Navegación – Mapa del sitio

Emmanuel Vincenot, Histoire de La Havane, Paris, Fayard, 2016

Alicia Fernández García

Entradas del índice

Mots-clés :

Cuba, La Havane
Inicio de página

Texto completo

1L’ouvrage d’Emmanuel Vincenot s’intéresse à l’histoire sociale de la capitale cubaine à partir d’une approche transversale mobilisant à la fois l’analyse historique basée sur la consultation d’archives, l’iconographie par l’étude de gravures du XVIème siècle et de productions cinématographiques, photographiques et artistiques du XIXème et XXème siècle, tout en prêtant aussi attention à la sociologie de la vie quotidienne des habitants et aux évolutions démographiques. Il s’agit d’une étude sur le long terme, des origines de La Havane, en passant par l’avènement du régime révolutionnaire jusqu’aux contradictions et défis actuels du socialisme cubain. Une analyse qui est replacée dans les contextes national et international.

2 Le premier chapitre « San Xipóval de La Habana, la ville première (1514-1606) » revient sur les origines « vertes » d’une capitale à la végétation luxuriante et habitée par un peuplement indigène, celui des Siboney et des Taïnos. Une capitale fondée plusieurs fois dont le toponyme a des échos indigènes mais reste mystérieux et dont la création en 1514 fut l’œuvre du conquérant Pánfilo de Narvaez. L’organisation sociale et juridique initiale de La Havane répondait au souhait des conquérants de reproduire le modèle de la ville traditionnelle espagnole : elle fut ainsi dotée d’un cabildo ou conseil municipal, et du régime de l’encomienda qui instaurait la distribution de main d’œuvre indigène aux colons. Emmanuel Vincenot montre qu’en 1550, ce simple hameau portuaire devint un port stratégique avec la découverte du Gulf Stream. Une situation qui se transforma très vite en un atout politique et économique pour La Havane qui s’imposa au cours de la deuxième moitié du XVIème siècle comme la principale cité cubaine. Toutefois, les rivalités pour le contrôle de la mer des Caraïbes transformèrent cette capitale en un lieu d’un « conflit ouvert » entre l’Espagne et les puissances européennes. Les revers militaires firent prendre conscience à l’Espagne du besoin de renforcer ses murailles et de les militariser. Une ville qui se vida rapidement de sa population indigène menacée par les maladies apportées par les Européens puis par les Africains. Dans l’univers social de La Havane du début de la colonie (XVIème siècle), la stratification était à l’ordre du jour. La figure du Noir était synonyme d’interdits et de châtiments même si certains d’entre eux achetèrent leur liberté. Les Blancs quant à eux, s’organisaient autour d’une société aux statuts sociaux et aux conditions de vie hétérogènes.

3 Le deuxième chapitre intitulé « Ciudad y presidio de La Habana, la ville fortifiée (1607-1699) », présente une radiographie urbaine, économique et sociale de La Havane du XVIIème siècle. Un siècle durant duquel son caractère macrocéphalique se précisa : d’un point de vue démographique, car elle concentrait la moitié de la population de l’île, économique, puisque ses six cents vecinos possédaient l’essentiel des richesses du pays, mais aussi administratif, car La Havane fut désignée capitale. Cette période se caractérisa également par la naissance d’un développement autonome grâce à l’apparition des premiers champs de canne à sucre. Une ville qui devint aussi le deuxième chantier naval le plus important de l’empire espagnol après El Ferrol. Mais elle était rongée par les fraudes, la contrebande et les ravages démographiques causés par des maladies, combattues faute d’aide médicale, par des pratiques religieuses telles que les processions, qui firent d’ailleurs émerger le sentiment d’appartenance à un même groupe urbain. Pour Emmanuel Vincenot, le XVIIème siècle a connu l’émergence de la « créolisation », ce sentiment localiste qui s’affirme à mesure que de nouvelles générations naissent sur le sol cubain. Si au sein de la société havanaise, les mulâtres et les Noirs libres représentaient désormais environ la moitié de la population de couleur, la courbe démographique ne cessait de décliner du côté des indigènes. Pour ce qui est de la population africaine, l’auteur insiste sur le nombre important de membres de cette communauté qui réussirent à obtenir la liberté au cours du XVIIème siècle, même si la plupart d’entre eux furent victimes du travail forcé et de la servitude. La diversité des origines et des cultures des esclaves donna naissance à des associations culturelles (« cabildos de nación ») et à des sociétés secrètes qui devinrent des espaces de résistance culturelle et d’opposition au système esclavagiste.

4 Sous le titre de « La muy noble ciudad de La Habana : la ville baroque, 1700-1790 », Emmanuel Vincenot dresse ensuite un portrait de la capitale cubaine sous l’influence du baroque espagnol. La décadence politique et la crise économique des Habsbourg n’empêchèrent pas l’épanouissement des arts et de la culture aussi bien dans la métropole espagnole que dans l’empire américain. Malgré un contexte sanitaire précaire et des épidémies récurrentes, la fécondité locale et l’arrivée d’esclaves et de colons canariens encouragèrent l’essor démographique havanais. Mais, tandis que les populations d’origine européenne et africaine augmentaient, le nombre d’Amérindiens déclinait. L’expansion de la religion dans l’Empire américain participa à la diffusion géographique du baroque. À La Havane, la présence de l’Église se mesure à la lumière de constructions religieuses aussi imposantes qu’en Espagne, mais aussi à sa portée sociale représentée dans la promotion d’institutions caritatives, éducatives et de santé. De plus, si les modèles baroques espagnols, imprégnés d’influences indigènes, se répandirent partout en Amérique, l’exception fut sans doute Cuba. Emmanuel Vincenot montre que le manque d’influence des artisans indigènes sur l’architecture de La Havane est la conséquence de la disparition précoce des Amérindiens. Le baroque à La Havane fut également caractérisé par l’ampleur du commerce qui connut des évolutions significatives dont la plus remarquable fut la création d’une compagnie commerciale transatlantique. Les bénéfices tirés par la production du sucre firent de la capitale cubaine un bastion de la vassalité dans les mains d’une oligarchie municipale qui exhibait sa richesse dans l’espace public, qui présentait un intérêt économique pour la métropole mais aussi une menace politique.

5 Dans le chapitre « La fidelísima Habana, la ville du sucre, 1791-1898 », Emmanuel Vincenot nous plonge dans l’âge d’or havanais, celui des bénéfices de la canne à sucre et des planteurs de café. Toutefois, le revers de la médaille fut l’apparition d’un mode de production capitaliste connu sous le nom de « plantation esclavagiste » et entretenu par les marchands d’esclaves. La brutalité des conditions de vie dans les plantations fut à l’origine de nombreux suicides et de l’apparition d’une forme de résistance basée sur les fuites. Ainsi, rien qu’à La Havane, plus de 15 900 fugitifs appelés désormais « cimarrones » ou nègres marrons, furent capturés entre 1797 et 1815. Ceux qui restèrent en liberté se regroupaient afin de former des zones libres (« palenques ») où ils tâchèrent de faire naître une contre-société d’hommes libres. Les bénéfices de la canne à sucre rendirent l’île autonome financièrement et une forte lutte politique fut déclarée entre l’Espagne et les États-Unis. De plus, La Havane fut secouée par la révolution libérale espagnole, et malgré le soutien initial de sa population à Ferdinand VII, les tensions politiques témoignèrent des divergences entre les élites. Des tensions également sociales alimentées par la question raciale, étant donné que l’équilibre démographique pesait désormais en faveur des Noirs et des mulâtres. La période comprise entre 1823 et 1898 fut celle de la lutte politique : d’abord, celle des capitaines généraux qui tâchèrent de s’enrichir ; ensuite, celle de l’oligarchie créole tiraillée entre l’appui aux péninsulaires qui défendaient le maintien du système esclavagiste et l’envie d’indépendance qui déboucha finalement sur les guerres insurrectionnelles ; et enfin, la menace de l’annexion par les États-Unis. D’ailleurs, la cohésion sociale dans La Havane était absente : créoles et péninsulaires se méprisaient et l’entre-soi était devenu une pratique banale. En 1887, malgré la reconnaissance au milieu de la guerre d’Indépendance (1895-1898) d’un statut autonomique pour Cuba, la menace d’une intervention américaine se précisa le 3 juillet 1898 quand l’Armada espagnole perdit tous ses navires engagés. Ce fut la fin de l’empire.

6 Le chapitre cinq « Tropical Havana, la ville américaine (1899-1958) » propose un retour sur les années d’une occupation américaine à caractère civilisateur. Des années pendant lesquelles des touristes, des hommes d’affaires voire des aventuriers voyaient dans la capitale cubaine un terrain propice aux investissements, aux bénéfices agricoles et à l’exotisme. Sous l’influence américaine, La Havane s’embellit, se mit à perdre une partie de son héritage espagnol et s’ouvrit à la mer grâce à cette promenade du front de mer, aujourd’hui connue comme Le Malecón. Face à la volonté américaine de créer les conditions nécessaires pour l’instauration d’un protectorat, les démonstrations antiaméricaines de la population havanaise se multiplièrent. Des années pendant lesquelles les tensions sociales furent fortes en raison notamment de la perpétuation de pratiques discriminatoires à l’égard des Noirs malgré l’égalité des droits civiques promue par la Constitution de 1901. Tandis que la politique de « bon voisinage » pratiquée par le président Roosevelt émancipa Cuba de la mainmise américaine, la situation politique et sociale était instable en raison des coups d’État à répétition. En septembre 1933, un groupe de sergents dirigé par Fulgencio Batista provoqua un soulèvement et instaura, avec le soutien de plusieurs organisations civiles, un gouvernement révolutionnaire. Batista qui, jusqu’à la fin des années 1930 contrôla officieusement la vie politique locale grâce à la manipulation de présidents fantoches, remporta les élections de 1940. Si les années de pouvoir de Batista à La Havane furent celles de grands travaux urbains sous l’influence de l’Art déco, elles furent également marquées par la ségrégation socio-spatiale, par les inégalités sociales et par un climat de corruption qui fit régner le jeu, la prostitution, la mafia et les drogues. Ainsi, tandis que Batista installait à Cuba un régime dictatorial, Fidel Castro mit en place en 1952 une organisation clandestine armée dont l’objectif était de le renverser.

7 Lors du dernier chapitre « Habana nuestra, la ville révolutionnaire (1959-2015) », l’auteur propose une analyse détaillée de la république socialiste ainsi qu’un bilan de la révolution castriste. Ce régime est étudié dans la complexité : aussi bien du point de vue de ses contradictions, telles que la soif de vengeance de Fidel qui, malgré une rhétorique conciliante multiplia les peines et la répression de ses opposants, que de ses réussites, dont les plus significatives furent la réforme agraire qui distribua des millions d’hectares aux paysans et la volonté d’éradiquer les bidonvilles. L’absence de droits démocratiques que l’auteur appelle « la grande confiscation » a permis au leader révolutionnaire de se défaire de ses principaux rivaux politiques. En même temps, les tensions se sont creusées avec la bourgeoisie, privée d’activité économique et de marché immobilier, mais aussi avec les États-Unis suite aux nationalisations des usines sucrières contrôlées par des capitaux américains. La capitale cubaine a cessé d’être la métropole festive de jadis pour redevenir une ville garnison, la vie quotidienne s’est soviétisée et la « ville bourgeoise » a progressivement cédé le pas à la « ville socialiste ». À travers ce livre détaillé sur l’histoire de La Havane s’appuyant sur de nombreuses sources originales, c’est en fait une étude majeure sur l’histoire politique et sociale contemporaine de Cuba que propose Emmanuel Vincenot.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Alicia Fernández García, « Emmanuel Vincenot, Histoire de La Havane, Paris, Fayard, 2016 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], Recibimos reseñas, Publicado el 14 noviembre 2018, consultado el 11 diciembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/alhim/6419

Inicio de página

Autor

Alicia Fernández García

Université Paris-Nanterredocteure en langue et civilisation espagnolealis_carras@hotmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals