Navegación – Mapa del sitio

Les logiques de la peur : le fantasme de l’invasion en Argentine durant le XXe siècle

Martin Pablo Otheguy

Resúmenes

C’est dans le contexte de profondes transformations de l’ère du péronisme classique que surgit la figure de l’invasion. L’arrivée de centaines de milliers d’immigrants internes dans les espaces publics de la capitale produisit un véritable bouleversement social. Le qualificatif discriminatoire de cabecita negra forgée par l’anti-péronisme montre la conflictualité que supposa l’acculturation de ces migrants avec les classes moyennes illustrées et les élites de la capitale. Mais le « fantasme de l’invasion » ne se circonscrit pas à l’émergence de ce mouvement politique. Ce travail tente de montrer que cette peur collective récurrente dans l’histoire du pays répond à des logiques sociales qui sous-tendent l’édification, la structuration et le rôle de la diversité ethnique dans l’« invention » de la nation. L’étude des phénomènes liés à l’ethnicité en Argentine conduit à porter l’intérêt sur leurs rapports, d’une part, avec la construction de l’État-nation et, d’autre part, avec les processus migratoires internes et externes; nation, ethnicité et immigration constituent un axe majeur qui organise les pratiques et représentations sociales du pays. Or, c’est bien de ce principe générateur qu’émergea au cours du XXe siècle une peur collective qui structure l’espace social argentin.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1La figure de l’invasion suppose un mouvement, un déplacement; l’irruption dans un territoire donné de gens venus d’ailleurs. Elle est perçue comme un danger puisqu’elle implique nécessairement un acte de violence. En outre, l’invasion peut signifier la diffusion d’idées jugées nuisibles. En Argentine, l’émergence du fantasme de l’invasion comme peur collective est souvent corrélée avec l’ascension au pouvoir de Juan Domingo Perón durant les années 1940 et, de manière plus générale, avec le péronisme au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Dans le cadre de ce travail, nous tenterons de dépasser cette analyse en considérant cette peur collective comme un fil conducteur de l'histoire argentine. Nous l’analyserons comme un phénomène qui répond à des logiques sociales plus profondes et qui sous-tend l’histoire socio-économique, politique et culturelle du pays. Pour ce faire, nous étudierons deux périodes historiques durant lesquelles, d’une part, le péronisme accéda au pouvoir et, d’autre part, les phénomènes migratoires jouèrent un rôle central. La première correspond à l’ère du péronisme classique durant les années 1940 et 1950. La seconde évoque le retour du péronisme au pouvoir avec les gouvernements de Carlos Saúl Menem durant les années 1990.

Migration interne : nouveaux acteurs, nouvelles frontières

2L’immigration interne des années 1930 et 1940 signifia une profonde transformation du paysage social argentin. Il s’agissait pour la plupart d’ouvriers et de paysans originaires des provinces argentines, ayant immigré aux périphéries de Buenos Aires et des grandes villes du littoral. Ce phénomène démographique produisit un véritable bouleversement sur les formes de sociabilité des grands centres urbains. Il eut également des conséquences notables sur l’imaginaire social des classes moyennes et hautes. Autrement dit, l’acculturation des migrants internes –majoritairement des Métis et des Indigènes– au sein d’une société d’accueil caractérisée par des modèles culturels solidement enracinés, fut difficile et conflictuelle. Le nombre important de qualifications méprisantes pour se référer aux manifestants du 17 octobre de 1945 qui prirent par surprise la capitale rend compte de l’ampleur de l’impact : « aluvión zoológico », « descamisados » « cabecitas negras », « turbas asalariadas »; la liste pourrait s’étendre longuement.

3La présence de ce nouvel acteur politique dans la ville de Buenos Aires ne fut pas discrète; au contraire, celui-ci occupa l’espace public avec assurance et fierté. Le gouvernement péroniste légitimait les modes de vie, les habitudes et la culture des nouveaux arrivants. Ils avaient du travail et du pouvoir d’achat; ils sortaient dans les cinémas, les cafés, ou les restaurants. Les classes moyennes et les élites de Buenos Aires vécurent cette présence comme une usurpation. Elles réagirent à la peur que celle-ci produisait en identifiant les migrants à des stéréotypes réducteurs et fortement discriminatoires. C’est dans ce contexte que le terme cabecita negra est apparu vers la moitié des années 1940 pour devenir la représentation centrale dans l’imaginaire social du pays. Il s’imposa aussi comme un des éléments les plus visibles d’une frontière symbolique qui cristallisa la fracture de la société argentine entre péronistes et antipéronistes.

4Ce terme désignait les migrants venus des provinces, qui portaient dans leur corps des traits somatiques révélant une origine métisse ou indigène et qui représentaient une large partie de la base électorale du péronisme. Le qualificatif forgé par les anti-péronistes opérait donc une « racialisation » de ces votants. Mais il n’était pas uniquement une disqualification raciste; il s’agissait d’une construction complexe d’un archétype social. Bien que le racisme fût explicite, le terme opérait surtout une discrimination de classe sociale caractérisée notamment par un stigmate culturel, à savoir, un comportement inapproprié, rude et inadapté aux modes de vie urbains (Ratier Hugo, 1971: 94; Guber Rosana, 1999: 1-24; Milanesio Natalia, 2010: 53-84).

5Le terme cabecita negra opérait une discrimination sur un sujet social construit par la fusion de plusieurs dimensions: classiste, raciste et géographique. Mais le choc au sein des élites et des classes moyennes illustrées de la société porteña qui explique la profusion des qualificatifs discriminatoires résida surtout dans le nouveau statut des migrants. Ainsi, dans son étude classique, l’anthropologue argentin Hugo Ratier affirme qu’ils étaient avant tout une « masse triomphante », acteur principal du 17 octobre 1945, vainqueur aux élections de février 1946 : « Allí estaba el matiz político que puso sal en el enfrentamiento cuasiracista de porteños y provincianos: ser « negro » era ser peronista, y viceversa. Y los negros pisaban fuerte » (Ratier Hugo, 1971: 13). L’émergence de l’expression cabecita negra s’explique donc par l’affrontement entre péronistes et anti-péronistes; il signalait une identité politique, c’est-à-dire, les ouvriers-provinciaux-morochos qui constituaient une partie substantielle de la base politique du péronisme. L’inadéquation comportementale ressentie par l’opposition plus radicale venait du fait que les migrants internes ne restèrent pas confinés dans un ghetto, mais au contraire, ils se territorialisèrent dans les espaces publics de la ville, avec l’orgueil d’avoir acquis un nouveau statut hégémonique.

6L’expérience péroniste entre 1946 et 1955 constitue un point d’inflexion capital dans l’histoire argentine. Les chefs militaires qui menèrent ladite Revolución Libertadora étaient supposés non seulement mettre un point final à la période, mais aussi « dépéroniser » la société argentine. Toutefois, il fut avéré par la totalité des forces politiques –et aussi la société civile dans son ensemble– qu’il n’y aurait plus de marche en arrière; les années qui suivirent montrèrent que le péronisme avait laissé des traces indélébiles dans l’histoire du pays. Ni l’exil de 17 ans de Perón, ni la longue proscription du péronisme ne suffirent pour mettre un terme aux conséquences des transformations que l’Argentine connut durant ses deux premiers gouvernements. Son mouvement ne laissa personne indifférent, une brèche entre deux lectures opposées sur le péronisme divisa profondément les esprits. Si pour les uns le péronisme signifia une redistribution des richesses nationales et un processus d’inclusion sociale sans précédent dans l’histoire nationale, pour les autres, il représenta une forme de fascisme local où les libertés individuelles, le pluralisme politique, la censure, la propagande et la démagogie atteignirent un degré jusque là méconnu.

Le topos de l’invasion, une peur structurante

7Ce fut dans ce contexte qu’émergea la peur collective de l’« invasion », auprès des élites et des classes moyennes ; celle-ci deviendrait plus tard un élément significatif dans la structure de l’espace social argentin. Incarné par le qualificatif cabecitas negras, l’idée de l’invasion « territoriale », de l’usurpation, de la perte de statut et de pouvoir, fut omniprésente, non seulement dans les discours (Moffatt Alfredo, 1967) et les essais politiques, mais aussi dans l’imaginaire social. La figure de l’invasion fut également récurrente auprès des écrivains anti-péronistes de l’époque ; elle devint même un topos de la littérature argentine. La fiesta del monstruo de Jorge Luis Borges et Adolfo Bioy Casares (Borges Jorge Luis, Bioy Casares Adolfo, 1977), écrit en 1947 et Casa tomada écrit par Julio Cortazar (Cortazar Julio, 2011) en 1945, se posent comme les textes fondateurs. Dans son étude critique, Andrés Avellaneda postule l’idée que le topos de l’invasion constitue une trame qui dépasse le champ littéraire; un spectre qui réunit écrivains anti-péronistes et lecteurs des classes moyennes illustrées dans une sorte de code  sémantique qui rendrait compte des dimensions sociales, politiques et culturelles de l’époque (Avellaneda Andrés, 2013). Les fictions des auteurs retenus dans l’analyse, à savoir, Jorge Luis Borges, Adolfo Bioy Casares, Julio Cortázar, Ezequiel Martínez Estrada et Enrique Anderson Imbert constituent pour Avellaneda un échantillon représentatif de l’idéologie d’un secteur social de l’époque du péronisme classique. La figure de l’espace privé envahi par une présence étrange et étrangère se poursuivit au-delà des années 1950. La liste de textes dans la littérature argentine qui ont suivi ce topos en le revisitant est vaste et reste même d’actualité dans la première décennie du XXIe siècle. Nous pouvons citer ici la publication en 1962 du conte Cabecita negra de Germán Rozenmacher (Rozenmacher Gernán, 1997), une relecture de Casa tomada où l’identité de l’envahisseur devient explicite ou La invasión de Ricardo Piglia.

8L’expression de la figure de l’invasion fut corrélée avec les bouleversements socio-économiques, politiques et culturels de la période du péronisme classique; cependant, elle ne se dissipa pas avec le coup d’État de 1955 nommé La Revolución Libertadora. Au contraire, l’exil forcé de Perón et la proscription de son mouvement politique prouvent que ladite peur subsista après la disparition du péronisme. Latente, diffuse, elle traversa les décennies suivantes, à l’ombre des conflits de classe qui prirent le dessus. Ce ne fut que durant les années 1990, avec le retour du péronisme au pouvoir pour la première fois après les gouvernements de Perón, que cette peur collective non seulement refit surface, mais se retrouva au centre de la scène politique et médiatique. Or, si durant les années 1940 et 1950 il s’agissait d’une réaction des élites et classes moyennes illustrées face à l’ascension du péronisme, à l’aube du XXe siècle, la peur de l’invasion émana du propre péronisme au pouvoir et s’installa dans une large partie de la société.

L’invasion sous le prisme néo-libéral

9L’arrivée de Carlos Saúl Menem au pouvoir en 1989 marque le commencement d’une période historique chargée de paradoxes et caractérisée par de profondes transformations politiques et socio-économiques. Au lendemain de la victoire, et après avoir mené une campagne électorale marquée par des discours s’inscrivant dans la plus pure tradition péroniste, le candidat du Frente Justicialista Popular (FREJUPO) changea brutalement de direction en adoptant un ensemble de mesures néo-libérales. Or, alors que ce gouvernement qui s’autoproclamait l’héritier naturel de l’idéologie de Perón mettait en place des politiques s’attaquant ouvertement aux fondements mêmes de l’identité péroniste, l’électorat populaire continua à lui offrir son soutien. Après un début de mandat marqué par des difficultés économiques et par la révélation des premières affaires de corruption, la nomination de Domingo Cavallo en 1991 au Ministère de l’Économie permit au gouvernement de reprendre l’initiative. L’emblématique Ley de Convertibilidad promulguée peu de temps après devint la pièce maîtresse du modèle économique qui commençait à se mettre en place. Celle-ci eut des effets rapides et spectaculaires en réduisant l’inflation et en atteignant pour la première fois une stabilité macroéconomique. Les conséquences positives de la nouvelle stabilité atteinte sur la société étaient à la hauteur des effets traumatisants de l’hyperinflation de la fin des années 1980. Les bénéfices à court terme de cette politique comme la stabilité des prix, l’accès au crédit pour la consommation ou la possibilité de l’épargne produisirent un changement considérable sur le bien-être de la population. Rapidement, la parité monétaire devint une « valeur sacrée », le garant même de la légitimité politique qu’aucun secteur ou parti politique n’osait mettre en question.

10Mais le renoncement de la part de l’État à une régulation monétaire impliquait nécessairement une cession de son pouvoir politique. En effet, l’endettement public pour maintenir le volume de devises de la Banque Centrale devint une condition cruciale pour soutenir le Plan de Convertibilidad. C’était un mal nécessaire dans la mesure où il permettait de garantir l’entrée de devises pour assurer la parité entre le peso et le dollar. La vague d’optimisme social créée autour de la Convertibilidad cachait en réalité la fragilité du modèle et son caractère conjoncturel. Les intérêts de la dette externe produisaient un déficit des finances publiques en absorbant une partie du budget national. Dans ce cercle vicieux et face à une croissante ingérence des organismes internationaux comme le FMI, le gouvernement se voyait contraint à réaliser des réductions budgétaires, même dans des secteurs stratégiques comme la santé publique ou l’éducation et d’accélérer le processus de privatisations.

11L’année 1995 constitue un point d’inflexion dans l’ère ménémiste. La récession de l’économie argentine commença par la crise mexicaine, et se poursuivit par l’arrêt de l’expansion de la consommation interne. Le processus de privatisation des entreprises nationales et l’ouverture des marchés avaient déjà des conséquences sur le chômage; mais en 1995 celui-ci augmenta de manière exponentielle. La vitesse avec laquelle le modèle économique ménémiste s’effondra fut spectaculaire: le taux de chômage passa de 6% en 1990 à 18,8% en 1996 (Svampa Maristella, 2010: 35). Bien que durant les deux années suivantes le gouvernement réussît à redresser relativement l’économie, à partir de 1998 le pays entra dans une gigantesque spirale de profonde récession, d’explosion du taux de chômage, de troubles sociaux et de paralysie virtuelle de l’économie nationale.

  • 1 Pour une étude approfondie sur l’instrumentalisation de l’épidémie de choléra, cf. Benencia Roberto (...)
  • 2 Vers la fin de l’année 1993 on promulgua le décret n° 2771/93. Celui-ci annonçait des opérations de (...)

12Dans ce contexte, les conditions pour l’émergence du fantasme de l’invasion inscrit dans l’imaginaire social argentin étaient réunies. Le basculement des discours officiels qui prônaient la modernisation de l’économie argentine vers l’inévitable réalité de crise socio-économique et politique quelques années plus tard fit chanceler le pouvoir en place. Le gouvernement réagit par une restriction de la citoyenneté civile, traduite par une augmentation du système répressif institutionnel et par la criminalisation du conflit social. Durant les années 1990, la société civile argentine fut investie par un grand courant de discours xénophobes émanant de hauts fonctionnaires de l’État, de certains syndicats et des médias visant ouvertement l’immigration limitrophe. L’explication de ces discours est assez évidente; il s’agissait simplement de trouver de la part du gouvernement un bouc émissaire face aux difficultés qui commençaient à effriter la légitimité construite autour de la parité monétaire. L’apparition de l’épidémie de choléra au début de 1992 dans les provinces de Salta et de Jujuy fut un des premiers phénomènes instrumentalisés par les discours xénophobes1. Celle-ci correspondait en réalité à une épidémie beaucoup plus large qui toucha d’abord le Pérou et ensuite s’étendit en Équateur, Colombie, Bolivie, Venezuela, Chili et Brésil. Rapidement, des responsables du gouvernement attribuèrent l’apparition de l’épidémie aux coutumes des immigrants boliviens. La construction de la figure de l’immigrant limitrophe comme « porteur de la maladie » constitua un acte fondateur. Le récit officiel commençait ainsi à extérioriser les problèmes sociaux en les projetant sur la figure de l’étranger2. La construction et la diffusion de l’image de l’immigrant lié à l’illégalité, c’est-à-dire à celui qui enfreint la loi, prirent d’autres dimensions. Bientôt, le désormais « problème de l’invasion » d’immigrants limitrophes fut associé à l’occupation illicite de terrains communaux et de logements privés. Vers la fin des années 1990, sa représentation glissa de l’illégalité à celle de la criminalité. En effet, les immigrants furent également accusés de la hausse de la délinquance.

  • 3 Pour des analyses sur le traitement de la question de l’immigration limitrophe par la presse écrite (...)
  • 4 Pour une étude approfondie, cf. Oteiza Enrique, Novick Susana, Aruj Roberto, 1997: 167.
  • 5 Pour une étude qui prouve l’incidence infime de la population d’immigrants limitrophes sur le chôma (...)

13La construction par les médias de l’immigration limitrophe comme « problème social » liée à une supposée invasion  eut un fort impact sur l’opinion publique3. Les enquêtes et sondages réalisés durant les années 1990 montrent l’acceptation massive des propos xénophobes relayés par le gouvernement, les syndicats et les médias4. Leur interaction créa une logique de surenchère dans laquelle les immigrants limitrophes furent signalés comme la cause principale de la hausse du chômage, de voler les postes de travail et de dégrader ses conditions en acceptant des bas salaires5. La montée d’un nouveau type de xénophobie ethnique en Argentine fut fulgurante. La discrimination se concentra rapidement sur les immigrants limitrophes porteurs des traits somatiques renvoyant à une origine indigène.

La nation et les logiques de la peur

14Arrivé à ce point, force est de constater la ressemblance frappante entre un certain nombre d’éléments dans le mode d’expression de la figure de l’invasion durant les périodes historiques évoquées ci-dessus. La construction des représentations sociales de l’altérité de l’ère péroniste des années 1940-1950 et celle du ménémisme des années 1990 nous semble à ce propos très significative. Ezequiel Martínez Estrada, à propos de la journée du 17 octobre de 1945, devenue une « date-symbole » de la fondation du péronisme, affirme :

 Perón nos reveló, no al pueblo sino a una zona del pueblo que, efectivamente, nos parecía extraño y extranjero. El 17 de octubre Perón volcó en las calles céntricas de Buenos Aires un sedimento social que nadie habría reconocido. Parecía una invasión de gentes de otro país, hablando otro idioma, vistiendo trajes exóticos, y sin embargo eran parte del pueblo argentino, del pueblo del Himno. (Martinez Estrada Ezequiel, 1956: 31)

15Selon l’auteur, si personne n’avait « reconnu » jusque-là les acteurs de cette « invasion », c’est parce qu’ils constituaient un « sédiment social », un dépôt si insignifiant sur la surface de la société argentine que personne ne pouvait les apercevoir. Les éléments symboliques renvoyant à une identité vernaculaire des migrants internes des années 1940 et 1950 sont assimilés à la figure d’un immigrant, s’habillant différemment et parlant une autre langue. Martinez Estrada exprime la soudaine apparition de ce groupe sur la scène politique et sociale par une contradiction: il s’agit bien d’une partie et d’une « région » du peuple national, mais perçues comme étranges et étrangères, qui semblent venir d’un autre pays. Les acteurs de ce « fantasme de l’invasion » sont décrits par l’auteur comme cette image d’altérité radicale qui, malgré tout, faisait partie de la nation argentine. La figure de l’« autre qui est nous » assimilé à la figure de l’étranger nous semble ici capitale.

16Bien que, durant les années 1990, le qualificatif bolita renvoyait à une identité nationale, c’étaient les traits somatiques, la langue d’origine (ou un accent déterminé de la langue espagnole), les vêtements et le type d’insertion économique renvoyant à une identité indigène qui étaient stigmatisés. L’intensité de la violence symbolique de cette logique discriminatoire correspond au degré de saillance; plus les éléments renvoyant à une identité ethnique sont visibles, plus forte est la discrimination. Voilà la raison pour laquelle la population issue de l’immigration bolivienne à Buenos Aires fut particulièrement stigmatisée. En effet, majoritairement originaire de la région de l’Altiplano, les individus issus de l’immigration bolivienne présentent des traits somatiques plus marqués que les individus provenant par exemple du Paraguay ou du Chili. C’est pour cette raison qu’il était courant que des citoyens argentins portant des marques d’une identité indigène fusent également assimilés à l’immigration limitrophe.

17La xénophobie ethnique surgie durant les années 1990 ne constitue pas un phénomène inédit; au contraire, il s’agit d’une logique sociale qui traversa toute l’histoire de la nation argentine. La peur de l’invasion répond à la perception d’un danger provenant de l’« intérieur ». Les logiques discriminatoires qui en découlent visent, quant à elles, à « extirper » celui-ci en le projetant sur la figure de l’étranger; autrement dit, elles visent à l’effacer en l’excluant de l’ensemble national. Il existe un fil conducteur, une trame invisible qui unissent les deux périodes historiques évoquées dans ce travail. La persistance de la peur collective opérant à travers la figure de l’invasion s’explique par des logiques sociales plus profondes qui la sous-tendent et la déterminent. La figure de l’invasion est fondamentalement liée à l’ « invention » de la nation argentine, et plus précisément aux rapports que celle-ci entretient depuis sa naissance avec la diversité ethnique qui compose sa population.

18Ce fut durant le XIXe siècle que les élites mirent en place des politiques de population afin de bâtir la nation argentine. Le « mythe de l’uniformité » de la population concevant sa population comme blanche et issue de l’immigration outre-Atlantique en fut une des conséquences majeures (Briones, 1998: 55; Briones, 2002: 61-88). Les politiques d’assimilation radicales imposées à l’époque par les différents gouvernements marquèrent une première phase du processus que les spécialistes nomment aujourd’hui l’«effacement ethnique». C’est l’histoire même de l’interaction, de l’acculturation et du métissage résultant du contact entre les cultures vernaculaires et d’origine européenne qui a été effacée de la mémoire collective. Les populations indigènes, métisses et afro-américaines furent conçues comme les « autres internes», incluses dans l’ensemble national, mais en tant que partie refoulée et discriminée.

19C’est bien l’« autre interne », cette partie de la population refoulée et discriminée qui constitue une menace permanente. Les frontières ethniques découlent d’un jeu d’attribution catégorielle au cœur de l’interaction des acteurs. Celles-ci surgissent et disparaissent sans cesse dans un mouvement perpétuel. La présence ou la visibilité de cette partie de la population est donc perçue par les élites et la culture dominante comme une invasion à l’idée même sur laquelle repose la nation depuis le XIXe siècle. Par ailleurs, durant les deux périodes historiques évoquées au cours de ce travail, la peur collective de l’invasion est en rapport avec un mouvement migratoire. Mais qu’il s’agisse de migration interne ou externe, le danger est toujours perçu comme provenant de l’intérieur. Nation, ethnicité et immigration renvoient à des réalités complexes, imbriquées, fondamentalement liées les unes avec les autres. C’est de ce principe générateur de pratiques et de représentations qu’émergea cette peur collective qui structure encore aujourd’hui l’espace social argentin.

Inicio de página

Bibliografía

ALBARRACIN, Julia, « Inmigración en la Argentina moderna: ¿un matrimonio en la salud y en la enfermedad con los europeos? », in DOMENECH, Eduardo (Comp.), Migraciones contemporáneas y diversidad cultural en Argentina, Córdoba, Argentina, éd. Centro de Estudios Avanzados de la Universidad de Córdoba, 2005, p. 19-40.

AVELLANEDA, Andrés, El habla de la ideología: modos de réplica literaria en la Argentina contemporánea, Buenos Aires, éd. Eudeba, 2013, 209 p.

BENENCIA, Roberto, KARASIK, Gabriela, Inmigración limítrofe: los bolivianos en Buenos Aires, Buenos Aires, éd. CEAL, 1996, 127 p.

BORGES, Jorge Luis, BIOY CASARES, Adolfo, Nuevos Cuentos de Bustos Domecq, Buenos Qires, éd. librería de la Ciudad, 1977, 152 p.

BRIONES, Claudia, « (Meta) cultura del Estado-nación y estado de la (Meta) cultura » in Serie Antropológica, vol. 244, Buenos Aires, Departamento de Antropología, 1998, p. 55.

BRIONES, Claudia, « Mestizaje y blanqueamiento como coordenadas de aboriginalidad y nación en Argentina », in RUNA, vol. XXIII, Buenos Aires, Instituto de ciencias antropológicas, 2002, p. 61 - 88.

CORTAZAR Julio, Bestiario, Buenos Aires, éd. Alfaguara, 2011, 82 p.

COURTIS, Corina, La prensa como escenario del debate inmigratorio, Buenos Aires, éd. CELS, documento interno, 2001, 14 p.

GAMERRO, Carlos, « Julio Cortazar, el inventor del peronismo », in KORN, Guillermo (Comp.), El peronismo clásico (1945-1955). Descamisados, gorilas y contreras., Buenos Aires, éd. Paradiso, 2007, p. 312.

GUBER, Rosana, « “El cabecita negra” o las categorías de la investigación etnográfica en la Argentina »,Revista de investigaciones Folklóricas, vol. 14, Buenos Aires, 1999, p. 1-24.

MAGUID, Alicia, « Migrantes limítrofes en Argentina: su inserción e impacto en el mercado de trabajo », Estudios del Trabajo, vol. 10, segundo semestre, ASET, 1995, p. 167-188.

MARTíNEZ ESTRADA, Ezequiel, ¿Qué es esto? Catilinaria, Buenos Aires, éd. Lautaro, 1956, 317 p.

MILANESIO, Natalia, « Peronist and cabecitas. Stereotypes and Anxieties at the peak of social change », in KARUSH, Matthew B., CHAMOSA, Oscar (Comp.), Durham and London, éd. Duke University Press, 2010, p. 53-84.

MOFFATT, Alfredo, Estrategias para sobrevivir en Buenos Aires, Buenos Aires, éd. Editorial Jorge Alvarez, 1967, 144 p.

OTEIZA, Enrique, NOVICK, Susana, ARUJ, Roberto, Inmigración y discriminación. Políticas y discursos, Buenos Aires, éd. Edtior Universitario, 1997, 167 p.

RATIER, Hugo, El cabecita negra, Buenos Aires, éd. Centro Editor de América Latina, 1971, 94 p.

ROZENMACHER, Gernán, Cabecita negra, Buenos Aires, éd. Ediciones de la Flor, 1997, 157 p.

SEBRELI, Juan José, Buenos Aires, vida cotidiana y alienación, Buenos Qires, éd. Siglo veinti, 1965, 191 p.

SVAMPA, Maristella, La sociedad excluyente: la argentina bajo el signo del neoliberalismo, Buenos Aires, éd. Taurus, 2010, 346 p.

URRESTI, Marcelo, « Otredad: las gamas de un contraste » in MARGULIS, Mario, URRESTI, Marcelo (Comp.), La segregación negada, Buenos Aires, éd. Biblos, 1999, p. 245-264.

Inicio de página

Notas

1 Pour une étude approfondie sur l’instrumentalisation de l’épidémie de choléra, cf. Benencia Roberto, Karasik Gabriela, 1996: 127.

2 Vers la fin de l’année 1993 on promulgua le décret n° 2771/93. Celui-ci annonçait des opérations de contrôle sur la situation légale des immigrants et attribuait la possibilité à la Dirección Nacional de Migraciones (DNM) d’effectuer l’expulsion immédiate des étrangers illégaux qui commettraient des délits. Ce décret qui confirmait la politique répressive dirigée contre les immigrants limitrophes représentait la réponse du gouvernement face au nouveau « problème migratoire ». Vers la fin de l’année 1994 on approuva le Nuevo Reglamento de Migraciones (décret n° 1.023/3) qui rendit la politique migratoire encore plus restrictive en exigeant notamment un contrat de travail pour pouvoir résider en Argentine. Cela poussa un important secteur à l’illégalité étant donné les caractéristiques informelles du marché de travail dans lequel il s’insérait.

3 Pour des analyses sur le traitement de la question de l’immigration limitrophe par la presse écrite, cf. Albarracin Julia, 2005: 19-40; Urresti Marcelo, 1999: 245-264; Courtis Corina, 2001: 14.

4 Pour une étude approfondie, cf. Oteiza Enrique, Novick Susana, Aruj Roberto, 1997: 167.

5 Pour une étude qui prouve l’incidence infime de la population d’immigrants limitrophes sur le chômage, cf. Maguid Alicia, 1995: 167-188.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Martin Pablo Otheguy, « Les logiques de la peur : le fantasme de l’invasion en Argentine durant le XXe siècle », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 34 | 2017, Publicado el 20 diciembre 2017, consultado el 21 mayo 2018. URL : http://journals.openedition.org/alhim/5785

Inicio de página

Autor

Martin Pablo Otheguy

Université Aix-Marseille (France)
Docteur en Études Hispaniques et Latino-américaines de l’Université Aix-Marseille. Enseignant au Département d’Espagnol de l’Institut Catholique de Paris. Lecteur de langue au Département d’Espagnol de l’Université de Caen, ATER et Maître de langue au Département d’Espagnol de l’Université de Bretagne Sud. Membre du Centre Aixois d’Études Romanes (CAER).

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals