Navegación – Mapa del sitio

L’émigration corse à Porto Rico au 19e siècle : familles et réseaux familiaux. L’exemple balanin

Marie Jeanne Paoletti Casablanca y Laetizia Castellani

Resúmenes

L’émigration corse vers Porto Rico s’inscrit dans un mouvement général d’émigration européenne vers les Amériques durant le 19e siècle. Les réseaux familiaux jouent un rôle central dans ces flux. L’exemple de la Balagne, région située au nord-ouest de la Corse, permet d’aborder ce phénomène complexe, multifactoriel et multiscalaire par le prisme d’une microanalyse en tenant compte des continuités et des ruptures qui affectent les familles « transnationales ». Ces migrations s’inscrivent dans un champ migratoire qui intègre, outre la Corse et Porto Rico, les ports de Livourne, Gênes ou Marseille, et les Antilles, plus particulièrement l’île de Saint-Thomas. Elles s’expliquent par de multiples facteurs qui peuvent se combiner (économiques, démographiques, familiaux, individuels…). Ces installations ont été favorisées par le contexte portoricain. A partir de 1815, la monarchie espagnole facilite l’installation de migrants venus des nations amies de l’Espagne dans le but de mettre en valeur cette île de Caraïbe. Les Balanins et leurs familles participent au développement de l’agriculture commerciale principalement dans l’Ouest. Une partie des émigrés restent en Amérique, d’autres font le choix de rentrer en Corse.

Inicio de página

Texto completo

1L’émigration balanine vers l’île espagnole de Porto Rico s’inscrit dans le cadre des flux migratoires entre l’Europe et l’Amérique au 19e siècle mais également dans la continuité des migrations préexistantes. En effet, la Balagne, située au Nord-Ouest de la Corse, est précocement concernée par des départs vers le Nouveau Monde (Battestini, 1968 ; Vilar, 1991). Elle est le second pôle d’émigration vers Porto Rico après le Cap Corse.

2Les migrations sont un phénomène complexe, multifactoriel et multiscalaire. Il n’est pas rare que plusieurs éléments entrent en interaction qu’il convient d’étudier par le biais d’une approche macro-analytique et une micro-analyse (Piché, 2013). Les contextes socioéconomiques locaux, les motivations personnelles influencent les migrations. Elles s’appuient sur divers réseaux, notamment les réseaux familiaux. Les migrations balanines s’inscrivent dans un champ migratoire qui intègre, outre la Corse et Porto Rico, les ports de Livourne, Gênes ou Marseille, et les Antilles, plus particulièrement l’île de Saint-Thomas.

3L’aspect familial doit être étudié sous un angle dynamique en tenant compte des continuités et des ruptures qui affectent les familles « transnationales ». Il ne faut pas perdre de vue que l’émigration peut être une nécessité ou un choix, une décision « individuelle » ou « familiale ». Elle engendre une séparation parfois voulue, parfois subie au moins par une partie des acteurs. Elle induit des discontinuités spatiales et relationnelles.

4Nous évoquerons brièvement les caractéristiques des migrations et des migrants balanins en mettant l’accent sur le rôle des réseaux familiaux lors des départs, mais également de l’installation et de l’intégration des Balanins à Porto Rico. Puis l’étude des parcours des Franceschini et des Santelli, nous permettra d’illustrer certains aspects particuliers de la vie des familles de Balanins à Porto Rico ainsi que leur retour en Corse.

Les caractéristiques de l'émigration

  • 1 Ce recensement n’est pas exhaustif, ni définitif. Les individus ont été retenus lorsque leur présen (...)

5Une centaine de Balanins ont été recensés1. L’étude de leurs profils et la chronologie des départs mettent en évidence la variété des situations, l’importance des réseaux ainsi que la part marquée de l’émigration familiale. Elle impacte la ventilation et la chronologie des départs. L’installation à Porto Rico est facilitée par le contexte local puis, au cours du siècle, par la présence d’une communauté corse et balanine.

Une émigration parmi d'autres

6Les liens entre la Balagne et l’Amérique sont anciens. La présence de Calvais est attestée dès de XVIe siècle (Battestini, 1968 ; Vila Vilar, 2004). Au XIXe siècle, les départs vers Porto-Rico s’inscrivent dans un champ migratoire plus vaste. La documentation livre des informations fragmentaires mais permet de recenser les noms d’une trentaine de Balanins qui ont émigré vers d’autres destinations des Caraïbes (Guadeloupe, Haïti, Cuba) ou du Nouveau monde (Mexique, Chili, Pérou, Guyane, Venezuela ou Etats-Unis). D’autres Corses sont présents. Cette émigration n’a pas fait l’objet d’études globales hormis pour Porto-Rico. L’émigration corse vers cette ile concerne surtout les habitants du Cap Corse (71% des individus recensés). Les raisons qui expliquent ces départs sont diverses : en Corse, les difficultés économiques et la résistance à l’intégration française, alors que le contexte politique et économique du début du XIXe fait de Porto Rico un espace attractif pour les migrants (Casablanca, 1992).

Le profil des émigrés

  • 2 Les trois cultures de la trilogie méditerranéenne dominent. L’oléiculture est la principale source (...)

7Les émigrés sont majoritairement des hommes (80%), natifs de communautés rurales. Les catégories socioprofessionnelles représentées reflètent la structure socioéconomique de la région où l’agriculture est la base de l’économie2. Plus des deux-tiers sont issus de familles de propriétaires, des notables et des propriétaires moyens. A leurs côtés, des ruraux moins aisés qui exercent des activités agricoles (journaliers, jardiniers, un berger, un meunier…) ou des commerçants, résidant principalement dans les cités littorales. A la différence du Cap Corse, les activités liées à la mer ne constituent pas un vecteur majeur de l’émigration. La moitié des communes de Balagne sont concernées, mais trois villages se détachent nettement : Monticello (21%), Corbara (18%) et Lavatoggio (13%). Les deux premières sont localisées à proximité de la ville portuaire de L’Ile-Rousse, la troisième, une commune de piémont, est située dans la vallée voisine. Cette prédominance n’est pas liée à leur position géographique ni à leur structure socioéconomique ou démographique car des communes aux profils similaires sont peu concernées. Ainsi, cette prépondérance s’explique principalement par la composition de la population émigrée, et plus particulièrement la part marquée des familles.

  • 3 Il est possible que les flux aient débuté à la fin du 18e siècle.

8La structure du flux migratoire, attesté dès l’orée du 19e siècle3, impacte également la chronologie des départs. Le nombre de migrants augmente à partir de 1840. Plusieurs éléments peuvent expliquer cette croissance : les évolutions concernant les débouchés commerciaux, la dégradation de la situation économique, l’accélération de la croissance démographique et la présence de familles parmi les émigrés. La Balagne est passée de 16 000 habitants au début du 19e siècle à près de 25.000 en 1851. Parallèlement, à partir des années 1850, les prémices de la déprise agricole sont attestées (Castellani, 2011, p. 181-184). Cette crise a des conséquences sur le profil des émigrés : la part des catégories défavorisées est plus marquée. Les premiers migrants sont des « aventuriers » ou des « éclaireurs ». Ces hommes partis seuls jouent un rôle majeur dans les chaînes et les réseaux migratoires. Leur présence facilite l’arrivée d’autres balanins, certains font venir des membres de leur famille. De plus, durant cette période les commerçants balanins ont dû s’adapter à la réorganisation progressive du commerce engendrée par la rupture du lien politique avec l’Italie (Castellani, 2016 : 84-85). L’émigration vers les Amériques a pu apparaître comme un moyen de réorienter leurs réseaux commerciaux.

9Le flux connaît une décrue à partir des années 1870, à un moment où la crise agricole pèse pourtant lourdement sur l’économie balanine. Deux éléments peuvent expliquer cette évolution. A Porto Rico, la culture de la canne à sucre s’essouffle et la croissance de la population limite les opportunités d’enrichissement. Dans le même temps, les Balanins choisissent prioritairement le continent, l’empire colonial français ou d’autres régions américaines. L’émigration familiale qui concerne les trois-quarts des Balanins a donc un rôle central dans ces flux.

Une émigration familiale

  • 4 Il n’a pas toujours été possible de présenter une analyse aboutie des parenti, jusqu’au 3e- 4e degr (...)

10L’émigration des familles au sens restreint est plus facile à analyser. La famiglia stretta, constituée de ceux qui vivent sous le même toit, est l’unité économique de base. Elle a été étudiée en priorité bien que d’autres liens existent et qu’ils aient pu favoriser les migrations4. Quelques individus ont des relations familiales éloignées avec des Balanins installés à Porto Rico ou à Saint-Thomas. Par exemple, la mère des frères Allegrini d’Aregno est une cousine germaine de Santo Santelli de Lavatoggio ; les Piccioni, qui sont installés à Saint-Thomas, ont une parenté éloignée avec les frères Simonetti ou Taddei de Monticello.

11Dans le cadre de la famille « proche », nous trouvons principalement des parents accompagnés de leurs enfants (36% des migrants) et des fratries (32%). Il peut également y avoir des oncles et des neveux ou des cousins germains. Ainsi, plusieurs générations de Franceschini de Corbara, de Fabiani de Monticello et de Lavatoggio font le voyage vers Porto Rico, certains s’y installent durablement. Des individus isolés sont aussi à l’origine d’une émigration familiale masculine : les Casta de Pigna, les Bregante de l’Ile-Rousse ou les Capifali de Calvi. L’expression « départ pour raisons de famille » revient fréquemment dans les passeports. Ces réseaux familiaux ont une influence non négligeable sur les lieux d’implantation, ainsi que sur l’intégration économique et sociale des Balanins.

La présence balanine à Porto Rico : une affaire de famille ?

12L’installation des Corses est facilitée par le contexte local et la présence d’insulaires dans la Caraïbe. Sur place la solidarité familiale joue un rôle fondamental, tandis que de nouvelles familles se créent à Porto Rico. Des émigrés gardent des liens avec leurs parents restés en Corse.

Le contexte local

  • 5 Paul Bettini est l’un des 22 étrangers qui reçoivent immédiatement la nationalité espagnole sur les (...)

13L’installation à Porto Rico est facilitée par la politique de la monarchie espagnole qui cherche à attirer à partir de 1815 avec la Cédula de Gracias des migrants venus des nations amies de l’Espagne. Il s’agit d’un document essentiel pour comprendre l’expansion de l’implantation balanine. Ce document imprimé en trois langues (espagnol, anglais, français) est distribué à Saint-Thomas, où résident des Corses. Il y est connu dès le début de l’année 1816 (Rosario Rivera, 1995 : 43-59). Ce texte a pour but de permettre aux étrangers jusqu’alors « tolérés » dans l’île de légaliser leur présence5 mais également d’attirer de nouveaux habitants. Il promet l’octroi de terres aux nouveaux venus et favorise les individus qui arrivent avec un capital et des esclaves. La Real cédula offre, en outre, l’obtention de la nationalité espagnole au bout de cinq années de résidence. Il s’agit d’un élément essentiel car seuls les Espagnols sont autorisés à faire du commerce (Rosario Rivera, 1995: 125-141). L’arrivée à Porto Rico est parfois précédée d’une halte à Saint-Thomas où les migrants peuvent amasser un capital et acheter des terres à Porto Rico. Une fois installés, certains gardent des liens avec Saint-Thomas. Ils sont parfois les représentants des maisons de commerce corses. En 1842, Antoine Taddei recouvre des sommes dues aux frères Piccioni de Saint-Thomas, ses parents éloignés.

14La carte de la distribution des Balanins à Porto Rico montre qu’ils s’implantent surtout sur les côtes de l’ouest et du sud propices aux cultures commerciales et dont les ports sont ouverts sur l’extérieur. La présence de migrants déjà installés dans l’ouest facilite l’intégration économique et sociale des nouveaux arrivants. Ils maintiennent des liens de solidarité familiale, villageoise voire corse. La répartition par villes met en relief la prédominance des villes de l’Ouest. Mayagüez et San Germán sont choisies par près de la moitié des immigrants. Le port de Mayagüez fréquenté par des capitaines et commerçants corses est le centre d’exportation idéal pour le café cultivé dès le début du 19e siècle à proximité de la baie et sur les collines de l’arrière-pays. San Germán est un centre important de la caféiculture. La présence des Fabiani de San Germán et Franceschini de Mayagüez, a certainement été un facteur décisif facilitant l’établissement des Balanins dans ces deux villes. Ceux-ci tendent à se regrouper dans les quartiers où la communauté corse est bien représentée. C’est le cas du quartier Furnias à Mayagüez, où se sont installés les Franceschini, les Simonetti, et plus tard les frères Capifali. La même tendance est attestée à San Germán.

Figure 1 : répartition des Balanins à Mayagüez et San Germán

Figure 1 : répartition des Balanins à Mayagüez et San Germán

L’aspect familial

  • 6 AGPR, Extranjeros.

15Deux grands vecteurs familiaux contribuent à ces installations : les fratries masculines et les familles. Les arrivées peuvent s’effectuer de façon échelonnée. Ainsi, la fratrie des frères Taddei est présente dès la fin des années 1820. Antoine, négociant, réside déjà à Añasco lorsque son jeune frère Fortunato s’y établit en 1831. Antoine déclare, que son cadet a été envoyé à Porto Rico par ses parents, pour qu’il l’aide dans l’exercice du commerce et afin « qu’il devienne par ce moyen un homme utile à la société »6. Aux côtés des fratries, il y a des familles parfois composées de plusieurs ménages voire générations. Par exemple, Ezio Fabiani paraît ouvrir la voie dans les années 1840, il est ensuite rejoint par son frère Simon Jean en 1859, puis la famille de celui-ci s’installe à Porto Rico. Ainsi, trois de ses filles, Marie Cléonice, Marie Alexandrine et Cinthia Marie, émigrent en 1868. La solidarité familiale s’exerce lorsque des difficultés surviennent. Après la mort de Simon Jean Fabiani, sa veuve, Catherine Suzzoni, vit avec ses filles chez son gendre Pompée Belloni, qui est parti de Corse en 1853.

16La présence des réseaux facilite l’intégration économique des Balanins et oriente le choix de leurs activités professionnelles. Dans ce cadre, les membres de la famille sont des partenaires privilégiés. En 1870, les frères Augustin et Antoine Casta achètent des terres à Yauco qu’ils revendent ensuite à un autre Corse. Ces relations dépassent cependant le cadre familial. Entre 1859 et 1865, Ezio Fabiani tient les comptes d’autres compatriotes de Yauco et San Germán dont il est le fondé de pouvoir.

17Localement les émigrés fondent des familles. Les mariages sont un vecteur d’intégration sociale mais également pour certains la résultante d’une stratégie d’alliances propre à l’émigré. Pour les migrants solitaires, le choix du conjoint est dégagé de la contrainte familiale qui s’exerce généralement en Corse. Il semblerait que les Balanins installés à Porto Rico choisissent majoritairement une épouse Porto Ricaine. Il existe quelques exceptions : la fille de Santo Santelli se marie avec deux émigrés balanins, tandis que les Franceschini privilégient les alliances locales par le biais de mariages qui se déroulent parfois en Corse. Il en est de même des Fabiani issus de Simon Jean.

18Les Balanins gardent le contact avec leur famille restée Corse. Les courriers des Pietri, installés à Cateri, mettent en évidence une communication épistolaire continue jusqu’au début du 20e siècle. Ils évoquent, en italien, français ou espagnol, leurs voyages entre la Corse et Porto Rico, les anecdotes de la vie quotidienne, les aléas du climat qui affectent la production de café, surtout lors des ouragans et des inondations, les problèmes personnels, ainsi que les tensions familiales. Ils reflètent les préoccupations de l’ensemble des émigrés. Ces échanges et l’étude de leur structure linguistique mettent également en exergue les transferts culturels opérés aux contacts d’autres langues (Retali Medori, 2004). Les Balanins se font également représenter pour gérer leurs affaires et préserver leurs intérêts. Par exemple, le père de Santo Santelli agit au nom de son fils lors d’achats, José Antonini de Sant’Antonino donne un pouvoir à ses cousins Savelli, restés au village, pour le représenter dans la succession de ses parents. Il est aussi possible que certains de ceux qui se sont installés définitivement à Porto Rico, et qui appartiennent à des catégories plus défavorisées, rompent tout contact. L’étude des familles balanines démontre qu’il n’existe pas de schéma. Chaque trajectoire est une histoire particulière.

Les Franceschini et les Santelli : trajectoires familiales

19Deux types de parcours familiaux sont fournis par les Franceschini de Corbara et les Santelli de Lavatggio. L’exemple des Franceschini illustre une migration familiale sur plusieurs générations. Ils gardent des liens étroits avec la Corse. Une partie revient ; l’autre fait souche à Porto Rico. Santo Santelli est un « aventurier ». Il construit sa famille à Porto Rico et rentre en Corse après avoir réussi. Seul son petit-fils Carlos, resté à Porto Rico, aura une descendance dans l’île de la Caraïbe.

A Porto Rico

  • 7 AGPR, Fondo Judicial, Mayagüez.

20François Marie Franceschini est arrivé en 1814. En 1820, il est caféiculteur et épouse Anna, fille d’Augustin Guelfucci, un des plus gros négociants de la ville, originaire du Cap Corse. Leur fils Francisco naît en 1822. Devenu veuf, François Marie vend tout ce qu’il possède et part pour Marseille en1832 en emmenant son fils âgé de 10 ans. Il y décède à l’âge de 37 ans, en novembre 18337. Francisco, héritier universel, est élevé en Corse par son oncle Jacques Marie. En 1839, sa cousine, Davia, qui n’a pas encore 16 ans, donne naissance à un enfant, Louis, légitimé par le mariage de ses parents l’année suivante.

21Le couple part alors pour Porto Rico. En 1845, ils habitent le barrio Furnias de Mayagüez avec deux de leurs enfants. Jacques Marie, oncle et beau-père de Francisco s’y trouve également avec son épouse Marie Durante, et leur fils Vincent. Il possède l’une des plus grosses propriétés de ce quartier. En 1850, Domenico Olivo son fils, y réside avec sa famille. Francisco décède à Porto Rico le 19 juin 1859.

  • 8 Nom qui désigne communément la ville de Mayagüez, <https://boricuaonline.com/mayaguez-pr/> ou <http (...)

22Les Franceschini jouent un rôle majeur dans l’histoire de Mayagüez. Francisco est alcalde du barrio Furnias de Mayagüez en 1851. Il fait une donation de terres pour la construction de l’église de Furnias à partir de laquelle s’est créée la ville nouvelle de Las Marias. De plus, les Franceschini sont peut-être la source de l’expression la « Sultana del Oeste » qui désigne aujourd’hui la ville de Mayagüez. Un récit rapporté par Iris Rivera a attiré l’attention des historiens locaux qui ont tenté d’établir un lien entre la « sultana del oeste »8 et Davia, fille de Jacques Marie, et épouse de Francisco. Celle-ci aurait aimé se promener parée des vêtements et bijoux que lui aurait légués sa célèbre tante dont elle portait le nom. En effet, la figure la plus illustre de cette famille, Marthe a vécu au Maroc dans la seconde moitié du 18e siècle. Elle est devenue une des favorites du sultan Sidi Mohammed ben Abdallah. Elle était surnommée Dâwiya, la « lumineuse », et serait à l’origine du prénom Davia (Gherardi, 2006). Malgré leur solide implantation à Porto Rico, les Franceschini gardent des liens étroits avec la Corse. Entre 1839 et 1860, divers membres de la famille sont recensés tantôt à Mayagüez tantôt à Corbara. Certains séjours ont pour but de résoudre une affaire de famille. Ainsi, après la mort de son père à la fin des années 1840, Dominique Olivo, chargé des affaires familiales à Mayagüez, fait plusieurs allers-retours.

  • 9 Santo Santelli est né à Calenzana en 1790.
  • 10 Il est témoin lors du mariage de la soeur de Santo en 1837 et le sera également lors des unions des (...)
  • 11 ADCS, Recensement de la population de 1818, 6 M 104.
  • 12 AGPR, Protocolos notariales, Guayama.

23Le parcours des Santelli est différent. Santo9 est le principal acteur de la réussite sociale familiale dont il établit les fondations à Porto Rico et qu’il consolidera lors de son retour en Corse. Son père Dionisio est qualifié la plupart du temps de cordonnier, parfois de propriétaire. La profession de cordonnier tendrait à l’associer à un milieu plutôt défavorisé. Il est possible que la famille ait temporairement connu un déclassement car le grand-père de Santo est qualifié de lavoratore sui beni c’est-à-dire que ses biens lui suffisent pour subvenir à ses besoins. Il est en capacité de constituer un patrimoine ecclésiastique pour son fils Domenico (Castellani, 2011: 635). Il a pu s’agir d’un investissement destiné à garantir et à sauvegarder le patrimoine familial. En « contrepartie », Domenico a pu être en mesure d’aider Santo à financer son voyage. Cet ecclésiastique joue un rôle essentiel dans la famille Santelli10. Le recensement de 1818 indique que Santo est en Amérique11. Il rencontre à Saint-Thomas Maria Francisca Garcia, avec laquelle il a 4 enfants. Il s’enrichit à Porto Rico. Entre 1825 et 1831, il multiplie les achats de biens dans la région de Guayama et fonde une société commerciale12.

Le retour en Corse

24En 1859, Davia Franceschini est à Corbara avec son fils Louis. Plusieurs actes témoignent de son statut de « rentière », de sa volonté de se distinguer et d’affirmer son aisance. Ainsi, en mars, elle désire léguer après sa mort 800 francs aux pauvres et à l’église de sa commune. Elle se ravise l’année suivante. Peut-être prend-elle conscience de la fragilité relative de son statut ? Un demi-siècle plus tard, les informations contenues dans le recensement de 1911 démontrent qu’elle jouit toujours d’une certaine aisance. Elle est toujours qualifiée de rentière et emploie deux domestiques. Cependant, la composition du foyer témoigne de la volonté d’éviter la dispersion du patrimoine familial. Les Franceschini ne semblent pas avoir été en mesure de faire fructifier leurs biens. Davia habite avec son fils, sa bru, quatre de leurs enfants adultes, l’époux de l’une de ses petites-filles ainsi qu’un arrière-petit-fils. Ils ont investi dans les études et tentent de diversifier leurs sources de revenus. Le petit-fils de Davia est ingénieur électricien, il a vécu dans la région parisienne. La relation avec Porto Rico est toujours attestée au début du 20e siècle. En 1910, un petit-fils de Domenico Olivo va rejoindre sa tante Jacobina, établie à Porto Rico, après son mariage avec Ramón Rosselló. Les enfants de Maria Angela, sœur de Davia, y sont également installés.

  • 13 Hormis le cas de Sébastien Piccioni, originaire du Cap corse, il a des liens avec Saint-Thomas. Il (...)
  • 14 Lors du partage de ses biens, effectué en 1865, une soixantaine de parcelles sont inventoriées.
  • 15 Son fils Dominique est maire de Lavatoggio de 1865 à 1869, son neveu Jacques Leoni de 1871 à 1884. (...)
  • 16 Sa fille aînée Elisabeth est restée à Porto Rico. Veuve de François Félix Antonini, elle s’unit à N (...)

25Santo Santelli revient en Corse avec sa femme et ses enfants à la fin des années 1830 (Castellani, 2011: 635). Il paraît résider fréquemment à Bastia pour « ses affaires ». Son aisance financière est remarquable. Elle est certainement renforcée par son deuxième mariage, en 1846, avec Thalie Joyeux, veuve d’Antoine François Guelfucci, riche Cap Corsin installé à Porto Rico. Il se lance dans une politique d’achat de terres qui ne trouve guère de point de comparaison dans la documentation consultée13. Il achète des terrains à Lavatoggio, mais également dans les communes voisines de Lumio, Aregno, Algajola, ainsi que dans la vallée de la ville portuaire de L’Ile-Rousse14. Cette politique, poursuivie par son fils, démontre la forte capacitée d’achat des Santelli. Outre ses acquisitions, Santo conforte son assise en mariant ses enfants âgés de 19, 16 et 15 ans. Ces unions relativement précoces sont rares et permettent certainement d’éviter qu’avec le temps l’avis de ses enfants puisse peser dans le choix du conjoint. Elles témoignent de sa volonté d’élargir son réseau à l’extérieur de la Balagne et de ne pas disperser le patrimoine familial. En 1844, sa fille Marie Catherine épouse Antoine Marc Pietri de Morsiglia. Son frère est avocat et maire de Brando. Cette union est intéressante à double titre : elle affermit les relations entre Santo et le Cap Corse, elle l’intègre ou renforce son appartenance à un réseau politique. Santo est maire de Lavatoggio entre 1847 et 1852. Cette fonction contribue à accroître son influence. Cette famille devient un acteur essentiel de la vie politique locale15. En 1858, le nom de Santo est cité comme candidat potentiel à la fonction de maire de Lumio, à un moment où ce village, voisin de Lavatoggio, connaît de fortes tensions (Castellani, 2011 : 449). Dans le même temps, il conclut des alliances dans le cercle familial proche pour ses deux autres enfants. En 1844, son fils Dominique épouse sa cousine germaine, Marie Louise Leoni. Anna Maria se marie avec son cousin germain Dominique Leoni en 1847, frère de Marie Louise16.

  • 17 AGPR, Protocolos notariales, Guayama.
  • 18 AGPR, Protocolos notariales, Guayama.

26Entre 1857 et 1862, Santo Santelli semble être retourné à Porto Rico où il fait de nouvelles transactions (esclaves, maisons…)17. Les nombreux pouvoirs donnés à des compatriotes ou à des membres de sa famille paraissent indiquer que Santo prépare son retour définitif en Corse. Son épouse, Thalie Joyeux, veuve d’Antonio Francesco Guelfucci, rédige son testament18. Après la mort de son époux, elle retourne à Porto Rico. Elle réside à Arroyo en 1869 (Ciffre de Loubriel: 1962).

27Qu’il s’agisse d’une émigration isolée ou groupée, celle-ci n’est pas sans conséquence sur la vie des familles. Certains émigrés s’installent définitivement à Porto Rico. D’autres font des allers-retours entre la Corse et les Caraïbes. Une partie choisit de revenir en Balagne où une nouvelle vie commence dans une terre quittée des années auparavant ou inconnue pour les épouses portoricaines et les enfants nés en Amérique. Tous n’ont pas fait fortune, mais ceux qui ont réussi se distinguent par la possession de liquidités.

28Afin de compléter cette étude, il conviendrait d’analyser plus précisément le rôle des réseaux sur les migrations temporaires et définitives ainsi que sur les retours en Balagne en intégrant à la réflexion les relations d’amitié ou de clientèle entre les expatriés balanins et cap corsins. Elle gagnerait aussi à être replacée dans l’ensemble du champ migratoire couvert par les flux entre la Balagne et Porto Rico. De même la question de l’endogamie, dans l’île de la Caraïbe reste à approfondir.

Inicio de página

Bibliografía

BATTESTINI, François Félix, Calvi au XVIe siècle, Asnières, éditions Ambrosini, 1968.

Boyd, Monica, «Family and Personal Networks in International Migrations: Recent Developments and New Agendas», International Migrations Review, vol. 23, no 3, 1989, p. 638-670.

Casablanca, Marie-Jeanne, L'émigration corse à Porto-Rico au dix-neuvième siècle, Thèse, Université de Provence, 1990.

CASABLANCA, Marie-Jeanne, y Laetizia CASTELLANI, « De la Balagne à l’ouest de Porto Rico : réseaux et champs migratoires », Études caribéennes, Août-Décembre 2017, p. 37-38.

Castellani, Laetizia, La Balagne rurale : économie et société de la fin de l’époque moderne à la fin du XIXe siècle, Thèse, Université de Corse, 2011.

__________, « La création ex-nihilo d’une troisième entité urbaine à la période moderne : recompositions territoriales, complémentarités et concurrences », Le jardin de la Corse » entre villes et campagnes : la Balagne du XIe au XXIe siècle, Paris, Ed. CNRS Alpha, p. 66-97.

Cifre de Loubriel, Estela, Catálogo de extranjeros residentes en Puerto Rico en el siglo XIX, Rio Piedras, ediciones UPR, 1962.

Cruz Perez, A., Las Marías 1872, Crónicas acerca de su fundación, San Juan, Publicaciones puertorriqueñas, 2012.

Dietz, James, Economic History of Puerto Rico: Institutional Change and Capitalist Development, Princeton, Princeton University Press, 1986.

Garcia Abad, Rocio, « El papel de las Redes Migratorias en las migraciones a corta y media distancia », Scripta Nova: revista electrónica de geografía y ciencias sociales, vol. 5, 2001, <http://www.ub.edu/geocrit/sn-94-11.htm>.

__________, « Un estado de la cuestión de las teorías de las migraciones », Historia contemporánea, nº 26, 2003, p. 329-351.

Gherardi, Eugène, « Davia », Dictionnaire historique de la Corse, Ajaccio, Albiana, 2006.

Piché, Victor, « Les théories migratoires contemporaines au prisme des textes fondateurs » , Population, vol. 68, no 1, 2013, p. 153-178.

Pumarada O’Neill, Luis y Rafael PUMARADA, La industria cafetalera de Puerto Rico, 1736-1969, San Juan, Oficina Estatal de Preservación Histórica, 1990.

RERTALI-MEDORI, Stella, « Finqui mi trovo a bastanza in barazzato […] ma procurerò d’arangiarmi comme tu [tti] gl’ialtri? » : notes sur la dimension linguistique de l’émigration corse au Venezuela au XIXe siècle. L'étranger, Altérité, altération, métissage, Ajaccio, Albiana, 2004.

Rosario Rivera, Raquel, La Real Cédula de Gracias de 1815 y sus primeros efectos en Puerto Rico, San Juan, 1995.

Scarano, Francisco Antonio, Inmigración y clases sociales en el Puerto Rico del siglo XIX, Rio Piedras, Huracán, 1985.

Scarano, Francisco Antonio y Cesleste SANCHEZ, Puerto Rico, Cinco siglos de Historia, San Juan, Buenos Aires, Caracas, McGraw-Hill, 4a ed. México, 2015.

Sonesson Bridget, « Carrefour des Antilles : les commerçants corses de Saint-Thomas » in Los Corsos Americanos: ensayos sobre sus arquitecturas, vidas y fortunas en el siglo XIX, Porto Rico, Archivo de Arquitectura y Construcción de la Universidad de Puerto Rico, 2002, p. 263-298.

VEGA, Ramonita, Urbanismo y sociedad: Mayagüez de villa a ciudad, 1836-1877, Porto Rico, Academia Puertorriqueña de la Historia, 2009.

VILA VILAR, Enriqueta, Les Corzo et les Manara : les Corses de Séville dans le commerce des Indes, Ajaccio, A. Piazzola, 2004.

Vivoni Farage, Enrique, Los corsos-americanos: ensayos sobre sus arquitecturas, vidas y fortunas en el siglo XIX, Porto Rico, Archivo de Arquitectura y construcción de la Universidad de Puerto Rico, 2002.

Sitographie

http://www.haute-corse.fr

http://archives.cg-corsedusud.fr/

familysearch.com

Inicio de página

Notas

1 Ce recensement n’est pas exhaustif, ni définitif. Les individus ont été retenus lorsque leur présence à Porto Rico était clairement attestée.

2 Les trois cultures de la trilogie méditerranéenne dominent. L’oléiculture est la principale source de revenus de la région.

3 Il est possible que les flux aient débuté à la fin du 18e siècle.

4 Il n’a pas toujours été possible de présenter une analyse aboutie des parenti, jusqu’au 3e- 4e degrés, et les parenti luntani. Les liens avec ces derniers sont parfois distendus mais peuvent être réactivés en cas de difficultés. Il n’est pas impossible qu’ils soient sollicités en cas de besoin dans le cadre des réseaux migratoires. L’étroitesse du cadre de vie en Balagne favorise l’action croisée. Au-delà du cercle familial, les réseaux intègrent les « amis » mais également les liens de clientèles qui ne sont pas identifiables mais qui ont certainement pu jouer notamment lorsque plusieurs individus d’une même commune émigrent sans avoir de liens de parenté proche.

5 Paul Bettini est l’un des 22 étrangers qui reçoivent immédiatement la nationalité espagnole sur les 110 qui demandent à prêter serment de fidélité au gouvernement espagnol dès la promulgation du texte. Ceci démontre qu’il réside à Porto Rico au moins depuis 1810.

6 AGPR, Extranjeros.

7 AGPR, Fondo Judicial, Mayagüez.

8 Nom qui désigne communément la ville de Mayagüez, <https://boricuaonline.com/mayaguez-pr/> ou <http://welcome.topuertorico.org/city/mayag.shtml>.

9 Santo Santelli est né à Calenzana en 1790.

10 Il est témoin lors du mariage de la soeur de Santo en 1837 et le sera également lors des unions des enfants de Santo à leur retour en Corse.

11 ADCS, Recensement de la population de 1818, 6 M 104.

12 AGPR, Protocolos notariales, Guayama.

13 Hormis le cas de Sébastien Piccioni, originaire du Cap corse, il a des liens avec Saint-Thomas. Il investit sur le territoire de Monticello, L. Castellani, « La création ex-nihilo d’une troisième entité urbaine : recompositions territoriales, complémentarités et concurrences », p. 94.

14 Lors du partage de ses biens, effectué en 1865, une soixantaine de parcelles sont inventoriées.

15 Son fils Dominique est maire de Lavatoggio de 1865 à 1869, son neveu Jacques Leoni de 1871 à 1884. Son petit-fils Rodolphe, fera une belle carrière politique. Il est conseiller général du canton de L’Ile-Rousse de 1892 à 1910 et député de 1906 à 1910.

16 Sa fille aînée Elisabeth est restée à Porto Rico. Veuve de François Félix Antonini, elle s’unit à Nicolas Renucci en 1847. Le couple revient définitivement en Corse. Elle décède en 1889 à Feliceto.

17 AGPR, Protocolos notariales, Guayama.

18 AGPR, Protocolos notariales, Guayama.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Figure 1 : répartition des Balanins à Mayagüez et San Germán
URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/8557/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 87k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie Jeanne Paoletti Casablanca y Laetizia Castellani, « L’émigration corse à Porto Rico au 19e siècle : familles et réseaux familiaux. L’exemple balanin », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 39 | 2020, Publicado el 12 junio 2020, consultado el 15 julio 2020. URL : http://journals.openedition.org/alhim/8557

Inicio de página

Autores

Marie Jeanne Paoletti Casablanca

Université de Mayagüez

Laetizia Castellani

Université de Corse

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals