Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros40Introduction

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Pour la livraison du présent numéro des Cahiers ALHIM, consacré à la problématique des mobilités médicales entre l’Amérique latine et l’Europe et aux échanges, circulations et transferts qu'une telle mobilité entraîne, ce sont particulièrement quelques pays du Cône sud (le Chili, L’Uruguay, le Brésil et l’Argentine) et trois pays européens (l'Espagne, la France, l'Angleterre) qui se trouvent au centre des réflexions, qui abordent non seulement la thématique médicale à proprement parler mais, également, les sciences dans un sens plus large, dans une période chronologique allant du XVIIIe au XXe siècle.

  • 1 Courant historiographique né dans la dernière décennie du XXe siècle, dont le chercheur Sanjay Subr (...)
  • 2 Telle qu’elle fût pensée et mise en pratique par les pionniers de la microstoria italienne. Voir pa (...)

2Les articles ici réunis se placent au carrefour de tendances historiographiques qui, comme la Connected History1 ou le transfert des savoirs (Espagne et Werrner, 1999), mettent en exergue les nombreux rapports et liens culturels, économiques, politiques et même religieux qui, depuis des temps lointains, ont été tissés entre des points du globe géographiquement éloignés. Abordant des objets d’étude différents, nos contributeurs font jaillir les interactions multiples entre le local ou le régional (micro) et le supra régional (macro) (Subrahmanyam, 1997: 735-762). De plus, en adoptant une démarche micro-historique2 qui tient compte aussi bien des acteurs périphériques – ainsi les frères Grandidier, dont il est question dans l'article de Jehanne-Emannuelle Monnier, les savants de tous horizons suivis par Alfredo F Dantiacq-Sánchez, les « médecins indigènes » mis en avant par José Enrique Pons et les chirurgiens de la Marine française étudiés par Christine Théré et Nancy González Salazar – que des figures centrales – tels les membres du cercle hygiéniste chilien abordés par Enrique Fernández Domingo et les pionniers de l’entomologie médicale évoqués par Sandra Caponi –, l’ensemble de nos auteurs parviennent à percer à jour une diversité d'échanges, transferts et circulations entre le Cône sud et l'Europe qui convergent pour recomposer le panorama médical de part et d'autre de l'Atlantique.

  • 3 L’article de Porter, 2013 est admis comme constituant le point de départ de cette approche dans l’h (...)

3Un exemple clair de ces circulations relativement peu mises en lumière dans le cas uruguayen – peut-être en raison de la non-connaissance du langage des ethnies premières qui habitaient le territoire à l'arrivée des Espagnols, ainsi que le signale notre contributeur – nous êtes offert par José Enrique Pons. Centré sur la gynécologie et l’obstétrique européenne et indigène dans l’Uruguay du XVIIIe siècle, l'auteur examine la manière dont les premiers acteurs médicaux espagnols arrivés sur place ont dû adapter leurs compétences au contexte indigène, où l’arsenal médicamenteux était composé essentiellement de plantes. L’article dépeint la manière graduelle dont les Espagnols ont enrichi leurs pratiques médicales grâce aux ressources locales, qu'ils ont ensuite importées en Europe, et met en exergue l'intégration concomitante, de la part des autochtones, de la cosmovision et des concepts socio-culturels européens, intégration grâce à laquelle les indigènes ont progressivement accepté les critères rationnels expliquant l'action thérapeutique des plantes, jusque-là parées de pouvoirs thérapeutique surnaturels. Il démontre ainsi que la rencontre de ces thérapeutiques fût plus qu’une permutation ; l’« européanisation de la gynécologie et l’obstétrique » s’étant réalisée lentement, jusque tard dans le XIXe siècle, elles ont coexisté au sein d’un pays en constant bouleversement. Ainsi, le partage initial et l’appropriation réciproque de savoirs et des pratiques passa par des étapes de réinterprétation, d'ajustements et de remaniements qui devaient également tenir compte des facteurs endogènes, dont le rôle fût parfois si primordial qu’il a même façonné la mobilité des hommes et le transfert de savoirs, objets, techniques diverses. Deux contributions en particulier laissent transparaître le degré de répercussion des facteurs politiques sur la dynamique circulatoire. Tout d’abord, celle de Jehanne-Emmanuelle Monnier, qui suit le parcours des frères Grandidier dans plusieurs pays latino-américains, montre comment, venus pour rassembler des informations, cueillir des échantillons d’espèces végétales et géologiques et effectuer des mesures utiles à la physique et l’astronomie, à l’instar des explorateurs et naturalistes qui les ont précédés, le parcours de ces deux jeunes fut dicté par le chaos engendré par les vicissitudes politiques de cette partie du continent du milieu du XIXe siècle. Obligés, en raison des moultes révolutions, d’écourter leurs explorations, ils ne trouvèrent des conditions optimales pour effectuer pleinement leurs explorations scientifiques qu’au Brésil, où ils comptèrent aussi avec le soutien de l’Empereur Pedro II, ici dévoilé comme acteur intermédiaire à part entière dans la circulation de savoirs scientifiques. Ensuite, celle de Nancy González Salazar et Christine Théré, consacrée aux séjours ponctuels, en raison de la conjoncture politique, des chirurgiens de la Marine française dans la région rioplatense du tournant des années 1840. Empruntant la voie de l’« histoire par le bas »3, les auteures suivent au plus près les démarches, interventions et interrelations de ces chirurgiens avec leurs confrères européens installés dans la région, mais aussi avec la population civile et avec des « soignants informels » dans une période de guerre. Elles dévoilent comment l’action de ces chirurgiens a été rythmée par les aléas des combats et des difficultés économiques, politiques et sociales traversées alors par les pays de la Plata et mettent en exergue la manière dont ils ont contourné ces facteurs en ajustant en permanence leur savoir–faire aux besoins concrets des troupes, aux maigres moyens thérapeutiques dont ils disposaient et au contexte mouvant dans lequel ils furent contraints d’évoluer.

4C’est que, ainsi que le signala Michel Espagne, lors de la transposition d'un objet d'un espace vers un autre, « les besoins spécifiques du système d’accueil opèrent une sélection, en refoulant des idées, des textes ou des objets » (Espagne, 1999: 286). Ceci est aisément exemplifié par Sandra Caponi, qui, confrontant les postures du Brésil et de l’Argentine dans la réception de la microbiologie et de la médecine tropicale, met en exergue les raisons pour lesquelles ils ont adopté des postures divergentes, alors que leurs pathologies étaient communes. En effet, se représentant leur pays comme « l'Europe latino-américaine », médecins et scientifiques argentins ont identifié leurs problèmes sanitaires à ceux du Vieux continent et, reproduisant « fidèlement les programmes pasteuriens », ont alors opéré une « pasteurisation sans conflits », restant réfractaires aux théories de la médecine tropicale émergente. A contrario, l'engouement brésilien pour celle-ci stimula la mise en place d’études approfondies qui, non seulement vont aboutir à la création d’institutions de recherche au rayonnement international incontestable dans la première décennie du XXe siècle, mais vont aussi permettre l'affranchissement des canons métropolitains, qui, véhiculant l'idée selon laquelle le climat local était à l'origine de nombreuses affections, avaient jusque-là été reproduits à l'identique et admis par les acteurs médicaux. Cette difficulté à s’écarter des discours dominants pointée par l’auteure révèle leur pouvoir et leur ascendant sur la communauté scientifique à l’international, et la contribution d’Enrique Fernández Domingo viendra éclairer les raisons de leur prégnance. Abordant la circulation des savoirs et des discours hygiénistes à travers la presse médicale, fomentée par les membres de jeunes institutions et cercles savants chiliens, l’auteur nous dévoile les enjeux que comporte cette circulation par les membres des cercles hygiénistes locaux. En effet, la prépondérance acquise par la presse au dernier tiers du XIXe siècle est corrélée à l'essor des formes associatives qui, comme les congrès internationaux, rassemblent les hygiénistes et membres des sociétés savantes qui redéfinissent alors les pratiques professionnelles et conviennent des normes scientifiques, postérieurement diffusées parmi les cercles hygiénistes euro-américains. De la sorte, les mécanismes mis en place par le cercle hygiéniste chilien – échanges, achats, donations – pour faire circuler leurs savoirs et amener au pays ceux produits à l’étranger et qui leur permettent de créer un vaste « réseau de papier » avec leurs homologues d’Amérique latine et d’Europe ont une double fonction : ils permettent l’accès aux informations et nouveautés théoriques et pratiques ayant lieu à l'étranger quasiment « sur le vif » et facilitent leur appropriation, mais, à l’instar des congrès, ils servent à l’uniformisation des discours hygiénistes, enjeu de taille dans ce dernier tiers du siècle durant lequel la médecine hygiéniste, axée sur la prévention, acquière un rôle « éducateur ». Éclairant le Chili à une période où l’ascendant intellectuel de la science et les discours hygiénistes dérivent en un biopouvoir qui suscita toute l’attention des gouvernements et mis le corps médical sur le devant de la scène politique (Léonard, 1981), l’auteur fait jaillir, du moins en partie, les enjeux à l’origine de la dynamique circulatoire de la presse, gérée de manière réfléchie et quasiment instrumentalisée par les hygiénistes dans le but d’asseoir leur autorité auprès de la population, et servant également de plate-forme de légitimation et consolidation du pouvoir médical auprès des gouvernements.

5L’existence de ces « réseaux de papier » est donc d’une importance capitale dans l’impulsion de cette nouvelle médecine hygiéniste au tournant du XXe siècle, mais ils sont l’épilogue des réseaux d’hommes, maillons essentiels à la circulation d’idées, ainsi que le montre la contribution de Nancy González Salazar, dont le sujet central est le rôle joué par un réseau de médecins et pharmaciens français dans la gestion de l’épidémie de fièvre jaune qui frappa Montevideo en 1857. Outre le fait de dégager les actions les actions les plus marquantes et de déceler des figures saillantes de ce groupe, qui donna forme à la Société philanthropique, l’auteure met en lumière l’appartenance de la plupart de ses membres à la franc–maçonnerie, grâce à laquelle ils ont pu compter avec le soutien matériel et pécuniaire des francs-maçons étrangers. La multi-appartenance qui unit ces individus – à la fois français, praticiens et franc–maçons – permet de mieux comprendre la rapidité avec laquelle la Société Philanthropique fût mise en place et la portée de leur initiative. Elle pourrait expliquer, aussi, pourquoi leurs diverses interventions ont pu s’effectuer sans heurts, face à une institution médicale locale alors fragile et désarticulée. Bien que la Société Philanthropique fût dissoute une fois l’épidémie finie, sa courte durée d’existence témoigna de l’utilité des réseaux, qui se trouve amplement démontrée par la contribution d’Alfredo Danticq Sánchez. Plus généralement, puisqu’il retrace le parcours d’un bon nombre d’universitaires espagnols (mathématiciens, juristes, philosophes, médecins ou hommes de lettres) exilés de la guerre civile et du franquisme au sein de nombreuses universités argentines, l’article de Dantiacq Sánchez met en évidence le fait que l’arrivée et l’intégration de ces individus dans la rive droite de la Plata ne sauraient s’expliquer sans le concours de nombreuses sociétés protectrices d’immigrants. Celles-ci, préalablement installées en Argentine, avaient entamé plusieurs actions de soutien aux combattants espagnols, qu’elles encourageaient par l’envoi de lettres de soutien, d’argent, de médicaments et d’autres denrées indispensables, et qui créèrent d’autres associations pour leur venir en aide dans cette période belliqueuse. La réception de ces exilés était donc la suite logique, et, par le biais de ces sociétés, ils ont plus facilement s’insérer dans le milieu académique qu’ils ont contribué à dynamiser. Pour autant, en dépit de leur implication au sein des espaces savants et de leur implication associative – car, à leur tour, ils ont investi les réseaux d’entraide espagnols, resserrant les liens avec leurs compatriotes – et d’une intégration qui peut être considérée comme réussie, nombre d’entre eux quittèrent leur pays d’accueil en raison du péronisme et de l’essor du militarisme. Ils nous montrent ainsi l’importance des enjeux au cœur des mobilisations humaines, qui ne sont pas anodins. En effet, il s’agissait ici d’une migration « forcée », le transfert de savoirs et les échanges culturels n’étaient pas la motivation de ces acteurs, devenus vecteurs de la circulation à leur insu, à la différence du reste des acteurs ici étudiés.

6En effet, bien que les chirurgiens de la Marine dont il est question dans l’article de Nancy González Salazar et de Christine Théré, appelés à prêter leur service dans le cadre du blocus de Buenos Aires et de la Guerra grande, n’ont pas été à l’initiative de leur mobilité, leurs séjours rioplatenses leur offraient non seulement la possibilité d’acquérir davantage d’expérience, mais leur offrirent surtout la possibilité pour eux de soutenir une thèse doctorale, suite à quoi ils obtiendraient une meilleure position au sein de la Marine. Leur séjour dans la Plata fût donc une plus-value, comme cela a été le cas pour les frères Grandidier, dont le séjour dans le « nouveau monde » leur permit de mettre en pratique les enseignements reçus dans l’Hexagone, et, à leur retour, la qualité de leurs recherches leur valut d’obtenir l’encouragement de savants de renom. Éducatif et formateur, ce voyage constitua le point de départ de la carrière scientifique pour l’un d’entre eux. Et c’est bien là l’un des apports majeurs des travaux ici présentés, celui de souligner que la mobilité des hommes, les transferts en tout genre – d’idées, de théories, de moyens thérapeutiques – et l’adaptation, la transformation ou l’hybridation des biens qui circulent à des échelles variées, un impact sur l’ensemble des intervenants ainsi que des espaces géographiques investis.

7Concernant les acteurs, nos contributeurs les ont tous replacés dans la dynamique circulatoire, en montrant que chacun d’entre eux a tenu une place essentielle dans celle-ci. Plus que d’être traits-d’union ou simples « intermédiaires », nombreux ont été ceux qui se sont servis de leur rôle de transmetteurs des savoirs pour acquérir ou raffermir leur position au sein de leur sphère d’activité, tandis que d’autres ont eu la possibilité de participer directement à la construction ou la naissance de savoirs et de pratiques, dont le retentissement a dépassé leur cadre géographique pour devenir internationale. A la lecture de l’ensemble des contributions de ce numéro, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser aux travaux de Kapil Raj, pour qui l’Inde, et particulièrement le Calcutta du XVIIe siècle, apparaissent comme une « zone de contact » propice à la naissance de savoirs issus de la rencontre et de multiples échanges et négociations complexes entre des savoirs orientaux et occidentaux (Raj, 2010, 2011). Nous espérons que les articles ici regroupés pourront offrir un nouveau terrain d’études pour enrichir les réflexions autour d’une thématique dont on retrouve les lointaines réverbérations jusque dans les échanges qui structurent notre monde contemporain.

Inicio de página

Bibliografía

Edoardo, Grendi, « Ripensare la microstoria ? », Quaderni storici, vol. 29, n° 86 (2), agosto 1994, p. 539-549.

ESPAGNE, Michel et WERMER Michael (textes réunis et présentés par), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988.

ESPAGNE, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. Perspectives germaniques, 1999.

Ginzbourg, Carlo et Poni, Carlo « Il nome e il come », Quaderni storici, vol. 14, n° 40 (1), Questioni di confine, gennaio-aprile 1979, p. 181-190.

LÉONARD, Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris, Aubier, 1981.

PORTER, Roy, « The Patients View: Doing Medical History from Below », Theory and Society, vol. 14, n° 2, mar. 1985, p. 175-198, <http://www.jstor.org/stable/657089>, consulté en ligne le 14 décembre 2013.

RAJ, Kapil, Relocating Modern Science: Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke,  Palgrave Macmillan, 2010.

_________, « The historical anatomy of a contact zone: Calcutta in the eighteenth century », The Indian Economic & Social History Review, vol. 48, Issue 1, january/march, 2011, p. 55-82, <https://doi.org/10.1177/001946461004800103>, consulté en ligne le 27 mars 2015.

SUBRAHMANYAM, Sanjay, « Connected histories : notes towards a reconfiguration of earlymodern Eurasia », Modern Asian Studies, vol. 31, n° 3, Special Issue: The Eurasian Context of the EarlyModern History of Mainland South East Asia, 1400-1800, jul., 1997, p. 735-762, <http://www.jstor.org/stable/312798>, consulté en ligne le 15 mars 2014.

Inicio de página

Notas

1 Courant historiographique né dans la dernière décennie du XXe siècle, dont le chercheur Sanjay Subrahmanyam est considéré le pionnier, il vise à s’affranchir des catégories produites par les diverses histoires nationales afin de parvenir à l’étude des divers interactions, transferts ou influences qui ont toujours existé entre le global et le régional, mais qui ont assez souvent été délaissés par les recherches historiques précédentes, traditionnellement axées sur l’histoire des « empires ».

2 Telle qu’elle fût pensée et mise en pratique par les pionniers de la microstoria italienne. Voir par exemple les travaux de Ginzbourg et Poni, 1979 et Edoardo, 1994 : 539-549.

3 L’article de Porter, 2013 est admis comme constituant le point de départ de cette approche dans l’histoire sociale de la médecine.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nancy González Salazar, «Introduction»Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 40 | 2020, Publicado el 14 diciembre 2020, consultado el 27 enero 2021. URL: http://journals.openedition.org/alhim/8967; DOI: https://doi.org/10.4000/alhim.8967

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search