Navegación – Mapa del sitio
Reseñas/Comptes rendus

Mike Gonzalez, In the Red Corner. The Marxism of José Carlos Mariátegui, Haymarket Books, Chicago, 2019, 231 p.

Luis  Martínez Andrade

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Mike Gonzalez, professeur à l’Université de Glasgow nous propose une histoire intellectuelle de José Carlos Mariátegui (1894-1930), ce dernier étant considéré comme le marxiste le plus original d’Amérique latine. Alors que cet ouvrage s’adresse principalement à un public anglophone, sa publication marque un intérêt spécial pour le monde latino-américain. Ainsi, l’auteur signale que la « résurrection de Mariátegui » est liée non seulement à la célébration de son centenaire (1994), mais aussi à la rupture historique réalisée par les mouvements indigènes tels que la Confédération des Nationalités Indigènes d’Équateur ou encore l’Armée Zapatiste de Libération Nationale du Sud-Est mexicain des années 90.

2Composé de dix chapitres, le livre de M. Gonzalez reprend les passages les plus significatifs de la vie de Mariátegui (comme par exemple l’ « âge de pierre », la découverte de l’Amérique en Europe, le lien avec l’université populaire Manuel González Prada, sa relation avec Haya de la Torre, sa polémique avec le Comintern), mais aussi son travail en tant qu’intellectuel du mouvement prolétaire péruvien (fondation de diverses publications telles que La Razón  en 1919 ou  Amauta  en 1926). De plus, l’auteur aborde les différentes thématiques traitées par Mariátegui : l’importance de l’organisation politique (Frente único), la question indigène (problème fondamentalement économique), la pulsion romantique illustrée dans son intérêt pour le “mythe” et la “tradition”, la littérature en général et le surréalisme en particulier, et, bien évidemment, le marxisme vu comme une méthode dialectique.

3Parmi les aspects qui méritent d’être relevés dans ce travail, j’aimerais mentionner ceux-ci. Premièrement, la manière de présenter chaque facette de Mariátegui. À partir d’une thématique spécifique (par exemple “La crise mondiale” ou “Amauta”), M. Gonzalez n’articule pas seulement l’œuvre et la vie de Mariátegui, mais il en profite pour questionner certains processus sociopolitiques contemporains (The pink tide). Deuxièmement, le lien entre les notions de “mythe” et de “front unique”, dans lequel la religiosité populaire ainsi que les alliances politiques jouent un rôle fondamental dans les processus d’émancipation (p.18). Ceci est présenté comme un trait particulier dans la perspective mariáteguiste. Troisièmement, la reconnaissance de Mariátegui comme figure de proue de la tradition marxiste. Effectivement, à certaines occasions, Mariátegui a été comparé, de manière bienveillante, avec des auteurs tels que Antonio Gramsci o Walter Benjamin (p. 149). Malgré cela, dans ce travail, le penseur péruvien est vu comme un maître à penser du mouvement révolutionnaire.

4À notre avis, nous pouvons penser, qu’étant une œuvre destinée au monde anglophone, l’auteur laisse de côté les recherches réalisées ces dernière années par ses homologues latino-américains (Héctor Alimonda, Néstor Kohan, Miguel Mazzeo, Segundo Montoya, Gustavo Pérez Hinojosa ou encore Flavia Pierina Ferretti). À partir de cette observation, nous désirons signaler la possibilité d’une rencontre entre les idées de Gonzalez et celles des chercheurs cités. Par exemple, quelles implications philosophiques (E. Gogol) implique la relation entre la race et la classe (p. 133) ? Quelles furent les conditions matérielles et subjectives qui rendirent possible la « découverte du sujet indigène » (M. Mazzeo) dans sa perspective révolutionnaire ? Quel rôle jouèrent Pedro S. Zulen et Ezequiel Urviola (p. 11) dans son tournant décolonial (H. Alimonda) ? Comment s’articulent le mythe révolutionnaire et la mystique (p.76) dans les processus sociopolitiques de la libération (Löwy) ? Quelles implications politico-théologiques entraîne cette articulation (Allan da Silva Coelho) ? Quel est le potentiel du nationalisme des peuples opprimés (N. Kohan) dans la lutte antiimpérialiste ? Ce sont des questions qui surgissent à partir d’une lecture latino-américaine du travail de M. Gonzalez.

5De manière générale, le texte de M. Gonzalez présente une introduction complète de la vie et de l’œuvre de José Carlos Mariátegui. L’auteur contribue à l’histoire intellectuelle de la tradition marxiste tout en lui conférant une dimension actuelle, quand il affirme que « la question clef pour les socialistes révolutionnaires d’aujourd’hui revient à collaborer, en matière révolutionnaire, avec les mouvements sociaux à horizons très divers. À cet égard, Mariátegui a beaucoup à offrir dans cette discussion » (p.4). En effet, les vents du fascisme sont insufflés par une ère où le populisme autoritaire semble régner, de ce fait, seule l’organisation par en bas et à gauche peut arrêter ce projet de mort. La pensée de Mariátegui continuera de faire écho au XXIe siècle et restera donc une source d’inspiration pour notre génération. Sans aucun doute, son travail continuera à accompagner les luttes à venir des damnés de la terre, de ceux et celles qui ne succombent pas aux mystifications du pouvoir (et de leurs projets de mort), et qui ne capitulent pas face aux poulains des barbares Attilas (connus aujourd’hui comme entreprises transnationales).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Luis  Martínez Andrade, « Mike Gonzalez, In the Red Corner. The Marxism of José Carlos Mariátegui, Haymarket Books, Chicago, 2019, 231 p. », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 38 | 2019, Publicado el 14 enero 2020, consultado el 18 enero 2020. URL : http://journals.openedition.org/alhim/8324

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals