tensions autour de la question migratoire en lien avec la peur que celle-ci engendre en raison notamment des nombreux maux qui lui sont associés : volume excessif des flux migratoires qui représenteraient une menace pour la société réceptrice, l’impact négatif de certaines caractéristiques culturelles et religieuses de la population immigrée, la concurrence engendrée par l’arrivée des migrants sur le marché du travail pour les nationaux, l’augmentation de la délinquance et de l’insécurité, le risque de perte de l’identité nationale.

5Les deux films ont en commun la volonté des réalisateurs de sensibiliser le public à la problématique de l’immigration en mettant en scène la rencontre entre un étranger et un national dans deux pays considérés comme traditionnels pays d’immigration: l’Argentine et les États-Unis. La thématique de ces deux films est très similaire dans la mesure où ils abordent la question de la migration sous l’angle de la peur que suscite l’immigré auprès des nationaux et les deux s’inscrivent dans une temporalité relativement proche, se situant après les attentats du 11 septembre 2001.

  • 2 L’Argentine compte une importante communauté chinoise et taiwanaise, concentrée essentiellement dan (...)

6Un cuento chino relate la rencontre de l’Argentin Roberto, quincaillier célibataire, solitaire et hargneux avec Jun, jeune Chinois2 qui ne parle pas l’espagnol. Alors que le film commence avec une scène extrêmement bucolique et romantique (on voit Jun sur le point d’offrir à sa bien-aimée une bague de fiançailles), celle-ci se termine de façon dramatique quand du ciel tombe une vache qui tue la jeune fille. Poussé par le chagrin, Jun décide de changer de vie et émigre en Argentine à la recherche de son oncle dont il a l’adresse écrite sur le bras. À peine descendu de l’avion, il est victime d’un vol et complètement déstabilisé et désorienté, il croise la route de Roberto, un Argentin qui passe ses dimanches seul installé non loin des pistes d’atterrissage de l’aéroport international Ezeiza à observer le va-et-vient des avions. Méfiant et visiblement très irrité par l’apparition soudaine de cet étranger, Roberto se voit finalement contraint d’héberger Jun pendant une durée indéterminée malgré les nombreuses tentatives pour s’en débarrasser. À la fin du film, l’oncle prend contact avec Roberto et Jun s’envole pour Mendoza où son oncle réside désormais.

Affiche du film Un Cuento chino de Sebastián Borensztein

  • 3 Le film dénonce les conditions d’accueil des immigrés aux États-Unis depuis les attentats du 11 sep (...)

7The Visitor, met en scène l’histoire d’un professeur d'économie qui enseigne dans une université du Connecticut, Walter Vale, et qui mène une vie routinière et vide de sens. À la demande de son université et malgré lui, Walter se rend à Manhattan pour présenter une conférence et lorsqu’il arrive dans son appartement, il découvre qu’un jeune couple -Tarek, d’origine syrienne et Zainab, d’origine sénégalaise- s’y est installé, victime d’une escroquerie immobilière. Dans un premier temps réticent à l’idée qu’ils restent, Walter finit par leur proposer d’habiter avec lui et se lie progressivement d’amitié avec Tarek jusqu’au jour où ce dernier est arrêté. Walter tentera alors par tous les moyens de sortir Tarek du centre de détention où il est enfermé mais ne pourra finalement éviter son expulsion vers la Syrie3.

Affiche du film The Visitor de Thomas McCarthy

8Un Cuento chino et The Visitor mettent en scène des situations de communication interculturelle, une communication qui se met en place lors de l’interaction entre personnes ne partageant ni le même univers symbolique ni les mêmes référents identitaires, comme c’est le cas des protagonistes des deux films qui appartiennent à des groupes ethniques et sociaux différents, à des classes d’âges distinctes et viennent d’univers géographiques et culturels singuliers voire même opposés (monde occidental pour Roberto et Walter et Asie et Moyen Orient dans le cas de Jun et Tarek/Espace urbain pour Roberto, espace rural pour Jun, Tarek est jeune/Walter proche de la retraite, etc.).

9La communication qui s’établit entre les protagonistes met en évidence et confronte les croyances, les pratiques quotidiennes, les systèmes de valeurs et les représentations sociales que chacun a construits sur soi, sur le monde et sur « l’Autre ». Ces représentations caractérisent l’individu dans sa dimension individuelle mais également collective puisqu’elles déterminent l’identification à des groupes sociaux. L’interaction qui se réalise dans un contexte interculturel met également en relation des codes et systèmes de communication différents qui, tout comme les systèmes de croyances et les pratiques propre à chacun, sont susceptibles d’entrer en conflit, en particulier lorsque le rejet vis-à-vis d’un groupe social spécifique est historiquement ancré dans la société. Tel est le cas du contexte dans lequel s’opère la situation de communication entre les protagonistes de Un cuento Chino. D’une part, Jun et Roberto ne se comprennent pas puisque l’un parle l’espagnol tandis que l’autre le chinois. D’autre part, Roberto appartient à une société qui perçoit la migration chinoise avec une grande méfiance et incompréhension, en raison notamment de la question linguistique qui limite considérablement les contacts avec cette communauté.

10Lorsque les éléments qui font sens dans notre rapport au monde et à nous-mêmes sont différents, voire incompatibles avec ceux de « l’Autre », alors ils sont susceptibles d’entrer en concurrence et constituent un obstacle pour la communication. Marta Rizo García y Vivian Romeu Aldaya (2006b) abordent ces tensions grâce à la notion de frontière interne ou symbolique qui résulte de la subjectivité de l’individu et des groupes sociaux et qu’elles considèrent comme le point de départ pour comprendre les éléments qui déterminent une situation de conflit et/ou, au contraire favorisent l’intégration. Elles définissent la frontière comme « limite ou démarcation qui ne permet pas la communication dans la mesure où elle constitue une zone de résistance où ce à quoi on ne peut renoncer est défendu » (2006b: 37). Dans un premier temps, la relation et les échanges entre Roberto et Jun se situent précisément dans l’espace de cette frontière interne où la communication s’avère impossible car les protagonistes ne peuvent établir de dialogue en raison de l’incompréhension linguistique. Les identités de chacun ne peuvent être négociées dans la mesure où Roberto perçoit la présence et l’attitude de Jun comme une menace quant à sa propre existence (Eurasquin, 2012). Pour remercier Roberto de son hospitalité, Jun prend l’initiative de lui préparer son petit-déjeuner, ses repas, etc. Il pénètre en définitive un espace, une routine qui fait sens pour Roberto, qui organise et ponctue son quotidien et ne peut être remise en cause par l’intervention de « l’Autre ». La routine de Roberto est omniprésente, elle se révèle cinématographiquement par la répétition de scènes identiques prises sous différents angles dans lesquelles on voit le personnage compter les clous pour s’assurer que le nombre annoncé sur la boîte y est, il prépare seul son repas, il découpe des articles dans le journal qu’il garde méthodiquement, il éteint la lumière pour s’endormir lorsque le réveil indique 23h, se rend au cimetière tous les samedis, etc.

11Roberto vit la présence de l’étranger « avec l’angoisse d’être face à un usurpateur, quelqu’un qui envahit sa maison, son lieu de travail qui profite de sa peur face à la femme qu’il aime (il sort se promener avec Mari, ce qui provoque sa colère) (...) ». (Erausquin, 2012). Il n’hésite pas d’ailleurs à enfermer Jun à clé le soir dans sa chambre, ce qui symboliquement reflète le désir de Roberto d’établir une frontière physique entre lui et « l’Autre ». Les espaces de chacun sont alors clairement définis et Jun ne peut librement circuler dans l’espace de Roberto qui n’est nullement disposé à le partager.

Se rapprocher de « l’Autre »…

12La relation de Walter et Tarek s’établit à partir de paramètres différents de ceux de Roberto et Jun. D’une part, la langue ne constitue pas un obstacle entre les protagonistes, il y a donc dès le début une certaine fluidité dans leurs échanges. D’autre part, Walter ne montre pas autant de méfiance vis-à-vis du couple avec qui il accepte de partager son appartement. Ne s’agissant pas de son lieu de résidence habituel, cet espace s’avère pour lui être un espace neutre et, tout comme Tarek et Zainab, il est en réalité de passage dans cet appartement new-yorkais. En outre, son statut social et son niveau culturel le rendent sans doute plus sensible au cosmopolitisme, caractéristique d’une ville comme New-York.

13La communication qui s’établit entre Walter et Tarek situe en réalité l’échange dans la zone de la frontière que Marta Rizo García et Vivian Romeu Aldaya identifient comme perméable et poreuse, propice à la négociation. Une zone où la peur se dilue peu à peu, permettant aux deux protagonistes d’établir une relation à partir de l’échange et du partage d’un univers symbolique spécifique, celui de la musique. Les deux protagonistes semblent « disposés » à échanger sur leurs différences. Ainsi, Tarek apprend à Walter à jouer du djembé et il l’initie aux percussions, univers musical tout à fait éloigné des références plus classiques et conventionnelles de Walter qui tentait d’apprendre en vain le piano et semblait écouter exclusivement de la musique classique.

  • 4 Extrait traduit par l’auteure de l’article.

14La différence ne constitue plus ici un obstacle à la communication et on assiste à un contact où les « sujets parlants » sont « présents dans et avec leurs différences, mais surtout dans et avec la possibilité et la capacité à ‘partager’»4 (Rizo Garcia et Romeu Aldaya 2006a: 15). La communication s´établit donc à partir de la différence et devient opérationnelle lorsque les groupes ou les individus dont les univers symboliques sont radicalement différents ou tout du moins éloignés, commencent à s’approprier le sens et la valeur profonde que les choses et les objets ont pour « l’Autre » (Rizo Garcia et Romeu Aldaya 2006a: 17-16). Ainsi, les images de Walter transportant un djembé dans une housse aux couleurs africaines dans les rues et le métro de New-York et jouant du djembé avec d’autres immigrés sont le reflet de cette situation. De même que la dernière image du film où Walter, totalement impuissant face à l’expulsion de Tarek, s’installe dans le métro pour jouer des percussions.

15Walter et Tarek semblent parvenus à une sorte de compréhension mutuelle, fruit d’une « prédisposition » à aller vers « l’Autre », d’un désir partagé de coopération, d’une curiosité manifeste face à la différence et surtout fruit de la tolérance et du respect. Les limites du caractère non négociable de leurs identités sont alors repoussées, la dichotomie National/Étranger devient moins opérationnelle et l’interaction se réalise dans un territoire perméable qui enrichit le sens et les pratiques de chacun.

16En ce qui concerne Roberto et Jun, bien que tout semble les opposer et que la communication entre eux soit dans un premier temps conflictuelle, la cohabitation « forcée » va peu à peu permettre d’établir un contact qui aboutira à une sorte de réajustement ou de négociation des référents identitaires de Roberto.

  • 5 La guerre des Malouines débute le 2 avril 1982 avec l’invasion des forces armées argentines des île (...)

17Pour Roberto, la vie est un non-sens : sa mère meurt à sa naissance tandis que son père décède en découvrant à la une d’un journal la photo de son fils, mitraillette à la main, engagé dans la guerre des Malouines en 19825. Cet Italien qui avait fui la Seconde Guerre mondiale, n’avait jamais imaginé qu’il revivrait une nouvelle guerre et encore moins que son fils y prendrait part. Lorsque la guerre se termine, Roberto rentre chez lui et apprend le décès de son père. Il s’installe alors dans la maison familiale, reprend la quincaillerie de son père et se met à collectionner des nouvelles du monde entier plus folles et absurdes les unes que les autres qui confirment, à ses yeux, le non-sens de l’existence.

  • 6 Traduction de l’auteure.

18Un soir, en présence d’un livreur de nourriture chinoise qui joue le rôle de traducteur et à la demande de Jun, Roberto explique la nature de sa collection. Il lit quelques exemples de faits divers absurdes et tombe soudain sur le titre suivant : « une vache tombe du ciel, d’un avion, et produit mort et consternation »6. À la lecture de cette nouvelle, Jun ne peut retenir son émotion et raconte à Roberto qu’il s’agit de sa propre histoire. Roberto ne peut y croire : le protagoniste du fait divers n’est plus désormais un personnage de fiction mais bien la personne qu’il a recueillie.

19Roberto est alors contraint d’admettre que quelque chose de fondamental le lie à Jun désormais : tous deux ont en effet souffert la perte d’êtres chers dans des conditions incongrues. Cette révélation le bouleverse profondément. Dès lors, l’image et la valeur qu’il attribue à Jun se modifient, ce qui remet en cause sa propre identité et le rapport au monde qui l’entoure. Il prend alors conscience que cet étranger qui suscitait en lui méfiance et crainte et avec qui il était difficile de communiquer, n’est pas finalement si différent de lui. Le soir de cette révélation, Roberto boit au point de se rendre ivre et rompt avec sa routine, se couchant et se levant à des heures tout à fait inhabituelles.

20La découverte de cette histoire marque donc un moment décisif dans la relation de Roberto et Jun et se révèle moteur de changement pour Roberto qui décide, après avoir découvert sur le mur de sa cour le dessin, laissé par Jun, d’une vache lui souriant, d’aller rejoindre Mari dont il n’avait eu de cesse de rejeter les avances. L’étranger a montré à Roberto qu’il était possible de surmonter les situations les plus douloureuses que le hasard nous impose et il semble lui suggérer qu’il existe des alternatives à la vie triste, solitaire et routinière à laquelle Roberto s’est soumis.

  • 7 Traduction du texte original réalisée par l’auteure de l’article.

21Le contact avec Jun pousse en définitive Robert à une remise en cause de sa propre existence qui permet de situer les échanges entre les deux protagonistes dans la zone poreuse des frontières internes car comme le signalent Pech Salvador (2009: 49) : « (…) dans la mesure où la solidité et la légitimité d’une représentation est remise en cause ou tout du moins est vulnérable en raison de sa dispersion ou de son manque de clarté, les possibilités de négociation de significations augmenteront »7. Roberto est désormais en mesure d’établir une relation moins conflictuelle avec Jun car désormais son identité se (re)définit dans le contact avec « l’Autre » non pas tant à partir de logiques de différenciation qui s’avèrent incompatibles mais à partir de ce qui les unit, à savoir l’expérience d’une douleur partagée, fruit du hasard.

Une vision utilitaire de l’étranger ?

22Bien que l’étranger et le national soient parvenus dans les deux films à établir des liens les rapprochant l’un de l’autre, il convient toutefois de s’interroger sur la nature de la relation qui s’établit.

23Dans Un cuento chino et The Visitor, Roberto et Walter se trouvent tous deux dans une situation de fragilité psychologique provoquée d’une part, par la perte d’êtres chers (la perte du père et de la mère dans le cas de Roberto et la perte de l’épouse pour Walter) et, d’autre part, par des expériences violentes et hautement traumatisantes dans le cas particulier de Roberto puisqu’il a participé à la guerre des Malouines. Les deux protagonistes souffrent d’une grande solitude et se plongent dans une routine qui les isole et ne leur permet nullement de s’épanouir : Walter s’entête à apprendre à jouer du piano sans succès, enseigne à l’université presque machinalement et surtout évite tout ce qui pourrait bouleverser son quotidien (il essaye jusqu’à la dernière minute de ne pas se rendre à New- York pour présenter ses travaux de recherche). Pour sa part, Roberto compte inlassablement les clous que l’on lui vend, se couche et se réveille tous les jours à la même heure, ne laisse personne entrer dans sa vie, pas même Mari, la femme dont il est amoureux et qui tente sans cesse de l’approcher.

24Toutefois, l’arrivée inattendue de « l’Autre-étranger » se révèle comme un élément palliatif à la fragilité et à la souffrance de Walter et Roberto tout en étant révélateur de potentialités. En effet, cette rencontre qui dans un premier temps est marquée par la méfiance et la peur, déstabilise les deux protagonistes au point de redéfinir leurs trajectoires vitales : Roberto s’autorise enfin à vivre une histoire d’amour avec Mari tandis que Walter se sent capable d’un nouveau départ : il se défait de son piano, symbole du souvenir de sa femme, assume son incapacité à écrire son livre, quitte le Connecticut pour New-York et s’autorise une relation sentimentale avec la mère de Tarek.

25Dans les deux cas, l’étranger finit par partir : Jun prend l’avion pour Mendoza où se trouve son oncle, Tarek est expulsé vers la Syrie et sa mère part le rejoindre là-bas. Toutefois, chacun laisse son emprunte, sa trace auprès du national : le djembé et l’art d’en jouer dans le cas de The Visitor et la vache souriant peinte sur le mur de la cour de Roberto pour Un cuento chino. Ces éléments ont ici une valeur libératrice puisqu’à travers les percussions, Walter est désormais en mesure de s’exprimer tandis que Roberto comprend que la vache peinte qui lui sourit appelle à la vie et le pousse à rejoindre la femme qu’il aime. Le contact a donc été dans les deux cas bénéfique pour les locaux et le spectateur est alors susceptible de ressentir de la sympathie pour ces deux étrangers qui ont contribué au bien-être de Roberto et Walter.

26Les films Un cuento chino et The Visitor véhiculent indéniablement des valeurs universelles (la tolérance, la dignité, l’acceptation et le respect de « l’Autre », etc.) et prétendent sensibiliser le public à la question de l’immigration qui se trouve actuellement au cœur du débat public de nombreuses sociétés. Toutefois, ce cinéma engagé dont la finalité semble être de convaincre le public que les étrangers ne représentent nullement une menace, se base sur le regard des nationaux et met l’accent sur les bénéfices qu’ils sont susceptibles de leur apporter, à savoir dans le cas des deux films analysés : apprendre à jouer d’un instrument et découvrir un nouvel univers musical libérateur, changer sa vision du monde, donner un second souffle à sa vie, s’autoriser à aimer, à être heureux, etc. L’étranger doit donc « faire du bien », c’est-à-dire en définitive contribuer au bien-être des nationaux pour être accepté et défendu.

27Ce regard porté sur l’étranger n’est pas exclusif à ces deux films, mais se retrouve dans de nombreux autres : dans Gran Torino (2008) de Clint Eastwood, Walt retraité hargneux et solitaire, qui vit en marge de la société, parvient à redonner un sens à sa vie grâce aux liens qu’il noue avec Thao, un jeune immigré de son quartier ; dans Welcome (2009) le film de Philippe Lioret, Simon, maître-nageur français sort progressivement de sa dépression au contact du jeune Bilal, migrant Kurde sans papier, à qui il apprend à nager pour se rendre en Angleterre en traversant la Manche; dans Les invités de mon père (2010) d’Anne Le Ny, Lucien, retraité français, rencontre Tatiana, jeune femme moldave qui lui donne la possibilité d’avoir à nouveau une vie sexuelle, tandis que dans Samba (2014) d’Eric Toledano, Alice, cadre supérieur épuisée, retrouve un nouveau souffle et un nouvel élan grâce à l’histoire d’amour qu’elle vit avec Samba, jeune sénégalais sans papiers.

28En outre, dans les films qui adoptent le regard des nationaux, les dénouements sont rarement dramatiques pour ces derniers car ils conservent pour la plupart les « bénéfices » de la rencontre avec l’étranger. En revanche, ce n’est pas toujours le cas pour l’étranger qui dans The Visitor est rapatrié, dans Welcome décède ou dans Les invités de mon père finit par être expulsé de la maison du retraité qui l’avait accueilli et qui était le lieu garantissant à Tatiana et sa fille sécurité et futur.

Conclusion

29Un cuento chino et The Visitor mettent tous deux en scène des situations de communication devenues une réalité quotidienne pour de nombreux citoyens en raison de l’importance grandissante des déplacements de populations au niveau mondial et qui contribuent à constituer progressivement des sociétés pluriculturelles. Toutefois, cette communication s’établit à un rythme différent dans les deux films : beaucoup plus lente et ardue dans Un cuento chino que dans The Visitor.

30En outre, ces films dénoncent des maux propres aux sociétés occidentales contemporaines, à savoir la peur de l’autre, l’individualisme, la solitude, l’absence de solidarité auxquels l’étranger est confronté. Roberto et Walter en sont indéniablement des exemples : les deux vivent seuls, isolés des autres, plongés dans une routine rigide et répétitive qui structure leur quotidien, incapables de nouer des liens sentimentaux et de surmonter les épreuves douloureuses qu’ils ont traversées. Un Cuento Chino et The Visitor postulent l’ouverture à « l’Autre-étranger » comme moyen de dépasser « les blocages émotionnels » des nationaux : c’est à travers la découverte et le ressenti de la douleur et du malheur de Jun et de Tarek que Roberto et Walter parviennent à surmonter leur propre souffrance et à pouvoir envisager des alternatives à leur vie triste et monotone. L’espoir fait alors éruption et laisse imaginer au spectateur un dénouement plutôt heureux pour ces deux protagonistes.

31Dans ces deux films, l’acceptation de l’étranger -et donc la disparition progressive de la peur suscitée par ce dernier- n’est pas vraiment liée à sa valeur intrinsèque mais semble plutôt conditionnée aux « bénéfices » que sont susceptibles d’obtenir ceux qui l’accueillent ou qui, pour des raisons diverses, entrent en contact avec lui. Le regard porté sur l’étranger se construit à partir de la perspective des nationaux et, qui plus est, à partir d’individus qui se trouvent eux-mêmes en marge de la société. L’étranger est alors représenté comme source de réconfort et à la fois comme facteur hautement dynamisant pour ces personnages dont l’existence semble dénuer de sens et qui soudain se mobilisent pour venir en aide à l’étranger (Walter tente en vain de sortir Tarek du centre de détention et d’éviter son expulsion tandis que Roberto aide Jun à retrouver son oncle alors qu’il ne parle pas l’espagnol, ne connaît personne à Buenos Aires et vient de perdre sa fiancée). Dès lors, la situation de fragilité et de vulnérabilité dans laquelle se retrouve l’étranger dans le pays d’accueil, voire même sa souffrance et sa détresse, permettent à Roberto et Walter de s’affranchir de leurs peurs, d’aller vers « l’Autre-étranger » et de façon plus générale, de s’ouvrir aux autres. Ainsi, paradoxalement la souffrance de « l’Autre-étranger » s’avère être une force libératrice pour ceux qui l’accueille.

32Cette dimension utilitaire de l’étranger que les deux films mettent en scène à travers les quatre protagonistes est celle que l’on retrouve en définitive dans les discours publics de nombreuses sociétés réceptrices de migrants. L’accueil de migrants tend à se justifier à condition qu’ils répondent à des besoins spécifiques et qu’ils participent plus généralement au bon fonctionnement de la société, sans en perturber les fondements. Ainsi, il est possible de les recevoir s’ils pallient par exemple à des besoins économiques (manque de main-d’œuvre dans des secteurs spécifiques de l’économie) ou encore démographiques (société vieillissante pour lesquelles l’immigration peut signifier un apport de population jeune). En ce sens, la portée des personnages de Un cuento chino et de The Visitor et les modalités de construction des liens qui se tissent entre nationaux et étrangers peuvent être perçus plus largement comme le reflet des relations sociales qui s’instaurent entre la société réceptrice de migrants et l’étranger.

Inicio de página

Bibliografía

Erausquin, Estela, « La construcción del Otro: identidad e inmigración en la historia argentina », Les Cahiers ALHIM 4, 2002. Disponible sur internet à l’adresse suivante : <http://alhim.revues.org/477>.

__________, « Los inmigrantes en el cine argentino. Panorama general y estudio de un caso actual: Un cuento chino, 2011 », Les Cahiers ALHIM 23, 2012. Disponible sur internet à l’adresse suivante : <http://alhim.revues.org/4264>

ARRANZ LAGO, David Felipe, Las cien mejores películas sobre migración, Madrid, Cacitel, 2012.

La Gaceta.es, “La percepción sobre la inmigración es cada vez más negativa”, 18 de septiembre de 2017.

MATEUS MORA, Angélica María, Cinéma et audiovisuel latino-américains. L’Indien : images et conflits, Paris, L’Harmattan, 2012.

Medina, Manuel F. « Orgullosamente (no) argentinos: la estética de la migración y de la identidad en el cine argentino contemporáneo », El cine argentino de hoy: entre el arte y la política, Buenos Aires: Editorial Biblos, Colección Artes y Medios, 2007, p. 103-118.

PARANAGUÁ, Paulo Antonio, Le cinéma en Amérique Latine: le miroir éclaté, Paris, L’Harmattan, 2000.

__________, Tradición y modernidad en el cine de América latina, Madrid, F.C.E de España, 2003.

Pech Salvador, Cynthia, Rizo García, Marta, Romeu Aldaya, Vivian, « El habitus y la intersubjetividad como conceptos clave para la comprensión de las fronteras internas. Un acercamiento desde las propuestas teóricas de Bourdieu y Schütz », México, Frontera norte, vol. 21, nº 41, 2009, p. 33-52.

Rizo Garcia, Marta et Romeu Aldaya, Vivian, « Cultura y comunicación intercultural. Aproximaciones conceptuales », dans Revista e-compos, vol. 5, nº 19, août 2006a.

__________, « Hacia una propuesta teórica para el análisis de las fronteras simbólicas en situaciones de comunicación intercultural », Estudios sobre las Culturas Contemporáneas, México, Universidad de Colima, vol. XII, n·24, diciembre, 2006b, p. 35-54.

Rangil, Viviana (dir.), El cine argentino de hoy: entre el arte y la política, Buenos Aires, Editorial Biblos, Colección Artes y Medios, 2017.

Inicio de página

Notas

1 De nombreuses enquêtes menées dans différents pays notamment par l’agence Ipsos Mori montrent le regard de plus en plus négatif que porte les sociétés des pays traditionnels d’immigration sur les flux migratoires. Cf. l’article “La percepción sobre la inmigración es cada vez más negativa”, La Gaceta, la información alternativa, Madrid, 18 de septiembre de 2017, <https://gaceta.es/espana/inmigracion-negativa-estudio-ipsos-20170918-0751/>

2 L’Argentine compte une importante communauté chinoise et taiwanaise, concentrée essentiellement dans la province de Buenos Aires. Cette communauté a connu une augmentation considérable au cours des dernières décennies puisque selon l’Institut National de Statistique d’Argentine, elle est passée de 26482 personnes en 2005 à 120000 en 2010, devenant ainsi une des principales communautés d’étrangers.

3 Le film dénonce les conditions d’accueil des immigrés aux États-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001 qui ont eu pour conséquence le durcissement de la politique migratoire, en particulier vis-à-vis des populations en provenance du Moyen Orient qui se voient dès lors fortement discriminées et stigmatisées.

4 Extrait traduit par l’auteure de l’article.

5 La guerre des Malouines débute le 2 avril 1982 avec l’invasion des forces armées argentines des îles des Malouines, possession britannique depuis 1833. Le conflit prend fin le 14 juin 1982 avec la victoire du Royaume-Uni, ce qui précipite la chute de la dictature argentine.

6 Traduction de l’auteure.

7 Traduction du texte original réalisée par l’auteure de l’article.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Paola García, « La représentation cinématographique de la peur face à l’étranger », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 34 | 2017, Publicado el 20 diciembre 2017, consultado el 27 mayo 2018. URL : http://journals.openedition.org/alhim/5760

Inicio de página

Autor

Paola García

Université Paris Nanterre

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals