Navigation – Plan du site

Peurs et aspiration à l’émigration à Miami et à Barcelone des Argentins de la classe moyenne (1999-2003)

Cécile Vermot

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser le rôle qu’a eu la peur dans l’aspiration à l’émigration des « perdants » de la « fête ménémiste ». À quelles représentations est-elle liée dans la mise en récit de leur mobilité ? Quelle a été son rôle dans leur aspiration à l’émigration ? Son expression est-elle liée à l’acte migratoire ? Au statut de migrant ? 52 entretiens semi-directifs avec des migrants argentins qui ont quitté leur pays entre 1999 et 2003 ont été réalisés en espagnol. Trente entretiens ont été réalisés à Miami et 22 entretiens à Barcelone. Les résultats montrent que la peur est mobilisée de trois manières différentes dans le discours des migrants. Elle est liée à un sentiment d’insécurité vis-à-vis de la délinquance en Argentine, à un sentiment de vulnérabilité et d’impuissance vis-à-vis de l’incertitude économique et politique et enfin, au risque de la migration. Prendre en compte la peur du point de vue de la sociologie des émotions permet de contribuer à l’intelligibilité du processus migratoire de ces Argentins de la classe moyenne. Ces peurs sont en effet liées à des représentations propres à cette partie de la classe moyenne dans une perspective de genre1 et durant cette période socio-historique.

Haut de page

Texte intégral

« Il semble que je n'étais pas le seul de la classe moyenne qui ait ces angoisses existentielles. Cette nuit-là, ont émergé de tous les recoins des citoyens déconcertés qui se demandaient pourquoi les choses avaient si mal tourné sans avoir aucune idée de ce qu’il fallait faire pour que cela aille mieux. Avec la colère, avec désespoir, avec peur. Il y eut une trentaine de morts, un président qui s’est envolé littéralement. » (Barros, 2005: 15)

Introduction

  • 2 Corralito est en espagnol le diminutif de corral qui signifie enclos à animaux d’élevage. Ce terme (...)
  • 3 Benedict Anderson définit la nation comme une « communauté imaginée». Elle est imaginée « parce que (...)
  • 4 La référence à la fête ménémiste vient du fait qu’au cours de ses deux mandats Carlos Menem et son (...)

1L’histoire de l’Argentine en tant que nation a été ponctuée de crises politiques, économiques et sociales. La dernière d’entre elles s’est déroulée à la fin du deuxième mandat de Carlos Menem (1989-1999) et a eu pour point culminant le Corralito2 (2001). Elle a entraîné une rupture dans la narration de la « communauté imaginée » 3 et une « chute vertigineuse » d’une partie de la classe moyenne (Minujin et Anguita, 2004). L’identité subjective de la classe moyenne s’imbrique avec le récit de la « communauté imaginée » argentine : l’Argentine est « un pays de classe moyenne », une nation éduquée, moderne et civilisée, c’est-à-dire blanche et européenne (Minujin et Anguita, 2004 ; Adamosky, 2009 ; Seoane, 2004). « Faire partie » de la classe moyenne implique d’avoir un style de vie spécifique : avoir une voiture, certains types de vêtements, une employée domestique, une maison individuelle, etc. Or, dès le début des années 1990, ces « perdants » de la « fête ménémiste »4 n’avaient plus économiquement les moyens d’acquérir ces signes distinctifs qui les démarquaient (ou différenciaient) de la classe populaire. Dans le même temps, les lois garantissant les droits humains, au niveau économique mais aussi au niveau symbolique, ont été réduites (Wortman, 2004: 35). Cette période a représenté une rupture totale avec le passé et a donné une sensation de chaos au peuple argentin, un sentiment d’anomie, de violence, de peur face à l’inconnu. Si certains ont choisi de se révolter, d’autres ont pris l’option de migrer et ce principalement à Miami et à Barcelone. Dans les études migratoires, la peur est surtout prise en compte chez la population accueillante. Elle est peu étudiée chez les migrants dans la perspective de la sociologie des émotions. Cet article se propose d’analyser l’expression de la peur dans le discours des Argentins qui ont émigré à Miami et à Barcelone entre la fin de la présidence de Carlos Memen et le début de la présidence de Nestor Kirchner (1999-2003). À quelles représentations est-elle liée dans la mise en récit de leur mobilité ? Quelle a été son rôle dans leur aspiration à l’émigration ? Son expression est-elle liée à l’acte migratoire ? Au statut de migrant? En sociologie des émotions, la peur, comme toutes les émotions, est définie comme une construction sociale. Elle est une « production de sens » collectif ou individuel (Jodelet, 2011) dont les objets, les mots et les expressions utilisés pour la décrire, varient selon les contextes historiques et sociaux (Delumeau, 1978; Elias, 1990; Furedi, 2006). Dans nos sociétés contemporaines, la peur est jugée comme une émotion centrale. Utilisée à des fins politiques et véhiculée par les médias, elle permet un contrôle social. Cette « culture de la peur » a modifié les sensibilités collectives alors que les personnes doivent faire face à de nouvelles situations de risques, d’insécurité et d’incertitudes. Par ailleurs, des idiomes non spécifiques sont utilisés pour exprimer « la peur »: peur, angoisse, terreur, crainte, appréhension, etc. (Tudor, 2003; Furedi, 2007; Le Breton, 2012). Nous analyserons spécifiquement ce que représentent l’insécurité, l’incertitude et le risque pour les migrants de la classe moyenne argentine à Miami et à Barcelone en prenant en compte l’expression de la peur dans un prisme élargi. Il s’agira donc ici de déterminer si ces trois situations font parties de leur expérience migratoire et quels idiomes est utilisé par les enquêtés lorsqu’ils se référent à ces situations. Cet article revient en premier lieu sur les dix ans de présidence de Carlos Menem qui a entrainé, entre autre, la migration de certains Argentins de la classe moyenne à Miami et à Barcelone. Il aborde ensuite la méthodologie utilisée pour cette recherche. Pour terminer, il présente les différentes modalités d’expression de la peur dans le discours des Argentins afin de comprendre comment celle-ci s’articule avec leur expérience migratoire.

Les conséquences de la décade ménémiste

2L’application d’une gestion autocratique par le gouvernement néoconservateur et néolibéral de Carlos Menem a transformé l’Argentine au niveau social, économique et politique. Par ailleurs, l’alliance du pouvoir législatif et exécutif lui a permis de contrôler toutes les instances du pouvoir (Bonnet, 2007: 256). Vers la fin de son deuxième mandat (1995-1999), l’Argentine, comme d’autres pays du continent latino-américain fut touchée par la crise asiatique (1998). La vie sociale fut alors rythmée par des mouvements de protestations sociales de la classe populaire tels que les cacerolazos (concerts de casseroles), les piqueteros, les apagos de luces (éteindre les lumières). C’est à cette période que des pratiques jusque-là inconnues pour les Argentins, tels que des enlèvements de courte durée contre une rançon, souvent minimes mais se soldant aussi parfois par un assassinat (secuestro express), ont commencé à faire leur apparition.

  • 5 L’équivalence entre le peso argentin et le dollar américain avait en effet pendant presque dix ans (...)

3En 2001, le ministre de l’économie Domingo Cavallo a mis en place le corralito qui a entraîné l’évasion massive des devises. La fuite des dépôts a été d’environ 19000 millions de dollars durant l’année 2001 dont 5 millions seulement pour le mois de novembre (Bonnet, 2007: 319). Cette course aux liquidités, a poussé le gouvernement à limiter le retrait en banque à 250 dollars par semaine, c’est-à-dire 1000 dollars par mois. Le corralito était prévu pour durer 90 jours mais il est resté en vigueur une année. Cette mesure a affecté surtout les commerçants et les travailleurs informels mais aussi une grande partie de la classe moyenne. En effet, les petits épargnants ont été touchés de plein fouet quand l’État a décidé de geler les dépôts bancaires. Plus d’un million de petits épargnants ont perdu leur économie alors que le Fond Monétaire International a refusé d’éliminer une partie de la dette. 19% de la population étaient au chômage. Un Argentin sur dix s’est retrouvé sans pension de retraite ou sans couverture de santé. Les hôpitaux n’étaient plus financés et les écarts entre les riches et les pauvres ne firent que se creuser. Le corralito et la fin de la loi de convertibilité ont entrainé la panique chez les petits épargnants et la chute du gouvernement de Fernando de la Rua (1999-2001). Cette chute symbolique de l’Argentine en tant que nation5 provoqua une angoisse du futur vis-à-vis de laquelle certains Argentins ont choisi de se révolter alors que d’autres ont choisi de prendre le chemin de l’aéroport international d’Ezeiza avec un billet pour les États-Unis ou l’Espagne.

L’émigration des Argentins

4Selon le Bureau du recensement des États-Unis, en l’an 2000, le nombre de personnes nées en Argentine recensées sur le territoire américain était de 100 864 et en 2005 de 185 618. Selon le bureau national de statistiques espagnol, l’immigration argentine fut jusqu'à la crise de 2001, une immigration modérée mais elle augmenta considérablement durant la période du corralito. Ainsi en 1999, 60020 personnes nées en Argentine étaient recensées sur le territoire espagnol ; dont 40767 avec la nationalité espagnole. En l’an 2001, elles étaient 84872 dont 47247 avec la nationalité espagnole et en 2005, elles étaient 260887 dont 75010 avec la nationalité espagnole.

  • 6 Site internet du Bureau du recensement des États-Unis (<https://www.census.gov/>) et Instituto Naci (...)

5Au sein de ces deux pays, les Argentins se sont installés dans des régions spécifiques. En effet, aux États-Unis, en 2006, 60 % des Argentins vivaient seulement dans trois États : la Floride (52682), la Californie (33529) et New-York (22869). En 2007, en Espagne, les Argentins nés en Argentine se concentraient au sein de la communauté autonome de Catalogne et de la communauté de Madrid avec respectivement 47364 et 31181 Argentins. En Floride, le nombre d’Argentins passa de 22881 en 2000 à 52682 en 2005. En Catalogne, le nombre d’Argentins passa de 12651 en 1999 à 50870 en 2005. Au sein de ces deux communautés, les Argentins semblent s’être regroupés dans les deux villes les plus peuplées que sont Miami et Barcelone. Deux villes qui par ailleurs sont côtières, où l’économie du tourisme est importante et où deux langues coexistent6.

Méthodologie

6L’objectif de cette recherche était de comprendre l'interconnexion entre la peur, les représentations et les actions durant le processus migratoire. J’ai donc privilégié le recueil des données par l’utilisation de la méthodologie qualitative. Les entretiens m’ont en effet permis d’être au plus près des états cognitifs des participants. 52 entretiens semi-directifs avec des migrants argentins qui ont quitté leur pays entre 1999 et 2003 ont été réalisés en espagnol. Trente entretiens ont été menés à Miami (18 femmes, 12 hommes) en 2008. 22 entretiens ont été menés à Barcelone (10 femmes et 12 hommes) en 2011. Il existe une certaine homogénéité entre Miami et Barcelone dans la répartition des sexes, de la tranche d’âge (25-45 ans) et aussi en termes de classe sociale. En effet, ils faisaient tous partie de la classe moyenne en Argentine. Néanmoins, ils ne faisaient pas partie du même groupe socio-professionnel. Avant leur migration, à Miami, la majorité des enquêtés faisait partie de la catégorie des entrepreneurs et des cadres mais n'appartenaient pas au même groupe socio-professionnel. À Barcelone, la plupart d’entre eux avaient une profession libérale. En ce qui concerne le statut de migrant, la grande majorité d’entre eux avait un statut légal, que ce soit à Miami ou à Barcelone. Tous venaient de grandes villes d'Argentine. , une majorité d'entre eux venait de la capitale Buenos Aires et de sa région qui concentrent près de la moitié de la population argentine. Les personnes qui ont participé à cette enquête ont été contactées de différentes manières : 1) par le biais d’une annonce déposée dans le journal argentin de la ville de Miami, 2) en rencontrant des personnes dans les commerces argentins, 3) par réseaux d’interconnaissances.

7Les questions du guide d’entretien étaient générales et ouvertes et étaient divisées en quatorze sous-thèmes qui m’ont permis d’appréhender différentes thématiques et de prendre en compte les différentes étapes de la migration. Je n’ai dit à aucun de mes enquêtés que je travaillais sur la peur afin de saisir leur discours émotionnel et non pas leur discours sur les émotions. Cette perspective m’a ainsi permis de minimiser la « rhétorique de contrôle » (Rosaldo, 1987), c’est-à-dire que les enquêtés me disent avoir ressenti de la peur dont j’aurais pu parler durant les entretiens alors que ce n’était pas le cas. Dans cette perspective, il est également possible qu’ils aient ressenti de la peur mais non exprimée au cours des entretiens. Par ailleurs, En me basant principalement sur les entretiens et non sur une observation à vif du processus migratoire, j’ai dû tenir compte du fait que la peur exprimée était le résultat d’une reconstruction mémorielle. En effet, dans ces conditions, elles se basaient sur des souvenirs qui sont comme le rappelle Anne Muxel des fictions vraies  (2007).

  • 7 Dans une perspective linguistique, la pragmatique est un domaine dans lequel sont étudiés les rappo (...)

8J’ai analysé la peur exprimée par les personnes durant les entretiens en codifiant les entretiens dans Excel. L’utilisation d’Excel m’a permis de faire des comparaisons automatisées, par thématique ou par recherche de mot-émotion spécifique et ainsi de limiter les biais interprétatifs que peut entrainer un simple regroupement des lectures des entretiens retranscrits. J’ai pu ainsi codifier la peur à travers différents mots-émotions: peur (miedo), insécurité (inseguridad), courage (valor), défis (desafio), encouragement (ánimo), angoisse (angustia), incertitude (incertidumbre), instable (inestable). Cette recherche ne s’est pourtant pas limitée à une recherche des mots-émotions. Certes, le discours humain a un effet pragmatique7, c’est-à-dire que les individus peuvent utiliser des termes vagues pour décrire les émotions. J’ai donc également cherché les expressions, des formules et des groupes de mots qui pouvaient exprimer la peur. Enfin, je n’ai pas cherché à prendre en compte une différence d’intensité entre les mots-émotions utilisés pour énoncer la peur. L’objectif était plutôt de prendre en compte les peurs exprimées et de rendre compte de son mécanisme de fonctionnement social au cours de l’expérience migratoire.

Résultats

L’insécurité en Argentine

9Durant les entretiens, les enquêtés lient leur aspiration à l’émigration avec la peur d’être victime d’un acte de délinquance en Argentine. Dans leurs représentations, ces actes de violence ne touchent pas l’ensemble de la population argentine mais spécifiquement la classe moyenne dont ils font partie. Ce sont en effet les signes distinctifs d’une certaine réussite économique qui font qu’ils sont, selon eux, des cibles potentielles :

J’ai commencé à avoir peur. Beaucoup d’amis à moi ont été attaqué ou séquestré. J’ai commencé à avoir peur. Ce n’était pas des gens avec beaucoup d’argent. Normal. Et j’ai commencé à avoir peur, le nombre d’amis….J’ai une amie, arrêtée au feu rouge et quelqu’un est venu et lui a volé sa montre. Comme ça, à l’arrêt au feu rouge devant ses enfants.  (Reg. 1417. Femme, Miami)

Il y a beaucoup de vols (en Argentine), d’agression et… il y a peu de temps, j’avais entendu qu’il y avait beaucoup d’enlèvements. Il n’y a plus de sécurité. Si quelqu’un vit dans une belle maison c’est un signal que cela va bien pour toi, alors ils peuvent te suivre, entrer dans ta maison et te prendre tout ce que tu as. T’attaquer je veux dire. (Reg. 1168. Femme, Miami)

  • 8 Les countries, qui existaient depuis les années 30, enfermaient dans des bulles de sécurité 1400 fa (...)

10Dans les situations de risques, les personnes expriment de la peur vis-à-vis d’un danger qui est susceptible de se produire (Beck, 2001: 37). Dans ce cas, elles peuvent identifier le ou les dangers et peuvent comparer diverses options, divers états du monde possibles pour prendre une décision (fuite, attaque). Dans les situations de risques, les personnes sont en état d’alerte épisodique. Dans les situations d’incertitude, au contraire, les personnes sentent ou pensent qu’il y a un danger mais ne peuvent pas véritablement l’identifier. Elles sont alors prises dans un processus de décision itérative et sont en état d'alerte permanente (Delumeau, 1978; Callon, Lascoumes, Barthe, 2001; Salazar, Salazar Pérez, Nievas, 2010). Les situations d’incertitude sont ainsi propices à l’angoisse. Comme le montrent les extraits d’entretiens ci-dessus, les individus se sentaient à la fois en situation de risque et d’incertitude. ‘Ils’, le danger, représentent pour les enquêtés, les personnes de classe sociale inférieure avec lesquelles ils peuvent être de plus en plus identifié économiquement. Par ailleurs, les actes de délinquances à leur égard pouvaient se produire à n’importe quel moment, à n’importe quel endroit. Par exemple ici, la maison et la voiture. De plus, la sensation d’insécurité, et de vulnérabilité, fut décuplée car les attaques pouvaient se produire vis-à-vis de leurs biens et aussi vis-à-vis de leur intégrité physique vitale : « En Argentine, ils ne te volent pas ton téléphone portable. En Argentine, ils te tuent pour te voler ton téléphone portable. » (Reg. 2422. Femme. Miami). Enfin, la vulnérabilité exprimée par les enquêtés a été renforcée par le fait que les « gagnants » de la « fête ménémiste » se sont protégés en allant vivre dans des quartiers fermés et sécurisés qui se sont multipliés à cette époque. S’installer dans un « country club » leur a permis symboliquement de montrer leur réussite sociale, de se différencier des « perdants » et aussi de se protéger contre de possibles attaques8.

  • 9 Entre 1990 et 2001, les chiffres des délits dénoncés augmentèrent de 115% et de 224% dans la ville (...)

11Néanmoins, ce sentiment d’insécurité semble être plus subjectif qu'objectif. En effet, lorsque je demandais aux enquêtés s’ils avaient été eux-mêmes victimes d’un acte de délinquance, seuls trois m’ont répondu par l’affirmative. Cette disjonction entre insécurité objective et subjective se retrouve également au niveau national9. L’insécurité subjective s’est progressivement installée dans la société argentine via la transmission du sentiment de peur à travers le discours politique et les médias. Au cours des deux présidences de Carlos Menem, l’insécurité était devenue un problème national face auquel son gouvernement proposa un programme de tolérance zéro (Rangugni, 2010). Ce système répressif n’a pourtant pas permis pas aux enquêtés de se sentir en sécurité puisque ces derniers ont exprimé également de la peur vis-à-vis des violences policières durant les entretiens. En effet, durant cette période, il y a eu une augmentation des effectifs des policiers, de personnes emprisonnées et également du nombre de décès dus aux violences policières (Bonnet 2007: 303; Rangugni, 2010).

  • 10 Les enquêtés, qui n’ont pas participé aux manifestations, exprimèrent un sentiment de peur lorsqu’i (...)

12Cette situation trouva son paroxysme lors du corralito. Les images des manifestants attaquant les édifices publics choquèrent une partie de l’opinion publique, tandis que l’état de siège décrété par le gouvernement fut un rappel de la période de la dictature. Ces manifestations qui exprimaient l’indignation et la frustration de certains Argentins furent, dans la plupart des cas, qualifiées d'irrationnelles, voire de purs vandalismes par La Nación ou encore Clarín (Artese, 2011). La colère exprimée par une partie de la population argentine face aux injustices fut invalidée par le pouvoir qui la décrivit comme une colère injustifiée (irrationnelle et donc incontrôlable). Les descriptions de la situation dans les médias favorisèrent l’image d’une recrudescence de la délinquance en Argentine. Certains Argentins avaient ainsi la sensation que l’Argentine s’était, en quelques années, transformée en un pays dangereux et violent. C’est ce qu’exprimèrent également les enquêtés10. La permanence de cette situation a entraîné une angoisse diffuse caractéristique des « cultures de la peur ». Comme nous allons le voir maintenant, à la peur et à l’angoisse vis-à-vis de la délinquance, s’est rajoutée l’anxiété vis-à-vis de l’insécurité économique et politique.

L’incertitude économique et politique en Argentine

  • 11 Les personnes qui ont un travail précaire ne touchent pas d’aide sociale.

13Dans les années 90, les Argentins ont dû faire face à deux phénomènes nouveaux : l’augmentation du travail précaire11 et l’augmentation du chômage. Le chômage passa de 7,6% en 1991 à 15,4% en 2001 et toucha particulièrement les personnes à faible qualification et les personnes qui travaillaient dans les services et l’industrie. Les personnes qui ont pu garder leur emploi ont quant à elles dû affronter de nouveaux contrats de travail temporaire mis en place dès 1991. L’écart de revenus entre les pauvres et les riches se fit quant à lui abyssale. En 1974, à Buenos Aires et sa banlieue 10% des plus riches avaient un revenu 12,3% plus important que les 10% plus pauvres. En 1989, la brèche avait augmenté de 23,1 fois (Adamosky, 2009: 424). En 2001, année de la crise, les plus riches gagnaient 33,6 fois ce que gagnaient 10% des moins fortunés. Les dix ans de gouvernement de Carlos Menem ont ainsi totalement changé la pyramide sociale en affectant principalement une tranche spécifique de la classe moyenne. Ceux qui perdirent le plus ont été « la classe moyenne autonome », c’est-à-dire les petits industriels et commerçants, les employés administratifs et les vendeurs (Seoane, 2004), ceux-là même qui ont migré à Miami et à Barcelone. Vis-à-vis de ce déclassement social, les enquêtés expriment une impuissance :

Il y a beaucoup de différences entre les classes sociales. C’est impressionnant. C’est moche, c’est un peu triste. Et il y a des moments où cela t’angoisse tellement. Parce que tu ne peux pas, tu sens que tu ne peux pas. Tu ne peux rien faire. (Reg. 3254. Femme, Barcelone)

14La situation économique, sociale et politique ne leur a pas permis d’entrevoir des solutions. Ils n’avaient aucune « prise » sur leur « chute vertigineuse ». Ils ont ainsi été pris dans la logique de l’irréversible, celle-là même qui a tendance à fermer « l’angle des futurs » (Chateauraynaud et Debaz, 2017: 172). En effet, « la construction narrative du futur » s’effectue via la récurrence de deux mouvements. Le premier mouvement opère une référence au passé qui poursuit sa course dans le futur. Le second mouvement s’effectue via un futur immédiat (Chateauraynaud et Debaz, 2017: 172). Dans les deux cas, les enquêtés ont une vision déterministe. De l’Argentine « il n’y a rien de nouveau à espérer » (Reg. 952. Femme, Miami). Quant à l’histoire de l’Argentine, elle est vécue comme un « cercle vicieux ». Les personnes se comparent aux générations antérieures qui ont connu des injustices et qui n’ont jamais obtenu de réparation. Pour l’un, la fermeture de l’entreprise familiale à la fin de la décade ménémiste a entrainé le décès de son père, pour l’autre les économies que sa grand-mère a faites toute sa vie ont « disparu de son compte en banque ». En se comparant à ces situations d’injustices, les enquêtés visualisent leur propre futur :

L'Argentine est un pays qui m'a déçue, en vérité. C’est que j'ai entendu mon grand-père se plaindre, mes parents se plaindre et je me suis dit, si toutes les générations se plaignent, qu’est-ce que je fais là. Je m’en vais dans un autre pays. (Reg. 1095. Femme, Miami)

15Dans leur discours, ils ne s’arrêtent pas à une comparaison des injustices économiques qui se sont succédé sur des générations. Ils font également des comparaisons avec un système dictatorial. Certains enquêtés ont eu cette sensation et expriment une incertitude quant au devenir du régime démocratique en Argentine. Cette rhétorique pessimiste des Argentins vis-à-vis de l’Argentine n’est pas nouvelle. Néanmoins, une sensibilité spécifique liant le domaine biographique et le domaine politique semble avoir eu lieu durant cette période. En effet, l’instrumentation de la peur, son invocation et ses usages politiques ne sont plus seulement l’apanage des régimes de terreur. Elles sont également le fait des régimes démocratiques (Crépon, 2008). Durant cette période, certains Argentins ont pu avoir le sentiment que « quelque chose » n’allait pas sans pour autant avoir les moyens de pouvoir identifier clairement le danger potentiel. La fin du gouvernement de Carlos Menem a donc été le moment historique où se sont rejoints la peur vis-à-vis de leur chute économique et la peur vis-à-vis de la dictature politique. Néanmoins, vis-à-vis de l’insécurité économique et politique, les enquêtés expriment plus de l’angoisse que de la peur. Cela est dû à l’annihilation de leur capacité d’agir et à la résurgence de la dictature dont les représentations se sont transmises de génération en génération. Prendre le risque de migrer fut alors envisagé comme une issue soutenable par rapport à l’état d’insécurité et d’incertitude qu’ils ont vécu en Argentine.

Le risque de la migration

16L’acte de migrer fut un acte d’espoir, une manière de contrer le destin sombre auquel les enquêtés se sentaient voués. Cependant, en creux, le récit de leur mobilité est empreint d’un sentiment de peur et ce, de manière différenciée entre les hommes et les femmes. Durant les entretiens, la migration est décrite par les hommes comme par les femmes comme une initiative masculine « courageuse » puisque ce sont ces derniers qui ont bravé « la peur de l’inconnu » (Vermot, 2014: 2015). Ce courage est par ailleurs valorisé socialement par les amis ou la famille comme l’explique ici Alejandro :

Lorsque j’ai pris la décision de migrer, les amis me félicitaient parce qu’ils me disaient que j’avais eu le courage de faire ça. A l’époque, je le voyais comme un défi personnel. Je ne voyais pas vraiment les risques. (Reg. 2713. Homme, Barcelone)

  • 12 Le concept de transnationalisme est utilisé afin de mettre en avant le processus par lequel les mig (...)

17Les femmes quant à elles expriment deux peurs différentes. La première est liée à l’expression de la culpabilité vis-à-vis de la transformation de leur famille à un niveau transnational12, dont elles se sentent responsables. En effet, à travers la culpabilité, elles expriment la peur de la perte de l’amour de leur famille restée en Argentine. Par ailleurs, elles expriment, contrairement aux hommes, de la peur vis-à-vis de cet ‘inconnu’ :

J’étais déjà venu en vacances (à Miami) mais seulement trois ou quatre jours. La ville m’avait beaucoup plu. La ville m’a plu mais en réalité j’avais peur à l’idée de venir. Comment ça allait se passer ? Je pourrais travailler ? Jusqu’à ce que mon mari ait son travail…Parce que c’est une chose de venir en vacances mais c’est une autre de venir vivre. En vérité, j’avais vraiment, vraiment peur. Et la langue, une nouvelle langue car je ne savais pas parler anglais. (Reg. 1103. Femme, Miami)

18La « performance des genres » se fait à travers le langage, les actions mais aussi les émotions (Butler, 1990; Shields, 2002). L’expression de la peur vis-à-vis de l’acte migratoire permet ici aux enquêtés de se conformer aux normes sociales en ce qui concerne leur identification aux rôles des genres. Par ailleurs, la migration permet aux hommes de retrouver leur statut de pourvoyeurs économiques. En effet, en Argentine, la crise économique a atténué la différence de la place des femmes et des hommes sur le marché du travail par une augmentation du taux de chômage et par l’insécurité du travail plus importante chez ces derniers alors que les Argentins avaient pour référence un marché du travail à peu près stable où l’homme en tant que « chef de famille » pourvoyait aux besoins économiques du foyer (Barrancos, 2010; Bayon, 2002). Avant la crise, ils étaient bien rémunérés et avaient une possibilité d’évolution sociale mais durant la crise, leur statut a baissé et ils ont dû affronter de nouvelles conditions salariales qui se sont rapprochées de celles des hommes de la classe populaire. À la différence des hommes, l’alternative économique pour les femmes de la classe moyenne fut de trouver un emploi à temps partiel ou d’exercer un emploi au sein du foyer afin de rendre compatibles le travail productif et le travail reproductif (Loscocco et Spitze, 2007).

  • 13 Sudaca est un terme péjoratif pour dire qu’une personne vient de l’Amérique du Sud.
  • 14 Cette colère vient de l’opposition entre leurs attentes et la réalité qu’ils vivent. Elle est l’exp (...)
  • 15 L’amour s’entend ici non pas comme l’amour romantique, ni l’amour érotique, mais comme les liens af (...)

19En ce qui concerne le statut de migrant, les hommes et les femmes, que ce soit à Miami et à Barcelone, n’ont pas exprimé de peur durant les entretiens. En effet les Argentins à Miami ont exprimé de la fierté d’être des migrants latinos. Comme ils l’énoncent dans les entretiens, ils ont voulu spécifiquement migrer à Miami pour sa communauté latina et pour vivre le « rêve américain ». Les Argentins qui ont émigré à Barcelone ont, quant à eux, tous réintégré la nationalité espagnole. Néanmoins, à Barcelone, ils sont identifiés comme des sudacas13. A l’inverse de la catégorie latino, la catégorie de sudaca n’est pas administrative. Cette appellation récente est particulièrement péjorative. Ainsi, certains Argentins à Barcelone acceptent plus ou moins bien la filiation en tant que sudaca. En étant associés aux autres migrants venus d’Amérique latine, les migrants argentins se voient dénier leur origine européenne et leurs aspirations à vivre à Barcelone comme descendants européens. Face à cette désignation, ils expriment de la colère14. Les Argentins à Miami ont également exprimé le fait qu’ils se sentaient plus protégés aux États-Unis qu’en Argentine même lorsqu’ils n’avaient pas de statut légal. Ce sentiment de protection est à mettre en parallèle avec le fait que l’État-providence argentin n’a pas pu garantir leurs droits en tant que citoyens argentins en Argentine. Ils ont vécu un déni de reconnaissance, c’est-à-dire du mépris, de la part des politiciens argentins (dans le discours et dans les actes). La reconnaissance se déploie dans trois sphères: l’amour, la solidarité sociale et le droit15. La fragilisation, voir la perte, de ces trois sphères de la reconnaissance sont a rapprocher de la « culture de la peur » qui a entrainé l’émigration des Argentins à Miami et à Barcelone.

Conclusion

20Cet article montre que l’expérience migratoire des enquêtés est liée à une situation d’insécurité et d’incertitude vécue en Argentine vis-à-vis de laquelle les enquêtés expriment de la peur et de l’angoisse. Durant la décade ménémiste, les Argentins se sont retrouvés dans des situations d’insécurité, de risque et d’incertitude, et ce dans différents domaines. Ils se sont sentis menacés dans leur intégrité physique, au niveau économique et ont eu peur de l’instauration d’une dictature au niveau politique. Cette culture de la peur les a empêchés de se projeter dans le futur. L’acte migratoire fut ainsi pour eux un acte d’espoir, une aspiration à vivre le « rêve américain » (Miami) ou sur la « terre de leurs ancêtres » (Barcelone). Deuxièmement, la prise en compte de la « performance des genres » a permis de mettre en exergue l’expression différenciée de la peur entre les femmes et les hommes en ce qui concerne l’acte de migrer : les hommes sont courageux d’aller vers l’inconnu, les femmes quant à elles expriment de la peur vis-à-vis de ce même inconnu. Par ailleurs, les femmes expriment de la culpabilité vis-à-vis de la migration, c’est-à-dire la peur de la perte d’amour de leurs proches laissés en Argentine. Enfin, les enquêtés n’expriment pas de peur, durant les entretiens, vis-à-vis de leur statut de migrant, qu’ils soient des migrants légaux ou des migrants illégaux. En prenant en compte « les peurs » d’un point de vue sociologique, cet article permet de contribuer à l’intelligibilité du processus migratoire des Argentins de la classe moyenne entre la fin du gouvernement de Carlos Menen et le début du gouvernement de Nestor Kirchner. Néanmoins, des recherches comparatives seraient ici nécessaires afin de savoir si la prise en compte de la peur vis-à-vis de l’insécurité, de l’incertitude et du risque nous permettrait 1) de faire une distinction entre différents types de migrants et 2) de comprendre la construction narrative du futur à travers l’expérience migratoire.

Haut de page

Bibliographie

ADAMOSKY, Ezequiel, Historia de la classe media argentina. Apogeo y decadencia de una ilusion, 1919-2003, Buenos Aires, Argentina, Planeta, 2009, 544 p.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national: réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, Éditions La Découverte, 1983, 212 p.

ARTESE, Matias. “La protesta social y sus representaciones en la prensa argentina entre 1996 y 2002”, Perfiles Latinoamericanos, n°38, FLACSO, México, Año 19, Julio-Diciembre 2011.

BARROS, Rodolfo, Fuimos: Aventuras y Desventuras de la Clase Media, Madrid, Aguilar, 2005, 226 p.

BARRANCOS, Dora, Mujeres en la sociedad argentina. Una historia de cinco siglo, Buenos Aires, Sudamericana, 2010, 352 p.

BAYON, Maria Cristina, Coping with job insecurity: the experience of unemployment in contemporary Argentina, Thèse de doctorat, University of Texas, Austin, 2002, 317 p.

BECK, Ulrich, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001, 521 p.

BONNET, Alberto, La Hegemonía Menemista: El Neoconservadurismo En Argentina, 1989-2001, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2007, 438 p.

BUTLER, Judith, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, London, Psychology Press, 1990, 256 p.

CALLON, Michel, LASCOUMES, Pierre, BARTHE, Yannick, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (collection « La couleur des idées »), 2001, 358 p.

CHATEAURAYNAUD, Francis, DEBAZ, Josquin, Aux bords de l'irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris, Editions Petra Pragmatismes, 2017, 648 p.

CREPON, Marc, La culture de la peur. Démocratie, identité, sécurité, Paris, Editions Galilée, 2008, 136 p.

DELUMEAU, Jean, La peur en Occident (XIVe-XVIIe siècles) Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978, 486 p.

FUREDI, Franck, « The only thing we have to fear is the ‘culture of fear’ itself », Spiked, London, 2007, <http://www.spiked-online.com/newsite/article/3053#.Ui4VbRbbWQs > (dernière consultation 1/10/2017)

FUREDI, Franck, Culture of fear revisited, London, Bloomsbury Academic, 2006, 236 p.

GLICK SCHILLER, Nina, BASCH, Linda, SZANTON-BLANC, Cristina, « Transnationalism: A New Analytic Framework for Understanding Migration», Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 645, 1992, pp 1-24

HONNETH, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Gallimard, Collection Folio Essais, 1992, 347 p.

HONNETH, Axel, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La découverte poche, 2006, 349 p.

JODELET, Denise, « Dynamiques sociales et formes de la peur », Nouvelle revue de psychosociologie, Toulouse, Ed. ERES, vol. 12, n° 2, 2011, pp. 239-256.

LE BRETON, David, Sociologie du risque, Que sais-je ? Collection 128, Paris, Presse Universitaire de France, 2012, 128 p.

LOSCOCCO, Karyn, SPITZE, Glenna, « Gender Patterns in Provider Role Attitudes and Behavior », Journal of Family Issues, University of Florida, USA, vol. 28/7, juillet 2007, p. 934 ‑954

MINUJIN, Alberto, ANGUITA, Eduardo, La clase media: seducida y abandonada, Barcelona, Edhasa, 2004, 340 p.

MUXEL, Anne, Individu et mémoire familiale, Paris, Hachette Littératures, 2007, 226 p.

NORBERT, Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Agora, coll. Pocket, Paris, 1990, 320 p

RANGUGNI, Victoria, « El problema de la in/seguridad en el marco del neoliberalismo », in El costo social del ajuste (Argentina 1976-2002), Buenos Aires, Edhasa, 2010, vol. 2, p. 301‑335.

SALAZAR, Melisa, Arquitectura política del miedo, Buenos Aires, Elaleph.com, 2010, 301 p.

ROSALDO, Renato, « Where the Objectivity Lies : The Rethoric of Antropology », The Rethoric of the Human Sciences. Language and Argument in Scholarship and Public Affairs, The University of Winsconsin Press, 1987, p. 87-111.

SEOANE, María, Argentina: El siglo del progreso y la oscuridad (1900-2003), Barcelona, Critica, 2004, 220 p.

SHIELDS, Stephanie, Speaking from the Heart: Gender and the Social Meaning of Emotion (Studies in Emotion and Social Interaction), Cambridge University Press, 2002, 230 p.

TUDOR, Andrew, « A (macro) sociology of fear? », Sociological Review, London, vol. 51 Issue 2, 2003, p. 238-254.

VERMOT, Cécile, « Guilt: A gendered bond within the transnational family », Emotion, Space and Society, 2015, Elsevier, vol. 16, p. 138-146, <http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S175545861500016X>

VERMOT, Cécile, « Capturer une émotion qui ne s’énonce pas », Terrains/Théories, 2|2015, mis en ligne le 23 octobre 2014, <http://teth.revues.org/224 ; DOI : 10.4000/teth.224>, consulté le 21 septembre 2017

WORTMAN, Ana, Construcción imaginaria de la desigualdad social, Buenos Aires, Consejo latinoamericano de Ciencias Sociales, 2007, 232 p.

Haut de page

Notes

1 Le sexologue John Money utilisa pour la première fois le concept de rôle de genre en 1955 afin de rendre compte de l’identification féminine et/ou masculine des personnes au-delà de leur sexe biologique. Le concept de genre permet donc de différencier la construction des subjectivités masculines et féminines lors des processus de socialisation qui sont spécifiques à une culture et un temps historique donné.

2 Corralito est en espagnol le diminutif de corral qui signifie enclos à animaux d’élevage. Ce terme fut utilisé pour la première fois pour définir la situation argentine par le journaliste économiste Antonio Laje dans une colonne qu’il avait rédigée dans le programme Daniel Hadad (Daniel Hadad, « Antonio Laje: « Yo no inventé el 'dolar futuro' pero bauticé al 'corralito' », Hombres (y mujeres) de radio, 28/02/2005, <http://hombresderadio.blogspot.fr/2008/03/antonio-laje-yo-no-invent-el-dolar.html >.

3 Benedict Anderson définit la nation comme une « communauté imaginée». Elle est imaginée « parce que même les membres de la plus petite des nations ne connaîtront jamais la plupart de leurs concitoyens » mais aussi parce que « la nation est toujours conçue comme une amitié profonde et horizontale » (Anderson, 1983 : 19 et 21).

4 La référence à la fête ménémiste vient du fait qu’au cours de ses deux mandats Carlos Menem et son gouvernement apparaissaient régulièrement dans les médias en étalant des biens luxueux ou au cours de soirées arrosées en compagnie de célébrités.

5 L’équivalence entre le peso argentin et le dollar américain avait en effet pendant presque dix ans représentés une fierté nationale en symbolisant le fait que l’Argentine était un pays comparable aux États-Unis d’Amérique et par extension à l’Europe (Minujin et Anguita, 2004: 36).

6 Site internet du Bureau du recensement des États-Unis (<https://www.census.gov/>) et Instituto Nacional de Estadística (INE) (<http://www.ine.es/>).

7 Dans une perspective linguistique, la pragmatique est un domaine dans lequel sont étudiés les rapports de la langue et de son usage.

8 Les countries, qui existaient depuis les années 30, enfermaient dans des bulles de sécurité 1400 familles à Buenos Aires en 1994. Ce chiffre grandit à 13 500 en 2000 à Buenos Aires et dans tout le pays 150000 en 2003 (Seoane, 2004: 12).

9 Entre 1990 et 2001, les chiffres des délits dénoncés augmentèrent de 115% et de 224% dans la ville de Buenos Aires. Pour ce qui concerne les homicides, ceux-ci ont diminué entre 1998 et 2001. II était à 9,02% en 1997 et sont passés à 7% en 2001 pour ensuite revenir à leur niveau initial (8, 41%) (Rangugni, 2010).

10 Les enquêtés, qui n’ont pas participé aux manifestations, exprimèrent un sentiment de peur lorsqu’ils relatèrent ces événements.

11 Les personnes qui ont un travail précaire ne touchent pas d’aide sociale.

12 Le concept de transnationalisme est utilisé afin de mettre en avant le processus par lequel les migrants développent et entretiennent des relations multiples qui lient ensemble leurs sociétés d’origine et d’installation (Glick Schiller, 1992). Ce concept permet de rendre compte de la fluidité du processus migratoire, des relations qui s’établissent entre les pays d’origine et les pays de migration et des relations familiales que gardent les personnes par-delà les frontières nationales.

13 Sudaca est un terme péjoratif pour dire qu’une personne vient de l’Amérique du Sud.

14 Cette colère vient de l’opposition entre leurs attentes et la réalité qu’ils vivent. Elle est l’expression de leur rejet de cette identification péjorative. De plus, ils pensaient retourner à leurs origines européennes, alors que dans la réalité, c’est leur identité de personne venant d’Amérique latine qu’on leur oppose. La colère découle ainsi de la contradiction entre leur auto-identification argentino-européenne « blanche » et l’hétéro-identification comme sudaca.

15 L’amour s’entend ici non pas comme l’amour romantique, ni l’amour érotique, mais comme les liens affectifs entre un nombre restreint de personne. A cette proto-reconnaissance (l’amour), s’ajoute celle de la solidarité sociale qui est en grande partie construite par l’estime sociale que retirent les personnes via leur activité au travail. Enfin, la dernière sphère, celle du droit, indissociable du politique et de la morale, est constitutive du respect social (Honneth, 1992, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vermot, « Peurs et aspiration à l’émigration à Miami et à Barcelone des Argentins de la classe moyenne (1999-2003) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alhim/5815

Haut de page

Auteur

Cécile Vermot

Université Des patients, Université Pierre et Marie Curie, Sorbonne Universités
Docteure en sociologie, chargée de recherche et chargée de courscecilevermot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Haut de page
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals